Les conflits d`intérêts dans la profession vétérinaire et l`origine des

Commentaires

Transcription

Les conflits d`intérêts dans la profession vétérinaire et l`origine des
Les conflits d'intérêts dans la profession vétérinaire
et l'origine des maladies « Man Made » chez les chiens et les chats
«Les chats souffrent plus que les chiens de malnutrition parce qu'ils sont des carnivores stricts
nécessitant une alimentation à base de viande crue riche en eau. Trop nombreux vétérinaires
profitent de la vente d'aliments secs pour chats remplis de céréales et de soja ; ces aliments
conduisent trop souvent à l'obésité, au diabète sucré, aux problèmes des voies urinaires et
aux maladies inflammatoires de l'intestin, et d'autres maladies dégénératives chroniques. Les
vétérinaires en profitent alors pour traiter ces maladies et pour prescrire des régimes
spéciaux coûteux qui ne seraient pas nécessaires si les chats avaient été nourris
correctement dès le départ. »
Docteur Vétérinaire Michael Fox - Britannica Advocacy for Animals - 2009
Par le Docteur Vétérinaire Michael W. Fox
« La grandeur d’une nation et son évolution morale peuvent être évaluées dans la façon dont
elle traite les animaux »
Gandhi
1
Cette semaine, le Docteur Vétérinaire Michael W. Fox contribue à un essai à l’Advocacy for
Animals (http://advocacy.britannica.com) sur les problèmes de santé animale qui ont surgi
en raison des conflits de loyauté des vétérinaires vis-à-vis de leurs patients et de divers
intérêts.
Le Docteur Vétérinaire Michael Fox est un ancien vice-président de la Humane Society des
Etats-Unis, ancien vice-président de la Humane International Society, et auteur de plus de
40 livres concernant les soins pour animaux, le comportement animal et la bioéthique.
Advocacy for Animals est heureux d'accueillir le Docteur Fox comme nouveau contributeur
au blog.
Le rôle de la profession vétérinaire dans la prévention de la maladie et de la souffrance chez
les chiens et les chats bien-aimés devrait être central. Mais en raison des conflits d'intérêts,
entre la vente de produits pour le profit et mettre le meilleur intérêt du patient animal avant
la gestion d'une entreprise, la profession vétérinaire a des problèmes similaires que la
profession médicale humaine, c'est une question qui a été appelée récemment par l’US
Institute of Medicine (partie de la National Academy of Sciences).
Ces conflits d'intérêts potentiels vont en profondeur dans le programme d'enseignement
vétérinaire, où l'influence des sociétés multinationales de drogues et d'aliments pour
animaux est évidente dans les collèges à travers le monde. Les effets sont observés dans la
pratique vétérinaire quotidienne.
Vaccinations inutiles
Beaucoup trop de vétérinaires administrent aux animaux des vaccins annuels inutiles. Chez
les chiens (qui sont lésés plus souvent que les chats), cette pratique peut conduire le chien à
souffrir de problèmes de santé chroniques, comme les allergies, les problèmes
neurologiques et articulaires, les maladies auto-immunes et endocriniennes. Quant aux
chats, ils sont susceptibles de développer un cancer de la peau souvent fatal au site
d'injection du vaccin.
2
Alimentation inappropriée
Les chats souffrent davantage que les chiens de malnutrition, parce qu'ils sont des
carnivores stricts nécessitant une alimentation à base de viande. De trop nombreux
vétérinaires profitent de la vente d'aliments secs pour chats riches en céréales et en soja, qui
conduisent trop souvent à l'obésité, au diabète sucré, aux problèmes des voies urinaires aux
maladies inflammatoires de l’intestin et à d’autres maladies dégénératives chroniques. Les
vétérinaires profitent alors pour traiter ces maladies et pour prescrire des régimes spéciaux
coûteux qui ne seraient pas nécessaires si les chats avaient été nourris correctement dès le
départ.
Mais les chiens ne sont pas épargnés des problèmes liés à l'alimentation, comme des
problèmes chroniques de peau, des problèmes digestifs, de l’oreille, des infections des
glandes anales, et une foule d'autres maladies comme la dépression et l'épilepsie. Ces
maladies disparaissent une fois que les chiens ne sont plus alimentés avec des aliments
manufacturés hautement transformés.
Plutôt que d'aborder ce que mangent leurs patients, beaucoup trop de vétérinaires les
placent sous cortisone/Prednisone pour arrêter l’automutilation des grattages et des
mâchouillements. Ensuite, de nouveaux problèmes de santé se développent, comme la
maladie de Cushing chez les chiens et les cystites et le diabète chez les chats.
La dentisterie vétérinaire est devenue un domaine très rentable. On estime que 75% des
chiens aux Etats-Unis souffrent de maladie parodontale, qui est aussi une affection
commune chez les chats. Beaucoup de ces patients ont une maladie dentaire tellement
avancée, qu’ils meurent des traitements chirurgicaux sur la table d'opération.
Les ingrédients alimentaires hautement transformés qui sont des microparticules (en
particulier, les céréales et la haute teneur en gluten des aliments populaires pour animaux
de compagnie) jouent un rôle majeur dans cette épidémie quasi totale au sein de la
population canine et féline. Certains vétérinaires conseillent aux propriétaires de faire
nettoyer les dents de leurs animaux sur une base annuelle, et cela signifie une anesthésie
générale qui est loin d'être sans risque.
3
Médicaments antipuces et anti tiques
Les chiens et les chats souffrent inutilement de réactions indésirables engendrées par les
médicaments antipuces et anti-tiques topiques qui sont largement encouragés par de
nombreux vétérinaires et qui sont vendus de gré à gré sans une supervision
gouvernementale efficace.
Elevage et maladies héréditaires
Les maladies d'origine héréditaire qui résultent de la consanguinité et de la sélection des
traits extrêmes chez les chiens et les chats ajoutent un poids supplémentaire au fardeau
tragique des maladies « Man Made » chez les animaux de compagnie d’aujourd’hui.
En tant que membre de l'Association Vétérinaire Britannique depuis 1962, et membre
honorifique de l’American Veterinary Medical Association, j'ai cherché à soulever cette
question dans une campagne de la santé et des conflits d’intérêts potentiels dans la lettre
suivante que j'ai envoyée pour publication dans les revues spécialisées de ces deux
organisations.
Je me considère chanceux d'avoir une vision sous un « plus grand angle » sur ces questions,
depuis que j'ai reçu des milliers de lettres de propriétaires d'animaux. Au cours des trente
dernières années à travers les colonnes de mon journal international syndiqué, Animal
Doctor , j'ai appris à propos de ces sérieuses questions de santé et du bien-être des animaux,
comme la vaccination et les conséquences négatives liées au régime alimentaire industriels
pour animaux de compagnie manufacturés. Pour plus de détails visitez :
www.drfoxvet.com/info/
4
Lettre à l'éditeur,
Journal de l'American Veterinary Medical Association
Envoyé par e -mail le 26 mai 2009
Cher Monsieur,
EXAMEN conflits d'intérêts dans la profession vétérinaire
Les relations entre le secteur des entreprises, et en particulier, avec les compagnies
pharmaceutiques et les praticiens médicaux privés, les hôpitaux et les écoles de médecine
sont appelées à la question par l'Institute of Medicine des États-Unis ( 1).
Est-ce un examen du secteur vétérinaire où les intérêts des entreprises peuvent être en jeu
et affecter la qualité des soins et des services que les patients animaux reçoivent ?
Il semblerait qu'il y ait eu un manque de diligence raisonnable sur le rôle de l'alimentation,
en particulier, sur les aliments industriels hautement transformés ( 2) dans de nombreux
problèmes de santé contemporains chez les animaux de compagnie.
La même chose peut être dite à propos de l’application de la routine et des soi-disant
traitements «préventifs» des produits topiques anti- puces et anti-tiques des qui sont
seulement maintenant pleinement évalués par l'Agence de Protection de l'Environnement (
3).
Cette diligence raisonnable manquerait-elle également, en partie d'une information
inadéquate et d'une compréhension insuffisante en ce qui concerne la vaccination du chien
et du chat ?
Jusqu'à récemment, le protocole universel de donner annuellement aux chiens et aux chats
des injections « booster » à base de vaccins vivants et génétiquement polyvalents rencontre
une résistance lorsque qu’il est remis en question.
5
Le secteur des entreprises de partenariats dans le milieu universitaire inclut même des
chaires et des postes de professeur du nom de la société donatrice à de nombreux collèges
de médecine vétérinaire.
Quel rôle, de tels partenariats jouent-ils dans la contribution de la gravité des conséquences
d'une mauvaise alimentation, de la surconsommation de médicaments et de l’hyperimmunisation chez les animaux de compagnie ? En alimentant les intérêts acquis et en
l'absence de preuve scientifique, les dommages causés par de telles pratiques sont des
questions ouvertes.
L’académie ne doit pas être exploitée pour recueillir la crédibilité auprès du public, et la
place du marché ne doit pas non plus devenir l'arbitre final de ce qui est acceptable.
Examiner d'éventuels conflits d’intérêts peut être difficile, compte tenu du partenariat de
l'American Veterinary Medical Association (AVMA) avec les compagnies pharmaceutiques
Fort Dodge et Merial, ainsi que Hill’s Pet Nutrition, qui, ensemble, ont promis 4,5 millions de
dollars à l'appui des programmes et des services de l’AVMA au cours des quatre prochaines
années ( 4 ) .
Mais cette difficulté pourrait devenir une confluence d'intérêts une fois que la santé et le
bien-être des animaux de compagnie soient d'abord et avant tout à l’ordre du jour.
Le contenu, à la fois de l'AVMA, et de son équivalent, la British Veterinary Association (BVA),
Veterinary Record, adresse de plus en plus de questions relatives à la santé animale et au
bien-être, y compris la nutrition et la vaccination.
Au Royaume-Uni, le gouvernement et le BVA ont choisi de se concentrer sur les problèmes
de santé et de bien-être d'une origine génétique, principalement chez les chiens de race.
Certaines critiques estiment que c'est un déplacement massif, puisque ce sont les
susceptibilités génétiques à des maladies alimentaires et à la vaccinose (effets indésirables
de la vaccination) chez des races spécifiques qui sont le reflet de la population canine en
général (5).
L'utilisation inappropriée des vaccins, (6), de diverses drogues vétérinaires « préventives »,
des régimes sur prescription , et les adéquations des aliments manufacturés pour chiens et
chats doivent également être pris en compte si le mandat du gouvernement britannique est
6
de protéger la santé et le bien-être des compagnons et d'autres animaux , et non pas
seulement mieux réguler les pratiques d'élevage .
Les éleveurs de chiens britanniques estiment qu'ils sont les boucs émissaires et prennent
tout le blâme pour de multiples et coûteux problèmes de santé dans la population canine
d'aujourd'hui.
La même chose peut être dite pour les principales maladies dans la population féline, où une
mauvaise alimentation, des réactions indésirables aux vaccins et aux médicaments prennent
le même chemin selon la Hill’s Director of Technical Affairs. (Vétérinaire Docteur Elizabeth
Hodgkin Esq.7)
Bien sûr, il y a des confluences d'intérêts qui peuvent profiter à tous et je crois que ceci peut
advenir quand il y a une approche plus intégrée de la santé et du bien-être animal.
Cela pourrait être développé à partir d'une base
bioéthique (8) par des enseignants
vétérinaires, des chercheurs et des praticiens, un Conseil de Bioéthique Vétérinaire et en
étant une réponse à l'appel d'un examen des conflits d’intérêts possibles au sein de la
profession.
Vidéo concernant la Bioéthique:
Des conflits d’intérêts en médecine vétérinaire de Charles Manson
http://www.youtube.com/watch?v=8Ar2cNV1b8c
Je n'ai même pas reçu un accusé de réception de la British Veterinary Association, tandis que
l'intérimaire rédacteur en chef du Journal de l'American Veterinary Medical Association, qui
publie habituellement mes lettres, m'a envoyé la lettre suivante par courrier ordinaire, en
date du 28 mai 2009 :
Cher Docteur Fox,
Merci de votre récente lettre à l'éditeur. Bien que les influences d'entreprise dans la qualité
des soins dans les professions médicales humaines et vétérinaires soient des préoccupations
importantes, je crains que votre lettre ne tente de répondre à un trop grand nombre de ces
7
questions dans un espace trop limité. Des sujets, tels que les effets des aliments pour
animaux transformés sur la santé des animaux de compagnie, la vaccination annuelle des
chiens et chats, le mécénat des chaires universitaires et des professeurs, et l'accent mis par
le British Veterinary Association sur les maladies génétiques des chiens sont si divers et si
complexes qu'il est pas possible de discuter de manière adéquate dans une seule lettre.
Ainsi, je crois que les lecteurs seront confus quant à l'essentiel de votre lettre. Pour cette
raison, j'ai choisi de ne pas publier votre lettre. Veuillez comprendre que cela ne reflète pas
un manque d'intérêt sur le sujet, mais simplement mon incapacité à comprendre ce que
vous désirez transmettre à nos lecteurs.
Sincèrement, Kurt J. Matushek , DVM , MS, DACVS
Intérimaire Rédacteur en Chef
Réflexion du Docteur Vétérinaire Fox
Que puis-je dire comme défenseur de longue date de toutes les créatures, grandes et
petites ? Je n'ai pas touché aux conflits d'intérêts du secteur vétérinaire qui s'occupe des
animaux d'élevage et qui a été flatté pendant des décennies par les intérêts des industries
du bétail et de la volaille, en plaçant la santé et le bien-être de ces animaux en danger.
La médecine vétérinaire organisée, qui a récolté de grands profits pour les sociétés
pharmaceutiques vendant des antibiotiques, des vaccins et une foule d'autres médicaments,
n’a jamais été inquiétée de la prolifération des élevages industriels cruels, du confinement et
des opérations de nourrissage de l’Amérique rurale, qui a mis des exploitations familiales en
danger et constitue maintenant des risques importants pour la santé publique et
l’environnement. (Pour plus de détails, visitez www.drfoxvet.com/info/ ).
Ironiquement l’agriculture animale industrielle a contribué à mettre le vétérinaire de la
production, qui servait autrefois les fermes et les ranchs familiaux productifs à travers le
pays, hors course.
Il est finalement d'un intérêt personnel éclairé d'utiliser la boussole de la morale de la
compassion et de la bioéthique pour éviter de tels conflits d'intérêts. Il n'y a pas de meilleur
exemple de ceci dans le secteur vétérinaire des animaux d'élevage où le bien-être et la santé
8
animale ont été sacrifiés purement pour le profit, sous les bannières erronées de l'efficacité
de la production, des économies d'échelle et des aliments moins chers pour tous.
Maintenant, il y a une pénurie de nouveaux vétérinaires diplômés entrant dans ce secteur,
et peu de gens se demandent pourquoi, compte tenu des conditions de travail et de la
nature de la médecine basée sur la production appliquée à des animaux stressés et vivant
de façon surpeuplée qui ne devraient en premier lieu jamais être conservés dans de telles
conditions.
La prise de contrôle de la raison et de la science du son est une chose, mais les apologistes et
les rationalistes instrumentaux de la hausse de la biotechnocracie de l’hégémonie
transnationale constituent une force qui appelle à une révolution. Et cela commence par
l'anarchie spirituelle de nous assumer une plus grande responsabilité pour notre propre
santé et de celle de nos animaux de compagnie. Un bon début se fait sur le marché et dans
nos cuisines avec des aliments entiers biologiques certifiés, et dans notre soutien de bons
médecins animaliers et humains qui pratiquent la Médecine Holistique Intégrative.
Pour en savoir plus
Pour trouver un médecin vétérinaire holistique dans votre région, une liste consultable peut
être trouvée sur ce site :http://www.ahvma.org
Les vétérinaires qui souhaitent en savoir plus sont invités à devenir membres de l’Americans
Holistic Veterinary Medical Association : http://www.ahvma.org
Source de cet article :
http://advocacy.britannica.com/blog/advocacy/2009/07/conflicts-of-interest-in-theveterinary-profession/
Découvrez l'Alimentation Originelle pour Chiens et Chats : Syntonie Animale ©:
http://www.syntonieanimale.com
9
Références
(1) Sternbrook R. Controlling Conflict of Interest---Proposals from the Institute of Medicine.
Published at www.nejm.org April 29th 2009 (10. 1056/NEJMp0810200).
(2) Fox MW, Elizabeth Hodgkins and Marion E. Smart. Not fit for a dog: the truth about
manufactured dog and cat food. Fresno, CA, Quill Driver Books, 2009.
(3) AVMA News. Topical flea and tick products come under EPA scrutiny. J Am Vet Med
Assoc 2009; 234: 1228.
(4) AVMA News. AVMA enters into multimillion-dollar partnership with companies. J Am Vet
Med Assoc 2008; 233: 219.
(5) Dodds WJ. Vaccination protocols for dogs predisposed to vaccine reactions. J Am Animal
Hosp Assoc 2001; 38: 1-4.
(6) Schultz RD, Ford RB, Olsen J. and Scott F. Titer testing and vaccination: a new look at
traditional practices. Vet Med, 2002, 97: 1-13 (insert).
(7) Hodgkins EM., Your Cat: Simple New Secrets to a Longer, Stronger Life -
New York,
Thomas Dunne Books, 2007.
(8) Fox MW. Veterinary bioethics, pp 673-678, in Complementary and alternative medicine,
.Schoen AM and .Wynn SG., eds., St Louis, MO,. Mosby, 1998.
Michael W. Fox, BVetMed, PhD, DSc, MRCVS
10

Documents pareils