programme et résumés des communications

Commentaires

Transcription

programme et résumés des communications
TABLE RONDE TAULA RODONA
MESA REDONDA
AUTOUR DES CONCEPTS DE PROTOAURIGNACIEN,
D’AURIGNACIEN INITIAL ET ANCIEN :
Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’hommes modernes
dans le Sud de la France et le Nord de l’Espagne
Toulouse, 27 février - 1 mars 2003
A L'ENTORN DELS CONCEPTES DE PROTOAURINYACIÀ,
D'AURINYACIÀ INICIAL I ANTIC:
Unitat i variabilitat del comportament tècnic dels primers grups d'humans moderns al sud de
França i el nord d'Espanya
Tolosa de Llenguadoc, del 27 de febrer a l'1 de març de 2003
EN TORNO A LOS CONCEPTOS DE PROTOAURIÑACIENSE,
DE AURIÑACIENSE INICIAL Y ANTIGUO:
Unidad y variabilidad del comportamiento técnico de los primeros grupos de humanos
modernos en el sur de Francia y el norte de España
Toulouse, del 27 de febrero al 1 de marzo de 2003
PROGRAMME ET
RÉSUMÉS DES COMMUNICATIONS
Université de Toulouse - Le Mirail
5, allées Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex 1
Entrée principale : rue de l'Université
Lieu de la rencontre : Salle de conférence du Château
Titre – Títol – Título
TABLE RONDE :
AUTOUR DES CONCEPTS DE PROTOAURIGNACIEN, D’AURIGNACIEN INITIAL ET
ANCIEN : Unité et variabilité des comportements techniques des premiers groupes d’hommes
modernes dans le Sud de la France et le Nord de l’Espagne.
Programme et résumés des communications. Toulouse, 27 février au 1 mars 2003.
Organisation – Organització – Organización
Université de Toulouse-le Mirail
Universidad Nacional de Educación a Distancia, Madrid
Universitat de Girona
Avec le support de – Amb la col·laboració de – Con la colaboración de
Conseil Régional de Midi-Pyrénées
Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées
Comité d’organisation – Comitè d'organització – Comité de organización
Sécretariat – Secretariat– Secretariado
François Bon, Université de Toulouse - le Mirail
José Manuel Maíllo Fernández, Universidad Nacional de Educación a Distancia
David Ortega Cobos, Universitat de Girona
Membres – Membres – Miembros
Michel Barbaza, Université de Toulouse - le Mirail
Victoria Cabrera, Universidad Nacional de Educación a Distancia
Julià Maroto, Universitat de Girona
Narcís Soler, Universitat de Girona
Collaborateurs – Col·laboradors – Colaboradores
Joaquim Soler Subils, Universitat de Girona
2
Présentation – Presentació – Presentación
Au cours des dernières années, l'Aurignacien a été l’objet d'une riche dynamique de
recherche. Plusieurs colloques et table-rondes, de nombreux articles et des travaux universitaires,
ont été consacrés à différents aspects qui entourent l'apparition de la première grande culture du
Paléolithique supérieur européen. Face aux questions soulevées par ces recherches, nous pensons
que la tenue d'une réunion consacrée à la technologie lithique des phases anciennes de
l'Aurignacien peut apporter des éléments importants pour tenter de caractériser l'évolution
diachronique et la variabilité géographique de cette entité culturelle. En outre, la portée des
travaux auxquels il vient d'être fait référence a souvent dépassé le seul cadre de l'étude de
l'Aurignacien, mettant en scène une réflexion théorique et méthodologique de l'approche des
sociétés préhistoriques. Nous espérons que cette rencontre puisse également participer de cet
élan.
Nous tenons également à exprimer combien nous sommes heureux que de nombreux
chercheurs français et espagnols, parmi d'autres, aient accepté de prendre part à cette rencontre.
Nous y voyons l'opportunité de contribuer à maintenir une ancienne et féconde tradition de
recherches partagées entre ces deux pays. Nous souhaitons que les communications présentées
au cours de ces trois journées favorisent la discussion autour du thème qui nous réuni, et
comblent les attentes de chacun. Au nom des instances de l'université du Mirail qui nous
accueille dans ses locaux, nous souhaitons que ce séjour toulousain vous soit le plus agréable
possible.
Le comité d'organisation
Toulouse, le 20 janvier 2003
En els darrers anys, l'aurinyacià ha estat objecte d'una rica dinàmica de recerca. Diversos
col·loquis i taules rodones, nombrosos articles i treballs de recerca universitaris han estat
dedicats a diferents aspectes relacionats amb l'aparició de la primera gran cultura del paleolític
superior europeu. A banda de les qüestions tractades per aquests treballs, pensem que
l'avinentesa d'una reunió centrada en la tecnologia lítica de les fases antigues de l'aurinyacià pot
aportar elements importants per provar de caracteritzar l'evolució diacrònica i la variabilitat
geogràfica d'aquesta entitat cultural. D'altra banda, la temàtica dels treballs a què hem fet
referència, sovint ha depassat l'àmbit de l'estudi de l'aurinyacià, aportant una reflexió teòrica i
metodològica al coneixement de les societats prehistòriques. Esperem que aquesta reunió pugui
participar de la mateixa manera d'aquest esperit.
Igualmente hem d'expressar la nostra complaença pel fet que nombrosos prehistoriadors
francesos i espanyols, entre d'altres, hagin acceptat participar en aquesta reunió. Hi veiem
l'oportunitat de contribuir a mantenir una antiga i profitosa tradició de recerca compartida entre
aquests dos països. Desitgem que les comunicacions presentades durant aquests tres dies
afavoreixin la discussió a l'entorn del tema que ens ha reunit i que siguin de l'interès de cadascú.
En nom de la Universitat de Mirail que ens acull a les seves instal·lacions, desitgem que aquesta
estada tolosana els sigui el més agradable possible.
El comitè organitzador
Tolosa de Llenguadoc, 20 de gener de 2003
3
Durante los últimos años, el Auriñaciense ha sido objeto de una rica dinámica de
investigación. Diversos coloquios y mesas redondas, numerosos artículos y trabajos de
investigación universitarios se han dedicado a diferentes aspectos relacionados con la aparición
de la primera gran cultura del Paleolítico Superior europeo. Al margen de las cuestiones tratadas
por estos trabajos, pensamos que la oportunidad de una reunión centrada en la tecnología lítica
de las fases antiguas del Auriñaciense puede aportar elementos importantes para intentar
caracterizar la evolución diacrónica y la variabilidad geográfica de esta entidad cultural. Por otro
lado, la temática de los trabajos a que nos hemos referido, frecuentemente ha sobrepasado el
ámbito del estudio del Auriñaciense, aportando una reflexión teórica y metodológica al
conocimiento de las sociedades prehistóricas. Esperamos que esta reunión pueda también
participar de este espíritu.
Hemos de expresar del mismo modo nuestra complacencia al comprobar que numerosos
prehistoriadores franceses y españoles, entre otros, han aceptado participar en esta reunión.
Vemos en ello la oportunidad de contribuir a mantener una antigua y fecunda tradición de
investigación compartida entre los dos paises. Deseamos que las comunicaciones presentadas
durante estos tres días faciliten la discusión en torno al tema que nos reune y que satisfagan los
intereses de cada uno. En nombre de la Universidad de le Miraill que nos acoge en sus
instalaciones, deseamos que estas jornadas tolosonas les sean lo más agradable posible.
El comité organizador
En Toulouse, a 20 de enero de 2002
4
Programme – Programa – Programa
Jeudi 27 février, matin – Dijous 27 de febrer, matí – Jueves 27 de febrero, mañana
9h30
Accueil des participants et livraison de la documentation – Acollida dels participants
i lliurament de la documentació – Acogida de los participantes y entrega de la
documentación.
10h00
Ouverture de la table-ronde – Acte d'inauguració de la taula rodona – Acto de
inauguración de la mesa redonda.
10h30
P.-Y. DEMARS : L'Aurignaco-Périgordien ou une interprétation phylétique de la
succession des industries.
11h00
F. BAZILE : Georges Laplace et l'Aurignacien Méditerranéen.
11h30
F. DJINDJIAN : Henri Delporte, le laboratoire de recherche du Musée des Antiquités
Nationales (UA 880) du CNRS) et les études de synthèse sur l’Aurignacien du
Périgord dans son contexte européen (1976 – 1996).
12h30
Repas – Àpat – Almuerzo
Jeudi 27 février, après-midi – Dijous 27 de febrer, tarda – Jueves 27 de febrero, tarde
14h00
J. PELEGRIN et M. O'FARRELL : L’industrie lithique de l’Aurignacien ancien de
Castanet (Dordogne).
14h45
L. CHIOTTI : La production d'éclats dans l'Aurignacien ancien de l'abri Pataud (Les
Eyzies-de-Tayac, Dordogne).
15h15
F. LE BRUN-RICALENS : Exemple de productions intégrées de grandes et de
petites lamelles rectilignes associant deux modalités (nucléus prismatique et caréné)
à l'Aurignacien ancien : l'apport des remontages d'Hui (Aquitaine, France) et
implications.
15h45
Pause – Pausa – Pausa
16h15
J. TIXIER et J.-G. BORDES : Les schémas de débitage sont-ils de bons fossiles
directeurs ? L'exemple de Corbiac-Vignoble II (Dordogne, France).
16h45
J.-G. BORDES : L'Aurignacien "le plus ancien" du nord de l'Aquitaine : histoire d'un
concept.
17h15
Débat – Debat – Debate
5
Vendredi 28 février, matin – Divendres 28 de febrer, matí – Viernes 28 de febrero, mañana
9h30
F. BAZILE : L'Aurignacien initial en France Méditerranéenne. Un bilan.
10h00
D. ORTEGA COBOS : Caractérisation technologique de l’Aurignacien initial de la
Grotte de l'Arbreda (Serinyà, Catalunya) dans son contexte archéo-stratigraphique.
10h30
F. BON : De la gestion d'un territoire à l'organisation de l'habitat : l'exemple du site
de plein air de Régismont-le-Haut (Poilhes, Hérault).
11h00
Pause – Pausa – Pausa
11h30
C. NORMAND : Nouvelles données sur la séquence aurignacienne de la grotte
d'Isturitz (commune de Saint-Martin-d'Arberoue ; Pyrénées-Atlantiques).
12h00
A. TARRIÑO & C. NORMAND: Estudio de la procedencia de restos líticos del
Auriñaciense antiguo en la cueva de Isturitz (Pyrénées-Atlantiques).
12h30
Repas – Àpat – Almuerzo
Vendredi 28 février, après-midi – Divendres 28 de febrer, tarda – Viernes 28 de febrero, tarde
14h00
A. ARRIZABALAGA : La industria lítica de Labeko Koba (País Vasco).
14h30
V. CABRERA-VALDÉS, F. BERNALDO DE QUIRÓS, M. LLORET et J.M.
MAÍLLO : El Auriñaciense arcaico de El Castillo (nivel 16): descripción tecnológica
y objetivos de la producción.
15h00
J.M. MAÍLLO : El Auriñaciense arcaico de Cueva Morín (Cantabria, España):
variabilidad de métodos y objetivos.
15h30
Pause – Pausa – Pausa
16h00
I. ORTEGA CORDELLAT, J. SANGUINO et R. MONTES : Primeros datos sobre
los niveles Auriñacienses de la Cueva de Covalejos (Velo de Piélagos, Cantabria).
16h30
J. ZILHÃO : Aurignacien, comportement, moderne : définition et signification.
17h00
Débat – Debat – Debate
Samedi 1 mars, matin – Dissabte 1 de març, matí – Sábado 1 de marzo, mañana
9h30
Discussion à partir des échantillons de mobilier apportés par les participants.
11h00
Discussion collective : De Liège à Toulouse, itinéraire d’une réflexion commune sur
l’Aurignacien.
12h00
Clôture de la rencontre.
12h30
Repas – Àpat – Almuerzo
Samedi 1 mars, après-midi – Dissabte 1 de març, tarda – Sábado 1 de marzo, tarde
14h00
Départ de l’excursion dans les Pyrénées centrales (le programme détaillé de
l’excursion sera communiqué lors de la rencontre).
19h00
Retour à Toulouse.
6
Résumés des communications – Resum de les comunicacions – Resumen de las
comunicaciones
Pierre-Yves DEMARS
Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire
Université de Bordeaux I
[email protected]
L’Aurignaco-Périgordien ou une interprétation phylétique de la succession des industries
Depuis le XIXème siècle deux conceptions s’affrontent dans l’interprétation des successions des
industries paléolithiques. Elles ont toutes deux leurs racines dans des concepts géologiques. La
première “stadiste” considère les faciès industriels comme des périodes, à l’image des étages et
sous-étages de la stratigraphie géologique. La seconde “phylétiste” perçoit des évolutions, des
filiations comme on en observe en Paléontologie ; elle construit des phylums arborescents.
L’Aurignaco-Périgordien, introduit par D. Peyrony, appartient à ce second modèle. Il faut le
rapprocher du “buissonnement moustérien”. Tous deux furent soutenus par F. Bordes et D. de
Sonneville-Bordes ; ces deux théories furent abandonnées dans les années 80. Cette communication
s’attache à replacer l’Aurignaco-Périgordien dans le mouvement “phylétiste” et à montrer les
raisons de son abandon.
Frédéric BAZILE
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert
UMR 5059
[email protected]
Georges Laplace et l'Aurignacien Méditerranéen
Résumé non parvenue – Resum no rebut – Resumen no recibido
7
François DJINDJIAND
Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne & CNRS UMR 7041
[email protected]
Henri Delporte, le laboratoire de recherche du Musée des Antiquités Nationales (UA 880) du
CNRS) et les études de synthèse sur l’Aurignacien du Périgord dans son contexte européen
(1976 – 1996)
Pendant une vingtaine d’année de 1976 à 1996, Henri Delporte et son groupe de recherche du
Musée des Antiquités Nationales , en relation avec l’école de Georges Laplace d’une part, et
l’Institut du Quaternaire de Denise de Sonneville-Bordes et F. Bordes à Bordeaux d’autre part, ont
étudié les nombreuses données issues des fouilles menées à La Rochette, à l’abri du Facteur et au
grand abri de La Ferrassie en Périgord, et des études de laboratoire associées. En conclusions de ces
travaux, ils ont proposé, à l’aide de méthodes statistiques très en pointe pour l’époque, une
nouvelle classification chronologique de l’Aurignacien du Périgord et essayé de la mettre en
relation ce schéma avec l’ancien schéma de D. Peyrony et le schéma de G. Laplace dans une
perspective géographique plus large étendue à l’Europe occidentale et centrale. Cette
communication a pour objectif de replacer dans son contexte historiographique, les débats
scientifiques concernant l’Aurignacien 0 du Périgord selon D. de Sonneville-Bordes (exPérigordien II de Peyrony), l’Aurignacien 0 du Périgord de Delporte, l’interstratification de
l’Aurignacien et du Castelperronien au Piage (Champagne) et à Roc de Combe (Bordes), le
Protoaurignacien des Pyrénées et des Cantabres (Laplace) et l’Aurignacien archaïque ou
Protoaurignacien de la côte méditerranéenne (Bazile, Broglio & Laplace, etc.).
Jacques PELEGRIN
“Préhistoire et Technologie”
Université de Paris 10
[email protected]
Magen O'FARRELL
“Préhistoire et Technologie”
Université de Paris 10
L’industrie lithique de l’Aurignacien ancien de Castanet (Dordogne)
Les fouilles 1995-98 de l’extrémité sud de l’abri Castanet ont intéressé une dense occupation
(longuement répétée?) de l’Aurignacien ancien à pointes en bois de renne à base fendue, comme
celles de D. Peyrony et M. Castanet au début du siècle dans la moitié nord du site. Six mesures C14
sur os (Gif-A, H. Valladas) indiquent un “ âge ” de 34 à 32 000 BP. Charbons et pollens témoignent
d’un environnement froid et ouvert. Le renne, abattu lors de l’hiver et du printemps, selon 16 dents,
domine largement les restes de faune.
La panoplie des outils lithiques est typique de l’Aurignacien I d’Aquitaine. Les 3/4 des 200
outils environ consistent en grattoirs simples ou doubles, lames retouchées et grattoirs sur lame
retouchée. Suivent 21 grattoirs carénés, tous à front assez large, puis quelques lames appointées,
becs, denticulés et pièces esquillées, et seulement 2 burins tous deux sur cassure. De nombreuses
lamelles ont été débitées, à partir des seuls grattoirs carénés, mais un tamisage très soigneux n’a
retrouvé qu’une dizaine de lamelles discrètement retouchées ou altérées. En y ajoutant une
vingtaine d’autres lamelles ou fragments similaires récupérés dans les déblais des fouilles
anciennes, deux types de lamelles retouchées sont distinguables.
8
Laurent CHIOTTI
Muséum National d'Histoire Naturelle
Abri Pataud, Les Eyzies-de-Tayac
[email protected]
La production d’éclats dans l’Aurignacien ancien de l’abri Pataud (Les Eyzies-de-Tayac,
Dordogne)
La séquence aurignacienne de l’abri Pataud comprend neuf niveaux archéologiques (niveaux 14
à 6). Les niveaux 14 à 11 ont été rattachés à l’Aurignacien ancien ou Aurignacien I. Parmi eux, le
niveau 14, le plus ancien, est daté d’environ 34 000 B.P., tandis que le niveau 11 est daté d’environ
32 000 B.P. Les phases initiales de l’Aurignacien (qu’il s’agisse de l’Aurignacien 0, du
Protoaurignacien ou de l’Aurignacien archaïque) ne sont pas présentes à l’abri Pataud, où la
séquence débute par un Aurignacien classique, comme c’est souvent le cas en Périgord.
Les niveaux d’Aurignacien ancien de l’abri Pataud ont tous livré des industries contenant une
très forte proportion d’éclats. Ces éclats ne sont pas uniquement des déchets issus des phases de
préparation des chaînes opératoires du débitage laminaire. Nous sommes bien en présence de
chaînes opératoires orientées vers la production d’éclats. Ces dernières sont de plusieurs types : 1) à
partir de nucléus dénommées nucléus « à tendance prismatique », 2) à partir de nucléus qui dans
leur état d’abandon sont très irréguliers, dénommé nucléus informes, 3) à partir de nucléus
globuleux, 4) plus rarement à partir de nucléus de type discoïde. La principale chaîne opératoire de
production d’éclats est celle des nucléus à tendance prismatique. Il s’agit de blocs qui sont traités de
la même manière que les nucléus laminaires prismatiques, mais dont la table de débitage est
beaucoup plus courte et qui ont produit des éclats, ou tout au plus des éclats laminaires. Quel que
soit le type de production, ces éclats sont quasiment toujours en silex local. Ils ont été diversement
employés comme supports de l’outillage, mais ils restent presque toujours majoritaires pour certains
types d’outils comme les encoches ou les denticulés.
9
Foni LE BRUN-RICALENS
Musée National d'Histoire et Art
Luxembourg
[email protected]
Exemple de productions intégrées de grandes et de petites lamelles rectilignes associant deux
modalités (nucléus prismatique et caréné) à l'Aurignacien ancien : l'apport des remontages
d'Hui (Aquitaine, France) et implications
Le gisement de plein air d’Hui (Beauville, Lot-Garonne, France) fouillé de 1986 à 1990 sur 330
m a livré dans une couche unique près de 10 000 artefacts lithiques d’un module supérieur à 5 mm.
Au sein des 700 outils recensés, seulement deux lamelles à retouche inverse rasante ont été
identifiées parmi plus de 600 lamelles recueillies. Sur la base d’une argumentation technotypologique, cette industrie est attribuable à un Aurignacien ancien aquitain de faciès Castanet.
2
L’examen technologique a permis notamment de distinguer deux modalités de production
lamellaire :
– D’une part, une production minoritaire de grandes lamelles à profil rectiligne à légèrement
courbe d’une longueur supérieure à 3 cm, obtenue à partir de nucléus prismatique et pyramidaux
(15 % des nucléus).
– D’autre part, une production majoritaire de petites lamelles à profil rectiligne à légèrement
courbe d’une longueur inférieure à 2 cm, obtenue à partir de nucléus/grattoir caréné à front large
(85 % des nucléus).
Généralement autonomes, ces productions peuvent être parfois intégrées de manière successive
dans un même bloc. La présente contribution mettra l’accent sur quelques remontages réalisées en
silex allochtones qui attestent un continuum opératoire avec des productions intégrées et
hiérarchisées de grandes puis de petites lamelles. Ces exemples montrent des productions en séries
successives de lames (> 6 cm), de petites lames (> 4 cm) et de grandes lamelles (> 3 cm) selon un
schéma opératoire unipolaire à partir de nucléus prismatique/pyramidal qui s’achèvent par une
production de petites lamelles (< 2 cm) selon un schéma de type nucléus/grattoir caréné à front
large, en implantant parfois un plan de frappe opposé (sans être pour autant un débitage bipolaire
vrai).
Après la présentation de ces schémas opératoires particuliers contemporains, sera discuté la place
de cette production intégrée de grandes lamelles par rapport à la production de petites lamelles.
Quels sens peuvent être donnés à la coexistence de ces deux modalités dans les équipements
lithiques attribués à l’Aurignacien ancien dans le Bassin aquitain, tant d’un point de vue
synchronique, que diachronique ?
10
Jacques TIXIER
“Préhistoire et Technologie”
Université de Paris 10
Jean-Guillaume BORDES
Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire
Université de Bordeaux I
Les schémas de débitage sont-ils de bons fossiles directeurs ? L’exemple de Corbiac Vignoble
II (Dordogne, France)
Corbiac-Vignoble II est un atelier de lames et de lamelles situé dans la région de Bergerac.
Malgré la quasi-absence d’outils, la caractérisation des schémas de débitage – ici particulièrement
bien exprimés, grâce à l’excellente matière première lithique disponible sur place – permet sans
ambiguité de rattacher ce site à l’Aurignacien ancien tel qu’il est connu dans le nord de l’Aquitaine.
Jean-Guillaume BORDES
Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire
Université de Bordeaux I
[email protected]
L’Aurignacien « le plus ancien » du nord de l’Aquitaine : histoire d’un concept
Dans la région classique du nord de l’Aquitaine, aucune des nombreuses tentatives d’un
Aurignacien « pré-I » ne s’est imposée, les données à la base de ces propositions ayant été
considérées comme peu fiables. Le modèle qui prévaut aujourd’hui est donc celui de la « vague
aurignacienne », portée par les hommes anatomiquement modernes, tranchant si nettement avec le
Châtelperronien sous-jacent. Dans quelles mesure ce modèle reste-t-il valable aujourd’hui ?
Quelques éléments de réponse à cette question seront donnés par :
– Un rappel historique des principaux épisodes de la reconnaissance des phases les plus
anciennes de l’Aurignacien dans le nord de l’Aquitaine,
– L’exposé des résultats de l’analyse technologique des ensembles aurignaciens du Piage.
Frédéric BAZILE
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert
UMR 5059
[email protected]
L'Aurignacien initial en France Méditerranéenne. Un bilan
Résumé non parvenue – Resum no rebut – Resumen no recibido
11
David ORTEGA COBOS
Universitat de Girona
[email protected]
texte original en calatan – text original en català – texto original en catalan
Caracterització tecnológica de l'aurinyacià inicial de la cova de l'Arbreda (Serinyà,
Catalunya) en el seu context arqueoestratigràfic
L'aurinyacià incial de la cova de l'Arbreda, datat a l'entorn de 38 kys BP, està caracteritzat per
l'implementació de diferents modalitats de talla per a la producció de làmines, laminetes i ascles. Es
tracta però de métodes d'explotació d'un cert caràcter indiferenciat i que permeten només una
aproximació parcial al conjunt lític.
Per completar aquesta, evaluarem les relacions d'aquests diferents métodes en una anàlisi que
integri el conjunt d'estrategies globals de producció lítica desenvolupades en el jaciment. Aquestes
comprenen igualment les qüestions relatives al proveïment de matèries primeres. La seva
configuració específica esdevé d'una gran significació cronológica i cultural i permet disposar de
nous criteris per evaluar la variabilitat dels tecnocomplexes de l'aurinyacià inicial –sigui el
protoaurinyacià o l'aurinyacià arcaic– a les regions pirinenca i mediterrània nord-occidental. Així
mateix, les seves característiques prenen una major significació quan són comparades amb
l'organització de la producció lítica documentada en els nivells del paleolític mitjà final –que
comprenen alguns elements propis del Chatelperronià– i de l'aurinyacià evolucionat de la mateixa
seqüència arqueològica.
traduction au français – traducció al francès – traducción al francés
Caractérisation technologique de l’Aurignacien initial de la Grotte de l'Arbreda (Serinyà,
Catalunya) dans son contexte archéo-stratigraphique
L’Aurignacien initial de la grotte de l’Arbreda, daté des environs de 38 kys BP, est caractérisé
par l'emploi de différentes modalités d’obtention de lames, de lamelles et d’éclats. Il s’agit de
méthodes d’exploitation dont le caractère indifférencié ne permet qu’une aproximation partielle de
l'ensemble lithique.
Pour compléter cette approche, nous évaluerons les relations de ces différentes méthodes dans
une analyse intégrant l'ensemble des stratégies globales de production lithiques développées dans le
site. Cela comprend également les questions relatives à l’approvisionnement des matières
premières. Leur nature spécifique adopte une grande signification chronologique et culturelle et
permet de disposer de nouveaux critères pour évaluer la variabilité des technocomplexes de
l’Aurignacien initial – soit t'il le Protoaurignacien ou l’Aurignacien archaïque – dans les régions
pyrénéenne et méditerranéenne nord-occidentale. Leurs caractéristiques leur confère notamment
une grande signification lorsque l’on compare ces industries avec l’organisation de la production
lithique documentée dans les niveaux du Paléolithique moyen final – qui comprennent quelques
éléments attribuables au Châtelperronien – et de l’Aurignacien évolué représenté dans la même
séquence archéologique.
12
François BON
Université de Toulouse-le Mirail
[email protected]
De la gestion d'un territoire à l'organisation de l'habitat : l'exemple du site de plein air de
Régismont-le-Haut (Poilhes, Hérault)
Les observations réalisées sur le site de Régismont-le-Haut par Guy Maurin, complétées par des
recherches récentes, permettent de décrire les traits généraux de l'organisation d'un habitat
aurignacien, fait rare dans le sud de la France. L'industrie recueillie permet quant à elle, au travers
de la mise en évidence du découpage dans le temps et dans l'espace des chaînes opératoires de
production et d'utilisation de l'équipement lithique, d'aborder la question de l'organisation des
activités dans un territoire. Superposer les informations relatives à la gestion de l'espace à
différentes échelles (celle d'un campement et celle d'un territoire), illustre certains traits du
comportement économique des groupes aurignaciens sur lesquels nous possédons peu
d'informations.
Chistian NORMAND
UTAH-UMR 5608, SRA d’Aquitaine
[email protected]
Nouvelles données sur la séquence aurignacienne de la grotte d’Isturitz (commune de SaintMartin-d’Arberoue ; Pyrénées-Atlantiques)
Située dans les Pyrénées occidentales, au cœur de la zone de passage et de contact entre
l’Aquitaine et la zone vasco-cantabrique, la grotte d’Isturitz a livré une remarquable séquence
archéologique couvrant le Paléolithique moyen et la totalité du Paléolithique supérieur. La fouille
programmée récemment entreprise dans la Salle de Saint-Martin de cette cavité concerne
principalement les ensembles aurignaciens, partiellement explorés lors des recherches anciennes.
Les nouvelles investigations permettent d’affiner et même de modifier les données acquises alors,
qui voyaient la superposition d’un Aurignacien ancien « typique » et d’un Aurignacien évolué, en
particulier par la mise en évidence d’une succession stratigraphique plus complexe et grâce à la
collecte de l’outillage de petite dimension et des éléments bruts négligés auparavant. En effet, les
études engagées sur ces pièces montrent la spécificité des industries recueillies par rapport aux
ensembles aquitains attribués à l’Aurignacien ancien (« Aurignacien I ») et à l’Aurignacien évolué,
et les rapprochent plutôt de séries considérées comme appartenant à une phase plus ancienne.
Toutefois, nous sommes conduits à nous interroger sur la signification de certains des
particularismes remarqués.
13
Andoni TARRIÑO
Historiaurreko jakintza alorra
Euskal Herriko Unibertsitatea/Universidad del Pais Vasco
[email protected]
Christian NORMAND
Centre Départamental d’Archéologie
de Pyrénées-Atlantiques
texte original en langue basque – text original en euskera – texto original en euskera
Isturitzeko (Pyrénées- Atlantiques) kobazuloko Aurignac aldi zaharraren harrizko tresnerien
jatorriaren azterketa
Isturitzeko (Pyrénées- Atlantiques) kobazuloko Aurignac aldi zaharraren harrizko tresnerien
jatorriaren azterketa 2000 urteko ekinaldian C 4b1 bezala definitutako maila estratigrafikoan
berreskuraturiko harrizko aztarnen jatorriaren azterketa egin da, Aurignac aldi zaharrari atxekituta.
Bi zentimetroetatik gorako tamaina duten aztarnak aztertu dira ikuspegi honen arabera, bertan 1441
ukitu gabeko aztarna eta 256 tresna daudelarik.
Lagina, ia danera, suharriz osatzen da (% 99,3). Identifikatutako suharriak bederatzi talde
desberdinetan sailkatu ditugu: Hegopirioniotar bi moeta (Trebiño eta Urbasakoa); Iparpiriniotar hiru
(Flysh, Salies-de-Béarn eta Salies/Flysh izenekoak), Hegoakitaniar moeta bat (Chalosse), beste bat
Iparakitaniarra (“Grain-de-mil” izenekoa) eta, azkenengoz, beste bi moeta, “Besteak” atalean
sartuta (Ondatuta eta Zehatzgaitzak). Suharriaren distantzia luzeetara garraioak aurkitu ditugu,
Hegopiriniotar suharrientzako ehun kilometroetatik gorakoak izanik (ez Treviño, ezta ere Urbasako
suharriak, ez zeuden Hegomendebaldeko Frantzian orain arte identifikatuta). Iparakitaniako
suharriari dagokionez, 300 kilometroetako garraioak eman daitezke.
Bertoko suharriak kopuru handiagotan (% 68,2) agertzen dira, tartean Flysheko jatorria
nagusitzen delarik. Berriz, suharri arrotzen artean (% 31,8), Chalossekoak du nagusigotasuna.
Honez gain, estatistikoki egiaztatzen da ukitutako tresnen artean suharri arrotzak nahiago izaten
direla, bertokoak izanda ukitugabeko aztarnetan garrantzi handiena dituztenak.
traduction à l'espagnol – traducció a l'espanyol – traducción al español
Estudio de la procedencia de restos líticos del Auriñaciense antiguo en la cueva de Isturitz
(Pyrénées-Atlantiques)
Se ha efectuado el estudio de la procedencia de los restos líticos recuperados en el nivel
estratigráfico definido como C 4b1 durante la campaña de excavación del año 2000, atribuído
cronológicamente al Auriñaciense antiguo. Las identificaciones de procedencia de materias primas
se han realizado sobre los fragmentos que superan los 2 cm de tamaño, que incluyen 1.441 efectivos
no retocados y 256 retocados.
La práctica totalidad de la muestra analizada es sílex (99,3%). Estos sílex se han podido
clasificar en nueve grupos diferentes: 2 tipos Surpirenaicos (Treviño y Urbasa); 3 Norpirenaicos
(Flysch, Salies-de-Béarn y Salies/Flysch), un tipo Suraquitano (Chalosse), otro Noraquitano
(“Grain-de-mil”) y 2 tipos pertenecientes a la categoría de “Otros” (Alterados e Indeterminados). Se
constatan transportes de sílex importantes, que superan el centenar de kilómetros para los sílex
Surpirenaicos (sílex de Treviño y de Urbasa tipos que hasta el momento no habían sido
determinados en las industrias líticas del suroeste francés). En el caso del sílex Noraquitano, el
transporte puede llegar a los 300 km.
Hay una mayor presencia de sílex autóctonos (68,2%), entre los que el sílex de tipo Flysch es el
mayoritario, frente a los sílex alóctonos que aparecen en un 31,8% donde el sílex Chalosse es el
mayoritario. También se constata una mayor presencia, estadísticamente significativa, de los sílex
alóctonos entre los efectivos retocados y por el contrario de los autóctonos entre los restos sin
retocar.
14
Álvaro ARRIZABALAGA
Historiaurreko jakintza alorra
Euskal Herriko Unibertsitatea/Universidad del Pais Vasco
[email protected]
texte original en langue basque – text original en euskera – texto original en euskera
Labeko Kobako harrizko tresneria (Euskal Herria)
Labeko Kobako harrizko tresneriaren oinarrizko garapen hildoak aurkeztuko ditugu komunikazio
honetan. Aztarnategi honetan Castelperron, Protoaurignac eta Aurignac aldi zaharreko maila
arkeologikoak genituen, bere harrizko tresneriaren aztarnak era zabalean argitaratuta daudelarik
iada (Arrizabalaga, 2000). Labeko Kobak bere baitan duen interesaz gain, hurbilean kokatzen den
Lezetxikiko sekuentzia interpretatzeko lagungarria izan daiteke, bertan Erdi/Goi Paleolitoaren
arteko igaroaldia eta giza hezur fosilekin estratigrafia gutxitarikoa dugu eta.
traduction á l'espagnol – traducció a l'espanyol – traducción al español
La industria lítica de Labeko Koba (País Vasco)
En esta comunicación se presentarán, de modo resumido, las principales líneas evolutivas de los
tecnocomplejos líticos de Labeko Koba (comprendiendo una secuencia con Castelperroniense,
Protoauriñaciense y Auriñaciense antiguo), ya publicados en extenso (Arrizabalaga, 2000). Además
de por su propia naturaleza, la secuencia de Labeko Koba puede resultar útil para reinterpretar el
vecino yacimiento de Lezetxiki, que incluye una de las pocas estratigrafías de tránsito Paleolítico
medio/ superior, en la que también existen restos fósiles humanos.
Victoria CABRERA -VALDÉS
Universidad Nacional de Educación a Distancia
e-mail: [email protected]
Federico BERNALDO DE QUIRÓS
Universidad de León
Mercedes LLORET
José Manuel MAÍLLO
Universidad Nacional de Educación a Distancia
El Auriñaciense arcaico de El Castillo (nivel 16): Descripción tecnológica y objetivos de la
producción
La cueva de El Castillo representa uno de los yacimientos clave para la Prehistoria española
debido tanto a su gran estratigrafía como a la relevancia de los datos obtenidos de ella. Tras una
serie de niveles transicionales (18b y 18c) y de un gran nivel estéril (17) el nivel 16 presenta una
caracterización muy neta correspondiente al Auriñaciense arcaico. La producción laminar, sobre
cuarcita, evidencia una explotación a partir de núcleos de morfología prismática y gestión unipolar,
así como otros esquemas operativos a partir de buriles. La producción está compuesta por hojitas
rectilíneas que son empleadas en la elaboración de hojitas Dufour.
15
José Manuel MAILLO
Universidad Nacional de Educación a Distancia
[email protected]
El Auriñaciense arcaico de Cueva Morin (Cantabria, España): variabilidad de métodos y
objetivos
Cueva Morin, situada a pocos kilómetros al sur de Santander es una cueva con una importante
estratigrafía arqueológica. En cuanto al Paleolítico superior inicial, presenta un nivel
chatelperroniense muy característico y dos niveles correspondientes al Auriñaciense arcaico. El
Auriñaciense arcaico, niveles 8 y 9, se caracteriza tecnológicamente por dos elementos
complementarios en la economía lítica del yacimiento. Una producción laminar de hojitas a partir
de núcleos prismáticos cuyos soportes son destinados a la elaboración de hojitas Dufour y una
producción de lascas bajo concepciones de tipo discoide muy característica, cuyos productos se
destinan a la producción de elementos de sustrato. En el contexto regional, las similitudes de cueva
Morin son evidentes con yacimientos como Labeko Koba en el País Vasco, así como con el
denominado Protoauriñaciense mediterráneo.
16
Iluminada ORTEGA CORDELLAT
Institut National de Recherches
Archéologiques Préventives (INRAP)
[email protected]
Juan SANGUINO
I.E.S. Calamonte
Ramón MONTES
Museo de Altamira
texte original en espagnol – text original en castellà – texto original en castellano
Primeros datos sobre los niveles Auriñacienses de la Cueva de Covalejos (Velo de Piélagos,
Cantabria)
La cueva de Covalejos esta situada en el extremo occidental de la Sierra del Peñajorao entre la
desembocadura del río Pas y la Bahía de Santander. La cavidad es una galeria lateral colgada del
sumidero aún activo de «Frío-Caliente».
La cavidad descubierta en 1872 por Eduardo de la Pedraja, fue objeto de varias campañas de
excavación y sondeos (E. de la Pedraja, 1879; A. Moure, 1969; J. Sanguino y R. Montes 19972002). Las últimas campañas de excavación han permitido poner en evidencia dos niveles
Auriñacienses en la parte superior de la secuencia estratigráfica:
– Un primer nivel Auriñaciense que cuenta con la presencia de 5 azagayas de base hendida,
multiples colgantes y una importante industria lítica.
– Un segundo nivel Auriñaciense, compuesto únicamente de material lítico y del que cabe
destacar la presencia de dos hojitas Dufour.
traduction au français – traducció al francès – traducción al francés
Premiers résultats sur les niveaux Aurignaciens de la grotte de Covalejos (Velo de Piélagos,
Cantabres)
La grotte de Covalejos est localisée dans la partie occidentale de la Sierra du Peñajorao à
l’embouchure de la rivière Pas et de la Baie de Santander. La cavité est une galerie latérale perchée
d'un bouche d'égoût encore actif de « Frío-Caliente » sur la commune de Velo de Piélagos.
La cavité fut découverte en 1872 par Eduardo de la Pedraja et à été l’objet de plusieurs
campagnes de fouilles et de sondages depuis 1879 (E. de la Pedraja, 1879 ; A. Moure, 1969 ; J.
Sanguino y R. Montes 1997-2002). Les dernières campagnes de fouilles ont permis de mettre en
évidence deux niveaux aurignaciens dans la partie supérieure de la séquence stratigraphique :
– Un premier niveau Aurignacien qui recèle 5 sagaies à base fendues, de multiples éléments de
parure et une importante industrie lithique.
– Un second niveau Aurignacien composé uniquement de matériel lithique dans lequel on note la
présence de deux lamelles Dufour.
17
João ZILHÃO
Université de Lisbonne
[email protected]
Aurignacien, comportement, moderne: définition et signification
Pour que des progrès réels dans le débat sur le passage du Paléolithique moyen au Paléolithique
supérieur soient possibles, nous avons besoin de définitions précises et acceptées de façon
généralisée par la communauté scientifique. Ces définitions devraient faire usage de mots qui
n'aient eux-mêmes des significations implicites (ce qui n'est pas le cas des concepts
"comportement" et " moderne ") et devraient être indépendantes des différents paradigmes dans le
cadre desquels est menée la recherche. En ce qui concerne l'Aurignacien, une telle définition doit
faire appel seulement à la technologie de la pierre et se baser sur une logique économique, qui traite
du fonctionnement du système de production lithique dans sa totalité, y compris les problèmes crées
par le fractionnement spatial des chaînes opératoires et la spécialisation des sites.
18
Liste des participants – Llista de participants – Lista de participantes
ARRIZABALAGA, Álvaro, Facultad de Filología y Geografía-Historia, Universidad del País
Vasco, c/ Tomás y Valiente, s/n, 01006 VITORIA (ESPAGNE), [email protected]
BARBAZA, Michel, UMR 5608, Maison de la Recherche, Université de Toulouse-Le Mirail, 5
allées A. Machado, 31058 TOULOUSE cedex 1 (FRANCE), [email protected]
BAZILE, Frédéric, UMR 5059 et Laboratoire de Préhistoire de Vauvert, 23 rue J.J. Rousseau,
30600 VAUVERT (FRANCE), [email protected]
BERNALDO DE QUIRÓS, Federico, Área de Prehistoria, Facultad de Filosofía y Letras,
Campus de Vaganza, 24071 LEÓN (ESPAGNE), [email protected]
BON, François, UMR 5608, Maison de la Recherche, Université de Toulouse-Le Mirail, 5 allées
A. Machado, 31058 TOULOUSE cedex 1 (FRANCE), [email protected], [email protected]
caramail.com
BORDES, Jean-Guillaume, UMR 5808, Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire,
Université de Bordeaux I, Avenue des Facultés, 33405 TALENCE cedex (FRANCE),
[email protected]
BRACCO, Jean-Pierre, Maison Méditeranéenne des Sciences de l'Homme, rue du Château de
l'Horloge, 5, B.P. 647, 13094 AIX-EN-PROVENCE cedex 02 (FRANCE), [email protected]
CABRERA, Victoria, Dto. de Prehistoria e Historia Antigua, Facultad de Geografia e Historia
(Edificio de Humanidades), Universidad Nacional de Educación a Distancia, Senda del Rey, 7,
28040 MADRID (ESPAGNE), [email protected]
CHIOTTI, Laurent, Laboratoire de Préhistoire, Muséum National d'Histoire Naturelle, Abri
Pataud, 24620 LES-EYZIES-DES-TAYAC (FRANCE), [email protected]
DEMARS, Pierre-Yves, UMR 5808 du CNRS, Institut de Préhistoire et de Géologie du
Quaternaire, Avenue des Facultés, 33405 TALENCE cedex (FRANCE), [email protected]
DJINDJIAN, François, Université de Paris 1, Institut d'Art et d'Archéologie, 3 rue Michelet,
75006 PARIS (FRANCE), [email protected]
19
LE BRUN-RICALENS, Foni, Musée National d'Histoire et d'Art, Marché-aux-Poissons, 2345
LUXEMBOURG (LUXEMBOURG), [email protected]
LLORET, Mercedes, Dto. de Prehistoria e Historia Antigua, Facultad de Geografía e Historia
(Edificio de Humanidades), Universidad Nacional de Educación a Distancia, Senda del Rey, 7,
28040 MADRID (ESPAGNE), [email protected]
LUCAS, Géraldine, UMR 5808, Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire, Université
de Bordeaux I, Avenue des Facultés, 33404 TALENCE cedex (FRANCE), [email protected]
MAÍLLO FERNÁNDEZ, José Manuel, Dto. de Prehistoria e Historia Antigua, Facultad de
Geografia e Historia (Edificio de Humanidades), Universidad Nacional de Educación a Distancia,
Senda del Rey, 7, 28040 MADRID (ESPAGNE), [email protected]
MAROTO GENOVER, Julià, Àrea de Prehistòria, Dep. de Geografia, Història i Història de
l'Art, Universitat de Girona, pl. Ferrater Mora 1, 17071 GIRONA (ESPAGNE), [email protected]
udg.es
MONTES BARQUÍN, Ramón, Museo de Altamira, 39330 SANTILLANA DEL MAR
(ESPAGNE), [email protected]
MORALA, André, Musée National de Préhistoire, B.P. 7, 24620 LES-EYZIES-DE-TAYAC
(FRANCE), [email protected]
NORMAND, Christian, UMR 5608, Maison de la Recherche, Université de Toulouse-Le Mirail,
5 allées A. Machado, 31058 TOULOUSE cedex 1 (FRANCE), [email protected]
O'FARRELL, Magen, UMR 7055 du CNRS, "Préhistoire et Technologie", 21 allée de
l'Université, 92023 NANTERRE cedex (FRANCE), [email protected]
ORTEGA COBOS, David, Àrea de Prehistòria, Dep. de Geografia, Història i Història de l'Art,
Universitat de Girona, pl. Ferrater Mora, 1, 17071 GIRONA (ESPAGNE), [email protected]
ORTEGA CORDELLAT, Iluminada, 15, rue Notre Dame du Château, 24100 BERGERAC
(FRANCE), [email protected]
PELEGRIN, Jacques, UMR 7055 du CNRS, "Préhistoire et Technologie", 21 allée de
l'Université, 92023 NANTERRE cedex (FRANCE), [email protected]
RIGAUD, Jean-Philippe, UMR 5808, Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire,
Université de Bordeaux I, Avenue des Facultés, 33405 TALENCE cedex (FRANCE),
[email protected]
SACCHI, Dominique, UMR 8555, Centre d'Anthropologie de Toulouse et Laboratoire de
Préhistoire, 5, rue de l'Olivier, 11000 CARCASSONNE (FRANCE), [email protected]
SANGUINO GONZÁLEZ, Juan, I.E.S. Calamonte, c/ Cáceres, 1, 06810 CALAMONTE
(ESPAGNE), [email protected]
SOLER MASFERRER, Narcís, Àrea de Prehistòria, Dep. de Geografia, Història i Història de
l'Art, Universitat de Girona, pl. Ferrater Mora 1, 17001 GIRONA (ESPAGNE), [email protected]
udg.es
TARRIÑO, Andoni, Facultad de Filología y Geografía-Historia, Universidad del País Vasco, c/
Tomás y Valiente, s/n, 01006 VITORIA (ESPAGNE), [email protected]
TEYSSANDIER, Nicolas, UMR 7055 du CNRS, "Préhistoire et Technologie", 21 allée de
l'Université, 92023 NANTERRE cedex (FRANCE), [email protected]
TIXIER, Jacques, 37, rue N. Foucault, 46000 CAHORS (FRANCE)
ZILHÃO, João, Facultade de Letras, Universidade de Lisboa, Alameda de Universidade, 1600214 LISBOA (PORTUGAL), [email protected]
20
Informations diverses – Informacions diverses – Informaciones diversas
Accès à l’Université de Toulouse-le Mirail – Accés a la Universitat – Acceso a la Universidad
La table-ronde se tiendra dans la salle de conférence du Château, bâtiment situé dans l’enceinte
de l’université (la salle sera équipée d’un projecteur de diapositive, d’un rétroprojecteur et d’un
vidéo-projecteur). Pour se rendre à l’université, il est possible d’emprunter le métro (station Mirail –
université).
Des plans de l’université de Toulouse-le Mirail sont consultables sur les pages web suivantes :
http://www.univ-tlse2.fr/plan-mirail.html
http://www.univ-tlse2.fr/plan-campus-central.html
Liste d'hébergements et de restaurants – Llista d'allotjaments i restaurants – Lista de alojamientos
y restaurantes
A l’exception des personnes ayant exprimé un autre souhait, tous les participants présentant une
communication ont une chambre réservée à :
Hôtel du Grand Balcon
(à proximité de la place du Capitole)
8, rue Romiguières
31000 Toulouse
tel. : 00 33 (0) 5 61 21 48 08
Métro : Capitole
Des plans de la ville de Toulouse, des listes d’autres hôtels et de restaurants vous sont proposés
sur les sites web suivants :
http://www.mairie-toulouse.fr/ANGLAIS/Map/Plan_de_Ville.html
http://france.express-map.com/plan-toulouse/
http://www.toulouse-annuaire.com/hotels/hotels.htm
Les repas de midi sont organisés (et pris en charge pour les personnes qui présentent une
communication) dans le restaurant administratif de l’Université de Toulouse-le Mirail.
Ce même livret, les circulaires et le programme de la réunion peuvent être obtenus sur le site :
www.udg.edu/dghha/depart_geografiacat.htm,
Contacts téléphoniques – Telèfons de contacte – Teléfonos de contacto
François Bon, Université de Toulouse-Le Mirail
00 33 (0) 5 61 50 40 18 (bureau dans l'Université)
00 33 (0) 5 34 40 00 38 (bureau dans les locaux du CNRS)
00 33 (0) 6 63 59 60 58 (téléphone portable)
José Manuel Maíllo Fernández
Portable: 0034- 655518424
21
Publication des actes – Publicació de les actes – Publicación de las actas
La publication des actes de la table-ronde est prévue sous la forme d'un volume
monographique qui paraîtra dans les séries de publication du Departamento de Prehistoria,
Arqueología e Historia Antigua de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED,
Madrid). Les organisateurs de la rencontre se mettront en relation avec les participants pour les
informer sur les délais de rendu des textes, les normes de publication et d'autres renseignements
en vue de la préparation de la publication.
La publicació de les actes de la taula rodona és prevista en un volum monogràfic que
apareixerà dins de la sèrie de publicacions del Departamento de Prehistoria, Arqueología e
Historia Antigua de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED, Madrid). Els
organitzadors de la trobada es posaran en contacte amb els participants per informar-los sobre les
dates d'entrega dels textos, de les normes de publicació i d'altres informacions relatives a la
preparació de la publicació.
La publicación de las actas de la mesa redonda está prevista en un volumen monográfico que
aparecerá dentro de la serie de publicaciones del Departamento de Prehistoria, Arqueología e
Historia Antigua de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED, Madrid). Los
organizadares del evento se pondrán en contacto con los participantes para informarles sobre las
fechas de entrega de los textos, de las normas de publicación y otras informaciones relativas a la
preparación de la publicación.
22
Organisation – Organització – Organización
Avec le support de – Amb el recolzament de – Con el apoyo de
23