droit pour télécharger le PDF

Commentaires

Transcription

droit pour télécharger le PDF
u m
m
ca
ib
pages
m u s u s H oum uns m a n m m
RICK WRIGHT
m e n u u n s ..
U Ü JJ U l l M j J
'jJ jlH I I M I I I I
U ns i'B 'JB M lW M R
M
j
Jü
j
û è h m
POLNAREFF
BEATLES, L'ANTHOLOGIE
IRON MAIDEN
PENDRAGON
UKIAH HEEP
KING CRIMSON...
MUttA
Cj
'II* ,. .*
A R5 n9 V A
r* i l
-" *•
Tf1cG o #*> ?r D â R k ^
Demandez notre catalogue gratuit (1500 cds et videos) à:
MUSEA - 68 La Tinchotte, 57645 Retonfey - Fax : 03 87 36 64 73
Venez nous voir sur internet : http://www.id-net.fr/musea
Email: [email protected]
le rock selo n
B e r th .••
É
D
I
T
O
Le dernier METALLICA.
%ÜŸ. ONÉ
foiS/A
L
a rentrée est très chargée en actualité. C ’est
un euphémisme... Bon nombre de groupes
notoires (et de maisons de disques également)
ont attendu les premières semaines de septembre
pour se manifester et nous proposer leurs nouvelles
livraisons.
Faisons un peu le compte en ce mois d’octobre :
Trust revient enfin avec un nouvel album (on en
reparlera en long et en large dès le prochain numé­
ro de Rockstyle), mais également Yes, Rush,
Motôrhead, Malmsteen, Porcupine Tree, Thiéfaine,
Alan Parsons, Orchestral Manoeuvres In The Dark,
Mike Oldfield, Suzanne Vega, Type O Negative et
tant d’autres... Que du tout bon, comme si les
artistes s’étaient donné le mot pour oeuvrer dans la
qualité !
Qui plus est, Pink Floyd revient partiellement sur le
devant de la scène avec l’album solo de Rick
Wright, le magnifique "Broken China". D ’ailleurs,
l’interview réalisée par Henry Dumatray dans ce
numéro ne manquera pas de lever le voile sur cer­
tains points de détails floydiens !
Quelques "scoops" et autres révélations vous atten­
dent dans les pages de ce numéro 17 de Rockstyle.
Même chose pour Iron Maiden, où Steve Harris
n’hésite pas à révéler publiquement certains points
de vue personnels sur la musique de son groupe.
Un grand moment !!!
Vous l’aurez compris, Rockstyle une fois de plus a
essayé d’aller creuser plus loin que les traditionnels
plans promotionnels que chaque artiste a "l'obliga­
tion” d’assurer. Plus de vérité, moins de langue de
bois...
Dernière chose : nous vous convions en page 63 à
une sorte de mini-questionnaire destiné à mieux
vous connaître et à cerner le plus objectivement
vos goûts et attentes diverses. N ’hésitez pas à nous
répondre en masse, car, comme un menu à la
carte, nous souhaiterions orienter le mieux possible
nos futurs sommaires suivant vos envies et vos
besoins.
Nous comptons sur vous pour nous répondre en
masse et prouver que, plus qu’un magazine,
Rockstyle est un support privilégié qui sait manifes­
ter un réel intérêt pour ses lecteurs.
GR'TiQÜE
A ÈTê
U r ih fliM E
Ü S T se. Soùt
CoUŸêS L£ 5
CWEVfay f. .
C'est une réalité...
Bricolage...
V lt\O ü H !
GÈiiihlllh
0(/AiS/£Tffl L'EST
LE MÊO'AloRf...
R é p i \q ü £
Ç jU iT t â Ê
œsoNic
■ioüTHl
Une devinette pour finir...
QUEUE 8STLA
D,FF^R£Nû£
i H T t t U N P ku T S T E
(E T M & U S y o U A / & ?
Une fois n’est pas coutume : en attendant de vous
lire, keep on rockin’ !!!
0^ 1
Automne 96 3
S
o
M
M
A
R o c k s t y le n ° 1 6
H
Marousse 9 • Polnareff 10 • Lemur Voice 12 • Broken
Edge 13 • Elend 14 • King Crimson 16 * ïh e Beatles 44*
------ *
Pendragon 56
R,
PAGE
Rick Wright
Iron Maiden
PAGE
Urial Heep
R U B R I QUE S
52
Un pied dans l’assiette 6 * News 6 * Abonnement 19* Le
Cahier CD 27 • Images 42 • Shopping 43 • Courrier lec­
teurs 62 « Rockstyle et vous 63 • Backstage 66
R O C K S TY L E M a g a zin e
2, A llé e d es G la ïe u ls
2 5 0 0 0 B esan ço n
T é l : 0 3 81 5 3 8 4 51
F a x : 0 3 81 6 0 7 2 38
D ire c te u r de la p u b lic a tio n &
R é d a c te u r en c h e f
T h ie rry B usson
R é d a c te u r en c h e f a d jo in t
H e n ry D u m a tra y
S e c ré ta ire de R é d a c tio n
N ico la s G a u th e ro t
R é d a c tio n
M a rc B elp o is
F ré d é ric D elage
L a u re n t J a n v ie r
N a th a lie J o ly
O m b e lin e
Je a n -P h ilip p e V e n n in
B ru n o V e rsm isse
C o n c e p tio n & ré a lis a tio n
S C S B e s a n ç o n - 0 3 81 5 3 0 9 4 7
D IS T R IB U T IO N : N M P P
P h o to g rap h es
A n n e -L a u re E stève
V irg in ie To uvre y
Illu s tra tio n s
Berth
E ric M a rte la t
O nt c o lla b o ré à c e n um éro
C h ris tia n A n d ré
Y ves B a la n d re t
C h ris tia n D é ca m p s
X a v ie r F antoli
C h ris to p h e G offette
Je e J a c q u e t
P ascal V e rn ie r
B e rtra n d P o u rch e ro n
P U B L IC IT E
A la ré daction
Té l. 0 3 81 5 3 8 4 51
ABONNEMENTS
R o c k s ty le / S e rvice a b o n n e m e n t
2, A llé e d e s G la ïe u ls
2 5 0 0 0 B e s a n ço n
IM P R IM E R IE
Im p rim e rie «R e a l G ra phie» - 9 0 0 0 0 B eltort
R O C K S T Y L E est é d ité p a r la S A R L de pre sse
«E clip se E d itions» - S iè g e so cia l : 23B , rue
J e a n W y rs c h -
Adresse courrier : B.P. 169, 18 rue
G ustave Lang, 90 00 3 BELFORT cedex
M a g a z in e bim e strie l - 6 n u m é ro s p a r an.
D ép ô t L é g a l : à pa ru tio n
N °C o m m is s io n p a rita ire : 7 6 5 6 3
IS S N : 1248 - 21 02
La réda ctio n de R O C K S T Y L t M a gazine n ’e s t n u lle ­
m e nt re spo n sa ble des textes, p h o to s et illu stra tion s
q u i e n g a g e n t la s e u le re s p o n s a b ilité d e le u rs
auteurs. L es docu m e n ts e t m a té rie ls so n o re s ne
s o n t p a s re s titu é s e t le u r e n v o i im pliqu e l'a c c o rd de
l'a u te u r o u d e son re p ré s e n ta n t p o u r le u r lib re p u b li­
c a tion . L e la it de c ite r d es m a rqu e s e t d e s co nta cts
a u se in d u n um é ro ne p e u t être a ssim ilé à d e la
pub licité. Toute re pro d u ction des textes, p h o to g ra ­
phies, illu s tra tio n s p u b lié s d an s ce n um é ro est in te r­
dite. Ils d e m e u re n t la p ro p rié té de R O C K S T Y L E
M agazine. Tous d ro its réservés dans le m onde
entier. Toutes les p h o to s sa ns c ré dits p o s s è d e n t des
droits réservés.
C o lle c tio n "Im a g e s du R o c k ” li a m a s c a ra )
Rûik Floyd
R0U11° s™nis
anniumi
PlNK FI OVD
ROLLING STONES
IRON MAIDEN
METALLICA
NIRVANA
SPRINGSTEEN
DIRE STRAITS
ERIC CLAPTON
69 F
- GUNS N ' ROSES - DEPECHE MODE BON JOVI M IC H A EL JA C K S O N
- SEPU LTU R A- SEX PISTOLS
- THE STONE ROSES - THE C R A M P S RED HOT C H ILI PEPPERS
- BO B M AR LE Y -
- U2 -
- IGGY POP -
BON DE COMMANDE
Chèque à retourner à «Eclipse Edtions» - 23 B, rue Jean Wyrsch - 25000 Besançon - Tél : 81-53-84-51
- Frais de port (envoi urgent) + emballage : 1 livre = 16,50 F / 2 livres = 22 F / 3 à 5 livres = 27 F / 5 à 9 livres = 34 F /1 0 livres et plus
= 45 F - Délai de livraison : 2 semaines AR TIS TE / G R O U PE
Q U AN TITE
I
ri
Ii
i
i
r
iI
i
r
... .
...
TITR E
PRIX
..
-
’
-
'
"
'
......... .. ...................................................-
r --
..... —
p*—— ............
- -
-
-
.............
~
...................................
......
Nom & Prénom :
Adresse :
C ode postal-t- Ville :
TOTAL :
_____
_
La rubriqu e de Christian Décamp*
Denis Petit
B e l g i q u e . ..
HJjri pied dans
l'assiette...
LE COULIS
DE FRANÇOISE
Recette pour une personne. (Plus ferait beaucoup !)
... Prendre un bon “ 55 kilos" de Françoise... et le macé­
rer d’entrée... S’assurer avant tout que le fru it a de la
cuisse (deux si possible !)... Epluchez-le doucement afin
de n’en conserver que le fum et et les courbes...
Enveloppez-le dans un drap de “soi” (oui ! Les draps des
autres sont souvent dégueulasses, alors c’est mieux
d’avoir ses propres draps !), à l’abri de la lumière et sur
canapé (pour ceux qu’ont les moyens).
... Attendre que la Françoise soit à la bonne températu­
re, puis lui caresser le haut de la pulpe avec délicates­
se tout en ouvrant le drap. Surtout, n’ajoutez pas de
sucre, ça ferait double em ploi... Descendez votre doigt
gauche le plus droit, le majeur si possible, et ce, jus­
qu’au plus humide du fruit... et le macérer encore plus
fort, si fort qu’on sent venir le jus.
... Voilà l’instant crucial et tant attendu de la dégusta­
tion. Remplacer le doigt par la langue (s’il y en a deux,
c’est que vous n’êtes plus seul !) et laissez-vous sédui­
re, en lentes succions gourmandes, par le coulis de
Françoise.
Prochainement : Les odeurs de Cousine.
Christian Décamps
6
Rockstyle n° 17
- Rue
" P ROG R E S IST" est u n e x c e l l e n t fanzine
belge
consacré
uniquement
au
r ock progressif. Dans le numéro 6 qui
vient de paraître, vous pourrez lire
des chroniques sur toute l'actualité
de ce style musical
ainsi que des
interviews
de
Patrick Broguière
et
Versailles. Un indispensable complé­
ment
aux
chroniques
parues
dans
Rockstyle. Comment faire pour s'abon­
n e r ? (4 n u m é r o s p a r a n ) . C ' e s t t o u t
simple : envoyez un Eurochèque ou un
mandat postal
de 70 FF au n o m de
F e r n a n d C o c h a r t , 62 - 502 0 F l a w i n n e -
... C o u p d e p o u c e : A v i s a u x a m a t e u r s d e r o c k f r a n ç - c o m tois
et
principalement
de
Besançon. Le
magasin
de
d i s q u e s "Cart" (10-12 ru e Moncey, 2 5000 Besançon) nous
informe
qu'il
vient
de
mettre
en
place
un
espace
d ' é c o u t e s d e C D u n i q u e d a n s la r é g i o n . 60 p o i n t s d ' é c o u ­
te r é p a r t i s e n 7 b o r n e s d e 5 C D et 10 C D ! A l o r s q u ' i l
est de plus en plus difficile de pouvoir écouter des
disques avant de les acheter, cette opération méritait
d'être
soulignée
et
imitée
dans
toutes
les
villes
de
France
et
d 'a i l l e u r s ...
"Kraftwerk,
le
Mystère
des
Hommes-Machines".
Cet
ouvrage
de
Pascal
Bussy
(Editions du Camion Blanc)
relève
du
véritable
coup
de
force,
K r a f t w e r k é t a n t sans d o u t e le plus
m y s t é r i e u x et le m o i n s lo q u a c e des
g r o u p e s de l ' h i s t o i r e de la "robotpop" . Pascal B u s s y p r o p o s e là une
chasse aux informations, une tenta­
tive d ' i n f i l t r a t i o n s au sein d ' u n e
société secrète qui protège bien ses intérêts et une
documentation très technique sur un des plus fascinants
groupes de
tts c i e n c e - f i m u s i c " . U n r e c u e i l d ' a n e c d o t e s
précis. Le c o n t e n u r a c o n t e la c h r o n o l o g i e d i s c o g r a p h i q u e
de K r a ftwerk avec une p r é cision digne d'une machine à
r e m o n t e r le temps. C h a q u e a l b u m de R a l f H ü t t e r et de
F l o r i a n S c h n e i d e r e s t i c i a n a l y s é , d é c o r t i q u é , c o m m e si
Pascal B ussy avait collé à la table de mi x a g e du "Kling
Klang Studio". Tout est brillamment rapporté. L'auteur a
su trouver toutes les indications nécessaires, r e n c o n ­
trer les proches et les membres du groupe afin de r é a ­
liser un texte racontant l'histoire et l'évolution de
K r a f t w e r k . D e 1 9 7 0 a u d é b u t d e s a n n é e s 90, c e s o n t l à
les lignes r e l a t a n t i n f l u e n c e s et m e n t a l i t é s
indivi­
duelles d'un concept total : musical et visuel. Toutes
les p é r i o d e s c r é a t i v e s sont t r a i t é e s a v e c u n e é g ale f e r ­
veur, de la p h a s e p r o t o t y p e des d é b u t e s en p a s s a n t pa r
celle où K r aftwerk obtient la reconnaissance inter n a t i o ­
nale, sans o u b l i e r la p a s s i o n p o u r le c y c l i s m e qui p r e n ­
d r a le rel a i s des a u t o r o u t e s et aut r e s trains rapides...
Le seul nom de Kraftwerk évoque une multitude d'images
avant-gardistes
déroutantes
et
intemporelles. Durant
p l u s d e 20 ans, K r a f t w e r k a t o u t s i m p l e m e n t r é u s s i l ' a l ­
l iage p a r f a i t e ntre l'homme, la m a c h i n e et la musique.
Une discographie complète complète un bien bel ouvrage.
(Pascal Vernier)
... U n a u t r e f a n z i n e q u i m é r i t e v o t r e a t t e n t i o n : " O N I R I C " , s p é c i a l i s é d a n s les m u s i q u e s n o u v e l l e s et n e w âge.
D a n s l e n u m é r o 13 (N&B d e q u a l i t é , f o r m a t A4, 20 p a g e s ) ,
vous
y
trouverez
de
longs
articles
détaillés
sur
V angelis, D e a d Ca n D a n c e et des c h r o n i q u e s C D r a r e m e n t
v u e s ailleurs. En plus, ce n ' e s t p as cher. La s o u s c r i p ­
t i o n e s t d e 3 0 F F (3 n u m é r o s !), p o r t c o m p r i s , e n c h è q u e
à l ' o r d r e de C yril Pelletey,
ou même en timbres
!! !
L'adresse
: "Juste
de
la
M u s i q u e " - C. P e l l e t e y - 1
rue Goya - 13870 Rognonas F r a n c e . ..
LE FflN CLUB DE Christian Décam pt
E
o
Jf SI
r
r
m
p
O n T h e R o a t l W ïtli
On The Roail Wïtli
V/\NDCfs ]7LAXS
... " R o c k
Time"
prend
de
moins
en
moins
l'allure
d'un
fanzine. En
effet,
a v e c s o n n u m é r o 31,
"Rock
Time" l o r g n e v e r s la q u a l i ­
té
magazine. Spécialisé
d a n s l e r o c k FM, l ' A . O . R . et
un pe u de h e a v y et de p r o ­
gressif,
ce
support
d'une
cinquantaine
de
pages
en
f o r m a t A4, c o u v e r t u r e c o u ­
leur,
magnifique
poster
central
{ici, l ' e x c e l l e n t
groupe
allemand
Vanden
Plas) e s t à d é c o u v r i r à tout
prix. O n p e u t le c o m m a n d e r c o n t r e un c h è q u e de 26 Frs
(port
compris)
à
l'ordre
de
"GTR
Communication"
à
l'adresse
suivante
:
"Rock Time"
112
Route
de
F o u r q u e u x - 7 8 1 0 0 S t G e r m a i n e n L a y e - F r a n c e . ..
... N o u v e l l e s d u m o n d e e t d ' a i l l e u r s : u n p e t i t r é s u m é
des sorties d'albums à venir : Trust "Europe & Haine"
( le s i n g l e , " O n l è c h e , o n l â c h e , o n l y n c h e " , e s t f a b u ­
leux ! Plus de nouvelles dans notre prochain numéro...)
/ S t a t u s Q u o ( b est of) / Y e s ( " K e y s T o A s c e n s i o n " p a r a î ­
tra fin octobre) / D r e a m T h e a t e r / Q u e e n s r ÿ c h e ( l o gique­
ment en décembre)
/ V a n H a l e n ( b e s t of) / G e o f f M a n n
(album live posthume) / Ugl y Kid Joe / Stevie Wonder /
Z u c c h e r o ( b e s t of) / A l i c e C o o p e r ( b e s t of) / I r o n M a i d e n
(CD-Rom "Melt", jeu disp o n i b l e sur m i c r o et Playstation)
/ Magellan / M e g a d e t h / Journey / Fish (album écrit en
c o l l a b o r a t i o n a v e c S t e v e W i l s o n de P o r c u p i n e Tree) / U2
/ B r u c e S p r i n g s t e e n (vidéo live) / P a l l a s / Phil C o l l i n s
/ B e a t l e s (" A n t h o l o g y 3 " ) ...
. . . EMI F r a n c e v i e n t de sig n e r e n d i s ­
tribution les immortels "produits" de AB
Disques ! A quand une interview exclu­
sive dans R o c k s t y l e de B e r n a r d Minet,
Dorothée,
Hélène,
Carlos,
Les Jumelles
et
autres
Annette
ou
Alain Barrière.
Euh, e x c u s e z moi, c ' e s t l ' a b u s d e l a i t
f r a i s e q u i m e f a i t d i v a g u e r . ..
... L e f a n c l u b d e F I S H é d i t e u n f a n z i ­
ne bi-annuel
intitulé
"News From The
Hill" ainsi qu'une série de news-letters sur les ac t i ­
v i t é s d e 1 'e x - c h a n t e u r d e M a r i l l i o n . Q u i p l u s e s t , u n e
série d'excellents
(et o f f i c i e l s )
albums live de Fish
sont d i s p o n i b l e s u n i q u e m e n t pa r le b i a i s de ce fan-club.
L ' a d h é s i o n e s t d e 1 2 0 Frs, p l u s u n e p h o t o d ' i d e n t i t é et
t r o i s t i m b r e s à 3 Frs. A d r e s s e : " T . C . F . " - B P 52 - 9 2 3 2 2
C h a t i l l o n C e d e x . ..
... L e F e s t i v a l
des
"Inrockuptibles" aura lieu cette
année
à
Lille
("L'Aéronef"),
Nantes
("Olympic"),
Toulouse
("Bikini")
et
Paris
("Cigale",
Olympia"
et
"Divan du Monde"). A u p r o g r a m m e de la c é l é b r a t i o n des
dix
ans
d'existence
du
magazine
"Inrockuptibles"
:
T r i c k y , Eel s , F i o n a A p p l e , G o r k y ' s Z y g o t i c M y n c i , etc.
Le festival aura lieu du 8
a u 13 n o v e m b r e . R e n s e i g n e z vous auprès des lieux habi­
tuels de location de votre
ville
pour
connaître
les
dates
exactes
de
passage
des artistes pré-cités...
studio pour un album
b o m b e ( on a p u é c o u t e r
c o u r a n t . ..
. . . Les
INFIDELES
vont
entrer
prochainement
en
qui risque d'être une véritable
trois m o r c e a u x ) . On vous tient au
...
Dr FO X
est
un
très
bon
groupe
de
rock
/
rhythm'n'blues basé à Besançon. Ecumant les salles f r a n ­
çaises
depuis
le d é b u t d e s
années
80
(plus
de
500
c o n c e r t s ) , les quatre m u s iciens de Dr FOX vous proposent
de jeter un e oreille sur leur démo 4 titres "Bastion
S e s s i o n " . L e s f a n s d e D r F e e l g o o d e t d e ZZ T o p (la K 7
p r é s e n t e d ' a i l l e u r s une b e l l e c o v e r d e "Tush") a pprécie-
HJjn pied dans
la marcfe...
Le nouveau fan-club de
Christian Décamps & Ange
ROCKSTYLE a décidé d ’être partenaire du nouveau fan clu b de C hristian
Décam ps et de Ange, "U n Pied dans la Marge” parce que, plus q u ’un énième fan club, celui-ci a a la pa rticularité d ’être un lieu d ’expression à la p h i­
losophie toute entière tournée vers l’avant. Ni passéiste ni nostalgique, "U n
Pied dans la M arge" est un clu b ouvert à tous pour s'im prégner de l'h é ri­
tage légué par Ange et des projets de Christian Décamps. Un lieu de d ia ­
logue, d'échanges, d ’ inform ations et de folie concrétisé par un bu lle tin
régulier où chacun pourra s'exprimer. A dhérer à “ Un Pied dans la M arge",
c’est recevoir des nouvelles fraîches et pertinentes de Ange & Co, mais
aussi des exclusivités conçues spécialem ent pour vous (exem ple : 1 CD
inéd it avec l'intég ralité de l'in te rvie w d'E m ile Jacotey (1 9 7 5 ) et des raretés
et titre s inédits est proposé avec votre prem ier bulletin d ’adhésion, le to u t
pour 1 0 0 FF!). Qu'attendez-vous ?
BULLETIN D’ADHESION
A découper, photocopier ou recopier et à envoyer (avant le 30
novembre inclus pour recevoir le CD collector) à l’adresse suivante
accompagné d’un Chèque ou Mandat lettre
de 100 F à l’ordre de “ Un Pied dans la Marge" - Maison des
Associations - 16 rue du 8 Mai 1945 - 59400 CAMBRAI
— ► IMPORTANT :
En répondant à “Un Pied dans la Marge" avant le 30/11/96,
je recevrai le premier CD collector "Interview Jacotey" pour Noël !!!
Merci d ’écrire lisiblem ent, SVP :
Nom :
Prénom :
Adresse :
C P +V ille :
............ Pays : .....................................
Âge (facultatif)
.................... t OCK
P I
D E R N I E R E MI NUTE . . . ! D E R N I E R E M I N U T E . . . !
'i i u . n * 11
m m
m is I i i 11
J ...
M
(M uséa) - 5 /5
1
,1 W
-
YNGPHE
m flim sT tE H
Inspiration"
(M FN /M édia 7) - 5 /5
Dire q u ’on attend chaque nouvel
a lb u m de M a lm s te e n avec une
im patience non dissim ulée frise l’iro­
nie et le cynism e. Le dieu suédois de
la guitare nous a tellem ent em brum é
le cervelet avec ses débauches de
gam m es professorales que to u t nou­
vel opus du "m a ître ” s'accom pagne
d’un rictus poli et d'une moue d u b i­
ta tive . Et v o ilà que c e lui qu'on
croyait dé fin itive m e n t et irrém édia­
b le m e n t “ c a s s e -c o u ille s ” balance
avec "In sp ira tio n " un album pure­
m ent divin. Va com prendre, Charles
! Trêve de méchancetés, le père
M alm steen, en proposant un album
de reprises m erveilleuses, rem onte
dans notre estim e com m e le m ercu­
re dans un therm om ètre après un
exam en anal de Zarah W h ite s .
"In s p ira tio n "
est
L'A LB U M
de
M alm steen, celui qu 'o n n'attend ait
plus. Peut-être parce que ce ne sont
pas ses propres com position s... Il
fa u t reconnaître au bonhom m e un
écle ctism e s u rp re n a n t, sa lu e r la
conviction q u 'il a su m ettre dans son
jeu pour reprendre ces 10 titres
d'anthologie. D’ailleurs, quels sontils, ces titre s im parables ? Dans le
désordre : "C arry on w ayw ard son”
de Kansas (m onstrueux !), "Pictures
of hom e", “ M istreated", “ Dem on’s
eye" et une version atom ique de
"C hiid in tim e ", to u t ça de Deep
P urple é v id e m m e n t,
“ Gates of
B a b ylo n " de R ainbow , “ M anie
dépréssion" d ’ H endrix, “ In the dead
of the nigh t" (U K !!!), "The sails of
charon” , perle de Scorpions période
U li Jon Roth et "A nth em " de Rush
(décidém ent, les Canadiens sont à
l'honneur en ce m om ent !). Entouré
d ’excellents m usiciens, épaulé par
une poignée de chanteurs qui n'ont
plus à prouver leur ta le n t (Jeff Scott
Soto, Joe Lynn Turner,...), Yngwie
Malm steen s'en donne à coeur joie
en a stiq uant son m anche avec une
inspiration (tie n s...) et un feeeling
q u ’on ne lui connaissait guère. Si
vous ne tom bez pas à la renverse en
écoutant les versions de “ Carry on
w ayw ard son” et “ Child in tim e ",
c'est que vous avez oublié d ’enlever
les cotons tiges de vos ouïes. Qui
au rait d it que M alm steen a lla it nous
o ffrir un des album s les plus jouissifs
de l’année ? Hein, qui ???
Thierry Busson
8
Rockstyle n° 17
Kll ALFONSO
The Lost Frontier"
Porte-flam beau d'une celtitu de en
état de grâce, les m usiciens bordelais
de XII A lfonso signe nt, avec le
m agnifique "The Lost Frontier", un
brilla n t coup d'essai en form e de véri­
table coup de maître.
Cette form ation à géométrie variable,
étoffée, l'espace de quelques m or­
ceaux, par une poignée de guest
stars de luxe (M isters Dan Ar Braz
and M ickey S im m onds), bâ tit ici en
effet, pierre après pierre, un concept
album sym phonique profondém ent
ém ouvant et majestueux. Inspiré par
le
m ur
érigé
au
coeur
du
N othum berland, en l'an 1 2 2 avant
JC (!!!), par l'empereur rom ain Adrien
afin de protéger le "monde civilisé"
des
hordes
barbares
venues
d'Ecosse, cet opus haut de gamme
déroule un tapis m élodique soyeux et
ouvragé, orné de parements poé­
tiques jo lim e n t brodés, tou t en s'in­
terrog eant avec a cu ité sur les
angoisses convulsives agitant, depuis
la n u it des tem ps, une société
hum aine rongée par la "peur de
l'autre".
Passés maîtres dans la confection
d'atmosphères mélancoliques et évanescentes (les som ptueux "Hadrian's
w all overture" et "Edges of em pire", à
l'emphase “claviéristique" digne du
grand Camel), nos am is girondins
affichent une classe insolente et s'offrent, entre deux escapades nostal­
giques sur les terres de chasse d'un
Clannad (les diaphanes "H ello you" et
‘B rea thing
scarcely"),
quelques
savoureuses envolées "gandalfo-oldfieldiennes" (l'am bitieux "M inistrel's
taie” ou l'éolien Revival"). Délicate,
ro m a n tiq u e
et
passionnée,
la
m usique de l'âme célébrée par les
esthètes de XII Alfonso s'impose, en
tou t état de cause, com m e l’une de
plus belles réussites progressives de
l'année. Superbe, tout sim plem ent.
Bertrand Pourcheron
SUEDE
Corning Up
(S q u a tt/ Sony) - 4 /5
Vulgaire et sans talent, voilà to u t ce
qui résume, à quelques nuances
près, la carrière et l'oeuvre du groupe
Suede. Mais voilà, sûr de son bon
droit, Suede a prouvé à force d'un
caractère sourd et infatigable qu'il
avait assez de tale nt pour se com ­
plaire dans ce mauvais goût tapageur
et tape à l'oeil dont il était jusque là
taxé. Tour à tou r proclam é "m eilleure
révélation 9 2 ” et "groupe tro p auda­
cieux, mystérieux, pervers, sexy, iro­
nique, hilarant, suffisant et m élodra­
m atique pour connaître la gloire",
Suede a su au fil des album s, échap­
per à la mode (créant un engoue­
m ent cetain pour son style propre) et
s’ installer en digne rival de B lur ou
Oasis. Et sans vo u lo ir blesser la
légion de puristes, le départ du gui­
ta riste B ernard B u tle r a été la
meilleure chose qui puisse arriver au
groupe, lui évitant un deuxième (et
pire, mais est-ce vraim ent possible ?)
“ Dog Man S tar” . Avec "C orning U p” ,
Suede s’offre un nouveau départ,
déterm iné à se hisser une nouvelle
fois au to p ... Mission accom plie. Ces
13 nouvelles chansons ne traînas­
sent plus dans cet épanchem ent gro­
tesque dont chaque mesure se devait
de porter la m arque égocentrique
d 'u n B ernard B u tle r s'auto-pa rodiant. Du prem ier coup de caisse
claire aux derniers larsens, "Corning
U p” se lance sur les traces d'un
jeune Bowie éthéré avec une élégan­
ce concision qui laisse pantois.
Xavier Fantoli
AHATHEfïlA
"Eternity
(P eaceville/M édia 7) - 5 /5
Avec "E ternity” , il fau t se rendre
com pte d'une chose : Anathem a
devient un groupe m ajeur des années
à venir. Pourquoi ? Tout sim plem ent
parce que ce groupe talentueux se
bonifie constam m ent au fil des ans et
des album s. “ E ternity” est un véri­
table petit chef d'oeuvre. Ce disque
ne ressemble en rien aux précédents
opus de ce com bo trop vite catalogué
dans le "doom m é tal” . Anathem a
réalise au jo urd 'h ui un com prom is
inim aginable entre Paradise Lost et...
Pink Floyd !!! Les tem pos sont évi­
dem m ent lourds com m e le plom b,
m ais les atm osph ères regorgent
d ’em prunts respectables au groupe
de David Gilmour. Anathem a s'aven­
ture à fra nchir des frontières éton­
nantes, celles qui séparent le métal
som bre et g othique au progressif pla­
nant de l’époque “ W ish You Were
Here” . Ce qui donne une subtile et
foncièrem ent inattendue alchim ie,
un alliage doré à l’or fin. Cet or raffi­
né qu'on nom m era intelligence et
inspiration (un bon tuyau : foncez illi­
co au morceau numéreo 6, “ Hope” .
Vous allez to u t com prendre !). Car en
douze titres surprenants, novateurs,
inspirés, irréprochables et m élodiquem ent
im pa rab les, A nathem a
dresse une cathédrale sonore d'une
puissance atom ique mâtinée d'un
enrobage m é la n co liq u e . Un peu
com m e si David Cronenberg film a it
un scénario de Prévert ! La surprise
est au détour de chaque sillon : on
attend une cavalcade de riffs survita­
minés alors que déboule une plage
atm osphérique digne du Floyd des
seventies ! Et vice versa... Quelle
mouche a donc piqué Anathem a ?
D ifficile à dire... Quoi q u 'il en soit, le
jo u r où je la croise, je lui décerne la
Légion d'H onneur !!!
Thierry Busson
THE NEFILim
"Zoom"
(Labels/V irgin) - 5 /5
"Les premiers à avoir fa it du gothique
ont été Black S abbath” . Cette décla­
ration de Rozz W illia m s nous envoie
loin en arrière. Il se trouve que les
mêmes Black Sabbath sont à l’o rig i­
ne du heavy m étal... la croisée des
styles aura donc été plus précoce
q u ’on ne l'im agine. Mais entre la
défection du “ M adm an” Osbourne et
le retour du métal gothique avec
Paradise Lost, les deux genres ont
suivi leur chem in sans trop se croiser.
Engendrant chacun de son côté des
m onstres de puissance et/ou de
désespoir. Parmi ceux du gothique,
le légendaire Fields Of The N ephilim
se sépare il y a 6 ans après seule­
ment 3 album s. Karl Me Coy, vocaliste, délivre aujourd’ hui “ Zoon” , une
album qui parachève l’oeuvre des
défunts Fields en m étallisant sa téné­
breuse m usique, et en lui offrant une
lourdeur et un pouvoir absolum ent
incroyables. La grandeur de "Zoon”
réside dans l'inexorable atm osphère
qui s'en dégage.
Un ch o ix de
samples, d'effets et d'échos, balance
parfaite aux m urm ures et grandes
envolées de guitares ryth m ique s,
rend prodigieux chacun des dix titres
présents. De longues années de tra ­
vail on t mené ce professeur "vieille
école” à réaliser ce qui se présente
com m e une, si ce n'est la, référence
du m étal gothique.
M ichel Morvan
î
dm:;
j\ /I nrm iccn
L'alchimie du vrai
présente :
ARNO
23 OCTOBRE- BESANÇON
THE S A I N T S
B NOVEMBRE -BESANÇON
MICHEL FUGAIN
12 NOVEMBRE-BESANÇON
13 NOVEMBRE-DIJON (TALANT)
SLOY
U NOVEMBRE-BESANÇON
M arousse est le genre de groupe qui a du mal à tro m pe r son monde. On
pourrait le taxer de "sous-M ano Negra" ou de 'sous-ceci” ou "sous-celà", il
n’en rest pas m oins vrai que ce nouveau groupe français à toutes les q u a li­
tés pour percer. Marousse ne ressemble à rien de vra im ent connu... Un
mélange hétéroclite
basé sur les sédim ents de "La Mano Negra" et d ’ in ­
fluences beaucoup plus anglo-saxonnes, une sorte de m e ltin g-p ot entre deux
cultures radicalem ent opposées.
Les textes en français - drôles, surréalistes, et fina le m en t si ancrés dans la
réalité, donnent un touche réaliste à la m usique d ’ un com bo pas com m e les
autres. Déjà parce que sa chanteuse, M arina, y dévoile des talents m u lti-instru m en tistes à en faire baver plus d ’un. Qui plus est, sa voix est de la classe
des plus grandes : tan tôt proche de M uriel M oreno de Niagara, ta n tô t invo­
quant les psaumes post-punk de N ina Hagen, elle
navigue dans des eaux
LES INNOCENTS
15 NOVEMBRE - BESANÇON
FISHBONE
21 NOVEMBRE - BESANÇON
FFF
30 NOVEMBRE-BESANÇON
P H IL IP P E VAL
7 DÉCEMBRE - BESANÇON
EN PRÉVISION:
T R US T ( V E S O U L , L O N S , C H A U M O N T )
STEPHAN EICHER
ECLIPSE EDITIONS
RECHERCHE PERSONNE
RÉSIDANT PARIS OU RÉGION
PARISIENNE AYANT UNE
EXPÉRIENCE DE U ACHAT
D ’ESPACES PUBLICITAIRE
DANS LE DOMAINE DE LA
PRESSE POUR LE
MAGAZINE ROCKSTYLE.
S! VOUS CORRESPONDEZ À
CE PROFIL DE POSTE :
03 84 58 69 69
Automne 96
9
THE BETURN..
par Frédéric Delage
veut sa
revanche...
"Live At The Roxy” marque le
retour flamboyant du surdoué
de la "french p o p” , après
quelques années de silenceradio et de galères globu­
laires.
Heureusement,
en
retrouvant la vue, Michel Polnareff a gagné comme une
seconde vie. Sa musique
aussi...
Q uelques photos publiées dans un pério­
diq u e à m alsaines sensations nous avaient
renvoyé il y a plusieurs m ois l'im age d'un
hom m e ravagé, fin i, te rm in é , rongé par la
m a la die. En vérité, M ichel Polnareff, enfer­
mé depuis de longues sem aines dans la
ch a m b re d'un grand hôtel parisien, se pré­
p a ra it à vivre l’opération de la dernière
chance, seule capable de le sauver d ’ une
cécité annoncée. Les te n ta tio n s d ’ une fu ite
alcoolisée avaient m êm e achevé de faire de
lui l'om b re de sa renom m ée, le fan tôm e
égaré de sa vraie personnalité. Or, voilà
qu 'a u d é b u t de l'été, un live m iraculeux,
enregistré dans un des tem ples du rock,
rien de m oins que le Roxy de Los Angeles,
nous a ram ené P olnareff tel qu'en luim êm e. Et peut-être m êm e encore m eilleur.
Côté look, la provocation d'un e extravagan­
ce à la lim ite du m auvais goût a cette fois
c h o is i de p ré s e n te r de longs cheveux
blon ds ra id is e t un u n ifo rm e m ilita ire ,
curieuses nouveautés en to u ra n t ces éter­
nelles lucarnes opaques qui fon t de notre
hom m e la seule vedette à devoir enlever
ses lune ttes pour ne pas être reconnue
dans la rue. Côté m usique, le d it live est une
bom be, une claque im p é ria le pour ceux à
qui l'évidence a u ra it encore échappé : Pol­
nareff, l’obsédé rom antiq ue, est un vrai roc­
ker, un ciseleu r de pop-songs haut de
gam m e et de rito urne lles m ajeures. Porté
par des requins qui o n t déserté les te rri­
toires de John M e lle ncam p, M ichael Jack­
son, A lice Cooper, U 2 , W eather Report ou
S im ple M ind s pour v e n ir prêter m ains et
doigts forts au p e tit Frenchie, “ Live At The
Roxy1' redonne l'é cla t du neuf à l'o r pré­
cieux de m élodies qui n’o n t pas v ie illi, au
co n tra ire parfois de leurs arrangem ents o ri­
ginaux. “ La m o uche” , "L’am o u r avec to i",
“ H olida ys” , "Q ui a tué G rand-M am an ?” ,
“ La poupée qui fa it non", "On ira tous au
pa radis” , “ Love me please love m e” ou
“Am e c â lin e ” , pe tites perles éternelles,
re trou vent donc là une brilla n ce inédite.
Quand on aura ajouté que P olnareff chante
à la perfection (la voix, elle, n'a pas pris
MICHU
POINARIM
S
i | mii|M ■
q uni t.-ni
fit il
il m
n
u i
une seule des rides des 51 balais du bon­
ho m m e), q u 'il y a un superbe in strum en tal
in é d it du jo li nom de “ Lee N eddy", que
"Tout to u t pour ma ché rie", - seul titre stu ­
dio de l'a lb u m - est g ra tifié -d 'u n e nouvelle
version reggae, que "Le Bal des Laze" dans une version où la gu itare acoustique
prend le relais des a n tiques claviers - et la
su b lim e “ Lettre à France" n’o n t pas été
oubliés, on com prend que le m ot “ in d is ­
pensable” n’est plus galvaudé à l’ in sta n t de
dé crire l'oeuvre en question. Pour ma part,
je refuse caté goriq uem ent d 'a lle r plus loin
pour vous che rcher le live de l’année...
UN “ MARTEAU-PIQUEUR”
DANS L’OEIL
L'histoire d'u n e te lle résurrection est fin a le ­
m e n t d 'u n e co n fo n d a n te s im p lic ité . Si
M ic h e l P o ln a re ff é ta it resté s ile n c ie u x
depuis 1 9 9 0 et “ K am a sutra” , s’ il a va it un
peu tro p bu, un peu tro p gonflé ju s q u ’à se
polii
IVf ! Il 1*1
141 V I U M
i* n>
u
if SAUI
fi MM;!*
iâfr
10
Rockstyle n° 17
.1 il
Il HMf'. A l*i
IM !•» UN V
1 A Ce
j ÿ
■*
Ij
'
C T. . *
m o ln a rc ff
boursoufler, c 'é ta it ju ste à cause d'une
a ffaire de vue. La s ie n n e , d P D u is d e s
années, é ta it loin d 'a v o ir la lim p id ité et la
transparence de ses m élodies. En clair, Pol­
nareff a lla it de venir aveugle.
L'opération
prom ise, seule chance pour lui de rester
dans le m onde des "n o n -n o n -vo y a n ts " (l'e x ­
pression est de lu i), n'aura pas été une pa r­
tie de plaisir. Il fa u t l’avo ir entendu sur
Canal Plus ra conte r ré cem m e nt à M ichel
D enisot ses souffrances et ses peurs, s u r­
to u t celles suscitées par un s ym p athiqu e
appareil de ch iru rg ie jo lim e n t baptisé “ marte a u -p iq u e u r", po ur com pren dre la valeur
de sa nouvelle vue, la saveur de sa nouvel­
le vie. Toujours e st-il que l'o p é ra tio n a réus­
si et que P olnareff a vite su retrouver une
silh o u e tte plus présentable. Et retrouver sa
m usique. Le 2 7 septem bre 1 9 9 5 ,
c'est
donc au Roxy q u ’ il “ re m e tta it les ga nts” .
C om m e il est précisé dans le livre t du CD,
une seule pe tite ligne dans un calen drie r
des nig h t-clu b s pu b lié cha que jo u r par le
"Los Angeles T im es” a v a it suffi à provoquer
ce soir-là un a ttro u p e m e n t de fans, un m il­
lier d ’entre-eux ch e rc h a n t à rentrer dans
cette salle certes m y th iq u e m ais ne con te­
na nt guère plus de 5 0 0 places. Un an plus
tard, le tém oignage de la soirée reste parm i
les plus fortes ventes de CDs dans le doux
pays qui a vu naître M ichel Polnareff.
C 'é ta it il y a un peu plus d 'u n de m i-siècle,
au coeur du Lot-et-G aronne...
EX-KING DESSIXTIES
Un père m u sicie n, un p re m ie r prix de
conservatoire à douze ans, une révolte ado­
lescente portée par la vague hippy, une
m éthode de g u itare en 10 leçons d o n t il
extirpe les accords sim p lissim e s de “ La
poupée qui fa it non” , des m ois de galères à
gra tte r dans les cou lo irs du m é tro pu is c'est
la céléb rité. Entre 1 9 6 6 et 1 9 6 9 , M ichel
P olnareff aligne les succès et les perles
pops, p la n a n t loin, très loin au-dessus des
gnan-gnan yéyés d ’ une époque au jo u rd 'h u i
propice à toutes les nostalgies. "La poupée
qui fa it non” , “ Love me Please Love m e",
"L’a m our avec to i” , "Sous qu elle éto ile suisje né?", "L’oiseau de n u it", "Ta ta ta ta ” ,
"Ame c â lin e ” , "Le roi des fo u rm is ", “ Le bal
des Laze” (LA c h a nson-culte écrite avec
D elanoë), "R in g -a -d in g ", “ Tout to u t pour
ma ch é rie ", “ La m iche tonn euse ", "D ans la
m aison v ide" : en qu a tre ans, Polnareff c o l­
lectionne les perles pop et les disques d'or.
La recette ? Im p ara ble. Des paroles habiles
et pas p ré te n tie u s e s p o u r deux sous
h a b ille n t des m é lo d ie s s im p le s , a tta ­
chantes, obsédantes, populaires m ais sur­
to u t incro yable m ent inspirées. Pendant que
S heila et Joh nny am usent la galerie des
niais et des boutonneux, la m u siq ue de
P olnareff est la prem ière à proposer une
pop à la française qu i n'a rien, m ais alors
rien du tou t, à envier aux m e ille urs anglosaxons. L'intéressé l'avoue encore a u jo u r­
d 'h u i : ses influe nces n'on t ja m a is lorgné
vers ses pairs com patrio tes. M ais si les
Beatles, rêvons to u t éveillés, ava ie nt été un
groupe fra nçais, P olnareff a u ra it sans doute
été leur McCartney..
CLOCHARD
DES JUMBOS
La décennie suivan te sera plus cha otique .
L’ ins p ira tio n est to u jo u rs là et Polnareff, qui
a cette fois d é fin itiv e m e n t caché son regard
de hibou derrière ses lune ttes protectrices,
n'est pas du genre à se faire oublier. Seule­
m ent, un oiseau de m auvais augure rôde
dans son entourage, profite de la naïveté du
b lo n d in e t poète pour s'en prendre à ses
sous et p a rtir avec la caisse. Poursuivi par
le fisc, P olnareff est ruiné - provisoire m ent
- et risque la prison. Il fu it aux E tats-U nis,
d'où il com posera la fam euse "L e ttre à
France", laquelle n'a pas plus à vo ir avec la
fem m e de M ichel Berger qu'avec un paque­
bot un peu tro p adulé.
Il y aura eu aussi l'a ffa ire de l’affiche, celle
où Polnareff exhibe son derrière, com m e
pour m e ttre en pra tiq u e la thé orie des
jeunes “ peigne-culs" de la chanson de Brel.
En 1 9 7 2 , ce sont les "B ourgeo is" de la
France à P om pidou q u i sont nom breux à ne
pas apprécier...
Côté m u s iq u e , P o ln a re ff co m p o se la
m u siq ue de film s -"L ip s tic k ", "Ca n'arrive
q u ’aux autres” , "La Folie des G randeurs"et p o ursuit une colla b o ra tio n fructueuse
avec le p a rolier to u ch e -à -to u t Jean-Loup
D abadie. Enfin “ b la n c h i” , il revient en Fran­
ce ...p u is repart aux E tats-U nis, co n tin u a n t
à p ro fite r d ’un exil doré et d'u n e vie de
"C loch ard des ju m b o s", d ’ hôtel de luxe en
hôtel de luxe, de silences prolongés en
retours spe ctaculaires...
Dans les années 8 0 , P olnareff se ménagera
ainsi des ap p a ritio n s à doses hom éopa­
th iq u e s ta n d is que son ta le n t continuera de
co lle r à l'a ir du tem ps sans pour au tant
prendre des allures d 'a rtific ie l o p p o rtu n is ­
me. “ T a m -ta m ", “ B ulle de savon” , “ La belle
veut sa revanche", “ Dans la rue” , "V iens te
fa ire c h a h u te r” (rem pla cer ch par s et ôter
le second h ...), "R a d io ", "Y 'a que pas po u­
v o ir q u ’on p e u t", “ G oodbye M a ry lo u ” ,
“ K am a sutra ''...
A u jo u rd ’ h u i, son d e rn ie r re to u r est à
prendre com m e un ré jo uissan t et m alicieux
nouveau tour. Parce que le bonhom m e
dem eure le m e ille u r spécim en - le seul ? de la pop à la française, parce que “ Live At
The Roxy” est sans doute son m e ille ur
disque et bien davantage que la plus séd ui­
sante des co m p ils, parce qu 'o n n 'a u ra it pas
aim é que M iche l P olnareff se noie dans les
ténèbres. Et parce que, pour reprendre sa
propre expression, il ne fa u t pas perdre de
vue ceux qui lui o n t rendu la sienne. M a in­
te n a n t que le père M ichel a retrouvé son
charm e, il lui reste é vide m m e nt à refaire du
neuf. C'est prévu, il s’y attèle et on est de
to u t coeur avec lui. Le jo u r où l'a lb u m sor­
tira , Polnareff, cette fois, tien dra vra im ent
sa revanche.
p oln areff
j
IA H
)M MAHUAD
MCOfft ON AH
H VtU
Automne 96 1 1
DÉCOUVERTE
par Bertrand Pourcheron
1 A m
i
ir
'
lr\\c c *
On a des goûts et
surtout des
influences telle­
ment vastes qu'un
concert de dix
heures ne nous
suffirait pas pour
rendre hommage à
l'ensemble des
combos qu'on
apprécie...
ncore
quasiment
E
inconnus au bataillon
il y a quelques mois de
cela, les musiciens bataves
de Lemur Voice viennent,
avec le puissant "Insights” ,
d ’effectuer une entrée en
fanfare dans la cour des
grands du heavy progres­
sif. De passage à Paris au
tout début de l'automne,
Nathan Van De Wouw, le
débonnaire
batteur
et
parolier du combo, s'est, à
l'occasion d'une discussion
à bâtons rompus ronde­
ment
menée,
prêté
de
bonne grâce au fameux
petit
jeu
des
questions
réponses.
Morceaux choisis ...
12
Rockstyle n° 17
Quel effet cela fa it-il d'être la première formation
européenne signée sur le prestigieux label Magna
Carta ?
Oh, nous som m es bien entendu extrêm e­
m e nt fiers et satisfa its de ce qui nous a rri­
ve. Il s'avère que les d irig ean ts de Magna
Carta che rchaie nt, depuis déjà un pe tit
bo ut de tem ps, à signer un bon groupe
européen afin de renforcer leur position sur
le vieux con tinent. Nous leur avons envoyé
une m a quette au bon m o m e n t et, com m e
ils o n t im m é d ia te m e n t flashé dessus, nous
som m es très vite parvenus à tro u ve r un te r­
rain d'entente intéressant.
Est-ce que ce contrat vous a, d'ores et déjà, ouvert
des plans pour une tournée aux States ?
Franchem ent, c'est encore bien trop tô t pour
en parler. M onter des concerts aux USA
coûte vra im ent la peau des fesses (rires). On
attend d'abord de voir com m ent les ventes
de "In sig hts" vont se com porter. Si les
choses décollent rapidem ent, ce que bien
entendu j'espère de to u t coeur, il sera alors
tem ps d'envisager quelque chose de l'autre
côté de l'A tlantique. So w a it and see ...
Quelles sont vos relations avec Shadow Gallery,
Cairo, Magellan et les autres poulains de fécurie
Magna Carta ?
On adore ce q u 'ils fo n t et Gregoor et Marcel
(N d r : Gregoor Van Der Loo et M arcel Coenen, re pectivem ent c h a n te u r et g u itariste
de leur éta t) o n t eu la chance de bosser
avec certains d'entre eux sur le "T rib u te ” à
R ush, "W o rkin g M a n” . Ils nous o n t d it que
ce sont v ra im e n t de très chouettes types.
On a im e ra it beaucoup les faire v e n ir en
Europe et m o nter quelques gigs avec eux.
M ais to u t ça risque, une fo is encore, de
revenir assez c h e r ...
Nathan, pourrais-tu nous définir l'identité musica­
le de Lemur Voice en quelques phrases ?
Tu sais, je crois bien en fa it qu'un seul m ot
suffira (rires). L 'ad jectif “ progre ssif” résu-
m e, à m on sens,
p a rfa ite m e n t notre
dém arche. On joue un prog' très m usclé et
nous nous sentons profon dém e nt ancrés
dans ce cou rant m usical.
Justement, j'imagine que si vous deviez donner un
jour un show de reprises, calqué sur le modèle de
celui présenté par Dream Theaterau Ronnie Scott's
Club de Londres en janvier 1995, les grands
maîtres de la progressive seraient sûrement à
l'honneur...
Et tu n'as pas to u t à fa it to rt (rires) ... Une
large place serait en effet sans doute réser­
vée à Zappa, aux Dixie Dreggs ou au Floyd.
Ceci éta nt, on a des goûts et su rto u t des
influences te lle m e n t vastes qu'un concert
de dix heures ne nous s u ffira it pas pour
rendre hom m age à l'ensem ble des com bos
qu'on apprécie (rire s)... Euh, tu n'aurais pas
p lu tô t une autre qu estion ?
Si, ça tombe bien (rire s )... Tes textes sont assez
directs et tranchent avec l'imagerie heavy-progressive habituelle. Dans quels domaines puises-tu
ton inspiration ?
E ssentiellem ent dans la vie qu o tid ie n n e . Tu
sais, je ne suis pas très a ttiré par les
paroles po litiq u e s ni par la science fictio n .
Je préfère de loin pa rler de diverses expé­
riences vécues au jo u r le jo u r et ten ter
d'analyser leur incidence sur le fil rouge de
l'existence.
Nathan, quels sont aujourd'hui les principaux pro­
jets de Lemur Voice ?
Eh bien, on va fa ire le m a xim um pour to u r­
ner le plus possible car on est avant to u t un
groupe live. L'on viendra du reste sans
doute en France vers la fin de l'année. Dans
le m êm e tem ps, on bosse sur de nouvelles
com pos, avec une ap proche sans doute un
peu plus exp érim entale que sur “ In sig h ts” .
Q uoiqu'il en soit, rien n'est encore bouclé et
il est bien tro p tô t pour dire ce à quoi res­
se m b le ra
p ré c is é m e n t n o tre p ro c h a in
albu m ...
DÉCOUVERTE
D
r n
iI/ Q
n
no
par X avier Fantoli et
Yves B aland ret
roken Edge : la révolte. Entretien avec Lio­
B
nel Marquez, bassis­
te, et Chris Savourey, guita­
riste, qui sans mâcher leurs
mots, nous ont offert leur
vision pas vraiment optimis­
te de la scène thrash françai­
se, à l’occasion de la sortie
de leur album "Cold Lies” .
Quelques coups de gueule et
beaucoup de sensibilité...
Après avoir beaucoup joué en France, quel est votre
prochain objectif avec ce nouvel album, "Cold
Lies" ?
On va beaucoup dém archer pour avoir une
d is trib u tio n à l'étranger. L'A llem agne, le
Bénélux et les pays S c a n d in a v e s offrent une
grande scène métal où notre style pourrait
très bien marcher, et surtout nous sauver...
Qu'est-ce qui a évolué dans le groupe depuis
“Hate" ?
Les com positions, déjà. Grâce à l'arrivée de
Chris. Pas pour les cachets ! (rires) Chris fa it
m a in te n a n t pa rtie intégrante de Broken
Edge.
Chris, est-ce que ça signifie que tu vas abandonner
ta carrière solo ?
Non. Dans l’im m é diat, on donne la priorité à
la prom otion de l’album de Broken Edge et
essayer de nous faire connaître un peu
m ieux. Pour ma carrière solo, je pense que
ça peut m 'ap porter beaucoup.
Qu'est-ce que tu attends personnellement d ’un
groupe comme Broken Edge ?
Quand les mecs de Broken m ’on t essayés,
j ’avais déjà craqué sur "H ate ". Je leur avais
proposé mon aide avant, pour certaines par­
ties solo et pe tit à petit, je me suis intégré au
groupe car j ’avais vra im ent envie d'en faire
partie. Mais l'un n’em pêche pas l’autre. J'ai
fa it mon projet solo car avant je n'avais pas
de groupe avec qui ça c o lla it vraim ent.
M aintenant, ça roule !
Mais nous sommes mal­
gré tout conscients que
l'option musicale que
nous avons prise aura
du mal à marcher en
France. Il faudrait plu­
tôt lorgner du côté des
pays de l'Est. A ce sujet,
nous cherchons un
management et un tour­
neur... On attend des
propositions !
La musique de Broken Edge est pourtant à des
années lumières de ton style en solo...
Oui, et c'est intéressant. D’ un côté la
m usique agressive et puissante de Broken
dans laquelle tu peux t ’éclater à fond. D'un
autre côté, c’est très bien de faire des trucs
plus m élodiques, plus accessibles. Mais on
est tous pareils : certains jours, on a envie
de faire des choses plus cools que d ’autres.
Ce qui est d ifficile, c’est de m élanger les
deux. Sur mon dernier album solo, les m or­
ceaux chantés sont vraim ent différents du
reste, ce sont deux choses distinctes. Avec
Broken Edge, on privilégie la puissance, ce
qui ne m 'em pêche pas quand je suis chez
moi de me faire égalem ent plaisir en com ­
posant d'autres mélodies, voire du blues. Je
trouve ainsi un certain équilibre. Et même si
nous avons des goûts en com m un, je n'ai
pas envie de dénaturer la musique de Bro­
ken Edge avec mes goûts bluesy, par
exem ple...
Comment vous situez-vous par rapport à des
groupes comme Crusher ou Massacra ?
Ces groupes, avec Loudblast, on t tendance à
suivre la mode. Ils faisaient du death métal
à la grande époque du death, m aintenant ils
se sont calm és et font du power m étal à la
Pantera. On ne peut pas reprocher son évo­
lution à un groupe, mais ça fa it très oppor­
tuniste quand même. Nous, nous avons tou­
jours fa it du Broken Edge. On est toujours
restés dans notre tru c et on continue ainsi.
Ifos projets immédiats ?
En novembre, nous allons vraisem blable­
m ent enregistrer une interview et deux titres
live avec Francis Zégut pour “ Blah Blah
M étal" sur MCM. M ais nous som mes malgré
to u t conscients que l’option m usicale que
nous avons prise aura du mal à m archer en
France, il fa u d ra it plu tô t lorgner du côté des
pays de l’ Est. A ce sujet, nous cherchons un
m anagem ent et un tourneur... On attend des
propositions !
Automne 96
13
DÉCOUVERTE
par Bruno Versmisse
I" 'û n n
g ro u p e q u i ne jo u e pas de g u ita re , de
b a tte r ie e t de basse a - t - i l sa place dans
u n e revu e t r a it a n t de ro ck ? A l'é c o u te
de E le n d , les fans de g o th iq u e e t de p ro g res s if to m ­
b e n t d 'a c co rd ... q u a n d ce ne so n t pas les a m a te u rs
de m u s iq u e
classique.
G roupe in classable,
Elend
ra llie les suffrages les plus divers grâce à des s y m ­
p h o n ie s cauchem ardesques a u x c o n s tru c tio n s e x a l­
ta n te s e t com plexes. A vec le u r second a lb u m , "Les
T énèbres d u D e h o rs ", ces fra n c o -a u tric h ie n s b o u s ­
c u le n t to u te s les c e rtitu d e s . Dead Can Dance n 'e s t
plus se u l, laissons p a rle r A le x a n d re Is k a n d a r H asn a o u i, le a d e r de c e tte é tra n g e fo r m a tio n ...
Raconte-nous la genèse d'Elend, son histoire jus­
qu'aux "Ténèbres du Dehors"...
Nous avons fondé le groupe en 1 9 9 3 ,
Renaud et m oi, avec l’ idée de com poser un
Office des Ténèbres, c'est-à-dire un concept
s’étendant sur trois album s avec une violen­
ce croissante d'alb um en album . Nous avons
écrit dès le début
les paroles des trois
album s et défini leur orientation m usicale.
En 1 9 9 4 , le prem ier volet du triptyque,
“ Leçons de Ténèbres” , est sorti sur Holy
Records ; juste avant l’enregistrem ent nous
avions rencontré Eve Gabrielle qui assurait
les parties vocales soprano sur ce prem ier
disque. Elle n’a m alheureusem ent que très
peu participé aux séances d ’enregistrem ent
du deuxième album - “ Les Ténèbres du
Dehors” - parce que ses études ne lui lais­
saient plus assez de tem ps à consacrer à son
cha nt et au groupe. Par bonheur, nous avons
rencontré N athalie une sem aine avant l'enre­
gistrem ent et c’est elle qui a réalisé 9 0 %
des parties vocales fém inines sur l'album .
Depuis, Eve Gabrielle a qu itté le groupe. La
com position du troisièm e et dernier volet de
l’Office est m a intenant assez avancée et
nous som mes en train de négocier un nou­
veau con trat avec plusieurs maisons de
disques, nous n’avons pas encore fa it notre
choix...
Elend semble être le fleuron d'un genre nouveau
dans le monde du rock et pourtant Elend, ce n'est
pas du rock ! Explique-moi comment une musique
aux consonances classiques recueille un tel
engouement ?
Je serais bien en peine de te répondre. Nous
ne l'expliquons pas vraim ent, ça arrive et
c’est fantastique pour nous. C'est une recon­
naissance certaine qui nous m ontre que
nous ne nous étions apparem m ent pas tro m ­
pés en com posant ce genre de m usique et en
m isant sur l'origin alité. Cela nous encourage
L'underground est un véri­
table vivier créatif duquel
peut émerger le meilleur
comme le pire.
14
Rockstyle n° 17
à continuer dans cette voie et à aller encore
plus loin, et c ’est ce que nous faisons. Il est
sûr que nous n’avons pas grand chose à voir
avec un groupe de rock, m ais notre musique
s'intégre m algré to u t assez bien à la musique
populaire, notam m ent depuis que le concept
de m usique alternative a pris to u t son sens.
Il y a désorm ais une vraie place pour les
groupes hors normes. De ce p o in t de vue, je
pense que nous som m es en phase avec les
goûts du pu blic : d ’au tant plus que le
gothique revient en force, et que la musique
populaire atm osphérique et orchestrale com ­
mence à être pa rticulièrem en t appréciée,
même si notre m usique est par tro p som bre
et violente pour le grand public. Dead Can
Dance éta it le seul groupe à avoir proposé
une m usique populaire orchestrale sombre,
mais ils o n t qu itté cette voie il y a de cela
plusieurs années. Leur public les su it parce
que c’est un groupe fantastique et m agique,
mais il n'em pêche q u 'il y a une demande
réelle pour ce genre de m usique orchestrale
som bre et qui reflète une quête réelle de spi­
ritu alité. Il y a une place à prendre, c’est
cla ir !
Puisqu'on parle de Dead Can Dance, que penses-tu
de leur musique ? Vous sentez-vous proches d ’eux
musicalement parlant ?
J’adore leur m usique, c'est le seul groupe
do nt j ’écoute la m usique quasim ent en per­
manence. Sans eux, il n’y au rait probable­
m ent jam a is eu Elend. J’avais depuis long­
tem ps l'envie de com poser de la m usique
dans ce style avant de connaître DCD, mais
je ne com m ençais jam ais. Lorsqu'on m 'a fa it
d é couvrir ce groupe, avec “ W ith in The
Realm Of A Dying Sun’’ , ça a été le déclic et
je me suis rendu com pte que le fa it de com ­
poser ce genre de m usique avait un sens.
C’était exactem ent le genre de m usique que
j'avais envie d ’écouter ; alors, lorsque je me
suis rendu com pte q u ’ils n’avaient com posé
q u ’un seul album dans ce style, je m ’y suis
mis. Il fa lla it que je réalise ma propre
m usique. Il y a de grandes différences m usi­
cales entre nos deux groupes, notre seul
point com m un en fa it c'est la m usique
orchestrale populaire et m élancolique. Nos
morceaux ne sont jam a is sereins, même
lorsqu'ils sont lents il y a toujours une te n ­
sion, il y a toujours quelque chose de m ena­
çant qui rôde, com m e l’attente de l’ inconnu,
l’attente de quelque chose qui ne veut pas se
dire. Tandis que eux, par la grande s im p lic i­
té de leur m usique, ils parviennent, avec une
économ ie de moyens qui frôle souvent le
m inim alism e, à une sorte de beauté m usica­
le évidente et sereine qui tie n t presque du
m ira cle...e t qui nous est interdite, parce que
nous ne savons pas com poser de m usique
sim ple com m e la leur. Peut-être ne sommesnous pas encore prêts à le faire. Je veux dire
que pour le m om ent, nous ne pouvons envi­
sager notre m usique autrem ent que sous le
rapport d ’une tem poralité dram atique, avec
de nom breux développem ents, contrastes et
effets théâtraux, alors que la sim p licité de
Dead Can Dance ne peut se concevoir que
sous le rapport d'une tem poralité extatique.
C'est une m usique de laquelle la notion
d ’événem ent est, à de très rares exceptions
près, bannie ; alors que la nôtre est une suc­
cession d'événem ents. Enfin, pour expliquer
mon engouem ent pour ce groupe je dirais
qu'on désire toujours ce q u ’on ne possède
pas...
Tout ce qui est gothique, doom ou death est en train
de sortir de l ’underground. Crois-tu que ces mouve­
ments puissent générer d'autres surprises du type
de Elend ?
Je n’y vois en to u t cas pas d ’im possibilité.
L’ underground est un véritable vivier créatif
duquel peut ém erger le m e ille ur com m e le
pire. Il y a d ’ailleurs de plus en plus de
groupes qui com posent une m usique appro­
cha nt celle de notre prem ier album (la vio­
lence en m oins). En to u t cas ce qui est sûr,
c’est que notre re la tif succès com m ercial
incite les labels à signer ces groupes alors
q u 'il y a to u t juste quelques années, ça ne
serait jam a is arrivé. Le seul problèm e avec
l’undergrouna, c’est q u ’il ne fa u t pas s’y
com plaire et q u 'il fa u t en sortir, sinon un
groupe n'a aucune véritable perspective
d’avenir.
Elend pourrait-il inclure dans un prochain album,
les instruments traditionnels du rock ou bien se suffit-il à ses envies sous cette forme musicale ?
Non, je ne pense pas que nous inclurons un
jo u r une form ation rock dans la m usique
d'E lend. Il est sûr néanm oins que nous cha n­
gerons d 'o rie n ta tio n après l'O ffic e des
Sans
Dead Can Dance,
il n'y aurait proba­
blement jamais eu
Elend.
Ténèbres ; nous passerons à de plus petites
masses in s tru m e n ta le s , les in s tru m e n ts
solos et les voix seront beaucoup plus m is en
avant. Nous d é la issero ns les grandes
masses orchestrales et les choeurs massifs,
pour une m usique plus intim iste , m ais pas
plus sim ple pour au tant. Pour ce qui est de
la sim p licité et du "ro c k ", nous com posons
des titres pop-folk pour notre plaisir person­
nel, ils ne circu le n t qu 'e ntre nous. Des chan­
sons toute sim ples : une guitare, une ou
deux voix, quelques nappes, quelques per­
cussions. Cela nous perm et de garder un
certain éq uilibre face à la com plexité des
morceaux de Elend, et ça nous aide à ne pas
devenir fous en écriva nt ces p a rtitions à 2 4
portées.
Holy Records semble avoir mis le paquet sur vous et
vous a octroyé un budget confortable pour votre
dernier CD. Qu'est-ce qui leur plait chez Elend ?
ils nous ont donné le m axim um et nous leur
rendons le m axim um puisque “ Les Ténèbres
du Dehors" est leur best-seller. Quant à
savoir ce qui leur plaît dans notre musique,
je crois que ce n’est pas à moi de le dire, le
plus sage serait de le leur demander. Ce que
je sais avec certitude , c'est que P hilippe et
Séverine, les com pétents créateurs du iabel
que vous connaissez, ont une goût prononcé
pour l’orig inalité et la créativité.
Votre inspiration tire tout ou presque d ’un attrait
pour la mort, le morbide et la mélancolie profonde.
Quelle force vous pousse dans cette direction ?
Il n’y a rien de m orbide dans notre vision de
la m ort. La vision que nous en avons est
celle d'une réconciliation éternelle de l'espa­
ce et du tem ps, d'un e fusion avec cet infini,
du repos ; seule reste, com m e m om ent
négatif, la m élancolie de ne pouvoir accom ­
p lir cette réconciliation dans la vie, qui reste
sous le signe de la scission et de l’hétéronom ie. Je crois que la seule force qui nous
pousse c’est juste m ent cette “ furor m elancho licu s” , décrite à la Renaissance dans le
cadre de la théorie des Quatre Tempéra­
ments.
Les membres d'Elend semblent porteurs d'un baga­
ge technique et musical époustouflant. Quel chemin
avez-vous suivi et quelles sont vos inspirations prin­
cipales ?
Non, nous n'avons pas de bagage technique
très im po rtan t, nous avons suivi le cursus
normal d ’élèves de conservatoire : cours de
solfège, orchestre et pratique instrum entale.
Nous avons arrêté de suivre les cours bien
avant les cours de com position et d ’analyse
m usicale qui auraient pu nous être très
utiles. La chose la plus im po rtan te pour
nous c’est l'im agin ation , c’est notre m oteur
et la base de notre m usique. La technique
est secondaire et vient bien après, elle nous
perm et de concrétiser nos rêves m usicaux.
Lorsque la technique nous m anque pour réa­
liser ce que po urta nt nous entendons en
nous, nous allons consulter les pa rtitions de
com positeurs qui ont pu réaliser des effets
approchant et nous apprenons. Nous appre­
nons sur le tas, du coup notre m usique ne
peut que progresser avec nous. Certes, nous
perdons beaucoup de tem ps, parce q u 'il
nous arrive de devoir attendre 6 m ois avant
de pouvoir concrétiser une idée, alors q u ’un
com positeur bien form é le fe ra it en une
heure, m ais ça nous perm et de garder une
certaine fraîcheur face à la m usique et une
curiosité toujours en éveil. La seule person­
ne à avoir une form ation technique “ épousto u flante " dans le groupe, c'est N athalie.
Elle est d'ailleu rs concertiste professionnelle
en dehors d ’ Elend. Et quand on la vo it chan­
ter on se d it que le cha nt est vra im ent une
expérience extatique et m ystique, ça a l’air si
sim ple, si évident et si na turel...alors que
c’est tou t sauf évident ! Pour ce qui est des
inspirations, nous nous im prégnons de tout
ce que nous écoutons et nous le faisons
nôtre lorsque nous com posons. C’est la
fusion de toutes nos expériences musicales
et extra-m usicales, qui est unique, qui fa it la
spécificité de notre m usique. Le point le plus
im p o rta n t c ’est de garder une a ttitu d e
hum ble par rapport à la m usique. Lors de la
com position, il faut s’anéantir suffisam m ent
pour la laisser passer et parler en soi, q u 'e l­
le vienne presque au tom a tique m ent sous les
doigts, qu'elle ne fasse plus qu'un avec la
rêverie. L'hum ilité est la clé.
Vous intéressez-vous à l ’histoire des religions et des
croyances ? Le Christianisme sera-t-il toujours
votre seul source d'inspiration ?
Le C hristianism e conditionne toute notre cul­
ture, et il y a une puissance dém iurgique
dans la sym bolique chrétienne qui est assez
fascinante et qui charrie un im aginaire par­
tagé. Cela nécessite très peu d ’explicitations,
on sait où on se trouve. Par ailleurs cela lais­
se le cham p libre pour des décalages, des
décentrem ents et des changem ents de pers­
pectives assez intéressants. Notre thé m a­
tiqu e n'est d'ailleu rs que faussem ent chré­
tienne, ce do nt il est question, c'est d'une
ten tative pour tue r le dieu que chacun porte
en soi et qui, en Occident, a les caractéris­
tiques cultu relles génériques exprimées dans
la Bible. Nous n'en avons pas fin i avec le
C hristianism e. Mais le C hristianism e n’est
que la face cachée de l’iceberg, en fa it dans
les textes je ne fa it que parler de m oi. C’est
q u e lq u e chose d o n t nous avons pris
conscience récem m ent. Tous mes textes ne
font que parler de la m êm e chose sous la
tram e narrative et sym bolique apparente...
Vous utilisez trois langues (anglais, français, latin).
Est-ce pour mieux dérouter l'auditeur ?
En fa it au début nous voulions respecter la
d ive rsité lin g u is tiq u e des “ Leçons de
T é nèbres”
du
XVIIèm e
siècle
qui
em ployaient l’ Hébreu pour de longs dévelop­
pements m élism atiques, le latin pour les ver­
sets, souvent sous la form e de motets, et
donc dans le style syllabique, et le français
pour le titre des Leçons. M ais nous n'avons
pas retenu ce principe d ’opposition pure­
m ent musical car nous voulions à to u t prix
éviter les dém onstrations de virtu osité voca­
le auxquelles les vocalises obligées d'un pur
m élism e a u raien t nécessairem ent donné
lieu. Nous lui avons donc substitué un prin­
cipe thé m atiq ue d ’opposition. Nous avons
utilisé certains choeurs d ’une m anière com ­
parable à celle des tragédies grecques clas­
siques.
Vous n'avez qu’un seul conceri a \'otre actif, je crois.
Peut-on espérer vous voir bientôt sur scène ou la
"carrure” de votre concept interdit-elle une tour­
née ?
Effectivem ent, nous n'avons donné qu'un
seul concert, en avril 9 5 à Reims, et depuis
nous avons refusé toutes les offres qu'on
nous a proposées. Nous avons réellement
envie de tourner, m a is nous préférons
attendre et gagner en popularité pour avoir
accès à des budgets conséquents et à des
salles de concerts de bonne capacité. Je
dirai que la scène est vra im ent l’aboutisse­
m ent de notre m usique dans le sens où notre
concept se prête naturellem ent à une exploi­
tation théâtrale. Mais il fa u t savoir être
patient pour pouvoir être en mesure de don­
ner toute sa dim ension à notre future presta­
tion. Nous voulons vra im ent que les gens qui
viendront voir Elend sur scène en gardent un
excellent souvenir.
Automne 96
15
ON TOUR...
par Frédéric DELAGE
v \n n
C n m ^ n n
Le "Thrakattak Tour” n ’aura pas seulement permis
de ressusciter l’homme schizoïde du 2ième siècle :
King Crimson y aura atteint une sorte de sauvage
plénitude, une perfection racée hallucinante.
Mais jusqu’où s’arrêtera-t-il ?
16
Rockstyle n° 17
On n ’attendait plus King Crimson cette année. Un an
après "Thrak" et quelques mois après le live
“B’Boom", il semblait écrit qu'une nouvelle paren­
thèse devait s'ouvrir dans l ’histoire d'un règne aussi
ancien qu’inconstant. Et puis voilà qu’a débarqué en
juin dernier ce satané (voire satanique) '‘Thrakat­
tak'', disque d ’improvisations live autour du mor­
ceau "Thrak", album décapant mais quasieffrayant.
"Précise bien dans ton article que ce disque
est d ’abord à d e s tin a tio n de ceux qui
connaissent déjà le groupe. Ceux qui veulent
découvrir King Crimson par un live feront
mieux d'acheter “ B’ B oom ".”
C onfortablem ent installé devant un café au
nuage de lait dans le luxueux salon de l’ hô­
tel “ Stéphanie" de Bruxelles, Bill Bruford
s’a cq uitte p o lim ent des obligations de l’ inter­
view é. Assis à cinq mètres de nous, mais
évidem m ent inabordable, Robert Fripp ne
détache plus son regard pénétrant des pages
d'un livre. Quelques secondes plus tôt, il
éta it po u rta n t venu en personne nous appor­
ter sur un bout de papier l'adresse de D isci­
pline G.M Records. Sans un m ot, sans un
regard. A la scène com m e à la ville, le génial
m onsieur Fripp n'est pas réellem ent ce qu'on
appelle un "co m m e rcia l” . Mais ça, on le
savait déjà. Un B ill Bruford même m oyenne­
m ent luné n’a donc aucun mal à se m ontrer
plus volubile. Et en profite pour jete r un
regard apparem m ent dénué de toute nostal­
gie sur son propre passé...
BILL BRUFORD:
“ LE ROCK PROGRESSIF,
C’EST JUSTE UN MOT”
l'histoire de Crimso (“ M ais tu connais déjà
to u t sur King Crimson, il n'y a rien à ajou­
ter..."), Bruford repart vers le bar. Un peu
plus loin dans son fau teuil, Robert Fripp
continue sa lecture, im m o bile et im p e rtu r­
bable telle une statue de m arbre...
22 ANS APRES,
LE RETOUR
DU “ MONSTRE”
Quelques heures plus tard, le palais de
Beaux-Arts de Bruxelles copieusem ent rem ­
pli vibre aux rem uants accents de “ Thela
Hun G injeet", brûlante entrée en m atière de
l’anim al royal. Ce soir-là, "T h ra k" et “ D isci­
pline" seront les album s les m ieux représen­
tés, avec quelques soniques incursions du
côté de "R ed", "B eat “ et “ Three Of The Perfect P air” . Un peu plus d'un an après sa
naissance/reconnaissance, le King Crimson
des années 9 0 sem ble avoir acquis com m e
un surcroît de m aturité, frô la n t une perfec­
tion qui n'est pourtant jam a is form elle. Le
duo de batteurs M astelotto/B ruford se mue
parfois en sidérant duel. Adrian Belew, plus
excité que jam ais, n’en fin it pas de faire
vibrer sa voix et de tritu re r ces sons im pro­
bables ja illis de guitares possédées. “ Ind isci­
pline ", “ Red” , “ D inosaur", “ V room ” , "One
Tim e” , “ N eurotica” ... King Crimson prend
soin de toujours pratiquer son éclectism e fo r­
cené en poussant constam m ent au m axi­
m um le bouton intensité. L'im provisation
sauvage qui su it “ Thrak" fa it alors basculer
la n u it dans la chaleur m oite et fébrile d'un
enfer vra im ent fracassé. Le pu blic, jusqu 'ici
Je sais aussi que je ne
retravaillerai plus jamais
avec Jon Anderson : le pro­
blème avec lui, c'est qu' il
dit blanc avant de faire
noir.
déchaîné, s’en incline de respect, ensorcelé.
Et il y a encore ce retour "h isto riq u e ". Un
m ois auparavant, c’est dans l’anonym at
d ’une petite salle bordelaise inaugurant la
tournée que ce "m o n stre ", ce morceau
m yth ique entre tous, avait fêté son retour au
term e de 2 2 ans de totale absence scénique.
Mais oui, quatre ans avant l’an 2 0 0 0 , "2 1 s t
cen tury schizoïd m an" est enfin revenu hur­
ler sa furieuse schizophrénie dans la bouche
du nouveau King Crimson. Evidem m ent, de
précieux frissons viennent alors s’ im m iscer
sur les échines des sujets. Au term e d ’une
ultim e démesure, celle d'un "Larks' tongue in
aspic part 2 " m ajestueusem ent vom i, le roi
pourpre tire sa révérence. M astelotto, Gunn,
Bruford, Belew et Levin saluent la cour, aussi
ravis q u ’elle. Seul un pe tit hom m e barbu à
lu n e tte s s’éclipse d iscrè te m e n t sans un
geste, en passant derrière la batterie. Robert
Fripp. Vous avez d it schizoïde?
L’aventure Yes 1
“ C om m e King Crimson, c’était un groupe
intéressant et je ne regrette pas d ’en avoir
fa it partie. Mais je sais aussi que je ne retra­
vaillerai plus jam a is avec Jon Anderson : le
problèm e avec lui, c'est q u ’ il d it blanc avant
de faire noir. C'est devenu im possible de
com pter vra im ent sur lui. Et puis il sort
beaucoup trop d ’album s ces derniers tem ps :
et pas seulem ent pour des raisons a rtis­
tiqu es.”
L’épisode Genesis, il y a tout juste vingt ans 1
“ Les gens du groupe étaient vra im ent très
sym pas, je n'ai jam ais eu de problèm es avec
eux. M ais j ’avoue ne jam a is m 'être senti
concerné par la m usique de Genesis. Tu sais,
pour m oi, le rock progressif n'est q u ’un mot,
c'est tout. Je n'ai jam ais vibré en jo u a n t pour
Genesis. Alors, j ’ai rem pli mon con trat pen­
da nt six mois et puis je suis p a rti..."
L’éventuelle relormation de UK ?
"Tu me dis que John W etton aurait annoncé
ma pa rticipatio n ? C'est de la foutaise. Par­
fois, les gens m entent volontairem ent aux
journalistes en pensant que leurs fausses
déclarations perm ettront à leurs désirs de
devenir réalité. Je crois que UK s'apprête
effectivem ent à sortir un a lbu m ...a u Japon.
Et je crois que le batteur du groupe, ce sont
des m achines et des boîtes à ry th m e ..."
L’avenir de King Crimson 1
"Après la tournée "T hraka ttak", nous allons
un peu nous reposer et nous consacrer à
d 'a u tre s projets. Je pense q u ’ il fau dra
attendre à peu près deux ans le nouvel
album stud io."
(N dr: signalons quand m êm e que devrait
s o rtir très b ie n tô t chez D is c ip lin e G.M
Records “ E p ita th ", un prem ier album d ’ar­
chives crim soniennes avec des titre s live
enregistrés en 1 9 6 9 ).
Après avoir jeté un coup d'oeil sur les pages
de “ Rockstyle” consacrées l’an dernier à
Automne 96 1 7
DECOUVERTE
\ A / \ 111
par Bruno Versmisse
^ r ^ vn -H "n
q
chanteur des Flandres
L
,
artiste des Flandres aim e sa terre et revendique
ses racines haut et fort sans pour a u ta n t lire un
régionaliste forcené. Après une carrière qui l’a
mené aux marges d ’ un rock progressif sans conces­
sions (ART ZOYD et MOSAÏQUE), W illiam a dérivé d o u ­
cem ent vers une chanson naïve et lucide (term es qui
ne sont pas inco m p atib les). A 45 ans, ce doux m in ia ­
turiste de la condition hum aine présente son second
a lb u m
en c o m p a g n ie de sa « C om pag nie»,
fidèle
b an de d ’allumés virtuoses qui m aq uille jolim ent ses
truculentes historiettes. Avec un air de Brel dans le
regard et la tendresse q u 'il porte à ces gens du Nord,
W illiam nous parle un peu de lui, au passé, au présent
et au futur. En brossant à coups de p inceaux in ti­
mistes, un tab leau de carrière bohèm e et sans p ré te n ­
photo : J.-M; Fourdrin
tions.
Tu as joué une musique d’accès difficile au cours des
70's et maintenant tu décris des choses de tout les
jours en chantant simplement mais tu as gardé une
identité musicale originale..
Il y a toujours un carrefour dans une carrière.
On passe toujours de trucs sim ples à des
choses plus difficiles. On a souvent l’im pres­
sion de pouvoir gravir des paliers parfois mais
que le travail, cette petite marche qui diffé­
rencie une m usique élaborée, progressive
d'une musique classique contem poraine, qui
peut être intéressante, donne l’impression
d ’ un sim ple échelon à fra nchir mais ce n’est
pas vrai ! Et plus tu grim pes dans la tech­
nique, plus les derniers centim ètres sont d if­
ficiles à passer. J’ai joué un tem ps dans
MOSAÏQUE, en région parisienne. Six heures
de répét' par jour, ascèse, riz com plet, tout le
tru c sérieux c’était l'époque... Je jouais de la
basse, j ’avais l’impression de faire du sport I
Je vivais des m om ents difficiles et en arrivant
chez eux (on était en com m unauté), je me
suis d it q u ’il fa lla it que je fasse quelque
chose de plus rigoureux. C 'était la période
Magma, M ahavishnu, très balaise tech nique­
ment. J’aimas bien les gars mais pas trop
leur m usique. J'ai eu du mal à la jouer au
départ, je sortais d'une période rasoir, très
planante, pas trop technique. Alors là, il a
fallu que je bosse, que je m ’accroche pour
suivre, c'éta it très am éricain et en même
tem ps, fo rt influencé par Magma. Je me suis
dit, ta n t que je n’arriverai pas à jouer cette
m usique, je resterai et quand j ’y suis arrivé,
je suis parti ! Quand j ’ai arrêté MOSAÏQUE,
j'avais acquis un sacré bagage et j ’étais prêt
pour autre chose, plus dans mes cordes !...
Mon grand-père qui était un peu
bourré un soir, est mort comme
dans la chanson de Brel. En ren­
trant, il s'est cassé la gueule !...
18
Rockstyle n° 17
Tu aimes les musiques classiques contemporaines
mais tu as joué des musiques assez raides à avaler,
non ?
A une époque, je suis parti dans un truc vrai­
m ent pointu, genre Dutilleux. Je suis allé voir
à Lille la création m ondiale de son quatuor
«Ainsi la nuit». Dans la salle, au m axim um
1 0 0 personnes du genre imper, pipe et che­
veux en brosse, des types qui suivaient le
concert sur papier, note par note I A l’entrée,
on m ’a dem andé si je ne m ’étais pas trom pé
d ’endroit, vu mon allure !! Personnellement,
j ’adore ce type de m usique m ais çà dem an­
de de la culture musicale, un m inim um tout
au moins. Il faut des étapes pour arriver à
digérer ce genre de choses.
Et maintenant, tu écris ce qu'on appelle des «chan­
sons à texte» où les Flandres, ta région natale, occu­
pent une importance évidente...
J’ai pas envie d ’aller tuer les gens avec mes
problèmes. Ce sont ceux de to u t le monde.
Ce qui est bien, c’est la façon de les raconter,
toucher les gens et connaître dans les faits,
leur manière de vivre. Les thèm es exploités
sont les mêmes depuis la n u it des tem ps:
amour, courage, déception... Ce qui change,
c ’est le contexte. On ne peut tout raconter de
la même façon. Tu vois, «Le tango de l’enter­
rement du cirrhosé» malgré la gravité, ce
n’est pas trop triste. J. Brel a chanté à 9 0 %
les Flandres et quand il parle de ces gens-là,
moi, je les connais ! «Le père dans son cadre
en bois, q u ’est m ort d ’une glissade» et bien,
mon grand-père qui était un peu bourré un
soir, est m o rt com m e çà, en rentrant, il s’est
cassé la gueule !... Vers 14 ans, j ’aim ais bien
Brel et les Beatles et à cette époque-là, Brel
avait les cheveux longs alors je me sentais en
phase avec le personnage ! (rires).
Et ta manière d'écrire ?
J ’écris ce q u ’on appelle les «chansons», les
textes principalem ent m ais aussi une stru c­
ture m usicale. Je crois que les gars du grou­
pe, ce n’est pas trop leur tru c, de toute
façon. On travaille ensem ble à p a rtir de la
m élodie, de l’ harm onie et la construction
générale. Sur scène, c’est assez différent, à
pa rtir d ’un morceau de trois m inutes sur
disque, on arrive parfois à une durée de
douze ! On rajoute des solos un peu partout
et çà, c’est le plaisir de la scène. Mais çà
devient lourd tech niquem ent, sur un concert
il faut quand m êm e respecter des bases et
quand on «déborde», à la table et aux
lum ières, c’est d u r à suivre et c ’est un peu
chian t... On do it s’en te n ir m algré to u t à un
tableau de m arche. Pour m oi, un concert ne
d o it pas ressembler à celui du lendem ain ou
de la veille. Les gens ne sont pas les mêmes,
parfois on se sent mieux ou m oins bien, çà
dépend... On pense que ce sera la galère et
l’accueil est te lle m e n t sym pa m algré la
fatigue que le concert devient fantastique,
alors que l’on pensait que ce serait raté. Le
groupe fa it le d iffic ile sur sa prestation mas
on a un seuil au-dessous duquel on ne doit
jam ais descendre par rapport au respect du
public.
Et ton pays, le Nord, la Flandre, c ’est une inspiration
primordiale dans tes disques. Comment est perçue
cette identité très forte ?
Quand je joue ailleurs que dans le Nord,
prends la Provence par exemple alors là, c’est
carrém ent l’exotisme ! Pour les gens, tu
représentes la Flandre, un autre m onde tout
là-haut dans le froid et la brume et çà, ils
aim ent , être dépaysés, çà leur plaît... Je me
prépare à faire de la m usique mécanique et
peut-être cha nter en néerlandais. Parce
qu’ici, dans les Flandres au sens large, il y a
to u t un tra ditionnel, un folklore pas très bien
exploité et m atière à travailler dans ce sens.
C'est cela qui m 'intéresse... J'aim erais faire
un truc bilingue. Il y a tellem ent de gens qui
écoutent du rock en anglais et qui ne com ­
prennent pas un m ot ! A ce tarif-là, je pour­
rai aussi bien chanter en néerlandais q u ’en
papou, ce n’est pas un problèm e ! Il faut que
la m usicalité soit forte, voilà tou t !
« ’ssrsfe**
N^
lu - c p r
^7 rn
/ r^ -rrrr^
7
VA
m
i
r nr? C u
r{ rdtip%
rft.fA-. rrrrr d> V
.£ %&
\
î% [ W f^ T l:
\
ült^ ait (f ï^ e j r î^ ii album de
.ck (Wright >s BRfKEN CHIÏTA” _______
fepCK BULLETIN D’ABONNEM
BULLETIN D’A B O NNEM ENT, à découper, photocopier ou recopier et à envoyer à
ü o c k it y le A bon n r m e n t » . 2, A llé e des G la ïe u l» - 2 5 0 0 0 B esançon
Pour la F ra n c e i
O U I, je m ’abonne pour un an à Rockstyle (6 numéros) à partir du num éro........... contre la somme de 1 30 Frs (au lie u de 1 5 0 Frs) et
je joins un chèque (attention, pas de m andat !) à l’ordre de « E clip se E d itio n s » .
(Im portant ! Je recevrai chaque numéro dans un délai de quelques jours après sa sortie en kiosques)
Pour l’E tra n a e r tC .E .E .l :
O U I, je m'abonne pour un an à Rockstyle (6 numéros) à partir du num éro........... contre la somme de 175 Frs et je joins un chèque
international à l’ordre de «E clip se E d itio n s » .
(Im portant ! Je recevrai chaque numéro dans un délai de quelques jours après sa sortie en kiosques)
NO M & Prénom :
Adresse :
Code Postal :
Pays :
Ville
par Henry DUMATRAY
sans
Floyd
est dans sa maison située dans l’arrière pays
niçois que Rick W righ t a reçu les représentants
de la presse Française. Objectif : promouvoir
“Broken China”, son troisièm e album solo. Après un
chemin effe ctu é dans deux voitures différentes, j ’arrive
sur place. L’endroit est magnifique : une résidence
superbe avec piscine, jardin magnifiquement arrangé.
Pas tape à l’oeil, beau et de bon goût. Comme la
musique que crée le propriétaire des lieux lorsqu’il
œuvre avec son groupe, PINK FLOYD (petite précision
réservée aux ignares notoires qui, comme chacun sait,
ne lisent pas Rockstyle) ou en solo. Rencontrer un
homme de
50
ans qui traîne derrière lui une carrière
aussi brillante provoquera toujours chez le journaliste
une petite appréhension que chacun te n te de masquer à
sa façon. Et curieusement, Rick W righ t sem blait aussi
tendu que moi. Le sentim ent d’être dérangé dans son
intim ité ? L’envie que sa démarche soit bien comprise
et restituée ? Les deux sans doute, et durant toute l’ in­
terview, c’est un homme tim ide et d’ une grande gen­
tillesse qui a répondu à toutes les questions, même les
plus dérangeantes. Comment imaginer gue celui gui
joue devant des dizaines de milliers de personnes depuis
presque tre n te ans puisse faire preuve d’a utant de
réserve et de modestie alors que d’autres passent plus
de temps à se chercher une attitude provoquante pour
que l’on parle d’eux, n’aim ant pas la presse “o fficielle­
m ent” mais menant grand’ train grâce à elle ?
L’interview que vous allez lire (si to u t va bien !) restera
longtemps dans ma mémoire, parce gue j ’en attendais
beaucoup, et que je n’ai pas été déçu et qu’il est bon
parfois que la réalité des faits perm ette de conserver
l’admiration que l’on ne peut manquer d’éprouver pour
certains artistes, pour peu que l’on soit passionné par
ce qu’on fait. Le claviériste de PINK FLOYD n’a pas
besoin de se donner un genre, son oeuvre et le succès
qu elle rencontre parle pour lui. Sa musique le prouve :
Rick W rig h t a la classe, en toute simplicité.
Il se dégage de “Broken China", une atmosphère
très intimiste.
C'est effectivem ent un album très intim e.
L’histoire est celle d'une am ie qui a souffert
de dépression et com m e elle m ’était très
proche, j ’ai pu observer ce qui se passait et
je dois avouer que je n’avais rien vu de sem­
blable du rant toute ma vie. Cela se passait
alors que nous enregistrions "The Division
Bell". La dépression est une chose effrayan­
te et celle de mon am ie m ’a beaucoup affec­
té. J’avais déjà l’ intention de faire un album
solo à cette époque, et il était inévitable que
les ém otions que j ’ai pu éprouver ainsi que
celles de mon am ie con stituen t un véritable
catalyseur. Il est toujours facile de dire "je
vais faire un alb u m ” , m ais il est plus ardu
d ’en déterm iner le sujet. Si tu es sim ple­
m ent un com positeur et que tu écris des
morceaux de 4 m inutes qui n’ont rien à voir
entre eux, il n'y a pas de problèm e. Mais
dans l'histoire de PINK FLOYD, des album s
com m e “ Dark Side Of The M oon” , “ Wish
You W here Here", “ The W all” et d ’autres ont
toujours été bâtis autour d ’ un thèm e central.
Je ne voulais pas faire un album avec sim ­
p le m e n t douze chansons dessus et la
dépression m ’a inspiré et poussé à créer une
m usique qui exprim e les sentim ents par les­
quels je suis passé à cette période ainsi que
ceux de mon am ie qui traversait cette crise.
T‘es-tu senti concerné à ce point simplement parce
que c ’était ton amie ou t ’es-tu identifié et as-tu
pensé que tu pouvais toi même être atteint de
dépression ?
Tu connais mon histoire avec PINK FLOYD.
Après “ The W all” j ’ai qu itté le groupe et je
suis revenu pour "M o m en tary Lapse of
Reason" alors que to u t avait déjà été écrit
pour cet album . J’y avais sim plem ent joué
des claviers avant de pa rtir en tournée. Pour
“ The Division Bell" nous avions com m encé
à com poser à trois et par ce fa it j ’étais im pli-
Automne 9 6
21
Si, bien entendu, l'am our peut to u t sauver.
C'est d'ailleurs ce qui est d it dans le dernier
morceau de l'album qui s'intitule "Break
Through” . Je n’ai pas écrit les paroles moi
même, c’est Anthony Moore qui l’a fa it après
m 'avoir écouté et com pris. Finalement, il a
concrétisé ce que je voulais faire passer. Il
s'est même carrém ent identifié à la situation.
Le fait d'écrire les textes avec Anthony Moore signi­
fie t'il que tu manques d'assurance sur ce point ?
Quand j ’ai décidé quel serait le sujet de
"B roken C h in a ” , j ’ai fa it appel à A nthony
qui a tra va illé égalem ent sur les deux der­
niers albu m s de PIN K FLOYD. Il n'est pas
seu le m en t
p a rolier m ais aussi program ­
meur, producteur... il sa it faire én orm ém ent
de choses. Il a été très sym p athiqu e et
nous avons tra va illé en vé rita b le équipe. Il
m 'a vra im e n t beaucoup aidé sur la partie
te ch nique m ais s’est aussi im p liq u é dans la
com position . Ce processus a duré plus d 'u n
an.
Rick Wright (à
gauche) avec le
PINK FLOYD
d'hier...
que. M ais alors que nous étions en pleine
réalisation de cet album (que j'a im e bien),
j'a i to u t de m êm e pensé que nous n’étions
Pas en phase avec ce que PINK FLOYD
de vait faire, selon m oi. Je ne dis pas cela
pour critiq u e r l'a lb u m ...
pas l’utiliser. Elle est très proche de moi pour
que cela a it affecté ma vie à tel po in t que je
n’ai pas eu véritablem ent le choix de parler
d ’autre chose pour mon album . Je devais
v ra im e n t e xp rim e r tou tes ces é m otions
qu ’engendrait pour moi sa m aladie.
Tu penses qu'il manquait un concept ?
Je déteste parler de concept album , m ais en
ta n t que musicien et com positeur, j'a i besoin
de savoir quelle optique générale aura l'a l­
bum avant de com m encer à tra vailler des­
sus J'aim e q u 'il soit focalisé dans une direc­
tion précise. Je veux connaître la fin de l’his­
toire avant de com m encer à la raconter, si tu
vois ce que je veux dire. Donc parallèlem ent
à "The Division B ell’’ , il y avait ces troubles
qui affectaient mon am ie et d'un autre côté,
il fa u t bien adm ettre q u 'il existe toujours une
certaine fru stratio n lorsque l'on fa it partie
d'un groupe. Par conséquent j ’avais de toute
façon décidé de faire un album solo. La
dépression m 'a inspiré même s'il fa u t bien
préciser que je n’aim e pas trop l’ idée d ’avoir
en quelque sorte utilisé le malaise de quel­
qu 'u n pour ma création. J'étais trop im pliqué
et secoué ém otionellem ent pour ne pas écri­
re à ce sujet, et retranscire cela en musique.
Tu as donc utilisé la musique comme thérapie ?
En quelque sorte, oui. Si tu dois traverser des
événements que tu ne com prends pas bien,
cela te fa it réfléchir. Lorsque tu es proche de
la personne concernée, tu vois aussi les doc­
teurs, tu leur parle, et finalem ent tu t'in te r­
roges sur toi même, sur ta personnalité. . La
dépression est d ’abord physique, et les psy te
donnent des m édicam ents pour compenser
cela. Mais ce n'est pas la réponse au problè­
me. La deuxième phase est donc la thérapie,
le m om ent où tu com mences à analyser les
raisons de la dépression. Souvent on se rend
com pte (com m e c'éta it le cas pour mon
am ie) que cela remonte à l'enfance. Des
peurs cachées depuis des années qui ressurgissent. Il y a de gens qui ne peuvent éviter
le malaise car ils n'ont pas été aimés durant
leur enfance. Les quatre étapes sont donc en
réalité : l'enfance, l’adolescence (m om ent où
la personne tente d'échapper à ses peurs),
puis vient la dépression, pour fin ir par le tra i­
tem ent et la guérison.
As-tu impliqué ton amie dans ce processus ?
Oui, parce que quand les paroles ont dues
être écrites, je lui ai dem andé ce qu'elle res­
sentait exactem ent. Je ne veux pas révéler
l'id e n tité de cette personne car je ne veux
"C'est vrai que PINK FLOYD
est une partie de ma vie, je
découvre simplement ce
que je peux faire de mon
côté. Il y a toujours une
part de frustration person­
nelle lorsque tu travailles
avec d'autres personnes".
22
R o c k s ty le n° 1 7
Ne penses-tu pas qu'il est impossible de soigner le
malheur ?
Si, et c'est bien évidem m ent la personne elle
m ême qui peut s'en sortir.
Une autre condition pour s'en sortir n ’est-il pas de
pouvoir exprimer ses peurs, extérioriser ses
angoisses ?
Si tou t à fa it. Personnellement je n'ai jam ais
souffert de dépression dans le sens clinique
du terme, mais il m 'arrive d'être touché
m oralem ent, d'être terriblem ent triste ou en
colère. Dans ces m om ents là, je me mets au
piano et je laisse alors mes sentim ents s'ex­
prim er à travers la m usique que je crée. Je
ne suis pas très enclin à parler dans ces c ir­
con stance s m a is je m 'e xp rim e pa r la
m usique. J'ai la chance de pouvoir relâcher
toute cette tension en moi par le biais de la
m usique.
La solution de tous les problèmes n ’est-elle pas tout
simplement l'amour ?
Tu as également décidé de ne pas impliquer Nick
Mason ni David Gilmour, pourquoi ?
Pourquoi pas ? J’aim e én orm é m en t ce que
Dave fa it à la gu itare. J'aurais sou haité
q u 'il joue sur l’albu m et je le lui ai d 'a ille u rs
dem andé. Dans un prem ier tem ps il m 'a
répondu par l'a ffirm a tiv e précisant cepen­
d a n t q u ’ il ne v o u la it pas jo u e r sur plus d ’ un
m orceau car il pensait que c 'é ta it mon
a lbu m et q u ’ il ne de vait pas être pris pour
un nouveau PIN K FLOYD. Dave est donc
venu et a joué sur "B reak T h rou gh” . Ce qui
s’est passé, c'est q u ’ensuite D om in ic M ille r
est venu et s’est essayé sur le m êm e m o r­
ceau et au bout du com pte ce q u ’ il a fa it
con venait m ieux. Quand tu fais un album
solo, ça d o it avant to u t être ton bébé, et
p o u r m oi il n’é ta it pas q u e s tio n que
"B roken C hina" s o it a ffilié de tro p près à
PIN K FLOYD.
Pourquoi as-tu choisi Sinead O'Connor pour chan­
ter sur deux titres ?
Parce q u ’elle possède une très belle voix.
Quand j'a i fa it cet album , je savais que j'a l­
lais en être le chanteur principal. Cependant
il y avait deux morceaux qui devaient abso­
lum ent être chantés par une fem m e figu rant
la personne souffrant de dépression. Le nom
de Sinead m ’est venu le prem ier en tête, je
lui ai donc téléphoné sans y croire vraim ent
car je ne pensais pas qu'elle accepterait. Elle
a entendu les morceaux en question et s'y
est pa rfaitem ent identifié. Elle les a chanté
avec beaucoup de conviction. Il y a un autre
morceau qui finalem ent est devenu un ins­
tru m en tal pour lequel j'avais une idée de
paroles et que j ’aurais bien vu chanté par
Peter Gabriel. Je lui ai fa it la dem ande, et il
décliné mon offre, ce que je peux facilem ent
com prendre. Sinead elle a accepté. Elle pos­
sède une voix form idab le et le feeling qui
s'en dégage capture com plètem ent l’atten­
tion de l'auditeur.
Tu chantes la majeure partie des morceaux de
“Broken China" et il t'arrive également de tenir ce
rôle à certains moments dans PINK FLOYD.
Comptes-tu chanter davantage à l ’avenir ?
Je n’ai jam a is vra im ent aimé ma voix. Tu as
l'a ir surpris de m 'entendre dire ça, mais hon­
nêtem ent je n’ai jam ais été sûr de moi dans
ce dom aine. Je me suis souvent contenté de
chanter des harm onies à plusieurs voix dans
PINK FLOYD ( “ Echoes" etc), plus un couplet
de lead dans le titre "T im e ” . Je ne me suis
jam ais considéré com m e un chanteur à part
entière, et mon opinion à ce sujet n’a guère
évolué. M ais “ Broken C hina” étant mon
album , il éta it difficile pour moi de me sous­
traire à ce poste.
WBBESM
Tu utilises ta voix un peu comme un instrument : il
semble qu’elle soit fondue dans l'ambiance générale.
Je suis con tent que tu dises cela et je pense
que tu as raison. J'ai toujours considéré que
ma voix ne devait pas être autre chose q u ’ un
instrum ent parm i les autres. Au départ j'ai
surtout fredonné en essayant de faire sonner
ma voix com m e certains instrum ents, un
hautbois ou une trom pette. Il ne fa u t pas
généraliser cela à to u t l’album m ais seule­
m ent sur certains passages.
Il peut sembler étrange que quelqu'un qui chante
devant des centaines de milliers de personnes avec
PINK FLOYD ne soit pas sûr de ses capacités
vocales !
J'aim e chanter le couplet de "T im e ” en
concert, m ais ce n'est pas long et quand je
chante “ Echoes" c'est en harm onie avec
Dave. M a intenant il est vrai que j'a i davan­
tage confiance en ma voix depuis "Broken
China” car j ’ai enfin trouvé le bon moyen de
l’utiliser. Je sais com m ent je faire pour mon
prochain album !
Quand tu parles d'un prochain album tu évoques un
autre album solo ou le prochain PINK FLOYD ?
Ha ha, tu tournes autour du pot ! L’un ou
l’autre. La vérité, c’est que David est le cha n­
teur de PINK FLOYD même si j'ai chanté
"W earing inside out" sur “ The Division Bell".
Je sais que je peux réitérer cela à l’avenir.
PINK FLOYD a toujours compté plusieurs chanteurs
en son sein.
Oui : David, Roger, Dave et Syd. Pour ma
part je ne me suis jam a is considéré com m e
un cha nteu r à part entière. Dave peut m odu­
ler sa voix, être puissant ou doux sans pro­
blèm e. Si ma voix peut convenir à ce que
PINK FLOYD fera dans l'avenir, je l'utilisera i.
"Broken China"est ton troisième album solo. Peuxtu nous parler un peu des deux autres ?
J'ai fa it "W et Dream ” parce que j ’en ressen­
tais alors le besoin mais je n'étais pas vra i­
m ent préparé à cela et je ne savais pas bien
où j'a lla is. Au bout du com pte cet album me
plaît assez m algré le coté “ am ateu r" de sa
production et de ses textes (car je ne suis
pas un parolier). Je trouve que cet album me
touche un peu quelque part. Ensuite il y a eu
le “ Zee Project" qui n’éta it rien d'autre
qu'une expérim entation. J’avais q u itté PINK
FLOYD, je n'étais pas au mieux à cause mon
divorce, et je ne savais pas bien quoi faire.
J'avais fa it l'acqu isitio n d'un Fairlight et j ’ai
tenté de faire un album avec cette m achine,
ancêtre des sam plers. Au bout du com pte, je
me suis aperçu que cette expérim entation
n'avait pas fonctionné com m e je le souhai­
tais et j ’ai ém is le souhait que l’album ne fu t
pas p u blié... Mais il le fu t tou t de même.
Pour "Broken C hina” je savais où j ’allais,
j'étais con fiant et je suis heureux du résultat.
Avec "Broken C hina", je peux affirm er que
c'est la prem ière fois que je suis vraim ent
satisfait d ’un album solo. Je sais désorm ais
que je vais continuer dans cette voie et tra ­
va ille r peut-être sur des bandes originales de
film s, des album s solo, et quand le FLOYD
sera prêt... j'y retournerai.
le contexte, tu fais des album et des tou r­
nées qui s’enchaînent sans fin. Puis arrive un
m om ent où tu te dis que tu dois t ’exprim er
peut-être de façon plus personnelle. C'est
ainsi que "Broken C hina” a vu le jour.
Tu as dit précédemment que tu avais quitté PINK
FLOYD après "The Wall"...
L'histoire a tellem ent été racontée...
... Mais on n ’a toujours pas entendu LA VRAIE ver­
sion !
Ce que tu vas entendre, c’est juste ma ver­
sion.
Et je ne doute pas que tu me diras la vérité !
En to u t cas ma vision de la vérité. Je suis de
bonne hum eur et je vais t'en parler lib re ­
ment. Cela a com m encé pendant l'enregis­
tre m en t d ’"A nim a ls" qui est un album sur
lequel j'a i été très peu im pliq ué au niveau de
la com position car j'é ta is alors com m e blo ­
qué créativem ent et je n’écrivais plus guère.
J'ai joué sur l'album et je pense même avoir
bien joué. A cette époque Roger com m ençait
à avoir des problèm es d'égo et croyait q u 'il
éta it PINK FLOYD à lui seul. Cela a posé des
problèm es à Dave qui n’a d ’ailleurs pas
beaucoup contribué non plus à l’écriture
d ’"A nim a ls". Ensuite vin t "The W all"...
As-tu vraiment joué sur "The Wall" ? On a souvent dit
que c'était David qui avait assuré les claviers.
Oui j'a i joué sur l’album . Bob Ezrin le pro­
du cteur a aussi joué du piano. Roger avait
vra im ent des problèm es d ’égo et ça a clashé
entre lui et m oi. Si tu dem andes à Bob Ezrin
ce qui s’est passé pendant l'enregistrem ent
de “ The W all” , il te dira avec le recul que
Roger ne m ’a donné aucune chance de faire
quoi que ce soit. J'étais là et Roger me disait
sim ple m en t : “ non". Roger avait to u t écrit à
part "C onfortably num b" et "Run like hell” qui sont à mon avis et dans cet ordre, les
deux m eilleurs titres de l'album . Nous étions
obligés de tra vailler à l’étranger parce que
nous étions fauchés et nous devions recou­
vrir les dettes que nous avions en Angleterre.
Nos conseillers financiers avaient dépensé
to u t ce que nous avions : le succès de “ Dark
Side Of The M oon” et l’argent q u ’ il avait
généré était perdu. La loi est ainsi faite en
Angleterre que si tu travailles à l’étranger
pendant un an tu n’as pas à payer d ’ im pôts.
Donc au même m om ent Roger avait fa it part
(à propos du retour de
Roger Waters dans Pink
Floyd) :
"Non, rien n'est impossible
et je suis même certain que
notre maison de disques
adorerait cela !"
de son désir de ne plus me voir faire partie
du groupe. Je lui ai répondu que j ’allais res­
ter m algré sa volonté et lui ai dem andé ce
q u ’ il co m p ta it faire en conséquence. Il a
alors menacé de reprendre ses com positions
et ainsi l’album n’au rait pas vu le jour. Il y a
toujours eu des problèm es entre Roger et
m oi. Je l’énervais et c’était réciproque. Après
q u ’il ai proféré cette menace, j'a i sim p le ­
m ent d it que si nous ne sortions pas l’album ,
nous ne toucherions pas l'argent non plus.
Cependant je savais déjà que je ne pourrais
plus tra vailler avec Roger à l'avenir. On m'a
alors plus ou m oins forcé à partir. N ick et
Dave n’étaient pas non plus très à l'aise à
cause de cette situation m ais d'un autre coté
ils avaient peur de ne pas toucher d ’argent
du tout. Ensuite les choses o n t em piré
d u rant “ The Final C ut” . Roger s’était m is en
tête de virer N ick et de faire de Dave un
sim ple guitariste sans plus d ’ im plica tion
dans le groupe. Il pensait vra im ent être PINK
FLOYD... la suite prouva d'ailleu rs parfaite­
m ent q u ’ il avait tort. Et m oi, je savais quels
étaient ses plans. Pendant “ The Final Cut",
ça a vra im ent chauffé très fo rt entre Roger et
Dave au sujet du choix du producteur et de
bien d'autres choses encore. Roger a pensé
à arrêter PINK FLOYD, croyant q u ’ il n’aurait
qu'à con tinuer seul puisqu’ il éta it PINK
FLOYD alors que dans son esprit Dave et
N ick étaient finis. C’était sa vision. Moi, je
regardais ça de loin puisque je n’en faisais
plus partie, et je trouvais la situa tion fra n­
chem ent ridicule. Ensuite tu sais ce qui s’est
passé. Roger avait to rt de penser q u 'il était
PINK FLOYD et Dave aurait tort de le croire
... et te PINK
FLOYD d'aujour­
d'hui (e t de
demain ?).
Tu as déjà accompli beaucoup de choses, avec PINK
FLOYD, comment peux-tu affirmer que tu viens seu­
lement de découvrir tes capacités ?
C'est vrai que PINK FLOYD est une partie de
ma vie, je découvre sim ple m en t ce que je
peux faire de mon côté. Il y a toujours une
part de frustration personnelle lorsque tu tra­
vailles avec d ’autres personnes, m ais au
bout du com pte PINK FLOYD a produit de
bons album s m êm e si je ne suis pas toujours
d'accord à 1 0 0% avec ce qui est dessus.
Quand tu es dans un groupe, tu es porté par
Autom ne 9 6
23
Ce sera encore une am biance intim iste, plus
un spectacle musical qu'un véritable rock
show.
Je me suis toujours demandé ce qu’on ressentait
sur une scène devant 50.000 personnes, se sent-on
tout petit ?
Non, on ne se sent pas petit. Tu veux savoir
ce qui serait le plus difficile pour moi (et Dave
et Nick partagent ce sentim ent) ? Ce serait
de jouer dans une pièce devant six personnes
qui me regarderaient dans le blanc des yeux.
En fa it tu peux te cacher derrière les jeux de
lumières et les effets pyrotechniques.
Et éventuellement prendre le temps d ’admirer la
vue sur le château de Chantilly ?
(rires) Quand même pas. Par exemple j'adore
l’Earl’s Court qui contient 4 0 0 0 personnes, à
peu près com m e Bercy je crois ?
aussi. PINK FLOYD, c'est Dave, N ick et moi,
et Roger aussi, mais il est parti. Voilà l'h is ­
toire de la séparation. La seule personne qui
pouvait réscuciter le groupe c’éta it Dave
(m oi n'étant plus là) et après “ The Final Cut"
il y a eu cette bataille entre lui et Roger à
propos du nom. Finalem ent Dave a gagné.
aller, je répondrais sim ple m en t que nous
devrions faire un autre album de PINK
FLOYD ce qui im pliq ue que Dave et moi
même devons nous consulter, nous écouter
et faire chacun des concessions à l'autre. Si
cela se produit, nous aurons un bon album
de PINK FLOYD.
On a aussi dit que PINK FLOYD pourrait à l ’avenir se
reformer avec Roger. Rumeurs ou réalité ?
Je n'ai rien entendu de sem blable. Je pense
s im p le m e n t que cela correspo nd
aux
espoirs de certains. Mais je dois dire que
mêm e si j ’ai eu de nom breux points de
désaccord avec Roger et m êm e s’il est vrai­
m ent devenu un tyran à une époque, je le
respecte pour ce q u 'il a fa it et to u t ce q u ’ il
pouvait offrir. Je le vois com m e un membre
du groupe, pas com m e le groupe à lui seul.
Mais ne penses-tu pas qu'à ce moment là, l'aide de
Roger pourrait s'avérer décisive ?
Tu essaies de me pousser dans les cordes !
J’ai beaucoup de ressentim ents personnels
envers lui, cependant je dois reconnaître que
si nous pouvions surm onter cela, lui, Dave et
moi pourrions faire un très bel album . Je ne
le nie pas, m ais il devra y avoir beaucoup de
discussions avant d ’en arriver là.
Cela signifie donc que son retour demeure malgré
tout impossible ?
Non, rien n'est im possible et je suis même
certain que notre maison de disques adore­
rait cela ! Mais nous avons fa it "M o m en tary
Lapse Of Reason” et "The Division B ell" et je
crois que ce qui m anque à ces deux album s
et ce qui nous m anque depuis que Dave,
Roger et moi com posions ensemble, est
cette foca le que po ssédaie nt tous nos
album s les plus réussis.
C’est Roger qui a donné la direction et l ’idée géné­
rale de "Dark Side Of The Moon", “ Wish You Where
Here", “Animais" et "The Wall" !
A bsolum ent, enregistrer "D ark Side of The
M oon’’ avec lui fu t une expérience fantas­
tiqu e et j ’affirm e q u ’il était alors une grande
partie de PINK FLOYD. Je ne dirais pas q u ’il
m anque, parce que le groupe a changé. Pour
"M o m en tary Lapse Of Reason” Dave a gardé
le nom du groupe et a utilisé différents m usi­
ciens. Pour moi c'est un bon album m ais ce
n’est pas du vrai PINK FLOYD. Pour "The
D ivision B ell", N ick et moi avons été davan­
tage im pliqués. Si tu me dem andes aujour­
d ’hui dans quelle direction nous devrions
"Tu veux savoir ce qui serait
le plus difficile pour moi ?
Ce serait de jouer dans une
pièce devant six personnes
qui me regarderaient dans
le blanc des yeux."
24 Rockstyle n° 17
Pour cela un premier contact doit être établi. Est-ce
déjà le cas ?
Non, cela n'a ni été essayé ni réalisé. La pro­
chaine étape sera que Dave et moi nous
contactions et com m encions à discuter. Je
lui tiendrai alors à peu près ce discours :
"Dave, je voudrais faire un nouvel album de
PINK FLOYD car j ’aim e ce groupe et q u ’il fa it
partie de ma vie. Quoi q u ’ il en soit je pense
que tu devrais davantage écouter ce que
j ’écris et être plus ouvert à mes idées concer­
nant ce que je pense que le groupe devrait
faire". Dave a pris le poids de PINK FLOYD
sur ses épaules, il lui a redonné vie et je
crois q u ’il pensait m ériter d ’être devenu le
boss. Il faut q u 'il apprenne... Euh non, il n’a
pas besoin d ’apprendre, il peut continuer
ainsi m ais en aucune façon je ne con tinue­
rais avec lui si je dois être sim ple m en t un
joueur d'orgue H am m ond, to u t sim plem ent
parce que j'a i le sentim ent d ’avoir apporté
autant au groupe que lui, avant que tout ce
désordre intervienne entre Roger et moi. Je
com prends ce que Dave ressent m ais c'est
psychologiquem ent com pliqué à gérer. C’est
pourquoi j ’ai souhaité faire un album solo
parce que dans un groupe il y a toujours de
la fru stratio n. Je me souviens que Roger arri­
va it toujours avec des idées com plètem ent
folles et Dave et moi devions le ram ener à
certaines réalités. C'est com m e ça que nous
avons fa it "D ark Side Of The M oon" I
Lorsque tu es en solo, tu peux pousser les
choses plus loin. “ Broken C hina” ne s’est
absolum ent pas fa it dans la douleur m ais
dans le plaisir et la joie.
'Aimerais-tu tourner avec cet album 1
J’adorerais cela car je pense que l’histoire de
"Broken China” pourrait donner de très belles
choses visuellem ent sur scène. Je n'ai pas de
projet précis pour l’instant mais si l'album
marche bien et génère assez d ’argent je le
réinvestirai certainem ent dans une tournée.
Bercy ? Mais on peut y compter jusqu’à 16000 per­
sonnes !
!!! Quoiqu'il en soit, il y a une différence avec
Versailles. J'adore l’Earl’s Court parce que j'y
ressens com m e un atmosphère intim iste alors
que quand nous jouons devant 8 0 0 0 0 per­
sonnes, je me demande souvent ce que doit
ressentir ce pauvre spectateur perdu dans la
foule à plus de 6 0 0 mètres de la scène, ce
qu'il entend... En fa it je n’aim e pas ça. La rai­
son pour laquelle nous faisons ce style de
concerts dans des stades ou des endroits
gigantesques, et je vais être très franc à ce
sujet, c’est pour gagner de l’argent. D'un autre
côté, les gens savent que nous ne pourrions
pas m ettre sur pied une infrastructure aussi
gigantesque si nous jouions dans des endroits
trop petits. Quand nous sommes sur scène, la
seule chose que nous entendons ce sont les
10 premiers rangs. C’est avec eux que j ’ai le
plus d ’échanges. La scène elle même est un
endroit assez intim e, nous sommes entre
musiciens, je regarde Tim Renwick, Nick,
Dave, Guy Pratt... Je suis juste concentré sur
la musique et si je pensais à tout ce qu'il y a
devant la dite scène... je crois que j ’arrêterais
de jouer sur le cham p I
Faisons maintenant un peu de prospective. Il y a la
possibilité d ’une tournée en solo, un autre album
solo et un éventuel album de PINK FLOYD. Quel serait
le planning pour tout cela 1
Avant tout, maintenant que j ’ai fait "Broken
China” j ’ai pris confiance en moi et je sais
désormais que je rééditerai cette expérience
quoi q u ’il arrive. Je suis d'ores et déjà en pourparler dans le but d ’enregistrer une bande ori­
ginale de film . Je veux continuer à travailler
avec Anthony Moore car tous les deux nous for­
mons non pas un groupe mais une équipe et
j ’ai déjà des idées pour un prochain album solo
très différent de celui-ci. En ce qui concerne
PINK FLOYD, j ’appelle ce groupe “ un album
tous les sept ans” . C'est à peu près à ce ryth­
me que nous avons travaillé ces derniers
temps. Je plaisante à ce sujet car si Dave m'ap­
pelle l’année prochaine et me dit qu’il voudrait
commencer à travailler sur un nouvel album
j ’en discuterai alors avec lui, à moins que ce ne
soit moi qui l’appelle avant. Mais si nous res­
pectons la cadence alors le prochain album
sortira en 20 01 ! Là encore je plaisante.
Ce serait une bien mauvaise nouvelle pour les fans !
Peut-être allons nous changer la fréquence,
je pense d ’ailleurs que ce serait une bonne
chose. Mais personne de la maison de
disques ne va venir nous "forcer" à enregis­
trer un nouvel album . Nous avons fait cela
pendant trente ans, je veux faire un nouvel
album de PINK FLOYD dès dem ain, mais si
Dave ne ressent pas le même besoin nous
attendrons. Tu ne peux pas pousser les gens.
Entre tem ps, je vais continuer à travailler.
f y
ik
EN CONCERT
t S
!
Réf. V G C D 004
28/09/96 MARKE
12/10/96 BORDEAUX
JEUGDHUIS’TARSENAAL
THELONIOUS
13/10/96
SOUS RÉSERVE
CLERMONT-FERRAND
14/10/96 LYON
15/10/96 PARIS
(>nAC)
LE GLOB
LE DIVAN DU MONDE
S O N G S T R O M T H E LIO N S C A G t
Media System International
Distribution Exclusive
M SI
W, avenue René Cassin 47200 Marmande
Service VPC
SHOP 33
Tél. 56 77 58 57
Automne
96 25
iw
v
r
La Chaîne Musicale
LUN 14 OCT PARIS: NEW MORNING 19H30
VEN 11 OCT DRAGUIGNAN: THEATRE DE LA VILLE
SAM 12 OCT PAU: THEATRE SAINT LOUIS
•Il
Locs : FNAC, Virgin Mégastore. Par téléphone : 42 31 31 31
3615 La Liste, 3615 MCM.
M CA
^
i
CD REVI ENS, E X P R E S S H , F L A S H B A C K
Le tour de l’actualité discographique
15 pages de chroniques de disques
IMAGES ET SHOPPING
2 pages nouveautés vidéos et bouquins
0/5
1/5
A é v ite r
T rè s m o y e n
2/5
In té re s s a n t
tournant infernal, rythmique en acier
trempé et synthé spatial dans la gran­
de tradition floydienne. Les morceaux
s’enchaînent alors sans temps mort,
mêlant adroitement planeries cos­
miques (“Every home is wired”,
“Interm ediate Jésus”, “Light mass
prayers”) et de somptueuses envolées
rageuses (“Sleep of no dreaming”,
“Sever”, “Idiot prayer” ou “Dark matter”). La palme revient cependant au
dyptique “Waiting”, synthèse totale du
style Porcupine Tree. Une première
partie chantée génialement pop et une
3/5
Très b o n
4/5
E x c e lle n t
5/5
In d is p e n s a b le
deuxième instrumentale qui se déroule
crescendo jusqu’à un final ahurissant,
qui pourrait faire passer Hawkwind
pour un gentil groupe FM. C’est dire le
degré de folie et de maitrise technique
que dégage Porcupine Tree !
“Signify”est fascinant parce qu’il évo­
lue dans une dimension musicale enco­
re inexplorée, ouvrant ainsi de nou­
veaux horizons.
Un des groupes majeurs des nineties
vient certainement de nous offrir l’al­
bum de l’année...
Thierry Busson
FtmcmnNÉ t k ie
"Signify"
(Delerium/Tripsichord/WMD) - 5 /5
Dans notre précédent numéro, Steve
Wilson, le leader de Porcupine Tree,
affirmait que “Signify” était le meilleur
album du groupe à ce jour. Il y a un an,
“The Sky Moves Sideways” avait pour­
tant frappé très fort. On pouvait cepen­
dant reprocher à ce dernier un manque
de morceaux pêchus, rentre-dedans.
La quiétude et la douce mélancolie pré­
valaient sur l'énergie brute.
“Signify” reprend les choses là où
Porcupine Tree les avait laissées.
Seulement, cette fois-ci, la musique du
groupe britannique alterne planeries
envoûtantes à de soudains accès de
fièvre jubilatoires. Quelque part entre
un Floyd énervé, un Gong qui aurait
versé du Scotch dans sa théière et un
Queensrÿche sous acide, Porcupine
Tree s’évertue à brouiller les pistes.
Psyché technoïde ? Heavy progressif ?
Pop planante ? Rien de tout cela et tout
en même temps. Le talent de Steve
Wilson, guitariste/chanteur inspiré, est
de bousculer les clichés inhérents à
tous ces styles de musique. De ce melting-pot improbable, Porcupine Tree
signe un album sublime, parfaitement
agencé, bourré d’idées novatrices et
mélodiquement imparable. Après une
courte intro parlée, c’est le choc !
“Signify” déboule comme un éléphanr
dans un magasin de porcelaine. Riff
Autom ne 9 6
27
H.F. THlEFfilMTE
"La Tentation du Bonheur"
SllZfilNNE LfEGfi
Nine Objecte Of Desire"
U/ORKING mfiN
A Tribute To Rush
(Tristar/Sony) - 5 /5
(Polydor) - 5 /5
(Magna Carta/Roadrunner) - 5/5
Qu'on se le dise et se le passe tel un mes­
sage sacré, Thiéfaine est revenu et, avec lui,
sa divine inspiration des temps passés.
Serait-ce donc la meilleure nouvelle d'un
morne automne? Toujours est-il que ce nou­
vel album de Thiéfaine est de la meilleure
veine, de celle qui avait majestueusement
hanté les destinées de "Tout Corps Vivant..."
ou "Autorisation De Délirer". Ce qui ne rajeu­
nira personne. A part Thiéfaine lui-même,
peut-être... Il n'a pourtant pas changé, dès
les premières phrases du premier morceau,
"24 heures dans la nuit d'un faune", mer­
veille de Thiéfainerie bien sentie : "J'ai sorti
mes poubelles hélas au m ilieu desquelles
étaient en train de fouiller quelques per­
sonnalités que nous connaîtrions si nous
avions la télévision
Puis j'a i ouvert ma
première bière en me demandant si les
morts s'amusaient autant que les vivants".
Les 12 chapitres de cette dernière tentation
de Thiéfaine sont donc à dévorer à pleines
dents, pleins tympans, laissant loin derrière
eux l'expérience avec Mairet, ou l'aventure
américaine, ses hauts et ses bas. Place est
ainsi refaîte au Thiéfaine que l'on préfère, le
grand dévoreur/tritureur du verbe, le rocker
aux accords voyageurs. Dans le rôle des
points culminants, s'élève cette fois un trio
de ballades belles à pleurer et tristes à fris­
sonner ("Tita dong-dong song", "Des Adieux"
, "Critique du chapitre 3"). Mais si triste est
toujours l'amour, déconneur reste l'humour.
Jusqu'à faire grincer d'effroi bien des den­
tiers de grenouilles de bénitiers ("La nostal­
gie de Dieu", fortement déconseillée à
POffice Catholique). Ou hurler de haine les
accrocs de nos téléviseurs consensuels
("Mojo, dépanneur TV :1948-2023", forte­
ment déconseillé à l'Office Cathodique). Bon
allez assez gratté, sinon je vais finir criticrock en camisole, Hubert-Félix m'a prévenu.
Alors, mon conseil est simple, bande d'alli­
gators 427 : chassez votre peine, montez à
fond la châine et injectez-vous sans modé­
ration le dernier Thiéfaine...
Des textes sur l’amour, le danger, les
dangers de l'amour, le rêve et le désir. Ce
disque est un recueil d’histoires, de
poèmes musicaux qui restituent pleine­
m ent le soin to u t p a rtic u lie r que
Suzanne Vega porte aux choses du
coeur.
Mélange de finesse, mariage audacieux,
univers spécifique des textes. Tantôt
bossa nova, tantôt hip-hop, tantôt jazzy,
tout y est traité avec une égale réussite.
Cet album explore neuf types de désirs
différents en passant du désir érotique
(“ S tockings” )
au
désir
m aternel
("B irthday” , "World before Colombus” )
et titilla n t le désir interdit ("Caramel” ).
Des thèmes variés, des idées non-avariées. Des musiciens hors-pairs : la sec­
tion rythm ique et attractive de Costello,
Pete et Bruce Thomas. Le guitariste de
Tasmin Archer, Steve Donnelly. Le per­
cussionniste de Peter Gabriel, Jerry
Marotta.
Un an de studio studieux avec aux
m anettes son producteur et m ari,
M itchell Froom, nécessaire à l'épanouis­
sement des mélodies, qu'elles soient
urbaines ou empreintes d’une grâce
propre au classique, détonateur de l’hé­
ritage folk de Suzanne Vega. Et la voix I
Pas vraim ent de hits potentiels, sim ple­
ment un album concept, beau, sensuel,
mûr. Les radios seront-elles assez témé­
raires pour diffuser un titre comme
"Casual m atch” ?
Fille spirituelle de Léonard Cohen et de
Joni M itchell, Suzanne Vega signe là son
plus bel album et entre définitivem ent
dans l’ère du folk industriel.
Cinquième volet de la collection d’al­
bums hommage aux grands groupes du
rock progressif réalisés par Magna Carta,
ce "W orking Man” dédié à Rush s'avère
être le plus réussi. Tout d’abord en rai­
son du choix judicieux des morceaux.
Pourtant, il est difficile d’extraire telle ou
telle chanson d’un album de Rush tant
la carrière du groupe est riche et frise la
prefection. Mike Varney et Mike Portnoy
(le batteur de Dream Theater), tous deux
géniteurs et producteurs de ce disque,
ont pourtant réussi cette délicate mis­
sion. On retrouve sur ce "W orking Man”
quelques uns des grands hymnes du trio
canadien : "W orking man” , justement,
mais également “ La Villa Strangiato” ,
"M ission” , "Anthem ” , “ Closer to the
heart” , "YYZ” ou "Analog kid” . La quali­
té de ce tribute réside aussi dans la
pléiade de stars qui a participé au projet.
Reprendre du Rush n'est pas chose aisée
tant la technique impresionnante de Lee,
Lifeson et Peart aurait pu en décourager
plus d’un. Il fa lla it donc d'autres “ extra­
terrestres" pour rendre crédible le projet.
Qui de mieux que Billy Sheenan (M r
Big), Stuart Hamm, Jake E. Lee, Steve
Morse, John Petrucci, George Lynch,
Mike Portnoy et des gosiers en or comme
ceux de James LaBrie ou Sébastien
Bach ? Ce mini “ Rock’n’roll Hall of
Famé” prend un malin plaisir à réactua­
liser tous ces classiques avec une maes­
tria confondante. Jetez-vous d'emblée
sur la version détonante de "Analog Kid”
expédiée avec panache, ou sur la fantas­
tique cover de l’instrumental “ La Villa
Strangiato” avec un Steve Morse déchaî­
né. Du grand art ! Enfin, en guise cerise
sur le gâteau, c’est Terry Brown (le pro­
ducteur de quelques uns des meilleurs
albums de Rush) qui a mixé ce “ Working
Man” . A l'écoute des précédents tribute
et de cet opus indispensable, on ne peut
qu’attendre la suite avec impatience....
Thierry Busson
/
/
/
/
/
Frédéric Delage
28 Rockstyle n° 17 - le cahier CD
Pascal Vernier
IN ST A N T A N ÉS
omo
"Universal"
TYPE 0 N iG A T ll/ï
"October Rust"
PAUL FERSOMNc
"Instantanés"
(Virgin) - 5 /5
(Roadrunner) - 5 /5
(Polydor) - 5/5
Les années 8 0 n’ont pas engendré que
de la daube. Loin s’en faut ! De cette
décennie si souvent décriée, il ne faut
pas o u b lie r q u ’elle fu t celle de la
“ N.W .O.B.H.M .” (qui donna naissance à
Def Leppard, Iron M aiden, Saxon,.
celle de U2, Simple Minds, Dire Straits,
Frankie Goes To Hollywood, M arillion
et... Orchestral Manoeuvres In The Dark
(OMD pour les intimes).
Le groupe d'Andy Me Cluskey a su évo­
luer à travers les années. D'une pop syn­
thétique extrêmement mélodique et loin
d’être ridicule (“ Enola gay” , “ Souvenirs” ,
“Joan of Arc” ), Orchestral Manoeuvres In
The Dark a progressivement glissé vers
la pop tout court. Il n'est donc pas éton­
nant
d ’être
enthousiasm é
par
“ Universal” , un nouvel album qui risque
de relancer la carrière du groupe anglais
dans les charts.
Beaucoup plus fouillé que bien des
albums de pop “ à la Beatles” qui enva­
hissent actuellement les bacs des dis­
quaires, ‘'Universal” est frappé du sceau
du génie. Le morceau-titre qui ouvre l'a l­
bum est à lui-seul la quintessence du
talent d'écriture d'Andy Me Cluskey :
une intro planante suivie d'une ritournel­
le qui s’enfonce dans le crâne pour ne
plus en sortir.
“ The moon & the sun” (un petit chef
d'oeuvre) est appelé à devenir un tube
immense grâce à ses arrangements soi­
gnés et son refrain imparable. Et puis il
y a ces plages d’émotion pure telles que
“ The black sea” ou “ If you’re still in love
w ith me” et l'incroyable densité de “ That
was then” , somptueux développement
qui va crescendo, hurlé plus que chanté
par un Me Cluskey carrément possédé.
Frissons garantis !
En définitive, OMD a réussi là un disque
maîtrisé de A à Z, d’une intelligence
rare. Un album vraim ent universel...
Com m ent aborder un disque aussi
déroutant sans frôler la camisole de
force ? Rock-critique est parfois un
métier non dénué de risques ! Car il faut
une sacré dose de folie pour digérer le
pavé mélancolique et dépressif que les
ténébreux membres métallo-gothiques
de Type 0 Negative nous servent sur un
plateau d’argent.
“ October Rust” , ça s’appelle... Il se
dégage de ce disque un sentim ent de
compression, de déprime latente, d’aus­
térité des sentiments rarement égalée.
Même si l’ensemble de l’album tourne
autour du thème hautement respectable
du sexe, la façon dont Peter Steele et sa
bande développent leur fixation libidi­
neuse vaut des points. “ October Rust”
est une oeuvre autom nale, fe uilles
mortes à la pelle à l’intérieur du livret et
douce torpeur com atique dans les
ambiances distillées par un combo aven­
tureux. M oins de guitares rageuses
qu'auparavant, mais des nappes synthé­
tiques aussi froides qu'une pierre tom ba­
le et des harmonies vocales sépulcrales.
“ Love you to death” , immense ballade
crépusculaire, “ Be my druidess” , “ Green
man” , l'envoûtant “ Red w ater” (Pink
Floyd rencontre Black Sabbath !), le
single “ My girlfriend’s girlfriend” comme
échappé d'un film de Lamberto Lava ou
l'écrasant "Haunted” sont des petites
m erveilles m élodiques à l'am biance
glauque.
Aucune cavalcade effrénée, juste des
m id-tempos qui dévastent tout sur leur
passage, la voix grave de Steele et un
son de guitares sombre comme une nuit
sans lune, c’est la recette d’” October
Rust” . N’oublions pas d'évoquer l’excel­
lente reprise du “ Cinnamon girl” de Neil
Young, fidèle dans son déroulem ent
mais traitée à la manière gothique I
"October Rust” , c'est un album aux
allures de perle noire...
Paul Personne est vraim ent un garçon
qui ne manque pas de ressources. Ses
deux précédents albums l’avaient enfin
installé parmi les musiciens français res­
pectés et reconnus par le public. C’était
largement mérité tant son dévouement
au blues allait de paire avec une intégri­
té musicale jam ais prise en défaut.
Il nous revient aujourd'hui, au détour
d’une route de campagne, avec cette
collection d'instantanés haute en cou­
leur. S’il flirta it avec l’excellence avec ses
précédents opus, Paul Personne, avec
"Instantanés", frise la perfection. Ce
nouveau disque est une merveille mélo­
dique, un joyeux fo urre -to u t où le
meilleur côtoie le sublime. Des titres
comme “ Encore à l'essai” , “ Miss terre”
ou “ Plus loin d’ici” dégagent des relens
de Santana, la “ Les Paul” de Personne
se lançant dans des chorus ensoleillés
que
ne
renierait
pas
l’auteur
d’” Abraxas” . La comparaison n'est pas
gratuite tant le jeu de gratte de Paulo est
brillant et incisif.
Il y a aussi du Joe Jackson qui se la
jo u e ra it
blues
dans
"Funam bule
déprim ” ',
du rock’n’roll pur jus avec
“ Que l’rock ait ton âme” , “A ttack” ' et
“ Douce chronique” , l’émotion totale avec
le génial “ Où est l’Paradis’1 (avec un texte
superbe co-signé par Richard Bohringer)
et "L’hiron d elle ” (Jean-Louis Aubert
s'étant collé aux paroles) et un carré d'as
instrumental où l'on retiendra plus parti­
culièrement le très shuffle "Sortie d'secours” . Que du tout bon, le haut du
panier du rock "made in France” , intelli­
gent, soigné et méchament burné !
“ Instantanés” est certainement, à ce jour
ce que Paulo a fait de plus abouti, de
plus chatoyant. Avec cet album somp­
tueux, Personne c’est mieux que tout le
monde...
Thierry Busson
Thierry Busson
Thierry Busson
Autom ne 9 6 29
CLASSIC BLÜH
Jb'STIN IIA Y W A R D
\ I I K K H A ÏT
JUSTIN HAYUfARD L
THE LOHDOK PHILARmONlC ORCHESTRA
"Classic Blue A CaUeclian Oi Classic 5ongs
(S ergent M a jo r/W M D ) - 4 /5
Intégrism e, éclectism e, cyclism e...??
Question de braquet !! Mais, de
toute évidence, c ’est l'éclectism e qui
sauvera la planète. L’éclectism e, ça
rend m oins con ! Le cyclism e aussi
me direz-vous ! Mais encore fau t-il
pédaler très vite surtout quand l'in ­
tégrism e vous poursuit. L’éclectism e
m usical, c’est l'éventail d'une geisha
qui vous caresserait la nuque entre
la dé glutition d ’un rouleau de prin­
tem ps et un début d ’érection, juste
le tem ps pour un cerveau opiacé de
rêve, d'im a g in e r le m onde entier
jouissant à l'écoute d ’une F.M. qui
oserait faire une grande suite en d if­
fu s a n t s im u lta n é m e n t Brassens,
Clash, Borodine, Thiéfaine et les
Beach Boys ! Oui ! Le to u t agrém en­
té d ’un an im ateu r q u 'a u ra it l'hum our
façon Desproges. On peut rêver !
... Bien sûr q u ’il faut to u t écouter,
to u t m élanger et, q u itte à me mettre
à dos tous les sectaires du show -biz
apocalyptique, je dois vous avouer
une chose : un jo u r de 1 9 7 8 , j ’ai
déjeuné avec une dp mes idoles...
Justin H ayw ard, chanteur-guitariste
des nuits de blancs satins m oodybluesiennes (les mêmes que dans le
"C 'e st e xtra " du vieux Léo)... A
l'époque, il présentait la huitièm e
saga de son groupe to u t en dégus­
ta n t un d o ig t de foie gras...
A ujourd’hui et quelques album s plus
tard, Justin nous sert ses envies de
voix ("B la c k b ird ” des Beatles, "God
only know s" des Beach Boys, “A
w h ite r shade of pale" de Procol
H a ru m , "S carb oro ugh fai r ” de
Simon & G arfunkel” , une extraordi­
naire version du "S tairw ay to heaven” de Led Zep’ ,...) sur un plateau
d ’argent, celui de M ike Batt, produc­
teur, m ais aussi arrangeur et chef du
London P h ila rm o n ic O rch e stra ...
Une bien belle alchim ie. S im ple et
grand. Rare !!...
C hristian Décamps
THE UnSHIHG TREE
"Carnival Oi Soûls"
(D orian M u sic/M S I) - 4 /5
Annoncé aux quatre vents depuis
début 1 9 9 3 , le prem ier com plot d is­
cographique fom enté en solitaire par
Steve
R oth ery
(g u ita ris te
de
M arillio n) vo it au jo urd’hui enfin le
jour. Epaulé par un brelan d ’invités
de to u t prem ier choix (Paul C raddick
30 Rockstyle n° 17 - le cahier CD
d ’ E ncha nt à la b a tte rie , Pete
Trewavas à la basse et, last bu t not
least, la m agnifique Hannah Stobart
au cha nt), l’am i Steve d rib ble jo via ­
lem ent nom bre de clichés progres­
sifs "p o litiq u e m e n t corrects” pour
accoucher d ’une oeuvre in tim iste ,
sensible et intelligente, toute entière
tournée ,/ers l’ Em otion et la beauté
harm onique.
Résistant avec brio au chant des
sirènes de la fa c ilité et de l’autocom plaisance oste ntatoire, m ister
R othery et sa dream team de choc
nous offrent, pour l’occasion, dix ins­
tantanés m élodiques jo lim e n t tro us­
sés qui respirent à pleines notes le
tale nt et l’ouverture d ’esprit. Bâties
autour de parties vocales sensuelles
et feutrées, évoquant to u t aussi bien
Suzanne Vega que Julianne Regan,
ces fables douces-amères, aux lyrics
sim ples et ém ouvantes, s'im posent
par leur sensibilité à fleur de portée
conjuguée à un éclectism e de tous
les instants. Tout en de m eurant pro­
fondém ent fidèle à ce rock atm o­
sphérique lyrique et épure célébré
par (avec) M a rillio n depuis les early
nin e tie s (le d é lic a t "T h u n d e r in
T in s e lto w n ”
ou
le
superbe
“ Evergreen” , boosté par un solo de
six-cordes du feu de Dieu), le com bo
n’hésite pas à nous surprendre en
ta rtin a n t allègrem ent, entre deux
tra n c h e s de bravoure jazzy au
ro m antism e clair-obscur (les aériens
“ M id n ig h t s ho w ” et “ The dance” aux
c lim a ts à la AN A bout Eve), des
com ptines sim ples et émouvantes
(“ S tarfish") ou des épanchem ents
blue sy tiré s à q u atre épingles
( “ N ight of the h u n te r"). Un sacré bel
album en vérité, qui projette un
éclairage pa rticulièrem en t original et
intéressant sur l'énorm e ta le n t créa­
tif de Steve Rothery. L’on en attend
q u ’avec plus d 'im p atience le pro­
chain m agnum opus de M arillion,
planifié pour février 9 7 ...
Bertrand Pourcheron
ALA N
P AR SG N '
ON
AIR
ALflH PARSOHS
"Dn Air"
ten t ici une belle poignée de tubes
potentiels ("Too close to the sun",
“ B low n by the w in d ” , “ So far aw ay"
a d m ira b le m e n t
cha ntée
par
C hristopher Cross) et les attendus
instrum en taux réservent quelques
surprises. A in si,
“ C lo u d b re a k”
penche nettem ent vers le Floyd alors
que “A pollo"
lorgne étrangem ent
vers la te c h n o p la n a n te ! Ce
concept-album aérien (doublé d ’un
C D-Rom ) rappelle une fois de plus
q u ’Alan Parsons est un génial faiseur
de m élodies im parables. "On A ir"
est en to u t cas son album le plus
riche de puis "Eye In The S ky” .
Chapeau bas !
Thierry Busson
PURE55EHCE
"P u re s ü B n c e "
(Island) - 4 /5
Enregistré à Manchester, mixé à
Liverpool, peaufiné à Londres, que
va -t’il ressortir de cet album en
form e de visite guidée à travers la
G rande-Bretagne ? Un son de gu ita­
re proche de U 2, une basse dans la
lignée de celle de Cure, une batterie
qui sem ble être un com prom is entre
ces deux groupes, une voix proche
de Talk Talk. De bonnes mélodies
pop aérées par un piano... Jetons un
oeil sur la jauge... C’est bon, encore
la m o itié du plein. Mais que se
passe t-il soudainem ent ? Il y a le
feu (“ Fire” ) dans le coffre arrière ! Où
sont les pom piers ? Où sont les
pom pistes ? Et quelle ciculation sur
la corniche ! ("Traffic jam in m eom ry lane” ). A m biance acoustique, per­
cussions m ystiq u e s, pla q u e tte à
m oustiques, c'est "Every house on
every Street". Aurons-nous assez de
carburant pour aller ju s q u ’en Inde ?
Nous som m es sur la réserve. Le
groupe sort de la sienne : la lum ière
orange, là au fond de l'oeil, c’est
“ Ind ia", façon “ K ashm ir” sans Led
Zep' ! M agique... Que s'est-il passé ?
Puressence ! Le plein à nouveau, s’ il
vous p la it !
Pascal Vernier
(CNR/Arcade) - 4 /5
Relancé dernièrem ent par son excel­
lent album live, Alan Parsons ré cid i­
ve dans la qu alité avec "On A ir", un
nouveau concept-album . Le titre est
à double-sens : “ On A ir” signifie
aussi bien “ dans les airs" que, dans
le jargon m édiatique, “ à l’antenne".
Et s u r les ondes, A lan Parsons
risque d ’y revenir. Car, depuis “ Eye
In The Sky” ou "Amonia Avenue",
“ On A ir” est son oeuvre la plus abou­
tie. Les m élodies ouatées caractéris­
tiqu es du style d ’Alan Parsons enfan­
jflm E s m u R P H v
‘Convergence"
(R oadrunner) - 4 /5
Encore un a lb u m in s tru m e n ta l,
allez-vous me dire ? Eh bien oui,
m ais celui-ci vaut le détour. En fait,
instrum ental, il ne l'est pas, voyezvous... Ce qui fa it la différence entre
un instrum ental et un album avec du
chant, c'est juste m ent le chant. Et
là, du chant il y en a. Si on considè­
ilû
m i
re que l'in stru m e n t peut être utilisé
com m e un c h a n t e t lycée de
Versailles (lire vice et versa... elle est
facile, m ais j ’avais envie de la faire),
alors on ne sa it plus qui est qui et on
fin it par se m ordre la queue. C’est
M urphy qui s’y colle avec succès,
voilà la réponse. James Murphy,
c ’est ce m ec p a th ib u la ire m a is
presque qui officie avec virtuosité
chez les poètes de Testament. Les
accrocs de la six-cordes feraient bien
de porter une oreille attentive à cet
album , car c'est peut-être là que se
trouve l’avenir des “ so-called-guitarheroes” . M u rphy a to u t com pris, et
com m e il devait s’em m erder sec
dans son studio, il a ouvert son petit
agenda et a appelé deux ou trois
potes pour q u ’ils se joign ent à lui :
Castronovo à la batteuse, Devin
Townshend au chant, qui, s'il est
utile de le rappeler, posait son orga­
ne sur le "Sex & Religion" de l’extra­
terrestre, l'autre...
Yves B alandret
HEU YOUHG
"Broken Arrow"
(R eprise/W EA) - 4 /5
... Dans la vie, il y a les hautes et les
bas. B a n a lité é vide nte. P rojectio n
cosm ique de la loi des contraires...
Je reste fidèle à cette philosophie
qui nous d é fin it com m e é ta n t
capables du m e ille ur et du pire... Il
reste les goûts et les couleurs et là,
c’est suivant l'h u m e u r de chacun, ça
dépend de quel pied on se nettoie
les oreilles ou quel on ferm e on
ferm e en p re m ie r quand on se
cherche un rêve... M ais peut-on être
sûr de ses propres frissons ? A-t-on
le d ro it de les im poser aux autres ?
Pourquoi fa u d ra it-il à to u t prix péné­
trer le karm a de son voisin de palier
sous le prétexte fu tile de le coloniser,
de le forcer à croire que Dalida
n’éta it que le grand frère de Cloclo,
de lui faire com prendre que ce n'est
pas en écoutant Eddy M itch ell q u 'il
sera plus sensible aux problèm es
des Indiens sachant q u ’à l’heure
q u 'il n'est plus, le père de S chm oll,
un certain John W ayne, ne l'a to u ­
jours pas reconnu... C'est pour ces
raisons que je vous som m e d ’ingur­
giter, à doses pléthoriques, "Broken
A rro w ", le dernier Neil Young. Sa
flèche brisée, pointée haut vers le
coeur, raconte mieux que quiconque
le sang des Peaux-Rouges.
C hristian Décamps
IRIS
'Crossing The Ilesert"
(M SI) - 3 /b
1 9 9 6 vo it qu asim en t la to ta lité des
m em bres de M a rillio n se fendre d'un
album solo. Avec The W ishing Tree,
le groupe de Steve Rothery, l’album
en s o lita ire de Steve H oga rth à
paraître d ’ici janvie r 9 7 et celui de
M ark Kelly toujours en préparation,
voici Iris, com bo instrum ental qui
regroupe en son sein lan Mosley et
Pete Trewavas, la section rythm ique
de qui vous savez. A ce duo de choc
vient s’ajouter Sylvain Gouvernaire,
l'e x-g u ita riste du groupe fra nçais
Arrakeen. Non content de jouer de la
six-cordes et des claviers, le frenchie
a com posé l’ in té g ra lité des h u it
pièces m usicales de ce projet éton­
nant. Entre progressif et jazz-rock,
les co m p o s itio n s d 'iris dé p lo ie n t
toute une palette m élodique extrê­
m em ent agréable, le to u t servi par
une te ch n icité et une production
jam a is prises en défaut. A décou­
vrir...
Thierry Busson
disponible en Europe. La démarche
du virtuose à tête d'oeuf s'avère ici
aussi
o rig in a le
qu inno vatrice .
D'abord, Tony Levin a pris soin de
s'entourer de fabuleux m usiciens ren­
contrés sur les routes em pruntées
avec le Gab ou Crimso : on y croise
ainsi le fam eux 'Doudouk" de Levon
M inassian, les batteries et percus­
sions de Jerry Marotta, Bill Bruford
ou M anu K atché, le vio lo n de
Shankar... A utant d ’artistes avec les­
quels Levin se fend de duos ou de
trios marqués au sceau de l'authen­
tique et du dépaysem ent garanti.
M ais l'autre orig inalité de 'World
Diary" reste qu'il est construit com m e
un singulier voyage, pas seulem ent
m usical. Tony Levin a m is en effet à
profit ces incessantes tournées pour
enregistrer to u t bonnem ent certains
morceaux dans des cham bres d'hôtel
(le Royal Monceau de Paris, l'Atlantic
Star de H am bourg...). On passe ainsi
d'un hôtel parisien au Real World
Studio de Pete Gab, non sans faire
escale entre-tem ps dans la maison
de Bill Bruford... On sort finalem ent
rafraîchi, enrichi de ce voyage spatio­
m usical réinventant la "world-m usic"
sur un mode intim iste et com plice.
En plus, le travail accom pli sur l'em­
ballage est tellem ent réussi qu'il attri­
bue haut la m ain à “W orld Diary"
mon prix de pochette de l'année.
Comm e le contenu musical n'est pas
mal non plus, vous seriez bien bêtes
de passer à côté sans le voir et
l'écouter...
Frédéric Delage
PHISH
"Stash"
(E lektra) - 3 /5
TONY IEU1N
World Diary
(D is c ip lin e G lobal M o bile) - 3 /5
L'intéressé avait annoncé sa sortie
dans les colonnes de "Rockstyle1
voici un peu plus d'un an : le premier
album solo de Tony Levin, bassiste
de Peter Gabriel depuis 1 9 7 7 et de
King Crimson depuis 1 9 8 1 , est enfin
Les fans de M arillion peuvent se ren­
dormir, ce Phish-là n'a rien à voir
avec son presqu'hom onym e écos­
sais. Phish est un groupe am éricain
totalem ent inclassable et cette com ­
pilation basée sur ses - déjà - sept
album s vient à point nom m é nous le
rappeler, ou même sim plem ent nous
en informer. En fait, voilà un groupe
qui paraît capable de tout, se fondant
avec un égal bonheur dans plusieurs
styles tel un cam éléon surdoué.
Down w ith disease” évoque ainsi
Lenny Kravitz (donc Hendrix and Co)
pendant que de longs instrum entaux
illum inés nous renverraient quasi­
m ent sur la planète Gong. Mais c'est
peut-être encore du côté de popsongs toutes sim ples-toutes belles et
sacrém ent bien ficelées ( le splendi­
de "If I could", l'obsédant "Bouncing
around the room ”) qu'il faut peut-être
chercher les vertus majeures d'un
groupe m ettant jolim e nt à profit ses
propres troubles de dédoublem ents
m ultiples de personnalité.
Investissez dans P hish, vous verrez
du pays...
Frédéric Delage
0
mv DVIHG BRIDE
Like Gods Of The Sun"
(M usic For N a tion s/M ed ia 7) - 5 /5
"Are you ready for the darkest gothic
show ?" My Dying Bride, to u t auréo­
lé de sa superbe m ajesté conquise
de haute lutte dans nom bre de festi­
vals, revient dans un halo de brum e
blafarde pour déposer sa quatrièm e
couronne m ortuaire à nos pieds. Dur
de rester au niveau du bouleversant
"The Angel And The Dark River" et
pourtant, ils l'ont fa it ! Les cha m ­
pions de la déprim e plom bée on t
relevé le défi qui les attend désor­
mais à chaque nouvel album . Une
pluie de riffs lourds com m e dix
pierres tom bales bâ tit un blindage
infranchissable que seul un violon
désespéré p a rvient à exorciser :
seraient-ce là ces fam eux "sanglots
longs" qui scellent le spleen farouche
du plus g o th iq u e des groupes
gothiques ?!! Tous les titre s sont
grandioses et entêtants, sans excep­
tion, dans une volonté farouche de
répandre une tristesse inconsolable.
Les adeptes du Black Sabbath et
d'Iron M aiden un peu désemparés
par la tournure qu'ont pris leurs
groupes fétiches, peuvent se retrou­
ver à l'écoute du dernier My Dying
Bride. La m élodie, m êm e pesante,
se ta ille un chem in au coupe-coupe
et m algré une lourdeur apocalyp­
tique, donne cette couleur enivrante
qui propulse les anglais au W alhalla
des m étalleux à tendance gothique.
Les gu itares d é ch ire n t le suaire
empesé du désespoir, héroïques et
dévastatrices. Toute la force de ce
métal chauffé à blanc réside dans
ces lugubres errances déchirées qui
lam inent, au sens propre, morceau
après m orceau. My D ying B ride
règne en maître sur le royaume des
m orts et se prépare une nouvelle
horde de fétichistes du heavy solen­
nel et m élancolique. L'enfer est pavé
de bonnes intentions...
Bruno Versmisse
SUPERIOR
"Behind"
(CNR/Arcade) - 4 /5
Toi, le fan de hard m élodique qui en
a marre de passer en boucle les der­
niers Vanden Plas et Angra depuis
des mois parce que tu n’as rien tro u­
vé de plus bandant, je te propose un
en-cas alléchant qui te fera prendre
ton mal en patience. S uperior est
l’archétype du métal band super
roulé qui alterne sensuellem ent deux
ou trois bandes de dentelle bien
transparente sur un body de cu ir
furieusem ent m oulant ! Tu auras
pigé, tendresse et luxure se font des
politesses pour passer en premier.
La créature fa it ad m irer une plas­
tiq u e redoutable, pas une once de
graisse, deux guitares longues et
fuselées et des doudounes rebondies
pour une rythm ique qui s'agite en
cadence. A peine rem arqueras-tu
deux jolies poignées d 'a m o u r à peine
esquissées pour agripper la bête en
plein effort ("Tom orrow 's Eve” et
“ D ream tim e” )... Comm e un exaltant
flirt d'été, “ Behind" te fera tra nspirer
juste assez pour prendre ton pied en
attendant la rentrée où tes m aî­
tresses chéries seront de retour pour
le grand frisson : Vanden Plas et
Angra ensemble en tournée pour
novembre !
En attendant, Superior c’est excel­
lent et vachem ent... hard !!
Bruno Versmisse
wm mF:
SHADOUTLflHD
"Mad As A Hatter
(M SI) - 3 /5
Rendons justice à Clive Nolan, après
l’affligeant M edicine Man où la pa r­
tic ip a tio n douteuse du "Lo rd of
Keyboards” , prêtait largem ent à cau­
tio n , vo ici le nouvel a lb u m de
Shadow land, un vrai groupe où le
claviériste de Pendragon brille de
m ille feux dans un contexte plus
hard. En bref, la m ièvrerie au pla­
card et le punch en sus... Avec juste
ce q u ’il fa u t d'em phase bien a m i­
donnée aux épaules d'un costum e
taillé sur mesure, Clive Nolan s'en­
toure d ’am is triés sur le volet et de
vieilles connaissances du néo-prog
britanniq ue. Avec une ryth m iq u e
bondissante, deux claviers qui tis ­
sent un époustouflant canevas et la
voix très en verve de Clive Nolan,
S hadow land nous expédie un exerci-
Autom ne 9 6
31
ce de haute volée, lyrique, enlevé,
ruisselant d'énergie bien canalisée.
R appelant parfois le légendaire Saga
dans ses num éros de haute voltige,
la bande à Nolan s’enflam m e en
ou b lia n t la peur du vide et délivre un
m a g n ifiq u e a lb u m de progressif
hard.
Bruno Versmisse
Ces ’C cncbtts i u /Dehors
C et Trm7>ri v \
W tU U f.
L/t Tfnèbttt tu 'Uilt*n
ELÏMD
"Les Ténèbres Du Dehors"
(H oly /M e d ia 7) - 4 /5
Cette oeuvre em pirique possède la
beauté froide et irréelle des m auso­
lées de marbre, les nuits de pleine
lune. Il est confondant d ’incrédulité
de lire du bien de ce disque rare dans
les revues de rock car pas un riff de
guitare, un roulem ent de batterie ou
un frotté de basse ne vient gâcher les
arcades go th iq u e s de ce joyau
lyriq u e . Le trio d ia b o liq u e du
rock’n’ roll (?) viend rait semer une
pagaille im pie dans cette m usique
aussi som bre que belle. De cette
beauté noire com m e l’ébène, Elend a
retiré la quintessence du m orbide
apitoyé. Textes en latin, deux voix
soprano bouleversantes, violons c in­
glant dans les voiles d ’un vaisseau
fantôm e dans la tourm ente, hurle­
m ents d'effroi et un travail sym pho­
nique de synthés, de violoncelles et
de pianos se concassent dans un
tou rbillon dém entiel d'ém otions en
haleine. La musique d'Elend navigue
com m e une cathédrale aux allures
d ’aéronef, parcourant des annéeslum ière de néant, fuyant dans une
course folle et infinie vers des voies
lactées douloureuses et m eurtries.
Encensement de la souffrance et du
désespoir, cette “ messe du m ilie u ”
glisse les tentures sur un monde heu­
reux et a n é a n tit l’âm e dans un
recueillem ent bouleversant. Visions
fiévreuses et a ttira n c e vers un
ailleurs m eilleur nous plongent dans
une extatique quête de l'au-delà. Des
anges d&chus, les ailes en charpie,
errent sur la boue de nos péchés, un
Christ blessé pleure sur l'inanité de
ses paroles, la M ort triom phante
sonne la charge des armées du Mal.
Elend tire son inspiration de 2 0 0 0
ans de chrétienté mal digérée et
enfonce les clous où ça fa it mal !!!
Ames sensibles et coeurs fragiles,
abstenez-vous I Vous n’êtes pas prêts
pour cette sym phonie de l'indicible...
Bruno Versmisse
flNGRfl
"fteedom CaU
(C N R /Arcade) - 4 /5
Il faut battre le fe r quand il est
chaud. Angra et son dynam ique
32 Rockstyle n° 17 - le cahier CD
label CNR l’ont bien com pris, qui
proposent pour la rentrée une to r­
p ille puissance 6 aux allures de
pochette-surprise. Les Brésiliens, en
passe d'enlever le leader-ship de
leur génération, célèbrent le renou­
veau d'un heavy sym phonique car­
nassier et agressif. L'incontournable
"H oly Land" a établi un véritable
consensus du côté des revues spé­
cialisées et ce m ini-C D fa it office de
digestif corsé pour persuader to u t ce
jo li pe tit m onde du bien-fondé de
leur jugem ent. On déguste deux
inédits, "Freedom caH” et "R eaching
horizons” , une version orchestrale
de “ Stand aw ay” , une version remix
de “ Queen of the nig h t” , une autre,
raccourcie de "Deep blue” et une
ébouriffante reprise du “ P ainkiller”
de Judas Priest. 1/2 heure de hard
b rilla n tis s im e et ra ffin é auquel
ANGRA nous a (déjà I) habitué...
Bref, de quoi patienter en attendant
la tournée de ces nouveaux dieux du
heavy progressif en nos contrées,
courant novembre.
Bruno Versmisse
Tommv Castro
"Exception Ta The Rule"
(D ixiefrog/M S I) - 4 /5
Qu'on se le dise, Roy Rodgers n’est
pas le seul guitariste blues de talent
issu de la côte ouest des Etats-Unis.
Qui a u ra it d ’ailleurs osé le pré­
tendre? Ce très bel album de Tommy
Castro est là pour en tém oigner. Le
fam eux label du “ cochon aveugle"
(B lind Pig) ne s'y est pas trom pé en
accu eillant cet artiste en son sein (et
non son groin), m o ntra nt par là
même q u 'il n'était pas sourd pour
autant. S 'appuyant sur un groupe
très soudé au tour de lui (et prenant
part à la com position) et sur le tra ­
vail du producteur Jim m y Pugh (qui
n'est autre que le clavier de Robert
Cray et de Chris Isaak), Tommy
Castro alterne avec beaucoup de
bonheur soul, rh ythm & blues et
blues à forte consonance rock. Si le
titre "M e & my g u ita r” prouve, s'il en
était besoin, que l'am biance est au
beau fixe entre Tom m y e t sa
Stratocaster, il ne fau dra it pas pour
au tant sous-estim er ses talents de
chanteur, cha nt pour lequel il possè­
de un don naturel. Ce n’est som m e
toute pas si fréquent dans le petit
m onde des guitaristes. De là à pré­
tendre que Tom m y Castro est une
"Exception to the rule", il n'y a q u ’un
pas. Très peu de déchet donc dans
cet album , avec m algré to u t une
légère préférence pour les morceaux
les plus énergiques ("T his soul of
m ine", “ Exception to the rule", “ Me
& m y g u ita r" ou "H ad enough") qui
voien t les riffs se faire m ordants et
les soli saignants (vous me direz que
l'un est la conséquence de l'autre). Il
ne reste plus qu'à souhaiter qu'à la
ligne que Tom m y s’est fixée, Castro y
reste fidèle.
Laurent Janvier
miCHAEL KATON
Rub
(Provogue) - 3 /5
Sacré M ichael Katon ! On peut vrai­
m ent dire q u ’ il bouffe à tous les râte­
liers. Ainsi, le trio q u ’ il form e avec
Gary Rasmussen (basse) et John
Eppinga (batterie) n'hésite pas à
piocher to u t au tant dans les fonde­
m ents d'un rock sudiste débridé
("Been there, done th a t” , "A ttack of
badness” ) que dans ceux du bon
vieux rock & roll ("R ock & Roll redneck m am a jam m a honkin' fool") ou
d'un blues authentique (“ The devil's
da ughter", “ The man from h e ll” )
pour parfois s’aventurer aux fro n ­
tières d ’un hard rock typé AC/DC
("B obo bum p"). De tels ingrédients
ont, vous en conviendrez, de quoi
concocter un plat des plus in d i­
gestes. Et pourtant, il n’en est rien
puisque Michael Katon s’en tire avec
les honneurs, aidé en cela par une
voix proche de celle du grand David
Lee Roth et un jeu de guitare brilla n t
en toutes occasions (slide, riffs éner­
giques ou soli endiablés). Le titre
"R ub" nous perm et par ailleurs de
déguster un blues des plus origi­
naux, à la fois lourd et décalé.
Michael Katon réussit en définitive
la perform ance d'hom ogénéiser qu a­
litativem ent une hétérogénéité de
styles m usicaux (!)
Laurent Janvier
TOLO fllARTON
My Place Is Close To You"
(Provogue) - 4 /5
D ifficile à cerner cet album de Tolo
Marton, guitariste d ’origine italienne.
Oh, le fond de sa m usique est très
tO tt)
nettem ent orienté vers le Blues et le
Rock, m ais certaines spé cificité s
valent la peine que l'on s’y attarde
quelque peu. Le morceau qui ouvre
l'album to u t d'abord, “ C ertitude of
Laundrom ats", inspiré par une nou­
velle de A lbert H uffstickle r et dont la
stru c tu re re la tiv e m e n t com plexe
peut faire penser à nulle autre chose
qu'à du rock progressif. Dans le
même registre, le très plan ant final
de
“ M u sic
la d y ”
évoque
les
am biances développées par les der­
nières colla b o ra tio n s entre Steve
H ackett et Genesis, c'est to u t dire!
D 'autres titre s parm i lesquels fig u ­
rent "See w h a t you've done to m e"
et "Alpine valley" laissent de leur
côté transparaître une autre facette
de la m usique et du jeu de guitare
de Tolo M arton, s’égarant vers des
contrées proches de chez M ark
Knopfler. “A lpine va lle y" est par
a ille u rs un in s tru m e n ta l de 8
m inutes do nt la finesse et le raffine­
m e nt so n t à souligner. “ I d o n ’t
w anna be alone” et “ W ake up” nous
fo n t qu ant eux voyager respective­
m ent du côté de chez Jeff Healey et
Calvin Russell. Jolies destinations
n'est-il pas? Ajoutez à cela deux
excellents morceaux Blues-Rock au
te m p o re la tive m e n t le n t ("R a in y
day" et "M y place is close to you” ) et
vous obtenez au final un album
digne d ’ un intérêt certain.
Laurent Janvier
LINDA PERRY
InFüghl
(R ockstar/M CA) - 4 /5
Envoûtante est la voix de Linda
Perry, cette ex-chanteuse des 4 Non
Blondes, forte dans l'ém otion, boule­
versante dans la violence. Sombre
com m e une n u it sans lune est l'a t­
mosphère régnant sur cet album
to u t en co n tra ste . Forte est la
m usique com posée et interprétée
par Linda Perry, dans la directe
lignée des m eilleures oeuvres de
N eil Young ( “ S uccess" évo quan t
l’époque "H arvest") et Pink Floyd (le
WREOKING BALL
final de “ Life in a b o ttle ” proche de
“ Hey you "). Im m ense est le plaisir
du journaliste d ’avo ir à chroniquer
des disques d ’une telle qu alité a rtis­
tiq u e . Inco n to u rn a b le s’avère “ In
F ligh t” , à la croisée de mondes
m usicaux opposés, opérant une par­
faite osmose entre fondem ents b ri­
tanniques et influences am éricaines.
A ttendue est une réaction du public
am ateur d ’oeuvres denses et sans
concessions.
Laurent Janvier
ALTURA
"Mercy"
(M agna C arta/R oadrunner) - 4 /5
Et c'est reparti pour un tour ! La
grande maison a ouvert ses portes
pour le m arché de la rentrée. Magna
Carta présente sa collection au tom ­
ne-hiver et outre les "trib u te ” aux­
quels le label am éricain nous a déjà
habitué (Jethro Tuul et Rush sont les
derniers arrivages), c’est au tou r
d ’A ltura de ven ir b rille r à la devantu­
re. On connaît le soin apporté quand
il s 'a g it de c o n fe c tio n m aison,
rem em ber M agellan
ou Shadow
Gallery. Ce com bo U.S. calque rigou­
reusem ent ses sem elles dans les
em preintes laissées par ces nou­
veaux seigneurs du prog’ bodybuildé, en plus com plexe reconnaissonsle. Une production 5 étoiles, une
ryth m ique qui cartonne à la sulfateuse et d ’him alayesques grim pettes
en rappel clouent au m ur et dépiau­
ten t les tym pans. Les rares accal­
m ies n'en sont que plus savou­
reuses. A ltura form e un bloc com ­
pact, serre les rangs et ratiboise sec.
L’éprouvant “ The C ontin uum ” résu­
me
la
force
de
fra p p e
des
Am éricains sans autre form e de dis­
cours, une v ra ie bom be H !
M a in te n a n t que la puissance se
nourrit de haute technologie, A ltura
ne laissera pas sa part aux chiens.
Magellan a du souci à se faire, la
concurrence m onte au créneau...
Bruno Versmisse
le nouvel album de
EMMYLOU
Produit par
HARRIS
D aniel Lanois
(U2, Peter G abriel, Bob Dylan, Neville Brothers)
Guests : Neil Young, Steve Earl, Larry Mullen JR. (U2),
Tony Hall (Neville Brothers), Daniel Lanois...
ve. Les guitares saturées y enflaient
le to u rb illo n de détresse des voix
entrem êlées. A lice s'est essayé à
l'acoustique jadis, sur les EP Jar Of
Flies et Sap. Moyen. On arguera que
ses chansons étaient moins convain­
can tes alors, donc m o in s m ai
q u a n te s
sans
é le c tric ité .
L'UnpIugged infirm e cette hypothè­
se. A lice perd de sa force quand il
débranche les fils. Mystère. La déso­
lation d'un Cobain est passée, intac­
te, déchirante, sur guitare folk. Celle
d'Alice In Chains bloque, on dirait.
Comm e si sa seule voix était celle du
volt. M ais aussi parce que la perfec­
tion des choeurs, am putée par les
conditions du live, enlève de sa
séduction venim euse au qu atuo r de
Seattle. La m usique est mise à plat,
é talée, presque dépecée. Or la
richesse s'afichait en cha ir et en
parures - celles des guitares et des
voix. En acoustique, on se retrouve
avec de bonnes chansons, m ais où
est l'ém otion ? La m aline, disparue I
Ou presque ! ... Tant pis. Reste la
question obsédante : A lice sort-il ce
disque en lo t de consolation postm ortem , ou au contraire pour prou­
ver qu'on l'a tro p tô t enterré (héroïne
oblige) ? Oh, que demeure la deuxiè­
me solution ! Pour l'am our de l'art !
S 'il-vous-plaît !
O m beline
BOB STATE
"Dan Solaris"
(ZTT) - 4 /5
ALICE W CHAINS
"Unplugged"
(C olum bia/Sony) - 3 /5
R appelons en p ré a m b u le que,
depuis que M etallica fa it du boogie
ro m a n tiq u e ,
A lic e
reste
avec
Soundgarden et Faith No More le
seul chevalier passionnant du rayon
métal. Dans la division suicidaire.
Car c'est le désespoir qui auréole de
grandeur les décibels en v rille des
deux derniers opus d'Alice, requiem s
heavy pour lost génération à la déri­
Que les poseurs d'étiquettes se jettent
dans le ravin de l'indécision stylis­
tique, voici de quoi m ettre leurs préju­
gés à bas ! Pour le plus grand plaisir
des vrais mélomanes qui se contrefoutent de savoir si c'est de la techno,
de le pop, de l'indus, du new âge ou
du que sais-je encore, 8 0 8 State sort
le grand Don Solaris. 8 0 8 State, c'est
le groupe de Graham Massey, un type
qui a bossé avec Bjôrk - bon signe. Ça
commence com me du Young Gods
inquiétant avec mélodie au clavier et
rythme ternaire intrus au m ilieu des
imprécations sinistres. Vous ne voyez
SHOWCASE EXCEPTIONNEL
lundi 3 0 septem bre
PARIS/CHESTERFIELD CAFE
me
C N R M U S IC
A Division Of The Arcade Music Company
£ r / * ma h e u î label
n eItd
pas à quoi ça ressemble ? Moi non
plus. Plus tard, on trouvera : du saxo,
de l'orien tal, des souvenirs de
Tangerine Dream, des imprégnations
rave, de la jungle, des voix, des
samples, beaucoup de créativité sau­
poudrée à l'occaze d'un soupçon de
vulgarité que l'on a le droit de regret­
ter. Mais l'on songera la seconde
d'après que c'est ce genre d'oeuvres oui, j'ai bien d it : oeuvres - qui donne
leurs lettres de noblesse à la technof?)
et affiliés. Des disques com m e ce Don
Solaris inclassable, à m i-chem in entre
toutes les sortes de m usique recen­
sées en cette aube de vingt-et-unièm e
siècle. On pense à Bjôrk et à Prodigy.
Et on se dit qu'on a vraim ent de la
chance de vivre en 1 9 9 6 . D'aucuns
(dont le nom com m ence par Kra et
fin it par Vitz) prétendent que le rock
est mort. Ah bon ? Non. Il est vivant.
Et il s'enrichit chaque jour de nou­
velles formes musicales. Je et tu
sommes nés coiffés !
O m beline
rrl I k.e O l i ) r i i: l 0
(S inne Terra Ferma) - 4 /5
Musique étrange et fascinante qui
charm p et dérange : ni rock, ni jazz,
ni classique, ni... rien du tout !
Profondément originale, belle, intim e
et obsédante, l'oeuvre de Tiersen en
étonnera plus d'un. Ce com positeur
breton de 2 5 ans brode des petites
pièces perverses ou innocentes,
embuées d ’une nostalgie populaire.
L'homme a déjà réalisé des partitions
pour pièces de théâtre, des film s
muets ou d'anim ation. Quand on
écoute ce disque, on ne s'étonne plus
alors de la facu lté que possède
Tiersen à nous tra n s m e ttre des
images par la force sim ple de ses
petites harmonies, u tilisan t l’accor­
déon, le clavecin, le violon ou accou­
plant deux toys-piano, l’alchim iste
ém erveille par la précision concise de
ses bouts de métrage sonores. Par sa
sim plicité, cet album tutoie le subli­
me. On fré m it devant ta n t de tendres­
se miniaturisée et de saynètes im pro­
visées. Tiersen nous délivre un billet
pour l’esprit en ballade, un retour vers
l’enfance de la rue, les jeux simples,
les jours heureux. Un grand m om ent
intim iste, ce joyau est à découvrir de
toute urgence.
Bruno Versmisse
IÏUKE OLDFIELD
Voyager"
(W EA) - 3 /5
Après un "Songs Of D istant E arth”
34 Rockstyle n° 17 - le cahier CD
Voyage h
un digestif corsé m ais ô com bien
revigorant !
Th ierry Busson
The Hamsters
THE JIM I HENDRIX MEMORIAL CONCERTS •
epatant, M ike O ldfield revient sur le
de vant de la scène avec un
"Voyager” p lu tô t singulier. L’hom m e,
qui a toujours su alterner album s
in s tru m e n ta u x et c o lle c tio n s de
chansons pop, s’aventure ici sur le
terrain à la mode de la m usique à
consonnances c e ltiq u e s . P eut-être
parce q u ’il est en partie de souche
irlandaise, O ldfield dévoile un côté
de sa personnalité à peine entrevu
précédem m ent par quelques m or­
ceaux gonflés de binious et autres
cornem u ses
(dans
le
style
“ P ortsm outh” ). "Voyager” est to ta le ­
m ent instrum ental et foncièrem ent
celtique. En 10 plages aux accents
irlandais, Oldfield invite l’au diteur à
un voyage au coeur des H ighlands
brum euses. Sans réelles in n o v a ­
tions, ce nouvel album rassurera les
fans sur le potentiel artistique (énor­
me, ne l’oublions pas I) et m élo­
dique du bonhom m e. Ni plus ni
m oins...
Thierry Busson
VfiHM TIERSEH
'Rue des Cascades"
f^
P o p a C hubby ;
i-- V"
r
J
t t
MtiLÂ ■
f
■
4P* *
1895
THE HAfllSTERS
"Hendrix Memorial Concerts"
(Provogue) - 4 /5
S lim , Zsa Is a et Rev Otis sont trois
requins de studio, des pointures
ayant accom pagnés une fou ltitude
d ’artistes notoires do nt la liste ici
s e ra it tro p longue à énum érer.
Jusque-là, rien d ’étonnant à ce que
trois “ m onstres” form en t un groupe.
En revanche, ces ouvriers haute­
m ent qualifiés dans l’ industrie du
disque ont la même passion : Jim i
H endrix. Cela se c o n ç o it fa c ile ­
m e nt... Et sous le sobriquet am usant
de “ The H am sters” (en français,
"Les H am sters” ... Je sais, je sais,
c ’est con !), ces trois techniciens ont
décidé de rendre hom m age à leur
idole. En est tém oin ce double CD
brûlant enregistré live en 1 9 9 5 qui
ne con tient que des reprises m agis­
tra le m e n t interprétées du Voodoo
Child. 2 7 “ hendrixeries” rageuses
(de "P urple haze” à "H ey Joe" en
passant par les superbes "Spanish
castle m agic" ou "Ail along the
w a tch to w e r” ) balancées com m e un
coup de poing dans le pif, avec force
et déterm ination. A dm irable I
Thierry Busson
th e
first
cuts
s
^
POPA CHUBBV
The First Cuti;
(M SI) - 4 /5
Popa Chubby ava it créé l’événem ent
l’année dernière avec son album
“ Booty & The Beast” sorti chez Sony.
MSI nous invite aujourd’ hui à décou­
vrir les premiers faits d ’arm e de ce
molosse du blues sous form e d ’une
com pilation regroupant des inédits
studio et des extraits live. Le to u t est
évident exem pt de to u t reproche ta n t
cette bête de la “ m usique du D iable”
sait concocter des morceaux rava­
geurs et incisifs Ca saigne du début
à la fin, laissant le fan de blues dans
un état second proche de l’apo­
plexie. Riffs sauvages, voix pugnace,
soli dévastateurs, Popa Chubby n’est
pas un tendre à prendre avec des
pincettes. C’est plu tô t à la louche
qu ’il fau t dém ouler ces 16 tranches
juteuses de blues urbain. Pour ceux
qui ont craqué sur ce phénom ène
désorm ais incontournable avec son
opus précédent, "The First Cuts” est
RUSH
"Test For Echo"
(A tla n tic/E a st W est/W EA) - 3 /5
Que vo ilà un disqu e d é lic a t à chron iqu er ! P ourtant, tous les atouts
é ta ie n t de m on côté pour avouer
ma passion sans borne à Rush,
mon a d m ira tio n de vant la qu a lité
te ch n iq u e du trio canadien, mon
a m our im m o déré pour les m élodies
p a rfaite s que ce tro is énergum ènes
d is tille n t de puis plus de v in g t ans.
P ourtant, p o u rta n t... Il y a quelque
chose qui cloche dans ce "Test For
Echo” , q u elque chose q u i ne tou r-
ne pas rond et qui gâche la fête
com m e l’ im b é cile q u i balance de la
fic e lle dans une fon due savoyarde,
histo ire de se croire drôle. Car
"T est For E ch o ” s o u ffre d ’ un
m anque fla g ra n t d ’ in sp ira tio n . Non
qu e l ’ a lb u m s o it m a u v a is , au
co n tra ire I M ais il y a une évide nte
baisse de régim e de la p a rt du trio
au niveau de la cré a tivité . “ Test For
Echo” ressert les m êm es recettes
que
son
illu s tre
aîné
“ C o u n te rp a rts” , sans p o u rta n t en
a tte in d re la m o e lle m é lo d iq u e .
Certes, ça joue bien, c ’est p ro d u it
avec sérieux, m ais il m anque le
sou ffle, la m agie ! Pour l’ensem ble
d ’une carrière exem plaire, on p a r­
donnera à Rush ce léger (et relatif,
to u t de m ê m e !) fa u x -p a s . En
a tte n d a n t m a in te n a n t le tra d itio n ­
nel d o u b le alb u m live q u i c lô t
cha que té tra lo g ie du g roupe ...
Thierry Busson
Ç o t â r ')Qnà
C u r r n ififjt
1-h on lio n
3
fllOTÔRHEflD
Overnight Sensation"
(S P V/M édia 7) - 5 /5
Quelle calotte I Mais quelle calotte,
mes am is !!! Ressuscité avec l’ex­
tra ord in aire "B asta rds” puis l’im pé­
rial “ S acrifice” , M otôrhead rem et à
nouveau les pendules a l’ heure avec
ce "O vernight Sensation" qui est
loin de se n tir le faisandé. Dès les
prem ières notes, on oublie vite tous
les jeunes pseudo-prodiges du bruitism e absolu (m étal, hardcore ou
punk) qui o n t encore du p e tit la it
dans le nez... N ’est pas M otôrhead
qui veut, d ian tre ! En 11 titre s aussi
p u issa n ts
que
les
bras
de
Schwarzenegger, aussi lourds que
les cloches de la C athédrale de
Reims et aussi furieux q u ’ un rat
enragé à qui on a u ra it écrasé la
queue, la bande à Lem m y délivre
une orgie sonique à glacer le sang.
Ce nouvel album d ’un des dieux du
rock’n’ roll sévèrem ent burné est une
claque aux petits auteurs, une leçon
de savoir-faire à a d m in istre r à to u t
pourfendeur de métal en fusion. Des
su b tile m e n t bourrins “ Civil w a r",
"Crasy like a fox” ou “ H it the gu n”
aux syncopés "D on’t believe a w o rd ”
ou “ Love can buy you m oney” ,
M otôrhead sort à nouveau l’artille rie
lourde, la Grosse Bertha m étallique.
S a ig n a n t, ne rveux, d u r à cu ire
com m e un steak fou, ce "O vernight
S ensation” se déguste sans fo u r­
c h e tte
ni
fausse
m a nière . On
tranche dedans à pleines dents,
heureux pour une fois de sen tir une
viande qui ne se laisse pas faire. Un
plat de choix pour am ateurs de
bidoche résistante I
Thierry Busson
INDISPENSABLE !
LE CATALOGUE CD
ROCKSTYLE, devant le nombre sans cesse croissant des demandes, a déci­
dé de créer un club permettant de com m ander et de recevoir à domicile les
nouveautés chroniquées dans le magazine, ainsi que les grands classiques et
les CD les plus difficiles à trouver, tous styles confondus.
Dès aujourd’hui, vous pouvez com m ander les CD chroniqués dans ce num é­
ro de Rockstyle ainsi que notre première sélection de disques. Nous vous pro­
posons également un choix de vidéos musicales et de livres. Pour ne plus
avoir de difficultés à se procurer les albums dont vous avez envie, le Club
Rockstyle vous propose de recevoir à domicile toute l’actualité musicale.
Le Club Rockstyle, c’est un vrai service pratique et indispensable ! L’adhésion
y est gratuite. Elle vous permettra de recevoir un catalogue complet un peu
plus tard contenant des milliers de références .
SOMMAIRE :
PAGE 2 : LES CLASSIQUES (U ne sélection
PAGE 7 : LES VIDEOS et LES LIVRES
PAGE 8 : BONS DE COMMANDE
de
500 CD
tous styles confond us !)
Les CD, vidéos ou livres en couleur rouge sont chroniqués dans ce numéro !
Envoyez une enveloppe timbrée à votre nom pour recevoir une liste co m p lè ­
te sur votre ou vos artistes préférés !
NOTRE
SELECTION
LES CLASSIQUES
A LB U M
A R T IS T E / G RO UPE
PR IX CD
- RO CK P R O G R E S S IF -
TYPE 0 NEGATIVE
«October Rust»
Ref : 0 4 6 4 - Prix : 129 F
“October Rust", c ’est un album aux
allures de perle noire...
Rockstyle 17 - 5/5
0001 - A B E L G A N Z
0002 - AN EK D O TEN
D a n g e rs O f S tra n g e rs
N u c lé u s (n o u v e l a lb u m )
139 F
0003 - ANG E
139 F
0004 - ANG E
R id e a u (n o u v e l a lb u m live)
M é m o (c o m p ila tio n + in é d its )
0005 - ANG E
Le s la rm e s d u D a ia ï L a m a
89 F
0006 - ANG E
Le C im e tiè re d e s A rle q u in s
89 F
0007 - ANG E
P a r le s fils d e M a n d rin
89 F
0008 - AN G E
A u -d e là du d é lire
89 F
0009 - ANG E
E m ile J a c o te y
V a g a n o n d a g e s (c o m p ila tio n )
89 F
0010 - ANG E
0011 - A R A G O N
R o c k in g H o rs e
S o n g s fro m th e lio n s c a g e
1 39 F
P rid e
1 39 F
T rib u te à A n g e
1 29 F
0 0 1 8 - A S IA
0 0 1 9 - A S IA
A rc h iv a 1
1 39 F
A rc h iv a 2
1 39 F
0 0 2 0 - A S IA
0021 - A S IA
A re n a
T h e n & N o w (b e s t of)
1 39 F
0022 - ATO LL
L 'a ra ig n é e m al
1 39 F
0023 - ATO LL
0024 - ATO LL
M u s ic ie n s m a g ic ie n s
1 39 F
R o c k p u z z le
1 39 F
0025 - ATO LL
0 0 2 6 - B A R R E T T (S yd)
T ertio
1 39 F
B a rre tt
C ra s y D ia m o n d (C o ffre t 3 x C D )
229 F
0 0 2 8 - B A R R E T T (S yd)
M adcap Laughs
1 09 F
0 0 2 9 - B A R R E T T (S yd)
O pel
1 09 F
0 0 3 0 - B E R R Y (R o b e rt)
P ilg rim a g e to a p o in t
R itu e l (m u s iq u e d 'o u v e rtu re de la to u rn é e
1 39 F
0015 - AR EN A
0031 - B O F F O (J e a n -P a s c a l)
Rockstyle 17 - 3/5
C ATALO G U E R O C K S T Y L E C lub n° 3
1 09 F
1 39 F
1 39 F
1 39 F
1 29 F
0035 - C A M E L
C a iro
H a rb o u r O f T e a rs (n o u v e l a lb u m )
0036 - C A M E L
B re a th le s s
1 39 F
0037 - C A M E L
D u s t & D re a m s
I c a n s e e y o u r h o u s e fro m h e re
1 39 F
0038 - C A M E L
0039 - CAM EL
M ira g e
139 F
0040 - C A M E L
M oonm adness
139 F
0041 - C A M E L
N e v e r L e t go (2 x C D live)
239 F
0042 - C A M E L
N u de
139 F
0043 - C A M E L
O n T h e R o ad
139 F
0044 - C A M E L
P re s s u re P o in ts
0045 - C A M E L
R a in D a n c e s
139 F
139 F
0046 - C A M E L
C am el
139 F
0047 - C A M E L
S in g le F a c to r
139 F
0048 - C A M E L
S ta tio n n a ry T ra v e lle r
139 F
0 0 4 9 - C L IF F H A N G E R
C o ld Steel
129 F
0050 - C O LLAG E
M o o n s h in e (n o u v e l a lb u m )
T e s tin g to D e s tru c tio n (n o u v e l a lb u m )
129 F
139 F
129 F
0 0 5 4 - D O W N E S (G e o ff)
Nu
V esoul
V o x H u m a n a (n o u v e l a lb u m c la v ie rs A s ia )
0055 - DREAM TH EATER
W h e n d re a m & d a y u n ité (1 e r a lb u m )
0056 - DR EAM TH EATER
A C h a n g e o f s e a s o n (n o u v e l a lb u m )
99 F
119 F
0057 - DR EAM TH EATER
Aw ake
L ive a t th e M a rq u e e
0 0 3 4 - C A IR O
0 0 5 2 - D E C A M P S (C h ris tia n )
0 0 5 3 - D E C A M P S (C h ris tia n )
0058 - DR EAM TH EATER
139 F
1 39 F
139 F
139 F
129 F
109 F
129 F
0 0 6 0 - D IL E M M A
Im a g e s & w o rd s
Im b ro c c a ta
0061 - E C H O L Y N
A s th e w o rld
0062 - EC H O LYN
W h e n th e s o u r tu rn s s w e e t
139 F
139 F
006 3 - ELP
006 4 - ELP
T arkus
89 F
T rilo g y
F lo o d (n o u v e l a lb u m )
89 F
119 F
V ig il in th e w ild e rn e s s o f m irro rs
S o ngs fro m the m irro r (re p ris e s F loyd, Kinks)
99 F
99 F
B a c k in th e w o rld o f a d v e n tu re s
139 F
0059 - DR EAM THEATER
0 0 6 7 - F IS H
0 0 6 8 - F L O w E R K IN G
129 F
F.A.F. O u t o f Hal
129 F
O c to p u s
2 5 th B irlh d a y p a rty (2 x C D )
139 F
0072 - G ONG
0 0 7 3 -H A C K E T T (S te v e )
B e s t o f (n o u v e a u té )
109 F
B a y o f k in g s
119 F
0 0 7 4 - H A C K E T T (S te v e )
159 F
0 0 7 5 - H A C K E T T (S te v e )
G u ita r n o ir
Til w e h a v e fa c e s
0 0 7 6 - H A C K E T T (S te v e )
T im e la p s e liv e
0 0 7 7 - H A C K E T T (S te v e )
M o m e n tu m (+ 2 titre s ra re s )
119 F
109 F
0 0 7 8 - H O W E (S te v e )
T h e S te v e H o w e a lb u m
109F
0 0 7 9 - ILU V A TA R
139 F
0 0 8 0 - ILU V A T A R
llu v a ta r
C h ild re n (n o u v e l a lb u m )
139 F
0081 - IQ
A re y o u s ittin g c o m fo rta b ly
139 F
0 0 6 9 F O R A B S E N T F R IE N D S
0 0 7 0 - G E N T L E G IA N T
0071 - G O N G
SHADOWLAND
«Mas as a hatter»
Ref : 0 4 6 9 - Prix 139 F
"Un m agnifique album de progressif
hard".
89 F
Nom ades
0 0 6 6 - F IS H
* 4 9 9
1 39 F
O ffra n d e
0 0 3 2 - B O F F O (J e a n -P a s c a l)
0 0 3 3 - B O F F O (J e a n -P a s c a l)
0065 - EVER O N
■ 'i
1 39 F
d 'a d ie u de A n g e )
0051 - C R O S S (D a v id )
a *
89 F
119 F
1 39 F
0013 - AR AG O N
0014 - AR AG O N
0 0 2 7 - B A R R E T T (S yd)
IRIS
«Crossing the Desert»
Ref : 0 4 6 7 - Prix : 139 F
"Combo instrum ental q u i regroupe
en son sein lan Mosley et Pete
Trewavas de M arillion. "
Rockstyle 17 - 3/5
89 F
D o n 't B rin g th e rain
T h e M e e tin g (p re m iè re p a rtie d e « M o u s e » )
0012 - AR AG O N
0016 - AR EN A
0 0 1 7 - A P R O P O S D 'A N G E
ALAN PARSONS
«On Air»
Ref : 0 4 6 5 - Prix : 139 F
"On A ir" est son album le plus riche
depuis “ty e In The Sky”.
Rockstyle 17 - 4/5
M ouse
139 F
189 F
119 F
2
NOTRE
SELECTION
LES CLASSIQUES
0082
IQ
E ver
1 39 F
0083
0084
IQ
J 'a i P o le tte d 'A rn u
1 39 F
IQ
L iv in g p ro o f
139 F
0085
IQ
1 39 F
0086
IQ
N o m z a m o (+ b o n u s )
T a ie s fro m th e lu s h a ttic (+ b o n u s )
0087
IQ
J A D IS
JE T H R O TU LL
T h e W a k e (+ b o n u s )
M o re th a n m e e ts th e ey e
139 F
139 F
L ive B u rs tin g o u t (2 x C D )
189 F
JE T H R O TU LL
JE TH R O TU LL
M in s tre l in th e G a lle ry
99 F
N ig h tc a p (2 x C D )
149 F
0088
0089
0090
0091
0092
139 F
JETH R O TU LL
O rig in a l m a s te rs (b e s t of)
99 F
0093
0094
JETH R O TU LL
R o o ts to b ra n c h e s
1 29 F
JETH R O TU LL
S ta n d up
99 F
0095
JETH R O TU LL
S to rm w a tc h
99 F
0096
JETH R O TU LL
T h ic k a s a b ric k
99 F
0097
JE TH R O TU LL
JETH R O TU LL
T h is w a s
T oo o ld to ro c k ’n 'ro li, to o y o u n g to die
99 F
0098
0099
JETH R O TU LL
W a r child
99 F
0100
JETH R O TU LL
A q u a lu n g
129 F
0101
JE TH R O TU LL
B ro a d s w o rd & th e b e a s t
99 F
0102
JETH R O TU LL
H e a v y h o rs e s
99 F
0103
KANSAS
In th e s p irit o f th in g s
99 F
0104
KANSAS
T he best of
99 F
0105
KANSAS
K ansas
99 F
0106
KANSAS
0107
KANSAS
L e fto v e rtu re
T h e U ltim a te K a n s a s B o x e d s e t (C o ffre t
189 F
0108
LANDM AR Q
2 x C D , liv re t, fo rm a t 3 0 x 1 5 )
T h e v is io n pit (n o u v e l a lb u m )
129 F
0109
H o u r o f re s to ra tio n
129 F
0110
M AG ELLAN
M AG ELLAN
Im p e n d in g A s c e n s io n
129 F
0111
M A R IL L IO N
M A R IL L IO N
A fra id o f s u n lig h t
B ’S id e s th e m s e lv e s
129 F
011 2
0113
M A R IL L IO N
B ra v e
129 F
0114
M A R IL L IO N
C lu tc h in g a t s tra w s
99 F
011 5
M A R IL L IO N
C o lle c tio n 8 2 -9 2
129 F
011 6
M A R IL L IO N
Fugazi
99 F
011 7
M A R IL L IO N
H o lid a y s in E d en
99 F
011 8
M A R IL L IO N
M is p la c e d C h ild h o o d
99 F
0119
0120
M A R IL L IO N
R e a l to reel
99 F
M A R IL L IO N
S c rip t fo r a je s te r 's te a r
99 F
0121
M A R IL L IO N
S e a s o n s end
0122
M A R IL L IO N
T h e T h ie v in g m a g p ie (2 x C D )
229 F
0123
M A R IL L IO N
In te rv ie w w ith F is h (m in i C D )
119 F
0124
M E D E C IN E M A N
J o u rn e y
139 F
0125
M IN IM U M V IT A L
S a ra b a n d e s
149 F
0126
0127
M IN IM U M V IT A L
La S o u rc e
139 F
M U LT I S T O R Y
EastAA/est
139 F
0128
NOW
139 F
99 F
99 F
99 F
0129
PA LLAS
0130
P A LLAS
T h e s e n tin e l (+ b o n u s )
139 F
0131
0132
P A V L O V 'S D O G
P a m p e re d m e n ia l
99 F
P A V L O V ’S D O G
A t th e s o u n d o f th e bell
99 F
0133
0134
PENDRAGON
T h e M a s q u e ra d e O v e rtu re (n o u v e a u !!!)
139 F
PENDRAGON
9 :1 5 live
129 F
0135
PENDRAGON
F a lle n d re a m s & a n g e ls
129 F
0136
PENDRAGON
T he Jew el
129 F
0137
PENDRAGON
K o w to w
129 F
0138
PENDRAGON
R est Of
139 F
0139
PENDRAGON
U tre c h t - T h e fin a l fro n tie r
129 F
0140
0141
PENDRAGON
V e ry v e ry B o o tle g liv e in L ille '9 2
129 F
PENDRAGON
W in d o w o f life
129 F
0142
PENDRAGON
T h e W o rld
1 29 F
0143
P IN K F L O Y D
A c o lle c tio n o f g re a t d a n c e s o n g s
1 29 F
0144
P IN K F L O Y D
A M o m e n ta ry la p s e o f re a s o n
1 29 F
0145
P IN K F L O Y D
A n im a is
1 29 F
0146
P IN K F L O Y D
A to m h e a rt m o th e r
0147
P IN K F L O Y D
C o ffre t S h in e O n (9 x C D + liv re )
0148
0149
P IN K F L O Y D
D a rk s id e o f th e m o o n
1 29 F
P IN K F L O Y D
D e lic a te s o u n d o f th u n d e r (2 x C D )
219 F
0150
P IN K F L O Y D
M e d d le
1 29 F
0151
0152
P IN K F L O Y D
M o re
1 29 F
P IN K F L O Y D
O b s c u re d b y c lo u d s
1 29 F
0153
0154
P IN K F L O Y D
P u is e (2 x C D )
219 F
P IN K F L O Y D
T h e p ip e r a t th e g a te s o f d a w n
1 29 F
0155
P IN K F L O Y D
A s a u c e rfu l o f s e c re ts
1 29 F
0156
0157
P IN K F L O Y D
D iv is io n Bell
1 39 F
P IN K F L O Y D
T h e F in a l eut
129 F
0158
P IN K F L O Y D
T h e W a ll (2 x C D )
219 F
0159
P IN K F L O Y D
U m m a g u m m a (2 x C D )
219 F
0160
P IN K F L O Y D
0161
P R O G F E S T 94
W is h y o u w e re h e re
P ro g fe s t 9 4 (2 x C D live)
229 F
0162
R IT U A L
R itu a l (n o u v e l a lb u m )
129 F
0163
RUSH
S ig n a is
99 F
0164
RUSH
A Show of hands
0165
RUSH
RUSH
C o ffre t 3 C D
99 F
239 F
C o u n te rp a rts
129 F
C ATALO G U E R O C K S T Y L E C lub n° 3
Rockstyle 17 - 3/5
99 F
Deep
K n ig h tm o v e s ... (T h e W e d g e + b o n u s )
0166
ECHOLYN
«When the sweet turns sour»
Ref : 0 4 8 2 - Prix : 139 F
'Savourez une dermere fois le génie
foudroyé en ple in vo l...”
ANGALAGARD
«Buried Alive»
Ref : 0 4 7 7 Prix : 139 F
Des plans de “C aricatures" ou de
"F o xtrot"
p arcim o n ie u se m e n t
camouflés sous les remugles frag­
mentés d ’un “In the c o u rt...” C'est
vous situ er l'in ten sité de l'oeuvre.
Rockstyle 17 - 4/5
139 F
1 29 F
1259 F
4 «'
| |
P opa Chubby j
'i
ç*
^
iI . th e
1 1r s t
^
''• 'r " . .
c u ls
4
' V (
POPA CHUBBY
«The first cuts»
Ref : 4 7 4 - Prix : 139 F
"Riffs sauvages, voix pugnace, soli
dévastateurs, Popa Chubby n ’est pas
un tendre à prendre avec des pin­
cettes. C ’est plutôt à la louche qu'il
faut démouler ces 16 tranches
juteuses de blues urbain. "
Rockstyle 1 7 - 4 / 5
1 29 F
3
NOTRE
SELECTION
SPECIALE
URIAH HEEP
LES CLASSIQUES
0167 S A U C E R F U L O F FLO YD
T rib u te to P in k F lo y d (2 x C D )
149 F
0 1 6 8 - S A U N D E R S (L e e )
0169 - S H AD O W G ALLERY
A p ro m is e o f p e a c e (n o u v e l a lb u m )
139 F
0170 - S H AD O W G ALLE R Y
F irs t a lb u m
C a rv e d in s to n e
119 F
0171 - S O F T M A C H IN E
T h ird
89 F
0 1 7 2 - S O F T M A C H IN E
F o u rth
89 F
129 F
0 1 7 3 - S O F T M A C H IN E
L iv e a t th e P a ra d is o ‘69
0 1 7 4 - S O F T M A C H IN E
R u b b e r rift
129 F
0175 -T E M P E S T
T u rn o t th e W h e e l
129 F
1 29 F
0 1 7 6 - T R IB U T E T O G E N E S IS
S u p p e r's re a d y
0 1 7 7 - T R IB U T E T O P .F LO Y D
T h e m o o n re v is ite d
129 F
0 1 7 8 - T R IB U T E T O Y E S
T a ie s fro m y e s te rd a y
W o rk in g M an
1 29 F
T u ll T aies
1 29 F
0181 - T W E L F T H N IG H T
C o lle c to rs Item
1 39 F
0 1 8 2 - T W E L F T H N IG H T
0 1 8 3 - T W E L F T H N IG H T
F a c t & fic tio n
1 29 F
L iv e in ta rg e t (in s tru m e n ta l)
1 29 F
0 1 8 4 - V U L G A R U N IC O R N
U n d e r th e u m b re lla
C o ffre t 3 x C D (...A rth u r/J o u rn e y ../6 W iv e s ..)
129 F
229 F
A m u s e d to d e a th
129 F
129 F
0188 - W O R LD TR AD E
R a d io K .A .O .S .
E u p h o ria
0 1 8 9 - W Y A T T (R o b e rt)
T h e e n d o f a n e a r (+ liv re t)
99 F
0 1 9 0 - YES
Y es a lb u m (re m a s te ris é )
119 F
0 1 7 9 - T R IB U T E T O R U S H
0 1 8 0 - T R IB U T E T O J . T U L L
URIAH HEEP
“Salisbury" 'Remasterisé)
Ref : 0 5 0 4 - Prix : 119 F
Un album d’anthologie qui reste
peut-être avec “The Magician’s
Birthday", le meilleur du groupe qui
impose une grandiloquence émer­
veillée dans toutes les directions
qu'il s’amuse à prendre. Le temps
est à la folie, la découverte et le
mélange violence/douceur que déga­
ge Uriah Heep trouve son apothéose
dans le morceau “Salisbury”, opéra
miniature dont la démesure sympho­
nique fout encore le frisson 26 ans
après. L indispensable absolu pour
redécouvrir ce géant du rock
anglais.
Rockstyle 17 - 5/5
.
4
■ M
K
r e t B
W
E
f f ’
i
, f l
URIAH HEEP
“Look At yourself”(remastérisé)
Ref : 0 5 0 0 - Prix : 1 )9 F
L’album de la révélation mondiale
pour Uriah Heep, au sommet de son
inspiration. Les morceaux de bra­
voure se succèdent à un rythme
infernal... Avec “July morning” , le
plus bel ‘epic’ réalisé par Uriah Heep
qui reste un émouvant témoignage
au talent de Byron où la démesure de
ses vocalises atteint un point de nonretour. De la classe d'un “ Child in
tim e ” ou même d’un "Stairway to
heaven" !!
Rockstyle 1 7 - 5 / 5
0 1 8 5 - W A K E M A N (R ic k )
0 1 8 6 - W A T E R S (R o g e r)
0 1 8 7 - W A T E R S (R o g e r)
129 F
129 F
0191 - Y E S
R e la y e r (re m a s té ris é )
0192 - YES
T a ie s
0193 - YES
re m a s té ris é s )
G o in g fo r th e o n e (re m a s té ris é )
0194 - YES
C lo s e to th e e d g e (re m a s té ris é )
129 F
0195 - YES
119 F
0196 - YES
F ra g ile (re m a s té ris é )
Y e s s o n g s (2 x C D re m a s té ris é s )
0197 - YES
C la s s ic s Y es (re m a s té ris é )
0198 - YES
T h e v e ry b e s t of
12 9 F
0199 - YES
B ig g e n e ra to r
89 F
0200 - YES
90125
89 F
0201 - Y E S
U n io n
89 F
0202 - YES
1 39 F
0203 - YES
T alk
K e y s To A s c e n s io n (2 x C D )
0 2 0 4 - Y W IS
L e o n a rd o ’s d re a m
209 F
119 F
fro m
to p o g r a p h ie
119 F
océans
(2 x C D
169 F
129 F
239 F
99 F
- HARD ROCK •
0205 - AC C E PT
P re d a to r (n o u v e l a lb u m )
1 29 F
0 2 0 6 - A C /D C
B a llb re a k e r (n o u v e l a lb u m
1 29 F
0 2 0 7 - A C /D C
F lic k o f th e s w itc h (re m a s té ris é )
89 F
0 2 0 8 - A C /D C
H ig h w a y to hell (re m a s té ris é )
1 29 F
129 F
0 2 0 9 - A C /D C
B a c k in b la c k (re m a s té ris é )
0 2 1 0 - A C /D C
0211 - A C /D C
F o r th o s e a b o u t to ro c k (re m a s té ris é )
89 F
D irty D e e d s ... (re m a s té ris é )
89 F
0 2 1 2 - A C /D C
H ig h v o lta g e (re m a s té ris é )
89 F
0 2 1 3 - A C /D C
0 2 1 4 - A C /D C
7 4 ja ilb re a k (re m a s té ris é )
89 F
L e t th e b e ro c k (re m a s té ris é )
0 2 1 5 - A C /D C
P o w e ra g e (re m a s té ris é )
89 F
89 F
89 F
0 2 1 6 - A C /D C
If y o u w a n t b lo o d (re m a s té ris é )
0 2 1 7 - A C /D C
L iv e (2 x C D )
179 F
129 F
0 2 1 8 - A C /D C
T h e R a z o rs e d g e
0 2 1 9 - A C /D C
B lo w up y o u r v id e o
0 2 2 0 - A C /D C
W ho m ade who
0221 - A C /D C
F ly on th e w a ll
C o ffre t 3 x C D (..M irro rs /..V a c a tio n /P u m p )
0 2 2 2 - A E R O S M IT H
0 2 2 3 - A E R O S M IT H
0224 - BLAC K SABBATH
0 22 5 - BLU E Ô Y S T E R C U LT
022 6 - B LU E Ô Y S T E R C U LT
B o x O f F ire (1 3 x C D )
F o rb id d e n (n o u v e l a lb u m )
Im a g in o s
W o rk s h o p o f th e te le s c o p e s (2 x C D )
0 2 2 7 - B L U E Ô Y S T E R C U LT
E x tra te rre s tria l L ive
0228 - DEEP PU RPLE
A n th o lo g y (2 x C D )
89 F
89 F
89 F
229 F
929 F
129 F
89 F
149 F
89 F
179 F
0229 - DEEP PU RPLE
B u rn
89 F
0230 - DEEP PU RPLE
0231 - D E E P P U R P L E
C o m e ta s te th e b a n d
C o n c e rto fo r g ro u p & o rc h e s tra
89 F
0232 - DEEP PU RPLE
D e e p P u rp le
0233 - DEEP PU RPLE
D e e p e s t P u rp le (th e v e ry b e s t of)
0234 - DEEP PU RPLE
F ire b a ll
89 F
0235 - DEEP PU RPLE
0236 - DEEP PU RPLE
L iv e in J a p a n (3 x C D )
M a c h in e h e a d
199 F
89 F
0237 - DEEP PU RPLE
M a d e in J a p a n
89 F
0238 - DEEP PU RPLE
S h a d e s o f D e e p P u rp le
89 F
0239 - DEEP PU RPLE
P u rp e n d ic u la r (n o u v e l a lb u m )
1 39 F
0240 - DEEP PU RPLE
S to rm b rin g e r
89 F
0241 - D E E P P U R P L E
0242 - DEEP PU RPLE
T h e b o o k o f T a lie s y n
89 F
W h o d o y o u th in k w e are
89 F
0243 - DEEP PU RPLE
1 49 F
0 2 4 4 - D IC K IN S O N (B ru c e )
C o ffre t 2 x C D (B u rn /ln ro c k )
T a to o e d M illio n a ire (1 e r a lb u m so lo )
0245 - EXTREM E
T h re e S id e s to e v e ry s to ry
89 F
P o rn o g ra ffitii
89 F
89 F
0246 - EXTREM E
0 2 4 7 - IR O N M A ID E N
0 2 4 8 - IR O N M A ID E N
C A TA LO G U E R O C K S T Y LE C lub n° 3
119 F
A re a l d e a d o n e
A re a l liv e o n e
89 F
89 F
89 F
89 F
89 F
4
LES CLASSIQUES
0 2 4 9 - IR O N M A ID E N
F e a r o f th e d a rk
99 F
0 2 5 0 - IR O N M A ID E N
Iro m M a id e n
99 F
0251 - IR O N M A ID E N
0 2 5 2 - IR O N M A ID E N
K ille rs
99 F
99 F
0 2 5 3 - IR O N M A ID E N
L iv e a fte r d e a lh
N o p ra y e r fo r th e d y in g
0 2 5 4 - IR O N M A ID E N
P ie c e o f m in d
0 2 5 5 - IR O N M A ID E N
P o w e rs la v e
99 F
0 2 5 6 - IR O N M A ID E N
7 th s o n o f a 7 th so n
99 F
0 2 5 7 - IR O N M A ID E N
S o m e w h e re in...
99 F
0 2 5 8 - IR O N M A ID E N
N u m be r o f beast
99 F
0 2 5 9 - IR O N M A ID E N
T h e X -F a c to r (n o u v e l a lb u m )
139 F
0260 - O ZZY O SBO U R N E
O z z m o s is (n o u v e l a lb u m )
139 F
0261 - P R IM U S
0 2 6 2 - P R IM U S
T a ie s fro m th e p u n c h b o w l
129 F
P o rk s o d a
129 F
89 F
S a ilin g th e s e a s o f c h e e s e
99 F
99 F
0 2 6 3 - P R IM U S
0264 - PEER G U N T
Y e a rs o n th e ro a d
119 F
0265 - PEER G U N T
F ire w ire
119 F
0266 - Q U EE N S R YC H E
0267 - Q U EE N S R YC H E
E m p ire
O p é ra tio n M in d c rim e
1 29 F
0268 - Q U EE N S R YC H E
P ro m is e d la n d
1 29 F
0269 - Q U EE N S R YC H E
0270 - Q U EE N S R YC H E
Q u e e n s rÿ c h e
R a g e fo r o rd e r
1 29 F
0271 - Q U E E N S R Y C H E
T h e w a rn in g
1 29 F
027 2 - SAVATAGE
D e a d w in te r d e a d (n o u v e l a lb u m )
1 29 F
0273 - SEPU LTUR A
R o o ts
R o o ts (d ig ip a c k )
129 F
0274 - SEPU LTU R A
129 F
89 F
119 F
0 2 7 5 - W IS H B O N E A S H
Four
0 2 7 6 - W IS H B O N E A S H
C la s s ic as h
89 F
0 2 7 7 - W IS H B O N E A S H
P ilg rim a g e
89 F
0 2 7 8 - W IS H B O N E A S H
N e w E n g la n d
89 F
0 2 7 9 - W IS H B O N E A S H
A rg u s
89 F
0 2 8 0 - W IS H B O N E A S H
W is h b o n e A sh
89 F
89 F
B LU E S
0281 - A R N O L D (B illy B o y)
B a c k w h e re I b e lo n g
139 F
0 2 8 2 - B IS H O P (A lv in )
A c e in th e h o le
0 2 8 3 - B U C H A N A N (R o y )
H o l W ire s
139 F
139 F
0 2 8 4 - C E P H A S & W IG G IN S
C ool dow n
139 F
0 2 8 5 - C H E N IE R (C J)
T oo m u c h fun
1 39 F
0 2 8 6 - C O L L IN S (A lb e rt)
0 2 8 7 - C O R K Y S IE G E L
D o n ’t lo s e y o u r c o o l
C h a m b e r b lu e s
1 39 F
0 2 8 8 - E L L IS (T in s le y )
S to rm w a rn in g
1 39 F
0289 - LO N G JO H N H U N TER
B o rd e r to w n le g e n d
1 39 F
0 2 9 0 - M A C K (L o n n ie )
S trik e lik e lig h tn in g
1 39 F
029 1 - M A R G O L IN (B o b )
D o w n in th e a lle y
139 F
0 2 9 2 - M IC H A E L H IL L M O B
B lo o d lin e s
139 F
In m y lim e
139 F
T h e A llig a to r s e s s io n s
139 F
0 2 9 5 - S A F F IR E
O ld , new , b o rro w e d & b lu e
139 F
0 2 9 6 - S E A L S (S o n )
C h ic a g o fire
139 F
0 2 9 7 - T A Y L O R (K o k o )
F o rc e o f n a tu re
139 F
0 2 9 8 - V A U G H N M a u ric e J o h n
In th e s h a d o w o f th e c ity
139 F
0 2 9 9 - W IN T E R (J o h n n y )
S e rio u s b u s in e s s
139 F
M U S S E L W H IT E C h a rlie
- POP / RO CK / BLU ES 0300
A M O S (Tori)
B o y s fo r P e le (n o u v e l a lb u m )
139 F
030 1
BEATLES
A n th o lo g y 1 (2 x C D )
229 F
0302
BEATLES
A n lh o lo g y 2 (2 x C D )
229 F
0303
BEATLES
C D E P B o x S e t (1 3 m in i C D 2 titre s )
In té g ra le (1 6 x C D )
0304 - BEATLES
659 F
2529 F
Le ro u g e 6 2 -6 6 (b e s t o f 2 x C D )
249 F
Le b le u 6 7 -7 0 (b e s t o f 2 x C D )
249 F
B E R T IG N A C (L o u is )
'9 6 (n o u v e l a lb u m )
139 F
0308
B E R T IG N A C (L o u is )
E lle & L o u is
139 F
0309
B O W IE (D a v id )
O u ts id e (n o u v e l a lb u m )
139 F
0 3 1 0 - B O W IE (D a v id )
S in g le s C o lle c tio n (2 x C D )
189 F
0311 - B O W IE (D a v id )
S p a c e o d d ity
139 F
0312
F o rg iv e n , n o t fo rg o tte n
139 F
0 3 1 3 - D IR E S T R A IT S
D ire S tra its
99 F
0314
C o m m u n iq u e
99 F
0305
BEATLES
0306
BEATLES
0307
„
C O R R S (T h e )
D IR E S T R A IT S
0 3 1 5 - D IR E S T R A IT S
M a k in g m o v ie s
0 3 1 6 - D IR E S T R A IT S
C o ffre t 3 x C D (D ire S tra its / C o m m u n iq u e /
99 F
269 F
M a k in g M o v ie s )
0 3 1 7 - D IR E S T R A IT S
0 3 1 8 - D I R E S T R A IT S
L o v e o v e r g o ld
99 F
A lc h e m y (2 x C D )
189 F
0 3 1 9 - D I R E S T R A IT S
B ro th e rs in a rm s
139 F
0 3 2 0 - D IR E S T R A IT S
0321 - D IR E S T R A IT S
M o n e y fo r n o th in g (b e s t of)
O n e v e ry S tre e t
139 F
139 F
0 3 2 2 - D IR E S T R A IT S
O n th e n ig h t
139 F
0 3 2 3 - D O G 'S E Y E V IE W
H a p p y n o w h e re
129 F
0 3 2 4 - E M M A N U E L (T o m m y)
In itia tio n (in s tru m e n ta l)
119 F
0 3 2 5 - H A R P E R (R o y)
F la s h e s fro m th e a rc h iv e s o f O b liv io n
(ré é d itio n a lb u m liv e 7 4 a v e c J im m y P a ge,
129 F
K e ith M o o n , la n A n d e rs o n )
C A T A LO G U E R O C K S T Y LE C lub n° 3
URIAH HEEP
“Démons & Wizards” (Remastérisé)
Ref : 0 4 9 0 - Prix : 119 F
Uriah Heep avec ce quatrième opus,
pénètre plus encore dans ce monde
d'heroïc-fantasy qu’il trouve à son
goût pour tricoter des histoires en
rapport avec l’outrance sonore qui le
caractérise. Cultivant cette fusion
élaborée entre le hard et le progres­
sif, Uriah Heep fait appel à Roger
Dean, grand illustrateur des délires
visuels de Yes, renforçant dès le pre­
mier coup a ’oeil la magnificence
d’une oeuvre qui forme un tout.
Rockstyle 17 - 4 /5
1 39 F
0 2 9 4 - P E T E R S O N (L u c k y )
0293
NOTRE
SELECTION
SPECIALE
URIAH HEEP
K
URIAH HEEP
‘Magician’s Birthday" (Remastérisé)
Ref : 0 5 0 1 - Prix : 119 F
Considéré par beaucouD co m m e le
CHEF D’OEUVRE de Uriah Heep,
“The Magician’s Birthday” est
l’aboutissement d ’une première
époque. La pochette de Roger Dean
colle à merveille à cette musique
grandiose, ce m élan ge incestueux de
heavy et de progressif porté à un
point jusqu’alors inégalé. Uriah Heep
réalise un “Démons & Wizards” puis­
sance 1 0 qui sort à la fin de l’année
7 2. Chantre brutal d’un monde fan­
tastique, le groupe sait harmoniser
un juste équilibre entre énergie
débridée et féerie onirique. C’est l’al­
bum de “The Magician’s birthday”,
un splendide ‘epic’ gorgé d’électrici­
té et de breaks ahurissants, plon­
geant ce long morceau dans les
directions les plus variées. Si Yes
avait fait du hard, il aurait pu créer
ce morceau...
Rockstyle 17 - 5/5
5
LES NOUVEAUTES
CHRONIQUEES DANS
CE NUMERO
LES CLASSIQUES
0326
H A R P E R (R o y )
L ife m a s k (a v e c J im m y P a g e )
0327
H A R P E R (R o y )
O nce
(ré é d itio n
a lb u m
90
1 29 F
avec
D a v id
1 29 F
G ilm o u r, K a te B u s h )
REFERENCE + ALBUM
0 4 6 4 - T Y P E O N E G A T IV E
" O c to b e r R u s t" - 129 F
0465 - ALAN PARSONS
"O n
A ir
-
139 F
0466 - JA M E S M U R PH Y
“ C o n v e rg e n c e ' - 129 F
0 4 6 7 - IR IS
"C ro s s in g T h e D e s e rt” - 139 F
0 4 6 8 - M Y D Y IN G B R ID E
“ L ike G o d s O f th e Sun” - 139 F
0469 - SH AD O W LA N D
"M a d A s A H a tte r” - 139 F
0 4 7 0 - S U P E R IO R
"B e h in d " - 1 3 9 F
0471 - E L E N D
"L e s té n è b re s d u d e h o rs -1 3 9 F
0472 - TO M M Y CASTR O
“ E x c e p tio n to ru le " - 139 F
0473 - ALTURA
"M e rc y ” - 129 F
0474 - POPA C H U B BY
“ T h e firs t c u ts ” - 139 F
0475 - M O TO R H EAD
“ O v e rn ig h t s e n s a tio n s " - 139 F
0 4 7 6 - E M M Y L O U H A R R IS
“ W re c k in g b a il" - 139 F
0477 - A N G LAG A R D
“ B u rie d a liv e " - 139 F
0 4 7 8 - A M O R P H IS
"E le g y " - 139 F
0479 - BR O K EN EDGE
“ C o ld lie s ” - 139 F
0 4 8 0 - T A N G E R IN E D R E A M
"G o b lin s c lu b " - 1 3 9 F
048 1 - H E L L O W E E N
"H ig h L iv e " - 1 8 9 F
0 48 2 - EC HO LYN
“ W h e n th e s w e e t tu rn s ” - 139 F
M O T O R H E A D (R e m a s té ris é s )
0 4 8 3 - “ O v e rk ill” - 1 1 9 F
0 4 8 4 - “ B o m b e r’’ - 119 F
0 4 8 5 - “ A c e o f s p a d e s ” - 119 F
0 4 8 6 - “ N o s le e p til...” - 119 F
0 4 8 7 - “ Ira n fis t” - 119 F
SPECIAL
URIAH HEEP
0 4 8 8 - "A b o m in o g ” - 9 9 F
0 4 8 9 - “ C o n q u e s t" - 9 9 F
0 4 9 0 - “ D é m o n s & W iz a rd s " - 119 F
049 1 - “ D iffé re n t w o rld ” - 9 9 F
0 4 9 2 - “ F a lle n n a g e l" - 9 9 F
0 4 9 3 - “ F ire fly " - 9 9 F
0 4 9 4 - “ H e a d firs t" - 9 9 F
0 4 9 5 - “ H ig h & m ig h ty ” - 9 9 F
0328
JO U R N EY
F ro n tie rs
89 F
0329
JO U R N EY
G re a te s t h its
139 F
0330
0331
K N O P F L E R (M a rk )
B .O .F. L o c a l h e ro
G o ld e n h e a rt (n o u v e l a lb u m )
139 F
0332
K IN G S B E R Y (P e te r)
0333
L U K A T H E R (S te v e )
O n c e in a m illio n
L u k a th e r
139 F
89 F
0334
L U K A T H E R (S te v e )
M A N N (M a n d fre d )
C andym an
129 F
T h e b e s t o f th e E M I y e a rs
89 F
M A R S H A L L (A m a n d a )
A m a n d a M a rs h a ll
129 F
M O O DYBLU ES
M O O R E (la n )
G re a te s t hits
129 F
0338
129 F
0339
M O O R E (la n )
la n M o o re
L iv e fro m A u s tin (6 titre s )
0340
0341
M O O R E (la n )
M o d e m d a y fo lk lo re
119 F
N IT S
O C TO B E R PR O JE C T
N e s t (b e s t o f) N o u v e a u té
F a llin g fa rth e r in
139 F
0342
0343
P E T E R S (M ik e )
B re a th e - th e a c o u s tic v e rs io n s
0344
P E T E R S (M ik e )
B a c k in to th e s y s te m (m in i a lb u m )
1 39 F
79 F
0345
P H IL L IP S (S im o n )
0346
P O L IC E (T he)
S y m b io s is
M e s s a g e in a b o x (c o ffre t in té g ra le 4 x C D )
0335
0336
0337
K N O P F L E R (M a rk )
99 F
79 F
139 F
1 39 F
359 F
129 F
0347
PO PPA C H UBBY
0348
QUEEN
B o o ty & th e b e a s t
M a d e in h e a v e n (n o u v e l a lb u m )
0349
QUEEN
G re a te s t H its 1
139 F
0350
QUEEN
0351
RARE EARTH
G re a te s t H its 2
T h e e s s e n tia l R a re E a rth
139 F
99 F
0352
R U S S E L L (C a lv in )
D re a m o f th e d o g
1 29 F
0353
R U S S E L L (C a lv in )
A c ra c k in tim e (+ 1 in é d it)
119 F
0354
R U S S E L L (C a lv in )
L e v o y a g e u r live
119 F
0355
R U S S E L L (C a lv in )
S o ld ie r (+ 1 in é d it)
119 F
0356
R U S S E L L (C a lv in )
S o n g s fro m th e fo u rth w o rld (+ 1 in é d it)
119 F
0357
SANTANA
D a n c e o f ra in b o w s e rp e n t (C o ffre t 3 x C D
269 F
0358
S A V O U R E Y (C h ris )
E n d o f m ille n iu m (in s tru m e n ta l)
0359
S C O T T (M ik e )
0360
0361
S H A R K S (T h e )
S IM O N & G A R F U N K E L
B rin g 'e m ail in
L ike a b la c k v a n p a rk e d o n a d a rk c u rv e
C o lle c te d w o rk s (3 x C D in té g ra le s tu d io )
0362
SO U L ASYLU M
G ra v e d a n c e rs u n io n
119 F
0363
SO U L ASYLU M
L e t y o u r d im lig h t s h in e
119 F
0364
SPARKS
SPARKS
K im o n o m y h o u s e
89 F
139 F
139 F
lu x e , 32 titre s + 2 in é d its + liv re t 64 p a g e s )
139 F
129 F
129 F
269 F
89 F
0366
0367
S P R IN G S T E E N B ru c e
P ro p a g a n d a
T h e g h o s t o f T om J o a d (n o u v e l a lb u m )
S T IN G
T h e d re a m o f th e b lu e tu rtle s
139 F
0368
S T IN G
B rin g on th e n ig h t (2 x C D )
199 F
0369
S T IN G
139 F
0370
0371
S T IN G
N o th in g lik e th e su n
N a d a c o m e el s o l (e s p a g n o l & p o rtu g a is )
S T IN G
The soul cages
139 F
0372
S T IN G
Ten s u m m o n e r’s ta ie s
139 F
0373
0374
S T IN G
F ie ld s o f g o ld (b e s t of)
139 F
S T IN G
M e rc u ry fa llin g (n o u v e l a lb u m )
139 F
0375
TE AR S FO R FEARS
R a o u l & T h e k in g s o f S p a in
129 F
0376
0377
TE AR S FO R FEARS
T h e h u rtin g
99 F
TE AR S FO R FEARS
S o n g s fro m th e b ig c h a ir
99 F
0365
99 F
0378
0379
TE AR S FO R FEARS
T h e s e e d s o f lo ve
139 F
TE AR S FO R FEARS
T ea rs roll d o w n (b e s t of)
139 F
0380
TE AR S FO R FEARS
E le m e n ta l
139 F
0381
TELEPH O N E
TE LEPH O N E
A nna
99 F
A u c o e u r d e la nuit
99 F
99 F
0382
0383
0384
TE LEPH O N E
C ra c h e to n ve n in
TE LEPH O N E
Le m e ille u r de T é lé p h o n é
99 F
0385
THUGS
S trik e (n o u v e l a lb u m )
119 F
0386
TO TO
TR U LY
Tam bu
1 29 F
0387
F a s t S to rie s ... fro m k id c o m a
1 29 F
0388
V A U G H A N (S te v ie R a y)
G re a te s t hits
1 29 F
0 4 9 6 - “ In n o c e n t v ic tim ” - 9 9 F
0 4 9 7 - “ L iv e 7 3 " - 9 9 F
0 4 9 8 - “ L iv e a t S h e p p e rto n " - 9 9 F
0 4 9 9 - “ L iv e in M o s c o w ” - 9 9 F
0 5 0 0 - “ L o o k a t y o u rs e lf" - 119 F
050 1 - “ M a g ic ia n ’s b irth d a y " - 119 F
0 5 0 2 - "R a c in g s ile n c e " - 9 9 F
0 5 0 3 - "R e tu rn to fa n ta s y " - 9 9 F
0 5 0 4 - “ S a lis b u ry " - 119 F
0 5 0 5 - “ S till e avy, s till p ro u d " - 9 9 F
0 5 0 6 - "S w e e t fre e d o m ” - 119 F
0 5 0 7 - “T h e c o lle c tio n " - 119 F
0 5 0 8 - “ V e ry 'e a v y v e ry ’u m b le ” - 119 F
0 5 0 9 - “ W o n d e rw o rld ” - 9 9 F
0 5 1 0 - "S e a o f lig h t” - 149 F
0511 - " S p e llb in d e r liv e " - 149 F
0 5 1 2 - "A T im e O f R é v é la tio n "
(C o ffre t 4 C D ) - 3 5 9 F
C ATALO G U E R O C K S T Y L E C lub nü 3
NOUS SOMMES A VOTRE DISPOSITION POUR
VOUS DONNER DES LISTES COMPLETES
CONCERNANT VOS ARTISTES PREFERES
(CD, VIDEOS, LIVRES, ETC.)
N’HESITEZ PAS A NOUS LES DEMANDER !!!
6
VIDEOS / LIVRES
REFERENCE + ARTISTE
TITRE
PRIX TTC
NOTRE
SELECTION
VIDEO
- V ID E O S 0389
A E R O S M IT H
L ive T e x a s J a m 1 9 7 8 (5 0 m n )
129 F
0390
ANGE
En c o n c e rt 90
0391
ANGE
C o n c e rts 7 6 -7 7
139 F
139 F
0392
ANGE
ANGE
S e v e q u i p e u t L iv e 90
Z e n ith 85
139 F
B O W IE (D a v id )
T h e V id e o c o lle c tio n
149 F
0393
0394
139 F
0395
B U S H (K a te )
L ive a t H a m m e rs m ith O d e o n (V H S + 1 C D )
189 F
0396
0397
B U S H (K a te )
T h e line, th e c ro s s & th e c u rv e
149 F
C A B R E L (F ra n c is )
S a rb a c a n e to u r
149 F
0398
C A B R E L (F ra n c is )
Le s p e c ta c le a c o u s tiq u e
0399
DAN AR BR AZ
H é rita g e d e s C e lte s live
159 F
129 F
0400
DEEP PU RPLE
D o in g th e ir th in g
0401
DEEP PU RPLE
C o rn e h e ll o r h ig h w a te r (liv e 94)
0402
D IR E S T R A IT S
O n th e n ig h t
0403
D IR E S T R A IT S
A lc h e m y live
149 F
0404
D IR E S T R A IT S
C o ffre t A lc h e m y + O n th e n ig h t (2 V H S )
0405
D IR E S T R A IT S
T h e v id e o s
219 F
149 F
0406
D Y L A N (B o b )
U n p lu g g e d
149 F
0407
F R E D D IE M E R C U R Y
T h e F re d d ie M e rc u ry T rib u te (2 x V H S )
0408
G A IN S B O U R G (S e rg e )
C a s in o d e P a ris 85
269 F
139 F
0409
G E N E S IS
T h e w a y w e w a lk live
149 F
0410
G E N E S IS
T h re e S id e s liv e
149 F
0411
IR O N M A ID E N
L ive at D o n in g to n
149 F
0412
IR O N M A ID E N
M a id e n E n g la n d (V H S + 1 C D )
0413
IR O N M A ID E N
R a is in g H e ll (d e rn ie r s h o w d e D ic k in s o n )
189 F
149 F
0414
IR O N M A ID E N
T h e lirs t te n y e a rs
149 F
0415
J U D A S P R IE S T
M é ta l W o rk s 7 3 -9 3
0416
L E N N O N (J o h n )
Im a g in e
129 F
149 F
0417
L E N N O N (J o h n )
T h e J o h n L e n n o n V id e o c o lle c tio n
0418
M A C C A R T N E Y (P a u l)
Is L ive
0419
M IN IM U M V IT A L
Le s M o n d e s d e M in im u m V ital
139 F
0420
L iv e b y th e se a
139 F
0421
O A S IS
P IN K F L O Y D
L ive a t P o m p e i
149 F
0422
P IN K F L O Y D
T h e W a ll (le film )
0423
P O L IC E
G re a te s t H its
159 F
129 F
0424
P O L IC E
O u tla n d o s to S y n c h ro n ic ity - A s to ry live
149 F
0425
PROGFEST
D a y O n e (P A L u n iq u e m e n t)
159 F
0426
PROGFEST
D a y T w o (P A L u n iq u e m e n t)
89 F
149 F
149 F
0427
QUEEN
L iv e W e m b le y 86
0428
QUEEN
B o x o f F lix (2 x V H S )
259 F
0429
QUEEN
C h a m p io n s o f th e w o rld (n o u v e a u !)
169 F
0430
0431
QUEEN
G re a te s t H its F lix 1
149 F
QUEEN
G re a te s t H its F lix 2
0432
0433
QUEEN
179 F
179 F
QUEEN
L iv e in B u d a p e s t
L ive in R io
0434
QUEEN
M a g ic y e a rs Vol. 1
0435
QUEEN
QUEEN
M a g ic y e a rs V ol. 2
149 F
149 F
M a g ic y e a rs Vol. 3
149 F
QUEEN
Q u e e n R a re live
149 F
W e w ill ro c k yo u
149 F
0439
QUEEN
QUEENSRYCHE
B u ild in g e m p ire s
149 F
0440
QUEENSRYCHE
O p é ra tio n liv e c rim e
149 F
0441
R O L L IN G S T O N E S
0442
R O L L IN G S T O N E S
T h e C o n tin u in g a d v e n tu re s
V o o d o o L o u n g e Tour
149 F
0443
R O L L IN G S T O N E S
G im m e s h e lte r
159 F
0444
R O L L IN G S T O N E S
A t th e M ax
159 F
0445
S T IN G
F ie ld s o f g o ld
149 F
0446
S T IN G
S u m m o n e r's tra v e ls
149 F
0447
S T IN G
U n p lu g g e d
149 F
0448
SUPERTRAM P
T h e s to ry s o fa r
149 F
0449
S P R IN G S T E E N B ru c e
A n th o lo g y 7 8 -8 8
149 F
0450
S P R IN G S T E E N B ru c e
U n p lu g g e d '92
159 F
0451
TE LEPH O N E
T é lé p h o n é P u b lic
149 F
0452
T H IE F A IN E H u bert-F .
B lu e s y m e n ta l tour
149 F
0453
T H IE F A IN E H u bert-F .
P a ris Z é n ith
149 F
0454
TO TO
P a s t to p re s e n t 7 7 -9 0
149 F
0455
TO TO
L iv e au Z é n ith 90
129 F
0456
V A U G H A N (S te v ie R a y)
P rid e & J o y
129 F
0457
V A U G H A N (S te v ie R ay)
L iv e a t th e El M o c a m b o
129 F
0458
W A T E R S (R o g e r)
T h e W a ll L ive In B e rlin '9 0
199 F
0459
W H O (T h e )
Q u a d ro p h e n ia (V .O . s o u s -titré e )
159 F
0460
W H O (T h e )
3 0 y e a rs o f m a x im u m R ’n 'B live
169 F
0461
W H O (T h e )
T h e K id s a re a llrig h t
0462
Z A P P A (F ra n k )
D o e s h u m o u r b e lo n g in m u s ic ?
159 F
149 F
D ic tio n n a ire illu s tré s u r le s d is q u e s rock
150 F
0438
149 F
159 F
- LIV R E S 0463
-
LA
D IS C O G R A P H IE
D U R O C K F R A N Ç A IS
fra n ç a is !
C A TA LO G U E R O C K S T Y L E C lub n° 3
Un film culte à posséder absolument
chez soi !
179 F
149 F
159 F
149 F
0436
0437
PINK FLOYD
«The Wall - Le film»
Ref. 0422 - Prix : 159 F
m
y
™ >
T.
PROGFEST
«Festival International de
Rock Progressif 94»
Prix : 159 F chaque K7 PAL
“ Day One" Ref. 0425
“ Day Two" Ref. 0426
Le festival «Progfest», comme son
nom l'indique, est un rassemblement
de groupes progressifs qui a lieu
chaque année aux USA. En deux K7
vidéo PAL (2 heures) représentant
chacune une journée, Muséa nous
présente l'édition 1994. avec les
concerts de :
K7 «Day One» : HALLOWEEN /
KALABAN / ECHOLYN / ANGLAGARD
K7 «Day Two» :EPISODE i GIRAFFE
SEBASTIAN HARDIE / MINIMUM
VITAL /ANEKDOTEN
A noter que EPISODE reprend le
«Echoes» de PINK FLOYD et que
GIRAFFE est un groupe spécialisé
dans la reprise de l’album «The Lamb
Lies Down On Broadway»
de GENESIS I1! A noter :Ces concerts
existent en un double CD présent dans
ce catalogue...
BON DE COMMANDE ROCKSTYLE CLUB
A découper ou photocopier et à retourner à :
«Eclipse Edtions» - BP 169 - 18 rue Gustave Lang - 90003 BELFORT Cedex - Tél : 03 84 58 69 69 - Fax : 03 84 22 25 64
Frais de port (envoi urgent) + emballage pour la France : 1 CD = 16,50 F / 2 CD = 21 F / 3 à 5 CD = 28 F / 5 à 9 CD = 38 F / 10 CD
et plus = 50 F - Vidéos et Livres : 1 = 26 F / 2= 34 F / 3 et plus = 45 F - Délai de livraison : 3 semaines Pour l’étranger (CEE+DOM-TOM) : 1 CD = 21 FF / 2 CD = 31 FF / 3 à 5 CD = 48 FF / 5 à 9 CD = 75 FF /1 0 à 15 CD = 95 FF
Chaque commande vous permet d’adhérer au «Rockstyle Club», c’est à dire recevoir notre catalogue complet.
(CD, Vidéo, Livres, CD-Rom, Tee-shirts, gadgets divers,...)
Notre cadeau : Commandez 6 CD et recevez en un 7ème gratuit sélectionné par le Rockstyle Club !
Je com m ande les produits dont j ’ai noté les les références ci-dessous :
Date de co m m a n d e :
A rtiste
Titre
R eference
Q té
Prix unitaire
M ontant
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
Total 1
(En m ajuscu les SVP) - N° d ’adh érent :
o Mr
o M m e o M lle
Age (facultatif)
NOM :
Prénom :
A d resse :
C ode Postal :
V ille :
Pays :
Votre m ode de paiem ent :
O C hèque bancaire
O C hèque postal
O M andat lettre
O M andat / C hèque international
+ Frais de port
et em ballage
TO TAL 2
O Je ne co m m a n d e pas m a is je
d é sire re ce vo ir:le s c a ta lo g u e s
s u iva n ts : (ch a q u e c a ta lo g u e :
10 FF en tim b re s)
CD
1O
2 O
3 O
:
R ock
V ariétés fra n ça ise s
M u siq u e s du m onde
Date de votre com m ande :
4 O M u siq u e cla ssiq u e
5 O Jazz
6 O H ard rock
7 O D ance , te ch n o
8 O B lues
V ID E O S :
9 O Film s
10 O D o cu m e n ta ire s
11 O M u siq ue
/
/
Signature (celle d’un parent ou tuteur légal pour les
mineurs)
C O N D IT IO N S G E N E R A L E S DE V E N T E : T o u te c o m m a n d e e ffe c tu é e ne p e u t ê tre a n n u lé e , s a u f d é s ig n a tio n p a r le ttre re c o m m a n d é e a v e c A .R . d a n s le s 7 jo u rs q u i s u i­
v e n t la c o m m a n d e . A u c u n e ré c la m a tio n de q u e lq u e n a tu re q u e c e s o it ne s e ra s u s c e p tib le d ’ê tre a d m is e p a r le « R O C K S T Y L E C L U B » si e lle n ’e s t p a s p a rv e n u e à n o tre s o c ié ­
té d a n s un d é la i d e 10 jo u rs au p lu s ta rd à c o m p te r d e la d a te d 'e x p é d itio n d e s p ro d u its . S e u ls le s re to u rs d e p ro d u its d é fe c tu e u x e t/o u p ré s e n ta n t un v ic e a p p a re n t s o n t a u to ­
ris é s et e n c e c a s s o u s ré s e rv e d ’a c c o rd p ré a la b le d u « R O C K S T Y L E C L U B » . L e s p ro d u its d é fe c tu e u x s e ro n t é c h a n g é s c o n tre u n e n o u v e lle c o m m a n d e s u r le s m ê m e s ré fé ­
re n c e s e t le s m ê m e s q u a n tité s q u e le s p ro d u its re to u rn é s . L e s d é la is d e liv ra is o n ne s o n t d o n n é s q u 'à titre in d ic a tif e t s a n s g a ra n tie . Le d é p a s s e e m e n t d e c e s d é la is ne p e u t
d o n n e r lie u à a u c u n e re te n u e ou in d e m n ité d e q u e lq u e n a tu re q u e c e soit. L e s d é la is in d iq u é s s o n t, en o u tre , d e p le in d ro it s u s p e n d u s p a r d e s é v é n e m e n ts in d é p e n d a n ts du
c o n trô le d e n o tre s o c ié té e t a y a n t p o u r p o u r c a u s e de re ta rd e r la liv ra is o n . En c a s d e fo rc e m a je u re ou d e re ta rd im p ré v is ib le d a n s le s liv ra is o n s de no s fo u rn is s e u rs , n otre
s o c ié té s e ré s e rv e la p o s s ib ilité d 'a n n u le r to u te c o m m a n d e p a s s é e . D a n s c e s h y p o th è s e s , il s e ra re to u rn é au c lie n t s o n rè g le m e n t, l'a c h e te u r ne p o u rra e x ig e r ni liv ra is o n , ni
in d e m n ité q u e ce s o it. U n e fa c tu re a c q u itté e s e ra e n v o y é e à la liv ra is o n . C o n fo rm é m e n t à la lo i In fo rm a tiq u e e t L ib e rté , v o u s d is p o s e z d 'u n d ro it d 'a c c è s et d e re c tific a tio n au x
in fo rm a tio n s v o u s c o n c e rn a n t
C ATALO G U E R O C K S T Y L E C lub n° 3
8
JUSTIN HAVUfARD 6
FRIENDS
"Classic Moody Blues Hits"
(S ergent M a jo r/W M D ) - 4 /5
Ces derniers m ois, Justin Hayward
n’a pas chô m é ! Avec l'a lb u m
concocté avec M ike B att (voir chro­
nique de C hristian Décam ps dans ce
num éro), "C lassic M oody Blues H its"
est son deuxièm e projet com prenant
un orchestre sym phonique (en l’occurence le "F ra n k fu rt S ym phonie
O rchestra" ainsi que des m usiciens
o rig in a ire s de Prague). S ur cet
a lbu m , Hayward s'est entouré d ’un
groupe
rock
d iso n s
"h a b itu e l"
(basse, batterie, guitares, claviers)
pour délivrer quelques versions bien
senties de certains des hits de son
groupe , les M o ody B lues. E tant
m odeste de nature et volontiers partageur,
H ayw ard
a
convoqué
quelques am is pour le seconder sur
ce passage en revue des "goldies" de
son groupe : M ichael Sadler (Saga),
im périal sur “ Nights in w h ite satin",
“ N ew horizons" ou
"Your w ildest
d re a m ” ou Shaun W illiam sen sur
plusieurs titre s égalem ent. Le reste
é ta nt réservé à Hayward lui-m êm e.
C’est épique, vivant, intelligem ent
o rchestré. C om m e quoi l’a lc h im ie
ro c k /m u s iq u e s y m p h o n iq u e peut
engendrer de tem ps à autre de bien
belles oeuvres. Comm e ici...
T h ierry Busson
R .E .m .
"New Adventures In Hi-Fi"
(W EA) - 3 /5
Ce qui im pressionne chez REM, c'est
cette fa cu lté de pondre album après
a lbum , à la vitesse d'un par an et
m algré son statut plus ou moins légi­
tim e de "plus grand groupe rock". Ce
qui énerve, c'est l'incapacité du grou­
pe à se rem ettre en question. On
com prend qu'après cinq ans de galè­
re e t cinq ans d'efforts, le succès
im m e nse d "’O ut Of T im e ” a dû
asseoir l'orgueil de ceux qui n'ont
jam ais, jam a is fa it aucune conces­
sion pour la gloire. Depuis, ils décla­
rent tous les douze m ois avoir écrit
"l'un de leurs m e ille urs album s".
Q uid do nc de ces "N ou velles
Aventures" ? Pour com mencer, c'est
un pavé de quatorze longues cha n­
sons, en quoi les Athéniens souvent
peu loquaces se m o ntrent ici p a rti­
c u liè re m e n t généreux. Pour finir,
c'est du REM. Voix nasillarde, g u i­
tares basiques, triste sse late nte,
m ystère et bon goût. Rien de neuf
sous le soleil. Si ! La sirène flip p a n te
de la flippée "Leave". Pour le son...
après la te m p ê te é le c triq u e de
M onster,
“ N ew
A d v e n tu re s ..."
revient au son plus brut de "Green".
Si REM éta it les Stones, cet album
s'appellerait "Exile On M ainstreet".
Foisonnant, brouillon, inégal, to u t
bon m ais rien de splendide. "E xile ..”
est le dernier bon album des Rolling
Stones...
O m beline
ms
"Beaulilul Freaks"
(G effen/BM G ) - 2 /5
Et un nouvel opus de pop neurasthé­
nique, un I Avec un moral à la
Morrissey, un laisser-aller à la Beck,
une voix à la Stefan Eicher, un sens
de l'approxim ation à la dEUS-doux,
et un goût anecdotique pour les
bruits exprès à la Garbage, Eels
com pose un album doux et triste et
uniform e. A l'exception de quelques
guitares saturées atterries là on ne
sait com m ent, “ Beautiful Freak” voit
se succéder ballade sur com plainte
et com plainte sur ballade. A faible
dose, on apprécie. C'est jo li, nickel
chrom é et s u ffis a m m e n t dé ra illé
pour ne pas sonner aseptisé pop
anglaise à coupe Beatles. Seulem ent
c'est... douze fois "W ild Horses" sur
le même album . Où se cache le
soleil ? Ou alors, les éclairs ? Ici
c’est du to u t gris brouillard. Il fau­
d ra it qu'Eels dom ine son hypocon­
drie, ou qu'il lui donne des formes
d'expression variées. Après to u t,
avec du désespoir, on peut faire : du
Joy Division, du Neil Young, du Cure,
du Nine Inch Nails, du Nirvana,
du...
Ombeline
flRENfl
"Pride"
porcupine
tree
nouvel album :
“SIGNIFY”
" Signify” est fascinant parce qu'il évolue dans une
dimension musicale encore inexplorée, ouvrant ainsi de
nouveaux horizons. Un des groupes majeurs des nineties vient certainement de nous offrir l'album de l'an­
née...
(Rockstyle n°17)
DELERIUM RECORDS
PO BOX 1288, GERRARDS CROSS, BUCKS
SL9 9YB, UK
TEL: 01753 892879 - FAX: 01753 892879
EMAIL: [email protected]
(SPV/M SI) - 4 /5
A pplaudi par les fans de “ néo-progressif” avec son prem ier album
"Songs From The Lions Cage” l’an­
née dernière et rassuré par des
D istribution TR IP S IC H O R D
23, rue Rabelais - 93407 ST O U FN - France
FAX. : 01 40 10 18 21
ventes prometteuses, Arena remet
les couverts pour une seconde virée
au pays des claviers bouillonnants,
des g u ita re s surfeuses et des
am biances abbatiales. C’est toujours
ce bo ulim ique de Clive Nolan qui
pilote l'équipage de ce “ M arillion
M ark l-b is” . Com parer encore une
fois Arena au M a rillio n de Fish est
peut-être un peu injuste car l’ inspi­
ration, si "elle en a” , s'est déplacée
légèrem ent vers des atm osphères
plus ouatées. La voix du nouveau
chanteur, Paul W rightson est ce rta i­
nem ent pour quelque chose aussi
dans ce 'tra fic d ’influences'. Rien à
voir ou si peu avec son prédéces­
seur, John Carson. Seules les c o m b i­
naisons claviers-guitare.dans leurs
virées échevelées, ra p p e lle n t les
m eilleurs m om ents de "S c rip t...” ou
"Fugazi11. Arena s’affirm e com m e le
m e ille u r re présentant d ’ un genre
essoufflé face à la rude concurrence
du hard-prog. La belle et studieuse
série des “ Crying fo r he lp” , dissém i­
nés dans l’album en quatre m o r­
ceaux (V,VI,VII et V III) donne à réflé­
c h ir sur le ta le n t de com positeurs de
ces pointures du progressif b rita n ­
n iqu e. P rem ier sup er-g rou pe du
m ouvem ent, Arena sera le dernier.
L’adjonction de noms célébrés a per­
m is un exposé radieux des qualités
du style. Les m élodies sont superbes
et certains titre s m é ritent une écou­
te recueillie. D 'autres forcent l’a d m i­
ration com m e le som ptueux epic
"S ire n s” e t ses 1 4 m in u te s de
déploiem ent tous azim u th d'un feu
d 'a rtifice s féerique. Arena confirm e
de belle m anière les qualités entre­
vues lors de son lancem ent...
Bruno Versmisse
REV BROU/H
"Psychomania"
(Provogue) - 3 /5
Am ateurs de Trash Blues ou de
Speed Boogie, vous en avez rêvé,
Rev Brown l'a fa it pour vous. Je veux
parler de morceaux dépassant régu­
lièrem ent les 7 m inutes (p our aller
36 Rockstyle
n° 17 - le cahier CD
jusqu 'à 12 m inutes pour "Sad sad
c ity ” ) dé buta nt p a rc e que l’on pense
être du rock bluesy bien huilé et qui
se m étam orphose sans crier gare en
blues rock graisseux enregistré dans
des con ditions quasi-live. Les g u i­
tares sont bien entendu mises très
en avant, souvent au d é trim en t du
cha nt relativem ent sous mixé. Qui
s’en pla in d ra it d ’ailleurs, dans la
mesure où la voix de Rev Brown se
m ontre nasillarde et à la lim ite aga­
çante. A insi, la chute de chaque titre
long de l’album (chute qui représen­
te to u t de m êm e près de 4 m inutes
à chaque fois) est constituée d'une
débauche d ’énergie, de notes et de
décibels qui fe ra it retourner bon
nom bre de maîtres du blues dans
leur tom be. Seuls les m orceaux
courts réservent quelques occasions
de goûter à un repos a u d itif bien
m érité (“ Nobody loves m e", "AN I
w a n t", "H ypn otised " ou la énièm e
version de "Voodoo c h ile "). Les
pu ris te s tro u v e ro n t c e rta in e m e n t
to u t ça excessif, les m al-entendants
apprécieront que l’on pense à eux,
de m êm e que les fab ricants d 'a sp iri­
ne qui ont to u t à gagner du succès
de Rev Brown. On vous aura préve­
nu, ça décoiffe I Alors si l'expérience
vous tente...
Laurent Janvier
etc. Et quel bonheur de découvrir : le
trip -h o p
P ortishead sur th è m e
Jam es Bond de Smoke City, l’in ­
croyable reggae jungle à violon tz i­
gane d'Outside, les perçus inquié­
tantes et chants indiens sur acidjazz de N itin Shawney, la salsa sen­
su e lle à c lo ch e tte s M assive de
Ponteio... Plus indécise de genre,
plus riche en découvertes, la cuvée
9 6 est un nouveau jo ya u de
m usique. Et une nouvelle preuve
que la fusion des cultures apporte la
richesse et non la décadence. Si
seulem ent Jean-M arie pouvait com ­
prendre.
O m beline
-IV M V IY L O U H A R R I S I
EmmYlOU HfiRRIS
"Wrecking Bail"
(Arcade) - 4 /5
REBIRTH OF COOL
Six
(Island) - 4 /5
La “ Phive" avait misé sur les valeurs
sûres : Massive A ttack, Ben Harper,
Tricky, Portishead, Paul Weller, MC
S olaar et autres B eastie Boys.
H istoire de m ontrer que nous en
connaissons tous, de ces artistes du
vingt-et-unièm e siècle qui on t to u t
com pris à la m odernité et s'abreu­
vent à tous les réservoirs (jazz, soul,
pop, techno, fun k, rock, ra p...) pour
délivrer une m usique inclassable et
pleine d’espoir. Les barrières géogra­
phiques et culturelles tom bent, l'hu­
m anité, dans ses différences d'ex­
pression artistique, se réunit dans la
paix sur les com pils Rebirth Of Cool.
Idéalism e. Donc joie intellectuelle.
En plus de la qu alité m usicale que
ga rantit la renomm ée de la collec1,
dont le titre et les contenus visent
rien m o in s qu'à répondre à la
Naissance du Cool jouée il y a
quelques années par Miles Davis,
l'un des prem iers fusionneurs blancblack. Ce sixième épisode donc q u it­
te les terres connues pour proposer
des artistes plus obscurs : Lam b, Da
Lata, Dave Angel, en plus des po in­
tures : N icolette, Alex Reece, lo.
H istoire de m ontrer que nous ne les
connaissons pas tous, ces artistes,
A m ateurs de mélopées énvoûtantes,
de voix cajoleuses et d'atm osphères
“ c o u n trysa n te s” , vous allez vous
régaler ! Si, si I Car le nouvel album
de Em m ylou Harris, star incontestée
de la m usique pour cow -boys en mal
d'affection ou en rupture de bétail à
convoyer, est to u t cela à la fois et
m ê m e p lu s ...
N e tte m e n t plus.
“ W recking B ail" est certainem ent
son album le plus aventureux à ce
jour, celui qui lui perm et de sortir
des sentiers battus et l’em pêcher de
tou rne r en rond derrière une vitre
blindée dans un quelconque bar
en fum é du fon d de l’Arkansas
devant une foule de m achos aux
Stetson irrém édiablem ent vissés sur
le crâne.
En s'entourant de m usiciens aussi
confirm és qu'éclectiques tels que
Daniel Lanois (égalem ent produc­
teur), Larry M ullen Jr. (U 2), Daryl
Johnson, Steve Earle ou Neil Young
(auteur du titre éponyme et accom ­
pagnateur vocal sur deux morceaux),
la belle Harris a donné une d im e n ­
sion quasi-m ystique à ce qui aurait
pu être un album de plus. Loin s'en
fa u t, car "W reckin g B ail'' (après
"M irro r B ail” de Neil Young... Une
histoire de boules entre eux, fina le­
m ent I) est à cent lieux de ce que
l’on pouvait attendre de Emmylou
Hariis. Les am biances ici sont fo rte ­
m ent marquées, et la cou ntry n’est
plus q u ’ une influence parm i beau­
coup d ’autres. On penche nettem ent
plus vers une w old music de hautevolée, gracieuse, subtile, et rem ar­
quablem ent ém otive.
De pianos éthérés en grattes acous­
tiques sorties directem ent du palpi­
tan t, “ W recking B ail" dévoile fin a le ­
m ent plus q u ’une m aturité assagie.
Il s’ag it ici d'une plénitude artistique
sans équivoque.
Thierry Busson
CHARLIE WATTS
"Long Ago & Far Away"
(P o in tb la n k/V irg in ) - 2 /5
Qu’a-t-on légitim em e nt tendance à
attendre d ’un album solo du batteur
des Rolling Stones ? Assurém ent un
album rebelle, to u t du m oins rock,
em pli de perform ances homériques
du sieur sur son instrum en t de pré­
dilection, répondront les fans éplorés
en l’absence de nouvelles de leur
groupe fé tich e entre deux tournées
inte rgala ctique s. Eh bien ceux-ci
auront eu au m oins au tant de cla ir­
voyance que les ém inents spécia­
listes a ya n t p ré d it à Edouard
B alladur un b rilla n t avenir présiden­
tiel. En effet, Charlie W atts prend
son p u blic à contre pied (m ais ce
n'est pas son coup d'essai) en enre­
gistrant en com pagnie de son quintet acoustique (parfois appuyé par le
London M etropolitan Orchestra) un
album de reprises de titres issus du
répertoire d'artistes tels Gerschwin,
Louis Arm strong, Ray Ewans ou Col
Porter (un nom com m e ça, ça ne
s'invente pas). A m biance jazzy au
program m e. Nul besoin donc de
vous attendre à retrouver Charlie
"1 0 0 0 0 0 " W atts m ais bel et bien
Charlie "ou ate" W atts. Cela ne do it
pour autant pas nous em pêcher de
fé licite r ce grand m onsieur du rock
pour son éclectism e et sa grande
modestie. Cet album vous perm ettra
en outre de passer de bons m om ents
de relaxation, notam m ent grâce aux
perform ances vocales de Bernard
Fowler. Un bon moyen d ’être trans­
porté à peu de frais "Long ago & far
aw ay” .
Laurent Janvier
ANGLAGARD
Buried Alive"
(M uséa) - 4 /5
Le progressif Scandinave vient de
perdre son plus beau joyau. Le
nébuleux
et
fa n ta s m a tiq u e
Anglagard rend la clef de sol après
deux splendides album s qui l’avait
installé très ha ut dans la hiérarchie
épisodique des descendants crim soniens. M ais avant de mourir, Musea
s’est penché sur le cas Anglagard et
a pu bénéficier d ’ un testam ent en
bonne et due form e. Dépositaire des
droits discographiques sur les m ani­
festations annuelles du ProgFest, la
bande à G ue ffier peut proposer
au jo urd 'h ui les dernières volontés
d'un groupe exceptionnel. Enregistré
en public le 5 novem bre 9 4 à Los
Angeles, ce con cert restitue pa rfaite­
m ent les am biances éthérées d is til­
lées par ces talentueux Suédois. Les
aficion ado s peuvent prendre leur
pied pour un ultim e orgasme pro­
gressif. Im aginez trois (!) m ellotrons
en pleine crise de m élancolie bru­
meuse, ça va u t le déplacem ent !
Embué de souvenirs "genesiens1’, les
progressions dram atiques échafau­
dées par Anglagard plongent leurs
racines au coeur des early seventies.
On y décèle sans effort de mém oire,
des plans de "C aricatures" ou de
"F o x tro t”
p a rc im o n ie u s e m e n t
cam ouflés sous les remugles frag­
m entés d ’ un "In the c o u rt..." C'est
vous situer l'in te n sité de l’oeuvre.
Les Suédois n'ont ja m a is triché, ils
sont à l’aise dans ces atm osphères
languides, dans ces longues rêveries
tortueuses et les soudaines poussées
de fièvre quand d o it sonner l'h a lla li.
Si le tem ps s’est arrêté en 72 pour
A nglagard, q u 'im p o rte puisque le
pla isir est là, brûlant, in ta ct et pré­
servé. La frénésie exaltée des m e llo­
trons tapis dans l'om b re ne s'efface
q u ’aux accents aigrelets d ’ une flûte
m a la d ive . Passant d ’ un m alaise
souffreteux aux fastes de fresques
illum inées. Cette virée californienne
devant un public de connaisseurs,
restera un v ib ra n t cha nt du cygne,
l’m sure, Anglagard éta it un grand
groupe...
Bruno Versmisse
BROKEN EDGE
"Cold Lies"
flmORPHIS
"Elegy"
(N u cle a r B la s t/W M D ) - 5 /5
J’en conviens, "N ucle ar B last” s'est
po ur l’ in s ta n t plus d is tin g u é en
signant de l’extrém em ent brutal que
du FM. Il n'en reste pas m oins vrai
que cette entreprise allem ande a
aussi su dégoter quelques petites
perles à l’occasion, et qu 'A m orphis
n’en est pas la m oins belle. Ce sextette finlandais, après un prem ier
album correct et un second digne de
ressusciter les Doors dans le monde
du métal lourd, déboule avec entre
ses douze mains un album énorme.
On le classera dans le m étal mais
son im m ense richesse lui fa it m ériter
un titre encore plus glorieux. Qui
ouvrira cette boîte de Pandore génia­
le pourra jo u ir à l’envi de longues et
épiques pièces m élodiques, dans
lesquelles le claviériste s’en donne à
coeur joie. En marge d ’un son très
heavy, on se pâmera devant le gros
travail fourni pour l'atm osphère et
les judicie ux élém ents du folklore
S c a n d in a v e qui donnent à "Elegy” sa
sensibilité. Ah, s’ il n'y avait pas cette
fichue voix death qui ose venir par­
fois aux côtés de celle, nette et bien
maniée, du vrai chanteur, on parle­
ra it sans h é s ite r de p e tit chef
d ’o euvre. M ais m êm e si on ne fra n­
c h it pas ce stade, le troisièm e album
d ’A m orphis saura contenter un panel
d ’auditeurs im m ense : du fan de
rock basique au fan de prog', de
l’am ateur de fo lk à l’ inconditionnel
du heavy, du musicien ém érite au
sim ple néophyte. Si ça ce n’est pas
un des plus majestueux tours de
force de ces derniers m ois, que Thor
v ie n n e h a n te r mes n u its quelques
tem ps !
M ichel Morvan
M E L O D IC &
P R O G R E S S IV E R O C K
IRIS
CROSSING THE DESERT
Q u a n d la n M o s le y e t P e te T re w a v a s
d e M A R IL L IO N r e n c o n tr e n t le g u it a r is t e
Sylvain Gouvernaire (ex Arrakeen)...
Album instrum ental de haute volée.
A SIA
A R C H IV A VOL1 & VOL2
“M ieu x qu'un guide du routard, Archiva 1 & 2
invitent à découvrir une A sie progressive aux
charmes insoupçonnés."
X a v ie r CHATAG NO N
ROCK & FOLK Sept 96
GALLEON
THE A LL EUROPEAN HERO
Les suédois nous épatent.
Ce 3e a lb u m , dans la veine du m e ille u r des
P e n d ra g o n , G enesis, C a m e l, e s t l'u n e des
m eilleures surprises de l'année.
COLLAGE
SAFE
D e rn ie r a lbu m en date de l'e x c e lle n t g ro u p e
polonais ém ule de Marillion.
Production et présentation rem arquables.
B 0 0 RflDLEVS
limon Kids"
(C reation/S m all/S ony) - 4 /5
(N ig h t & Day) - 4 /5
A tten tion, danger ! Cet album est
une bom be. Les apparences peuvent
être trom peuses, m ais voilà bel et
bien une association de “ frenchies”
prêts à to u t écraser sur leur passage.
Leurs cousins de Massacra ou de
Crusher ne me con tred iront pas. Les
m orceaux s'enchaînent sans vous
la isse r re prendre votre s ou ffle,
com m e un m arathon m étallique par­
semé d'îlots de ra vitaillem en t dont
ce passage instrum ental qui porte le
doux nom de “ !?!” , judicieusem ent
intercalé entre les deux titre s les plus
puissants de l’album , “ Scorn” et
"F e a r” . N éan m oin s, le m orceau
"Cold lies" sem ble le mieux placé
pour être l'un des atouts tranchants
de Broken Edge. Ces p’tits gars ont
m is tous les moyens en oeuvre pour
ré u ssir en e m b a u c h a n t com m e
u n iq u e g u ita ris te Tém érité C hris
Savourey, déjà a u te u r de deux
album s instrum entaux. Tout semble
bien parti pour ces 4 loups enragés
qui écu m ent les salles depuis 1 9 9 0
et q u i, sans aucun doute, sont en
tra in de se hisser parm i les spécia­
listes de la scène thrash m étal de
l’hexagone.
Yves B alandret
Les Boo Radleys ont le mérite de faire
de la musique intelligente. Loin de
l’excès du "fashionable Brit-pop” , les
Boo veulent sim plem ent “ être les
m eilleurs". Forts des expériences du
passé, et même s’ils sont les auteurs
DU disque pop tan t attendu (“ Wake
Up"), les Boo sortent "C’mon Kids” ,
cinquièm e album et certainem ent le
m eilleur. M artin
Carr,
unique
auteur/compositeur du groupe revient
cette fois victorieux de sa quête du
Graal, de son incertitude qui le faisait
hésiter il y a quelques tem ps entre
deux visions de la musique : d ’un
côté, Satan (personnifié par Noël
Gallagher d ’Oasis) qui te pousse à
piquer dans la musique des autres
parce que tout le monde le fait, qu’il
n’y a plus rien à inventer dans le
rock’n’roll et surtout que c’est la voie
du succès facile ; de l’autre côté, il y a
Dieu (son pote Sean O’ Hagan de High
Llamas) pour qui le plus im portant se
résume à "rare et créatif reste le feu
sacré de l’instinct et la passion". Avec
ce "C’mon kids” , on sait maintenant
ce que Carr a choisi. Une intégrité que
personne, des Oasis, Blur et autres ne
viendront remettre en cause, mais
devraient certainem ent jalouser.
Xavier Fantoli
en France
13-Nov
16-Nov
18-Nov
19-Nov
STRASBOURG
MARSEILLE
LYON
PARIS
fa
,C v
' 0
LA LAITERIE
m
ESPACE JULIEN
LE TRANSBORDEUR
LE BATACLAN
i& m T ù n r i/
Locations points de vente habituels
•
rr
-
..
A , ____________
DISTRIBUTION EXCLUSIVE:
MEDIA SYSTEME INTERNATIONAL SA
43, AV. RENÉ CASSIN - 47200 MARMANDE - Tél. 05 53 20 37 30
VPC
29, rue Pierre Merigon
: SHOP 33
33440 ST-VINCENT-DE-PAUL - Tél. 05 56 77 58 57 - Fax 05 56 77 75 13
1Anennrisn 3.
40mrJn«n 4.1kl.Tttfbrow
SAnArauc
c o m p o s itio n s fo u rn ie s p a r Edgar
Froese & Co (au m oins 5 0 album s si
on com pte les m usiques de film s !),
il y a cette volonté respectable de
rester fidèle à une certaine idée de la
m usique. Entouré de vrais m usi­
ciens, Tangerine Dream délivre à
nouveau ses travaux oniriques basés
sur des synthés inventifs et variés.
On retiendra plus particulièrem ent
“ Towards the evening s ta r” , qui
ouvre l’album , aux réminiscences du
YES
"Keys Td Ascension"
(C a s tle /5 0 :5 0 /W M D ) - 5 /5
"Keys To Ascension" m arque in d u b i­
ta b le m e n t un nouveau dé part dans
la (déjà) longue carrière de Yes.
Enregistré en m ars 9 6 lors d'une
série de co n ce rts
donnée en
C alifornie, ce nouveau double album
live recèle bien des surprises.
D 'abord, il con vie nt de noter le
retour de la form ation m ythique de
Yes
A nde rson, S quire , H ow e,
W akem an et W hite, cette form ation
qui a pondu les plus grands album s
du groupe. Il s’agit d'un véritable
retour aux sources, tém oin le choix
des m orceaux joués lors de ces
sho w s
:
"Si berian
K h a tru ” ,
"R e ve a lin g
science
of
G od” ,
"A m e ric a ” , “ O n w a rd ” , "A w aken” ,
“ R oundabout" et "S tarship tro ope r",
to u s présents à l'a p p e l sur cet
album . M ais le plus incroyable reste
les deux m orceaux stud io inédits,
p ré fig u ra n t un nouvel op us du
com bo. D 'abord, il y a “ Be the one",
pièce m a gique de presque dix
m inutes puis l’extraordinaire "That,
th a t is” , un m onstre qui frise les
vin g t m inutes ! Comm e au bon vieux
tem ps... Et ce lieu com m un n’est
pas usurpé ta n t ces deux morceaux
nous re n vo ie n t aux plus belles
heures de Yes. A l’écoute de ces
deux épies, on a l'im pression que le
tem ps s’est arrêté en 1 9 7 3 , juste
après la s o rtie de "Taies From
T o pographie O céans” . C om p lexité
des structures, m aestria technique,
m agie de la voix de Jon Anderson,
to u t y est ! Un voyage dans le
tem ps, en som m e. En attendant le
deuxièm e v o le t de ce "Keys To
Ascension" prévu pour autom ne 9 7 .
Va fa llo ir patienter vra im ent (trop)
longtem ps pour connaître la suite de
ces nouvelles aventures passion­
nantes...
Thierry Busson
TAHGERIHE DREAffl
"Goblins Club
(C a s tle /5 0 :5 0 /W M D ) - 3 /5
Rare est la destinée de Tangerine
Dream, ce groupe allem and né à
l'aube des années 7 0 et spécialisé
dans la m usique électronique. On l’a
toujours un peu décrié, sous-estimé,
préférant de loin ses cousins de
K raftw erk et Klaus Schulze. Mais les
faits sont là : Tangerine Dream a
résisté à l’ usure du tem ps et c o n ti­
nue à p u blier des album s atm osphé­
riques de qualité. "G oblins C lub" ne
fa it pas exception à la règle. Au-delà
de la masse im pressionnante de
38 Rockstyle n° 17 - le cahier CD
"Songs Of D istant Earth" de Mike
O ldfield, "At D arw in's M otel" et l’in ­
té g ra tio n
réussie
du
Royal
B u c k m in s te r C hoir ou l’en voûta nt
“ Sad M e rlin’s sunday” .
Un album à écouter confortablem ent
calé dans son fau teuil, lum ière ta m i­
sée, un verre à la m ain.
C hristian André
bouche un sen tim ent de gâchis indé­
niable. Aux fans m a in tena nt de se
faire leur propre avis sur la question.
Thierry Busson
EDDY miTCHEU.
MrEddy
(Polydor) - 4 /5
Le crooner is back !!! Bonne nouvel­
le... Et il revient dans une form e
épatante, le S chm oll. Déjà, “ Rio
G ra nde” et le m a je stu e u x live
"Retrouvons Notre Héros à Bercy I"
nous avaient sérieusem ent balancé
les côtelettes. “ M r Eddy" est du
mêm e tonneau que ces deux précé­
dents album s : ém ouvant, sacrém ent bien ficelé, incisif et rock’n'roll.
Le S chm o ll tel qu 'e n lui-m êm e .
Tantôt crooner de charm e (“ Un por­
tra it de N orm an R ockw ell", “ Les
tuniques bleues et les Indiens” , "Ca
fa it désordre” ), bluesm an inspiré
(“ C'est bon d'être seul", “ Harcelezm o i” , “A travers elle, tu t ’aim es"),
ténor du ro ck'n’roll (“ Il chante, il
g ratte” ) et m êm e soulm an de pre­
m ier ordre (“ M r J .B .” , dédié à James
Brown, dans la droite lignée de "Sex
M achine" !). Quelle leçon d ’ in te lli­
gence I Qui plus est, Eddy s’est
entouré d'une fine équipe de pre­
mières gâchettes, a enregistré à
M e m p h is et d é liv re à nouveau
quelques textes bien sentis, à fleu r
de peau ou fra nche m ent corrosifs.
On n’en a ttenda it pas m oins de ce
personnage incon tournab le de la
scène
m u sica le fra n ça ise
q u i,
com m e le bon vin, se bonifie avec
les années.
Thierry Busson
HELLOUJEEN
"High Live"
(C a s tle /5 0 :5 0 /W M D ) - 2 /5
H um ... J’en vois déjà qui se m arrent
qu and
on
prononce
le
nom
d'H ellow een. C'est vrai que ce fu t
l’un des groupes heavy les plus pro­
m etteurs des eighties avec, dans la
m usette du groupe, deux album s
incontournables ("Keeper Of Seven
Keys” p a r t.l et p a rt.2). C’est vrai
aussi que le groupe, à force de diver­
gences et de départs de m usiciens
en série, n'a jam a is su réitérer ces
deux coups de maître. Helloween
s’est a u to -s a c rifié , avo uons-le I
Alors, quel est l’ intérêt aujo urd’ hui
d'un double album live ? Nul et non
avenu ? Peut-être, peut-être pas...
Ce qui est sûr en revanche, c'est que
"H igh Live” ne marquera pas l’his­
toire du rock. Ce n'est pas son but,
d'ailleurs. Car, m is à part "Eagle fly
free” , "Future w o rld ” et "D r Stein” , le
répertoire scénique du groupe res­
sem ble à une c o m p il’ de ses derniers
album s. Les m oins bons, forcém ent.
Et m êm e si l’ensem ble est exécuté
avec conviction, il reste dans la
ECHOLYN
When The Sweet Turns
S DUT
(Cyclops/M SI) - 3 /5
Echolyn, suite et fin ... Les petits
m ickeys se sont fa it bouffer par
Donald ! Le géant Sony a eu raison
de nos petits arrivistes. On a rêvé
bien tro p vite . E cholyn e t sa
m usique aventureuse et non calibrée
aux oreilles em bourbées du consom ­
m ateur moyen, ne pouvait survivre
chez les dévoreurs de talent. Pour
une histoire de prom o restreinte,
Echolyn a préféré se casser avant de
se faire lourder. Bien tro p longs les
m orceaux, c o m m e n t vou le z-vou s
passer ça en radio ?! Quand les
m a jo rs c o m p re n d ro n t-ils que ce
genre de rock a besoin d ’un soutien
de tous les instants et pas seulem ent
d'un bon stud io... Ce disque sert
donc pour Echolyn à rem bourser la
dette q u ’ ils doivent à Sony pour ru p­
ture de contrat. On trouve de ce fa it
à boire et à manger dans ce testa­
ment. Rassurez-vous, que du bon I
Entendez par là des chutes de “As
The W orld", deux titres live, un
acoustique, trois inédits de l’album
suivant (p fu iiit... envolé) et cette
reprise de Genesis qui au rait dû fig u ­
rer sur le trib u te de Magna Carta.
Une belle auberge espagnole qui
n'altère pas le ta le n t audacieux de
ces m usicos hors pair. Alors, un bon
geste, procurez-vous ce tém oin du
gâchis cap italiste et savourez une
dernière fois le génie foudroyé en
plein vol...
Bruno Versmisse
RICK UfRIGHT
"Broken China"
(EM I) - 4 /5
D ifficile de se faire un nom quand on
ap partie nt à un groupe tel que Pink
Floyd. Pourtant, Rick W right essaie
de sortir de cette grosse m achine
avec son tro is iè m e a lb u m solo,
"Broken C hina” .
Il a su pour cela s’entourer de m u si­
ciens respectables et respectés tels
que M anu
K atché ou S inead
O'Connor et livre un album to u t en
finesse, inspiré de A à Z par la
dépresion nerveuse d ’ une de ses
am ies très proche. On ne rigole pas
souvent, il fa u t le reconnaître, to u t
au long de ces seize titres planants,
quasim ent new âge.
Ceci dit, R ick W right est un sacré
bon com positeur, sachant dévoiler
des ém otions avec une touche to u t
personnelle. On n'est quand même
pas m e m bre de Pink Floyd par
hasard I Rick W rig h t a toujours été
le second couteau (de luxe) dans le
Floyd, écrasé par un Roger Waters
mégalo - qui fin ira par le virer du
groupe ava nt l’enregistrem ent de
“ The Final C ut" en 8 3 , puis par un
David G ilm our devenu seul maître à
bord du gigantesque vaisseau Pink
Floyd. "B roke n C h in a ” re m et les
pendules à l’ heure, histoire de dire
“ Eh, les mecs, moi aussi j'existe I"
Il fa u t plusieurs écoutes pour a ssim i­
ler le message de W right, la qualité
intrinsèque de ses m élodies to r­
tueuses. Et m êm e si l'e n se m b le
m anque un peu de folie, de pêche,
“ Broken C hina" a une classe ouatée
qui d é finit pa rfaitem ent le caractère
to u t en finesse du claviériste de Pink
Floyd. Un côté très “ b ritis h ", posé
et attentif. “ Broken C hina” est d é fin i­
tivem ent à l’image de son géniteur.
Thierry Busson
E
X
P
3 E
Un spécial Musea pour com m encer
avec des rééditions raffinées de trucs
qui ne datent pas d'hier. Trace, un
groupe hollandais qui suivait allègre­
m ent les traces d'ELP vers 75. 3
tonnes de claviers, un certain lan
Mosley aux fûts (oui, oui, celui de
M arillio n) et 2 reprises du p’tit père
Bach qui assurent... (“ B irds” chez
Musea). Ensuite, Rhésus O, des jazzrockeux bien de chez nous, qui préfi­
gurent dès 71 la vague élitiste des
Zao et Magma, vu que certains en
v ie n n e n t et d 'a u tre s z 'y ro n t !
Découverte de la fusion à l’aube des
sauvages 7 0 ’s ("Rhésus O” - Musea).
Plus récent puisque de 8 9 , Hecenia
s’est vu remixé et replacé des parties
de gratte où ça m anquait sur son pre­
m ier LP “ Légendes". Voici de dignes
représentants de l'école française
nourrie au sein de l'Ange (je sais,
bizarre pour un être qui n’a pas de
sexe !). (“ Légendes’VMusea) Et une
nouveauté pour en fin ir avec Musea,
les brésiliens d’Apocalypse qui m al­
gré leur blaze, fo n t plu tô t dans la jolie
zizique en cham bre, gorgée de pleins
et déliés mignons tou t pleins. Très
bon progressif plein de charm e et de
nostalgie avec une pointe de symphonism e bien tem pérée ("Aurora
Dos Sonhos”/M usea). Philarmonie a
la rage. Titre de son quatrièm e opus,
curieusem ent le plus assagi. Ces ‘little frenchies' ont choisi l'Am érique et
C uneiform Records pour propager
une oeuvre crim sonienne basée sur
les guitares et le stick, instrum ent à
cordes au son unique. Une am biance
entêtante et une m élancolie toute en
retenue. A découvrir ("Rage” chez
C une iform ). (B.V.) / Saffire, The
Uppity Blues W om en “ C leaning
house” (A lligator/M usidisc) : Lorsque
trois fem m es bourrées... de tale nt et
de personnalité se réunissent pour
jouer ce qui constitue leur musique
de prédilection, un blues rural acous­
tiq u e , cela donne un album sur
lequel les oreilles connaisseuses se
je tte ro n t sans retenue. Superbes
m élodies et harmonies vocales au
program m e. / Floyd Dixon “ Wake up
and liv e !” (A llig a to r /M u s id is c ) :
Pianiste ayant eu son heure de gloire
à l’aube des années 5 0 dans un style
proche de ceux de Louis Jordan ou
Am os M ilburn, Floyd Dixon se rap­
pelle à notre bon souvenir après une
longue période de silence. Nostalgie
au rendez-vous. / Hroblcm Child “ It's
not m y fa u lt” (Legend) : Reposant sur
2
ex-m em b res
de
Q uicksilver
Messenger Service ( le batteur Greg
Elmore et le guitariste John Cipollina,
disparu en 1 9 8 9 ), Problem Child est
3 3 0
un groupe qui n a ]am ais réussi a per­
cer, en partie en raison de la santé
vacillante de C ipollina. Afin de le
réhabiliter aux yeux du grand public,
Greg Elmore propose ici des enregis­
trem ents à l’état de dém os.datant de
1 9 8 2 et perm ettant d ’apprécier toute
la virtuosité du guitariste. Mieux vaut
tard que jam ais. / John Martyn “A nd"
(Go! Dises) : Que dire de ce nouvel
album de John M artyn ? Quels q u ali­
ficatifs conviennent le mieux pour le
décrire? On hésite sincèrem ent entre
sirupeux, lent, mou, et en un mot,
chian t ! Et ceci en dépit du concours
d ’artistes tels John G iblin à la basse
(entre autre ex-Simple Minds) et Phil
C ollins à la b a tterie (le couple
C ollins/M artyn n'en est pas à son
coup d ’essai). Les performances de
cet invité de prestige sont par ailleurs
tellem ent marquantes que l’on arrive
parfois à se dem ander s'il y a réelle­
m ent un batteur sur cet album . C'est
tout dire... Pour insom niaque déses­
péré. / Karyn Ansen "To Each One
His Ow n" (M aya/M SI) : Enregistré
par Jean-Pascal Boffo (ex-guitariste
entre autre de Christian Décamps &
Fils), cet album nous ballade entre
jazz-rock et ambiances sud am éri­
caines, le tou t valorisé par la belle
voix de Karyn Aansen, parfois proche
de celle de V éronique Sanson.
Intéressant. (LJ) / “A Tribute To Stevie
RayVaughan” sorti chez Epic/Sony
ne tient pas toutes ses promesses :
m algré une pléiade de stars (Clapton,
BB. King, Robert Cray, Buddy Guy
ou Bonnie Raitt), ce live en hom m a­
ge au Texan disparu m anque de
pêche et de rigueur. Dom m age... /
Roger Chapm an, ex-Family, revient
en form e avec “ Kiss My Soûl" chez
C astle/W M D. La voix toujours aussi
éraillée, il balance une douzaine de
com pos aux entournures soul. Bien
h
ii
p
m
a
n
V
Kiss
M y oui
joué. / “ Rythm een" (RCA/BMG) ,
c’est le titre du nouvel album de ZZ
Top. Un peu m e ille ur q u ” 'A ntenna",
cet album ne retrouve cependant pas
le groove furieux d'un “ E lim inato r"
ou les accents blues des années 70 .
ZZ plus au top ? / Tom Petty et ses
Heartbreakers ont com posé la B.O.F.
de "S he’s the One” (W EA). On aurait
préféré une su ite à l’ im p é ria l
“ W ild flow ers” . Ici, c’est plus com ­
mercial et nettem ent m oins passion­
nant. / Enfin, le double live des
Doobie Brothers "R ockin' Down The
H ighw a y" (Epic/Sony) est un véri­
table best of sur scène. Versions
boostées et im peccables de 2 2 stan­
d a rds, e t deux in é d its en sus.
Indispensable ! (TB).
Sortie le 13 septembre 1 9 9 6
MB
Edition «illimitée» disponible avec un
CD ROM pour le prix d'un CD simple !
Avec :
{
Christopher Croiss, Eric Stewart ( 1OCÇ), John
Giblin (Simple Minds), lan Bairnson (Âlan
Parsons Project), Stuart Elliot (Alan Parsons
Project), Steve Overland (FM), Graham Dye
(Alan Parsons Project), Gary Sanctuary
(Aztec Caméra), Neil Lockwood
Inclus le single « b r o t h e r
u p in h e a v e n »
C N R M U S i e -,
d ’Ange qui seraient passés à côté il
y a 2 0 ans, se doivent d'acquérir
cette énièm e réédition Musea du
précurseur Crypto, pourvoyeur d'un
rock progressif français d'excellente
qualité.
Bruno Versmisse
F O S S IL f U E l THE X F C S I N G L E S 1 97 ? - 9 Z
iV U s iï ».
%v**' ..
yv - «o
^
^
V
‘ • ‘s .
» > ii
JEAN-CLAUBE VINCENT
Lettre au Passé"
' *
».
*
‘
:
i V''
(M uséa) - 3 /5
(M uséa) - 4 /5
Heureuse et insouciante époque que
les 7 0 's ! On pouvait y croiser des
groupes aussi excellents qu'allum és.
En France, la p lup art d'entre eux,
s urtout les m eilleurs, se retrouvaient
à coup sûr, chez Pognant et son
fam eux label Crypto. Ce manager
des années 7 0 signa des noms qui,
a u jo urd 'h ui, fo n t rêver les vieux fans
de rock m élodique : Carpe Diem,
M etabolism e, Tangerine, Wapassou,
Pentacle, Mona Lisa et com m ent
o ublier q u 'il fû t aussi et surtout “ the
m anager de Ange" ! A force de
côtoyer les mem bres de ces form a­
Il fû t un tem ps où le progressif japo­
nais enthousiasm ait le microcosme
des fans du genre, disons au coeur
des années 8 0 . Tout ce qui venait de
l’ Em pire du Soleil Levant éta it
accueilli avec des “ Oh !" d'adm iration
et des “Ah !” de frém issem ent.
Depuis, grâce au pilonnage intensif de
certains, prêts à brûler le lendemain
ce qu’ils avaient adorer la veille, le
prog’ nippon a fini de plaire. Trop
ampoulé, trop grandiloquent, trop...
progressif en som me ! Longtemps dis­
ponible en im port à des prix exorbi­
tants, ce qui en m agnifiait l’aura, ces
petites merveilles sont m aintenant
disponibles l’une après l’autre chez
Musea. De quoi se refaire une disco­
thèque classieuse à un prix abordable.
Bellaphon est le premier à bénéficier
de ces rééditions avec son premier
album, “ Firefly", sorti en 8 7 . Avec des
titre s fla tta n t notre ego chauvin,
“Jade", “ Le petit Prince", “ M istral” ,
“ Belle du jo u r” ou “ Vent du m idi", le
quatuor japonais s’enflam m e com me
un chiffo n im bib é d'essence au
con tact de la pierre à briquet.
Totalement instrum ental et im prévi­
sible dans ces cham arrures exal­
tantes, Bellaphon tournoie au gré d'un
progressif jazzy sur les coutures et flir­
te avec un symphonism e fu rtif dans
un grand élan généreux. Descriptive et
imaginaire, la musique de “ Firefly"
reprend le chantier progressiste où les
entrepreneurs des 7 0 ’s l'avaient lais­
sé. Pas un remake ou un plagiat, non,
une restauration intelligente. Oubliez
l'exotisme des noms et l'outrance pic­
turale pour ne plus vous concentrer
que sur le talent dingue qui habitent
ces maîtres du rock progressif. Un
inédit de 7 minutes vient conclure ce
grand disque qui en appelle d'autres :
Gérard, Ars Nova, Ain-Soph... Les
connaisseurs apprécieront.
Bruno Versmisse
tions, Pognant se décida à faire son
propre aloum en 7 7 . De nombreux
am is de sa propre “ écurie” le sou tin­
rent activem ent dans son entreprise.
V aléry
B tesh,
M arc
D onahue,
B e rth e lo t
et
B ouch aud
de
Tangerine, Berge et David de Carpe
Diem et le très célèbre H ubert de
N avarre qu i n 'é ta it au tre que
C hristian Décam ps him self, caché
sous ce pseudo pour des raisons
contractuelles, furent les invités les
plus connus à p a rtic ip e r à cet
aim able exercice de progressif à la
française. Avec une pochette signée
Phil U m bdenstock, grand décorateur
de Ange, D écam ps sig n a n t la
m usique et m ister Pognant alias
Vincent, les textes, cet album pre­
nait de furieux accents de Ange-bis.
S urtout si l'on y rajoute le concours
de J.R Garbin , batteur de la pre­
mière m outure des “Anges" ! Ce
disque s'écoute avec une p e tite
pointe de nostalgie et ses im perfec­
tions le rendent au jo urd 'h ui encore
plus s y m p a th iq u e . La voix de
V incent n'est pas toujours au po in t
m ais l'ém otion est là... Instantané
d ’ une époque révolue où le rock vou­
lait encore faire bouger les choses,
ces visions bucoliques se succèdent
sur un rythm e tra nqu ille . Les fans
BEUAPHOH
"Firefly"
40 Rockstyle n° 17 - le cahier CD
XTC
Fossil Fuel - Singles 77-92"
(V irgin) - 5 /5
XTC restera un des groupes incon­
tournables de la scène pop anglaise.
Cette double com pilation exhaustive
rappelle le ta le n t de ce groupe un
rien m arginal, em m ené par ce troublion d ’Andy Partridge. Les débuts
du groupe s'apparentent nettem ent
à la scène punk, on n'est pas en
1 9 7 7 pour rien ! "Science frictio n "
qui ouvre les hostilités en est la
m eilleure preuve. Le succès arrivera
au d é b u t des années 8 0 avec
“ M a kin g plans fo r N ig e l", tu b e
déjanté accom pagné d'un clip com ­
plètem ent schyzo. XTC enchaînera
album s sur album avec le même
bonheur. Qui ne se souvient pas de
“ The Big Express” et l’ in co n to u r­
nable single “Ail you pretty girls” ?
En 3 1 titre s, "Fossil Fuel” dresse un
panora m a p a rfa it d ’ une carrière
exem plaire. Du travail d ’orfèvre.
Christian André
bande sortis entre 7 9 et 8 2 , Castle
nous offre cinq galettes plom bées
pa rm i les m e ille u re s du groupe
an glais.
R em astérisés,
relookés
(chaque livret con tient les paroles et
des photos), et agrémentés d 'in ­
édits, ces cinq rééditions feront le
b o n h e u r des fans de la Bête.
"OverkiN” et “Ace Of Spades” restent
certainem ent les deux efforts studio
du com bo les plus virulents, deux
im peccables tranches de métal en
fusion. Et que dire de “ No SIeep Til'
H a m m e rsm ith ” , ce brûlot enregistré
en 19 81 dans la célèbre salle lon­
donienne ? Il reste l'un des album s
live les plus furieux jam ais crachés
par un groupe de rock. C om m ent
résister aux dévastateurs "N o class",
“ OverkiN", “ The ham m er" ou “Ace
of spades" ?
Enfin, les albu m s “ B om ber" et “ Iron
Fist” sont certes d'un niveau moins
élevé que les trois autres pré-cités,
mais ils dé tiennent eux aussi ce
degré de puissance et de rage que
seul M otôrhead sait insuffler à ses
album s. Tout fan de ro ck'n 'roll sévè­
rem ent burné se d o it de posséder
ces cinq galettes incandescentes,
présentées ici sous leur m e ille ur
jour...
T hierry Busson
CHEAP TRICK
"Sex America"-Coffret 4 CD
(Sony) - 5/5
mOTÔRHEflD
"Dverkffl" / "Bomber" / "Ace
Di Spades / "No SIeep TU'
Hammer5mith" / "Iron Fist"
- Versions rem astérisées (C a s tle /5 0 :5 0 /W M D ) - 5 /5
Castle C om m unications est le genre
de label qui ne laisse rien au hasard.
S urto ut son back catalogue, fré­
qu em m e nt remis au goût du jour. On
l'a vu ré ce m m e n t avec B lack
Sabbath et Uriah Heep. A ujourd'hui,
c’est au tou r de M otôrhead de pas­
ser au contrôle technique ! En réédi­
tan t les album s de Lem m y et sa
Cheap Trick, une certaine image du
rock am éricain, sans doute arrivé
juste à tem ps pour défier le punk
alors en plein essorage, pour com ­
battre la m onarchie des dinosaures
qui avaient m écham m ent applati et
endorm i le paysage rock d'alors. Les
4 garçons de Rockford (Illino is) ten­
tèrent dès 7 7 une audacieuse et
réussie attaque, a llia n t hum our sar­
castique et approche théâtrale de la
m u siq ue. S ur scène, C heap Trick
s'am use à parodier to u t ce qui bouge
au gré de tenues et de poses excen­
triq u e s. R ick N ielsen s'a ttè le to u t
p a rticulièrem en t à casser l'iam ge du
guitar-hero. Sur disque, Cheap Trick
restitue pleinem ent tous les plans
pop, les ballades orchestrées, le rock
g litte r et de sub tils textes m oralisa­
teurs. C réativité et o rig inalité. En
1 9 7 6 , sortie du prem ier album éponym e chez Epie. Entre janvier 77 et
janvie r 7 8 , le Trick écrira un second
disque et entreprendra une tournée
SDG W
de 1 7 9 dates, en ouvrant no tam ­
m ent pour Kiss, Boston, The W ho,
Rush et Queen ! Le prem ier CD de
ce coffret rappelle largem ent cette
époque. Trois album s en deux ans
suffisent au pu blic pour se rendre
com pte du savoir-faire de Cheap
Trick, qui sort dans la foulée le colos­
sal “ Live A t Budokan” . C 'est l'occa­
sion pour le morceau "I w a n t you to
w a n t me" de devenir un h it in te rp la ­
nétaire. Quelques titre s de ce live et
de larges extraits de l'a lb u m "Dream
Police” (7 8 ) - sans doute le m e ille ur
disque du groupe, avec à la guitare
acoustique Steve Lukather de Toto sont les pièces maîtresses du CD
n°2. En 1 9 8 0 , Carlos et Nielsen sont
in v ité s à jo u e r sur le "D o u b le
Fantasy" de John Lennon. Fort de
cette expérience, Cheap Trick enre­
gistre alors “Ail Shook U p” , produit
par George M a rtin et Geoff Emerick
aux m anettes. Une reprise live de
"D a y trip p e r” des B eatles,
la
m usique du film “ R ock'n'ro il” produit
par Jack Douglas, des versions alte r­
natives, des faces B, des titre s
inédits, des démos, voilà en gros le
contenu des deux derniers CD de ce
superbe coffret. Fin 1 9 9 3 , Robin
Zander q u itte le groupe pour enta­
mer une carrière solo épaulée par
Dave S tew art. Cheap Trick co n tri­
buera to u t de m êm e à l’album h o m ­
mage à Lennon, “ W orking Class
H ero” . Finalem ent, Cheap Trick res­
tera sans doute le groupe am éricain
qui ava it le plus d'a ffin ité s avec le
rock anglais, et dem eure à ce jo u r un
m odèle souvent cité en référence par
des groupes com m e N irvana, Stone
Temple Pilots ou encore Sm ashing
Pum pkins.
Un livre t luxueux, riche en info rm a­
tions et en photos rares, agrémente
ce bien bel ob je t qu'est ce coffret 4
CD (p icture dises), retraçant la folle
épopée d'un des groupes les plus
m arquants de la décennie 7 5 -8 5 .
Pascal Vernier
Raspberries concoctent en fa it un
répertoire éclectique, un cockta il
savoureux de Beatles, W ho, Stones,
Small Faces et Beach Boys ! Le pro­
blèm e m ajeur reste donc cette évi­
dente crise d ’identité, cette in ce rtitu ­
de à cho isir un créneau dans to u t ça.
Nous som mes en 7 2 , et tous les
groupes cités plus haut n'on t plus à
prouver au public qu 'ils existent.
Certains on t même disparus. Alors,
pourquoi ce rôle de poisson-pilote ?
Raspberries était un vrai groupe de
scène, et satisfaire un public (déjà)
nostalgique d'une période forte en
ém otions (6 4 -7 0 ) sem blait être sa
m ission. Un série de hits potentiels
prouve aussi que le groupe savait
proposer des com positions originales
(“ Go ail the w a y ” , "W a itin g ",...).
Quelques mois à peine sépare “ Fresh
Raspberries” de son prédécesseur et
celui-ci sem ble plus abouti, avec
quelques m erveilles telles que “ I
w anna be w ith you” , "Let's pretend"
ou “ D rivin' around". Finalem ent, les
Raspberries n'avaient-ils pas un train
de retard ? "R aspberries fie ld forever"...
Pascal Vernier
fl TRIBUTE TO THE
SmflLL FACES
''Long Agoes & Worlds Apart"
(C lém usic) - 4 /5
RASPBERRIES
'Power Pop-Volume 1"
(C lém usic) - 4 /5
On retrouve en fa it sur ce disque,
réunis pour le m e ille ur et pour l’em ­
pire, les deux prem iers album s du
groupe d ’ Eric C arm en, s o rtis en
1 9 7 2 chez C apitol et respectivem ent
intitu lé s : "R aspberries" et "Fresh
R a spb erries” . Lorsque le groupe
pointe son nez en 1 9 7 0 sur les
scènes am éricaines, certains de ses
m em bres on t déjà une solide expé­
rience m usicale. Formé à Cleveland,
Ohio, le groupe subi des influences
m u ltip le s suite aux invasions de
groupes anglais sur le sol ricain. Les
Il est des groupes, des artistes qui
ont le privilège d ’être honorés par
leurs pairs sous form e de "trib u te
a lb u m ” . Il est des "trib u te ” sont on
peut se dem ander le pourquoi du
c om m ent. Ici, ça a le m érite d'âtre
clair, ne nous voilons pas la face, un
groupe com m e Sm all Faces m érite
largem ent cet hom m age. Nous nous
souviendrons longtem ps de ce Mod
“ ailes dans le dos” qu i, vers le
m ilieu des 6 0 ’s, le vent en poupe, a
conquis en m oins de cinq ans un
p u blic toujours grandissant. Ronnie
Lane, bassiste de son état, souffre
de la terrible m aladie q u ’est la sclé­
rose en plaque. C’est donc pour
aider à la lute contre ce fléau que
tous les artistes présents sur ce
disque se sont réunis. C’est louable
et cette dém arche se d o it d ’être
citée en exem ple. A utou r de cette
affaire de coeur, on reconnaîtra des
gens
com m e
Paul
W eller,
B uzzcocks, Kenny Jones, Ride,
Gene. Certaines versions ne sont
pas loin d ’être dignes des originales I
com m e “ I ca n 't make it” par Dodgy,
“ My m in d ’s eye” par N o rth e rn
U proar ou encore la reprise éto n­
nante de “ Rolin’ over” par W h iteo ut.
Une dém arche à sou lig ner et à
encourager vivem ent.
Pascal Vernier
W
v
f
présentent
ortie
NÛCNflAS
06/11 T O U LO U SE - LE BIKINI
08/11 LO U R D ES - SALLE DESJ=ÊTÈS
09/11 LA RO CH E SAX>N - SALLE D E $ C O N G R E S
11/11 ST R A SB O U R G - LA l a v e r i e
12/11 LI1.LÉ - LE S P LE N Û ID
15/11 PA R IS- ’Ce f a ^ c è
> 1 6 / 1.1 L Y O N - RAIL THEAT
LOC : FNAC, VIRGIN, RESEAU FRANCjé BILLET
(JOSEPH GIBERT, ELYSEE MONTMARTRE, MAGASINS CARREFOUR.
RESA : 42 31 31 311, CA FÊO E LA OANSE, ROUGH TRAOE,
MONSTER MELODIES, R'N'R VOLTAGE ET POINTS DE VENTE HABITUELS.
x m /~p
5
ftngrci
Atifjels Cru
1 * album , inclus «Carry
On», «Stand Away»
«Wuthering Heights»...
Atijjra
itfofy L and
2*"* album , inclus «Nothing
ftngra
'Jreedom Catt
Nouvel E.P. inclus -Painkiller»,
To Say», «The Shaman»
«QueenOfThe Night*...
«Carolina IV»...
Etftion limitée avec bio & autocollants
V tF E R
V^NDCN pL>\S
ls&ND€NPLAS^ f c .
j
*Théâtre O f Ja te
SoCdiers O fSunrise
Vaiiden *Pfas
Cofour TempCe
1 ' album, inclus «Father-,
Le V groupe d'Andre M atos,
«Soul Survives^, -When The
17 titres, bio, photos inédites
Wind Blows», «Anytime»...
2 album s réunis sur un seul CD
C N R M U SIC
ADmwonC
HTn*Artoa»HjVcCawiy
Vanden 'PCas
A c C u ft
Versions acoustiques +■
reprises, inclus «Kayleigh-,
ü
«Des Hauts, Des B as-
ç
«How M an y T e ars» ...
S
<
a
LSUAL
SUSPECTS
(P olygram Vidéo)
Ce film est un ve rita b le p e tit chef
d ’oeuvre. Un po la r aux allures de
descente aux enfers, un suspens
m a g istra le m e n t orchestré qui tie n t
le spe ctateu r en haleine de la pre­
m ière à la dernière seconde. Grâce
à un scénario d ’une précision d ia ­
bo liq u e ,
"U s u a l S uspects” nous
e n ta în e d a n s les m e a n d re s du
doute sans un tem ps m o rt. Qui est
K eyser Sôse ? Ce personn age
m y th iq u e , tu e u r de san g fro id
m a ch ia vé liq u e qui organise la ren­
c o n tre e n tre p lu s ie u rs " p e tits ”
tru and s que to u t oppose. Il se sert
d'eux po ur éch a ffa u d e r un plan d ia ­
bo liq u e sans ja m a is d é voiler sa
vé rita b le id e n tité . Ce th rille r au scé­
nario en bétron recèle bon nom bre
de surprises ju s q u 'à un dénoue­
certaines grandes séries télévisées
qu i o n t fa it les grandes heures de
ces dernières années. A insi, Sony
V idéo propose la to ta lité des é p i­
sodes de "T w in Peaks” , le chef
d ’oeuvre de D avid Lynch, "Les
Envahisseurs” avec l’an ti-héros Roy
Th innes (a lia s D avid V in c e n t...) ou
"C osm os 1 9 9 9 ” , éjaculé par l'e sp rit
seventies du couple Anderson, déjà
a u te u rs des "T h u n d e rb ird s ". Si
"C o sm o s..." a un peu v ie illi (décors
en c a rto n -p â te , p a n ta lo n s p a tt’
d ’eph' évocateurs d ’ un m in im a lis ­
me trè s seventies), elle n’en reste
pas m o in s une série c u lte qui a
é m e rv e illé bon no m b re d ’en tre nous, su rto u t grâce à la présence
de M a rtin Landau et de Barbara
Bain.
"Les Envahisseurs” , fe u ille to n psy­
ch o tiq u e et parano des années 6 0 ,
fu t une vraie bom be dès sa sortie
d u r les petites écrans in te rn a tio ­
m e nt e x traordinaire q u i d o it faire
baver plus d ’un scenariste h o lly­
w oodien en m al d ’ insp ira tio n . Sans
aucun do ute, le film de l'année en
vidéo.
T h ie rry Busson
LES
ENUAHtaSEllRS r*
COSmOS 1999 «■
TU/IH PEflKS
(Sony Vidéo)
1 9 9 6 restera l'anné du re tour en
force de la S cience-Fiction e t du
Fantastique. S ur M 6 , bon nom bre
d ’entre-nous se régale de la d iffu ­
sion de la (déjà et m éritée) série
cu lte "X Files” ("Aux Frontières du
réel” in fre n c h ...), de “ S liders" ou
ré cem m e nt “ Space 2 0 6 3 ” . Il ne
fa u d ra it pas pour a u ta n t ou b lie r
naux. Le p rin c ip e a une co n sp ira ­
tio n m o n d ia le orchestrée par de
"vrasi m é chants" sans scru p u le a
d 'a ille u rs la rg e m e n t in s p iré e la
base d e ... "X -F ile s". Ici, les extra­
terrestres s o n t présents du prem ier
au dernier épisode. D avid V incent,
David contre un m onde de G oliath,
ne cessera de lu tte r p o u r fa ire
c o n n a ître la vé rité . Une h is to ire
sans fin , au sens propre com m e au
sens figuré du term e...
Enfin, last b u t not least, "Twin
Peaks", in cro yable e t inégalée série
TV c o m p lè te m e n t barge qu i co n n u t
en France un succès re la tif c e rta i­
nem ent dû au fa it de sa diffu sio n
fin a le m e n t c o n fid e n tie lle su r la 5.
Erreur non p ré visib le de stra tégie !
D avid
Lyn ch
("E lé p h a n t M a n ” ,
"E ra s e rh e a d ",
"D u n e ” ,
"B lu e
V elvet", "S a ilo r & L u la ” ...) est cer­
ta in e m e n t l'u n des scénaristes/réa­
lisateurs les p lu s frappés de l'h is to i­
re du c in é m a . "T w in P eaks" est
l'une de ses oeuvres les plus folles,
une éto nna nte galerie de po rtaits
loin de l'idée du "rêve a m é ric a in ” .
Sous ses a llu re s de sé rie aux
e n to u rn u re s fa n ta s tiq u e s , “ Tw in
Peaks" d é c rit un m onde im m o ral,
sadique, loin de la réalité, loufoque
et cruel, vicie u x et koyeusem ent
iconoclaste.
De m ém oire de télé specta teurs, on
n’ava it rien d ’aussi tro u b la n t et de
décalé que cette série en 2 9 é p i­
sodes d o n t les m ots "d é b u t" et "fin "
ne s ig n ifie n t pas g ra n d chose.
"T w in Peaks", c ’est la "Q u atrièm e
D im en sion” puissance 1 0 0 0 . N’est
pas cu lte q u i ve u t et qui peut !
T h ie rry Busson
CLASSIC BLUE
Ctassic
X
JUSTIN HAYWARD
popundret
TOTO
M IK E HAIT
H IT S
FEATUPING !
’HOLÙ THE LINE‘
s n c u i nouo
Classic TOTO Hits
Classic blue
En vente chez votre Disquaire ou par correspondance à Sergent Major Cie - VPC
32. bd de Strasbourg 75010 Paris Prix du CD 100 Frs + 30 Frs frais d ’envoi
-
-
BO N D E C O M M A N D E P R IX T T C - V E N T E PAR C O R R E S P O N D A N C E
Nom : ..................................................................... Prénom : .............................
Adresse : ......................................................................................Code Postal :
Réf. :
Prix
Quant.
Total
Bon de Commande et Chèque libellé à l ’ordre de
S ergen t M ajor Cie :
Total de ma commande + 30Frs de pori
32, bd de Strasbourg 75010 Paris
—
*7 "
Tél.
Ville. :
souvenirs d ’interview s m arquantes
(Gainsbourg, les Sex Pistols, AC/DC,
Prince,
Bob M a rle y ,...) ou de
con certs ro ck’ n’ ro ll.
2 0 années
dédiées à la musique par un “ rock
c ritic ” au style alerte, à la culture
musicale im pressionnante. Qui, quel-
M E L O D IC &
P R O G R E S S IV E R O C K
SHADOWLAIMD
PHILIPPE M A N ΠU V R E
M A D A S A HATTER
V
‘
Où l'on retrouve l'om niprésent Clive Nolan...
Les a n g la is , trè s in s p iré s , ré a lis e n t là le u r
m eilleur album . De l'excellent neo progressif.
(Avec Karl Groom et M artin Orford)
miLES DAVIS
par Franck Bergerot
(S eu il)
Franck Bergerot est le rédacteur en
chef a d jo in t du magazine "Jazzm an".
C’est dire s’il connaît son sujet ! Ce
livre sur M iles Davis est un ouvrage
m éticuleux, d ’une grande inte llig en­
ce. Il retrace le parcours exem plaire
de ce géant du jazz sous la form e
d 'u n guide in tro d u c tif à l’univers du
grand Miles. A insi, Bergerot nous
em m ène au gré des pages à la
Histoires
secrètes
du
ro c k ’n roll
S Y M B O L S OF T IM E
IVANHOE
quefois, fa it preuve également d ’ une
tendance prononcée et totalem ent
subjective à descendre en flam m es
ce q u ’il n’aim e pas ou n'a jam ais
aim é. On peut adhérer ou non à cer­
taines de ses prises de position et
jugem ents sévères (son chapitre sur
les chroniques de singles), il n'en
reste pas moins vrai que Manoeuvre
marquera définitivem ent l'histoire de
la presse rock française.
Thierry Busson
Du “H EA VYPR O G "
à la
DREAM THEATRE.
Efficace e t puissant.
SPQ C K 'S BEARD
ftpûçk’j Leard
THE LIGHT
S t u p é f ia n t
g ro u p e
a m é r ic a in
qui
a
im pressionné tout le m o n d e lo rs d u d e r n ie r
PROGFEST.
Pop m é lo d iq u e com plexe, tendance Krim son
(la noirceur en moins), créative et énergique.
LE GUIDE DE LA
mUSIQUE 97
(E ditions Jigal)
découverte du “ son M iles Davis” ,
enchaîne sur une étude pointue des
phrases m élodiques du maître to u t
en nous aida nt à nous recadrer his­
to riq u e m e n t avec des repères précis.
Cette “ introductio n à l'écoute du jazz
m oderne" (d ix it l'auteur) n'est certes
pas abordable au prem ier abord,
m ais on se laisse envoûter par les
ta le n t de con teur et de "professeur”
qui ém anen t de Franck Bergerot. Les
fans de M iles Davis ne peuvent pas
passer à côté de ce livre jo lim e n t
troussé.
Thierry Busson
•
par Philippe Manoeuvre
(R ock’n'F olk/A lb in M ic h e l)
Q uand
on
s’ap pelle
P h ilip p e
Manoeuvre, qu'on est le tout-puissant rédacteur en chef du tout-puissant R ock'n’ Folk, on peut se per­
m ettre de publier un jo u r ou l'autre
un recueil de textes issus d'une
longue expérience de jo u rn a lis te .
M a noeuvre,
en
dehors
de
Rock’n'Folk, s’est égalem ent fa it une
belle réputation de pigiste au sein de
supports aussi variés que "Playboy"
ou "Lib éra tion” , et dans le dom aine
audiovisuel avec “ Les Enfants du
Rock” et au jourd'hui Canal Jimmy.
"D ur à c u ir” est un peu le résumé de
ce che m inem ent com m encé dans les
années 7 0 . Presque 3 0 0 pages de
MORIA FALLS
THE LONG GOODBYE
Clive Nolan, le m êm e, en producteur.
Un album de rock m élodique, raffiné, com m e
seuls les anglais savent en faire.
Tendance Genesis prem ière période.
K -î
DUR A CUIR
HISTOIRES SECRETES
DU ROCK’NROll
V IS IO N S A N D REALITY
ECHOLYN
W H E N THE SW EET T U R N S SO UR
C om m e chaque année, “ Le Guide de
La M usique” vous fournira, tout au
long de ses presque 1 0 0 0 pages, les
inform ations nécessaires concernant
le m onde de la m usique : Show-biz,
disques, son et image, m édia, les
spectacles, organisateurs, salles de
concerts, adresses utiles,...
Cette année, "Le Guide" fête égale­
m ent ses dix ans. Bon anniversaire
donc à cet indispensable outil de sti­
né à tous ceux qui vivent dans le
monde de la m usique...
Thierry Busson
Enfin, nous avons reçu à la rédaction
le CD-Rom du groupe canadien Saga
in titu lé "The Saga S oftw orks". Les
am ateurs du groupe retrouveront des
clips, la discographie intégrale,, des
sam ples de 1 7 9 chansons, des ver­
sions alternatives et une tonne de
docum ents iconographiques.
C om m e l'an dernier, juste avant l'été, Echolyn
nous gratifie d'un nouvel album . Beaucoup de
recherche et d'originalité. Breaks, changem ents
de rythm es et d'ambiance.
Excellente production.
LE COFFRET !Q
Cet écrin renferme
D ouble CD et V id é o du
concert enregistré à
CLEVES en 93.
2
heures exceptionnelles
Des photos, des inédits...
INDISPENSABLE !
DISTRIBUTION EXCLUSIVI
MEDIA SYSTEME INTERNATIONAL SA
43, AV. RENÉ CASSIN
47200 MARMANDE - Tél. 53 20 37 30
VPC :
SHOP33
47 COURS DE LA MARNE - 33800 BORD tAUX - Tél. 56 94 51 63 - Fax 56 92 59 85
ANTHOLOGIE
LES
LES
Un coffret, huit vidéos,
dix heures d’images
exaltantes, le tout pro­
posé par EMI. La
fabuleuse saga de 4
garçons plus dans le
vent que jamais.
Images inédites, inter­
views, répétitions stu­
dio, tournages,
concerts, intégralité
de tous les films pro­
motionnels des
singles. Enfin, n’ou­
blions pas que les
trois survivants et
Yoko Ono ont fournis
bon nombre de docu­
ments personnels
pour étayer cette
anthologie extraordi­
naire. Installez-vous
confortablement dans
votre fauteuil, c’est
parti pour une visite
guidée de ces 8
vidéos sous formes de
flashes. Moteur !
ATLE
ATLE
■VIDEO5 1 ET 2 K aléidoscope photog rap hique , images des
origines d ’ une légende qu i pointe le bout de
son nez. C haq ue m e m b re du groupe
évoque ses influences et ses goûts. On
découvre le prem ier 4 5 T enregistré en
1 9 5 8 , une reprise de Buddy Holly. A pa rtir
de ce m orceau, on a du mal à soupçonner
l'a m p le u r de la gloire qui a tte n d a it les
Beatles dans les années à venir. Tournées
plus ou m oins galères auxquelles succéde­
ra le périple allem and de H am bourg. Quel
dé lice quand la cam éra caresse to u t ces
objets, disques, affiches, gadgets dans une
cham bre anonym e. La caverne d 'A li Baba
!!!
Dès la sortie du prem ier album en 1 9 6 3 ,
les chansons écrites par les Beatles adop­
te n t un ton personnel, m is en valeu r par
c ertains m ots dans les titre s : “ Love ME
d o ", "She loves YOU", "Please please ME",
“ From ME to Y O U ",... Les chansons à ven ir
a lla ie n t prendre une tou te autre dim ension.
La cam éra nous em m ène en su ite aux
m yth iques stud ios Abbey Road pour l'écou­
te de rushes vocaux, de prises foireuses,
d ’engueulades et de m om ents fra nche m ent
loufoques (le to u t é vide m m e nt sou s-titre en
fra nçais). Puis c’est la prem ière grande
salle de concerts convoitée par les Beatles
: le “ London P alla d iu m ", le m u st des salles
anglaises. C’est égalem ent le d é b u t de la
“ B e atle m ania” . S'en su ivire n t le con cert à
la té lé suédoise (in é d it ju s q u ’alors en
vidéo) et le fam eux con cert du “ Royal
Variety S how ” : les bijoux de la Castafiore,
pour ceux qui connaissent la célèbre anec­
dote !
La prem ière conquête des E tats-U nis s’est
fa ite par le disque puis par la prem ière
to u rn é e en 1 9 6 4 . Le N ouveau M onde
a c c u e ille alors les B eatles co m m e des
dieu x...
-inuÉo 3 ■
C’est l’arrivée en A m érique, le tra je t en
Lim ousine. Film é en d ire ct live, on y vo it
les Beatles éberlués par les scènes d ’ hysté­
rie collective q u 'il rencontrent sur leur pas­
sage. Puis com m ence alors un véritable
parcours du co m b a tta n t : ém issions de télé
d o n t le fa m e u x "E d S u lliv a n S h o w ",
co n ce rts dans la p lu p a rt des grandes
v ille s ,... Trois sem aines am éricaines avec
un séjour à M ia m i. On y fe u ille tte l’album
photo sous le soleil et les palm iers. De
. b c a t le :
AR S H O W ..
m . tfM a a S ;
ÎBfMUS H;
par Pascal Vernier
Autom ne 96 45
re tour à Londres, c'est la fo lie ! S'en s u it le
tournage de "H ard Day's N ig h t" de Richard
Lester. De larges extraits prouven t que les
beatles ava ie nt un certain po ur la com édie
et le ciném a en général. Les Beatles repar­
te n t ensuite en tournée m ais sans Ringo
Starr,
m a la d e . Et c o m m e d ’ h a b itu d e ,
cha que re tour de tournée éq u iva u t à des
scènes d'h ysté rie , d'ém eutes, d'éva nou isse­
m ents à la chaîne et de chaos m é diatique.
La légende est d é fin itiv e m e n t née...
• VIDÉOS M ET 5 D urant une nouvelle tournée am éricaine,
les B eatles en voûte nt d é fin itiv e m e n t le
p u b lic . La B eatlem ania bat son plein : aux
fille s en fo lie succèdent les flic s en fo lie ! La
seule re traite possible : l’ hôtel. 3 2 concerts
en 3 4 jo u rs et c'est la tête dans les étoiles
q u 'ils e n trep renn ent le tournage d'un nou­
veau film : "H e lp !". A cette m êm e période,
ils a cce pten t bon gré mal gré la décoration
offerte par la Reine d ’A ngleterre. Ils pro fi­
te n t alors encore p lein em e nt de la vie avant
que les prem iers tou rm e nts n’apparaissent.
A oût 6 5 : le "Shea S ta d iu m ” , un stade de
5 6 .0 0 0 personnes, est le thé âtre du to u t
prem ier con cert en plein air, une pe rfor­
m ance quand on pense aux m oyens te c h ­
niques ridicu les ! Le son é ta it m êm e relayé
par les ha ut-p arleu rs pourris du stade !
Ringo S tarr déclare d 'a ille u rs : “Je n’ai
ja m a is cru que les gens ven aient pour nous
écouter. Ils ven aient nous v o ir” . On y vo it
égalem ent Brian Epstein, le m anager des
Beatles, regarder to u t cela d ’ un a ir am usé.
Puis, c'est la rencontre avec Elvis Presley,
le King ! Pas d'im a ges m ais des té m o i­
gnages qui co n firm e n t la q u a lité de cette
entrevue. M u sica lem e nt, les Beatles en ta­
m e nt un nouveau dé part, avec de nouvelles
influences, plus con tem p orain es. Cela don­
nera l’albu m "R ub ber S oul” d o n t on v o it et
entend de nom breux extraits. Juin 1 9 6 6 :
les B eatles jo u e n t au Japon, da ns la
m yth iq u e salle du B udokan, réservée h a b i­
tu e lle m e n t aux A rts M a rtia u x, ce qui n'est
pas sans en traîn er de vives réactions des
intégristes japo nais. Les diffé ren tes to u r­
nées de l'année 6 6 e u re n t toutes de graves
problèm es : ém eutes, m enaces de m ort,
con d itio n s dé plora bles. Tout ceci in cita les
B eatles à re n o n ce r d é fin itiv e m e n t aux
concerts. Et p lu tô t que d ’apparaître en
d ire ct sur les p lateaux de télé dans tous les
pays du m onde, les Beatles eurent l’ ingé­
nieuse idée de film e r eux-m êm es des clips
prom otio nne ls destinés à pa llie r leur absen­
ce live.
- I/IDÉO 6 D ernier con cert à C and lestick Park le 2 9
août 1 9 6 6 . La B eatle m ania c o m m e n ça it à
peser lourd sur les épaules de ces 4 gar­
çons idolâtrés aux q u a tre coins de la planè­
te. Une superbe ré trosp ective d ’ im ages de
concerts sur fond m u sica l ("F or no one")
tourne d é fin itiv e m e n t la page de l'épisode
des tou rn é e s. Et co m m e le d it B rian
Epstein : “ Les B eatles, c 'é ta it ces quatre
types sur une scène mal é cla iré e ...". Mais
les Beatles s'e n n u ie n t ! John Lennon to u r­
ne un film en Espagne ("H o w I w on the
w a r"), George m é dite au C achem ire, Ringo
tourne au vinaig re e t Paul s'intéresse aux
m usiques de film s . Ils retournent ra pide­
m ent en stud io po ur tra v a ille r sur ce qui
a lla it devenir "Sgt P epper’s Lonely Hearts
Club B and". Toutes les chansons de cet
albu m éta ient vé rita b le m e n t conçues pour
le stud io, im po ssibles à jo u e r live. La vidéo
nous m o n tre n t ensuite deux film s prom o­
tio n n e ls de “ S ta w b e rry fields forever" et de
"P enny Lane” et de longs passages e xp lica ­
tifs sur la fa b rica tio n de ce chef d'oeuvre de
la m usique, une m ine d 'o r de renseigne­
m ents sur un des m o m ents les plus réussis
de la carrière des Fab Four. C ertainem ent la
qu intessence des années 6 0 ! Enfin, une
séquence où l'é m o tio n est très présente :
George M a rtin , le génial producteur, racon­
tan t, les larm es aux yeux, la tech nique
d 'e n re g istre m e n t de “A day in a life ” .
46 Rockstyle rT 17
ANTHOLOGIE
A necdote : deux jo u rs après la sortie de
l'a lb u m , J im i H endrix jo u a it “ Sgt Peppers''
s u r une scène londonienne !
UIDÉOS 7 ET B 2 5 ju in 1 9 6 7 : R etransm ission m ondiale
par s a te llite "Ail you need is love". C’est le
“ S u m m e r of love", une pensée universelle
sur la paix et l'am our. Rencontre avec le
M a hara shi Yogi. Pendant ce tem ps, Brian
E pstein m e u rt à 3 2 ans. La vidéo nous
offre un superbe hom m age, un p o rta it
cach é de celui qui fu t le m e ntor des
B eatles. Les qu atre m u sicie ns to u rn e n t
en su ite le “ M agical M ystery T our” , un film
d é m o n té par la presse de l’époque. Ceci
d it, ju s te pour la séquence de "I am the
w a lru s ” , le film va u t la peine d ’être vu. Les
B eatles re p a rte n t à nouveau. Cette fo is-ci,
la d e s tin a tio n est l'In d e avec au program m e
m é d ita tio n et paix inté rieure ! Après p lu ­
sieurs m ois passés au pied de l'H ym alaya ,
les B eatles re n tre n t au bercail et se tra n s ­
fo rm e n t en hom m es d'affaires. Du m oins,
le c ro ie n t-ils ... C'est la naissance du label
"A p p le ” . M a is le ver est déjà dans la
p o m m e ... Juste après le dessin anim é
"Y ellow S u bm arine ", John rencontre Yoko
Ono dans une galerie de peinture. Après
l’enregistrem e nt du fam eux d o uble albu m
blanc, très controversé q u a n t à son co n te ­
nu, les Beatles tou rne nt le film prom o de
“ R évolu tion". Toutes les bonnes choses o n t
une fin . C 'est la dé co n fitu re de pom m es :
A p p le ferm e b o u tiq u e ... Le groupe, lui
aussi, ne va pas ta rd e r à m e ttre la clé sous
la porte. Les Beatles a rrive n t au stu d io de
ciném a de Tw ickenham po ur film e r l'e n re ­
g istrem en t de leur prochain a lb u m , “ Let It
Be". Ils reviennent ensuite aux studios
A pple pour achever le disque : c’est le
fam eux con cert sur le to it à Savile Row, le
3 0 ja n v ie r 1 9 6 9 . C'est aussi la dernière
a p p a ritio n en p u b lic des Beatles. Après
bien des tensions, ils re prennent co n ta ct
avec George M a rtin : retour aux sources à
A bbey Road. D ernier disque, de rn ie r m o r­
ceau, dernière prise... c'est fin i.
Vous l’aurez co m p ris à travers ces
quelques bribes d ’ im ages, cette antholog ie
visuelle est un tém oignage pa ssionnant sur
un des phénom ènes les plus représentatifs
du 2 0 ° siècle. Un sujet qu asi-socio lo giqu e
adressé à un p u b lic averti ou non, une
rétrospective de la fo rm id a b le épopée q u i a
m arqué l'h is to ire des sixties, en version o ri­
ginale sou s-titré e en fra nçais, son dolby
stéréo surround. L'événem ent m usical et
vidéo de la rentrée !
24 000 (OMtftCtf
MUGIDUE, SHOW-BIZ. DISQUES, SON-IMAGE,
SPECTACLES, FRANCE E ï EUROPE
Avec le Guide de la Musique ON-LINE.
RETROUVEZ TOUS LES SITES MUSICAUX OU WEB
kttp«//www.iW^iMet.fr/^MWevMM^e
DELÂMUSIC
CONCERTS, CD, T-SHIRTS, EMPLOIS, MATERIELS,
CONTACTS PROFESSIONNELS
EN VENTE DANS LES FNAC, VIRGIN MEGASTORE,
LIBRAIRIES MUSICALES ET PAR CORRESPONDANCE AUX
EDITIONS JIGAL -102 CHAMPS-ELYSEES - 75008 PARIS
JOINDRE UN CHEQUE DE 350 FRS PORT COMPRIS
*f^e
e^f* (cf
et ^ e ? fcff)5 -€<h ^ e ^ l f e
flbj^O cfe ( e t )
|/j(h^f* dh? d e ccff^f'jef^e, ’fcf'QjxD^ee 50^5 d j^ e f^
5 jifafje, doijfcle- C t > ,
I OOCcf^ioth f-'ef/ee
b jU
c o ^ ilc ffjo ^ <|l| Jf^Of) ^T)dlc)e^ d ffj^ e -
f/jfy |,,., ), ,’^ e ? fO t ^
deflnaihdej-' cf S t ^ ! ^
di;3CX)cjrf>cf^icj^e d e
oe
cj?ecf<hf dl| tactfd
^ e c f ^ f e^t*
d e ft(Xj>5 dj^e5^e|^ Lp
f'O ck
cKhcjrjcfi^. Ce^1cfjf>e-5
j^sj^Qh^e^ d(| tc f^ ^ ’l ^ te ^ j^ yîe M t d e ^l||^)|^ehd|^e -£>ly)5 d qxh ^ctf)...
48 Rockstyle n° 17
V
*
BEST OF...
par Henry Dumatray
A l'occasion de la sortie du "best o f" ("Best of The
Beast"), il serait judicieux de faire un retour en
arrière sur la carrière d'Iron Maiden. Commençons
par le premier album éponyme...
C’est un bon albu m à mes yeux. En quelque
sorte, c ’est une sorte de com p ila tio n aes
quatre années antérieures avant que l'on
soit signé. Les m orceaux sont forts m ais la
production laisse quelque peu à désirer. A
l'époque, on n ’éta it pas v ra im e n t satisfait du
résultat. Les guitares ryth m ique s en ont le
plus souffert. Et le producteur éta it un véri­
table abruti ! Il nous a été totalem e nt in u ti­
le... On au rait m ieux fa it de le produire
no us-m ê m es. M ais, he ureu sem e nt, nous
avions to u t de m êm e un bon ingénieur du
son. En fa it, c ’était une expérience assez
étrange pour un prem ier albu m . Nous ne
nous rendions pas v ra im ent com pte de ce
que nous faisions. M ais d ’un autre côté,
nous savions v ra im e n t ce que nous voulions
! Finalem ent, beaucoup de gens a im e n t cet
a lb u m ...
Ensuite vint “Killers"...
En fait, nous n’avons créé que quatre nou­
veaux morceaux pour “ Killers” car le premier
album aurait pu être double, ce qui aurait été
suicidaire pour une nouveau groupe. Par
exemple, “ D rifter”
- qui est présent sur
"K illers” - était déjà l’un des morceaux clés
du show dès le prem ier album . En fait, les
quatre m orceaux com posés spécialem ent
pour “ Killers’’ étaient “ Murders in the rue
Morgue” , "Gengis Khan” , “ Killers” et... peutêtre "W rathchild” ! Je ne m ’en rappelle plus
vraim ent ! A cette époque-là, notre but prin­
cipal était en prem ier lieu d'avoir du succès
en Grande-Bretagne. Nous ne pensions pas
alors au reste du m onde. Le plus étonnant,
c’est que “ Killers” n’a pas vraim ent été bien
reçu par la presse anglaise alors que les réac­
tions ont été plus bonnes aux States. De
toute façon, cela reste un des album s préfé­
rés de nos fans, ce que je trouve assez éton­
nant. C’est pour moi un bon album mais
c'est loin d'être le meilleur...
... "Piece OfMind"?
C’était la première fois que nous allions enre­
gistrer à l’étranger, parce qu'on com m ençait à
payer beaucoup d ’im pôts en Angleterre ! On
a com posé l’album pendant six semaines à
Jersey puis nous som mes partis l’enregistrer
à Nassau. Et on a mixé l’album à New York.
Pour tout te dire, sur les six sem aines pas­
sées à Jersey, on a écrit l’album pendant les
quinze derniers jours ! Le reste du tem ps, on
l’a passé à joue r au foot ou à boire ! (rires).
On s’est bien marrés ! Par exemple, N icko est
arrivé un soir en hu rlant “ Eh, les mecs, allons
fêter la première prise". Il était 1 heure du
m a tin.. Et on est rentré à 6 heures !
T 'im agine l’état !!! Ce qui fa it que le lende­
main, on a rien pu faire ! Je me demande
encore com m ent on a réussi a faire cet
album . Mais c'est un excellent disque. Ca a
été mon album préféré pendant longtem ps...
"Piece OfMind" est le premier album sur lequel joue
Nicko Me Brain. A -t-il participé à la composition des
morceaux ?
Non. Mais il a apporté une présence tech­
nique que n’avait peut-être pas Clive Burr. Je
lui ai mis quand même un peu la pression au
départ - sur le morceau “W here eagles dare” ,
par exemple. Ce fu t en quelque sorte son
baptême du feu !
Vint ensuite "Powerslave"...
C’était un bon album . Pourtant, en Europe, il
a été moins bien reçu q u ’aux Etats-Unis. On
a enchaîné sur une tournée énorme aux
States et dans le monde entier. Les quatre
m eilleurs morceaux de cet album sont pour
moi ; "Powerslave” , “ Rime of the ancient
m a riner” , "Aces high” et "Two m inutes to
m id n ig h t” .
En 1985, vous sortez votre premier album iive, “Live
After Death". Quel est le pourcentage de l ’album
réellement enregistré en public ?
Le disque entier a été enregistré en public !
Vous n'aviez rien refait en studio ?
(Rires) Non, rien du tout. On aurait pu retour­
ner en studio et refaire quelques parties de
guitare, m ais nous n'avons rien fa it de tout
cela. Et de toute façon, on n'en aurait pas eu
le tem ps pu isq u 'o n éta it en tournée à
l’époque ! La seule chose que je regrette,
c’est qu'on n’entend pas assez le public, ce
qui rend l'ensem ble pas très vivant. Erreur
que nous n’avons pas recommencé sur les
deux album s live suivants.
"Somewhere In Time”...
C’était un album très expérimental.
Un premier changement de direction ?
Non, pas tout à fait. Je crois que “ Piece Of
M in d ” fu t le prem ier véritable changem ent de
direction dans la m usique d ’Iron Maiden. On
a utilisé des guitares-synthés parce que nous
Moins bon que le premier ?
Je ne sais pas... Mais ce qui est sûr, c’est
qu'il y a certains morceaux sur "K illers” qui
sont plus forts et qui ont affirm é le style Iran
M aiden que ceux figu rant sur le prem ier
album . Quoi qu'il en soit, ce n’est pas mon
album préféré...
On en arrive à "The Number Of The Beast”...
Beaucoup de gens le considèrent com m e un
classique du rock...
Et c ’en est un, non ?
Cela au rait pu si on n’avait pas m is le m or­
ceau “ Invaders" en ouverture de l’album .
Pourtant, c ’est un m orceau que j ’ai c o m p o ­
sé et qui me sem b la it très fo rt à l’époque,
mais q u i, avec le recul, est certainem ent le
plus faib le de “ The N um b er Of The Beast” .
A utre exem ple : “ G angland” n ’au rait pas dû
figu rer sur l’albu m . A la place, un morceau
com m e “ Total éclipsé", qui s’est retrouvé sur
une face de B de single, m é ritait d ’avoir sa
place sur "N u m b e r Of The Beast” . Il nous
fa lla it ab solum e nt un m orceau fo rt com m e
single donc nous avons choisi “ Run to the
h ills ” , que nous avons mixé en priorité pour
l'occasion.
C'est aussi le premier album avec Bruce Dickinson...
En rentrant de la tournée "K illers", la pression
était assez forte. Il nous fa lla it écrire un nou­
vel album avec un nouveau chanteur alors
que rien n’était prêt !
Autom ne 9 6 49
n'avions pas de joueur de claviers. Ce qui a
donné naissance à des morceaux com m e
"Stranger in a strangeland” qui ne pouvait
pas exister sans ce son-là. J’aim e bien cet
album parce q u ’il m ontre un autre visage
d'Iron Maiden. Certains l’aim ent, d ’autres pas
du tou t. Ca dépend de la perception de cha­
cu n ... Ensuite, on a fait "Seventh Son Of A
Seventh Son” , qui va encore plus loin dans
l’utilisation des guitares-synthés. Comme on
u tilisait encore plus ces sons synthétiques,
on a opté pour le concept de la glace - à
l’image de la pochette - parce que le son était
plus cliniqu e, m oins chaud que sur les autres
album s.
Vous vous êtes fait casser à l ’époque...
Par une bonne partie de la presse, ou i... Mais
en fa it l’album a quand même été num éro 1
en Grande-Bretagne. Les Am éricains ne l'ont
pas du tout aimés même si moi je suis per­
suadé que ju s q u ’à cette époque-là, c'était
notre m eilleur album . Du début à la fin, je
trouvais q u ’il n’y avait pas un morceau plus
faible que les autres.
Peut-être parce que c'était un concept album ?
Certes, c’était un concept. Mais les chansons
avaient leur propre identité.
Ensuite arrive “No Prayer For The Dying", qui semble
être votre album le moins inspiré...
Je ne sais pas... Beaucoup de gens disent
aue c ’est notre album le plus faible mais en
le réécoutant au jo urd 'h ui, je trouve q u ’il y a
des m orceaux vraim ent forts com m e "B ring
your daughter to the slaughter” ou la chanson-titre, par exemple. Il y a des morceaux
qui étaient peut-être moins bons com m e
“ Hooks in you” - qui était plus com m ercial mais qui sont des morceaux quand mêmes
intéressants.
"Fear Of The dark" restera comme le dernier album
avec Bruce. Je trouve que c'est un bon album, avec
aucune chanson plus faible qu'une autre. Es-tu
d ’accord ?
Oui, m êm e si certains membres du groupe
avaient des visions différentes au niveau
com position, certains morceaux composés
par Bruce D ickinson, Ja n n ickG e rs ou m oim ême ont fa it un bon am algam e. L’album a
bien été reçu par le pu blic puisqu'il a été
num éro 1 en Grande Bretagne et dans pas
mal de pays... Mis à part aux Etats-Unis,
com m e souvent ! En fait, ça a com m encé à
m oins bien marché aux Etats-Unis après
"Somewhere In Tim e” . "Seventh S on...” s’est
p lan té là-bas, m êm e chose pour "N o
Prayer...” et "Fear Of The Dark” .
Parlons rapidement de “A Real live One" et “Real
Dead One’’...
On ne voulait pas faire les mêmes erreurs
que "Live After Death” . On n'a pas cherché à
enregistrer un concert en continuité m ais p lu ­
tôt à prendre les meilleures versions de diffé-
Beaucoup de gens
considèrent "The
Number Of The
Beast" comme
un classique
du rock...
rents shows. C’est la raison pour laquelle cer­
tains morceaux sonnent différem m ent que
d ’autres.
Vous avez joué deux fois à Paris pendant cette
période : une première fois à La Vilette et une
deuxième fois à L’Elysée Montmartre. D’ailleurs, à
l ’époque, tu m’avais dit que vous n ’aviez pas l'inten­
tion d ’enregistrer le concert de L’Elysée Mont­
martre. Or, la version de "Two minutes to midnight"
est tirée de ce show-là...
En fait, on l'avait bel et bien enregistré. On a
bien fa it car la version parisienne de "Two
m inutes to m idnight'' est exceptionnelle. Le
public était extrêm em ent présent sur cette
chanson. Bon, je ne devrais pas le dire, mais
pour être honnête et même si tous les publics
dans le monde réagissaient avec force, le
pu blic français était si bruyant qu'on l'a
rajouté sur certains autres morceaux ! Un
petit peu, juste pour donner un peu plus de
vie sur certaines chansons...
On en arrive à “ The X Factor"...
C'est donc le premier album avec Blaze Bailey. J'ai un peu plus de recul aujo urd’hui par
rapport à cet album et je disais l'autre jour à
Rod Sm allwood ( n d r . le manager d'Iron M ai­
den) que si M aiden devait s'arrêter, je ferais
écouter à qu elqu’un qui ne connaît pas le
groupe des morceaux issus de "Seventh
S on...'’ et "The X Factor". Sur ces deux
album s, je considère que tous les morceaux
sont aussi bons les uns que les autres.
Quand je réécoute les autres album s, il m 'ar­
rive de "sauter" certains morceaux que je
trouve plus faibles. Pour “ The X Factor” , on
avait composé quatorze morceaux et on en a
gardé onze pour l’album . Les trois autres sont
de bonnes chansons mais elles n’avaient pas
franchem ent leur place sur l'album . Alors que
dans le passé, nous n’aurions pas hésité à les
mettre ! Des morceaux com m e "Gangland"
ou "Quest for fire” auraient dû faire de
bonnes face B.
Enfin, “Best Of The Beast", votre première compila­
tion...
Ce qui est intéressant, c’est que “ Virus” , le
nouveau m orceau, a été com posé en tour­
née. Le plus difficile était de savoir quel genre
de morceau il fallait mettre au m ilieu de tous
nos classiques : fallait-il un morceau pluôt
rock ou une com position épique ? Finale­
ment, c'est venu tout naturellem ent et l'on l'a
com posé en deux heures ! J’avais déjà les
paroles de la chanson depuis une tournée au
Japon. Et par bonheur, ça collait bien avec la
m usique. C’est également le prem ier mor­
ceau a u ’on a écrit à quatre, Nicko n’écrivant
jam ais rien ! Je trouve que c'est morceau
assez fort, différent de "The X Factor” et de
tou t ce qu'on a pu faire avant. Ce n'est pas
forcém ent la direction que l'on prendra pour
le prochain parce q u ’on ne sait pas encore ce
q u ’on fera plus tard I
Automne 96
51
S
,
il est un gro up e d ont on fait
peu
de cas dans
l ’ histoire
p ro lifiq u e du rock, c ’est bien
Uriah Heep. Et p o u rta n t, au m êm e titre
q ue d ’autres
g éa n ts ,
Black S ab bath,
vo ire
Uriah Heep p e u t
d ’avoir créé un
cirque
Deep
Purple,
Led Z ep p e lin ,
s’a rro g e r
le d ro it
chap itre du
g ra n d
’ro ck’n ’ro llie n ’ et m é rite
les
honneurs pour avoir, le prem ier, e xp é­
rim e n té
la fusion
h a rd -ro c k
aud acieu se
m é g a lo m an e
aux
d 'u n
délices
intellectuels du progressif. Partons à la
déc o u v e rte
d ’u ne
d is c o g ra p h ie
oubliée, celle d ’un groupe bien vivan t
qui sillonne le m o n de depuis ... 27
ANS !!
En ces tem ps-là, (début des années 7 0 ) il y
avait les pro-Deep Purple et les pro-B lack
Sabbath. Et puis Led Zeppelin, bien sûr, déjà
m ythique, considéré com m e le génial géni­
teu r du hard-rock doté d ’une fé lin ité et d ’une
grâce de dandy sauvage. Deep Purple, plus
rude et flirta n t avec le classique entam ait
dans les charts, une lutte au couteau avec
Black Sabbath, noir et som bre m arteleur de
rythm es étouffants. Ces monstres sacrés rafflaien t les suffrages de kids affolés décou­
v ra nt l’énergie torride du rock devenu dur...
Ceux-là, les bien-pensants et les critic-rocks
les cite n t à l’envie. Et pourtant, un groupe
joue le rôle peu enviable du m artyre de ser­
vice, celui qui évite toujours le podium , le
q u atrièm e m o usque taire q u i, c ’est bien
connu, étaient trois ! Ce D’Artagnan du
heavy-m etal, c ’est U riah Heep, nom sur
lequel s’est forgé une légende de groupe
m a udit. M a udit des médias qui se sont sou­
vent efforcés de les tra iter com m e une pan­
talonnade, une boursouflure grandiloquente,
une caricature bourrée d ’effets à trois sous
pour épater les m ôm es et re cueillir un suc­
cès dédié de toute évidence aux trois grands.
Foutaise ! Car Uriah Heep est le père s p iri­
tuel d ’un style bâtard et hélas toujours traité
com m e tel, le hard-prog ! Le problèm e, c ’est
que personne ne l’a com pris à cette epoque
et que m aintenant encore, un sourire dédai­
gneux accom pagne la sim ple prononciation
de ce nom honni. A l’époque, on parlait
encore de pop et pas de hard ou de prog,
aussi, quand le succès s’installa au coeur
des années 7 0 (3 0 m illions d ’album s ven­
dus rien que pour les seventies !!), com m e
beaucoup d ’autres, Uriah Heep continua sur
sa lancée, pantalons en satin, cheveux
longs, solis interm inables, voix suraigüe et
les punks pour se foutre de leurs gueules I
Classé gros dinau bon tein t, Uriah Heep
continua contre vents et marées à dispenser
ses féeries lourdingues pour héroïc-fantasy
en carton-pâte. Ou com m ent ne récolter que
mépris et railleries à chaque époque ! Heu­
reusement, les kids avaient com pris et s’en­
gouffrèrent dans ce heavy surpuissant m â ti­
né de dentelles ajourées. Après tou t, Queen
n’était pas plus ridicule ! Peut-être victim es
de leurs bonnes tronches d ’anglais en virée,
la panche agressive et les ray-bans leur
bouffant la m oitié du visage, U riah Heep ne
possédait pas le charm e physique, c’est sûr
52
Rockstyle n° 17
m ais leur m usique, alliance ébouriffante de
plom b fondu et de nappes d ’orgue quasim ystiques, elle, n’en m anqua it pas...
Associant de 6 9 à 7 6 , ses plus belles
annéees, la violence du hard-rock naissant à
la sophistication du rock progressif pas très
vieux lui non plus, U riah Heep fû t un incom ­
pris et le reste encore pour beaucoup de
rock-critiques. Ce groupe fû t quand même le
prem ier à harm oniser la puissance ravageu­
se du hard aux arpèges évanescents du pro­
gressif, c’est à dire faire du Deep Purple en
joua nt com m e Yes ! Garder une technique
exceptionnelle en bastonnant com m e des
possédés ! Dès le début, les vocalises affo­
lantes de David Byron m arquent le son Uriah
Heep à tout jam ais. Ce m oustachu lyrique
porta longtem ps les rêves de fer du monstre
anglais vers des som m ets de délire épique.
Une fa cilité à étirer vers l’in fini des aigües
surnaturels à faire dresser les poils, fa it de ce
chanteur , hélas décédé en 8 5 , un modèle
que ne m anqueront pas de m im e r plus tard,
bon nom bre de hurleurs à la petite semaine,
sans jam a is atteindre un quart de son talent.
Ken Hensley, quand à lui, fû t un des tout
prem iers à faire sonner son orgue com m e s’il
accom pagnait des dém ons en rût dans une
église. Ce fam eux son si archaïque il y a
encore quelques années et qui revient en
force chez pas mal de jeunes groupes...
Tirant son nom d ’un personnage pa rticu liè ­
rem ent odieux du roman de Dickens "David
C opperfield", U riah Heep naquit o fficie lle ­
m ent vers 6 9 des décom bres de deux
groupes obscurs et oubliés, Spice et Gods où
oeuvraient respectivem ent le guitariste Mick
Box et le chanteur David Byron pour Spice et
le clavièriste Ken Hensley pour Gods. Sur
cette base historique vont se greffer au fil
des ans qui passent un nom bre im pression­
nant de m usicos tous plus excellents les uns
que les autres. Tous les citer serait fastidieux
m ais com m ent passer à côté de Lee Kerslake, le batteur-bûcheron qui savait s’accom ­
m oder des fantaisies les plus débridées ou
Chris Slade, fu tu r chauve et batteur d ’AC/DC
! Bien sûr, le grand John W etton lui-m êm e,
en rupture de King Crimson et de Roxy
M usic, qui v in t prendre la basse le tem ps
d ’un "Return To Fantasy". Sacrée caution au
tale nt méprisé d ’un groupe hors-norm es et
qui prouve q u ’ il y a quelque chose derrière
cette esbrouffe sonore ! A vant lui, M ark Clar-
ke qui assura chez Colosseum et Tempest,
pas mal ! Un clin d ’oeil au vocaliste Peter
Goalby, aux bassistes Trevor Bolder, Gary
Thain (décédé d ’une overdose d ’héroïne en
7 5 ) et Bob Daisley, tous indispensables à la
légende. Quant aux claviers, longtem ps pro­
priété privée de Ken Hensley, personne n’ar­
rivera après son départ, en 8 0 , à rendre ce
clim a t grandiose que seul le fu tu r Blackfoot
(!) savait im p rim e r aux com positions affo­
lantes de Uriah Heep. Et si, depuis 8 6 et
après de nom breux changem ents, le poste
de chanteur sem ble d é finitivem e nt dévolu à
Bernie Shaw, nous aurons bien du mal à
oublier ce grand dia b le de David Byron, voix
de Uriah Heep devant l’ Eternel et les incon­
ditionnels.
Depuis 2 7 ans, ce géant m éconnu s’est
em ployé à évoluer en marge de deux cou­
rants, parfois le précédant, parfois le ra ttra ­
pant, naviguant du s ta tu t de précurseur au
cours des seventies à celui de porteur d ’eau
doué dans les m éandres com m erciaux d ’ un
hard-FM un peu glauque du rant les eighties.
A l’heure actuelle, U riah Heep ne dém ord
pas et, à l’ instar d ’ un H aw kw ind ou d ’un
Status Quo, joue les légendes vivantes,
arpentant souvent les scènes anglaises et un
peu moins celles du m onde, pour dém ontrer
que les grands groupes de rock com m e les
grands clubs de foot ne m eurent jam a is I!
LES DISQUES
...Very 'Eavy...Very Umfale
4 /5
Enregistré en ju ille t 6 9 , voici le prem ier
album de Uriah Heep. Qui n’a jam a is vu une
fois, au détour d ’un bac, ce visage pris d ’ef­
froi, enrobé d ’une to ile d ’araignée gluante ?!
Né des décom bres de Spice et des Gods,
U riah Heep m arque d ’entrée son territoire
avec un mélangé dé tona nt d ’orgue envoûtant
et de guitares puissantes. “ Gypsy" reste le
m orceau-phare de cet album , un classique
im périssable. Les accords sont plaqués à la
m ode Deep Purple/Vanilla Fudge et la voix
charism atique et suraigüe de David Byron
survole avec un réel bonheur une musique
em phatique, noyée dans les dédales expéri­
m entaux d ’un orgue époustouflant. Comm e
pour to u t grand groupe, Uriah Heep s’extrait
de la masse en créant un son unique qu i, s’il
ANTHOLOGIE
par Bruno Versmisse
|
I r
, n
U
I
l 0
^
^
Une légende vivante
d o it encore beaucoup aux prouesses classico-rock d ’ un Deep Purple M ark I ou d'un
E .L.R , ajoute un côté typiq uem e nt rock'n'roll
qui ju re avec leur allure. C’est pourtant cet
a p p o rt binaire au sein d ’une m usique tara­
biscotée qui leur donne cette couleur si
chaude et ce ton d'ensem ble si varié. Uriah
Heep se positionne bel et bien com m e l'un
des géniteurs officiels du heavy-m etal et de
ces excès. La ballade sirupeuse, "Corne
aw ay M e lin d a ” ou le blues jazzy"Lucy blues"
prouvent com bien le groupe se cherche
encore m ais affiche déjà d'un bel éclectism e
qui en fa it une form ation originale dès ses
débuts.
Salisbury
- 5/5
V é rita b le d is q u e -ré v é la tio n p o ur U riah
Heep ! Byron devient étourdissant en m a îtri­
sant un organe diabolique aux confins de
l'a u d ib le . Avec une pochette en parfaite a n ti­
nom ie avec son contenu et qui résume pour­
ta n t pa rfaite m ent l’am algam e réussi par le
groupe. Un char d'assaut bouscule tout sur
son passage... C’est vrai, Uriah Heep est un
m onstre de puissance grâce à la guitare de
M ick Box et la batterie de Keith Baker mais
cet albu m regorge de pures oasis de détente
et de plages de rock progressif du plus grand
cru. A vrai dire, c ’est certainem ent le véri­
tab le prem ier disque de hard-prog de l’ his­
toire du rock. Un chef-d'oeuvre qui n’a pas
pris une ride I "The park” et ses arpèges
bucoliques enlacés dans les méandres d'un
orgue bibliq ue soudain entrecoupés par un
m in i-b lu e s urbain et des chants d ’oiseaux
est une perle de concision. Les choeurs
angéliques qui hantent cet album de bout en
bout donnen t une couleur d'apaisem ent id y l­
lique m êm e quand ils pa rticipen t à la fou r­
naise am biante de "T im e to live” , un brûlot
heavy m artyrisé par des descentes d ’orgue et
les solis pointus de Box. Un album d ’an tho­
logie qui reste peut-être avec "The Maglcia n ’s B irth d a y ", le m e ille ur du groupe qui
im p o se une g ra n d ilo q u e n c e é m e rveillée
dans toutes les directions q u ’ il s'am use à
prendre. Le tem ps est à la folie, la décou­
verte et le mélange violence/douceur que
dégage U riah Heep trouve son apothéose
dans le morceau “ S alisbury” , opéra m in ia tu ­
re d o n t la démesure sym phonique fout enco­
re le frisson 2 6 ans après. L’ indispensable
absolu pour redécouvrir ce géant du rock
anglais.
Look At Yourself
- 5 /5
Sorti en 71 et encore une ja q u e tte qui tue I
Un s im ili de m iro ir dé form ant vous renvoie
votre propre image de façon cocasse. Une
idée -m a rketin g de génie qui personnalise
com m e on ne l’a plus jam a is fa it chaque
disqu e et pour cause ! L’album de la révéla­
tion m o ndiale pour U riah Heep, au som m et
de son inspiration . Les m orceaux de bra­
voure se succèdent à un ryth m e infernal,
“ Look a t yo u rse lf", speedé à m o rt avec sa
batterie trib ale et un orgue devenu fou, "I
w anna be free" et ses choeurs d'une préci­
sion ém ouvante, “July m o rning ", le plus bel
’epic' réalisé par U riah Heep qui reste un
é m ouvant tém oignage du ta le n t de Byron où
la dém esure de ses vocalises a tte in t un
p o in t de non-retour. De la classe d ’un "C hild
in tim e ” ou m êm e d ’un "S tairw a y to heaven" I! Le son du groupe se fa it plus clair,
albu m après album et les parties de claviers
m oins raffinées du dé but sont m a in tena nt
d ’un lyrism e irréel. Uriah Heep réalise avec
"Look At Y ourself", le lieu de rendez-vous
idéal entre le hard naissant et le progressif
racé d ’ un Yes ("Tears in m y eyes" en est un
Del exem ple dans son délire fin a l). Avec des
m onum e nts de cette trem pe, U riah Heep se
bâ tit une réputation équivoque et les c ri­
tiques, agacés, ne savent sur quel pied d a n ­
ser !...
Démons & Wizards
4 /5
U riah Heep avec ce quatrièm e opus, pénètre
plus encore dans ce m onde d ’ heroïc-fantasy
qu ’ il trouve à son goût pour trico ter des his­
toires en rapport avec l'outrance sonore qui
le caractérise. C ultivant cette fusion élaboree
entre le hard et le progressif, Uriah Heep fait
appel à Roger Dean, grand illustra teur des
délires visuels de Yes, renforçant dès le pre­
m ier coup d'oeil la m agnificence d'une
oeuvre qui form e un tout. Pourtant, Ken
Hensley considère l’album com m e une col­
lection de bonnes chansons. Modeste, le clavièriste car, il faut bien le dire, Uriah Heep
com m e ta n t d'autres, a depuis longtemps,
dépassé le cadre étriqué du rock pour pro­
poser des fresques hautes en couleur. Un
form idab le "Easy liv in ’” sera le tube de cet
album et un nouveau morceau de bravoure
sur scène. Nous ne som mes q u ’en 7 2 et
déjà quatre album s form idables ont installé
U riah Heep en haut de l’affiche.
The Magician's Birthday - 5/5
Considéré par beaucoup com m e le CHEF
D'OEUVRE de Uriah Heep, "The M agician’s
B irthd ay" est l'aboutissem ent d'une prem iè­
re époque. La pochette de Roger Dean colle
à m erveille à cette m usique grandiose, ce
mélange incestueux de heavy et de progres­
s if porté à un po in t jusqu'alors inégalé. Uriah
Heep réalise un "D ém ons & W izards" puis­
sance 10 qui sort à la fin de l'année 72.
Chantre brutal d'un monde fantastique, le
groupe sait harm oniser un juste équilibre
entre énergie débridée et féerie onirique. V ic­
tim e de sa fa cilité à composer, Uriah Heep
recueille un succès considérable auprès d'un
jeune public avide de sensations fortes mais
ne parvient pas à convaincre les revues spé­
cialisées qui n’y voient q u ’ un château de
cartes sans fondem ent solide. C’est l’album
de "S unrise” et "Sweet Lorraine", deux gros
succès m ais aussi celui de “ The M agician's
b irth d a y", un splendide ’epic' gorgé d 'é le ctri­
cité et de breaks ahurissants, plongeant ce
long morceau dans les directions les plus
variées. Si Yes avait fa it du hard, il aurait pu
créer ce morceau...
Live January 73 - 5/5
Le prem ier live de U riah Heep et quel live I
Un double album noir qui condense a d m ira­
blem ent le tale nt et le génie du groupe pour
en faire un des to u t m eilleurs enregistre­
m ents publics de l’histoire du rock. Les
grosses m achines sont là, "S unrise” , "Easy
livin ’", "July m orning", “ Gypsy” , "Look at
you rself” ... Et un terrible medley de vieux
rocks détonants pour rappeler que Uriah
Heep reste un foutu groupe de rock'n’roll
capable de m ettre le feu pa rtou t où il passe
et d'o u b lie r les grandes pièces montées
quand il se retrouve sur scène. Tout Uriah
Heep est résumé en 7 7 m inutes d'ouragan
qui em brase les enceintes com m e seul un
"M ade in Japan" avait pu le faire... Le hard
ou trancier et décadent de messieurs Byron,
Box , Hensley, Thain et Kerslake tutoie les
som m ets sans oublier cette p... de technique
qui ne les fera jam a is ressembler aux tâche­
rons du heavy m étal qui com m encent à se
presser au portillon.
Sweet Freedom - 2 /5
Lui aussi sorti en 7 3 , "Sweet Freedom”
déçoit un peu... Comm e si, après le fabuleux
"Live” , le besoin de souffler un peu se fa it
sentir. Le live est bien souvent l’aboutisse­
m ent d ’une époque. Avec ce sixièm e album
studio, on perçoit un léger m anque d 'in s p i­
ration ou plutôt le syndrom e de l'album de
plus, celui qui ne fa it pas avancer la m a chi­
ne. Beaucoup plus soul et quelques fioritures
pour am user la galerie en fon t un piètre suc­
cesseur de “ The M agician's B irthd ay” . Uriah
Heep fa it du Uriah Heep sans l’étincelle de
créativité qui avait toujours fa it la différence.
Le groupe se singe dans ses propres a tti­
tudes et il en ressort un ersatz indigne de
son talent. Seuls "Sweet freedom ” et "Seven
stars” dégagent une am biance rappelant les
fastes des années précédentes.
Wonderworld - 2 /5
L’album des statues ! Si les poses des
m em bres du groupe grim és en statues vertde-gris sem blent arrogantes, on ne peut en
dire au tant de l'inspira tion qui tourne en
rond. Comm e p o ur” Sweet Freedom” , Uriah
Heep répète les mêmes erreurs. Les claviers
de Hensley évoluent vers un style bastringue
que le groupe avait toujours su contourner
de 6 9 à 7 2 . Voulant raccoler à base d'effets
plus sim ples, le groupe s’englue dans une
collection de morceaux faciles et si le son
U riah Heep est toujours là, il n'est plus au
service de com positions exaltantes com m e
pour "S alisbu ry” ou "Look At Yourself". Heu­
reusem ent il y a encore un morceau ou deux
pour songer, d u b ita tif aux réussites d ’antan.
L 'on irique “ D ream s" fa it p a rtie de ces
agréables surprises.
Automne 96 5 3
Return Ta Fantasy - 4 /5
Nous som mes en 7 5 et Uriah Heep, après la
dispa rition subite de Gary Thain (overdose)
accueille un nouveau bassiste de renom en
ses rangs. John W etton (ex-Family, King
Crimson et Roxy M usic) apporte son im m e n­
se ta le n t à l'album du recours en grâce. Le
titre parle de lui même, un retour aux
sources s 'im p o s a it. U riah Heep retrouve
m om entaném ent la magie disparue. Le titre
éponym e qui ouvre l'album , "R eturn to fa n ­
tasy” est de la classe d'un “ Look at yo u rse lf”
et le groupe opère une cure de rajeunisse­
m ent. Un bain de jouvence salutaire con fir­
m é par une p ro d u c tio n de q u a lité et
quelques morceaux d'excellente facture. On
sent cependant le groupe tira illé entre ses
goûts pour un hard dru et pesant, à la lim ite
du rock sudiste (!) et son envie pour les
belles pièces alam biquées qui ont fa it sa
réputation. La preuve, pas un titre n'atteint
les cinq m inutes si ce n'est l'enthousiasm ant
"Return to fantasy” . La réduction du tem ps
de rêverie brise une bonne part de l’a lc h i­
m ie...
Fallen Angel - 3 /5
bué à Queen style “ Flash Gordon” , "The
other side of m id n ig h t” sonne Foreigner...
Quel gâchis invraisem blable. Un disque à
oublier bien vite.
Equator
2 /5
Nous som mes en 8 5 et après deux ans de
silence, Uriah Heep persévère dans la ton a­
lité FM. La guitare de M ick Box se fa it éphé­
mère sur bien des m orceaux et la production
2 4 carats sauve les apparences. Question
harm onie, c'est le to p m ais les com positions
m anquent de jus, com m e d ’habitude depuis
“Conquest", serait-on tenté de dire. “ Rockaram a” fa it un hit fo rt honorable et “ Party
tim e ” rem onte les bretelles le tem ps d ’une
brève échauffourée. Le tem ps des grands
délires de 72 sem ble bien loin et ça fa it mal
au ventre de voir ce fam eux groupe donner
raison aux critiques, quand il en reste !...
3 /5
A signaler parce q u 'il existe et q u 'il est la
preuve de l'état de santé exem plaire d'un
groupe qui vend ses album s par m illions
dans le monde entier. Sorti en 7 5 com m e
"R eturn To Fantasy".
Dernier album avec John Lawton, "Fallen
Angel” sort en 7 8 et s'il garde encore ce côté
hard de luxe, on peut dire q u ’ il inaugure la
période FM de Uriah Heep. Les effets de cla­
viers de Hensley se m ettent to u t à coup à
sonner plus kitsch. Avec un peu d'audace,
on pourrait avancer que le disco qui ravage
les ondes a, au m êm e titre que Kiss avec “ I
was made for lovin' you” , influencé le d in o ­
saure du hard anglais !! S tupeur et conster­
nation ! Cela n’em pêche pas Uriah Heep de
présenter un album au son et à la production
hyp er-lé chés. C om m e no m bre de ses
'confrères', le groupe d o it s'acclim ater à l'air
du tem ps pour survivre. Pendant ce tem ps,
Queen, Yes ou Genesis ne fo n t guère mieux
pour s'adapter eux aussi avec des avis par­
tagés que certains o n t oublié...
High And Mighty - 3 /5
Conquest - 1/5
A vant tou t, le dernier album avec David
Byron. Et John W etton... Byron venait de
s o rtir son prem ier album solo “ Take No Prisoners" et ce signe ne trom pe que rarement.
Lassé et déçu par la direction prise par son
groupe, le chanteur attitré de Uriah Heep
m et les voiles au grand dam des fans après
la sortie de ce dixièm e album en 7 6 . C om ­
m ent im aginer le groupe sans lui ? Sinon,
pas grand chose à signaler. “ High & M ig h ty ”
infirm e le renouveau ressenti avec “ Return
To Fantasy” et ajoute à la déception du
départ d'un m em bre fondateur. Uriah Heep
ne se renouvelle pas, cherche un second
souffle et si les morceaux sont de bonne fac­
ture, on est en dro it d ’attendre plus. L'aven­
ture prend des allures de descente aux
enfers. Qui n’avance pas recule, com m e d it
l'autre...
"C onquest” sem ble un titre parfaitem ent
adapté à l'évoiution d'U ria h Heep. En effet,
com m ent recueillir les faveurs des fans ? A
force de changer de cap et de direction selon
le sens du vent, le groupe pour fêter ses 10
ans, se d o it de reconquérir un vrai public. De
plus, des nouveaux changem ents de person­
nel affectent le groupe puisque l’ inam ovible
Lee Kerslake rend son ta b lie r et que John
Lawton se vo it rem placer par John Sloman,
jeune chevelu à l'organe à m i-chem in entre
Byron et Lawton. Chris Slade (M anfred
M a n n ), pas encore chauve prend les
baguettes et on s’em barque pour le plus
bizarre des Uriah Heep. S onnant Supertra m p sur "N o re turn” ou africain sur "Im a ­
g ina tion” (!), le groupe prend des allures évi­
dentes de super-groupe FM, soignant la
m é lo die et dé la issa n t la hargne. Nous
som mes en 8 0 et la "N ew Wave Of B ritish
Heavy M étal" a to u t balayé. U riah Heep sent
le faisandé, triste anniversaire...
3 /5
Le tem ps se rallonge entre deux sorties de
disques et 8 9 vo it "R aging Silence” sortir
dans une indifférence polie mais curieuse.
S’ il y a surprise, c’est celle de retrouver un
groupe solide qui évolue à nouveau aux
confins d'un hard bluesy très lourd avec un
gros son bien gras. Bernie Shaw se révèle un
'h u rle u r' de la tre m pe de John Lawton et
donne une pêche d ’enfer aux vieux briscards
que sont Box et Kerslake qui n’avaient pas
frappé si du r depuis des siècles. Le ton géné­
ral est original, recherché et dém arque Uriah
Heep de ses excès précédents m algré une
prépondérance à im ite r Foreigner. Un bon
album à redécouvrir pour qui aim e le FM qui
en a !...
AbDminog - 2 /5
Différent World
The Best Of
Firefly - 4 /5
Le successeur de David Byron s’appelle John
Lawton et s’ il s’efforce de hurler com m e son
illustre prédécesseur, son registre dans les
aigus n'est pas aussi étendu. Issu du groupe
allem and Lucifers Friend, Lawton possède
en revanche, une texture plus chaleureuse
qui fa it de lui l’archétype du solide chanteur
de hard-rock. Pour rem placer W etton, Trevor
Bolder (ex-Spider from Mars de Bowie) fera
l'affaire. Est-ce dû à l'arrivée d'un nouveau
chanteur ? Uriah Heep extrait ses gammes
de la mélasse où il s’affadissait et pond un
superbe album de hard-rock pu r et du r où
toute “ fantasy” est exclue. Le groupe a enfin
réussi ce q u 'il s 'e ffo rç â t d 'ob tenir depuis 2
ou 3 ans, un bouquet de m orceaux vigou­
reux, bien balançés auxquels Lawton donne
une coloration très Ronnie James Dio ! L'as­
pect épique et m élodique cède le pas à un
vrai hard-rock racé et ramassé sur l'essen­
tie l. La tra nsition est adm irable m ais ne plait
pas à tout le m onde...
Innocent Victim -2 /5
Une autre form e de sophistication préside
aux destinées de ce “ m onster", term e dési­
gnant la gueule grande ouverte du serpent
de la pochette et utilisé pour la cam pagne de
prom otion. Le virage à 18 0° pris par Uriah
Heep en pleine bourre punk est associé à
54
une am biance plus soul, plus blues aussi. A
la m anière de W hitesnake, l’autre reptile en
vogue, nos anglais tanguent et roulent car­
rosse version ‘big blues w h ite rock’ , aban­
donnant provisoirem ent ce hard bien en
cha ir de l'album précédent. Un brûlot ou
deux attise nt les braises (“ Free'n'easy” et
"Choices” ) mais U riah Heep version honkytonk aura fa it long feu. Les fans de la pre­
mière heure sont perdus et n’apprécient plus
v ra im e n t la to u rn u re des événem ents.
Comm e on les com prend...
Rockstyle n° 17
Uriah Heep n'a pas survécu à "C onquest” et
dispa rait corps et biens. Une reform ation est
envisagée sous la houlette de M ick Box, seul
survivant. Il convaint sans problèm e Lee
Kerslake après un to u r chez Ozzy Osbourne
à le rejoindre. Le chanteur sera Peter Goalby,
déjà pressenti pour "C onquest” . Quant aux
claviers, ils seront tenus par John S inclair et
la basse par Bob Daisley. "A bom inog” m al­
gré sa pochette effrayante accum ule les cli
chés FM. Les choeurs sont soignés aux petit
oignons et parfois, M ick Box se souvient
d'un ou deux plans de guitare saignants.
C’est m aigre. U riah Heep sem ble rentré
dans le rang et rappelle plus souvent Toto
que Yes !
Head First - 1/5
C’est du côté de Foreigner que Uriah Heep
lorgne dorénavant. Devenu un véritable
cam éléon du rock, le groupe qui a retrouvé
Trevor Bolder, s’essaye dans toutes les direc­
tions et devient le plus vieux groupe de rock
FM de la planète. La preuve, Bryan Adams
leur refile une chanson “ Lonely nigh ts” .
Incrédible ?! “ Stay on to p ” pourrait être a ttri­
Live In Moscow
- 4 /5
Second live "o ffic ie l” enregistré à Moscou en
décem bre 8 7 et grande première pour ce
vétéran de bien des cam pagnes. Il lui restait
celle de Russie à effectuer, tournée qu'aucun
groupe occidental n'ava it encore pu réaliser !
Uriah Heep va jo u e r devant 1 8 0 .0 0 0 spec­
tateurs frigorifiés et raviver le tem ps de
quelques concerts m oscovites les fastes
d'une époque révolue à coup de "B ird of
prey” , "July m o rn in g ” ou "Easy liv in "'.
Témoignage d'une odyssée m ém orable dans
une vaste contrée longtem ps sevrée de rock
occidental décadent, on y entend pour la
première fois Bernie Shaw et le nouveau clavièriste Phil Lanzon.
Raging Silence
3 /5
Uriah Heep entam e les nineties avec ce
"m onde diffé ren t” . C’est vrai q u 'il a bien
changé le m onde depuis les débuts du grou­
pe en 6 9 . Eux aussi d'ailleu rs, on a pu s'en
rendre com pte... Avec la même form ation
que pour l'album précédent, "Raging S ilen­
ce” , ce qui n’était pas arrivé depuis un bout
de tem ps. Les "vieux croûtons" se portent
plutôt bien et M ick Box, seul rescapé de
"Very 'Eavy, Very ’U m b le ” est à la fête, sa
gratte tie n t bon la ram pe. C’est q u 'il en veut
toujours autant, le bougre après toutes ces
années de trio m p h e et de galère. Uriah
Heep, c'est son groupe, son joujou et il a su
évoluer et plaire, m êm e si c'é ta it plu tô t mal
barré aux alentours des années 8 0 . Ce
disque pète le feu et Bernie Shaw assure, le
rythm e est élevé et U riah Heep se sent bien
dans sa peau.
Sea Of Light - 4 /5
Et voici le dernier bébé studio en date, il
vient juste de so rtir et on assiste à un retour
pour le m oins surprenant. La pochette est
confiée à... Roger Dean ! Le concepteur de
quelques unes des plus belles iconographies
du rock, (Yes, entre autre) réalise la jaquette
ANTHOLOGIE
de "Sea of light" dans son style onirique si
vite identifiable. Ca s'annonce bien et le
reste est à la hauteur des espoirs entrevus.
Phil Lanzon retrouve un feeling sem blable à
celui de Ken Hensley et to u t à coup la magie
renait de ces cendres déjà bien froides. Le
vieux lion ne d o rm ait que d ’ un oeil et on
retrouve un peu de la grâce de “ Démons And
W izards” ou "The M agician's B irth d a y ” .
Robert
Corich, rédacteur du fantastique
livret du coffret "A Tim e Of Révélation" ne s'y
tro m pe pas quand il écrit "They are a band
th a t are very 'eavy, very ‘um ble and VERY
VERY GOOD" !!
ET QUELQUES ALBUMS
DE PLUS...
Live At Shepperton '74 - 3 /5
Un album en pu blic sorti en 8 6 . Un nouveau
tém oignage de l’ im pa ct scénique de Uriah
Heep alors au faite de sa gloire et enregistré
à l’origine pour une radio am éricaine juste
avant la sortie de "W ond erw o rld” . Moins
a ttrayan t que le fam eux double live de 7 3 ,
ne serait-ce que par sa pochette dépouillée à
l’extrêm e, très ‘bootleg’ , on y retrouve le
m edley rock’n’roll cher au groupe sur scène.
Un live qui n’ajoute rien à la légende mais
e n tretie nt la nostalgie d ’une époque dorée
pour les fans.
Rarities From The Bronze Age - 4 /5
Sacrée belle c o m p il’ pour les accrocs du
groupe ! Il s’agit d ’une collection com plète
des singles sortis chez Bronze entre 7 0 et
8 3 . L’accent est m is sur les morceaux
n’ayant pas trouvé place sur les LP’s, ce qui
rend cette galette indispensable, une fois de
plus ! L’intérêt des titre s est m oindre mais
n’em pêche pas de savourer ce son Uriah
Heep si p a rticulier et en prise dire ct avec son
époque. De toute façon, rares doivent être
ceux qui possèdent ces 4 5 t du groupe de
nos jours.
The Landsdowne Tapes - 3 /5
Le fin du fin pour les H eep-addicts ! Un vrai
rêve de fan qui fera fantasm er to u t ceux qui
savent ce que collectionner veut dire. Cette
c om pilation regroupe du matériel enregistré
par Spice et surtout des morceaux non rete­
nus par Uriah Heep pour leurs trois premiers
album s ! La tra nsition et la naissance d ’un
grand groupe en direct. Le nec plus ultra
po ur l’a m a te u r éclairé qu i ve u t to u t
connaître...
The Collection - 4 /5
Sortie en 8 9 , cette c o m pilation est un m or­
ceau de choix pour les novices. Les grands
classiques sont là : "Easy liv in ’", "Look at
yo u rse lf", "July m orning" et "G ypsy" bien
sûr. Pour les autres, c’est un "B est o f” de
plus, d o n t l’acquisition ne se ju s tifie plus
depuis la parution récente du coffret "A Time
Of Révélation” . Très belle pochette dans le
plus pur style Heroïc-fantasy.
Still 'Eavy Still Proud
3 /5
Une com pilation sortie en 1 9 9 0 qui se
contente d ’aligner les m eilleurs titres (ou
presque) de Uriah Heep pour m arquer 2 0
ans de carrière com m e le souligne le soustitre “ Two decades of...” . La sobriété de l’em ­
ballage (aigle doré sur fond noir) n’attire pas
vra im ent l’oeil. Les dix morceaux sont pour la
p lup art remixés com m e ce "G ypsy” , prem ier
morceau de la première face du prem ier LP
et "B lood red roses” , alors dernier single tout
juste sorti. Just another 'best o f. ..
- 3 /5
Spellhinder
Un live sorti après la pu blication de "Sea Of
Light". On y retrouve, dans des versions
boostées, quelques uns des classiques de
Uriah Heep : “ S tealin"’ , “ W izard", "G ypsy”
ou “ Lady in black". Sur scène, ce groupe a
encore de bien belles choses à dire...
A Time Oi Révélation - 25 Years On - 5/5
Pour fin ir en beauté, un objet indispensable
à to u t fan de Uriah Heep. Ce coffret m agni­
fique com porte 4 CD bourrés d 'iné dits, de
morceaux remastérisés, de titres de Spice,
form ation pré-U riah Heep (Box, Byron et
Newton) et de versions dém o originales. Et
surtout, un livre exceptionnellem ent docu­
m enté où toute la carrière du groupe est pas­
sée en revue, la discographie com m entée et
expliquée, des photos rares et des tableaux
explicatifs sur les changem ents de personnel
incessants au cours de ces 2 5 ans de carriè­
re bien rem plie. Ce qui peut conférer, à juste
titre , le term e d'ouvrage d é fin itif sur ce grou­
pe légendaire et donne l'im pression (ju sti­
fiée) d'être incollable sur Uriah Heep après
l'avoir épluché. Un travail de recherche et de
classification m inutieux fa it de ce pavé un
véritable Guide M ichelin de l’univers Uriah
Heep. Réservé avant tout aux connaisseurs
et aux collectionneurs, ce coffret magique
fa it pourtant office d'in tro d u ctio n idéale à
tous ceux qui voudront découvrir le monde
m erveilleux de Uriah Heep, pionnier exhubérant qui influença aussi bien Queen que
Dream Theater... Au fa it, à quand le "tribute” ; s’il y en a qui le m érite, c’est bien Uriah
Heep I!
(Tous ces albu m s chez C a stle /5 0 :5 0 /W M D ,
sa u f "Sea O f L ig h t” e t “S p e llb in d e r” chez
SPV/M édia 7)
Automne 96
55
ANTHOLOGIE
par Bertrand POURCHERON
A l’heure où Pendragon s’apprête à entamer un vaste tour d ’Europe live (avec
prolongement espéré au Japon, en Amérique du Sud et aux States dans le cou­
rant du printemps 1997), il nous a semblé opportun de déméler l’écheveau du
temps afin de vous dresser un bref panorama rétrospectif de la carrière de ce
combo culte.
Fondé dès 1 9 7 7 sous l'im pulsio n conjointe
de N ick B arrett (Vocals & Guitars) et Pete
Gee (Bass & R yth m ic G uitars), bien tôt
rejoints par Nigel Harris (D rum s) et Rie Car­
ter (Keyboards), le groupe ne va pas tarder à
se forger à la force du poignet une solide
réputation underground. Après avoir écumé
q uasim ent tous les pubs du grand Londres et
s’être fendu d ’une petite ribam belle de demo
tapes prom etteuses, la form ation connaît un
exercice 1 9 8 4 en boulet de canon, avec une
pa rticipatio n très remarquée au festival de
Reading et la pu blication d'un m ini EP de
prem ière bourre (le to n itru a n t "Fly High, Fall
Far", distrib ué par EMI).
La consécration sonnera l’année suivante,
avec la sortie du rem arquable "The Jew el".
Considéré a u jo urd’hui encore com m e une
des oeuvres majeures enfantées du ra n t les
“ progressive golden m id-eighties" (ouf...),
56
Rockstyle n° 17
cet album , servi par une production nickelchrom e, délivre une collection d'épics sym ­
ph oniqu es
re m a rq u a b le m e n t
inspirés.
Balayé de bout en bout par le m istral de la
grande inspiration, “ The Jew el” nous offre
ainsi, entre deux échappées énergiques ron­
dem ent menées (les pêchus “ H igher circles"
ou “ C ircus” ), auelques perles mélodiques
d'anthologie (les som ptueux “A laska” et “ The
Black K night” , aux rutilantes cavalcades ins­
trum entales).
U nanim em ent encensé par la presse rock
spécialisée, qui n'hésite pas à qu a lifie r le
com bo de "nouveau C am el” (com paraison
flatteuse s'il en est), Pendragon traverse
alors cependant une période relativem ent
délicate. Les m u ltip les tira ille m ents d ’ego
agitant la form ation ab outiront aux départs
quasi-sim ultanés de Rie Carter et Nigel H ar­
ris, aussitôt rem placé, à leur poste respectif,
par Clive Nolan et Fudge S m ith (ex-Lahost).
Ce changem ent de line-up sera l'occasion
d'un im po rtan t rem aniem ent m inistériel. A
l’ issue d ’un “ com m on agreem ent", la déci­
sion sera en effet prise de confier les rênes
du groupe au seul N ick B arrett, désormais
donc unique m aître à bord après Dieu.
Ce Pendragon “ new look” va alors se lancer
à corps perdu dans une longue tournée bri­
tan nique , im m ortalisée par la publication, en
1 9 8 6 , du fam eux "9 :1 5 Live", cap tu ré sur le
v if au Marquee C lub de Londres. Au delà
d ’un qu a lité son ore pour le m oins Sp artiate
(h u m , hum ...), cet enregistrem ent restitue
en p a rtie l'e n th o u s ia s m e ju b ila to ire du
cassant, avec les publications successives
(juin et novem bre) de “ The R(B)est Of ...”
(co m pilatio n de bric et de broc) et "The
W orld” .
Considéré com m e un tou rna nt décisif dans la
carrière du groupe, ce dernier opus joue
!A V M
P -t N I ) R \ ( .
utrtfht., ....... Ihcfinnl/nnlitr
O N
7
com bo sur scène et propose des versions
dynam itées de quelques uns de ses plus
grands classiques, ainsi qu'un inéd it du to n ­
nerre de Zeus (l'évanescent “ Please")..
A près la parution, la même année, d ’un m ini
EP à l’intérêt des plus lim ité s (l’anecdotique
“ Red shoes"), M ister B arrett et ses sbires
reprennent séance tenante le chem in des
stud ios afin de donner naissance à leur
second opus studio.
“ K o w to w ” (c ’est là le nom du bébé) sort
d é b u t 1 9 8 8 sur le propre label du groupe,
Toff Records. Faisant suite aux prem iers gigs
donnés par les m usiciens sur le vieux conti-
résolum ent la carte épique et conjugue, sur
le mode rock majeur, des m élodies to u t à la
fois subtiles et accrocheuses. Entre ballades
im peccables et im parables ("S hane” , "And
w e 'll go h u nting deer” ) et tranches de bra­
voure sym phoniques hautem ent jouissives
("T he voyager” , au solo de six-cordes dévas­
tateur, ou "Queen of hearts", vaste fresque
allégorique surfant allègrem ent sur la crête
des 2 3 m inutes !), Pendragon frappe un
b rilla n t coup d ’éclat et s’attire les faveurs
K o v /lc v J
P
E
N
D
R
A
G
O
N
nent (m in i tournée aux Pays-Bas, show pari­
sien à La Locom otive), il s'agit là d ’un disque
m i-fig ue m i-raisin, au sein duquel des m or­
ceaux “ cartons” pas toujours très bandants
("T he m ask", "T im e for a change") côtoient
des pièces superbes, riches en ém otion(s) et
en contrastes (“ The ha unting ", “ Total recall”
ou “ K ow tow ").
"K o w to w ” restera, à ce jour, la seule relative
zone d'om bre d'une carrière discographique
par ailleu rs en tout po in t rem arquable.
Après 3 6 m ois de sem i-léthargie, consacrés
à la réédition en laser de son back catalogue,
Pendragon effectue en 19 91 un retour fra­
d ’un auditoire de plus en plus conséquent
(Cf - le succès du "The W orld Tour", entam é
en avril 1 9 9 2 ).
1 9 9 3 vo it la sortie de "The Very Very Bootleg - Lille 1 9 9 2 " (M ob CD offert par le
com bo aux m em bres actifs et dévoués de
son fan -club) ainsi que la création, sous la
houlette du jovial et efficace Flod, de "Et
M a in tena nt", antenne officielle du groupe en
France.
Après un nouveau m ini french tou r couronné
de succès et une courte virée au Portugal, la
bande de N ick B arrett publie par la suite en
Novem bre l'excellent "The W indow Of Life” .
Illustrée une fois encore par une superbe
toile signée Simon W illia m s, cette oeuvre de
la m a turité draine, entre deux clins d'oeil
savoureux adressés aux grands maîtres à
rêver des seventies, son lot habituel de satis­
factions.
Survolée par une six-cordes en état de grâce
(l'é p o u s to u fla n t fin a l de “ B rea kin g the
spell” ), cette "fenêtre ouverte sur l'existence"
déroule un tapis m élodique au rom antism e
exacerbé (le bouleversant “Am I really losing
you ?" ou le labyrinthiq ue "The last man on
ea rth” ) et s'im pose, une fois encore, com m e
une réussite de to u t prem ier plan.
A l'issue d ’ une longue tournée prom otionnel­
le européenne (3 0 dates, agrémentées d'une
courte incursion en Pologne), Pendragon se
vo it gratifié, fin 1 9 9 4 , de trois "A w ards" par
les mem bres de la B ritish Classic Rock
Society (m e illeur batteur, m e ille ur gig et
groupe le plus m é ritant), avant de signer un
con trat de licence avec le label japonais
Pony Canyon, qui réédite dans la foulée,
titre s bonus à l'app ui, l’ intégralité de son
catalogue.
Le m ois de mars 1 9 9 5 coïncide, pour sa
part, avec la parution, à grand renfort de ba t­
tage m édiatique,
de l’excellent CD Live
“ U trecht, The Final Frontier” , tém oignage de
la considération ja m a is dém entie des m u si­
ciens pour leur fidèle follow ing. Après une
pa rticipatio n remarquée, courant novembre,
au Progfest californien, N ick B arrett et ses
sbires publient, le 2 5 mars de l’année en
cours, le rem arquable “ The M asquerade
O verture” . Présenté en long, en large et en
travers dans les colonnes de notre avant-der­
nier num éro, ce m agnum opus conceptuel
célèbre, avec force lyrism e et sensibilité, un
"ro ck re lie f” ém ouvant et clim atiq ue, qui
séduira to u t aussi bien les “ classical a d dicts”
les plus exigeants (l’em phatique morceau
d ’ouverture éponym e) que les aficionados du
fla m a n t rose (les lum ineux “ The sha dow ” et
“ Masters of illusion” ).
Fort d ’une classe naturelle peu com m une et
d'un potentiel com m ercial non négligeable,
le com bo sem ble donc au jo urd’hui peut-être
parti pour connaître une consécration grand
p u blic am plem e nt méritée. Pour peu que son
inspiration créatrice demeure au zénith, to u t
en s'ouvrant à de nouveaux horizons sonores
à ce jo u r encore inexplorés, Pendragon peut,
à l'évidence, aborder le m illénaire à venir
avec sérénité et enthousiasm e.
Fan club français :
“ Et M a in te n a n t”
BP 2 3 2 2
3 8 0 3 3 Grenoble Cedex 2 - France
Tel et Fax : (3 3 )-0 4 -7 6 -4 3 -4 1 -4 1
E-m ail :
P [email protected] grenoble.archi-fr
Tournée française
Pendragon :
1 3 /1 1 S trasbourg (La Laiterie)
16 /11 M arseille (Espace Ju lie n '
1 8 /11 Lyon (Transbordeur)
19/11 Paris (B ataclan!
Automne 96 5 7
« B eh în d »
PREMIER ALBUM
Co-produit par Robert Kohlmeyer
(Vanden Plas, Roko...)
C N R
M U SK
A Division Of The Arcade Huslc Compa
les dates :
E:
METHET (près d'Annecy)
Le Rabelais” - 21 h
Tél. 03 27 77 72 13
BAR LE DUC (55)
Salle T he uriet - 21 h
Tél. 03 29 78 34 32
VERVIERS (Belgique)
S pirit O f 6 6 - 2 1 h
Tél. 00 32 87 76 32 71
CHARLEROI (Belgique)
Le Backstage - 21 h
Tél. 00 32 71 39 63 30
LUXEUIL-LES-BAINS (70)
Espace M olière - 21 h
Tél. 03 84 40 57 28
Le Père
Christian DECAMPS
La voix d’Ange
Les Fils
Tristan DECAMPS
Claviers et Vocaux
Hassan HADJI
Guitares
Thierry SIDHOUM
Basse
Hervé ROUYER
MAÇON (71)
La Cave à Musique - 21 h
Tél. 03 85 34 47 47
DIJON (21)
La Vapeur - 21 h
Tél. 03 80 56 52 61
Batterie - Percussions
LETHILLOT (88)
Salle des Fêtes - 21 h
Tél. 03 29 25 83 98
►SAMEDI 23 NOVEMBRE : BELFORT (90)
Le Vel’p o (sous réserves)
C ontact C h ristian DECAMPS
6, ru e Saint-Saens
25200 MONTHEI.IAKD
MARLY-LES-COMPIÈGNE (60)
Salle des Fêtes - 21 h
Tél. 03 44 23 30 78
) NOVEMBRE:
IMUSEAI
LAON (02)
Swing Café - 22 h
Voici un recueil parfait.
minutieux, monacal, impec­
cablement construit. "
LE NOUVEAU
ROMAN
DE
CHRISTIAN
DECAMPS
Philippe MANŒUVRE
ROCK & FOLK
“Ce livre est plus qu un
livre sur Auge, et même
lorsque l'on n 'est pas nu
adm irateur incondition­
nel. on se prend à le
1 dévorer
\
\
Jacques LEBLANC
JUKEBOX Magazine
ATTENTION !
NOMBRE LIMITÉ
(fin de stock)
Commandez-le vite !
“BAba sur les fesses du Bon Dieu”
Commandez-le dès aujourd’hui
et recevez-le dédicacé par l’auteur
BON DU: COMMANDE
à retourner à ECLIPSE EDITIONS, 23 B rue Jean Wyrsch, 25000 Besançon
Tél : 81 53 84 51
Je désire re ce vo ir..........exemplaire(s) de « A N G E , Le liv r e d e s L é g e n d e s » , au prix de 159 FF ,
s o it,
Je désire re c e v o ir..........exemplaire(s) de « M e s M o ts d 'A n g e » , au prix de 160 FF ,
s o it,
Je désire re c e v o ir..........exemplaire(s) de « B A b a s u r le s fe s s e s d u B o n D ie u » , au prix de 99FF ,
s o it,
Frais de port + emballage (France) : + 30 FF (Pour l'étranger : Frais de p o rt : + 6 0 FF]
s o it,
Total de la commande : ...
Je joins mon règlement par chèque ou mandat international à l'ordre de ECLIPSE EDITIONS
N O M & PRÉNOM : .......................................................................................................................................................................................
ADRESSE :........................................................................................................................................................................................................
CODE POSTAL & VILLE
PAYS
NOS
A
P A R T E N A I R E S
R A D I O S
,
Sê-Ztttmtî?.2
■ADIQPIASII VAUII
'tftnpSt 'Dicùf SS.S
Si*'MnufioiJ,! i / J
9 7,3
RADIO PLASTIC VALLEE - 97,3
Mhz - (Oyonnax)
Emission : “Solid rock' (rock,
hard et progressif)
Le lundi de 20h30 à 22h
EUROPE 2 / RADIO VAL D'ISE­
RE - 96,1 Mhz - (Val d'Isère)
Emission : "Afficianados" (rock
et nouveautés indépendantes)
Le jeudi de 19h30 à 20h
RADIO BIP 96,9 Mhz (Besançon)
Emission : "Rêve de Fer
(Hard, Prog, Blues)
Le mercredi de 20h30 à 22h
TFM-EUROPE 2 89,7 Mhz (Aube)
Emission : ”La ballade musica­
le" (rock, pop/folk, country,
français, news)
Tous les soirs de 19h30 à 22h
Emission : "Country road“
Le samedi de 20h à 21h30
^ C A M
Télé Radio des Graves (TRG) 92,6 M hz- (Castres)
Emission : "La Bordelaise du Rock"
le mercredi de 20h à 22h
Emission : "Bazarock"
le vendredi de 13h à 15h
P U S ,
RADIO CAMPUS 106,6 Mhz (Lille et sa région)
Emission : ■Charisma"
(rock progressif et mélodique) 1 mardi sur 2 à
partir de 22h30
RADIO CANUT - 102,2 Mhz
(Lyon)
Emission ; ‘Bienvenue à bord' (rock
généraliste)
Le mardi de 17h à 18h
RADIO CONTACT - 95 Mhz (Isère)
Emission : "Rock FM“
Le mercredi de 21 h à 22h
Emission : 'Rock' porter*
Le jeudi de 21 h à OOh
RADI#
D l# '
RADIO DIO - 89,5 M h z (St Etienne)
Emission : "Divineo“
(rock progressif)
Le lundi de 21 h à 22 h 30
rm m w T T T W T W T T T i
1S#0 EADiC
l ■ Y M_a d «kaalfhi
VALLEE FM - 96.6 Mhz
(Marne la Vallée)
Emissions ;
«Electric Ladyland» (guitare
rock) le lundi de 20h à 21h30
«Highway to rock» (rock FM)
le dimanche de 18h à 19h
«Castor Mania» (hard) le
mardi de 20h à 21h30
RADIO ENGHIEN 98 Mhz
(Enghien)
Emission : "Cacophonie» (rock, new
wave) le mardi de 22h à Minuit
Emission : «Tequila» (rock, punk) le
mercredi de 22h à Minuit
Emission : «Kaléidoscope», le
dimanche de 23h à Minuit
RADIO FRAMBOISE 106,5
Mhz - Suisse (Vaud, Nyon,
Lausanne, Montreux, Vevey,
Neuchatel, Fribourg, Genève)
Emission : "Rockshow" (album
de la semaine, infos, live, inter­
views. Que du bon rock !) - Le
vendredi de 20h à Minuit - Le
samedi de 20h à 22h - Le
dimanche de 18h à 20h
RADIO PRIMITIVE - 92,4 Mhz
(Reims)
Emission : «Musical Box»
(Progressif et planant)
Chaque jeudi de 9hà l l h
Rockstyle n° 17
g ? ry
RADIO FOREZ MONTERtSON
RFM (RADIO FOREZ MONTBRISON) - 90 Mhz
(Montbrison/Roanne/St
Etienne/ Annonay/Tarare)
Emissions : «Backstage» (Tous
styles) Le vendredi de 19h à 21h
«Billboard» (Hard rock) le vendredi
de 21h à23h
C o iA u rs
COULEURS FM - 101,3 Mhz (L’isle d'Abeau et le nord de
l'Isère)
Emission : ’ HotTîme" (blues,
country, rock)
Le mardi à 21 h
Le vendredi à 17h
V .ïij m m
‘ - * 7 'A m u
s 100,9
RADIO VALLEES VOSGES 100,9 Mhz - (Epinal)
Emission : "Globe rock" (toute
l'histoire des grands noms de la
musique)
Du lundi au jeudi de 18h à 20h
RADIO QUI CHIFEL BELGIQUE
107,9 Mhz (Mouscron)
Emission : -MicroClimat» (Rock)
Le vendredi de 18h30 à 20h30h
RADIO TSF 98 - 98 Mhz
(Hérouville)
Emission : «Musical Box» (processif,
jazz-fusion, expérimental music)
Le lundi de 21 h à 22h
M UE
9 0 ,7
FM
RADIOBRUME
flAUOV2Ll£ASSDOATÇNS
VALLEE FM - 94.5 Mhz (Vizille)
- «Eclipse» (rock progressif) le
mercredi de 19h à 20h30
- «Racine» (Blues)
le vendredi de 19h à 20h
■ «Diapason» 1 samedi sur 2 de
16h à 17h
- -Fréquence Métal» le vendre­
di de 20h à 21h
- «Vent d'Ouest» (Country) le
samedi de 9h à 10h
radiotfHWË
lit
90.S Mhz 1
RADIO JM - 90. 5 Mhz
(Marseille)
Emission : «Elégia» (hard, heavy
métal, rock indé, hardcore)
Le jeudi de 21h à 22h30
RADIO BRUME FM - 90, 7
Mhz - (Lyon, Villeurbanne)
Emission : "Bande à part'
(rock progressif & mélodique)
Le 15 de chaque mois, le
dimanche de 10h à I 2h
M
RADIO CROCODILE
92,6 Mhz SAINT-D1Z1ER
R A D IO M E T Z F M
RADIO 100 - 100,1 Mhz
(Colmar)
Emission : «Et Maintenant
Ulntégrale» (Processif)
Le premier dimanche du mois de
20h à 22h
60
RADIO FLOTTEURS - 91 Mhz
(Clamecy)
Emission : «Minimum Vital»
(Processif)
Le mardi de 21h à 23h
Emission diffusée également sur
Radio Aval Ion -105,2 Mhz
RADIO L'EPINE - 88,6 Mhz
(Chàlons s/Marne) / 91,6 Mhz
(Epernay) / 99,2 Mhz (Sézanne)
! 88,8 Mhz (Vitry/St Dizier) /
91,2 Mhz (Ste Ménehould)
Emission : ''A fond le rock" (hard
et progressif, groupes de la
région)
Le mercredi de 19h à 19h30
RADIO METZ FM - 92,8 Mhz Emission : 'Le rock à fleur de crocs"
Lundi au vendredi à partir de 19h
Emission : "Rebel de nuit"
(blues, rhythm’n'blues, country)
le jeudi de20h à 22h
RADIO JORDANNE (Cantal)
Aurillac (97.2) - St Flour (95,1)
Mauriac (91.5) - Maurs (106.8)
St Céré <91.1)
Emissions : «Coton Tge» (Hard)
Le lundi de 21 h 30 à 23 h
«Bubbte Gum» (Fbp-Rock)
le samedi de 19 h à 20 h
«Bleu Nuit Rock» (Fbp-Rock)
Le samedi de 22 h 30 à 23 h
F * '
<RAZŸ HORSC
Pour commander
toutes les
nouveautés
chroniquées dans
ce numéro de
Rockstyle
(ainsi que beaucoup
d’autres CD),
rendez-vous, en
pages centrales,
dans notre catalogue
B
HEM ADVENTURES
IN
HI-FI
o c k
Automne 96
61
telegraph road
r
commt flsifl.
A COmiTlE ARNAQUE
"Ce n’est pas tous les jours qu'on vous
envoie une lettre sur Asia, hein? Non, je ne
suis pas une fan acharnée m ais vos de r­
nières chroniques m 'o n t donné envie de pré­
ciser certaines choses. Bon, c ’est vrai,
j ’avoue que je co n tin u e à a c h e te r les
disques d'A sia car au m oins avec eux, on
n'a pas à se prendre la tête. Disons que
c ’est une form e de "variétoch e" rock qui
pe ut faire une bonne m usique de fond.
"A rena” est ne ttem ent m e ille u r (ou m oins
m auvais ?) que les deux album s précédents
m a is on no tera c e p e n d a n t qu e lq u e s
em prun ts un peu "voyants" (le clavier de
"F alling" me rappelle le S upertram p de mes
3 ou 4 ans, l'in tro "p o lic iè re " de “ Two sides
of the m oon" d o it faire sourire les fans de
S ting, Copeland et S um m ers...à supposer
que certains d'entre-eux écoutent Asia).
Q uant aux deux volum es “A rch iva ", on y
découvre s u rto u t les m u ltip le s recherches
d ’effets vocaux de J. Payne (“ Fight against
the tid e ” , “A LO "...) m ais m u sica lem e nt l'o ri­
g ina lité n’est pas au rendez-vous. En réalité,
je m ’ insurge s u rto u t contre le fa it que ces
“ archives" sont un peu une arnaque, éthiqu em en t parlant. On nous explique dans le
liv re t que certaines chansons étaient in te r­
prétées à l’époque par John W etton (m agni­
fiq u e cha nteur) ou Max Bacon. Q u’on nous
donne à entendre ces versions I A quoi bon
ces archives détournées et truquées? Elles
me laissent penser q u ’elles sont s u rto u t un
moyen de résoudre un problèm e iden titaire .
Geoff Downes et John Payne cherchent v is i­
blem ent à nous convaincre qu'A sia n'existe
plus que par eux, et ce depuis 8 ans (le
liv re t insiste fo rte m e n t sur la dim ension
te m p o re lle de ce tte a ffa ire ).J 'y ve rra is
presque une ten tative désespérée visa n t à
a ffirm e r l’au th e n ticité et la lé g itim ité de la
nouvelle m outure d ’Asia, que l'insuccès
actuel pourra it m ettre en doute (d ur de suc­
céder à "H ea t of the m o m ent"!).
Le problèm e avec de telles initiative s com ­
m erciales, c ’est q u ’on a la désagréable
im pression q u ’Asia n’est plus qu 'u n groupe
de stud io quasi-désincarné (le term e de
groupe con vie nt-il encore d 'a ille u rs ? La
valse des batteurs et des nom breux g u ita ­
ristes de passage est un sym ptôm e inq u ié ­
tan t). On est bien loin du super-groupe de
s insultes,
es louanges,
es r e m arques,
des coups de
coeur, des
coups de
sang, des h i s ­
toires, des
lettres d ’
a m o u r p o u r la r é d a c ­
tion, des q u e s t i o n s ? E c r i v e z nous à l ’
adresse suivante u n i ­
q u e ment : R o c k s t y l e C o u r r i e r
35 rue de l ’
HSpital Militaire
59800 Li l l e
62
Rockstyle n° 17
scène, et du m onstrueux concert donné au
Japon et retransm is à l’échelle inte rn a tio n a ­
le (le fam eux “Asia in A sia’’-1 9 8 3 ) avec
Greg Lake (ah! quel vocaliste). Tout ça me
rend nostalgique. A 2 2 ans, c ’est un peu tôt
pour m oi, non ? Longue vie au journal où les
fans de prog’ tro uven t aussi leur bonheur !”
Caroline (9 4 )
ANGE
A ID E LA PRESSE
“ Ma passion pour Ange m ’a fa it découvrir
Rockstyle ! A l’époque (il y a plus d'un an),
je passais des heures dans les kiosques à la
recherche de bons m agazines...où je po ur­
rais dé couvrir peut-être quelque chose sur
Pink Floyd, Jethro Tull ou S upertram p. Sur
Ange ? Ce n’é ta it m êm e pas la peine d'es­
pérer! Au bout d'un e dem i-heure, on me
v ira it en disant: “ c'est pas une biblio thèq ue
ici !” A u jo u rd 'h u i, plus de problèm es ! Avec
R ockstyle, je suis com blée. On nous offre
M a rillio n , Iron M aiden, M agm a (!), Galaad
( !! !) ...m ais s u rto u t...D e c’Ange et la toujours
superbe rubrique de C hristian Décam ps. A
la rédaction, 1 .0 0 0 m ercis !”
Isabelle Chanty, H om b ourg-H au t (5 7 )
STR IC TEM EN T
INCOGNITO
"Féru de rock m élodique, je suis avec beau­
coup d 'in té rê t vos pérégrinations depuis
leurs débuts. Une m e ntion pa rticu liè re pour
la rigueur et le professionnalism e de l’é q ui­
pe. Un reproche tou tefo is. C om m ent dian tre
se fa it-il que mon m agazine préféré n’a it pas
chroniqué les nouveaux Noa et S trictly
Incognito ?
S trictly Incognito ? Derrière ce patronym e
un brin é n ig m atiq ue, se cache l'un des
m usiciens les plus fin s de sa génération :
Tony Banks. Le personnage n'est guère
m é diatique, je vous l’accorde. M ais fa lla it-il
pour au tant passer sous silence son dernier
opus ? Flanqué de Jack Hues (ancien leader
d'un e form atio n obscure des années 8 0 ,
W ang C hung : le h it “ Dance ail days” , vous
vous souvenez ?), le clavier de Genesis
délivre une oeuvre dé lica te et soignée do nt
le p o in t d ’orgue dem eure sans conteste
l’ h a llu cin a n t “An island in the darkness",
une longue et savante pièce dans la pure
tra d itio n genesisienne. A découvrir d ’urgen­
ce. Noa ? Une prestatio n télévisée re m ar­
quée (et rem arquable) chez ce balourd de
Nagui dé but ju in . La belle a plus d 'u n a to ut
dans son jeu. Une voix exceptionnelle, une
grâce irrésistible et une étonnante fa c ilité à
m élanger rythm es orie ntau x et occidentaux,
classiques et m odernes. Bref, une grande
fille nature, consciente d'écrire une des plus
belles pages de la w o rld -m u sic (cf. son
deuxièm e album "C a llin g "). A m oins q u ’ il ne
s’agisse d ’un nouveau genre : le jazz-rock
israé lien.”
Gilles Carrière, Q u im per (2 9 )
courrier des lecteurs
ROCKSTYLE
et VOUS...
Afin de mieux vous connaître, nous vous proposons ci-dessous un questionnaire qui nous permettra
de recentrer vos goûts et attentes. Surtout, n’hésitez pas à nous renvoyer cette page (en la décou­
pant, photocopiant ou recopiant à l'adresse suivante : “ Rockstyle” - 2 Allée des Glaïeuls -25000
Besançon.
-
VOUS - Jouez-vous d’un instrument ?
(Si oui, lequel ?)
Quel âge avez-vous ?
...........ans
Sexe :
Jouez-vous dans un groupe ? Si
oui, lequel ?
□ Homme
□ Femme
- Le sommaire du numéro
- Une interview ou article en
particulier
- Les cadeaux
- Le dossier
- Les pages de chroniques CD
- Le ton général du magazine
- Le prix
Réponses facultatives :
Où habitez-vous ?
□ Paris/région parisienne
□ Province (précisez la ville et le
départem ent)
Quel est votre métier ?
Quels sont vos centres d’inté­
rêts mis à part la lecture de
Rockstyle ?
□ Sport (précisez) :
□ Cinéma (précisez les styles) :
- Nom : ...........................
- Prénom : .....................
- Adresse : .....................
Combien de disques achetezvous par mois ?
Situation familiale :
Combien de personnes lisent
Rockstyle dans votre entourage?
□
□
□
□
□
Célibataire
Marié(e)
Divorcé(e)
Veuf(ve)
Ca dépend des jours
Lisez-vous d'autres magazines
rock à part Rockstyle ? Si oui,
lesquels ?
Libéré des obligations
militaires :
□ Oui
Non
□
Avez-vous le permis ?
□ Oui
Non
□
□ Livres (précisez les styles) :
...............................................
□ Vidéo (précisez les styles) :
- VOTRE POINT DE VUE SUR
ROCKSTYLE -
........................................................... ......Qu’est-ce qui vous incite à ache□ Inform atique (précisez) :
te r Rockstyle (classez dans
........................................................... ......l’ordre d’im portance) :
........................................................... ......- L’artiste en couverture
Quels artistes aimeriez-vous voir
interviewés ou voir consacrés
un article dans les prochains
numéros de Rockstyle ?
Le prochain
numéro
de
paraîtra
le 15
décembre
HI T STYL E !
TOUS LES DEUX MOIS, VOTEZ POUR VOS ALBUMS PR EFER ES (NOUVEAUTES)
Pour ce premier Hit Style, la Rédaction a choisi ses 30 albums du moment.
A vous de jouer maintenant en remplissant le bulletin ci-dessous
et en le renvoyant avant le 15 novembre
(-)
Signify
11
(-)
P O R C U P IN E T R E E
(-)
Delerium-Tripsichord
La Tentation du Bonheur
(-)
Tristar-Sony
Nine O bjects Of Desire
(-)
12
(-)
13
(-)
14
(-)
ALAN PARSONS
R.E.M.
CNR
WEA
Voyager
23
(-)
Puressence
Test For Echo
RUSH
24
(-)
East/West
W recking Bail
P U R ES S EN C E
EMMLYOU HARRIS
Island
CNR-Arcade
O vernight Sensations
15
(-)
C arnival Of Soûls
MSI
Universal
Pride
16
(-)
MSI
Eternity
17
(-)
Broken Arrow
NEIL YOUNG
Reprise-WEA
18
(-)
Like Gods Of The Sun
(-)
Média 7
Inspiration
D IVERS ARTISTES
Magna Carta-Roadrunner
Freedom Call
Polydor
26
(-)
Epic-Sony
27
(-)
20
(-)
C lassic Songs
JUSTIN HAYWARD
Sergent Major/WMD
28
(-)
Behind
SU PER IO R
CNR
29
(-)
YNGW IE MALMSTEEN
Média 7
Keys To Ascension
Sex Am erica
CHEAP TRICK
MY DYING BRIDE
19
M r Eddy
EDDY MITCHELL
Média 7
OMD
W orking Man
(-)
ANATHEMA
Virgin
Instantanés
25
ARENA
Polydor
(-)
New Adventures In Hi-Fi
EMI
PAUL PERSO N N E
(-)
(-)
RICK WRIGHT
THE WISHING T R EE
(-)
Columbia-Sony
22
WEA
Média 7
(-)
On Air
U nplugged
ALICE IN CHAINS
MIKE OLDFIELD
MOTÔRHEAD
(-)
(-)
Roadrunner
SUZANNE VEGA
(-)
21
T YPE O NEGATIVE
HUBERT-FELIX THIEFAINE
Polydor
Broken China
O ctober Rust
Load
METALLICA
Mercury
30
(-)
Fossil Fuel - The Singles
ANGRA
YES
XTC
CNR
Castle/50:50/WMD
Virgin
HIT STYLE
Remplissez ce bon lisiblement et envoyez-le avant le 15 novembre 9 6 à l’adresse suivante
“Rockstyle (Hit Style)” - 2 Allée des Glaïeuls - 2 5 0 0 0 Besançon
Mes 5 albums préférés du moment, dans l’ordre de préférence :
1/
2/
3/
4/
5/
Titre
Titre
Titre
Titre
Titre
Nom
Adresse
:........................................................................... Artiste
:........................................................................... Artiste
:........................................................................... Artiste
:........................................................................... Artiste
:........................................................................... Artiste
.Label
.Label
.Label
.Label
.Label
.Prénom :......................................................................... Age
se d o it d'être séduite) se sera rendu com pte
que m algré des m usiciens qui assurent plus
que dign em e nt leurs parties, un cha nteu r
qui perd son tim b re au bout de trois m or­
ceaux risque de perdre une grande partie de
sa c ré d ib ilité . Q uant aux Presdidents Of The
USA, se targuer de jo u e r une basse 2 cordes
et une guitare 3 cordes, c ’est très bien dès
que l'on peut se cacher derrière des moyens
énorm es q u 'u n stud io m oderne m et à sa
dispo sition. M ais sur scène, p o in t d'overdubs ni de trich erie, et les Présidents ont
dém ontré q u ’ ils n'avaient rien à faire (sur la
scène A) de m ieux que se m oquer de leur
p u blic en se ca ch a n t (là-aussi) derrière une
a ttitu d e désinvolte à l'h u m o u r sans intérêt.
EUROCKEENNES
Belfort
5, 6, 7 Juillet 96
nous aura fallu du temps pour
décrotter nos souliers, et c’est la
casquette à peine moins dégou­
linante que nous prenons notre plume
à deux mains pour essayer de résumer
3 journées et 3 nuits apocalyptiques
que 90.000 "mudstockers” version 96
n ’auront pas hésité à comparer à une
version post industrielle d ’une peplumesque re-lecture de l’Apocalypse
selon
St-Marc
(m énage).
21 heures, scène A : après (et pendant !) le
dé lu ge, l'o u ra g a n I S é p u ltu ra en tre en
scène ! Un dernier bisou à sa fem m e et à
son fils , restés backstage, et un Max
Cavalera sûr de lui entraina un groupe en
pleine form e devant une riba m be lle de che­
velus non m oins déchaînés venus voir l'une
des têtes d ’affiche du w eek-end. Et loin
d ’être essoufflés par ta n t d'années à trim ­
baller leurs tatouages sur toutes les scènes
du m onde, les Sépultura o n t époustouflé par
une dé m onstration de puissance maîtrisée,
de profession nalism e , et d 'u n charism e
infernal. Certes, ils o n t bien joué, et un set
presque p a rfa it (m ais on leur pardonnera ce
pe tit accroc pendant "P olicia” ) aura réussi à
c on vertir les derniers indécis qu ant à une
m a tu rité et un succès bien m érité. Pour te r­
m ine r une prem ière journée bien rem plie,
les Red H ot C hili Peppers o ffrire n t un show
bien m édiocre à une foule en délire qui
n’ava it pas besoin d'être conquise. Les Red
H ot s'in sta lle ra ie n t-ils dans un con fort pépère ? Fatigue ? Lassitude ? Problèmes de
santé ? Enfin, c ’é ta it une belle répétition à
la dém esure de ce groupe au top. Q u’y a-til après ? La chu te ? Si oui, alors elle a déjà
com m encé...
S’ensuit
l’agenda tryptique d ’un trip pourtant
préparé.
VENDREDI : Jour du poisson. Et ce n’est
pas la proxim ité du lac de M alsaucy qui
nous c o n tre d ira . S u rto u t q u ’ une pêche
m ira c u le u s e aura fa it le b o n h e u r de
quelques archéologues une fois les derniers
festivaliers partis.
M ais venons-en au fa it. Sous une pluie b a t­
tan te, alors que m o u lt festiva lie rs essayaient
désespérém ent d'e n tre r sur le site, r e t e n ­
tissa ie n t déjà les prem ières notes du groupe
be lforta in Skwatt qui ava it la dure tâche
d ’o u v rir la 7èm e édition des Eurockéennes.
Pari largem ent a tte in t vues les con ditions
épouvantables. Loudblast profita d'une trop
courte accalm ie pour déverser son flo t de
m étal en fusion devant un p u b lic conquis
d'avance. Nous devons évoquer m a intenant
(é thique o b lig e ...) et sans plus attendre l'as­
pect décevant (quel doux euphém ism e !)
d'un e journée do nt le dé part fu lg u ra n t aurait
p o u rta n t bien dû nous m ettre la puce à
l’oreille. Peut-être le retour de la pluie a-t-il
eu quelques conséquences néfastes, mais
ne tergiversons pas in u tile m e n t et ne leur
trouvons pas de fausses excuses : Oneyed
Jack, S ilm arils et Présidents Of The USA
fu re n t loin, très loin d 'o ffrir une prestation
digne de leur nouveau succès.
Les prem iers, dissim ulés derrière un m u r de
sons technologiques o n t encore beaucoup
de chem in à faire pour m a îtriser leur son et
leur style sur une aussi grande scène (trop
grande ?). S ilm a rils aura peut-être trom pé
son m onde m ais une m in o rité (qui elle aussi
SAMEDI : A peine sêchés, nous repartim es
pour de nouvelles aventures. Plus calm es.
A u jo u rd 'h u i, place à la pop ! Red Cardell,
les ro utards bretons, o n t com m encé à
en flam m e r les ardeurs celtes de leur pu blic
qu 'u n Miossec cynique, breton lui aussi,
aura vite fa it de calm er. M ais les uns
com m e l'autre, m algré un ta le n t évident,
sont beaucoup plus convaincants quand ils
oeuvrent dans la cha le ur de salles plus in ti­
m istes. Et la journée su ivit son cours, pas­
sant d'un Beck ironique, dé routant dandy
(m ais qui a un p u b lic , si s i...) à un U ltra
Orange à la prestation honnête et fid è le à un
CD honnête, suivi (ou précéd, je ne sais
plus) d'un Ash à peine pubère (dans tous
les sens du term e, physique, m usical e t j ’en
passe...) et voilà que se pointe une Patti
S m ith
m e rv e ille u s e ,
euh
non
V ERM EILIeuse, si j'ose dire. Prétentieuse,
pédante, m êm e pas précieuse, mais d o n t on
oubliera très vite la prestatio n dès q u ’ un Lou
Reed sub lim é subjugua son monde par un
con cert carré, rondem ent mené, peut-être
pas extraordinaire m a is net et très pro. Et
l'h o m m e nous g ra tifia m êm e de quelques
sourires !
Ah ! N ick Cave ! Que dire ? La consécration
de l'A u stralien ténébreux ? La surprise de
vo ir les “ M urders bal lads” ré-arrangées pour
un live m ystique im pression nant ? Le bo n­
heur de voir PJ H arvey débarquer pour un
duo ro m antiq ue ? C’é ta it beau, to u t s im p le ­
m ent. M êm e la panne de courant au beau
m ilieu n'a pas s u ffit à effacer l’angélique
bonheur que l'on p o u va it lire sur tous les
visages. Et m êm e si certains se ga rgari­
saient devant ce grand sapin de N ick Cave,
qui gravissait pé n ib le m e n t l'uniqu e m arche
de la tro p grande scène A, d'au tres plus
sages se d irig a ie n t ge ntille m e n t vers la
scène couverte où a lla it se dérouler l’un des
gigs de loin le plus intéressant de ce sam e­
di ôh com bien sop orifiqu e. M in istry nous
éclaboussa de sa classe et de ses bouteilles
d'eau te lle m e n t c 'é ta it intense. Une presta­
tion m onstrueuse avec un son p a rfa it pour
une m a chine qui n 'a va it rien à faire parm i
tous ces «poppies».
DIM AN C H E : tro isiè m e et dernier jo u r du
festival et la pluie , le froid et la fatigue
accum ulée achevaient leur travail de sappe.
Tout -un-chacun, su r scène ou dans le
p u b lic tra h issa it cette m orosité am biante .
GINGKO, jeune groupe fra nc-co m tois pro­
m etteur, eut le courage d 'a ffro n te r une
m aigre foule, le plus gros de la troupe ayant
déclaré fo rfa it. Pas de m auvaise surprise
pour D om inique A, sim p le et intègre com m e
à son habitude , S kunk Anansie déchaîné et
bondissant, nous en tra în a n t inexorablem ent
vers un Dog Eats Dog que to u t le m onde
atte n d a it au to u rn a n t et qui en s u rp rit plus
d'un , puis fin a le m e n t te rm a in a n t cette h u i­
tiè m e é d itio n par un B ow ie m a g istra l,
offrant un show m a gnifiqu e à un parterre de
fans pataugeant ga ie m en t dans 4 0 cm de
terre liquide.
Xavier Fantoli et Yves Balandret
ILLLULLÙ-ü; LlId
Une commémoration franchement réussie.
On se régale à redécouvrir ces vieilles rengaines
électriques sous leur nouveau verni."
Best
“la liste des participants laisse rêveur.
Cesformations d'unjour ne regroupent que des fans
de la bande à Lee, Lifeson et Peart et cela s'entend !"
Hard Rock Magazine
Steve Morse Billy Sheehan Cairo Eric Martin James LaBrie Mike Portnoy John Petrucci Jack E. Lee
Stuart Hamm Fates Warning Devin Townsend James Murphy Sébastian Bach (Jlenn Hughes John Wetton
Roy Harper Magellan Shadow (jallery - Keith Emerson Steve Howe Annie Haslam Lemur Voice et bien d’autres,
T fje rc o o o a e w s i T t o
Divine surprise. Ce tribute touche
d'emblée au sublime.”
Best
"l e remake américain
du classique flo(jdien.''
'Un tribute équilibré qui comblera
les fans de Peter (jabriel
et ceux de Phil Collins."
OÆ.DRUNNE
RECORDS
b
Une fois de plus, Motôrhead vient de prouver qu’il ne sera jamais un groupe de tarlouzes! Plutôt être tué par la mort»
Philippe Lageat, Hard Rock Magazine, octobre 1996
N o u v e l a lb u m - D is p o n ib le chez votre d isquaire
Recevez une cassette hors commerce avec un exilait de «Overnight Sensation» en renvoyant ce coupon ainsi qu’une enveloppe timbrée à 4.50FF à:
Média 7 Hard Stuff Division - 15, rue des Goulvents - 92000 Nanterre
x
Fax: 01 47 25 00 99 - e-mail: [email protected]