L`hommage au Britannic - Association Française du TITANIC

Commentaires

Transcription

L`hommage au Britannic - Association Française du TITANIC
© Réalisation Dimitri Berland
L’hommage au Britannic
de Dimitri Lointhier
T
out le monde entend parler des maquettistes du
Titanic, paquebot légendaire, devenu un des plus
reproduits en modèle réduit pour les
passionnés de modélisme. Cependant
qui a pensé au Britannic, dernier paquebot jumeaux de la classe Olympic
qui n’a jamais retenu l’intention des
maquettistes du fait de son « peu célèbre » naufrage en mer Egée ? Par
de nombreux faits historiques et surtout psychologiques tel que l’atrocité
de cette guerre qui a remis en cause
les progrès de la technologie, le Britannic a longtemps été oublié pour
son histoire trop peu fascinante mais
surtout cachée par la Royal Navy.
Rappelons que le RMS Britannic,
réquisitionné après son lancement en
février 1914 par l’Amirauté est devenu un navire-hôpital peu après le
début de la guerre.
L’entrée de première classe
au pont E du Britannic.
Par Aurélie Saboureau
À l’instar que ses rivaux de la Cunard Line tels que le Mauretania puis
de l’Aquitania, le HMHS Britannic a
parcouru la Méditerranée pour transporter des soldats britanniques blessés pendant la campagne de Gallipoli.
Un modéliste brillant et talentueux
qui consacre beaucoup de temps à sa
passion a décidé après une tentative
d’énième maquette du Titanic de réaliser une maquette inédite du RMS
Britannic tel que ce paquebot devait
apparaître dans sa « vie » commerciale. Dimitri Berland Lointhier après
avoir réfléchi à ce projet a décidé qu’il
serait intéressant de construire une
maquette du HMHS Britannic pour
rendre hommage à ce paquebot qui
fêtera ses 100 ans en novembre 2016.
L’épave de ce mastodonte repose désormais au fond de la Méditerranée
et est protégée par son propriétaire,
Simon Mills et les autorités grecques.
L’initiative de Dimitri est d’autant
plus un défi puisque qu’aucune réelle
représentation du RMS Britannic de
l’intérieur n’a jamais été faite et que
seuls des croquis et aquarelles ont
été produits pour montrer l’éclat et
la splendeur du décor prévu par les
concepteurs du dernier des géants
des mers. La maquette longue d’environ 7 mètres et large de 0,80 mètres approximativement offrira aux
passionnés et aux curieux une vue
des deux côtés du HMHS Britannic.
La maquette composée de bois divers dont du samba, du balsa et du
bouleau donne une image inédite du
Britannic en paquebot (RMS) et non
en navire-hôpital (HHMS). Pourquoi
un tel choix après avoir redéfinir son
projet de maquette d’un des navire de
la classe Olympic ? Dimitri répond
aux questions sur lesquelles beaucoup pourraient s’interroger.
Latitude 41 revue de l’Association Française du Titanic | Mars 2013 |
33
© Réalisation Dimitri Berland
Rencontre avec Dimitri Lointhier
Par Aurélie Saboureau
Comment est venu cette idée
de maquette du
RMS Britannic ?
La base du projet était de réaliser
l’Olympic ou le Titanic. (Mon précédent projet était sur le Titanic, une
maquette de 3 mètres de long malheureusement détruit à cause d’un manque de solidité - il était fait principalement de carton). Donc je me suis
dit « pourquoi pas recommencer en
une matière plus solide : le bois ».
Le projet a été lancé le 26.12.2009.
Un an après, j’ai pris une nouvelle
décision : le Titanic tout le monde le
connait, puis il y a eu le film de James
Cameron et le centenaire approchait.
J’ai fait une pause de quelques mois
sur le projet et je suis tombé sur les
plans du Britannic. Là, j’ai lancé des
34 |
recherches et je me suis lancé ce défi :
construire le RMS Britannic en navire commercial. Et je cherchais aussi à
créer un projet « jamais vu ». En mai
2011, le « RMS Britannic Project »
est né.
De quelle manière t’es-tu
organisé pour trouver autant
de sources sur les plans et les
nombreux décors prévus pour
ce paquebot ?
Les plans via internet et des
contacts. J’ai acheté des livres sur le
navire, pour les décors je m’inspire
de l’Olympic durant les années 20.
Les textures et décors ce sont des
contacts Facebook qui m’ont envoyé
une copie de texture. Ils sont cités sur
la page officielle Facebook du projet.
J’ai peu de documents sur le Britannic
mais vu qu’il était jumeau au Titanic
malgré ses différences, je m’inspire
aussi du Titanic.
En réalisant tout ce travail de
recherches, as-tu appris de
nouvelles choses, et as-tu appris à aimer ce paquebot que
peu de monde connaît ?
Une majeure partie de ces différences prévues par rapport au Titanic. Le
Titanic était luxueux, grand, rapide et
somptueux mais le Britannic devait
le dépasser sur ces points. J’essaye
d’imaginer la splendeur du navire.
J’espère rendre ma vision du navire
via ce projet.
Quelles sont les choses qui
t’ont le plus étonné et impressionné sur le RMS Britannic ?
Son histoire, son naufrage. Quand
j’ai vu le téléfilm (2000) c’était la
première fois que je voyais le Britannic. Malgré les effets spéciaux très
limités, je suis resté bouche bée en
voyant ce géant des mers disparaître
en quelques minutes.
En réalisant un travail de reconstruction fidèle du décor, quels
sont les difficultés que tu as
rencontrées et celles que tu rencontres encore quotidiennement
pour reconstituer le Britannic ?
La majeure difficulté est de
« créer » son décor car il existe peu
de document concernant le RMS Britannic version commerce.
Tu avais précédemment le projet
de réaliser la maquette du Titanic, quels sont les importantes
différences que tu notes avec le
RMS Britannic ?
Les premières classes : l’orgue face
au célèbre Grand Escalier et un second ascenseur à l’arrière du navire.
Les secondes classes : un gymnase.
Les troisièmes classes : le pont couvert et le fumoir qui passe au niveau
supérieur. Le RMS Britannic devait
être magnifique à voir, je pense.
Si le projet se termine pour 2016,
oui, je pense faire une exposition.
Dans tout les cas, une exposition
sera prévue à la fin du projet, mais le
projet ne sera pas à vendre. J’espère
faire une grande exposition et d’aller
présenter mon projet en dehors de la
France…
Avec cette maquette, ton projet
est de rendre hommage au Britannic et à son naufrage, compte-tu organiser une exposition
pour la commémoration de son
centenaire ?
- Le fumoir de
seconde classe.
Ci-dessus
Ci-contre -
Le gymnase de
première classe.
Page précédente © Réalisation Dimitri Berland
La salle d’écriture de
première classe - L’arche
(Alcove) est purement imaginative car je voulais la
garder en souvenir de celle
du Titanic, et aussi de faire
un espace tranquille pour
les dames.
Latitude 41 revue de l’Association Française du Titanic | Mars 2013 |
35

Documents pareils