art fotocamere FR

Commentaires

Transcription

art fotocamere FR
2
Canon
les appareils photographique
et LEs objectis interchangeables
par
Roberto Bonin
L
’été approche, les journées s’allongent, les conditions météo deviennent de
plus en plus favorables, et vous êtes prêts pour des vacances bien méritées.
Qu’il s’agisse d’un week-end ou d’une période plus longue, il y a une chose
qui ne peut pas manquer parmi les différents accessoires que vous emporterez avec
vous : un appareil, pour prendre des photographies.
En débit du renouvellement perpétuel des nouveaux outils et nouvelles technologies permettant d’immortaliser vos souvenirs, la photographie est, et restera encore
longtemps, la méthode la plus répandue, celle à laquelle nous sommes le plus attachés, et aussi la plus directe, puisqu’il suffit en effet de regarder une image pour
susciter l’émotion et faire revenir à l’esprit le souvenir d’un événement particulier.
Comme ça, en un instant.
Si vous voulez cette année prendre des photographies de qualité supérieure à celles
que vous pouvez faire avec votre smartphone, ou bien si vous souhaitez simplement
changer d’appareil photo pour un modèle plus moderne, ou encore si vous désirez
compléter votre reflex avec un nouvel objectif, nous avons ici une liste de nouveautés
et de produits reconnus, mais pour autant toujours d’actualité, qui pourront certainement étancher votre soif de photographie.
Prêts ? Alors c’est parti pour un voyage au cœur des produits photographiques les plus
intéressants du marché, présentés par ordre rigoureusement alphabétique.
Cette année, le géant japonais de la photographie a présenté trois appareils photo,
tous trois des reflex ; la longue tradition de
la marque dans le domaine des reflex a par
ailleurs freiné à la longue le développement
d’une hypothétique gamme hybride (mirrorless), pour des
questions de concurrence interne. Non pas que Canon ne s’y
soit pas essayé, il existe de fait la gamme d’hybrides, EOS M,
précisément, mais il s’agit encore aujourd’hui d’un produit extrêmement marginal avec des prestations inférieures à celles
offertes par les célèbres reflex, avec peu d’objectifs dédiés.
Les trois modèles présentés sont l’EOS 1300D, le EOS 80D et le
EOS 1D X Mark II, qui se situent dans trois secteurs de marché extrêmement différents.
L’EOS 1300D est un produit entrée de gamme, conçu pour les photographes les plus désireux de partager leurs photos sur les réseaux sociaux : le capteur APS-C de 18 Mégapixels, le processeur Digic 4+, le
système AF à 9 collimateurs, et les fonctions de capture vidéo Full HD sont complétées par une connectivité Wi-Fi avec technologie NFC directement intégrés dans l’appareil.
A un niveau un peu supérieur, on trouve le Canon EOS 80D, un appareil de milieu de gamme équipé du
nouveau capteur APS-C de 24 mégapixels avec la technologie Dual Pixel CMOS AF pour une mise au point
rapide et précise, même en mode Live View. L’autofocus est équipé de 45 collimateurs, tous croisés, tandis
que le fonctionnement de l’appareil repose sur le processeur Digic 6, qui permet également de prendre
des vidéos en Full HD. Le partage des photographies et vidéos est possible grâce au Wi-Fi, avec la technologie NFC intégrée.
Enfin, l’EOS 1D X Mark II, le modèle de pointe de la gamme Canon, capable de réunir en un seul appareil
un instrument pour les prises de vue en studio grâce au capteur Full Frame, un pour la photographie sportive grâce à l’autofocus à 61 collimateurs, et un pour tourner des vidéos de qualité avec une résolution de
4K. Tout ceci, bien entendu, à un prix qui s’approche de celui d’un utilitaire en promotion…
Issus de la gamme présentée l’an dernier, on trouve l’EOS 750D et le 760D, qui se positionnent entre
l’entrée de gamme 1300D et le 80D, un peu plus évolué. Le premier est pensé pour les photographes en
herbe, tandis que le deuxième attire pour sa part l’œil du photographe averti, avec son écran de contrôle
sur le capot, le Quick Control Dial au dos, et quelques améliorations concernant le domaine de la vidéo.
Un seul objectif a été présenté en ce début d’année 2016, le Canon EF-S 18-135mm F3.5-5.6 IS USM, et
trois autres sont sortis en 2015, les Canon EF 35mm F1.4L II USM, EF 11-24mm F4L USM et EF 50mm f/1.8
STM, mais l’arsenal d’objectifs proposés par le fabricant japonais est tellement large qu’il ne devrait y avoir
que l’embarras du choix au moment de passer commande.
3
4
Fujifilm
Après une brève période d’absence sur
la scène en question, suite à la sortie
de la collection de réflex élaborés à
partir d’une base Nikon, parmi lesquels
la regrettée S5 Pro, Fujifilm a repris la
fabrication d’appareils photographiques et d’objectifs
interchangeables lors de l’apparition du marché des
hybrides. La technologie et le style rétro, bien dosés, ont permis au fabricant japonais de rapidement
conquérir des parts de marché bien qu’il s’agisse du
lancement d’un nouveau système, ce qui implique un
faible choix d’accessoires, en particulier d’objectifs, pendant un laps de temps plus ou moins important en fonction des investissements.
La fabrication actuelle concerne une gamme de produits qui se réfèrent au design des appareils
photo à mise au point télémétrique, et une autre qui de son côté, a un style dans la lignée des
reflex d’avant les années 80 ; toutes deux sont basées sur des appareils avec capteurs exclusivement APS.
Le point fort de Fujifilm réside dans les technologies dont il est propriétaire et qui sont liées à la
couleur. Des technologies mûries à partir de son expérience dans le domaine de l’analogique, pour
le concurrent historique de Kodak. Fujifilm a en particulier développé un capteur appelé X-Trans
CMOS qui, grâce à une disposition particulière des filtres couleurs sur les photodiodes, est capable
de se passer du filtre anti-aliasing, en augmentant de manière remarquable la netteté des images.
En 2016, Fujifilm a présenté son nouveau produit-phare, le X-Pro2, qui se caractérise par un capteur
X-Trans CMOS III et par un viseur hybride optique/électronique, une technologie de pointe développée par Fujifilm pour faire fusionner une visée optique de type Galilée et une visée électronique capable de superposer des données utiles au photographe. Le système AF à 273 collimateurs
(77 points AF), la construction tropicalisée et la connectivité Wi-Fi contribuent à faire de cet appareil photographique professionnel un produit extrêmement complet.
Avec le X-Pro2, Fujifilm a présenté également l’appareil photographique entrée de gamme X-E2S,
caractérisé par un capteur X-Trans CMOS II et une visée entièrement électronique avec écran OLED
de 2.36 millions de pixels. Parmi les spécificités du modèle, on compte l’obturateur électronique
de 1/32 000s, la rafale de 7 fps, et la possibilité d’enregistrer des vidéos en Full HD.
La nécessité de créer une gamme complète d’objectifs a poussé Fujifilm a présenter de nombreux
modèles au cours des dernières années ; en 2015 sont en particulier sortis le Fujifilm XF 16-55mm
F2.8 R LM WR, le Fujifilm XC 16-50mm F3.5-5.6 OIS II, le Fujifilm XF 16mm F1.4 R WR, le Fujifilm
XF 90mm F2 R LM WR, le Fujifilm
XF 35mm F2 R WR et le Fujifilm
XF 100-400mm F4.5-5.6 R LM OIS
WR, qui viennent compléter le
choix déjà large d’objectifs fixes
et de zoom à baïonnette X.
Nikon
Tout comme Canon, Nikon n’a pas investi dans des appareils hybrides qui auraient pu faire concurrence à ses propres réflexes, mais il a malgré tout créé la gamme d’appareils photographiques
Nikon 1, justement mirrorless, qui se caractérise par un capteur aux dimensions inférieures à
celles de celui qui est présent sur les reflex APS, mais supérieures à celle d’une bonne part des
compacts.
Le Nikon 1 le plus récent date de 2015, année de présentation du J5, un appareil photographique qui a, entre autres avantages, celui de ses dimensions, mais qui souffre encore du caractère limité de la gamme des
optiques.
Au contraire, en ce qui concerne les reflex, Nikon a littéralement bouleversé le marché avec la paire D5 – D500.
Le premier est un Full Frame (format FX dans la nomenclature Nikon), qui, sous bien des aspects, peut être
considéré comme le plus évolué qui soit fabriqué actuellement ; le second est un APS (format DX pour la nomenclature Nikon), qui reprend de nombreuses caractéristiques du produit phare et renoue avec la gloire du
D300/D300S, un modèle capable, encore aujourd’hui, de fournir des prestations optimales plus de six ans après
sa présentation. Tous deux arborent une résolution de 21 Mégapixels, et possèdent le même module AF à 153
points, qui, sur le D500, a une meilleure couverture de la visée, de même qu’un exposimètre RGB identique
et le même processeur Expeed 5. En fait, même si vous n’avez pas le budget pour acheter un D5, ou l’envie
d’emporter un appareil sans aucun doute encombrant, avec le D500, vous pouvez obtenir une bonne part des
fonctionnalités les plus évolues du produit phare (et donc d’un des modèles les plus aboutis du marché), condensés dans un boîtier plus compact, léger, et avec un prix sensiblement plus abordable.
La gamme Nikon comporte également trois modèles avec des capteurs FX : D610, D750 et D810, ainsi que trois
autres modèles DX, c’est-à-dire les D3300, D5500 et D7200, de
manière à vraiment permettre à tous les photographes de choisir
l’appareil photographique le plus adapté à ses exigences.
Nikon n’a pas présenté de nouveaux objectifs en 2016, si l’on
exclut les deux nouveaux objectifs kit 18-55mm avec et sans stabilisateurs motorisés avec la nouvelle technologie Nikon AF-P, mais
en 2015 il y en avait eu neuf, parmi lesquels des téléobjectifs variés, mais aussi un zoom classique comme le Nikon AF-S Nikkor
24-70mm F2.8E ED VR. Nous nous trouvons quoi qu’il en soit en
présence d’un éventail de possibilités en matière d’objectifs encore
plus large, grâce à la traditionnelle rétrocompatibilité de Nikon qui
permet, encore aujourd’hui, de monter sur les modèles professionnels des objectifs apparus alors que l’autofocus n’existait pas encore, mais qui n’en sont pas moins intéressants sur le plan optique.
5
6
Olympus
Olympus a été pionnier dans le domaine des appareils photographiques
hybrides, en ayant cru dès le début en l’opportunité que représentait un produit compact et léger, tout en ayant une qualité élevée en matière d’image.
Ici aussi, nous trouvons deux gammes de produits, l’une appelée PEN et
fondée sur la filiation avec les appareils photographiques moyen format à
pellicule Olympus Pen, et l’autre appelée OM-D et développée sur les cendres du système, apprécié, Olympus OM.
Après des années de pause forcée pour le développement du PEN, 2016 a finalement vu apparaitre un nouveau modèle encore plus directement issu de la tradition, et pour autant doté de
toutes les dernières technologies développées par Olympus. Le PEN-F, c’est son nom, est équipé
d’un capteur Live MOS de 20 Mégapixels avec stabilisation 5 axes et un viseur électronique
intégré, ce qui constitue une véritable nouveauté pour les PEN, constitué d’un écran OLED de
2.36 millions de pixels.
Le dernier OM-D date pour sa part de 2015, quand ont été présentés en fait deux modèles,
l’entrée de gamme OM-D E-M10, et le produit pour photographes passionnés OM-D E-M5 Mark
II, une évolution du premier modèle, original, OM-D. Cet appareil accompagne l’OM-D E-M1,
produit-phare de l’entreprise Olympus, caractérisé par une série de fonctionnalités indispensables pour la photographie en studio comme la prise de vue à distance, reliée à un ordinateur, de
manière à visualiser sur un grand écran les clichés, dès qu’ils sont réalisés.
Fort de ses années d’expérience, et de la collaboration des fabricants qui font partie du consortium Micro QuattroTerzi, unique sur tous les Panasonic, Olympus peut compter sur sa large gamme d’objectifs disponibles pour appareils photographiques hybrides. Par conséquent, la fabrication des nouveaux modèles peut se poursuivre un rythme moins soutenu, par rapport à celui de
la concurrence plus nouvelle. En 2016, ont été
présentés l’Olympus M.Zuiko Digital 300mm
F4 IS Pro, et en 2015 les Olympus M.Zuiko Digital ED 7-14mm F2.8 PRO, M.Zuiko Digital ED
8mm F1.8 Fisheye PRO et M.Zuiko Digital ED
14-150mm F4-5.6 II.
Panasonic
Panasonic est avec Olympus le principal
membre du consortium Micro QuattroTerzi, et possède une solide gamme de
produits qui se différencient de ceux
d’Olympus principalement par la cible à
laquelle ils s’adressent. Si Olympus, fort
de son histoire, regarde surtout du côté des photographes,
Panasonic met à disposition son savoir-faire technologique en direction de ceux qui sont passionnés non seulement par la photographie, mais aussi par la vidéo.
Enregistrement en 4K, édition sur l’appareil, accessoires professionnels pour le tournage de vidéos ne sont
que quelques-unes de caractéristiques qui font de Panasonic un acteur important du marché.
Le dernier né est le GX80, un modèle à mi-chemin entre le GX7 et son remplaçant, le produit-phare GX8
présenté en 2015. Caractérisé par un capteur Live MOS de 16 Mégapixels, il est équipé d’un viseur électronique et d’un stabilisateur sur le capteur qui peut fonctionner avec celui éventuellement présent sur l’objectif,
pour améliorer ultérieurement les prestations. Bien entendu, on retrouve l’enregistrement de vidéo 4K, de
même que le système de mise au point rapide DFD et le Wi-Fi pour la connexion aux appareils mobiles.
Le GF8 fait de son côté partie de la gamme des appareils photographiques Panasonic de petites dimensions,
plus faciles d’utilisation, parfaits pour les photographes à l’expertise moindre et toujours en déplacement. Il
est équipé du capteur Live MOS de 16 Mégapixel ainsi que la capacité à enregistrer des vidéos Full HD, en
plus d’un écran à l’arrière de 3 pouces et 1.04 millions de pixels, qui tourne à 180 degrés pour faciliter la
prise d’autoportraits.
Panasonic a depuis longtemps développé une collaboration avec Leica, à tel point que certains objectifs
fabriqués par le géant japonais, affichent même la marque allemande sur le barillet et en imitent le style.
En 2016, il y a deux objectifs d’annoncés, l’un est un Panasonic Leica DG Vario-Elmar 100-400 mm F4.0-6.3
ASPH Power OIS, un zoom téléobjectif assez polyvalent, et l’autre un zoom standard Panasonic Lumix G Vario
12-60mm F3.5-5.6 ASPH Power OIS. A ceci, s’ajoutent deux objectifs lancés en 2015, les Panasonic Lumix G
Macro 30mm F2.8 ASPH Mega OIS et Lumix G 42.5mm F1.7 ASPH Power OIS.
7
8
Pentax
Pentax a traversé des périodes difficiles par
le passé, mais l’entreprise qui a « inventé »
le reflex moderne, après son achat par Ricoh,
a finalement repris les activités de développement à plein régime, et en quelques
années seulement elle est parvenue à mettre sur le marché non
seulement une gamme de reflex APS, mais aussi un Full Frame
et un moyen format !
La stratégie Pentax, fondée uniquement sur les reflex, la met
en concurrence directe avec les leaders indiscutés du marché,
Canon et Nikon, et, si les parts de marché ne lui permettent pas de les contrarier à court terme, la qualité des
produits de la marque historique devrait alerter les départements R&D des concurrents.
Le dernier-né de l’entreprise Pentax est le K-1, tant attendu, Full frame avec capteur CMOS de 36 Mégapixels,
dépourvu de filtre anti-aliasing, et équipé d’un stabilisateur mécanique 5 axes. La particularité du modèle tient
à la technologie Pixel Shift Resolution qui permet d’éliminer l’effet moiré et d’augmenter la netteté des images.
Le boîtier, tropicalisé, est équipé de boutons rétro-illuminés pour être visibles même dans l’obscurité.
De con côté, le Pentax K-3 II date de 2015 ; c’est un reflex APS avec capteur CMOS de 24 Megapixel équipé de la
même fonction Pixel Shift Resolution. L’évolution du précédent modèle K-3 apporte des améliorations concernant le stabilisateur, de nouveaux algorithmes AF et le GPS.
Le choix d’objectifs est très honorable chez Pentax. L’entreprise japonaise n’a en effet jamais cessé de fabriquer
des objectifs pour appareils Full Frame même lorsqu’elle ne produisait plus d’appareils, donc la personne qui fait
le choix de Pentax ne devrait certainement pas avoir peur de ne pas pouvoir laisser libre cours à sa créativité,
grâce au choix entre les différents modèles, produits par le passé ou plus récents. Et ce n’est pas tout, la rétrocompatibilité de Pentax atteint des sommets vraiment inatteignables pour la concurrence, en permettant de
monter des objectifs à vis sur les appareils photographiques reflex.
Quoi qu’il en soit, Pentax continue d’introduire de nouveaux modèles d’objectifs, et en 2016 il a déjà présenté le
zoom grand angle HD PENTAX-D FA 15-30mm F2.8 ED SDM WR et le zoom standard HD PENTAX-D FA 28-105mm
F3.5-5.6 ED DC WR tandis qu’en 2015 sont sortis le classique HD Pentax D FA 24-70mm F2.8 ED SDM WR et le très
compact Pentax DA 18-50mm F4.5-5.6 DC WR RE pour reflex APS.
Sony
Sony est entré dans le monde de la photographie
à objectifs interchangeables grâce à l’acquisition du
désormais moribond Minolta, trouvant ainsi une
base d’utilisateurs de dimensions réduites, à cause
des dernières années de gestion Minolta, de ses difficultés dans le domaine du numérique, du caractère dépassé de ses
objectifs plus performants arrivés bien après Canon et Nikon, aux moteurs ultrasoniques.
Sony a donc repris les rênes d’une entreprise historique et célèbre pour
la qualité de ses produits, a revisité les projets en cours de développement, améliorant ceux en chantier et donnant naissance à une nouvelle gamme de produits innovants.
La gamme reflex s’est enrichie d’un Full Frame, puis est venu le tour
des hybrides et des SLT, les premiers étant caractérisés par une gamme
large comprenant de nombreux modèles et des prestations élevées,
avec capteur Full Frame, tandis que les seconds étaient encore basés
sur la technologie reflex, où le miroir est par contre fixe et semi-transparent, et la visée sur écran LCD.
Le seul appareil sorti en 2016 est le mirrorless a6300, qui se caractérise
par un capteur APS Exmor CMOS de 24 Mégapixels, doté de 425 points
AF. Conçu pour les photographes les plus exigeants, il est capable de
tourner des vidéos en résolution 4K, et il peut utiliser la rafale à une
cadence de 11 fps.
En 2015, Sony a présenté le SLT a68, un appareil photographique
équipé du système de mise au point Sony 4D FOCUS, capable de travailler jusqu’à -2 EV, grâce à ses 79 collimateurs. L’enregistrement vidéo
est limité au format Full HD, et l’écran arrière n’est que de 2.7 pouces,
pour 460 800 pixels.
Toujours en 2015, sont lancés les deux hybrides professionnels de la
famille des a7 : le a7S et le a7R II. Il s’agit d’appareils photo équipés
de capteurs Full Frame, caractérisés pour le premier par une résolution
de 12 Mégapixels et une optimisation pour le travail dans un cadre
avec sensibilité ISO élevée ; et pour le second par une résolution de
42 Mégapixels de résolution pour enregistrer le plus grand niveau de
détail possible. Tous deux enregistrent les vidéos en 4K,
une caractéristique incontournable pour les appareils photographiques Sony hot de gamme, ce qui a contribué à les
rendre célèbre chez les photographes passionnés.
En ce qui concerne les objectifs, Sony a également noué
une relation de collaboration avec un fabricant allemand,
Zeiss, et bien qu’il ait une large gamme pour la baïonnette
A de ses reflex et SLT, dans le domaine des mirrorless, il a
fallu partir de zéro avec la baïonnette E, et accentuer les efforts quand sont arrivés les mirrorless Full Frame de la série
a7. Les objectifs présentés entre 2015 et 2016 se comptent
au nombre de 11 : une preuve du dynamisme d’un système
vraiment bien articulé.
9