MUSIQUE Alizée - SITE OFFICIEL de MICHEL TARAYRE

Commentaires

Transcription

MUSIQUE Alizée - SITE OFFICIEL de MICHEL TARAYRE
MUSIQUE
Menu références Artistes
Alizée
Christophe Willem
DALIDA
ÉLODIE FRÉGÉ
GREGORY LEMARCHAL
INDOCHINE
MICHEL POLNAREFF
MYLÈNE FARMER
SUPERBUS
VANESSA PARADIS
ZAZIE
AMARAL
BON JOVI
BRITNEY SPEARS
CINDY LAUPERr
DEPECHE MODE
GEORGE MICHAEL
JIMMY SOMERVILLE
JUSTIN TIMBERLAKE
KATE PERRY
KIM WILDE
KYLIE MINOGUE
MADONNA
MARTI PELLOW
MIKA
MONICA NARANJO
PINK
QUEEN
ROBBIE WILLIAMS
Ces fiches sont extraites du site
Alizée
L’ile de Beauté recèle bien des talents dans des domaines très divers : Napoléon, Laétitia Casta mais
aussi Alizée figurent au firmament de ses célébrités connues dans le monde entier. De Paris à Rome en
passant par Tokyo, Alizée, le phénomène musical, nous emporte sur des vents légers et coquins.
Fascinée par la musique, ce petit bout de femme d’à peine seize ans se présente avec envie et volonté au
casting de l’émission "Graines de Star". Plébiscitée par le public (vous connaissez le fameux : Tapez 1 pour
Alizée !), elle est repérée par la muse des gays : Mylèèèèène ! et son producteur/pygmalion Laurent
Boutonnat qui veulent offrir un nouveau souffle à la chanson française et prendre sous leurs ailes une jeune
protégée à produire (et peut-être à façonner....) et qui les inspirera. Ce sera notre jeune corse qui sera
retenue.
A partir de l’été 2000, le duo faiseur de tubes présente au monde une nouvelle icône gay et inonde les
ondes avec le single : "Moi... Lolita", mix de sous-entendus tendancieux (c’est une chanson assez sex
comme Mylène sait en écrire !) et de musique pop entrainante qui nous démange aux pieds et dont la
mélodie reste continuellement en mémoire... Un vrai succès commercial et marketing qui propulse Alizée
sur les devants de la scène et de la renommée.
La folie lolita est née ! Toutes les petites adolescentes ne jurent alors que par les attitudes et le look de la
jeune femme (et même quelques petits garçons aussi...), ses titres s’enchainent et déchaînent les foules.
Son premier album "Gourmandises" (basé sur l’adolescence féminine et la découverte à mots cachés de la
sexualité..) devient très rapidement disque de diamant. Pari réussi pour les "parents" musicaux d’Alizée qui
se frottent les mains d’avoir révélé cette manne d’air et d’argent....
Entre l’étranger qui la réclame (surtout le Japon qui adore ce genre de beauté) et un nouvel album qui sort
en 2003, suivit d’une tournée, Alizée voit s’envoler sa vie sans s’en apercevoir. Elle ne s’appartient plus !
Elle est devenue ce mythe glamour et innocent qui fait ressortir le coté féminin de chacun (même des
mecs, eh oui !! Pour les hétéros ce sera le coté jupe courte à mater et pour les homos le coté coquin des
lolitas à exploiter !).
La téléréalité a ça de bon qu’elle y trouve son compagnon, Jérémie Châtelain sorti tout droit de la Star
Academy avec qui elle va fonder son autre famille, celle pour laquelle elle va se consacrer entièrement
pendant presque trois ans, surtout après la naissance de sa fille Anny-Lee en 2005.
Aujourd'hui ce n’est plus une lolita. C’est une femme, une mère que l’on retrouve détachée de ses ailes
d’adolescente mutine. Elle a abandonné sa pudeur et sa retenue de petite fille sage et ses attaches
farmeresques pour vivre librement une nouvelle vie d’artiste indépendante. Mais sans rancœur ni regret du
passé. L’évolution naturelle de la chrysalide en papillon.
Un album "Psychédélices" sort en novembre 2007, et un premier titre, "Mademoiselle Justine".
Menu
Christophe Willem
A peine sorti vainqueur de l’émission de télé-réalité "La Nouvelle Star", Christophe Willem impose son
style avec son premier album "Inventaire".
Sous cet air nonchalant et discret qu’il se donne couve la folie et l’humour. La création a été de longue
haleine (presque un an, normal pour celui que l’on appelle affectueusement "la Tortue" !) mais au bout quel
résultat !
Une partie des textes écrits par la grande Zazie (quelle chance !) mais aussi par le déjanté et l’extravagant
Philippe Katerine, des mélodies entraînantes et légères dans un style assez disco, mais toujours avec en
fond cette voix hallucinante qui oscille selon le tempo, quand elle part vers les sommets ou quand elle
devient si grave !
Christophe Willem a su imposer des musiques entraînantes qui trottent dans la tête toute la journée et une
fois qu’on les écoute, on ne peut plus s’en passer !! Les deux exemples les plus flagrants : "Double je" en
version disco est assez fabuleux et "Kiss the bride" façon dance est purement excellent !! ( les batteries de
mon ipod sont fatiguées de les faire tourner en boucle !!). Bref tout l’album se mêle de sonorités et de
variations de thèmes contradictoires mais pourtant si harmonieux...
Ce n’est pas ringard, ce n’est pas honteux d’avouer écouter Christophe Willem, c’est juste un très bon
moment de musique (certes ce n’est pas La Callas ni Madonna) recherché, avec de la qualité et du
rythme !! et cette voix !
Il ne faut pas hésiter avant d’acheter cet album, c’est un bon investissement.... et puis Zazie a collaboré
alors allez-y !
Le nouvel opus sorti courant avril 2009, deux ans exactement après la sortie d’ « Inventaire » est plus
electro-pop... ! "Berlin", le premier titre de cet album, a résonné sur les ondes... suivi de « entre nous et le
sol » ravissant les amateurs de cet artiste.
Menu
DALIDA
Voilà aujourd’hui plus de vingt ans que le « pharaon » du disco français s’est éteinte. Vingt ans de remix,
de fièvre, de titres qu’elle nous a légués pour nous souvenir de son œuvre si dense et si intemporelle.
Venue en France à vingt et un ans pour percer dans le milieu du cinéma, miss Egypte 1954 trouvera sa
voix dans la musique. Remodelée par ses pairs, elle deviendra très vite une icône blonde platine, adulée
par des milliers de fans.
De "Bambino" en passant par "Gigi l’Amoroso", de "Salma ya Salama" ou "Mourir sur scène", elle enchaîne
les tubes, elle maîtrise et varie les registres, démontrant au passage son pouvoir de séduction comme celui
d’interprète. Dalida semble habiter ses rôles musicaux. Elle vit la musique comme un exutoire à ses
malheurs personnels.
Les trois hommes de sa vie, Luigi Tenco, Lucien Morisse, Richard Chanfray et son ami Mike Brant se
suicideront. Elle deviendra stérile à la suite d’un avortement. Ces meurtrissures qui ont brisé son âme de
femme vont peser lourd. Sous la légèreté de ses musiques entrainantes et les paillettes de ses costumes
se cache un mal-être qui ne la quitte plus.
Elle se suicide dans la nuit du 2 au 3 mai 1987, laissant au désespoir ses admirateurs et le monde de la
musique.
Devenue un symbole de la fête, cette blonde plantureuse au sourire ravageur, par sa volonté de surmonter
les épreuves et de défier la vie sera consacrée icône gay très rapidement. Depuis vingt ans, le phénomène
Dalida ne se dément pas. On rêve toujours de l’entendre encore chanter afin qu’elle nous laisse rêver et se
déhancher sur ses rythmes endiablés.
Mais Dalida chante pour les anges.. Et ça doit être paillettes et boule à facettes là-haut !
Menu
ÉLODIE FRÉGÉ
Une famille d’artistes. La musique, la danse, Elodie, depuis son enfance, évolue et excelle dans ces
domaines. Elle ne vit que pour ça, elle a ça dans les gènes, dans les tripes. Même son professeur de chant
voit en elle une belle à la voix dormante et va lui montrer le chemin de sa vocation.
Mais la réalité rattrape la jeune femme. Etudes, petits boulots gèrent son quotidien. Elodie a la tête ailleurs.
Sur le conseil de ses amis qui croient en son potentiel, elle va postuler comme ça, pour le fun, au casting
de la Star Academy. Et à sa grande surprise, son dossier sera retenu parmi plus de vingt mille candidats !
Jeune fille autant fragile que déterminée, aussi drôle qu’attachante dans ses coups de déprime, Elodie
Frégé prouve au fil des semaines de compétition sa volonté d’atteindre son rêve malgré un combat des plus
soutenu avec ses concurrents. Petit à petit, le public se prend d’affection pour cette jolie poupée que l’on
croit à défaut sans cervelle.
Elle démontre qu’elle est capable de se dépasser, elle émeut par ses interprétations aussi denses que
diversifiées. Elle devient la favorite, celle qui va l’emporter avec douceur mais détermination.
Un premier album qui sort, un peu trop confidentiel. Mais Elodie se bat, elle y croit. Et d’autres vont y croire
aussi comme Benjamin Biolay qui va collaborer à son nouvel opus.
Une Elodie délicate et sexy, sacrée icône gay, va certainement devenir, à coups de voix, une référence dans
les prochaines années. Elle sait ce qu’elle vaut, elle prend de l’assurance. Le Temps joue en sa faveur....
http://elodiefrege.artistes.univers...
Menu
GREGORY LEMARCHAL
Voilà un jeune homme plein de fougue, bien décidé à bien marquer de son empreinte l’histoire de la
chanson française. Doucement, à son rythme, il imposera sa voix, celle que tant de ses fans vont aimer.
La vie ne l’a pas épargné. Atteint d’une mucoviscidose dès son plus jeune âge, il va faire de cette faiblesse
sa plus grande force, combattant à chaque instant cette maladie qui veut l’emporter si loin de sa passion :
la chanson.
A force de persévérance, il tente toutes les aventures de télé-réalité : "Graine de star" en 1998 mais surtout
la "Star Academy" en 2004 qu’il remportera à force de ténacité, de volonté et de foi.
Son album, plusieurs tournées, des récompenses, les voyages, son corps ne tient plus le rythme malgré le
staff médical qui le suit en permanence. Mais la fatigue est la plus forte et cette terrible maladie l’emporte à
l’âge de 23 ans, en pleine gloire, le 30 avril 2007.
Cette gueule d’ange, dont on aime ou pas la musique, a su toucher le plus grand nombre par sa
délicatesse, sa hargne et sa rage de vaincre. Il a été vaincu mais le mythe est en marche... Le temps fera
son œuvre pour prouver au monde le talent d’un artiste partit trop tôt.....
http://www.association-gregorylemar...
Menu
INDOCHINE
« Isabelle a les yeux bleus … » Qui n’a jamais fredonné cette chanson tirée d’une parodie des Inconnus.
Et pour être parodié, il faut être connu mais surtout aimé du grand public. C’est une grande histoire
d’amour qui lie le groupe de new wave français à son public depuis plus de vingt ans maintenant (même si
les coupes de cheveux et le look se sont modifiés au fil des années…).
C’est une histoire de frères liés par le sang et la passion de la musique qui va faire naître l’un des groupes
les plus mythiques de la scène française. Stéphane et Nicolas Sirkis se lancent sur le chemin de la
renommée au début des années 80. Un concert dans une petite salle parisienne et la magie de leurs textes
et de leurs mélodies font le reste.
L’engouement des professionnels mais surtout du public pour ce groupe tout neuf est immédiat. Ils font
même la première partie de Dépêche Mode. Comme quoi le talent n’a pas de frontières et se reconnaît
partout où l’on entend de la musique.
« L’aventurier » (il n’est pas besoin de fredonner l’air….) sort dans les bacs durant l’été 83 (et oui déjà un
quart de siècle, ça fait mal !!) et les couvre d’or et de récompenses. A la fin de la même année sort l’album
« le péril jaune » qui fait référence à l’univers de la bande dessinée asiatique et qui enchaîne les tubes que
les trentenaires se rappelleront avec nostalgie (et oui il faut assumer son côté new wave !!).
Mais l’album « 3 » des années de gloire, plus axé sur des thèmes tendancieux et ambigus (« 3è sexe » ou
« Canary Bay »), est le triomphe du groupe. Les fans sont hystériques (et le sont toujours d’ailleurs, même
25 ans après !).
Le succès ne s’est jamais démenti tout au long des années suivantes, même si les mauvaises langues (ça
existe, si, si…) en font une pâle copie du groupe anglais The Cure, même si le groupe se sépare
volontairement de Dimitri Bodianski, son batteur emblématique, même si leur style évolue vers des sons
plus rock et plus sombres.
Le trio erre dans les essais musicaux pendant les années 90 et perd peu à peu son public, les années
passant. Ce seront les années noires. Dominique Nicolas quitte le groupe en 1995, trois albums sortent
mais sont ignorés du grand public, ils sont remerciés par leur maison de disques en 1997 et enfin, juste
avant la sortie de « Dancetaria », en 1999, disparaît Stéphane Sirkis, foudroyé par une hépatite.
Le nouveau millénaire commence pour Nicolas sur un renouveau total (sauf pour la coiffure ?!). Il est
Indochine, entouré et soutenu par les esprits bienveillants de ses acolytes. En 2002 sort « Paradize », leur
plus gros succès de vente d’albums. Ultra médiatisé, le groupe s’inscrit définitivement comme
incontournable. Et c’est reparti comme en 40 !
Les albums s’enchaînent ainsi que les tournées. Nicolas a encore certainement le son des cris de ses fans
qui résonnent dans ses oreilles. Dernier en date, « La République des Meteors », qui est sorti début mars
2009, se penche vers des sonorités plus pop, plus accessibles. Et encore un raz de marée dès sa première
semaine !
http://www.indo.fr
Menu
MICHEL POLNAREFF
Le mythe est de retour. Après plus de 30 ans d’absence, le révolutionnaire de la musique française (et quel
beau derrière !) est revenu pour nous charmer encore et toujours.
Qui ne connaît pas un titre de Polnareff ? Qui n’a pas crié « Maryyyylouuuu ! » ? Qui n’a jamais fait « non,
non ,non ,non ,non, non ! » comme la poupée du même nom ? La sortie de cette compilation des meilleurs
morceaux de l’artiste nous montre un peu plus derrière ces lunettes noires mythiques quel compositeur de
talent il est et qu’il faut absolument redécouvrir…
Les plus chanceux ont pu assister aulive des concerts à guichet fermé et pour les autres, écouter le coffret
remasterisé. « On ira tous au Paradis ! »
Vite, à vos lunettes et à vos écouteurs !
Menu
MYLÈNE FARMER
Petite fille esseulée aux pieds nus dans la neige des plaines canadiennes, le regard perdu au loin, rêvant
d’Allan, adossée contre un arbre mort à la couleur de cendre, laissant le vent emporter tout, égrenant les
perles de son chapelet usé par le temps.
Petite Mylène aux yeux noir de jais, petite princesse qui fait non, souviens-toi du jour où tu as décidé de
partir rejoindre ton destin, celui qui te dessinera non pas un mouton mais l’histoire d’une fée de la chanson
française.. Ainsi sois-tu !
1984. Sa maman avait tort, elle voudrait tant qu’elle la comprenne mais finalement Mylène s’en fout, elle vit
sans logique. Elle vit une belle journée lors de sa rencontre avec Laurent Boutonnat. C’est son instant X !
L’Horloge sonne, elle annonce la venue de l’idole de toute une génération.
Rêver ! Mylène n’en revient pas du succès immédiat que le public lui offre. Elle devient maitresse des mots.
Mots sans contrefaçon, crus, authentiques, des mots de sexe, des mots de mort, des mots de Dieu ou des
mots d’amour ! Elle se livre, se délivre, raconte comme elle a mal avant que l’ombre ne l’emporte auprès de
l’Agnus Dei.
Elle ne veut plus grandir. Elle a trouvé sa voix, elle sait enfin à quoi elle sert. Mylène se sait libertine, elle
devient une Barry Lyndon au féminin, une poupée à la chevelure de feu qui se déshabille, qui dévoile ses
atouts de chair dans une ronde triste, qui envoute et pousse les émotions de ses fans hystériques à leurs
paroxysmes ! Allez, que vos cœurs lâchent !
Tristana couverte de diamants et de gloire, Mylène s’inscrit dans les records de vente et d’amour. Elle ne
peut pas être désenchantée, elle est tellement optimistiquée par la puissance de cette adulation que lui
vouent les mylèniens... Pourvu qu’ils soient doux ! 1991. Un fan-atique psychiatric, qui est un imbécile, tue
la réceptionniste de la maison de disque de Mylène qui l’empêchait de voir son idole ! Beyond her control...
Elle s’exile alors en California. Ce sera sa "parenthèse stylistique" (dixit Le Monde). Mylène prend le temps
de vivre. Elle crie la vie mais revient à Paris. Il n’y a pas d’ailleurs pour Mylène. Elle enchaine les albums et
ses fans à son âme-stram-gram....
Pas de doute. Mylène est vraiment l’artiste féminine de ces vingt dernières années, une nymphe qui aime la
mélancolie, sans regrets, qui rend à ses fans l’amour qu’ils lui vouent... Mais le mystère Mylène reste entier.
Entourée d’un voile noir qu’elle fait tournoyer autour d’elle, Mylène dissémine avec parcimonie ses parcelles
de musique dont le public se délecte sans retenue...
Seras-tu là ? Quelle question Mylène ! Bien sûr et tes fans entonneront? Oui mais non avec toi.
Menu
SUPERBUS
Une grosse bulle de chewing-gum et c’est parti !! Il est quasiment impossible d’écouter un morceau de
Superbus sans vouloir sauter sur place ou courir dans tous les sens.... c’est une musique sur-vitaminée...
Finalement pas besoin de jus d’orange !!
Tout le monde connait Chantal Lauby des Nuls... Et bien sa fille, Jennifer Ayache, est en passe de devenir
aussi connue que sa mère.... Et oui, Superbus fait un tabac... et en plus c’est un groupe intergénérationnel
qui va du pré-ado pubère au trentenaire nostalgique de bubulles...
Jennifer est une touche-à-tout, elle compose et écrit l’intégralité des morceaux et se positionne comme le
noyau du groupe, avec son look revisité de pin-up des années 50... Mais ses acolytes ne sont pas en reste
pour la soutenir dans ses délires musicaux.
Malgré sa célèbre filiation, Jennifer et son groupe démarche seuls les maisons de disques afin de pouvoir
faire profiter de leurs sons psychédéliques au plus grand nombre. Et bingo ! En 2002 parait "Aéromusical",
leur premier opus qui va faire émerger des titres comme "Tchi-Cum-Bah".
Leur style surprend, déroute mais envoûte, enchante. Et c’est parti ! Prochain arrêt : le succès ! Les titres
s’enchainent et se diffusent sur les ondes à un rythme effréné.
Pas le temps de souffler. Nouvel album en 2004 : "Pop’n’gum" basé sur des mélodies rock des années 5060. Et paf, disque d’or ! Direct ! Groupe nommé aux Victoires de la Musique 2006. Plutôt pas mal pour un
groupe si récent...
Deux ans plus tard, la consécration en 2006 avec leur troisième opus : "Wow", leur plus gros succès. Ca
mêle disco, rock, new wave et pop... le quatuor implacable et impeccable... et ca bouge toujours autant,
surtout avec des titres comme "Butterfly", "Lola" ou "Travel the World". Le résultat ? Disque de platine,
groupe de l’année aux Victoires de la Musique 2007. Le rêve !
Et vient s’ajouter un an de tournée, 80 dates... et des fans hystériques !
Qui voit-on au loin qui arrive ?? Un quatrième album bien sûr !! "Lova Lova" où tout le monde fredonne :
"Addictions" qui ne s’oublie pas comme ca...
Loin des clichés du monde de la Musique, Superbus se détache par sa fraicheur et ses sonorités acidulées...
Un bon coup de peps garanti !
http://superbus.artiste.universalmu...
Menu
VANESSA PARADIS
Une petite fille propulsée au rang de star. Difficile de faire mieux. Vanessa Paradis, du haut de ses 35
ans, voit sa carrière comme un tourbillon qui a chamboulé sa vie.
Enfant discrète, intéressée par la musique, elle côtoie ce milieu dès son plus jeune âge, laissant le destin
faire son œuvre. Et puis son heure arrive. Avec splendeur et fracas. "Joe le Taxi" passe en boucle sur les
ondes. On ne se lasse plus de parler de cette jeune fille qui déchaine les passions. Et qui va les déchainer
longtemps...
Détestée autant qu’aimée, elle ne laisse pas indifférent ceux qui l’observent, tels des juges face à ce petit
bout de femme qui veut juste vivre sa passion sans bruit.
Après quelques succès notoires, Vanessa se tourne vers le cinéma. Un rôle phare (celui de Mathilde dans
"Noce Blanche"), un rôle puissant et destructeur qui lui vaudra le césar du meilleur espoir féminin en 1990
et le prix Romy Schneider la même année, pour celle qui ne fait que des débuts... Un beau palmarès qui
promet d’autres succès.. (Une dizaine de films en quinze ans de carrière..).
La chrysalide se transforme doucement en papillon et d’adolescente elle devient femme, une femme
sollicitée pour représenter le célèbre parfum "N°5" de Chanel.
En dehors du public et de ses fans qui l’aiment et l’apprécient pour son naturel et sa fraicheur
déconcertants, Vanessa attire les hommes dont certains vont définitivement marquer son existence. Serge
Gainsbourg et Lenny Kravitz lui offrent deux albums ("Variations sur le même t’aime" et "Vanessa Paradis")
qui la consacrent artiste à part entière. Une artiste qui depuis près de dix ans participe au concert annuel
des Enfoirés. Elle a aussi le cœur sur la main, n’en déplaise à ses détracteurs....
Et puis LA rencontre, celle de l’homme de sa vie, du père de ses enfants, Lily-Rose Melody et Jack John
Christopher : le sulfureux et flamboyant acteur américain Johnny Depp. Depuis 1998, la petite famille se
fait très discrète et vit loin des objectifs et loin des yeux du public une vie saine et heureuse.
Mais Vanessa a la musique dans la peau et l'album "Divine Idylle", morceau composé par Mathieu Chedid,
fut un énorme succès précédent une tournée jouée à guichets fermés.
Notre Vanessa nationale a bien grandi et est devenue une ambassadrice de l’élégance française.
Menu
ZAZIE
Isabelle de Truchis de Varenne, jeune femme zen et impertinente qui met la zizanie dans les rangs bien
stéréotypés de la chanson française !
De ses origines nobles, elle en a conservé sa rectitude et sa franchise face à la vie. Elle aime les mélanges
de tous genres, les mélanges épicés qui font que nos oreilles en sortent chamboulées en écoutant ses
mélodies envoûtantes.
D’abord mannequin, aérien, de passage, elle trouve sa voie (celle de sa voix) dans l’écriture et le chant,
faisant référence au passage à ses bases familiales. La voilà devenue discrètement, mais sûrement, auteur,
compositeur et interprète...
"Je, tu ils" : premier album, première consécration. Premières écritures où le jeu de mots et la poésie se
font ressentir dans les textes. Premier succès : "sucré-salé" qui la relèvera au public. Premiers fans, car elle
a le chic de se faire aimer immédiatement.
Et voilà l’opus qui va définitivement l’installer dans les artistes à succès et d’influence : "Zen". Suivront
"Larsen", ou "homme sweet homme", les premiers émois d’une diva en devenir, avec son monde à elle, ses
réflexions sur la vie à un ou à deux...
"Made in love", l’album de la performance. Artiste féminine de l’année aux Victoires de la Musique, elle met
le monde à ses pieds, qu’elle a jolis d’ailleurs... "Tous des anges", "Tout le monde", des titres phares que
ses milliers d’aficionados reprendront en cœur lors de sa tournée triomphale "Made in live".
Après quelques années de succès ininterrompus, la jolie Zazie remet le couvert avec "La Zizanie", album
plus engagé, plus recherché. "Rue de la Paix" déchaînera les foules, "Adam et Yves" l’intronisera icône gay,
"Sur toi" la placera définitivement comme artiste à textes sensibles et forts d’émotions. Ce qui ne
l’empêchera pas de mettre "la Zizanie au Bataclan" et d’allumer le feu dans le cœur de ses fans !
Mais Zazie est une femme comme les autres : bébé, boulot, dodo. Elle vit sa vie sans contrefaçons. "Rodéo"
parait en 2004. Elle s’y livre naturellement, en toute simplicité, elle exprime ses véritables émois, ce qu’elle
est profondément. C’est un album intimiste, fort, grave et qui nous entraîne vers les chemins indiens de la
zénitude et de l’introspection. La belle aux pieds nus sort en 2007 un premier best of au grand plaisir de
ses fans. Un zest de bonheur qui est loin de s'achever....
Qui ne connaît pas Zazie la grande ? Personne. Mais il faut prendre le temps d’écouter ses textes, sa façon
d’exister... la magie prend de suite ou ne prend pas mais passer à coté sans écouter serait rater une belle
expérience pour ses oreilles.... et pour son cœur !
Le site de Zazie : http://zazieonline.artistes.univers...
Menu
BON JOVI
Ecouter Bon Jovi, c’est se voir partir pour les Etats-Unis, roulant sur la mythique route 66, traversant les
paysages du Grand Canyon caressés par les rayons d’un soleil brûlant, dévorant les kilomètres toutes vitres
ouvertes, cheveux au vent, avec juste la voix rauque et les ballades rock de Jon Bon Jovi résonnant à ses
oreilles.
Ecouter Bon Jovi, c’est s’arrêter dans un motel en bord de route, c’est regarder les émissions sur un poste
de télé des années 70 qui grésille, c’est dévorer un hamburger plein de ketchup et de cornichons dans un
fast-food de campagne, c’est se poser et regarder les vrais américains vivre pendant que les mélodies
enivrantes de Jon Bon Jovi défilent dans son Ipod.
Ecouter Bon Jovi, c’est ressentir la fierté de l’unité américaine, c’est comprendre ce sentiment si profond
d’humanité qui transpire de chaque endroit que l’on trouve dans ce pays, c’est se placer au milieu de Time
Square à New York et regarder tout autour de soi défiler les voitures à toute vitesse, voir courir les gens
pressés dans cette mégapole aux néons scintillants, tout en secouant la tête au rythme des sons rock et
entraînants des morceaux de Jon Bon Jovi.
Ecouter Bon Jovi, c’est admirer à Santa Monica les surfeurs et leurs corps d’athlètes (et Dieu qu’ils sont
beaux !) défier les rouleaux des vagues de l’océan pacifique, c’est regarder les américains à la peau de
cuivre faire du roller en tenue légère (c’est peu de le dire !) sur Miami Beach tout en sirotant un milk-shake,
lunettes de soleil sur le nez, juste au son des riffs de guitares des plus grands tubes de Jon Bon Jovi.
Ecouter Bon Jovi, c’est enfin imaginer sa propre Amérique, croire en ses rêves les plus fous, c’est pouvoir
fermer les yeux et admirer Jon Bon Jovi et son sourire ravageur s’approcher de son micro et entonner avec
sa voix si chaude et si sensuelle une ballade qui va vous motiver pour vous dépasser… C’est toute la magie
d’un groupe qui vous transporte vers des contrées dont on ignore tout mais qui nous troublent seulement
par leur beauté… C’est regarder en direction de l’autre continent mais aussi au plus profond de soi… La
musique donne donc des ailes… merci monsieur Jon !
Menu
BRITNEY SPEARS
"It’s Bitney bitch..." : voilà l’image ultra sulfureuse d’elle que veux encore nous montrer la petite fiancée
des américains (ou l’ex-fiancée devrait-on dire depuis ses coups de sang...). Pourtant elle était bien
partie....
Après des cours de danse et de comédie à New York, elle est engagée à onze ans seulement, auprès des
futures stars de la pop Christina Aguilera et Justin Timberlake, pour animer le "All New Mickey Mouse Club".
Le monde merveilleux de Mickey va lui ouvrir les portes de la célébrité...
Mais la jeune Britney ne veux pas en rester là... elle bouillonne véritablement et désire ardemment réussir
une carrière. Elle envoie des maquettes aux maisons de disques. Jive Records la prend sous son aile. A
seulement 18 ans, elle se permet de balayer les plus grands artistes qu’elle laisse loin derrière elle... "Baby,
one more time", elle peut le dire !!
Et one more time and one more time... Birtney ne se laisse détrôner par personne durant deux albums aux
records de vente impressionnants. elle est jeune, jolie, fraiche, soumise mais rebelle, sage mais un brin
impertinente, elle prône la virginité et refuse tout scandale, elle plait à toutes les catégories d’âge et de
classe sociale.. la petite chérie de l’Amérique est née.
Le troisième album éponyme, intitulé simplement Britney, ne connait pas le succès des deux précédents,
étant plus accès sur ses désirs de jeune femme émancipée (il suffit de voir l’un des titres qui annonce
clairement la couleur : "I’m a slave 4 U" ("Je suis ton esclave")).
Dans la foulée, elle sort un quatrième album ’In the zone" (pourquoi ne pas exploiter tant de créativité..)
clairement plutôt accès sur le sexe et ses déviances. Et malgré tout il connait un très beau succès... Britney
peut s’endormir sur ses lauriers... Elle gère magnifiquement une carrière des plus prometteuses..
2004 sera l’année plus privée, même si elle sort son best-of, intitulé "Greatest Hits : My Prerogative". Elle
épouse l’un de ses danseurs, Kevin Federline, avec qui elle aura deux fils, Sean Preston et Jayden James.
Mais cette union sera de courte durée puisqu’ils divorcent en 2007.
La jeune Britney devenue maman, ayant perdu son statut de jeune femme sexy, glamour et pulpeuse, perd
peu à peu pied avec la réalité et ne se rend plus compte de sa sur-médiatisation. Elle ira même jusqu’à se
raser la tête et sera plusieurs fois hospitalisée et même en cure de désintoxication (est-ce vraiment bizarre
pour celle qui chantait "Toxic"...) sans mesurer les conséquences désastreuses de ses actes sur sa carrière.
Sa famille est derrière elle et la surveille étroitement. Elle décide de se remettre au travail et sort en 2007
"Blackout" qui passe directement en première place des ventes, ayant avant cela crée un buzz sur les sites
de téléchargements. Elle veut nous montrer sa véritable détermination. Elle est encore là...
Forte de ce dernier succès, elle sort le jour de son anniversaire, le 2 décembre son opus, "Circus" dont le
premier titre "Womanizer" sera en tête des ventes fin septembre... Prémonitoire ? Baby, one more time....
Après le rush sur les ventes de son dernier album, la sortie de son best of et la britneymania qu’a engendré
sa tournée mondiale, la petite fiancée des américains serait-elle en passe de redevenir un modèle ? En
attendant ce moment, savourons les instants pop et glamour qu’elle nous offre....
http://www.britneyspears.com
Menu
CINDY LAUPER
La vie n’a pas été facile pour cette jeune new-yorkaise. Placée très tôt avec ses frère et sœur dans un
pensionnat par sa mère qui ne pouvait plus s’en occuper, la jeune Cindy n’est pas de celles à se laisser
aller.
Elle oublie très vite l’école et adopte un look branché, coloré et flamboyant, développe sa voix enfantine si
reconnaissable qui collent parfaitement avec sa passion : la musique. Elle a en elle cette rage de vaincre et
de se dépasser venue de l’enfance. Malgré quelques tentatives ratées, elle réussit à percer enfin le milieu
de la chanson.
L’album "She’s So Unusual" parait en 1983 et va la hisser dans les plus hauts sommets avec des titres
phares devenus kultissimes comme " Girls Just Wanna Have Fun" ou "Time After Time". La crinière de la
princesse de la pop va pouvoir enflammer les radios !
Les foules la réclament et elle passe les deux années qui suivent en tournée. Mais la lionne a besoin de se
reposer. Elle écrit, elle se livre, elle exprime ses plus profondes pensées sur le papier. Cindy Lauper crée
l’album plus reposant "True Colors" qui sera une nouvelle fois un succès populaire. De grands artistes tels
Phil Collins ou Céline Dion reprendront même certains de ses titres comme "True Colors" ou "I Drove All
Night". C’est dire la notoriété installée de cette dame volcanique....
Les années passent et Cindy Lauper reste la même au fond. Les vêtements sont devenus moins voyants et
extravagants (sauf les cheveux qui connaissent toutes les teintes...) mais elle suit son époque, les rythmes
musicaux en vogue.... l’album "A Night to Remember" sera tourné vers des tonalités plus rock à l’image de
la fin des années 80.
En 1990, elle se retire silencieusement du devant de la scène. Peut-être pour prendre soin d’elle et soigner
ses blessures, mais aussi pour peaufiner un nouvel opus, "Bring Ya to the Brink".
Elle s’est entourée, pour l’occasion, des meilleurs mixeurs dance comme Basement Jaxx, pour renouer
avec son passé si chatoyant et si gay ! On y découvre des perles comme "Rocking chair" ou "lyfe" plus
électro-jazz... une vraie réussite !
Et pour nous montrer encore de quoi elle est capable, elle remonte sur scène pour le plus grand plaisir des
yeux et des oreilles... alors à vos lunettes à paillettes !
Menu
DEPECHE MODE
Dépêche Mode. Tous les trentenaires connaissent ce groupe mythique des années 80.
Issus d’une mouvance Pop-Electro, ils ont su s’imposer dans un style dont les groupes n’ont fait que
s’inscrire dans le temps. 1981 reste l’année de leurs débuts avec l’album "Speak and Spell", devenu une
référence du genre.
Mais l’album de leur consécration reste "People are people" en 1984. Suivront "Black celebration" et "Music
for the Masses" qui ancreront définitivement leurs fans à leur musique.
D’errance en séparation, de changement de membres en problèmes de drogue et d’alcool, Dépêche Mode
ne s’en est pas moins relevé tel le phénix renaissant de ses cendres. Les albums suivants deviendront
mythiques pour le groupe comme "Violator" avec les titres "Personnal Jésus" ou "Enjoy the Silence", ou
"Songs of Faith and Devotion".
Les nouvelles technologies s’inscriront dans les albums suivants où la Pop se mélangera à la Techno. Ainsi
les best of de 1998 et surtout les remix des titres du groupe en 2004 renoueront avec l’inventivité naturelle
des débuts.
Toujours égaux à eux-mêmes et à leur musique de base, ils excelleront avec leur dernier album "Playing
the Angel" qui marquera leur grand retour sur la scène internationale et confirmera leur talent encore vivace
et vigoureux.
Aux rares qui ne connaîtraient pas encore un des plus grands groupes de la scène musicale mondiale de
ce dernier quart de siècle, laissez-vous guider sur cette planète Dépêche Mode et abandonnez-vous aller
aux rythmes entraînants de la Pop Music !
Menu
GEORGE MICHAEL
George Michael, de son vrai nom Georgios Kyriákos Panayótou ( en traduction grecque : ΓιώργοςΚυριάκος Παναγιώτου) est un des artistes les plus connus de la planète. Pourquoi ? Parce qu’il est tout
simplement beau, ouvertement gay et talentueux !
Après avoir tâtonné dans un groupe composé d’amis de collège, il décide avec son ami d’enfance Andrew
Ridgeley de fonder "Wham !". Et voilà les trentenaires qui commencent à fredonner "Wake Me Up Before
You Go-Go", ou "Careless Whisper". Que de souvenirs... !
Le succès est planétaire même si le look fluo et permanenté, en short très très court et très très moulant
(...) nous fait sourire aujourd’hui... Mais à l’époque, c’était le summum du chic ! Et Andrew et George
assument complètement ce côté fun et pop qui leur colle à la peau et au son !
L’aventure s’arrête soudainement en 1986 et lance George Michael dans une carrière solo. Ses deux
parrains artistiques n’en sont pas moins des plus prestigieux (ce sont quand même Elton John et Aretha
Franklin s’il vous plaît !) et ouvrent une voie royale au jeune homme.
Avec son premier album "Faith" et sa sulfureuse et torride chanson " I Want Your Sex", il se paie le luxe de
détrôner Michael Jackson et Madonna du sommet des hits ! Un coup de maître !
Même s’il connaît une petite traversée du désert dans les années qui suivent (des flops pour ses albums et
un procès perdu contre sa maison de disque Sony Music), par la force de son caractère de grec, il arrive à
rebondir sur la vague R’n’B avec son album "Older". Succès immédiat.
Les fans ne l’ont jamais quitté et ont attendu patiemment un retour qu’il leur offre fracassant ! Cette
frénésie d’amour apaisera le deuil de son compagnon trop vite décédé, le styliste brésilien Anselmo
Feleppa, à qui il rendra hommage avec son titre "Jesus To A Child".
Désormais, le beau George fait partie des stars incontournables de la musique. Et même ses déboires
judiciaires lui sont pardonnés !
1998 : L’année du scandale ! Interpellé à Los Angeles dans les toilettes publiques de Beverly Hills par un
policeman pour "comportement immoral" (pas besoin de dessin !), il réplique à sa manière, par le titre
"Outside" (surtout grâce au clip ironique et moqueur) et l’aveu de son homosexualité qui n’étonne
personne.
Mais il ne faut pas oublier que George, en dehors du coté paillettes, est un artiste engagé dans la lutte
contre le sida ou la lutte contre la famine en Ethiopie (le fameux concert Band Aid où il interprétera "Don’t
Let The Sun Go Down", accompagné au piano par son ami Elton John).
Il sensibilise aussi aux dérives de la guerre ("Shoot The Dog"), allant jusqu’à fustiger la politique de George
W. Bush, ou même de dénoncer celles de la pornographie ("Freeek !").
George a alors besoin de se retrouver et de retrouver les véritables origines de sa musique. Arrive l’album
"Patience", intimiste, nostalgique et mélodieux. Une de ses plus grandes réussites ! Il accepte même de se
livrer devant la caméra de Southan Morris pour raconter sa vie sans compromissions, entouré de tous ceux
qu’il aime, dans le film sorti en salles en 2005 "George Michael, Mon Histoire". Une sincère profession de
foi !
Pour terminer sur une note gay, George Michael et son compagnon de longue date Kenny Goss ne font plus
qu’un. Un vrai couple d’homos heureux et mariés ! C’est maintenant que vous pouvez pleurer !
Histoire de sécher vos larmes, voici le site officiel du beau grec ! : http://www.georgemichael.com
Menu
JIMMY SOMERVILLE
"Tell me why !!"... Un cri résonne dans la nuit. Non, ce n’est pas un cri de détresse mais bien la voix de
Jimmy Somerville qui vibre, haut perché.
Leader des groupes des années 80 Bronski Beat ou The Communards, reconnaissable à son timbre de voix
androgyne et aux succès planétaires qui font encore bouger sur les dancefloors, Jimmy Somerville est sans
nul doute un des gays les plus connus de la scène internationale.
Il ne s’en cache pas et sa condition d’homo est son fond de commerce. On se souvient de ses
chorégraphies très "folles", de ses mélodies disco qui résonnent, que l’on fredonne et qui sont gravées dans
notre mémoire musicale, de ses déhanchements spectaculaires, de son look très près du corps...
Après une traversée du désert parsemée de silence, de rôles au cinéma et un retour discret en solo, l’image
de Jimmy Somerville reste celle des années pop et il n’arrivera jamais à s’en défaire.
Tant mieux pour nous qui aimons nous aussi nous trémousser sur ses titres, suant de chaleur, nous
déhanchant comme pour invoquer l’esprit des folles années de notre jeunesse...
Menu
JUSTIN TIMBERLAKE
On est destiné à devenir célèbre ou pas. Et bien la fée de la Renommée s’est bien penchée sur le berceau
du petit Justin. Un beau poupon tout blond et tout rond… Déjà un tombeur !
Justin Timberlake auditionne à un casting afin de présenter le Mickey Mouse Club. Comme une certaine
Britney Spears, vous voyez qui c’est ?… Finalement Mickey est vraiment un très bon dénicheur de talents !
Les voilà tous les deux sur le devant de la scène… Le hasard ?
Juste après l’arrêt de l’émission, il lui faut se trouver une reconversion. Justin Timberlake a grandi, il s’est
métamorphosé en beau jeune homme et décide de surfer sur la vague des boys band (ce qui n’est pas
pour déplaire aux jeunes filles, euh… oui, filles en fleur !) en créant le groupe NSync avec lequel il connaîtra
la gloire.
Justin Timberlake est charismatique, il attire les regards. Trop de regards. En 2002, après sept ans
d’existence, de succès, d’albums et de cris hystériques, le groupe se sépare temporairement. Et il n’en faut
pas plus à Justin pour croire en ses chances de solo.
C’est chose faite fin 2002. Hope-là ! « Justified » sort dans les bacs. Le triomphe est au rendez-vous. Il
change de look, améliore ses chorégraphies, se rend plus séduisant pour plaire encore plus… (C’est le cas,
non ?) et surtout change de compagne (devinez ! Britney Spears, et bien, c’était elle sa bien-aimée pendant
trois ans !) .
Sa musique, aux rythmes dance et R’n’B, plait à un large panel générationnel, aux femmes comme aux
hommes (tu m’étonnes !). Il devient plus sûr de lui, plus séducteur, même s’il sait aussi pratiquer l’autodérision. Justin fait, de plus, accessoirement chavirer le cœur de la somptueuse actrice Cameron Diaz
pendant près de quatre ans.
2004 marque un tournant dans sa carrière. Lors de la mi-temps du Super Bowl, le plus grand évènement
médiatique américain, Justin dévoile une partie très « sensible » de l’anatomie de la chanteuse Janet
Jackson (heureusement que ce n’était que le sein !). Ce sera la disgrâce momentanée du prince de la Pop.
Deux ans plus tard sort « Future Sex/Love Sounds », son second opus, plus sombre, plus mature, plus
accompli. Et encore une fois, le charmant Justin pulvérise les scores de vente ! Il devient incontournable.
Même Sa Majesté Madonna fait appel à lui pour son album « Hard Candy » (mais elle ne l’embrassera pas
sur la bouche !).
Depuis cet album, Justin reste en retrait même s’il participe à des projets musicaux et profite de la vie aussi
grâce aux sommes astronomiques qu’il a récoltées. Il en fait profiter aussi sa compagne du moment,
l’actrice Jessica Biel.
En attendant le nouveau succès de Monsieur Justin, on peut encore l’admirer dans ses prestations
précédentes et imaginer que le meilleur reste à venir. Vivement la suite !
Le voici encore sur les devants de la scène puisque en 2010 il devient la nouvelle égérie de la marque Audi
pour la sortie du modèle A1 et interprète le rôle du provocateur Sean Parker, président de Facebook, dans
le film de David Fincher : "The Social Network".
Menu
KATE PERRY
Naitre à Santa Barbara, y’a pire... mais naitre dans une famille de pasteurs où la rigueur et l’exigence
sont de mises, ça laisse moins de libertés... Cependant, comme les voies de Dieu sont impénétrables, les
chants évangéliques lui ont fait prendre conscience de sa voie à elle : la chanson....
Mais Katy Perry ne rime pas avec ange de chorale. Le monde de la musique est plutôt impitoyable pour une
jeune fille au visage de poupée. Alors elle se transforme en petit diablotin... Difficile de croire que Katy
Perry est la jeune femme sage, grimée en icône des années 50 de la pochette de son album "one of the
boys"...
Après huit années à se faire évincer des maisons de disques, Virgin en 2007 décide de lui laisser sa chance
en signant son album "one of the boys" où elle explique la liberté sexuelle, qu’elle soit homo ou bi.... Cela
rappelle vaguement quelqu’un, non ? Sauf que Katy est plus engagée...
Se sert-elle de la cause gay pour paraitre plus tendance ? info ou intox ? Katy dément tout en précisant que
même si elle-même a un petit ami, elle n’en reste pas moins troublée par les filles.... Marketing ou
sincérité ?
Mais elle est devenue en quelques mois une "people", son album est en tête des ventes dans de nombreux
pays et arrive aujourd’hui dans nos bacs.... alors juste pour écouter de la bonne pop acidulée, allez-y ! ça
ne fait pas de mal !!
Menu
KIM WILDE
Allez savoir pourquoi les blondes sexy deviennent toutes des icônes gay ? Pourquoi pas Demis Roussos
tant qu’on y est, ça changerait un peu ! En dépit de toute moquerie, Kim Wilde nous ramène dans les
années 80. Cet âge doré où tout était permis et où toutes les musiques pouvaient s’exprimer sans crainte
d’être décriées.
Dès son premier titre : "Kids in America", cette douce et timide jeune femme anglaise reçoit un succès
retentissant. Tout au long de ses albums et malgré leurs succès variés, les fans seront toujours là. Elle a
surfé sur tous les styles musicaux (de l’électro au jazz en passant par les ballades ou le rock pur) sans
jamais se perdre. Elle a cette magie en elle, cette simplicité du rythme et des paroles entrainantes qui font
que de toute façon Kim Wilde et ses tubes resteront à jamais dans nos mémoires.
Et puis le silence. Plus de nouvelles. Kim Wilde a disparu. Non, elle a tout simplement changé de vie.
Pourquoi ? Elle seule le sait. Et grâce à son statut d’icône, nous avons tous respecté son choix sans
chercher à en connaître la raison. Elle vit au milieu des plantes (forcement une belle plante !), dessine des
jardins, anime une émission thématique en Angleterre, écrit des livres. C’est son domaine, celui dans lequel
elle s’épanouit certainement le mieux, sans pour autant renier sa vie passée.
Encore aujourd’hui, on se déhanche sur "Cambodia" ou "Kids in America" sans se lasser, sans que ça ait prit
une ride ! (Par contre nous les trentenaires, c’est nous qui les avons les rides maintenant !!).
Alors venez faire un tour sur la planète Kim Wilde, vous ne le regretterez pas ! C’est une géniale madeleine
de Proust qui nous fait revenir aux boums de notre jeunesse et nous fait garder, sur des titres envoutants,
notre âme d’adolescent...
Menu
KYLIE MINOGUE
Ce petit bout de femme australien s’est hissé en presque vingt ans au rang de star mondial adulée par
des millions de fans hystériques !
A croire que la destinée y est pour beaucoup.. A 11 ans déjà, elle se produisait avec sa sœur Danii (une
autre chanteuse de dancefloor !) dans des émissions pour enfant. Puis Kylie a prit son envol. Actrice dans le
soap australien "Neighbours", elle va ainsi se faire connaitre du grand public et marquer les débuts d’une
carrière explosive ! (c’est un peu notre "Hélène et les garçons" nationale...).
En 1987, carton plein ! "The Locomotion", son premier titre, reste en tête des charts pendant plus de sept
semaines ! Et ne parlons pas de son premier album "Kylie" qui suit se place en tête des ventes de l’année !
Un coup de maître !
Le succès est tel qu’elle décide de se consacrer à sa carrière en 1988, un an seulement après le début de
sa jeune carrière. Une tournée mondiale, des critiques dithyrambiques, Kylie se fait enfin un nom...
Sa relation d’avec le chanteur Michael Hutchence du groupe INXS va émanciper ce petit bout de femme qui
va se rebeller contre les stéréotypes qui lui colle à la peau... Elle va devenir une Kylie plus sensuelle, plus
attirante qui va se tourner vers un style plus pop et plus dance.
Elle travaille d’arrache-pied pour se forger une image plus glamour, plus crédible aux yeux des fans. Et ça
marche ! Au fil des années, elle devient plus sûre d’elle, plus mature... Elle collabore avec des stars comme
Robbie Williams, elle se produit dans des soirées comme la Sydney Gay and Lesbian Mardi Gras (elle
connait bien son public !!), elle change de maison de disque, bref le revirement à 360° ! La sage petite
Kylie est devenue une diablesse qui plait !
Sa révolution se produit en 2001 avec l’album "Fever" qui la sacre reine de la pop devant Madonna ! Encore
une tournée mondiale à succès qui, dans la foulée, annonce un autre album mythique : "Bodylanguage".
C’est alors que les discothèques vont résonner des rythmes endiablés de la belle Kylie ! Et sur la piste nous
avons tous dansé sur ses titres !!
Mais l’apothéose sera sa tournée rassemblant ses meilleurs titres, le "Showgirl" où elle va éblouir le public
avec de très beaux danseurs et de belles plumes : une véritable revue parisienne !
Le succès a un prix et Kylie Minogue va le payer au prix fort : lutter contre un cancer du sein pendant plus
de deux ans avec un dénouement heureux pour tous ses fans du monde entier ! Cette battante sera alors
sollicitée sur tous les fronts : un album live, un parfum, une ligne de vêtements en collaboration avec la
marque H&M ! Partout du Kylie !!
Après plus de deux ans d’attente, enfin on peut entendre sur toutes les radios "2 hearts" tiré de son dernier
album "X" (pas besoin de dessin !!). Une nouvelle Kylie toute neuve prête à croquer la vie à pleines dents,
pour notre plus grand plaisir à tous !!
Menu
MADONNA
La petite Madonna Louise Veronica Ciccone est née le 16 août 1958 à Bay city dans la banlieue de Detroit
d’un père Italo-américain, ingénieur chez Chrysler, et d’une mère Américano-canadienne, femme au foyer.
Issue d’une famille nombreuse Madonna a toujours cherché après la mort de sa mère en 1963 à attirer
l’attention de ses proches et à se distinguer de la fratrie. Sur quoi miser ? Le travail et l’image bien sûr ! Ce
qu’elle fera tout au long de sa vie d’ailleurs.
Le travail
Dés son plus jeune âge elle comprend la valeur du travail, collectionne les bonnes notes et cherche à être
une élève modèle afin de se démarquer de ses grands frères qui ne brillent pas par leurs prouesses
scolaires.
L’image
Madonna reçoit une éducation catholique, très traditionnelle, mais elle est fascinée par l’érotisme que
peuvent dégager les nonnes et le christ dénudé sur sa croix. Assez atypique pour une jeune fille
catholique ? Oui mais ce n’est que le début, elle veut affirmer sa personnalité en « customisant » les tenues
que sa belle-mère la force à porter (tenues identiques à celles de ses sœurs...), elle choque le corps
enseignant ainsi que les parents lors d’une fête de fin d’année en reproduisant le show d’une star de
l’époque et danse en bikini sur les tables.
Au lycée Madonna a toujours de très bons résultats scolaires mais au grand désespoir de son père elle ne
se dirige pas vers des études d’avocates et se consacre entièrement à la danse. Sa première rencontre
décisive fût avec le chorégraphe homosexuel Christopher Flynn qui lui fît découvrir l’univers des boites Gay
et qui lui fît prendre conscience de son potentiel et de son charisme. Sur ses conseils elle quitte le Michigan
natal direction New-York.
La Galère
Arrivée au cœur de la grande pomme avec quelques dizaines de dollars en poche (selon la légende)
Madonna connaît la galère avec ses compagnons d’infortune tel que Keith Haring le peintre underground
qui connu tout comme elle le succès quelques années plus tard. Elle va squatter, se nourrir de pop corn,
enchainer les jobs minables : serveuse de donuts, modèle nu pour peintres et photographes. Elle intègre
une école de danse mais réalise que si elle veut réussir, la danse ne suffit pas, il faut être une artiste
complète, jouer la comédie, composer, chanter. Elle répond donc à une annonce pour être choriste d’un
artiste français, un certain Patrick Hernandez. Elle fait une tournée promotionnelle à ses cotés, à l’époque le
chanteur cartonne mondialement avec le tube Born To Be Alive. Les producteurs détectent en Madonna un
potentiel et veulent en faire LA Disco-Queen, Madonna n’est pas patiente, elle se lasse et retourne à NewYork. Elle devient tour à tour, batteuse, guitariste puis chanteuse de groupes tels que le Breakfast Club ou
Emmy and the Emmy’s. Elle est repérée par une productrice, Camille Barbone, qui tombe sous son charme
(à tous les niveaux...) et qui lui fait enregistrer des démos au sein de Gotham Records. Mais une fois de
plus Madonna n’est pas convaincue et claque la porte, laissant sa productrice dans un marasme financier...
Elle enregistre avec l’aide de son ami Steve Bray une maquette plus proche du style hip-hop émergeant, de
la tendance urbaine. Madonna réussit à faire passer un de ses titres ( Everybody) en boite grâce à son petit
ami le DJ de la Danceteria Jelly Bean. C’est un succès et Madonna se fait repérer par la Sire Records. Elle
va même jusqu’à faire signer son contrat au patron du label dans sa chambre d’hôpital.
Le Phénomène
Nous sommes alors en 1982 et Madonna n’est qu’aux prémices de sa carrière...
Le 45T Everybody est commercialisé mais sans y faire apparaître la photo de Madonna. Pourquoi ? C’est un
pur choix marketing de la maison de disque qui voulait que le titre passe dans les boites blacks et ne pas
dévoiler que la chanteuse était blanche. Devant ce succès le premier album sort dans un premier temps
sous le nom de Madonna puis est rebaptisé The First Album. Il contient évidemment le premier single mais
aussi Lucky Star, Borderline, Burning Up et le méga hit Holiday.
La maison de disque ne cache plus Madonna et elle enregistre des clips afin qu’ils soient diffusés sur MTV la
toute nouvelle chaine musicale. Une grande histoire d’amour va unir MTV et Madonna pendant des
années... Très vite le second album Like A Virgin est dans les bacs. Le son est beaucoup plus travaillé grâce
à la collaboration de Nile Rodgers l’ex guitariste et membre fondateur du groupe Chic. Elle enchaine avec
une tournée américaine où elle déchaine les foules de « Wanabee » toutes lookées en « filles matérielles ».
C’est lors du tournage du clip Material Girl que Madonna rencontre un jeune acteur, Sean Penn, qu’elle
épousera en 1985.
Madonna forte de son succès dans le film Recherche Susan Désespérément tourne un second film,
Shanghai Surprise, avec son mari sous la direction de Georges Harrison, l’ex Beatles, et c’est un bide ! Elle
rebondit et enregistre l’album le plus vendu de toute sa carrière : True Blue dédié à Sean Penn « le mec le
plus cool de la terre ». C’est un vrai concentré de hits : Papa Don’t Preach, Open Your Heart, Live To Tell,
True Blue et La Isla Bonita. Suivront une compil You Can Dance et la B.O. du film Who’s That Girl. Le temps
est venu pour Madonna de repartir en tournée mais cette fois ci sa notoriété est internationale, le Who’s
That Girl World Tour sillonnera donc tous les continents.
Même si Sean est « le mec le plus cool », le torchon brûle entre les 2 stars, Madonna le trouve violent et
jaloux et Sean ne supporte pas le statut de star internationale de Madonna. L’album qui suit, Like A Prayer,
en 1989 s’en trouvera marqué avec notamment Till Death Do Us Part où Madonna évoque les problèmes
dans son couple : (“You don’t love me anymore, I’m not your friend I’m just your little wife, she cannot stay
here anymore…”). Madonna demande le divorce la même année. L’album reste musicalement l’album le
plus abouti et le plus riche. Madonna s’y dévoile et aborde les thèmes de la famille, de l’enfance et de la
religion. Suivront une compil The Immaculate Collection et la tournée triomphale The Blond Ambition World
Tour, un show phénoménal avec un look confectionné par Jean-Paul Gaultier qui a marqué l’image de
Madonna : seins coniques et queue de cheval. Madonna est alors une référence elle est au top de sa
carrière.
La Chute
Le début des années 90 sera placé sous le signe de la provocation pour Mlle Ciccone : elle déclenche les
foudres du Vatican avec son dernier show, ouvre le festival de Cannes avec le documentaire choc sur la
même tournée : In Bed With Madonna et lance une bombe médiatique avec le « triptyque » : SEX (livre) –
Erotica (album) – Body (film). Ces trois œuvres ont permis à Madonna d’obtenir son propre label au sein de
la Warner : Maverick mais ce fût le coup de trop pour les médias. Nous sommes en 1992 et Madonna est
partout, elle s’expose trop, elle agace le public et les médias, MTV ne la suit plus et la censure...
Les ventes de l’album Erotica en souffrent et celui-ci ne rencontre pas le succès escompté. Pour corser le
tout Body est un flop et est retiré de l’affiche très tôt. Seule consolation pour Madonna SEX se vend très
bien. Madonna maintient tout de même la tournée et remplit les salles avec le Girlie Show.
En 1994 le nouvel opus de la star sort : Bedtime Stories et ce n’est pas un franc succès... L’album est fade,
Madonna n’est pas arrivée à rendre homogène le travail des différents artistes ayant travaillés sur ce projet
(Bjork, Baby Face, Nelle Hooper). A noter tout de même 2 titres qui ont sauvés les meubles Secret à
l’international et Take A Bow aux USA.
En 1995 Madonna n’est plus au top de sa carrière, elle a besoin d’un bon coup de pouce de la chance,
d’une belle opportunité. Et elle arrive sous le nom d’ Evita le film musical que Madonna rêve de tourner
depuis plus de 10 ans. La star avait déjà entendu parler de ce projet lors de son dernier album et avait
tourné le clip de Take A Bow lookée en Eva Perón, elle envoie donc la vidéo ainsi qu’une lettre de plusieurs
pages à Alan Parker le metteur en scène qui finit par être séduit.
Fin 1996 le film est à l’affiche malgré des incidents lors du tournage : Madonna n’est pas appréciée par les
Argentins qui la trouvent indigne d’incarner Eva Perón et réservent à l’équipe un très mauvais accueil...
Pour pimenter le tournage Madonna tombe enceinte et certains plans sont modifiés afin de cacher les
rondeurs naissantes de la star. Madonna remporte le Golden Globe de la meilleure actrice mais est boudée
par les Oscars. Le film marche bien dans les pays anglophones friands des comédies musicales. Madonna
s’est refait une virginité et peut revenir au devant de la scène musicale.
Like A Phoenix
L’album Ray of Light porte bien son nom, il marque le retour de Madonna, c’est un carton mondial ! Elle
revient plus sereine depuis la naissance de Lourdes le 14 octobre 1996. Artistiquement parlant l’album est
plus que bon, c’est une sorte de suite à Like A Prayer de par les thèmes abordés mais également par le
coté plus intimiste des paroles. Coté promo Madonna « assure » également et se lance dans des
prestations « en direct live » ce qui ne lui arrivait que peu avant. Elle se sent plus à l’aise avec sa voix
depuis les cours de chant intensifs pris pour Evita.
Une fois de plus nouvel album rime avec nouvel enfant et le 11 Août 2000 le petit Rocco vient au monde
suivi du bébé musical Music. Madonna se marie également la même année avec Guy Ritchie le papa de
Rocco et s’installe à Londres. L’album n’atteint pas les records du précédent mais rencontre un franc
succès. Après 8 ans d’absence sur scène (due aux flops et aux grossesses) Madame Ritchie revient avec le
Drowned World Tour, elle est toujours aussi pro, sa voix s’est améliorée et se met même à jouer de la
guitare, seule ombre au tableau le concert est froid et sombre.
2003 c’est l’année de la « rébellion » de Madonna qui confortée par son enseignement Kabbalistique,
critique le système de valeur américain avec American Life. Bilan : les médias américains la boycotte.
L’album est bon mais passe à la trappe... La londonienne d’adoption part en tournée et profite du ReInvention Tour une tournée « best of » pour inclure des titres de l’album. La tournée est un succès total, du
pur Madonna de quoi ravir les spectateurs. Etrangement le concert ne sortira jamais en DVD...
Madonna semble changée en ces années 2000 par ses maternités, son mariage, l’adoption du petit David et
son enseignement Kabbalistique (critiquable ou non...), elle écrit des livres pour enfants et étend ses
combats associatifs à d’autres domaines (les enfants, l’Afrique, le respect de la planète). Jusqu’à lors
Madonna s’était engagée dans la lutte contre le cancer et le SIDA.
En tant que boulimique de travail, Madonna n’attend pas longtemps pour sortir Confessions On A
Dancefloor le nouvel album aux sons électro-disco. Madonna renoue avec ce qui avait fait son succès : les
titres calibrés pour les dancefloors et ça cartonne ! Elle entame un marathon promotionnel mondial. A peine
remise de cette promo, elle commence les répétitions du Confessions Tour. Comme d’habitude les billets
s’arrachent, la mission du show est bien remplie : le public en prend plein la vue.
En 2007, une cuvée new style pour notre Madonne préférée : "Hard Candy" est à déguster !!
Et maintenant sa vie privée va être moins chargée puisqu’elle divorce de son mari Guy Ritchie... et oui,
Madonna est et reste une femme comme les autres malgré tout....
Menu
MARTI PELLOW
Ceux qui sont nés après 1980 sont peu à connaître cette gueule d’ange au sourire ravageur venue des
lointaines et mystérieuses contrées embrumées d’Ecosse.
Leader du groupe pop-soul Wet Wet Wet, Marti Pellow a connu le succès et la gloire pendant près de dix
ans, de 1987 à 1997, surtout grâce au titre phare "Love Is All Around" du film "Quatre mariages et un
enterrement". Des chansons romantiques pour jeunes filles en fleur (d’ailleurs pourquoi que des jeunes
filles ?!) et une voix chaude et envoutante ont crée le mythe d’un groupe en vogue..(
Et en Adonis fascinant, Marti Pellow se devait d’avoir un coté sombre : l’addiction à la cocaïne finalement
qui l’a mené vers les portes de la mort. Il en témoigne aujourd’hui au plus grand nombre pour prévenir du
danger de ce paradis artificiel...
Loin de baisser les bras et malgré la séparation d’avec le groupe, Marti Pellow relance sa carrière en
propageant sa voix de velours en solo. Un succès confidentiel qui n’en reste pas moins un bonheur pour les
oreilles. On reste sur le même registre de chansons feutrées parlant d’amour.... Marti Pellow est comme le
bon vin, il se bonifie avec l’âge.
On a récemment pu l’admirer dans l’émission de télé-réalité "Just the Two of Us" qu’il a gagné en duo avec
l’actrice anglaise Hannah Waterman.
Quant à sa vie privée, il reste discret, même si l’on peut espérer secrètement pouvoir l’entendre un jour se
dévoiler... Il nous reste ce sourire légendaire qui ferait fondre même la plus rude des brutes.... !
Pour les plus curieux ou les plus fans, voici le site consacré à Marti Pellow :
http://www.martipellowofficial.com
Menu
MIKA
Voilà un nouvel extra-terrestre arrivé sur la planète pop-musik !
Mais celui-ci a pour lui un univers original où se croisent des étoiles (Grace Kelly..) et des comètes (Relax !),
on décolle littéralement à chacun de ses textes ludiques et légers...
Des envolées lyriques, une voix qui part dans les confins interstellaires, des instruments de musique
(guitare, batterie) comme des jouets que l’on laisserait à un enfant qui va se défouler dessus....
c’est un vrai moment de flottement, on imagine bien les astronautes sautiller sur la Lune avec dans les
écouteurs les titres de Mika, on plane avec lui, cette nouvelle perle de la musique pleine de couleurs...
A découvrir absolument !
Menu
PINK
Comme tous les destins hors du commun, celui de Pink peut s’apparenter à un conte de fée qui
commence dans des conditions difficiles mais qui se termine plutôt bien...
Issue d’une famille séparée, la jeune Alecia Moore prendra le parti d’aller vivre chez son père, après avoir
été gracieusement remerciée par sa propre mère (elle s’est fait mettre dehors en résumé...).
Elle s’essaie dans plusieurs groupes locaux qui ne collent pas avec son caractère bien trempé. Malgré tout,
Pink est signée en solo par le label de son dernier groupe.
Son premier album en 2000, "Can’t Take Me Home" à la rythmique assez R’n’B se vent plutôt bien aux
États-Unis, grâce à des titres comme "There you go".
La carrière de la flamboyante et provocante chanteuse est lancée. Preuve en est l’année suivante
puisqu’elle participe à la bande originale du film "Moulin Rouge" aux cotés de Christina Aguilera avec la
reprise désormais célèbre de Lady Marmelade : "Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?"
Pink est assez connue pour tenter l’expérience d’un second album plus pop rock en 2002, "M !ssundaztood"
d’où seront tirés ses plus gros succès comme "Get the party started" ou "Family Portrait". Elle va affiner
aussi son look tendance punk qui lui va si bien, à Mademoiselle Pink !
Elle connaît un passage à vide lors de la sortie de son troisième album, "Try This" aux sonorités rock
tendance punk. Les ventes sont décevantes mais Pink ne lâche pas le morceau... C’est son coté hargneuse
qui domine !
Un quatrième album, "I’m Not Dead" et c’est reparti ! "Stupid girl" caracole en tête des charts... Que
demandez de plus... la sauce Pink est toujours aussi efficace, quel que soit le style.... Au cours de cette
période elle épouse le champion de motocross Carey Hart dont elle se séparera en 2008. Et oui, malgré un
look qui peut paraitre équivoque, Pink reste à la recherche du mâle comme tant d’autres...
Après avoir pris un peu de repos mérité et avoir peaufiné son album suivant, Pink et sa voix érayée si
reconnaissable sortent "Funhouse" fin 2008. Et bingo, c’est encore un carton ! "So What" et "Sober" sont
parmi les meilleures ventes... Entre ballades mélancoliques et rythmes plus rock, la recette est bonne...
Menu
QUEEN
Au-delà du mythe que nous connaissons tous, voici un des groupes qui a révolutionné le rock moderne.
Qui n’a jamais entonné le célèbre : "We are the champions", du répertoire de Queen ?
C’est un des groupes phare des trentenaires, ils ont bercé notre jeunesse et nous ont laissé une trace
indélébile au cœur. Et maintenant c’est à notre tour de faire découvrir cette musique aux générations
suivantes pour que perdure la magie de ces mélodies.
Outre Brian May, Roger Taylor et John Deacon qui forment à Londres en 1970 le groupe Queen, l’emblème
et le leader naturel de cette formation est et restera le légendaire Freddie Mercury, ce chanteur à la voix de
ténor inimitable, aux variations jamais égalées. On pourrait presque lui décerner le prix de la voix du siècle.
Des clips vidéo décalés et très suggestifs ont vu le jour, des titres repris par des milliers de spectateurs lors
de leurs gigantesques concerts et des millions de fans à travers la planète se sont enchainés. Freddie
Mercury a su trouver sa source d’inspiration pour bousculer les conventions et apparaitre tel qu’il était
vraiment, sans cacher son homosexualité.
La rébellion est en marche.... Le groupe vit sa musique comme il l’entend et les fans suivent, comme
envoutés par ce chant des sirènes. Freddie Mercury joue au transformiste et ça lui va plutôt bien... En
1975, le titre "Bohemian Rhapsody" marquera leur consécration mondiale.
Ils se sont essayé à tous les styles de musique, allant du baroque au gospel en passant par le heavy metal.
Quoiqu’ils touchent, ça se transforme en or. Ils suivent les mouvances, les modes, incluant même une
touche de disco dans leurs albums, mais sans jamais se renier.
En dehors de la folie et de la créativité musicale dont ils font preuve, Queen fait la une des tabloïds. Freddie
Mercury est gay et il est malade. Le sida touche même les plus grands. Ils font bloc face à l’adversité,
continuent à travailler d’arrache-pied mais l’état de santé du chanteur décline. Freddie Mercury décède le
23 novembre 1991 à 45 ans.
La disparition de leur leader fait disparaitre le groupe du devant de la scène mais tous nous nous
accrochons encore aux souvenirs de cette voix et de ces morceaux qui ont marqué nos vies. Encore
heureux qu’il nous reste les albums que l’on peut écouter sans perdre une note pour nous rappeler la
magie d’un mythe à jamais éternel....
Menu
ROBBIE WILLIAMS
Entre le prince William, la regrettée princesse Diana, le ténébreux James Bond et le sex-symbol Robbie
Williams, que d’icônes ont vu le jour sur le sol de Sa Majesté !
On dit que les garçons naissent dans les choux et les filles dans les roses mais il existe une exception :
Robbie Williams qui a ouvert les yeux sur des centaines de bouquets de fleurs que sa maman composait
dans son magasin. Papa, quant à lui, avait la passion de l’art de la scène...
Les bonnes fées se sont alors penchées sur le berceau du petit garçon et lui ont offert trois dons : une voix
envoutante de crooneur, un charisme enjôleur et piquant qui fascinera les foules et enfin un sex-appeal
naturel et torride qui attirera autant les femmes que les hommes. Voilà le jeune Robbie paré pour sa
destinée !
Maman croit au talent de son fiston. Et elle ne veut que son bonheur. Elle sait déjà que Robbie doit
accomplir de grandes choses et qu’il adore le chant. Alors une occasion se présente : un casting pour un
boys band.
Robbie arrive à l’audition l’air nonchalant et badaboum ! Les dons se révèlent et il offre aux membres du
jury une prestation jusque là inégalée. Il est alors engagé dans le célèbre groupe pour minettes (et minets
en mal de reconnaissance...) des années 90, « Take That » !
Mais bon, malgré le succès planétaire du groupe, l’argent facile et les cris hystériques des fans, l’image du
gentil gendre idéal qui se trémousse sur des rythmes pop et des paroles légères lassent très vite Robbie qui
se rebelle et change de look. Les dissensions apparaissent entre les membres du groupe au fil des mois et il
est remercié en 1995. Mais le TGV Robbie Williams est déjà en marche !
1997. Après quelques galères, dues à la consommation de substances illicites ... et licites (en résumé
drogue et alcool !), sort son premier album "Life thru" sur lequel figure la désormais très célèbre ballade
"Angels" qui le propulsera au rang de star planétaire ! Maman avait raison de croire en son petit Robbie....
Au fur et à mesure des albums qui vont suivre, Robbie va révéler sa vraie nature d’artiste complet toucheà-tout et néanmoins déjanté et sans pudeur (pour le plus grand plaisir des spectateurs !) : des clips
censurés et provocateurs qu’il se plait à produire, des duos prestigieux avec les stars en vogue (passant de
Kylie Minogue à Nicole Kidman). Le mythe Robbie Williams est né !
Glamour autant que dérangeant, il attire les foules, les plonge dans son univers pop-rock aux multiples
palettes d’harmonie et leur fait tourner la tête par une gestuelle des plus suggestives qui attise les sens !!
N’ayant pas peur de choquer et cherchant même l’excès, ce garçon sensible et généreux (Il a crée sa
fondation, "Give It Sum", qui se bat pour le sauvetage de sa région), n’en est pas moins avide de plaisirs
extrêmes... qui font courir les plus saisissantes rumeurs : Robbie Williams ne serait pas contre une relation
homo ! : "Je pense que chaque hétéro a la capacité de faire l’amour avec un autre homme. C’est surement
une possibilité à ce moment de ma vie. Si je rencontre un homme que j’aime suffisamment pour faire
l’amour avec lui, alors je le ferai" (entretien pour le magazine gay américain "The Advocate").
Affaire à suivre... en tout cas, tout le monde s’accorde à dire que Robbie Williams est un véritable
phénomène !!
Menu
AMARAL
Amaral est l’une des valeurs sûres de la nouvelle scène pop espagnole. Lancé en 2000 avec un premier
album éponyme, Amaral est un duo constitué d’une interprète, Eva Amaral, et un musicien, Juan Aguirre.
Ce qui plaît d’emblée avec Amaral, c’est l’association de mélodies entraînantes et de beaux textes, souvent
romantiques. Les esprits chagrins avanceront bien sûr qu’il s’agit de soupe à l’eau de rose… La musique
espagnole offre pourtant une image singulière des chansons d’amour : c’est un style à part entière qui n’est
pas relégué au second plan et qui inspire au contraire des artistes de grand talent.
Parmi les chansons les plus réussies, citons Como hablar tirée de l’album Estrella de mar. La musique de
cette chanson est tellement obsédante qu’elle reste longtemps dans la mémoire après l’écoute, et l’on se
surprend à siffloter cet air bien après l’avoir écouté !
Autres chansons très agréables, Sin ti no soy nada et Te necesito issus de l’album Una pequeña parte del
mundo.
Signalons pour finir que le dernier album d’Amaral, Pajaros en la cabeza, sorti en 2005, a tout pour ravir ses
fans, tant il recèle de pépites musicales…
Site Internet officiel : http://www.amaral.es/
Cet article a été publié avec le généreux concours du site Camino Latino
Menu
MONICA NARANJO
Les Espagnols n’ont pas à nous envier notre Mylène : ils ont la leur en la personne de Monica NARANJO !
Belle plante à l’organe puissant, parfois blonde, souvent brune - quelle gourgandine ! - elle hurle qu’elle
survivra (Sobrevivire), qu’elle vient de retrouver son amour ( Tu y yo volvemos al amor ), qu’elle est une
panthère en liberté (Pantera en libertad), ou encore elle réclame qu’on la détache ( Destame) sur des clips
où abondent les beaux mâles en petites tenues...
A ce titre, ne pas rater le clip de Sobrevivire, où l’on voit hommes et femmes du même sexe s’embrasser.
Menu

Documents pareils