L`OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFÉ

Commentaires

Transcription

L`OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFÉ
L'OFFRE ET LA DEMANDE
DE CAFÉ
POINT TRIMESTRIEL
SEPTEMBRE 2014
L'OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFE
POINT TRIMESTRIEL
SEPTEMBRE 2014
I. PRODUCTION
Brésil
Vietnam
L'observation des rendements du Minas Gerais et de la récolte de
conillon, plus élevés que prévus, nous a conduits à réajuster légèrement
notre prévision concernant la production brésilienne de 2014, pour la
porter à 47,0 millions de sacs. Dans l'ensemble, les rendements
confirment néanmoins nos inquiétudes initiales, et la récolte d'arabica à
29.5 millions de sacs, s'annonce d'ores et déjà comme la plus faible
depuis 2007. Après avoir suscité des estimations extrêmement diverses,
le marché semble avoir trouvé un consensus sous le seuil des 50 millions
de sacs. Le recul qui se profile ainsi au Brésil va se traduire par le plus
important déficit global de production jamais enregistré depuis 20052006.
L'état actuel des caféiers, et donc le potentiel de la récolte 2015,
demeure le curseur déterminant, pour les principaux facteurs (et les prix)
qui feront les deux prochaines saisons. S'il est important en soi, le déficit
2014-2015 n'est pas sans précédent, et c'est bien la possibilité de voir se
creuser un nouvel écart en 2015-2016 qui maintient les prix à de hauts
niveaux et laisse le marché dans une grande expectative. Mais il nous
semble trop difficile à ce stade de prévoir la production de 2015, car
la floraison n'est pas encore amorcée et le pays vient de connaître
une sécheresse d'un niveau exceptionnel.
Nous maintenons nos prévisions concernant la récolte
vietnamienne de 2013-2014 et prévoyons toujours une légère
réduction pour celle de 2014-2015. La tendance à substituer la
culture du poivre à celle du café, ajoutée à une période de gel
dans le nord, a réduit le potentiel de production de la
prochaine saison, mais la bonne tenue des prix du robusta a
largement permis aux exploitants de recourir aux engrais et de
rénover leurs plans.
Les exportations vietnamiennes de 2013-2014 sont revues à la
baisse, au regard du ralentissement des expéditions, mais
marquent toujours une progression de 13 % en année glissante.
Les exportations, ajoutées aux stocks déjà disponibles à Ho Chi
Minh, qui ont triplé en l'espace de 12 mois, reflètent bien
l'amplitude de la récolte. Dans les zones de production, en
revanche, les faibles niveaux de stock actuels sont inférieurs aux
niveaux habituellement observés à cette époque de l'année.
S'il est prématuré, donc, d'estimer ce que sera la production de 2015, il
est un fait qu'à la veille de leur floraison principale les caféiers brésiliens
sont en mauvais état. Le fort déficit de précipitations dont ont souffert
les zones productrices d'arabica a en effet eu pour contrecoup de
freiner la croissance des caféiers et réduira donc le rendement... Reste
à savoir dans quelle mesure. Quoi qu'il en soit, ce n'est qu'en
découvrant les conditions climatiques de septembre et en réalisant notre
tournée des récoltes pendant la période de grande floraison d'octobrenovembre que nous pourrons réellement nous prononcer pour 2015. La
précocité de la floraison du mois d'août nous semble peu inquiétante,
comparée au facteur de stress que le temps très sec a constitué pour les
plants de café.
Les différentiels vietnamiens se sont raffermis en juin, mais ont ensuite
accusé une baisse à la faveur d’une hausse des cours à Londres. Depuis la
baisse de juin, ceux-ci sont en hausse de 200 $/t.
Indonésie
‘
Les chiffres des exportations, en très net recul, et les signaux négatifs
relayés par les observateurs locaux nous ont contraints à réduire
significativement notre estimation de la récolte 2014-2015, que nous
situons à présent à un niveau inférieur de 25 % à celui de 2013-2014. La
volatilité de la production du troisième plus grand producteur de
robusta demeure. La floraison précoce et abondante des plants
indonésiens crée par ailleurs les conditions d'une possible reprise de la
production sur 2015-2016, mais il faudra aussi tenir compte des
incertitudes aujourd'hui plus importantes concernant les conditions
météorologiques.
Suite à la baisse des récoltes indonésiennes, le déficit de robusta global
que nous attendions pour 2014-2015 se creuse, à 1,9 million de sacs, pour
atteindre le plus haut niveau enregistré depuis neuf ans.
Malgré la baisse de rendement attendue pour la récolte 20142015, les différentiels brésiliens du dernier trimestre sont restés
dans la norme. La pression associée à la période de récolte et
l'abondance des stocks de report de 2013-2014 ont permis de
bien approvisionner le marché et de maintenir la bonne tenue
des exportations.
L'OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFE
POINT TRIMESTRIEL
SEPTEMBRE 2014
Colombie
L'offre intérieure ayant dépassé nos prévisions, nous avons logiquement
revu à la hausse notre estimation de la production 2013-2014, à
11,5 millions de sacs. Il est probable qu'au cours de la saison passée une
certaine quantité de café soit arrivée sur le marché colombien par des voies
détournées, en raison de la hausse des prix et grâce à un coup de pouce de
l'Etat. Malgré tout, les plants sont en train de gagner en volume, sous
l'effet du large programme de rénovation qui a été lancé dans le pays. Ces
éléments nous ont donc incités à porter notre prévision pour 2014-2015 à
12,0 millions de sac. Une récente tournée d'observation nous a permis de
confirmer le bon potentiel de la prochaine récolte. Nous avons
notamment constaté que les conditions agronomiques actuelles sont les
meilleures qui aient jamais été réunies depuis 6 saisons. Le risque de voir
se produire un phénomène El Niño au cours des six prochains mois est
réel, et aurait un effet néfaste pour la production, mais la probabilité que
cet événement se produise est de moins en moins forte.
II. LA DEMANDE
Nous n'avons revu que très légèrement nos projections concernant la
demande et prévoyons toujours que l'augmentation de la consommation va
légèrement ralentir sur les saisons 2013-2014 (à une moyenne à long terme
de 2,5 %) et 2014-2015 (à un niveau tout juste inférieur à la moyenne à long
terme). L'évolution des prix aura ces prochaines saisons un effet
déterminant sur la demande. Nos appréciations tiennent compte du haut
niveau actuel des prix, mais toute nouvelle augmentation de la valeur du
café appellera une remise à plat des perspectives de la demande.
L'augmentation de la production colombienne a compensé le déficit d'offre
de l'Amérique centrale. La récolte 2013-2014 globale des deux zones
caféicoles se situe dans la lignée de la moyenne observée depuis dix ans,
mais d'après nos prévisions, celle de 2014-2015 devrait lui être supérieure
de 6 %, ce qui en fera la plus importante depuis celle de 2007-2008.
Amérique centrale
La production de l'Amérique centrale a subi les conséquences de la Roya, la
récolte 2013-2014 globale de l'ensemble de l'Amérique centrale et du
Mexique étant la plus faible depuis 2004-2005, en recul de 16 % par
rapport à la saison précédente. Nous avions toutefois surestimé la baisse
et avons donc rehaussé nos prévisions pour la production 2013-2014 du
Honduras, du Guatemala et du Nicaragua. A l'inverse, nous avons rabaissé
les perspectives que nous avions entrevues pour le Mexique. Pour 20142015, nous prévoyons une modeste reprise de la production pour
l'Amérique centrale et le Mexique, que nous situons à 1,0 million de sacs,
mais le résultat final restera de 7 % inférieur à celui de la production
moyenne de 2008-2013. Ainsi, nous pensons que l'Amérique centrale et le
Mexique ne pourront retrouver leurs niveaux de production d'avant la
maladie qu'après la saison 2014-2015, en supposant une bonne tenue des
prix, et que les conditions météorologiques soient bonnes.
En raison du net recul attendu pour la récolte brésilienne de 2014-2015, la
dynamique de la demande sur cette même saison devrait être à contrecourant de celle de 2013-2014, qui s'est notamment traduite par une forte
augmentation de la consommation d'arabica brésilien et une réduction
pour l'arabica non brésilien. Sachant par ailleurs que l'offre et le potentiel
d'exportation de l'Amérique central et de la Colombie ont augmenté, nous
pensons à présent que la consommation d'arabica non brésilien
progressera de 2 %. En outre, une production brésilienne moins élevés cette
année, et un écart Londres/New York beaucoup plus marqué, devraient
soutenir l'augmentation de la demande de Robusta la saison prochaine.
Avec la baisse de la production indonésienne, une grande part de cette
demande d'importation devra être satisfaite via le Vietnam, et le Brésil
(conillon).
Cela ne signifie pas que l'écoulement de l'arabica brésilien fléchira en 20132014. Pour cette même saison en effet, les exportations d'arabica brésilien
atteindront probablement 30,2 millions de sacs, dont 27,5 seront
consommés et dont le solde viendra s'ajouter aux stocks des marchés de
consommation. En 2014-2015, les exportations d'arabica brésilien devraient
augmenter de seulement 3 %, car les stocks existants viendront combler le
déficit de production.
Ainsi, pour que la demande augmente bien conformément à nos prévisions,
il faudra que la saison 2014-2015 soit marquée par un gros déstockage.
Quant à savoir si cette tendance se matérialisera au point de départ ou dans
les pays consommateurs, la réponse dépendra des prix et des différentiels.
Pour l'heure, il est clair qu'en 2014-2015 la demande dépassera la
production et qu'il y aura déficit d'offre à la fois pour l'arabica et pour le
Robusta.
L'OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFE
POINT TRIMESTRIEL
SEPTEMBRE 2014
III. LES SOLDES ET LES STOCKS
En raison d'un fort arbitrage et de l'augmentation de la demande émanant
des marchés émergents, le marché du robusta devrait accuser en 20142015 le plus grand déficit jamais enregistré depuis 2005-2006.
Pour la première fois depuis la saison 2005-2006, les prévisions pour 20142015 annoncent un déficit d'offre aussi bien pour le marché de l'Arabica
que pour celui du Robusta.
Un déficit de sept millions de sacs sur le marché de l'arabica brésilien
entraînera des prélèvements sur les stocks issus des deux saisons
précédentes, dont la production avait été excédentaire.
La baisse de la production brésilienne et l'augmentation de la demande
d'arabica doux en 2014/15 devraient se traduire par un retour du marché à
l'équilibre, après trois saisons à excédents.
On observe aujourd'hui dans les entrepôts des importateurs et dans les
réserves des producteurs la présence de stocks de report 2013-2014
importants ; mais si la demande ne devait augmenter que modestement, il
est probable que ces acteurs procéderont en 2014-2015 à un déstockage lui
aussi très important.
La perspective fondamentale, que traduit le ratio stocks/utilisation, fait
apparaître un très fort revirement - avec le passage d'un bon
approvisionnement des marchés en 2013/14 à une situation beaucoup plus
tendue en 2014/15, ainsi qu'un manque d'approvisionnement tampon
important. Cette évolution va amplifier la tendance, déjà amorcée
depuis plusieurs années, qui voit le volume des stocks baisser par
rapport à la demande.
L'OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFE
POINT TRIMESTRIEL
VOLCAFE
SEPTEMBRE 2014
IV. TABLEAUX
PRODUCTION PAR PAYS
Millions de sacs
de 60 kg
Brésil
Vietnam
Colombie
Indonésie
Inde
Pérou
Honduras
Ethiopie
Mexique
Guatemala
Ouganda
Côte d'Ivoire
Costa Rica
Salvador
Nicaragua
Chine
Tanzanie
Autres
TOTAL
PRODUCTION PAR TYPE
2011/12
2012/13
2013/14
2014/15
48,0
28,0
7,0
6,2
6,0
5,1
5,8
4,8
4,3
3,6
2,8
2,0
1,7
1,3
2,0
1,0
0,6
10,0
56,8
25,3
8,5
12,1
5,8
4,3
4,7
5,1
4,4
3,6
3,7
1,7
1,7
1,2
1,8
1,2
9,6
57,2
30,0
11,5
11,3
4,9
4,6
4,4
4,7
3,7
2,9
3,5
1,7
1,5
0,6
1,6
1,0
0,9
9,5
47,0
28,5
12,0
8,5
5,7
3,3
4,8
4,7
4,0
3,0
3,6
1,9
1,5
0,8
1,6
1,0
1,0
9,7
140,4
152,9
155,5
142,7
1,1
2011/12
2012/13
2013/14
2014/15
Arabica
Brésil
Colombie
Ethiopie
Pérou
Honduras
Mexique
Guatemala
Inde
Autres
78,3
32,3
7,0
4,8
5,1
5,8
3,2
3,6
1,9
14,4
85,9
39,3
8,5
5,1
4,3
4,7
3,7
3,6
1,8
14,8
86,1
40,7
11,5
4,7
4,6
4,4
2,7
2,9
1,6
13,0
75,3
29,5
12,0
4,7
3,3
4,8
2,9
3,0
1,8
13,4
Robusta
Vietnam
Brésil
Indonésie
Inde
Ouganda
Autres
62,1
27,2
15,7
5,2
4,1
2,0
8,1
67,0
24,6
17,5
10,6
4,0
2,8
7,5
69,4
28,8
16,5
10,5
3,3
2,7
7,7
67,4
27,5
17,5
7,5
3,9
2,9
8,1
TOTAL
140,4
152,9
155,5
142,7
Millions de sacs
de 60 kg
CONSOMMATION PAR REGION
Millions de sacs
de 60 kg
CONSOMMATION PAR TYPE
2011/12
2012/13
2013/14
2014/15
UE28
41,3
41,3
41,5
41,5
Autres Europe
7,9
8,1
8,2
8,3
USA et Canada
25,8
26,3
27,0
27,7
Asie
28,8
31,5
33,4
35,2
Afrique
8,5
8,6
9,0
9,2
Amérique latine
28,5
29,3
29,4
29,5
Volume incrémentiel
4,2
4,3
3,4
3,0
Croissance
3%
3%
2%
2%
TOTAL
140,8
145,1
148,5
151,5
2012/13
2013/14
2014/15
Croissance
Total Robusta
Par importateurs
Par marché interne Brésil
Par autres producteurs de café
15 %
63,1
36,2
11,2
15,7
6
%
66,7
36,4
12,9
17,3
1%
67,4
36,7
11,6
19,1
69,3
37,7
12,3
19,3
Croissance
Brésil Arabica
Par importateurs
Mar marché interne Brésil
-12 %
33,8
24,8
9,1
-1 %
33,6
25,8
7,8
8
0
%
36,3
27,5
8,8
%
36,4
28,2
8,2
Croissance
Arabica hors Brésil
Par importateurs
Par producteurs
1%
43,9
36,9
7,0
2%
44,9
37,6
7,3
0%
44,8
37,2
7,6
2%
45,8
38,0
7,8
140,8
145,1
148,5
151,5
TOTAL
SOLDE PAR TYPE
3%
VARIATION DES STOCKS SUR LA SAISON
Millions de sacs
de 60 kg
2011/12
2012/13
2013/14
2014/15
Solde robusta
Production
Consommation
-1,0
62,1
63,1
0,3
67,0
66,7
2,0
69,4
67,4
-1,9
67,4
69,3
-0,6
-1,5
32,3
33,8
5,7
39,3
33,6
4,4
40,7
36,3
-6,9
29,5
36,4
1,6
Solde arabica hors Brésil
2,1
46,0
Consommation
43,9
1,7
46,6
44,9
0,6
45,4
44,8
0,0
45,8
45,8
4,4
Production
Solde arabica t otal
Production
Consommation
0,5
78,3
5,0
86,1
81,1
-6,9
75,3
82,2
6,0
77,7
7,4
85,9
78,5
TOTAL
-0,4
7,8
7,0
-8,8
5,5
Solde arabica Brésil
Production
Consommation
2011/12
Millions de sacs
de 60 kg
S o l d e à 4 ans
2011/12 2012/13
2013/14
2014/15
0,0
0,1
-0,1
2,0
0,6
-1,9
-0,6
1,4
-1,3
5,9
0,4
5,5
4,4
-6,9
2,9
-1,1
1,5
-5,8
1,5
1,4
0,1
0,9
1,3
-0,4
0,6
0,6
0,0
-0,2
0,0
0,2
6,8
1,7
5,1
5,0
3,5
1,5
-6,9
Lieu d'origine
-0,5
1,3
-1,8
Total
-3,0
6,8
7,0
-8,8
Millions sacs 60 kg
Var. stocks robusta
-2,5
Prêts à la consom. -4,2
Lieu d'origine
Var. stocks Arabica Brésil
1,7
-2,0
Prêts à la consom. -0,1
Lieu d'origine
Var. stocks Arabica hors Brésil
Prêts à la consom.
Lieu d'origine
Total var. stocks Arabica
Prêts à la consom.
-1,9
-1,3
-5,6
L'OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFE
POINT TRIMESTRIEL
IV. PRIX
SEPTEMBRE 2014
ARABICA NEW YORK ET ROBUSTA LONDRES : PREMIER MOIS EN CONTINU
ARABICA NEW YORK "C" - ROBUSTA LONDRES LIFFE : ARBITRAGE 1er MOIS – 1er MOIS
ARABICA BRESIL BM&F – ARABICA NEW YORK "C" : ARBITRAGE 1ER MOIS – 2EME MOIS
L'OFFRE ET LA DEMANDE DE CAFE
POINT TRIMESTRIEL
SEPTEMBRE 2014
DIFFERENTIELS BRESIL 2004-2014
DIFF. ETHIOPIE NATURE VS BRESIL 2004-2014
DIFFERENTIELS COLOMBIE ET PEROU 2004-2014
DIFFERENTIELS ROBUSTA 2004-2014
DIFFERENTIELS AM. CENTRALE 2004-2014
DIFFERENTIELS ROBUSTA 2004-2014

Documents pareils

Les aspects botaniques

Les aspects botaniques maladies. Les cultivars les plus connus sont : - Blue Mountain – cultivé en Jamaïque et au Kenya - Mundo Novo – croisement de Typica et Bourbon, initialement cultivé au Brésil - Kent – initialement...

Plus en détail