13 Octobre 2015

Commentaires

Transcription

13 Octobre 2015
QUID
NOVI
Journal des étudiant-e-s
en droit de l’université McGill
Published by the McGill Law
Students’ Association
Volume 37, no 2
24 Octobre 2015| October 13, 2015
QUID
NOVI
QUID NOVI
3644 Peel Street
Montréal, Québec H2A 1X1
[email protected]
http://quid.mcgill.ca/
http://www.quidnovi.ca
EDITORS IN CHIEF
Melissa Cederqvist
Nathan Cudicio
Alexa Franczak
LAYOUT EDITORS
Marie-Pier Gauthier
Chen Yu
ASSOCIATE REVIEWERS
Kaishan He
Lindsay Little
Elspeth McMurray
Shy Shalev
Andrew Stuart
Kayla Tink
Journal des étudiant-e-s
en droit de l’université McGill
McGill Law’s Weekly Student Newspaper
Volume 37, no2
13 Octobre 2015| October 13, 2015
What’s inside ?
Quel est le contenu ?
Une réforme 4
CALL FOR VOLUNTEERS 6
Event : DIANE HUMETEWA at MCGILL 6
PUPPIES AND APPLES IN THE ATRIUM 7
LAW LIBRARY NEWS 8
Lettre: Advisory Committee 9
Overheard: Two Straight Guys in the Library 10
« De la vocation de savant » 11
CALL FOR SUBMISSIONS 13
DDF - International Congress of Law and Mental Health 13
Torts & Tarts/Délits-cieux 14
Pourquoi j’ai décidé de voter malgré tout 15
Event : Dennis Edney, lawyer for Omar Khadr 16
Applications for the International Human Rights Internships
Program 17
Overheards 18
Fun and games 18
COLUMNISTS
Charles Daoust
Hyacinthe Huguet
Lindsay Little
Suzanne Zaccour
Want to talk ?
Tu veux t’exprimer ?
Envoyez vos commentaires ou articles avant
jeudi 17h à l’adresse : [email protected]
Toute contribution doit indiquer le nom de
l’auteur, son année d’étude ainsi qu’un titre
pour l’article. L’article ne sera publié qu’à la
discrétion du comité de rédaction, qui
basera sa décision sur la politique de
rédaction.
Quid Novi is published by the McGill Law
Students' Association, a student society
of McGill University. The content of this
publication is the sole responsibility of
the McGill Law Students' Association
and does not necessarily represent the
views of McGill University.
Contributions should preferably be submitted
as a .doc attachment (and not, for instance,
a “.docx.”).
The Quid Novi is published weekly by the students of the Faculty of Law at McGill University. Production is made possible through the direct support of students. All contents copyright 2015 Quid Novi. Les opinions exprimées sont propres aux auteurs et ne réflètent pas nécessairement celles de l’équipe du Quid Novi. The content of this publication does not
necessarily reflect the views of the McGill Law Students’ Association or of McGill University.
Co-Editors-in-Chief
Melissa
Cederqvist
autumn arrives
It’s October and the colder temperatures still have a novelty to
them, the days become shorter, sweaters reign, and the tempo of
classes begins once again to take root in the student’s mind. The
reading, writing, “Aha!” moments, and of course the more mundane tasks of being a student return after a long summery pause.
selves as intimately connected to the natural world, and limited
like all life by the passing of time itself.
We live in a vast, impersonal, and largely urban society which
extols the virtue of working to the bone and which encourages
us to lose track of time and lose touch with our own desires and
Natural rhythms, like the transition from summer to fall, which
feelings. Dissatisfaction with oneself on a very personal level is
used to define life for the majority of people throughout history systemic and is a key component of the contemporary consumer
have now become interesting inconveniences for white collar
economy which relies on people buying goods they don’t need,
urban dwellers who hustle between climate-controlled homes
products which temporarily quiet our anxieties about not being
and offices. Previously the ability to assess the pattern of the sea- good enough. It also provides us with innumerable avenues for
sons could mean the difference between a harvest and a failed
distraction. Noticing our connection to the natural world and our
crop, the correct rationing for the winter or the timely construc- embeddedness in the passage of time should lead us to paying
tion of winter dwellings. Even modern outdoorsy types know on attention to the world around us instead of blocking it out. Often
an implicit level that if they were ever to tire of slugging it out on this is hard because of the immensity of the challenges facing our
those humid canoe trips in August that they can always choose to species.
give it up for something more domestic.
We can receive insight from the changing seasons and the
In our world these rhythms become negotiations on where to
passage of time. It can demand of us a new way of interacting
take off your wet boots, and whether to grab half-decomposed
with others and the world beyond our immediate circles, and a
umbrella from off the hook in case of rain. For most weather may different way of having relationship with ourselves. It demands
be aesthetic, but rarely revered or feared. We don’t set bonfires that we be kind to one another and realize that everyone is going
to celebrate the solstices, or venerate the earth goddesses of our through something, and it asks us to find basis for solidarity in
ancient past. December makes nostalgic personalities dream of
the struggle to make our collective existence better here on earth
fluffy blankets of snow covering rolling fields, and perfectly crisp where our future is intimately tied to that of the natural world.
snowflakes on wool hats. The reality of grey sludge and covert
patches of ice are not enough to completely erase such beautiful It means that we must stop distracting ourselves and finally
imaginaries and still not enough to completely change our every- ask what is going on in our communities and in the rest of the
day experience to one of survival or perishing. .
globe—to reject that apathy and noninvolvement that only furthers the interests of those who currently hold power. It means
One consequence of losing a perspective attuned to the natural
taking care of ourselves and asking what fulfills us and what matworld is that days begin to pass with much monotony. Our work ters to us when we are asked to direct our attention and energy.
doesn’t change with the season, the tasks stay true to their
It dares us to see as changeable the world we have been so acroutine within the same office or library as four months earlier,
customed to viewing as static, and encourages us to mould with
and often four months even before that. Time passes quickly and our hands a world defined by abundance and compassion where
without much fanfare.
now we see want and violence.
But as much as time may seem illusory in our repetition of these
same tasks—time is, of course, real. The last hundred years have
transformed our ways of being irreversibly, and new technologies
have connected us with exciting immediacy to fellow humans
who live all over the world. The global networks of communication bring us news of war, of pollution and changing weather patterns, and let us see in real time the dire situations of others like
the current refugee crisis where individuals are trying to escape
situations which are out of their control. Even our bodies, made
with their pulpy, earthy material, constantly remind us of our
own impermanence and should in theory allow us to regard our-
QN • 13 Oct 2015 • 3
Law II
Une réforme
Hyacinthe
Huguet
Les étudiants de deuxième année de la faculté ont participé la semaine dernière à un atelier, dans le cadre du cours de Legal Ethics
and Professionalism, sur la saga juridique entourant la démission
de la bâtonnière du Barreau, Mme Khuong. Cette affaire semble
venir miner davantage l’image du Barreau et la confiance déjà
vacillante que la population accorde à la profession en plus de
soulever une question pérenne de la critique néolibérale : faut-il
déréglementer la profession d’avocat ? Il semble que la libéralisation et la déréglementation de la profession soient souhaitables
bien qu’elles comportent des aspects négatifs.
La libéralisation et la déréglementation de la profession auraient
pour effet de faciliter l’accès à la justice. Cette amélioration serait
la résultante d’une compétition libre dans un marché libre. En effet, lorsque plusieurs acteurs commerciaux luttent pour une plus
grande part de marché, ils tendent à offrir des prix concurrentiels
afin d’attitrer un plus grand nombre de clients.
Ainsi, si le « secteur juridique » admettait une pluralité d’entités
professionnelles, la fluctuation des tarifs offerts par celles-ci
serait animée par la saine dynamique de la compétition dans un
marché libre.
exemple, où l’utilisation des ressources nécessaires à la production du produit final requiert l’implantation d’un vaste réseau
d’infrastructures coûteuses. Dans ces circonstances, les acteurs
de moindres envergures peuvent difficilement pénétrer le marché, ou s’ils y parviennent, risquent de ne pas pouvoir demeurer
concurrentiels en raison de la dépendance qu’ils entretiennent
envers les infrastructures de l’entité dominante. Force est de constater que le secteur juridique ne semble pas se prêter à la thèse
du monopole naturel. En somme, il appert que la suppression du
monopole actuel entraînerait une libre compétition dans un libre
marché menant à une baisse des prix et conséquemment à une
plus grande accessibilité aux services juridiques.
En plus de la baisse des prix, la compétition a pour autre corollaire l’innovation, laquelle pourrait entraîner une amélioration de
la qualité et une augmentation de la variété des services juridiques offerts à la population. En effet, la compétition entre les
entreprises ou les particuliers dans le secteur juridique aboutirait
à une plus grande innovation en matière de services juridiques.
En ce sens, la baisse de prix ne constitue pas le seul moyen
de conquérir une plus grande part du marché. Par analogie,
l’industrie des télécommunications offre quantité d’exemples de
Imaginons un instant que quiconque puisse demain matin ouvrir créations innovatrices, de sophistication et de raffinements des
un cabinet et offrir au public des services juridiques de la même produits émergeant au terme d’une lutte entre acteurs commermanière qu’il est permis à chacun d’ouvrir une boulangerie ou
ciaux pour s’attirer une plus grande part de la clientèle. L’exemple
de fournir des services de massothérapie quand bon lui semble. d’Apple est frappant à cet égard ; au tournant des années 2000,
Il n’y aurait aucun diplôme à détenir ni d’ordre professionnel à
en concevant des produits à l’esthétique soignée et dont le
joindre afin de dispenser des services juridiques. N’ayant encouru maniement fait principalement appel à l’approche intuitive des
aucuns frais liés à son éducation ni à son adhérence à un ordre,
usagers, l’entreprise de feu Steve Jobs déloge prestement Blacknotre juriste impromptu proposerait probablement des tarifs plus Berry de son statut d’entité dominatrice du marché des téléintéressants que son collègue membre du Barreau.
phones intelligents et s’accapare ainsi une clientèle grandissante
encline à débourser des sommes considérables pour se procurer
Les portes de ce marché étant maintenant grandes ouvertes,
des articles sophistiqués.
voilà qu’une légion d’entrepreneurs autodidactes se lancent en
affaire. Le nombre d’acteurs commerciaux ayant significativeOn voit comment la compétition libre entre différents acteurs
ment augmenté, la compétition devient féroce et les prix chutent dans le secteur juridique pourrait pousser ceux-ci à investir masinexorablement. Il s’agit là essentiellement de la logique économ- sivement dans la recherche et le développement de services et
ique derrière l’accessibilité à la justice par la déréglementation.
de produits améliorés ou à en élargir l’éventail. De plus, souciAussi décalée que cette fiction puisse paraître, elle n’est pas
euses d’innover, les entités ouvrant dans le secteur juridique
inenvisageable ; il suffirait de briser le monopole que les avocats comprendront l’importance de porter attention aux différents
membres du barreau détiennent à l’heure actuelle sur les servi- besoins des usagers et à leurs attentes grandissantes.
ces juridiques. Certains avanceront que, bien qu’antinomique aux
préceptes d’une économie de marché, le monopole peut mener à Par ailleurs, l’innovation peut poindre dans des recoins du marune meilleure exploitation d’un secteur économique.
ché jusqu’ici inexploré et ainsi inciter des entreprises à nicher
leurs services dans un secteur pointu ou très précis s’adressant à
Cet argument peut tenir la route dans un contexte présentant des des usagers autrefois laissés pour compte. Il convient d’admettre
conditions d’exploitation justifiant l’exercice d’un acteur commer- que la libéralisation de la profession au sein d’un marché libre
cial unique, comme dans le cas de l’industrie hydroélectrique par peut mener à une meilleure accessibilité au système de justice
QN •
13 OCt 2015
•4
par la baisse des prix et à une amélioration des services ainsi qu’à protecteur des consommateurs dans la mesure où leur exercice
leur diversification à travers l’innovation.
pourrait cohabiter avec la libéralisation et la déréglementation
des services. Enfin, il appert que la libéralisation et la dérégleAyant concédé les bienfaits engendrés par la libéralisation de
mentation totale de la profession exposeraient dangereusement
la profession, il convient à présent d’en identifier les risques.
des consommateurs destitués de l’assistance de l’ordre aux
Entre outres, la déréglementation pourrait rendre la population
abus de professionnels délestés du fardeau de l’obtention d’un
vulnérable aux insuffisances d’une corporation incompétente et diplôme et de responsabilités éthiques.
abusive. En effet, dans un contexte de déréglementation totale,
les acteurs commerciaux du secteur juridique n’auraient aucun
En plus de menacer la relation entre professionnels et consomstandard de scolarité à satisfaire ni de normes éthiques à respect- mateurs, la déréglementation pourrait également mettre en
er. Ainsi, le manque de formation des professionnels pourrait
cause la dynamique d’interdépendance qui anime la relation enmettre en péril la qualité des services qu’ils dispenseraient, tandis tre les professionnels et l’administration publique par laquelle les
que l’absence d’un cadre déontologique se rattachant normaleacteurs commerciaux sollicitent l’appareil judiciaire en présentant
ment à l’adhérence à un ordre professionnel menacerait potenti- leur cas devant un tribunal administré par l’État.
ellement leur intégrité ainsi que la vigilance morale avec laquelle
il est normalement souhaitable d’appréhender et de traiter un cas De ce point de vue, la marchandisation des services juridiques
juridique.
pourrait mener à une paralysie du système judiciaire et à un
asservissement de l’appareil législatif aux intérêts des acteurs
commerciaux. Premièrement, la nouvelle accessibilité au système de justice occasionnée par la baisse des tarifs et le nombre
grandissant de professionnels pénétrant le marché et cherchant
à s’établir une clientèle provoquerait une augmentation fulgurante du volume d’actions légales nécessitant l’administration
de l’appareil judiciaire étatique et ainsi menacerait d’en disloquer
la mécanique. Deuxièmement, en plus de se livrer bataille en
proposant des prix concurrentiels et des services mieux adaptés
aux consommateurs, il est probable que les entreprises oeuvrant
dans le secteur juridique chercheront à prendre un ascendant
concurrentiel sur leurs compétiteurs en s’attirant les faveurs
des corps législatifs par un fort lobbyisme. En somme, il ressort
de cette analyse qu’une libéralisation et qu’une déréglementation à outrance de la profession puissent menacer la relation
d’interdépendance entre les juristes et l’appareil judiciaire étatique.
Toutefois, on peut aisément imaginer comment une frange de
la corporation du secteur juridique pourrait choisir de renouveler son allégeance à l’ordre et de primer les certifications
d’établissements scolaires de façon à élever le statut de ses
services au-dessus de ceux proposés par ses collègues s’étant affranchis de ces impératifs. La dissolution de balises éthiques et le
rejet de standards de scolarité pourraient donc livrer les consommateurs en pâture à l’opportunisme d’une classe de professionnels étrangers aux valeurs déontologiques instillées par l’ordre et
les établissements scolaires.
Face à ces risques apparents de la déréglementation, un
client prudent souhaiterait faire appel à des conseils plus sûrs.
Évidemment le marché ne manquerait pas de répondre à ce
nouveau type de demandes exigeantes et voilà qu’émergerait
une hiérarchisation des gammes de services juridiques. On voit
comment la baisse des tarifs et l’innovation produite par la libre
compétition entre les acteurs commerciaux d’un secteur juridique
libéralisé pourraient engendrer des contrecoups sur la qualité
des services juridiques offerts à la population. Pour cette raison,
il semble bien avisé de préserver certaines des fonctions du barreau, comme celle d’organe déontologique de la profession et de
Ces dangers ne doivent pas pour autant nous dissuader
d’entreprendre une réforme de la profession d’avocat et du cadre
réglementaire qui circonscrit actuellement les conditions de la
commercialisation des services juridiques. Dans l’optique de
favoriser l’accessibilité au système de justice, il est impératif de
libéraliser la profession et de briser le monopole du Barreau sur
la réglementation des services juridiques tout en préservant sa
fonction déontologique en plus de promouvoir des moyens de
résolution de conflits extrajudiciaires.
Au surplus, il est nécessaire de permettre à des entrepreneurs
de pénétrer le marché des services juridiques en abolissant les
standards de scolarité et la nécessité d’adhérer à l’ordre professionnel et accessoirement d’y contribuer financièrement, et ce
dans le but de répondre au volume et à la diversité grandissante
des besoins des consommateurs. A priori, un monopole surgit
dans l’horizon d’une économie de marché comme un aspérité
anormale ou comme la transgression des dictas économiques
par une oligarchie effrontée et semble inévitablement profaner
l’esprit entrepreneurial et l’idée de méritocratie que la société
a érigés en piliers de l’édifice économique en tant qu’institution
juste.
QN • 13 Oct 2015 • 5
CALL FOR VOLUNTEERS: RADLAW-SAB HUMANITARIAN & COMPASSIONATE (H&C)
PROJECT
Radlaw
The RadLaw–Solidarity Across Borders (SAB) H&C Project is a
McGill Law Faculty student-initiated project that couples law
students from McGill and UQAM with refugee and migrant
families and individuals, who wish to submit an application for
permanent residency on humanitarian and compassion grounds.
de 30% du nombre de demandes acceptées depuis 2006. Pour
plusieurs personnes vivant au Canada avec un statut précaire,
une demande de résidence permanente pour des considérations
d’ordre humanitaire est un dernier recours. Travaillant en équipes
de deux sous la supervision d’un(e) avocat(e), des étudiants
travaillent avec des requérant(e)s préparant leurs demandes
– créant des arguments juridiques, préparant des affidavits,
rassemblant la documentation nécessaire – sous un modèle basé
sur l’entraide.
While the project is a significant time commitment, students
working with us not only gain significant experience in immigration and refugee law and practice, but also have the opportunity
to work and build relationship with the individuals most directly
affected by our government’s discriminatory immigration policies,
as well as with SAB’s experienced and committed community
organizers and activists. This project emphasizes building solidarity networks and moving away from the dynamics of expertise
while working with families and individuals, focusing on community building, social justice, and prioritizing the voices of those
most affected by exclusionary immigration policies.
Les politiques de plus en plus restrictives du gouvernement
canadien en matière d’immigration et d’accueil des réfugiés ont
mené à une baisse de 50% des demandes d’asile et une basse
Si vous êtes intéressé(e)s à vous joindre à nous, veuillez assister
à une séance d’information soit mercredi le 14 octobre à 18h
au local 203, New Chancellor Day Hall, McGill Faculty of Law,
3644 Rue Peel OU jeudi le 22 octobre à 17h à l’UQAM (local sera
annoncé). Si vous avez l’intention d’y assister, *RSVP* : radlaw.
[email protected]
Law II
Alizeh Ladak
Save the date: Friday, October 23, 2015
4:30pm in Room 312 NCDH
FIRST NATIVE AMERICAN FEMALE US
FEDERAL JUDGE:
DIANE HUMETEWA at MCGILL!
Please RSVP to [email protected] by October 21st.
This event is presented in association with the United States
We are incredibly excited that US Federal Judge Diane Humetewa Consulate, McGill Faculty of Law, McGill Centre for Human Rights
will be joining us at McGill for a talk and opportunity for Q&A.
& Legal Pluralism, Aisenstadt Equality & Community Justice InitiaThe topic of her remarks will be «Courts, Adjudication and Native tive, SEDE and ALSA.
American Legal Traditions”
QN •
13 OCt 2015
•6
LÀ
OÙ
VOUS
ÊTES.
Student
Affairs
Office
185 professionnels. 17 bureaux. 1 cabinet.
CLCW.CA
MONTRÉAL QUÉBEC SAGUENAY SHERBROOKE DRUMMONDVILLE RIMOUSKI ROUYN-NORANDA SAINT-GEORGES
VAL-D’OR ALMA SEPT-ÎLES RIVIÈRE-DU-LOUP AMOS SAINT-FÉLICIEN ROBERVAL PLESSISVILLE AMQUI
PUPPIES AND APPLES IN THE ATRIUM!
Take a break from your readings and studying for midterms to pet some
adorable puppies and enjoy apples from McGill’s MacDonald Campus!
Mercredi le 14 octobre de 13h00 à 14h30
À mercredi!
- Your Student Affairs Office
QN • 13 Oct 2015 • 7
Svetlana Kochkina
Law Library
LAW LIBRARY NEWS
Extended Study Hours – Fall 2015
As of Monday October 18th and to November 29th, the Law
Library is open for study 24 hours Monday – Thursday; 00:0024:00h (until midnight) on Friday; 10:00-24:00h on Saturday; and
since 10:00h on Sunday till Monday morning.
Our full opening and service hours for the Fall term are posted
on the Law Library’s webpage: http://www.mcgill.ca/library/
branches/law
New E-Books Collection:
Oxford Scholarly Authorities on International Law
Law Library has just acquired access to the new International Law
collection, Oxford Scholarly Authorities on International Law:
•
Provides full text access to leading works such as
Oppenheim’s International Law, Simma’s Commentary on the UN
Charter, and Crawford’s Creation of States in International Law
•
Includes all titles in the Oxford Commentaries on International Law series, and the Oxford International Law Library
series
•
Content can be browsed by author, title, subject, and by
the cases and instruments cited by books included in the site
•
Gives access the Oxford Law Citator for links to cases,
articles, and additional materials related to each article
•
Available on the Oxford Public International Law platform, enabling users to cross-search OSAIL with Oxfords list of
public international law resources Oxford Reports on International Law, the Max Planck Encyclopedia of Public International Law
and Oxford Historical Treaties
This collection can be accessed through our subject guide under
Ebooks.
Nouvelle Gallica
A compter du 1er octobre, une nouvelle version de bibliothèque
numérique Gallica est mise en ligne. Elle comprend une refonte
technique complète ainsi que des évolutions ergonomiques et
graphiques. Parmi les nouveautés à découvrir : le visualiseur de
documents et ses différents modes d’affichage (simple et double
page, défilement vertical, zoom plein écran), les pages de présentation des fonds numérisés accessibles depuis le bouton «Collections», des évolutions concernant la navigation et la recherche au
sein des titres de presse et de revues, l’arrivée de nouveaux types
de documents (objets, vidéos), etc.
Pour en savoir plus sur cette nouvelle version de Gallica, consultez le billet du Blog Gallica : http://gallica.bnf.fr/blog/01102015/
QN •
13 OCt 2015
•8
la-nouvelle-version-vue-par-les-gallicanautes
QUID NOVI Archives Online
Have you ever wanted to read the discussions and opinions of
the law students of the past on the matters of curves or certain
invertebrates? Now you can do it!
This summer, the McGill library has been hard at work digitising
historic McGill student newspapers. Now the project is completed and the digital versions are accessible online at the Internet
Archive:
https://archive.org/details/mcgilluniversitystudentpublications
This extensive digital collection currently includes over 10,000
issues from various McGill student publications including The Fortnightly, The McGill Outlook, Le Délit, The McGill Daily, Quid Novi,
The Dram and the Failt-Ye Times. As you can see, our beloved
Quid was also part of this massive effort. You can access the full
archives of 659 issues of Quid Novi by searching Internet Archive
with the keyword ”Quid Novi.”
Good reading to everybody!
Law Library blog, Facebook, & Twitter
The Law Library is on social media:
•
Read Law Library’s blog http://blogs.library.mcgill.ca/
lawlibrary/
•
Like our Facebook page http://www.facebook.com/
NahumGelberLaw.Library
•
Follow us on Twitter https://twitter.com/McGillLawLibrar
The Feminist
Collective &
Contours
Lettre: Advisory Committee
Objet : Comité consultatif pour la sélection du doyen ou de la
doyenne de la faculté de droit
préoccupées par la juste répartition du pouvoir et par la prise en
compte de toutes les réalités dans la faculté qui nous est chère,
nous invitons le comité à encourager les candidatures féminines
Nous avons pris connaissance de la composition du comité conau poste de doyen.ne. Pour notre part, notre souhait est de voir
sultatif pour la sélection du nouveau doyen ou de la nouvelle doy- une femme à la tête de notre faculté à l’issue du processus de
enne de la faculté de droit de McGill. Nous profitons de l’occasion sélection, puisqu’il nous apparait évident que les femmes sont
pour vous faire part de nos craintes et de nos aspirations quant
tout aussi aptes que les hommes à exercer cette fonction. Nous
au mandat de ce comité.
croyons que certaines professeures enseignant à la faculté et
engagées dans sa communauté sont plus que compétentes à asD’une part, nous sommes déçu.e.s de constater que le comité
sumer la fonction de doyenne.
est à forte prédominance masculine. Bien que l’une des positions
demeure vacante, force est de constater que le comité sera formé Pour terminer, nous souhaitons nous adresser au corps profesde cinq ou six membres hommes pour seulement deux ou trois
soral. Nous encourageons les professeures à envisager de posfemmes. Sans préjuger des compétences ou de l’impartialité des tuler au poste de doyenne et leur apportons notre soutien. Nous
membres choisi.e.s, nous craignons qu’un comité très masculin
invitons pour leur part les professeurs qui envisagent d’y postuler
renforce l’image du boys club que l’on peut encore, en 2015, as- à réfléchir aux conséquences à long terme de la surreprésentasocier à la direction dans le milieu universitaire. Nous craignons
tion des hommes aux postes de pouvoir, surreprésentation (ou,
par ailleurs que, étant donnés sa composition et le fait qu’assurer pourrait-on dire, représentation totale) directement liée à une
la parité des genres ne semble pas avoir été un objectif important propension plus marquée à postuler à ces postes.
dans la formation du comité, ses membres soient moins sensibles
à la réalité d’une faculté de droit qui n’a encore jamais connu de The Feminist Collective of McGill Law Students & Contours:
doyenne.
Voices of Women in Law | Voix de femmes en droit
Malgré la faible représentation des femmes dans le comité consultatif en question, nous espérons qu’il saura prendre cette disparité en compte dans ses délibérations. En tant que féministes
[Contined from page 5]
un meilleur accès à la justice par la baisse des prix et celui de
développer de meilleurs services à travers l’innovation. En reToutefois, il convient de souligner la nature singulière du « marvanche, ses promesses comportent également leur lot de risques,
ché » juridique lorsqu’on étudie les impacts de son éventuelle
comme d’exposer des consommateurs vulnérables aux abus
déréglementation. À la différence du marché de la restauration
d’une corporation laissée à elle-même et de menacer le bon foncpar exemple, le marché juridique conjure la participation directe tionnement et l’intégralité des systèmes judiciaire et législatif.
de l’État dans la délivrance de la plupart des services juridiques
Un des points de contention capitaux devant être considéré dans
étant donné la nécessité pour les juristes de faire entendre les
un processus de planification d’une réforme libérale du marché
réclamations de leurs clients devant les tribunaux. Le marché
juridique renvoie à la configuration tripartite de cet arrangejuridique échappe donc à la conception binaire de l’échange entre ment commercial. Nous avons vu que les services des juristes
commerçants et consommateurs puisqu’il requiert l’intervention requièrent l’intervention directe de l’État par l’administration du
du système judiciaire étatique. En raison de cette singularité, la
système judiciaire. Ainsi, une option prudente à une libéralisadéréglementation et la libéralisation de la profession doivent être tion et à une déréglementation totale serait d’orienter le secteur
implantées de façon progressive, concertée et doivent se limiter juridique vers des méthodes de résolution de conflit qui ne font
aux sphères d’activités n’impliquant pas la présence active de
pas appel à l’intervention directe de l’État. Il ne fait donc aucun
l’État.
doute que des mécanismes extrajudiciaires, comme la médiation
par exemple, peuvent devenir les porte-étendard d’une réforme
Pour conclure, il ressort de cette analyse que la libéralisation et
libérale.
la déréglementation de la profession ont le potentiel de garantir
QN • 13 Oct 2015 • 9
Two Straight Guys in the Library
Anonymous
“You should have heard how I laughed when I realized that the
English translation of the poem I sent her is entitled ‘To a Prostitute.’”
Jordan was sitting with his legs crossed, a knee leaning against
the large table. He was alone in the middle of the common room,
sifting through text messages. The library around him was full of
students, many milling about trying to find a seat. All the chairs at
Jordan’s table were left unoccupied. He barely glanced at Francis
as he came up to him, coffee in hand.
“Which one is that again?” Francis asked as he stood above his
friend, hunching over the weight of his book bag.
“The sensual Mallarmé one I always send them.”
“No, I mean, which girl did you send it to?”
“Oh. Sophie’s roommate, Judy” said Jordan.
“Does Sophie ever mind that you sleep with all her friends?”
“Dunno. Never inquired.”
Francis sat down in front of his classmate and placed his bag on
the table with a hefty thud. Jordan reached for the cup of coffee
Francis had brought with him. He took a sip. His friend looked
unimpressed.
“Have you ever thought about the possibility that you may, in
fact, be a sociopath? Then again, I don’t know if a true sociopath
would be so reckless as to seduce his best friend’s roommate. No
good can come of this,” Francis said as he rummaged through his
bag trying to find the crumpled week-old copy of The Economist.
“Hey man, I’m the victim here. I don’t ask for these girls to fall for
me. I’m a lover of words, and I can’t help but want to share them
with others. Whether a connection forms or not, I leave up to the
gods,” said Jordan.
zoomed from Jordan’s scruff to the red CCQ in his hands. He said,
disgruntled:
“No, she hasn’t – that’s not the problem. Your pathological
womanizing is getting on my nerves.”
Jordan’s eyes were stuck on his phone. “I told you, nothing happened between Malory and me last year. She came over after the
Torts exam. We snuggled while watching ‘Annie Hall.’ We kissed,
lightly, and then she fell asleep because of the Schnapps we had
between iconic scenes.” He wouldn’t dare look up.
“God, Jordan! Not everything has to do with you all the time. I
don’t care about that. That’s not even the issue. You are, by far,
the most frustratingly self-involved asshole I have ever encountered.”
“I thank you,” said Jordan.
“You exasperate me.” He couldn’t help but smile.
Francis waved Jordan’s hand off as it crept toward the cup of coffee again. Jordan’s eyes went back to his phone as he said:
“And yet, you love me. Hey, did you see the new Nicolas Cage
film? It’s brilliant. I mean, it’s terrible – it’s a Nicolas Cage film –
but he pulls a Harvey Keitel scene. You know, like in ‘Bad Lieutenant.’ I love watching tortured middle-aged men disintegrate in
front of the mirror while fucked up on illicit substances.”
“Or like Martin Sheen in ‘Apocalypse Now.’ Did you know that he
wasn’t even acting in that scene? Coppola just gave him a bottle
of gin. Sheen got drunk and flipped out because of all the cameras around him.”
“Priceless. Ever watch the documentary about the making of
‘Apocalypse Now?’” Jordan put his phone down with enthusiasm.
“You just see Coppola stressed the fuck out for two hours.”
“You think that you might hurt Sophie’s feelings if you devour
They fell silent for a moment.
and regurgitate yet another of her friends? That she still wants to
be your friend and panders to that ego on a daily basis astounds “Yeah… Speaking of Martin Sheen and naked men, how’s your
me.”
drinking these days?” asked Francis.
“Sophie and I have been friends forever. And I don’t like being
attacked like this. What’s with you today? Did that Malory chick
not get back to you yet?”Francis started to fidget. His glare
QN •
13 OCt 2015
• 10
Jordan scratched his forehead.
“It’s been… okay. I have a bottle or two at night before bed.”
“You said you would cut down.”
has over me as I pine over her. She reminds me of You-KnowWho.”
“I know, I know! But it’s so good when it touches your lips. I’m
obsessed with Oregon Pinot Noir. There’s this one bottle that I
Francis could sense that Jordan’s mind had gone somewhere
had with Danielle a few weeks ago. It was a liquid orgasm. Hands deeper.
down better than any other of my midnight delights. That sublime
fruity finish that only Americans can pull off. You can’t beat that.” “Ah. You think Sam knows about you two?”
“How do you manage to make everything sound so sexual? You’re “I certainly hope so,” said Jordan, smiling, barely.
depraved. Have you heard from Danielle lately?” said Francis.
“Such a healthy post-breakup relationship you two have. The
“I text her every now and again, but she plays that phone-silence epitome of wounded narcissists. True soulmates.” Francis shook
game where she purposely delays replying. She makes me wait
his head.
hours to say she can’t see me, which strikes me as contradictory.
Well, contradictory because she clearly likes me. Anyway, I don’t “Nah man, we’re twins.”
know. I suppose she relishes in the little power she imagines she
Professor
Vincent
Forray
« De la vocation de savant » - En
lib(v)re hommage à H. Patrick Glenn
C’est d’une expérience sentimentale curieuse que je voudrais instruire les lecteurs. Le propos sera-t-il jugé égocentrique ? Rencontrera-t-il la bienveillance discrète de celles et ceux qui consacrent,
à titre provisoire ou permanent, leur vie à l’étude ? Il se pourrait
que tout ce que ce texte essaie de dire tienne dans le jugement
que vous porterez en votre for interne. Une idée de l’université
s’y déterminera ; elle est vôtre.
Ce n’est pas de l’émerveillement ressenti lorsque je découvrais
le nombre et la diversité des volumes que je voudrais parler.
Quoique celui-ci semble bien légitime : il n’est presqu’aucun sujet
de la science juridique qui n’y soit représenté, et cela selon une
variété de points de vue (et de langues) qui a nourri l’expérience
littéraire du grand comparatiste : droit romain en abondance
(quelques livres sur le droit de la Grèce antique aussi), histoire
du droit civil et du common law, théorie et philosophie du droit,
J’ai eu le privilège d’être invité par Jane Glenn à prélever quelques droit judiciaire privé, personnes, biens, obligations, droit interouvrages dans la bibliothèque de Patrick à la Faculté. Il m’a donc national privé, droit de la preuve, droit constitutionnel et public,
été donné de passer plusieurs heures dans le dernier bureau de
analyse économique, droit et société, droit et développement,
l’auteur de Legal Traditions of the World, une pièce tapissée de
anthropologie juridique et, bien sûr, de formidables ressources
livres, comme chacun sait.
en droit comparé, droit chinois, hindou, islamique, de la « zone
sud-pacifique », italien, allemand… Des surprises aussi : The
QN • 13 Oct 2015 • 11
Oxford Companion to the Mind aux pages marquées, In a
Different Voice annoté d’une écriture précise et nerveuse,
le Larousse du Parfait Secrétaire,… Et encore, Daniel Boyer
était passé avant moi…
Je ne parlerai pas non plus du choc de l’absence, et de la
tristesse qui l’accompagne forcément, lorsque le regard
tombe à répétition sur l’ex libris HPG.
simple et la plus belle. M. X. l’a exprimé dans une belle formule : « lire des livres, en faire lire et, quelquefois, en écrire
». H. Patrick Glenn était l’Universitaire, incarnation de cette
promesse. En parcourant les tables des matières au hasard,
en sondant les volumes, je tenais entre mes mains les instruments par lequel The Cosmopolitan State a trouvé une
forme ; j’avais un point de sublime.
En revanche, je voudrais évoquer un sentiment de paix
survenu sans crier gare. J’ai été saisi par une tranquillité
d’esprit qui est demeurée pendant les deux ou trois heures
passées dans ce bureau parmi les livres de Glenn. Il est
vrai qu’il y a dans cette cérémonie familière quelque chose
de rassurant. La transmission des livres d’un universitaire
à l’autre s’est toujours faite ; c’est une tradition, au sens
propre-. Pourtant, je ne me doutais pas que cela puisse
provoquer un sentiment aussi fort. Après tout, j’aurais tout
aussi bien pu succomber à l’angoisse : tant de livres que
je n’ai pas lu et qu’il faudrait lire. Et de textes à produire à
partir d’eux, en redoutant confusément que tout ait déjà
été écrit. Une angoisse bien académique. Mais non. Alors à
quoi correspondait ce brusque sentiment d’harmonie ?
Une seule analogie m’est venue : la quiétude que procure
l’impression d’être chez soi. Non pas ce qu’on éprouve au
retour à son domicile, ou à la prise de possession de son
bien. Mais le sentiment de chez-soi dont tous les voyageurs
ont, paradoxalement, fait l’expérience pendant le voyage.
D’un seul coup, -est-ce la lumière, la chaleur, le paysage,
les proportions du bâtiment, nos semblables dans les rues
d’une ville, le continent d’un(e) autre ?- nous pensons : « je
suis chez moi ou, tout au moins, je pourrais l’être ». Nous
imaginons un instant une existence au sein de ce lieu où
nous passons. L’univers des possibles s’ouvre ; nous disposons, à cet instant, d’un point de sublime. Et nous jouissons
de notre liberté.
Dans « Le métier et la vocation de savant » (1919), Max
Weber entrevoyait une évolution de la condition universitaire. Il estimait qu’un mouvement de rationalisation de
la production du savoir allait s’accroître, mouvement par
lequel « les grands instituts de science et de médecine
sont devenus des entreprises du capitalisme d’Etat ». Il
me semble que Weber touchait ensuite un point crucial.
Il se dit « convaincu que cette évolution touchera même
des disciplines dans lesquelles le travailleur est personnellement propriétaire de ses moyens de travail (essentiellement de sa bibliothèque). Pour le moment le travailleur de
ma spécialité́ est encore dans une large mesure son propre
maître, à l’instar de l’artisan d’autrefois dans le cadre de
son métier » (je souligne).
La propriété des livres serait une condition de la liberté
académique. Elle préserverait aussi la vocation de savant.
Le professeur Glenn était un esprit libre et un savant. Ses
livres s’offrent en gage de sa liberté et son savoir -(lesquels,
des livres qu’il a écrits ou de ceux qu’il a lus sont davantage les siens ?). C’est là le véritable sens de leur tradition.
En recevant les livres d’un de ses pairs, l’universitaire ne
recueille pas les fétiches de ce qui n’est plus. Il renouvelle
son métier et confirme sa vocation. En latin, livre et libre
sont homonymes.
Je me trouvais dans le bureau d’un grand professeur et face
à sa bibliothèque ; à l’intérieur de sa bibliothèque en fait. Je
contemplais des choses qui trouvaient leur équilibre dans
les termes d’une promesse de la vie académique – la plus
QN •
13 OCt 2015
• 12
Contours Magazine
CONTOURS
CALL FOR SUBMISSIONS
Encore cette année, l’équipe de Contours est heureuse d’inviter
les femmes de notre faculté à contribuer à sa revue! Contours
is a project based at the McGill Faculty of Law that aims to map
and shape the contours of debates, experiences, concerns,
and aspirations through written and artistic exploration of the
intersection of women and law. Founded in 2012 by CharlotteAnne Malischewski and Erin Moores, the student-run magazine
is a space for women’s voices and an invitation for us all to start
a conversation. Contours is published annually in the month of
April and welcomes contributions in English and French from
students and faculty. Nous acceptons des soumissions à teneur
argumentative, émotionnelle, théorique, et expérientielle. Ces
projets peuvent être faits sous forme littéraire ou artistique. Nous
voulons laisser cette liberté d’expression, afin d’être inclusives et
de mieux développer notre compréhension des diverses expériences féminines en droit.
Claudette
van Zyl
Vous êtes donc invitées à venir discuter avec nous de la quatrième édition de Contours. Le 19 octobre, nous tiendrons une
réunion d’information à 13h concernant les soumissions pour
les autrices et éditrices intéressées. Nous encourageons toutes
les femmes, particulièrement les femmes se considérant comme
sous-représentées, à présenter leur travail. You can submit
articles, artwork with commentary, reflections, short stories, etc.
concerning women and law. Please drop by anytime between
1pm and 2:30pm. There will also be some snacks so come on out
and get to know our rad group, its members, and get information about submissions! If you are interested in getting involved
but are unable to attend this session, please send us an email at
[email protected] In the meantime, feel free to visit our
website to see our past volumes and what we are all about:
http://contours-mcgill.com/.
DDF - International Congress of Law and
Mental Health
I would like to thank the Dean’s Discretionary Fund for its contribution towards the registration fees of the XXXIV International
Congress of Law and Mental Health, where I gave a 20-minute
oral presentation based on the term paper I wrote under the
supervision of Professor Richard Gold, entitled “Canadian Patent
Litigation of Psychiatric Pharmaceuticals”. This presentation
analyzed a database created by myself and several of Professor
Gold’s other research assistants, which tracks the reasons given
for patent validation/invalidation in all relevant litigation cases in
Canada, spanning 2000-2014. My main focus was on the issues
that most frequently give rise to invalidations of patents on psychiatric pharmaceuticals, and I compared these issues with those
used to justify patent invalidations of pharmaceutical patents in
general. I am grateful to have had the opportunity to represent
McGill’s Faculty of Law abroad and to gain access to some of the
newest ideas and research being conducted around the world.
Thank you!
QN • 13 Oct 2015 • 13
Law III
Emma LoignonGiroux &
LINSDAY LITTLE
Torts & Tarts/ Délits-cieux
It’s that time of year again. Après tant d’attente fébrile, Torts
& Tarts/Délits-cieux est de retour! Oui, vous avez peut-être
remarqué que nous avons pris le mois de septembre de congé.
We missed you, but we reserve this right as jaded 3L students.
Despite the fact that we’re a little late to the game, we hope our
passion for food and cooking (and humour, and Emma’s puns, and
terrible law jokes generally) will win back over your hearts and
your bellies in the Quid. We may even be catering some events
this year, so keep your eyes open! Bon appétit!
Ingredients
Filling
-
3 or 4 medium sized apples
-Cinnamon
-
1 tbsp lemon juice
-
3 tbsp ground flax
Second, you can also eat this as a dessert. I prefer it as a breakfast, because it makes me feel like I’m eating dessert for breakfast. Especially if you add vanilla yogurt. It’s particularly convenient if you have early class – for those of you in Civil Evidence
or Class Actions, this will get you out the door and to NCDH for
8:34.45am.
*Note : This is not an endorsement. Ceci ne constitue en aucun
moyen un appui politique.
Topping
-
2 tbsp coconut oil, or other
-
¼ cup shredded coconut
Breakfast Bake
-
1 cup oats (old fashioned, rolled, whatever you have in
your kitchen)
Many of us have gone, or are planning to go, apple-picking
-
1 tbsp cinnamon
(except if you’re from BC, apparently. I may be generalizing here, -
1 tsp vanilla
but because there are so many orchards in BC - where people
-
pinch of salt (kosher adds a nice and surprising crunch)
are actually paid to pick apples - it seems that British Columbians -
1 tbsp chia seeds (optional)
find it amusing that we pay to do this activity for leisure. At least, -
2 tbsp hemp hearts (optional)
that’s what a non-law friend told me. This probably would be
-
¼ cup pumpkin seeds (just because it’s seasonal)
excluded in Court as hearsay.).
-
¼ cup slivered almonds (optional)
-
¼ cup maple syrup or honey (or both, if you really like
I couldn’t resist when I went home last weekend. I went applesweet things)
picking with my younger sister and her “boyfriend” (I’d be the
victim of second degree murder if she ever finds out that I wrote Directions
that), where we gleefully “free-munched” – i.e. illicitly ate apples 1.
Preheat the oven to 350 degrees Fahrenheit.
we hadn’t paid for while hiding from patrollers on ATVs – and
2.
Find a casserole dish. Wipe the sides with oil, butter, etc.
happily filled our bags with more apples than any human could
to prevent stickiness.
possibly eat in a week.
3.
Keeping the rinds on, thinly slice your apples. Make a
layer on the bottom of the pan. Sprinkle cinnamon and flax onto
I lugged my bag of apples (Lobo, Cortland, MacIntosh, Macoune, the layer. Bonus: add some brown sugar.
and SweetTango, if you’re a connoisseur) all the way back to
a.
Repeat this step about six times, until the apple layers
Montreal on the train and then stuffed them into my fruit bowl,
reach almost the top of the casserole dish.
crisper, roommate’s crisper, and just into the fridge generally.
4.
In a small pan, heat the coconut oil. Add in the coconut
There may even have been some on the dining room table. And
and the pumpkin seeds, and lightly toast. Add the rest of the
on top of the microwave. Anyways, I decided that something had ingredients, and ensure everything is well mixed and coated.
to be done.
5.
Transfer the contents of the pan to the casserole, spreading the mixture evenly.
Two notes:
6.
Place the casserole in the oven for 45-55 minutes. It
First, none of the apples that I had picked are particularly condu- will be ready when the apples have reduced and turned brown –
cive to baking, but I claim the defense of necessity on this one.
almost the colour of the newly restored wood in OCDH.
Normally, you’d try Granny Smith, Honey Crisp, or Pink Lady. Just
a fun foodie fact.
Vague orange 2.0
QN •
13 OCt 2015
• 14
Tom, Justin, Elizabeth et peut-être même Stephen vous le
diront...à Ottawa, rien ne peut battre la cafétéria parlementaire
pour un dîner économique et délicieux. Expérience gastronomique de choix pour les guides et les stagiaires au Parlement, la
caf a un répertoire impressionnant de recettes pouvant faire plier
même le plus insistant des lobbyistes. Reconnue sans Opposition
(officielle ou pas) comme étant le lieu le plus démo-pratique pour
la faim du midi, nous vous proposons, en première lecture, une
recette inspirée de la légendaire soupe aux couleurs néo-démocrates signée Cafétéria du Parlement. Gouvernement majoritaire
ou pas, nous sommes confiantes qu’elle méritera votre sanction
royale.
Ingrédients :
-
½ citrouille
-
2 pommes
-
1 gousse d’ail
-
2 oignons rouge
-
sauge ou thym (ou les deux)
-miel
-
¼ tasse sirop d’érable
-
huile d’olive
-
2 tasses de bouillon de légumes
-
sel et poivre
Instructions
-
Préchauffer le four à 375F. Recouvrir une plaque de
papier parchemin.
-
Couper la citrouille en dés approximativement de la
même taille. Peler les pommes, enlever les cœurs, et couper en
demies. Couper le haut de la gousse d’ail. Peler et couper les
oignons en quarts.
-
Arranger les légumes, les pommes, ainsi que les herbes
sur la plaque, en espaçant afin d’assurer une meilleure cuisson.
-
Arroser (généreusement ou pas!) le tout de miel et
de sirop d’érable (personnellement, j’ai tendance à mettre plus
de sirop que de miel, mais c’est person-miel) ainsi que d’huile
d’olive. Saler et poivrer légèrement (ne vous empressez pas trop,
vous aurez la chance d’en ajouter plus tard!).
-
Faire cuire pendant 40-45 minutes ou jusqu’à ce que la
citrouille soit tendre et l’ail bien rôti.
-
Une fois les légumes retirés du four, faire chauffer à feu
moyen 1 cuillère à soupe d’huile d’olive dans une grande casserole. Ajouter les légumes et les pommes et faire cuire environ 5
minutes.
-
Ajouter le bouillon de légumes ainsi que 1 ou 2 tiges
de thym. Amener à ébullition puis laissez mijoter environ 20
minutes.
-
Passer la soupe au robot de cuisine (ou, en bon franco-ontarien, au ‘blender’) jusqu’à ce qu’elle soit de consistance
uniforme.
-
Ajuster l’assaisonnement avec le sel et le poivre—et
d’autre sirop d’érable si vous êtes comme moi.
-
Servir avec du bon pain frais et un bulletin de vote
dûment rempli!
Law III
SUZANNE
ZACCOUR
Pourquoi j’ai décidé de voter
malgré tout
D’abord publié sur www.decolereetdespoir.blogspot.com
carte du féminisme en cours de campagne.
Quand le système électoral dit « démocratique » surreprésente le
parti qu’on n’appuie pas, ça ne donne pas le goût de voter. Mais
quand les enjeux électoraux passent du niqab à sac de patates, ça
ne donne même pas le goût d’envisager de voter.
Si vous avez décidé de ne pas voter, vous n’avez probablement
pas été convaincu.e par l’argument qui rappelle que les gen.te.s
de droite voteront, et que c’est la gauche qui souffre du cynisme
de son aile radicale. À vrai dire, dans un système électoral qui ne
laisse qu’une infime chance à votre vote de réellement « compter
Il y a plusieurs raisons légitimes de ne pas voter. Peut-être êtes», je vous comprends. Le vote utile vous répugne peut-être, et
vous dans l’impossibilité de le faire pour différentes raisons.
voter « stratégiquement » vous apparait peut-être comme une
Ou peut-être, plus probablement, souhaitez-vous faire de votre
trahison envers vos valeurs. Si vous êtes une femme, vous n’avez
boycott un acte politique.
pas non plus été convaincue par l’argument « nous nous sommes
battues pour avoir le droit de vote, la moindre des choses est de
Si, élection après élection, le faible taux de participation des
l’exercer ». Bien que cet argument me touche, je ne peux pas lui
électrices.teurs est utilisé pour discréditer la légitimité du gouaccorder une grande valeur – le propre d’un droit est justement le
vernement, vous craignez peut-être que votre vote, au contraire, choix de l’exercer, et je me verrais mal (très mal) inciter un couple
lui donne du poids. Peut-être trouvez-vous qu’après tout, tous les homosexuel à se marier simplement parce qu’il en a le droit.
partis se ressemblent, ou peut-être en avez-vous, comme moi,
assez d’être gouverné.e.s par des hommes blancs et de voter
Si vous avez décidé de ne pas voter, vous avez certainement
pour des partis qui n’ont pas encore compris que la parité des
bien pensé à votre affaire et déjà entendu tous ces arguments
candidatures féminines et masculines est non pas un idéal, mais et contre arguments. En bout de ligne, le choix du boycotte
la moindre des choses lorsqu’on prévoit de sortir de sa manche la s’explique par un de deux constats : soit le vote ne sert à rien,
QN • 13 Oct 2015 • 15
parce que tous les partis sont les mêmes ou que notre vote ne
détermine pas le parti élu, soit le vote est carrément contreproductif, parce qu’il assied la légitimité d’un système que vous
préférez combattre « de l’extérieur ». Je respecte l’expression de
ces valeurs. Cependant, j’ai, au terme de cette même réflexion,
décidé de voter.
litude entre tous les partis est l’expression d’un privilège. Pour
moi, certes, l’élection d’un parti ou d’un autre ne changera pas
grand-chose. Aucun d’entre eux n’écartera les obstacles sexistes
qui jonchent mon parcours professionnel. Aucun d’eux ne me
protègera de la violence des hommes en éliminant le viol ou
la violence conjugale. Et il est probable qu’aucun ne s’efforce
d’établir l’égalité économique entre les femmes et les hommes.
Je considère que la parité des candidatures masculines et fémiJe pourrais continuer ainsi longtemps – il suffit de voir la position
nines et vraiment le minimum qu’un parti doit atteindre pour
des chefs (j’en exclus May) de partis sur le débat sur les enjeux
avoir mon vote. Ce n’est pas seulement que je tremble à l’idée
touchant les femmes pour en être convaincue. Harper qui refuse
d’être gouvernée par un parti qui ne croit pas que les femmes
de consacrer même quelques minutes à parler aux électrices,
importent ou soient aptes à gouverner. C’est aussi que je me dis Mulcair qui trouve inutile de débattre de la moitié de l’électorat
que, si les nations ont le droit de s’autogouverner, les femmes ne s’il ne peut en profiter pour débattre contre Harper, Trudeau
devraient pas aspirer à moins. Accepterait-on d’élire un gouverqui invite ses « fans » à suivre le débat qui « concerne aussi les
nement allemand, ou mexicain, ou chinois, pour diriger le Québec hommes », et Duceppe qui ostracise les femmes au nom du
ou le Canada? Certainement pas. Notre système qui se veut post- féminisme et qui affirme que si on ne peut pas être sexiste, « on
colonialiste a pour fondement la représentation du peuple par
ne peut plus rien dire »…
ce même peuple. Alors, pourquoi les femmes qui forment aussi
mon peuple ne pourraient-elles pas s’autogouverner? Pourquoi
Mais quel que soit le niveau de déception, ou même de dégoût
accepterions-nous, année après année, d’être dirigées par des
que vous inspirent les hommes qui dirigeront peut-être le
gouvernements d’hommes, qui décident entre hommes des lois Canada, il faut reconnaitre que le parti élu ordonnera ou non une
qui nous affectent et sont aussi étrangers à notre réalité qu’une
enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. Il
personne habitant un autre pays? Voilà d’où est venu mon désir
facilitera ou non des déportations. Il criminalisera ou non l’achat
de boycotter le vote.
d’actes sexuels. Il restreindra ou non l’accès à l’avortement.
Toutes ces mesures ont un impact réel et concret sur la sécurité
Personne ne sera surpris.e de lire que mes valeurs féministes
d’un bon nombre de femmes. Et toutes ces mesures sont le sujet
sont très importantes pour moi. Elles guident la plupart de mes
de discorde entre les partis. Ainsi, même si votre vote n’a qu’une
actions et presque toutes mes paroles. Il y a cependant un temps infime chance de faire pencher la balance (c’est la limite de toute
où il faut mettre de côté ses valeurs : lorsqu’il est question de vie action individuelle, et pourtant on agit!), même si l’élection d’un
ou de mort. Si suivre ses valeurs met en danger la vie d’une per- parti ou d’un autre vous est indifférente parce qu’elle n’affectera
sonne innocente, il vaut mieux s’abstenir. Or, ce que je vous sou- pas votre vie, je vous encourage à voter. Faites le don de votre
mets aujourd’hui est que le vote, pour de nombreuses personnes vote – et le sacrifice qu’il représente pour vous – à ces femmes
qui sont nos alliées, est une question de vie ou de mort.
qu’on n’a pas entendues pendant la campagne mais dont la vie
À mon sens, philosopher et discourir cyniquement de la simidépend, de près ou de loin, du résultat de cette élection.
McGill CHRLP LECTURES: A Conversation with
Dennis Edney, lawyer for Omar Khadr
CHRLP
When: 21 Oct 2015, 13:00 to 14:30
Where: Chancellor Day Hall Maxwell Cohen Moot Court (NCDH
100), 3644 rue Peel, Montreal, QC, H3A 1W9, CA
Mr. Edney is more than Mr. Khadr’s lawyer — he lives with him
(a linchpin in securing his release). Mr. Edney will talk about how
the post 9/11 climate of fear and insecurity has been exploited
Dennis Edney has spent more than a decade advocating on behalf to justify long-standing human rights violations carried out in
of Omar Khadr — known as the youngest prisoner and last Wes- the name of national security. This has led to an intense debate
tern national to be incarcerated at Guantanamo Bay. Mr. Khadr, a regarding the balance between the rule of law, human rights, and
15-year-old Canadian citizen at the time of his capture in Afghacivil liberties on the one hand and security on the other. It is Mr.
nistan, also holds the dubious distinction of being the first person Edney’s position that if we do not get the balance right, we can
to be prosecuted by a military commission for purported war
fall into lawlessness. One has to look no further than Guantacrimes he is claimed to have committed while still a child.
namo Bay.
QN •
13 OCt 2015
• 16
CHRLP
Applications for the International Human
Rights Internships Program
are due October 26, 2015 at noon
Applications for the International Human Rights Internships Program are due October 26, 2015 at noon.
Africa
12. Aswat Nissa (Voix de femmes) - Tunis, Tunisia (since 2015)
13. National Human Rights Council of Morocco - Rabat, Morocco
Administered by the Centre for Human Rights and Legal Pluralism (since 2015)
(CHRLP), the International Human Rights Internships Program
14. Women For A Change - Buea, Cameroon (since 2015)
(IHRIP) is a fully credited course that allows students to earn six
15. Center for Health, Human Rights and Development (CEHURD)
(6) credits toward the completion of the BCL/LLB degree. The
– Uganda
Internship Program is managed by the Faculty’s Human Rights
16. Institute for Human Rights and Development in Africa (IHRDA)
Committee under the direction of Professor Nandini Ramanujam. – The Gambia
The Program interviews and selects law students for placements 17. The Equality Effect – Kenya
as interns with NGOS, courts, and public institutions for a period 18. Disability Rights Watch (DRW) - Lusaka, Zambia (since 2015)
of 12 weeks over the summer. Partner organizations provide
students with practical work experience in human rights investi- Asia
gation, monitoring, and reporting. The internships also provide
19. Cambodian League for the Promotion & Defence of Human
exposure to the operation and implementation of international
Rights(LICADHO) – Phnom Penh, Cambodia
legal human rights instruments and norms.
20. Ateneo Human Rights Centre (ACHR) – Manila, the Philippines
21. Mahanirban Calcutta Research Group (MCRG) – Calcutta,
Students participate in the Program as volunteers, with partial
India
funding from the Faculty of Law. Following their summer placements, interns return to the Faculty with practical legal training
Europe
and personal experience that enrich the intellectual and social life 22. Mental Disability Advocacy Centre (MDAC) - Budapest, Hunof the law school community.
gary (since 2015)
The following placements will be available for the summer 2016
(this list could be subject to change):
North America
1. Equitas – Montréal
2. Canadian HIV/AIDS Legal Network - Toronto
3. Avocats sans frontières Canada (ASFC) - Ville de Québec
4. Maliiganik Tukisiiniakvik Legal Services - Iqualuit, Nunavut
5. Human Rights Watch (HRW) - New York City, USA
6. Oceans Beyond Piracy - One Earth Future Foundation, Colorado, USA
7. Responsibility to Protect – One Earth Future Foundation, Colorado, USA
8. First Nations Child & Family Caring Society of Canada - Ottawa
(since 2014)
9. Justice Department at the Mohawk Council of Akwesasne Ontario/Quebec/NY border (since 2014)
Latin America
10. The Inter-American Court of Human Rights – San José, Costa
Rica
11. Disability Rights International – Mexico City, Mexico
For more information, visit: https://www.mcgill.ca/humanrights/
clinical/internships
You can consult past interns’ media at : https://www.mcgill.ca/
humanrights/clinical/internships/blogs-and-student-media
QN • 13 Oct 2015 • 17
Overheards
3L: Law students are like prisoners. They’re always asking each
other, “How long until you’re out?”
Walking past Divest McGill on Lower Campus: “Oh is this a tent
sale?! I’m going camping this weekend!”
“The tax system is to the 21st century what the pyramids were
to Egypt”
Prof. Jukier: (In Contracts on the law’s unwillingness to enforce
domestic contracts for lack of intention to be legally bound)
“when my husband promises to do something for me and he
doesn’t, I don’t sue him -I punish him in other ways…”
“My mom dropped me on the head as a baby when she slipped
on ice. So she sued Wendy’s for it and now I have $10000 in a
trust. “
Prof. Adams: “I own the peanut butter, you own the chocolate ...
Together we own the dream”.
Prof. Adams: “If there is anything you should retain from law
school, it’s saying ‘It’s not me it’s you’.
Fun and games
Solution:
QN •
13 OCt 2015
• 18
"Find your way to
Coffeehouse"
QN • 13 Oct 2015 • 19
Move from the
classroom to
the courtroom.
QN •
13 OCt 2015
• 20
If you’ve set your sights on a career in litigation, you want to apply all
that you’ve learned so far where it really counts – in court. At Lenczner
Slaght, you’ll spend more time preparing and presenting cases, guided
by highly respected lawyers who can help you develop and polish your
advocacy skills. As Canada’s leading litigation practice, we don’t just
offer you more firsthand courtroom experience – we insist on it.

Documents pareils