Newsletter 7

Commentaires

Transcription

Newsletter 7
#7
La Lettre de l’
Au sommaire du # 7 :

PAROLE D’ADMINISTRATEUR :
M. PATRICK ANDRILLON

EBI’S INTERNATIONAL PROFILE

UNE MAJEURE A L’HONNEUR :
QUALITE & REGLEMENTATION

CONCOURS ETUDIANTS

PAROLE D’ADMINISTRATEUR :
M. PATRICK ANDRILLON
Racontez-nous votre parcours professionnel…
“ J’ai travaillé toute ma vie, soit 40 ans,
pour le même groupe, L’OREAL. J’ai
débuté en recherche fondamentale et je suis
ensuite allé en industrie et dans le service
qualité, qui a constitué l’essentiel de mon
parcours. Pendant 16-17 ans, j’ai été le
patron du service qualité. J’avais une
position fonctionnelle par rapport aux
usines et je gérais environ 1500 personnes.
Pourquoi vous êtes-vous intéressé à l’EBI ?
Cela s’est fait par un concours de circonstances. Parmi les
usines dont je m’occupais, il y avait une usine
GALDERMA, dont le patron était le président de l’EBI.
Il m’en a parlé et c’est comme ça que je suis rentré en
2003 au conseil d’administration. L’approche de l’EBI est
intéressante car elle va au-delà d’une simple école
d’ingénieur. Elle a beaucoup de valeurs et est à l’origine
de beaucoup d’initiatives. Et je suis devenu en 2009
président de l’EBI.
Nous remercions les professionnels, les anciens
ainsi que toute l’équipe de l’EBI pour leur contribution
à l’élaboration de ce numéro.
Envoyez vos articles, vos photos et témoignages à
Aurore LONGIN [email protected]
Qu’est-ce qui différencie selon vous l’EBI des autres
écoles d’ingénieur ?
Ses valeurs ! Elle est d’une grande rigueur scientifique.
J’ai déjà eu l’occasion de recruter des anciens de l’EBI et
j’ai trouvé qu’ils avaient beaucoup de rigueur et de
curiosité. Ce sont aussi ses valeurs humanistes, avec
PQPM par exemple. C’est une pionnière dans ce domaine.
Les étudiants sont tutorés. Ce ne sont pas des numéros !
L’EBI est une école qui s’implique et qui met en valeur ses
étudiants, et pas uniquement d’un point de vue éducatif.
Pour les étudiants, faire une présentation au MEDEF a dû
être vraiment intéressant ! Se tenir à 20 ans dans ce lieu,
devant autant de personnes ! J’ai été très touché de faire
une présentation au MEDEF, je ne pensais pas me tenir un
jour à cette tribune !
Un évènement qui vous a marqué à l’EBI ?
Beaucoup ! En permanence, l’EBI surprend par sa
capacité à rebondir, à innover, à aller de l’avant !
Votre avis sur la recherche à l’EBI ?
L’EBI est une école d’ingénieur scientifique qui a un
environnement général. J’ai fait Chimie Paris, et je suis
sorti avec toute la connaissance ingénieure, mais à l’EBI il
y a aussi du marketing, des relations humaines, de
l’économie ! C’est une école d’ingénieur avec une vision
extrêmement large du monde de l’entreprise.
Votre avis sur l’entrepreneuriat ?
C’est un point fort. L’EBI est précurseur. D’autres écoles
s’y mettent, il faut continuer ! C’est inclus dans le
programme de l’Ecole et favorise le travail en groupe.
Les projets sont la clé pour travailler en entreprise. Je fais
souvent le parallèle avec les smartphones ; avant, cela
n’existait pas, et aujourd’hui vous ne pouvez pas vous en
passer. C’est la même chose pour le travail en équipe.
Votre avis sur les relations avec les entreprises ?
L’EBI a beaucoup de grandes d’entreprises dans son
conseil d’administration comme L’OREAL, AIR LIQUIDE
ou MERIEUX NUTRISCIENCES. Il y a aussi des anciens
de l’EBI, comme Fabrice RUIZ, un P1 qui a monté son
entreprise, CLINSEARCH.
Edition : Novembre 2014
Directeur de la publication: Florence DUFOUR
Contenu rédactionnel :
Laurence TAUPIN
Ne pas jeter sur la voie publique
Un rêve pour l’EBI ?
La voir fêter ses 30, 40, 50 ans ! L’EBI est jeune et doit se
faire une notoriété, avoir un réseau. L’association des
anciens y a un rôle fondamental. Mais ce sont encore des
jeunes, il faut encore du temps. L’EBI est dans un contexte
économique compliqué. Il faut trouver des moyens de
survie, sans augmenter les frais de scolarité ! Il faut
développer la recherche, les liens avec les entreprises,
source de financement complémentaire.
Et des moyens pour se faire connaître et reconnaître ! ”

EBI’S INTERNATIONAL PROFILE
Une nouveauté dans ce numéro 7 de la Newsletter
EBI : des ARTICLES REDIGES TOUT EN
ANGLAIS !!
“My name is Susan GIBBS. I have been in charge of
Languages and International Relations at EBI since
September 2013 after 6 years’ experience in a business
school based in the North of
France. One of my missions is to
develop
our
network
of
international partners, increase
our reputation abroad and
encourage our students and
teachers to go abroad as well as welcome visiting teachers
and students to our school.
OUTGOING STUDENTS
In September 14, 22 students will study abroad in the
following countries: Thailand, Ireland, Germany England
and Canada. The majority will stay for a year to study
subjects in connection with biotechnology. 2 final year
students will study Marketing.
We will also have the pleasure of welcoming back 22
students who went abroad last year to study.
INCOMING STUDENTS
We welcomed 3 students this year – 2 from Spain from our
partner universities Universidad Pablo de Olavide Sevilla
and Universitat Autònoma de Barcelona and one from
Bulgaria, Plovdiv University of Food Technologies.
In September 2014, we will have 4 students from Spain all
from the same university in Sevilla - Pablo de Olivade.
As you can see, there is a significant imbalance between
outgoing and incoming students at EBI. We are currently
working to make our course more attractive to
international students.
TEACHING AND STAFF MOBILITY
Our teacher and staff are also going abroad!
We have been to:
- Lisbon to participate in a congress
- Shanghai as part of a delegation from the Val d’Oise
(CEEVO) to promote the region’s economic, industrial and
academic assets in China.
- Hamburg to participate in a congress
- Barcelona to visit one of our partner universities
(Universitat Autònoma de Barcelone).
- Algiers for a defense of a thesis at the university
- Brazil in September 2014 at the Pharmacy Faculty in the
University of Sao Paulo. Our teacher gave classes,
evaluate research projects and gave a conference on the
subject of « Substitution of silicones and sensory analysis
in cosmetics.”
 Internship at EBI – Thayse TARGAS MOTA
“I study Pharmacy-Biochemistry at Universidade de São
Paulo in Brazil, and I came to EBI for a 6
months internship to work in the Formulation
laboratory of an important project of this
school. At the beginning I was really worried about this
new experience, especially because of the French
language. But when I got here all my concerns were gone
because everyone made me feel comfortable, from teachers
and technicians to other students. During the internship, I
can practice everything that I learned at college,
improving my abilities, but I am certainly learning new
things every day. I am trying to absorb the greatest amount
of knowledge as possible because I know this is an unique
opportunity. I hope I can contribute for the development of
EBI with all my Brazilian knowledge in the same
proportion that it is helping me to develop my professional
life. I am very grateful to EBI, especially
professors Anne-Marie, Samar and Romain
for all the support they are giving me during
this internship. I can say I am not only
improving my pharmaceutical abilities, but
also my social, cultural, and personal life.
And, of course, my French language.”
 Internship at EBI – Liana Karla FERREIRA
“I am a student of Biochemistry Pharmacy at the
University of São Paulo. I'm in France since January
2014, doing an internship in the laboratory of formulations
in EBI.I always wanted to have an international
professional experience and linked to that the opportunity
to know different places and cultures. This opportunity was
possible due to an agreement between my university and
L'Ecole de Biologie Industrielle: it is an academic
cooperation with emphasis in emulsions, in order to
promote the exchange of teachers and students of the
respective institutions. Since the first day I
was very well received by the team which
gave me a little more security. The
organization, accuracy and objectivity in
team work and the lab is amazing. The
knowledge that I am acquiring, and I’ll acquire with this
experience will be very important for my future and for my
development both personally and professionally.”
Student’s Article from Marine MIREAU
“ So far there were four. Four nucleic acid bases that made
up the DNA of all living beings. But since the 7th of May
2014, the Scripps Research Institute in California was able
to add a new pair. Everyone knows that the initial pairs
were A-T, and C-G to structure the DNA molecule. In the
mRNA, these bases are organized in triplets to specify 64
different combinations, eg ATC, ACG, etc. These
combinations are translated by the ribosomes in one of the
20 amino acids of the living world.
In their new study, the American scientists have however
managed to add two new letters to the alphabet: d5SICS
and DNAM (or X and Y). At first, these new bases were
tested in test tubes, but now have been successfully inserted
in the bacterium E.coli.
Not only have they created the first "semisynthetic organism with an expanded
genetic alphabet", but the they proved that
the codons containing these bases could be
decoded in vivo. Consequently, they could
be transmitted to subsequent generations.
It took fifteen years for the team to
succeed. To incorporate these new bases in their genome,
the researchers must feed the bacteria with a molecule
called ATP in order to activate the formation of amino
acids and proteins. When this addition is interrupted, the
non-natural bases are easily replaced by the natural ones.
However, no other factor seems to lead to the
disappearance of the artificial DNA bases. When new
bases are not provided, the cell will revert back to A, T, G,
C, and the d5SICS and dNaM will disappear from the
genome" says Malyshev.
The main objective of this work is to develop a DNA
capable of synthesizing unnatural proteins. In the same
way we were able to produce insulin thanks to Genetically
Modified Organisms, the ability of increasing the number
of base pairs may allow the production of many proteins at
low cost. According to LiveScience, researchers are
currently working on the extension of the DNA alphabet in
yeast cells, and eventually hope to do the same in
mammalian cells, which have better properties to produce
protein-based substances.”

UNE MAJEURE A L’HONNEUR :
QUALITE ET REGLEMENTATION
Florence DUFOUR, pouvez-vous présenter la majeure
Qualité ?
“ Durant les années 1980 – 1990, le
contexte économique est bouleversé. Il
passe d'une relative stabilité à une
période de turbulences sur fond de crise
et de globalisation.
Les entreprises
doivent optimiser la chaîne de la valeur.
Elles se concentrent sur leurs métiers, externalisent, et
tissent des partenariats. De nouveaux modèles de
management émergent. Ils portent l’empreinte des USA et
du Japon, deux économies expertes en optimisation et
transposition rapide d’idées repérées dans leur
environnement concurrentiel. En France, l’école de la
qualité est portée par les Arts et Métiers, et fortement
inspirée par le market pull et la fonctionnalité utile pour le
consommateur. C’est avec le Pr Duchamp que nous avons
calé les enseignements sur la qualité au sein de l’EBI, dès
les années 1995. Nous voulions même créer, avec l’aide du
mouvement français pour la qualité, un TOEIC de la
qualité destiné à tous les ingénieurs français, car nous
pensions que la façon de l’enseigner d’alors était trop
technique, axée sur les normes et le contrôle et pas assez
ancrée dans le besoin de créer et de bien faire propre à
l’humain !
Nous enseignons aux étudiants de l’EBI l’ensemble des
normes qui leur seront utiles (ISO9001, ISO14001,
ISO26000, ISO22716, ISO22000, HACCP, BPL, BPF…)
mais surtout le management qui en découle, et la gestion
du changement. Ils apprennent à faire travailler et motiver
toutes les personnalités via les projets et les outils donnés.
Nous leur apprenons aussi à aimer et précéder la
réglementation. C’est pour nous incroyable de voir les
élèves naviguer dans ces textes complexes avec intérêt.
Ils comprennent très vite que la réglementation permet de
passer de la créativité au véritable produit innovant.
Enfin, je suis personnellement très fière de l’équipe EBI
qui a déployé la certification ISO9001 de toute l’école
depuis 2010. Nous l’avons fait ensemble, et cela nous aide
dans nos contacts industriels. Cela dit, la norme ne sert
qu’à innover sur une base de rigueur pérenne.
Elle n’est pas une fin en soi.
Les thèmes principaux enseignés ?
Le Management par le développement
durable avec la création d’une entreprise
fictive et son système de management
La réglementation pour la mise en marché
Les outils statistiques, la validation et la métrologie
Les principales normes pour nos secteurs
La gestion des risques, la sécurité industrielle et
environnementale.
Les métiers-types en début de carrière ?
Ingénieur
Qualité-Hygiène-Sécurité-Environnement,
Ingénieur Validation, Chargé d’affaires réglementaires,
Responsable Qualité Fournisseurs (Acheteur Industriel).
Les qualités du qualiticien ?
Méthodique, rigoureux, ouvert, réactif, impartial,
organisé, formateur, autonome, synthétique, communicant,
avec des compétences scientifiques, techniques, le sens du
service et le souhait de faire réussir les autres. ”
 Témoignage
d’une
Qualiticienne
« Made in EBI » : Marion REYNAERT
Pourquoi la majeure Qualité ?
“Au départ, je voulais pouvoir voir et agir
sur toutes les étapes de fabrication d'un
produit. C'est pourquoi j'ai longtemps hésité entre la
qualité et la production. Comme je n'aimais pas trop le
côté “calculs ” de la majeure Procédés, j'ai choisi Qualité.
J'ai également pu parler à des 5è années ayant fait ces
majeures. Suite à cela et aux différents projets que nous
avons eu au 1er semestre de 4eme année, la majeure
Qualité m'est apparue comme la majeure correspondant le
mieux à mon projet professionnel et à mon caractère.
Après 1 semestre, cette majeure correspond-t-elle à tes
attentes ?
Si au début j'ai eu peur de trouver les cours de Qualité
ennuyeux, je les ai finalement trouvés très intéressants et
très enrichissants. Cela correspond à la vision que j'ai de
mon projet professionnel. A l'issue de l'EBI j'aimerais
participer à la mise en place de normes. Je suis plus
particulièrement intéressée par l'agroalimentaire mais le
contrôle qualité m'intéresse également ”.

CONCOURS ETUDIANTS
 Concours ENACTUS
l’EBI a gagné en Mai dernier 2
challenges
à
la
compétition
d’entrepreneuriat social ENACTUS: le
challenge BOLLORE et le challenge
VINCI + un prix coup de cœur du
jury. Au total 10 000 euros de prix, permettant à la fois
aux étudiants impliqués de l’association de participer à la
compétition internationale d’ENACTUS à Pékin cet
automne et de développer leurs 2 prototypes.
“ Au commencement il y a tout d'abord eu une idée: un
lecteur de code barre à synthèse vocale pour aveugle.
Cette idée a grandi via le projet marketing proposé en
4ème année et puis de là, l'ambition d'aller plus loin a vu
le jour. La participation au programme Enactus est
apparue comme une évidence. Enactus est une association
d'entrepreneuriat social présente dans de nombreuses
grandes écoles en France et dans le monde. Les valeurs
qu'elle prône sont partagées par une grande partie des
étudiants de l'EBI. Une fois lancés
dans l'association Enactus EBI,
tout s'est accéléré: nos projets
prenaient vie sous nos yeux à une
vitesse
spectaculaire.
Cette
association permet de développer sans s'en rendre compte
des compétences utiles dans nos futurs vies
professionnelles ainsi que d'élargir son réseau de façon
certaine. C'est une expérience que je ne regrette pas et qui
perdurera dans notre école. ” Marielle LUCAS P 21
 Concours PEPITE Tremplin Etudiant
Le Ministère de l’Enseignement Supérieur
et de la Recherche a,
pour son 16e concours
national d’aide à la
création d’entreprises de technologies
innovantes, récompensé en Juillet dernier
les 50 lauréats issus de toute la France
pour le prix "PEPITE-Tremplin pour
l'Entrepreneuriat Etudiant. Nos deux
lauréats, seuls étudiants distingués des départements du
Val d’Oise et de Normandie, Amélie BOUZAT P 21 et
Ladislas de TOLDI P 19 ont assisté au discours de Mme
Geneviève FIORASO, secrétaire d'État à l'Enseignement
supérieur et à la Recherche et ont reçu un chèque de 5000
euros chacun pour la création de leur entreprise
respective !
 Concours ECO-TROPHELIA
En Juillet également, l’EBI présentait cette
année à Avignon lors du concours ECO
TROPHELIA une innovation
alimentaire pour l’apéritif. A
base de 50% de légumes ou
de fruits, Vegetouch est une
base pour cocktail qui se dilue dans
l’alcool ou le vin. Ce projet a fait partie de
la sélection nationale des 17 meilleurs
projets alimentaires français. Ce concours
a fait l’objet d’un reportage dans le
quotidien régional « La Provence ».
Félicitations à tous pour ces récompenses !!!
Au sommaire du # 8

LA MAJEURE RECHERCHE

SPECIAL TRANSFERT
TECHNOLOGIQUE

CONFERE 2014

ACTUALITES DU CLUB