le king de l`asphalte

Commentaires

Transcription

le king de l`asphalte
LE KING DE L’ASPHALTE
LES PATES NOIRES
PIG NOSE
CANNIBAL PIGS
BUBBLE GUM
NIOURK NIOURK L’ESKIMO
FLY DESTROYER
LE MUET
GRINGO
PLASTIC PEOPLE
TU ME REGARDES
LE KING DE L’ASPHALTE
Dans ce matin clair et limpide, j’enfile ma combimaison.
J’ai décidé dans mon bolide de taquiner le mur du son.
Les turbos commencent à pousser, tout se déroule sans à-coup
Et déjà la bande pointillée reste bien blanche de bout en bout.
Je passe comme un projectile devant les poules éberluées.
Plumes et képis j’te les épile, impossible à radariser.
Le vent épluche la peinture de ses caresses érotiques.
Cà couine à mort dans les jointures, j’approche le cap fatidique.
You are le king de l’asphalte. I’am le king , yes I am.
You are le king de l’asphalte. I’am le king , yes I am.
Soudain là-bas sur la chaussée, je vois un énorme panneau.
400 mètres pour m’arrêter çà va pas être du gâteau.
Allumage des rétro-fusées et ouverture des parachutes,
les pneus dégomment dans la fumée, je perd des pièces tous azimuts.
You are le king de l’asphalte. I’am le king , yes I am.
You are le king de l’asphalte. I’am le king , yes I am.
J’évite de justesse le carnage, tétanisé sur mon volant.
Mais j’ai soudé tous mes plombages à force de trop serrer les dents.
Mach 1, macache, c’est bien râpé une embuscade, on m’a tendu.
Sur le panneau, il y a marqué : Raoul en vélo oh no !
LES PATES NOIRES
Dans ce monde pourri, oy, oy, destroy
J’entends le cri de la haine, oy, oy, destroy
Massacrées, broyées, hachées dans ses mâchoires.
Les pâtes noires, aïe, aïe karaï
Spaghettis des ténèbres, ouille, ouille, les nouilles
Les nouilles de l’obscur,
L’innommable indescriptible
L’innommable indescriptible gargouille
Les pâtes noires, aïe, aïe
Les pâtes noires, ouille, ouille
PIG NOSE
I got a nose, you got a foot.
When you get close, I can smell it.
I don’t like it, you suppose it,
Cause your stinky shoes kill my pig nose.
I don’t like it, you suppose it,
Cause your stinky shoes give me the blues.
CANNIBAL PIGS
Mon père, ma mère n’approuvent pas mon attitude.
Chaque jour, chaque nuit, rendez-vous dans garage à vélos.
I’m so hungry, I’m so hungry, fanatique de la chair, je dévore mes frères.
Cannibal pigs, cannibal pigs, I want to be big now !
Cannibal pigs, cannibal pigs, I want to be big now !
Ainsi nourri du régime que j’ai choisi,
Chaque jour, chaque nuit, savez-vous je suis mal compris.
I’m so hungry, I’m so hungry,
intégriste carnivore, anthropophage d’abord.
Cannibal pigs, cannibal pigs, big pig !
Cannibal pigs, cannibal pigs, chachacha
I’m so hungry, I’m so hungry
Gastronome prédateur, sale petit cochon nettoyeur.
I’m so hungry, I’m so hungry,
ma grande bouche s’ouvre, attend patiemment.
Combien pensez-vous le piège éviter longtemps ?
Cannibal pigs, cannibal pigs, big pig you are !
BUBBLE GUM
Pendant que je dormais, quelqu’un m’a pris mes bubble -gums,
Sans mes chewings plus de bulles.
Depuis je cherche here, there and everywhere,
Depuis je erre comme un zombie somnanbule.
J’en veux un zeste, même un vieux reste,
Juste une tablette pas trop séchée bien emballée dans son papier,
Et que l’arôme que j’affectionne soit protégé comme un bébé.
Bubble -gum, petite gomme à macher. Chewing -bull, j’aime te mastiquer.
Le malabar vient me péter sous le nez et y reste collé. C’est l’art de chewinger.
Pour les retrouver j’ai fait appel à Buffalo bill
Spécialisé stimorol. Mais qui, lui ?
Depuis il cherche here, there and everywhere
Mais le coupable est forcément Sitting bull.
Fais plus un geste, tourne te veste,
Voici planquées, toutes les tablettes dans les doublures de ta jaquette.
Je t’ai trouvé, grâce à l’arôme, délicatement parfumé du bubble gum.
Bubble -gum, petite gomme à macher. Chewing –bull, j’aime te mastiquer.
Le malabar vient me péter sous le nez et y reste collé. C’est l’art de chewinger.
B-U-B-B-L-E-S, je rumine, tu rumines
Bubble -gum, j’ai la mâchoire qui turbine
Oh boy tu fais des bulles qui t’éclatent sur le nez,
Ton regard chavire, tu restes droit comme un piquet, oh boy, oh boy
Les maxillaires en plein délire, tu machouilles de la denture.
Articule quand tu rumines, tu mâches la gomme à toute vibure.
Very funny, very crazy, what a joy in bubble -gum.
NIOURK NIOURK L’ESKIMO
Aux commandes de son traîneau, Niourk Niourk l’eskimo, qui a taquiné les animaux,
Est pressé de se tasser dans son igloo, çà t’étonne ?
Dans ce brouillard-ci, tout est tout flou, sa silhouette, le bout de sa cigarette
Mais ni le vent ni les flocons qui lui tombent sur le front, ni la nuit qui s’épaissit, rien ne l’arrête.
Malgré les crevasses laissées par les brise-glaces, les congères qui surgissent, les collines qui se plissent,
Niourk Niourk l’eskimo, la figure graissée au beurre de cachalot, pousse ses chiens qui décollent.
Le traîneau s’envole, c’est tout comme !
Malgré les rafales qui bousculent l’attelage, congèlent les museaux, alourdissent le fardeau.
Niourk Niourk l’eskimo supporte les tourments en soufflant dans ses gants.
Le crissement des patins attire les pingouins, çà t’étonne ?
Je reviens de la chasse aux animaux. Pourquoi ne pas les vendre au capitaine Nemo ? et pourquoi pas ?
J’aimerais mieux les déguster dans mon igloo au chaud, …….çà glisse ! ! !
Aux commandes de son traîneau, Niourk Niourk l’eskimo, qui a taquiné les animaux,
Est pressé de se tasser dans son igloo, çà t’étonne ?
Dans ce brouillard-ci, tout est tout flou, sa silhouette, le bout de sa cigarette
Mais ni le vent ni les flocons qui lui tombent sur le front, ni la nuit qui s’épaissit, rien ne l’arrête.
Les effets optiques de l’océan glacial arctique, les aurores boréales qui ondulent et se gondolent,
Niourk Niourk l’eskimo, la glace s’accumule sur le sommet de sa cagoule
Et l’abrite d’une visière de stalactites, c’est pratique !
Je reviens de la chasse aux animaux. Pourquoi ne pas les vendre au commandant Charcot ?
J’aimerais mieux les déguster dans mon igloo au chaud. …….çà glisse ! ! !
Dès qu’il passe sur la glace, s’effacent les traces et la lumière boréale fait briller les glaçons.
Le vent le pousse et çà glisse, çà t’étonne ? La banquise qui dérive, l’océan qui se fige,
Le plafond comme du plomb, c’est la bonne direction.
Je reviens de la chasse aux animaux. Pourquoi ne pas les vendre au commandant Charcot ?
Et pourquoi pas ? J’aimerais mieux les déguster dans mon igloo au chaud.
Mi–ré-do-ré-do-la-sol-mi-do-la-sol-mi-do-la-la,……...right now ! ! !
LE MUET
Je suis le muet,mu-mu-mu-mu-mu-muet.
Je suis le muet, mu-mu-muet.
Mon père m’a dit : tu es né muet .
Ma mère m’a dit : tu es né muet .
Toute ma vie je resterai muet, même mort, sec et fluet.
Je suis le muet,mu-mu-mu-mu-mu-muet
Je suis le muet, mu-mu-muet.
Quand on parle, je ne réponds jamais.
Quand je chante, on ne m’entend jamais.
Que je crie, que je hurle par tous les temps,
On n’entend que le bruit du vent entre mes dents.
Je suis le muet,mu-mu-mu-mu-mu-muet.
Je suis le muet, mu-mu-muet.
Si vous croyez que d’un muet l’air j’ai ,
Si vous pensez qu’être muet me plaît
À fortiori et qui plus est,
Mieux vaut être muet que dire des conneries.
GRINGO
Guerriers dans mon dos, face au macadam.
La meute se rue le long de l’avenue, se perpétue, de partout ils affluent.
J’obtempère de rage à l’agent clignotant, freinant de désespoir, feu rouge…stop.
Laissez passer Gringo, mon reflet dans ton rétro.
C’est la loi de ceux qui roulent assis tassés dans leurs taxis.
Vous devez laisser passer Gringo, mon moteur sous ton capot.
C’est la loi de ceux qui roulent tassés coincés dans leurs tacots.
C’est la loi de ceux qui roulent assis tassés dans leurs taxis.
C’est la loi de ceux qui roulent tassés coincés dans leurs tacots. Yo yo yo GRINGO
Si j’avais sous la main le parking souterrain, sans cesse arrêter, redémarrer.
Sans cesse arrêter, arrêter, redé-redémarrer, redémarrer, embrayer.
Je voudrais me garer. Je crains la contredanse si je perds patience. Dites-moi comment faire, feu vert !
Hey man, what’s your direction ? Do you wanna take a place ? I go to the station….
Laissez passer Gringo, mon reflet dans ton rétro.
C’est la loi de ceux qui roulent assis tassés dans leurs taxis.
Vous devez laisser passer Gringo, mon moteur sous ton capot.
C’est la loi de ceux qui roulent tassés coincés dans leurs tacots.
Hey man, what’s your direction ? Do you wanna take a place ? I go to the station….
Hey woman, what’s your direction ? Do you wanna take a place ? I go to the station….
FLY DESTROYER
Mais que vois-je sur le mur ?...une mouche ! non, je ne me trompe pas.
Tournoyant dans l’espace, une mouche de ses ailes a effleuré ma peau avec délicatesse.
Un frisson se propage sur toute ma surface et pour la remercier de sa tendre caresse,
J’aplatis sur le mur la reine des insectes. Son fils va revenir et vouloir la venger,
Mais ce n’est qu’une mouche, bien heureusement.
C’aurait été plus grave si j’avais écrasé la reine des éléphants.
PLASTIC PEOPLE
Hé toi la tchatcheuse, tu es pleine de bouche, tu ne sais que médire de tes proches cousins.
Tatane sur le nez, coup de pied dans la bouche, aïe aïe what ? toute pourrite.
Et toi le crochu, tu ne fais que gratter, va te jeter aux Goudes, ah la tête qu’il a !
Ta mère la chauve, ton père le bouc, aïe aïe what ? toute pourrite.
Grillade, grillade, mauvaise persillade,you are plastic people.
In the middle of the street the cat’s beating dogs, I can’t see them, no, cause the fog.
Hé toi le baveur, tu me brises le climat, affines ton gruyère, méchante crémière.
Ta mère la grosse, ton père le militaire, aïe aïe what ? toute pourrite.
Grillade, grillade, mauvaise persillade, you are plastic people.
In the middle of the street the cat’s beating dogs, I can’t see them, no, cause the fog.
We are plastic people, we like mean limonade. We don’t eat vegetable, except dirty salad.
Stu-stu-stutterer like a carbu-bu-rator, Driping on the floor, swipping under the door.
Here we are, captain of a stinky bar, here we are.
Here we walk, on the deck of a slippery boat, here we walk.
Tu bouffes mon décor par tous les bords, tu rétrécis mon horizon sur tous les fronts.
Quand j’ouvre la bouche, c’est toi qui parles, quand tu respires, c’est moi qui meurs.
Je m’asphixie et tu m’étouffes.
TU ME REGARDES
Tu me regardes depuis tout à l’heure,
Depuis tout à l’heure avec cet air surpris.
J’aimerais bien que cela cesse,
Que cela cesse et que tu sortes d’ici.
No, no, je dis no, je ne suis plus ton chéri,
C’est compris, ce qui est dit est dit, cheribibi !
Why, why, je dis why ? Why, why, I say why ?
Your cake is what we want, your cake is what we need.
Je suppose que tu t’imagines
Que je ne sais pas à quoi tu penses.
Je suppose que tu t’imagines
Pouvoir manger tout le gâteau.
No, no, je dis no, je ne suis plus ton chéri,
C’est compris, ce qui est dit est dit, cheribibi !
Why, why, je dis why ? Why, why, I say why ?
Your cake is what we want, your cake is what we need.
Je crois que tu sais que je vois ce que tu veux,
Car dès que je te fuis, tu me suis.
Je suis ce que tu suis et où que j’aille,
Je sais que tu y es, c’est pas pareil.
Ich habe eines grosser wunder kougloff, ya ein big gato.
Ich habe eines grosser wunder kougloff, ya ein big gato.
Je crois que tu le sais, je veux que tu le saches.
Tu as envie du cake, je n’ai pas besoin de what ?
Say hum ! c’est pas pareil.
Je suppose que tu t’imagines pouvoir manger tout le gâteau.
Je suppose que tu t’imagines pouvoir manger tout le gâteau.
Ich habe eines grosser wunder kougloff,
Ich habe eines grosser wunder kougloff.
No, no, je dis no, je ne suis plus ton chéri,
C’est compris, ce qui est dit est dit,
Cheribibi, cheribibi, cheribibi !

Documents pareils

téléchargez les textes

téléchargez les textes Aux commandes de son traîneau, Niourk Niourk l’eskimo, qui a taquiné les animaux, Est pressé de se tasser dans son igloo, çà t’étonne ? Dans ce brouillard-ci, tout est tout flou, sa silhouette, le ...

Plus en détail