F** •• 6 janvier 1041. — `Note de service aux

Commentaires

Transcription

F** •• 6 janvier 1041. — `Note de service aux
6 ja n v ie r 1041. — 'N o te de service a u x d irecteurs des services e x té ­
rie u rs, re la tiv e a u service des tra n sfèrem en ts. (2 B u reau .)
J ’ai co n staté, ù de nom breuses rep rises, que c e rta in s c e n tre s au to ­
m obiles fo n t ex é c u te r fies courses e u d eh o rs des tra n sla tio n s e t trans*
fèrem enls, sa n s que le service c e n tra l des tv an sfêrem en ts so it avisé
de la consom mation- d'essence q u 'e n tra în e n t ces déplacem ents.
II en résulte que to u t co n trô le sé rieu x de la dépense de c a rb u ra n t
devient'' impossible.
Je .v o u s rap p elle q u ’en principe, les voitures — s a u f celles affectées
au x se rv ices de la régie d irecte e t du s .rv ic e g én éral —- ne doivent
ê tre em ployées q u e p o u r le tr a n s p o rt des p rév en u s ou condam nés e t
que ce n 'e s t qu'à titr e to u t à f a it exceptionnel qu'elles peuvent ê tre
p rise s p o u r fa ire des courses en dehors de le u r .service norm al.
P o u r m e p e rm e ttre un contrôle rigoureux de lu consom m ation d 'es­
sence que com m ande l’ex trêm e ditficulté de l'approvisionnem ent, je
vous pviÿ de m 'a d re sse r, à l ’a v e n ir (S ervice des tra n s fè re m e n ts ), un'
.compte vendu in d iq u an t le m o tif du déplacem ent, le c a rb u ra n t con­
som m é e t les k ilo m ètres p a rc n u rü s pour chaq u e voyage effectué p a r
les v o itu res de v otre ce n tre (cam ions, cam ionnette ce llu la ire ou P a r ­
q u et).
Le m o tif de la course se ra indiqué s u r l ’ann ex e 5 d an s la colonne
« O b se rv a tio n s» (voir m odification des annexes, in stru ctio n n° 47 du
22 .iuin 1»&».
S 'il y u p lu sieu rs courses d an s la mémo jouriiée, elles figureront
su r la m êm e annexe.
.l'u ttn c h e le plus g ran d p rix à ce que ces p re scrip tio n s
dont vous
m'accuserez; réception — so ien t observées avec soin.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de riJ d n ca îio n surveillée,
CONTANCIN.
«?-
ï<*
0 ja n v ie r 1041. — N o tk de service a u x procureurs f/ânvraux près les
cours d’appel, a u x p ré fe ts des d épartem ents e t a u x d irecteurs des
circonscriptions p én iten tia ires, r e la tiv e . à V application rapide du
Code de la F am ille. (D irection du Personnel.)
F**
••
J 'a i ' l ’h ô n n eu r de vous f a ir e co n n a ître que le s dispositions du
décret-loi du 2S ju ille t 11)30, modifié e t com plété p a r la loi du 18 no­
v e m b r e 1040, rela tiv e s a u x allo catio n s 'fam iliales e t h l'a llo c a tio n de
la m ère au foyer, doivent e n tr e r e n v ig u eu r im m édiatem ent e t avec
effet du V'- a v ril 1040, p our tous les personnels de i’E ta t.
V.
CODE P É N IT E N T IA IR E -'
4
, E ü rue. de l ’ap p licatio n «le ces te x te s, 5e vous p rie de vouloir bien
vous- re p o rte r a u x in s tru c tio n s d é taillé e s contenues d an s la c irc u la ire
de M onsieur le M inistre, s e c ré ta ire d ’E ta t a n x F in a n c e s, en d a te ' du
MS novem bre 1940, publiée a u J o u rn a l officiel d u 19 novem bre.
Vous v au d rez bien ap p ele r l ’atte n tio n de to u s les serv ices com pta­
bles placés sous v o tre a u to rité , s u r l ’in té rê t q u 'a tta c h e le G ouverne­
m ent à l ’ap p licatio n ra p id e du Code de la F a m in e à to u s les in té ­
ressés, et je vous se ra is p erso n n e lle m en t Obligé, en ce qu i concerne
les m a g is tra ts e t le p erso n n el re le v a n t du M in istère de la Ju stic e ,
de fa ire p ro céd er, d a n s le p lu s b re f d élai possible, a toutes le s ré g u ­
la ris a tio n s nécessitées p a r c e tte m esure.
E n to u t é ta t de cause, les é ta ts d e tra ite m e n ts d u m ois de ja n v ie r
doivent ê tr e étab lis, en te n a n t com pte des nouvelles d isp o sitio n s en
vigueur.
P a r au to risa tio n .
5
1 9 4 1 . — 2 7 JA N V IER
« A r t. V T. ■
— A l ’exception des m em bres de re n se ig n e m e n t qui
p o u rro n t, q u a n d les nécessités du service l'ex ig ero n t, ê tr e m aintenus
en fo n ctio n s ju sq u ’à la fin de l ’année sco laire en cours ».
A r t 2. — Le. p ré s e n t d é c re t s e ra publié au Jo u rn a l officiel e t exé­
cuté comm e loi de l ’E ta t.
F a it fi V ichy, le 16 ja n v ie r 1941.
/
Ph.
P éT A IN .
P a r ie M aréchal d e F ra n c e , C hef de l’E ta t fran çais.
L e M in istre secrétaire d’K ta t a u x finances,
Y ves IÎOUTX.ULLIKR.
L e M a g istra t chargé de la D irectio n des S ervices
d u M in istè re de la J u stic e à P aris,
ROUSSEAU.
26 ja n v ie r 1941. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e a u x lim ites d'âge :des fonctio n n aires. ( C abinet d u
D irecteu r.)
27 ja n v ie r 1041. — N o t e de service a u x directeurs des seri'ices exté­
rieu rs, définissant- la Q ualité de co m b a tta n t de la guerre. (B u reau
du P erso n n el.)
.T’a i l'h o n n e u r de vous a d re s s e r so u s ce p3i, p o u r Inform ation, le
te x te du d écret du 27 décem bre 1940, définissant la q u a lité de com­
b a tta n t de la g u erre.
P a r délégation.
J ’a i 3’banneU r de vous f a ir e p a rv e n ir ci-joint, p o u r in fo rm atio n ,
le te s te de la loi du 1G ja n v ie r 1941, co m p létan t la loi du 30 ejeto
b re 1040, re la tiv e a u x lim ites d ’âg e des fonctionnaires.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S e rvices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN.
P a r délégation.
L e D ire cte u r de V A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S ervices de V E ducation su rveillée,
«02>------
CONTANCIN.
— «o»—
C o m b attan ts de l a g u e rre 1939-1940.
(Jo u rn a l officiel n° 24 d u 24 ja n v ie r 1911, page 372)
«os*-----
I.Q I
co m p létan t la loi rôu 30 octobre 1040
re la tiv e a u x lim ites d’â g e d es fo n ctio nn aires.
(Jo u rn a l officiel » “ 23 d u 23 ja n v ie r 1941, paye 342.)
— «02>—•
N ous, M a r é c h a l
de
F r a n c k , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
I.e C onseil des M in istres entendu,
N ous, M a r é c h a l
de
F r a n c e , C k k f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
Vu la loi du 29 ao û t 1040 p o rta n t créaticfn de ia Légion fra n ç a is e
des co m b attan ts, e t n o tam m en t l ’a rtic le 4 de la d ite loi,
D ÉC R ÉTO N S :
A rtxclb ntEMiKiî. — S ont qualifiés co m b a tta n ts de la g u e rre 19391940 :
D ÉC R ÉTO N S :
A. —
Lo deuxièm e p a ra g ra p h e de l ’a rtic le 1er de
la loi.' du S0 octobre 1940 re la tiv e a u x lim ite s d ’âge d e s fo n ctio n n aires
e st com plété p a r la ' disposition su iv a n te ;
A r t ic l e
p r e m ie r
. —
A rm ée
dk
tfr re
1° L es m ilita ire s qui ont ap p a rte n u , p e n d a n t tro is m ois consécutifs
ou non, îi u n e u n ité co m b attan te, sous réserv e de rem p lir, en outre,
l'u n e des d eu x conditions su iv a n te s:
19$ 1 . —
CODF. n-:NITENT(.URE
6
C. — A km S e dr l ’air
1° L e p ersonnel a y a n t a p p a rte n u p en d an t tro is m ois consécutifs
ou noin a u x fo rm atio n s définies ci-après, sons réserv e d ’a v o ir eu d ro it
à l ’indem nité de com bat, q u elle que soit la durée p e n d a n t laquelle
cette Indem nité lui a été acq u ise:
l'’orm uti»!is a érien n es placées sons l'a u to rité d u G én éral com m an­
d a n t en ch ef d ,s forces aérie n n e s;
S ections de défenses des b ases a é rie n n e s;
2" S a n s c o n d i t i o n d e temps», l e s m il î i a i r e s a y a n t a p p a r t e n u ;'i u n e
u n i t é d u c o r p s e x p é d i t i o n n a i r e du « S c a n d in a v ie e t e i L c i ' i v e n i e n t t r a n s ­
p o rté s de G raiulu-H retaiïne à d e s tin a tio n de la N orvège ;
8" A p r è s d é c i s i o n d e l a c o m m i s i o n d e r é v i s i o n d e s c i t a t i o n s , l e s
t H u la ir e j d 'u n e c ita tio n c o m p o r ta n t a ttr ib u tio n do l a C ro ix d e G u e r r e ;
4 '-’ S an s condition de séjo u r, le s m ilita ire s qui o n t re ç u u n e b les­
su re do g u e rre d a n s une u n ité c o m b attan te ;
5“ Les m ilita ire s p riso n n ie rs do g u o u rre ou in te rn é s à l’é tra n g e r,
sous ré s e rv e qu’ils a ie n t subi. poudam. tre n te jo u rs au m oins le régimeh ab itu el des p riso n n ie rs de g u erre (cam p d 'in tern em en t, cam p de p ri­
sonniers dK fo rtere sse ) e t fa s se n t preuve q u 'ils a p p a rte n a ie n t au mo­
m ent de le u r c a p tu re i) une im ité co m b attan te, san s condition de sé­
jo u r d an s cette unité.
T outefois, tes litr e s de ceux de ces m ilita ire s qui n 'a u ra ie n t p a s
é té fa its p riso n n ie rs a p rè s com bat et les a rm e s »\ la m ain sero n t
p réalab lem en t ex am in és p a r un trib u n a l d'ho n n eu r con stitu é d an s
chaque d ô p.triem en t p a r la Légion des eotnbat(;uits.
Le uiOme trib u n a l p o u rra exceptionnellem ent reco n n a ître la q u a ­
lité de com battant, au x p riso n n iers qui n ’a u ra ie n t p a s -subi, p en d a n t
tre n te jo u rs le régim e h a b itu el dos p riso n n iers de g u erre.
—
S U
G roupes a ério n s de tra n s p o rt (personnel n a v ig a n t e x c lu siv e m e n t);
P a tro u ille s de chasse de défense des bases aérien n es ou de c e r­
ta in e s usines (personnel n a v ig a n t exclu siv em en t) ;
T o u tefo is, pour le calcul des tr o is m ois de p résen ce exigés d a n s
une des fo rm a tio n s visées a u p résen t alin éa, le tem p s p assé' d a n s
l ’une d es fo rm atio n s a u cours de la période du 10 m ai 1940 a u 25
ju in 1040 inclus est décom pté p o n r ie double de sa d u ré e ;
2n .Sans condition de tem p s de présen ce n i de p erception de l'in ­
d em nité de com bat, les m ilita ire s a y a n t a p p a rte n u à. une fo rm atio n
aérie n n e du corps ex p éd itio n n aire de S candinavie et effectivem ent
transporté,-j de G ran d e-B retag n e ;'i d estin atio n da la N orvège;
3" D a n s les m êm es conditions que les m ilita ire s de l'a rm é e de
te rre , le p ersonnel a y a n t fu it i'o b jet d'une c itatio n individuelle, ou
a y a n t reçu une b lessu re de g uerre, les p riso n n ie rs de g u erre ou in ­
te rn é s à l'é tra n g e r.
u in k
A n r. 2. — L a liste des u nités co m b a tta n te s e t des fo rm atio n s aé­
rien n es visées à l'a rtic le l 1'1' ci-dessus fe ra l’objet d'u>ne in stru ctio n
p a rtic u liè re de chacim des S e c ré ta ire s d’E ta t intéressés à la g u e rre ,
à la m a rin e e t ù l'av iatio n .
Le M in istre S e c ré ta ire d 'E t a t i\ la g u erre définira, eu o u tre, la
zone de com bat m entionnée à l'a r tic le 1er et é ta b lira la liste des u n ités
engagées d.-tns cette 7.011e.
Le personnel de la. m a rin e de g u erre ou de com m erce défini ain si
q u 'il s u i t :
1“ Le personnel qui a acq u is le d ro it à un nom bre d'in d em n ités
jo u rn a liè re s de com bat, an m oins ôçnl à tre n te, on qui a effectué au
m oins tre n te jo u rs de n av ig atio n consécutifs ou non d a n s les xones
dang ereu ses o u v ra n t d ro it à l'In d em n ité de com bat ; les conditions
d 'a ttrib u tio n s de l ’indem niiê de com bat et tes zones d an g ereu ses é ta n t
définies, p our le m ois de jiu.n 1040, p a r le m essage n u 3.3S2 du 4 ju il­
let m i l ;
2°- l<e p ersonn el a y a n t s^ryi à terre, cous le s o rd re s de l'A m iral
de la l-'lottei C om m andant en chef des fo rces m aritim e s fra n ç a ise s,
ou sous les o rd re s d 'u n échelon de coum uiniteuient de* forces te r re s tre s
oit aérien n es e t ré u n issa n t tes conditions de tem ps e t cIj lien qui ju s ­
tifien t ra tn ïb u tio n du titr e de c o m b a tta n t an personnel de l'arm ée
de te rre , s e rv a n t sous le s o rd re s d u C om m an d an t eu ch ef des forces
terrestres- e t du p erso n n el de 3’avmée de l’a ir se rv a n t sous les ordre»
du C om m andant en clief des fo rces a é rie n n e s;
3" Le personnel a y a n t f a it l’o b je t d 'u n e c ita tio n individuelle, ou
a y a n t servi effectiv em en t s u r un b â tim e n t' q u i a f a it l'o b je t d’une
7
c ita tio n à l'o rd re d e l'a rm é e , p e n d a n t la p ério d e o ù l'a c tio n de ce
b â tim e n t a m otivé la cita tio n ; îe p ersonnel a y a n t re ç a a n e b lessu re
de g u e rr e ; les p riso n n iers de g u e rre e t les in te rn é s à l ’é tra n g e r, sous
réserv e q u ’ils a ie n t subi p e n d a n t tre n te jo u r s a u m oins îe régim e
h a b itu e l des p riso n o ie rs de g u e rre (cam p d ’in tern em en t, cam p de p r i­
so n n ie rs ou fo rte re s se ). 1
Le personnel s e r v a n t fi te r r e blessé ou f a i t p riso n n ie r d e v ra , en
o u u tre , re m p lir les m êm es conditions q u e ceJles définies p o u r l’a rm é e
de te r re ( a r t. 1er, § § 4 e t 5).
a) Au c o u rs éd e la p ério d e du 2 septem bre 1039 au 9 m al 1940
inclu s, a v o ir é té effectiv em en t p ré se n ts à u n e toile u n ité p e n d a n t
h u it jo u rs au m oins, au m om ent où celle-ci se tro u v a it d an s la zone
de com bat ;
b) Au co u rs île la période d u 10 m ai a u 2'» ju in 2040, a v o ir été
p ré se n ts ù «ne telle u n ité, sa n s lim iU U ou üe d u rée au cours de cette
période.
T o u tefo is, p o u r le calcul des tro is mois de p ré se n re exiges, le
tem ps passé d an s u n e u n i t é co m b attan te, an cours de la p ério d e du
10 m ai a u 2i> ju in 1040, est décom pté p o u r le double de s a d u ré e ;
i;.
2 7 JANVJKJt
A ut . 3. — Lai certificat c o n s ta ta n t Ja q u a lité de c o m b a tta n t s e ra
d élivré, s u r dem ande, p a r les a u to rité s énum érées dans une in stru c ­
tion d es Secrétaii-es d 'E tn t intéressés. L es m êm es a u to rité s au ro n t
q u a lité p o u r effectuer le r e t r a i t des certificats qui a u ra ie n t é té in ­
dûm ent attrib u és.
I-e certificat susvisé ne doune p as d ro it a u bénéfice des disposi­
tio n s des a rtic le s 107 à 202 de la loi de finances du 16 a m i 1030, m o­
difiée p a r l ’a rtic le 144 de la loi des fin a n c is du 31 m a rs 1032.
,
A ux. 4. — Les conditions ci-dessus définies p o u r l ’a ttrib u tio n de
la q u a lité de c o m b a tta n t sont valab les p o u r les o p é ra tio n s p o sté­
rie u re s au 2ü ju in 1040.
CÜDK P É N IT E N T IA IR E
8
9
1 9 4 1 . — 3 0 JA N V IER
D es a rrê té s p r is p a r le s S e c ré ta ire s d’E ta t in téresses fixeront
les m odalités d 'ap p lic a tio n de c e tte m esure.
F a it à Yicliy, le 27 décem bre 1940,
P iî. PÉ T A IN .
P a r le M aréclial de F ra n c e , C h ef de l ’E ta t fra n ç a is.
L e Cl-cnéral d'année, C o m m a n d a n t en c h e f des fo rces terrestres,
M in istre S e c réta ire d 'E ta t à la G uerre,
G l. H u n t z i g j c b .
L 'A m ira l de la- F lo tte , C o m m andant en c h e f des fo rces m a ritim e s,.
M in istre S e c réta ire d 'B ia t à la M arine,
AL D a b l a n .
L e G énéral de B rig a d e aérienne,
Secrétaire d’E ta t à l'a via tio n ,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t i c l e p r e m i e r . — E s t abrogé, à p a r t ir de la pu b licatio n du
p ré se n t d éc re t, l ’a rtic le 1er du d écret du 12 octobre 1940 in te rd isa n t
l’in co rp o ratio n de la fa r in e d ’orge d an s les fa rin e s panifiables.
A r t. 2. — Le M in istre S e c ré ta ire d 'E ta t à l ’A g ricu ltu re e t le
S e c ré ta ire d ’E ta t au R a v ita ille m e n t so n t chargés, ch acu n e n ce qui
le concerne, de l'exécution du p résen t d é c re t qui s e ra publié a u J o u r­
na l officiel.
F a it à. V ichy, le 13 ja n v ie r 1941.
P h . P é T A IN .
P a r le M aréch al de F ra n c e , C hef de l ’E ta t fra a ç a is.
L e M in istre S ecréta ire d 'E ta t à V A griculture,
j
P ie r re C a z i o t .
Gl. B e r c e r e t .
L e S e c ré ta ire ’ d 'E ta t a u R a v ita ille m e n t,
Jean A cha rd .
30 ja n v ie r 1041.
N o t e de serviee a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e à la com position des fa r in e s panifiables. (2° B u ­
reau .)
J ’a i l ’honneur de vous a d re s se r, sous ce pli, p o u r in fo rm atio n ,
copie des d écret e t a rr ê té du 13 ja n v ie r 1941 r e la tifs a la com position
des f a r a ie s panifiables.
— «oï—
1
L e M in istre S e c ré ta ire d ’E t a t à l ’A g ric u ltu re e t le S e c ré ta ire d’E ta t
a u R a v itaillem e n t,
Yu le d écret du 26 ju in 1940 r e la tif à l a com position des fa rin e s
panifiables, e t n o tam m en t l’a rtic le 2,
P a r délégation.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én ite n tia ire
et des S ervices de .l’E d u ca tion su rveillée, ■
CONTANCIN.
— «o»—
S E C R É T A R IA T D ’É T A T AU R A V IT A IL L E M E N T
Com position des fa rin e s panifiables.
{Journal officiel n° 27 d u 27 ja n v ie r 1941, page 447)
«03>— —
N ous, M a r é c h a l
oe
F r a n c e , C h e f d k l ’é t a t f r a n ç a i s ,
Yu le d écret du 26 ju in 1940 r e la tif à la com position des fa rin e s
p an i fiables;
Vu le décret du 12 o cto b re 1940 r e l a ti f à la com position d es fa rin e s
panifiables ;
S u r le ra p p o rt du M in istre S e c ré ta ire d 'E ta t h l’A g ricu ltu re e t du
S ecrétaire d ’E ta t au R av itaillem e n t,
ARRÊTENT :
\
A r t i c l e p r e m i e r . — A d a te r de l a p u b licatio n du p résen t a rrê té ,
les m e u n iers p o u rro n t in c o rp o re r daàis les fa r in e s panifiables de la
fa rin e de s a rra s in .
A R T , 2. — L e ta u x d”in co rp o ratio n des succédanés p rév u s à l ’a r ­
tic le 2 du d écret d u 20 ju in 1940 e st fixé à 1 0 % . T outefois, les
p ré fe ts p o u rro n t éie v e r ce m inim um d an s la lim ite où le s besoins
locaux e t les disponibilités e n céréales le justifieront.
A r t . 3 . — Le C onseiller d’E ta t s e c ré ta ire à l’A g ricu ltu re e t le
C on seiller d ’E ta t s e c ré ta ire g én éral a u R a v ita ille m e n t sont ch arg és
de l’exécution du p ré s e n t a rrê té .
F a i t à V ichy, le 13 ja n v ie r 1941.
• L e M in istre S ecréta ire d 'E ta t à l'A griculture,
P ie r re C a z i o t .
L e S ec ré ta ire d 'E ta t a u R a v ita ille m e n t,
Jean A chard.
IO'i I . — 14 Fbvr.iKR
H
CODE P É N IT Ë N T IA ÏR E
10
de service a u x d irecteu rs de* servie es e x té ­
rieur*, re la tiv e à la suspension tem p o ra ire de 1‘application de ceriiviuex disposition s dn s ta tu t rég issa n t le personnel a d m in is tr a tif
des éta b lissem en ts p é n iten tia ire s e t des In s titu tio n s publiques d’Edu ca tio n surveillée. ( C a b i n e t d u D i r e c t e u r . )
S fé v rie r 1941. —
. l ’a ï l ’i i o u n e u r
N ote
de
vous fa ire
p a rv e n ir
c i- jo in t,. p o u r k ifo r o ia tio n ,
le t e x t e d u d é c r e t d u 3 0 n o v e m b r e 1 0 4 0 , p r o r o g e a n t l e d é c r e t d u
3 1 a o û t 1 9 4 0 , s u s p o n c f f i u t t e m p o r a i i 'e m e n t l ' a p p l i c a t i o n d e c e r t a i n e s
d i s p o s i t i o n s d u s t a t u t r é g i s s a n t le p e r s o n n e l a d m i n i s t r a t i f d e s é t a ­
b lis s e m e n ts
s u rv e illé e .
p é n ite n tia ire s
et
des
In s titu tio n s
p u b liq u e s
14 fé v rie r ‘1941. — N o t e - de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e à la liq u id a tio n des pensions de certa in s fo n c tio n ­
naires et em ployés dont l’a-vauccment a- é té susp en d u a u cours de
la g u erre 19;i9-1940. (B u reau du Personnel.)
J e vous a d re sse sous ce pli, copie de la loi du 7 ja n v ie r 1941
co n c e rn a n t la liq u id atio n des pensions de c e rta in s fo n ctio n n aires e t
em ployés dont T av an cem eo t a été suspendu a n cours de la g u erre
1939-1940.
J e vous p rie de p o rte r <cp , te x te à la co n n aissan ce d u personnel
p lacé souri vos ordres.
d ’E d u c a t i o n
L e D irecteur de l’A d m in is tr â t ion p én iten tia ire
et des S ervices de V E d u ca tio n surveillée,
F o r d é lé g a tio n .
CONTANCIN.
L e D ire cte u r de l’A d m in istra tio n p ê u ile u tia ire
e t des S ervices 'd e l'E d u c a tio n surveillée,.
'
— 40>—
CONTANCIN.
— «o»—
M IX ïS T Ë S iti D E LA JU S T IC E
LOI
c o n c e r n a n t î a liq u id a tio n d e s p e n s io n s d e c e r ta in s f o n c tio n n a ir e s e t
e m p l o y é s d o n t l 'a v a n c e m e n t a é t é s u s p e n d u a u c o u r s d e l a g u e r r e
1 3 3 9 -1 9 4 0 .
É T A B L IS S E M E N T S P É N IT E N T IA IR E S
E T D ’É D U C A TIO N S U R V E IL L É E ..
(J o u r n a l officiel n n 3(5 du o fé v r ie r 1 9 4 3 , ■page T(îf>.)
Noirs,. M a r é c h a l
de
F r a n c e . C h e f d e l ’ü t a t f r a n ç a i s ,
Le Conseil des M inistres entendu,
DÉCRÉTO NS:
N ous, M a r é c h a l
de
F r a n c e , C h e f d e 3.' é t a t f r a n ç a i s ,
D ÉC R ÉT O N S :
A r t i c l e p k e m i e h . — Es!. p ro ro g é ju sq u 'a u 1er. ju ille t 194] le dé­
c re t du 31 a o û t 1940, su sp en d an t tem p o ra irem e n t l ’ap p licatio n de
c e rta in e s dispositio n s du s ta tu t ré g issan t le personnel a d m in is tra tif
des étab lissem en ts p é n ite n tia ire s e t des in stitu tio n s publiques d 'é d u ­
c a tio n surveillée.
A b t . 2 . — L e G a rd e des Sceaux-, M in istre S e c ré ta ire d ’E ta t à la
Ju stic e , e st ch a rg é üe l’exécuU on du p rése n t d écret, qui s e ra p ublié
.au Jo u rn a l officiel.
F a it à V ichy, le 30 décem bre 10-10.
P u . PÉ T A IN .
P a r le M aréch al de F ran c e, C hef de l ’E ta t fra n ç a is.
L e G arde des Sceaux,
M in istre S ecréta ire d’E ta t à la Ju stice,
R a p h a ë l A libeut .
A k t i c i -e i ’ u k m ie k . — P a r d éro g atio n au x dispositions de l'a r tic le
2 (£ l ' 1) de la loi du 14 a v ril 1924, p o u r le c a lc u l du tra ite m e n t moyen
se rv a n t de b a se à lu liq u id a tio n de la pension d es fo n ctio n n aires et
em ployés de l ’E ta t, dout J'avatocemenfc d e g ra d e ou de classe a été
suspendu en exécution du d écret du 1er septem bre 1939, fix a n t la s itu a ­
tio n des p ersonnels de l ’E ta t en tem ps de g u e rre e t ré tro a c tiv e m e n t
ré ta b li p a r a p p licatio n de la loi du 1 5 .o c to b r e .1940, p o rta n t a b ro g a ­
tio n de c e rta in es dispositions d u d it d écret, il sera, le ca s échéant,
tenu com pte des ém olum ents soum is à des reten u es qui a u ra ie n t é té
n o rm alem en t p e rç u s p a r 'l e s in téressés si l’effet pécim iaice de cette
d e rn iè re loi n 'a v a it p a s été lim ité au 1er octobre 1940,
Le béuefice de cette disposition s e r a accordé s u r dem ande expresse
d es in téressés e t sous ré serv e du v e rsem en t, a v a n t la liq u id atio n de
la pension, du m o n ta n t de la reten u e de t> % co rresp o n d an t au x
a u g m e n ta tio n s ré s u lta n t de le u r prom otion p o u r la p ério d e écoulée
e n tre la d a te de le u r avan cem en t e t le 30 sep tem b re 1940.
AftT. 2. — Les agents re tra ité s d o n t la p ension a d é jà é té liquidée
p o u rro n t d em ander, dans u n délai de six m ois à co m p ter de la p r o ­
m u lg atio n de la p ré s e n te loi, l a révision de le u r p en sion p o u r l ’ap p li­
c a tio n dos dispositions de Tai-ticle précéd en t. T outefois, le m o n tan t
de. la re ten u e de 0 % se ra précom pté s u r le s p re m ie rs a r r é ra g e s de
la nouvelle pension.
CODE P É N IT E N T IA IR E
12
^ RTt g, — L e p ré s e n t d écret s e r a p u b lié a u Jo u rn a l officiel- e t
exécuté com m e loi de l ’E ta t.
F a i t à V ichy, le 7 ja n v ie r 1941.
PH. PÉ T A IN .
- P a r le M aréch al de* F ra n c e , C h ef de l ’E ta t fra n ç a is.
L e M in istre se créta ire d 'E ta t a u x finances,
.
Y ves B o u î h u x i e r .
18 fé v rie r 1 9 4 1 .
N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs. relativ& a u x m a g istra ts, fo n ctio n n a ires e t a g en ts civils ou
m ilita ires relevés de leu rs fo nctions. (C ah in et du D irecteu r.)
J ’ai l'h o n n e u r de vous f a ir e p a rv e n ir ci-joint, p o u r in fo rm atio n ,
le te s te du décret du 24 ja n v ie r 1941, m odifiant le d é c re t du 18 sep­
tem b re 1940 co n cern an t le s m a g istra ts , fo n c tio n n a ire s e t agen ts civils
ou m ilita ire s relevés de le u rs fo n c tio n s.
P a r délégation.
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN.
•—«o>—
M IN IS T È R E D B S F IN A N C E S
— «03—
1941. —
13
2 4 FÉ V R IER
« L es m a g istra ts , fo n ctio n n aires e t a g e n ts civils ou m ilita ire s de
l ’E ta t relevés de le u rs fo n ctio n s p a r ap p licatio n d e l ’-a rtid e 1er de
la lo i d u 17 ju ille t 1940, a u ro n t droit, sa n s condition d ’âge, à l ’ex­
p ira tio n de la p é rio d e de tro is m ois p rév u e à l ’a rtic le 2 de cette lo i:
< 1° S’ils rem p lissen t la condition de durée de serv ices exigée
p o u r l ’o u v ertu re du d ro it à p ension d’ancienneté, à u n e pension de
c e tte n a tu re.
.
'
.
« 2P S ’ils ne rem p lissen t p a s c e tte condition, m ais réu n issen t au
m oins quinze a n s de services effectifs, à la jo u issan ce im m éd iate
d’u n e pension calculée à ra iso n d ’u n tre n tiè m e du m inim um de la
pension d ’ancienneté, p o u r chaq u e année de services de la caté g o rie A
e t d ’u n ving-cinquième p o u r chaq u e an n ée de services de l a catégo­
rie B ou de se rv ices m ilita ire s, le m o n ta n t de c e tte pension ne pou­
v a n t excéder led it m inim um , augm enté, le ca s éch éan t, de la rém u­
n é ra tio n des bonifications p o u r serv ices h o rs d ’E u ro p e e t des béné­
fices de cam pagne.
« L e s fo n ctio n n aires de l ’E t a t soum is au régim e de la C aisse n a ­
tionale. des re tra ite s p o u r la vieillesse .obtiendront, s’ils com ptent au
m oins -quinze an s de serv ices effectifs, u n e allo catio n annuelle égale
a u m ontant de la re n te de vieillesse qui le u r s e r a it acquise à l’épo­
que de la cessatio n de le u rs fonctions, s i le u rs versem ents réglem en­
taires a v a ie n t é té effectués dès l ’origine, à c a p ita l aliéné. C e tte ailoc a tirn c e sse ra de le u r ê t r e . a ttrib u é e à co m p ter de la d a te d’en trée
e n jouissance de le u r re n te s u r l a C aisse n a tio n a le d es r e tr a ite s p o u r
la vieillesse. »
A r t . 2. — Le M in istre S e c ré ta ire d’E ta t a u x F in a n c e s e t tous
les M in istre s so n t ch arg és de l ’exécution du p ré s e n t d écret, qui se ra
publié au Jo u rn a l officiel.
F a it à Vichy, le 24 ja n v ie r 1941.
P u . PÉ TA IN .
P a r le M aréch al de F ra n c e , C hef de l ’E ta t fra n ç a is.
M A G IST R A T S, F O N C T IO N N A IR E S E T A G E N T S C IV IL S OU
M IL IT A IR E S R E L E V É S D E L E U R S FO N C T IO N S
L e M in istre secrétaire d 'E ta t a u x finances,
Yves B otjthillïer .
(J o u rn a l officiel n° 46 d u 15 fé v r ie r 1941, p age 748.)
<ro>— —
N ous, M aréchal de F rance , C h e f de l ’état français ,
S u r le ra p p o rt du M in istre S e c ré ta ire d’E ta t a u x F in an ces,
"Vu la ’ loi d u 17 ju ille t 1940, co n c e rn an t les m a g is tra ts , fo n ctio n n aires
e t ag e n ts civils !ou m ilita ire s de l’E ta t relevés de le u rs fonctions,
Vu le d écret d u 18 sep tem b re 1040, p ris en a p p lic a tio n de la d ite loi,
DÉCRÉTONS:
'
A r t i c l e p r e m i r r . — L ’a rtic le 1er d u d écret d u 18 sep tem b re 1940,
co n cern an t les m a g istra ts , fo n c tio n n a ire s e t a g en ts civils ou m ilita ire s
relevés de le u rs fo n ctio n s, e st a in si m odifié:
24 fé v rie r 1941. ■
— N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e a u x associations professionnelles de fonctionnaires.
(C ab in et du D irecteu r.)
J ’a i l’honneur de vous a d re s s e r h'ons ce pli, p o u r in form ation,
copie du d é c re t p o r ta n t règlem ent d’a d m in is tra tio n publique p o u r
a p p lic a tio n (le la loi cïu 15 octobre 1940, re la tiv e a u x associations
p rofessionnelles de fonctio n n aires.
P a r délégation.
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
ro m ; pé n it e n t i auiis
14
1 9 4 1 . — 2 ï FÉV UIER
A SSO C IA TIO N S P R O F E S S IO N N E L L E S D E FO N C TIO N N A SSES
(Jo u rn a l officiel a" 51 d u 20 fé v r ie r. 1941, page 322.)
«o»——
N o u s . M a r é c h a l dtc F r a n c e , C j i e k d u l ’ictat f r a n ç a i s .
S u r la proposition Ou G ard e des Sceaux-, M in istre S ecrétaire d ’E ta t
il la Ju stice, du ' M in istre S e c ré ta ire (l’E ta t à l'In té rie u r e t du
M in istre •S e c ré ta ire d 'E ta t a u x Im a n c e s ,
Vu la loi du 15 octobre 1940, re la tiv e a u x asso cia tio n s yroî.ssionneU es
•do fonctionnaires,
L e Conseil d 'E ta t entendu,
D ÉC R ÉTO N S :
A rticle vrkmikh. — L a d é c la ra tio n p ré v u e p a r l'a r tic le 2 de î»
loi du 15 octobre 1040 e st é ta b lie d an s les fo rm es fixées p a r l'article
G de la loi du 1er ju ille t '1901.
E lla e st signée p a r le fo n ctio n n aire proposé à l'a g ré m e n t do se­
c ré ta ir e d’E ta t p o u r rem p lir les fonctions de p ré sid e n t de l’associa­
tion. I l en. est déliv ré récépissé.
E lle d o it ê tr e p ré a la b le >Vt«ut a c te de gestion no rm ale de l’iusaciation.
E lle e st étab lie en deux ex em p laires ainsi que les pièces jointes.
Au cas où elle e st déposée à la p ré fe c tu re , l'u n des ex em p laire s (st
conservé p a r le. p ré fe t et le second ad re ssé au se c ré ta ire d ’E tit
ch a rg é du contrôle des asso ciatio n s, sous 3e c o u v ert du secrétaiie
d’E ta t dont dépendent les a g e n ts q u i fo rm e n t l ’association. Au cm
nu eile e st déposée à P a ris, l’u n des e x em p laires e st conservé p a r le
s e c ré ta ire d ’E ta t qui la reço it, l ’a u tr e e st tra n sm is p a r lu i au se cré ­
ta ire d 'E ta t ch a rg é du contrOte des associations.
A vis est, dans le s m êm es fo rm es et conditions, donné :
l u D .s m odifications ap p o rtées a u s ta tu t ;
2° D es ch an g em en ts su rv en u s d a n s les p ersonnes chargées, à un
titr e quelconque, de l’a d m in istra tio n ou de la d irection de l ’asso cia­
tion.
'
A ut. 2. — L ’ag rém en t auquel sont soum is les d irig e a n ts de l ’a s­
sociation e st considéré comme donné, si u n e décision n ’e st p a s in te r­
venue dans h.s deux m ois de l'e n re g istre m e n t de la déclaraüon.A u ï , 3. — Les règlem ents organiques, qui d oivent d é te rm in er la
liste des em plois d o n t les titu la ire s p eu v en t se g ro u p er en une a s ­
sociation et ceux d ont les titu la ire s ne peu v en t fa ire p a r tie d’aucune
association pro fessio n n elle sont p ris en form e de d écret a p rè s avis
du Conseil d ’E ta t.
L e s e c ré ta ire d”E ta t co m pétent p o u r a g ré e r une union d ’associutions professionnelles e st celui d o n t dépen d en t les a g en ts e n tre
lesquels ont é té ' fo rm ées lesd ites associations. Il ti'nnoe av is de cet
ag rém en t a u s e c ré ta ire d 'E ta t c h a rg é du contrôle des associations.
15
A ^ r. 4. — L es œ uvres d’assistan ce, de p révoyance e t d ’e n tr ’aide
créées oit subventionnées p a r les groupem ents de fo n ctio n n aires dis­
sous en exécution de la loi du 15 octobre 1040, p e u v e n t qonserver
le u r fo rm e actuelle e t recevoir le s subventions des d iv e rse s a sso cia­
tio n s p ro fesào n n elles constituées en v e rtu de l a loi p récitée.
L es u n io is rég u lièrem en t au to risées peuvent,, comm e les asso cia­
tio n s qu'elles groupent, co n sacrer u n e p a r tie de le u rs resso u rces à
l'o c tro i des subventions p rév u es ù l’a rtic le 4 (§ 2) de l a lo i,d u
15 octobre 1.940.
' A rt . 5. — Le se c ré ta ire d’E ta t in v e s ti1du pouvoir de contrôle su r
le s a s s o c iio n s est n o tam m en t ch a rg é de s ’a s s u re r qtïe les œ uvres
de prévoyinee, d ’assista n c e ou d ’e n tr ’aide qui bénéficient de sub­
v en tio n s di la p a r t dés asso ciatio n s profession nelles d e'fo n c tio n n a ire s
fo n t desd'tco subventions u n em ploi conform e ;Y le u r d e stin a tio n et
ne se liy e n t îi aucune a c tiv ité é tra n g è re à le u r objet. L es v érifica­
tio n s nécessaires .sont effectu ées,,ta n t p a r le s fo n ctio n n aires de con­
trô le dépendant d u d it s e c ré ta ire d’E ta t que p a r les organism es géné­
ra u x do contrôje auxquels les œ uvres ëont n o rm alem en t soum ises. . A û t " 6. — L es' d écrets' p o rta n t dissolution de groupem ents- de •
fonctionnaires so n t contresignés p a r le se c ré ta ire d’E ta t ch a rg é du
contrée des associations e t p a r îe s e c ré ta ire d’E ta t d o n t relèv en t les
memiresi du groupem ent.
I> 'm ise 'sons séq u estre des biens des g roupem ents dissous est
prononcée p a r a rr ê té -dn p ré f e t du d é p a rte m e n t de ia situ atio n des
b ien p o u r le s im m eubles e t les objets m obiliers a y a n t une assiette
détém inôe, e t p a r a r r ê té d u . p ré fe t du d é p a rte m e n t du siège de
l'o n an ism e d ont le p atrim o in e e st séq u estré p o u r les d ro its m obiliers
incorporels,
.
D an s tous les cas, le séquestre e st confié à l'a d m in istra tio n des
d«naines, du d é p artem en t d an s lequel le groupem ent dissbus a v a it
s a siège. L orsque le Heu d e-ce siège est déterm iné, l ’ad m in istratio n
ds d o m ain es est rep résen tée p a r 3e d ire c te u r d é p artem en tal de la
fin e.
L 'a r r ê té p ré fe c to ra l do m ise sons sé q u e stre e st p ublié p a r e x tr a it
,u Jo u rn a l officiel,
A h t . 7. — Le. com ité cen tral ch a rg é de la dévolution des hlens
des groupem ents dissous se compose sous la présidence du’ se c ré ta ire
g én éral de la P résidence du Conseil ou de son re p ré s e n ta n t:
Du D ire c te u r des A ffaires civiles e t du Sceau a u .M in istè re de la
J u s tic e ;
'
D u d ire c te u r ch a rg é des asso ciatio n s au M inistère de l'I n té r ie u r ;
l->u d ire c te u r général de l'en reg istrem en t, des dom aines e t dtî
tim b re au M in istère des F in a n c e s ;
Ou de le u r rep résen tan t.
1*611 veut ê tre , en outre, appelés à siéger a o com ité avec v*oix délib é ra tiv e , tro is m em bres re p ré se n ta n t respectivem ent :
Le gro u p em ent dont les biens! sont l ’o b jet d ’une a ttrib u tio n ou
d ’une liq u id a tio n ;
S’il y a lieu , lés œ u v res auxquelles ces biens é ta le n t ou dem eurent
affe c té s; ,
„
L e g ro u p em en t a ttrib u ta ire .
C es re p ré se n ta n ts, so n t désignés p a r }e s e c ré ta ire d ’E ta t dont dé­
pendaient- le s a g e n ts fa is a n t parti© de- ce g ro u p e m e n t
■
\
17
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
1 0 4 1 . — 4 MABS
L e s e c ré ta ria t d u com ité e s t a ssu ré p a ï \m fo n c tio n n a ire su p érieu r
de l'a d m in istra tio n des dom aines désigné p a r le d ire c teu r g én éral.
L es décisions du com ité se ro n t exécutées p a r l'a d m in istra tio n des
dom aines qui p ro c é d e ra , le c a s éch éan t, à la liq u id a tio n des b ien s des
orgaiiism es dissous, d a n s le s conditions fixées p a r ce comité.
L orsque l’a ttrib u tio n à u n e asso ciatio n professionnelle de biens
de gro up em ents dissous, affectés ju sq u e-là à des œ uvres de prévoyance,
d’assistan ce ou d’e n tr’aid e, ne lui. p a r a î tr a p a s devoir p e rm e ttre ,
sa n s difficultés sérieuses, de m a in te n ir à ces b ien s le u r destination, le
com ité c e n tra l p o u rra , en vue d’a s s u re r l ’a p p lic a tio n d es d ispo sitio n s
■de i'-article 4 (§ 2) de la lo i du 15 octobre 1940, procéda* à l ’a tt r i­
bution de ces biens, so it & une union, à c h a rg e p a r cele-cl de les
a p p o rte r à titr e de subvention à u n e œ u v re de prévoyarce, d ’a ss u ­
ra n c e ou d’e n tr ’alde, so it, en c a s d e nécessité, directem ent à une
telle œ uvre.
Au ca s o ù -il vous s e r a it sig n alé des lacu n e s ù cet ég a rd , il vous
a p p a rtie n d ra it de s a is ir M. le D ire c te u r de la M aison’' c e n tra le de
M elun afin de v'ous fa ire a d re s se r le nom bre d ’im p rim és nécessaires
& vos E ta b lissem en ts (référen ces — N° d ’o r d r e 188 a u b o rd ereau de
com m ande des re g istre s e t im prim és).
I l co n v ien d ra de m ’accuser- récep tio n d esd ites in stru c tio n s sous
le p ré s e n t tim b re. -
16
A b t . 8 . — L e G a rd e des S ceaux, M in istre S e c ré ta ire d’ï t a t à l a
J u s tic e , le M in istre S e c ré ta ire d ’E t a t à l ’In té rie u r e t le M in istre
S e c ré ta ire d’E ta t a u x F in a n c e s so n t ch arg és, ch acu n en o qui le
concerne, de l ’exécution du p ré s e n t d écret, q u i se ra p ublié au J o u rn a l
offioiel de l’E ta t fra n ç a is .
PH, P É T A IN .
P a r le Mavéctaal de F ra n c e , C hef de l ’E t a t fra n ç a is.
*
Jo sep h B arthélémy ,
L e M in istre S e créta ire d’E ta t à V In té rie u r,
M arcel P e y b o u to n .
L e M in istre S e créta ire d 'E ta t a u x Fina?ices,
Y ves B o u t ïïiix ie b .
*•
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN.
4 m a rs 1941. ~ N o t e de service -aux d irecteu rs des services ex té ­
rieu rs, re la tiv e à l’in te rd ic tio n pour les déten u s de recevoir des
colis d u dehors e t à. l'octroi d 'u n secours hebdom adaire de 50 fra n cs.
(33 B u re a u .)
F a it à Vichy, le 9 fé v rie r 1941.
L e G arde des S cea u x,
M in istre S ecréta ire d ’E ta t à la Ju stice,
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
i
\■
27 fé v rie r 1041. — N o te de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e à la rép ressio n des erim es com m is dans V in têrieu r
des ïrrisons. (S8 B u re a u .)
Comme vous le savez, le s In s tru c tio n s m in istérielles p re sc riv e n t
l'affichage, à l'in té rie u r des E tab lissem en ts -p én iten tiaires, de la loi
du 25 décem bre 1880 re la tiv e à la rép ressio n des crim es comm is
d a n s l'in té rie u r des prisons.
D e récen tes te n ta tiv e s d’agression à l'é g a rd du p ersonnel de s u r­
veillance me fo n t un dev o ir de vous ra p p e le r qu’il y a lieu de v é ri­
fier s i les détenu s sont b ien in fo rm és des san c tio n s ju d ic ia ire s q u ’ils
en co u ren t en ra iso n des f a its visés p a r la loi d ont il s’ag it.
E n conséquence, vous v oudrez bien in v ite r le s c h efs d’E tab lisse m en ts placés sous vos o rd re s à s ’a ss u re r que des e x em p laires du
te x te en cause so n t affichés, üe m a n iè re tr è s a p p a re n te e t en q u an tité
suffîsunte p o u r que- to u s le s individus écroués en a ie n t connaissance.
L ’A d m in istratio n c e n tra le e st sa isie jo u rn ellem en t p a r les déte­
n u s ou le u rs fa m ille s de dem andes ten d an t ft. a u to ris e r l ’envol d u d e ­
h o rs d a n s les E ta b lisse m e n ts p é n iten tiaires, de colis de vivres. C es,
re q u êtes so n t basées s u r les circonstances économ iques actu elles qui,
en v e rtu du p rin cip e g én éral appliqué à tous, o n t e n tra în é la re s tric ­
tion d u rég im e alim e n ta ire des prisons.
Comme vous savez, les règlem ents p é n ite n tia ire s in te rd ise n t l’oc­
tr o i de c e tte fa c u lté e t il ne m e p a ra ît p a s possible de lever, même
te m p o rairem en t, l ’in terd ictio n dont il s ’a g it, en ra iso n des g rav es
inconvénients de sé cu rité g én érale e t d’hygiène q u ’e n tr a în e r a it l ’ad;
m ission d a n s vos étab lissem en ts de denrées expédiées a u x détenus
p a r leu rs fam illes.
T outefois, afin d ’am élio rer d an s l a m esure d u possible la situ atio n
m atérielle de la p o p u latio n civile, j ’a i décidé q u ’à titr e provisoire, les
m esu res su iv an tes sero n t p rise s :
1° L es fa m ille s des détenus sero n t a u to risé e s à le u r envoyer
chaque sem aine u n e som m e de 50 fra n c s à v e rs e r au pécule disponible
e t que le s d e s tin a ta ire s p o u rro n t em ployer e n to ta lité m a is exclusi­
vem ent à des a c h a ts en can tin e ;
2° Les d irecteu rs e t chefs d ’E tab lissem en ts s ’efforceront d'appro­
visionner abondam m ent la c an tin e p a r des a c h a ts de v iv re s n o n ’sou­
m is a u rationnem ent.
x
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l ’é d u c a tio n su rveillée,
CONTANCIN.
i
,
'M M .
CODE
18
—
13 m a r s
1»
i'K X IT E N T IA îR E
!
6 m a rs 104t. — N o te de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, u&hiic-e au nom bre des d ix iè m e s .à accorder su r le p ro d u it
de leur tr a v a il a u x condam nés d é te n u s dans les p riio n s d<;pa,rlè. ni-enlalcs^ (3° B ureau .)
M on atte n tio n v ie n t d 'ê tr e a ttiré e s u r le s d ivergences d’iu terp ré talio n qui se p ro d u ise n t d an s ie s circo n scrip tio n s a n s u je t de l’appUcatio n du d écret du 23 novem bre 1893 fix an t le nom bre des dixièm es
ii accorder su r le p ro d u it de leu r tr a v a il au x condam nés détenus d a n s
les p riso n s 'd ép artem en tales.
11 m 'est 'sig n a lé que c e rta in s 'Chefs 'd 'é ta b lissem e n ts b lo q u a it la
peine en cours d 'exécu tio n avec les co n d am n atio n s a n té rieu re s, ta n d is
(taie d 'a u tre s sa b a se n t ex clusivem ent s u r ies co ndam nations subies
an térieurem ent.
Ces divergences m 'in diq u en t que les p resc rip tio n s cep endant trè s
iiHUes de l;i circ u la ire d’u n de m es p réd écesseu rs en d a te du 27 .-juin
K!14 ont été p erd u es de vue.
O r, ainsi que le. u oto • l’in s tru c tio n p récitée, .le ra p p o rt, jo in t an
d é c re t du 23 n o vem b re .1898 précise que ce te x te .n 'est que l'a p p lic a ­
tion au x p riso n s d é p a rte m e n ta le s -des d ispositions •(!&• l'ord o n n an ce
du 27 décembre. 18-13 s u r le classem en t des déten u s d a n s le?..m aisons
c e n tra le s q u an t à la ré p a rtitio n rlu p ro d u it du tra v a il.
. .A cet égard,, la circ u la ire d u . 20 m ars. 1S69 (Code don, -prison./; —
tom e JV, p ag es 37!J e t 447). dit.:. « Peu im porte que les .peines aien t
été subies ou seulem en!. p ro n o n cées,, il suliit que les ju g em en ts qui
les ont édictées, .soient, distincts-».
D ans ces conditions, -ie nom bre de dixièm es à a ttrib u e r au x condam oés dws p riso n s d ép arte m en ta les d o it c tra fixé d 'a p rè s 3e total
des condam nations encourues, en te n a n t com pte de la x«îine en cours
et. de celles qui re s te n t à subir.
••le vous p rie de an’aceu ser réception nies p rése n te s in stru c tio n s
•sous le tim b re ti-d e ss u s c.t de v e iller à le u r exécution.
L e D irecleu r de V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des S ervices de l'Jùhication surveillée,
CONTANCIN.
Vous voudrez bien v eiller vous-même à l'exécution scrupuleuse de
ces in stru c tio n s è t ne to lé re r aucune négligence su r ce point.
,7e vous p rie dè nu* sig n aler, le ca s échéant, 3es ag en ts qui ne
s ’y co n fo rm eraien t p as e t qui ne tie n d ra ie n t p a s suffisam m ent com pte
do vos o bservations.
' I,Q ’D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l'E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
A
• **
>
lî> m a rs 15)41. — Onu'urAiîue a u x directeurs des services extérieurs,
re la tiv e à {-'admission à la re tra ite à 50 ans de certains fo n c tio n na-ires de l'E ta t. (S evrice des Pensions.)
J ’ai l'h o n n e u r de vons com m uniquer, sous ce pli, le te x te de Ja
c irc u la ire que m 'a f a i t p a rv e n ir M. le M in istre se c ré ta ire d 'E ta t au x
F in an ce s re la tiv e à l’ab ro g atio n des dispositions de l ’a rtic le 78 de la
loi du 34 a v ril 1024 co n cern an t l ’admlssiotn à la r e tra ite à 50 ans
do c e rta in s fo n ctio n n aires de l’E ta t.
,l ’a jo u te q u'eu v e rtu de ce tex te aucune adm ission à la re tra ite
en a p p licatio n de l’a rtic le 78 de la loi du 14 a v ril 1924 ne se ra plus
acceptée. Los dem andes a n té rie u re m e n t p résen tées pour l’a n n é e '35)41
sont aunuîées.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l'F.ducation surveillée,
CONTANCIN.
L E M IN IS T R E S E C R É T A IR E I3 ÊTA T A U X FIN A N C E S
A M O N SIE U R LK G A R D E D E S SCEAUX,
M IN iST lU S S E C R É T A IR E D -ÉTA T A LA JU S T IC E .
—
«os-------
*
12 m a rs 1043. — Noxw de -service a u x d irecteurs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e au rc n o m e ilc m e n l d u m a tériel autom obile de V A d­
m in istra tio n p én iten tia ire. (2e B ureau.)
E n raison des diilicuités actuelles, le renouvellem ent du m a térie l
autom obile de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire s ’av ère de p lus en plus
diilieile et risque de d ev en ir im possible.
fJout‘ é v ite r une u su re p ré m a tu ré e des v oitures et p ro lo n g er, au
m axim um , le u r d urée, je vous p rie d ’in v ite r le s chefs de cen tres et
les su rv e illa n ts conducteurs de v otre circonscription à le s conduire
avec le p lu s g ra n d m é n a g tm e n t possible e t à les e n tre te n ir d’une faço n
p a rfa ire h to u s les p o in ts de v u e ; g ra issag e, p ro p re té, p ein tu re , etc.
.T’ai l'h o n n eu r de vous ra p p e le r que c e rta in s fo n ctio n n aires de
v o tre d é p a rtem en t a p p a rte n a n t a u x services a c tifs de l ’E t a t e t béné­
fician t des d ispositions des a rtic le s l ’r de la loi du 25 ju in 1914-et 78
de la lo i du 14 a v ril 1024, pouvaient p réten d re ü pension d ’ancienneté
à f)0 a n s d ’âge a p rè s a v o ir .accom pli 25 an s de services effectifs.
L ’a rtic le 75 de la loi du 31 m a rs 1932 a y a n t su p p rim é le classe­
m ent des em plois eu services a c tifs e t sé d e n ta ire s p our lui su b stitu e r
une classification des se rv ices-civ ils en d eux1 catég o ries A e f B , n ’a
p rév u aucune disposition en c e 'q u i concerne les agents ci-dessus visés.
A ussi, le Conseil. d 'E t a t h-t-il estim é, d an s u n a v is dn 27 ju ille t 1932,
que l a nouvelle législation ab ro g e a it celle, an térieu rem en t eu vigueur
t t , en p a rtic u lie r, la lot ilu 25 ju in 1914. L es fo n ctio n n aires régis
p a r cette loi dev aien t donc, p our ob ten ir une pension d 'an cien n eté à
jo u issan ce im m édiate, rem p lir les m êm es conditions d’âge e t de durée
20
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
J941. —
de serv ices (55 a n s dlâge e t 25 a n s de serv ices) que les a u tre s ag en ts
a p p a rte n a n t à l a c até g o rie vB (em plois c o m p o rta n t « u n risq u e p a r ­
tic u lie r ou des fa tig u e s ex cep tio n n e lle s» ) créée p a r la loi du 31 m a rs
1932.
N éanm oins, depuis lo rs, le s M in istre s des F in an ces q u i se sont
succédé ont décidé, ch aq u e année, d ’a u to rise r, e n a tte n d a n t que la
situ atio n des ag en ts qui re le v a ie n t des lo is de 1.914 e t 1924 précitées
a it été définitivem ent réglée .p a r u n te x te , la liq u id atio n des pensions
de ceux ad m is h l a re tra ite à 50 an s d’âge e t 25 a n s d e services.
L a qu estio n s 'é ta n t de nou v eau posée pour- 1941, il e st a p p a ru
qu 'en l ’absence d’u n te x te ex p rès on n e s a u r a it p ro lo n g er indéfinim ent
l’a ttrib u tio n d ’un a v a n ta g e su p p rim é - d epuis p rè s de d ix années e t
que, eu ég a rd n o ta m m e n t a u x conséquences financières, il n ’é ta it p a s
opportun d ’en v isa g e r actu e llem en t la co n sécratio n iégale d ’u n e telle
m esure.
S ans doute, les d iv erses a d m in is tra tio n s p ro cèd en t actuellem ent
ô u n dégagem ent de le u rs c ad res a u m oyen de m ises à ia re tra ite
anticipées, m a is les dépenses ré s n lta n t de ces dt^gagemenits so n t com­
pensées p a r ies su p p ressio n s o b lig ato ires des em plois occupés p a r les
ag en ts ain si re tra ité s.
P a r ailleu rs, en ce qu i concerne le s ag e n ts fa tig u é s ou ne rem p lis­
s a n t p lu s le s conditions voulues p o u r e x ercer, le u r m ise à. la r e tra ite
p eu t, en ce m om ent, ê tr e p rononcée a u titr e de la loi du 17 ju ille t'
1040.
I l vous a p p a rtie n t, d a n s ces conditions, de p re n d re to u tes m esures
n écessaires en vue de ré g u la rise r, le cas éch éan t, la s itu a tio n des
in téressés su r l a b ase des in d icatio n s qui p récèdent.
Ijr le M in istre :
L e C onseiller d 'E ta t, secréta ire général
p our les finances publiques,
S ig n é: IL L IS IB L E .
13 m a rs 1941. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e à u n exa m en p o u r V obtention d u certifica t d 'a p titu ­
de a u x em plois de surveillant-com m is-greffier, su rveillante-com m isgreffler, p rem ier su rv e illa n t e t p rem ière su r ve illa n te des établisse­
m e n ts p én iten tia ires. (C ab in et du D irecteu r.)
J e vous envoie ci-joint le te x te d’u n a rr ê té du 8 m a rs 1941 ou­
v ra n t u n ex am en p o u r l’o b tention du certificat d ’a p titu d e .au x em ­
plois de surveillant-com m is-greftier, surveillante-corarais-greffier, p re ­
m ier su rv e illa n t e t p re m iè re su rv e illan te des étab lissem en ts p én iten ­
tia ire s, ain si que le p ro g ram m e des connaissances ex ig ées p o u r Jedit
exam en.
J e vous p rie d’a s s u re r la diffusion de ce te x te p a rm i le p ersonnel
placé sous vos ord res.
L e D ire c te u r de l'A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
<o>------
1 3 MARS
2i
V ich y, le 8 m a rs 1941.
L E G A R D E D E S SCEA U X ,
M IN IS T R E S E C R É T A IR E D ’É T A T A LA JU S T IC E ,
Vu le d écret du 31 décem bre 1927 fix a n t le s ta tn t du p ersonnel des
S erv ices e x té rie u rs de l ’A d m in istratio n p én ite n tia ire ,
ARRÊTE :
A r t i c l e p r e m i e r . — U n exam en e st o u v ert à p a r t i r du 1er m a i
1941, à u n e d a te qui s e ra précisée e t notifiée au x c a n d id a ts, quinze
jo u r s a v a n t les épreuves, p o u r l'obtention du c e rtificat d ’a p titu d e
a u x ' em plois 'de surveillant-com m is-greffier, surveillante-com m is-greffler, p rem ie r su rv e illa n t e t p rem ière su rv e illa n te des établissem ents
p é n ite n tia ire s.
A r t . 2. — Sont seu ls a u to risé s à p re n d re p a r t a u x épreuves les
ag e n ts du P erso n n el de su rv eillan ce co m p tan t au m oins cinq an s de
services d a n s les étab lissem en ts p é n ite n tia ire s d a n s l’année du Con­
co u rs e t n ’a y a n t ja m a is f a i t l ’objet, a u cours de le u r c a rriè re , de l’une
d es san ctio n s d iscip lin aires p rév u es à. l ’a rtic le 49 du d écret du 31 dé­
cem bre 1927 s'ous les .§ 4, 5, G, 7, 8, 9, 10 e t 11.
A r t . 3: — L es c a n d id a ts ne so n t ad m is à p re n d re p a r t à l ’exam en
q u ’a p rè s av o ir obtenu l’ag rém en t du m inistre.
A r t . 4. — Les dem andes d’adm ission d e v ro n t in d iq u er p o u r quelle
c até g o rie d’em pioi postule le can d id at.
E lle s d ev ro n t ê tr e accom pagnées :
1° D 'u n èngagem ent, signé de l’intéressé, d 'a c c e p te r le poste a u ­
quel il s e r a nom m é e t de le re jo in d re à ses f r a is ;
2° D ’u n relev é des é ta ts de services civils e t m ilita ire s d u candi­
d a t avec les in d icatio n s des d istin ctio n s d o n t il e st titu la ir e ;
3" D ’une copie des o bservations g énérales p o rtées a n x notices in■d iv iduelles des dix d ern ières an n ées;
4° D ’u n relevé des p u n itio n s encourues depuis son en tré e d an s
rA d m in istra tio n (com pte te n u des lois d’am nistie) ;
5° D ’un ra p p o rt du D ire c te u r de l ’étab lissem en t de l a C ircons­
c rip tio n p é n ite n tia ire s u r les ap titu d e s du c a n d id a t à l ’em ploi
q u ’il sollicite!
A r t . 5. — L à liste d ’in scrip tio n se ra irrévocablem ent close îe
15 a v rii 1941. P a ss é ce délai, au cu n ca n d id a t ne p o u rr a ê tr e in sc rit ni
a d m is à p re n d re p a r t au x épreuves.
Le M in istre a rr ê te la liste des c a n d id a ts à concourir.
L es c a n d id a ts n e re m p lissan t p a s les conditions édictées à l’a r t i ­
cle 2 so n t inform és a v a n t 3'exam en q u ’ils ne figurent p a s s u r la liste
d ’inscription.
C eux ad m is ô. concourir reçoivent une le ttr e de convocation leu r
fa is a n t co n n aître les lieu, jo u r e t h e u re de l’exam en.
A r t . 6. — Ije ju ry , d o n t les m em bres sont nom m és p a r le G arde
des Sceaux, M in istre s e c ré ta ire d ’E ta t à la Ju stice, e st composé
comm e s u it:
22
p i -n i t e n t i a i i î k
1941. —
Le D ire c te u r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire et des S ervices de
l’E ducation surveillée, P ré sid e n t, ou son délégué;
U n In sp e c te u r des S ervices a d m in is tra tifs a n M in istère de l'I n ­
té r ie u r ;
U n m a g is tra t û l'A d m in istra tio n cen tr» le du M in istère de la J u s ­
tice affecté à ia D irectio n da l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des
Services üe l ’E d u ca tio n su rv e illé e;
U n D ire c te u r en service -ou un D ire c te u r h o n o raire des E ta b lis ­
sem ents p é n iten tiaire s.
A bt . 7. — .L ’exftm eirsrom prciul des épreuves é c rite s e t dés épreuveo
o rales p o rta n t s u r les m a tiè re s in scrite s au p ro g ram m e an n ex é an
p résen t a rrêté.
Aux. S. — L es s u je ts de com position, id en tiq u es p o u r lps deux
catégories d'çm plois, sont choisis p a r le M in istre e t envoyés d irec­
tem en t aux P ré fe ts des d é p a rte m e n ts Sièges d'exam en.
Les épreuves é c rite s co m prennent:
1® Une réd actio n s u r (me des questions in scrite s a u p ro g ram m e
ann ex é au p ré sen t a rr ê té ;
2° Une com position d!n rith in é tiq u e ;
3" Un exposé technique r e la tif h l'u n e des q uestions in scrites au
program m e.
Ai: t. 9. — Il est accordé a u x c a n d id a ts:
3 h eu res p our la réd actio n ;
1 h e u re 30 p o u r la com position d 'a rith m é tiq u e ;
1 h eu re 80 p o u r l'exposé technique.
^ Ait/r. 30. — L es épreuves des c a n d id a ts sero n t tra n sm ise s p a r le
P ré fe t au M in istre de la J u s tic e (D irectio n de l’A d m in istra tio n péni­
te n tia ire ) sons p lis cach etés e t scellés, e t rem is a u ju ry ch a rg é de
le u r correction.
• A ut. .31. — p o u r ch acu n e des épreuves, 11 e st a ttrib u é a u x c an d i­
d a ts un nom bre de points, v a ria n t de 0 à 10.
■ .
Le coefficient 2 est. a ttrib u é à la com position de rédaction.
A h t . 1 2. — Les ép reu ves é c rite s so n t élim inatoires.
Nul^ ne p eu t ê tre ad m is au x ex am e n s o ra u x s ’il n’a obtenu 20 p o in ts
p o u r l'e x a m e n écrit.
Ai’.x. 13. — L es c a n d id a ts d écla rés adm issibles su b iro n t le s ép reu ­
ves o rales qui consisten t en q u a tre In ferro g atlo n s p o rta n t s u r :
1° L ’o rg an isatio n a d m in is tra tiv e de la F ra n c e ;
2V L ’o rganisation e t le fonctionnem ent de l'A d m in istratio n p én i­
te n tia ire ;
3 “ L a com ptabilité « d en iers » ;
4" La com ptabilité « m a tiè re s ».
A itr. 14. — P o u r chacune des ép reu v es o rales, il e st a ttrib u é a u x
c an d id a ts un nom bre de p o in ts v a ria n t de 0 a 10.
A k ï . 15. — Les c a n d id a ts p o u rro n t d em a n d e r’ a su b ir u n e épreuve
spécial© qui p e rm e ttra de s'a ss u re r s'ils possèdent des connaissances
p ra tiq u e s en an th ro p o m étrie. I l le u r sa ra te n u com pte de c ette ép reu ­
ve au classem ent défin itif p a r une note, a lla n t de 0 à 10 qui s 'a jo u te ra
a u to ta l des points obtenus.
23
1 3 MAHS
A r t . 1 6 . —- U ne n o t e s p é c i a l e d e 0 à 1 0 a v e c c o e f f i c i e n t 3 s e r a
a ttrib u é e à c h a q u e c a n d id a t a u v u d e so n d o s s ie r d e c a n d id a tu re
so u s la
m e n t i o n « c o t e d ’a p t i t u d e p r o f e s s i o n n e l l e » .
C e tte n o te se ra a ttrib u é e a p rè s l'ex am en o ra l e t n 'e n tr e ra en
com pte que p o u r le classem en t définitif.
. . . .
AIiT.
__ Le ju ry a rr ê te le classem ent su iv an t le nom bre de
p o in ts obtenus qui ne p eut ê tre in fé rie u r à 40, e t dresse la- lis te des
c a n d id a ts adm is qui est soum ise à l ’ap p ro b atio n du M inistre.
L e c e rtific a t d 'a p titu d e p o u r chaq u e catég o rie est délivré p a r
a rr ê té m inistériel.'
'
'
A r t . 1S. — A une d a te qui s e ra u lté rie u re m e n t fixée, u n second
ex am en a u ra lieu pour les agents qui, p a r su ite de circo n stan ces im ­
p u ta b le s ii l’é ta t de g u erre, n otam m ent de captivité, ou de blessures,
a u ro n t été tais d;ins l’im possibilité m atérielle de p a rtic ip e r à celui
in stitu é p a r le p résen t a rrê té .
L ss c a n d id a ts ad m is p re n d ro n t ra n g s u r la . p rem ière lis te .,à la
p lace que le u r a s s u re ra le nom bre, do p o in ts obtenus e t le u r ancien­
neté d a n s le u r nouveau g ra d e co m p tera du joui: ,t>ù ce ra n g a u ra it
a ssu ré leu r prom otion s ’ils a v a ie n t.p u p a rtic ip e r au p rem ier exam en.
A u r. 19. — Les c a n d id a ts sero n t nom m és a u 'fu r e t à m esure des '
vacances d a n s l’o rd re du classem ent.
T out c a n d id a t qui re fu sera d s re jo in d re le p o ste auquel il a u ra
é té appâté ou qui lui a u ra été offert sera va.yé de la ïiste.
À à f. 20. — Si ies circonstances actu e lles ne p erm ettertt p a s que
les ép reu v es orales e t l'é p re u v e d 'an th ro p o m étrie a ie n t lieu le môme
jo u r dans- f;v môm e1v ille,-îe j u r y a r r ê te r a souverainem ent l'a- décision
ü p ren d re: '
.
Il rég le ra, dans les m êm es conditions, to u tes questions qui ré s u l­
te ra ie n t des circonstances suavisées oü 'qui ne se ra ie n t p a s précisées
p a r le p ré s e n t a rrê té .
A kV .-21. — 'T outes d ispositions c o n tra ire s au présent a r r ê té sont
abrogées.
A ü ï . 22. — Le D irecteu r de l'A d m in istra tio n p é n itm tia ire e t des
S ervices de l’E d u catio n surveillée e st ch a rg é de l ’exécution du présent
a rrê té .
F u it à Vichy, le S m a rs 5041.
J oseph
B A R T H E L EM Y ,
PROG RAM M E
d es connaissances exigées p o u r l’exam en d 'a p titu d e a u x em plois de
gurveU Iant-coim nis-greffier e t de p rem ier su rv e illa n t des établisse­
m ents p én iten tiaires.
«os——
I.
— A D M IN IST R A T IO N G ÉN ÉRA LE
P rincipes de droit public e t d& d ro it a d m in istra tif.
1° L es d ro its in d iv id u els;
;
. .
2° P rin cip e de la so u v erain eté n atio n ale. — D ro it de1 su ffra g e ;
24
1 9 il. —
CODE PE N IT E N T IA IR E
3 “ T r a its c a ra c té ristiq u e s de l ’o rg an isatio n a d m in is tra tiv e de la
F ra n c e ;
4° L a comm une ;
5° L e canton ;
6° L ’arro n d isse m e n t;
7° Le d é p a rte m e n t;
8° L e G ouvernem ent e t le s C h am b res;
9® C onfection des lois.
1° Les ju rid ic tio n s civiles (notions gén érales) ;
L es ju rid ic tio n s rép ressiv es ;
T rib u n a u x de sim ple p o lic e ; •
T ribunaux: co rrectio n n els ;
C o u rs d’a p p e l;
C ours d ’assises ;
Ju rid ic tio n s m ilita ire s e t m a ritim e s;
L a C our de cassatio n .
3° L es ju rid ic tio n s a d m in is tra tiv e s (n o tio n s g én érale s).
O RG A N ISA TIO N E T FO N C T IO N N E M E N T
. D E L ’A D M IN IS T R A T IO N P É N IT E N T IA IR E
«o»------
A. — P risons et é ta b lis se m e n ts p é n iten tia ires:
2°
a)
b)
0)
dj
e)
/;
E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s:
D épôts e t cham bres de s û re té ;
M aisons d ’a rr ê t, de ju s tic e e t de co rre c tio n ;
Mjuisops c e n tra le s ;
M aisons de fo rc e ;
In s titu tio n s publiqües d 'E d u c a tio n su rv eillée;
D ép ô t de relégués de Saint-M artin-de-K é.
*
D e l'in stru c tio n crim in e lle :
1° N otions g é n é ra le s;
2° A ctes r e la tif s à la perso n n e de l’inculpé. — D éten tio n p ré ­
ventive ;
3° D ifférentes so rte s de m an d ats. — P a r q u i sont-ils d éliv rés ?
u ) C onduite à te n ir en c a s de m a n d a t d 'a rrê t, d’am en er, de
com parution ;
b) O rd o n n a n c e de p ris e d e c o r p s ;
o) M a n d a t de dépôt.
4° Le jugem ent. — Voies de recours.
25
1° O rg a n isatio n de l’A d m in istratio n p é n ite n tia ire :
a) A d m in istratio n c e n tra le ;
b) A d m in istratio n locale.
O rganisation de la ju s tic e en F rance.
2°
a)
b)
c)
d)
e)
1)
1 3 MARS
B. — R ég im e des prisons affectées à l’em p riso n n em en t en com m un:
(D écret du 19 ja n v ie r 1923.)
1° S é p a ra tio n des d ifféren tes catég o ries de d éten u s;
2“ D iscipline e t police in té rie u re d e la p riso n ;
3° R égim e des détem us;
4 U H yg iène e t serv ice de s a n té ;
5° E n seignem ent. — O uïtes ;
6° Com m ission de surv eillance. — P a tro n ag e.
C. — R é g im e des prisons affectées ù- V em prisonnem ent cellulaire:
(D écret du 19 ja n v ie r 1923.)
O rganisation e t rég im e des peines — L 'expu lsio n .
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
P ein es crim in e lle s;
;
M ort ;
T ra v a u x forcés à p e rp é tu ité ou ù te m p s;
D ép o rtatio n ;
D éten tio n ;
R éclusion;
B annissem ent ;
Amende.
1°
2°
3°
4°
5°
D. — L e tm va .il dans les p riso n s:
O rg an isatio n .
2° P ein es correctionnelles :
a) E m prisonnem ent ;
b) Amende.
3° P eines de sim ple police:
a) E m prisonnem en t de sim ple p o lic e;
b) Amende.
4°
(i)
b)
c)
d)
Peines accesso ires e t com p lém en taires:
In te rd ic tio n de sé jo u r;
R elégation ;
C o n train te p a r corps ;
E xpulsion.
D iscipline e t police in té rie u re de la p riso n ;
R égim e des d éten u s;
H yg iène e t service de sa n té ;
E nseignem ent.
C u ltes;
Com m ission de su rv eillan ce . — P atro n ag e.
E.
1°
<x)
b)
c)
d)
e)
1)
g)
h)
— E x é c u tio n des peines:
E cro u :
E c ro u p rim a ire ;
E cro u définitif (e x tra it de ju gem ent) ;
R e g istre d ’a r r ê t;
R e g istre d e ju stice ;
R e g istre de correction ;
R e g istre des p a ss a g e rs ;
R e g istre des d e ttie rs ;
R e g istre de sim ple police.
>
26
CODE
P Ê X IT f.K T IA Iltr:
1 9 Ï I .
—
l'i
M A1ÏS
27
2° C auses d'exem ption e t d'extincticta de la p ein e:
a) L a p re s c rip tio n ;
b) L e su rsis à l ’exécution ;
c) L a lib é ra tio n co nditionnelle;
d) L ’& m u i s t i e ;
e) L a grâce ;
f ) L a ré h ab ilitatio n :
ü) X a lib é ra tio n a p rè s exécution de h t peine. — C om m ent sesu b issen t e t se. décom ptent les peines. — D éten tio n p rév en tiv e. —
Bloc des p eines (o rd re ch ronologique ou o rd ro d'im portaR ce). —
D u rée de la peine d ’im mois d an s le bloc des peines. — H eu re de libé­
ra tio n p o u r les co u rtes peines.
3n E m p riso n n em en t ce llu la ire :
a) E ffet su r la d u rée de la p eine ;
h)
D urée do l'encelK ilem ent exigée p o u r les p ein es dépassant,
un. a n e t u n jo u r.
F . — T ra n s fè ro n e n ts a d m in istra tifs.
211 . — É LÉM EN TS D E C O M P T A B IL IT É -D E N IE R S —
p é c u le — a d m in is tr a tio n e t c o m p ta b ilité
D u pécule des détenus. — Form ation, du pécule. — L iv re t d e p é cnle ;
R ecettes p ro v en a n t du tra v a il. — R ec e tte s étra n g è re s a u tra v a il;.
D écom pte des dixièm es. F e u ille s p a rtie lle s e t g é n érales de tra v a il
e t é ta t de lu ré trib u tio n a u x p rév ô ts, m o n iteu rs, t.te...
• Som m es apportées p a r les détenus ou sa isie s s u r eux. Somm es re­
m ises p a r des tie rs ou envoyées p a r d’a u tre s voies que les m a n d a ts
s u r la p o ste;
R econnaissance de l;i poste. — E ffe ts ou b ijo u x vendus p en d an t
la détention. R ecette s ex cep tio n n elles;
Solde de com pte c^s tra n s fé ré s venant d 'a u tre s établissem ents. —
R éin tég ratio n ap rè s e x tra c tio n ;
D épenses du pécule, — Dépend s fa ite s volo n tairem en t p a r les
détenus.
D épenses en c a s de décès, d ’évasi'on ou d’e x tra c tio n . —
F eu illes p a rtie lle s e t g én érales de c a n tin e e t de dépenses accidentellesp our fo u rn itu re s do vêlem ents, ustensiles, etc... — P o rts e t affra n c h is­
sem ents de le ttr e s e t p aq iifts. — E nvois de secours a u u x fa m ille s e t
restitutions. — R eten u es p o u r b ris, d ég ra d a tio n s ot p u n itio n s;
Solde de com pte des lib érés et des individus tra n s fé ré s d an s
il'autreo étab lissem e n ts;
D épenses diverses e t <lép:uses exceptionnelles;
R eg istre des m an d ats. — R e g istre du v ag u em e stre ( l ro e t 2e p a r ­
ties). — R e g istre de co rresp o n d an ce;
L iv re à souches des recettes. — L iv re des dépenses effectuées poul­
ie com pte des détenus. — C om ptes individuels et feu il] e de décom pte.
— L iv re t de versem en t e t de re tra it d e fo n d s à la C aisse des dépôts
e t consignations. — R e g istre p o u r l'insc3-iption d es bijo u x e t o b jets
précieux. —■L iv re de caisse. — B u lletin des o p é ra tio n s'd e c a is s e .-—
Relevé du p ro d u it du tr a v a il;
R ecouvrem ent des fr a is de justice.
-IV. — É LÉ M E N TS D E C O M PT A B IL IT É -M A T IÈ R E S
' 1° D es d ifféren ts modes d 'e x p lo itatio n des étab lissem en ts p éniten­
tia ir e s : régie, e n tre p ris e :
L ’économ at. —• D éfinition;
N om enclature des îau tiéres. — D ivisions;
F o rm es des en trées d o .m a tiè re s;
R eg istre s de com ptabilité u tilisés pour les en trées de m a tiè re s;
F o rm es div erses dos so rtie s .de m a tiè re s :
R e g istre s e t carn tv s u tilisé s p o u r la ju stific a tio n des so rtie s de
nuit ièves;
Tenuo des m ouvem ents d an s les m a g asin s;
R ég u la risa tio n «les déficits e t des excédents de m a tiè re s;
V aleu rs m obilières perm anentes. D éfinition;
In v e n tric e des m a tiè re s et d .s v aleu rs m obilières p e rm a n e n te s;
D éfinition. — I î n t
2U D ispositions spéciales co n cern an t les M aisons d 'a rrê t, de justiew e t de correction.
A. — R eg istres e! écritures à te n ir par le S u rv c illa n t-c h e f :
a)
lière)
" b)
c)
d)
E n tré , s de m a tiè re s —
(M ain-courante et situ a tio n jo u rn a ­
;
S o rties de m atières. — (S itu a tio n jo u rn a liè re ) ;
M ouvem ent des m a tiè re s.
• (F ich es) ;
C arn e ts e t é c ritu re s accessoires. — (D échets, p an ificatio n ).
13. — P ièces à fo u rn ir périodiquem ent.
14 m a rs IC4I. — N o te (le service a u x d irecteu rs des services ex té ­
rieurs, re la tiv e ù l'octroi de la m édaille p én iten tia ire, pour actes
de courage. (B u reau du Personnel.)
J 'a i l'h o n n eu r de vous fa ire p a rv e n ir sous ce p li, p our Inform ation,
les te x te s des o w ô tés des 8 fé v rie r e t 4 m a rs 1941 c o n fé ra n t la mé- .
d aiife p é n ite n tia ire , p o u r acte s de courage, à d iv ers m em bres du
p erso n n el de surveillance.
P a r délégation.
L e D irecteu r de V Aûm iniH tration p én iten tia ire
e t des ' Services de l'E ducation surveillée,
,
.
CONTANCIN.
«os------
M É D A IL L E P É N IT E N T IA IR E
(Jo u rn a l officiel n° 70 du 11 m a rs 1941, page 1.10.3.) .
«o»-----P a r a rrô té du 3 fé v rie r 1941, la m édaille p é n ite n tia ire e st confé­
rée, p o u r a c te s de courage, ù :
AI. P asskbat (Louis-G eorges-E m ile), su rv eillan t-ch ef de la M aison
d ’a r r ê t de G u éret;
M. üuksnky (M au rice), su rv e illa n t à l a M aison c e n tra le de Caen.
CODE P É N IT E N T IA IR E
28
P a r a rr ê té du 4 m a rs 1041, la m éd aille p é n ite n tia ire e s t conférée,
p o u r a c te s de courage, à :
M, L.acaze (L éo n -B asile), su rv e illan t-c h e f à la M aison d 'a r r ê t de
C M te a u ro u x ;
.?
M. M oreau (L éo n -M ariu s), .s u rv e illa n t à la M aison d’a r r ê t de
C hfiteauroux;
M, B ougeeon (Maxivice), su rv e illa n t à la M aison d’a r r ê t de CliÛtea u ro u x ;
M. D u p u is (E m ile -P ie rre ), sergent-clief a u 32- rég im en t d 'in fa n ­
terie, détach é comme su rv e illa n t a u x ilia ire à la M aison d ’a r r ê t de
C hateauroux.
17 m a rs 1041. — N o i e de, service a u x d irecteurs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e à l'a ttrib u tio n d 'u n e in d em n ité de sép a ra tio n a u x
fonctionnaires, e t agents. (B u reau d u P ersonnel.)
J ’ai l ’hon n en r de vous f a ir e p a rv e n ir ci-joint, p o u r in fo rm atio n ,
copie d e l'a r r ê té du 8 m a rs 1941, p o rta n t a ttrib u tio n d 'u n e indem nité
de sé p a ra tio n a u x fo n c tio n n a ire s e t agents.
P a r délégation.
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S ervices de l ’E d u c a tio n surveillée,
CONTANCIN.
M IN IS T È R E D E L ’ÉCO N OM IE N A T IO N A LE
E T D E S F IN A N C E S
— «o»—
A T T R IB U T IO N D ’U NE IN D E M N IT É D E SÉ PA R A T IO N
A U X FO N C T IO N N A IR E S E T A G EN TS C IV IL S D E 'I /É T A T
(Jo u rn a l officiel n° 73 du 14 m u rs 1941, paye 1.145.)
4:0 » -------
, L ’A m iral de la F lo tte , M in istre vice-président du C onseil, e t le M i­
n is tre se c ré ta ire d ’E ta t à l'E conom ie n a tio n a le et au x F in an ces,
Vu l’a rtic le 9 de la loi du 18 octobre 1919, modifié p a r la loi d u 1er
décem bre 1940,
Vu le d écret du 30 sep tem b re 1940, p o rta n t a ttrib u tio n d 'un e indem ­
n ité p o ur f r a is de déplacem ent a u x fo n ctio n n a ire s e t a g en ts de
l'E ta t,
A ÏU IÊ T E N T :
A k tic lk FRE.\nKtt. — 'Une indem nité de sé p a ra tio n est a ttrib u é e
a u x fo 2ieü(m m iïe.s, ,\fgeuts e t em ployés civils de l ’E ta t, a y a n t la q u a ­
lité de chef de fam ille, h l ’exception des p ersonnels placés, sous le
29
1 9 4 1 . — .17 MARS
régim e des s a la ire s rég io n au x , lo rsq u ’ils é ta b liro n t qu’ils ont à fa ire
fa c e a u x c h a rg e s d 'u n double fo y er, soit p a r su ite des m esu res p rise s
p a r les a u to rité s d'occupation, soit en ra iso n du r is q u e 'p a r tic u lie r
de bom b ard em ent auquel e st exposée la lo calité où Us ex e rc e n t leurs
fonctions.
L ’indem nité e st fixée a u ta u x ci-après, pour chaque jo u r passé
dan s l a lo c a lité où l'a g e n t ex erce ses fonctions.
TA U X DIS L ’IN D E M N ITÉ
F o n ctio n n aires classés p o u r l’a ttrib u tio n de f r a is de m ission dans
les groupes :
I ............................ ....................................................... 8 5 'fr.
I I ..................................................................................
32 —
III
................... ............ .......................................... 28 —
................................................................................... 25 —
D es a ri’êtés du S e c ré ta ire d 'E ta t à l'E conom ie n a tio n a le o.t aux
F in a n c e s fixei*ont 3a liste, des lo c alités souum ises de façon fréq u en te
e t in ten siv e à des bom bardem ents, où la résidence p e u t donner lieu
à l ’a ttrib u tio n de l'in d em n ité san s que les in té re ssé s a ien t à ju s ti­
fier de la c h a rg e effective d’u n double foyer.
L 'indem nité de sé p a ra tio n e s t allouée m ensuellem ent à te rm e écliu.
E lle est exclusive -de to n te indem nité p our f r a is de m ission ou d’in ­
té rim e t d© to u te a u tre allo catio n de m êm e n atu re.
A r t . 2. — S ont considérés comm e chefs de fa m ille p o u r l ’ap p li­
catio n du p ré s e n t a rr ê té les ag en ts m ariés, vents- avec en fa n ts, di­
vorcés avec e n fa n ts ou sép arés ju d iciairem en t avec e n fa n ts, ceux qui
o n t un e n fa n t n a tu re l "reconnu ou qui v iv en t h a b itu ellem en t avec le u r
m ère veuve.
L ’judem nité de sé p a ra tio n ne p e u t ê tr e allouée à u n a g en t m arié
du sexe fém in in que si son m a ri n 'e s t p as en m esu re de subvenir
a u x besoins du méinige.
L es fo n ctio n n aires, ag e n ts e t em ployés civils de l’E ta t, éloignés
d e le u r résidence a d m in is tra tiv e iïo n m ü e p our e x e rc e r te m p o ra ire ­
m en t le u rs fonctions au siège actuel du G ouvernem ent ou d an s les
a u t r t s lo calités où fo n c tio n n e n t m om entaném ent des services des ad­
m in istra tio n s' c e n trales, recevront, le ca s éch éan t, en dehors du rem ­
b oursem ent de leu rs f r a is de voyage, e t à l ’exclusion des indem nités
n o rm ales de fr a is de m ission, les indem oités jo u rn a liè re s p révues p a r
le d é c re t du 30 septem bre 1940.
L es séjo u rs accom plis d a n s les conditions p révu es p a r le p résen t
a rtic le , m a is ne d é p assan t p a s q u a tre jours., donnero nt lieu, îe cas
éch éan t, n l'a ttrib u tio n des indem nités n o rm ales p o u r f r a is de d é p è ­
cem ent e t de m ission. C ette a ttrib u tio n s e ra exclusive de to u tes allo­
catio n s ré p o n d an t au raêioe objet et, en p a rtic u lie r, de celles prévues
a u x a rtic le s 1 " e t 3 ({i l " ) die p résen t a rrêté.
A b t . 4. — Sont abrogées, sous réserve des dispositions de l'a rtic le
3 ci-dessus, celles du d é c r e t'd u 30 septem bre 1940, en ta n t q u ’elles
sont c o n tra ire s à celles du p ré s e n t a rrêté.
T outefois, les som m es rég u lièrem en t versées an térieu rem en t à la
p u b licatio n du p ré s e n t a rrê té en v e r tu 'd e s dispositions du d écret du
30' sep tem b re su sv isé .n e d o n n ero n t p a s lieu à reversem ent.
M 41.
CODE
30
—
2 1 M A îts
31
J'IiX iT C N tlA Il'iR
LOI
A titr e tra n sito ire , 3es fo n ctio n n a ire s e t a g en ts ch efs de fam ille
qui, du fit i t des m esu res p rises p a r les a u to rité s d ’occupation, sont
obligés de v iv re d a n s u n lieu cle rep liem en t e t bénéficient, ù lu d ate
de la publication du p rése n t a rrê té , de l'in d em n ité p rév u » p a r le dé­
c re t du 30 septem b re 1.040, oc.^servoivnt, ju s q u ’il ht d a te de le u r r e ­
classem ent d éfin itif e t nu p lu s t:ird ju sq u 'a u 30 ju in 1041, le bénéfice
de cette' iiidem niîé, sous réserv e q u 'ils c o n tin u en t de se tro u v e r d an s
les conditions fixées a u d it d écret p o u r y a v o ir dro it.
Le m ain tien de c elte indem n ité se ra ex clu sif de l’a ttrib u tm n de
celltw p rév u es a u u x a rtic le s l cv e t 3 du p ré sen t a rrê té .
A u t, H. — ■Le p ré se n t a rrê té , dm it les dispositions a u ro n t eifet
à com pter du l ‘‘ ja n v ie r 3.041, se ra p ublié au J o u rn a l oÿicieJ.
relative à l'adm ission à l a retraite anticipée d e s fonctionnaires, ou­
vriers et em ployés de l’E tat, anciens com battants e t victim es de la
guerre placés en congé entre la date de publication du décret du
17 juîn 1938 et le l cc octobre 1940.
(Jo u rn a l officiel n° 77 du. 18 m ars 1941, page 1.212J
N o u s , M a r é c u a t , d r F r a n c e , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a c s ,
Le Conseil des M in istres entendu,
D ÉC R ÉTO N S :
F a it à Vichy, le S m a rs 1941.
L ’A m ira l de la F lo tte,
M in istre vice-président d u Consvil,
Ai. DA11LAN.
L e M inistre Secréta ire d’E ta t à l'E conom ie n a tionale
e t a u x F inances,'
Y veS
IÏÜ U T 1 IO .L 1 E H .
Au'rior.G pr e m ie r . — Les fo n ctio n n aires, o u v riers et em ployés ci­
vils de l ’E ta t ad m is à fig u rer s u r les liste s des bénéficiaires des p en ­
sions an ticip ées p ré v u ts p a r le d écret du 17 jn in 1938, s u r la m ise
à la re tr a ite anticipée des an cien s c o m b attan ts e t victim es de la
g u e rre en service d a n s les a d m in is tra tio n s e t é tab lissem en ts de l’E ta t
t t qui ont été placés en congé e n tre la d a te de p u b licatio n de ce
te x te e t îe l l’r octobre 1940, se ro n t ad m is à ia r e tr a ite , avec jo uissance
Im m édiate de la pension, d an s le mois qui s u iv ra la publication du
p résen t d écret.
ÀTtT.
2. — L a p e n s i o n , d e s i n t é r e s s é s s e r a l i q u i d é e d ’a p r è s l e s
r è g l e s en v i g u e u r p o u r l e c a l c u l d es p e n s i o n s b a s é e s s u r la d u r é e l i e s
s e r v i c e s e t c a l c u l é e d 'a p r è s le t r a i t e m e n t m o y e n d u d e r n i e r o u d u
m e i l l e u r t r i m e s t r e . 11 s e r a t e r n i c o m p t e , p o u r c e t t e l i q u i d a t i o n , d e s
d i v e r s e s b o n i f i c a t i o n s de r e t r a i t e s d a n s les m ê m e s c o n d i t i o n s q u e p o u r
21 m a rs 1041. — N o t e de service a u x d irecteu rs des Services e x té ­
rieurs, ro la tive « l'a d m issio n à ta re tra ite a nticipée des fo n c tio n ­
naires, oucriers e t em-ployOs de l’E ta t, anciens c o m b a tta n ts e t'v ic ti­
m es de la fftierre placés en confié e n tre la d a te de publication du
décret du 37 ju in 1D3S et le T ‘ octobre 1040. (B u reau du P erso n n el.)
J ‘ui l'h o n n eu r de vous fa ire p a rv e n ir, à titr e d 'in fo rm a tio n , îe
texte de la loi d u 15 fé v rie r 1941, re la tiv e à l'adm ission il la r e tra ite
anticipée des fo n ctio n n aires. o u v rie rs et em ployés de l’K tat, anciens
co m b attan ts et victim es de l a g u e rre placés en congé e n tre la d a te
de publicaliou du d écret du 17 ju in 1038 e t le 1 " octobre 1940.
P a r délégation.
.
L e D irecteu r de l’A d n iin i$ tru tio n p é n iten tia ire
e t des S ervices de V E d u ca tio n surveillée,
C p N iv tN C lN .
le s t i t u l a i r e s
.d e s e rv ic e » .
d e p e n s io n s c iv ile s c a lc u lé e s s u r u n e d u r é e é q u iv a le n te
'U n e bonification de cinq annuités, indépendante de celles prévues
au p a ra g r a p h e précédent, se ra accordée a u x p erso n n els visés à l ’a r ­
ticle t 1'1' ci-dessus. E lle ne p o u rra, toutefois, ê tr e 'supérieure au nom bre
dos années de nervi co re s ta n t à accom plir p a r chaque intéressé, p our
a tte in d re lu limite- d 'â g e qui 3ui e st propre.
Le tem ps passé en' congé, p e n d a n t la période définie à l’a rtic le 1",
e n tr e ra en com pte d a n s 3e calcul de la p e n s io n n o n s réserve, le cas
éch éan t, du versem ent des re ten u es rétro activ es.
L as b énéficiaires p o u rro n t p ré ten d re, dès le u r adm ission à la
re tra ite , atix avances s u r pension.
AitT. 3. —■ Les fonctionnaires, o u v rie rs e t em ployés civils de l'E ta t
fig u ra n t su r lois listes des bénéficiaires des pansions an ticip ées p ré ­
vues p a r le décret du 37 ju in 1938 e t a y a n t t'ait l'o b je t a u ti tr e du d it
d écret d ’une décision de m ise >\ iu re tr a ite non conform e a u x d ispo­
sitio n s de l’a rtic le 4 de ce texte, se ro n t considérés comm e a y a n t été
•régulièrem ent adm is à la re tra ite à com pter de la d a te de cette
décision.
A r t. 4. — L es m ises à la r e tr a ite se ro n t prononcées sa n s .-qu’il
soit n é cessaire de p ro céd er sim u ltan ém en t a u x suppressions de postes
comm e il a v a it é té prév u à l ’a rtic le 4 du d é c re t du 17 ju in 1938.
Ces su p p ressions devront Otre effectuées d an s u n délai de tro is mois.
CODE rÉ N IT E X T IA IR E
1941. —
Aux. 5. — I æ d écret du 17 ju in 103S p ré c ité e t celui du 24 a v ril
1040 qui l’a modifié sout abrogés.
A r t. 6 . — L e p ré s e n t d écret se ra p ublié a u Jo u rn a l officiel e t ex é­
cu té comme loi de l ’E ta t.
3 0 MATiS
33
Je v o u s s e ra is o b lig é , e n co n sé q u e n c e , de v o u lo ir b ie n a p p e le r
des se rv ices c o m p é te n ts re le v a n t de v o tre a u to r it é s u r
le s p re s c rip tio n s q u i p ré c è d e n t e t les in v i te r a e u a s s u r e r l ’ex é ­
c u tio n .
1 a tte n tio n
F a it à Vieilv, le 15 fé v rie r 1941.
PH. PÉ T A IN .
P a r a u to r is a tio n .
L e M a y is tr a l c h a rg é d e la D ire c tio n d es S e rvices
dix M in is tè r e de la J u s tic e à P a rts ,
P a r le M aréch al de F ran c e, C hef de l’E ta t fran ç ais.
Le M in istre S ecréta ire d ’E ta t a u x F inances,
L ouis ROUSSEAU.'
Y v e s B o u riiiL U E ii.
*
L e M in istre S e créta ire d 'E ta t à l'intéri& ur,
M arcel P x y k o u to n .
30 m a rs 1941. — N onc de service a u x d irecteu rs des services exlé1 leu r a, re la tiv e à l'in terd ictio n des sociétés sccr&tes. (C ab in et du
D ire cte u r.)
27 m a r s iç)4 i. — N o th de se rv ic e a u x p r é fe ts , r e la ftr e a u m an (In­
terne fit d es r e te n u e s o pérée* s u r l>:s tr a ite m e n ts a u titr e du L im 2>ni d ir e c t. (D ire c tio n d u p e rs o n n e l.)
j ’a i l ’h o n n e u r de v ous p r ie r de v o u lo ir b ie n tr o u v e r, c i- a p rè s
re p ro d u ite s , p o u r ce q u i in té re s s e m o n A d m in is tra tio n , le s i n s ­
tr u c tio n s q u e m ’a a d re s sé e s M. le M in istre S e c ré ta ire d 'E ta t à
l'E c o n o m ie n a tio n a le e t a u x F in a n c e s , a u s u je t d u m a n d a te m e n t
des re te n u e s o p érées s u r le s tr a ite m e n ts a u ti tr e dû 1 im p ô t d ire c t.
M in istè re d es F in a n c e s — D ire c tio n d u T ré s o r — S ervices e x té ­
r ie u r s d u T ré so r 5* e t 12e B u re a u x N "3 1.570 *\ l . C . 282-345 N >
A ux te rm e s d e l ’a r tic le 4 d u d é c re t p r i s le 27 ja n v ie r 1941 , e n
e x écu tio n d u n o u v e l a r tic le 7 3 Ur d u C ode g é n é r a l des im p ô ts
d ir e c ts , re fo n d u c o n fo rm é m e n t a u x te x te s a n n e x é s à la loi du.
i3 ja n v ie r p ré c é d e n t, le s b a rè m e s p u b lié s p a r l'A d m in is tra tio n des
C o n trib u tio n s d ire c te s en v ig u e u r d e p u is le V T ja n v ie r i q 4 i , i n ­
d iq u e n t, en u n se u l .ch iffre, le m o n t a n t g lo b a l de la re te n u e a o p é­
r e r a u d o u b le ti tr e de l a c o n tr ib u tio n n a tio n a le e x tr a o r d in a ir e e t de
l'im p ô t s u r les tr a ite m e n ts e t s a la ire s .
L a re te n u e d o n t il s ’a g i t e s t d é so rm a is p ris e e n c h a r g e g lo b a le ­
m e n t e t n o n p lu s d is tin c te m e n t, se lo n les c o n tr ib u tio n s e n cau se.
Il s ’e n s u it q u e le 3 a v is m o d e lé 1 é ta b lis p a r le s o r d o n n a te u r s ne
d e v ro n t p lu s c o m p o r t e r d é s o rm a is p o u r l'in d ic a tio n des so m m e s
m a n d a té e s en fin de m o is q u ’n u e se u le c o lo n n e a u lie u de q u a tr e ,
o b se rv a tio n é ta n t fa ite q u e l a c o lo n n e 11" 4 d e stin é e à c o n s ta te r la
re te n u e de l a c o n tr ib u tio n d e >5% n 'e s t p lu s u tilis é e d e p u is la
s u p p re s s io n de c e tte c o n tr ib u tio n 'L o i d u y -a o û t iq4o)
D’a u tr e p a r t , p a r a p p lic a tio n de l'a r tic le 7 d u d é c re t d u 27 j a n ­
v ie r
le m o n t a a l ' d es re te n u e s v ersées a u T ré so r d o it ê tr e a r ­
r o n d i a u fr a n c le p lu s v o is in , to u te f r a c tio n in f é rie u re à 5o c e n ­
tim e s d e v a n t ê tr e n é g lig é e e t to u te fra c tio n s u p é rie u re à o}5o d e ­
v a n t ê tre co m p té e p o u r u n fr a n c .
11 ré s u lte de cette d is p o s itio n q u e le m a n d a te m e n t g lo b a l effec­
t u é c h a q u e m o is a u n o m d u T ré s o r ie r- P a y e u r g é n é ra l p o u r le
m o n t a n t d es re te n u e s o p érées d e v ra ê tr e a r r o n d i a u fr a n c le p lu s
v o isin d a n s le s c o n d itio n s p ré v u e s c i- d e s s u s .
J ni l ’h o n n eu r de vous a d re s se r sous ce p li, p o u r in fo rm atio n , le
te x te de ]a loi du 1 1 m a rs 1041 com plétant la loi du 13 a o û t 1040,
p o rta n t in te rd ictio n des sociétés secrètes.
P a r délégation.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E du cation surveillée, '
CONTANCIN.
LOI
du 11 m a rs 1941 com p létan t la loi d u 13 aïOiU 1940
p o rta n t in terd ictio n d es sociétés secrètes.
(Jo u rn a l officiel n° 85 d u 26 m a rs 1941, page 1.30GJ
«o»—
N ous, M a r é c h a l
dk
F r a n c e , C h e f djc
l ’é t a t
f r a n ç a is ,
Le C onseil d e s M in istres entendu,
D ÉC R ÉTO N S :
A u t 1c le rasMXKR. — I ï a r tl c le 3 de la loi du 13 a o û t 1940 p o rta n t
in terd ic tio n des saciêtvs secrètes e st com plété ain si qu'il su it« T o u tefo is, les arch iv es, p a p ie rs, bibliothèques e t a u tre s objets
a j a n t u n c a ra c tè re histo riq u e, docum entaire ou ritu e l, se ro n t rem is
à la bibiiociièQue a.aLionale, qui p o u rra e n ré tro c é d e r to u t ou p a rtie
a u x bibliothèques d ép artem en tales ou m unicipales.
!
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
'4
1941. — 3 AVRIL
« L e s biens m obiliers de faib le v a le u r p o u rro n t, p a r o rdonnance
du p résid en t du trib u n a l, e t à la re q u ê te du M in istère public, ê tre
rem is eu n a tu re , sa n s v en te p ré a la b le , à l ’a d m in is tra tio n cle i A ssis­
ta n c e publique a P a r is et, d a u s les a u tre s lo calités, a n s b u re a ü x de
b ien faisa n ce des v illes ou com m unes qui en fe ro n t la d em ande, san s
to u tefo is que cotte a ttrib u tio n p u isse p réju d iciel’, le c a s éch éan t, aux
d ro its des créan c ie rs ».
Aux. 2. — I l e st in séré, e n tre le s a rtic le s 3 e t 4, l ’a rtic le su iv a n t,
qui p re n d ra le num éro 3 bis:
« Sont n u ls tons les a c te s e n tre v ifs e t te s ta m e n ta ire s, à titr e oné­
re u x ou g ra tu it, accom plis so it directem en t, soit p a r perso n n e in te r­
posée, ou to u te a u tr e voie in d irecte, a y a n t p o u r ob jet de p e rm e ttre
a u x asso ciatio n s in te rd ite s do se so u s tra ire à l'a p p lic a tio n des a r ­
ticles précédents.
L a n u llité e st prononcée, so it h la diligence dn M in istère public,
so it h ta requête de to u t in téressé. »
3. — L e p ré s e n t d écret se ra p u b lié a u Jo u rn a l official e t
exécuté comme loi de l ’E ta t.
35
LOI
du 29 mars 1941 tendant à proroger jusqu’au 30 septembre 1941 les
dispositions de la loi du 17 juillet, 1940, modifiée par la loi du 23
octobre 1940.
(J o u rn a l officiel n° 90 du 31 m ars 1941, page 1.386J
RAPPO RT
AU M A K Ê C H A L DE F iïA K C E , C H E F BE L 'É T A T FRANÇAIS
TicTiy, le 29 m a rs 1941.
A rt.
F a it h V ichy, le 11 m a r s 1041.
Pfl. PÉ T A IN .
P a r îe M aréchal de F ran c e, C hef de l ’E ta t fran çais.
L e Garde des Sceaux,
M inistre, S ecréta ire d 'E ta t à U Ju stice,
Josep b B a k t h é l e m t .
L e vice-président du Conseil, M in istre S ecréta ire d 'E ta t
a u x A ffa ire s étrangères et à l'In té rie u r,
Al. D a r l a n .
L e M in istre S e créta ire d’E ta t à l'E conom ie n a tio n a le
et a u x F inances,
Y ves B o itchiixïeb .
3
a v r i l 1 9 4 1 . — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, te n d a n t à proroger, ju s q u ’au 8 0 septem bre 1 9 4 1 , les dis­
positions de la lo i du 1 7 ju ille t 1 9 4 0 , m odifiée p a r la, ■lo i du 3 oc­
tobre 1 9 4 0 . (C ab in et du D ire c teu r.)
J ’a i
l ’h o n n e u r
de
tous
a d re sse r
c i-jo in t,
pour
in fo r m a tio n ,
le
t e x t e d e l a lo i d u 2 0 m a r s 1 9 4 1 , t e n d a n t ù p r o r o g e r , j u s q u ’a u 3 0
s e p t e m b r e 1 9 4 3 , l e s d i s p o s i t i o n s d e l a l o i d u 1 7 j u i l l e t 1 9 4 0 , m o d if ié e
p a r l a lo i
du 3 o c t o b r e 1 9 4 0 .
P a r délégation.
-
L e D irecteu r de l ’A d m in is tm tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de V E ducation su rveillée,
CONTANCIN.
M onsieur le M aréchal,
L 'une des tâ c h e s les p lu s u rg e n te s auxquelles v otre G ouvernem ent
a dû f a i r e fa c e dès ston a rriv é e a u p ouvoir a consisté ù renouveler
les cad res îles a d m in is tra tio n s publiques en é c a rta n t les élém ents
qui, en raison, so it de le u r origine, soit de le u r a c tiv ité an té rie u re ,
se m o n tra ie n t in cap ab les de co llab o rer sin cèrem en t e t efficacem ent
à l'œ u v re d e -ré n o v atio n n a tio n a le a u jioste où ils é ta ie n t placés.
C’est p o n rq u d la ïoi du 17 ju ille t 1940 a p erm is a u G ouvernem ent
île re le v e r les ag e n ts des s e rric e s publics de le u r s fo n ctio u s e n dehors
d es fo rm es p révues p a r les lois ou règ lem en ts en vigueur. C ette loi,
d ont l'e ffe t é ta it lim ité a u 31 octobre, a dû ê tr e p ro ro g ée ju sq u ’au
31 m a rs 1941.
M ais, en raison de la tâ c b e à accom plir e t de. la nécessité de n ’a g ir
q u ’avec discern em ent e t sa n s d éso rg an iser les services, c e rtain es ad­
m in is tra tio n s n’ont p a s encore pu m ener e n tièrem en t à bien les m e­
su re s e n tre p ris e s depuis lo 17 ju ille t 1940.
C’est pourquoi il a p p a ra ît indispensable de décider une nouvelle
p ro ro g a tio n -ju sq u ’au 3 0 septem bre prochain.
T el est l ’objet <3u..projet de loi que nous avons l'hionneur de sou­
m ettre à v o tre h a u te approbation.
T outefois, i l a p p a ra ît n écessaire de m a rq u e r n ette m e n t qtie ces
m esu res exceptionnelles, im posées p a r les circonstances, n ’ont q u ’u n
c a ra c tè re te m p o ra ire e t que, dès m ain ten an t, le G ouvernem ent se
préoccupe d’a s s u re r a u x fo n ctio n n aires les 'g aran ties de sta b ilité au x ­
quelles ils p eu v en t légitim em ent p réten d re.
C ’e st po u rq u oi nous proposons de m e ttre à l ’étude im m édiatem ent
u n p ro je t de lo i p o rta n t s t a tu t des fonctio n n aires.
R é a lis a n t a in si une prom esse tro p longtem ps différée, cette loi a u ra
un cbouble o b je t:
D ’une p a r t, elle m e ttra u n term e ü l’e x trêm e d iv e rsité qui règne
actu ellem en t d an s les s ta tu ts p a rtic u lie rs des a d m in istratio n s, div er­
sité qui confine, b ie n souvent, a u d é so rd re ;
D 'a u tre p a rt, to u t en a s s u ra n t a u x fo n ctio n n aires, p o u r a u ta n t
q u ’ils re ste ro n t fidèles à le u r devoir, l’a ssu ra n c e d ’une c a rriè re en
ra p p o rt avec le u rs a p titu d e s e t à l’a b ri de l'a r b itr a ir e , elle r e s ta u re r a
les notions tro p souvent p erdu es de vne de l'a u to rité de r ’E ta t, de
la resp o n sab ilité des chefs e t de la dignité de la fonction publique.
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
36
1 9 4 t. —
V euillez a g rée r, M onsieur le M aréch al, l’hom m age de n o tre p ro ­
fond respect.
L ’A m ira l de la F lo tte, M in istre vice-président d u Conseil,
S e créta ire d’E ta t à la M arine e t à l’In térie u r,
37
4 AVRIL
4. a v ril 1941. —■ N o t e de service a u x directeurs des services exté rieu rs, re la tiv e à l'application, de l’a rrê té d u 8 m a rs 1941 (in d e m ­
n ité de sépa ra tion e t in d e m n ité jo u rn a lière a u x fo n c tio n n a ires et
a g e n ts civils de l’E ta t. (B u re a u du Personnel.)
J 'a i rii'o n n eur de vous ad resser, sous ce p li, p o u r in fo rm atio n ,
copie de la c irc u la ire de M. le M in istre s e c ré ta ire d’E t a t ù l’E cono­
m ie n a tio n ale e t au x F in a n c e s re la tiv e à l’ap p licatio n de l'a r r ê té du
8 m a rs 1941 (in d em n ité de sé p a ra tio n e t in dem nité jo u rn a liè re a u x
fo n ctio n n a ire s e t agents civ ils de l’E ta t.
Al. D ARLAN .
L e G arde des Scea u x,
M in istre S e cré ta ire d 'E ta t à la. Ju stic e ,
J o s e p h . BA R X H ÉLK M y.
P a r délégation.
L e M in istre S e c réta ire d 'E ta t à l'E conom ie n a tio n a le
e t a u x F inances,
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
Y ves B o u ïm x u u n .
CONTANCIN.
C IR C U L A IR E
N ous, M akkckal de F ranck, C h e f de l ’Ctat jtüançais,
Le C onseil des M in istres entendu,
re la tiv e à l ’application! d s l’a rr ê té d u 8 m a rs 3941 (in d em n ité de sép a riiiù m e t indem n ité jo u rn a liè re a u x
fo n ctio n n aires e t agents
civils de l'E ta t) .
{J o u rn a l officiel ri' 05 d u 5 a vril 1941, page 1.646J
D ÉC R ÉTO N S :
«o»------
À-R.Yir.T.T- j?k.km3ljr. —- E s t p ro ro g ée ju sq u ’ilu 30 sep tem b re 1941
la p é rio d e (Tapplication. de la loi du 17 ju ille t 19-10, m odifiée p a r la
loi du 23 octobre 104.0, co n cern an t les m a g istra ts , fo n c tio n n a ire s et
ag e n ts civils ou m ilita ire s re la y é s de le u rs fonctions.
A r t . 2. —■ Le p ré s e n t d écret s e ra p u b lié au Jo u rn a l officiel et
ex écu té comme lo i cle l’E ta t.
Fait: à V ichy, Le 29 m a rs 1941.
V ichy, le 3 a v ril 1941.
L E M IN IS T R E S E C R É T A IR E D ’ÉTA T A L 'ÉC O N O M IE
N A T IO N A L E E T A UX F IN A N C E S ,
A MM. L E S M IN IS T R E S S E C R É T A IR E S D ’ÉTA T
E T A MM. L E S S E C R É T A IR E S D ’ÉTA T
— <02>—
P h . PÉ T A IN .
P a r Le, M aréch al de F ra n c e , C hef de l ’E ta t fra n ç a is.
L ’A m ira l de la F lo tte , M in istre vice-président d u Conseil,
S ecréta ire d 'E ta t à l'In té r ie u r et â la M arine,
Al. D à r l a n .
;
''
L e G arde des S c e a u x ,
M in istre Secréta ire d ’E ta t à la Ju stice,
j
Jo se p h B arthélémy .
L e d écret du SO sep tem b re 1940, qui s ’é ta it su b stitu é à celui du
13 ju ille t 1040, a v a it a ttrib u é u n e in dem nité d ite de «repliem ents»
a u x fo n ctio n n a ires e t ag en ts civils de l ’E ta t e x e rç a n t te m p o rairem en t,
e n d eh o rs de to u te m ission déterm inée, le u rs fonctions d a n s u n e lo­
c a lité a u tr e que celle de le u r résidence h ab itu elle. L ’a ttrib u tio n de
c e tte in d em n ité d o n n an t lieu à des critiques, u n rég im e nouveau,
m ieux a d a p té ù la situ a tio n actuelle, a é té in s titu é p a r ’ l ’a r r ê té du
S m a rs 1941. Cet a rrê té , ckmt l'effet rem o n te a u 1er ja n v ie r 1941,
abtfoge, sous réserve de c e rta in e s exceptions, le d é c re t d u 80 septem bre
1940 susvisé. L es dispositions du nouveau te x te sont ci-ap rès commelnté e s :
L e M in istre S e créta ire d’E ta.i à l’E conom ie n a tionale
e t a u x F inances,
Yves B
o u t h il l ie r .
'
I
'in s t it u t io n
d ’u n e
in d e m n it é
d it e
de
« SÉPARATION »
L ’a c tic le 1er de l ’a r r ê té in stitu e u n e in dem nité d ite de « s é p a ra ­
tio n » e n fa v e u r des fo n ctio n n aires, ag en ts e t em ployés civils de
4941- — 4
38
a v r il
39
GODE PÉ N STL N TlA tR E
l ’E ta t, à l ’exclusion des p erso n n e ls placé s sous le régim e des s a la ire s
régionaux, p a rm i lesquels d o iv en t évidem m ent ê tr e com pris le s ag en ts
C ontractuels.
L 'a ttrib u tio n de l ’in d em n ité e s t subordonnée à la double co n d itio n :
D 'a v o ir la q u a lité de ch ef de fa m ille ;
E t de pouvoir é ta b lir que l ’in té re ss é d o it fa ire f a c e a n x ch a rg e s
duin double fo y e r, so it p a r su ite de m e su res p rise s p a r le s a u to rité s
d’occupation, so it e n ra iso n du risq u e p a rtic u lie r de bom bardem ent
auquel e st exposée la lo c alité où il ex e rc e ses fonctions.
1 ° Q ualité de ch ef de fa m ille. — A ucune difficulté ne p a r a î t de­
voir se p ré s e n te r en ce qui concerne la notio n de ciiet d e fa m ille a
p re n d re en consid ératio n . L ’a r t bel e 2 de l ’a r r ê té précise, en effet, que;
p a r « c h e fs de fa m ille », il fa u t e n te n d re le s a g en ts m a rié s, veufs
avec d a ta n ts, divorcés avec e n fa n ts ou sé p a ré s ju d ic ia ire m e n t avec
e n fan t, ainsi que ceux qui on t n n e n fa n t n a tu r e l reconnu ou qui
v iv en t h ab itu ellem en t avec le u r m ère veuve. T o u tes in d icatio n s u tiles
a y a n t d éjà été fou rn ies à ce s u je t d a n s l ’in stru c tio n de moin d é p a r­
tem en t n" V /383 en d a te du 17 o cto b re 1M 0, le s a d m in istra tio n s
m’au ro n t, d'une m a n ière g énérale, qu’à s’y réfé re r.
J e dois toutefo is so u lig n er q u 'en ce q u i concerne les ag en ts m a rié s
du sex e fém inin, le d ro it à l’indem nité de sé p a ra tio n ne p eut, aux
term es du d e rn ie r a lin é a de l’a rtic le 2 susvisé, le u r ê tr e reconnu que
si le u r m ari n 'e s t p a s en m esu re de su b v en ir a u x btsoi'ns du m énage.
A. cet ég a rd et é ta n t donné q u ’il s ’a g it seulem ent d 'u n e indem nité,
la règ le sim ple ci-a p rè s p o u rra ê tr e a d o p té e : io u te s le s fo is que les
resso u rces to ta le s du m a ri « que ce d e rn ie r ex erce ou non aine a c ti­
v ité professionnelle q u elcn n q u e » sero n t in fé rie u re s au tra ite m e n t
de base des perso n n els de l’E ta t, a u g m e n té de l ’indem nité spéciale
te m p o ra ire e t év entuellem ent de l’indem n ité de résidence e t des a llo c a ­
tio n s fam iliales, l ’in d em n ité de sé p a ra tio n p o u rra ê tre accordée à la
fem m e a g en t de l'E ta t, dès lo r s que s e ra rem plie p a r a ille u rs la condi­
tio n de double fo y e r. M ais, bien ën ten d u , d an s le cas, assez r a r e
d 'a ille u rs, où les deux époux p o u rra ie n t p ré te n d re à l'in d em n ité, seul
le m a ri s e ra adm is ù. l a percev o ir.
2° C h arg es d’un double fo y er. — L a seconde condition à laquelle
d oivent s a tis f a ire le s p erso n n els de l'E t a t pour a v o ir d ro it à 1 indem ­
nité de sé p a ra tio n , est d ’é ta b lir q u ’ils o n t à fa ire fa c e a u x ch arg es
. d’un double fo y er :
Soit p a r su ite des m e su re s p rise s p a r le s a u to rité s d'occupation ;
Soit en raiso n du risq u e p a rtic u lie r de b o m b ard em en t auquel est
exposée la lo calité où ils ex e rc e n t le u rs fonctions.
Ce n ’e st donc que si la ch a rg e d’un double fo y e r p a r lu i assum ée
résu lte de l’u n e des deux cau ses ci-dessus que l ’a g e n t p o u rra préten»dre û. l ’indem nité. 11 p o u rr a ein ê tr e ain si, notam m em t, lo rsq u e l ’a g e n t
exerce ses fon ctio n s en zone in te rd ite , on lo rsq u ’il f e r a la p reu v e
que sa fa m ille n ’a pu o b ten ir des a u to rité s d 'o ccupation l'antorisaticxn
de fra n c h ir la ligne de d é m a rc a tio n p o u r v en ir le re jo in d re . Les
dem andes de laissez-p asser d e v a n t n o rm alem en t ê tre p résen tées p a r
l ’In te rm é d ia ire de l ’a d m in istra tio n d o n t relèvent le s in téressés, il a p ­
p a rtie n d r a ii l'o rd o n n a te u r responsable de s ’a s s u re r qu 'u n e te lle de­
m ande a bien été p résen tée, et q u ’elle n 'a p a s é té suivie d’effet p o u r
des m otifs indép en d an ts de la volonté de l ’a g en t. Q u an t a u x lo calités
■exposées à u n risq u e p a rtic u lie r de bom b ard em en t, on co n sid é re ra
en p rin c ip e comme te lle s to u tes celles qui, dc-puis le l or ja n v ie r 1941,
on t fa it ou fe ra ie n t l ’o b jet de p lu s d 'u n b om bardem ent atte ig n a n t,
so it le u r te rrito ire , soit celui d ’une eoimnutne lim itro p h e ;, ce faitse ra a tte s té p a r u n c e rtificat du m aire.
;•>" L o calités soum ise» de fa^çon fré q u e n te e t in ten siv e à d es bom ­
b ard em en ts. —■ Comme 3e p récise l ’a v au t-d ern ier a lin é a de l ’article
1 "' e t à. l’to v erse de ce qui e st p ré v u d ans le ca s précédent, la justiiicaticrii de la c h arg e d ’un doubte fo y e r ne s e r a p a s exigée des agents
qui e x e rc e n t le u rs fo n ctio n s d an s les lo calités soum ises de façon
fré q u e n te e t in ten siv e à d es bom bardem ents e t dont la liste se ra
éi ablie incessam m ent p a r a rr ê té ; d an s ce cas, cl:i effet, les intéressés,
dès lo rs q u ’ils sont chefs de fam ille, bénéficieront de p lein d ro it
de l'in d em n ité.
4° T a u x de l’in dem nité de sé p aratio n , — Le ta u x de l’indemjnité
de sé p a ra tio n e st fixé, p our chaq u e jo u r (o u v rab le ou non) passé dans
la lo c a lité ou l’ag en t ex erce ses fonctions, A. 25, 28, 32 eu 35 fra n c s,
selon la c até g o rie d a n s laq u elle est classé l ’in téressé ou po in t de vue
de l'a ttrib u tio n des fr a is de m ission. C ette indem nité, qui e st allouée
sa n s lim ita tio n de durée, m ensuellem ent e t à term e éclm , e st exclu­
siv e de to u te a u tr e allo catio n de m êm e n a tu re , l’a g en t in téressé a y a n t
évidem m ent 1« choix de la p re s ta tio n la p in s fav o rab le, d an s le cas
<>ù il p o u rra it p ré te n d re à la fo is à l ’une et h l ’a n tre de ces indem ­
nités.
II
A T T lllB C T lO N DE L ’iN D E M N IT é JO U R N A L IÈ R E
Au Heu e t p lace des indem nités iriorm ales de f r a is de m ission, les
fo n ctio n n aires, .agents e t em ployés civ ils de l ’E ta t éloignés de leu r
résidence a d m in is tra tiv e n o rm a le p our ex ercer tem p o rairem en t leurs
fo n ctio n s au siège actu e l du Goiiveilnem ent où fo nctionn ent m om en­
tan ém en t des services des a d m in is tra tio n s c e n tra le s continueront de
recevoir, eu d e h o rs du rem bou rsem ent de le u rs fra is de voyage, les
in d em n ités jo u rn a liè re s de ta u x ré d u it p rév u es p a r le d é c re t du 30
sep tem b re 1040. Ces indem nités qui v a rie n t selon que l ’a g e n t est ou
non chef de fa m ille ( la notion de ch e f de fa m ille à re te n ir é ta n t celle
définie ci-dessus), sie' s a u ra ie n t bien en ten d u ê tre a ttrib u é e s aux
ag en ts re c ru té s s u r place. S u r ces d iv e rs points, les a d m in istratio n s
se re p o rle ro n t a u x in d icatio n s contenues d an s l’In stru ctio n du 17 oc­
to b re 11)40 susvisée.
T o u tefo is, lorsque le sé jo u r d an s l ’n o e ou l ’a u tre des lo calités cidessns ne d ép a ssera p a s q u a tre jo u rs, décom ptés de celui du d é p a rt
de la résidence n o rm ale à celui du re to u r â c e tte résidence, il y a u ra
lieu d ’a ttrib n e r les in d em n ités rég le m e n ta ire s p o u r f r a is de m ission,
à l ’exclusion de to u te allo catio n ré p o n d an t a u m êm e su je t e t eij p a r ­
tic u lie r des in d em nités de sé p a ra tio n e t de l ’io dem m té jo u rn a liè re
p révue p a r le d écret du 30 septem bre 1940.
III
D ISP O SIT IO N S DIVERSES
A insi qu’il a été d é jà indiqué, l ’a rr ê té du 8 m a rs 1041, qui abroge
les dispositions du d é c re t du 30 sep tem b re 1940, à l’exception de celles
40
CODE- PÉ N IT E N T IA IR E
1941. —
co n c e rn a n t r é t r i b u t i o n de l'in d e m n ité jo u rn a liè re ci-dessus com m en­
té e s sous le titr e I I , p re n d effet du V* ja n v ie r 1941.
C ’e s t donc à p a r t ir de c e lte d o te que p o u rra ê tr e allouée ré tro a c ­
tiv e m e n t la nouvelle indem nité de sé p a ra tio n e t qu en p rin c ip e a u ra it
d û ccsser d 'ê tre appliquée la rég lem en tatio n étab lie p a r le d é c re t
L e M in istre S ec ré ta ire d 'E ta t à VEconom ie n a tionale
e t a u x F inances,
Y ves Boua-Hii.uim.
d u 3 m a rs 1941 p o rta n t extension de l ’a rtic le 41 de la loi du
19 m a rs 1S28 a u x fo n ctio n n aires victim es de la g u erre actuelle.
(J o u rn a l officiel n " 92 du 2 a v ril 1941, page 1.418.)
«o?------
RAPPO RT
M a u é c i ia l d e F r a n c e , C h e f ire l ’é t a t f r a n ç a i s
au
,
.
V ichy, le 1er m a rs 1941.
.M onsieur - le M aréch al,
A u x te rm e s de l ’a rtic le 41 de la loi du 19 m a r s 1928, to u t fonc­
tio n n a ire a y a n t, p e n d a n t s a présen ce sous les d ra p e a u x , a u cours
de la g u e rre 1914-1918 ou des expéditions p o s té rie u re s d éclarées
cam p a g n es de g uerre, so it re^-u des blessures, soit c o n tra c té des m a la ­
d ies a y a n t o u v e rt d ro it à pension, a le droit, en ca s d ’indisponibilité
co n statée ré s u lta n t de ses infirm ités, d’ê tr e m is en congé avec t r a it e ­
m en t în tégvaî ju sq n ’à son ré ta b lisse m e n t e t év en tu ellem en t sa m ise
à la r e tr a ite , sa n s q u ’en aucu n ca s le to ta l des congés a in si accordés
pu isse, p o u r un m êm e agent, ex céd er deux ans.
Il n ous a p p a ra ît équitable de fa ire bénéficier des m êm es av a n ta g e s
le s fo n c tio n n a ire s qui, a u cours de l a g u erre actu elle,o n t été réform és
av ec pension à la su ite de b lessu res ou de m alad ie.
T e l e st l’o b jet du p ré s e n t p ro je t de loi qne nous avons l ’ho n n eu r
de so u m e ttre à v o tre h a u te sanction.
Nous vous p rions, M onsieur le M aréch al, de bien v o u lo ir a g ré e r
l'e x p ressio n de n o tre profond respect.
L e M in istre S ecréta ire d 'E ta t à VEconom ie n a tio n a le
e t a u x F inances,
5 n v ril 1041.
N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, p o rta n t e x te n sio n de l'a rticle 41 de la loi d u 19 m ars 19iS
u iix fonctionno;ireif v ic tim e s de la guerre actuelle. (B u re a u du P e r ­
sonnel.)
J ’ai l’hon n eu r de vous fa ire p a rv e n ir sous ce pli, p o u r in fo rm a ­
tion, copie de la loi du 3 m u rs 1041 p o rta n t ex ten sio n de l ’a rtic le
41 de la loi du 10 m a rs 102$ a u x l'onclionnaires victim es de la g u erre
actuelle.
P a r délégation.
41
LO I
su s visé.
C ependant, p a r d éro g atio n n ce p rin cip e, l’a rtic le 4 de l ’a r r ê té
p ré v o it que le s som m es rég u lièrem en t versées a n té rie u re m e n t a la
p u b licatio n de l'a rrê té , c 'est-à-d ire a n té rie u rem en t au 14 m a rs 1941,
e u v e rtu do d é c re t du 30 sep tem b re 1940, ne d o n n ero n t p a s lieu à.
reversem ent.
P n r aille u rs, il est égalem ent p rév u qu’à ti tr e tra n sito ire , les fo n c­
tio n n a ire s e t ag en ts ch efs de fa m ille qui, du f a i t d«s m esu res p rise s
p a r les a u to rité s d’occupation, sont obligés de v iv re d an s u n lieu de
repliem ent e t bénéficiaient à 3a d a te du 14' m a rs 1941 de l'in d em n ité
p rév u e p a r le d é c re t d u 30 sep tem b re 1940, c o n serv ero n t, ju s q u ’à la
d a te de le u r recla sse m e n t d éfin itif e t a u p lus ta r d juxqu a u 30 ju in
1941, le bénéfice de cette indem nité, sons ré se rv e qu ils co n tin u en t
rte se tro u v e r d a n s les conditions fixées a u d it d é c re t, p o u r y a v o ir
d roi t.
Kn to u te h ypothèse, l'in d em n ité c e ssera d’ê tr e allouée à p a r t ir
du jo u r où les in té re ssé s a u ro n t f a i t l'o b je t d ’une a ife c ta tio n défini­
tiv e et, au p lu s tîird , le 1er ju ille t 1041.
E lle ne p e u t se cum uler, n i avec l'in d em n ité de sé p a ra tio n , n i avec
l'in d em n ité jo u rn a liè re a ttrib u é e d a n s les conditions p rév u e s, a n t i t r a
I I ci-dessus.
5 A V RIL
Yves B qu th illiee .
N ous, M a r é c h a l
de
F r a n c e , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
L e Conseil d es M in istres entendu,
décrétons
: •
j je D irecteu r de V A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n su rveillée,
CON TAN CIN.
A r t i c l i î p re m ie r. — L e bénéfice de l ’a rtic le 41 de la loi du 19
m a r s 1928 e st étendu a u x fo n ctio n n aires qui, a u co u rs de la g u e rre
actuelPe, o n t r'éç-u des blessures ou c o n tra c té u n e m a la d ie a y a n t
o u v e rt d ro it à 1 pension au titr e de la loi du 31 m a rs 1919, modifiée,
e t à la su ite d esquelles ils sont restés a tte in ts d’in firm ité e t 'o n t é té
ré fo rm é s à ti tr e tem p o ra ire ou définitif.
&
1041. — 14 AVRIL
42
CODE
A l„
2. _
Le
p èsen t
P É N IT E N T IA IR E
d écret
sera
p u b lié
au
J o u r,m l officiel e t
exécuté comm e lai de l ’E ta t.
lM t
i V ic h y , le 3 m a r s 1 0 4 1 .
^
p ftT A IN
p tu- le Mo récrirai cle F ran ce, C b e f.d e l 'E ta t ( r a n c i s .
L e M in istre Secréta ire d 'E ta t à l'E conom ie n a tio n a le
i
e t a u x F in a n ces,
Y v e s B o u t h l i .l i e r .
7 •ivril 1941
— N o tk de se rv ic e a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, su sp en d a n t t ^ p o r a i r c m e n t VappUcation de ceir i a t n e s d i s ­
positions. du s ta tu t ré g issa n t le personnel a d m in is tra tif
sem en ts p é n ite n tia ire s e t d e s in s titu tio n s publique» d éducation
surveillée. (C ab in et du D ire c te u r.)
J 'a i l'H onneur de t o u s f a i r e p a rv e n ir ci-joint, p o u r in fo rm atio n ,
conte du d écret d u 17 m a rs 1041 su sp en d a n t te m p o ra ire m e n t 1 ap p l c a tio n
de c e rta in e s disp o sitio n s du s t a tu t r o s s a n t le personnel a d ­
m in is tra tif des é ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s e t des in s titu tio n s pu
bliques d’éd u catio n sui-veillée.
P a r délégation.
L e D ire c te u r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S e rvices de l ’E d u ca tio n surveillée,
\
43
« À titr e te m p o ra ire e t ju sq u ’à u n e d a te qui s e ra fixée p a r décret,
le s so u s-d irecteu rs d es M aisons c e n trales, C irco n scrip tio n s p éniten­
tia ire s e t E tab lissem en ts assim ilés sero n t choisis p a rm i les économ es
e t 3es greffiers-coioptabîes co m p ta n t p lu s de h u it a n s de se rv ices effec­
tifs d a n s 3e p ersonnel a d m in is tra tif dont d eux années en q u a lité d’éco­
nom e ou de greffier-com ptable».
A r t . 2 . — L ’a rtic le 1 5 du d é c re t du 1 7 a o û t 1 9 3 8 , précité, est
modifié a in si q u ’il s u it:
« A titr e te m p o raire, e t ju s q u ’à une d a te qui s e ra fixée p a r dé­
c ret, le s d ire c te u rs des C irco n scrip tio n s p é n ite n tia ire s, M aisons cen­
tr a le s et E ta b lisse m e n ts assim ilés se ro n t choisis p a rm i les sous-direc­
te u rs co m p ta n t p lu s de douze a n s de serv ices effectifs d a n s les cadres
du p erso n n el a d m in is tra tif dont d eu x en q u a lité de so u s-d irecteu r ».
A r t . S. — L e G a rd e d e s Sceaux, M in istre S e c ré ta ire d ’E ta t à l a ‘
Ju stic e , e st c h a rg é de l'ex écu tio n du p ré s e n t d é c re t qui se ra publié
a u Jo u rn a l officiel.
F a it à V ichy, le 17 m a rs 1941.
PH. PÉ TA IN ,
P a r le M aréchal d e F ra n c e , C hef de l ’E ta t fra n ç a is.
L e G arde d es S cea u x,
M m is tre S e c réta ire d 'E ta t à la Ju stice,
Jo seph B
arthélém y.
C ON TAN CIN.
décret
du 17 m a rs 1941 su sp e n d an t te m p o ra ire m e n t l’a p p licatio n de c e rtain e s
dispositions d u s ta tu t ré g issa n t 1© p ersonnel a d ro m isra tif des étaglissem ents p é n ite u tia ire s è t des in stitu tio n s d é d u catio n su rv e illes.
(J o u rn a l officiel n" 94 d u A a v ril 1941, page 1.447.)
—— «os----N ous, M a e é c h a x
de
otk
de service a u # d irecteurs des services e x té ­
rieu rs, p o rta n t création d’une allocation de salaire unique. (B u­
re a u du -P erso im el.)
J ’a i l’ho n n eu r d e vous a d re s se r sous ce p li, p o u r in form ation,
copie de la lo i d u 29 m a rs 1941 p o rta n t c ré a tio n d’une allo catio n
de s a la ire unique.
F r a n c e , C h e f d e i / ê t a t itb a n ç a t s ,
S u r le ra p p o r t du G a rd e d es S ceaux, M in istre S e c ré ta ire d’E ta t à la
Ju stice,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t i c l e p k e m i e b . — L ’a rtic le 14 du d é c re t du 17 a o û t 1938 p o r­
t a n t s t a tu t du p erso n n el a d m in is tra tif des E tablissem ents^ p én iten ­
tia ir e s e t d es M aisons d ’E d u c a tio n su rv eillée e st m odifié a in si q u il
s u it:
14 a v ril 1941. — N
.P a r délégation.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices d é l'E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
d 9 4 t.
GODE P É N IT E N T IA IR E
44
45
' A r t . 4. — L e p résen t d é c re t s e r a publié a u Jo u rn a l officiel e t
■exécuté comm e loi de l ’E ta t.
LOI
d u 29 m a rs 1941 p o rta n t c ré a tio u d’une allo catio n de s a la ire un iq u e.
(,Jo u rn a l
i l A V RIL
—
F a i t à V ichy, le 29 m a rs 1941.
'
'
P h . PÆTAIN. '
officiel ?i° 1 0 1 d u 1 1 a v ril 1 9 4 1 , .p .a tfû . l.y G S .)
;
F a r le, M aréchal de F ra n c e , C hef de l ’E ta t fra n ç a is,
•-----«o»-----
JjA?niraJ- de la F lo tte, vice-p résid en t d u Conseil,
M in istre S ecréta ire d’E ta t d l’In té rie u r, ■
Al,
N ous.
M
a r é c h a l
d e
F
r a k c e
, C
h k k
d e
l
é t a t
f r a n ç a is
D
a r l a n
.
,
L e M in isire S ecréta ire d’E ta t à l’E conom ie nationale
e t uuæ F inances,
'
T .e
C o n s e il
d es
M i n i s t r e s 'c - û t e n d u ,
Y ves BouTEaLLiKn.
L e M in istre S ecréta ire d’E ta t à V‘A g ricu ltu re,
D ÉC R ÉT O N S :
.
, . .
— U ne allo catio n d ite -de .s a la ire u n ique e st
a ttrib u é e a\rc fa m illes des s a la rié s , quelle que so it la p ro fe ssio n ou
la q u a lité de l ’em ployeur q u i'le s occupe, des fo n c tio n n a ire s e t a g e n ts
d es services publics e t se rv ic es concédés, q u i ne bénéficient que d’u n
seul revenu p rofessio n n el versé en co n tre -p a rtie cl un tra v a il effectif, •
p ro v e n a n t so it de l ’a c tiv ité du p è re ou de l a m ère, so it de l ’a c tiv ité
d e l ’un des ascen d an ts, lo rsq u e l’e n fa n t e st à la c h a rg e de ce dernifcî*.
C e tte allo c a tio n e st ré serv é e a u x fa m ille s d o n t le s e n fa n ts on t la
n a tio n a lité fra n ç a ise . E lle e st décom ptée en p o u rc e n ta g e d u -'S alaire
m oyen d é p a rte m e n ta l ap p licab le 'en m a tiè re d ’allo catio n s fa m ilia le s
d an s la com m une de résidence su iv a n t le s m o d alités ci-api è s,
A
r t ic l e
p r e m ie r
P ie r re
C
a z io t
■ • . •
,
1 L e M in istre S ecréta ire d’E ta t à la Guerre,
.
20
% p o u r u n e n fa n t à c h a rg e ju s q u ’à l’âge de cinq
10
% p o u r \m e n fa n t à c h a rg e lo rsq u ’il a dépassé l ’âg e de cinq
Gl. H untz cger.
L'è S e créta ire d ’E ta t à la, p roduction in d u strielle, '
■
P ie r re P ccheü .
L e S ecréta ire d 'E ta t au T ravail,
R ené
B
e l îîï,
L e S ec ré ta ire d’E ta t a u x C om m unications,
Jean
B
e r t h e x o t
.
•
L e S ecréta ire d’E ta t à la F a m ille e t à la S anté,
ans ;
Jacq u es
C
h e v a l ie r
.
ans;
25 % p o u r d eu x e n fa n ts à c lia rg e ;
30
% p o u r plus de d eu x e n fa n ts fi charge.
L ’allo catio n e s t .serv ie, s ’il y à p lu sie u rs en fan ta, ta n t que le
d e rn ie r n ‘a p a s a tte in t le s lim ites d ’âg e fixées p a r ' l’a rtic le 12 d u dé­
c re t du 29 ju ille t 1989, et, s ’il y a un e n fa n t unique, ju sq u 'à l’âge cle
quinze a n s ; toutefo is, l ’allo catio n co n tin u era d’ê tre v ersé e ju sq u ’à
l ’âge fixé p a r l'a r tic le 12 ci-dessus visé, à la m ère ou à l'a sc e n d a n te
sa la rié e qui, a y a n t l a g a rd e de- l’e n fa n t, e n assum e seule p a r son
sp ’.aire la ch a rg e effective. E l le n e .peut, en aucun cas, se cu m u ler
,vec l’allocation de la m ère a u .fo y er prévue p a r l ’a rtic le 23 d u dé­
c re t du 29 ju ille t 1939.
A r t . 2. — L ’allo catio n de sa la ire u n iq u e s e ra se rv ie p a r les caisses
de com pensation, p a r l’E ta t, p a r le s collectivités locales ou p a r W
services publics concédés, d a n s le s m êm es conditions q u e le s allo ca­
tio n s fam iliales.
3, — L es dispositions d e la p résen te lo i e n tre ro n t en v ig u e u r
le 1er a v ril 1941.
A
r t
.
17 a v ril 1941. — N o t e de service âua> d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e à la durée des effe ts d ’u n ifo rm e d u personne^ de
su rveilla n ce des E ta b lissem en ts p én iten tia ires. (2 9 B ureau.)
J ’ai l’bo n n en r de vous ^adresser ci-joint, le te s te d ’u n a r r ê té de
M. le G ard e des Sceaux, M in istre S e c ré ta ire d’E ta t à la Ju stice,
p o rta n t m odification de l’a rtic le 6 de l ’a r r ê té du 2 ju in 1938, s u r la
d u rée des effets d ’u n ifo rm e du personnel de su rv eillan ce d es Etablis*
sem ents p é n iten tiaires.
P a r délégation.
.
P* le D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l'E ducation su rveillée,
S ig n é: IL L IS IB L E .
1
CODE P É N IT E N T IA IR E
46
47
1 9 4 1 . — 2 3 a v r il
A rrê té p o rta n t jnodification à l’a rtic le 6 de l'a r r ê té du 2 ju in 1938,
su r la d u rée des effets d 'u n ifo rm e d u P erso n n el de su rv eilla n c e des
E tab lissem en ts p én ite n tia ire s.
A D M IN IS T R A T IO N P É N IT E N T IA IR E
— «£0»—
É T A B L IS S E M E N T S P É N IT E N T IA IR E S
L e G a r d e m es S c e a u x , M i n i s t r e s e c r é t a i r e d ’é t a t a l a j u s t i c e ,
23 a v ril 1941. — N o t e de service a u x d irecteurs des services e x té ­
rieu rs, in s titu a n t le 1er m a i com m e jo u r férié, fê te du tr a v a il e t de
la concorde sociale. (B u re a u du P ersonnel.)
J ’ai l ’h o n n eu r de vous a d re s se r sous ce p li, p o u r in form ation,
copie de la lo i du 12 a v ril 18ÆL in s titu a n t le 1 er m a i comm e jo u r
férié, fê te du tr a v a il e t de la concorde sociale.
P a r délégation.
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n su rveillée,
CONTANCIN.
Vu l’in stru c tio n d u 26 m a rs 1877 in d iq u a n t le s effets à. fo u rn ir au
p ersonnel de g a rd e e t de su rv eillan ce des S erv ices p é n ite n tia ire s ;
V u le règlem ent du 23 Ju ille t 1892 e t l’a rr ê té du 27 ju ille t 1922 fix an t
la com position de l ’u n ifo rm e du p erso n n el de su rv eillan ce des M ai­
sons centrales, des Maisions d ’E d u c atio n surv eillée, des M aisons
d ’a rr ê t, de ju s tic e e t de c o rre ctio n ;
Vu le s c irc u la ire s des 26 fé v rie r, .24 m a rs 1896 e t 25 fé v rie r 1921 su r
l’u n ifo rm e e t les insignes des p re m ie rs su rv e illan ts, sui'veillants-com m is-greffers ;
Vu les a rr ê té s d es 18 octobre 1932, 2 ju in 1938 e t 6 ruai 1940 p o r­
t a i t m odification à la d escrip tio n e t a u m odèle des effets du p erso n ­
n e l de su rv eillan ce des E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s e t des M aisons
d’E d u catio n su rv e illée ;
S u r la propositioü du D ire c te u r de l’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t'
des S ervices de l’E d u c a tio n surveillée,
ARRÊTE :
A r t i c l e p r e m i e r . — L ’a rtic le 6 de l ’a rr ê té du 2 ju in 1938 e st mo­
difié comm e s u it:
« A rticle 6 . — L a durée rég le m en taire des effets e st fixée ainsi
qu’il su it :
P o u r les M aisons cen trales, les M aisons d’a rrê t, de ju stic e e t de
c o rre c tio n .e t les M aisons d 'E d u c a tio n su rv e illé e :
V eston croisé eu d ra p bleu, tro is a n s ;
V eston d ro it e n to ile n a tio n a le k a k i, tro is a n s ;
P a n ta lo n de d ra p , deux ans ;
P a n ta lo n en toile n a tio n ale k ak i, deux a n s ;
C asquette, d eux a n s six m ois ;
R a g la n en d ra p bleu, 7 ans. ».
Ar t . 2. — L e D ire c te u r de V A dm inistration p é n ite n tia ire e t des
S ervices de l’E d u catio n su rv eillée est c h a rg é de l'ex écu tio n du p ré ­
sent a rrê té .
F a it â Vichy, le 25 m a rs 1941.
L e G arde des Sceaux,
M in istre S e créta ire d’E ta t à la Ju stice,
Jo se p h B a r t h é l é m y .
LOI
d u 1? a v ril 1941 in s titu a n t le 1er n ia i comme jo u r férié,
fête du tr a v a il e t de la concorde sociale.
(iJ o u rn a l officiel n° 110 d u 20 a v ril 1941, page 1.698.)
$ 0»—
N ous, M a r é c h a l
de
F r a h c e , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
Le Conseil d es M in istres entendu,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t ic l e p r e m ie r . —
A r t . 2. — Ce jo u r
L e 1 " m ai e st jo u r férié.
s e ra chômé comm e fê te du T ra v a il e t de la
C oncorde so ciale sa n s q u 'il en ré s u lte une réd u ctio n d e s a la ire p o u r les
tra v a ille u rs . D a n s le ca s où, en ra iso n de la n a tu r e du tr a v a il, celuici ne p o u rr a it è re in terro m p u , les tra v a ille u rs bénéficieront d 'u n e
in d em n ité co m pensatrice à 1-a c h a rg e de l ’em ployeur.
L a m o itié du, s a la ire ou, s ’il y a lieu, de l ’in dem nité com pensatrice
se ra, d a n s des conditions fixées p a r u n a r r ê té du S e c ré ta ire d’E ta t
au T ra v a il, v ersée a u Secours n a tio n a l, à titr e de so u scrip tio n ou­
vrière.
A r t . 3. — L e p ré s e n t d écret s e ra publié au Jo u rn a l officiel e t
exécuté comm e loi de l ’E t a t
F a i t à Vichy, le 12 a v ril 1941.
P h . PÉ T A IN .
P a r le M aréch al de F ra n c e , C hef de l ’E ta t fran çais.
L e G arde des Sceaux,
M in istre S ecréta ire d 'E ta t à la Justice,
Joseph B a r t h é l é m y .
L e M in istre S ecréta ire d’E ta t à l'E conom ie n a tionale
, e t a u x F inances,
Y ves B o u t h i l l i e r .
L e S e c ré ta ire d 'E ta t a u 'T ra va il,
R ené B e l i n .
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
48
1941. —
69
3 0 a v r il
25 a v ril 1941. — N o t e de service a u x d irecteurs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e à la fo r m q des actes p o rta n t concessions de loge­
m e n ts dans les b â tim en ts a p p a rte n a n t à l ’L ta t, (B u ree a u du P e r ­
sonnel.)
30 a v ril 1041. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, su p p rim a n t l'obligation de verser a u Secours n a tio n a l la
m o itié d u salaire ou de l'in d em n ité com pensatrice à l'occasion du
1er m ai. (B u reau du P ersonnel.)
J 'a i l'h o n n eu r de vous fa ire p a rv e n ir ci-joint, p o u r in fo rm atio n ,
3e te x te (le la loi du 5 a v ril 1041 re la tiv e à la fo rm e des a cte s p o rta n t
concessions de logem ents d a n s le s b â tim e n ts a p p a rte n a n t à l ’E ta t.
J ’ai l'h o n n e u r de vous a d re s s e r sous ce pli, p o u r in fo rm atio n ,
copie de la loi du 20 a v ril 1041 su p p rim a n t l ’obligation de v e rs e r au
Secours n a tio n a l la m oitié du sa la ire ou de l’indem nité co m p en satri­
ce ù l’occasion du l"r m ai.-
P a r délégation.
L e D irec teu r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
P a r délégation.
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l’é d u c a tio n surveillés,
CONTANCIN.
----------- o - ..............
CONTANCIN.
LOI
du 5 a v ril 1941 re la tiv e à la fo rm e des a c te s p o r t a i t concessions
de logem ents d a n s les b â tim e n ts a p p a rte n a n t à l’E ta t.
(Jo u rn a l officiel n® 112 du 22 a v ril 1941, page 1.721.)
•— —«o>-----•
N ous,
M a h é c h a t , d e F r a n c e , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
LG2
d u 26 a v ril 1941 su p p rim a n t l’obligation de v e rs e r a u S ecours n a tio ­
n a l l a m oitié du s a la ire ou de l'in d em n ité com pensatrice à l’occasion
d u 1 " m ai.
{Jo u rn a l officiel n v 117 du 27 a vril 19401, page 1.701.)
«os>-----
L e C onseil d es M in istres entendu,
D ÉC R ÉTO N S :
N ous, M a r é c h a l
A r t i c l e p k e m i e k . —• I l n e p eu t ê tr e accordé de concession de lo ­
gem ent, p a r nécessité de service, d an s les b â tim e n ts a p p a rte n a n t à
l’E ta t, que p a r a rr ê té du M in istre S e c ré ta ire d’E ta t si l ’Econom ie
n atio n ala e t a u x F in a n c e s e t du S e c ré ta ire d ’E ta t intéressé.
T o u te rév isio n de concession, ancienne, à. ti tr e individuel ou col­
lectif, ne p eu t ê tr e effectuée que d an s l a m êm e form e.
L es a rr ê té s ren d u s p o u r l ’exécution des diapouîticos qu i précèd en t,
soum is h l'e x a m e n p ré a la b le de l ’a d m in istra tio n des dom aines, d é te r­
m inent les conditions d a n s lesquelles des re ten u es peu v en t ê tre effec­
tu ées s u r les ém olum ents des p ersonnels bénéficiaires du logem ent,
a in si que le ta u x d s ces retenues.
A rt . 2. — T outes d ispositions c o n tra ire s à celles du p résen t a r ­
rê té so n t abrogées.A r t. 3. — Le p ré se n t d é c re t sera publié a u J o u rn a l officiel e t
exécuté comme loi de l ’E ta t.
F a it à Vichy, le 5 a v ril 1041.
PH. PÉ T A IN .
P a r le M aréch al de F ran co , C hef de l’E ta t fra n ça is.
L e M in istre S ecréta ire d 'E ta t d l’Econom ie n a tionale
e t a u x F inances, . .
Y ves
B o u t h il l ie iv .
de
F ran c e , C h e f
de
l ’é t a t f r a n ç a i s ,
Le Conseil des M in istres entendu,
D ÉC R ÉT O N S :
A r t ic l e p r k m ïe r .
— E s t abrogé l'a lin é a 2 de l'a r tic le 2. de la loi
du 12 a v ril 1941.
à k t . 2. — Le p ré s e n t d écret s e ra p ublié a u Jo u rn a l officiel e t
ex écu té comme loi de l ’E ta t.
F a it à Vicliy, le 20 a v ril 1941.
P h . PÉ T A IN .
P a r le M arécluil d e F ra n c e , C hef de l 'E ta t fra n ç a is.
L e G arde des Sceaux,
M in istre S ecréta ire d ’E ta t à la Justice,
Josep h B arthélémy .
,
L e M in istre S ecréta ire d'F.tai û l’E conom ie nationale
: e t a u x F inances,
•XveS B O U TH ILLIK R .
1941. —
51
8 mai
CODE P É N IT E N T IA IR E
50
8 m ai 1941. — N o te de service a u x d irecteu rs des services e xté rieu rs,
re la tiv e à la <loi du 1.1 a v ril 1941 m o d ifia n t e t co m p léta n t la, lo i du
3 octobre 1940, p o rta n t s ta tu t des ju ifs . (C ab in et (lu D ire cte u r.)
A r t . 3 . — Le p ré s e n t ac te s e ra publié a u J o u rn a l officiel e t exé­
cuté comme loi de l ’E ta t.
F a it à V ichy, le 1 1 a v ril 1941.
P h . P É T A IN .
J ’ai l'h o n n eu r cle vous f a i r e p a rv e n ir ci-joint, p olir info rm atio n ,
îe te x te fie la loi du 11 a v ril 1941 m odifiant et c o m p létan t Ja loi du
8 octobre 1940, p o rta n t s t a tu t des ju ifs.
P a r délégation.
L e D ire cte u r de l'A d m in istra tio n p é n iten tia ire
et des S e rvices de l ’E d u ca tio n surveillée,
P a r le M aréch al de F ran ce, C hef dé l 'E t a t fran çais.
L 'A m ir a l de la F lo tte, vice-président du Conseil,
M in istre S ecréta ire d 'E ta t à l'In térieu r,
Al. D a r l a n ,
L e G arde d es Sceaux,
M in istre S ecréta ire d 'E ta t d la. Ju stice,
CON,T.ANCIN.
Jo sep h B a r t h é l é m y .
L e Générait d'arm ée, M in istre S ecréta ire d ’E ta t à la Guerre,
LOI
du 11 a v ril 1941 m odifiant e t co m p létan t la lo i du 3 octobre 1940
Gl. H
u n t z ig e r .
L e M in istre S ecréta ire d 'E ta t à l’E conom ie n a tio n a le
et a u x F inances,
p o rta n t s ta tu t des ju ifs.
Yves B
o u t h il u e r
.
(Jo u rn a l officiel n° 120 du 80 a v ril 1941, paï/c 1.846.)
L e M in istre S ecréta ire d 'E ta t à l'A g ricu ltu re,
—
N ous, M a e é c h a j ,
de
«os——
P ie rre C a z io t .
F r a n c e , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
Le C onseil des M in istres entendu,
8. m ai 1941. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services ex té rie u r9,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t t c t .iî p r e m t e r . — L e p a ra g ra p h e 5 de l ’a rfic le 2 de la loi <ln
3 o ctobre 3940, p o rta n t s ta tu t des ju ifs, est rem placé p a r le te x te
su iv an t :
« 5° Officiers e t sofus-ofRciers des arm ées de te r re , de m e r e t de
l 'a i r ;
« M em bres des corps de contrôle de la g u erre, de la m a rin e e t de
l ’a ir ;
« M em bres des co rp s e t c a d re s civils des d é p arte m e n ts de l a g u erre,
de la m a rin e e t de l’a i r créés p a r le s lo is du 25 août, du 28 ao û t 1040,
du 29 a o û t 1940, du 15 se p tem b re 1940 e t d u 18 sep tem b re 1940 ».
A x t , 2. — L ’a rtic le 7 de la loi du 3 octobre 1940 p o rta n t s ta tu t des
ju ifs est com plété p a r l’a lin éa su iv a n t :
« L ’application des dispo sitio n s de la p résen te loi a u x p riso n n iers
de g u e rre e t a u x p erso n n els se rv a n t outre-m er, e st différée ju sq u ’il
le u r re to u r de c a p tiv ité ou le u r re to u r en F ran ce.
« L es fo n ctio n n aire s ju ifs visés a u x a rtic le s 2 e t 3 actu ellem en t
p riso n n ie rs de g u e rre ou se rv a n t d a n s u n poste o u tre-m er cesseront
d’e x e rc e r leu rs fo n ctio n s d eu x m o is, a p rè s la d a te de le u r a rriv é e en
F ra n c e non occupée ».
m o d ifia n t et co m p léta n t les lois du 17 ju ille t 1940 concernant les
m a g istra ts, fo n ctio n n a ires e t a.gon i a civils ou m ilita ire s relevés
de leurs fo n ctio n s, du 13 août 1940 fix a n t la lim ite d"âge, etc., du
12 septem bre 1940, des 3 e t 11 octobre e t 26 novem bre 1940. (-Cabi­
n e t du D irecteu r.)
J ’a i l ’h o n n eu r de vous
copie de la loi du 3 a v ril
17 ju ille t 1940 co n cern an t
civils pu m ilita ire s relevés
la lim ite d’âge, etc., du 12
novem bre 1940.
a d re s se r sous ce pli, p o u r in fo rm atio n ,
1041 m odifiant et com plétant les loâs du
le s m a g istra ts , fo n ctio n n aires e t ag en ts
cle leurs fonctions, du 13 août 1940 fix an t
septem bre 1940, des 3 e t 11 octobre e t 26
P a r délégation.'
. L e D irecteur de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des Services de l ’E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
52
CODE- PÉ N IT E N T IA IR E
LOI
1 9 4 1 . —- 8 MAI
,
«lu 3 a v ril 1941 m odifiant e t coînpïéfiant le s lois d u î ? J u ille t 1940
ccticerniuit le s m a g is tra ts , foracîktnn&ires e t a g e n ts civils ou m ili­
ta ire s reîevés de k ;; r s fonctions?, üu 13 a o û t î.9-50 fix a n t l a lim ite
d ’âge des ag en ts des services ex'tértatsrs £Ï*j--Mi:îis1;ère des A ffaires
é trai:£ èrcs. du 12 se p tem b re 1840 p a r ta n t ab aïssem e iït des lim ites
(l'kgb des fortîtiom tak-ss co S’siîîi'.üiûsirafeii'ai p ré fe c to ra le, .du 3 oc­
to b re IS-îQ
sès-tot d es .ûdf.n, du i l octobre 1840 s u r le t r a ­
v a il féïKÎiifiî e t ■du 26 ïîovsnibre iy40 fix a n t î a Ïîcïite d 'â g e des gou­
v e rn e u rs g&?.éraas:, g o u ïo n ïru rs et. ris iÈ s c ts su p érieu rs des colonies.
(Jo u rn a l officiel »° 124 d u 5 m a i 1943, page 1.901.)
«05>—
K o rs, SlAIlKCHAJ. DE FlUN'CG, OHE*’ DE I.’ÛfAT ’i^KArCÇAlS, '
Le .Conseil des M in istres entendu,
D S C ïlÉ T O N S ;
A kticle pp.MiriEK. — L e p re m ier p a ra g ra p h e de l’a rtic le 5 cle la
loi du 13 a o û t 1940 A xant lu lim ite d 'û g e des a g en ts des services
e x té rie u rs du U im s tè re des A ffaires é tra n g è re s est aisnsi m odifié:
<s Léo ag en ts adm is h la r e tra ite p a r ap p licatio n d es dispositions
qui précèdent a u ro n t d ro it sa n s co ndition d 'â g e :
1° « S ’il}:: rem plissen t îa condition de d u rée des serv ices exigée p o u r
l'o u v ertu re du d ro it k pension d ’ancienneté, à une pension de cette
n a tu r e ;
12" « S’il s ne rem p lissen t p a s c e tte condition, ù !a jo u issan ce ixnm vdiate d u n e pension calculée i\ raiso n d ’un tre n tièm e du m inim um
de Ja pesision d 'an cien n cté prm r charme- année de- serv ices de la c a té ­
gorie A, d ’u n vingt-cinquièm e p o u r ch aq u e an n ée de serv ices de la
catégorie îî ou de services m ilita ire s, le m o n ta n t de cette pension
ne p o u v an t ex céd er led it m inim um augm enté, le cas échécint, de la
rém u n ératio n des bonifications p o u r services h o rs d ’E u rc p e e t des
bénéfices de cam pag n e ».
•A rt. 2 .,
L e p a ra g r a p h e 2 ce l ’a rtic le d e .ia loi du 12 septem bre
1940 p o rta n t ab aissem e n t des lim ite s d'ûge des fo n ctio n n a ires de l’a d ­
m in istra tio n p ré fe c to ra le e st modifié a in si qn’il s u it:
<i S ils ne rem p lisse n t p a s cette condition, à la jo u issan ce d’une
pension calculée à raiso n d ’u n tre n tiê o ïe du m inim um de la pension
d'an cien n eté p o u r chaqne année de serv ices de la c a té g o rie A, d’un
vingt-cinquièm e pou r ch aq u e année d e serv ices de la caté g o rie E , ou
de services m ilitaire s, le m o n ta n t de c e tte pension ne p o u v an t excéder
ledit, m inim um augm enté, le c a s éch éan t, 'de la rém u n ératio n des bo­
n ifications p o u r serv ices h o rs d ’E u ro p e e t des bénéfices de cam pagne >
A r t . 3. — L ’a rtic le 7 de la loi d u 3 octobre 1940, p o rta n t s ta tu t
des ju ifs, est modifié a in si q u ’il s u it:
53
« Iles fo n ctio n n aires ju ifs visés a u x a rtic le s 2 e t 3 cesseront d ’ex e r­
c e r le u rs fo n ctio n s d'ans les deux m ois qui su iv ro n t la p rom ulgation
d e la. p ré s e n te loi' e t se ro n t ad m is à f a i r e v a lo ir le u rs d ro its définis
ci-ap rcs :
1° « L e s fo n ctio n n aires soum is a u régim e de la loi du 14 a v ril
1924 re ce v ro n t u n e pension d’ancienneté avec jo u issan ce im m édiate
.s’ils réu n issen t le nom bre d ’années de serv ices exigé p o u r l ’o u v ertu re
du d rd it à pension.
....
« Si,-sand re m p lir c e tte condition, iis ont accom pli a.u m oins quinze
années 1 de ‘Services -effectifs, -iis bénéficieront .‘;vec jo u issan ce imtnéd ia te d 'u n e pension calculée so it â . raiso n .d’u n tre n tiè m e du m inim um
•cle la pension d’anckinneté p o u r .chaque année de serv ices-d e la c a té ­
g o rie A, soit d 'un vingt-cinquièm e p o u r chaque année de services de
la caté g o rie P ou -de-services m ilitaires;. 1p. m o n ta n t de c e lte pension
ne j»ourra ex céder lo m inim um de la pension d’ancienneté augm enté,
le c a s éch éan t, de la rém u n ératio n des bonifications p o u r services
h o rs .d'Eur*qpe e t.d e s .bénéfices de cam pagne;
2 ‘‘ .-xI,es fo n ctio n n aires soum is au régim e.d.e la caisse n atio n ale
des r e tr a ite s po.ur la. vieillesse o b tiendront, s ’ils com ptent a u m oins
quinze a n s .de .services effectifs, 1a Jouissance im m édiate d’une a llo ­
c atio n n cn u ellô égale au m o n ta n t de la re n te vieillesse qui le u r se ra it
acq u ise â l ’époque de la cessatio n de le u rs fonction s si le u rs, v erse­
m en ts- ré g le m en taires a v a ie n t été effectués, dès P o rig i^ e .' à c a p ita l
aiiéné.'C fctte allo catio n .' c e ssera de le u r ê tre a ttrib u é e h com pter de la
d a te - d 'e n tré e en jo u issan ce de le u r re n te s u r la -c a is s e n a tio n a le des
r e tr a ite s ; '
r ' '
•3“ ■« Lc-p' fo n ctio n n aires dos- d ép artem en ts, com m unes ou étab lisse­
m ents publics qui possèdent une caisse spéciale de r e t r a i t e s ‘bénéficie­
ro n t av ec jo u issance im m édiate do la pension. -d'ancienneté ou de la
pension p ro p o rtio n n elle fixée p a r le u r règlem ent, s ’ils, rem p lissen t
les conditions de d u rée de services exigées p o u r l ’o u v ertu re, du d ro it
- l’une de ces pansions;
4" « L es a g e n ts soum is au régim e de la loi su r les assu ran ces
so ciales e t co m p tan t au m o in s quinze ann ées de serv ices effectifs r e ­
c ev ro n t de la «collectivité ou ôëablisse-ment dont iis dépendent une a l­
lo cation ann u elle égale à la fra c tio n de la re n te vieillesse constituée
p a r îe v ersem en t de l a double c o n trib u tio n 'd u ra n t to u te la p ério d e où
ils-s o n t re s té s en service. C ette allo catio n cessera ôe le u r ê tre a t t r i ­
buée à co m p ter de la d a te dJe n tré e en jo u issan ce de la d ite re n te ;
■V « L es fo n ctio n n aires e t ag e n ts ne re m p lissan t p a s le s conditions
requises p o u r pouvoir bénéficier des pensions e t allo catio n s ci-dessus
re cev ro n t le u r tra ite m e n t p e n d a n t une d u rée qui s e r a fixée p a r un
règ lem en t d ’a d m in istra tio n publique ;
. 6 U « L a situ a tio n des o u v riers des étab lissem en ts m ilita ire s e t in ­
d u strie ls d e 'l ’E ta t s e ra réglée p a r u n e loi sp éciale» .
Aux. 4.
L es a rtic le s 7 e t 8 de la loi du 11 octobre 1940, su r
le tr a v a il fém inin, so n t abrogés .et rem placés p a r. les dispositions su i­
v a n te s :
A rt.. 7. — Les ag en ts m a rié s du sexe fém inin, em ployés dans
les a d m in istratio n s, serv ices ou en tre p rise s visés à l ’a rtic le ' 2 ci-dessus
•et d ont le m a ri su b v ien t a u x besoins du m énage, p o u rro n t ê tre m is
en p o sitio n de?, congé s a n s solde. C e tte m esure ne s ’ap p liq u e p a s au
m énage -ayant a u m oins -trois e n fa n ts à charge,
54
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
« Celles d es fem m es m ariées visées p a r le. p résen t a rtic le q u i ré u ­
n iro n t à la d a te de la m ise eu congé les co n d itio n s de d u rée de s e r­
vices exigées p a r le régim e de r e tr a ite s q u i le u r e st ap p licab le p o u r
l’a ttrib u tio n d’une pension d ’an cienneté ou d ’une pension p ro p o r­
tionnelle a n s fem m es m a rié e s ou m ères de fam ille, p o u rro n t ê tre a d ­
m ises, s u r le u r dem ande, à la r e tra ite av ec p en sio n à jo u issan ce inm édiate.
« L e s fem m es fo n c tio n n aire s qui sont d em eu rées affiliées au régim e
de la caisse n a tio n a le d es r e tr a ite s p o u r la vieillesse, o b tiendront, si
elles com ptent au m oins quinze a n s de serv ices effectifs, u n e allo catio n
annuelle ég ale a u m o n ta n t de la ren te de v ieillesse q u i le u r s e r a it a c ­
quise à l’époque de la cessatio n de le u rs fonctions si le u rs v ersem en ts
a v a ie n t é té effectués, <ïès l ’origine, à c a p ita l aliéné. C ette allo catio n
c essera de le u r ê tr e a trib u é e à co m p ter de la d a te d 'e n tré e en jo u is­
san ce de le u r re n te su r la caisse n a tio n a le des re tra ite s p o u r la vieil­
lesses,
« C elles qui n e rem p liro n t p a s le s conditions susvisées p o u rro n t,
s u r le u r dem ande, ê tr e p lacé es d a n s la p o sitio n de d isp o n ib ilité spé­
ciale prév u e à l’a rtic le 4 du p ré s e n t a c te e t bénéficieront d ’u n pécule
d o n t le m o n tan t s e ra égal à u n m ois p a r an n ée de serv ice de le u rs
ém olum ents m ensuels.
A r t . 8 . — Ju sq u ’au 3 1 ju ille t 1 9 4 1 , les ag en ts du sexe fém in in
bénéficiaires des disp o sitio n s de la loi du 1 4 a v ril 1 9 2 4 p o rta n t ré­
fo rm e du régim e des pensions civiles e t m ilita ires, ou de disp o sitio n s
analogues, qui a u ro n t a u m oins cin q u an te an s d ’âge, sero n t, quelle
que so it la durée de le u rs services, ad m is d ’office à la re tra ite , s a u f
déro g atio n s p a r a rrê té .
« Les in téressées p o u rro n t p ré te n d re ;
1? « Si elies rem p lissen t la condition de ô u rée de serv ices exigée
pour l ’o u v ertu re d u d ro it à pension d’ancienneté, à la jo u issan ce im ­
m éd iate d’une pension de c ette n a tu re ;
2° « Si elles ne rem p lissen t p a s c ette condition, à la jo u issan ce
im m éd iate d 'u D e pension calculée k raiso n d’u n tren tièm e du- m inim um
de la pension d'an cien n eté p o u r chaque an n ée de serv ices de la c a té ­
gorie A, d ’u n vingt-cinquièm e p ou r chaque année de se rv ices de Ta
catégorie B, le m p n ta n t de c e tte pension ne p o u v an t ex céd er le d it m i­
nim um augm enté, ie cas échéant, de la ré m u n ératio n des bonifications
p o u r services h o rs d 'E u ro p e e t des bonifications p rév u es p a r l ’a n té ­
pénultièm e a lin é a de l ’a rtic le 79 de la loi du 14 a v ril 1Ô24.
«•Les services e n tr a n t en c 6 m pte p o u r la liq u id atio n de ces pen­
sions sero n t ceux que le s in téressées a u ra ie n t accom plis sous le ré ­
gim e des lim ites d'âg e q u i le u r sont applicables, su n s que la bonifi­
cation qui le u r e s t accordée p uisse excéder q u a tre a n s ni m odifier
la n a tu re de la pension.
« P a r dérogation, a u x . d ispositions de l ’a rtic le 2 de la loi du 14
a v ril 1924, ces pensions sero n t calc u lées s u r les d e rn ie rs ém olum ents
soum is à reten u e effectivem ent p erd u s p a r ies in téressées.
« L e s ag e n ts du sexe fém inin dem eurées affiliées à la caisse matio n aie des re tra ite s p o u r la v ieillesse o b tiendront l a jo u issan ce im ­
m éd iate de la ren te q u i le u r a u r a it é té allouée, à l ’époque où elles
a u ra ie n t a tte in t la lim ite d’âg e qui le u r é ta it ap p licab le en v e rtu
de la législation en v ig u eu r au m om ent de le u r m ise à la re tra ite .
1941. —
55
8 mai
« L s s em plois a in si lib érés ne se ro n t p o u rv u s que d a n s u n e p ro ­
p o rtio n q u i s e ra fixée p o u r chaque serv ice p a r a r r ê té du S e c ré ta ire
d 'E ta t in té ressé e t du M in istre S e c ré ta ire d’E ta t a u x F in an ces ■».
AitT. 5. — L es veuves des fo n ctio n n aires e t ag e n ts m is à l a re­
tr a ite p a r a p p licatio n des lois du 17 ju ille t 1940 s u r les m a g is tra ts ,
fo n ctio n n a ires e t ag en ts civils ou m ilita ire s de l’E ta t relevés de leu rs
fonctions, du 13 a o û t 1940 fix an t la lim ite d’âge des ag en ts d es s e r ­
vices e x té rie u rs du M in istère des A ffaires étra n g è re s, du 3 octobre
1040 p o rta n t s ta tu t des ju ifs, du 26 novem bre 1940 fixant la lim ite
d’âg e d es g ouverneurs généraux, go u v ern eu rs e t ré sid en ts su p érieu rs
d es colonies, a u ro n t d ro it à pension d an s les conditions fixées p a r le
régim e de re tra ite s auquel le u r m a ri é ta it soum is. N éanm oins, si
le d it régim e prévoit, p o u r l’a ttrib u tio n de cette pension, que le m a riag e
d o it a v o ir été c o n tracté depuis un c e rta in d élai a v a n t la cessation
de l ’activ ité, c e tte condition ne se ra p a s exigée lorsque le m a riag e
a u r a é té célébré a v a n t la cessation de l’ac tiv ité e t que le te m p s à
c o u rir e n tre s a d a te e t là lim ite d ’âge d o n t les intéressés a u ra ie n t pu
bénéficier e st au m oins ég al a u d it délai.
Aivr. 6. — Le p ré s e n t ac te s e ra p ublié au Jo u rn a l officiel e t exé­
c u té comm e loi de l ’E ta t.
F a i t à Vicli£, le 3 a v ril 1941.
P h . PÉ T A IN .
P a r le M aréch al de F ran ce, C hef de l ’E ta t fran çais.
L 'A m ira l â& la F lo tte, vice-président d u Conseil,
M in istre S ecréta ire d 'E ta t a u x A ffa ire s étrangères
e t à la M a rin e,
Al. D a r l a n .
L e G arde âeé Sceaux,
M in istre S ecréta ire d’E ta t à la, Ju stice,
Jo se p h B a r t h é l é m y .
L e M in istre Secrétaire d 'E ta t ô l'E conom ie n a tionale
e t a u x F inances,
Y ves B o u t b i l l i e r .
L e M in istre S e créta ire d’E ta t à la G uerre,
Gl. H x t n t z ig e r .
L e M in istre S ecréta ire d 'E ta t à V A griculture,
P ie rre C a z i o t .
L e S ecréta ire d’E ta t à la P ro d u ctio n in d u strielle,
P ie rre P u c h e u .
L é S e créta ire d’E ta t a u T ra v a il,
R ené B k x in .
L e S ecréta ire d’E ta t a u x Colonies,
Al. P l a t o n .
L e S e créta ire d 'E ta t ù la F a m ille e t à la S anté,
Jacq u es C h e v a l i e r .
57
1941. — l i JCIN
56
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
10 ju in 1041. — N o te de service a-ux d irecteu rs des services exté rieu rs,
re la tiv e a u x associa tio n« p ro fessio n n elles des fo n clio n n a ireè de
rA rîm in in stra tio n p é n ite n tia ire e t des S ervices de l’E d u ca tio n su r­
veillée. (C ab in et du D ire cte u r.)
J 'a i l'h o n n e u r de voiiis envoyer, sous ce pli, copie du d é c re t.d u
5 m ai 1941, r e la tif a u i asso cia tio n s p ro fessio n n elles des fo n ctio n n a ire s
cle l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des S ervices de l ’E d u c atio n s u r­
veillée.
J e vous p rie cle bien vouloir p o rte r ce d é c re t S la conn aissan ce du
personnel p la c é sous vos o rdres.
P a r délégation.
L e D ire c te u r de l'A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des S ervices de l’E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
du 5 m a i 1941 r e la tif a u s a sso ciatio n s professiorïnoîîes des fonction­
n a ire s de I'Â rîm m istraU oi! p é n ite n tia ire e t des S erv ices d s l'E d u c a ­
tio n surveillés.
I . — S o u s-directeurs, économes e t greffiers-com ptables, in s titu te u rs
e t com m is des circo n scrip tio n s p é n iten tiaires, m aiso n s c e n tra le s et
étab lisse m e n ts assim ilés;
I I . —• S o us-directeurs e t sous-directrices, économ es e t dames-économ es, grediers-com ptables e t dam es-com ptables, in s titu te u rs e t in s ti­
tu tric e s des in s titu tio n s publiques cî’EcUicat|on su rv e illé e ;
I I I . — S urvelilaR ts-chi'fs e t S urveillantes-chefs, p rem iers su rv eil­
la n ts e t p rem ières su rv eillan tes, surveillants-com m is-grefliers e t surveülaiites-com m is-greîfiers des étab lissem en ts p é n ite n tia ire s;
IV . — P re m ie rs-m a ître s e t p rem ières m aîtresses, m a ître s e t m aî­
tresses d es in stitu tio n s publiques d ’E d u catio n su rv e illé e :
V. — S u rv eillan ts, su rv eillau ls-ch au iïeu rs, su rv e illa n te s de g rand
effectif, sn rv e illa iite s de p e tit effectif des é tab lissem en ts pérdten*
ia ire s ;
V I. — M o n iteu rs et m onitrices des in stitu tio n s publiques tf’E ducation su rv e illé e ;
'
V IL — In g én ieu rs, chefs d’ateliers, sous-cliefs d 'a te lie rs d es é ta ­
b lissem en ts e t circo n scrip tio n s p é n ite n tia ire s et des in s titu tio n s p u ­
bliques d ’E d u catio n surveillée.
A r t . 3. — Le M in istre, V ice-P résident du Conseil, e t le G arde des
S ceaux, M in istre S e c ré ta ire d ’E ta t à la Ju stice, so n t chargés, chacun
en ce qui le concerne, de l ’exécution du p ré s e n t d écret, qui se ra p u ­
blié au Jo u rn a l officiel d e l’E ta t fra n ç a is.
F a it ù V ichy, le 5 m ai 1941.
P tt. P É T A IN .
<ÏOÿ——
S u r le ra p p o rt du M in istre, V ice-P résident du C onseil, e t du G ard e
des Sceaux, M in istre S e c ré ta ire d 'E ta t à la J u s tic e ;
Vu la Ici du 113 octobre 1340 re la tiv e e u x A sso ciatio n s pro fessio n n elles
de fo n ctio n n aires, e t n o tam m en t son a rtic le 3,
Vu le d écret du 9 févviav 1041 p o rta n t règlem ent d 'a d m in istra tio n
publique F oui* l'ap p lic atio n d s la lo i du 15 octobre 1940 re lativ e a u x
asso ciatio n s professio n n elles de fonctionnaires,
Vu les décrets des 31 décem bre 1927, 19 sep tem b re 1030, 5 -décem bre
1937, 13 ja n v ie r 1Ü3S e t 17 ao û t 193S fix a n t ïo s t a tu t du p erso n n el
des services da l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire :
L a C om m ission re p ré se n ta n t les sections de lég islatio n de l ’In té rie u r,
des F in an ces, de l’A g ric u ltu re e t du con ten tieu x du Conseil d’E ta t
entendue,
. D ÉC R ÉTO N S :
A rticle pkem ikk . — N e peuvent fa ire p a rtie d’aucune asso ciatio n
professionnelle de fo n c tio n n a ire s;
Les d ire c te u rs des circo n scrip tio n s p é n ite n tia ire s, m aisons cen­
tr a le s e t étab lissem en ts assim ilés;
L es d ire c te u rs e t d ire c tric e s des in stitu tio n s publiques d ’E d u c a ­
tio n surveillée.
-,
A r t . 2. — L es fo n ctio n n a ire s des serv ices e x té rie u rs de l ’A dm i­
n is tra tio n p én ite n tia ire , a u tre s q u e ceux v isés h l'a rtic le T r, peu v en t
se g ro u p er en associations pro fessio n n elles 'co n stitu ées'co n fo rm ém en t
a u x dispositions de la loi du 1& octobre 1940, h. ra is o n d 'u n e seule
association professionnelle p o u r ch acu n e des se p t catég o ries ci-après
définies :
i
P a r le M aréchal de F ran ce, C hef de l ’E t a t fran çais.
L e M in istre, V ice-P résident du Conseil,
F . D aïit . a n .
L é Garde des Sceaux,
M in istre S ecréta ire d ’E ta t à la Justice,
Joseph B arthélémy .
11 ju in 1941. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services extérieurs,
re la tiv e à l'accès a u x em plois dans les A d m in istra tio n s publiques,
(C ab in et du D irecteu r.)
Ct-dessous copie de la loi du 3 a v ril 1941 — n° 1501 — re la tiv e â
l'a cc è s iu ix em plois d a n s les A d m in istratio n s publiques.
J e vous p rie de procéder à u n excunsn m in u tieu x des d o ssiers des
fo n ctio n n aire s, agents, em ployés s t de to u tes p erso n n es fa is a n t p a r ­
tie des cadrés. du p ersonnel p lacé sous v o tre a u to rité , e t de m e sig n a­
le r ceux qui se raien t visés p a r le te x te de la loi précitée.
Le cas éch éant, vous effectuerez les rech erch es n écessaires afin que
les renseignem ents â m e com m uniquer soient au ssi p récis que possi­
ble.
JjC D irecteu r de ['A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des Services de l’E d ucation surveillée,
CONTANCIN.
CODK
58
P É N IT E N T ) A IR E
L o i d u 3 a v ril 1941
re la tiv e à l’accès a u x em plois d an s les a d m in istra tio n s publiques.
<£0»-----N ous, M a k k c k .'VL
de
F ranck,
C hkk
d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
A près avis du Conseil d 'E ta t,
L e Conseil d es M in istres entendu,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t i c l e rRKMJiiK. — N ul n e p e u t , s ’il D’e s t F ra n ç a is , e t né de
p ère fra n ç a is, ê tr e em ployé d an s le s A d m in istra tio n s de l ’E ta t, des
d ép artem en ts, des com m unes e t des étab lissem en ts publics ou e x e rc e r
des fonctions de d ire ctio n d an s un serv ice p u b l i c in d u strie l ex ploité
en régie.
A r t . 2. —
P a r d é v o g a tù Y ii a u x
d i s p o s i t i o n s d e l ’a r t i c l e p r é c é d e n t ,
c e u x q u i n e s o n t p a s n é s d ’u n ' p è r e f r a n ç a i s p o u r r o n t , s ’i l s p o s s è d e n t
in n a t i o n a l i t é ' f r a n ç a i s e , o c c u p e r l 'u n d e s e m p l o i s v i s é s a u d i t a r t i c l e
l o r s q u ’i l s a p p a r t i e n d r o n t à l 'u n e d e s c a t é g o r i e s s u i v a n t e s :
1” N a tu ra lisé s pour serv ices ex cep tio n n els à la F r a n c e 'd a n s les
conditions qui se ro n t fixées p a r une loi u lté rie u re ;
2° P ro tég és fra n ç a is , o rig in a ires de p ay s de p ro te c to ra t re lev an t
du s e c ré ta ria t d ’E ta t a u x colonies e t d u s e c ré ta ria t d ’E ta t au x a ffai­
re s étra n g è re s qui sont n a tu ra lisé s fr a n ç a is ;
M ilita ire s e t m a rin s a y a n t serv i d an s les arm ées fra n ç a ise s
de te rre , de m e r ou de ]’a i r au x q u els la q u a lité de c o m b a tta n t a été
rec'orinue p a r applicatio n , soit du d écret du 1er ju ille t 1930, so it du
d é c re t du 27 décem bre 1940 ;
4“ A scendants, épouses ou veuves e t d escen d an ts de m ilita ire s ou
m a rin s m o rts p our la F ra n c e ou a y a n t serv i d an s les conditions défi­
n ie s au § 3", sous réserve, en ce q u i concerne les êpc’uses e t les
veuves, que ie m a ria g e a it é té c o n trac té a v a n t la d a te de la p u b li­
cation de lia p résen te lo i;
5° A lsaciens e t L o rra in s ré in té g ré s de plein d ro it d an s la n a tio ­
n a lité fra n ç a ise à d a te r du 1 1 n o v e m b re -1018, lo rsq u ’ils descendent,
en ligne p a te rn e lle s ’il s ’a g it d ’e n fa n ts légitim es e t en ligne m a te r­
nelle s ’il s ’a g it d ’e n fa n ts n a tu re ls, d 'u n ascen d an t a y a n t p e rd u la n a tio ­
n a lité fra n ç a ise p a r a p p licatio n du tr a ité fran co -allem an d du 10 m al
1S71, ou lo rsq u 'ils so n t nés en A lsace oo en L o rra in e aviant le 11 no­
vem bre 193S de p a re n ts Inconnus, ain si que ceux q u i a u ra ie n t d ro it
à c e tte réin té g ra tio n s ’ils n ’a v a ie n t d é jà acq u is ou revendiqué la n a ­
tio n alité fra n ç a is e an té rie u re m e n t iau 11 novem bre 1918 ;
6 ° E n fa n ts nés en F ra n c e de p a re n ts inconnus ou de m ère f r a n ­
çaise e t de p è re inconnu, à. condition to u tefo is qu’ils n ’a ie n t p a s été
p o stérieu rem en t reco n n u s ou légitim és p a r un p ère é tra n g e r;
7° E n ce qui concerne les em plois réserv és, les m ilita ire s non offi­
c ie rs et assim ilés que des a rrê té s des se c ré ta ire s d’E ta t à 3a g u erre,
ï\ la m a rin e ou à l ’a v ia tio n a u ro n t a u to risés à s e rv ir à titr e fr a n ç a is
ou a titr e étran g er.
•1941.
—
11
JU IN
59
A r t . B. — C eux qui ne so n t p a s nés d’u n p è re f r a n ç a is p o u rro n t,
en o u tre, s ’ils possèdent la n a tio n a lité fra n ç a ise , ê tr e h ab ilités, h
titr e exceptionnel, à occuper l ’un des em plois visés à l’a rtic le 1 er p a r
un d écret rendu a p rè s avis conform e e t m otivé du Conseil d’E ta t.
L es c a n d id a ts au x em plois dont il s'a g it p o u rro n t so lliciter cette
d éro g atio n , dès q u ’ils ju s tifie ro n t qu’ils s ’o rien ten t de fa ç o n précise
v ers l ’un de c e s ‘emplois.
A rt . 4. — P a r d éro g atio n a u x dispositions des a rtic le s 1 " e t 2,
Jes p ro tég és fra n ç a is , o rig in a ire s des p a y s de p ro te c to ra t re le v a n t du
s e c r é ta ria t d ’E ta t au x colonies e t du s e c r é ta ria t d’E ta t a u x affaires
é tra n g è re s, p o u rro n t accéder a u x em plois que la rég lem en tatio n ac­
tu elle le u r p e rm e t d ’o ccu p er; de même, les é tra n g e rs p o u rro n t serv ir
d a n s l ’arm é e fra n ç a is e à titr e é tran g er.
A rt . 5. — Les fo n ctio n n aires, ag e n ts e t em ployés a tte in ts p a r les
disp o sitio n s de l ’a rtic le l*r cesseront le u rs fonctions à la d a te qui s e ra
fixée so it p a r le m in istre ou son délégué, s ’il s'a g it de fonctionnaires,
d ’ag en ts ou d'em ployés de l'E t a t e t des étab lissem en ts publics, services
ou e n tre p rise s d épendant de l’E ta t, so it p a r le p ré fe t s ’il s ’a g it de
fo n ctio n n a ire s, d ’ag en ts ou d ’em ployés des collectivités locales e t des
•é tab lisse m e n ts publics, services ou e n tre p rise s dépendant de ces collec­
tivités.
I l s bénéficieront des av a n ta g e s qui leu r sont accordés p a r les a r ­
ticles 6 A 12 .
A r t . 0. — L es fo n ctio n n aires et ag en ts, soum is au régim e de la loi
dû 14 a v ril 1924 recevront une pension d ’an cien n eté avec jouissance
im m éd iate s ’ils réu n issen t le nom bre d 'an n ées de services exigé p o n r
l ’o u v e rtu re du d ro it à pension.
Si, sa n s re m p lir cette condition, ils ont accom pli an m oins quinze
années de services effectifs, ils bénéficieront avec jo u issan ce im m é­
d ia te d’une pension calculée à raiso n so it d’un tren tièm e d u m inim um
d e la pension d’ancienneté p our chaque aim ée de serv ices de l a 'c a t é ­
g o rie A, so it d ’u n , vingt-cinquièm e p our chaque année de servioes
de la catég o rie B ou. de services m ilita ire s ; le m o n ta n t de cette pen­
sion ne p o u rra ex céd er le m inim um de la pension d ’ancienneté 'aug­
m enté, le c a s éch éan t, de la rém u n ératio n des bonifications p o u r s e r­
vices h o rs d ’E urope, des bénéfices de cam pagne, e t de celles p révues
p a r l'a r tic le 18 de la loi du 14 a v ril 1924.
A rt . 7. —• Les fo n ctio n n aires, ag en ts e t em ployés soum is an ré­
gim e de la caisse n a tio n ale des re tra ite s p our la vieillesse obtien­
d ro n t, s'ils com ptent an m oins quinze a n s de services effectifs, la jo u is­
sa n ce im m éd iate d ’une, allo catio n an n u elle égale a u m o n tan t de la
re n te v ieillesse qui le u r s e r a it acquise à 3’époqne d e 'l a cessation de
le u rs fonctions, si leu rs versem ents rég lem en taires a v a ie n t é té effec­
tu é s dès l ’o rigine à ca p ita l aliéné. C ette allo catio n cessera de le u r
ê tr e a ttrib u é e à com pter de la d a te d’en tré e en jo u issan ce de le u r
re n te su r la caisse n a tio n a le des re tra ite s.
A r t . 8 . — Les fonctionnaires, ag e n ts e t em ployés des d é p a rte ­
m ents, des com m unes, des étab lissem en ts publics, de services ou en­
tre p ris e s, qui possèdent une caisse spéciale de r e tra ite s , bénéficieront
av ec jo u issa n c e im m édiate de la p ension d’ancienneté ou de ia pen­
sion p ro p o rtio n n elle fixée p a r le u r règlem ent de re tra ite s , s'ils rem ­
p lissen t les conditions de d u rée de services exigées p o u r l’ou v ertu re
du d ro it à l’upe de ces pensions.
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
1 9 4 1 . — 2 8 JU 'N
A rt . 9. — L es a g en ts e t em ployés soum is a u régim e de la lo i’su r
les a ss u ran ces sociales e t d o m p tan t a u m oins quinze an n ées de se r­
vices effectifs, recev ro n t, cle la collectivité, du serv ice ou cle l'e n tre ­
p rise dont ils dépendent, une allo catio n an n u elle ég ale à la fra c tio n
de la re n ie vieillesse co n stitu ée p a r le versem en t cle la double c o n tri­
bution d u ra n t to u te la p é rio d e où ils s[ont restés-o n service. C ette allo ­
c atio n cessera de le u r ê tr e a ttrib u é e à com pter de la d a te d ’en trée
en jo u issan ce de la d ite rente.
A r t . 10. — L es fo n ctio n n aires, ag en ts e t em ployés ne rem p lissa n t
p a s les cooiütions req u ises p o u r bénéficier des pensions ou des allo ­
catio n s p révues p a r les a rtic le s 6 e t 0 re c ev ro n t mie indem nité égale
a u p ro d u it p a r le nom bre d 'a n n ées de serv ices du m o n tan t m ensuel
do traitem en t, solde eu sa la ire dont ils bénéficiaient, com pte ten u , le
cas échéant, cai supplém ent colonial, des indem nités de résidence, de
l'in d em n ité sp éciale tem p o raire, das indem nités p o u r ch a rg es m ili­
ta ire s e t allocation s fam iliales. L 'in d e m n ité ’ ain si calculée ne p o u rra
ê tr e in fé rie u re à crlii- 3u ’o b tie n d ra it un abêtit a y a n t six années de s e r­
vices.
A k t. ZI. — L as veuves e t les o rp h e lin s des fo n ctio n n aires, ag en ts
e t employée a u ro n t d ro it à pension d a n s le s conditions fixées p a r le
régim e de retraite-; auquel le u r m a ri ou ascen d an t é ta it so u m is; n éan ­
m oins, si iecut régim e prév o it, p o u r l'a ttrib u tio n de la pension de veu­
ve, que le m a ria g e d o it a v o ir é (.é c o n tra c té d epuis u n c e rta in délai
a v a n t la cessation de l'a c tiv ité e i quo le tem ps à c o u rir e n tre s a d ate
e t la lim ite d 'âg e d en t les in téresé s a u ra ie n t pu bénéficier e st au
m oins égal a u d it délai.
L es m o d alités des versem ents ou d es rev ersem en ts p rév u es p a r les
§ 3 e t 4 ci-dessus se ro n t fixées p a r a rr ê té du se c ré ta ire d ’E ta t au x
finances.
A rt . 14. — L es lois des 17 ju ille t e t 14 a o û t 1940 re la tiv e s à l ’ac­
cès a u x em plois d an s les a d m in istra tio n s publiques sont abrogées.
A u t ., l à . —
Lé p résen t d é c re t s e r a publié au Jo u rn a l officiel de
l'E ta t fra n ç a is e t exécuté com m e loi de l’E ta t.
60
F a it h Vichy, le 3 a v ili 1941.
P h . PÉ T A IN .
P a r le M aréchal de F ra n c e , CheC de l ’E t a t fran çais.
L e G arde des Secoua?,
M in istre Secrétaire d 'Iita t à la J-ustice.
Josep h B arthélémy .
L 'A m ira l de la F la tte vice-président d u Conseil,
M in istre Secrétaire d ’E ta t à- l’In té rie u r
et ù la M arine,
Al.
D A l i f .A X
L e M in istre ScercKtiro d’F.'Int à l'E conom ie n a tionale
e t e u x F inances,
Y ves
B o ü t p iiix iil k .
L e M in istre S e créta ire d’E ta t à la Guerre,
Gl.
A k t . 1 2 . — La « licaiio n des o u v rie rs des étab lissem en ts m ilita ire s
et in d u strie ls de l ’E tn t s',-m réglée p a r une lo i spéciale.
A r t , 13. — Les fonctionnaires» a g e n ts e t em ployés licenciés en
exécution des lois d es IV ju ille t et 1-i a o û t 1040 a v a u t la p u blicatio n
de la p ré se n te loi p o u rro n t ré c la m e r l ’a p p licatio n des disp o sitio n s des
a rtic le s 2, -1, (3 à 12.
S 'ils peu v en t bénéficier des d é ro g atio n s p rév u es p a r l’a rtic le 2,
Us sero n t réin tég rés s u r le u r dem ande clans teur a d m in istra tio n a u x
g rade, classe ou échelon, ra n g q u ’ils a u ra ie n t occupés s’ils é ta ie n t re s­
té s en fonctions.
E n ce cas, ils se ro n t réputés, p o u r le calcul de le u r ancienneté,
n’a v o ir ja m a is cessé d ’e x e rc er le u rs , fonctions e t ils p e rc e v ro n t u n e
indem nité ég ale à la m oitié du tra ite m e n t, solde ou s a la ire e t acces­
so ire s qui le u r a u ra ie n t été v ersés p e n d a n t la p ério d e d ’in te rru p tio n
de leu rs services, h laquelle s'a jo u te ro n t, s ’il y a lieu, le s a llo catio n s
fam iliales. Le bénéfice de c e tte indem nité ne se ra accordé a u x in té re s ­
sés que sous réserv e de re v e rse r les som m es qu’ils a u ra ie n t p erçu es
à ti tr e de pension, allo ca tio n ou in d em n ité p e n d a n t la p ério d e d’in te r­
ru p tio n de le u rs se rv ic e s; la v a lid a tio n p o u r la r e tr a ite de la p érid d e
d ’in te rru p tio n de leu rs services ne se ra effectuée que sous condition
du versem ent des re te n u e s correspondantes.
A u ca s c o n tra ire , ils p e rc e v ro n t le s pensions, a llo c a tio n s ou in ­
dem nités p rév u es p a r le s a rtic le s 6 à 1 2 , d éduction fa ite des som mes
q u ’ils a u ra ie n t tou ch ées à titr e ûe pension, allo c a tio n ou indem nité
d ep u is le jo u r où ils o n t cessé le u rs fonctions.
L es pensifons q u i a u ra ie n t é té concédées a v a n t la p u b lic a tio n de
la présence loi p o u rro n t, le cas éch éan t, ê tr e annulées.
01
2$
I I u s t z ig l r .
j u i n r f l ^ i . — , \ o t e d e se r ric e n u .v d ire c te u r* d es services e r(ê~
r ie u r s , r c la lie e à la ré i>évasion d es in fr n e H o n s c o m m ise s clans
les E ta b lis s e m e n ts pénit< :nliaires (C a b in e t d u D ire c te u r.)
Je v ous c n m in u n iq u e c i- jo in te , p o u r v o tre in f o rm a tio n , u n e
co p ie de la c ir c u la ir e a d re s sé e le iC> m a i d e rn ie r, s o n s Je tim b r e de
la D ire c tio n dos A ffaires c rim in e lle s e t des G râces, à MM. les P ro ­
c u re u r s g é n é ra u x .
Les in s tr u c tio n s d o n t il s ’a g i t v is e n t la ré p re ssio n des in f r a c ­
tio n s c o m m ise s d a n s les E ta b lis s e m e n ts p é n ite n tia ir e s e t in v ite n t
3es P a rq u e ts à r e q u é r ir s é v è re m e n t à r e n c o n t r e d es d é te n u s in c u l­
p é s do te n ta tiv e s d ’é v a sio n o u d e m u tin e r ie ù. J’io té r ie n r des
p ris o n s .
ïïn a t t i r a n t v o tre a tte n tio n s u r la p o rté e de c© te x te q u i té ­
m o ig n e d u so u c i q u ’a l a C h a n c e lle rie de p ro té g e r l a vie des fo n c ­
tio n n a ir e s e t a g e n ts des serv ices p é n ite n tia ir e s , je c ro is u tile de
s o u lig n e r la v a le u r d ’e x e m p la rité q u e p ré s e n te n t, clans ce d o in a in e , l ’e x é c u tio n à ALbi, le 24 m a i d e rn ie r, d u n o m m é ROSE
(E rn e st), c o n d a m n é a m o r t p a r Ja C o u r d ’a s s is e s d u T a rn le
14 ja n v i e r i q / | ( p o u r te n ta tiv e d ’a s s a s s in a t (c o m m ise s u r n u s u r ­
v e illa n t) e t te n ta tiv e d 'é v a s io n , a in s i q u e les c o n d a m n a tio n s à i5 e t
20 a n s de tr a v a u x fo rcés p ro u o o c e e s ré c e m m e n t p a r Ja C o u r d ’a s ­
sise s de la C reuse c o n tr e d e u x d é te n u s de la M aison d ’a r r ê t de
1941 —
62
1 8 JU ILLET
63
COPE P É N IT E N T IA IR E
G u éret, les n o m m é s W A R T A C K e t PO TELBERG, p o u r c o u p s e t
b le s s u re s s u r la p e rs o n n e d u s u r v e illa n t- c h e f do G u é ret e t te n t a ­
tiv e d 'é v a sio n .
V ou s a u re z so in do fa ire a ffic h e r d a n s le s lo c a u x de d é te n tio n
la n o ta c i- jo in te re la tiv e à ces d e u x a ffa ire s .
P a ra llè le m e n t a u x r é s u lta ts q u e d o iv e n t e n tr a în e r ces m e s u re s,
je su is d écid é, e n ce q u i m e c o n c e rn e , k ré c o m p e n se r a in s i q u ’ils
le m é r ite n t le s fo n c tio n n a ire s q u i n ’a u r o n t p a s c r a i n t de s ’e x p o ser
a u d a n g e r p o u r a c c o m p lir le u r d e v o ir, co m m e j e l'a i d é jà fa it, d ’a il­
le u rs , en d iffé re n te s c ir c o n s ta n c e s .
C 'est a in s i q u e se s o n t v u s d é c e rn e r la M éd aille p é n ite n tia ir e MM. A N D Pi I. E 'U , p re m ie r s u r v e illa n t re tr a ité ra p p e lé à l'a c tiv ité e t
CHAUSSE. s u r v e illa n t à la M aiso n d 'a r r è t d ’A lln , FONTES, e h ef
d 'a te lie r et DELION, s u r v e illa n t à la M aiso n c e n tr a le de Me! un,
PASSE.KAT. surveiila.n-t-c.het' à la M aiso n d ’a r r è t de G u éret, GUESNEY, s u r v e illa n t à la M aiso n c e n tr a le de C aen . LA GAZE, s u r v e il­
la n t- c h e f . MOPiEAU, ROUGEPiON, s u r v e illa n ts , et DUPUIS, siu-veiilo n t a u x ilia ir e à la M ais.ni d 'a r r ê t d e C h â te u u ro u x , e t q u ’o n t reçu
des té m o ig n a g e s officiels de s a tis f a c tio n MM:. DRE1STADT e t GEHiN,
s u r v e illa n ts à la M aison d a n - ê t de, N an cy . G 0 R 1 L L I O T , p r e ­
m i e r s u r v e illa n t à l a M aiso n d ’a r r è t do la S a n té , D UBRET, s u r v e illa n t-c u m m is -g rc f lïe r, BOURGEOIS, JUHAN, WANTZKNRLEDER,
s u r v e illa n ts à la M aison d ’a r r ê t de L o n s -le -S a u n ie r, e t PROU T EAU,
s u r v e illa n t à la M aiso n c e n tr a le de F o n te v ro n lt.
Je n ’ig n o r e p a s, en effet, les d ü fic u l tés s u p p lé m e n ta ire s q u e
re n c o n tre n t, d u f a i t de la s itu a tio n a c tu e lle , le s fo n c tio n n a ire s de
F A d m in is tra tio n p é n ite n tia ir e d a n s l ’a c c o m p lis se m e n t de le u r tâ c h e
et j e n e d o u te p a s n o n p lu s q u ’ils n ’a ie n t à cir-ur, d a n s c e lte pé­
rio d e d ifficile, de ta ir e p re u v e de l’e o lié re c o m p ré h e n sio n e t d u dé­
v o u e m e n t to ta l q u ’e x ig e n t des c irc o n s ta n c e s e x c e p tio n n e lle s.
11 im p o rte , e n p a r tic u lie r , q u ’ils g a r d e n t mUial-e la c o n sc ie n ce de
le u r é ta t de fo n c tio n n a ire s d ’u n g r a n d se rv ic e de s é c u rité p u b liq u e ,
des o b lig a tio n s q u ’il le u r im p o se e t a u s s i d es g a r a n t ie s e t de la
p ro te c tio n q u ’il le u r a s s u re ; q u e , p n r c o n s é q u e n t, ils ne se d é p a r­
tis s e n t, à a u c u n m o m e n t, d u s a n g - f r o id , de la m a îtr is e e t de la
sé ré n ité q u i d o it le s c a ra c té ris e r e t q u e ja m a is ils n e s ’a b a n ­
d o n n e n t, d a n s i ’exorr.ice de leu rs, fo n c tio n s , à des r é f l e x e s
in d ig n e s d ’eux q u i De p o u r r a ie n t q u e le u r n u ir e .
A in si, a s s u ré s d ’è tr e s o u te n u s , d é fe n d u s et e n c o u ra g é s d an s
l ’a c c o m p lis s e m e n t de le u r tâ c h e , s a c h a n t q u e lent* s itu a tio n fa it
l ’o b jet-d e m e s p ré o c c u p a tio n s c o n s ta n te s , q u e les m e s u re s d o n t il
v ie n t d 'ê tre q u e s tio n , d e stin é e s à p a re r a u p lu s p re ssé , n e so n t
p a s les seu les q u e je so is d écid é à p re n d r e d a n s le u r in té r ê t, ils
se c o n d e ro n t nies e ffo rts e n le u r fa v e u r de l a fa ç o n la p lu s h e u ­
re u s e e t la p lu s e fficace.
P a r d é lé g a tio n .
L e D ire c te u r de. V A d m in is tr a tio n p é n ite n tia ir e
e t d es S e rv ic e s d e l'E d u c a tio n s u r v e illé e ,
CONTANCIN.
LE G A R D E D E S SCEAUX,
M IN IS T R E SE C R É T A IR E D'ÉTAT A LA JU S T IC E ,
A MONSIEUR LE PROCU REU R GÉNÉRAL
PR ÈS LA COUR D’A PPEL
L es c irc o n s ta n c e s a c tu e lle s o n t p la c é 3e p e rs o n n e l des E ta b liss e ­
m e n ts p é u ite n tia ir e s d a n s u n e s itu a tio n p a rtic u liè re m e n t difficile.
T a n d is q u e F A d m in is tr a tio n se tro u v e p riv é e d 'u n g r a n d n o m b re
de ses a g e u ts les p lu s a c tifs re te n u s e n c a p tiv ité . la p o p u la tio n
p é n a le s 'e s t a c c ru e d a n s d e te lle s p ro p o rtio n s q u e les te n ta tiv e s
d ’é v a sio n e t de m u tin e r ie se s o n t m u ltip lié e s .
P o u r m a in te n ir l ’o rd re d a n s les p r is o n s e t a s s u r e r u n e p ro te c ­
tio n efficace d u p e rs o n n e l «le su rv e illa n c e , il im p o rte p lu s q u e j a ­
m a is q u e les faits de c e tte n a tu r e s o ie n t ré p rim é s avec u n e sév érité
e x e m p la ire .
Je v o u s p rie de d o n n e r à vos s u b s titu ts to u te s in s tr u c tio n s u tiles
ù cet effet. J ’a tta c h e r a is n o ta m m e n t d u p r ix à ce q u e , c o m p te te n u
d es c irc o n s ta n c e s m a té rie lle s de / 'i n f r a c t io n , le u rs ré q u is itio n s
te n d e n t à l ’a p p ré c ie r so u s sa p lu s h a u te e x p re s s io n p é n a le afin
q u e le s c b n d a m n a t i o n s à in te r v e n ir a ie n t, d a n s to n te la
m e s u re d u p o ss ib le , p o u r r é s u lta t u n e a g g r a v a tio n s e n s ib le de la
s itu a tio n d u d é le u n d é ü n q u a u t,.
U im p o rte é g a le m e n t q u e v o u s re n d ie z c o m p te a x a c te m c u t h
m a C h a n c e lle rie , s o u s le p ré s e n t tim b r e e t so n s celu i de F A d m i­
n is tr a t io n p é n ite n tia ir e , de to u s les in c id e n ts s u r v e n u s d a n s les
p ris o n s , s u s c e p tib le s d ’è tr e p é n a le m e n t q u a lifié s .
V ous v o u d re z b ie n m 'a c c u s e r ré c e p tio n des p ré s e n te s in s t ru c tio n s .
S ig n é : Josjïpk
BARTHELEM Y.
1S ju ille t 1941. — N o te de service a u x d irecteurs des services e x té ­
rieurs., re la tiv e a u x in d em n ités de séparation, de "bombardement
et de rep liem ent. (C ab in et du D irecteu r.)
'
J 'a i l’h o n n eu r de vous envoyer, sous ce pli, copie de l’a rr ê té dn
27 ju in 1041, re la tif a u x indem nités de sép aratio n , de bom bardem ent
et de repliem ent.
J e vous p rie de bien vouloir vous conform er a u x p re sc rip tio n s
dudit a r r ê té p o u r le calcul de ces indem nités.
P a r délégatinn.
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN.
CODE P E N IT E N T IA IR E
64
4fl41. — 18 JUILLET
In d em n ités de sé p a ra tio n , de b o m b ard em en t e t de re p lie m e n t
— «os—
L 'A m iral de .la F lo tte , V ice-p résid en t du Conseil, e t le M in istre
S e c ré ta ire d 'E ta t n l'E co n o m ie n a tio n a le et a u x F in an ces,
Vu la loi du l rr décem bre 1940 ;
Vu 3e d écret du 30 se p tem b re 10-10;
Vu l'a r r ê té d u S m a r s 1041,
A IU 'Ê T E N T :
CHEFS
CHEFS
D E F A M IL L E
D E F A M IL L E
avec enfants
ù charge.
s«n« enfants
ii charge.
francs.
francs
francs.
3(1 >
20 »
10 »
AUTRES AGENTS
T JT IIE P R E M IE R
3N!)EMK3TÉ DR SKTAKATIO^
A rticle pukm iek . — U ne indem nité de sé p a ra tio n est a ttrib u é e
a u x fonctio n n aires, a g en ts e t em ployés civils de l ’E ta t, ch efs de f a ­
m ille, à l'exception des p erso n n els placé s sous le régim e des s a la ire s
régionaux, lo rsq u 'ils é ta b liro n t q u 'ils ont ù f a ir e fa c e a u x ch arg es
d 'u n double fo y e r, so it p a r su ite d e m esu res p rise s p a r les a u to rité s
d ’occupation, soit en raiso n du risq u e p a rtic u lie r de b o m b ard em en t
auquel e st exposée la lo ca lité oîi ils ex erce n t le u rs fonctions.
A r t . 2, — L’indem nité de sép a ra tio n e st fixée a u x ta u x ci-ap rès
peau- chaque jo u r p assé d a n s la lo c a lité:
pour
DF. FAMILLE
C H E F S
DE FAMtLLK
Î.’ATTHIIMSTION BKS FKAtS
a v e c e n fa n ts
s a n s e n fa n t»
cic m i s s i o n d a n s l e s g r o u p e * .
à c h a rg e .
à c h a rg e .
fra n c s.
f j’îilK.-*-
FO N CTÎ OXN A tR E S C LA SSÉS
C 11 E 1- S
35
30
»'
25
»
»
20
»
A r t , 5. — L ’indem nité p rév u e au p résen t titr e e st a ttrib u é e au x
ta u x jo u rn a lie rs ci-après, a u x fonctio n n aires, ag en ts e t em ployés civils
de l ’E ta t, si l’exception des p erso n n els placés sous le régim e des s a ­
la ire s rég io n aux, lo rsq u ’ils e x e rc e n t le u rs fonctions d an s des lo ca­
lité s où e x is te n t d es difficultés exceptionnelles p a r su ite de l ’im portance
des d e stru c tio n s im m obilières du f a i t des h o stilités.
CHEFS
CHEFS
D E F A M IL L E
D E F A M IL L E
avec enfants
ù charge.
sans enfants
i\ charge.
francs.
francs.
I-ogés..........................
!5
Non logés....................
25 »
>
10
»
in »
AUTRES
AGENTS
francs.
5
»
8 »
D es a rr ê té s du vice-président du Conseil e t du s e c ré ta ire d ’E ta t
à l'E co n o m ie n a tio n a le e t a u x F in an ces fix ero n t la liste d e ces lo­
calités,
*
T IT R E I I I
— «o»—
T IT R E I I
— «o»—
1SD K M N 1T K D E nO U L^V K lliC K K N T
A kt . 3. — U ne indem nité de b o m b ard em en t e st a ttrib u é e aux
fonctionnaires, a-'ents c*t em ployés civils de l ’E ta t, à J’excuption des
personnels p lacés ?:ms le régim e des s a la ire s régionaux, lo rsq u 'ils e x e r­
cent le u rs fonctio n s dam; ra;e lo calité soum ise de faço n fré q u e n te et
intensive
rie- lioiubaïdem ents.
L a liste de cci: lo calités se ra fi"ée p a r des a rrê té s du vice-présideut
du Conseil et du se c ré ta ire d 'E ta t à l ’E eonoiuie n a tio n a le e t a u x
Finances.
A kt . 4. — L ’indem nité de bom b ard em en t est fixée un ifo rm ém en t
a u x ta u x ci-après, p o u r chaque jo u r p o n d an t lequel l’ag en t a u ra e x e r­
cé ses fonctions d an s la lo calité :
IN D E M N IT É
de
r e p l ie m e n t
A iit. 6. — U ne in dem nité de repliem ent e st a ttrib u é e a u x fonc­
tio n n a ire s, a g en ts e t em ployés civils de l’E ta t, à l ’exception d es p e r­
sonnels p la cé s sous le régim e des sa la ire s rég io n au x , lo rsq u ’ils se
tro u v e n t d a n s l ’une d es situ a tio n s-su iv a n te s:
1° A g en ts qui, a p rè s av o ir servi a u siège n o rm al de le u r ad m in is­
tra tio n , ex e rc en t tem p o rairem en t leurs fonctio ns d an s u n e a u tre lo­
c a lité où leu r serv ice se trouve re p lié ;
2° A gents qui, a y a n t dû q u itte r le u r résidence n o rm a le su r l’o rd re
des a u to rité s d’occupation, san s a v o ir p u d ém énager le u r m obilier,
ex e rc e n t tem p o rairem en t le u rs fonctions d a n s une a u tr e localité.
A r t . 7. — L ’indem nité de rep liem en t e st fixée a u x ta u x ci-après
p o u r ch aq u e jo u r on 3’a g en t a u ra e s e rc é ses fonctions d an s la lo c a ­
lité, y com pris celui du d é p a rt e t celui du re to u r d a n s la résidence
norm ale. t
* 9 4 1 . — 2 8 JU ILL ET
CODE
65
ï. — A gents repliés.
a)
D an s u n e v ille co m p tan t p lu s de 100.Û0G h a b ita n ts ou o u v ra n t
d ro it à l ' indem nité de ré sid en ce p rév u e p o u r le s v illes de p lu s de
100.000 h a b ita u ts ;
h)
Au siège a c tu e l d u G ouvernem ent ou d a n s des lo calités dont
la liste s e ra fixée p a r a rr ê té du se c ré ta ire d ’E ta t à l’E conom ie n a tio ­
n a le e t a u x F in a n c e s e t où l'in s ta lla tio n m o m entanée d ’im p o rta n ts
serv ices d 'a d m in istra tio n s c e n tra le s crée des difficultés ex ceptionnelles
d’ex isten ce :
CHEFS
CHEFS
F O N C T I O N N A IR E S
m < F A M IL 1.K
D K K A M ILI.F .
CLASSÉS
a v e c e n fa n t»
s a n s e n fa n ts
p o u r l 'a t t r i b u t i o n
à
A r t . 8. — L es indenffiLté.s p rév u es à l ’a rtic le 7 ci-dessus seront
ré d u ite s de m o itié .lo rsq u e-l’in téressé a u r a p erçu l'in d e m n ité de replie. m e n t p e n d a n t u n e d u ré e de s i s m ois, sa n s Que le p o in t de d é p a rt de
ce d élai p u isse Être a n té rie u r a u 1er ju ille t 1941.
T outefois, c e tte réduction ne s ’a p p liq u era p a s a u supplém ent d ’in ­
d em n ité p rév u a u x ta r if s ci-dessus en fa v e u r des ag e n ts non logés.
A k t . 0, — Les ag en ts envoyés en m ission au siège a c tu e l du Gou­
v ern em en t ou d a n s u n des lieu x de repliem ent de le u r ad m in istra tio n
a u ro n t d ro it, p e n d a n t les q u a tre p re m ie rs jo u rs, a u x indem nités p ré ­
vues p a r la rég lem en tatio n en vigueur e n -m a tiè re de f r a is de m ission,
1 in d em n ité de repliem ent é ta n t allouée à com pter du cinquièm e jo u r.
AUTRES
T IT R E IV
*— « 0 £ —
ù c h a rg e .
c h a rg e .
n iS P O S lT Z O N S
d e s f r a i s d e m i s s io n ]
ilu n s le s g r o u p e » .
L og és.
Bon log-és.
L oge*.
Non logés.
L o g és.
fr.
IV.
IV.
fr.
fr.
•
Roi logés.
fr.
I e t i l ..............................
83
»
55
v
25
»
45
»
20
v
35
I I I e t I V ..........................
30
»
50
»
_ 20
»
40
»
15
»
30
»
»
IX.
A gents rep liés clans u n e ville co m p tan t de 20.000 à 100.000
h a b ita n ts ou o u v ra n t d ro it à ]’'in d em n itê de résidence p ré v u e p o u r
ces localités.
F O N C T IO N N A IR E S
classés
p o u r l ’a t t r i b u t i o n
C « E V S
C H E F S
DE F.VMILLK
DU FAMILLK
il v u e e n f a n t s
sa n s e n fa n ts
— L ogé*.
E lle s ne p eu v en t se cum uler ni e n tre elles, n i avec aucune indem ­
n ité p o u r f r a is de m ission ou d 'in té rim , ou allo catio n de m êm e n a ­
tu re .
AGENTS
-—
Son 16gés.
L og és.
-1
Non logés.
fr.
fr.
fr.
fr.
fr. ,
fr.
21
Son logés. - L o g é s .
»
48
»
20
»
35
»
15
»
25
»
» .
37
»
15
»
30
»
1Q »
2*)
» •
22
A b t . 12, — L e d écret du 30 septem bre 1040 e t l ’a rr ê té du -S m a rs
1041 su sv isés Sont abrogés.
A r t . 13.
Le p r é s e n t. a rrê té , dont les dispositions a u ro n t effet '
à co m p ter du 1er ju ille t 1941, s e ra publié a u Jo u rn a l officiel.
F a it à V ichy, le 27 ju in 1941.
L ’A m ira l de la F lo tte, M in istre vice-président du Conseil,
A3, DARLAN.
'
jjj,
A gents rep liés d a n s des lo calités co m p ta n t m oins de
20.000 h a b ita n ts :
F O N C T IO N N A IR E S
CLA SSÉS
p o u r l ’a t t r i b u t i o n
C H J] F S
C H T F S
» Ü F A M IJ.1.E
DF. F A M IL L E
av e c e n fa n ts
s a n s e o fan U i
à. c h iv g c .
à c li u r g e .
L e M in istre S ecréta ire d’E ta t à l’E conom ie n a tionale
e t a u x F inances,
Y ves B o u t h h x i e r ,
AUT R E S
A
A G E N ’f S
d e * f r a i s d e m is s io n
d a n s le s g ro u p e s .
23
L o g és.
Non lo g é s .
L o g és.
fr.
fr.
fr.
I e t I I ........... ...................
20
»
30
*
II I e t I V ......................
fÿ
»
25
»
|
H on lo g é s .
io
»
10
»
20
L o g és.
B on lo g o s .
ju ille t 1 9 4 1 . — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e à la loi d u 3 octobre 1 9 4 0 p o rta n t s ta tu t des ju ifs .
(C ab in et d u D irecteu r.)
fr.
fr.
fr.
25
GÉNÉRALES
10. — S ont Considérés comm e ch efs de fam ille, p o u r l ’a p ­
p licatio n du p ré s e n t a rrê té , les ag e n ts m ariés, veu fs avec enfants,
d iv o rcés a-vee enfante- ou sé p a ré s ju d ic ia ire m e n t avec en fa n ts, ceux
gui ont un e n fa n t n a tu re l reconnu on qui viv en t h a b itu ellem en t avec
le u r m ère veuve.
S ont considérés comme e n fa n ts à ch a rg e ceux qui, en v e rtu de la
rég lem en tatio n en vigueur, e n tre n t en com pte p o u r l ’a ttrib u tio n des
a llo catio n s fam iliales.
L es indem nités- qui fo n t l ’objet d u p ré s e n t a rr ê té ne p eu v en t être
allo u ées à u n a g en t m arié du sexe fém in in que si le m a ri n 'e st p a s
en m esu re de su b v en ir a u x besoins du m énage.
A r t . I I . — Les i n d e m n i t é s q u i f o n t l ’o b j e t d u p r é s e n t a r r ê t é s o n t
A rt.
a l l o u é e s m e n s u e l l e m e n t à t e r m e é c l iu .
A U T R E S
ù c h a rg e .
■' r ——
ù c h a rg e .
d e s f r a is d e m is s io n
d a n s le s g ro u p e s .
67
P Ê X l'IG N T IA T ltE
»
10
»
15
»
»
5
»
10 »
U ne loi du 2 ju in 1941, re m p la ç a n t la loi du 3 octobre 1940 p o r­
t a n t s ta tu t des ju ifs , a é té publiée au Jo u rn a l officiel d u sam ed i
14 ju in 1941, p a g e s-2.475 e t 2. 476,
68
1941. —
CODE P É N IT E N T IA IR E
J e vous p rie d’en d o n n e r conn aissan ce à to u s le s fo n c tio n n aire s
e t 4 J t s p l S s o o s vos o rd re s e t 0e m ’a d re sse r, d’u rg en ce «f a u p li»
fa r â pour le 10 « o tt proclw in, la lis te cio ceux d e n tre e u * « a i se
spécialem ent à l ’a tte n tio n de v o tre
personnel les' disp o sitio n s p ré v u e s p a r r a r tic le 9.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S ervices de l’é d u c a tio n surveillée,
CON TAN CIN.
o 6 illiUl.t 10-11 — No-ciî (le service a u t d irecteu rs des services exté* rieu rs, re la tiv e m u t in fra ctio n * discip lin a ires com m ises pto des
agents de l'A d m in istra tio n p én ite n tia ire e t des S e rvices de l E duca­
tio n surveillée. (C ab in et du D ire c teu r.)
C e rta in s m an q u em en ts d isc ip lin a ire s com m is p a r des fonctionn . l « d . l ’A d i i i i i i l s t r a t i c m ^
et « e l 'M u c a ü o u
p e u v e n t'd o n n e r Heu, p a ra llè le m e n t h l'a c tio n a d m im s tia tlv e , a une
T>mir«;iiitô d e v a n t le s ju rid ic tio n s rép ressiv es.
L 'in fo rm a tio n ju d ic ia ire dispose de m oyens, d’in v estig atio n s p us
p u issan ts e t p lu s v a rié s que ceux d ont p eu t u s e r 1 A d m i n i s t r a t i o n
celle-ci a donc in té rê t à c o n n a ître les élém ents de p re u v e reu n is p
16 D an s de telles hypothèses, il im porte, a u su rp lu s, d 'é v ite r toute
cîiance de c o n tra d ic tio n e n tre la décision p én ale e t la san ctio n disC1Pln M t'd o n c so u h a ita b le d ’a tte n d re , d a n s la m esu re du possible, les
ré s u lta ts de l ’actio n ju d ic ia ire p o u r p re n d re u n e m esu re adm im sU nt ^ J e vous invite, en conséquence, h vous m e ttre en ra p p o rt avec les
m a g is tra ts du m in istè re p ublic ch a rg é s d’a ffa ire s p é n ales engagées
à ^occasion de f a its que vous m 'a u rie z sig n alé s pour ê tr e san ctio n ­
nés disciplinai renient.
.
■Vous a u rez soin, en p a re ils cas, de m e te n ir ex actem en t au cou­
ra n t de la m ise en m ouvem ent de to u te actio n publique a m si que
de to u te décision ju d ic ia ire qui en s e r a résultée.
2 2 AOUT
60
D e p a re ille s situ a tio n s so n t Irrég u lières, comm e c o n tra ire s a u x
d isp o sitio n s des d écrets des 19 ja n v ie r e t 29 ju in 1923.
I l im p o rte d ’y m e ttre fin e t d ’en é v ite r le re to u r.
A c e t effet, voius voudrez bien re c h e rc h e r si de telles s itu a tio n s
s e ren c o n tre n t dans les services p lacé s sous vos o rd re s e t, d a n s l ’a f ­
firm ativ e, m e les sig n a le r sa n s re ta rd .
Vous a u re z soin, d ’a u tre p a r t, à l’occasion des p ré se n ta tio n s qui
.m e Sont ad ressées p o u r p o u rv o ir a u x vacances de postes d’au m ônier
ofa de m édecin, de v eiller à ce que me soit fo u rn ie l ’in dication que le
c a n d id a t proposé à m on choix ne f a it p a s d é jà p a rtie de la com m is­
sion de su rv eillan ce do l ’éta b lisse m e n t d an s lequel il doit ê tre appelé
à p re n d re son service, on q u ’il ne rem p lit p a s les fonctions de m a ire
ou d 'a d jo in t d an s la ville où e st situ ée la prison.
I l ne vous éch a p p e ra p a s, au surplus, que l'accès d a n s les é ta b lis­
se m en ts p é n ite n tia ire s de personnes é tra n g è re s û l’A d m in istratio n oe
s a u r a it ê tr e décidé eu l ’absence des renseignem ents e t d es g a ra n tie s
indispensables.
E n conséquence, les dossiers constitués s u r le u r com pte devront,
à l’av en ir, o bligatoirem ent c o n te n ir;
I.’é ta t civil com plet dn c a n d id a t;
U n b u lle tin N° 2 du c a sie r ju d ic ia ire le co n c e ro a n t;
L es d é c la ra tio n s so u scrites p a r lui en ap p lic a tio n d es lois des 13
a o û t 1940 e t 2 ju in 1^41 e t d o n t le s m odèles vous ont é té donnés
p a r m es soins ;
L a v is de l’a u to rité dont il dépend a in si que tous renseignem ents
u tile s s u r son com pte.
V ous voudrez bien vous c o n c e rte r avec MM. les P ré fe ts pour fa c i­
li te r l a c o n stitu tio n de ■’e s dossiers e t v eiller personnellem ent à î ’exëeu tio n des p ré se n te s in stru c tio n s dont l'in o b serv atio n n e p eu t q u ’en­
tr a în e r des r e ta r d s à la d ésignation du titu la ir e ou la n écessité de
c o rrig e r dos situ a tio n s dont le c a ra c tè re irré g u lie r on im p a rfa it s e r a it
u lté rie u re m e n t ap p arn .
Vous au rez, soin, enfin, dès réception de la \p ré s e n te c ircu laire, de
c o m p léter les dossiers des aum ôniers e t m édecins actu ellem en t en
serv ice d an s vos étab lissem en ts en m e fa is a n t p a rv e n ir l ’é ta t civil
e x a c t de chaeun d-'eus.
L e G arde des S cea u x,
M in istre Secrétaire d’E ta t à la, Ju stice,
J
L e D irecteu r de V A d ïiiim stra tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
o seph
B A R TH ÉLÉM Y .
CONTANCIN.
22
14 aoiût 1941.
N o rs de service a u x d irecteurs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e ■ à la n o v ü n a tio n des aum ôniers e t des m édecins..
.(C abinet du D ire c te u r.)
I l m ’a été donné de co n state r, h d ifféren tes rep rises, que î’aumôn ie r ch a rg é du serv ice relig ieu x ou le m édecin c h a rg é du service mé­
dical d a n s u n e p riso n é ta it égalem en t m em bre de la com onssiou de
su rv eillan ce du môm e établissem ent.
a o û t 1941. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e a u x principes fo n d a m e n ta u x à observer d a n s les
en q u êtes disciplinaires. (C abinet du D irecteu r.)
Il m ’a é té donné de co n sta te r que les dossiers que vous m e tr a n s ­
m ettez n l’occasion d ’a ffa ire s d iscip lin aires in té re ss a n t les fonction­
n a ire s e t a g e n ts placés sous vos o rd res n’é ta ie n t p a s to u jo u rs cons­
titu é s su iv a n t les m éthodes e t avec la rig u eu r qui s ’im posent.
J e sa is q u ’il s e r a it snperflu de so u lig n er le soin que j ’en ten d s
v o ir a p p o rte r en une m a tiè re qui in téresse l’honneur e t le s in té rê ts
m a té rie ls de vos subordonnés.
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
70
A ussi n 'ai-jo «Vautre souci que celu i de vous ra p p e le r quelques
p rin cip es fo n d am en ta u x d ont vous a u re z à vous in s p ire r d a n s la
conduite cle vos enquêtes d isc ip lin a ire s, é ta n t bien enten d u que chaque
espèce p e u t com porter sa m éthode p a rtic u liè re , q u e vous restez lib re
de déterm iner. S’il im p o rte de p u n ir sa n s faib le sse le s fa u te s co n tre
îa discipline, il im p o rte que les fa u te s 's o ie n t rig o u reu sem en t établies.
C ette règle ne ü o it su b ir aucune a tte in te . L a sim plification p a r des
te x te s d’e^cep ü o n des fo rm es de la p ro céd u re d isc ip lin a ire e st une
raiso n su p p lém en taire p o u r que l'en q u ête elle-m êm e offre les plus
g ran d es g a ra n tie s : il e st in d isp en sab le n o tam m en t que le s a g en ts
a ie u t la certitu d e q u ’ils ne s a u ra ie n t ê tre fra p p é s à la su ite de dénon­
ciatio n s M tiv e s ou p assionnées ou sim p lem en t ex ag érées e t insuflisam m en t vérifiées. L e respect de la Ju stic e , com m e celui de l’autorité,
est à ce prix.
P ério d e p ré p a ra to ire .
l/e n q u ê te , d an s de nom breux, cas, com porte une p ério d e p ré p a r a ­
to ire, qu’on p o u rra it d ire d’incubation.
L es investigatio n s, d u ra n t c ette p ério d e, d oivent ê tr e m enées fn ec
h ab ileté et circo n sp ectio n : le sim p le soupçon ne d oit p a s ê tre m an i­
festé, au ssi bien p a rc e que, d é n u é de to u t fondem ent sérieu x , il cons­
titu e une offense p o u r celui q u 'il vise que p a rc e que, s’il e st Jostiiie,
il incite celui-ci à la m éfiance e t lu i p e rm e t d 'o rg a n ise r u n systèm e
a d ro it de défense.
_
E lles s'accom m odent, p en d an t ce m êm e tem ps, de p réc a u tio n s et
üe le n te u rs : m ien s v a u t u n r é s u lta t c e rta in différé q u ’u n doute san s
issu e ou qu’un écbec im m édiat.
L a su rv eillan ce d iscrète p eut, d a n s c e rta in s cas, p récéd er u tilem en t
l ’intervention ouverte en p e rm e tta n t la réunion fru c tu e u se de preuves
on de présom ptio n s g rav es. L 'a c tio n su in te e st en su ite susceptible
fle conduire à des ré s u lta ts p ro b a n ts a lo rs que, p rèm atu re e, elle n en
e û t a p p o rté aucun : l ’aveu a in si p e u t ê tr e o btenu sa n s c o n tra in te p a r
le seul effet de la su rp ris e ap puyée s u r une d o cu m en tatio n sérieuse.
D an s les a ffa ire s g ra v e s -e t, en p a rtic u lie r, d a n s les a ffa ires de
traiic, il p o u rra y av o ir in té rê t ù re c o u rir à 1 in te rm é d ia ire dos o f­
ficiers de police ju d ic ia ire p o u r fa ire su rv e ille r et, 3e cas échéant,
ap p réh en d er des a g e n ts suspects d an s le u r a c tiv ité à l ’e x té rie u r de
ré ta b lissem en t.
'
•
E n p a re il cas, il y a u r a lieu d 'a p p ré c ie r, a p rè s m ’a v o ir consulté
d ’urgence, si la g ra v ité d es f a i ts ju stifie l ’ouvevture d ’nue inform ai ion
ju d iciaire.
E nquête.
L 'en q u ête p ro p re m e n t d ite doit s'a p p u y e r s u r des élém en ts p o sitifs
e t certains: ceux-ci co n sisten t essen tiellem en t d an s les têm-olynayes
e t les co n sta ta tio n .s m atérielles.
Vous a u rez soin de re co u rir, en conséquence, ù l ’au d itio n du plus
g ra n d nom bre de p erso n n es possible. I l y a u ra to u jo u rs in té rê t h
ce que ces au d itio n s soient p ra tiq u é e s p a r vous-même ou p a r le fonc­
tio n n a ire qui s e ra c h arg é de l’enquête. V ous n 'h é site re z p a s p o u rta n t
à so lliciter, chaque fo is que vons vons h e tirte re z à des difficultés ou
à un refus, le concours de MM. le s -P ré fe ts e t P ro c u re u rs de la R é­
publique p our f a ir e re c u e illir les tédfolgBSges q u i vous a u ro n t p a ra
1 9 4 1 . — 22 a o û t
n
u tiles. L a fa c u lté qui vous est a in si offerte d e v ra , néanm oins, s'accom ­
m oder de la nécessité d ’a g ir avec p ro m p titu d e e t décision.
I / a u te u r p résu m é de l ’infracti-on s e ra to u jo u rs appelé à s ’expliquer
su r chacun des g rie fs qui lui se ra adressé. Il se ra recom m andé de re ­
co u rir, d a n s la p lu s la r g e m esure, à des co n fro n tatio n s à l'exclusion
de celles qui m e ttr a ie n t en présen ce fo n ctio n n aires e t détenus.
Si c e rta in s points vous sem b len t obscu rs — ne fût-ce que p a r la
form e d an s laq u elle les d é c la ra tio n s so n t p ré se n té e s — vous devrez
sp o n tan ém en t les fa ire p réciser.
H y a u ra g én éralem en t in té rê t à .commencer p a r in te rro g e r l'a• g en t in crim in é p a r le moyeu d 'un questionnaire, J e ne s a u ra is trop
ap p e le r v o tre a tte n tio n s u r le soin e t 7'im biieté que vous devez a p ­
p o rte r ù ia réd actio n de ce docum ent, de faço n à obliger celui à qni
ii est destiné a fo rm u le r une déclaration s u r des q uestions d’ap p aren ce
anodine p lu tô t q u ’à p ré se n te r une ju stific a tio n s u r une accusation
p ré m a tu ré m e n t précise. E n aucun cas l'a g e n t né doit ê tr e incité à
ad o p te r u n e a ttitu d e de dénégation m ensongère. I l fa u t év iter, p a r
ce moyen, que q u estio n s e t réponses n’a p p a ra is s e n t que connue l’op­
position de deux affirm ations c o n tra ire s. On d e v ra en su ite, soum ettre,
d irectem en t e t in tég ralem en t a l ’a g e n t les repro'ches p récis qui lui
sont adressés. Il s e ra appelé à s'ex p liq u er au ssi souvent q u ’il a p p a ­
r a îtr a n é c e ss a ire : chaque g rie f nouveau d e v ra lui ê tr e p résen té e t
vous n ’hésiterex p as à re c u e illir ses ex p licatio n s deux et p lu sie u rs
fois s’il Je fa u t.
\o u s devrez, d 'a u tr e p a rt, p ro céd er soigneusem ent à to u tes cons­
ta ta tio n s m até rielles e t il to u tes reco n stitu tio n s u tiles ainsi q u 'à l'e x a ­
m en de tons objpts et docum ents in téressan ts.
Vous a u re z soin, d ’une façon générale, d ’éten d re vos in v estig atio n s
au ssi loin qu il vous a u ra p a r u n écessaire. D a n s le nom bre, vous saurez
exi ra tre le f a it qui vous p a r a î tr a p o u v o ir ê tr e incontestablem ent
étab li e t vous vous a tta c h e re z k pou sser à fond les rech erch es su r le
p o in t ju g é in té re ss a n t qûe vous a u rez a in si choisi. Vons vous borne­
rez. en su ite à m e tra n s m e ttre les élém ents que vous a u re z retenus
comme esse n tie ls e t d éterm in an ts.
Vous n ’iiésilere/, p as, d an s les a ffa ire s graves, à vous déplacer
p o u r conduire p ersonnellem ent l’enquête. A ccom pagné du S u rv eü lan tOlief, d ’un ,g ra d é ou dè l'u n quelconque de vos subordonnés, vous eu
su iv iez sa n s relAche le développem ent, p re n a n t des notes, p ro céd an t
ù des c o u sta ta tio n s e t reco n stitu tio n s, d re s sa n t des procès-verbaux,
re c u e illa n t des s ig n a tu re s ; il im porte, en effet, que le m oins de
choses possible pu isse p rê te r à co n testatio n ou m êm e i\ discussion.
D a n s les a ffa ire s de m oindre im p o rtan ce vous donnerez, le cas
éch éan t, conseils e t d irectiv es à Vos subordonnés chargés*de l’enquête.
Itai tou te circonstance, ii e st n écessaire que v o tre contrôle soit
ag issan t.
Conclusions.
Vos ra p p o rts de tran sm issio n , enfin, se ro n t co u rts e t su b stan tiels.
U ne enquête d oit ê tre contenue d an s des pièces; v o tre ra p p o r t d o it
ê tre une pièce p a rm i les a u tre s d an s laq u elle vous vous bornes à 'so u lig n er c e rta in s p o in ts acquis, à fo r m u le r des déductions rigoureuses,
a m e ttr e en évidence des con tra d ictio n s. I l n e doit p a s affecter la
fo rm e d ’une re la tio n in sp irée du seul souci de p ré s e n te r des charges,
m ais celle d'un com pte rendu sobre, et fidèle, le couronnem ent, l a sys-
1941. —
CODE
h
P É N IT E N T IA IR E
té m a tïsa tio n d u t r a v a i l com plexe e t d i v e r s QTi’i î acco m p ag n e; i l d o rt
ê tr e O bjectif e t p réc is e t ne j a m a i s la is s e r a p p a ra îtr e v o tre sen tim e n t
personnel ai celfti-ci n 'e s t ap p u y é s u r des élém ents c e rta in s qui
fin sentim ent l’intim e conviction.
■ Celle-ci acquise, il im p o rte que la re sp o n sab ilité du coupable é ta n t
Ô1 ablie, vous pren iez au ssi co u rag eu sem en t la v o tre e t que vous envi­
sa g e -/ l ’in té rê t g é n éral p a r delà celui cle vos p ro p re s seiM ces en
p ro p o san t les Sîfnétions qui s'im p o sen t p o u r le bien da l ’A dm im s-
2 9 AOUT
73
29 a o û t 1941. — N o te de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e a u recla ssem en t des fo n ctio n n a ires d u cadre a d m i­
n is tr a tif relevés de leu rs fo n ctio n s p a r application de la, loi d u 17
■juillet 1940. (C abinet du D ire c te u r.)
J ’ai l'h o n n eu r de vous ad resser, sous ce p li, p o u r in fo rm atio n , le
te x te d u n a rrftté en d a te d u 10 ju ille t 1941, r e la tif a u reclassem en t
d es fo n c tio n n a ire s du c a d re a d m in is tra tif relev és de leu rs fonctions
p a r a p p licatio n cle la loi du 17 ju ille t 1940.
P a r délégation.
vos p ro p o sitio n s auront-elles la fo rce que confère le d ro it
fondé su r les fa its , a in si v o tre a u to rité se Ærcrcvera-t-elle so M e m e a t
a f f e r m i e . M ais il im p o rte que. vous s a c h i e z q u e 30 n>e l v s e i e ù £
prêcher la conscience e t la c o m p r é h e n s i o n que vous a p p o ite ie z d a n s
m ie fo rm e d 'a c tiv ité dont il ne s a u ra it vous éch ap p er q u e lle co n stitu e
l'u n e cle vos p lu s h a u te s p réro g ativ e s.
tM M u s i,
P r le G ard e des Sceaux,
M in istre S e c ré ta ire d’E ta t à la Ju stic e ,
L e D ire c te u r• de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l'E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
L E G A R D E D E S SCEA U X ,
M IN IS T R E S E C R É T A IR E D ’ÉTA T A LA JU S T IC E ,
e t p a r délégation :
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e-i des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN.
oo a a û t l 94i , _
n o t e de service a u x d ire cte u rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e û Voctroi de congés a nnuels au personnel des a d m i­
n istra tio n s publiques. (C ab in et du D ire c te u r.)
— <02>—-»
Vu la loi du 17 ju ille t 1940 co n cern an t les M a g is tra ts e t les fonction­
n a ire s e t a g e n ts civils ou m ilita ire s d e l ’E ta t relevés de le u rs fonc­
tions, modifiée e t prorogée p a r les lois des 23 octobre 1940 e t 29
m a rs 1941 et, notam m ent, son a rtic le 3 ;
Vu ie d eerel du
sep tem b re lî>40 p ris p o u r l’ap p licatio n de la loi
du 17 ju ille t 194Ü, modifié p a r le d écret du 24 ja n v ie r 1941, et,
n o tam m en t, son a rtic le 3 ;
S u r la propiosiuon du D ire c te u r de l’A d m in istratio n p é n ite n tia ire e t
des S erv ices cle l'E d u c a tio n surveillée,
ARRÊTE :
3e- vous al précédem m ent ad re ssé copie des c irc u la ire s de M. le
V ice-P résident cHi Conseil, en d a te des B a v ril e t 3 ju in 1941, concer­
n a n t l’octroi de congés an n u els a u p erso n n el des_ a d m in is tra tio n s
publiques e t p ré c isa n t que des p rio rité s, q u a n t au c n r is ne la d ate,
p o u v aien t ê tre accordées au x p ère s de fam ille.
S an s vouloir a jo u te r de règles Nouvelles à ces p resc rip tio n s, M, le
V ice-P résident du C onseil m e fu it co n n aître, p a r dêpeelie du 2S ju il­
le t 1041, qu'i I s e r a it possible d ’a c co rd er au personnel qui en f e r a it
îa dem ande, s u r les 21 jo u rs de v acan ces au x q u els il a d ro it, des
congés fra c tio n n é s c o rresp o n d an t à une p ério d e de * Jours. Ils po u ira ie n t se ré p a r tir, au cours de Vannée, en jo u rn é e s e t dem i-journées,
su iv an t les besoins des in té re ssé s: règlem ent d’affaires perso n n elles
e t de fam ille ou accom plissem ent de tr a v a u x de ja rd in a g e .
J e n’a i p a s besoin de souligner que 1 o ctro i de ces congés p a itie ls
d em eure subordonné a u x nécessités du service e t à sa bonne exécu­
tion.
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de V E du ca tion surveillée,
CONTAJN’CIN .
A r t i c l e P K K M iicn . — P a r dérogation a u x dispositions dn décret
du 31 décem bre 1927 p o rta n t s ta tu t du p erso n n el des services péni­
te n tia ire s e t de l ’E d u catio n su rveillée e t a u x te x te s qui l'o n t com plé­
té e t modifié, e t n o n o b stan t to u te s a u tre s dispositions rég lem en taires
c o n tia ire s, les fo n ctio n n aires dn cad re a d m in is tra tif d esd its services,
relevés de le u rs fonctions p a r ap p licatio n de la loi du 1 7 ju ille t 1940,
peu v en t ê tre reclassés d a n s des em plois d u c a d re a d m in is tra tif, du
c a d re cle su rv eillan ce on d u c a d re technique.
A r t . J. — L a m esifre de reclassem en t e s t prononcée, SjOit p a r le
te x te les re le v a n t de le u rs fonctions, so it p a r u n te x te d istin ct. D an s
ce d e rn ie r cas, elle p e u t in te rv e n ir à une d a te u lté rie u re sa n s lim i­
ta tio n de durée.
• A r t . 3.
Q uelle que so it l ’affectatio n n ouvelle q u i le u r e s t don­
née, les in té re ssé s ne peu v en t ê tre reclassés que d an s des em plois
c o m p o rtan t des ém olum ents soum is à re te n u e p o u r pensions civiles
e t d o n t le m o n tan t d o it ê tr e in fé rie u r ou, a u p lu s, ég al à celui de la
ré m u n é ra tio n dont ils bénéficiaient d an s le u r ancien emploi.
D an s c e tte lim ite, l a m esure de re c la sse m e n t p e u t p o rte r q u ’i l s '
p re n d ro n t ra n g d an s le u r nouvel emploi» à u n e c la sse su p é rie u re à.
la classe de début.
494i .
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
A h t 4 — Le D ire c te u r de l’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des
Services cle l'K ducatio n su rv eillée est c h a rg é de Vexécution du p ré ­
se n t a rrê té qui se ra p ublié a u J . 0 . de l’E ta t français».
F a it à V ichy, le 30 ju ille t 1941.
L e G arde des Sceaux,
m in is tr e Secréta ire d 'E ia t à hi Ju stice,
-j.,.-
J o w r a B A R TH ELEM Y .
a septem bre 1041. — N o tk de s e tr ic e oitar directeur» des se m o e»
extérieur*, re la tiv e au p o rt d 'in sig n e s p a r les fo n ctio n n a ires et
agents des a d m in istra tio n s publiques. (B u re a u d u re rso u n e l.)
J e vous ad resse ci-dessous copie d’u n e n o te en d a te du 16 a nul; 1041
ém an a n t du S e c ré ta ria t g én éral de M. le M aréch al T étain cliof . e
l 'E ta t , re lativ e au p o rt d ’inslijnes p a r les fonctionnai! es e t agents
d es a d m in is tra tio n s publiques.
‘
J e vous p rie d’en p o rte r le s te rm e s ù la co n n aissan ce du p ersonnel
placé sous vos ordres.
« D a n s tons les étab lisse m en ts et a d m in is tra tio n s de l ’E ta t, le p o rt
des Insignes su iv a n ts est s a i l au to risé p o u r los fo n ctio n n aires, em ­
p loyés, ouvriers, sta g ia ire s e t-le s élèves des d iffé re n te s éco le s:
1° L ’insigne, en fo rm e découpée, de la fra n c isq u e du M aréch al de
F ran ce, ch ef de l'E ta t, p o u r le s p ersonnes q u i en sont régulièrem ent
titu la ire s , conform ém ent à l'a r r ê té du 26 m a i 1041 (J . 0 . du 27 m ai) ;
2° L 'in sig n e de la L égion fra n ç a is e d es c o m b a tta n ts (am si que
celui d«s am is de la L ég io n ), p o u r l i s lé g io n n aires e t am is de la
3° Un insigne, en fo rm e d ’écusson a y a n t 16 "Y1" de la rg e u r su r
20 ro/ m de h a u te u r e t c o m p o rta n t 'la fran cisq u e dessinée su r fond
blanc, p our les p erso n n es qui en fo n t a c h a t d a n s le com m erce en
vue de tém oigner de le u r fidélité au M aréch al ».
■CONTANCIN.
4 septem bre 1941. — N o t e de service a u x d irecteurs des services
exté rieu rs, re la tiv e à la c o n stitu tio n des dossiers de8 a gents a u x i­
liaire-i. (C abin et du D ire cte u r.)
D a n s m a n o t e d u 14 a o û t 1941 j ' a i é t é a m e n é h p r é c i s e r q u ’a u c u u e
é tra n g è re
à
l ’A d m i n i s t r a t i o n
ne
d e v a it
ê tre
a u to ris é e
à
p é n é t r e r d a n s l e s é t a b l i s s e m e n t s p é n i t e n t i a i r e s e n l ’a b s e n c e d e r e n ­
s e i g n e m e n t s s u f f i s a n t s . 11 i m p o r t e d e t e n i r c o m p t e d e c e t t e p r e s c r i p t i o n ,
en p a r t i c u l i e r e n c e q u i c o n c e r n e l e
re c ru te m e n t
des
a g e n ts
a u x i­
lia ire s .
A c e t e ffe t, le s d o s s ie r s q u e t o u s s e r e z a p p e lé s à c o n s ti tu e r s u r le
c o m p te d e c h a c u n d e c e s a g e n ts d o v r a to u j o u r s c o m p r e n d r e le s p iè c e s
s u iv a n te s :
75
1 ° L ’é t a t civ il com plet du c a n d id a t;
2° U n b u lletin n° 2 du casior ju d ic ia ire le co n cern an t ;
3° L es d é c la ra tio n s so u scrites p a r lui en ap p licatio n d es lois des
13 a o û t 1 9 4 0 (S ociétés s e c r è te s ) • e t 2 ju in 1 0 4 1 ( R ace ju iv e ) dont
les m odèles vous ont é té a d ressés précédem m ent ;
4 ° U n c e rtificat é ta b lis s a n t que le c a n d id a t possède la n a tio n a lité
fra n ç a ise h titr e o rig in a ire (L oi du Ï7 ju ille t 1 9 4 0 ) ;
G* Le c e rtificat m édical d ’a p titu d e physique à l ’em ploi de su rv eil­
la n t;
6 ° L es re n seig n em en ts fo u rn is s u r le com pte du c a n d id a t p a r l ’au­
to rité p réfecto rale.
Ces élém ents, réu n is d an s le souci d 'o b éir à l’im périeuse p res­
c rip tio n que je ra p p e la is en com m ençant, vous p e rm e ttro n t d’effec­
tu e r. en co nnaissance de cause, u n c h o is ju d icieu x e n tre les candi­
d atu re s.
E n co re devrez-vous, p a rm i les p o stu la n ts dont vous au rez retenu
la dem ande, donner la p rio rité à cen s q u i rem p lissen t strictem en t
les conditions exigées d es ag en ts titu la ire s.
J e tien s à p ré c ise r que vous ne devrez p a s m e tr a n s m e ttr e a u to ­
m atiq u em en t tous les d o ssiers ain si constitués, m ais il vous apparlie n d ra seulem ent de m e s a is ir de p ro p o sitio n s p récises e t m otivées
d an s 3e,s c a s où d 'im p érieu ses nécessités de service vous obligeraient
à re c o u rir à ce m ode de recru tem en t qui doit d em eurer exceptinnneL
Vous ne p o u rrez, enfin, in s ta lle r u n ca n d id a t que lo rsq u 'il a u ra
f a i t l’ob jet d ’une nom ination régulière, s a u f eu ca s d ’urgence toute
p a rtic u liè re e t a p rè s m’eo a v o ir référé.
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
4 sep tem b re 1941. — N o t e de serviee a u x d irecteu rs des service*
extérieuru, re la tiv e a u x tra n sfè re m e n ts. (2° B u reau .)
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
p e rso n n e
— 4 SEPTEM BRE
L es accidents se m u ltip lie n t d an s c e rta in s cen tres autom obiles,
c a u sa n t des dépenses considérables a u d é trim e n t du T réso r.
L a fa u te incom be, bien souvent, au x surveillants-eliauffeurs, so it
que ceux-ci n ’e n tre tie n n e n t p a s a v ec assez de sbins les véhicules,
so it q u ’ils n égligent d 'en v érifier l ’é ta t a v a n t le u r d é p a rt en tournée*
so it q u 'ils d ép assen t les v itesses p rescrites.
J e ne p u is to lé re r de p a re ils m anquem ents a u devoir profession­
nel.
. A ussi bien, to u tes le s fois q u 'il s e ra é ta b li q u ’un accid en t g ra v e a
é té cau sé p a r la fa u te p ersonnelle d ’u n su rv eillan t-ch au ffeu r, celui-ci
se ra l ’o b jet d ’une san ctio n d’u n e sé v érité ex em p laire que vous ne
m anquerez p a s de m e proposer.
• E n rev a n ch e, il vous a p p a rtie n t de te n ir le p lu s g ra n d compte,
d an s vos propositions, de la fa;çon dont les ag en ts des tra n sfè re m e n ts
•assu ren t le u r serv ice e t s ’efforcent, en p o rta n t ù. l'e n tre tie n des voi­
tu re s d es soins co n stan ts, d’e n é v ite r l ’u su re p ré m a tu ré e e t de pré­
v en ir les a v aries.
1941. —
CODE P É N IT E N T IA IR E
76
J e vous rappelle, a u su rp lu s, le s te rm e s de m a c irc u la ire ^ d u 12
m a rs 1941 co n cern a n t l’e n tre tie n des v o itu res, q u i m e p a r a î t ê tr e
perd u e de vue d a n s c e rta in s c e n tre s autom obiles.
V ous voudrez bien m ’accu se r ré c e p tio n de la p résen te c irc u la ire
sous le p ré s e n t tim b re.
L e D ire cte u r de V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN.
•— « o » —
16 se p tem b re 1041. — N o t e de service a u x d irecteurs des services
e x té rieu rs, re la tiv e à la lim ite d'âge p our les m éd ecin s chargés .
du service m édica l dans les é ta b lissem en ts p én iten tia ires. (B u re a u
du P ersonnel.)
.Te vous ad resse ci-dessous le te s te d ’un d é c re t en d a te du 1er sep­
te m b re 1941 fix an t a Go a n s la lim ite d’ftge p o u r le s m édeciüs c h a rg é s
du serv ice m édical d a n s le s étab lissem e n ts p é n ite n tia ires.
J e vous p rie de m e fa ire connaître, le s p ra tic ie n s, actu ellem en t
en fonction d a n s u n éta b lisse m en t d ép en d an t de v o tre a u to rité , q u i
se trouve3'uient visés p a r ce te ste .
S i l ’in té rê t du serv ice ex ig e a it le m a in tien de l ’on d'eux, v ous
m ’indiqueriez, conform ém ent a u x p re sc rip tio n s (le l'a lin é a 2 de l’a r ­
tic le I , to u tes les ra iso n s q u i vous p a r a îtr a ie n t de n a tu r e à m o tiv er
u n e telle dérogation.
L e D irec te u r de V A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S e rvices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN.
— «o»—
N ous, M a e ê c h a l
de
2 2 SEPTEM BRE
77
1S sep tem b re 1941. — N ote de service a u x d irecteu rs des services
e xté rieu rs, re la tiv e ati service des tra n sfèrem en ts. (2e B u re a u .)
M. l ’A m ira l d e l a F lo tte , M in istre, V ice-P résid en t d u Conseil e t
M . le S e c ré ta ire d 'E ta t à l a P ro d u ctio n in d u strie lle v ien n en t d 'a p p e le r
m on a tte n tio n s u r la g ra v ité do ia s itu a tio n p ré se n te en m a tiè re de
c a rb u ra n ts.
Les sto ck s de p ro d u its p é tro liers, su r lesquels ont é té p rélevés
ju sq u 'ic i les co n tin g en ts m ensuels, sont à peu p rè s en tièrem en t consom ­
m és, les p ersp ectiv es d ’im p o rta tio n sont des p lu s ré d u ite s e t des p lu s
•incertaines. L e s c a rb u ra n ts de rem placem ent ne p o u rro n t que trè s
p a rtie lle m e n t s a tis f a ire a u x besoins essentiels.
• II im p o rte, p o u r sa u v e g a rd e r les a c tiv ité s v ita le s, telles q u e les
tr a v a u x des ch am p s e t les tr a n s p o rts de rav ita ille m e n t, de g é re r les
sto ck s de c a rb u r a n t avee la p lu s s tric te économie.
P a r m es c irc u la ire s des 21 novem bre 1940 e t G ja n v ie r 1941, je
vous a i in v ités à n ’a u to ris e r l ’u tilisa tio n de l'essence que p o u r les
tra n s fè re m e n ts de d éten u s e t le cam ionnage des établissem ents, e t à
co n trô ler sév èrem ent to u tes le s courses effectuées p a r le s v o itu res
de v o tre centre.
Ces p re sc rip tio n s d oivent ê tr e exécutées de la fa ç o n la p lu s rigou­
reuse e t je vous p rie de te n ir la m ajn à le u r s tric te 'observation. Vous
voudrez bien in fo rm e r le p ersonnel p la c é sons v o tre a u to rité que je
n’h é s ite ra i p a s à rép rim e r, avec la d ern ière sévérité, to u s le s m anque­
m ents q u i m e se ro n t signalés.
V ous voudrez b ien m ’ac c u se r réception de la p ré s e n te 'c irc u la ire
sous le tim b re ci-dessus.
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des> S e rvices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN.
*
F r a n c e , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
S u r le ra p p o rt du G ard e d e s ’ S ceaux, ïl in i s t r e S e c ré ta ire d’E t a t i
l a Ju stice,
D ÉC R ÉT O N S :
A b t i c x e p r e m i e r . — L a lim ite d ’ûge p o u r les m édecins c h a rg é s
d’a s s u re r le serv ice m éd ical d a n s le s étab lisse m e n ts p é n ite n tia ire s
e st fixée à 65 ans.
T outefois, lorsque l ’in té rê t d u serv ic e l ’exige, des d éro g atio n s in ­
dividuelles an x disp o sitio n s de l ’a lin é a p récéd en t peu v en t ê tr e p ro ­
noncées p a r a r r ê té du M in istre, S e c ré ta ire d’E ta t à la J u s tic e , s u r
la proposition m otivée du D ire c te u r de l’étab lissem en t ou d e la c ir­
conscription p é n ite n tia ire e t a p rè s a v is du P ré fe t du d ép a rtem e n t.
, A r t . 2. — Le G a rd e des Sceaux, M in istre' S e c ré ta ire d ’E ta t à l a
Ju stic e , e s t ch a rg é de l’exécution du p ré s e n t d é c re t q u i se ra p u b lié
a u Jo u rn a l officiel.
F a i t à V ichy, le 1er sep tem b re 1941.
P h . P É T A IN .
P a r le M a ré ch a l de F ra n c e , C h ef de l ’E t a t fra n ç a is.
L e G arde des S cea u x, M in istre S e créta ire d 'E ta t à la J u stic e .
Jo se p h B a rth é lé m y .
— «o»—
!
22 septembre 1941. — N ote de service a u x d irecteu rs des services
e x té rie u rs, re la tiv e a u règ lem en t éta b li par les a u to rité s allem andes
e t d e stin é (/• ê tre appliqué a u x déten u s re le v a n t de le u rs ju rid ictio n s.
(3e B u re a u .)
J e vous a d resse, ci-joint, le règlem ent é ta b li p a r le s a u to rité s
a llem an d es e t destin é à ê tr e appliqué a u x d éten u s re le v a n t de leu rs
ju rid ictio n s.
J'a p p e lle to u t spécialem ent v o tre atte n tio n s u r la d istin ctio n e n tre
les p ein es de réclusion (Z u c h th a u s), d ’em prisonnem ent (G efangnis)
e t de déten tio n (H a ft).
D e sensibles différences e x is ta n t e n tre le s régîm es de ces tro is
p eines, vous voudrez bien isoler, dans to u te !n m esure d u passible,
le s condam nés a p p a rte n a n t à chacu n e des caté g o ries indiquées.
D ’a u tre p a r t, vons ne m anquerez p a s de p o rte r ce règ lem en t à
la conn aissan ce d es in téressés en le u r s ig n a la n t q u ’il a é té élab o ré
p a r les a u to rité s su p é rie u re s d’occupation.
J e vous p rie de m ’accu ser réception d u p résen t envoi sous le
tim b re ci-dessus.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n pénitentiaire,
e t des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
1941. —
78
22 SEPTEMBRE
79
CODE PÉNITENTIA.IB'Ç
CON CERN E
E x écu tio n des con d am n atio n s prononcées p a r les T rib u n a u x m ilita ire s
allem an d s co n tre le s h a b ita n ts d u pays.
— «Cl»—
AU MINISTÈRE DE Là JUSTICE.
P aris, le .
s /c de l a D élég atio n g én érale du G ouvernem ent fra n ç a is
d an s le s te r rito ir e s occupés,
s /c de V. 0 . Y. F . M a jo r B oem elburg.
— «02>—
ï . — L es con d am n atio n s prononcées p a r des trib u n a u x m ilita ire s
allem an d s d oiven t ê tre exécutées, e n g én éral, d 'a p rè s le règlem ent.,
allem and, m êm e d a n s le s é ta b lissem e n ts p é n ite n tia ire s fra n ç a is.
I l y a lieu d 'é ta b lir une co nform ité com plète en ce q u i con cern e:
1° L ’in terd ictio n de fu m e r à l'in té rie u r de l’é ta b lissem en t;
2* L ’in te rd ictio n de recev o ir des ém issions radioplioni<£ues;
3° L es p ro m en ad es à l ’in té rie u r;
4° L es v isites et la co rresp o n d an ce;
r>" L a d istin ctio n des d ifféren ts g en res de d éten tio n (réclusion,
em prisonnem ent, déten tio n sim ple) ;
Cfl Les peines d iscip lin aires.
Le règlem ent allem an d co rre sp o n d an t est re p ro d u it p a r e x tr a its
à l'an n ex e I. L e règ lem en t allem an d re la tif à l'ex écu tio n des peines
ne co ntient p a s de dispositions au su je t des récep tio n s radiophoniques.
E u o u tre, les le ttr e s des p riso n n ie rs adressées à des a u to rité s a d ­
m in istra tiv e s ou ju d ic ia ire s fra n ç a is e s doivent ê tre p résen tées a u x
services a tte n a n ts c h arg é s du contrôle, lesq u els a p rè s v érific atio n l e s ­
te ro n t p a rv e n ir à le u rs d e stin a ta ire s , a u cas on le u r contenu n 'a u ra it
p a s donné lieu à observation.
L a p ossibilité p o u r le s p riso n n ie rs d 'a c h e te r d es v iv res en c an tin e
on l'envoi de colis de v iv res est — p a r d éro g atio n à la rég lem en tatio n
allem ande qui iu te rd it en p rin c ip e p a re ille chose — ad m ise confor­
m ém ent au x dispositions fra n ç a ise s , to u tefo is avec le s re stric tio n s
su iv an tes •.
a) L ’a c h a t de viv res de c a n tin e e st a u to risé :
aa) P o u r les condam nés â la réclusion ju sq u 'à co ncurrence d’un
m o n tan t de 30 fra n c s p a r se m ain e ;
bb) P o u r les condam nés à l’em prisonnem ent ju sq u ’à, co ncurrence
d 'un m o n tan t de 50 fra n c s p a r se m a in e ;
'
ce) P o u r les condam nés à l a déten tio n ju sq u ’à co n cu rren ce de
70 fra n c s p a r sem ain e ;
b) Il e st perm ia d ’a p p o rte r ou d ’envoyer a u x p riso n n ie rs des
vivres ( j\ l ’exception de ta b a c ) deux fo is p a r m o is;
aa) P o u r les condam nés î‘i Ja réclusion ju sq u ’à, co n cu rren ce de
2 lvg ;
bb) P o u r les condam nés à l ’em priso n n em en t jn sq u ’à concurrence
de 3 lîg ;
cc) P o u r les condam nés à la d éten tio n ju s q u 'à concurrence de
, 4 kg.
P o u r le re s te le s déten us reçoivent la n o u rr itu r e de réta b lisse m e n t,
ex ceptio n f a ite des condam nés à la d éten tio n qui ont pu ê tre auto­
risé s à se n o u rrir à le u rs fra is .
E n vue de l'exécution d es d irectives ci-dessus exposées, il a p p a ra ît
n é cessaire de sé p a re r d an s les d ifféren ts étab lissem en ts d an s l a me­
s u re du possible le s tr o is catég o ries de p riso n n ie rs ( réclusionnaires,
condam nés à la p riso n , condam nés à la d étention).
.IL — L ’exécution des p eines p riv a tiv e s de liberté, prononcées p a r
les trib u n a u x m ilita ire s allem ands, d an s les étab lissem en ts pén iten ­
tia ir e s fr a n ç a is est su rv eillée p a r le s services allem ands. L 'annexe 2
p ré iis e qu els sont Ses serv ices allem an d s auxquels a 'é té confiée la su r­
v eillance des sections « a lle m a n d e s ? dans les p riso n s fra n ç a ise s.
i l est du devoir de ces serv ices allem ands, en. effectuant des vi­
site,1: e t inspections m inutieuses d an s les étab lissem en ts soum is à le u r
su rv eillan ce, de se re n d re ex actem en t com pte de l’exécution des peines
prononcées p a r les trib u n a u x m ilita ire s allem an d s co n tre les h a b ita n ts
du p ay s e t de veiller à l’observation des d irectiv es ci-dessus énoncées.
Ils d oivent p re n d re co n tact avec les d ire c te u rs des étab lissem en ts
fr a n ç a is et, le cas éch éan t, f a ir e p re n d re le s dispositions n écessaires
p o u r fa ire cesser les d é fa u ts e t abus q u ’ils auraient, p u c o n sta te r à
l ’oooasion de le u rs visites.
n i . — J e vous p rie, en conséquence, de d o n n er les in stru c tio n s né­
c e ssaires a u x d ire c te u rs des étab lissem en ts p é n ite n tia ire s d an s les­
qu els so n t exécutées des p eines p riv a tiv e s de lib e rté prononcées p a r
des trib u n a u x m ilita ire s allem ands.
— «O S-
E X T R A IT
d u règ lem en t de service co n cern an t l’exécution des peines..
— «o»—
ANNEXE I
— «02>—
D E U X IÈ M E P A R T IE
— «o»—
•
■ •
E xécution des p eines p riv a tiv e s de liberté.
T ra ite m e n t e t conduite des p riso n n iers.
— «o»—■
TITRE! I
P R E S C R IP T IO N S
COMMUNES
87
L ’u sag e du ta b a c ne p e u t ê tr e p erm is qu’au x p riso n n ie rs ad u ltes
tr a v a illa n t ù l ’intérieur- p o u r le s récom penser de le u r rendem ent et
e n d eh o rs des heu res d s tra v a il.
i
106
rro m e n a ü e en p lein a ir (a u p ré a u ), ex ercices d 'éd u c a tio n p h y ­
sique.
L es p riso n n ie rs ne tr a v a illa n t p a s e n plein a ir, so n t a s tre in ts à
u n e p ro m enade jo u rn a liè re au p ré a u de la p riso n ; p o u r les a u tr e s ia
prom enade a u ra lie u au m oins to u s les dim anches. U ne p a rtie du
tem p s p rév u p o u r la p ro m en ad e s e ra em ployée ù des ex ercices p h y ­
siques.
L a d u rée de l a p ro m en ad e d o it ê tr e au m oins d’u n e dem i-heure
p a r jo u r ; c e tte d u rée de p rin cip e p e u t ê tre aug m en tée p o u r récom ­
p e n se r le p riso n n ie r de son bon ren d em en t a u tra v a il. Le tem ps néces­
s a ire p o u r la so rtie e t la re n tré e des p riso n n ie rs ne s’im p u te p a s su r
la durée de la pv'oioenade.
P o u r m ita n t q u 'ils ne se liv re n t p a s à des ex ercices p hysiques, la
prom enade des p riso n n ie rs est o rg an isée p a r u n e file individuelle
avec des in te rv a lle s a d é q u a ts et à u n p a s accéléré. Le D ire c te u r de
l'é ta b lisse m e n t p e u t a u to ris e r la p ro m en ad e sous une fo rm e m oins
sévère, p o u r a u ta n t que ceci est conciliable av ec la sécu rité , la d is­
cipline e t l'o rd re.
COM M U N ICA TIO N S A VEC L E D E H O R S
— « 0»—
I . — V isites.
81
1 9 4 1 . — 2 2 SEPTEMBRE
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
80
E n p rin cip e il ne p e u t y a v o ir à la fois p lu s de tro is v isite u rs. U ne
v is ite ' a u p rè s de p lu sieu rs p riso n n ie rs en m êm e tem p s e s t in ad m is­
sible.
124
D U R É E DES V ISIT E S
E n g én érai ia d u rée d’u n e visite e st d 'au m oins 15 m inutes.
12C
SU R V EILLA N C E
—
CO ND U ITE
A L ’OCCASION D’U N E
V ISIT E
L ’e n tre tie n du v isite u r avec le p riso n n ie r e st su rv eillé p a r u n
em ployé de la prison. II ne p e u t a v o ir lieu que d an s une lan g u e que
co n n aît le su rv eillan t.
Si le s in té rê ts de l'exécution de peine ou l’o rd re public so n t me- ,
nacés, la v isite e s t interrom pue.
129
U S T E DES V ISIT E S
C haque v isite e st in sc rite s u r une liste e t m entionnée a u dossier
p ersonnel du prisonnier.
Ces m entions co n cern en t la d a te et l a durée de la visite, le nom
du p riso u u ie r et celui du v isiteu r.
2. — C orrespondance.
130
DÉLAIS
121
L e p riso n n ie r p e u t é c rire à c e rta in s in terv alles.
D ISP O SIT IO N S
GÉNÉRALES
Le p riso n n ie r p e u t à des in te rv a lle s d éterm in és re c e ro ir des v isites.
L 'a u to risa tio n du D ire c te u r de 1'établisseiuent est n é cessaire à cet
effet. Celui-ci peut, môm e sa n s o b serv er les in te rv a lle s prévus, a u to ­
ris e r des v isites p o u r e n tre te n ir le p riso n n ie r d 'a ffa ire s ju rid iq u es
ou com m erciales ie co n c e rn an t ou q u i a u ra ie n t p o u r ob jet l’a v e n ir dn
p riso n n ier a in si que toutes a n tre s v isites p o u r lesqu elles il e x iste un
m o tif u rg en t.
122
CERCLE DES V IS IT E U R S
L e D ire c te u r de l'é ta b lisse m e n t décide quelles so n t le s personnes
adm ises à v is ite r le p riso n n ie r. L 'a u to risa tio n ne p e u t ê tre refu sée
au x m em bres de sa fa m ille que s'il y a lieu de c ra in d re que l a v isite
tro u b le ra it l’o rd re ou la sé c u rté ou p o u rra it av o ir une influence D é­
fa s te s u r le p riso n n ier.
L ’a u to risa tio n ne d o it ê tre accordée à d 'a u tr e s p ersonnes q u ’au x
m em bres de la fa m ille que s ’il ex iste u n m o tif lég itim e on s’il y a
lieu de supposer que la v isite a u ra une influence h eu reu se s u r le p r i­
sonnier ou fa v o rise ra son avenir.
Les e n fa n ts des p riso n n iers q u i n ’o n t p as encore a tte in t l ’âge de
16 a n s ne peuven t ê tr e ad m is à v is ite r le u rs p a re n ts, si l’on croit
devoir a u to rise r le u r visite, qu’accomp.agnés de p ersonnes a d u ltes.
L es m ineurs de 16 a n s ne so n t p a s ad m is â v is ite r les détenus, s a u f
d an s le cas el-dessus.
131
LE TTR E S
SPÉCIALES
E n deliors des d é la is prévus, le D ire c te u r de l’étab lissem en t p e r­
m et d 'é c rire des le ttre s destinées à des trib u n a u x allem ands.
Ceci e st égalem ent le cas, eu ce qui concerne la correspondance
destinée a u x a u tre s a u to rités, a u x av o cats e t a u x n o ta ire s d an s les
a ffa ire s ju rid iq u e s in té re ss a n t ie prisonnier.
Le D ire c te u r de l'étab lissem en t doit, en dehors des^ délais fixés,
a u to ris e r le p riso n n ie r à é c rire à d ’a u tre s offices, si ces le ttr e s ont
tr a i t à des nlfaii-es perso n n elles du p riso n n ie r d ’une ce rta in e im p o r­
tan ce, on à des a ffaires ju rid iq u e s ou com m erciales du .p riso n n ier
ou co n cern an t des questions im p o rtan tes re la tiv e s à son avenir.
A u ssitô t a p rè s son en trée d an s l ’étab lissem en t, le p riso n n ie r p eut
an n o n cer son sé jo u r au x m em bres de sa fam ille. P o u r des ra iso n s sé­
rieu ses, il p e u t égalem ent e n d o n n er connaissance à d ’a n tre s p e r­
sonnes.
133
N ÉC ESSA IR E DE CORRESPONDANCE
L e .n é c e ssa ire e st fo u rn i p a r l'établissem ent.
P lu s q u 'u ne fe u ille de p a p ie r à le ttre s à. 4 pages — fo rm a t M i­
n is tre p o u r les le ttre s adressées, a u x a u to rité s — n ’est m is à. la dis­
p o sitio n du p riso n n ie r q u e p o u r des ra iso n s exceptionnelles. E n p rin ­
cipe, p o u r é c rire, le p riso n n ie r n e re c e v ra d u p a p ie r que p our une
le ttre .
82
CODE PÉNITENT1.A TUE
1 9 4 1 . — 23 sE P 'JT w nR n
Le p riso n n ie r ne p o u rra se s e rv ir que d ’une p lum e e t de l'encre.
Le p riso n n ie r d e v ra re m e ttre s a le ttr e d a n s une enveloppe non
ferm ée.
83
I I . — P R IS O N
P R IN C IP E S
134
RÉCFJ-’T tO N
154
DU C O U R R IE R
Dans? les mêm es la p s de te m p s d an s lesquels le p riso n n ie r est a u to ­
risé à écrire, il p e u t égalem ent recev o ir des le ttre s.
E u dehors de ces délais, 3e p riso n n ie r peut, en o u tre, recevoir do
la correspondance, du g en re de celle désignée au N° 181 p a r. 1 e t 2.
11 en est cle m êm e des le ttr e s p ro v en an t des m em bres de la fa m ille ;
au ca s to u tefo is où ces le ttr e s a rr iv e ra ie n t il des in te rv a lle s tro p ra p ­
prochés de so rte que le bon o rd re de l'étab lissem en t m e n a c e ra it d 'ê tre
com prom is, elles p o u rro n l, si un a v ertissem en t e st re sté sa n s succès,
ô ire reio u ro ées à l ’ex p éd iteu r, à m o in s que le contenu ne so it do
g ran d e p o rtée p o u r le p risonnier.
D ISP O SIT IO N S
i l . — D É T E N T IO N
162
135
SURV EILLA NCE
DE
GÉNÉRALES
P o u r le s condam nés à l’em prisonnem ent, la durée du tr a v a il est
gén éralem en t d 'a u m oins 9 h eu res p a r jo u r.
L e d élai de visite (N “ 121, p a r. T) est de deux mois, le délai prévu
p o u r la co rrespondance (N u 130. p a r. I) de q u a tre sem aines. L e d irec­
te u r île l'étab lissem en t p eu t au to rise r le prisonnier, qui est digne de
cette fa v e u r, à recev o ir des v isites vêtu de ses effets personnels ; il
p eu t d isp en ser 3e p riso n n ie r de la su rv eillan ce p en d an t la visite.
LA CORRESPONDANCE
L e D ire c te u r de l'éta b lissem en t su rv eille la co rresp o n d an ce dn
prisonnier.
136
CONSERVATION DE LA COKUESPONDANOE
Le p riso n n ie r d o it co n serv er les le ttre s qui lui ont été rem ises
ain si que tons le s a u tre s é c rits d an s une enveloppe déposée à l'e m p la ­
cem ent p rév u à cet effet d a n s la cellule. Ces é c rits lu i se ro n t re tiré s
p o u r a u ta n t q u 'u n ab u s e st ;t c ra in d re ou p a r 3e contrôle d ’usage.
141
FlCI-nK K, J 'o U K CA CoURESPONDANOK
C haque écrit du p riso n n ie r q u i e st expédié douue li e u 'à m ention
d an s un fich ier avec in d icatio n du jo u r de l'ex p éd itio n , du nom du
priso n n ier e t du d e stin a ta ire .
L a d u rée du tr a v a il est en p rin cip e d 'a u -m o in s S h eu res p a r jour.
I,o p riso n n ie r ne s e r a em ployé à des tr a v a u x en dehors de l'é ta b lis­
se m e n t qu’avec son consentem ent.
P o u r a u ta n t que cela p e u t ê tr e concilié avec la sécurité, la d is­
cipline e t l'o rd re, le condam né à la d éten tio n p eu t ê tre au to risé à
so p ro c u re r de la lectu re, à se n o u rr ir à ses fr a is , à p o rte r ses vête­
m ents p erso n nels e t son linge de corps e t à u tilise r ses p ro p res d ra p s
e t c o u v ertu res de lit.
L e condam né à la d éten tio n qui f a i t usage de l’a u to risa tio n qui
lui a été accordée de se n o u rr ir à ses fra is, ne x>eut recevoir la n o u rri­
tu r e que du re s ta u ra te u r désigné p a r le d ire c te u r de l’établissem ent,
L 'av g en t n é cessaire d e v ra ê tre versé p a r avance à la caisse du trib u ­
n a l com pétent. Uo p riso n n ier qui f a it v e n ir ses vivres dn dehors devra
ê tre sép aré des a u tre s p riso n n ie rs p e n d a n t les heu res des repas.
Un délai de v isite (N n 121, p a r. T) est d ’un mois, le délai p o u r la
co rresp o n d ance (N “ 130, p a r. I) e st d ’une sem aine.
— «03*—
-----TIT31E I I
CHÀ P1TKK I I I
M A IN T IE N DE LA S É C U R IT É , DE LA D IS C IP L IN E E T DE L ’ORDRE
— «05^—
181
R É C L U SIO N — P R IS O N — D É T E N T IO N S IM P L E
—.« 02—
R éclusion.
152
D ISP O SIT IO N S
P O L IC E
IN T É R IE U R E
DE
L ’ÉTABLISSEM ENT
L a D irection de l'étab lissem en t a le d ro it de p u n ir le p riso n n ie r
qui c o n trev ien t sciem m ent à la d iscip lin e; d an s des cas m oins g rav es,
le d ire c te u r p e u t se b o rn er à donner u n a v e rtiss e m e n t
182
GÉNÉRALES
P o u r le s réclustonnaires, la d u rée du tr a v a il e st p lu s longue e t
la rém u n ératio n du tra v a il m oindre qn’en règle g é n é ra le ; la d u rée
du tr a v a il est, en prin cip e, d’a u m oins 10 h eu res p a r jo u r.
L e d ro it de v isite et de co rresp o n d an ce est p lu s lim ité q u ’en gé­
n é r a l; le délai de v isite (N° 12], p a r. I) est de tr o is mois, 3e d ciai
p révu p o u r la correspondauce (N° 130, p a r. I) de six sem aines.
P U N IT IO N S
L im ita tio n . ou r e t r a i t des a u to risa tio n s dont l'o ctro i e st la issé à
l’ap p réciatio n du d ire c te u r de l’étab lissem en t ;
L im ita tio n ou p riv a tio n de lectu re ;
L im itatio n des com m unications avec le dehors, à l'exception des
cas u rg en ts, e t es, à concurrence de tro is m ois ;
R e tra it de l ’a rg e n t q u ’il d étien t p our l ’a c h a t de v iv res ou re tra it
do l ’é c la ira g e de la cellule ju s q u 'à concurrence de 4 sem ain es;
84
E xclusion des p ro m en ad es à u p ré a u , li t d u r, r e t r a i t de la p a il­
lasse ;
D im inution de l a n o u rritu re , ju sq u ’à c o n cu rren ce de d eu x se­
m ain es ;
A rrê t sim ple e t a r r ê t de rig u e u r.
P lu sie u rs p u n itio n s p eu v en t ê tr e réu n ies en une seule, l ’a r r ê t sim ­
ple e t l'a r r ê t de rig u e u r ne p e u v e n t ê tr e cum ulés n i ê tr e appliqués
avec une a u tr e punition.
183
A R R ÊT
L ’a r r ê t sim ple p eu t ê tre infligé p o u r u n e d o rée d ’un jo u r à q u a tre
sem aines, l'a r r ê t cle rig u e u r p o u r u n e d u ré e d ’u n e ü. d e u x sem aines.
A u cas où la d u rée de la p u n itio n d ’a r r ê t d é p a s s e ra it celle de la
peine p riv a tiv e de lib e rté q u i re ste h su b ir, il p e u t ê tre ordonné que
l ’exécution de la p ein e ne re p re n d ra qu'a, l ’e x p ira tio n de la p u n itio n
d 'a rrê t.
85
1 9 4 1 . — 2 2 SEPTEM BRE
GODE P É N IT E N T IA IR E
de le c tu re e t ne p o u rr a co rresp o n d re avec l’e x té r ie u r que d an s les ca s
u rg en ts.
L’a r r ê t de rig u eu r s'e x é c u te comm e l 'a r r ê t sim ple, to u tefo is les
m esu res m e n tio n n é e s 'a u p re m ie r alinéa, p h ra s e 2 , sero r.t m ain ten u es
p e n d a n t to u te la d u ré e de la p u n ition. D an s d es c a s exceptionnelle­
m e n t g rav es, le D ire c te u r de l'é ta b lisse m e n t p e u t p re s c rire que, pend a n t^ to u t ou p a r tie de la d u rée de l ’a r r ê t de rig u eu r, m a is pen­
d a n t d eu x joints consécutifs seulem ent, l a cellule d u p riso n n ie r ne
s e ra écla irée que p a rtiellem en t.
L es p re sc rip tio n s contenues d an s le N° 188, al. 2 e t 4, se ro n t ap­
p liquées p a r an alo g ie avec l’exécution de l a p unition des a rrê ts.
A v an t de lu i fa ire su b ir s a punition, ).e p riso n n ie r e t ses a ffaires
d ev ro n t ê tr e m inutieusem ent fouillés.
190
P R IS E EN CO NSID ÉRA TIO N DE l . ’ÉTAT I)J3 SANTÉ, LO R S DU L ’EX ÉC U TIO N
188
EX É C U T IO N
ÜES
M IN E S
DEf. P U N IT IO N S IN F L IG É E S A T IT R E D IS C IP L IN A IR E
D IS C IP L IN A IR E S
E n cas de suspension prolongée de to u te co rresp o n d an ce avec l ’ex­
té rie u r, le d ire c te u r de ré ta b lisse m e n t p eut, à la dem ande du p riso n ­
nier, en in fo rm er u n ou p lu sie u rs m em bres de s a fa m ille .
P e n d an t la durée de l'occlusion de la fe n ê tre de la cellule, celîe-ci
s e ra néanm oins é c la irée artificiellem en t a u ssi lo n g tem p s que le p r i­
so n n ier a besoin de lu m ière p o u r tr a v a ille r, p o u r se la v e r e t re m e ttre
s a cellule en o fd re . ■
Au ca s où le p riso n n ie r e s t exclu de la p ro m en ad e a u p ré a u , ii ne
s e ra p a s ten u a n tr a v a il p e n d a n t le la p s de te m p s p rév u n o rm a le ­
m ent p our l a prom en ad e. S’il e s t sonm is a n régim e de la déten tio n
e n com m un, il s e ra m is p e n d a n t ce tem p s en cellule.
Le lit d u r co n siste ra d a n s un lit de -camp en bois avec le chevet
su ré le v é ; le p riso n n ie r re c e v ra su iv a n t la te m p é ra tu re une ou p lu ­
s ie u rs couvertures.
T^a re stric tio n de n o u rritu re c o n siste ra en ce que, u n jo u r s u r deux,
le re p a s du m atin , de m idi ou d u so ir s e ra su p p rim é ou que la n o u r­
ritu re se ra K mitée à du p a in e t de l ’eau. L a m a n iè re d o n t c e tte res­
tric tio n s e ra exécu tée e st fixée au m o m en t m êm e où la p u n itio n est
infligée. P o u r le tem p s de c ette re s tric tio n , îe p riso n n ie r s e r a priv4
cies vivres d es can tin es e t a u tr e s douceurs qu’il a le d ro it de se pro->
c u re r norm alem ent. U u p riso n n ie r p uni de re s tric tio n de n o u rritu re
s e ra sép aré de ses codétenus p e n d a n t l a d u rée d es repas.
189
EX É C U T IO N
DS
L ’A B R É T
L 'a r r ê t sim ple c o n siste ra d a n s la sé p a ra tio n p e rm a n e n te du puni
des a u tre s d éten u s e t d an s son em p riso n n em en t d a n s u n e cellule. Sa
n o u rritu re c o n siste ra d a n s du p a in e t de l'e a u ,' il d e v ra co u ch er su ï
u n li t d u r e t se ra ex clu des p ro m e n a d e s; ces m esu res se ro n t levées
îe q u atrièm e, le h u itièm e e t p a r la su ite chaque tro isiè m e jo u r. E n
outre, to u te s les fa v e u rs e t a u to risa tio n s d ont le d ire c te u r d e l'é ta b lis ­
sem ent p eu t fa ire bénéficier îe p riso n n ie r se ro n t re tiré e s à ce d e r­
n ier, n o tam m en t l'é c la ira g e de la cellule e t le tra v a il; I l s e ra p riv é
L ’exécution d ’une sanction d iscip lin aire d e v ra ê tre suspendue a u s­
s itô t que, de l ’avis du m édecin de 1’étab îlssem cn t, l a s a n té du p riso n ­
n ie r s’en tro u v e ra it sérieu sem en t com prom ise.
L es p u n itio n s d iscip lin aires, co m p o rtan t exclusion de la prom e­
nade, lit d u r, dim inution de la n o u rritu re ou les a rr ê ts , ne peuvent
p a s ê tre exécutées successivem ent l'u n e a p rè s l’a u tr e ; généralem ent
il y a u ra u n in te rv a lle d’u n e sem aine.
E n ca s de re s tric tio n de n o u rritu re et p e n d a n t la d u rée des a rrê ts ,
le p riso n n ie r s e ra visité cbaq u e tro isièm e jo u r p a r îe m édecin de l ’é ta ­
b lissem ent. Le m édecin l’e x a m in e ra égalem ent à l a fin d ’u u e punition,
d ’a r r ê ts sim ples ' lorsque la d u rée en a u r a é té su p é rie u re d’une se­
m aine, a p rè s les a r r ê ts de rig u eu r e t a v a n t s a lib é ra tio n de l ’é ta ­
blissem ent.
I l y a dome lieu de p re n d re sim plem ent l ’a v is d u m édecin a v a n t de
re p re n d re l ’exécution d ’nne sanction d iscip lin aire qui a u ra é té sus­
p en d u e en raiso n de l'é t a t de sa n té du p riso n n ier.
193
■REGISTRE
D ESTIN É
A L ’iK S C R IP T IO N
UES
P E IN E S
D IS C IP L IN A IR E S
C haq u e p eine d iscip lin aire qui a u ra é té infligée e t son exécution
se ro n t m entionnées d a n s u n re g istre sp écial e t d an s le dossier p e r­
sonnel du p riso n n ier. Les dossiers é ta b lis à l ’occasion d es san ctio n s
d isc ip lin aire s se ro n t versés a u x dossiers personnels des p riso n n iers.
F uchs
H au p tm an n .
86
CODE
1941.
P É N IT E N T IA IR E
—
3 0 SKI'TK.MMIE
K7
B e z . C h e f B ordeaux.
ANNEXE II
L a su rv eillan ce d e l'ex écu tio n des p ein es prononcées p a r des T rib u ­
n au x m ilita ire s alle m a n d s à l’é g a rd des h a b ita n ts du p a y s e i subies
d an s l a p riso n fra n ç a ise d e :
Comm a n d a n t von Gr o s s - P a r is.
A nlaqe 2
D te
F r e s iii - 's .......................
A u fs ic lit
liber den Strafvotlzug
an den von deutscheri
W ehrm ach tgerich ten
verurteUîen L a n d sssln w o h rtern in dem franzO sls c h e n G efân gn ls in :
Mclftn...........
S a ij it - L ô ...............
L i s i e u x .................
C h î i r t r e * .............
C o m p i c g n e ........
'B U h s .......................
C o u t a n e e s ..........
S o n l i s ....................
C î e r m o n t ............
I . o u v i e v s .............
K o in ra a n d a n tde« W e h r m a c l i l ; < e f ü n P a r i s .
Wird übertragen dam :
30
B ez, C h e f A ,
C a e n ......................
R o u e n ..................
O r l é a n s ...............
A m i e n s ...............
S a in t - Q u e n t in .
L a n 1 1 ..........: .........
B o u r g e s ...............
B o rd ea u x
e s t c o n fié e à A n s t.Y o r g e n . d . S ta o . A r . A u s t. B o r d e a u x .
B a y o n n e ........................
—
B ayonne.
A n g o u lê m e
—
—
A n g o u W u ic .
L a J io e h e lle
F e l d k o i n r n a n d a n t F . K. ‘ 40
M .- d e - M a r s a n .
M o n t- d e - M a r s a n
K r e i s k o m m u n d a u t K . K>:r>7
Les Ssbî.-dOionuo
Le: Sablûs-il'Oioims..
—
K. I*. ô'-l7
L a R o c h e lle .
s e p t e m b r e 1 0 - ii. — N otic de servie? a u x d irecteurs des services
e x U ricu rs. re la tiv e à l’in v en ta ire <!ei> m enottes et entraves, (2* B u­
reau.)
e s t c o n f i é e à A nsst. V o r g t ’j? d .
S ta o . A r. A n ts, C a rn .
R ouen.
O r lé a n s .
A m ie n s .
S a in t - Q u e n t in .
L a m i.
B ou rges.
.M e lo n .
S v iin t- L ô .
L iste u x .
C h a rtre s ,
C o m p iè g n e .
K r e i s k o m m a n d a n t K . K . (541
V endôm e.
—
n:i-2
C o n ta n e e s » .
—
—
—
—
—
—
F o ld k o m m a n d a n t F . K.
(«16
ScnliH.
753
B e a u v a is.
E v rc n x .
6SB
B e z . C h e f B.
N a n t e s .................... e u t e o n l i ê e à A n s t . V o r g e s
—
T o u r s ...............................
R e n n e s — ....................
—
A n g e r s .............................
—
S a m t-B n e u e . . .
—
V t i o n e s .............................
—
Q n m z p e r ........................
—
Lava)
'........................
—
d . S ta o . A r. A n st.
_
_
_
_
—
_
_
N a n te s.
T cu ir s.
R en n es.
A n gers.
S iù n t - B r ie u c .
V an n es.
Q u im p e r .
L a v a l.
B ez, C h d f C,
A u x c r r c .................. eut c o n f i é e à A u a t. V o r g e s . d . S t a o . A r . A n s t . A u x e r r e .
C haum oct
—
—
C h a n m o n t.
T r o y c s ....................
—
—
T ro y c s.
B esançon
—
—
B esançon.
_
_
D o le .
l > ô l c ..........................
A r b o i s ....................
—
_
A rb o is .
B c lf o v - t....................
—
B c lfo rt.
N e v c r s ....................
—
—
N ev ers.
M o u l i n s .................
—
—
M o u lin s .
B a r-le -D u c
—
—
B a r-le -D u c .
V e r d u n ...................
—
_
V erd u n .
N a n c y ................. ..
—
_
N ancy.
ChâloDS-sur-MarH»..
—
—
Chàloas-snr-M ara#
R e i m s ......................
—
—
R e im s .
D i j o n ........................
—
—
D ijo n .
——
B enune.
B e a u n e ....................
A u t u n ......................
—
—
A u tu n .
Chaîan-sur-Saàii«. . . .
—
—
Ohalon-sur-Saôns.
V e s o u l ................... ..
K r e i s k o m m a n d a n t K .K . 061
V csouS.
,
E p i n s l ......................
—
K .K . 6«2
E p in a l.
C l a h ’v a u x
—
K .K . 684
B a r-su r-A u b e .
L ’exam en clés com ptes re n d u s que vous u i’rtvez .adressés, en a p p li­
catio n de iuu c irc u la ire clu 30 m ai • 1041, m ‘a p erm is de co n stater
que:
1*’ D es v oitures c ellu laires lie sont p a s pourvues du nom bre d'en­
tra v e s e t de m enottes fixé put* les règ lem en ts ;
2" U ne c m a iiie q u a n tité de ces a p p a re ils so n t h o rs d'usage.
S u r le p rem ier point, je vous rap p elle que to u tes les v o itu re s cellu­
la ire s, au m om ent où elles ont é té liv ré e s p a r le cen tre autom obile
de F resn e s, ont é té dotées du nom bre rég lem en taire de m enottes et
d ’e n tr a re s , s o it:
10 m en o ttes e t 10 e n tra v e s p a r v o itu re c ellu laire;
1 m e n o tte e t i e n tra v e p a r ceîlule p o u r les v o itu res de 12 Ci
16 places.
J e vous p rie do vouloir bien in v ite r les chefs d e cen tres autom o­
biles à re ch e rch er les a p p a re ils m a n q u a n ts e t à fo u rn ir to u tes ju s ­
tificatio n s u tiles. I l y a u ra lieu de D ie sig n aler le ca s des. voitures
d ont le s m en o ttes et e n tra v e s ont été laissées a u x cen tres d'origine,
p a rc e que ces véhicules ont été u tilisés p'otir le rep liem en t d u person­
nel e t des a rc h iv e s ; il en est ainsi des v o itu res qui ont servi au
dém éuagem ent des services de l'a d m in istra tio n cen trale.
IL est. b ien entendu que les v o ilu res « P a rq u e t » et les voitures
« P u p ille s » , qui assu re n t p a rfo is les tra n sfè re m e n ts dos condam nés
e t qui sont dém unies de m enottes e t d 'en trav es, continueront, ju s q u ’à
nouvel ord re, comme p a r le fiasse, â em ployer ceux de ces ap p a re ils
qui sont en service dans les établissem ents.
S u r le second point, il m e p a r a ît difficile d 'a d m e ttre que des m e­
n o tte s e t e n tra v e s soient devenues h o rs d ’usage. L ’u su re de ces a p p a ­
re ils ne p eu t p ro v en ir que de leu r m au v ais en tre tie n ( r a iilîe , p e rte
de vis, e tc
).
.
Comme il e st difficile de les rem p lacer d an s les circonstances
actu elles, j ’engage to u s lc-s chefs de centre h les fa ire ré p a r e r su r
p lace ou a u siège de l a circonscription, e t à les te n ir en p a r f a it é ta t
ù l’avenir.
A u re to u r de chaque tournée, les m enottes e t e n tra v e s devront
f a ire l'o b je t d'une m inutieuse vérification et ê tre soigneusem ent n e t­
88
CODE PÉ N ITE N TIA IR E
1 9 4 1 . — 1 0 OCTODRK
toyées. I l y v a cle la sé cu rité d es tra n sfè re m e n ts a u ssi bien que de
celle des ag e n ts convoyeurs.
Vous voudrez bien, je vous p rie, m ’accu se r récep tio n de la p ré se n te
c irc u la ire e t m e re n d re e'orupte de vos diligences.
L e D irecteu r de V Adm inistration: p é n iten tia ire
e t des S ervices de l'Education, surveillée,
CONTANCIN.
R e tr a it de l'a r g e n t q u ’il d é tie n t p o u r l ’a c h a t de v iv re s ‘ou r e tr a it
<3e l’é c la ira g e de la cellule, p o u r u n e d u rée m axim um de 4 sem aines.
E x clu sio n des p rom enades a u p ré a u , li t dur, r e t r a i t de la p a illa sse
p o u r une*durée m axim um de d eux sem aines.
D im in u tio n de la n o u rritu re p o u r une d u rée m axim um de 2 se­
m aines.
A rrê t sim p le e t a r r ê t de rigueur.
P lu sie u rs p u n itio n s peu v en t ê tr e réunies en u n e seule;' l’a r r ê t sim ­
p le e t l’a r r ê t de rig u e u r ne p eu v en t ê tre cum ulés n i ê tre appliqués
av ec une a u tr e punition.
P a r délégation.
1 r octobre 3943. —■Oirtcur.Aitu; ü MM . les p réfe ts, les procureur^ gé­
n é ra u x près les Cours d'appel, les d irecteu rs des S ervices e x té rie u rs
p én iten tia ire ; rela tiv e a n tr a n s fe r t à f'o n te v ra u lt (M aine-et-L oire)*
du dépôt de rclégabtes de Sabit-M arU n-de-R é. ( 3 e B u re au .)
J 'a i l'h o n n eu r (le vous f a ir e co n n a ître que îe dép ô t de relég ab les
de b aio t-M arl iu-de-Üé a dü ê tre tra n s fé ré ù la lia is o n c e n tra le de
F o n te v ra u lt (M aine-et-L oire), où vous voudrez bien a d re s se r d éso r­
m ais vos com m unications co n cern an t le p re m ie r de ces étab lissem en ts.
P a r délégation.
P r l e . D ire c te u r de V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des S ervices de V Education su rv e illé e : '
PA PO T.
4 octobre 1043. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, n -krilve o u rè g le m en t, applicable a n x d éten u s re le v a n t des
ju rid ic tio n s allem andes. (3* B u reau .)
J e vous in fo rm e que le règ lem en t ap p licab le a u x d éten u s re le v a n t
des ju rid ictio n s alle m an d e s d o it ê tr e modifié ain si qu’il s u it:
(.In s tr u c tio n d u 22 septem b re 1041, N° 34.)
2" P a rtie , titr e I a rt. ST, page 5.
.
L usage du ta b a c ne p e u t ê tr e p erm is qu'aitK p riso n n ie rs a d u lte s
tr a v a illa n t à l ’e x té rie u r p o u r les récom penser de le u r ren d em en t e t
en dehors des h eu res d e tra v a il.
2° P a r tie — T itre I I — C h a p itre I I I — a rt. 182, p ag e 10.
P u n itio n s:
L im ita tio n
l'a p p ré c ia tio n
L im itatio n
L im ita tio n
cas urg en ts ;
(C es tr o is
ou r e t r a i t des a u to risa tio n s d ont l’o ctro i e st la issé à
dü D ire c te u r de l’E ta b lisse m e n t;
ou p riv a tio n de le c tu re ;
des com m unications avec le d eh o rs à l ’exception des
p u n itio n s p o u r une d u rée m axim um de tro is m o is).
80
P v le D irecteu r de V A dm inistration, p én iten tia ire
et* des S ervices de V E ducation su rveillée:
PA PO T.'
i
*
10 octobre 1941. — N o t e de service d MM. les d irecteu rs des M aisons
centrales, des circonscriptions p én iten tia ires e t des établissem ents
û 'E d u ca tio n su r v e illé e , re la tiv e a u ren o u vellem en t des effets d'ha­
b illem en t d u personnel dç surveillance. ( 2 e B u reau .)
U n a r r ê té du 18 ju in 1041 (J . O. du 24 ju in ) a fixé les conditions
d ’ap p lica tio n de la loi du 17 ju in 1941, re la tiv e a n régim e provisoire
de la vente des a rtic le s à usage v estim en taire e t dom estique. L e titr e
11 de cet a rrô té , e t spécialem en t son a rtic le 30 p récise d an s quelles
conditioDS il s e ra pou rv u au renouvellem ent des u n ifo rm es du p e r­
so n n el des a d m in istra tio n s publiques h a b illé collectivem ent.
J ’ai l ’h o n n e u r de vous fa ire co n n aître ci-dessons com m ent il con­
v ie n t d’a p p liq u er ces dispositions g énérales a u ca s p a rtic u lie r de
l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t je vous ad resse copie de l’a rtic le 30
d e l'a r r ê té en question, e t copie du barèm e sp écial auquel se réfère
c e t a rrê té .
i " R em ise de tic k e ts de la carte de vê te m e n ts e t d’a rticles te x ­
tiles p a r le p ersonnel de surveillance.
L a c a rte provisoire de te x tile d istrib u ée au public, v alab le p o u r
u n a n dn 1er ju ille t 1941 au 1er ju ille t 10|42, com porte 100 tick ets
de 1 p o iu t qu’il est p erm is cl'utiliscr comm e su it :
a ) 30 p o in ts v alab les depuis le 1er ju ille t 1941: s u r ces 30 points,
il n’e st dem andé aucu u e contribution a u p ersonnel de sn rv cillan ce ;
b) 20 p o in ts non valab les actuellem ent, m ais qui p o u rro n t îe
d e v e n ir a v a n t le 31 décem bre 1941. S ’ils le deviennent, vous devrez
d em a n d e r a u ss itô t à v oire personnel de voils en re m e ttre u n e p a rtie ,
à s a v o ir:
S u rv e illa n ts, la m oitié, c’est-à-d ire 10 points.
S u rv eillan tes, Je q u a rt, c'est-à-dire 5 points.
S i une p a r tie seulem ent .de ces 20 p o in ts devient v a la b le , vous de. m an d erez à v o tre personnel de su rv eillan ce de vons e n re m e ttre un
n om bre pro p o rtionné, c’est-à-dire resp ectiv em en t la m oitié e t le q u a rt.
■c) 50 points, non v alab les actuellem ent, e t qui .p o u rro n t le d ev en ir
au co u rs d u 1er sem estre. 1942. Q uand ils le deviendront, vous dem an-
9.1
CODE
'P É N IT E N T IA IR E
(li-rez au ssitô t h v o tre p ersonnel de vous, en re m e ttre u n e p a rtie ,
ù sav o ir ;
S u rv eillan ts, 38 p o in ts;
S u rv eillan tes. 0 peines.
SI uno p a rtie seuîom ent de ces 50 po in ts devient v ala b le , vous
dem anderez à votre personnel de vous en re m e ttre nn nom bre p ro ­
portionné.
Vous fe re z coller s u r des feu illes, p a r 100, le s tic k e ts ra m a ssé s
p a r vos soins e t le s e n v e rre z à vos collègues des m aiso n s c e n tra le s
de M elun (su rv e illa n ts) e t de R ennes (su rv e illa n te s) avec un é t a t ’no­
m in a tif in d iq u an t le nom bre de p o in ts rem is p a r chacun. Ce nom bre
d e v ra ê tre celui im posé p a r la p ré s e n te in stru c tio n , fa u te de quoi
aucun effet ne se ra it fo u rn i a u su rv e illa n t intéressé.
C ette in s tru c tio n n e se ra p a s appliquée a u x ag en ts qui d oivent
cesser le u r service a v a n t le 81 décem bre 1041. Aucun effet d’aucune
so rte ne le u r se ra p in s fourni.
'lu R en o u vellem en t des effets.
L 'A d m in istratio n p é n ite n tia ire é ta n t actu e llem en t a ss u ré e de re­
cevoir une ce rta in e q u a n tité de d ra p bleu foncé p o u r un ifo rm e, le s
renouvellem ents des effets de d ra p se ro n t re p ris en co m p tan t le s d u ­
rées d 'u sag e fixées p a r l ’a rr ê té du 25 m a rs 1941, p o rté à v o tre con­
n aissan ce p a r 1’in strn c tio n u° 4 dn 17 a v ril 1941:
V areuses de d r a p .............................................................. g a n s.
P a n ta lo n s de d ra p .......................................................... 2 ans.
Itag lan
............................................................................... 7 ans>
T outefois, p o u r le s effets ci-après, le s d urées ci-dcssous sero n t a d ­
mises.
C asq u ettes
.................................................................. ÜS mois.
C ape p our su rv e illa n te , ...........................................
6 ans.
C haussons d ra p ..........................................................
1 an.
P a r contre, l ’A ilm n istratio n p é n ite n tia ire n 'e st p a s en co re c e r­
ta in e d 'o b ten ir des q u a n tité s suffisantes de toile k a k i, e t de toile
pour blouses de su rv eillan te* . Si, comm e c 'est p ro b ab le, elîe le s ob­
tient, les renouvellem ents de ces effets a u ro n t lien en co m p tan t suc
•le s du rées d 'u sag e fixées p a r l ’a rr ê té du 25 m a rs 11)41 d é jà ra p p e lé :
V areu se toile .................................................................. 3 uns,
P a n ta lo n toile ........................................
2 ans.
E n o u tre, su iv a n t la q u a n tité de to ile dispouible, il s e ra fo u rn i
au x su rv e illa n te s une ou deux blouses p a r an.
8 * R em ise des e ffe ts usages p a r la personnel.
S au f in stru ctio n s u lté rie u re s, ‘ces dispositions ne s ’a p p liq u en t
p o u r le m om ent, q u ’a u x effets de d ra p . E lles ne s ’ap p liq u e ro n t p a s
a u x effets de to ile ni a u x blouses de su rv eillan tes.
C onform ém ent au p a ra g ra p h e « a » de l'a r tic le 30 de l ’a r r ê té du
18 ju in 1941, le personnel d e v ra re m e ttre un effet n sag é dé m êm e
n a lu re eu échange de chaque effet de d ra p q u i lu i se ra fo u rn i.
L es effets u sag és rem is dev ro n t ê tr e en co re rép arab les. U s p o u rro n t
ê tre fo rtem e n t usés, m a is aucune pièce n i aucune p a rtie ne d e v ra y
m anquer. Ils d ev ro n t ê tr e en é ta t n o rm al de p ro p reté , c’e st-à-d ire
san s ta c h e n i so u illu re grave.
L a rem ise des effets de d ra p u sag és d e v ra a v o ir lie u au m om ent
m ém o où les effets n eu fs se ro n t donnés au titu la ire .
1941. —
l'-O OCTOBRE
91
L es effets de d ra p des s u rv e illa n ts se ro n t envoyés à la M aison cen­
t r a l e de M elun e t ceux des su rv eillan tes à l a M aison c e n tra le de
lio n n e s, av ec, u n b o rd e re a u in d iq u an t les nom s des in té re ssé s e t la
n a tu r e des effets de d ra p neufs e t des effets de d ra p usagés.
4 ° P rem ière m ise d’équipem ent des no u vea u x agents.
L es a g en ts nouvellem ent nom m és dev ro h t dem ander nn bon d ’a c h a t
à la m a irie de la résidence où iis devront ê tr e affectés. Ce bon indi­
q u e ra la n a tu re des effets à fo u rn ir au nouvel a g e u t: v areu se, p a n ­
ta lo n , casq u ette, rag lan . Si la m a irie exige p o u r d éliv rer ce bon que
l'in té re ssé rem ette des effets u sagés civils de m êm e n a tu re , celui-ci
ne p o u rra p a s s'y r e f u s e r ; il p o u rra seulem ent dem ander à 3a m ai­
rie l'a u to ris a tio n de ne re m e ttre ces effets que lo rsq u ’il s e ra en posses­
sion de* son uniform e.
L es bons d 'a c h a t sero n t tra n s m is a u x M aisons c e n tra le s de Me­
lun e t de Tiennes avec les b ulletins de com m ande des uniform es.
J e vous g rie de bien vouloir com m uniquer ces in stru ctio n s à to u t
le p e rso n n el placé sous vos ordres.
P a r délégation.
L e D irecteur de l’A d n ü n istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN.
ANNEXE I
E x tr a it de l’arrêté du 18 ju in 1941 fix a n t les conditions d'appli­
ca tio n de la lo i d u 17 ju in 1941, re la tiv e a u régim e p rovisoire de lu
v e n te des a rticles te x tile s à usage vestim e n ta ire e t dom estique:
A rtic le 30. — L es besoins en v êtem ents de dessus fig u ran t a u b a ­
rèm e sp écial h a b itu ellem en t s a tis f a its i>ar u n e p rocédure collective
d 'a c h a t se ro n t couverts p a r les a c h a ts effectués p a r l'A d m in istratio n
ou la collectiv ité intéressée contre rem ise à son fo u rn iss e u r:
a.) D 'u n nom bre de v êtem ents u sagés en é ta t d’ê tr e ré p a ré s égal
a u nom bre de v êtem en ts neufs dem andés ;
b)
D ’un nom bre 'd e tic k e ts d éterm in és p a r l’a p p licatio n du b a ­
rè m e sp écial an n ex é a u p résen t a rrê té .
E n vue de la réu n io n du nom bre de points n écessaires à l'a p p li­
c a tio n de l a p ro céd u re déterm inée à .l ’alin éa 1 er du p résen t a rticle, c h a­
que m em bre du personnel, dont le v êtem ent de dessus e st n o rm alem ent
acq u is p a r une p ro céd u re collective d’ac h a t, re m e ttra o bligatoirem ent
s\ son em ployeur, chaqne mois, tro is tic k e ts de sa c a rte individuelle.
L es tic k e ts a in si rem is ne se ro n t en aucu n cas re s titu é s à l'in tére ssé.
T outefois; a u cas où le fo n ctio n n aire ou em ployé d e v ra it q u itte r
son em ploi a v a n t Je 31 décem bre 1941, au cu n p rélèv em en t ne sera
effectué su r sa c a rte, m ais il n ’a u ra - p a s d ro it a v a n t c e tte d a te au re­
nouvellem ent de ses effets.
H o rs le cas d ’embauclxe, aucun 'vêtem ent neuf d 'u n ifo rm e ne p o u r­
r a ê tre acq u is p a r une a d m in istratio n ou une collectivité visée au p ré ­
se n t a rtic le sa n s rem ise p ré a la b le d ’un vêtem ent usagé.
E n c a s d ’em bauche, u n bon d’a c h a t p o u rra ê tr e d éliv ré à l’in té re s­
sé d a n s le s conditions de d ro it commun.
P o u r l’application- du p résen t, a rtic le , il ne se ra f a i t aucune dis­
tin c tio n selon que le mode d ’a ttn b u tio n des vêtem ents est, a u reg ard
d es in téressés, effectué à titr e .g ra tu it ou onéreux.
(
92
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
1941. —
ANNEXA II
E x tr a it du barèm e spécial:
N o m b re de p o in ts exigés
p o u r l'échange:
I . — Y â tcm en ts p o u r h o m m es:
P a rd e s su s on m a n te a u d 'tiiv er ....................................... 30
U niform es m ilita ire s avec p a n ta lo n ou culotte- . . 30
P a n ta lo n .......................... ............. •.............................
iq
I L — Y C tem cnts p our fe m m e s:
M anteau ta ille u r 7 /S ou cape ............................
25
de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e a u réy im e a lim e n ta ire des déten u s. (2° B u reau .)
1 0 o c t o b r e 10-51. — ■ N o t e
L ’insuffisance co n statée de l ’a lim e n ta tio n des déten u s m ’a conduit
à fa ire do noxivelles e t p re s sa n te s d ém arch es a u p rè s de M. le S ecré­
ta ir e d E ta t a u R a v ita ille m e n t, afin d 'o b te n ir u n e am élio ra tio n du
régim e a lim e n ta ire p ré v u p a r s a c irc u la ire 87-i R. Y. du 15 dé­
cem bre 1040.
Q uelle que so it la su ite donnée à m a dem ande, je cro is in d isp en ­
sab le de com pléter, dés à p résen t, l a ra tio n jo u rn a liè re au m oyen de
p ro d u its non ratio n n é s. J e vons a u to rise donc à a llo u er a u x détenus
des légum es fr a is e t des fr u its , d u cs la m esu re où vous l ’estim erez
nécessaire, p o u r le s m e ttre en m esu re de m ieux su p p o rte r p e n d an t
l ’iiiv er les rig u e u rs du fro id e t l ’insuffisance calo riq u e des ra tio n s
étab lies conform ém ent a u x p re sc rip tio n s de la c irc u la ire susvisée.
J e vous p rie, au su rp lu s, de c o n tin u er à su iv re de trè s p rè s la
situ a tio n s a n ita ire de vos étab lissem en ts. J e m e propose, à ce su je t,
de vous a d re s se r p ro ch a in e m e n t des In stru c tio n s spéciales.
Vous voudrez b ien m e re n d re com pte de l ’ap p lica tio n de l a p ré ­
sente circu laire.
P a r délégation.
L e D ire c te u r de V A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e i des S e rvices de FE d u c a tio n surveillée,
CONTANCIN.
*
1S. octobre 1041. —■ C irc u la is * ' à M M . leé pro cu reu rs g én éra u x, rela­
tiv e à l’em ploi des condam nés â des tr a v a u x d 'in té rê t gén éra l, hors
des E ta b lissetm en ls-p én ite n tia ires. ( 3Q B u rea u .)
Comme v o u s le savez, u n e loi du 4 ju in , 1941 p e rm e t l ’u tilisa tio n
à des tr a v a u x d 'in té rê t g én éral, liors- des E ta b lisse m e n ts p én iten ­
tia ire s, des condam nés à u n e peine p riv a tiv e de lib e rté ( J . O. du
14) ju in 1041, p ag e 2 . 558).
.
C ette réform e, in sp irée de .m esures d é jà ado p tées p a r p lu s ie u rs
lég isla tio n s é tran g ère s, a p o u r b u t de f a ir e .collaborer ù la p ro d u ctio n
n a tio n ale une m ain -d 'œ u v re appelée' â re n d re de- g ra p d s s e r v ic e s ,- ^
son em ploi e st ratio n n ellem en t é ta b li.
- - •
-
-13 OCTOBRE
93,:
D ’a u trè p a r t, la p o p u latio n des étab lissem en ts p é n ite n tia ire s ci- •
v ils e st p assée, en deux a D S , de 18.000 u n ité s à p rè s de 36.000, e t l ’en­
co m brem ent de nos p riso n s crée & la D irectio n p é n ite n tia ire des diffi­
c u ltés de to u te s so rtes, p a rfo is insu rm o n tab les ; en o u tre, on d o it p ré ­
v o ir u n e nouvelle p ro g ressio n du chiffre des détenus, en ra iso n de la
m ise en vigu eu r de la loi du 14 septembx-e 1041 (•/. O. du 1er octobre
1041, p. 4.220) gui in te rd it d éso rm ais a u x trib u n a u x la fa c u lté d’ac­
c o rd e r 'le bénéfice û u su rsis à .diverses catég o ries de condam nés (con­
d am n a tio n s p o ur in fra c tio n s à la lég islatio n en m a tiè re de r a v ita il­
lem ent, de contrôle des p rix , d ’av o rtem en t et d ’in fa n tic id e -et, d ’une
m a n ière g énérale, condam nations p o u r iîifra c tio n s de n a tu re â c u ire
â l'U n ité n atio n ale, à l ’E ta t ou ait p eu p le fr a n ç a is ) .
I i m ’a p p a r a ît que nom bre de ces in d iv id u s se ra ie n t susceptibles
d’ê tre , sa n s inconvénient p o u r le m ain tien d e l ’o rd re public, u tilisés
a u x T ravaux ù l'a i r Uhre p ré v u s p a r l a loi du 4 ju in 1041, le ré­
gim e p én al a in si appliqué ne fa is a n t p a s obstacle à la sa n ctio n que
d oivent su b ir ces condam nés.
D iv e rse s équipes agricoles, form ées de condam nés, fo nctionnent
d éjà d an s l a zone occupée; d an s l a zone lib re, un c h a n tie r destiné
a u x tr a v a u x d'endiguem ent de la D u ra n c e d o it p ro ch ain em en t s'ouv r ir ; d ’a u tr e p a rt, les échanges de. vues p o u rsu iv is e n tre m on D é p a r­
tem en t e t celui de l ’A g ricu ltu re vont p e rm e ttre la créatio n de ch an ­
tie rs fo re s tie rs p o ur lesquels les condam nés visés p a r la loi du 14 sep­
te m b re 1041 sem blent to u t désignés.
I l y a donc lieu' de d é te rm in e r les m odalités qui doivent p e rm e ttre
d 'a s s u re r le re c ru te m e n t de ces c h a n tie rs avec le m inim um de dis­
c e rn e m e n t
A c e t ég a rd , m es préoccupations se p o rte n t:
1° S u r le f a i t que ceux des in téressés qui en p a r a îtr o n t dignes,
p o u rro n t ê tre a u to risé s h se re n d re lib re m e n t a u x p riso n s de concen­
tra tio n d'où ils se ro n t dirig és s u r les lieu x de t r a v a il ; ils év itero n t
a iu si la p ro m iscuité que p e u t e n tr a în e r u n e' tra n s la tio n pén ale ;
2°. S u r l’in té rê t que p résen te la réd u ctio n des f r a is de tr a n s fe rt,
p r i m o r d i a l à l ’h e u r e a c t u e l l e , é t a D t d o n n é la p é n u r i e de c a r­
. in té rê t
b u ra n ts ;
•:
3° S u r la n écessité de fa c ilite r la tâ c h e des organism es d irecteu rs
d e c h a n tie rs en ré g u la ris a n t l ’envoi des condam nés qui le u r so n t des-:
t î n é s e t qui sem blent a p te s â le u r s tra v a u x .
J ’estim e doue q u ’u n e d iscrim in atio n d e v ra ê tr e effectuée ' lo rsq u e
la C our ou les trib u n a u x de v o tre re s s o rt sero n t appelés à ju g e r
des in d iv id u s c o m p a ra issa n t com m e prév en u s lib re s p o u rsu iv is p our
les fa its p rév u s p a r la loi d t 14 septem bre 1041, a in si que to u s les
a u tres d élin q u a n ts (p réven u s libres) p a ra issa n t p ouvoir être égale­
m e n t affectés a u x ch a n tiers fo r e s tie r s ; les m a g is tra ts a u ro n t à a p ­
p ré c ie r s ’il y a lieu de le u r ap p liq u er la loi du 4 ju in 1041 s u r lé
tra v a il p én ai effectué à l ’a ir lib re, e t s 'ils p eu v en t ê tr e adm is, à se
ren d re lib re m e n t au x lieux d’incarcératioD a ss ig n é s; l ’ap p aren ce p h y ­
siq u e , des p rév en u s s e r a égalem ent p rise en considération.
, ■
D an s ces conditions, a p rè s le_ prononcé de l 'a r r ê t ou du jugem ent
de condam nation; il eonviéndra que vous-m êm es ou vos S u b stitu ts av i­
siez le s in té re ssés d ’a v o ir 'à se c o n stitu e r p ris o n n ie rs 'a u x m a iso n s'd ’a r ­
94
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
ly /it.
r ê t d’où ils se ro n t envoyés im m éd iatem en t ù le u rs c h a n tie rs d’affec­
tatio n .
L a désignation d esd ites m aiso n s d’a r r ê t s e ra é ta b lie p a r le s P a r ­
q u ets en se b a s a n t s u r la liste des c h a n tie rs fo re stie rs de v o tre re s­
so rt que m on A d m in istra tio n vous com m uniquera dès q u ’elle l’a u ra
dressée en acco rd av ec le M in istè re d e - l’A g ric u ltu re c h a rg é de l’ex­
p lo ita tio n e t de 3a d irectio n de c e s.c e n tre s.
C i-joint u n m odèle d ’av is qui m e p a r a ît pouvoir ê tr e u tilisé ù cet
effet, e t s u r lequel fig u ren t d iv erses in d ic a tio n s re la tiv e s, en p a r t i­
cu lier, à l ’assig n atio n p é n a le des condam nés e t à ré m u n é ra tio n du
tro u sseau d'effets d ’u sag e d ont il y a lieu de le u r conseiller de se
m unir, é ta n t donné leu r affectation.
D ’a u tre p a rt, p o u r a s s u re r ia p erm an en ce de l ’effectif des c h a n tie rs
et, p a r su ite, la ré g u la rité de le u r 'fo n ctio n nem en t ind isp en sab le â
ia réu ssite nécessaire- d ’u n e exp érien ce in té re ssa n te ; j ’estim e q u ’il y
a u r a it lieti d’o rg an ise r, su r la b a se ci-après, le m écanism e de l ’exécu­
tion des- p ein es d ev an t ê tr e subies d a o s ces conditions.
L 'a v is d ’a v o ir à se c o n stitu e r p riso n n ie r (av ec d a te de c o n stitu ­
tio n laissée en blanc) et l’e x tr a it de la décision de co ndam nation se­
ra ie n t ad ressés p a r le P a rq u e t de la ju rid ic tio n a y a n t prononcé la
peine a n P a rq u e t d ont dépend la m aieon d ’a r r ê t la p lu s p ro ch e du
c h a n tie r de tr a v a il assig n é au condam né.
L e -Parquet d e s tin a ta ire (considéré comm e P a rq u e t du lieu d’exé­
cution) tr a n s m e ttr a it l ’a v is de co n stitu tio n a u D ire c te u r du c h a n tie r;
celui-ci, com pte te n u de la situ a tio n de ses effectifs e t des prév isio n s
de lib ératio n s, re n v e rra it la d ite pièce a u d it P a rq u e t avec indicatio n
de la d a te à laq u elle le condam né d e v ra it se p ré s e n te r à la m aison
d ’a r r ê t c h arg ée de l’écrovier, p uis d e -le d irig e r s u r le c e n tre de t r a ­
v a il; le P a rq u e t d'exécution co m m u n iq u erait l ’a v is de co n stitu tio n
ù l’a u to rité appelée à in fo rm er le condam né e t tr a n s m e ttr a it en m êm e
tem ps au S urveillan t-clief de la p riso n désignée comme lieu d’écrou,
l'e x tr a it d’a r r ê t bu de jugem ent, e n y n o ta n t la d a te fixée pour
l ’in carcératio n . I l conv ien d ra de v e ille r à ce .qu’u n délai m inim um de
d ix jo u rs sép are l a d a te p rév u e p o u r la réception de l’a v is de cons­
titu tio n de celle assig n ée p o u r la constitution.
E n& i, le S u rv e illa n t-c h sf in té re ssé a v is e ra it îe P a rq u e t d’exé­
cutio n de la co n stitu tio n ou de la non-co nstitu tio n comm e détenu du
Condamné et lu i re n v e rra it l'e x tr a it d!a r r ê t ou de ju g e m e n t si Vindivi&u .était d é fa illa n t; d a n s ce d e rn ie r cas, le C hef d u d it P a rq u e t fe­
r a i t re to u r de l ’e x tr a it à. son collègue du P a rq u e t de c o n d am n a tio n ;
il a p p a rtie n d r a it a lo rs k ce m a g is tra t de f a i r e a r r ê te r e t de tr a n s fé r e r
13
0:3
OCTOBRE
le ré c a lc itra n t à l a m aison d 'a rrê t assignée a v a n t tr a n s f e r t a u ch an ­
tier..
L e G arde des Sceaux,
M in istre Secrétaire d’E ta t à la Ju stice,
J o f jK P H
BARTHÉLÉM Y.
'
P o u r aiupJiütion.
Le D irceleu r de V Aôm ini& im tion p>hritcnliaire
e t des Serviceg do VEducation- Hvrreillée,
C O N T A N C IN .
I l dem eure, en ten d u que, si les P a rq u e ts e stim a ie n t q u ’il y a u ra it
inconvénient à in fo rm e r d ’a v an ce te l individu de son envoi en équipe
fo re stiè re et à lu i fa ire confiance en l'a u to ris a n t à se re n d re lib rem en t
à 3a p riso n de con cen tratio n , la p ro céd u re d’a rr e s ta tio n e t de tr a n s ­
f e r t p a r les soins de la G e n d arm erie d e v ra it ê tre employée.
J e vous la isse le soin d ’a p p ré c ie r s ’il vous p a r a î t opp o rtu n d ’ap­
p eler l ’a tte n tio n . des condam nés su r les a v a n ta g e s que p ré se n te p o u r
e u x ce m ode d ’exécution (su p p ressio n ou a tté n u a tio n d es d ésag ré­
m ents ré s u lta n t d'u n e a rr e s ta tio n ou in h é re n ts â la p ro m iscu ité, au
chôm age ou à l'encom brem ent des p riso n s).
—
Le
104
L E PR O C U R E U R fïftNÆRAL
p rè s lu COUR d ’A P P E L d e ..........................................................
' h M O N SIE U R le ..........................................................................
ou le P R O C U R E U R de la R É P U B L IQ U E de ...............................'.............
à M O N SIE U R le ...............................‘...........................................
J e vous p rie de vouloir b u n in v ite r ie nom m é ..................... ...............
d em eu ran t ù ....................................
ù sc p ré se n te r le ...............................................
au p in s ta r d à la
m aison d ’a r r é t de ...................................................................d’où (1 s e ra dirigé
s u r le H uinlïor de tra v a il de ..................................................................
p o u r y p u rg e r, d an s les conditions p rév u es p a r la loi du 4 ju in 1 9 4 1
(u tilisa tio n ù des tr a v a u x d ’intérÈT. g én éral h o rs des établissem ents
p é iiîte u tïa u \s des condam nés à une peine ju'ivativej de ib e rté ), la
peiiio de ........................................................................... de p rison â laquelle
il a été condam né p a r
...............................................................................
F a u te de quoi, iJ se ra a rrê té .
.............
E n raiso n des conditions de vie pén ale e t de tra v a il auxquelles il
s e ra a s tre in t, 3e nom m é .......................................................................................
................................................. a u ra in té rê t à se m u n ir, si possible, d ’un
tro u sseau co m p ren an t couvertures, vêtem ents d e tra v a i], sous-vête­
m ents e t c h au ssu res, d’usage.
T o u tes re q u êtes ou con testatio n s rela tiv e s k l'ex écu tio n de la peine
dont i] s'a g it d ev ro n t être, dès la réception du p ré s e n t avis, adressées
au Parquet, de ............. ..........................................................................................
................................................. (P a rq u e t du lieu de condam nation).
4941, —
97
3 NOVEMBRE
CODE PÉ X lTK N TJA U îE
9(3
14 octobre 1941. —■N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e a u ra tta c h e m e n t te m p o ra ire de prisons à certaines
circonscriptions p én iten tia ires, (C ab in et du D irecteu r.)
3 novem bre 1941. — N o t e de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, re la tiv e à la loi d u 29 octobre 1941 d écla ra n t le F o r t d u Porta le t lieu de d éten tio n dans u n e enceinte fo rtifiée. (C ab in et d u D i­
recteu r.)
J ’a i l ’honneur île vous fa ire p a rv e n ir ci-joint, à ti tr e d ’in fo rm atio n ,
copie du d é c re t du 11 octobre 1941 p o rta n t ra tta c h e m e n t te m p o ra ire
de p riso n s à c e rta in e s circo n scrip tio n s p én ite n tia ire s.
J ’a i l ’h o n n eu r de vous f a i r e p a rv e n ir, sous ce pli, p our in fo rm a ­
tion, le te x te de l a loi d u 29 octobre 1941 d é c la ra n t le F o r t du P orta le t lieu de d éten tio n d a n s une enceinte fortifiée.
L e D ire c te u r de V A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S erv ices de V E ducation surveillée,
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN.
CONTANCIN.
— <o>—
— « 0£—•
LOI
M IN IS T È R E D E LA JU S T IC E
■— « o s —
'
du 29 octobre 1941
:
portant déclaration d’un lieu de détention dans une enceinte fortifiée.
D ÉCRET
— «o»—
du 11 octobre 1941
N ous, M
aréchax de
F r a n c e , C h e f d e l ’Æt a t f r a n ç a i s ,
p o rta n t ra tta c h e m e n t (circo n scrip tio n s p é n ite n tia ire s).
Le C onseil d es M in istres entendu,
N ous, M a r ic c h a l
de
F r a n c k , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
S u r la p ro p o sitio n d u G ard e des S ceaux, M in istre S e c ré ta ire d ’E ta t
îi l a Ju stice,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t i c l e p r e m i e r . — L e d ép a rte m e n t d e s A rdennes e st te m p o rai­
rem ent ra tta c h é à la circo n scrip tio n p é n ite n tia ire de Loos.
A r t . 2. ■— L es étab lissem en ts p é n ite n tia ire s d ’A bbeville e t d’Am lens sont tem p o raire m e n t ra tta c h é s ii la circo n scrip tio n p é n ite n ­
tia ir e -de Poissy.
A rt . S. — L es é ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s de C h û te a u -T b ie rry
e t de Soissons sont tem p o ra ire m e n t ra tta c h é s à la circo n scrip tio n
p é n ite n tia ire de M elun.
A r t . 4 . — Le G ard e dés Sceaux, M in istre S e c ré ta ire d ’E ta t ît la
J u s tic e , e st ch a rg é de l ’exécution du p ré s e n t a rrê té .
P h . P é TAIN.
P a r le M aréch al d e F ra n c e , C h ef de l ’E ta t fran çais.
Jo se p h B a r t h é l é m y .
A r t i c l e p r e m i e r . — L e F o r t du P o rta le t, sis d an s la comm une
d’U rdos (B asses-SPyrénéss), e s t d écla ré lieu de d éten tio n flans u n e
en ceinte fortifiée.
A k t . 2. — U n a rr ê té du G ard e d es S ceaux, M in istre S e c ré ta ire
d 'E ta t à la J u s tic e , d éte rm in e ra le régim e de c e tte détention.
Art. 3. — Le p résen t d écret s e ra publié au Jo u rn a l officiel e t exé­
c u té comm e lo i de l’E ta t.
F a i t à V ichy, le 29 octobre 1941.
P a r le M aréchal de F ra n c e , C hef de J 'E ta t fra n ç a is.
P h , PÉ T A IN .
L e G arde des Sceaux-,
M in istre S e créta ire d 'E ta t à la Ju stice.
Jo sep h B
F a i t à Vichy, le 11 (octobre 1941.
L e G arde des Sceaux,
M in istre Secréta ire d 'E ta t à la Ju stice.
*
D ÉC R ÉTO N S :
arthélém y.
L e G énéral d'arm ée, co m m a n d a n t en. c h e f des fo rces terrestres,.
M in istre Secrétaire d’E ta t à la G uerre,
Gl. H untziqer .
L e M in istre S ecréta ire d’E ta t à l'E conom ie n a tionale
e t a u x Finances,
Y ves B o 'ü t h t x l i e r .
— «o>—
i
CODE P É N IT E N T IA IR E
98
4 novem bre 1041. — N o te de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieu rs, rela tive à la fix a tio n d u ta u x des in d e m n ité s allouées a u x
personnes
chargées de la c o n d u ite des m in eu rs re le v a n t de la
loi d u 22 -ju ille t 1912. (C ab in et du D ire cte u r.)
99
1941. -r- 4 NOVEMBRE
J ’a i l’hooneiir de. vous a d re sse r, ci-joint, pour, in fo rm atio n , ie te x te
c.1u d é c re t d u 80 octobre 1941 fix a n t le ta u x des in d em n ités allouées
au x p erso n n es ch arg ée s de la co nduite des m in eu rs re le v a n t de l a loi
dü 22 ju ille t 1912.,
. .
. . . L e D ire c teu r de l ’A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de l ’E d u c a tio n surveillée,
. .
v
-
.^_
CONTANCIN.
...
A
- ,
,
.
M IN ISTÈRE D E LA JU STIC E
— «o»—
Indem nités allouées aux personnes chargées du transfert
des m ineurs relevant de la lo i du 22 ju illet 1912.
— <o»—
•Le
garde des
sc e a u x , m in is t r e
s e c r é t a ir e
d'é t a t
a la
ju s t ic e
,
le
M I­
N IS T R E SEC R ÉT A IR E D’ÉTAT A L ’ÉCO N OM IE NATION A LE E T A U X FINANCES
KT IJS S E C R É T A IR E Tl’ÉTAT A LA F A M IL L E E T A LA SANTÉ,
Vu la loi du 22 ju ille t. 1912. s u r le s trib u n a u x p o u r e n fa n ts e t ad o -'
lescents e t s u r l a lib e rté su rv eillé e ;
Vu le d é c re t du 7 ju in 1917 m e tta n t à ! la ch arg e de l’E ta t les fr a is
île conduite des m in eu rs re le v a n t de la d ite loi ;
Vu le d é c re t du 6 ju in 1926. modifié .p ar le d é c re t du 20 ju ille t 1938
re la tif a u x indem n ités p o u r f r a is de déplacem en t allouées a u x magi£t);a.ts,, fo n ctio n n a ire s et ag en ts cle l ’a d m in istra tio n c e n tra le e t
de&.servUfiçs e x té .iû e u rs ju d ic ia ire s e t p é n ite n tia ire s, e t p a r l’a rr ê té
du 25 ju ille t 1941 re la tif a u x in d em n ités p o u r f r a is de m ission, de
tautnée-:.tÆ;. d‘inté(-im e t aux--indem nités p o u r f r a is d’hô tel allouées
au x fo n ctio n n aire s .et a g e n ts de l’E t a t ;
Vu l§,(lécj;ei..,du .18.a v ril 1928 r e la tif a u x f r a is de d éplacem ent e t de
sé jo u r alloués a u x p e rso n n es ch a rg é e s d ’a s s u re r le tran sfère in erit
des m ineurs confiés p a r les trib u n a u x à îles œ u v res c h a rita b le s ;
Vu le décret-loi du 30 octobre 1935 r e la tif â la p ro tectio n de l'en fan ce,
A RRÊTENT ;
A r t i c l e p r e m i e r . — L e s 'f r a i s de déplacem ent e t . d e tra n s p o rt
av an cés p a r lt-e personnes ch a rg é es d ’a ss u re r la conduite des m ineurs
qonfiés à des personnes c h a rita b le s, a u x in s titu tio n s h ab ilité e s à cet
effet, à des in te rn a ts a p p ro p riés, a u x services de l’a ssista n c e publique
ou à u n éta b lisse m e n t de soins, sero n t rem boursés a in si qu’il s u it:
• ■
I.
—
I
n d e m n it é s
A. ~ P o u r la personne gui- accom pagne l’en fa n t.
L e rem boursem ent des f r a is de co nduite est effectué d an s les condi­
tions p révues p a r l’a r r ê té du 25. ju ille t 1941 fix an t le s ind em n ités
p o u r f r a is de m ission, de to u rn ée e t d’in térim allo u ées a u x .fonc­
tio n n a ir e s ,e t agents de l ’E ta t;
,
L e s .ta u x sont ceux fixés p a r le ta b le a u ann ex é à l ’a rtic le 1er de ce
te x te, p o u r les .agents du groupe-n® IV , à sa v o ir:
a) Jo u rn ée com plète ou absence de p lu s de dix-huit ben res :
C hefs do 'fam ille : 66 fra n c s ;
A u tre s p erso n n es: 50 fr a n c s ;
b)- A bsence avec d écoucher:
1" E x c é d a n t sept heures, m ais ne d ép assan t p a s douze, h eu res:
T o n tes p erso n n es: 22 f r a n c s ;
2" E x c é d a n t douze heures, m a is ne d é p assan t p a s d ix -h u it h e u re s :
Clieû; do fa m ille : 44 fr a n c s ;
A utrer. p erso n n es: 36 f r a n c s ;
c) Absence san s découcher :
• ■ '
1° O b lig eant ü p re n d re u n re p a s a u dehors, absence excédant sept
h eu res m ais ne d é p a ssa n t p a s douze h e u re s :
O befs de fa m ille : 22 fr a n c s ;
A u tres p erso n n es: 14 f r a n c s ;
’2" O b lig eant â p re n d re deux re p a s a u dehors, âhseôce excédant
douze b n iro s, m a is ne d é p a ssa n t p a s d ix -h u it h eu res:
Oliefs du ta m ille : 44 fr a n c s ;
A u tre s p erso n n es: 2S fra n c s.
B.
— P o u r l’en fa n t.
I l e st alloué 20 fra n c s p a r jo u rn ée de
10 fr a n c s p a r dem i-journée de voyage.
Le rem b oursem ent des 'fra is de conduite
su iv a n t le s règles p révu es p o u r la personne
v in g t-q u a tre h eu res et
• - . • .
du m in eu r e st effectué
qiii l’accom pagne.
II.
—
T
ra n spo rt
L e voyage e st effectué en troisièm e classe.
A ht . 2. — Les dispositions du p ré s e n t a rr ê té a u ro n t effet à p a r t ir
du 1er ja n v ie r 1942.
A r t . 3. — Sont abrogées â com pter de la m êm e d a te to u tes les dis­
p o sitio n s a n té rie u re s c o n tra ire s à celles dn p résen t a rr ê té ain si que
celles contenues d a n s .le d écret clu;"lS a v ril 1928.
A h t . 4 . — L e s e c ré ta ire g é n é ra l dn m in istè re de la J u s tic e , le
s e c ré ta ire g én éral p o u r les finances publiques e t le s e c ré ta ire général
cle la s a n té so n t chargés, chacu n en ce qui le concerne, de l ’exécution
du p ré s e n t a rrê té .
"'
P a ît h V ichy, le 30 octobre 1941.
• L e G arde des Sceaux,
■■"■■■■
M in istre S ecréta ire d’E t a t ' à ih -J u s tic e ,’ '
J oseph B A R T H É L É M Y
Le- M in istre S ecréta ire d’E ta t
ô l’E conom ie n a tio n a le e t a u x Fînajwes-,
Yves B o u t h il u e r .
' ■
,
' •'
; 1,:,
L e S ecréta ire d ’E ta t à la F a m ille e t '& ‘îa 'Santé, •r ':;
S erge H
uard.
■
494i.
—
8 DKCEMBfiÉ
CODE -PÉN ITEN TIA IRE
100
30 novem bre 1941. — N o te de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e à la réo u v ertu re de prisons. (C ab in et du D ire c teu r.)
J ’a i l'h o n n e u r de vous a d r e s s e r ’ci-joïnt, p o u r in fo rm atio n , le te x te
de l’a rr ê té du 25 novem bre 1041 p o rta n t ré o u v e rtu re d é f r i s o n s . L e D ire c te u r de' l'A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S e rvices de V E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN.
— «os»—
- M AISONS D ’ARRÊT E t D E CORRECTION
A cet ég ard, je re m a rq u e que l ’a rtic le 209 du Code (L’In s tru c tio n
crim in elle a fixé ù u n m ois le d élai m axim um p en d an t lequel il devait
ê tr e s ta tu é s u r l'a p p e l in te rje té en m a tiè re correctionnelle.
J e crois devoir a ttir e r v o tre a tte n tio n su r l ’in té rê t q u i s ’a ttach e,
îicî.uellem ent p lu s que ja m a is, à ce que c e tte disposition fo rm elle de
ia loi so it e x actem en t appliquée.
J e vous p rie, en conséquence, de ra p p e le r à vos su b s titu ts le délai
•susvisé et de les in v ite r à f a ir e les diligences n écessaires p o u r que
le s do ssiers d’ap p el vous so ien t tra n s m is sa n s re ta rd .
E u ce qui vous concerne, ii vous a p p a rtie n d ra de v e ille r à ce que *
la c h am b re des appels correctio nnels de la C our de v otre siège soit
appelée n s ta tu e r le plus rap id em en t possible su r les procédures qui
lu i sont déférées.
Vous voudrez b ien m ’accu ser réception de la p réseu te circu laire.
— «os—
L e G arde des Sceaux,
M in istre S ecréta ire d 'E ta t à la J u stic e ,
L e G a r d e d e s S c e a u x , M i n i s t r e s e c r é t a i r e d ’é t a t a l a j u s t i c e ,
J
oseph
B A R TH ÉLÉM Y .
Y u la Toi du 11 se p tem b re 1041 a u to ris a n t l a ré o u v e rtu re de c e rtain es
m aisons d ’a r r ê t e t de c o rre c tio n ;
S u r la propositio n du d ire c te u r de l ’a d m in is tra tio n p é n ite n tia ire et
des services de l ’éd u catio n su rv eillé e ,'
'
8 décem bre 1941. — C i r c u l a i r e à M M . les dire-cteurs des services ex té ­
rieu rs, re la tiv e & la séparation rigoureuse des d ifféren tes catégo­
ries de d éten u s et à la p ro p reté des locaux de d étention. {C abinet
du D irecteu r.)
ARRÊTE:
A r t i c l e p r e m i e r . — L a m aison d’a r r ê t e t de co rre ctio n de L a Réole
(G ironde) s e r a ré o u v erte à co m p ter d u 1 " décem bre 1941.
A r t . 2. — L es m aiso n s d’a r r ê t et de co rrectio n de T h ie rs e t d’Issoire (Puy-de-D ôm e) se ro n t réo u v ertes à com pter du l ar ja n v ie r 1942.
A r t . S. —• .Le d ire c te u r de l ’ad m in istratio si p é n ite n tia ire e t des
services de l’éd u catio n su rv e illée e st c h arg é de l’exécution du p résen t
a rrê té .
T a it à V ichy, le 25 novem bre 1941.
L e G arde des Sceaux,
M in istre S ecréta ire d’E ta t ù, la Ju stice,
J o seph
B A R TH ÉLÉM Y .
3 décem bre 1941. — C i r c u l a i r e à M M . les procureurs g én éra u x, re­
la tiv e à V application stric te de l'a rticle 200 d u Code d ’in s tru c tio n
crim inelle. (1er B u re a u .)
L 'encom brem ent co n sta té d an s c e rta in e s p riso n s e t p lu s sp éciale­
m ent d an s les m aisons d’a r r ê t e t de ju stic e exige que les p rocédures
co n cern an t des p rév en u s ou inculpés déten u s soient in s tru ite s et
jugées avec célé rité afin que le s serv ices p é n ite n tia ire s p u isse n t tr a n s ­
fé re r, le p lu s ra p id em en t possible, à le u r d estin a tio n p é u a ie défini­
tive les in d iv id u s condam nés.
I l im porte donc que la déten tio n au régim e de la prév en tio n soit
réd u ite d an s to u te la m esu re com patible avec u n e bonne a d m in is tra ­
tion de la justice.
J e n ’ig n o re p as le s difficultés que p résen te, d an s le s circonstances
actu elles, le fonctionnem ent des E tab lissem en ts p én iten tiaires.
J e sa is pouvoir com pter, p o u r y p a r e r dans la m esu re du possible,
s u r le dévoilem ent du personnel p lacé sous vos ordres;
T outefois, il m e p a r a i t o p p o rtu n de vous In v ite r à a p p o rte r pré­
sen te m e n t to u s vos e ffo rts dans l’accom plissem ent de v o tre tâch e e t
de vous ra p p e le r n otam m ent quelques règles essen tielles â l’ap p lica­
tion desquelles j ’a tta c h e le p lu s g ran d , p rix .
I l convient, to u t d’abord, d ’a s s u re r la sé p a ra tio n rigoureuse des
d ifféren tes catég o ries de détenus et, eu p a rtic u lie r, l’isolem ent des.
m in eu rs. Ceux-ci doivent ê tre placés d an s des locaux suffisam m ent
sp acieu x p o u r que soient respectées les règles d’hygiène élém entaire.
D ’a u tr e p a r t, d an s l ’ensem ble, il y a lieu de v eiller à ce que les
lo cau x de d éten tio n soient te n u s d an s u n é ta t de p ro p re té d’a u ta n t
p lu s rig o u reu x que la densité exceptionnelle de la p o p u latio n pénale
risq u e d’e n tr a în e r des répercussions grav es su r l ’é ta t des détenus.
Vous vons appliquerez, d’une m a n ière générale, avec u n soin to u t
p a rtic u lie r, à ce que vos étab lissem en ts p ré se n te n t l ’asp ect d’o rd re et
de bonne tenue qui s ’impose.
V ous v o u drez bien m ’accuser réception de la p ré se n te circu laire.
L e G arde d es Sceaux,
M in istre S ecréta ire d’E ta t à la Justice,
;
J oseph B A R TH ÉLÉM Y .
i •
1
.CODE P É N IT E N T IA IR E
103
13 décem bre 1041. —. N o t e de service aux. d irecteu rs des services
e x té r ie u r s ,. reSaiive à l'en vo i des é ta is concernant la dépense du
personnel engagée p our l’exercice 11)42 e t de l'é ta t n o m in a tif d u p er­
sonnel. (B u reau du P ersonnel.)
,
.
V ous v o u d r.z bien m e f a ir e p a rv e n ir en double e x e m p la ire :
17 L es é ta is co n cern an t la dépense engagée, p o u r l'ex e rc ice 1942,
du personnel placé sous vos ord res.
Ces é ta ts se ro n t éta b lis p a r c h a p itre et, d a n s chaque ch ap itre,
- p a r a rtic le . Ils com p ren d ro n t :
A. —
P o u r le c h a p itre 15.
—
S erv ices e x té rie u rs p é n ite n tia ire s:
P erso n n el — T raitem en ts.
a) Le m o n tan t du tra ite m e n t b ru t p a r caté g o rie s et p a r classes
(P . A., P. S-. P. T. e t a g en ts du c a d re te m p o ra ire y com pris le s délé­
g atio n s de solde a u x a g e n ts p riso n n iers de g u erre) ;
1)! L e m o n ta n t du 6 % (re te n u e p o u r la re tra ite ) ; pour les ag en ts
du c ad re tem porai re, le m o n ta n t rie ia co tisation a u x A. S. p a r t
ouv rière e t patronale-;
c) Le m o n tan t du supplém ent tem p o ra ire de tra ite m e u t.
B.
P o u r le c h a p itre 16. — S ervices e x té rie u rs p é n ite n tia ire s :
In d em n ités fixes.
d)
Indem nité'- de 'c a is s e aux- 'grefRCrS’e û ü i p t a T i l t - s !
' .
-'■'))/ •In d em n ité 'd e logem ent an p e rso n n e l;
1 c ! ' Indem nité' de c h au ssu res nu p erso n n el’ de su rv e illan c e;
d)
Indem nités a u x a g en ts eu service, titu la ir e s de .la .M édaille
pôixi 1en tiaire.
P o u r l ’iiK tenuuté au x ag en ts en service ti’.-uhiiros de la M édaille
p én iten tiaire, il y a u ra lieu d 'é ta b lir, e n p lu s de l é i a t num érique, un
é ta t nom inatif.
. C ..— P e u r ie chapiU-e 18. — O u v riers lib re s des E tab lissem en ts
p é n iten tiaires. — S alaires.
a) Le m o n tan t des s a la ire s ;
b! Le m o n tan t du supplém ent te m p o ra ire de tra ite m e n t.
: p . __ P o u r le c h a p itre 19, — In d em n ités allouées p o u r services
ren d u s p a r des tie rs.
'
a j In d em n ités a u x m édecins, c h iru rg ie n s, d en tiste s e t in te rn e s eu
m édecine;
b) In d em n ités a u x m édecins des serv ices n eu ro -p sy ch iatres des
p riso n s de P a ris ;
c) In d em n ités au x . p h a rm a c ie n s e t in te rn e s en p h a rm a c ie ;
d) Indem nités a u x m in istre s des c u ltes e t.o rg a n iste s.
. . e . — P o u r le c h a p itre 2 2 .. — Congés tle longue d u rée :
a) Le m o n ta n t des tra ite m e n ts alloués a u x ag en ts en congés de
longue, durée;..
-•'•
‘ b) Le m o n tan t du su p p lém en t te m p o ra ire de tr a ite m e n t;
c) Le m o n tan t du 6 % p o u r la re tra ite .
2° L 'é ta t n o m in a tif de to u t Je p e rso n n tl placé sons vos o rd res en
fooction a u - 3 e' 1 ja n v ie r lî?42-, com pte tenu des d e rn ie rs a rrê té s.
Vous d istinguerez le P ersonnel titu la ir e e t le P erso n n el a u x i­
liaire.
3941. —
21 DÉCEMBRE
1;0 3
L 'é ta t' P ersonnel ‘t itu la ir e se ra é ta b li p a r- g ra d e e t p a r classe. .
P a rm i le P erso n n el A uxiliaire vous d istinguerez îe personnel p ay é
s u r le chapitre 15 e t celui p ay é s u r le s f r a is d ’occupation.
J ’a jo u te q u ’à p a r t ir dn T 'r ja n v ie r 1942 les s itu a tio n s m ensuelles
de persoim el serejne supprim ées.
E n o utre, vous voudrez bien me sig n aler, en cours de l’exercice,
les dégagem ents à effectuer p o u r décès e t m ises e n congé de longue
durée.
J ’a tta c h e le p lu s g ra n d p rix £i ce que ces d iv ers é ta ts soient é ta ­
b lis avec le p lu s g ra n d soin e t m e p arv ien n en t, au p lu s ta r d , pour
le 4 ja n v ie r 1942.
L e D irecteu r de l’A d m -in istm tio n p én iten tia ire
c i des S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée,
■CONTANCIN.
22 décem bre 1941. — N o t k d e se rv ic e a u x directeurs-'-dès service# e x té ­
rie u r* . reh itir-e au rô le .'des ■fo'neïionna-ires m is , p a r le u r s e r v ic e ,
e n r e la tio n ■a v e c le p u b lic . (Cabinet, du D irecteu r.)
J e vous a d resse, ci-joint, copie
ci re n ia i re': d e : l’A im m fr de
La F lo tte , M in istre V ice-P résident du Conseil,, çqncorm jnt le rôle des
fo n c tio n n aire s mis, p a r le u r service, en re la tio n avec le public.
.h,' v ous p rie de Vouloir bien en-.pm tec ies te n u e s à la ronuatssnnee
d es ag en ts placés sous v o tre a u to rité e t te n ir la m a in ù ce que ses
p re sc rip tio n s soient scrup uleusem ent suivies.
• -
■
-
P a r.d é lé g a tio n ..
• 'L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n 'p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée, •
'
•
. .
— t.o»—
CONTANCIN,
'
12 décem bre 1941. — C i r c u l a i r e à M M . les M inistres e t .Secrétaires
d’E ta t, re la tiv e à la d éfin itio n du rôle a ctu el des fonctionnaires,
m is p a r le u r service en rela tio n avec le public. (S e c r é ta ria t géné­
r a l d e -la V ice-Présidence du Conseil.)
C haque jo u r p a rv ien n en t de m ultiples p la in te s to u c h a n t la m anière
d o n t le p ublic e st accueilli p a r de nom breux fo n ctio n n aires ch arg és
de 1p‘ recevoir:'
'
•' • .
Je vous p rie de ra p p e le r au x ag en ts de v o tre d é p artem en t m is,
p a r le u r se rv ic e ,; en re la tio n s avec le ' public, Jés obligations qui le b r
incoiobentv ’
V ...
La rég lem en tation san s cesse phts com pliquée' e t p lu s restrictive,
a p p o rte une géne considérable; dans ia..vie qootirtienoe, le s p a rtic u lie rs
sbui actu e lle m eu t en b u lle il des difficultés de tous o rd re s; le s vègleIVtènt-s eu. vigT.îèuir-lëu iJ-appaaiaissent; comm e <a:n t'aut-<3e'‘m èëures tra c a ssiè re s qui, s ’a jo u ta n t au x m au x n és de la g u erre dont so u îïreftt '4>cau-
104
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
coup cl’e n tre eux, finissent p a r le s <1cesser en u n e a ttitu d e lioçtile. au
G ouvernem ent re n d u responsable de cet é ta t 3e choses.
. .
O r, il dépend des fo n ctio n n aires, q u i so n t les in te rm é d ia ire s .d ire cts
e n tre les pouvoirs Établies e t les ad m in istré s, que le s in stru c tio n s gou­
vernem entales soient com prises e t observées. .
Au lieu de se fa ire Vêclio de le u rs p la in te s e t. "de se re tra n c h e r
d e rriè re l a rig u e u r de m esu res d ont ils re je tte n t 3a re sp o n sab ilité su r
le G ouvernem ent, il a p p a rtie n t a u x a g en ts de l ’E ta t de s'effo rcer
d 'a tté n u e r, p a r le u r a ttitu d e - eom pcéhensive e t b ienveillante, ce quo_
les m u ltip les consignes de l’h e u re p ré se n te peu v en t a v o ir de sévère
e t d ’en ex pliquer le sens e t la n écessité a n s adm in istrés.
I l convient de rap p e le r une fo is de p lu s a u x fo n c tio n n aire s que,
si le régim e nouveau en ten d r e s ta u re r la fonction publique e t lui
re n d re le p restig e auquel elle a d ro it, il exige, en c o n tre-p artie, non
seulem ent l'exécution co rrecte de la tâ c h e a d m in istra tiv e , m ais encore
u n dévouem ent a c tif ü l'œ u v re de rén o v atio n natio n ale.
J e vons p rie d’a s s u re r ù c ette c irc u la ire la p lu s la rg e diffusion
d an s les A d m in istratio n s placé es sous v o tre a u to rité .
L ’A m ira l de la F lo tte, M in istre vice-p résid en t d u Conseil,
FBANçors DARLAN.
1941. —
3 0 DÉCEMBRE
105
'• O b je t; R esp o n sab ilités des fo n ctio n n aires fr a n ç a is ou des a u to ­
rité s fra n ç a ise s 'e n v e rs les a u to rité s allem andes e t envei’s le Gou­
vernem ent fra n ç a is.
— «o»—•
E n réponse a u x notes ci-dessus, la C om m ission allem ande d’a rm is­
tice reco n n aît, en principe, que les fo n ctio n n aires fra n ç a is, d an s
l ’exécution des o rd re s du M ilita rh e fo h lsh a b e r en F ra n c e , so n t re s­
ponsables en p rem ière lig n e d e v a n t le G ouvernem ent fra n ç a is. A ussi,
l ’A d m in istra tio n m ilita ire s ’abstient-elle, ta n t q u ’il n ’y a p a s violation
de p re sc rip tio n s p én ale s allem andes, de p re n d re d irectem en t des m e­
su re s co n tre les fo n ctio n n aires f r a n ç a is ; elle se borne à dem ander
a u G ouvernem ent fra n ç a is Je rap p el ou le déplacem ent des fonction­
n a ir e s q u i ne collaborent p a s co rrectem en t avec elle. C ’e s t seulem ent
au cas où un re ta rd .e n tra în e ra it c e rtain s d an g ers que les S ervices de
l ’A d m in istra tio n m ilita ire so n t a u to risés à in te rv e n ir d irectem en t con­
tre le s fo n ctio n n aires fra n ç a is. Ils doivent p o u rta n t, d an s ce cas, p o rte r
im m éd iatem en t Jes m esu ras ain si p ris e s à la connaissance des A uto­
rité s de contrôle fra n ç a is e s com pétentes.
P o u r la C om m ission allem ande d ’a rm istic e :
P o u r a m p lia tio n ;
L e S ecréta ire gén éra l a d jo in t,
L e C hef de V E tat-M ajor,
p. o. H IE L S C H E R .
DE POINCÎG^ON.
— «02—
30 décem bre 1941. —• N o te de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, rela tiv e a u x resp o n sa b ilités des fo n c tio n n a ire s fr a n ç a is ou
des a u to rités fra n ça ises envers les a u to rité s allem a n d es e t en vers
le G ouvernem ent fra n ça is. (C ab in et du D irecteu r.)
L a question de la resp o n sab ilité des fo n c tio n n aire s fra n ç a is d an s
l'ex écu tio n des o rd re s du M ilita rb e fe h lsh a b e r en F ra n c e a f a i t l ’objet
de négociations qu i on t a b o u ti à l’envoi p a r la Com m ission allem an d e
d ’a rm istice d’une note dont je vous fa is p a rv e n ir ci-ap rès la tra d u c ­
tion, telle q u ’elle m ’a été ad re ssé e p a r la D irectio n des S erv ices de
l ’A rm istice :
CO M M ISSIO N A LL E M A N D E D ’A R M IS T IC E D E W IE S B A D E N
«os>—
W iesbaden, le 20 n ovem bre 1941,
A LA D ÉL É G A T IO N F R A N Ç A IS E A U PR È S
D E LA C O M M ISSIO N A LLEM A N D E D ’A R M IS T IC E
W IE S B A D E N
— «05—
R éférence : n o tes fra n ç a is e s n rj* 25.Û39/Æ d u 31-8-41 e t 27.521/ M
du 22-10-41.
Il im p o rte que vons apportiez tons vos soins ü ce que la décision
d e p rin cip e énoncée d an s cette réponse officielle ne puisse so u ffrir
aucune e n tra v e d an s son application.
E n conséquence, to u tes les fo is q u ’u n événem ent su rv ie n d ra qui
p o u rra it m e ttre 1 en je u la resp o n sab ilité de fo n ctio n n aires fra n ç a is
d ans les conditions prévues p a r la Dote en question, vous vous tr a n s ­
p o rterez im m éd iatem ent en personne pour p re n d re co n tac t avec les
a u to rité s allem an d es locales e t recu eillir s u r place, avec le m axim um
do soin e t de c élérité, tous les élém ents d ’in fo rm atio n que. vous me
com m uniquerez au ssitô t p a r l'in te rm é d ia ire de M. le P ré f e t qui devra
ê tr e te n u .trè s e x actem en t a u courant.
An cas oïi n n e difficulté d ’in te rp ré ta tio n v ie n d ra it à se p résen ter,
vous m en . ré fé re re z im m édiatem ent p a r la m êm e , voie, a p rè s av o ir
prévenu le s a u to rité s allem andes locales.
J e vous p rie de p o rte r san s r e ta r d les in stru c tio n s qui précèdent
à 3a connaissance de to n s les. ch efs de serv ice placés sous v o tre a u ­
to rité, e t de m ’accu ser réception île la p résen te circu laire.
L e G arde des Sceaux,
M in istre S ecréta ire d’E ta t à la Justice,
J oseph B A R TH ÉLÉM Y .
P o u r am pliation'.
L e D irecteu r de -V A dm inistration p én iten tia ire
e t des S ervices de l'E d u e a tw n surveillée,
CONTANCIN.
100
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
— N o t b de service a u x d irecteu rs des services e x té ­
rieurs, re la tiv e à la ré o u ve rtu re d éfin itiv e de la- m a iso n d’a rrê t et
de correction de O annat. (C ab in et d u D ire c te u r.)
31 d é c e m b re 1041.
J ’ai l'h o n n eu r de vous a d re s se r ci-joint, p o u r in fo rm atio n , le te s te
'■de la loi du 27 décem bre 1941 e t du d é c re t du 30 décem bre 1941 r e la ­
tifs à la ré o u v ertu re définitive de la m aison d’a rr ô t e t de co rrectio n
do O annat.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n pénitentiaire.
• e t des S ervices de l’E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN, ■ '
— «o»—
M INISTÈRE D E LA JU STICE
— <£OJ>—•
R éouverture définitive de la maison d’arrêt et de correction
d e Gannat.
— «o»—
L e G à h d k d e s S c e a u x , M i n i s t r e s e c r é t a i r e d ’é t a t a l a J u s t i c b ,
Vu l'a r tic le 5 de la lo i du 26 octobre 1940 e t l ’a rtic le 2 de îa loi du
10 novem bre 1941 ;
Vu ia loi du 27 décem bre 1941 a u to ris a n t la ré o u v ertu re de la m aison
d ’a r r ê t e t de co rrec tio n de G a n n a t;
S ur ,1a propositio n du d ire c te u r de l’a d m in is tra tio n p é n ite n tia ire et
des services de l’éd u catio n surveillée,
ARRÊTE :
A ktici .e PREMiEit. — L a m aison d’a r r ê t e t de co rre c tio n de G an n at
(A llie r), rem ise eu service à titr e te m p o raire p a r la loi du 26 oc­
tobre 1940, est- ré ta b lie à titr e définitif.
A k t . 2 . — Le d ir e d e v r d e l’a d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des
services de l ’éd u catio n su rv eillée est ch a rg é de l’exécution du p résen t
a rrê té .
F a it à V ichy, Te 30 décem bre 1941,
L e G arde des Scea u x,
M in istre S e c ré ta ire d’E ta t à la Ju stice,
J oseph
B A R TH ÉLÉM Y .
1942. — MELON. — IMPRIMERIE ADMINISTRATIVE. — 931 X,
ANNÉE
*942
IL5 ja n v ie r ?.94S. — F o r a de service ù, M essieurs les directeurs des
s w i c e c sxçt'Zri&urS) rela tiv e ail :r>o.‘,èriei
couchaçc (couci-eUes
stivergosves - ùçj'c Ce co&cliagÿ e< entre'Acn dû ce ii:aSè-ris(;.
(I*fi pénurie a.?i;.î«?ïi3 u© m atériel de cou’e'ia^c m 'incite à. a ttire r votre
atten tio n su r las moyeu* qu'il convient d’emplc-yer pour évitai* que
cette situ atio n c'en traîn e de?: ceucécueeees Gi'.'lorabies üiir niygi&ne
g-îe&ale e t su t- l ’ét&t san itaire d is poisons. .
I. — I l geé c!o to u te n écessité d ’a s s u re r " e n tre tie n en p a r f a it é ta t
de- ccr.s^vvt.tioa du m a té rie l roi;' à v o tre d is p o sitio n les d ép réd atio n s
d e v ro n t ê tr e pfv_r ï:i c tj1Ii r ^ tüe /:•.t répriüïéee.. I l nt’a été sig n alé que c e r­
ta in s d é te n u s n 'a v a ie n t pas h é sité à découper d a a s le u rs c o u v ertu res
des m o n c e a u - d ’étoft'c q u'ils u tilis a ie n t com m e cein tu res, de te ls
ag issem en ts so n t a b sc rim ^ n t intolérable:? e t le u rs -auteurs doivent
s a v o ir q u ’o u tre les «sanctions les p lu s sévère.-:, i 's s'ex p o sen t à ê tre
p riv é s de co u v ertu res.
D é p ô t l é g a l e f f e c t u é l e 12 d é c e m b r e 1942.
II .. —■ L'insnïiisa'.iee d^i^provisionuem eots en enveloppes de p a il­
la s se e t en d ra p s de l i t r.insi que l'im p o ssib ilité a ctu e lle C'en a s s u re r
le ren o u v ellem en t m ’e p t couc’ ulc à vous, reco m m an d er u n e p ra tiq u e
d é jà ex p érim en tée d an s p lu s ie u rs é i a b l i ^ m e o t s ; iui d ra p do. li t p e u t
f o r t bien c o n stitu e r, s ’il est convenablem ent ccusu, u n ex ce'-ep t sac
de couehage ; u n e telle m éthode p erm et, a^ec u a stoc-lc identique,
d ’a s s u re r 1-e couchage d 'u n e q u a n tité double ùe détenus.
ï ï ï . — II convient de déployer tous ïos efEorto p.Gur que le m atériel
de couchage ni t cor..y*?.v.Yé e:t i>nîiVût é ta t de propreté, fau te de quoi,
îa population p én a le se troinV iuit rapidem ent exposée aux différentes
parasitosee,, -et ii deviendrait illusoire de lu tte r contre la propaga­
tion de la vermine.
J e n ’i^ n o rc p&r le;.' d itn cu liés que tous re n c o n tre re z p a r su ite de
rin su iS sa n c e de l ’u llo e a à o a de cliarbou e t de la ra ré fa c tio n des dé­
sin fe c ta n ts.
ï l est cependant néces^airo d'utilieer tou?. les produits q ui se
trouvent encore dans le oononerce (cvésyl, eau cie ,iavel. soufre, bichîorvu’s. et>?.) pour essayer de m aintenir le minimum d’ïiygiêne néces­
saire & la vie collective, A d éfau t de ces produit-.! une eau javellisée
ou sur.ylement bouillie p o u rra it ren d re de grande services.
B est; part>cuijèriv.nent so u h a ita b le d an s ce dom aine que ^ 'in stitu e
u n e c o llab o ratio n aT-’ee les é tab lissem en ts h o sp ita lie rs d ép a rte m e n ta u x
ou les a s ilrs d 'alién és qui p o u rra ie n t vous p e rm e ttre l ’accès des
é fc u v é a d o n t i l e
d is p o s e n t.
l'J . — L 'au g m en tatio n cro issa n te d e la p o p u latio n p én ale e t r en­
co m b rem en t de 3a p lu p a r t, des étab lissem en ts o n t co n d u it c e rta in s
su rv e ttla n ts-cliefs ù. M ire coucher les détenus su r de l a p a ille dispo­
sée d a a s les d o rto irs â la p lace des lits.
I l ne vous éch ap p era p a s -q u ’ïin te l procédé e st de n a tu r e à fa c ilite r
sin g u liè re m en t la p ro p a g a tio n de la verm ine.
t
\
110
C O D E ’ P É N IT E N T IA IR E
1943, —
J e vous recom m ande donc d ’en v isa g er la c o n stru c tio n fie couch ettes
su p erp o sées am ovibles â l a fo is so lid es e t légères, p o u r p e rm e ttre
le u r u tilis a tio n p a r u n g ra n d n om bre de p a ssa g e rs successifs e t p o u r
facilite.)’ le -n e tto y a g e m in u tie u x d es lo cau x où elles se ro n t placées ;
ces co u ch ettes d ev ro u t ê tre cep en d a n t réalisé es de telle m a n iè re que
les d éten u s ne p u isse n t s'e n s e rv ir comm e a rm e e o it e n tre e u s, so it
co n tre le u rs su rv e illa n ts.
L a M aison C e n tra le cle R iom a c o n stru it des c o u ch ettes superpo­
sées capables de su p p o rte r tr o is p ersonnes ; ces blocs m obiles ré a ­
lis e n t u n e économ ie de p lace co n sid érab le e t p e rm e tte n t le logem ent
d’n n m ax im u m de d é ten u s d a n s le m inim um d e s u rfa c e disponible.
J e n e v e rra is que des a v a u ta g e s a n développem ent de ces couchettes.
L a M aison C e n tra le de R iom a égalem en t e n tre p ris 3a confectio n
de p a illa sso n s (p aille tissé e ou roseaux: tre ssé s) d ont l ’u tilisa tio n
p ré s e n te ra it m oins d 'in co n v én ien ts Q u e la p a ille b ru te ; ces p a illa sso n s
o ffren t s u r to u t la p o ssib ilité d’être, fa c ile m e n t e n tre te n u s en é ta t de
p ro p re té p a r des b a tta g e s fréq u en ts.
V. — T els s o n t le s quelques m oyens qni m e p a ra is s e n t d ev o ir ê tr e
em ployés p o u r fa ire face à la s itu a tio n difficile de l ’A d m in istra tio n
p é n ite n tia ire ,
■1
J e su is p e rsu a d é que ch aq u e cb ef d’é ta b lisse m e n t tie n d ra h cœ u r
de déployer ses effo rts e t ses In itia tiv e s e n v u e d’a d a p te r les m oda­
l i t é d u fo n ctio n n em en t des p riso n s a u x nécessité s ré s u lta n t des
circo n stan ces actuelles.
L e G arde des S cea u x,
M in istre secrétaire d 'E ta t à la Ju stice,
J oseph
B A R T H É L ÉM Y
P o u r a m p lia tio n :
L e D ire c te u r de V A d m in istra tio n p én ite n tia ire
et des S e rv ice s de l'E d u ca tio n surveillée,
Coktàncjn
m
^.ïVJNTIEIÎ.
111
on c o rrig e r les a p p ré c ia tio n s p o rtées <âans vos notices anaïaeJles su r
le 'compte -de m es -agents.
V ous v o u d rez b ien vous conform er stric te m e n t • a u x p ré se n te s in s ­
tru c tio n s.
P a r délégation.
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n pénitentiaire,
e t des S ervices de l’E d u ca tio n su rveillée,'
CONTLANCIN
N o t e p our i.{&&#hytrs t e s ■diroelcurs des services
e xté rie u re rekclive av. p a y e m e n t des fr a is d'escorte- p a r lu gendarm e­
r ie e t des tra n sp o rts des déten u s.
2 6 J a n V ie r 1 0 4 2 . —
ü n e not-e^flu s e c r é ta ria t -d’E ta t :à la G u erre en d a te xîu 1S a o û t 1941,
a d re ssé e a u x B rig a d e s de g en d arm erie, p re s c rit que les fr a is de dé­
p la c e m e n t -dûs ■aux m ilita ire s ù e i a G en d arm erie p o u r esco rte -de
p ciso n u iers icondj&an'nés, -expulsés o u -accusés c iv ils se ro n t désorm ais
im p u ta b le s su r les c ré d its du D é p a rte m e n t de la G u erre -quel que soit
îe d é p a rte m e n t m in isté rie l a u titr e duquel le service a é té exécuté.
V ous n ’a u re z donc p lu s à vous occuper de ces tra is.
. .P a r con tre, les récépissés de tr a n s p o r t d oivent ê tr e tra n sm is Ô
l ’a u to r ité qui a d éliv ré l a ré q u isitio n e t ces f r a is re s te n t vl s a charge.
I l s co n tin u e ro n t â S tre réglés de la même, m a n ière ■(ju’an térïeu rem eurt a u ti tr e des f r a i s de J u s tic e e n F ra n c e , -chapitre 56 -de
l ’ex ercice 1942 (an cien dw vpitre 51 d e î ’-exercioe 1941-), s o it d irectem en t
par v o s -soins (v o itu res publiques, ciïem ins de t e r «M pavtem entaax,
vrjilfiree p artic u lières'), so it p a r îe .servï-ee d e 1-a GcroptaA)i!li-fcê «la M inis­
tè r e de la J u s tic e <S-N;C.F.>.
V euillez m ’accn ser ré c e p tio n de la p ré s e n te note.
L e c h e f d u 2e ùnir-eau,
20 ja n v ie r 1942. — N o te de service p o u r M essieu rs les d irecteurs
des services e x té rie u r s relative, a u x appréciation» su r les m érite»
e t le zèle d u personnel en cours d’inspection.
D an s îe souci d 'ô tre tr è s e x ac te m en t te n u a n c o u ra n t des m é rites
e t d u zèle de m on perso n n el, je cro is u tile de vous ad re sse r u n e recom ­
m a n d a tio n à l ’e x a c t accom plissem ent de laq u elle M’a tta c h e u n e réelle
im portance.
C haque fois que vos d ép lacem en ts vous co n d u isen t à v is ite r u n
é ta b lis se m e n t s itu é d a n s v o tre circo n scrip tio n , vous a u re z so in de
re c u e illir e t de m e tra n s m e ttre , d an s u n e fo rm e so m m a ire avec v o tre
av is, le s ren se ig n e m e n ts de to u te n a tu r e y e cu eü lis s u r le com pta de
chacu n des m em bres d u p erso n n el q u i y e s t e n service. .
A insi, p a r ie c a ra c tè re inopiné de vos in sp e c tio n s com m e p a r leu r
échelonnem ent a u c o u rs de l’an n ée, je p o u rra i u tile m e n t compléter-
G IL Q U IN
2 fé v rie r 1942. — CiRouiAiKiK é M-essiestrs les d irecteu rs' des services
e x té rie u rs r e la tiv e a u ré&ùyhe pénàte&imir^e d e s d éten u s condam nés
à des peines p r iv a tiv e s de lib e rté q u i ont fo r m é u n pourvoi devant
la- C our de Cassation.
L ’u sa g e üïm&lf qnè f o n t le s déten u s condam nés a u x p eines p riv a ­
tiv e s de lib erté, d u p ourvoi e n cassatio n , a fâch eu sem en t co ntribué
à a g g rav e^ l'en com brem ent des m rtisons d ’a r r ê t e t de ju stice.
Ces condam nés tro u v a ie n t, en effet, d a n s l ’em ploi de cette voie de
re c o u rs l'a v a n ta g e de co n serv er p e n d a n t u n te m p s in d éterm in é le
bénéfice de to u s le s privilèges accordés a u x p rév en u s e t n o tam m en t
112
CODE PÉNITENTIAIRE
d’év iter leux tr a n s f e r t h le u r d e stin a tio n p é n a le ju s q u 'a u m o m ent o à
le re je t de le u r p o u rv o i re n d a it défin itiv es le s décisions ren d u es
c o n tre eux..
A ussi, p o uvait-o n c o n sta te r, p lu s p a rtic u liè re m e n t d a n s le s ü ta bltèsem ents p én iten tiaire-: situ é s nu siège des ju rid ic tio n s d’Apue* ou
des C ours d ’Assiscfi, que, ae tr è s n o m b re u x d é ten u s fo rm a ie n t de»
pourvois d a n s u n b u t p u re m e n t d ila to ire , d o n t la p lu p a r t n ’étCuC-nt
m êm e p as so u ten u s d e v a n t îa C ham bre er-m inclls. '
A iosi é ta it créée u n e v éritaM e classe de condam nés p riv ilég iés
d o n t l’ex isten ce c o c siitu a it, p o u r l ’A d m in istra tio ii p é n ite n tia ire , u n s
so u rce cro issa n te de diiSculcés de to u te s sortes.
C’e st r-oor re m é d ie r
cet ét-yt de ebosea q u ’u n e lo i du 9 dé­
cem bre 1941 pu b liée a u J o n rn a i officiel d u 15 ja n v ie r 1942 e s t in te r­
venue afin d 'a ssim ile r ïe régim e p é n ite n tia ire des d é te n u s on pourvoi
à celui des condam nés de le u r c até g o rie d ont ic-s p ein es so n t devenues
définitives.
D ésorm ais, m alg ré les p o u r v o i c u 'ils a u ra ie n t '-üor-riés, ces dé-enus
devroi:*t, ê tr e dirigée aa- le u r à riit’-îiiitlcr» pc-n île -cti -3s se ro n t soum is
a u m êm e l'Csime qiu- ceii'i tlofi ■zonûùuxvis üéfinitîfs.
11 convitrïidi-a, en con^ôquer.co, ûh les faire- fig u rer s u r la s itu a tio n
de q u inzaine dos d é t e n u ù tr a n s fé r e r p ré v u e p a r m a c irc u la ire du
11 novem bre i-SSS.
T outefois, s\ raiso n d ^ d isp o sitio n s de l ’a rtic ie 422 d u Oodc, d 'i n s ­
tr u c tio n c rh :iiiic ih \ .Uvur roaL'.nsiï au.'.' rani^ens ù’circvc ou de ju stic e
du lieu i'û iîw
r e s p ir a tio n des 10
é-.é coudum nés, dovr'’. C-i.-e p ro ’o.nsé ju s q u 'à
u'oi c;.iv?ut I.' dè-:3ava'V.oP- de pourvoi.
Ce d^rnit-r
U: ; > o r u . ^ n • ; ï : ;, r u . : c o n cïu in u ^ -çn povvvoi de
déposer pendanc c;- d élai uno rec,nvto m o u v ^ >'ü> g reffe de la J u r i ­
diction qui n y ro n ^ ic é 'i^ ir co n d am n a tio n ; o-icte l'acuité im plique
n écessairem en t que io>' incétifs'iés a ie n t toute." fa c ilité s de lib re com­
m u n icatio n tiv»; : '-'..-j a'iuOiU: uni l-:-j
ju'iqr'idoî.T.; asidît'-.-v.
1-1 im p o rta it, eu o u tre, do £,;::n m t i : a e x ccn d au w és la p lén itu d e
de le u rs d ro iïs de d ctcu se d e v a n t l a Couv de C assatio n , A c e tta du,
ils sero n t autoriser.., comm e cla n s le p assé, à com m uniquer e t à c o rre s­
p ondre lib rem en t a v ic le u rs conseil;;.
J e vous inform e, V a u tre p a rt, que s e n t abrogées m es in stru c tio n s
en d a te d u 2-1 ju in 12-3S. e t 4 fé v rie r 1030 re la tiv e s a u x é ta ts m en­
su els des condam nés a u x tr a v a u x fo rcés ou à la réclu sio n en p o arvoi.
V
1942, —
115
2 FÉ V R IER
LOS .DU 0 D É C E M B R E 1941
re la tiv e aaï régim e p é n ite n tia ire d es déten u s a y a n t fo rm é u n pourvoi
â e v a n t Sa C our <2e C assatio n
ïVous, M a b é c h a z .
de
F e a iî c e , C h e f d e l ’é t a t f r a n ç a i s ,
L e conseil des m in istre s en ten d u ,
D ÉC R ÉT O N S :
A b t i c l e p k e m i e b . —■L es d éten u s condam nés à des p e in e s p r i v a t i v e s
de lib e rté , e t qui o n t fo rm é u n reco u rs d e v a n t la C our de C assation,
s e ro n t soum is a u m ém o rég im e que les condam nés de le u r catégorie
d o n t les p ein es so n t devenues définitives.
A r t.. 2. —- Ils s e ro n t en conséquence, ap rès l ’e x p ira tio n du délai
d e d is jo u r s p rév u ù l'a rtic le i22 du Code d ’In stru ctio n , crim in elle,
d irig é s s u r u n d es é tab lissem en ts affectés à l ’exécution d e ces peines.
A h t , 3. — I l s se ro n t toutefois, a u to risé s â co rresp o n d re e t à com­
m u n iq u e r av ec le u r conseil p o u r le s besoins de le u r défense.
Ajit . 4. — S ont abrogées to u tes d isp o sitio n s c o n tra ire s à la p ré ­
sente. loi.
A r t, 5,
L e p ré s e n t d écret se ra p u b lié a u Jo u rn a l ofth-icl e t
exécu té com m e loi d ’E ta t.
F a it â Y ichy, 3.e 9 décem bre 1941.
P h. P é T A IN
P a r le M aréch al de F ra n c e , chef de l ’E t a t fra u ç a is : ,
L e G arde des 'Sceau®,
M in istre secrétaire d’E ta t d la J u stic e ,
JOSepll JJAllTHÉLEMT
P o u r le G ard e des Sceaux,
M in istre s e c ré ta ire d’E ta t à la .Justice,
e t p a r d élég ation :
L e C onseiller d ’E ta t ,s\>- service extra o rd in a ire
secréta ire général d u M in istè re de la Ju stic e ,
4 fé v rie r 1942. — C i r c u l a i b e à M essieurs les d irecteu rs dos services
e x té rie u r s rela tive a u x associations de fo n ctio n n a ires (ap p licatio n
a u x asso cia tio n s à in té rê ts non professionnels).
G îsobgtcs DAYRAS
Les! d isp o sitio n s des lo is d u 15 octobra 1940 e t d u 14 septem ­
b re 1941 o n t rég lem en té le d ro it p o u r les fo n c tio n n a ire s de se g ro u p er
e n a sso c iatio n s destinées à re p ré se n te r le s in té rê ts g é n érau x de la
profession.
4942. —
114
CQ'Bïï TJSn ITEHTJA ï B®
I
P a r d élég a tio n .
L e C onseiller d 'E ta t m service extra o rd in a ire
secréta ire gén éra l du M in istè re de la Jr«stîc<?>
G e o ii g e s
DAYRAS
18 fé v rie r 1942. — û iu c t - l a ir e » M essieu rs les d irecteu rs des
e x té rie u r s re la tiv e a u concours des in firm ie rs e t in firm iè re s d u s e r ­
vice a n tiv é n é rie n p o u r service m édical.
P a rm i le s g ra v e s p ro b lèm es que soulève la m a rc h e d u -service
p é n ite n tia ire d an s les- circo n sta n ces actu elles, le m o in s a n g o issa n t
n ’e s t p a s ceju i que pose le fo n ctio n n em en t d u serv ice m édical d an s les
p riso n s o ü le n om bre des m a la d e s au g m en te d a n s de fo rte s pro p o rtln s.
L es m édecins c h a rg é s de ce se rv ic e se phH goeut n o tam m e n t de
l ’insuffisance des m oyens e t d u oo&eoars d o n t l i s d i s p o s â t p o u r
l ’accom plissem ent d e le u r tâche, s a n s cesse p lu s lo u rd e.
S an s d oute, le concours de c e rta in s d é te n u s, p a rtic u liè re m e n t de
ceu x fo rm és à la science m édicale, est-il su scep tib le d 'a p p o rte r a u
m édecin u n e aid e ap p réciab le, m a is îeirr no m b re ou le u r 'com pétence
p e u t d evenir insuffisant.
I l m 'a p p a r a ît q u ’il p o u rr a it y a v o ir lieu , d a n s de telles hypothèses,
d e 's o l i c i t e r àes se rv ic e s -locaux ! a m ise ït l a d isp o sitio n d u -service
m é d ic a l1des'1p riso n s, ït t i t r e teropora^Te, dès in firm ie rs e t in firm ières
p rê ta n t h ab itu e lle m e n t I out co n co u rs a ü service, -anti-vitoérien d » t o s ‘
étab lissem en ts.
ï l 1voùs a p p a rtie n t, e n v u e fle . provoig,n e r -de .teîies-àffiectatîons, râe
vbüd- m e ttre « n ra p p o r t, ‘d 'u n e p a r t, a r e c ‘.MM, îe s -iv ire e te u re rëgîon a ta x 'd e î à 'S anfé e t d e VAeeâstaïi-ee q u i o n t re ç u à t e s u j e t d e s d ire c ­
tiv e s de M. le S e c ré ta ire d ’E ta t à la S a n té e t à la F a m ille et, d’a u tr e
115
p a rt, avec MM. les P ré fe ts des d é p artem en ts d e v o tr e circ o n sc rip tio n
d o n t relèvent- les services an ti-vénérien s.
T-n q u estio n s ’e st posée cle sa v o ir s ’il y a v a it lie u d e co n sid érer
ecimme légales, a u re g a rd d e ces d isp o sitio n s, c e rta in e s asso cia tio n s
q u i g ro u p en t des fo n c tio n n a ire s se tro u v a n t clans u n e s itu a tio n
perso n n elle déterm in ée, te lle g u e celle d’acicien c o m b a tta n t ou de p ère
de la m iU e nom b reu se.
I l ré s u lte d ’u n a v is d n Conseil -d’E ta t, e a d a te d u 29 décem bre 1941,
q u e les fo n c tio n n aire s, q u ’ils o ie n t ou non en vue la d éfen se d 'in té rê ts
de n a tu r e spéciale, ne p e u v e n t c o a stittie r en tre e u x d ’a u tre s a sso cia­
tio n s q u e celles q u i so n t rég ies p a r le ti tr e V I I I de la lo i d u 14 se p te m ­
b re 1941 p o r ta n t s t a t u t g é n éral des .fo n ctio n n aires civils d e l'E ta t
e t des étab lisse m e n ts publics. E n revanche, il re s te lo isib le a n s fonc­
tio n n a ire s, s ’ils d é sire n t p a rtic ip e r â la re p ré se n ta tio n d’in té rê ts n o n
p rofessionnels, do s ’affilier a u x a sso c ia tio n s q u i n e so n t p a s cons­
titu é e s exclu siv em en t e n tre des fo n ctio n n a ire s e t gro u p en t to u s les
titu la ire s des in té rê ts en cause.
% m a rs
V ous v o u d rez b ien m e te n ir in fo rm é d u ré s u lta t de vos diligences.
L e G arde des Sceaux,
M in istre seci'étaire d’E ta t à la J u stic e ,
J o seph
2
BARTHÉLÉM Y
m a r s 1 9 4 2 . — N o t e de service relative aux transfèrements de
condamnés par équipe de surveillants en zone libre.
E n ra iso n de la p én u rie de c a rb u ra n t, j ’a i décidé d ’o rg a n ise r u n
serv ice de tra n sfè re m e n ts p a r chem in de fe r en zone lib re an alo g u e
â c e lu i q u i fo n ctio n n e d é jà en zone occupée.
Ce serv ice se ra c o n stitu é p a r des équipes d 'esco rte co m p ren an t
u j i g ra d é e t d eux su rv e illa n ts .
V o tre c e n tre a é té choisi com m e siège de l ’une, de ces équipes.
V ous v o u d rez bien, en conséquence, désig n er p o u r eji f a ir e p a rtie ,
p a rm i v o tre personnel, u n p re m ie r su rv e illa n t ou u n s u rv e illa n tcom m is-greffier e t de d eux su rv eillan ts.
L e g ra d é e t les su rv e illa n ts d e v ro n t o ffrir to u te s les g a ra n tie s
désiiirables de ro b u stesse, d e dévoûm ent e t d ’a c tiv ité . E n p lu s de
le u r indem n ité, p o u r fr a is de m ission, ils bénéficieront d’u n repos
co m p en sateu r, ég al a u nom bre de jo u rn é e s p a ssées en d eh o rs de le u r
résid en ce.
D èe q u a v ous a u re z ex ercé v o tre choix su iv a n t le s d irectiv es qui
précèd en t, v ous a u re z so in à m e fa ire c o n n a ître les nom s d u g rad é
e t d es d e u x s u rv e illa n ts désignés.
D es o rd re s d é taillés vous se ro n t donnés u lté rie u re m e n t, to u c h a n t
le fo n ctio n n em ent de cette nouvelle o rg an isatio n .
L a D irecteu r de l'A d m in istra tio n pénitenM aire
e t des S ervices de l’E d u ca tio n suveilllée,
CON TAN CIN
D É C R E T N* 646 B U 3 M A R S 1942
suspendant tem porairem ent l'application de certaines dispositions du
sta tu t régissant le personnel adm inistratif des établissem ents péniten­
tia ires et institutions publiques d’éducation surveillée .(fix a n t à 5 a n s
le tem p s p ré v u p o u r accéd er a u g ra d e d e ch e f d e service).
N6u8> M a r é c h a l
de
F baw ce,
Chef
de
l 'E t a t
l a n ç a is ,
V u le d é c re t d u 17 a o û t 1058 s u r le ra p p o rt d u G a rd e des S ceaux
M in istre s e c ré ta ire d’E t a t t la Ju stice,
CODK PÉNITENTIAIRE
ne
1 9 4 2 . — 1 1 MARS
D ÉC R ÉTO N S :
— L 'a rtic le 33 (lu d é c re t d u ’17 a o û t 1938 p o rta n t
s t a t u t du p erso n n el a d m in is tra tif des é ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s
e t d es in stitu tio n s 'pub liq u es d 'éd u catio n su rv eillée e s t m odifié a in s i
q u ’il s u it :
A r t ic l e p r e m ie r .
\ t A ti tr e te m p o ra ire e t ju s g u ’à u n e d a te qi’i se ra fixée p a r d écret,
les em plois d ’économe e t de greffier-com ptable des étab lissem e n ts
e t circo n scrip tio n s p énjlos;tiaü'€s corsi e x c lo s i’. 'enient ré se rv és a u x
in s titu te u r s e t com m is c o m p ta n t a u n.oins cinq, a n s de se rv ices effec­
t if s en ce.tte q u a lité ».
A b t . 2. —■L ’a rtic le 19 d u d écret du 17 a o û t 1938 p o r ta n t s t a tu t
d u p erso n n el a d m in is tra tif des -établissem ents p é n ite n tia ire s e t des
in s titu tio n s p u b liq u es d 'éd u c atio n su rv eillée e st m odifié a in s i q u ’il
s u it :
« A titr e te m p o ra ire e t ;îusquà u n e d a te q u i se ra fixée p a r d écret,
les em plois d’économ e e t de greffier-com ptable des m aiso n s d’é d u catio n
surveillée, écoles de ré fo rm e s e t étab lisse m e n ts assim iles, so n t ex clu ­
sivem ent. réserv é s a u x in s titu te u rs e t com m is co m p ta n t a u m oins
cinq a n s de serv ices effectifs e n 'c e tte q u a lité » .
« L e s em plois de d am e économe e t dam e co m ptable des écoles de
p ré se rv a tio n so n t ex clu siv em en t ré se rv é s a u x in s titu tric e s co m p tan t
au m oins cinq a n s de serv ices effectifs en c e tte q u a lité ».
A k t . S. — L e G ard e ders S ceaux, M in istre se c ré ta ire d E ta t à la
J u s tic e , e st ch a rg é de l'e x é c u tio n d u p ré s e n t d écret, qui s e ra p u b lié
• a u Jo u rn a l officiel.
F a i t à Y icby, le 3 m a rs. 1942.
P h . P É T A IN
P a r le M aréch al de F ra n c e , ch ef de l'E t a t fra n ç a is :
L e G arde des S c e a u x ,
M in istre sccvélaire d’E ta t à la J îw H gg,
Jo sep h HATlTKÛLfcMY
117
1° A u g m en tation d es ta r if s ; L ’au g m en tatio n in c o n testab le du coût
de ïa vie d ep u is 1938, q u i se ré p e rc u te s u r les p rix des d en rées v en ­
dues. en c a n tin e e t l ’a u g m e n ta tio n des ta r if s pay és a u x d éten u s t r a ­
v a illa n t d a n s les a te lie rs ju s tifie n t u n e au g m en tatio n an alo g u e des
ta r if s q u o tid ie n s payés a u x d éten u s em ployés a u x services g é n érau x
des étab lisse m e n ts
C i-joint u n ta b le a u in d iq u a n t p a r c la sse d ’em plois e t p a r é ta b lis­
sem ent les ta r if s m a x im a q u e vous êtes a u to ris é s a appliquer1 à p a r tir
de la d a te de ia p résen te circu laire.
2° A v an tag es en u a tu r e e t e n espèces : L ’In stru ctio n n° 18 du 28 fé ­
v rie r 1938 a v a it su p p rim é to u tes 3es p rim e s en espèces p a rc e q u ’elles
a v a ie n t donné lieu à des abus. T a n t que de telles p rîm e s a v a ie n t
é té a u to risée s a u p ro ü t des d éten u s tr a v a illa n t p o u r l'A d m in istra tio n
(serv ices g é n é ra u x ou a te lie rs in d u s trie ls en régie d irecte) il n ’a v a it
p a s é té possible de re fu s e r au x co n fectio n n aires la m êm e fa c ilité .
Ces p rim e s é ta ie n t, en effet, u n stim u la n t tr è s efficace de l’a c tiv ité
des d éten u s c a r elles é ta ie n t affectées e n tiè re m e n t a n pécule disponible.
I l n e p o u v ait d ’aille u rs p a s en ê tr e au tre m e n t, c a r l ’ap p licatio n de ia
rè g le des d ix ièm es a u r a it ré d u it, dans le cas c o n traire, à des
som m es in sig n ifian tes, ia p a r t im m éd iatem en t disponible p o u r le
d éten u e t le s p rim es n® l'a u r a ie n t p lu s in téressé. M ais, il en. ré s u l­
ta i t que- le s c o n fe c tio n n a n ts tro u v a ie n t beaucoup p lu s d 'in té rê t ri
p ro p o ser des p rim e s que des a u g m en tatio n s de ta r if. Ce systèm e
te n d a it à s ’éte n d re a u d étrim en t des in té rê ts du T ré so r e t en con­
tra v e n tio n de )n règle des dixièm es. C ’est pourqnoi l’In stru ctio n n° 18
d u 2S fé v rie r 1938 n 'o y a it m ain te n u q u e des jjiim e s en n a tu r e sous
fo rm e d’allo c a tio n s de v iv re s su p p lé m e n ta ire s: p ain , vin, viande, la it,
café.
M ais ac tu e llem en t to u te s les denrées a lim e n ta ire s essen tielles so n t
co n tin g en tées e t 11 e st presque im possible de donner des p rim es eu
n a tu r e â c e rta in s d éten u s sa o s que ce so it p a r p rélèv em en t s u r les
ra tio n s dn re s te de la p o pulation. .C ette façon de fa ire est évidem m ent
^ p ro h ib e r d 'u n e m a n ière absolue. C’e st pourquoi, ta n t q u e les -restric­
tio n s a lim e n ta ire s a c tu e lle s p e rs is te ro n t e t bien que les ra iso n s qui
m ’a v a ie n t f a i t su p p rim e r les p rim es en espèces g a rd e n t to u jo u rs la
m êm e v aleu r, j ’a i décidé de vous a u to ris e r à a c c o rd er de telles p rim es
d an s les conditions su iv a n te s ;
Ces p rim es se ro n t a u m axim um de 5 fr a n c s (cinq fran cs) p a r
jo u r.
relative aux nouveaux tarifs ilu service
général avec primes en espèces en ronpkxcem^nt
avantages en
nature.
11 m a re 1942 — C i i î G 'u l a ï r e
L a c irc u la ire n o n codifiée d u 7 décem bre 3937 a fixé, à co m p ter
du l 4r décem bre 1937, le s ta u x m a x im a des sa la ire s des d éten u s em ­
ployés a u x services gén érau x .
L ’in s tru c tio n n° 18 du 28 fé v rie r 1938 a com plété c e tte c irc u la ire
en ré p a r tis s a n t le s em plois en cinq classes e t en a u to ris a n t les d ire c ­
te u r s à acco rd er, d a n s c e rta in s cas, des a v a n ta g e s en n a tu re en rem ­
p lace m en t des p rim es en espèces q u i é ta ie n t supprim ées.
J e vous la isse lib re d ’e n fixer le ch iffre au-dessous de ce m axim um
e t d a n s chaque cas, s u iv a n t l'im p o rtan ce du tr a v a il fo u rn i p a r le dé­
te n u e t s a conduite.
E lles se ro n t accordées u n iq u em en t eu rem placem ent des a v a n ­
tag es en n a tu r e p ré v u s p a r l'in stru c tio n n° 18 du 28 fé v rie r 1938 e t
lo rsq u ’il vous s e ra im possible de m a in te n ir ces av an tag es.
E lle s se ro n t v ersées e n tièrem en t an' pécule disponible des détenus.
J e vous p rie de bien vouloir m ’accu ser récep tio n de la p ré se n te
circu la ire .
L e G arde des Sceaux,
M in is tr e secrétaire d 'E ta t à la J u stic e ,
J o seph
B A R T H É L ÉM Y
1 9 4 â . — 4 1 MAftS
‘
11,9
CODE PÉKITEKTIAXBE
118
R ép artitio n ©n cinq; classes «ï©8‘ e®ipîoîs
A vantages ©n n atu re p o u v an t être accordés
a u x détenus des Services g én érau x
T A R IF S Q U O T ID IE N S
MAXIMA. AtiTORlSÉë.
Hldisrar
EMPLOIS BîiîiÉfc'îGl AIRES
AVANTAGES QUOTIDIENS
CLASSE DES EJfPLOrS
■OBSERVATIONS
(CETTE LISTB EST
ilG
Ëtiajœ
EN IUTÜBR AUTORISÉS
srmtCTEms.w LUiiTAim)
Prisons
aaSïiiles,
:
defresü»
Cficfe boulangers e t aides
boalsDgers.
(M a is a a s « e n t r â t e s e t
circonscriptions).
1" infirm ier — Infirm iers et
ailles infirm iers.
Pais blanc : 1 kg.
Vin ou
: 1 L.
te id re 2 litre s).
Odiuf
: 0 kg. 250.
Lôgames Trais, légnmes secs,
pommes de te rre e t graisse,
régim e des valides aagraeo tè
de 20°/».
L e s a v a n t a g e s ei-c-ontre
c o n s ti tu e n t n n ré g im e
spécial «pii remplacer* celai
des valides.
<pjnl
ltcgim e de l'ialirm erie.
L e a a v a n t a g e s ci-eoiitre
c o n s ti tu e n t a n ré g im e
spécial qui remplacera celai
des valides.
E lectricien,
spécialiste.
mécanicien,
diaa(Tcur[
/
Chauffeurs cliaudibîè.
1/2 1 . de vio ou 1 1 . de cidre
Gn hiver seulem ent.
Désinfectent? et vidangeurs.
Cuffe.
GJssp* 11. — Kîwrfs esîaiïÏKFS ffesi
i ma te in s tî’a iïê i liépaMe/ae-Htales. i
Cafè.
€li«fe financier, K nger ra*audeur,V
cantinier, balayeni, m aleiassiets. 1
Casse-crodte, via, cfdre,
cafè. pitance, ete .-
R ations variables fixées dans
chaque eas par la Direction
de l’Établissem ent suivant
le travail exécute.
20 .
15
12
8
n
Î2
to
S
14
10
a
S
10
8
7
6
7
7
Chefs cuisiniers des maisons centrales,
d<es prison®. d e Freshts e t de Ja
Sanlé.
PïépaTâ.teiir io fia o e rie .
Gïtrvées, travaux pénibles et
ezceptioûûeJs.
»
Cliefs boulangera de tous les ê ta tris-l
MBKB-LS,
|
Période de travail seulement-
Café.
M
O iivrim _quali(îés : tailleurs, cordonnier&v hâJiÆi^ts.-^ma^ons^aou^i'ettrs.
plom bier?, peintres, e tc .;.
j
t/2 iilre de la it.
Prévôts.
»
Classe I . — Comptables iüblfntftéeaw es.
M atelassiers
•Buanüiers et buandieros.
effectif.
26
H o r s c l a s s e : Comptable général.
fr’OKtfWUllj
BcMIW;.
Dwileiaix.,
Caere, I.JOU, RicDl
tfmriffe,
Ciuirvaitx ToulMsa,
Simer,
Jj>#ï.
ï'H U .
-.
J
Classe ÜU". — CopEste, coiffeur, în A r-(
1 m û r, dw icbear.
j
Aides- : économat (maiiutentîon), b o u -f
fa-nger, euistnier, eaatftiier, etc.
(
O uvriers non cjndifiés. Manœuvres i
, J.ai'dâaiiet8.
J
’
O B S E R V A T IO N S , G É N É R A L E S
j o L a lis te c i- d e s s a s e s t s tr ic le tü e n l lim it a ti v e e t a u c u n
a v a n ta g e eu
n a t u r e n e d o it ô tc e a c c o rd é e n d e h o r s d e s e m p lo is q u i y s o n t in d i q u é s .
20 L e s a v a n ta g e s a u to r is é s c i-d e ss u s s o n t
d e s e n a x im a q u e le s D i r e c t e u r s
d 'é ta b lis s e m e n ts s o n t lib r e s d e n e p a s a c c o rd e r e n
to ta lité
s’ils
e s tim o n t q n c '- c e r ta in s d é te n u s n e le s m é r i t e n t p a s .
3 » E n r a i s o n d e s r e s tr ic tio n s a lim e n ta ir e s a c tu e lle s ,
cos
p e u v e n t ê tr e r e m p la c é s p a r d e s p r im e s e n e sp è c e s d e 5
m a x im u m , à v e r s e r e n t i è r e m e n t s u p é c u le d is p o n ib le .
a v a n ta g e s
f r a n c s au
I
Classe TT — B alayeur.
Gatfçn» i)e edlut'e e t (Je réfectoire. 1
Corvées diverses.
?
Travaux pour le personnel.
;
j
Classe v . — Eplucheurs.
}
Corvées pour iuaptes.
(
l
'
OBSERVATIONS
. KtHirc,
et île
la, SaaSt.
v m m bï p o tf
ETOOT DES C 0 . Dfi
7
J
5
i
-fi'ars classe et
classes I e t I I .
TT ne devra y
a v o ir po*r
ciisque tiittu.i'e
d e tra v a u x
rçu’ uft s e u l
chef ouvrier.
Les autres ou­
v rie rs srr&ot
c o n s id é ré s
e&mtno aides
e t pa.ïés à la
classe r n .
L ’e m p l o i é e
G&»pisB!o géB.é,ral. n ’e s t
autorisé que
d-ais-Jcs mai*
sou? centrales
et s u s F*rà&ns
de- F iesucs et
de fa Santa.
I.a classe r est
Fesfetvéç aux
n a v rie rs . quaîi-iïés e-'est-àtUcft übx . twss
ouvriers eonasissan-t bfen
le a r iB èttïr.
Les autres se­
r o n t e'oi»5idérés comme
tm v r fm non
q-uafeiliès e i
p a y e s â Ja
etosse FU
l.es chawa'ewrs
non
spécia­
lisés _ seront
considérés
comme
des
| m anœuvres.
O B S E R V A T IO N S . Q É N É E A L E S
t ’ Les salaires ci-dessus sonl des raaxima an-dcssous desquels les D irecteurs d ’iitablissem ent'
travail el sa w n d a fte ^
wxd-vïrtuellemcnt la rémunération de chaîne détenu suivaot son
2° Sam’ autorisation particulière de l'A dm inistration, les salaires ci-dessus scntexclnsifs de toui
&titre uvflQtcfgç,
a - Les ouvriers qualîlïès transférés d’un établissem ent qnelconque dans un autre en ru e dr
travaux a exécuter conserveront leu r salaire.
120
CODE P É ^ IX E N T ÏA IS 'E
1942. — U MdKS
121
12 m a rs 1942. — N o t e de service à M essieu rs les d irecteu rs de cir­
conscriptions p é n ite n tia ire s re la tiv e s à V organisation des tvansfè r e m e n ts p a r c h em in de fe r.
14 m a rs 1942. — N o t e pour M ecsieurn des d irecteu rs des services
e x té rie u rs re la tiv e a u x Mesure# ù pren d re pour é v ite r les épidé­
m ies.
Com m e su ite à m a n o te cle serv ice du 2 m a rs 1942, je v ous in fo rm e
que le S ervice des tra n s fè re m e n ts p a r chem in de fe r s e ra o rg a n isé
de la façon su iv a n te :
A u v u des s itu a tio n s de q u in zain e des déten u s à tr a n s f é r e r à le u r
d e stin a tio n p én ale , m on 2° B u re a u (S erv ice des tra n sfè re m e n ts) vous
a d re s s e ra des o rd re s cle serv ice, accom pagnés des réq u isitio n s des­
tin é e s fi. l a Société N a tio n a le dos C hem ins de F e r fra n ç a is; a 6 n que
celle-ci m e tte à v o tre disposition, p o u r u n e d a te déterm in ée, le nom bre
de co m p a rtim e n ts ou de v;-czuns nécessaires.
P a r c irc u la ire e-n d a te du 13 ja n v ie r d ern ier, j'a i a tt ir é v o tre a t­
te n tio n su r la n écessité de m ain ten ir, d an s les étab lissem en ts placés
s o u s v o tre a u to rité , le- m inim um d’hygiène indispensable à la vie
collective.
L s D ire c te u r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des Services de
r S d ü c a tio n su rv eillée vous a entretenu*; le 29 ja n v ie r dern ier k P a ris
e t îe S I à V ichy, de c e lte im portr-nve qu estio n e t vous a in v ité s à
é ta b lir u n p la n de düsûrfecîion m éthodique* p ro g re ssif e t ratio n n el.
l i c e tr è s s o tte n:^T-àr;iüori Cu' la s itu a tio n sa n ita ire , générale et
r-'ïis te a c ô ; d an s p lu ^ îu r s centras, d;'un début â ’ëpidém ie com m andant
dM.upêiieusos? m esu res de pre-phy^asie qui d e m eu reraien t illuso ires
si v ous n e p arv en ez à ré a lis e r prosliïW em ent la désin fectio n des é ta ­
b lissem ents.
J e sa is oue lo r^réfaorio::
d é sin fe c ta n ts c o n stitu a une e n tra v e
à v o s efforts- : je m e proyo-:-o de vous d is trib u e r, trè s prochainem ent,
dos titr e s de ré p a rtitio n s a p p lic a n t â dos- q u a n tité s Im p o rtan tes de
c ré sy l e t do :;yïoI. J l u s is te , d ’fcvru'e p a r t , a u p rè s des a u to rité s com­
p é te n te s -pour o b ten ir un;- ûlloc.at’oîi suffisante de soufre. Vous serez
a in s i à m ê m e d 'o rg an iser, sa n s nouveau délai, la lu tte cc.-itre Iss diffé­
re n ts p a ra site s,
Ceo ré q u isitio n s d e v ro n t ê tre p rése n té es à ia g a re de départ, au
m oins 48 h e u re s à l’av an ce p a r îe clief d ’éty.blissenient où le s dé­
te n u s d ev ro n t ê tr e p ris, au q u el tous au:-ez eu soin d ’a d re s se r l ’o rd re
de ré q u isitio n e n tem ps opposons.
L a v eille de la d a te fix é s p o u r le d é p a rt, u n e équipe d 'esco rte
se re n d ra à ré ta b lis s e m e n t u :oii p a î t le-' convoi e t a u r a p o u r m ission
d’accom pagner tyUii'C! à d estin atio n .
L e clief de ré ta b lis s e m e n t d e v ra re m e ttra au. c h e f d ’e sc o rte le s
d o ssier des d éte n u s a in s i que levuS effets ou v a le u rs déposés a u
greffe.
L a su rv eillan c e dec condam nés tra n s fé ré s d ev ra s re x e re e r dans
le tr a in avec u n e v ig ilan ce de tous le s in s ta n ts a in si o u ’ii e s t p re s c rit
p a r les règ lem en ts p o u r le s tra n sfè re m e n ts e n v o itu re cellu laire.
P e n d a n t le tr a je t, n o tam m en t, les condam nés a u ro n t le s e n tra v e s
e t les m enottes.
I l vous a p p a rtie n d r a de prc-cdre to u te s d isp o sitio n s u tile s, en fa is a n t
a p p el s ’il y a lie u ù. l a g e n d arm erie locale, p o u r a s s u re r d a n s les
m eileures conditio n s possibles, a u d é p a rt ou à l'a rriv é e , la c o n d u ite
des co n d am n és de la p riso n t ia g a re ou inversem ent.
■Tons voudrez, ‘bien m u n ir le1 chef cle convoi d 'u n e av an ce s u r v o tre
c a isse suffisante p o u r fa ire face a u x fr a is de tra n s p o rt q u i se ro n t cal­
cu lé s s u r le s bases su iv a n te s : 1 fr. 152 p a r eam p a rtim en t-iq lo rn ètre
3e classe : a u p rix de tr a n s p o rt s’a jo u te n t les f r a is de g a re e t de
co n trô le calculés d 'a p rè s la d ista n c e k p a rc o u rir e t le nom bre effec­
t i f des voyageurs.
Ces dépenses se ro n t rem b o u rsées s u r -les bases de m a c irc u la ire
d u 17 ju ille t 1941, é m a n a n t’c!u 2* B u rea u à P a ris, e t qui vous a été
tra n sm ise , p a r m es soins, de -Vichy le 21 a o û t 1941 e t d o n t c i-jo in t
copie.
Vous v oudrez bien m’a ccu ser réc e p tio n des p ré se n te s in s tru c tio n s .
L e D irecteu r de V A d w in istra M cn p én iten tia ire
et des S ervices de l’E d u ca tio n su rveillée,
CONTANCIN
lï-v o u s a p p a rtie n t, d'abord, d ’adr&s.«;or a u x S u rv eillan ts-C h efs placés
vos ordre*, des in s îru c tlo ü s de d é ta il c n n s lesquelles vous n e vous
b o rn erez p a s â reco m m an d er la s tric te observ atio n de i a rég lem en ta­
tio n en viyuoiir co n c e rn a n t l ’b y çièn e g é n é ra is (lav ag e fré q u e n t des
p aq u e ts, v e n tila tio n des d ortoir* e t a te lie rs etc...) m a is vous n ’hésiterez
p a s à p réc o n ise r le s diverses m esu ras dont les circo n stan ces locales
co m m an d en t p lu s p a rtic u liè re m e n t l’application.
V ous aurez* s u rto u t, à v e ille r à l a m ise en ex écu tio n dans îe c ad re
de votr-s circ o n scrip tio n p é n ite n tia ire d u p la n de désinf&ctfon étab li
p a r vos so in s ; si les -circonstances a c tu e lle s re n d e n t p a rticalièrem en t so u h a ita b le l a co llaboration des diverses co llectiv ités publiques,
il v a sa n s d ire q u ’u n e cohésion e t uno h a rm o n ie p a rf a ite s doivent
c a ra c té ris e r le s effo rts fo u rn is p a r nos p ro p res services. V ous a u rez
donc à o rg an iser, îe ca s échéant, en p ro u p a u t lee d isp o n ib ilités des
d iv e rs é ta b lisse m e n ts de vos circo n scrip tio n s p é n ite n tia ire s des col­
lectio n s de v ête m en ts de rech an g e que vous p o u rre z a d re s se r succes­
sivem ent, a u m om ent opportun, là où elles sero n t, nécessaires. C ’est
h vous q u 'il a p p a rtie n t de v e ille r à ce que les bonnes volontés, loin
de s ’u s e r d a n s des m a n ife sta tio n s s a n s r é s u lta t d u rab le, s ’u n is se n t e t
se co o rdo n nen t en vue, de ta n g ib le s effets.
Si les m aiso n s c e n tra le s e t les m aiso n s de co rrectio n do g ra n d effec­
t i f p eu v en t, p a r la fix ité d e le u r population, o ffrir m oin d ’obstacles
à vos efforts, il n 'en v a p a s de m êm e p o n r les m aiso n s d ’a r r ê t dont
la p o p u la tio n essen tiellem en t m o u v an te d e v ra fa ire l'o b je t d ’nne
p a rtic u liè re su rv eillan ce ; les n o u veaux a rriv a n ts , n o tam m ent, d ev ro n t
ê tr e in c a rc é ré s d an s des locaux sép arés ju s q u ’à le u r d ésinfection ;
de même, les p riso n s réo u v ertes u s d ev ro n t p a s v o ir le u r in ta lla tîo n
neu v e souillée p a r ls présence d ’in d iv id u s m alp ro p re s ; ennn, il ne
sers. plu3 to lé ré que les d éten u s qui tra v a ille n t â l'a ir lUm* dans les
c h a n f.e rs e x té rie u rs p u is se n t .être p o rte u rs de p o u x ; la vie en plein
eoîls
122
e O M PÉNITENTIAIRE
1942. —
a ir comporte des possibilités d’i-iygiène- qu’il convient de ne pas
négliger.
E n a ttac h an t vos effoils à une itric te application des directives
qui précèdent, voua aurez conscienoe de protéger non seulem ent la
sa n té piiysiqtce de® détenus Qui. sont confiés à; votre g ard e m ais eoeore
eetfe' du personnel de surveillance yiîL est sonnais, & le u r contact .quo­
tidien e t au ssi d e l’ensemble de la population que- m enacerait grave­
m ent la survenance d'éventueJles épidémies.
En- m ’accusant i-éeeptton de la présente circulaire, vo«* me ferez
connatftre -les grandes; lignes d u plaça de désinfection « p e vous amrez
établi dans: îe cadre- de votre circonscription pénitentiaire' e t vous
ns'ad'reeserez couple. d es instructions» qu'il vous a u ra p aru utiles; d’eaavoyer à ço& Suuryeülaats-Chefa à ce sujet.
J oseph
14 m a r s
123
voir a p p o rte r a u x disp o sitio n s ré g lem en taires actu e llem en t e n viguetir
p o u r le re c ru te m e n t de# s u rv e illa n ts sta g ia ire s.
Le, D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
,
CONTANCIN
D é c r e t r e la tif à l’o u vertu re â’u n concours de co m m it t u ju in 19$8■
(p ro g ram m e e t conditions d u concoui’s).
BARTHÉLÉM Y
P our am pliation :
L e D irecteu r «te V A d m in istra tio n pénitentiaire.
e t de& Êtewieew. d-e l'BAucaxtiQn surveillée,-.
C ontancxn
L e G a r d e d e s S c e a u x , M i n i s t r e s e c r é t a i r e d ’E t a t a ï a J u s t i c e ,
Vu le d é c re t du 17 a o û t 1938 fix an t le s t a tu t du p ersonnel a d m in is tra tif
des serv ices e x té rie u rs de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t de
l ’E d u c a tio n su rv e illé e ;
ARRÊTE :
14 m a rs 1942'. — N o te de service p o u r Monsieur, de D ire c teu r rela tiv e
taux propositions à adresser m en su ellem en t p o u r n o m in a tio n com m e
stagîaü'es de su rv e illa n ts auæ ilùures.
J e vous p r i e de- ^ a d r e s s e r , à H aw aii',, à. la. f ia de- ch aq u e maie,
des p ro p o sitio n s e a v u e de ia oom inatiQ û comm e surveiJiUmts, s ta g ia i­
r e ^ d es su rv e ilta n ts a u x ilia ire s e a se rv ic e nUirn u a établ-issenKait. piacé
sous, v o tre au-torûtê qui,, a y a n t d o n n é e n tiè re s a tis fa c tio n p a r leo r
m anière- de sesviar, ifeaiplisseat. to«,teg l e s conditions. règlementaLTes
poiur- accède*1 dans, ie ca-'AïQ- noroial..
J e v o u s ra p p elle qu^&.ctueïleareai;- ce» coad&tioïr» sowü t e s su-Svamtea :
1)' a'V’oite- p ïu » dte- 21 a©«: e t raoiir» J e 30- a n s (lim ite d’â g e recu lée
d ’u n e d u ré e '’ég a ie a- eelïe dfes service» admissiMfcs p o w fc* re te a tte .
p récédem m en t aceompft'st
2>)i être, reconnu ï^y sû j.u eo aeat a p te $as- un- m é d ec ia de y A d m m istratton. EéiiLteoitia-ira»,
S) a v o ir u n e ta ille m in im a de 1 m. 67 sa n s ch au ssu res.
V ous m e siguaj.ereis, d ’au tre- pajfc, le& é lira s,n ts dfir v a le u r %uiv. p arce
q u ’tîs a e re m p lisse n t pas. i'un«' quefcQaq.ue' de ces- co n d ition .^ iua- peu-,
v e n t ê tr e in té g ré s d a n s le- c a d r e n o rm a l e.t v o u s m e ferez, co n n a ître
votre- avi® s u r les. modifl£aitiou& qji’iî: vous, la-rai-tnait, sojîlm itaW e de
A r t i c l e p r e m i e r . — U n concours e s t o u v e rt à p a r t ir d u 1er ju in
1&42 à u n e d a te qui s e ra p o rtée à la co nnaissance des c a n d id a ts
Q uinze jo u r s a v a n t le s épreu v es, p o u r l ’ad m issio n à titr e civ il à
l’em ploi de com m is des é tab lissem en ts p é n ite n tia ire s.
A e t . 2. — L e no m b re de p la c e s m ises a u concours e s t de 7. Si
d é n o u v elles vacances se p ro d u ise n t ou so n t à en v isag er q o u r une
d a te « a n térie u re a u 1er a o û t 1942, le nom b re de places m ises a u
co n co u rs p o u rra ê tr e au g m en té p a r u n nouvel a rrê té .
P e u v e n t seu ls p re n d re p a r t a u x épreuves :
1° les c a n d id a ts titu la ir e s d u b a c c a la u ré a t o u d u b re v e t su p é rie u r ;
2° le s fo n c tio n n a ire s de l ’A dm inisti*ation p é n ite n tia ire e t des s e r­
vices de l’E d u c a tio n su rv e illé e co m p ta n t a u m oins d ix a n s de
serv ices effectifs.
A rt . 4 . — L es c a n d id a ts ne so n t ad m is à co n co u rir q u ’a p rè s av o ir
o b ten u l ’a g ré m e n t d u M inistre.
I ls se ro n t p réalab lem en t ex am inés p a r un m édecie de l’A d m in istra ­
tio n p é n ite n tia ire , qui d e v ra ce rtifie r «qu’ils ne so n t a tte in ts d ’aucu n e
a ffectio n o rg an iq u e n i d’aucu n e in firm ité le s re n d a n t im p ro p res au
serv ice des b u re a u x ».
I l s d o iv en t ê tr e F ra n ç a is à titr e o rig in aire, av o ir s a tis f a it au x
o b lig atio n s des lo is im p o san t u n service n a tio n a l o b lig a to ire e t ê tre
â g és de 21 a n s a u m oins e t de 30 a n s a n plus.
T o u tefo is, c e tte lim ite d'âge e st reculée d ’u n e d u rée égale h celle
des serv ices a n té rie u re m e n t accom plis o u v ra n t des d ro its à la re tra ite .
A r t . 5. — t L es dem andes d ’adm ission a u concours so n t éta b lie s su r
124
CODE P ito lT E ÏïT JA llïB
p a p ie r tim b ré, é c rite s e n tiè re m e n t de la m a in d u c a n d id a t e t doivent
Glxv) accom pagnées d e s .pièces ci-ap rès :
1 8 4 2 , — . 14
^ . ^ . U ne réd action, d e,.sty le •.'sur p u s.u je ^ s im p le ,;d’,h is to ire ,, de U tté' i , ,, :.ra tu re , ou d’im ag in atio n ;
2° u n e com position d ’a rith m é tiq u e ;
1° A cte de n aissa n c e s u r p a p ie r tim b ré ;
2° C ertificat de bonne v ie e t m œ u rs d é liv ré p a r le m a ire de la ré­
sidence e t d û m en t lé g a lisé ;
3° B z tr a i t du c asie r ju d ic ia ire re m o n ta n t û moi os à ’u n mois. ;
4° U ne pièce é ta b lis s a n t que lo c a n d id a t a s a tis f a it a u x 'o b lig a tio n s
des lois im p o san t u n serv ice n a tio n a l o b lig a to ire ou q u ’il a p p a r­
tie n t encore, t o u elq u s titr e que ce so it, axez, arm ées de te rre , dé
m e r ou de l ’alv ,
f5-■ TJne copie d û m en t certifiée e t lég alisée cVcs diplôm es, b rev ets eu
ce rtific a ts d o n t io c a n d id a t e s t titnlvùre. :
6° Tina pièce d û m en t lég alisée in d iq u a n t ï'ê ta t-c iv il co m plet e t en
p a rtic u lie r, que le c a n d id a t possède Ja n a tio n a lité fra n ç a ise à
ü t r e o rig in a ire ]
7“ L e s d é c la ra tio n s p ré ru e s p a r les lo is des 18 a o û t 1940 s u r les
asso ciatio n s se c rè tes et 2 ju in 1041 s u r les Ju ifs.
A rt . 0. — La lis te d 'in sc rip tio n s e ra irrév o cab lem en t close le 15
m ai 1942. P a ss é ce délai, aucun c a n d id a t ne p o u rr a ê tre in sc rit.
L e M in istre a rr ê te la lis te des c a n d id a ts ad m is à concourir.
)Les c a n d id a ts q u i n e re m p lisse n t p as les co n d itio n s éd ictées a u x a r t i­
cles 3 e t 4 on qui n 'o n t pa* déposé les pièces exigées p a r l ’a rtic le 5
so n t inform és, 0 jo u rs fra n c s a u m oins a v a n t l ’o u v e rtu re du con-.
cours, q u ’ils n e fig u ren t p a s s u r la lis te d’in scriptio n .
C eu s ad m is à concovrir reçoivent, d a n s le -même délai, u n e le ttr e
de c’o av o catio n le u r fa is a n t c o n n a ître les lieu, jo u r e t h e u re du
concours. L es pièces p ro d u ite s p a r les c a n d id a ts non a d m is se ro n t
renvoyées.
.12.5
m ajps
;
, ,,3 °, u n e - com position .a d m in is tra tiv e s u r u n s u j e t ,in té re s s a n t ,d’ùne
m an ière, générale, les services •p én iten tiaires,, leur- o rg an isatio n ,
le s élém ents du d ro it civil, de la lég islatio n pénale, de l ’o rg a n i­
sa tio n constitutionnelle,- ad m in istra tiv e , ju d ic ia ire e t financière
de la F ran ce.
Art.
10. — II. e st accordé a u x c a n d id a ts :
S ’ietires p o u r la réd actio n ;
1 Ii 1 /2 p o u r la com position d 'a rith m é tiq u e ;
2 h. 1 /2 p o u r la com position a d m in istra tiv e .
A e t . 11. — P o u r chacune des épreuves, il e st a ttrib u é a u x c a n d id a ts
''Ti'tt n om bre d e -p o in ts v a r ia n t de 0 à 10. L e coefficient 3 e s t a ttrib u é
à la com position dà. réd a c tio n è t le coefficient 2 3. là com position ad m i­
n is tra tiv e .
. ;A r t . 12. — Les- épreuves é c rite s so n t élim in ato ires. N ul ne p e u t
.être: ad m is a u x exam ens oraux. s ’il n’a ob ten u HO-points p o u r l’exam en
écrit.
A e t . 13. — L es c a n d id a ts d écla rés adm issib les su b iro n t les épreuves
f r a i e s q u i c o n sisten t en 5 in te rro g a to ire s p o rta n t s u r :
:
1) l ’h is to ire e t la géographie ;
, . 2) ^ o rg a n isa tio n co n stitu tio n n elle,
• . fhian.ciaire de là F ra n c e
'
ad m in istrativ e,- ju d ic ia ire
et
3) le s élém ents de d ro it civil ;
: - 4) l’in s tru c tio n crim ùzelïe e t la lég islatio n p én ale ; .....................
A b t . ?.. — L e ju ry , d o n t les m em bres so n t nom m és p a r le G arde
d es Sceaux, M in istre se c ré ta ire d ’E ta t à la Ju stic e , e st com posé
com m e s u it :
;ô) la science p é n ite n tia ire .
'
- le D irecteu r de l 'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des Services
de l ’E d u catio n su rv e illé e ou le S ous-directeur, P ré s id e n t ;
- u n D ire c te u r ou au D ire c te u r h o n o ra ire d ’étab lissem en t p én ite n ­
tia ir e ;
- un M a g istra t à .3’A d n ÿ n istra tio n c e n tra le d u m in istè re de la J u s ­
tice o iïe c të à la D irectio n de i’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire et
des Services do l'E d u c a tio n surv eillée, 'secrétaire.
A ht . S. — L ’exam en com prend des épreuves é c rite s et des épreuves
o rales p o rta n t s u r le s m a tiè re s in s c rite s o u program m e annexé au
p ré s e n t a rrê té .
A rt.
9. — L es épreuves écoites c o m p r e n a n t :
A r t . 14. — P o u r ch acu n e des épreuv es orales, il « s t a ttrib u é .aux
c a n d id a ts u n nom bre de ^poînt-à v a r ia n t de 0 à .10.
' A r t . 15. — L p s c a n d id a ts r-r.i p ro d u iro n t im diplôme, de licencié
jouii-ont d 'u n e bonification de 10 points.
.
..
- u n In sp e c te u r g é n é ra l ou u n In sp e c te u r des S ervices ad m in is­
t r a t i f s du m in istè re de l ’In té rie u r ;
- un M a g is tra t de l'A d m in istra tio n c e n tra le d u m in istè re de la .
J u s tic e affecté à la D irectio n de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des Services de l’E d u c a tio n su rv eillée ;
, ,
A p, t . 16. — L e ju r y a r r ê te le classem en t su iv a n t le nom bre de
: p o in ts o h ten u s cju'i ne p e u t étl-g in fé rie u r à 5o e t cirasse ia liste
; des û a n d id a ts adm is qui e st soum ise à l’ap p ro b atio n ciu M inistre.
'L à m a jo ra tio n prév n e â l ’a rtic le 15 ri;é n tre e u ligue dé com pté 'que
p o u r le cla sse m e n t définitif-.
;
A r t . 17. — A u n e d a te gui se ra u lté rie u re m e n t fixée, un second
concours a u ra lieu p o u r les c a n d id a ts q u i; p a r s u ite de circonstances
im p u ta b le s à l’é ta t de g uerre, n o tam m en t de c a p tiv ité ou' de bles­
su res, a u ro n t é té m is d an s l’im possibilité m a té rie lle de p a rtic ip e r à
celui in s titu é p a r le p ré s e n t a rrê té .
A r t . 1S. — L es c a n d id a ts déclarés ad m is so n t nom m és com m is des
é ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s a u f u r ei:
m esu re de» vacances, tlans
;l ’o rd re de c lassem en t d éfin itif approuvé pîir le M inistre.
1942 * — 2.L atAQS
126
12.7
CODE PÉ m T E N T IA IE E
A r t . 19. — L e j u r y a r r ê te r a so u v e ra in em en t îa d écision à p re n d re
s*ur to u te s les q u estio n s q,ui ré s u lte ra ie n t des -circonstances a c tu e l­
les.
A r t . 20. — L e ^D irecteur d e l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des
Services d e l’E d u c atio n su rv eillée e s t c h a rg é dé l'ex é cu tio n du. p ré ­
s e n t a rrê té .
F a it à V ichy, le 14 m a rs 1942.
J oseph B A R T H É L É M Y
- v eiU er b une- rép artitio n - trè s ex acte, de1 ces. pcodAiit& entre, les
détenus- ; vos. sffouta: d e v ro n t veilleu sucto.ut à. u n e égale ré p a rtitio n
d ü ft’oraage- ;
- pré'ci'ser q-u’en- a u c u n eas ces prodtatfts rie- d o iv en t ê tr e ré s e m îs
a u x c lie n ts de l’a can tin e; m ais, a u contraire*, liv rés; Si la. consom ­
mation- ‘de to u s
2° l ’équ iv alence de 100 gram m es de légum es secs- o u de riz- potrr
750 gram m es, de pom m es de, te r re a été’ jugée, insuffisante-; d é so r­
m ais, Üatfcribuîion, en. cette m a tiè re , s e ra conform e au- ta b le a u
su iv a n t :
ra tio n q u o tid ien n e de :
400 g ram m es de pom m es de te r r e
o it
21 m a rs 1542. — O ib c u la ib e re la tiv e 4 V a iitn eu ta iio n des d éten u s
(d en rées su p p lém en taires, su cre, p â te s a lim e n ta ire s, fro m ag e).
U ne de m es p lu s c o n sta n te s p réo cc u p a tio n s a é té e t dem eure d 'a s­
s u r e r à la population, p é n ite n tia ire d o n t la su rv e illan c e e s t confiée
à l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire , u n rég im e d’ex isten ce qui, to u t en
s u b is s a n t de g rav e s re s tric tio n s im posées à l'ensem ble d e la com m u­
n a u té n a tio n ale, s ’accom m ode cep en d an t d’u n é lé m e n ta ire souci d 'h u ­
m anité.
O r, l’exam en des d iffé re n ts docu m en ts a d m in is tra tifs é ta b lis p a r
vos soins ( ta u x de m o rta lité , é ta ts de pesées, etc...)- a in s i que les
v is ite s d ’étab lisse m e n ts au x q u e lle s il m ’a é té do n n é de procéder,
m ’o n t c o n d u it à c e tte conclusion que le rég im e a lim e n ta ire des détenus,
te l q u ’il é ta it fixé p a r l a c irc u la ire N° 874 KV du 15 décem bre 1940
d u se c ré ta ire d’E ta t a u R a v ita ille m e n t, c o n d am n a it in ex o ra b lem en t
u n e g ran d e p a rtie de la p o p u latio n p én ale à d e s tro u b le s physiologiques
ex trêm em en t grav es.
D an s ces conditions» j ’a i é té am en é dès le d é b u t de la m au v aise
saiso n à a u to r is e r l’envoi a u x d éten u s de colis de v iv re s de l ’e x té rie u r ;
f a i s u r to u t é té co n d u it, a in si que je v ous en in fo rm ai p a r c ircu ­
la ir e d u 10 octobre 1941, à ren o u v ele r a u p rè s du s e c ré ta ire d’E t a t
a u R a v ita ille m e n t de p re s sa n te s d ém arch es afin d ’o b te n ir u n e .amé­
lio ra tio n d u rég im e a lim e n ta ire actu e llem en t en vigueur.
J e s u is h e u re u x de v ous a d re s se r sous ce p li, l a copie d ’une
c irc u la ire N° L289 R I eu d a te d u 10 m a rs 1042, p a r la q u e lle le
se c ré ta ire d ’E t a t a u R a v ita ille m e n t in fo rm e le s d iv e rse s a u to rité s
com pétentes, d n nou v eau régim e a lim e n ta ire in s titu é en fa v e u r des
d é te n u s ; il n/’a p a s dépendu de m es Services, 'd o n t les effo rts en
cette m a tiè re so n t d em eu rés c o n sta n ts, q u e la m ise en a p p licatio n des
n o u v eau x te x te s n écessite d’aussi- lo n g s d éiais.
L a rè g le m e n ta tio n n o u v elle se p récise p a r le s c a ra c té ristiq u e s
su iv a n te s ;
1° a ttrib u tio n su p p lém e n ta ire m en su elle de
s a c re
................... .............. .......................
p â te s alim entaires) ..................... ■-............
fro m ag e
..............................
400 gram m es
250
~
120
—
L a v a le u r - n u tr itiv e de ces a lim e n ts e s t des p in s a p p réciab les ;
au ssi bien convien d ra-t-il de ;
500 g ram m es cF autres g ro ^ légume®
(to p in am b o u rs, n a v e ts rutabagas)*
ou, à d é fa u t, 100 grammes-, d e légum es secs.
I l e s t c e p e u ü a n t précisé q u ’en ra iso n de la p é n u rie des stocks, il
ne se ra possible, e n au cu n cas, de d é liv re r d u riz en rem p lacem en t de
pom m es de te rre.
C et am én a g em en t n 'e x c lu t pas, d ’aille u rs, i’alio catio n d e légum es
f r a is e t de fru its , p ré r u e p a r m a c ire ù ia ire d u 10 octobre d ern ier.
3° ia ra tio n de v ia n d e e s t fixée à 125' gram m es- p a r sem aine.
4° le p rin c ip e est posé de l'a s sim ila tio n e n tre les d éten u s adm is,
a p rè s co n trô le m édical, dans les in firm eries des- étab lissem en ts pém tBBttainresi e t te »
soignés. dans. le s hôpitaux,: les, une* com m e les
afuÆres* po.urtiocÆ. per^evoic l'ua- d e s régim es, sp éciau x a ttrib u é s aux:
mafradjes1 p a r la eiaicuiarre. N° 3S KiC/HA, du. 2 1 décem bre 194Û du
se c ré ta ire d ’E ta t a u R ^vitailL enieni 'K il va, sans, dire, <ÿi& c e régjm e
de fa v e u r n e p o u rr a ê tre consenti qn’a u bénéfice des déten u s qui se ro n t
effectivem ent, en tra ite m e n t d an s les infirm eries.
E n a u c u n cas,. le s surveiU ants.-chefs ne p eu v en t u ti li s e r les titre s
d’a lim e n ta tio n des détenus, q u ï d oivent ê tr e remis-, p a r v o tre in te r­
m édiaire,. a u D ire c te u r d é p a rte m e n ta l d n R a v ita ille m e n t général,
a u x fins d ’ànnul'at'ion.
L e nou v eau régim e ainsi' in s titu é ne p ro d u ira it p a s -to u s les h e u reu x
effets escom ptés, si u n e su rv eillan ce p a rtic u liè re m e n t attentive- des
re p a s ne p a rv e n a it ii a s s u re r à chaq u e d é te n u l'in té g ra lité d e sa
ration,, m ais à prohiber, tout supplém ent ; je vous renouvelle, k ce
s u j e t , m es in s tru c tio n s an'térieux*es p a r lesquelles j e vous- recom m an­
dais. d ’é v ite r l'in s titu tio n d 'u n régim e p ré fé ré e fi'e i a n bénéfice de c e r­
ta in s condam nés affectés a u x se rv ices g é n érau x e t n o tam m en t dfe ceux
q u i sont em ployés à la cuisine.
J e tte o s enii-n â v o u s com m uniquer u n e in form ation, a u x term es de
la q u e lle c e rta in s, m em bres d u p ersonnel de surveillance, e t m êm e du
personnel, a d m in is tra tif se s e ra ie n t la issé s a lle r à com pléter le u r
a lim e n ta tio n pessonnfttle en p ré le v a n t des denrées sur. les- ra tio n s
des d éte n u s d o n t ils- o n t la ch a rg e ; je m e sn is élevé avec, force contre
ces a llé g a tio n s m alin ten tio n n ées qui, j ’en a i la fe rm e conviction, ne
p e u v e n t corresponds®.- à la réalité.. M a is a’il. d e v a it m rê tr e dém ontré
que, c o n tra ire m e n t à l a trad itio n , du? p erso n n el p é n ite n tia ire , c e rta in s
a g e n ts oublient à ce p o in t le u r devoir le p lu s élém entaire, je n ’hés ite ra is ; pas- à prervdre co n tre e u x les- [dus. sév ères sanctions.
128
CODE P1CK.ITSNT3A7HE
i9 4 2 .
I l s e r a it illu so ire d’im ag in er que ie n o u v eau rég im e a lim e n ta ire
r e d r e s s e ra san s délai u n e s itu a tio n s a n ita ire com prom ise à la fois
p a r les re s tric tio n s a lim e n ta ire s e t p a r les rig u e u rs d e F liiv er ; du
m oins, peiû-on e sp ére r q u ’u n e a m é lio ra tio n sensible n e ta r d e r a p as
h se m a n ife ste r ; vous a u re z â mo re n d re com pte, à la d a te du'
î sr m ai, des p re m ie rs effets de îa n o uvelle règ lem en tatio n ; vous aurez,
euflo. lo rsq u e vous serez sa is i de réc la m a tio n s se ra p p o r ta n t à la
p o u r r itu r e des déten u s, le d ro it d ’affirm er que, d a n s le ca d re des
•re s tric tio n s g én érales im posées a u p a y s p a r les c irc o n sta n c es ac­
tuelles, l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire a o b ten u le m axim um de ce
q u 'il é ta it possible d ’acco rd er â ia p o p u latio n pénale.
L e D irecteu r de VAd-wM iistration p ên iijiitU d re
e t des S ervices de VR’ïvc a U o n sw'V&iilee,
c ïït a n c iïï
129
MARS
II est, e n o u tre, spécifié que ces d e rn iè re s a ttrib u tio n s ne peu v en t
cu m u le r e t q u ’en ‘a ucu n cas il n ’es-t possible de d é liv re r de riz
eu re m p lacem en t de pom m es de te r re p a r su ite de la p é n u rie de
sto ck d a n s c ette denrée.
L es d é te n u s ad m is d an s les in firm eries p é n ite n tia ire s se ro n t a ss i­
m ilés a u s m alad es des h ô p ita u x e t p o u rro n t percevoir, le cas écliéant,
l ’u n des rég im es spéciales: des m alad es visés p a r m a c irc u la ire N° 37
R C /H A du 21 décem bre 1040.
î l e st p récisé que ces- régim es ne d oivent p a s ê tr e accordés a ceux
d es d é te n u s q ui ne s e ra ie n t p a s effectivem ent en tra ite m e n t à r in­
té r ie u r 'des infirm eries.
I i e st fo rm ellem en t in te rd it d’é m ettre des bons d'ap p ro v isio n n em en t
ou de d é liv re r des tic k e ts d’ap p ro v isio n n em en t p o u r des: den rées rationnéxes a u tr e s que celles n g u ra n t s u r 3a liste ci-dessus, ou p o ur
des q u a n tité s su p é rie u re s d celles de la d ite liste. MM. le s d ire c te u rs
d é p a rte m e n ta u x d u R a v ita ille m e n t g én éral d ev ro n t ex ercer une s u r ­
v eillan ce p a rtic u liè re s u r ce point.
fr
* >'
ÀLirtSJüNXÂTION DES DÉTENUS
L'.ï SECKÊTAÏÏtE I-’ETAÏ ATT RAVITAILLEMENT:,
A M essieurs les directeurs règlc-nü.v.% d u R a-vitaU lem eni gén éra l /p o u r
in fo rm atio n ) ; à M essieu rs-le s d irecteurs àéparteraentauæ û a J ic v iia ille m e n t général (poil? a ttrib u tio n ) ; à M essieurs les préfets-rég io 'ittLuz e t d é p a rtem e n ta u x (p o u r in fo rm ation ).
Le régim e a lim e n ta ire des d é te n u s ac tu e lle m e n t en v ig u e u r v ous a
é té n o tiâ é p a r la c irc u la ire N° 8.749/P.Y d û 15 dévem bre 1940A u cours de ces d e rn ie rs m ois e t â p lu sie u rs re p rise s, m on a tte n ­
tio n a é té a ttir é e s u r l a s itu a tio n s a n ita ire des é ta b lisse m en ts p én i­
te n tia ire s e t s u r le s tro u b le s physiologiques ex trêm em en t g rav e s d ont
so u ffren t les détenus, n o ta m m e n t d u f a i t que le u r régrnie le s a v a it
p riv é s d’u n e q u a n tité suffisante de quelques den rées telle s .que su cre
ou from age.
., '
E n conséquence, j ’a i l'h o n n e u r de vous fa ire c o n n a ître q u ’en accord
. avec M. le G ard e des Sceaux, M in istre se c ré ta ire d’E t a t à la Ju stic è ,
j 'a i décidé do rem p lacer le rég im e a c tu e l des d é te n u s p a r le su iv a n t,
dès réception de la p ré se n te c irc u la ire :
' P a in (hom m es e t fem m es) .................. 400 gr. p a r jo u r •
M a tiè re s g rasses ........
64 gr. p a r sem ain e
V iande
r
; ....................... 125 gr. p « r sem ain e
S ucre ...................
400 g r. p a r m ois
P â te s ................................................, ........... 250 gr; p a r mois
F ro m ag e .. .............................
• • 330 g r. p a r mois
(so it pom m es d e te r r e ............... 400 gr. p a r jo u r
(so it a n tre s grog légum es (to p in am b o u rs,
(navets, ru ta b a g a s ......... J . . . , .
500 gr. p a r jo u r
(soit, à d éfau t, légum es s e c s / . . . 100g r .p a r jo u r
30
J ’a tt ir e v o tre a tte n tio n s u r la clau se de m a circ u la ire N° 1.5S0 RV
d u 14 ja n v ie r 1941, q u i stip u le que l'ap p ro v isio n n em en t des p riso n s
d o it ê tr e a ss u ré u n iq u em en t a u m oyen de bons d'ap p ro v isio n n em en t
ém is p a r le d ire c te u r de la circo n scrip tio n p é n ite n tia ire sous le con­
trôle; du d ire c te u r d é p a rte m e n ta l du R a v ita ille m e n t g én éral, ou au
m oyen de tic k e ts d'f.pproviisionr.emeHt délivrés p a r ce d ern ier.
J ossp :* B A R T H É L É M Y
C
—
1
1
;
L e d ire c te u r de la circo n scrip tio n pcnil& rdirùre v e ille ra à cû que
le s d ire c te u rs d è s -p ris o n s n ’u lû ise n t, e n au cu n cas, les titre s d 'a li­
m e n ta tio n des d étenue q u i doivent recev o ir ia d e stin a tio n prév u e
p a r m a c irc u la ire N° 1.5S0 3?,Y du 14 ja n v ie r 1941.
P o u r le secrétaire d 'E ta t a u RaviiaiU em -ent
e t pur délégation
L e C onseiller ,d’Eia-t
secrétaire général d u R a v ita ille m e n t
■.
B IL L E T
,
p a r a m p lia tio n :
L e D irecteu r de la D istrib u tio n
H a m e lik
30. m a rs 1942. — CxscuLAWtE re la tiv e av.ee p r ix des tra n sp o rts par
ch em in de f e r (s u ite 1 m a c irc u la ire d u 12 m a rs 1942).
Com m e su ite <> m a c irc u la ire du 12 m a rs 1942, j ’ai, l’h o n n e u r de
vous a d re s se r u n e copie de l ’a rtic le 25 d u c a h ie r des c h a rg e s de la
S.N.C.F. leq u el a é té p ublié au Jo u rn a l officiel le Y ja n v ie r 1938.
Le?: p rix p rév u s actu ellem eu t en co n fo rm ité de$ p ro scrip tio n s de
c e t a rticle , so n t les su iv a n ts :
130
CODB PÉKI.XBKÏIAIBB
494-2. — 1 er a v r i l
- T ransporte en w ageus m v oitu res cellu laires :
a> em ployés î?e PA tîm îiifstraêto® p é a ite o tîa ip e , g a rd ie o s e t p riso n ­
n ie rs F ï s : 0,1© p a r Sro.
b) gendarm e» :. F r s : 0,08 pai' km.
- Tranporfs dans un ou plusieurs ftn ip artim eots de voitures de 2"
ou de 3e classe <ie la S.N.C.F.
p a r Ck«o®a^ttm«ût e t p a r k m : E r s . 1*305 e a 2e e t F r s : Q £5 en
3? classe.
L es je u n e s d élin q u a n ts re c u e illis p a r rA dïm srâstration! p o u r ê tre
tr a n s f é r é s fia 03 des- é ta b lissem e n ts d ’éducation, su rv eillée, a c q u itte n t
l ’u a e o u l'a u tr e des. taxes- ci-d essu s s u iv a n t q u ’i l s v o y a g e n t e u w ag o as
oul e a -«Gïtnres cellu la ire s, ou en, v o ilu re s d e l a S ociété N a tio n a le des
Chem ins, de F e r.
A ux
e t de
f r a is ,
fixés, à
131
F ra is de gare e t de contrôle
Frs... : 0,30 lo rsq u e le p a rc o u rs n e dépasse p a s 25 km
—
0,60 lo rsq u e le p a rc o u rs e s t com pris e n tre
26 e t 50 k m inclus
! 2o
51 e t 100 1cm —
_
2)40 '
10 1 e t 200 km —
__
3 ’go
201 e t 300 k m —
301 e t 400 k m
—
4,80
e s t su p é rie u r à 400 km .
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t de* S ervices de l'E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN
p rïx d e tr a n s p o r t a in s i d é te rm in é s s’a jo u te n t d e s f r a i s de g a re
co n trô le <fui saint cal c alé s d ’a p rè s
îa d ista n c e k p a rc o u rir; Oee
a p p licab le s p a r v o y ag eu r et. p a r
t r a j e t sim p le effectu é, so n t
:
Û,2 o îo rs^ u e le p a rc o u rs e st com pris e n tre
*• "
2- "
3. .
”
5
2$
51
101
e t 25 k m inclus
e t 50 km —
e t 100 k ra —
e t 200 km —
201 e t 300 k m —
301 e t 400 fera — .
su p é rie u r à 400 km.
*
*£
A c e tte occasion, j e voos- a d re sse é g ale m en t la copie c i-jo in te de
Mv le D ire c te u r d e îa S.N.C.F. k In d a te d u 25 fé v rie r 1942 :
J e vous ‘in fo rm e que, du f a i t de la m a jo ra tio n g é n é ra le des ta r ife
(20 %) in te rv e n u e le 28 ,1amet 1941, les ta x a s e t f r a is accesso ires q u i
fig u ren t d an s n o tre le ttr e « S erv ice com m ercial.» d u 12- décem bre 1940
so n t à re m p la c e r p a r le s s u iv a n ts :
!"■ a v ril 1942. — N o t e de service pov/r v a lid a tio n de services accom­
p lis a v a n t adm ission d éfin itive dans les cadres.
J e su is sa isi de req u êtes ém a n a n t de m em bres du p erso n n el te n d a n t
à o b te n ir la v a lid a tio n de services accom plis a v a n t le u r adm ission
d éfin itiv e d an s les ca d re s so it d an s l'A d m in istratio n - p é n ite n tia ire e t
le s S ervices de l ’E d u c a tio n su rv eillée en q u a lité d’a u x ilia ire ou
d ’o u v rie r lib re, so it d a n s u n e a u tr e a d m in is tra tio n , Qui ne so n t plus
recevables, p a rc e q u e p résen tées ta rd iv em en t.
J e v o u s p rie de ra p p e le r a u p erso n n el placé sous vos o rd re s que,
a u x te rm e s d e l’a rtic le 17, p a ra g ra p h e 5 du d é c re t d u 2 septem bre 1924,
p o rta n t règlem ent, d 'a d m in istra tio n p u b liq u e p o u r l'a p p lic a tio n de
la lo i d u 14 a v ril 1924, le délai a u d e là du q u el les dem andes de
v a lid a tio n 11e peu v en t ê tr e exam inées, e s t d ’u n e an n ée a p rè s la ti tu ­
la r is a tio n ou l’ad m issio n définitive d an s les cadres.
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation su rveillée,
CONTANCIN
T ra n sp o rts en w agons o u v o itu res cellu laires
a) em ployés d e l’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire , g a rd ie n s e t p riso n ­
n ie rs
F re . : 0,192 p a r km .
b) g en d a rm e s
4 a v ril 1942. — O ib c u lm b e rela tiv e m x tr a n sfè r e m e n tt dem andé*
p a r les 'parquets.
F rs~ : 0.Ô9& p a r km .
T ra n sp o rts d a n s u n ou p lu sie u rs co m p artim en ts de v o itu res
d e 2e o u de 3 e classe d e î a S.N .C .F.
p a r co m p a rtim e n t efc p a r k ilo m è tre :
F rs, :
(1£S6 e a 2e classe
(1*152 ©a s? classe
En- ra is o n de l a p é n u rie de c a rb u ra n t, J 'a i été c o n d u it à p ré v o ir un
n o u v e a u çnode de tr a n s f e r t des condam nés à d irig e r s u r le u r des­
tin a tio n pénale.
Ces tra n sla tio n s , qui é ta ie n t ju sq u ’à p ré se n t, a ssu rées u n iq u em en t
a u m oyen de v o itu re s autom obiles cellu laires, p o u rro n t ê tr e égalem ent
effectuées p a r chem in de fer, l a su rv eillan ce des d éten u s en cours
d e ro u te incom bant' a u x ag e n ts de l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire .
1343.
1S2
133
G A V R IL
CODE P É N IT E N T IA IR E
Ce m ode de tr a n s p o rt e st d ’a iù e u ra d é jà u tilis é d a n s Ja zône oc­
cupée.
ï i é ta it, ju s q u ’ici, de p ra tiq u e c o u ra n ts que les m em bres du m in is­
tè r e public d e m an d a sse n t à la D irectio n p é n ite n tia ire le tr a n s f e r t
p a r ses vo itu res, de d é te n u s réclam es p a r u n P a rq u e t ou ap p elés à
c o m p a ra îtra d e v a n t les ju rid ic tio n s.
S.n ra iso n des f r a is élevés que v o n t e n tra în e r n la c h a rg e de
l’A O m in 'stratio n p é n ite n tia ire le s tra n sfè re m e n ts des condam nés p a r
voie fe rré e , je vous se ra is obligé, d a n s l ’in té rê t d u T ré so r, .d’in v ite r
vos s u b s titu ts ù ch arg er, d éso rm ais, îa g en d a rm erie seule., des tr a n s la ­
tio n s dem andées p a r les p a rq u e ts e t effectuées p a r chem in de fer.
I l convient, en effet, de n o te r que Je tr a n s f e r t d 'u n condam né p a r
chem in de fer, a ssu ré sous l’asco rte des g endarm es, re p ré se n te u n e
dépense tr è s in fé rie u re j> celle ré s u lta n t d’u n tr a n s p o rt effectué p a r
le m êm e m ode de locom otion, m a is sons Ja su rv eilla n c e du personnelp é n ite n tia ire . A u su rp lu s, p a r su ite ce l'insuffisance n u m ériq u e de
m es ag en ts e u é g a rd à l ’accro issem en t co n sid érab le de la p o p u latio n
pénale, Je3 tr a n s fe r ts en question se ra ie n t n o ta b le m en t re ta rd é s, s ’ils
dev aie n t Atre a ss u ré s p a r les s u r v e illa n ts 1de m en service des trau sfèrem euts.
J o seph
des ré g ie s afféren tes à îa p a ssa tio n e t â -l'exécution d es m arch és
publics.
jâ p r è s a v o ir effectué une enquôtc approfondie a u p rè s de to u s les
serv ices q u i p a ss e n t des m arch és, et. en ten d u les re p ré se n ta n ts des
o rg a n isa tio n s p ro fessio n n elles intéressées, l a Comm ission n a tio n a le des
m a rch é s p u b lics a élab o ré le te x te que nous avons l'h o n n eu r de sou­
m e ttre i v o tre sig n a tu re e t qui a été délibéré p a r le C onseil d ’E ta t.
Ce te x te p o u rs u it u n double objet. E n p rem ier ü-iu. il ten d à sim plifier
e t à coordonner les m éthodes adiou.iistrütivo.3 de m an ière ù a ss u re r
l a m e ille u re exécution possible dc-s p restatio n s n écessaires au x services
p u b lics cv ec la. sneindre ch a rg e p o u r le T réso r. I5n second iieu, il p re n d
c e rta in e s dispositions d 'o rd re ad u rin isb ’a ti f ou technique destinées
à e x e rc e r u n e influence fa v o rab le su r la pLociucclon n atw n aïe.
I . — D IS P O S IT IO N S P W S 8 S D A N S L ' l N T É S S T D R L 'E T A T
P o u r fo u rn ir à l’A d m in istratio n les m oyens de
efficacem ent les in té rê ts d o n t elle a la charge, il
e t de m o d ern iser Jes p ro céd u res de passatu>7i d es
u n e co o rd in atio n e n tre les d ifféren ts services qui
défen d re e t de se rv ir
im p o rta it cTasso u p lir
m arch és e t d’assu re r
p a ss e n t des m archés.
I. — Prcocdure cle passation des rw ch êi- publias.
I î A K T H k L E A ÎY
ANNEXE NM
RAPPORT
Au Maréchal üq Francs, Chef de l’E tat français
r e la tif a u décret n * 1082 du 6 a v ril 1942
M onsieur le .M aréchal, ,
L ’esrfentjel d es règles re la tiv e s a u x marché?! p assés p a r le s collec­
tiv ité s p u bliques e st ac tu e llem en t con ten u d an s u n d écret du 18 no*
vensbre ISS?, iui-m èm e la rg e m e n t in sp iré de te x te s re m o n ta n t au
d éb u t du X I X e ciècle. C es dispositions ne co rre sp o n d a n t p lu s aux
besoins que d o it s a tis f a ir e u n e règ lem en tatio n m oderne des m arch és
publics, l’évolution du rôle de l’E ta t e t le s tra n sfo rm a tio n s économ iques
o n t posé de nom breux problèm es q u i o n t é té réso lu s le p lu s so u v en t
p a r des procédés em piriques.
C et é ta t de choses e st re g re tta b e au ssi bien du p o in t de vue adm inis- ’
tr a t i f que du po in t d e r u e économique. T a n tô t l'a c tio n des fonction­
n a ire s risq u e d e 's e tro u v e r p a ra ly sé e p a r la com plexité d e s'fo rm a lité s
e t la d iv ersité des tex tes, ta n tô t l'ex ten sio n ùe p ro céd u res exception­
nelles ou mC'ine l ’aban d o n de règ les p récises enleva to u te p ossibilité
de contrôle.
D ans tous les cas, ces m éthodes d is p a ra te s e t Im p arfa ite s du plus
co n sid érab le de leur-; c lie n ts a p p o rte n t une gène c e rta in e a u x indus­
trie ls e t com m erçants fra n ç a is. C’e s t p o u rq u o i les pouvoirs p u b lies
ont ch arg é la Comm ission n a tio n a le des- m a rch és p u b lics de p ro céd er
à une révision du d é c re t du 18 novem bre 1SR2 e t â u n e élu d e d ’ensem ble
Sous le régim e actu e llem en t applicable; le p rin cip e est que to u s les
m arch és so n t p assés p ac a d ju d ic a tio n publique. P a r son auîom aticicé,
ce sy stèm e a ss u re que l ’E ta t t r a it e to u jo u rs au x conditions les plus
av an ta g e u ses du m arché. I l a ©n m êm e tem p s l ’a v an ta g e d e m ettre
la re sp o n sa b ilité de3 fo n ctio n n aires à l'a b r i de to u t soupçon de collu­
sion, ou m êm e de négligence puisque le u r rô le essentiel consiste â com­
p a r e r le s p rix e n tre eux.
L a p ro céd u re a u to m a tiq u e com porte cep en d an t de sérieu x inconvé­
n ie n ts, U n siècle d ’expérience a m a n ife s té q u ’slie ne suffisait p a s â em ­
p êc h e r to u te s les m an œ u v res e t q u ’il p o u v a it p a rfo is ê tr e dan g ereu x
d ’in v ite r le s ag e n ts de l’E ta t à se d éch arg er de to u te re sp o n sa b ilité en
se re tra n c h a n t d e rriè re u n m ode de d ésig n atio n tro p sim ple de ses
fo u rn isseu rs.
D ’a u tre p a rt, la com plexité technique des. fo u rn itu re s e t des tr a v a u x
qui so n t m a in te n a n t n écessaires a u x services publics, ne p erm et p lu s
d a n s u n g ra n d nom bre de ca s de s 'a tta c h e r uniquem ent k des considé­
ra tio n s cle p rix . Ce c ritè re p e u t d 'a ille u rs d ev en ir illusoire, c a r il ne
m an q u e p a s d 'a r r iv e r que le p r i s proposé p a r u n co n cu rren t p our' en­
lev e r n u m a rc h é a i t été insuffisam m ent étu d ié e t que l ’A d m in istratio n
so it c o n train te, soit de su p p o rte r des m alfaçons, so it de f a ir e fa c e à
to u te s les com binaisons qui peu v en t ê tr e m ises en œ uvre p o u r o b ten ir
en co u rs de ra a re n é un relèvem ent du p rix p rim itiv em en t consenti.
E n sen s inverse, on d o it co n sid érer comme tr è s d an g ereu se une
ré fo rm e qui a b o u tira it à supprime?.' to u te p ro céd u re a u to m atiq u e ou
à n ’a d m e ttre celle-ci que d an s des cas exceptionnels. L ’expériçuce
de ces dernières; aim ées, m o n tre les g ra v e s inconvénients qu’entraîne,
l’aban d o n to ta l des fo rm a lité s actu e llem en t en v ig u e u r e t l’ado p tio n
d e rè g le s em p ru n tées â l'in d u strie privée;
L e p résen t d écret s ’efforce d ’é v ite r à la fo is les inconvénients d’une
p ro céd u re a u to m atiq u e tro p rigo.ucensa e t les d a n g e rs qui ré s u lte ra ie n t
(Tua ch o ix a r b itr a ir e p u r e t sim ple de l ’A d m in istratio n .
S i l ’a d ju d icatio n a été conservée com m e p ro c é d u re de d ro it comm ua,
ses m o d alités ont été assouplies e t variées. & côté de là voie tra d itio n ­
134
CORS PÉNITENTIAIRE
n elle q ui f a i t du p r i s l'élém en t u n ique cle l a sélection, le s fonction­
n a ire s p o u rro n t u tilis e r l ’a d ju d ic a tio n s u r coefficients où le c ritè re
e s t la com binaison d u p r i s avec des coefficients de q u a lité ; il le u r
s e ra possible -en outre, p a r l ’a d ju d ic a tio n re s tre in te , de ne f a ir e jo u e r
la p ro céd u re au to m atiq u e q u ’e n tre les c o n c u rre n ts o ffra n t le s g a ra n tie s
professionnelles e t fin an cières nécessaires.
’C.ompljétant les rè g le s a in si ad ap té es, d’a u tr e s m o d alités on t é té
p rév u es p o u r tous le s cas où les p re s ta tio n s offertes n e p eu v en t ê tre
com parées su iv a n t u n systèm e au to m atiq u e. L e procédé le p lu s em ployé
a lo rs p o u r d éjo u er le s e n te n te s p o ssib les e t p e rm e ttre a u s A d m in istra ­
tio n s d ’e x e rc e r le u r cho ix en p lein e conn aissan ce de cau se e st l’appel
d ’offres. Le d écret pose quelques règ les sim p les in d isp en sab les
p o u r o rg an iser c e tte p ro céd u re qui é ta it em p iriq u em en t d evenue la
p lu s usuelle.
P o u r c e rta in s cas excep tio n n els lim ita tiv e m e n t énum érés, d a u s lesquels l’appel à la concurrence e st p a rtic u liè re m e n t difficile, la p ro céd u re
de l ’appel d ’offres p e u t elle-m êm e ê tre é c a rté e, e t le m a rc h é p a ssé p a r
e n ten te d irecte e n tre le fo u rn isse u r on l ’e n tre p re n e u r e t le Service.
Enfin, p o ur c e rta io s m a rc h é s p eu im p o rta n ts, îa dispense d’u n c o n tra t
é c rit p rév u e p a r le d é c re t du 18 novem bre 18S2 a été m aintenue.
D an s cet effo rt d ’u n ificatio n efc p o u rra it-o n p resq u e d ire de codifica­
tion, il a é té nécessaire d ’em ployer u n e term in o lo g ie .qui diffère p a rfo is
des usag es a ctu e ls e t d iv e rg e n ts de c e rta in s services. L 'u n ité e t la
p récision des te rm e s em ployés o n t p a ru la condition in d isp en sab le
d’une règ lem en tatio n m éthodique.
/ / . — C oordination des m éthodes.
I l a sem blé, en o u tre, n é cessaire d 'u n ifier e t de coordonner le s règles
de p a ssa tio n des m a rc h é s publics e t e n p a rtic u lie r le s dispositions
re la tiv e s a u x c a h ie rs d es c h arg es. L a p récisio n accru e de la term in o ­
logie e t la soum ission des ea b ie rs des clauses e t conditions g é n érales
de l’exam en de la Com m ission n a tio n a le des m arch és p u b lics p e r­
m e ttro n t de fa ire d is p a ra ître to u te s le s divergences que ne ju stifie ra ie n t
p a s les nécessités d u service.
D e plus, une p ro c é d u re est créée p o u r p e rm e ttre la ré d a c tio n d’u n
c a h ie r des p re scrip tio n s com m unes unique, a p p licab le d a n s to u tes
les A d m in istratio n s, chaque fois que le besoin à. s a tis f a ire d an s le s
d ifféren ts services se ra identique. L a d iv e rsité des esigences, selon
les M in istères e st en effet, f o r t g ê n an te p o u r le s fo u rn isse u rs e t
e n tre p re n e u rs . E n o utre, l ’ap p licatio n des p re s c rip tio n s unifiées doit
p e rm e ttre a u s S erv ices qu i iro n t h p a s s e r que de p e tits m arch és,
d’ob ten ir des conditions p lu s av an tag eu ses.
C ette p ro céd u re d’unification des clau ses tech n iq u es e st d ’aille u rs
réglée de m a n ière te lle q u e non seu lem en t le s A d m in istra tio n s In té res­
sées, m a is le s org an ism es p ro fessio n n els qualifiés p u issen t d éfen d re
le s in té rê ts d o n t ils o n t l a ch arg e.
L e s règles ain si am éliorées p a r l’exp érien ce de p lu s d ’un, demisiècle, e t unifiées so it p a r le nou v eau te x te lui-m êm e, so it p a r le je u
dtes p ro céd u res q u ’il p ré v o it ii cet effet ne sont ap p licab les qu’a u x
m a rch és de l ’Etat.- M ais un d écret-loi d u 12 novem bre 1938 p e rm e ttra
de lés é te n d re p a r règ lem en t d ’A d m in istra tio n publique e t av ec les
a d a p ta tio n s n é c essa ires a u x m a rc h é s des co llectiv ités se c o n d aires e t
des étab lissem en ts publics. L a co ordination de l ’actio n a d m in istra tiv e
p o u rra , a in si ê tr e com plètem ent assu rée.
1942. —
II.
—
6
1S5
A VRIL
D IS P O S IT IO N S P R IS E S D A N S TJÎNTÊRÊT
D ES PRO D UCTEURS
\
.En m êm e te m p s q u e s e ra s a tis f a it te souci d’a s s u re r l e fonctionne­
m e n t des se rv ices p u b lics avec le s procédés les plus efficaces e t les
p lu s a v a n ta g e u x , les p ro d u cteu rs sero n t aidés, d an s le u r tâ c h e ren d u e
p lu s difficiles p a r les circo n sta n ces actu elles, g râce a u x dispositions
a d m in istra tiv e s p rév u es en le u r tav en r.
E n o utre, râiifluence <c<onsîdér,aJ)le des 'collectivités e n teuit que
clients, s e ra u tilisée en v u e de l ’adoption d ’am élio ratio n s techniques
p a r le s fo u rn iss e u rs .publics.
'A u n e époque où. ,se .pose le problèm e d e la ré o rg a n isa tio n d e l a
p ro d u ctio n n a tio n a le -et d e son a d a p ta tio n a u x conditions économ iques
nouvelles, a n m o m en t où,, d 'a u tr e iwcrt, l a re co n stru ctio n des in s ta lla ­
tio n s d é tru ite s a u cours de la g u e rre e t l'a d o p tio n d’une politique
sociale réuovée, v a au g m e n te r le volum e des m arch és p assés p a r les
d iv e rses co llectivités, i l a p a r u in d isp en sab le d e réfo rm e r c e rtain es
p ro céd u res cb -de lim ite r c e r ta in e s .■estgenres admîulstrHtiV’e s.
T7n effo rt a d 'ab o rd é té f a i t p o u r ré d u ire a u luiotcrram les délais
q u i s’écoulent: e n tre le dépôt des offres qui lie n t le smimiBs'n m n a ïr é ,
e t l'a p p ro b a tio n du m arch é p a r la q u e lle r A d m in istratio n s e lie à son
tour* ain si que p o u r h flter le p aiem en t des som m es dues. E n effet,
le s re ta rd s c o n statés p a rf o is à ces d eux stad es co n stitu en t, e n même
temjps, une gêne considérable p o u r les p ro d u c te o rs e t tm e charge
fin an cière dont le T ré so r supporte, en définitive, le poids.
D e mêm e, le s d iv e rs cau tio n n em en ts qui c o n trib u e n t à m a jo re r le s
p rix p ay és p a r les collectivités o n t f a i t l ’o b jet d ’u n e rév isio n ; îa
règ lem en tatio n nouvelle s ’in sp ire étro item en t des conclusions adoptées
p n r le C onseil n a tio n al économ ique. P eu t-être, si l ’expérience se révèle
aç&Eiag&usô le s .sim p iiâcatian s a p p o rté e s p o u rro n t-elles ê t r e -encore
étendues.
E n fin , des m e s u re s o n t é té p ris e s pom* p a llie r l’irrégislaràté des
cammasruies ipnbïïques, eonsécpiaaee .d’u n e sqppÜEBtioa. tro p s tr ic te (te
l a rè g le d e J’aaiKoaliCc te a â sé ta ire e t l'o b lig a tk a i d 'é ta b lir ctes p r o ­
g ra m m e s a été p ré v u è . lie s m a rc h é s p o u rro n t anfumî -être p a ss é s ptm r
(tes d u ré e s ssa ffisa u te q u i p e rm e ttro n t -anx fM arnissraw s -d'am orter
le c r s o u tilla g e s eit d ’euSn-eprÉSOdine 3a fa b ric a tio n <de p ro d u its ac h e té s
ju sq u ’a lo rs à. l ’é tr a n g e r en ra iso n de l ’in c e rtitu d e «des ■débranchés .feamcais.
' l e d éveloppem ent airrëï escom pté d e c e rtain es p roductions ne 'peut
ê tr e d u ra b le que s’il s ’accom pagne de tra n sfo rm a tio n s te c h n iq u e s dans
les e n tre p rise s fra n ç a ise s.
P o u r o b ten ir 'ces HméltoratlOBs, V E ta t p e u t u s e r de ses p ré ro g ativ es
de p u issan ce ■publique, m a is ■son intervention- h e u rte ra m oins les inté­
re ssé s e t p o u r r a . se anodeler p lu s souplem ent a u x nécessités de f a it
s ’il u tilise r influence que lu i confère s a position de client. D ’ailleu rs,
ie succès de c e tte m éthode a déjà, été éprouvé : il n ’est que de
ra p p e le r l ’influence co nsidérable s u r 'T :évoïutiûii d u .-d ro it o u v rier des
d é c re ts de .1899 'p rescriv a’n t' î ’iiise'rtiO^ d an s ÎGs m a rc h é s d é l ’E ta t
...de d iv erse s c lau ses '.concernant le s .r e la tio n s d e s.e m p lo y e u rs e t d es
^salariés ;ce -;que lüStrat, ^puissance .publique, -ne’-pouvait p a s encore
‘Im p o ser â^ses'..citoyens, l- E ta t, u ü ian t, ^pouvait 'l 2e x ig e r de-.;ses'tfonm isseurs.
136
CODE P3ÎN IT E K T IA IB E
1942, —
137
6 iV E iL
A u ssi le te s t e d u d é c re t q u e n o u s so u m etto n s à v o tre s ig n a tu re
com prend-il div erses dispositions à c a ra c tè re technique,
.C'est a in si que p o u r stim u le r lea re c h e rc h es d es in v en teu rs, il a
été p rév u que to u s les b rev ets, dessins, m odèles u tilisé s d a n s des
p ro je ts re te n u s à la su ite d’u n concours p o u r l ’exécution d ’u n o u v rag e
ou d’une fo u rn itu re d ev ro n t ê tr e ach etés à le u rs a u te u rs à r am iable
ou à d ire d ’e x p e rts. Afin d 'en c o u ra g e r le s a n tre p rlse s à a v o ir des
b u re a u x d’études, il y a, en o u tre, été p ré v u que des a v a n ta g e s p o u r­
ra ie n t égalem ent ê tr e ré se rv é s p o u r l'a ttrib u tio n du m a r c h é s l ’a u te u r
du p ro je t p rim é, d a n s c e rta in e s lim ite s do p rix ôt de déüai.
D e mér.'.e afin d’a s s u re r que l ’in s e rtio n d a n s les m a rc h é s publics
des norm es hom ologuées p rév u es \?&r le décret-loi d u 12 novem bre 1038
so it effective, -ce d é c re t p ré v o it doais çu e'Jes conditions elles d ev ro n t
fig u rer d an s les c a h ie rs Ces c h a rg es, B ien entendu, il a p p a rtie n d ra
a u x chefs de service e t a u x o rg a n is é e s de contrô le de v e ille r avec un
soin p a rtic u lie r à l/exécution de ces p rescrip tio n s.
E ü îm ; l'in se rtio n d a n s de no m b reu x m a rch e s de clauses de révision
des p r i x , c;n m êm e tesaps que le s d ifféren tes en q u ête s fa ite s récem m ent
s u r la p ro d u ctio n ont rév élé que le a m éthodes cle calcul du p rix de
re v ie n t des in d u s trie ls l a n ç a i s étaient- so u v en t im p a rfa ites. O r, ü
n 'e s t p a s possible d 'a v o ir u n e p o litiq u e économ ique efficace s i les
p rix de re v ie n t ne so n t-p a s connus de fa ço n p récise. II y a donc le
p lu s g ra n d in té rê t k am e n e r les in d u striels c ra n ra is k am é lio re r e t à
u n ifte r le u rs méthodes; df; calcul. C 'est pourquoi la n o uvelle règle­
m e n ta tio n des m a rch é s ra id ie s p ré v o it que le m a rc h é p o u rra d éterm in er
le m ode de calcul d u p rix d& rev ien t.
T elles sont, M onsieur Te M aré c h a l, les co n sid ératio n s générales
qui ont p résid é û la refo n te de la rég le m e n ta tio n des m a rch é s publics
que nous avons l'h o n n e u r de vous- soumettre-. D ircetom snc inspirées
de l ’erypéridnce, îes ré fo rm e s a in si ré a lisé e s d oivent a v o ir p o u r effet
de p e rm e ttre aux. A d m in istra tio n s de s a tis f a ire clans le s m eilleu res
conditions a u x besoins des serv ices publies e t à l ’économ ie n a tio n a le
de tro u v e r d an s la clien tèle des collectivités publiques, une aide e t un
enco u rag em en t d an s l'œ u v re in d isp en sab le d u re d re ssem e n t de la
production fra n ç a ise .
N ous vous p rio n s d 'a g ré e r, M onsieur le M aréch al, l ’hom m age de
n o tre p ro fo n d respect.
L ’A m ira l de la F la tta
M in istre V ice-président du Conseil,
A m z h a i,
D ASLÂN
L a M in istre secrétaire d’JVtat
à VEconom ie n a tio n a le e t amæ F in a n ces,
. Yves B o it th i lli k h
n m w m
n ° i ®82 a u
s m m b
m z
relais? a u x a iô rd sé s passés svu nora de l'E t a t
■(Journal Officiel du 11 A v r il 191.2)
N ous, ' I a b é c b a x
de
F
rance,
C hjcv
d e l ’E t a t f r a n ç a is ,
S u r le r a p p o r t d u v ic e - p r é s i d e n t d u C o n s e il e t d u M i n i s t r e s e c r é t a i r e
d ’E t a t k l ’E c o n o m ie n a t i o n a l e e t a u x F i n a n c e s ;
V u î a lo i d u 3 1 j a n v i e r 1 8 3 8 ( A rt- 1 2 ) ;
V u l a lo i d u 15 m a i 1850 r y u î e d é c r e t d n 3 1 m a i 1 8 3 2 , m o d ifié , p o r t a n t r è g l e m e n t s u r l a com p-;
ta o ilité p u b liq u e ;
,
V u l e d é c r e t d u 1 3 n o v e m b r e 1 3 8 2 e t le s t e x t e s x n o d if ic a îlf s r e l a t i f s
a u x a d ju d ic a tio n s e t a u x m a rc h é s p a s s é s a u n o m d e l 'E t a t ;
V u i a io i d u 1 er a o û t 1 9 3 0 ;
V u le s d é c re ts -lo is d u 30 o c to b re 1935 ;
V u î e d é c r e t- lo i d u 29 ju in . 1 9 3 8 ; •
V u l a io i d u 1 1 j u i l l e t 1 9 3 8 ;
V u le s d é c re ts -lo is d u
12 n o v e m b r e 1 3 3 6 ;
V u î e d écrc-t d u 1 8 d é c e m b r e 1 0 3 9 ; N*
V u l e d é c r e t- lo i d u 2 8 f é v r i e r 1 3 4 0 ;
!:
V u ’a lo i d u 1 8 a o û t 1 9 4 0 c o n c e r n a n t l ’o r g a n i s a t i o n p r o v i s o i r e ’d ë
h t p r o d u c ti o n i n d u s t r i e l l e r
V u î a lo i d u 1 0 s e p t e m b r e 1,940 p o r t a n t O r g a n is a tio n d e l a r é p a i ,J
titic n d e s p r o d u its in d u s tr ie ls ;
■
'
V u .- la l o i - d u . 2 1 o c t o b r e - 1 9 4 0 m o d in ax v i, c o m p l é t a n t e t c o d i f i a n t ,- l a
lé g is la tio n s u r le s p r i x ;
.
; ■ V u i ’a v i s d e 3a c o m m is s io n n a t i o n a l e d e s m a r c h é s , p u b lic s j :
;
L e C o n s e il d 'E t a t e n t e n d u ,
... .
’ ;.
’ 'D ÉO K ÉTO N S :
1■
;
|
v ‘
-
'
S?ÏTRE- P liE M I S lï
• •
•-
De ia. passation des marchés
. ‘ O & a p it'e -e 'p e b m ie k . ~
Dépositions^générales
A r t ic l e ? r e m j e 3 . — L e s m a r c h é s d e t r a v a u x , f o u r n i t u r e s , t r a n s ­
p o r ts '' a i r .c o m p te d s l ’E t a t s o n t ' p a s s é s 'a v e c , c o n c u r r e n c e d a n s le s
f o r m e s p r é v u e s a u 'p r é s e n t d é c r e t ,' s o u s r é s e r v e d e '- I n a p p lic a tio n d e s •
lo is - s u r T o rg a h is a tio n p ro fe s s io n n e lle s u r l a r é p a r titio n d è s p r o d u its
in d u s tr ie ls , s m l a ta x a tio n d e s p r i x d e v e n ta e t d e s lo is s p é c ia le s
d é ra tio n n e m e n t.
. . .
:I l s . s o n t p r é p a r é s ; ë t p a s s é s p a r le s s e r v ic e s - - c o m p é te n ts e t d o i v e n t
ê t r e a p p r o u v é s p a r î e . S e c r é t a i r e -d’E t a t i n t é r e s s é o u u n f o n c t i o n n a i r e
d é lé g u é , s o u s r é s e r v e d e s d i s p o s itio n s c o n c e r n a n t l e s . a c h a t s p u b lic s
à l ’é t r a n g e r e t a p r è s a v i s , d a n s d e s c a s e t d a n s l e s ;e o n d itio n s d é t e r ­
m i n é e s ,:c i- a p r è s à l ’a rtie i& 2 , d e l a c o m m is s io n c o n s u l t a t i v e d e s m a 3>
c h é s v i s é s - q u d i t a r t i c l e 2. -
1942, -r— 0 avbil
IBS
C(70E 'PÉNITIZ'ST-ïSÜSiE
A bt , 2. — D ans chaque secrétariat d’E ta t, la commission consul­
ta tiv e des m archés, instituée p ar le décvet-Joi du 2S février 1940,
est appelée ù form uler un avis :
1“ sur les calûBrs des prescriptions 'communes prévus a n s articles
27 e t 29 ci-après •et s u r des -textes r.égleiaeiitaires ,concernant les m ar­
chés ;
2° su r les projets de m archés qui lui sont soumis en application
soit du décret-loi du 28 février 1946 -et clu présent décret, so it d’un
tex te réglem entaire ou su r lesquels elle est consultée p a r le Secré­
ta ire d'E tat.
3° sur tontes les questions relatives à l’exécution des m archés
q u iîu 'i -sont renvoyés ‘p a r le 'Secrétaire ;3?Eta?t.
A nr, 3. — Lorsque le fractionnem ent ne présente -pas -d'inconvénients
financiers ou techniques, les trav au x ù. exécuter ou -les fo u rn itu res .k
lîwsrer sont (divisés ien plusieurs lots donn-ant lieu chacun -à uu xoffiché distin ct L a division est fa ite en tenant compte soit de l ’ia^portanoe 'des tra v a u x on founii-tures, soit -de la natm*e .dos «professons
intéressées, soit .dm /lieu d-exécution -ou de réceptionSi les m archés passés pour un ou plusieurs lotetüe sont ;p as .approu­
vés, l’adm inistration a 3a fatuîtG d^enftamgr ide mouwlles ;ïurocédiu*>e6
pour les lots nou approuvés, en modifiant, s’il ;-y -a lieu, -lia consistance
de ces lots.
- A rt. 4. — La consistance e t les spécifications -des -fournitures ou
des trav a u x sont déterminées avec précision ..par le service Intéressé
av an t to u t .ajppel -h i a -cafacnj’.rfini-e. L es .secrétaires fl’E ta t peuvent
faire appel à la collaboration de services techniques dépendant d’au­
tre s A dm inistrations mi .d’hommes de l ’a r t pour la poursuite de ces
études préalables e t l ’établissem ent des projets de marchés.
A~rt. 5. — L ’ad’Eateftstration peift m e ttre --au oonm ira entre des Som­
mes do l’a rt on les entreprises spécialisées i ’étabaissement du fpnojet
d’une fou rn itu re ou -d’un ouwrage, lorsffue -des a»^ifs. iteti&niqnes ou
esthétiques justifient des recherches pairfciietdières.. £ e programme
du concours déterm ine îos conditions auxquelles doivent satisfaire
les projets, notam m ent en ce qui concerne la dépense,, -les d élais dans
lesquels Lis doivent être déposés, les primes, récompenses ou avantages
alloués aux auteurs des projets 3tes mieux classés p ar une commission
désignée à cet effet .par le S ecrétaire d’EtatL ’adm inistration se réserve le droit de fa ire exécuter p a r le fournis’
seur ou l'entrepreneur de -aan .chais: tout on .partie .des.projets prim és
en achetant à l’am iable ou après expertise Une licen ce d’utilisation
pttor son .>ppop-re Æfsage »<tes -bneveis, .dessins %au .modèles --qu'ils -coat-ienoent. to u te fo is, fie nipegcamme «du «onoeurs pourra,, après -avis -co&Éorm e de ila eoïïnoissîon «aasultati-vè -visée & l'a rtic le
-pr-évou’., -au
prédît -de d’asufceor tha (projet ippimô, [ert daas -les .-iiiBfees ide; >terags,-i«te
âe « p an titê ~ét rôé prax
ce pa'iag-raoïime .-indiquera, soit urne .qpfckifl
pour l’exécution du p ro jet ou pour les prem ières ooianaandes, -eoit,
® æ fredevaiatre iâttr les •«■Sujets fetbriqués
-utilisant ia «Licence, -sû t
ân e .iadBUKii'té 'ôn -tenant dieu.
,.
A défaut (fïtccOi-d ‘su r les :-CbziQi¥iôirs ‘fî’èXéi?Qtién i^ës fpitt$<fts
Si. A lin é a précèdent, 3es 'atftefcirfe ®es ^itojefs 'pr'fffiëé pèuvetit T^tiref
îéîi're ^projets, 'eh' iren,ooç,a'Et ■a'n ‘p r is ^ tra 'iMà‘rc!hé,' Itëfe
'®és
concurrents évincés leur sont rendus. Les Téstiltfvts -de dh'aqtie
co u rs sont consignés d an s u n procès^Yerbal m otivé r e la ta n t to u tes
le s circo n sta n ces de l’opération.
A r t . 6. — L es offres ou soum issions déposées p a r le s fo u rn isse u rs
ou e n tre p re n e u rs doivent ê tr e signées p a r le fo u rn isse u r ou l’e n tre ­
p re n e u r ou p a r son m a n d a ta ire d ûm ent h ab ilité, sa n s que le m êm e
m a n d a ta ire p u isse re p ré se n te r p lu s d ’u n co n cu rren t d an s la procédure
afféren te a u m êm e m arché.
A r t . 7. — L es m a rc h é s d e l ’E ta t ne peuvent ê tr e a ttrib u é s à des
e n tre p re n e u rs ou fo u rn isse u rs en faillite . L es e n tre p re n e u rs ou fo u r­
n isse u rs en liq u id atio n ju d ic ia ire u e peuvent déposer des offres ou
d es soum issions qu’en v e rtu d ’une a u to risa tio n spéciale du S e c ré ta ire
d ’E ta t intéresséA r .t S. — P o u r ê tr e ad m is à déposer des soum issions ou des offres,
le s e n tre p re n e u rs ou fo u rn isse u rs devront ju stifie r q u 'ils a p p a rtie n n e n t
ii l’u n e des p rofessions^dont relèv en t les tr a v a u x ou fo u rn itu re s envi­
sag ées ; q u ’ils sont rég u lièrem en t in s c rits en com ité d’org an isatio n
co rresp o n d an t, s ’il en e x is te un, e t q u ’ils so n t e n règ le avec-lui.
C h a p it r e I L — D e s m odes do pa ssa tio n des m archés
A r t . 9 . — Le$ m a rc h é s de l ’E ta t p eu v en t ê tre p assés :
P a r a d ju d ic a tio n publique ouverte ;
P a r adjudication- re s tre in te ;
P a r a d ju d ic a tio n s u r coefficients ;
S u r a p p el d’offres ;
P a r e n te n te d irecte ;
Sui’ fa c tu re s o u m ém oires,
dan s le s co n ditions déterm inées p a r le p ré s e n t d écret, p a r les ins­
tru c tio n s p ris e s p our s o a ap p licatio n e t p a r les c a h ie rs d es charges.
T o u t m a rc h é d o it se ré ié r e r a u x a rtic le s e t p a ra g ra p h e s d n p ré ­
se n t d é c re t en ap p licatio n d esquels il a été passé.
S e c tio n I. — D es m archés p a r ®djw(iioatirm publique o u verte
A rt . 10. — S ont p assés p a r ad ju d ic a tio n publique ouverte le s m a r­
c h és qui ne fo n t p a s l'o b je t de l ’u n e d e s p ro céd u res p rév u es a u x
a rtic le s 15, 1S, 20 e t 22 du p ré s e n t décret, n o tam m en t des m archés
p o r ta n t s u r des fo u rn itu re s ou d es tr a v a u x d’u n ty p e couvant, qui
peuvent, sa n s inconvénient, ê tr e liv ré s A une concurrence, illim itée
ot d ont il e s t possible de définir tontes les spécifications d an s le
c a h ie r des c h a rg e s avec un© précision suffisante p o u r q u e les- p re s ­
ta tio n s conform es a u x c a h ie rs d es ch arg es n e se différencient que
p a r le p r ix dem andé.
A r ï . 11. — L ’a d ju d icatio n publique o u v e rte com porte >
U ne p u b licité p ré a la b le d a n s le s fo rm es p rév u es à l’a rtic le 12
ci-ap rèa ;
U ne co n currence illim itée ;
L ’o u v e rtu re e t la lectu re en séance publique des offres déposées
p a r les, sou m issionnaires ;.
E t l’obHgation de nva ttr îb u e r le m arch é d an s les conditions fixées
p a r les. a rtic le s -12 e t 1 4 ci-après- qu’a u soum issionnaire, q u i a déposé
les o ffres du p r i x le plus. bas. ou
ra b a is îe plus, avajiiageux-
19-42. —
CODE' l'ÉO TÎEN 'tlA IU E
'1° 1s
où
Ver. p au t
A ht. 16. — L ’a d ju d ic a tio n re s tre in te est précédée d’u n e publicité
effectuée d an s les fo rm es p rév u es à l'a rtic le 12 oi-dessns, s a u f lo rs­
que le s c irco n stan ces exceptionnelles de ra p id ité ou de se c re t s’y
opposent p o u r des m o tifs in té re ss a n t la défense nationale.
L 'a d ju d ic a tio n re s tre in te com porte la fa c u lté pour l'a d m in istra tio n
de n 'a d m e ttre que les soum issions qui ém an e n t d ’e n tre p re n e u rs ou
de fo u rn isse u rs p ré s e n ta n t to u tes les g a ra n tie s financières e t p ro ­
fessio n n elles n écessaires : la liste en e st a rrê té e p a r le S e c ré ta ire
d ’E ta t in té re ssé ou son déiëgné ap rè s avis d ’u n e com m ission désignée
.h cet effet, L e c a h ie r-d e s ch arg es p e u t stip u le r ies titre s qui sero n t
exigés p o u r ê tre ad m is û soum issionner ou les épreuves élim in ato ires
au x q u elles se ro n t soum is les' p ro je ts ou éch an tillo n s p résen tés. Le
S e c ré ta ire d’E ta t in téressé ou gon délégué s ta tu e définitivem ent av an t
l’o u v e rtu re des p lis re n fe rm a n t les soum issions. S a n f avis conform e
de la com m ission co n su ltativ e visée à l ’a rtic le 2 ci-dessus, une a d ju ­
d icatio n re s tre in te n ’e st v alab le que s ’il est re te u n a u m oins tro is
soum issionnaires-
. i;
p re n d re ■connaissance du c a h ie r des c h arg ea i
2° les au -o rité s c h a în é es de p ro cé d er k l'a d ju d ic a tio n ;
•3° îe î l e " ,1lé jo u r é t l'hc-bre fixés p o u r l'a d ju d ic atio n .
A co m p ter de h: rublicatLo5. do i’a v 's v isé a u x a lin é a s p récé d en ts’,
il .n e p e u t ê tr e a p p o rté aucune m odification au erihier des chavg'es
sa n s qtt’îi so it r-riorj'.rru <\ u cg no;\veII;v p u b licité.
.
ÂB.T. 18. — L es so-jm issiocs pîacec-s sous enveloppes cach etées sont,
d an s u n délai fixé p a r ’l e c a h ie r des chîU’ges, envoyées p a r le ttre s
recom m andées. T outefois, Iss. ca h ie rs des e u a rg e s p e u vent: a u to rise r
ou pveecrire î a rem ise des soum ission;: en. séan ce publ5q.ne. ou le u r
dépôt d an s une bc.îte â ce d estin ée ; d an s ce d e rn ie r cas, iis n i e à t
le délai p o u r ce dépôt.
i l est procédé â l'a d ju d ic a tio n on séan ce publique. •
L o rsq u ’u n m axim u m de p rix ou u n m inim um de ra b a is
a
d’av an ce p a r le S e c ré ta ire d 'E ta t p u p a r le fo n c tio n n a ire qu'il a
délégué, le m o n ta n t de ce m axim um ou de ce m inim um e s t iadioué
d an s u n pli cacheté-,. déposé s u r ie b u re a u à l'o u v e rtu re de la. séan ce
e t qui n ’e st o u v e rt q u 'a p rè s dépoaiilem e-nt e t c lassem e n t des sou*
m issions. Ce p r i s ou co ra b a is dort re s te r secret.
L és p lis re n fe rm a n t les soum issions sont o u v erts en p résen ce du
public ; il e>i e st donné le c tu re à h a u te vo is.
L e co n cu rren t le m ieu x d is a n t e s t d é cla ré a d ju d ic a ta ire provisoire.
L o rsq u ’u n m axim u m de p rix ou u n m inim um de ra b a is
a
e t q u 'au cu n e p ro p o sitio n ne se tro u v e d an s la lim ite a in si fixée, lè
p ré s id e n t a u b u re a u de l’a d ju d ic a tio n f a i t c o n n a ître <±u’il n ’e st p as
désigné d 'a d ju d ic a ta ire provisoire.
vSi le p r ix le p lu s b a s ou le ra b a is le p lu s f o r t e st so u scrit p a r
p lu s ie u rs soum issio n n aires ne co m p ren an t p a s de sociétés d’o u v riers
f ra n ç a is , U e st procédé à un tira g e a u so rt e n tr e ces so u m issio n n aires
seulem ent.
' A égalité de ra b a is e n tre une soum ission d’e n tre p re n e u r ou fo u r­
n isse u r e t une société d’ouvrieiS , cettf- d ern iè re e st p ré fé ré e . D an s
le ca s ou p lusieu rs- sociétés d ’o u v d err, o ffrent le m êm e ra b a is, U.
est procédé â u n tir a g e au. so rt e n tre ces sociétés.
A e t . 14. — L es ré s u lta ts de chaque a d ju d ic a tio n so n t co n statés
p a r u n procés-verb^.T. re la ta n t to u tes le s c irco n sta n ces c>. l’opère tioa.
L es adjuàiCHtioûs sont suü'ordonnées à l’ap p ro b atio n du S e c ré ta ire
d ’E ta t in té re ssé ou de fo n c tio n n a ire dê'égoé e t i?.e sont v alab les e t
défmÎL'ves qu-après c ette ap probation- L e c a h ie r des c h a rg e s fixe le
d élai d a n s lequel- c e tte a p p ro b atio n d o it in te rv e n ir ; à l'e x p ira tio n
de ce délai; si r é p r o b a t i o n n 'e st p a s in terv en u e, l'a d ju d ic a ta ire
p ro v iso ire p eu t r e t ir e r le s offres q u ’il a présentées.
Sectiow IX. — Des. vvarcîùés, po-r. adjudication restreinte
’ A r t . 15. — S e a t p assés p a r a d ju d ic a tio n ' re s tre in te les marcfcëè
qui, n© fa is a n t pas--{'objet d e l’u n e des p ro céd u res p rév u es p a r lèà
141
a rtic le s 18, 20 e t 22 d u p ré s e n t d écret, ne peu v en t cep en d an t san s
in convénients ê tr e liv rés â u n e concurrence illim itée.
A k t . 12. — L ’a v is d e s a d ju d ic atio n s à p a ss e r e st publié, sau£ le s
ca s d ’urgetice, a u m oins v in g t jo u rs a v a n t l’e x p ira tio n du d élai p r é r à
à l'a r tic le 13. ci-ap rès pour- l e dépôt des soum issions p a r la v ois des
affiches é f p a r tous Iss m oyens o rd in a ire s d e publicité.
■Cet a v is fu it connaîtve ;
6 A vnm
é té a rrê té
A kt . 17. — E n tre les f o u r n is s e n t ou e n tre p re n e u rs adm is ù sou­
m issio n n er à u n e a d ju d ic a tio n re s tre in te , il est procédé comm e il
e s t d it a u x a rtic le s 13 e t 14 ci-dessus e t le m arch é ne p e u t ê tre
a ttrib u é qu’a u soum issionnaire qui a déposé l’offre du p r ix le plus
b a s ou du ra b a is le p lu s av an ta g eu x .
S e c t io n
é té a rrê té
I I I . — D es m archés par a djudication su r coefficient-
A k t . 38. — S ont p assés p a r a d ju d icatio n s u r coefficients les m a r­
chés p o rta n t s u r des tr a v a u x ou fo u rn itu re s qui ne répondent p as
ù un ty p e u n iform e dont les spécifications p u isse n t ê tre définies avec
p récision et p o u r lesquels la concurrence p o rte â la fois s u r le pi-ix
e t s u r le m érite technique dés p ro je ts ou éch an tillo n s présentés,
lorsque ce m é rite technique peul ê tre év alu é p a r des eoeflicients de
q u a lité su scep tibles d ’ê tre com binés avec des eoeflicients de p rix p our
F a tlrib u tu m auJonK itiqne d u m arché.
A rt . 19. — L 'ad ju d ic atio n su r coefîicients com porte l'o b lig atio n pour
l ’a d m in istra tio n de ne confier l'ex écu tio n des tra v a u x ou de la fo u r­
n itu re qu’à celui des c o n cu rren ts dont îe p ro je t ou l'éch an tillo n a u ra
é té classé p re m ie r p a r le jeu com biné des coefficients de q u a lité e t
des coefficients de p rix d éterm in és p a r le ca h ie r dos charges.
Selon q u ’ils peu v en t on non ê tre liv rés à une concurrence in im itée,
le s m a rch é s p a r a d ju d icatio n s u r eoeflicients so n t soum is au x règ les
p rév u es ci-dessus soit p our les m arch és p a r a d ju d icatio n publique
ouverte, so it p our les m a rch és p a r ad ju d icatio n re stre in te , dans la
m esu re ou ces règ les ne so n t p a s c o n tra ire s a u x dispositions de
l'a r tic le 1S ci,-dessus e t d u p ré s e n t article.
L e c a h ie r des ch arg es définit avec précision les conditions au x ­
quelles d ev ro n t s a tis f a ire le s p ro jets-'o n échantillons, les délais d an s
lesquels ils d ev ro n t ê tr e déposés, les épreuves auxquelles ils se ro n t
soum is, le mode de calcul e t de com binaisons d es coefficieuts de q u a­
lité e t des coefficients de p rix qui le u r sero n t attribuésL ’a ttrib u tio n d es coefficients de q u alité a u x p ro je ts ou échan tillons
déposés p a r les e n tre p re n e u rs ou fo u rn isse u rs ad m is à concourir est
142
CODE PÉNITENTIAIRE
effectuée définitivem ent e t ren d u e publique a v a n t l'o u v e rtu re e t la
le c tu re des p lis re n fe rm a n t le s offres de p rix , qui o n t lie u en séance
publique. L orsque deux ou p lu sie u rs c o n cu rren ts sont classés ex-æquo,
il e st procédé, e n tre eux, £t un tira g e fin so rt.
Le co n cu rren t c lassé p re m ie r e st p ro clam é en séance publique.
Il e st en su ite pro céd é co nform ém ent a u x dispositions cle l’a rtic le 14
ci-dessus.
S e c tio n
IV .
—
D e .?
marchés sur appel d’offres
A kt. 20. — I l p e u t ê tr e p a ssé des m a rc h é s su r ap p el d’offres :
1° P o u r les T ravaux, fo u rn itu re s ou tr a n s p o r t s ,. d o n t l a dépense
to ta le n ’excède p a s u n m illion de fra n c s, ou s'il s ’a g it d 'u n lo a rch é
p assé p o u r p lu s ie u rs années, d ont la dépense an n u elle n'excède p as
200.000 fra n c s ; ces lim ites peu v en t ê tr e relev ées p o u r c e rta in s tr a ­
vaux, fo u rn itu re s ou tra n s p o rts p a r a rr ê té p ris p a r le S e c ré ta ire
d ’E ta t atix F in an ces e t le S e c ré ta ire d’E ta t in té re ssé ;
i2° P o u r le»
des catégories
ca s d’urgence
p a s su b ir 1**
15 e t 18 ;
tra v a u x , fo u rn itu re s ou tr a n s p o rts e n tr a n t d an s l ’une
définies a u x a rtic e s 10, 15 e t 1S ci-dessus qui. d an s le
am enés p a r des circo n sta n ces im prévisibles, ne peu v en t
d élais des p ro céd u res p ré v u es p a r lesd its a rtic le s 10,
3 U P o u r les tra v a u x , fo u rn itu re s ou tr a n s p o rts qui n ’o n t été l’ob­
je t d ’aucune offre a u x ad ju d ic a tio n s ou à l'é g a rd desquels il n ’a
été p ro p o sé’ que des conditions inacc ep tab les ;
4° p o u r les tra v a u x , fo u rn itu re s ou tr a n s p o rts e n tr a n t d an s l’une
des catég o ries définies a u x a rtic le s 10, 15 e t 1S ci-dessus, lo rsq u e le
jeu no rm al de la concurrence est e n tra v é p a r l’é ta t du .m arclié ou
p a r Jes décisions p rise s en exécution des lo is o rg a n isa n t ia prod u ctio n
in d u strielle e t ré g la n t la ré p a rtitio n et la d istrib u tio n des p ro d u its.
L es m a rch és s u r appel d'offres p assés en exécution de l’alin éa
ci-dessus lo rsq u e le u r m o n ta n t excède 100.000 fra n c s d oivent ê tre
soum is â la com m ission co n su ltativ e des m arch és visée à l’a rtic le 2
ci-dessus.
A ht , 21. —■L o rsq u 'il e st procédé n un appel d'offres, les conditions
auxquelles doivent rép o n d re les offres, le vèyleoient du concours,
lo rsq u ’il è n 'e s t o rganisé, noénuirtienf: d a n s le cas p ré v u à l'a r tic le 5
ci-dessus, e t le délai d an s lequel les offres doivent ê tre rem ises sont
portées à la conn aissan ce so it du public, so it des seu ls e n tre p re n e u rs
ou fo u rn isse u rs choisis p a r l'ad m in istra tio n Lf) concurren ce p o rte en p re m ie r lien s u r le p rix ; il e st tenu
com pte égalem ent de la v a le u r technique des p re s ta tio n s offertes
et des g a ra n tie s professionnelles e t financières p résen tées p a r chacun
des concurrents. L ’a d m in istra tio n ch o isit lib rem en t l'e n tre p re n e u r on
le fo u rn isseu r qui lu i p a r a î t m é rite r la préféren ce. E lle se réserv e ta
fa c u lté de ne p a s donner su ite h u n ' ap p ef d'offres si elle n 'a p as
obtenu de propositions qui lu i p a ra is s e n t acceptables.
L orsque le fo n c tio n n a ire ou la com m ission ' c h a rg é e de p ré p a re r
le m a rc h é propose de donner 3a p ré fé re n ce à un fo u rn isse u r ou
e n tre p re n e u r a u tr e que celui qui offre le m o in d re p rix , il d oit ê tre
ad re ssé au S e c ré ta ire d’E ta t in té re ssé ou au fo n ctio n n aire délégué'
pour l'a p p ro b a tio n du m arch é un ra p p o rt spécial in d iq u a n t las m o tifs
de ce choix.
1942. — 6 aveil
143
Si des offres ne sont p a s fa ite s p a r tro is e n tre p re n e u rs ou fo u rn is­
s e u rs au m oins, ou s’il est m an ifeste qu’u n e en ten te e st in terv en u e
e n tre tous le s e n tre p re n e u rs ou fo u rn isse u rs consultés ou e n tre c e r­
ta in s d’e n tre eux, il doit ê tre pnocédé k u n e nouvelle consulation
p lu s étendue, s a u f le ca s d ’im possibilité m atérielle, ou d'urgence im pé­
rieuse.
S k ctio x V. — D es m archés par en ten te directe
A in -. 22. — II. p e u t ê tre p assé des m arch és p a r en ten te directe
e n tre le se rv ic e in téressé e t le fo u rn isseu r ou e n tre p re n e u r :
1” p o u r le s o b jets dont la fa b ric a tio n e st exclusivem ent attrib u é e
â des p o rte u rs de b rev ets d'invention ou qui n'auraient: qu'un pos­
sesseu r u n iq u e ;
2° p o u r le s fo u rn itu re s ou tr a v a u x dont l'exécution o c peut, en
ra iso n des nécessités techniques, ê tr e confiée qu’à u n en tre p re n e u r
ou fo u rn iss e u r d éterm iné ;
3" p o u r les tra v a u x , ex p lo itatio n s et fo u rn itu re s qui ne sont fa its
q u ’à titr e d 'e ssai ou d ’étu d es ;
4° p o u r le s objets, m atières ou denrées qu’en raison de leu r n a tu re
p a rtic u liè re e t de la sp écialité de IV m ploi auqu el ils so n t destinés,
il y a im é rê t à a c h e te r e t ch o isir au x lieux de p roduction ;
5U lo rsq u 'il n ’e st p a s possible de pro céd er à u n appel d ’offres dans
le s conditions définies à l ’a rtic le 20 ci-dessus pour ies fo u rn itu res,
tra n s p o rts ou tra v a u x qui, a y a n t douué lieu â un appel d'offres
consécutif ou non à une ad ju d icatio n , n ’ont f a it l'o b jet d 'aucune offre
ou à l ’é g ard desquels il n ’a é té proposé que des conditions inaccep­
tab les ;
6“ p o u r les tra v a u x , fo u rn itu re s ou tra n s p o rts que l'a d m in istra tio n
d oit fa ire ex écuter au lieu e t pince d es e n tre p re n e u rs ou fo u rn isseu rs
d é fa illa n ts e t ù leu rs risq u es e t p érils ;
7° p o u r Jes tra n s p o rts p a r voie fe rré e ou confiés au x en trep ren eu rs
de serv ices p u b lics ou e n tre p rise s subventionnées de tra n sp o rts, pour
le s a ffrè te m e n ts e t p o u r le s a ss u ran ces s u r les c h arg em en ts qui s ’ensu iv en t ;
8° p o u r le s fo u rn itu re s, tr a n s p o rts ou tr a v a u x qui, dans les cas
d ’urg en ce im périeuse am enée p a r des circo n stan ces im prévisibles,
ne p eu v en t p as su b ir les d étails d’une p ro céd u re d’appel d’offres ;
(9Ü p o u r to u te s espèces de fo u rn itu res, de tra n s p o rts ou de tra v a u x
lorsque ies circonstances exigeait que les opérations du G ouvernem ent,
soient ten u es secrètes, ces m arch és doivent p ré a la b le m e n t av o ir été
au to risé s p a r ie C hef de l'E ta t, su r un ra p p o rt spécial du S ecrétaire
d ’E ta t com pétent ;
. 10° p o u r les tra v a u x , fa b ric a tio n s ou fo u rn itu re s qui sont f a its en
vue d ’a ss u re r à la m obilisation une production ra p id e d es objets
dbnti la fa b ric a tio n nécessite, so it des études techniques p réalab les,
so it la construction ou la m ise au point d 'in s ta lla tio n s ou d ’outillages
sp éciau x ;
l l n p o u r le s tra v a u x , fa b ricatio n s ou fo u rn itu re s com pris daos
le s p ro g ram m e s de production e t de fab ricatio n a rrê té s p a r les com ités
d’o rg an isa tio n créés en v ertu de la loi du 16 ao û t 1940 p o rta n t o rg a­
n isatio n p ro v iso ire de la production in d u strielle. Ces m a rch és peuvent
CODE PÉN1TJSSTJAJRB
1042. — $ AVRIL
ê tre p assés sa n s co ncurrence n i publicité avec le s in d u s trie ls désignés
d an s les p ro g ram m e s de production él de fa b ric a tio n e t d a n s la lim ite
d es p rix hom ologués p a r Jes S ecrétaires' d’E ta t resp o n sab les s u r la
proposition des com ités d 'o rg a n isa tio n com pétents. Iis p euvent éga­
lem ent ê tre attribués? d ’office fi. uno e n tre p rise désignée p a r le S ecré­
ta ir e d’E ta t respousabîe de la ré p a rtitio n des m a tiè re s p rem ières,
p a r ap p licatio n de la loi du 10 se p tem b re 1940-
q u e les besoins prévisibles du service ne ju stifien t p a s l ’acq u isitio n
d ’une q u a n tité dont 2a v a le u r excède 50.000 fra n c s.
L a dispense du m arch é s ’éten d a u x tr a v a u x ou tr a n s p o rts dont
la v a le u r p résu m ée n ’excède p a s SO.OOO fra n c s, e t qui peuvent ê tre
ex écu tés s u r sim ple -mémoire.
P o u r le s s e rv ic e s 1en gestion d irecte d u d é p artem en t de la G u erre
d ésignés de concert e n tre les S e c rétaires d ’E ta t à la G u e rre e t à
l ’E conom ie n a tio n a le e t a u x F in an ces, il p e u t ê tr e f a i t des a c h a ts
de g ra in s, d en rées a lim e n ta ire s e t de fo u rra g e s su r fa c tu re s ju sq u ’à
co n cu rren ce de 200.000 fra n c s p a r vendeur.
L ’a d m in is tra tio n d u m o b ilier n a tio n a l p e u t f a ir e des acquisitions
a u x en ch ères publiques san s lim ita tio n de p rix . L a dépense se ra
ju stifiée p a r la production d’un e x tr a it s u r tim b re du procès-verbal
de v en te ou d u . b o rd ereau de l'officier m in isté rie l a y a n t effectué
l’o p ératio n .
144
A iît . 23. — L o rsq u ’un m a rc h é d oit ê tr e p assé p a r en ten te, d irecte
avec le fo u rn isse u r on l ’en tre p re n e u r, il a p p a rtie n t an service in té­
ressé d’a s s u re r d a n s to u te s la m esu re du possible la p u b lic ité p ré a ­
lab le e t la concurrence, sa n s q u ’il soit o b ligato irem en t reco u ru à
l'u n e des pro céd u res définies p a r Jes a rtic le s 10 à 20 ci-dessus.
L e m a rc h é est conclu :
1° soit un engagem ent so u scrit à la su ite d u c a h ie r d es ch a rg es ;
2° soit su r uno soum ission so u scrite p a r colui qui propose de tr a i t e r ;
145
T IT R E I I
3° so it s u r u n e co respondance sui-vant le s u sag es du com m erce ;
4° so it ex cep tio n n ellem en t d an s les f o n c e s p rév u es à l ’a rtic le 24
cl-après.
A rt . 24. — A titr e ex ceptionnel e t p o u r le s fo u rn itu re s ou ies t r a ­
v aux u rg e n ts des d é p a rte m e n ts de la d éfen se n a tio n a le d ont il est
nécessaire que l'ex écu tio n soit com m encée a v a n t que to u tes les condi­
tions dn m arch é a ie n t pu ê tre d éterm inées, il p eu t ê tre passé des
m arch és s u r com m ande avec les e n tre p re n e u rs ou fo u rn isse u rs qui
jouissent d’u n m onopole de f a i t e t q u i se so u m e tte n t au contrôle
de l’a d m in istratio n .
T.e m arch é s u r com m ande est constitué, so it p a r une convention
spéciale, soit p a r un échange de le ttre s. I l d o it in d iq u er le p rix p ro ­
visoire e t tes m o d alités su iv a n t lesquelles se ro n t d éterm in ées p a r
av en an t les clau ses définitives du m arch é, en p a rtic u lie r les élém ents
d{int il se ra ten u com pte p o u r .la fixation du p rix d éfin itif s u r la base
du p rix de rev ien t contrô lé p a r l'a d m in istra tio n .
A h t . -H, — S a u f ceux qui sero n t p assés e n a p p licatio n des a lin é as
8°, 0°, 10° e t 11“ de l’a rtic le 22, le s m a rc h é s p assés p a r e n ten te
d irecte dont le m o n ta n t excède un m illion ou 200.000 fra n c s p a r an,
s’il s ’a g it d’un m a rc h é passé p o ur p lu sie u rs an n é es ou d ont la d u rée
d'exec-ution excède cinq an n ées s ’il s ’a g it d’un m arc h é .do fo u rn itu re s,
so n t soum is a v a n t a p p ro b atio n â la com m ission co n su lta tiv e visée à
l’a rtic le 2 ci-dessus.
L es m arch és p a r en ten te d ire c te soum is à l’av is do la com m ission
co n su ltativ e ne p euvent ê tr e app ro u v és p a r un fo n c tio n n a ire délégué
p a r îe S e c ré ta ire d’E ta t qu’en cas de fo ré e m a je u re ou les a u to ri­
satio n s spéciales doivent ê tre m entionnées d an s lesd its m archés.
Les m a rch és visés à l ’alin éa 10° de l ’a rtic le 22 ci-dessus n e peu v en t
ê tr e p assés que s u r a v is conform e d’u n e com m ission sp éciale ins­
titu é e dons chaque d é p a rte m e n t m in istériel e t dont l a composition
est fixée «onform éraent a u x dispositions de la loi d u 1 " ao û t 1930S e c t jo n
V I, — D es m a rch és su r fa c tu re s o u m ém oires
A b t. 26. — I l peut ê tr e suppléé a u x m arch és é c rits p a r d e s m arch és
s u r sim ple fa c tu re p o u r .les fo u rn itu re s liv ra b le s im m édiatem en t I o t s -
D es cahiers des charges
A ht. 27. — L es c a h ie rs des ch a rg e s des m a rch és de l’E ta t p réci­
se n t les conditions d an s lesquelles lesd its m a rc h é s so n t p assés en
a p p licatio n des dispositions dn p résen t d écret e t exécutés.
Ce so n t n o tam m en t :
1° le s c a h ie rs des clau ses e t conditions g én érales fix a n t le s dis­
positions a d m in is tra tiv e s ap p licab les à. tous les m a rch és de fo u rn i­
tu re s ou tous les m a rc h é s de tr a v a u x p assés p a r le S e c ré ta ria t d’E ta t
ou le (service intéressé2° les c a h ie rs des p re sc rip tio n s com m unes fix a n t essentiellem ent
les dispositions techniques ap p licab les au x m a rch és p o rta n t s u r une
m êm e n a tu r è de fo u rn itu re s ou de tra v a u x , ou p assés p a r un m êm e
S e c ré ta ria t d ’E ta t ou p a r u n m êm e service spécialisé ;
3° les c a h ie rs des p re sc rip tio n s spéciales fix an t les clauses p ro p re s
à ch aq u e m a rc h é e t c o m p o rtan t au besoin les déro g atio n s a u x cah ie rs
des clau ses e t conditions g én érales e t a u x c a h ie rs des p rescrip tio n s
com m unes.
A b t . 2S. — L a com m ission n a tio n ale des m a rch és publics é ta b lira
p o u r les' m a rc h é s de fo u rn itu res, d’une p a rt, e t pour les m archés
de tra v a u x , d’a u tre p a rt, des c a h ie rs ty p es des clauses e t conditions
a d m in istra tiv e s g én érales fix an t les dispositions applicables à tous les
m a rc h é s de fo u rn itu re s, ou à to u s les m archés, de tr a v a u x e t qui p o u r­
ro n t ê tr e re n d u s o b lig ato ires p o u r to u tes les ad m in istra tio n s e t tous
le s services publics p a r a rr ê té du S ecrétaire d’E ta t a u x F inances.
T outes les dérogations au x cah ie rs ty p es des clauses e t conditions
g én érales d oivent ê tr e p o rtées â la C onnaissance de la com m ission
co n su ltativ e des m a rch és visée à l ’a rtic le 2 ci-dessus.
Aicr. 29. — L es c a h ie rs des p re sc rip tio n s com m unes so n t soum is
d an s ch aq u e S e c ré ta ria t d 'E ta t à la com m ission co n su ltativ e des
m archés. Sous réserv e des dispositions de l ’a rtic le 30 ci-après, ils
so n t é tab lis p a r le S e c r é ta ir e 'd ’E ta t in téressé e n accord avec les
S e c ré ta ire s d 'E ta t responsables de la ré p a r titio n des m a tiè re s p re ­
m ières utilisées.
146
CODE PÉNITENTIAIRE
L es c a h ie rs d es p re sc rip tio n s com m unes contiennent p o u r la ca té ­
g orie de tr a v a u x ou cle fo u rn itu re s à laq u elle ils so n t applicables
ou p our W serv ice
q u ’ils concernent :
les spécifications tech n iq u es des fo u rn itu re s ou tr a v a u x q u i doivent
rep ro d u ire, dans les conditions p re sc rite s p a r le d é c re t du 12 novem bre
1938, ies no rm es hom ologuées to u te s le s fo is que ces n o rm es e x is te n t ;
les m o d alités com m unes de la p ro céd u re de p assa tio n des m arch és
e t l ’indication des conditions exigées des e n tre p re n e u rs ou fo u rn isseu rs.
Ils peuvent, en o u tre , contenir, s ’il y a Heu, to u te s a u tr e s p re s ­
crip tio n s com m unes
h tous le s m a rc h é s
de la c até g o rie h la q u e lle ils
so n t applicables ou du serv ice q u 'ils co n cern en t e t d é te rm in e r, en
p a rtic u lie r :
les m o d alités, calcul du p rix , et le s elau ses de révision de ce p r i s
s ’il p a r a it n écessaire d ’en in sé re r au m a rc h é ;
,
le s m o d alités de calcul e t de v ersem en t des acom ptes e t av an ces
e t de règlem ent d u p rix d u m arché.
A r t . 30. — L a com m ission n a tio n a le des m a rc h és publics p o u rra ,
a p rè s co n su ltatio n , s’il y a lieu, des o rg a n isa tio n s professionnelles
in téressées, étab li!-, p o u r c e rta in e s caté g o ries de fo u rn itu re s ou de
tra v a u x , un c a h ie r ty p e des p re scrip tio n s tech n iq u es com m unes ap p li­
cables â ces fo u rn itu re s ou à ces tr a v a u x , u n iq u e p o u r to u te s les
a d m in is tra tio n s e t tous le s services p u b lics e t q u i p o u rra ê tr e ren d u
o b lig ato ire p a r a rr ê té . du vice-président du Conseil d u S ec ré ta ire
d’E ta t à l ’E conom ie n a tio n a le e t a u x F in a n c e s e t du S e c ré ta ire
d ’E ta t responsab le d es m a tiè re s p rem ière s u tilisées.
T IT R E I I I
D es g a ra n ties ù fo u r n ir
par les so u m issio n n a ires e t titu la ire s d e m a rch és
A üt. 31.- — L es co lliers d es c h a rg e s d éterm in en t îa n a tu r e e t l’im ­
p o rtan ce des g a ra n tie s p é c u n ia ire s à p ro d u ire p a r les sou m issio n n aires
à titr e de cautio n n em en t p ro v iso ire p o u r ê tr e ad m is a u x a d ju d icatio n s
p a r le s titu la ir e s de m a rc h é s à titr e de cau tio n n em en t définitif p o u r
répondre de le u rs engagem ents.
N e sont p as a s tre in ts à c o n stitu e r u n cau tio n n em en t p ro v iso ire
ies so u m issio n n aires ad m is à p a rtic ip e r à une a d ju d ic a tio n restrein teA b t . 32. — L es c a h ie rs des ch a rg es peuvent, s ’il y a lieu, en raiso n
de la n a tu re on de l’o b je t dn m arch é, d isp en ser de l ’o bligation de
déposer un cautio n n em en t provisoire., ou définitif. I l s p e u v e n t d isposer
que le--cautionnem ent ré a lisé a v an t l ’a d ju d ic atio n â titr e p ro v iso ire
se ra affecté à la co n stitu tio n de to u t ou p a rtie du cau tio n n em en t
définitif.
A k t. 83. — D a n s le s m a rc h és c o m p o rtan t co n stitu tio n d 'u n c a u ­
tionnem ent défin itif e t stip u la tio n de re ten u e s de g a ra n tie s le c a h ie r
des ch arg es d ev ra, d a n s les conditions p rév ues p a r l ’a rtic le 5 du
d écret dn 2 m ai 3938, co n te n ir des dispositions de n a tu r e à é v ite r
to u t double em ploi e n tre le cautionnem ent d é fin itif ou les re ten u e s
su r. acom ptes en te n a n t lieu e t les re te n u es de g a ra n tie .
A rt , 34. — A n cau tio n n em en t p e u t ê tr e su b stitu ée la cau tio n p e r ­
sonnelle so lid aire d ’u n ti e r s ’d a n s les conditions p rév u es p a r - le s a rti-
1942. — 6 avril
147
d e s 9 e t 10 du d écret du 30 octobre 1935 e t les d écrets p ris p our
son ap p licatio n . L es c a h ie rs des ch arg es d éterm in en t, s ’il y a lieu,
ies g a ra n tie s a u tre s que le cautionnem ent ou les cautio-ns person­
n elles so lid a ire s te lle s que : affectatio n s h y p o th écaires, dépôts de m a ­
tiè re s d an s les m ag asin s de l ’E ta t, etc., qui p eu v en t ê tr e dem andés
à titr e exceptionnel a u x e n tre p re n e u rs e t fo u rn isse u rs p o u r a ss u re r
l’exécntion de leu rs en g ag em en ts ; ils p récisen t l’actio n que l’ad m i­
n is tra tio n p eu t e x e rc e r su r ces g aran ties- A rt . 35. — Les g a ra n tie s p écu n ia ires peu v en t consister, a u choix
des so u m issio nnaires e t titu la ir e s des m archés, en n u m éraire, en
v ale u rs d ’E ta t, ou jo u issa n t de la g a ra n tie de l’E ta t, en obligations
d e la C aisse au to n o m e d’am o rtissem en t, en obligations foncières com­
m u n ales ou m a ritim e s du C réd it fo n cier de F ran ce, en o b lig atio n s
des co m pagnies de chem ins de f e r d’intérêt, g én éral ou de la Société
n a tio n a le .des chem ins de fe r fra n ç a is.
A près la ré a lisa tio n du cautionnem ent, aucun changem ent n e peut,
s a u f le ca s p ré v u à l’a rtic le 39 ci-après, ê tr e ap p o rté à sa com position
s a n s f a u io ris a tio n de 3’a d m in is tra tio n qui a p assé le m arché.
A rt . 36. — L a v a le u r en c a p ita l des re n te s h affecter a u x cau­
tio n n em en ts e st calculée, p o u r les cautionnem ents pro v iso ires, au
cours le p lu s b a s du jo u r de la veille du dépôt, pour les cautionnem ents
d éfinitifs, an cours le p lu s b a s du joui- de l'a p p ro b atio n du m arché.
L es bons du tré so r â échéance d'un a n ou de m oins d’un au sout
acc-eptés p o u r le m o n ta n t de le u r v a le u r en c a p ita l e t in té rê ts. Les
a n tre s v a le u rs déposées p o u r cautionnem ent so n t calculées d 'a p rè s
le d e rn ie r co u rs p u b lié
la cote officielle du sy n d icat des ag en ts
de change.
D an s les cas p ré v u s an d e rn ie r alin éa de l'a rtic le précédent, les
v a le u rs déposées en l'em placem ent se ro n t évaluées a u cours du jo u r
de l’au to risa tio n donnée p a r l ’a d m in is tra tio n d 'effectu er la modifi­
cation.
A r t . 37. — L es cautionnem ents, sous quelque form e qu’ils soient
constitués, sont re ç u s p a r îa caisse des dépôts e t consignations ou
p a r ses p rép o sés e t soum is au x règlem ents de cet établissem ent.
L es oppositions su r les cautionnem ents doivent a v o ir lieu e n tre
le s m ain s du com ptahîe qui a re ru lesd its cautionnem ents, to u tes
a u tre s oppositions sont nulles e t non aveuues.
A r t . 3 8 .-— Loesque le cautionnem ent e st constitué en ti tr e s nom i­
n a tifs le titu la ir e so u scrit une d é c la ra tio n d’affectation de ces titr e s
e t donne à ia caisse des dépôts e t consignations un pouvoir. Irrévocable
h. l’effet de les a lié n e r s ’il y a lien.
L ’affectatio n des titre s n o m in atifs a u cautionnem ent définitif est
notifiée so it au T réso r, so it ù l'étab lissem en t d éb iteu r. E n ce qui
concerne les titr e s d e vren tes su r l’E ta t, cette affectatio n e st m en­
tionnée a u g rau d -îiv re de la d ette publique.
L es v a le u rs d u T réso r, tran sm issib les p a r endossem ent, endossées
en blanc, so n t considérées comm e v aleu rs au p o rteu r.
A r t . 39. — L orsque les re n te s ou v a le u rs affectées à un caution­
nem ent d éfinitif donnent Heu â rem boursem ent, la som m e rem boursée
e st touchée p a r la caisse des dépôts e t consignations, e t cette som m e
d em eu re affectée au cau tio n n em eat ju sq u ’à d u e concurrence, à
148
CODE PENITENTIAIRE
m oins que le cau tio n n em en t ne so it reco n stitu é en v a le u rs p r é ­
vues p a r . le p ré s e n t d é c re t a u c h o is du titu la ir e d u m arché.
' A r t . 40- — L a caisse des d ép ô ts e t consig n atio n s re s titu e le s c a u ­
tionnem ents p ro v iso ire s au vu de la m ain lev ée donnée p a r ie fonc­
tio n n a ire ch a rg é de l'a d ju d ic a tio n ou d ’office a u s s itô t ap rè s la ré a li­
sa! ion du cau tio n n em e n t d é fin itif de l’a d ju d ic a ta ire .
L es cautionn em en ts d éfinitifs sont re s titu é s au vu d'une m ainlevée
donnée p a r le S e c ré ta ire d’E ta t ou p a r son délégué.
A r t . 41. — S ont acquis â l ’E ta t, d’a p rè s le m ode d é te rm in é à
l'a r tic le su iv a n t les cau tio n n em en ts p ro v iso ires des sou m issio n n aires
qui, d écla rés a d ju d ic a ta ire s, n ’a u ra ie n t p a s ré a lisé le u r s cau tio n ­
n em ents d éiin itifs d an s le s délais fixés p a r le s c a h ie rs des ch arg es.
A r t . 42. — L ’ap p licatio n des c au tio n n em en ts d éfin itifs ù l’e x tin ctio n
des débets liq u id és p a r les S e c ré ta ire s d 'E ta t com pétents .a lie u a u x
p o u rsu ites e t diligences de l ’ag en t ju d ic ia ire d u T ré so r p ublic en
v e rtu el’une c o n tra in te d éliv rée p a r le S e c ré ta ire d 'E ta t â l'E conom ie
n a tio n a le e t a u x F in an ces.
T IT R E IV
D isp o sitio n s diverses
A h t , 43. — L es dispositions du p ré sen t d é c re t c o n cern an t le s modes
de p a ss a tio n des m arch és ne so n t p as ap p licab les a u x tr a v a u x que
l'a d m in istra tio n e st d a n s la n écessité d’ex écu ter en régie, so it ft la
jo urnée, so it à la tâch e.
L'exécution en régie e st a u to risé e p a r le S e c ré ta ire d’E ta t ou p a r
son déléguéIx;s fo u rn itu re s de m a té ria u x n écessaires à l ’exécution en régie,
sont néanm oins soum ises a u x d ispositions dn p ré sen t décret.
A k t . 44. — Les tr a v a u x n eu fs ex écu tés p a r voie d 'e n tre p rise
p our les b â tim e n ts de l ’E ta t ne p eu v en t a v o ir lieu q u ’a p rè s l’a p p ro b a ­
tio n de devis qui en d é te rm in en t la n a tu re e t l’im portance.
C onform ém ent au x dispositions de l’a rtic le 0 de la loi du 15 m ai
1850, il ne s e ra accordé au cu n h o n o ra ire ni au c u n e indem nité a u x
a rc h ite c te s ch a rg é s de tra v a u x au com pte de l'E ta t, p o u r les dépenses
qui ex c é d e ra ie n t Jes devis approuvés.
A r t . 45. — L e m ode d’ap p ro v isio n n em en t des tab a c s ex o tiq u es ou
indigènes e t des sa lp ê tre s em ployés p a r l'a d m in istra tio n est d é te r­
m iné p a r des d é c re ts spéciaux.
A r t . 46. — Ixîs d ro its de tim b re au x q u els d o n n e n t.lie u les m arch és
sont â la ch arg e de ceux qui c o n tra c te n t avec l'E ta t. Il en e st de
m êm e d es d ro its d’en reg istre m e n t a u x q u els p eu v en t donner lieu les
m arch és conclus d an s le s conditions indiqnées a u x a rtic le s 10 à 26
du p ré s e n t décret.
T outefois, les d ro its d 'e n re g istre m en t p eu v en t ê tr e m is k la ch arg e
de l ’E ta t en ce q u i concerne le s m arch és p assés avec les conces­
sio n n a ire s de services publics, lo rsq u e le p rix des tra v a u x , fourni-tu r e s ou tr a n s p o rts q u i fo n t l ’ob jet du c o n tra t e st lim ité p a r nn
t a r i f üxé p a r la loi, p a r une a u to rité a d m in is tra tiv e ou p a r le ( c a h ie r
des ch arg es de la concession.
1942. — 8 a v r i i .
149
A r t . 47. — L es dispositions du p ré s e n t déci’e t cessen t d ’ê tr e obli­
g a to ire s î\ p a r t i r de l'o rd re d e m obilisation g énérale, en ce qui con­
cern e les m a rc h és des Seci’é ta r ia ts d ’E ta t â la G u erre, à l a M arin e
e t â l'A v iatio n e t les m a rch és des a u tre s d é p artem en ts m in isté rie ls
q u i in té re sse n t la défense n atio n ale, s a u f p our c e rta in s a rtic le s qui
sero n t désignés p a r a r r ê té signé p a r le S e c ré ta ire d 'E ta t à l ’Eco­
nom ie n a tio n a le e t a u x F inances.
E n période de ten sio n e x té rie u re on en to u t a u tr e cas p révu p a r ’
l’a rtic le 1er de la loi du 11 ju ille t 1938 su r l'o rg a n isa tio n de la
n atio n en tem ps de g u e rre , une décision dit S e c ré ta ire d ’E ta t à
l ’Econom ie n a tio n a le e t a u x F in an ces, délibérée en conseil des M inis­
tre s, p e u t su sp en d re l'a p p licatio n de to u t o u p a rtie du p ré s e n t décret
s i le s besoius de la défense n a tio n a le l ’exigent.
A r t . 48. — Un d é c re t co n tresig n é p a r le S e c ré ta ire d ’E ta t à
l'E conom ie n a tio n a le e t a u x F in an ces e t îe S e c ré ta ire d’E ta t a l ’In ­
té rie u r d é te rm in e ra les conditions d’ap p licatio n du p ré s e n t d é c re t en
A lgérie.
U n d écret contresigné p a r le S e c ré ta ire d ’E ta t à l ’E conom ie n a tio ­
n ale e t a u x F in an ces e t p a r le ' S e c ré ta ire d ’E ta t an x Colonies, d éter­
m in era les conditions d 'ap p licatio n du p résen t d é c re t d an s les colonies,
p a y s de p ro te c to ra ts e t te rrito ire s sous m a n d a t re lev an t du S e c ré ta ria t
d ’E ta t a u x ColomeaA k t . 49. — Le p ré s e n t d é c re t a ’est p a s applicable a u x m arch és
p assés â l'é tra n g e r. Ces m a rch és sont conclus p a r chaque d é p a rte ­
m en t m in isté riel a p rè s avis de la com m ission co n su ltativ e visée à
l'a rtic le 2 ci-dessus e t selon les règles fixées p a r le décret-loi du
29 ju in 1938.
_ .
A r t . 50. — C onform ém ent au d écret du 12 novem bre 1938, les
disp o sitio n s du p ré s e n t d écret et des te x te s p ris pour son application
p eu v en t ê tre étendues p a r règlem ents d’ad m in istra tio n publique co n tre­
signés p a r le s S e c rétaires d ’E ta t intéressés et le S e c ré ta ire d ’E ta t
â l’E conom ie n a tio n a io e t a u x F in an ces, e t so u s ré serv e des a ju s te ­
m e n ts n é cessaires, au x d ép artem en ts, au x com m unes e t a u x é ta ­
blissem en ts p u blics i‘elev a n t de l’E ta t, des d é p a rte m e n ts e t des com­
munes.
A k t . 51. — U n d écret contresigné p a r le S e c ré ta ire d 'E ta t à l’E co­
nom ie n a tio n a le e t a u x F in an ces e t le S e c ré ta ire d ’E ta t responsable
de la ré p a rtitio n des m a tiè re s p rem ières fix era les conditions dans
lesqne-lles les a d m in istra tio n s publiques seront tenues de dresser,
p o u r c e rta in e s fou m l sures, im p ro g ram m e d ’échelonnem ent de leurs
a c h a ts a in si que les m o dalités selon lesquelles ces p rogram m es seront
coordonnés.
A kt. 52. — Les dispositions des a i’ticles 1er, 2, 6, 8, 20, 21, 22, 24,
25 (a lin é a 1er), 26 n- 50 ci-dessus sont applicables à. com pter de la
p u b licatio n du p ré s e n t décret. T outes dispositions c o n tra ire s à. celles
d esd its a rtic le s sont abrogées.
A r t , 53. — Un d écret, qui d e v ra in te rv e n ir a v a n t le 31 ju ille t 1942,
d é te rm in e ra la d a te à laq u elle les a u tre s dispositions du p résen t
d écret -entreront en vigueur. A com pter de la d a te ain si fixée, sont
abrogées le s a n tre s dispositions du d écret du 18 novem bre 1 SS2 et
des tex tes qui l ’ont modifié-
CODE PÉNITENTIAIRE
150
A k t.
e t aux
en ce
publié
1Ô42. — • 6
54. — L e M in istre s e c ré ta ire d ’E ta t fi l’E conom ie n a tio n a le
F in a n c e s e t to n s les S e c ré ta ire s d’E ta t so n t c h arg és, chacun
qui le concerne, de l'e x éc u tio n du p ré s e n t d écret, qui se ra
a u Jo u rn a l Officiel de l’E ta t fra n ç a is.
AVBEL
151
nouvelles, en in d iq u a n t les m o d alités d 'a p p licatio n définitives ou p ro ­
v iso ire s q u ’e lles d o iv en t com porter.
S e ro n t ex am inées successivem ent les d ifféren tes subd iv isio n s d u
d é c re t re n d u e s ap p licab les p a r l'a r tic le 52.
T a it à V ichy, le G a v ril 1942.
P h . P fiT A IN
P a r le M a ré c h a l cle F ra n c e , C h ef de l ’E ta t fr a n ç a is :
L ’a m ira l de la F lo tte,
M in istre vioe-président du Conseil,
T IT R E P R E M IE R
D e la p a ssa tio n des m archés
Al. D aklan
Le. M in istre secrétaire d 'E ta t
« VEconom ie n a tio n a le e t aio<c F inances,
Y ves B o u t h iix ie r
C ib c u la ïk e à M o n sieu r le garde des sceaux m in istre secrétaire d 'é ta t
à La ju stic e rela tive a u x m archés p a ssés au, n o m de Vétat.
U n d é c re t r e la tif .aux m a rc h é s p a ssé s au nom de l’E t a t a é té ren d u
le ü a v ril 11)42 e t p u b lié a u Jo u rn a l Officiel d u 11 a v ril 1942, page 1.370
(re c tific a tif a u Jo u rn a l Officiet d u 28 m a i 1042, page 1.S9G). Le ra p p o rt
de p ré se n ta tio n a u C h ef de l'E ta t, re p ro d u it en an n e x e â la p résen te
lettre-com m une (an n e x e N "l), expose le s IJuts que les ré d ^ c te a is ,du
te x te nouveau se so n t proposés.
L a ré fo rm e ne v ise q u e le régim e a d m in is tra tif des m arch és de
l ’E ta t ; elle ne concerne p as le u r rég im e financier. A ussi les dispo­
sitio n s re la tiv e s a u n a n tisse m e n t de ces m arch és en exécution d u
décret-loi du 80 o cto b re 1935, 3a règ lem e n ta tio n des p a ie m e n ts édictée
p a r le» a rtic le s S à 7 d u décret-loi du 2 m a i 1938 r e la tif a u c ré d it
e t le régim e des av a n c e s e t acom ptes in s titu é p a r 3e décret-loi du
19 m a rs 1939 ne so u t p a s modifiés.
D ’a u tr e p a rt, la ré fo rm e doit s'acco m p lir p a r étap es. L e d écret
d n 6 a v rii 1942 p rév o it, en son a rtic le 52, que, seules, le s disp o sitio n s
des a rtic le s 1er, 2, 6, S, 20, 21, 22, 24, 25 (a lin é a 1er) e t 26 à 50 sont
applicables à com pter de la d a te de s a p u b licatio n . L es a u tr e s a rtic le s
n ’e n tre ro n t en v ig u e u r q u ’à u n e d a te u ltérieu re.
I l s'e n su it q u ’a ctu e lle m e n t 3e d écret du 18 novem bre 1882 n e st abrogé
q u ’en p a rtie e t q u e le s m arch és de l’E t a t so n t régis, d u p o in t de vue
a d m in is tra tif, p a r un ensem ble de disp o sitio n s com posé, d ’u n e p a rt,
des a rtic le s du d écret d u 18 novem bre 1882 q u i n ’o n t p as é té abrogés
p a r le s a rtic le s du d écret du 6 a v ril 1942 d 'o res e t d é jà m is en v ig u eu r
et, d’a u tre p a rt, ces d e rn ie rs a rtic le s eux-m êm es.
L a p ré se n te lettre- a p o u r o b je t de p ré c ise r d a n s q u elle m esu re ie s
d isp o sitio n s a n té rie u re s s u b s iste n t e t d e 'c o m m e n te r le» disp o sitio n s
C h a p it r e p r e m ie r .
— D isp o sitio n s générales
A r t i c l e p r e m i e r . — L ’ex ten sio n d es se c te u rs d’économ ie dirigée
o u co n trô lée a u x dépens d ’u n régim e où, ix m r 3a conclusion des
m arch és, la co ncurrence jo u a it pleinem ent, a modifié de façon profonde
le s co n d itio n s économ iques p o u r lesquelles é ta ie n t conçues les procé­
d u re s de p a ssa tio n des c o n tra ts de l'E ta t p rév u es p a r le d écret du
18 novem bre 1882.
L-’a lin éa l " d u d écret d u 6 a v ril 1942 e n re g istre cette évolution,
et, to u t en p o san t 3e p rin cip e g én érai que les m a rc h é s sont passés
av ec concurrence, stip u le q u ’il n e d o it en ê tr e a in si que d an s la m esure
où l ’o rg a n isa tio n économique le p erm et. E n effet, les lois s n r l’o rg a n i­
sa tio n professio nnelle, su r la ré p a rtitio n des p ro d u its in d u strie ls, a u x ­
quelles il convient d ’a jo u te r ies lois s u r la ré p a rtitio n des p ro d u its
agricoles, s u r la ta x a tio n des p rix de v en te qui a p p o rte n t d es re s tric ­
tio n s d iv erses si la lib e rté d es p ro d u c te u rs e t des consom m ateurs,
s’im posent a u ssi bien a u x a d m in is tra tio n s publiques qui veulent se
p ro c u re r des fo u rn itu re s ou fa ire exiîcuter des tra v a u x , q u ’au x p a r ti­
culiers.
Les a d m in is tra tio n s qui tr a it e n t û n nom de l’E t a t o n t o bservé les
m esu res p a rtic u liè re s dci g én érales p rise s en ap p licatio n de ces lois.
B ien que ces m esu res a ien t e n tra v é p lu s ou m oins com plètem ent le
je u n o rm al de l a concurrence, les ad m iu istu tio n s co n tin u aien t ;’i ê tre
ten u es de p ro céd er p a r ad ju d icatio n publique ; le d é c re t du 6 a v ril 3942
les dégage , de cette obligation d an s la m esure n écessaire, e n le u r
p e rm e tta n t de tr a it e r a p rè s u n appel d ’offres e t m êm e p a r e n ten te
d ire c te d a n s les ca s p ré v u s â l’alin éa 4° de l ’a rtic le 20 e t à l’a lin é a 31“
d e l’a rtic le 22.
E n rev an ch e, le d é c re t du 0 a v ril 1942 soum et les fo n ctio n n aires
q n i tr a ite n t au nom de l’E ta t â u n contrôle p lu s é tro it que sous le
rég im e a n té rie u r. Si, comme p a r le passé, to u s les m arch és q u'iis
n égocient doivent, quel que so it le u r mode de p assatio n , ê tr e souuiis
à l ’a p p ro b a tio n du M in istre ou de son délégué, 3e contrô le du M inistre
ou de son délégué qui s'ex erce su r le s m arch és s n r a p p el d'offres dans
le c a s p rév u p a r 3e d e rn ie r alin éa de l’a rtic le 20 e t s u r ies m a rch és
p a r e n ten te d ire c te d an s lés eus p ré v u s p a r le p re m ie r alin éa de
l ’a rtic le 25, e st ren fo rcé p a r le co n trô le p ré a la b le d ’u n e com m ission
co n su lta tiv e des m archés.
152
CODE PKN CTEMTIATKE
A k t . 2 — Les. com m issions co n su lta tiv e s des m arch és, destin ées
à. jo u e r le rô le défini n o tam m en t a u x a lin é as 1°, 2° e t 3° de l1a r ­
ticle 2, so n t colles qui o o t é té in stitu é e s p a r le décret-loi du 28
fé v rie r 1940. O r, ce te x te p ré v o y a it qu'elles s e r a ie n t com posées, d’une
p a r t, dn p résid en t e t des m em bres d u com ité de contrô le fin an cier,
et, d ’a n tre p a r t, de fo n ctio n n a ire s su p é rie u rs du D é p a rte m e n t in ­
téressé. L es com ités de contrôle financier ne fo n ctio n n an t plu s, il
n ’e st p a s possible de co n stitu er des com m issions co n su ltativ es
des m a rch és dont la com position so it stric te m e n t conform e a u x
a u x p re sc rip tio n s du décret-loi du 28 fé v rie r 1040. E n a tte n d a n t
qn'nn te x te rè g le c e tte question, il convient de so u m e ttre les
m a rch és p o u r lesq u els le décret-loi d n 6 a v ril 1942 p rév o it l'ex am en
do l a C om m ission co n su ltativ e des m a rc h és p ré a la b le m en t ü le u r a p p ro ­
bation, so it à la C om m ission c o n su ltativ e q u i fo n ctio n n e dé.ià d an s
v o tre d ép artem en t, so it â u n e C om m ission p ro v iso ire co n stitu ée p a r vos
soins, e t d o n t Ja. com position d e v ra ê tr e an alo g u e â celle qni a été
p rév u e p a r le d é c re t d n 28 fév ie r 1940,
S ero n t soum is à l’ex am en de là Com m ission, les p ro je ts de m arch és
s u r ap p el d ’offres, e n .e x é c u tio n du d e rn ie r a lin é a cle l'a r tic le 20 e t
les p ro je ts de m arch és p a r e n te n te directe, en ex écu tio n du p re m ie r
a lin é a de l'a r tic le 25.
D ’une m a n ière g én érale, le rôle de l a Com m ission s e ra de p ré p a re r
le s décisions dn s e c ré ta ire d ’E ta t ou de son d élégué e t d’a s s u re r l'u n ité
de vues e n tr e les a d m in is tra tio n s re le v a n t clu D é p a rte m e n t où elle
fonctionne. J e ne v e rr a is p a s d ’inconvénient â ce que cette com m ission,
bien que provisoire, s ta tu e s u r to u tes les q u estio n s re la tiv e s ù l'ex écu ­
tio n des m arch és qui lu i se ra ie n t renvoyés p a r vous en a p p lic a tio n de
l’a lin é a 3° de l ’a rtic le 2. E n revanche, il m e p a r a it p ré fé ra b le q u ’elle
n ’e n tre p re n n e l’é tu d e des p ro je ts des c a h ie rs de p ro scrip tio n s com m u­
nes que lo rsq u e s a com position définitive a u ra é té fixée e t que Jes.
c a h ie rs de clau ses e t conditions générales a u ro n t p u ê tr e a rrê té s p a r
la C om m ission n a tio n ale des m a rc h é s publics.
A k t . 0. — L 'a rtic le (3 san ctio n n e un p rin cip e s u r lequel se fo n d aien t
Jes p re scrip tio n s co n ten u es d a n s les in stru c tio n s p ro p re s ?t d ifféren ts
D ép artem en ts m in istériels. S eules le s p ersonnes .juridiquem ent capables
de c o n tra c te r ou le u rs re p ré se n ta n ts dûm ent h abilités, doivent ê tre
ad m is à déposer ües offres ou soum issions.
A r t. S. — Iæ s so u m issio n n aires doivent, en o u tre, p ré s e n te r des
g a ra n tie s d’o rd re pro fessio nn el. L 'a rtic le 8 p ré v o it que les e n tre p re ­
n e u rs o i i fo u rn isse u rs qui déposent dos offres ou soum issions doivent
ju s tifie r q u ’ils so n t ré g u lière m en t in s c rits a u C om ité d 'o rg an isatio n
de la profession à laq u elle ils- a p p a rtie n n e n t e t so n t en règle avec
lui. C ette double condition n 'e s t exigée que des e n tre p re n e u rs on fo u r­
n isse u rs soum issio n n an t à une a d ju d ica tio n publiq u e ou ré p o n d an t â
un appel d'offres, m a is n o n de ceux avec lesquels l ’A d m in istratio n t r a i ­
te s u r sim ple fa c tu re ou m êm e p a r e n te n te directe.
1942.
— 6 a v rii,
E u principe, c e st au so u m issio n n aire q u 'il a p p a rtie n d ra d 'a n p o rte r la
p reu v e q u ’il a s a tis f a it à ses obligations professionnelles. C ette preu v e
co n sistera d a n s ia p ro duction so it de la q u itta n c e d élivrée p a r la
C aisse autonom e de recouvrem ent de.-; Com ités d ’o rg an isatio n e t affé­
re n te a u d e rn ie r trim e s tre échu, C aisse qui en v e rtu de la loi du
29 décem bre 1942 a ssu re le. recouvrem ent des tax es p révues p a r Jes lois
des 1(5 a o û t p o rta n t o rg an isatio n p ro v iso ire de 3a p roduction in d u s­
trie lle e t 10 se p tem b re 1940 p o rta n t o rg an isatio n de la ré p a rtitio n des
p ro d u its in d u striels, so it d 'u u c e rtilic a t du C om ité dont relève le ,s ou­
m issionnaire.
Q u'il s ’a g isse d ’adjudicatioD S ou d’ap p els d'offres, î ’A d m in isIratio u
qu i p a sse les m a rch és m en tio n n era a v o ir vérifié que les conditions
p re s c rite s p a r l’a rtic le S sont rem plies.
C h a p it r e I I .
— D es 'inodes de p a ssa tio n ie s m a tch és
L es a rtic le s com pris d an s les sections 1, 2 e t 3 de ce c h a p itre n ’ont
p a s é té visés p a r l'a r tic le 52 ; actu e llem en t les m arch és de l’E ta t
p e u v e n t ê tr e p assés :
1° P a r a d ju d icatio n publique ouverte ;
2° S u r a p p e l d'offres ;
3° P a r e n te n te d irecte ;
4° S u r fa c tu re s on m ém oires.
L ’a d ju d ic a tio n publique re s te la règle p o u r les tra v a u x , fo u rn itu re s
ou tra n s p o rts , d ont Ja dépense to ta l excède un m iJlioo, ou, s'il s ’a g it
d ’u n m a rc h é p o u r p lu sie u rs années, dont la dépense annuelle excède
200.000 fran cs.
E lle d oit se d érouler su iv an t les règles e t d a n s les fo rm es p révues
p a r le d écret du 18 novem bre 1882 et p a r les règlem ents p a rtic u lie rs
a u x d ifféren ts D é p artem en ts m in isté rie ls en ce q u 'ils ne so n t pas
c o n tra ire s a u x dispositions actu e llem en t applicables du nouveau décret.
S e c tio n IV . *— D es m archés su r appel d'offres
A r t . 20 e t 21. — L e m arch é su r a p p el d’offres e st un m arché
de g ré A gré, précédé d’un ap p el à Ja concurrence ; cet appel
est. ad ressé, so it à to u s les e n tre p re n e u rs e t fo u rn isse u rs p a r voie
d'affiche on p a r Jes m oyens o rd in a ire s de publicité, so it à c e rta in s
d ’e n tre eu x choisis â J’avance e t in scrits s u r des listes dressées
p a r le s A d m in istratio n s c e n trales e t auxquels les conditions du m a r­
ché so n t com m uniquées p a r correspondance. Ce m ode de p a ssa tio n
des co m m an d es• a p o u r but d ’ê c la ire r Jes serv ices qui tr a ite n t au
nom de l’E ta t su r les p rix du m arch é, -et doit, dans to u s Jes cas, leur
p e rm e ttre de c o m p arer la v a le u r technique des p re s ta tio n s offertes.
L a p ro céd u re d ’ap p el d ’offres n ’est pas, en effet, comme l’ad ju d i­
ca tio n publiq u e ouverte, une procédure a u to m a tiq u e n ’a ttr ib n a n t le
m a rc h é q u ’au m ie n x ' d is a n t Le fo n ctio n n aire qui passe le m arch é
tr a ite à son g ré avec celui des c o n cu rren ts qui lui p a r a ît réu n ir
COBE PÉNITENTIAIRE
1942. — 6 avril
les conditions le s p in s av an ta g e u ses p o u r l ’E ta t. I l n ’e s t lié p a r les
r é s u lta ts d u concours que vis-àvis de l’a u to r ité com pétente pour
ap p ro u v e r le m arch é, â q u i il d o it ' re n d re com pte des m o tifs de
son choix lo rsq u ’il donne la p ré féren ce à u n fo u rn iss e u r ou e n tre ­
p re n e u r a u tr e que celui qu i o ffre le m oindre prix.
s o n ie de c e rta in s d ép artem en ts, obligation de .s'a d re s se r *nx fo u r­
n isseu rs d’u-ne circo n scrip tio n d éterm in ée).
154
C ette p ro céd u re q u i n ’é ta it appliquée ju sq u ’ici que par, c e rta in s
D é p a rte m e n ts m in isté rie ls, v o it son/ cham p d ’a p p licatio n é ten d u a u x
dépens de l'a d ju d ic a tio n publique e t de l’en.tente d irecte. E lle devient
d éso rm ais la règ le p o u r les tra v a u x , fo u rn itu re s e t tra n s p o rts dont
le m o n tan t e st in fé rie u r & la lim ite au-dessus de laq u e lle l ’a d ju d ic a ­
tion est obligatoire, observ atio n é ta n t fa ite que c e tte lim ite elle-m êm e
e st relevée e t p o rté e â u n m illio n p o u r les tra v a u x , fo u rn itu re s e t
tra n s p o rts dont ia dépense to ta le u ’excède p a s c ette somme, ou, s’il
s 'a g it d 'u n m arch é p assé p o u r p lu sie u rs années, d ont la dépense a n ­
nuelle u ’excède p a s 200.000 fra n c s.
I l e.=,t procédé, eu o utre, p a r appel d ’offres toutes les fo is que la
procédure d 'ad ju d ic a tio n publiq u e ne p e u t fo n ctio n n er de façon sa tis ­
fa isa n te , p o u r les m o tifs énum érés a u x a lin éa s 2°, 3" e t 4° de l 'a r t i ­
cle 20.
L e p a ra g ra p h e 4° de P ai'licle 20 v ise les cas où l e 1jeu n orm al
de la concurrence e st e n tra v é p a r l ’é ta t d u m arch é ou p a r le s
décisions p rise s ou ex écu tio u des lois o rg a n isa n t la prod u ctio n indus­
trie lle e t ré g la n t la ré p a rtitio n e t la d is trib u tio n des p ro d u its. D a n s
des conditions économ iques n o rm ales on p e u t a d m e ttre que le je u de
la concurrence e s t fa u ssé p a r l ’é ta t du m arc h é lorsque, p a r exem ple,
le m arch é d es tr a v a u x ou fo u rn itu re s que l ’A d m in istra tio n v e n t m e ttre
en a d ju d icatio n e s t dom iné p a r une e n tre p rise ou une e n te n te qui
soum issionne i\ des p rix in fé rie u rs nu p rix de re v ie n t no rm al, en vue
d’a c q u é rir un monopole de fa it, ou qui dépend é tro ite m e n t de sociétés
étran g ères, ou qui s ’e st déjà. signalée p a r des m alfa ço n s ou la q u alité
in fé rie u re de se s pro d u its. D a n s les circo n stan ces actu elles, la pénurie
de u n itière p re m iè re p e u t ê tre considérée, d ’une m a n iè re g énérale,
comm e une e n tra v e à la co ncurrence suffisam m ent g ra v e pour ju s tifie r
l ’ahandon do la p ro céd u re d 'ad ju d icatio n . T o u tefo is, lo rsq u 'il s'a g it
de tra v a u x ou fo u rn itu re s n é c essita n t l’em ploi de m a té ria u x ou p ro ­
d uits p our lesquels o n t été d éliv rés le s bons-m atière nécessaires, il
e s t recom m andé a u x a d m in is tra tio n s de re c o u rir à l'a d ju d ic a tio n
publique. Q u an t a u x cas- d an s lesquels le je u n o rm al de la concurrence
est e n tra v é p a r d es décisions p rise s eu exécution des lois o rg a n isan t
la p roduction indu strieU e e t ré g la n t la ré p a rtitio n e t la d istrib u tio n
des p ro d u its, Us co n stitu en t, d ans la p ério d e p rése n te, p lu tô t la règle
que l’exception. D a n s le d o m aine in d u s trie l la d ispense d’a d ju d ic a tio n
prév u e p a r l ’a lin é a 4° de l’a rtic le 20 se ju s tifie r a p a r to u te s les
m esu res qui ont p o u r effet de su sp en d re l’a c tiv ité d 'u n e p a rtie des
en tre p rise s a p p a rte n a n t â la b ra n c h e d’in d u s trie suscep tib le d ’ex écu ter
le m arch é on seulem ent p a r le s m esu res q u i ont p o u r e ffe t’de ré d u ire
les m oyens de prod u ctio n de c e rta in e s des d ite s e n trep rises. D a n s le
dom aine agricole, il p o u rra ê tr e excipé des dispositons q u i ont pour
conséquence de re s tre in d re le choix de l’a d m in istra tio n , so it d an s
le tem p s (m esures de blocage), so it d a n s l ’espace (in te rd ic tio n de
155
. E n to u t é.tat de cause, les m o tifs p o u r lesquels il e st f a i t ap p licatio n
d e l'a lin é a 4" de l’a r tic le 20 se ro n t exposés, so it d an s le m arché, so it
d a n s u n ra p p o r t ù la C om m ission co n su ltativ e des m archés, lo rsq u e
celle-ci s e r a appelée à d o n n er son avis.
Si, a v a n t la p a ru tio n d u d é c re t du 6 a v ril 1942, il n 'é ta it p a s d 'usage
d an s v o tre d é p artem en t de p ro céd er à la p a ssa i ion de m a rch és su r
ap p els d’offres, vos services p o u rro n t en a tte n d a n t la m ise nu po in t
d’in stru c tio n s p a rtic u liè re s , se ré fé re r à celles qui so n t eu vigueur
d a n s le D é p a rte m e n t de la G uerre; T n e d escription d étaillée do la
pro céd u re à su iv re e st donnée p a r l ’a rtic le SS du c a h ie r des clauses
e t conditions g énérales des D é p a rte m e n ts de la G uerre, de la M arine
e t de l’A ir du 20 novem bre 1082, dont le te x te est donné en annexe
à la p ré se n te le ttr e (an n ex e N n 2).
S e c t io n
V. — D es m archés par e n ten te directe
A kt . 22 il 25. — L a p ro céd u re qui consiste à tr a it e r p a r e n ten te
directe, - le d écret du 1S novem bre 1SS2 d is a it de g ré fi g ré -, e st u n e
p ro céd u re exceptionnelle à laq u elle les a d m in is tra tio n s ne doivent
re c o u rir que d an s les ca s énuméi-és a u x a lin éas 1" à 11° de l ’a rtic le 22,
Les cas én u m érés p a r les a lin é a s 1° e t 9° so n t sen sib lem en t les
m êm es que ceux d an s lesquels il é ta it possible so u s le régim e a n té ­
rie u r, de tr a it e r de g ré h gré, e t qui a v a ie n t é té p rév u s /a u x 2°, 8°,
4 y, 5", (}°, S°, 9" 10" e t 11" de l ’a rtic le 18 du d écret du 18 novem bre 1S82.
L 'a lin é a 11° p ré v o it u n ca s nouveau : c 'e st celui d an s lequel les
tra v a u x , fa b ric a tio n s ou fo u rn itu re s q u e l ’a d m in is tra tio n v eu t com­
m an d e r so n t com pris d an s les prog ram m es de p roduction e t de fa b r i­
c a tio n a rrê té s p a r les C om ités d ’o rg an isatio n créés en v e rtu de l a loi
d u 16 a o o û t 1940. B ien que les dispositions ne visen t que des p ro d u its
in d u strie ls, il v a de soi que, p a r voie d'analogie, d o iv en t bénéficier
du m êm e régim e, les p ro d u its agricoles qui f o n t l’o b jet de m esures de
ra tio n n e m e n t ou de ré p a rtitio n p o u r des organism es officiels d épendant
du S e c ré ta ria t d ’E ta t k l ’A g ricu ltu re e t a u R av itaillem e n t.
D an s tous le s cas où des m a rch és se ro n t p assés p a r entente d irecte
p a r a p p lic a tio n des dispositions de l ’alin éa 11° de l’a rtic e 22, il con­
v ien d ra d ’en fa ire m ention a u m a rc h é e t de jo in d re â celui-ci une
pièce ou u n c e rtificat a d m in is tra tif p e rm e tta n t a u com ptable assig n a ta ire de s ’a s s u re r que les tr a v a u x ou fo u rn itu re s e n tre n t bien d an s
le caidre de ces dispositions. A insi, p o u r les p ro d u its in d u strie ls, il
d e v ra ê tr e fo u rn i u n e copie certifiée conform e so it de la décision d e '
l ’o rg an ism e de ré p a rtitio n d ésig n an t le fo u rn isseu r, so it de Ja le ttr e
d ’ag ré m e n t a u to r is a n t la fa b ric a tio n des m a té rie ls fa is a n t l ’o b jet du
m arch é. P o u r le s denrées agricoles, U suffira que le m arch é se réfère,
d ’u n e p a rt, a u x te x te s qui o n t é d ic té le ra tio n n e m e n t de* p ro d u its
co n sid érés e t d ’a u tr e p a rt, à îa décision de l’a u to r ité qui en a fixé le
p rix .
156
CODE PÉNITENTIAIRE
1942. — B avbil
S e c tio n V I. — D es m a rch és su r fa c tu re s ou m ém o ires
A k t . 47. — I I e st précisé que les disp o sitio n s de l'a lin é a p ré m ie r de
l ’a rtic le 47 ne sont p a s ap p licab les d ans les circo n sta n ces actuelles.
• .T’a i 3’h o n n eu r de vous p r ie r de b ien vouloir donner au x services
in té re ssé s re le v a n t de v o tre a u to rité les in stru ctio n s n écessaires pour
q u ’ils p a sse n t leu rs m a rch és su iv an t les m odes prévus p a r les dispo­
sitio n s du nouveau d écre t'c o m b in é e s avec celles dn décret du 18 no­
v em b re 1882 m aintenues e n vigueur, en le u r reco m m an d an t de viser
le s a rtic le s e t a lin éas dont iis fe ro n t l’application.
J ’a jo u te que ia m ise en v ig u eu r des disp o sitio n s nouvelles o n tra în e
l a révision des in stru c tio n s e t des docum ents r e la tifs au x m archés,
en vigueur d an s v otre d ép artem en t. C ette révisiou doit p o r te r non
seu lem en t su r le s règ lem en ts e t in stru c tio n s p r is p o u r l ’application
du d é c re t du 18 novem bre 1SS2 e t des te x te s qui l’ont modifié, m ais
a u ssi s u r le s fo rm u les "d'im prim és u tilisé s p a r ceux de vos services qui
p a sse n t et liq u id en t des m a rch és e t a v o ir pour b a t de m e ttre ces
docum ents en h a rm o n ie avec les dispositions d u d écret du 6 a v ril 1942
qui on t é té re n d u es ap p licab les p a r l ’a rtic le 52.
A rt . 26. — L ’a rtic le 26 doit, d a n s ie s circo n sta n ces actu elles, ê tr e
in te rp ré té comm e é ie v a u t p u rem en t e t sim p lem en t à 50.000 f r s la
lim ite ju s q u 'à laq u elle il p e u t ê tr e suppléé a u x m arch és p a r des
fa c tu re s ou m ém oires.
B ien que l ’a rtic le 2G em ploie le te rm e (ie m a rc h â t su r sim p le fa c­
tu re, il est p récisé que le s fa c tu re s on n ,ém o ires c o n c e rn a n t d e s
tr a v a u x ou fo u rn itu re s n ’ex cé d a n t p a r 50.000 f r s e t q u i ne sont p as
re v êtu es d :u n e m ention c o n sta ta n t l’acco rd réciproque des p a rtie s,
n e fo rm en t p a s titr e et n e sont p as, p a r conséquent, soum is à la fo r­
m alité de l’enregistrem en t.
T IT R E I I
D es cahiers des charges
A r t . 27, 28, 29 e t 30. — D ès q u e le s circo n sta n ces le p e rm e ttro n t,
la C om m ission n a tio n a le des m a rc h é s pnhlics, a u sein de la q u e lle vous
serez appelé à d ésig n er u n re p ré se n ta n t, s e ra reco n stitu é e e t é ta h liïa
les c a h ie rs ty p es d es clau ses e t conditions g én érales des m arch és
de tr a v a u x e t des m arch és de fo u rn itu re s, a in si que le s c a h ie rs des
p re scrip tio n s techn iq u es com m unes ap p licab les à c e rta in e s catégorie*
de fo u rn itu re s ou tra v a u x . E n a tte n d a n t, les ca h ie rs des ch arg es
actu e llem en t en vig u eu r dar.s v o tre d ép a rtem e n t contin u ero n t à ê tre
observés, s a u f à ê tre ad ap té s, en ca s de besoin, a u x dispositions du
d écret en trées e n vigueur.
T IK E I I I
D es g ara n ties à fo u r n ir p a r les soum 4ssionnaires
e t titu la ire s de m archés
L es a rtic le s SI à 42 du d écret du 6 a v ril 1942 rep ro d u isen t les
dispositions du d é c re t du 18 novem bre 1SS2 co n cern an t les g a ra n tie s
à. fo u rn ir p a r les so u m issio n n aires e t titu la ire s de m arch és, com pte
ten u des m odifications ré s u lta n t du d écret du 12 décem bre 1030 re la tif
a u x cautions p erso n n elle s et so lid aires. I l n ’e st donc rien changé,
à ce su je t, au régim e a c tu e llem en t en vigueur.
T 1T E B IV
D ispositions
diverses
A bt , 43 à 4f). ■
— Les a rtic le s 43 à 40 re p ro d u ise n t p u re m e n t e t
sim p lem en t les disp o sition s des a rtic le s 21, 23, 24 e t 25 du d écret du
18 novem bre 1S82.
^
A r t . 46. — Le décret-loi du 13 octobre 1039 p ro n o n çan t une exoné­
ra tio n tem p o ra ire des d ro its de tim bre e t d ’e n re g istre m e n t en fa v e u r
des m arch és de l ’E t a t e st to u jo u rs en v ig u eu r ; les disp o sitio n s de
l ’a rtic le 46 ne sont donc destinées à . s ’a p p liq u e r q u e lo rsq u e ces
d ro its sero n t de nou v eau exigibles.
157
P o u r le M in istre secrétaire d 'E ta t e t par autorisation,.
L e D ire c te u r du T réso r,
IL L IS IB L E
8 a v ril 1942. — C i r c u l a i r e à M essieurs les d irecteu rs des services
e x té rie u rs re la tiv e à la fonnafiù.n du personnel p én iten tia ire.
,L ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire a connu, d an s les m ois qui v ien n en t •
de s ’écouler, des m om ents difficiles et, p arfo is, des heures, tragiques.
L es difficulté® au x q u elles elle doit fa ire face s u b s iste n t ; elles se
so n t m êm e accrues. D e nouvelles épreuves l’a tten d en t.
D an s le s c irco n stan ces passées comm e dans les circonstances p ré ­
sen tes, le p erso u n el des p riso n s a sn, d an s sa g ran d e m a jo rité, s ’élever
à l a h a u te u r de s a lo u r d e - tfiche. J e su is fier de lu i d écerner ie
tém oignage de m a satisfactio n .
J e su is h e u re u x au ssi de p o u v o ir lu i an n o n cer que j ’ai obtenu une
au g m e n ta tio n su b sta n tie lle de sa rém u n ératio n . S i 1’ «indem nité fixe
de se rv ices p énibles » qui lu t e st allouée n ’e st p a s ex actem en t p our
to u s ce q u 'ils p o u v aien t so u h aiter, je tien s ù vous d ire que l’am élio­
ra tio n de le u r s itu a tio n re ste un do. m es co n stam s soucis.
L e ra ju s te m e n t a p p o rté p a r l'a r r ê té in te rm in isté rie l du 3 a v ril 1942
consacre la reco nnaissance p a r les P o u v o irs pnhlics du rôle p a rtic u lie r,
m ais essen tiel, que jo u e dans l ’E ta t le personnel de r A d m in istra tio n
p é n ite n tia ire e t des Services de l ’E d u catio n sm 'veillée. Le G ouver­
nem ent s a it que la ta c h e p é n ite n tia ire , p our ê tr e le p lu s souvent
obscure, n ’en est p as m oins g ran d e e t noble e n tr e .to u te s ; il recon­
n a ît le s effo rts p a ssées e t p ré se n ts des ag en ts de p riso n s ; il le u r
accorde une récom pense m éritée.
J e cro is p o u v o ir ex ig er d’eux, en reto u r, u n serv ice p a r f a it e t un
dévouem ent to ta l. J ’euteodg que to u s Jes m em bres üu personnel, b.
q u elqn’échelon q u 'ils so ien t placés, p a rtic ip e n t activ e m e n t h l ’œ uvre
d e rén o v atio n p é n ite n tia ire que j ’a i en trep rise.
15S
CODE ÏÉ K IÏE N T 1A IK E
L ’A d m in istra tio n des p riso n s rem p lie une trip lé m ission : politiq u e,
ju d ic ia ire e t sociale. E o g a rd a n t les In d iv id u s p a r q u i la p a ix p u ­
blique a- é té troub lée, elle co n co u rt a u p re m ier ch ef a o m a in tie n de
l'o rd re ; e n a s s u ra n t l ’exécution (les peines, elle prolonge l ’oeuvre
de l a ju stic e . M ais le rô le du P erso n n el p é n ite n tia ire n e s a u r a it
se b o rn er com m e a u tre fo is, à la g a rd e e t à l ’e n tre tie n t, des d éten u s
e t à l’a p p lic a tio n d ’nne ju s te rép ressio n : il lu i incom be, en m êm e
tem ps, de rec h e rc h e r l ’am en d e m en t des condam nes e t de p ré p a re r
le u r re classem en t d a n s la société.
J e ne m e d issim u le p as q u e c e tte tâch e e st m a laisé e c a r elle exige
des ag en ts un -certain n om bre de q u a lité s différentes, un m élange
de fe rm e té e t de com préhension, de la psychologie, du dévoûm ent.
C ependant, le P erso n n el, p a r îa fa ço n dont il a p p liq u e le règlem ent,
p e u t ex ercer l a m eilleu re inîluewee s u r le condam né, si celui-ci n ’est
p a s irn d élin q u an t d 'h a b itu d e . I l vous a p p a rtie n t â cet ég ard , e t il
a p p a rtie n t à vos ch e fs (rétab lisse m e n ts de v e ille r à ]a fo rm a tio n
pro fessio n n elle des agents. Vous devez to u t p articn H èrciiien t vous
a tta c h e r û é d u q u er les je u n e s s u rv e illa n ts e t vos je u n e s com m is
e t in s titu te u rs. \ o u s ap p ren d re» a u x p re m ie rs non seulem ent
5 re m p lir le u rs fo n ctio n s avec e x a c titu d e e t p ro b ité , m ais en co re à
co n n a ître e t à d irig e r le s d é te n u s ; vous développerez- chez les seconds
to u te s les q u a lité s que d o it p o sséd er un f u tu r ch ef de service ; vous
donnerez enfin a u x u n s e t a u x a n tre s le g o û t de le u r m é tie r, sa n s
quoi il s e r a it v ain d’a tte n d re d 'eu x u n e c o llab o ratio n fru ctu eu se.
C ette n écessité de fo rm e r le p ersonnel s'im p o se p lu s encore dans
les services de i’E clucation surv eillée. Ceux-ci o n t "été l ’o b jet, d an s
ces dix d e rn ières arm ées, d !une pro fo n d e ré o rg an isa tio n . Le règ lem en t
du 1.5 fé v rie r 1930, les lo is du 13 a o û t 1938 e t du 12 ju ille t 1937,
re la tiv e s à S aint-M anrico e t à S a in t-H ila ire , les d iv ers te x te s qui.
de 1.035 à 10-10, o n t re m a n ié le rég im e des In s titu tio n s p u bliques
d 'E d u catio ç su rv e illé e o n t eu p o u r o b jet de su b s titu e r des m éthodes
édu catives a u x m éth o d es ré p ressiv es tra d itio n n e lle s. M ais to u te ré fo rm e
nie v a u t que p a r la faço n d ont elle e st appliquée. Or, les E tab lism e n ts de m in e u rs n e d isp o sen t p a s en co re d ’u n n o m b re suffisant
d ’éd u cateu rs. J e vous e n g a g e .â p o u rsu iv re activ em en t la fo rm atio n
d ’n n p ersonnel o p te à ré é d u q u e r le s e n fa n ts e t le s adolescents qui
vous so n t confiés.
J e veux u n personnel cap ab le de me seconder u tile m e n t ; j ’a tta c h e
nn g ra n d p rix à sa. co llab o ratio n . C V st d ire que je re cev rai volo n tiers
les vœ ux q u ’il, c ro ira dev o ir m ’e x p rim er, à condition que ce so it p a r
la vole lég ale des A ssociations qu i g ro u p e ro n t ses m em b res. M ais
je veillerai; a tte n tiv e m e n t â ce que ces A ssociations resp e c te n t la
la loi e t se g a rd e n t de l'e s p rit de h a in e e t de com bat qui a pu, en
d ‘a u tre s tem ps, a n im er les g ro u p em en ts professionnels.
J ’en ten d s que le s fo n c tio n n a ires de l'A d m in istratio n p é n ite n tia ire ,
fa s se n t effo rt p o u r a c q u é rir ou développer les q u a lité s p ro fessio n ­
nelles e t m o ra le s essen tielles h l’accom plissem ent de le u r tache. Je
les engage à se co rrig er de c e rta in s tra v e rs qne j ’a i eu le re g re t
de c o n s ta te r cliea quelques u n s d’e n tr e e u x : l ’e s p r it de ja lo u sie et
de dénigrem ent, la. ten d an c e à. f a ir e p réd o m in e r s u r l’in té rê t d u s e r­
vice l’in té rê t perso n n el, l’h a b itu d e fâck eu se de n ’a c cep ter le s déci-
1042.
— 8 a v r il
159
si on s des ch efs q u ’a p rè s s 'ê tre ingénié â les d iscu ter. J e ne s a u ra is
to lé re r de p a re ille s a ttitu d e s . J e to lé re ra i m oins encore le re to u r
à la p ra tiq u e fu n e s te des recom m andations, d ’où q u ’elles ém anent.
Q ue ch acu n so it p e rsu a d é que m nn souci du devoir e t de l'é q u ité
m ’i n t m l i t de les ex a m in e r s i ce n 'e st p o u r en fa ire g rie f â ceux qui
le s o n t so llicitées ou provoquées.
J e d em an d e à m es ag e u ts de tra v a ille r sim plem ent, honnêtem ent.
I l s recev ro n t, en chaq u e occasion, mes directiv es. M a bienveillance
e st acquise üt ceux qui les su iv ro n t consciencieusem ent. P a r contre, s ’il
en e s t p a rm i e u x qui, p a r p aresse, indiscipline ou m au v ais vonloir,
accom plissent m a l le u rs fonctions*, je se ra i im pitoyable ù le u r égard.
A u cu n e co n sid é ratio n ne m e f e r a fléchir. U n seul souci co n tin u e ra de
d ic te r m es décisions : le fonctionn em ent to u jo u rs m e illeu r des Ser­
vices d o n t j ’a i la charge.
V ous sau rez, j'e n su is sû r, fa ire com p ren d re a u x fo n ctio n n aires p la ­
cés sons vos o rd res que m es exigences rép o n d en t à l'in té rê t m êm e
de l’A d m in istra tio n h laq u elle ils d oivent ê tre fiers d’ap p a rte n ir.
L ’im p o rtan ce du rôle de T A d m in istratio n p é n ite n tia ire e st m a in te ­
n a n t reconnue. I l f a u t que ses agents, p a r le u r tenue exem plaire, se
m o n tre n t dignes d u (crédit qui. Jeur e st accordé.
L a loi du 1-i septem bre 1941, p o rta n t s t a tu t général des fonction­
n aires, fonde la re s ta u ra tio n de la fonction pub liq u e su r l ’a u to rité
e t la re sp o n sab ilité des chefs. L a préém inence des chefs est consacréep a r l'o ctro i d 'u n e in d em n ité de direction. L es D ire c te u rs de C ircons­
c rip tio n s e t d’E tab lisscm en ts p ercev ro n t c e tte indem nité. J e su is en
d ro it d ’exiger, en co n tre p a rtie , q u 'ils a g issen t en chefs.
J e reco n n a is e t ap p récie h au te m e n t les efforts que vous avez fo u rn is
e,t que vous p o ursuivez a u m ilieu de difficultés san s nom bre. J e crois
to u te fo is in d isp en sab le de vous in v ite r à a g ir avec plus de décision
e t â f a ir e p reu v e de p lu s d 'in itia tiv e . A l'h e u re présente, nn D ire c te u r
n e s a u r a it se c an to n n e r d ans une besogne p u rem en t a d m in istra tiv e ,
m êm e consciencieusem ent accom plie.
Il d o it ê tr e p lu s q u ’u n a d m in is tra te u r : a u a n im ateu r.
I l d o it s a v o ir p re n d re ses resp o n sab ilités e t s'efforcer de résoudre,
s u r le p la n local, les m u ilip les q uestions de d é ta il qui su rg isse n t
jo u rn e lle m e n t en c e tte période dülicile.
M a C h an cellerie e st to u jo u rs disposée à vons p rê te r son appui e t
à in te rv e n ir d an s le règ lem en t d’une a ffa ire litigieuse, m a is il est
conform e à la p o litiq u e g én érale tra c é e p a r le M aréch al de F ran ce,
C h ef de l’E ta t, de tr a ite r , a u ta n t que fa ire se p e u t, ü l’échelon local
les q u estio n s qui n ’ont q u 'u n in té rê t local.
J e vous p lie de v o u lo ir bien donner connaissance de la p résente
c irc u la ire à to u s les fo n ctio n n aires placés sous v o tre a u to rité e t de
m ’en re n d re com pte sous le p ré s e n t tim bre.
J
oseph
B A R TH ELEM Y
1942. —
CODE PÉNITENTIAIRE
160
1 0 a v u il
161
tio n p é n ite n tia ire e t des Services de l'E d u c a tio n su rv eillée des g ra ­
tific a tio n s p o u r récom penser des a c te s de dévoCmient, de courage
o u ex cep tio n n ellem en t dangereux.
A R R Ê TÉ
ÏÆ G a r d e
des
M in is t r e
F in a n c e s ;
xe
A rt . 5. — S ont abrogées to u tes dispositions c o n tra ire s a n p résen t
a r r ê té e t n o ta m m en t les d écrets d u 13 décem bre 1932 e t d u 30 novem ­
b re 1935.
S c e a u x :, M i n i s t r e s e c k ê t a i b e d ’E t a t a l a Jtrs’n cra e t
s e c r é t a i -ims d ' E t a t a ^ E c o n o m i e N a t io n a l e e t a u x
r t.
6. — L es d ispositions d u p ré s e n t a rr ê té p re n d ro n t effet ù
co m p ter d u 1 " fé v rie r 1942.
Vu 3a loi d u 1 er d é cem b re J0 4 0 m o d ifia n t l ’a rticJe 9 de la lo i du
18 octobre 1019 ;
A k t . 7. — L e C onseiller d 'E ta t S ecrétaire gén éral d u S e c ré ta ria t
d ’E ta t à la J u s tic e e t le C on seiller d’E t a t s e c ré ta ire g én éral p o u r les
F in a n c e s p u b liques au S e c ré ta ria t d 'E ta t à l'E conom ie n a tio n a le e t
a u x F in an ces, so n t ch arg és, chacu n en ce qui le concerne, de l ’exécution
d u p ré s e n t arrô té.
A RRÊTENT :
A r t i c l e p e e m i e b . — D a n s la lim ite des c ré d its b n b g étaires, il e st
allo u é a u x p erso n n els de l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des Services
de l ’E d u catio n su rv eillée én u m érés ci-ap rès u n e in d em n ité fo r fa ita ir e
de serv ices p én ib les d ont le ta u x an n u el e st fixé a in si q u ’il s u it :
F a i t k V ichy, le 3 a v rii 1942.
1° - P erso n n el de su rveilla n ce :
L e G arde des Sceaux,
M in istre se c ré ta ire d 'E ta t <1 la Justice,
S u rv e illa n ts, su rv e illa n te s de g ra n d effectif, m o n iteu rs e t
.m o n itric e s ....................................
7.500
S u rv eillan ts comm is-greffiers, su rv e illa n te s com m is-greffiers
prem iers su rv e illa n ts, p rem iè res su rv e illa n tes, m a ître s
e t m a ître sse s ............................................................................... 7.000
S urveillants-chefs, s u r v eillan tes-ch ef s, p rem ie rs-m a ître s et
p rem ières-m aître sses .................................................................. 6.000
S u rv e illa n te s co n g rég an istes .......................................................... 2.400
J o seph
BARTHÉLÉM Y
L e M in istre secrétaire d 'E ta t
à l’E conom ie n a tio m le e t a u x F inances,
Yves- B
o ü t h il l l e r
2" P ersonnel technique :
Sous-chefs d ’a te lie r ................. ’.........................
-,
C hefs d’a t e l i e r ........................................................................................
In g é n ie u rs ...............................................................................................
6.000
5.000
2.400
10 a v rii 1942. — C i k c u l a j k e à M essieurs les d irecteurs des services
e x té rie u rs re la tiv e a u x difficultés d’applioaHon- du régim e a lim en ­
ta ire p ré v u p a r la circulaire d u 2Ï m a rs 1942.
3° P ersonnel a d m in is tr a tif :
Commis, in s titu te u rs, in stitu tric e s, se c ré ta ire s a d m in is tra ­
tifs, greffiers-com ptables, dam es-com ptables, économes,
sous-directeu rs, so u s-d irectrices, d ire c te u rs ...................
P a r c irc u la ire N* 2-250 en d a te du 21 m a rs d ern ier, je vous ai
tr a n s m is un ex e m p la ire de la n ote N° 1.289 R I e n d a te du 10 m ars
p a r la q u e lle le se c ré ta ire d ’E ta t a u R a v ita ille m e n t d éterm in e le s nou­
velles m o d alités du régim e a lim e n ta ire accordé a u x détenus.
2.400
4° P ersonnel d 'en seig n em en t et de fo rm a tio n professionnelle :
in s titu te u rs p o u r re n se ig n e m e n t des a rrié ré s , p ro fesseu rs
techniques, p ro fesse u rs techniques a d jo in ts, p ro fesseu rs
des écoles d'agriculture-, p ro fesse u rs d ’éd u catio n p h y ­
sique, chefs de p ra tiq u e des écoles d’a g ric u ltu re , maîtres-com m is a u x é c ritu re s .....................................
A r t . 2. — '■L'indemnité fo rfa ita ire de serv ices pénibles, e s t égalem ent
allo u ée a u x ag en ts a u x ilia ire s a p p a rte n a n t au x catégories ci-dessus,
re c ru té s à titr e tem p o raire.
A kt . 3. —• C e tte in d em n ité e st p ay ab le m ensuellem ent e t à te rm e
échu. E lle est ré d u ite ou su p p rim ée d a n s les m êm es conditions que
le tra ite m e n t lui-m ém e, p o u r quelque m o tif que ce s o it
A r t . 4. — D an s la lim ite des c ré d its o u v e rts à cet effet il p e u t
ê tr e allo u é a u x a g en ts du P erso n n el de su rv e illan c e de l’A ckninistra-
U n c e rta in nom bre de difficultés se so n t m an ifestées d an s i’interp ré ta tio u de ce docum ent. E lles p o rte n t s u r les p o in ts su iv a n ts :
2.400
1° L e n o u v eau régim e s ’applique-t-il ou non a u x jrapilles? dans la
uégative, fa u t-il re s te r fidèle au systèm e des bons d'app ro v isio n n em en t
p o u r les d iv erses denrées contingentées d o n t bénéficient les pupilles
(chocolat, confiture, su p p lém en t de viande...)?
2° E st-il possible d an s l ’a ttrib u tio n de viande, de fa ire u n e d istin c­
tion en fa v e u r des Individus déten u s d an s les p riso n s c e llu laires afin
de le u r co n server le bénéfice d 'u n double régim e g ra s hebdom adaire?
3° E n raiso n de l’im possibilité de p o u rv o ir désorm ais les ca n tin e s en
d en rées contingentées, ne p o u rrait-o n a c c o rd er a u x d éten u s u n e a t t r i ­
butio n de succédané de café?
162
1942. ~
CODE PÉNITENTIAIRE
1 5 AVRIL
4° N e convient-il p a s d'acco rd er, d a n s le s lim ite s du ra tio n n e m e n t,
u n e a ttrib u tio n de 'v in a u x tra v a ille u rs occupés s u r le s c h a n tie rs
ex té rie u rs?
103
l'it)Ulliiti(Ul
EXCEDENT
:icltldlc
OU
D IS P O N IB L E
5° E nfin il s e ra dem andé co m m unication de la c irc u la ire 37 R C /H A du
21 décem bre 1940, d éso rm ais ap p licab le a u x in d iv id u s soignés d an s
les in firm eries p é n ite n tia ire s.
,Les d iv erses q u estio n s ci-dessus ra p p elées o n t é té soum ises p a r m es
soins à l’ap p ré c ia tio n d u se c ré ta ire d 'E ta t a u R a v ita ille m e n t e t vous
serez, dès q u e possible, in fo rm és de s a décision à cet égard.
D 'o re s e t d éjà, je vous confirm e le p o in t de vue ex p rim é clans m a
circ u la ire d u 21 m ars, h sa v o ir que le nouveau rég im e co n stitu e, p a r
r a p p o rt à celui q u ’il abroge, u n e a m é lio ra tio n sensible ; à cet ég ard
l ’a ttrib u tio n de d eu rées nouvelles d o n t le s d é te n u s ne b énéficiaient
p a s ju sq u ’à ce jo u r (sucre, p â te s alim e n ta ire s, from age) e t la com pa­
raiso n des chiffres des ra tio n s suffisent à d é m o n tre r l'im p o rta n c e du
ra ju s te m e n t obtenu. Si, â 3a fa v e u r des c irco n sta n ces locales, un régim e
d ifféren t s ’é ta it in s titu é d a n s la p ra tiq u e , vous ne p e rd re z p as de vue
q u ’il s ’a g is s a it de p u res to lé ran c es e ssen tiellem en t révocables. Le
nouveau régim e, to u t en in s titu a n t u n e règ le m e n ta tio n de p rin cip e
p lu s fav o rab le, a m a rq u é le souci des a u to rité s co m p éten tes d ’am élio ­
rer, d an s la m esu re d u possilile, l ’a lim e n ta tio n des détenus.
E Y S S E S — (M a is o n C e n t r a l e e t j
j
<1912.210
C i r c o n s c r i p t i o n ) ......................
1032
N 'IM E S-— ( M a is o n C e n t r a l e e t
C i r c o n s c r i p t i o n ) ...........................
1743- 11)2 210:2
R IO M — (M u is o u C e n t r a l e e t
C i r c o n s c r i p t i o n ) ......................
LY O N — (C irc o n s c rip tio n ).
i Disponible . m JI.
212 [ E x c è d e n t
■2 K
i E xcédent :
243 î
, (C irc o n s c r ip tio n .;. .
___
51 F .
E xcédent :
»
:
21» I!.
IWô 12ft 1224 171!
1409; 208 292(5 575 :
E x c è d e n t : 1457 JI.
»
: 137 F .
1CÎ1 301 2878 SOI
E x c è d e n t : 1237 Ii.
»
: 16!) F .
E xcédent :
T O U L O U S E — ( C ir c o n s c r ip tio n )
360 JI.
:
M A R S E IL L E —
»
869 ! 238 12t.ll .%0
511 F .
332 II.
10-2 F.
P a r délégation.
L e D irec teu r de V A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de l'E ducation surveillée,
CONTANCIN
15 a v ril 1942. — N o t e p o u r M essieu rs les d irecteu rs des services
e xté rieu rs de la zone n o n occupée (E usses, N îm ex, Riom ’, Lyon-, M a r­
seille e t Toulouse) re la tiv e au déseueom brem -ent des étabUssviiwntg,
surpeuplés.
Afin d ’a s s u re r u n e ré p a rtitio n ap p ro p riée des in d iv id u s in carcérés
d an s les E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s civ ils de la zone iion occupée,
j ’a i é té am en é ù ra p p ro c h e r les 'chiffres ré s u lta n t des situations
m ensuelles de p o p u latio n pénale que vons m e tr a n s m e tte s chaque m ois
e t ceux qui -visent la contenance théorique cle vos étab lissem en ts. •
C et exam en p e rm e t de dég ag er la s ta tis tiq u e n o tée a u ta b lea u q u i
s u it :
TABLEAU
y
M e b a s a n t s u r les chiffres qui précèdent, je m e propose d ’effectuer
des tra n sfè re m e n ts échelonnés qui ré a lise ro n t la p é réq u atio n nécessaire
e n tr e les E ta b lissem en ts p é n ite n tia ire s cle la zone lib re : c c tte p éré­
q u a tio n se fo n d e ra non seu lem en t s u r le nom bre des détenus, m ais
encore s u r la m eilleu re u tilisa tio n des p riso n s (capacité, é ta t, d ’e n tre ­
tien , position géographique) e t s u r le t r i q u ’il im porte de f a ir e e n tre
les in d iv id u s in c a rc é ré s (référen ce à cet ég ard â m es in stru c tio n s du
2 m a rs d e rn ie r e t à celles qui v isen t la c ré atio n de c h a n tie rs e x té ­
rie u rs).
I l convient, e n effet, de p ro fiter des tra n s la tio n s euvisagées p o u r a s­
s u r e r u n m eilleur grou p em en t des condam nés so it d’ap rè s le u r ca té ­
g o rie p én ale ou sociale, so it d 'a p rè s le degré de sé c u rité p résen te des
d iv e rs étab lissem en ts (en référen ce à Ja n a tu re de ie u r p o p u latio n et
à l’é ta t des b âtim en ts) so it enfin d 'a p rè s l’u tilisa tio n possible des
hom m es s u r les c h a n tie rs conform ém ent à ia loi d u 4 ju in 1941.
V ous a u re z a in si à. vous préoccuper de la c o n cen tratio n d an s cer­
ta in e s m aiso n s d’a r r ê t des in d iv id u s p a rtic u liè re m e n t in a d a p ta b le s a u
m ilieu p é n ite n tia ire e t d u groupem ent à p ro x im ité de c e n tre s fo res­
tie rs, des condam nés susceptibles d ’y ê tr e affectés. J ’estim e que dans
la m esu re où les circo n stan ces p e rm e ttro n t l ’ap p licatio n cle ces dispo­
sitio n s, u n p a s im p o rta n t a u ra é té accom pli d an s la voie de la ra tio ­
n a lisa tio n de nos é tab lissem en ts e t de la rééd u catio n des détenus.
J e v ous in v ite donc £1 m éd iter l'ensem ble clu problèm e en vous
b a s a n t s u r la sta tistiq u e porté* p lu s h a u t, s u r les con sid ératio n s d’o rd re
m a té rie l e t psychologique qui p récèd en t e t s u r les élém euts • d 'in fo r­
m atio n q u i suivent.
164
CODE PÉNITENTIAIRE
A c e t ég ard , U m e p a r a î t u tile de v ous in d iq u e r :
1° Q u’u n e p a rtie des condam nés qui fire n t l'o b je t de n o tre c o n fé ­
ren ce de ja n v ie r d e rn ier, d oivent ê tr e p ro ch ain em et ré u n is a u x nou­
velles p riso n s de M azargr.es ; il s 'a g it d 'en v iro n 200 in d iv id u s d o n t Jes
plus fo rts contingents se tro u v e n t h Lyon co rrectio n (12), S ain t-E tien n e
(34), Toulon (89), N ice (11), N îm es c e n tra le (22), T oulouse (27), Montan b o n (18), E y sses (ô).
2° Q u’o u tre le c h a n tie r fo re stie r de C h in d rie u x (Savoie) en exploi­
ta tio n dep u is p lu s ie u rs m ois e t Qui p o u rra recev o ir 150 d éten u s a u
m axim um , d ’a u tr e s c h a n tie rs de m êm e n a tu r e v o n t s ’o u v rir à A rp h eu iiles et. U zay-le-Venoc (p a r tie lib re du C her, p rè s S aint-A m andM o ntro nd ) avec, pou-r le d éb u t, u n effectif de 25 u n ité s p a r ch an tie r.3° Q ue m on in te n tio n e st d ’u tilis e r la m aiso n c e n tra le d ’E y sses e t
le s E ta b lisse m e n ts où se c o n sta te n t le s p lu s fo rte s dispo n ib ilités (tel
P a u , A uch, L a îléole) comm e ce n tres de désencom brem eut des m aisons
surpeuplées.
V ous v oudrez bien, com pte te n u de ces d ire c tiv es g é n érales e t san s
nég lig er,d ’a u tr e p a rt, les co n d itio n s d ’iiygiène, d ’h a h ita b ilité , de sécu­
rité^ de ra v ita ille m e n t e t de fa c ilité d 'accès d es étab lssem en ts, me
fa ire p a rv e n ir a u p lu s tô t des p ro p o sitio n s v is a n t les tra n sfè re m e n ts
qui vous p a r a îtr a ie n t d ev o ir ê tr e effectués d a n s le ca d re r e s tre in t
(v o tre circonscriptio n ) ou d an s le c ad re g én é ra l (ensem ble des c ir­
co n scrip tio n s e t m aiso o s c e n tra le s de la zone lib re).
L e D ire cte u r de l’A d m in istra tio n p é n iten tia ire
et des ^ e r v ic e s de l’E d u c a tio n surveillée,
CONTANCIN
18 a v ril 1042. — C i r c u l a i r e à M essieu rs les d irecteu rs des services
e xté rieu rs de Zone n o n occupée re la tive a u x m esu res à- prendre pour
la désinfection.
P a r c irc u la ire N° 2.209 en d a te d u 14 m a rs d e rn ie r, je vons ni
rap p elé que le m ain tie n d a n s nos -éü ihlisse'.w nts p é n ite n tia ire s dû
m inim um d’hygiène in d isp en sab le à la vie collective so p la ç a it au
p re m ie r p lan de m es p réo ccu p atio n s e t n é c e ssita it la m ise à exécu­
tio n im m édiate du p ro g ram m e gén éral de d ésinfection d o n t le D ire cte u r
de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des Services de l ’E d u c a tio n su rveillée vous a e n tre te n u üi V ichy dès le S I ja n v ie r d ern ier.
L es cooiptes-rondos q u i m e so n t p a rv e n u s ju s q u ’il ce jo n c tém oignent
des efforts déployés p a r le p ersonnel p lacé sous v o tre a u to rité e t de
l ’e sp rit d 'in itia tiv e e t de v o lo n té de la p lu p a rt des D irecteu rs.
L 'insuffisance du m a té rie l (étnves, a p p a re ils à douches, lin g e de
rechange, etc...) re s te ie p re m ie r o b stacle d o n t ü fa u t trio m p h er. Il
est bien c e rta in que le s p o ssib ilités locales, d o n t yons ête s inform é
m ieu x que personne, d o iv en t g u id er vos effo rts d a n s la re c h e rch e des
m oyens .qui vous so n t n écessaires p o u r m ener à son term e cette œ uvre
nécessaire de désinfection.
1942.
— 1 8 AVRIL
lô ô
N éanm oins, afin d’é v ite r que v o tre a c tiv ité se d isp erse in u tilem en t,
j e cro is devoir re tra c e r, d an s le u r o rd re chronologique, les d ém arches
q u ’il vous e s t possible d ’accom plir en vue de disposer, m êm e p ro v iso ire­
m en t, d u m a té rie l d o n t vous avez besoin.
I. — Il 'convient d ’a b o rd d ’u tilis e r à fond vos resso u rces propres
a in s i que celles m ises â voti-e. d isp o sitio n p a r les soins de l ’A dm inis­
tr a tio n ce n tra le (d iv ers corps g ra s in d u strie ls, soufre, c ré s y l,, x-ylol,
etc...) ; il v ous a p p a rtie n t de procéder, dans ie cadre- de v o tre C ircons­
c rip tio n p é n ite n tia ire , â .une ju d icieu se ré p a rtitio n des p ro d u its qui
s ’a d a p te à l ’im p o rtan ce des besoins exprim és.
I I . — L o rsque vos resso u rces se ro n t p a rtie lle m e n t insuffisantes e t
q u ’i l 1suffira, p o u r m en er ù bien la tAche que je vous a i confiée, de
recev o ir u n e aid e spéciale (so it des étuves, so it des douches, so it du
com bustible, s o it de îa p aille, so it d u linge...), il y a u ra lieu de s a is ir
seu lem en t l'a u to r ité d irectem en t in téressée (so it les d ire c te u rs des
fo rm atio n s h o sp ita liè re s ou des a u tre s collectivités publiques d é p a rte ­
m e n ta le s ou com m unales d éte n tric e s d 'étn v es on d ’ap p a re ils à douche,
so it le P ré fe t, so it l ’In te n d a n t ch arg é du ra v ita ille m e n t général, soit
le S ecours N atioual...).
D an s l a tr è s g ra n d e m a jo rité des cas, vos effo rts p a rtic u lie rs au p rès
des a u to rité s locales re n c o n tre ro n t assez de com préhension pour que
vous ne soyez p as am ené à so llic ite r m.oo in terv en tio n . I l conviendra,
en effet, de n e m e s a is ir que lo rsq u e v o tre dem ande so ra adressée
à un g ra n d S ervice pu b lic n a tio n a l (p a r exem ple : p rê t de m atériel
de d ésinfection p a r l'a u to rité m ai’itim e à Toulon...).
I I I . ■—■ L orsque, a u c o n traire, vos ressources sero n t to talem en t
in su ffisan te e t que vous vous tro u v e r dém unis de to u t, vous au réz,
a in s i que je vous le recom m andais p a r m a c irc u la ire N° 2.330 en d a te
d u 9 a v ril, à sig n a le r v o tre s itu a tio n à la D irection d ép artem en tale
d u S ervice de S a n té qui dispose, des m oyens a p p ro p riés p o u r lu tte r
c o n tre le développem ent des p a ra s ite s. I l ne vous éch ap p era p a s
qu/e le reco u rs au Service de S an té n e doit, en au cu n e m anière, constu e r une so lu tio n de p aresse qui vous enlève to u te in itia tiv e e t to u te
resp o n sa b ilité ; s ’il est. en effet, c e rta in que, du p o in t de v u e technique,
le s p ra tic ie n s d o iv en t a v o ir la h a u te m ain s u r l'o p ératio n en trep rise,
il Va sa n s d ire que les D irecteu rs, seu ls com pétents e n m a tiè re p u re ­
m en t p é n ite n tia ire , co n serv en t le soin de ré a lise r i’a d a p ta tio n des
m oyens qui le u r so n t p ro cu rés a u x besoins d o n t ils o n t la charge,
IV . — I l p e u t enfin a rr iv e r que le S ervice de S a n té lui-m êm e ne
p u isse v ous fo u r n ir une aid e efficace ; j ’a i obtenu de l ’A m iral de la
F lo tte , M in istre se c ré ta ire d ’E t a t â la G u erre p a r in té rim , l ’a u to ­
ris a tio n de fa ire p a rtic ip e r, e n ce cas, le Service de S a u té m ilita ire
à l ’o p ératio n de désinfection.
L<?s développem ents qui v o n t su iv re se pro p o sen t de vous fixer
s u r le s m o d alités d ’une opéi-ation, qui d o it re s te r su b s id ia ire e t excep­
tio n n e lle e t d o n t il d evra, en to u s le s cas, m ’ê tre re n d u com pte im m é­
d iatem en t.
A ) C om pétence :
1° L ’in te rv e n tio n d u S ervice de S a n té m ilita ire ne d ev ra ê tr e solli­
c itée que d an s ies hypothèses qui. p ré s e n te n t u n e c e rta in e g ra v ité et
166
1 9 4 2 . — 21 AVRIL
CODE PÉNITENTIAIRE
lo rsq u e to u s les a u tre s m oyens a u ro n t é té ép u isés ; c’e st po u rq u o i la
d em ande cle cession de m a térie l ne d ev ra, en au cu n cas, ê tr e fo rm u lée
p a r le su rv eillan t-c h ef, m ais to u jo u rs p a r lé s D ire c te u rs de circonscrip io n p é n ite n tia ire .
2V L e D ire c te u r a d re s se ra s a d em an d e a u D ire c te u r d u S ervice de
S a n té de la D ivisio n m ilita ire s u r le te rrito ire de laq u elle se tro u v e
ré ta b lisse m e n t p é n ite n ia ire à désin fecter.
J e vous ra p p elle à ce s u je t q u e la ré p a rtitio n d u com m andem ent
te r r ito r ia l en zone lib re s ’é ta b lit a in si q u ’il s u it :
7® D ivision. — B ourg-en-B resse. ■
— (D é p a rte m e n ts de l ’Ain, dit J u r a
e t de la Saône-et-L oire (p a rtie non occupée).
9e D ivision. — C hfiteanroux. — (D é p a rte m en ts de l’In d re , p a rtie s non
occupées des d é p a rte m e n ts du Cher, de l'In d re -e t-L o ire e t de la Vien­
ne).
12" D ivision. — Lim oges. — (D é p a rtem e n ts de la H ante-V ienne,
de la D ordogne, p a rtie non occupée de la C h aren te).
139 Division-, — C lerm o n t-F e rran d . — (D é p a rte m e n ts du Puy-deDôme, C an tal, L oire, Corrèze, C reuse, p a rtie non occupée cle l ’A llier).
l-'f D ivision. — Lyon. — (D é p a rte m en ts d u R hône, Savoie, H a a te Savoie, Isère, £>rôme e t H autes-A lpes).
15e D ivision. — M arseille. — (D é p a rte m e n ts des B ouches-du-Rhône,
Vax*, A lpes-M aritim es, B asses-A lpes, V aucluse, G ard e t A rdèche).
16* D ivision. — M o ntpellier. — (D é p arte m e n ts de l ’H é ra u lt, Lo­
zère, A veyron, T a re , A ude e t P yrén ées-O rien tales).
I V D ivision. ~ T oulouse. — (D é p a rte m e n ts de îa H au te-G aro n n e,
Lot-et-Garon-ne, Lot, T arn -et-G aro n n e, G ers, A riège, H au tes-P y rén ées,
p a rtie s non occupées des d é p a rte m e n ts de la G ironde, des L an d es e t
des B asses-Pyrénées),
L es d em andes p o rte ro n t comme référen ce « a p p lic a tio n de la D.M.
N° 8.0fil-2M /D SS en d a te du 4 a v ril 1942 du M in istre se c ré ta ire
d ’E ta t à la G u erre ».
C) C onditions :
L a m arch e'.des g é n é ra te u rs cle v a p e u r sera assu ré e p a r des o u v riers
sp é c ia liste fo u rn is p a r le S ervice de S a n té m ilita ire , le fo n ctio n n e­
m e n t délic a t de ces a p p a re ils e x ig e a n t u n e expérience consom mée.
P a r contre, l’o rg an isatio n , l'ex écu tio n e t le contrôle technique des
o p é ra tio n s de désinfection, d ésin sectisatio n e t douches se ro n t laissés
à 3a c h arg e de l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire ; il vous a p p a rtie n d ra
donc de vous a s s u re r de la co llab o ratio n dn m édecin de ré ta b lisse m e n t
e t d ’orgnisev p arm i ies détenus, 'toutes les corvées nécessitées p o u r la
bonne m arch e de l'o p ératio n .
D ) F in a n c e m e n t :
L e p r ê t des a p p a re ils se ra consenti m o yennant le p aiem en t d'u o e
in d e m n ité f o r fa ita ir e de 200 frs. p a r jo u r e t p a r véhicule, quelqu’en
so it le ty p e ; les fr a is de tr a n s p o rt se ro n t su p p o rtés p a r l ’A dm inisra tio n p é n ite n tia ire ; le règ lem en t des dépenses s e ra effectué dans
le s co n d itio n s h ab itu elles.
V. — A insi, d an s la gam ine des m oyens m is il v o tre disposition p onr
m a in te n ir d an s nos p riso n s des conditions d'hygiène accep tab les,.v ien t
d éso rm ais fig u rer un in stru m e n t de g ra n d ren d em en t p a rtic u liè re ­
m en t efficace. S’il ne doit ê tr e m is en je u qu 'av ec le p lu s g ran d d is c e r­
nem en t, il d o it cependant tr è s h eu reu sem en t com pléter n o tre réseau
sa n ita ire .
J e vous ra p p e lle q u 'il e s t ab so lu m en t n écessaire de g a r a n tir l ’effi­
c a c ité de o p é ratio n s de désinfection réalisé e : lorsque le s circonstances
le com m anderont, vous n ’h é sitere z p a s à d em an d er â l ’A rch itecte d é p a r­
te m e n ta l l’am énagem ent, d a n s les locaux p é n ite n tia ire s e x is ta n ts, de
cellules d ’isolem ent p e rm e tta n t de s o u s tra ire la p o p u latio n pén ale au
co n tac t des n o u v eau x a rr iv a n ts qui s e ra ie n t p o rte u rs de verm ine.
J e vous invite, à te n ir la m a in d’une m a n ière p a rtic u liè re m e n t ferm e
à îa s tric te a p p licatio n de ces dispositions, au x q u elles j ’a tta c h e le
le p in s g ra n d p rix .
Vous a u re z à cœ ur de vous asso cier, p a r v o tre action personnelle,
à c ette œ uvre de s a lu t p ublic dont vous fe re z com prendre l ’im portance
à vos c o lla b o ra te u rs en .leu r ra p p e la n t, au co u rs de conférences
te n u e s à cet efTet, que l’é ta t s a n ita ire de la p o p u latio n pén ale conserve
d ’étroites, lia iso n s avec la s a n té d u personnel de su rv eillan ce e t aussi
avec l’é ta t g é n é ra l de la N ation.
J e vous p rie de m ’ac c u se r réception de 3a p ré se n te circu laire.
B ) M oyens :
JOKKi'tf B A R TH ÉLÉM Y
L ’a u to r ité m ilita ire m e ttra a la d ispositon dn D ire c te u r in téressé
les. ap p a re ils m obiles (véhicules hippom obiles ou autom obiles) de
désinfection, d ésin sectisatio n e t douches ; le s m o d alités d u d éplacem ent
se ro n t û ré g le r d ire c te m e n t avec les D ire c te u rs lo ca u x d u Service de
S a n té m ilita ire ; la fo u rn itu re du co m bustible et, le cas éch éan t,
d u c a rb u ra n t, s e ra assu ré e p a r le s soins de r A d m in istra tio n p é n iten ­
tia ir e ; m ais il vous a p p a rtie n d ra de so lliciter du P ré fe t, en raiso n
de l ’im p o rtan ce de l ’o p ératio n , u n e a ttrib u tio n co rresp o n d an te. Le
p rê t des ap p a re ils ne se ra consenti que p o u r u n e trè s c o u rte d u ré e ne
d é p a ssa n t pas, en p rin cip e, une sem ain e p a r éta b lise m e n t à désinfec­
te r.
21
a v ril 1 9 4 2 . — N o t e de service p o u r M essieurs les d irecteu rs des
services e x té rieu rs re la tiv e à l'im p u ta tio n des dépenses de déplace­
m e n t des m ilita ire s de la- gendarm erie pour eseorte de condam nés.
P a r note dn 2 6 ja n v ie r 3 0 4 2 je vons a i f a i t co n n aître que les
in d em n ité s de déplacem ent dûes a u x m ilita ire s de la gend arm erie
168
1942. — 8
CODJS PÉNITENTIAIRE
p o u r esco rte de p riso n n ie rs condam nés n 'é ta ie n t p lu s à la c h a rg e du
M in istère de la J u s tic e (S erv ices p é n ite n tia ire s) m a is q u ’ils é ta ie n t
im p u tab les s u r les c ré d its d u D é p a rte m e n t de la G uerre.
U n d écret p a r u a u J o u rn a l Officiel d u S m a rs 1042 (p ag e 963)
p récise ie m ode d ’im p u ta tio n du re m b o u rsem en t des dépenses que les
m ilita ire s de la g e n d a rm e rie p e u v e n t ê tr e c o n tra in ts de fa ire a u icours
d es tra n sfè re m e n ts d 'u n p riso n n ie r condam né.
L es d épenses de c e tte n a tu r e se ro n t to u jo u rs im p u tées s u r le ch a­
p itre 56 ( F r a is de ju s tic e en F ra n c e ) de l'ex ercice 1942.
L e c h e f d u 2° bureau,
G IL Q U IN
29 a v ril 1942. — N o t jo p o u r M essieu rs les d irecteu rs des services
exté rieu rs re la tiv e a u p a ie m e n t d u voyage de re to u r à le u r dom icile
des condam nés p a r les a u to rité s a llem a n d es, indig en ts.
*.
P a r note O. 2.445 du 18 ju iile t 1941, je vous ai a u to risé à re m e ttre
g ra tu ite m e n t - si vous le ju g ez u ti le - u n b illet de chem in de f e r au x
déten u s libérés qui n ’a u ra ie n t p a s le m oyen il'en a c q u ite r le p r ix p o u r
re to n rn e r i le u r dom icile.
J ’ai l’h o n n eu r de vous f a ir e co n n a ître que le s d isp o sitio n s p récéd en tes
dev ro n t ê tre appliq u ées ég ale m en t a u x condam nés p a r les a u to rité s
allem an d es m a is les dépenses co rresp o n d an tes d e v ro n t ê tre im putées
a u com pte 35/13 « P a ie m e n t p o u r com pte des réq u isitio n s allem andes»
c a r elles ont u n iq u e m e n t p o u r cause des m esu res de police p rise s p a r
les a u to rité s allem andes.
T outefois en ca s d 'im p assib ilité d ’o b ten ir cette im pu tatio n , co n sid éran t
q u 'il ne s ’a g ira ja m a is que de p e tite s som m es e t p o u r vous é v ite r des
difficultés tro p grandes, je vous a u to ris e à les payev su r le c h a p itre 44
(F r a is de tr a n s p o rt autom obile) a u m êm e titr e q u e 'le s dépenses de
môme n a tu r e co n cern an t les condam nés de d ro it commun.
P o u r le D irecteu r de l’A dm -inislration p é n iten tia ire
e t des S ervices de l’E d u c a tio n surveillée,
iL e c h r j du 2° Mtreau,
Ma i
p ro d u its de lessive, p ra tiq u e m e n t im possible p a r la collecte des tickets,
le s e c r é ta ria t d 'E ta t à la P ro d u ctio n in d u strielle m e f a it co n n aître :
1° p a r le R é p a rtite u r, chef de la Section des C orps g ra s in d u strie ls
(le ttre du 24 avril 1942) que ces p ro d u its vous se ro n t délivrés, pour le
blanchissage du linge seulem ent, s u r )e v u d’une dem ande étab lie p a r
vous, in d iq u a n t le nom bre de ra tio n n a ire s e t le poids m oyen de linge
sec à b la n c h ir rég u liè re m e n t ad ressée :
a)
p o u r le départem ent, cle la Seine :
à M o n sieur 3e D ire c te u r d é p a rte m e n ta l du R av itaillem e n t, 3 bis,
ru e M abillori, P a ris (G1').
b) d a n s le s d é p artem en ts :
a u x In sp e c te u rs d é p a rte m e n ta u x de la S anté, en ap p licatio n cle
l ’a rtic le 6 de la D écision 13,0. d u 30 décem bre 1941 (■/. O. du
1S ja n v ie r 2942).
2° p a r ia d irectio n des In d u s trie s chim iques du S e c ré ta ria t d’E ta t
à la P ro d u ctio n in d u strielle, 66, ru e de B ellechasse, P a ris (7e) (le ttre
du 5 m i 1942) « que les besoins pu savon pour les soins corporels des
« d éten u s, q u ’il n ’e st p a s possible de c o u v rir en u tilis a n t les tick ets
« e x tr a it s de 3a fe u ille de tic k e ts individuelle, so it que le détenn n ’en
« é ta it p a s portem - a u m om ent de son a rre s ta tio n , so it que l a feu ille
« de tic k e ts n ’a i t p a s é té renouvelée, peu v en t ê tre couverts a u m oyen
«de bons d’approvisionnem ent... ».
E n conséquence, vous v oudrez b ien fa ire co n n a ître d irectem en t
ch aq u e mois, e t p a r étab lissem en t re le v a n t de v o tre a u to rité à la direc­
tion des In d u s trie s chim iques, d u S e c ré ta ria t d ’E ta t à la P roduction
In d u strie lle , 66, ru e de B eîlecbasse, P a ris T , les effectifs â ra v ita ille r,
é ta n t en te n d u que seules d ev ro u t ê tre m entionnées, les personnes non
titu la ir e s de feu illes de tic k e ts de -savon vaiables.
L e ch ef du 2° bureau,
G IL Q U IN
8 m a i 1942. — N ortî à M essieurs les d irecteurs -,des services exté rieu rs
re la tiv e a u x nouvelles in d em n ités accordées a u x m édecins des é ta ­
blissem ents p én iten tia ires.
G IL Q U IN
8
m ai 1942. — N o t e ; p o u r M essieurs les d irecteu rs des services
exté rieu rs re la tiv e à V approvisionnem ent en sa vo n et p ro d u its de
lessive.
In fo rm é p a r m es soins de la nécessité de sim plifier e t d 'u n ifo rm iser
l’approvisionnem ent des' E tab lisse m e n ts p é n ite n ta ire s, en savon et
J ’a i p ris co nnaissance des ra p p o rts que vous m 'avez a d re ssé s en
rép o n se â m a le ttre -c irc u la ire d u 20 ja n v ie r dernier.
A u v u de vos observations, j ’a i p ris u n a rr ê té fixant, p a r m odifi­
c atio n des d écrets du 13 ao û t 1932, un nou v eau barSrae des Indem nités
des m édecins des E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s e t des In s titu tio n s
p u b liq u es d ’E d u catio n su rv eillée. Ce te x te a reçu l’ag rém en t de M. 3e
M in istre des F in an ces e t je vous en tra n s m e ts u n ex em p laire sons ce pli.
M ais les conclusions de vos ra p p o rts m e co n d u isen t à vous fa ire
u n c e rta in nom bre de reco m m an d atio n s to u c h a n t le fonctionn em ent du
serv ice m éd ical auquel j ’en ten d s que vous ap p o rtiez to u s vos soins
170
CODE PÉNITENTIAIRE
en a tte n d a n t l'in te rv e n tio n des m esu re s d 'a m é lio ra tio n s t a tu ta ir e que
j ’étu d ie en ce m om ent.
I — T o u t d’abord. je tien s à ce que le s m édecins, d o n t la s itu a tio n
m a té rie lle est dé.i;\ et, je l'esp ère. p o u rra ê tr e encore am éliorée. effec­
tu e n t, d an s tous les éia& Iisseîuenis quelle qu’en soit ï’im poriaw ee, des
v isites périodiques, s u iv a n t en cela l'e s p rit des d isp o sitio n s des décrets
des 10 ja n v ie r et 29 ju in 1023. J e ne s a u ra is a d m e ttre , en effet, que
les su rv eilïn n ts-cliefs fu s s e n t la issé s seu ls ju g e s de l'état: sa n ita ire
d a n s le u r étabU sem eot sa n s c o u rir le risq u e d 'in c id e n ts e t aceid eo ts
re g rettab les.
Sous c e tte réserv e, je m ’en re m e ts à v ous du soin de d é te rm in e r,
le nom bre des visites m édicales s u iv a n t l'im p o rta n c e de la p o p u latio n
détenue. L e u r fréq u en ce s e r a it n a tu re lle m e n t s u je tte à rév isio n ta n t
su iv a n t les flu c tu a tio n s de. la p o p u la tio n que s u iv a o t ie déro u lem en t
d es saisons. A u ca^ où vous ren'contrerie'/. des ré sista n c e s cle la p a r i
des p ra tic ie n s, vous a u rie z ù m ’en ré fé re r sa n s re ta rd .
D e plus, u n lucal d e v ra ê tr e ré serv é dariis ichaque étab lissem en t,
sinon p our s e r v ir d’in ftrm erie, du m oins p o u r p e rm e ttre un m édecin
d’e.rfecl.ner sa co n su ltatio n d a n s le s m o in d res conditions cVincoiifort
e t d 'in s a lu b rité . D a n s a u c u n cas ce local n e d e v ra ê tre , en môme
tem ps, à usage de d éten tio n ou de b u re a u e t le p ra tic ie n sera appelé
à d o n n er to u te s in s tru c tio n s p o u r q u 'il so it co n stam m en t m ain ten u
en é ta t de rig o u re u se p ro p reté.
I I — D 'a n tre p a r t, il m e p a v a it y a v o ir le p lu s g ra n d in té rê t à ce
que des co n tacts é tro its so ie n t m ain ten u s p a rto u t où ils e x iste n t'
avec les services h o sp ita lie rs et d’h ygiène donc le concours d e v ra ê tre
dem an d é chaque fo is qivil se ra ju g é n écessaire, en aelio rs m êm e
des tra ite m e n ts
a d m in is tre r a u x m ala d e s grav es, p o u r to u te s m esu­
re s g énérales de désin fectio n e t a n tre s.
I I I — L ’envoi p n r 3es fa m illes des détenus, p a r le s p a rtic c lie rs
ou p a r to u s organ ism es de b ien faisa n ce dé colis contenant: des m éd i­
cam en ts ou fies p ro d u its p h a rm a c e u tiq u e s se ra, non seu lem en t a u to risé ,
m ais m êm e recom m andé.
Ces m édicam ents se ro n t n éan m o in s soum is à l’exam en du m édecin e t
conservés à l ’infirm erie ou, à d é fa u t d!in û rm e rie, d a n s le local affecté
au x cou isn ltâtio n s.
IV — L ’a tte n tio n des m édecins d e v ra ê tre sp écialem en t a ttir é e su r
les d an g ers d’épidé.mi.e ré s u lta n t des c irco n sta n ces ac tu e lle s e t d ont
des cas' se sont: déji\ d écla rés e u d ifféren ts endroits-. I l s doivent, dès
à préseut, w e s c r ir e lea m esu res g én érales â su iv re en cas de su rv e ­
n an ce d ’épidém ie ta n t p o u r em pêcher îe développem ent du m al à
3,’in tô rie u r dé la. p riso n que p o u r en é v ite r la p ro p a g a tio n p a rm i les
m em bres du personnel e t à l ’e x té rie u r. D e v o tre côté, vous rap p ellerez
à to u s vos su rv eillait ts-ch efs q u ’en p a re ille hypothèse, ils d oivent
im m édiatem ent, a p rè s avoi^.' p ris les m esu res d 'u rg en ce qui. s ’im posent,
vous en ré fé re r p o u r que vous e n trie z a u ss itô t en ra p p o rt avec les
services d ’hygiène e t les a u to rité s a d m in is tra tiv e s e t ju d ic ia ire s e t me
rendiez com pte de vos diligences p a r les m oyens les p lu s ra p id e s et,
a u besoin, p a r la voie téléphonique.
V — E nfin, d an s le b u t de so u la g e r le service m édical, u n e In itia tiv e
p rise p a r c e rta in s d ’e n tre vous,' m e p a r a ît m é rite r d’ê tre généralisée.
171
1932. — 8 m a i
E lle co n siste à dem an d er a u m édecin les ré s u lta ts de' sa v isite e t à
p re n d re son avis s u r l'o p p o rtu n ité de tr a d u ire d ev a n t le p ré to ire dis­
cip lin a ire les sim u la te u rs au x q u els u n e peine d ’am ende p o u rra ê tre
Infligée.
T elles so n t les in s tru c tio n s générales que j ’ai c ro devoir vous
a d re s se r a n m om ent où s ’am o rce la réfo rm e d u serv ice m édical dans
•les p riso n s. C e lle -c i.e s t lo in d ’av o ir a tte in t son term e. L es :eircoostan e e s, d’a ille u rs, n 'y p rê te n t pas. E lles m ’in c ite n t, p a r contre, à vous
recom m ander, en v o tre q u a lité de C hef de services rég io n au x de m ’a id e r
ici encore, à s o rtir des ro u tin es, de p re n d re to u te s in itia tiv e s e t de me
p ré s e n te r to u te s sugg estio n s qui vous p a ra îtr o n t de n a tu r e à. a p p o rter
de nouvelles a m é lio ratio n s a u serv ice m éd ical : l ’A d m in istra tio n p én i­
te n tia ire a le devoir de v eilîer à la s a n té des détenus, Car l a sa n té
e s t la co ndition p re m iè re d u reclassem en t du condam né dans la vie
libre.
V ous a u re z soin de nraiccuser récep tio n de la p ré se n te circ u la ire
d o n t la su b sta n ce e t l ’e s p r it d ev ro n t ê tr e p o rté s à la connaissance du
p erso n n el placé sous vos ordres.
J
L
e
et
G
arde
le
M
dks
S
in is t r e
ceaux
,
,
M
in is t u e
s e c r é t a ir e
,
o s ic p h
B A R TH ÉLÉM Y
s k c b é t a ik e
d ’E t a t
a c ix
F
d'E t a t
in a n c e s
a
la
J
u s t ic e
;
Vu la lo i d u 1 " décem bre 1940 ;
V u la loi de finances du 31 décem bre 1041 ;
ARRÊTENT :
' A r t i c i ,): p r e m i e r . — Les d écrets d u 13 a o û t 1982 fix a n t les indem ­
n ité s a n n u e lles allo u ées a u peivonuel des services sp éciau x des
E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s et des In s titu tio n s publiques d ’E d u c a ­
tio n su rv e illée so n t m odifiés ain si q a ’il suit. :
Le m o n ta n t des in d em n ités an nuelles e s t fixé il :
A — P o u r les M édecins e t C binu-gieu 'des p riso n s de la Seine :
F ra n c s
M aison d’arrC t de la S an té ......................................... ltî.000
P riso n de 3a P e tite H oquette
.................
1 0 .0 0 0
1 2 .0 0 0
P riso n s de F r e s n e s ..........................................................
B — P o u r les M édecins des m aisons c e n t r a l e s ..................
1 2 .0 0 0
C — P o u r les M édecins des m aisons d ’a r r ê t :
F ra n c s
M aisons
M aisons
3 ° M alsons
- 4° M aisons
1°
2°
d ’a r r ê t de
d ’a r r ê t de
d ’a r r ê t de
d’a r r ê t de
g ra n d effectif .......................
l reclasse .................................
2 ' classe ..................................
3 eclasse ..................................
6 .3 0 0
4 .5 0 0
8 .0 0 0
2 .4 0 0
172
CODE PÉNITENTIAIRE.
D — P o u r le s M édecins des In s titu tio n s p u b liq u es d ’E d u c a tio n s u r ­
veillée :
F ra n c s
Belle-Ile, S a in t - H il a ir e ...................................................... 8.200
Saint-M aurice, A niane, C adillac" ................................. 6.300
C lerm ont ............................................................................... 5.400
. A r t . 2 . — Les indem n itéa fixées p a r 3e p ré s e n t a r r ê té so n t exclusives
de to u te g ratificatio n . A ucune In d em n ité ou a v a n ta g e de quelque n a tu r e
que ce so it ut* p eu t ê tr e a ttrib u é a u p ersonnel des serv ices sp é c iau x de
l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire que d a n s le s lim ite s e t co n d itio n s fixées
p a r u n a r r ê té c o u tresig o é p a r le M in istre, s e c ré ta ire d 'E ta t a u x
F in an ces e t . p ublié a u J o u r n a l Officiel.
A b t . 3 . — Le S e c ré ta ire g én éral d u M in istè re de la J u s tic e e t le
S e c ré ta ire g én éral p o u r les F in a n c e s p u b liq u es so n t chargés, chacun
en ce qui le concerne, de l'ex écu tio n d u p ré s e n t a rr ê té q u i a u ra
effet à com pter d u l" 1 ja n v ie r 1942.
F a i t k Vichy, le 29 a v ril 3942.
L e G arde des S cea u x,
M in istre secrétaire d 'E ta t à la Ju stic e .
J
oseph
B A R T H É L ÉM Y
L e M in istre , secrc im re (V E tai a u x F inances,
P ie rre
C a tha la
1942. — 15 MAI
■II* e n tre doue d a n s les attrib u tio n s, des surveillants-cU efs de p re n d re
eux-m êm es l’in itia tiv e des p ro p o sitio n s to u te s les fo is q u e les dé­
te n u s a u ro n t f a i t pre.uve d 'u n e co n d u ite sa tis fa is a n te , d ’u n tra v a il
so u te n u e t d’u o e bonne m o ralité, q u i so n t les conditions à la fois
n é c essa ire s e t suffisantes p o u r ju s tifie r la c o n stitu tio n de dossiers
de lib é ra tio n conditionnelle en le u r faveur.
I l im porte, d ’a u tr e p a r t, que vous exerciez n n co n trô le personnel
s u r ces p ré se n ta tio n s, e n ex ig e a n t que les chefs d ’éta b lisse m e n t vous
sig n a le n t d a n s le u rs ra p p o rts jo u rn a lie rs les déten u s a y a n t accom pli
la d u ré e d ’in c a rc é ra tio n n écessaire p o u r ê tr e ad m is à la lib é ra tio n
co n d itio n n elle e t a u x 'cas de non-proposition, que vous en so ien t in d i­
qués les m otifs.
U convient, en o u tœ , que vous in v itiez les su rv eillan ts-eliefs de v otre
C irco n scrip tio n à s ’a tta c h e r avec u u soin to u t p a rtic u lie r à la co n sti­
tu tio n des dossiers de lib é ra tio n conditionnelle qui d ev ro n t ê tr e étab lis
sa n s a u c u n r e ta r d dès que se ra écoulé le délai d’ép reu v e fixé p a r
la loi.
J ’.aû en effet, co n sta té que de no m b reu x dossiers 'm’é ta ie n t tra n sm is
p e u de tem p s a v a n t l-ex p ira tlo n des p eines su b ies ; ce r e ta r d em pêche
so u v e n t 3e C om ité d ’ex a m in e r u tile m e n t les p ro p o sitio n s q u i lu i so n t
soum ises et, d a n s bien des cas, enlève to u t In té rê t a u x décisions in te r­
venues.
J e vous p rie de te n ir la m ain à la s tric te observ atio n des p rescrip ­
tio n s ci-dessus énoncées e t de ne p a s m an q u er, afin d’obvier dans
la m esu re du possible au su rp eu p lem e n t des étab lissem en ts p é n ite n tia i­
res, d ’é ta b lir un dossier de proposition en fa v e u r de to u t condam né
q u i vous en p a r a îtr a digne.
J
8 m ai 1942. — N o t e p our M essieu rs les d irecteu rs des services e x té ­
rieurs reïatvce à la p ro p o s itio n p o u r libération co n ditionnelle des
<Ut e m is tn êri ta n t s.
Mjo» a tte n tio n a é té a ttiré e , à p lu s ie u rs rep rises, s u r la p ra tiq u e
su iv ie d an s c e rta in s étab lissem e n ts p é n ite n tia ire s où les d éten u s ne
so n t proposés au bénéfice de 3a lib é ra tio n co nditionnelle q u ’à la condi­
tio n d ’en a v o ir ex p ressém en t fo rm u lé la dem ande so it p a r eux-m êm es
so it p a r l'In te rm é d ia ire de If n r fa m ille ou de le u r ancien défenseur,
ce qui e n tra în e p a rfo is de m u ltip les d ém arch es a u p rè s des a u to rité s
a d m in is tra tiv e s e t ju d ic ia ire s.
Q ette conception, si elle é ta it généralisée, te n d r a it Ci c ré e r un
v é rita b le p riv ilèg e a u p ro fit des condam nés Jes m ieu x ren seig n és
ou les p lu s in trig a n ts e t fa u s s e ra it ain si, d a n s ses p rin cip es essen tiels,
l ’application de 3a lo i d u 14 a o û t 1885.
L e régim e de la lib é ra tio n conditio n n elle a p p a ra ît, en effet, comm e
la récom pense accordée a u condam né qui -a m o n tré, d ’u n e faço n non
équivoque, p a r sa co n d u ite e t son tr a v a il en détention,,, s a volonté de
reclassem en t. I l s e r a it dès lo rs c o n tra ire a u x rè g le s 'd e l'é q u ité de
p riv e r de c e tte m esu re de clém ence le s d é ten u s q u i, p a r ignorance,
p a r c ra in te ou p o u r to u t a u tr e m o tif, n,en a u r a it p a s ré cla m é le
bénéfice.
173
o bk ph
B A R TH ÉLÉM Y
DÉCRET N" 1.435 D ü 15 MAI 1942
modifiant une disposition du statu t rela tif au recrutem ent des
surveillants des établissem ents pénitentiaires
(mÂnimaim, de taille fixé à 1 m. 65)
N ous,
M
a r é c h a i,
de
F
rance,
Ch
ef
’
de
l ’E t a t
f r a n ç a is ,
Vu 3e d écret d u 31 décem bre 1927, m odifié p a r le d é c re t du 5 m ars
1932 ;
S u r la p ro p o sitio n du G ard e des Sceaux, M in istre s e c ré ta ire d ’E ta t
à la Ju stic e ,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t i c l e p r e m i e r . — L e d ern ier p a ra g ra p h e de l’a rtic le 1er du décret
du 5" m a rs 1982 e st a in s i m odifié :
. < L e m inim um de la ta ille exigée est de 1 m . 6 5 sa n s ch a u ssu re s ».
3
174
CODE P&ÏITM STIAJBE
1 0 4 2 . - — 21
A r t . 2. — L e G ard e des S ceaux, M in istre s e c ré ta ire d ’E ta t à la
J u s tic e e s t ch a rg é de l'ex écu tio n du p ré s e n t d é c re t qu i s e ra p u b lié
a u Jo u rn a l Officiel.
F a i t à V ichy, le 15 m a l 1942.
Pk. P É T A IN
P a r le M aréch al de F ra n c e , C hef de l’E ta t fra n ç a is :
L e G arde deg Scea u x,
M in iitr e secréta ire d 'E ta t ô îa J u stic e,
J'OBeph BARTHÉLÉMY
21
m a i 1 9 4 2 . — C i r c u l a i r e re la tiv e à l'assim ilation des détenus d
l’in ftrm srie avec les m a la d es des h ô p ita u x {régim es spéciaux)
R éféren ces : m es c irc u la ire s N° 2,250 e t 2.542 en d a te des 21 m ars
e t 1 0 a v ril 1942.
‘
'
J e vons ra p p e lle q u 'en v e rtu de îa c irc u la ire N ° t1.289 R I en d a te
d u 10 m ars du s e c ré ta ire d’E ta t a u R a v ita ille m e n t < le s d éten u s ad m is
d a n s les in firm eries p é n ite u tia ire s se ro n t assim ilés a u x m ala d e s des
h ô p ita u x e t p o u rro n t recevoir, le c a s éch éan t, l’u n des rég im es spé­
c ia u x d es m alad e s visés p a r la c irc u la ire N° 87 B C /H A d u 21 décem ­
b re 1940 ».
J e vous in fo rm e q u e ce d e rn ie r te s te a é té ab ro g é e t rem p lacé p a r
la c irc u la ire N° 1.310 D C /I il d u 19 m a rs 1942 ; je vous a d resse, sous
ce p li, u a e copie de c e tte décision ac tu e lle m e n t en vigueur.
P a r d élég atio n :
L e D irecteu r de l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S ervices de l'E d u c a tio n surveillée,
CONTANCIN
A L IM E N T A T IO N D E S SS& LâB ES
19 m a rs 1942.
L
e s e c r é t a r i a t d ’E t a t a u
B A V iT in x K fjE p rr,
A M essieurs lea P ré fe ts régionaux, les D irecteu rs rég io n a u x d u R a v ita ille m e n i généra l (p o u r in fo rm a tio n ), les P ré fe ts, les D irecteu rs
d é p a rtem en ta u x d s R a v ita ille m e n t gén éra l (p o u r exécution).
P a r m a c irc u la ire N° 37 B C /H A d u 21 décem bre 1040, je vous al
in d iq u é que les m a la d e s d e v a ie n t ê tr e classés en deux caté g o rie s :
m ai
175
' - C eux p o u r lesquels u n e é lév a tio n d e la ra tio n calo riq u e p a ra is ­
s a it in d isp en sab le ;
- C eux d o n t l’é t a t n écessité u n e m odification q u alificativ e de la
ratio n .
, P o u r ces d e rn ie rs, e t s u r {'Instigation de h a u te s A u to rité s M édicales,
y&l in s titu é 4 régiines-tÿpes.
C ette in s tru c tio n m in isté rie lle a p erm is d e f a ir e cesser les nom breux
a b u s qu i a v a ie n t p u ê tr e c o n statés d a n s le sy stèm e a n té rie u r, e t ses
p réem p tio n s re s te n t to u jo u rs en vigueur.
I l a p p a r a ît to u tefo is q u ’a n asso u p lissem en t e s t n écessaire e t que
c e rta in e s p récisions d oivent ê tr e ap p o rtées à la rég lem en tatio n actu e lle
T el e st l’o b je t de îa p résen te circu laire.
D éro g a tio n s spécialee. — D sh b c e rta in s c e s ex cep tio n n els il e s t
possible q u e le s m alad es a ie n t besoin de su iv re u n tra ite m e n t spécial
e t n e p u is se n t ê tr e soum is à. l’u p des rég im es T ype. Lea d éro g atio n s
n é c essa ire s d e v ro n t o b lig ato irem en t ê tr e dem andées à l'A d m in istra ­
tio n c e n tra le (D irectio n de ia D istrib u tio n e t d e la C onsom m ation).
D isp o sitio n s œ rsunvtiee a u x d ivers régim es. — U ne d u ré e m inim um
d e rég im e e s t p rescrite. Les? cerfci£«ats m édicaux d ev ro n t d éso rm ais
p ra se rix e n n a âgirés m tü tis îe de e® nSfeiiniitsa, :
- Régime, t — S, 10, 15, 20, 25 jo u rs ou u a mois.
- R égim e U? — [email protected] 20 iô a r s ou a n mois.
- R égim e l ï ï e t I H bis : U n
nom bre e n tie r de mois.
C haque fo is q u 'u n régtene a tte in d r a u n e longue d u rée (su p érieu r
à u n m ois) ii y a u ra Heu de d éliv rer u n e p rem ière fo is des supplém entse t d ’e ffe ctu e r le s r e tr a ita d« tle&ets co rresp o n d en t â la fra c tio n non
écoulée d u m ois e n cours, de façon q u e ces. o p ératio n s so ien t en su ite
reno uv elées a u d éb u t de ch aq u e mois-.
D a n s la c irc u la ire 37 R C /H À d u 21 décem bre 1940, les ta u x de
ra tio n s é ta le n t fixées p o u r chaq u e régim e. L a ra tio n du m alad e é ta it
obten u e ù p a r t ir des ta u x de
ra tio n s de s a catég o rie d ’orig in e p a r
ad d itio n , so u s tra c tio n ou suppression.
D an s la p ré sen te c irc u la ire Je p rin cip e e s t différent. C haque régim e
fixe un c e rta in nom bre, d 'a d d itio n s ou de so u s tra c tio n s à effectuer
s u r la ra tio n d ’srig ln e d u m alade, Les m a ire s a u ro n t a in si p lu s de
fa c ilité s p o u r a p p liq u er les régim es lo rsq u e le s ratio n » d u m ois con­
sid é ré n e so n t p a s encore connnea.
P a r exem ple, p o u r a p p liq u er le1 régim e N °2 à u n inals.de, p o u r une
d u ré e de 20 Jours, il j a u r a lieu de lu i r e t ir e r les 2 /3 d e s a feu ille
d e tic k e ts de v ia n d e e t de s a fôuille de tick ets de from age (tick etsle ttr e s e t tlcfeets-chiffrea) e t de lnl accorder les tic k e ts sp éciau x
p o u r m ala d e s co rresp o n d an t a u x supplém ents de sucre, p âtes, poromee
de te r re e t u n e c a rte de 1 /4 d e litr e de la it p our 20 jo u rs.
L es tlcketg d o n t îe r e t r a i t n ’e st p a s ex p licitem en t p révu doivent
ê tr e la issé s à la disiræifcion du m alad e ,qul bénéficie ainsi des d is tri­
b u tio n s ex cep tionnelles fM tee à la population, en p a rtic u lie r en cas
de difficultés d aaa le ra v ita ille m e n t. .
R ég im e
siste sa M
à to n s le s
se u ls cas
£e s*raUe&ettfai&n. — L e régim e de su ra lim e n ta to n sub­
m odifications. II. conviendra de rap p e le r, u n e nouvelle fois,
nfeédecins que ce régim e n e d o it ê tr e appliqué que d an s les
p ré v u s p a r la c irc u la ire précédente, c’e st-à-d ire :
176
CODE PÉNITENTIAIRE
1942. —
177
mai
- T u b ercu leu x p ré s e n ta n t des lésio n s in d isc u ta b les e t en a c tiv ité . '
• T u b ercu leu x osseux.
•
- C onvalescents de m a la d ie s g ra v es o u d ’in te rv e n tio n s c h iru rg i­
cales sérieuses.
,* §
•Sa
-o
’O *0
L e su p p lém en t à a llo u e r p a r jo u r re s te fixé à :
45 g ram m es de v ia n d e et
15 gram m es de m a tiè re s grasses. .
P o u r rép o n d re à u n c e rta in no m b re de q u estio n s qu i m ’o n t é té
posées, je p récise que le su p p lém en t d o it ê tr e a llo u é sous fo rm e de
tic k e ts de 90 gram m es (1 tic k e t p o u r 2 jo u rs) e t p o u r to u s les jo u rs
de la sem aine, m êm e ceux n e co rre sp o n d an t p a s a u x jo u rs d 'o u v e rtu re
des boucheries.
L ors de la d éliv ran ce, p a r la m a irie , des tic k e ts a u x m alad es, il
s e ra e n môme, tem p s re m is ù. ceux-ci une fe u ille d 'in sc rip tio u le u r
p e rn le c ta n t de recev o ir «la ra tio n co rresp o n d a n te a u régim e.
’-ïï
2
:s
I'
S
ce
g
o
D u ré e m inim um d u régim e : 10 jo u rs.
s i
t
sa
■o
Rêgim-e 2i° I . — L a cté. — L a q u a n tité de su c re allo u ée d a n s ce
régim e e st augm entée. E n o u tre, il e st a llo u é u n e ra tio n de 350 gr.
de p a in p o u r p e rm e ttre T âc h ât de fa rin e s a lim e n ta ire s de régim e, L es'
tic k y ts de p a in a llo u é s d e v ro n t donc ê tr e de la catég o rie «
ou
« J l-V ».
D u rée m in im u m d u rég im e : 5 jo u rs.
R ég im e N a I I . — Lacto-vëffétm 'ien, — Ce rég im e corresp o n d à
l ’ancien régim e 4, l’an cien régim e 2 é ta n t supprim é.
T ous ies certifica ts m édicaux p o rta n t p re sc rip tio n des rég im es 2
ou 4 in d ifteram m e n t, e n tra în e ro n t l’a p p lic atio n de ce régim e.
• (D (B —•
«5 60
ü JA 60
si
Ii
&*§
0'=
■SX
bD ^
M§
g®
<■§
•LU
•>
'i
H
O
O,
-j
j> C
3
s-g.
R é g im e N ° 111. — R e str ic tio n hydrocarbonêe. — N o rm alem en t le
régim e I I I s e ra appliqué. C ep en d an t si v o u s ‘estim ez que d a n s v o tre
d é p a rte m e n t les resso u rces en v ian d e ne p e rm e tte n t p as de se rv ir la
ra tio n prévue, vous p o u rrez p re s c rire que p o u r to u s le s m alad es soum is
à ce régim e, D se ra f a i t ap p licatio n , d u régim e I I I
b is a u x lie u x et
p laces d u rég im e I I I .
•.
E n o u tre, d an s le cas ou ce régim e s ’ap p liq u e à uu m a la d e d iab étiq u e
soum is a u t r a it e m e n t, p a r l’in su lin e, il co n v ien d ra d 'a jo u te r u n e
ra tio n m ensuelle de 500 g ram m es de sucre, qu i se ra
obteune en
la is s a n t à la dispo sitio n du m a la d e son coupon m ensuel de sucre.
bO
SI
I
■ °J.
i r
•si
P
D u rée m inim um : un mois. 1
U
g
t a
-=• «
n i
11
fi w
*
|g
n
Le ta b leau ci-jo in t résu m e -l’ensem ble des ra tio n s accordées p o u r
les d ifféren ts régim-es.
178
1942. ~
1 0 JU IN
179
CODE PÉNITENTIAIRE
T o u te dem ande de régim e, de la p a r t d’im e p erso n n e q u i n e p o u rra '
pas p ré s e n te r la q u a n tité de tic k e ts e t coupons qui doivefct lu i ê tr e reti­
rés, se ra refu sée sa n s au cu n e exception. A u besoin, ces tic k e ts e t cou­
pons peu v en t ê tre p rélev és s u r la c a rte d’a lim e n ta tio n d 'u n e a u tr e p e r­
sonne de la fam ille, s ’ils n e so n t p lu s a d h é ra n ts à la c a rte d ’a lim e n ta ­
tio n du m alade.
I l e s t précisé, e n o u tre, que ces régim es-types so n t réserv és au x
m alades, e t qu’ils n e d o iv e n t p a s ê tr e ap p liq u és à u n e p erso n n e bien
p o rta n te p o u r d es raiso n s de. convenance p erso n n elle . L ’a tte n tio n
du m édecin d o it ê tre a ttir é e s u r la n écessité de n e p a s a c c o rd e r de
ce rtific a t à des pero n n es n’a y a n t p a s, du p o in t de vue m édical, besoin
d e su iv re l'u n des régim es.
E nfin, vous voudrez bien ra p p e le r a u x m édecins e t a u x m a la d e s q u e
tes certificats à p ro d u ire à l a m a irie so n t dispensés de la fo rm a lité
d u tim bre.
d 'é p id é m ie se so n t p ro d u ite s en diverses M aisons e t il im p o rte q u e
to u t so it f a i t afin que le s condam nés d a n g ereu x ou a tte in ts d ’affections
su sp ectes ou encore p a rtic u liè re m e n t déficients, ne so teu t p a s d irig és
d ’u n é ta b lis s e m e n t. s u r u n a u tr e où ils a p p o rte ra ie n t des germ es
de d é so rd re ou de contagion. J ’estim e à cet é g a rd q u ’i l v a u t m ieux
re s tre in d re l ’a m p litu d e des m esu res de désencom brem ent, p lu tô t que
d ’a b o u tir à l’essaim age de fo y ers d’infection ou de trouble.
Vous v oudrez donc bien ra p p e le r a u x su rv eillan ts-ch efs e t a u x m éde­
cin s des é tab lissem en ts p la c é s sous v o tre a u to rité que la désignation
d es d é ten u s à tra n s fé re r, doit s'e ffe c tu e r conform ém ent a u x recom d a tio n s qui p récèdent, e t que to u t m anquem ent qui m e s e r a it sig n alé
e n tr a în e r a it des san ctio n s rigoureuses en v ers les resp o n sab les .
E n o u tre, a u cours de vos to u rn ées périodiques, vous a u re z à vérifier
si les p ré se n te s in stru c tio n s sont bien observées e t vous vous fe re z
p ré s e n te r le s docum ents a tte s ta n t 3a situ a tio n ta n t p én ale que sa n i­
ta i r e d es in d iv id u s a y a n t figurés d an s des convois de. tra n sla tio n .
P our le secrétaire d’E ta t au R avitaillem ent et pa/r ordre,
.TosBPH B A R TH ÉLÉM Y
L e D irecteur du Cabinet :
G E O R G E S -P IC O T
10 ju in 1942. — C ik c ü x a tre rela tive à la ré o u vertu re de la M aison
d ’a rrê t de L a rg en tière (A rd è c h e ),
8 ju in 1942. — N o t r de service p our M onsieur le d irecteu r re la tiv e
û la. ta ille exigée des su rv e illa n ts stagiaires.
U n d é c re t d u 35 m al 3942.p u b lié a u J o u rn a l Officiel du 7 ju in 1942
(page 1.988) a fixé la ta ille m inim a exigée d es c a n d id a ts à l'em ploi
de su rv e illa n ts dés E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s à 1 m . 65 sa n s
ch au ssu res.
:
J e vous p rie d e te n ir com pte de ces d isp o sitio n s nouvelles d a n s Jes
p ro p o sitio n s de nom inations en q u a lité de su rv e illa n ts s ta g ia ire s, d’a ­
g en ts a u x ilia ire s que vous devez m ’a d re s se r chaque mois.
Le. D irecteu r de V A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
et des S ervices de l'E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN
L e G a r d e . d es Sceaux, M in istre s e c ré ta ire d’Jfltat à 3a Ju stic e ,
Y u la loi du 11 sep tem b re 1941 a u to r is a n t la ré o u v e rtu re de c e rtain es
M aiso n s d’a r r ê t e t de co rrectio n ;
,
:Sur l a prop osition du D ire c te u r de i'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S ervices de l ’E d u c a tio n surveillée.
A rrête ;
^A r t i c l e p r e m i e r . — L a M aison d ’a r r ê t e t de co rrectio n de L argentlè re (A rdèche) se ra ré o u v e rte à co m p ter du 15 ju in 1942.
A rt . 2. — L e D ire c te u r de l’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des
S ervices de l ’E d u c a tio n su rv eillée e st ch a rg é de l ’exécution du p ré s e n t
a rrê té .
J o s e p h B A R T H É L ÉM Y
•ô ju in 1942. ■
— N o te p o u r M essieu rs les d irecteu rs des services exté­
rieu rs re la tiv e à l’é ta t sa n ita ire des d éten u s ù tra n sférer.
J ’a i é té am en é à. c o n sta te r récem m en t des errements graves k
l ’occasion de tr a n s fe r ts de déten u s, -certains ch efs d ’étab lisse m en ts
m a n ife s ta n t u n e négligence qui appelle les o b serv atio n s les p lu s Révères
cor eJle tém oigne d ’u n e ten d an c e e x trê m e m e n t fâc h e u se à se d é b a rra s­
s e r s u r a u tr u i de m a iad es ou d ’in d ésirab les.
Com m e vous 3e savez, 3a s itu a tio n s a n ita ire a c tu e lle n ous a donné et
do nne eucore de sé rieu se s m qniétu d es. D es épidém ies ou d es m enaces
25 ju in 3942. — C i r c u l a i r e re la tiv e à la ré o u vertu re de la M aison
d’a rr ê t de B o u rg o m (Isère).
L e G a rd e des S ceaux, M in istre se c ré ta ire d ’E ta t à la Ju stice,
Y u 5a lo i d u 11 sep tem b re 1941 a u to r is a n t la ré o u v e rtu re de c e r­
ta in e s M aisons d ’a r r ê t . e t de correction ;
CODE PÉNITENTIAIRE
180
1942.
S u r l a proposition, d u D ire c te u r de l'A d m in istra tio n ' p é n ite n tia ire
e t des Services de l’E d u c atio n surveillée.
— H JU ILL ET
L es ren seig n em en ts dem andés p a r la p ré se n te dépêche d e v ro n t me
p a rv e n ir a v a n t le 25 ju ille t co nrant.
P a r délégation
A rrête :
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t aes S erviees de l'E d u ca tio n surveillée,
— L a M aiso n d 'a r r ê t e t de co rrectio n de B ourgoiü
(Isè re ) se ra re m ise e n serv ice à co m p ter du I er ju ille t 1942.
A
r t ic l e p r e m ie r
181
.
CON TAN CIN
A rt . 2. — L e D ire c te u r de l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des S er­
vices de l ’E d u catio n su rv e illé e e st ch a rg é de l ’exécution du p ré s e n t
a rrê té .
J oseph B A R T H É L ÉM Y
DÉCRET N° 2.078 D ü 11 JU IL L E T 1942
modifiant une disposition du statu t rela tif au recrutem ent des
surveillants des établissem ents pénitentiaires
(c a n did ats n o n titu la ir e s d u certifica t d ’études)
9 ju ille t 1942. — 'C i r c u l a i r e re la tiv e à la c o n stru ctio n des couchettes
superposées.
J ’a i é té am ené à v ous reco m m an d er, p a r m a c irc u la ire citée en
référence, la c o n stru c tio n de co u ciiettes superposées.
L e m om ent m e p a r a î t v e n u de m e su re r le d o m aine d ’a p p licatio n
que vous avez dpuné à m es d irectives.
'Je( vous p rie donc de lue te n ir in fo rm é des ré s u lta ts obtenus en
c e tte m a tiè re en m e fa is a n t co n n a ître :
,
1° Le nom bre d e co u ch ettes superposées q u i o n t é té fab riq u é es dm is
l ’éten d u e de v o tre C irco n scrip tio n p é n ite n tia ire ,
2° L a d e stin a tio n donnée ù ce m a té rie l de couchage.
3° L es d iffé re n ts m odes d e couch ettes a d o p té s
trip le , double ou trip le ju m elée eu 2 blocs...)
4°, L e m ode d e
privée).
c o n stru c tio n
(sim ple, double,
(m ain -d ’œ u v re p én ale ou in d u s trie
5® L e p rix de re v ie n t de ch aq u e couchette.
6° L a q u a n tité de m o n n aie-m atière n é cessaire p o u r la co n stru ctio n
de ch aq u e co u ch e tte (in d iq u e r n o ta m m en t la c até g o rie d u bois
em ployé : 0 2 ,........... ?).
7° V ous préciserez, d 'u n e m a n iè re d étaillée, l'a p p u i que vous avez
p u tro u v e r a u p rè s des d iffé re n ts Services p ré fe c to ra u x en ce qui
c o D c e r a e la fo u r n itu r e de c e tte m onnaie-m atière.
8° E nfin vous m e ferez co n n a ître le nom bre de cou ch ettes q u ’il vous
s e r a it possib le de fa b r iq u e r,'d a u s quel d é la i e t m o y en n an t quelle
q u a n tité de m onnaie-m atière.
Vous com p léterez ces d iffé re n ts re n seig n em en ts en m e d o n n a n t v o tre
a v is p erso n n el s u r le s ré s u lta ts - o b ten u s p a r l a m ise en service de
ce nouveau m a té rie l de couchage.
■
N O U S,
AlAEÉCH'Ai DE FRANCE. C H E F DE L’ETAT FRANÇAIS,
V u le d éc re t du 31 décem bre 1927, m odifié p a r les d écrets d es 5 m ars
1932, fix a n t le s t a tu t du p ersonnel des E tah ü ssen ien fe p é n ite n tia ire s
e t 15 m ai 1942 ;
s
S u r la pro p o sition d u G ard e d es Sceaux, M in istre se c ré ta ire d’E ta t
à ia Ju stic e ,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t i c l e p r e m i e r . — P eu v en t ê tr e nom m és su rv e illa n ts des E ta b lis­
se m e n ts p é n ite n tia ire s s ’ils s a tis f o n t a u x a u tre s p re sc rip tio n s d u décret
du ô. m a rs 1932 m odifié p a r le d écret du 15 m ai 1942, les c an d id a ts
non titu la ir e s du c e rtificat d ’étu d e s p rim a ire s, qui o n t su b i avec
succès un ex am en d 'e u tré e d o n t les conditions so n t fixées p a r a rrê te
m in istériel.
1
Aux. 2. — Le G ard e des Sceaux, M in istre s e c ré ta ire d ’E t a t h îa
Ju stic e , e st ch arg é de l ’exécution d u p ré s e n t d écret, qui s e ra publié
a u Jo u rn a l Officiel.
F a it à Vichy, le 11 ju ille t 1942.'
Ph. P É T A IN
P a r le M aréchal de F ran ce, C hef de l ’E t a t fr a n ç a is :
J j6 G arde des Sceaux,
M in istre secrétaire d ’E ta t à la. Justice,
J o s e p h BA RTH ÉLÉM Y
1042. —
27 JUILLET
183
CODE PÉNITENTIAIRE
182
LOI N® Ï01 D U 21 JU IL L E T 1942
réprim ant l’évasion de la main-d’œuvre pénale em ployée hors
des établissem ents pénitentiaires
N OUS,
M A B É C B 'A t
DE
FRAN CE,
CHEF
DE L ’E T A T
FRAN Ç A IS,
L e conseil des M in istre s entendu,
D ÉC R ÉTO N S :
A r t i c l e p r e m i e r . — T o u t «condamné Qui se s e ra é v ad é ou a u ra te n té
de s ’év ad er du lie u o ù il é ta i t em ployé, en ap p lic a tio n des d isposi­
tio n s de la loi d u 4 ju in 1941, s e ra p u n i d’u n em p riso n n em en t de
s ix m ois à u n an .
C e tte p ein e s e ra su b ie im m éd iatem en t a p rè s l'e x p ira tio n de celle
en courue p o u r le c rim e ou d é lit q u i m o tiv a it la. d éten tion .
2l — Le p ré s e n t d écret se ra p u b lié a u J o u rn a l Official
l ’E ta t fr a n ç a is e t ex écu té com m e loi d’E ta t.
de
F a i t à Vichy, le 21 Ju ille t 1942.
P h . P É T A IN
P a r le M aréchal de F ra n c e , C iief de l ’E t a t fr a n ç a is :
'Le G arde des Sceaux,
M in istre secréta ire -d’E ta t■à la Ju stice,
Jo se p h BARTHÉLÉMY
LOI N° 683 D U 27 JU IL L E T 1942
relative à l’enfance délinquante
modifiant la lo i du 22 juillet 1912
R a ppo rt
au
M aréchal
de
F rance,
Ch ef
de
l
’E t a t
f r a n ç a is
,
V ichy, le 27 ju ille t 1042
M onsieur îe M aréchal,
F a ir e de la jeu n esse fra n ç a is e « une jeu n e sse fo rte , sa in e de corps
e t d’esp rit, p ré p a ré e a u x tâch e s Qui élè v e ro n t le s âm es » est, su iv a n t
vos paroles, u n des b u ts p rin c ip a u x de la rév o lu tio n n atio n ale.
Q’est p a r^ e Q u e l a F ra n c e a m is d a n s la jeu n e sse ses esp o irs de re ­
d ressem en t que îa p ro tectio n e t l ’é d u catio n des jeu n es e s t a u p re m ie r
p la n de vos préoccupations. M ais U e s t des e n fa n ts e t des adolescents,
p a rm i le s p lu s m alh eu reu x , qui doivent, à le u r to u r, é p ro u v er v o tje
so llic itu d e : ce so n t 'les m in eu rs d élinquants.
L e problèm e de la crim in alité, ju v é n ile nè s ’e s t posé en F ra n c e que
d an s la seconde m o itié du dix-neuvièm e siècle. Si les ré d a c te u rs du
code p énal l ’ont à peine en trev u , c’e st q u ’en 1810 le nom bre des e n fa n ts
e t ries ad o lescen ts d é lin q u an ts é ta it négligeable. M ais a u co u rs d u
d ix-neuvièoie siècle, les tra n sfo rm a tio n s sociales, n ées d u dévelop­
p e m e n t de l’in d u strie e t de la g ra n d e en trep rise, ont eu .pour consé­
quence, sp écialem en t d an s ies cen tres u rb a in s, u n e au g m en tatio n
c o n stan te d u nom bre des m ineurs délinquants.
L e so rt d es jeu n es déten u s au x q u els l ’A d m in istratio n p é n ite n tia ire
a p p liq u a it u n rég im e essen tiellem en t ré p re s s if a fini p a r ém ouvoir
l’opinion. E n m êm e tem ps, les p ro g rès de la m édecine e t de la crim ino­
logie o n t ten d u a fa ire s u b s titu e r p ro g ressiv em en t à la notion de c o rre c ­
tio n celles de p ro tectio n , d'am endem ent, d ’éducation. C ette év olution des
id ées e t des m œ u rs s ’e st tra d u ite , d an s ia législation, p a r tro is te x te s
p rin c ip a u x . U ne p rem ière loi, du 5 a o û t 1850, crée des étab lissem en ts
sp é cia u x e t p rév o it des m éthodes éd u cativ es p o u r le red ressem en t des
m in e u rs d élin q u an ts ; l a loi du 12 a v ril 1906 élève l ’âge de îa m a jo rité
p é n a le de seize à d ix -h u it a n s ; enfin ïa loi dvi 22 ju ille t 1912 in stitu e
le s trib n n a u x p o u r e n fa n ts e t adolescents e t fixe le s dispositions qui
ré g isse n t actu e llem en t l’en fan ce d élin q u an te : irre sp o n s a b ilité du
m in eu r, p ré su m ée e t absolue ju s q u ’à l’âge de treize ans, éta b lie p a r
le non-discernem ent, depuis tre iz e a n s ju sq u ’à d ix -h u it an s ; rév isib ilité
des décisions p rises à l ’ég a rd de l ’e n fa n t ; o rg a n isa tio n d’une procé­
d u re spéciale.
,
L e lé g isla te u r de 1912 a tenté, p a r la construction, d ’u n systèm e
com pliqué, nuancé, su b til, d’é ta b iir u n com prom is e n tre les p rincipes
tra d itio n n e ls du d ro it p én al e t les nouvelles conceptions v isa n t le
relèv em en t des m ineurs. L ’expérience a m o n tré q u ’il n ’a p a s réussi
d an s s:on e n trep rise. E n fa it, les m a g is tra ts ont dû co rrig e r les effets
d e la loi p a r u n e ap p licatio n ex ten siv e de la notion de discernem ent.
D ’a u tr e p a r t, la sp écialisatio n des ju g es n ’a é té ré a lisé e que <tor>s de
trè s g ra n d e s villes. E nfin, l ’o rg an isatio n des é tab lissem en ts e t des
m éthodes de redressem ent, m alg ré les effo rts de ces d e rn ières an n ées
e st encore im p arfa ite.
A u ssi bien, tous ceux qui se so n t penchés su r le douloureux problèm e
d e îa d élin q u an ce ju v én ile s'acco rd en t-ils p o u r s o u h a ite r u n e re fo n te
de la loi de 1912. M ais ta n d is que p lu sie u rs p a y s é tra n g e rs ont été
dotés de lé g islatio n s qui tie n n e n t com pte des données les. p lu s récen tes
de ia m édecine e t de la pédagogie, e n 'F r a n c e , auxrun p ro je t n ’a v a it
p u a b o u tir.
C’e st donc une réfo rm e atte n d u e que nous vous soum etton s ; c’est
u n e réfo rm e com plète qui p o rte à l a fois s u r la législation pénalç, la
p ro c é d u re e t l’ad m in istratio n .
Le p ro je t rte loi modifie p ro fo n d ém en t la législation p é n a le de l ’enfa o c e : il accen tu e son autonom ie ; il lu i a p p o rte des sim plifications
notables.
A b an d o n n an t réso ln m en t la conception co rrectlv e du code pénal,
i l d é c la re q u e ies m in e u rs de d ix -h u it an s n e sont, en principe,
l ’o b jet que d’une m esu re de p ro tectio n e t de red ressem en t. T outefois,
le s m in eu rs âgés de seize an s à d ix -h u it ans, a u te u r s d’un crim e ou
d 'u n d élit, e t les m in eu rs de seize ans, en cas de crim e seulem ent,
p e u v e n t ê tr e l ’o b je t d 'u ne m esu re répressive. M ais il f a u t o bserver que
la p ein e prononcée co n tre u u m in eu r de seize a n s s e ra subie, a u m oins
184
CODE PÉNITENTIAIRE
ju s q u 'à l ’âge de d ix -h u it ans, d an s u n e colonie correctiv e. Ces disposi­
tions concilient la p ro te c tio n des m in eu rs e t l a sa u v e g a rd e de l’o rd re
public.
L es trib n n a u x o n t l a i t de la notion de d iscern em en t u n u sag e p ré to ­
rien ; p o u r a p p liq u er au p lu s g ra n d n om bre de m in e u rs d élin q u an ts
des m esu res éd u cativ es, ils les o n t d écla rés irresp o n sab les. C ’est a iu si
que p e n d a n t Ja p é rio d e de 1930 à 1935, 70 % d ’e n tre eu x o n t été
ac q u ittés com m e a y a n t ag i sa n s discernem ent. L a questio n du d isc e r­
nem ent p a r a ît donc in u tile ; le p ro je t la su p p rim e. D é so rm a is,-la loi
se ra en h arm o n ie avec les réalité s.
L a procédure de la loi de 1912 est len te e t incom plète. L e p ro je t
in s titu e u n e p ro céd u re p lu s souple qui, to u t en h â ta n t le ju g em en t de
l a p lu p a r t des affa ire s, d o it p e rm e ttre d’é tu d ie r sérieu sem en t le jeu n e
d élin q u an t a v a n t de sta tu e r. E lle com prend deux p h a se s distin ctes.
L a p re m iè re a b o u tit à la co m p aru tio n du m in eu r d e v a n t la C ham bre
d u Conseil du T rib u n a l civil. Celle-ci p e u t décider, so it la rem ise de
l’e n fa n t à ses p a te n ts ou à îa p erso n n e q u i e n a v a it la g ard e , soit
son i-envoi d ev a n t u n trib u n a l spécialisé. U ne lo is ce trib u n a l saisi,
com m ence la deuxièm e p h a se de la p rocédure, au c o u rs de la q u e lle
le m in eu r e st p lacé en observ atio n d an s u n étab lissem en t ap p ro p rié.
L a c ré atio n de trib u n a u x sp écialisés e t de ce n tres d’o b serv atio n
e st u n e des innov atio n s c a p ita le s du p ro jet.
L es trib u n a u x p o u r e n fa n ts e t adolescents c o n n a îtro n t le s a ffa ire s
qui le u r se ro u t renvoyées p a r les c h a m b re s du conseil e t sta tu e ro n t
s u r le s sen ten ces définitives de celles-ci à eu x d éférées p a r voie
d ’appel. I l s se com p o sero n t de tro is m a g is tra ts qui p o u rro n t f a ir e
c a rriè re d an s les ju rid ic tio n s de m in eu rs. A u c a s de crim e, deux p e r­
sonnes de l’u n bu de l'a u tr e sexe, com pétentes d an s les questions
de l'en fan ce, se ro n t ad jo in te s a u x m a g is tra ts de c a rriè re .
L e rôle du trib u n a l p o u r e n fa n ts e t adolescents se ra é tro item e n t
lié a u fonctionnem en t d 'u n o rg an ism e nouveau : le c en tre d’obser­
vation.
E n Ita lie , d an s chaque cour d ’appel, est in stitu é u n c en tre d 'o b se r­
vation. 11 e st pro céd é à l’e x a m e n du m in eu r, e n vue d ’é ta b lir sa
v é rita b le p e rso n n a lité e t de re c h e rc h e r le s m oyens p ro p re s à a ss u re r
s a ré a d a p ta tio n â la vie sociale.
L ’expérience a d ém o n tré en F ra n c e la n écessité d’u n e in s titu tio n
analogue. Seule, la rec h e rch e ex acte des causes p a rtic u liè re s de la
c rim in a lité de chaq u e e n fa n t petit p e rm e ttre a u ju g e de p re n d re une
sentence ap p ro p riée.
L 'ex am en m édical e st susceptible de ré v é le r chez l'e n fa n t des
anom alies m e n ta le s ou p h y siq u es : m alad ie s spécifiques e t tu b ercu ­
lose, n o tam m en t. D a n s chaque cas, une décision d ifférente d oit ê tre
p rise. L ’exam en psychologique, effectué p a r des sp écialistes éprouvés,
p e u t m e ttre en relief te l t r a i t cïom inant dn c a ra c tè re de l'e n fa n t, dont
l ’é d u cateu r d e v ra te n ir com pte p a r là su ite. D e m êm e, l ’exam en
d’o rie n ta tio n pro fessio n n elle p e rm e ttra de g u id er u tile m e n t l'a c tiv ité de
l’adolescent.
>
i
M ais l ’in stitu tio n d’un c en tre d ’o bservation, d a n s chaque cour d ’app el,
: p e u t p a r a îtr e excessive, c a r il e st c e rta in s re s so rts où le nom bre
des a ffa ire s de m in eu rs e st de trè s fa ib le im p o rtan ce. Il e st donc
a p p a ru indisp en sab le de la is s e r à nn d écret le soin de d éterm in er,
en te n a n t com pte des données de l ’o rg a n isa tio n rég io n ale de la F ran ce,
de la situ a tio n géo g rap h iq u e d es co u rs d’appel e t de le u r im p o rtan ce
1942. —
27
ju il l e t
185
resp e c tiv e , le nom bre e t 1# siège des trib u n a u x sp écialisés e t des
c e n tre s d’observation.
jLa liaiso n é tro ite d u ju g e e t de l ’A d m in stra tio n s e ra m arquée
p a r le f a i t m a té rie l que les trib u n a u x spécialisés fo n ctio n n ero n t
d a n s le s lo caux .m êm e ou à p ro x im ité des c e n tre s d'ob serv atio n . C ette
liaiso n m a té rie lle e st l e reflet d’u n o rd re ju rid iq u e nouveau. D an s la
p ro c é d u re in stitu ée, u n m a g is tra t com m is su iv ra, jo u r prar jo u r, le
déro u lem en t de l ’o b serv atio n du m in eu r e t le trib u n a l ne s ta tu e r a
Qn’a p rè s e n a v o ir connu le s ré su lta ts.
N ous donnons a u ju g e a in si éc la iré p a r le c e n tre d’observation,
le m o y e n de choisir, en co n n aissan ce de cause, la m esu re p ro p re à
a s s u re r le m ieu x la p ro tectio n e t le re d ressem en t d u m ineur. M ais
n o tre œ uvre s e r a it incom plète si cette m esu re devait, ê tr e m a l a p p li­
quée. L a ré fo rm e de la lég islatio n de i’en fan ce délin q u an te se ra it
illu s o ire si elle n 'é ta it p a s accosnpagnée d 'une réfo rm e de l'o rg an isatio n
e t d es m éth o d es de la rééducation.
C e tte réform e, qui s e ra ré a lisé e p a r décret, p o rter* s u r les étab lis­
se m en ts d ’é d u catio n su rv eillée p ublics e t j>rivés.
I l a p p a rtie n t à l'E t a t de re d re sse r les m in eu rs les p lu s difficiles,
de gêner q u elques é tab lissem en ts m odèles afin de conserver une
d o c trin e de l ’éd ucation su rv eillée et, enfin, de co n trô ler e t d e guider
'les œ uvres privées.
L ’ab an d o n d u sy stèm e ré p re s s if daus le d ro it p én al de i’enfance
e x ig e a it la c réatio n d ’étab lissem en ts spéciaux destinés à recevoir ies
m in eu rs que le u r p e rv e rsité n e p erm et p a s d ’am ender p a r ,les m éthodes
o rd in a ire s de. red ressem en t. Ceux-ci se ro n t soum is, d an s les colooies
c o lle c tiv es, à îa ferm e discipline dont ils ont besoin. A n su rp lu s, des
q u a rtie r s sp éciau x de..•ces étab lissem en ts re n fe rm e ro n t le s m in eu rs de
seize an s condam nés pour crim e à une pein e d’em p riso n n em en t
L a réfo rm e des in stitu tio n s publiques d’éducation snrvoi-llée, d éjà
am o rcée à S ain t-M au rice e t k S ain t-H ila ire , doit ê tr e p o u rsu iv ie et
é ten d u e â tons les établissem ents. Ceux-ci se ro n t m odernisés e t o rg a­
nisés, a u ta n t que possible selon le systèm e p av illo n n aire, hase m até­
rie lle in d isp en sable d'une rééd u catio n dom inée p a r l ’idée de p ro g re ssi­
vité. L a ré fo rm e ne v a u d ra , en définitive, que p a r la façon dont elle
s e ra exécutée. O r, la rééd u catio n des m in eu rs d é lin q u an ts ne p e u t ê tre
assu ré e que p a r un personnel spécialisé. O n ne s a u r a it m a in te n ir
l ’in terp én étrati,o n q u i ex iste e n tre le p ersonnel des p riso n s e t celui
des é ta b lisse m en ts de m ineurs. I l fa u d r a é ta b lir u n e cloison étanche
e n tre les d e u x cadres.
N ous voulons développer la co llaboration des in stitu tio n s privées
à l’œ uvre de relèvem ent de l ’en fan ce délinquante. Aussi, avons nous
é te n d u la gam m e des p lace m en ts p rovisoires que p e u t ord o n n er le
m a g is tra t in s tru c te u r e t des p lacem en ts d éfin itifs qui so n t offerts
a u choix du trib u n al.
L a p o ssib ilité de confier les m ineurs d élin q u an ts à des in stitu tio n s
re le v a n t du S e c ré ta ria t d’E ta t à la S anté, du S e c ré ta ria t d’E t a t à
l ’E d u c a tio n n a tio n a le ou du C o m m issariat gén éral à la F a m ille ouvre la
voie à une coopération p lu s é tro ite e n tre les d iv erses a d m in is tra ­
tions.
P a r la c ré a tio n de nouveaux placem ents, p a r u n nouvel e sso r donoé
à la lib e rté surveillée', nous éten d ro n s le rô le d es in stitu tio n s c h a ri­
ta b le s d a n s la rééd u catio n des e n fa n ts e t des adolescents délinquants.
186-
COEE MSKITIWTîABtf}
MaÜs les effo rts des œ u v res pr5?éea d e v ro n t ê tr e coordosnés, selo n o u
p lan d'ensem ble de ré p a rtitio n deo m in e u rs e n tre elles e t p lu s efficacem é a t contrôlés.
A insi, les m éth o d es de red re sse m e n t se ro n t tra n sfo rm é e s ; elles se
sé p a re ro n t com plètem ent d es m éthodes p én ite n tia ire s tra d itio n n e lle s ;
elle® s ’in s p ire ro n t des enselgneo^enis de îa m édecine e t de la p é d a ­
gogie, ain si que 5 s l'ex p érien ce acquise d a n s les nouvelles fo rm a tio n s
qui g ro u p en t îa jeu n e sse fra n ç a ise , :
T oile est, M onsieur ie M aréch al, l'économ ie d u s t a tu t de l ’en fan ce
d é lin q u a n te que noua av o ns l'h o n n e u r de so u m e ttre à v o tre h a u te
sanction.
L a p ré s e n te ioî élèv era la lég isla tio n fra n ç a is e a u ra n g des m eil­
le u re s lég islatio n s des p a y s é tra n g e rs. E lle p e rm e ttra de m ieu x lu tte r
c o n tre la c rim in a lité ju v é n ile e t d o n n e ra à l’en fan ce m a lh e u reu se une
p ro tectio n p lu s efficace. E lle s ’in s c rira h e u re u se m e n t d an s ie c a d re
g én éral de v o tre p o litiq u e de la jeunesse.
*
N ous, M a b é c h j l D2 F b a r c ï , C h s j d e l ' E t a t ï s a b ç a i s ,
A p rès a v is d u C onseil d 'E ta t,
1S4S. —
£ 7 KJSLÎXT
187
A b t . 4. — L e ju g e d’in s tru c tio n p e u t d ’office, o u s u r ré q u isitio n du
P ro c u re u r de la R épublique, ou â la req u ête d u d é fe n s e u r confier la
g a rd e d u m in e u r p e n d a n t la d u ré e de l’in fo rm a tio n :
•1° A se s p a re n ts ;
2° A u n e perso n n e (ligne d e confiance ;
3° A u n e œ u v re h a b ilité e ;
4° A un établissem ent hospitalier ;
5® A u n e in s titu tio n re le v a n t d u C o m m issariat d ’E ta t à l’E d u catio n
n atio n a le.
L e ju g e p e u t, s ’il l’estim e u tlie , f a ir e p ro céd er à u n e en q u ête s u r la
sâ tu atio n m a té rie lle e t m o ra le de î a fam ille, s u r le c a ra c tè re e t 3es a n ­
té c é d e n ts de î ’e n fa n t, s u r les conditions d an s lesquelles celui-ci a
véciu e t a é té élevé e t s u r le s m esu res p ro p res & a s s u re r son am ende­
m e n t. C ette e n q u ê te s e ra com plétée, s ’il y a lieu, p a r u n exam en
m éd ical e t psychologique.
L e m in e u r ne p e u t ê tr e p la e é p ro v iso irem en t e c m aiso n d’a r r ê t
q u ’en c a s de n écessité ou d ’im possibilité de p re s c rire u n e des m esures
ci-dessus.
A ppel de l’o rd o n n an ce d u ju g e d ’in s tru c tio n p e u t ê tr e p o rté s o it p a r
le s p a re n ts , tu te u r o u perso n n e ch arg ée d e la g a rd e d u m in eu r, soit
p a r le m in is tè re pubJic, d a n s le s tro is jo u rs de îa notification qui
le u r en e s t fa ite , d e v a n t l a C ham bra d u C onseil, q u i sS&tue d a n s les
q u a r a n te - h u it heures.
L e C onseil des M in istre s en ten d u ,
D ÉC R ÉT O N S :
A r t ic l e P R n s jn B .
u n e in fr a c tio n
p r é s e n t e lo i.
— L es m i n e u r s de d i x - h u i t a n s q u i c o m m e tte n t
s o n t s o u m is a u ré g im e s p é c ia l é ta b li p a r l a
p é n a le
T I T E E P R É M IE B
ProeêâJaïe
A h t. 2. — E n m a tiè re de c rim es ou de d élits com m is p a r d es m in e u rs
de d ix -h u it aos, le p a rq u e t e t le ju g e d ’in s tru c tio n co m p éten ts so n t
ceux S Q it du l i e u d e l ’Infraction» so it du Mec de la résid en ce des
p a re n te o a tu te u rs , so it du lie u où le m in e u r a é té trouyé.
A r t . 3. — A ucune p o u rs u ite ne p e u t ê tr e ex ercée e n , m a tiè re de
crim es ou d é lits c o n tre des m in e u rs de d ix - h u it a n s se n s In fo rm atio n
p réalab le.
S i ces m jn eu rs so n t im pliqués d a n s la p o u rs u ite de c rim es ou d élits
en m êm e tem p s que d es m a je u rs, le P ro c u re u t de îa R épublique,
lo rsq u ’il u se vl-s-à-^ls 3 e ceo d e rn ie rs d an s le s c a s p ré v u s p a r la loi
des p ro céd u res de fla g ra n t d é lit ou d e c ita tio n directe, c o n stitu e un
d o ss ie r spécial c o n c e rn a n t 1s p ré v e n u m ïn e a r e t en s a is it le Juge
d’in stru ctio n .
S’il s ’a g it de f a i t d o n t la p o u rs u ite e st réservée, d ’ap rè s le s lois en
v ig u eu r, â c e rta in e s a d m in is tra tio n s pubïicm es, le P ro c u re u r de îa
R épublique a se u l q u a lité p o n r e x e rc e r l'ac tio n pub liq u e d an s le s
conditions p rév u e s’ à. l'a lin é a p récéd en t à l ’é g ard du m in e u r de dixh u it ans, m ais il ne p e u t a g ir q u e s u r la p la in te p ré a la b le de l’ad m i­
n is tra tio n .
A r t . 5, — L e ju g e d’in stru c tio n rech erch e, en se c o n fo rm an t a u r
rè g le s g é n é ra le s d u code d’in s tru c tio n crim in elle e t de la loi du 8
d écem b re 1897, s i le m in e u r e s t l’a u te u r cle l ’io fractio n .
Si îe ju g e re n d u n e ordon n an ce de non-lieu, ïe p a rq u e t apprécie
s 'il co n v ien t de s ig n a le r la s itu a tio n du m in eu r a u r services ch arg és
de la p ro te c tio n de l ’e n fan cé e t de îa jeunesse.
S 'il p a r a î t a u c o n tra ire , q u e le m in eu r e s t l’a u te u r d ’u n f a i t qualifié
c rim e ou d é lit, le ju g e d ’in s tru c tio n ré u n it les élém en ts d ’in fo rm atio n
jp io p re s à p e r m e ttr e d ’a p p ré c ie r s ’il y a p o ssib ilité de re n d re le
m in e u r à s a fam ille.
A r t . 6. — L 'in stru c tio n des crim es ou dea déiita d an s lesquels sont
im p liq u és un m in e u r da d iz -h u lt an s e t des co -au teu rs ou com plices
p lu s âgâ-5 e s t f a ite p a r Le m êm e ju g e d 'in stru c tio n .
L es co-inictïlpés o u com plices m a je u rs sont, on cag de p o u rsu ite,
renvoyés d e v a n t la ju rid ic tio n com pétente su iv a n t Je d ro it com m un.
Pour
posées
le
par
m in e u r,
l ’i n s t r u c t i o n
e s t s u iv ie c o n fo rm é m e n t e u e
rè g le 3
le s a rtic le s p r é c é d e n t s .
A bt . 7. — L ’in s tru c tio n achevée, le m in eu r c o m p arait, à la diligence
d u P ro c u re u r d e ïa R épublique, d e v a n t la C h am b re d u C onseil d u T ri­
b u n a l civil.
'
L a C h a m b re d o C onseil s ta tu e à. h u is clos a p rè s a v o ir en ten d u le
m in e u r, le s tém oins, les p a re n ts, ïe tu te u r ou la perso n n e c h a rg é s de
la g ïird e d u d it m in eu r, ïe m in is tè re public, le d éfen seu r et, s’il y
lieu, le ju g e d ’in stru c tio n .
A r t , g- —
L a C h am b re d u C onseil ex am in e ai t e p ré te n tio n e st
é ta b lie .
Etane la négntive, elle pronooce relaxe. En c e eae, îo parquet app?4-
18 8
CODE PÉNITENTIAIRE
cie s ’il co nv ient de s ig n a le r la s itu a tio n d u m in e u r a u x service*
C hargés de l a p ro te c tio n de l'e n fa n c e e t de la jeunesse.
D an s l'affirm ativ e, la C h am b re du C onseil f a i t p ro céd er, si all«
l ’estim e n écessaire, à l'e n q u ê te p ré v u e a u p a ra g ra p h e ' 2 de l ’a rtic le 4
ci-dessus e t décide s o it la rem ise du m in e u r à ses p a re n ts ou à la
perso n n e q u i en a v a it l a g ard e, s o it le renvoi de l’a ffa ire a u T rib u n a l
p o u r e n fa n ts e t adolescents.
- L o rsq u e le rainieur e s t tfemis à ses p a re n ts o u à- l a p erso n n e qui
en a v a it la ch arge, la C h am b re du C o n se il'p e u t décider qu’il s e ra placé,
^ ju s q u ’à u n âge qui- ne p e u t ex céd er v in g t e t u n ans, sous le régim e
de la lib erté su rv eillée, d an s les co n d itio n s p ré v u e s p a r le s a rtic le s 20
îet s u iv a n ts de la p ré s e n te loi.
L orsque l'a ffa ire e st renvoyée a u T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t adolesicentSs la C h am b re d u C onseil ord o n n e le p lace m en t e t la conduit® ,
im m éd iate d u m in e u r a u C e n tre d 'o b se rv a tio n in s titu é a u p rè s de ce
trib u n a l.
C e tte décision e s t ex écu to ire p a r provision.
A h t . 9. — ' Le m in is tè re p u b lic p e u t in te rje te r appel de la décision
de la C habm bre d u C onseil, s a u f en c a s de ren v o i de l ’a iïa ir e a u T r i­
bunal p o u r e n fa n ts et adolescents.
Les d élais e t co n d itio n s de sig nificatio n de cet appel so n t rég is p a r
ies d isp o sitio n s du code d ’in s tru c tio n crim inelle.
Aux. 10. — L o rsq u e le T rib u n a l poiu- e n fa n ts e t adolescente est saisi
s u r appel d u m in is tè re public, le p ré s id e n t ord o n n e ie 'p la c e m e n t etla co nduite d u m in e u r a u c en tre d ’observation.
D an s to u s les cas il désigne u n ju g e ra p p o rte u r.
C elui-ci f a i t p ro c éd e r à l’en q u ête définie a u p a ra g ra p h e 2 de l’a r t i­
cle 4 ci-dessus, s i celle-ci n 'a p as é té p récéd em m en t ordonnée, ou à
un com plém ent d’enquête, s i la p re m iè re lu i p a r a î t insuffisante, a in s i
q u ’à un exam en m édical e t psychologique du m in eu r.
L orsque la p ro céd u re e st term in ée, le ju g e ra p p o rte u r la (communique
au m in istère public, qui p o rte l’a ffa ire d e v a n t le T rib u n a l p o u r e n fa n ts
e t adolescents. C elui-ci s ta tu e a p rè s a v o ir e n te n d u le ju g e ra p p o rte u r,
le m in istè re public, 3e d éfen seu r, les p a re n ts, tu te u r ou la personne
ch arg ée de la g a rd e du m in e u r a in s i que to u te s p erso n n es dont
l ’a u d itio n lu i p a r a i t n écessaire.
C haque a ffa ire e s t ju g ée sép arém eu t.
L es au diences du T rib u n a l ne so n t p a s publiques. N e p euveut y a ss is­
te r q u e les m em bres a g réés p a r le T rib u n a l des com ités de défense des
e n fa n ts tr a d u its en ju stic e , des so ciétés de p a tro n a g e e t a u tre s in s titu ­
tio n s c h a rita b le s s ’o c c u p an t des e n fa n te a in s i q u e le s délégués â la
lib e rté su rveillée p ré v u s à l ’a rtic le 22 ci-après.
Ak t . 11. — L ’a c tio n civile, en ce q u i concerne le s m in e u rs de dixb u it ans,, ne p e u t ê tre exercée que d e v a n t Jes trib u n a u x civils.
'Toutefois; lorsque la décision e st in te rv en u e su r les fa its reprochés
a u x m ineurs, i a p a r tie civ ile p e u t p o rte r son a c tio n d e v a n t la ju r i­
diction appelée â ju g er les co -au teu rs ou com plices ru a je n rs' D ans
ce cas, le m in e u r ne c o m p a ra ît p a s e n p erso n n e d e v a n t la d ite ju r i­
diction.
A bt . 12. — L a d écision d u T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t adolescents
p e u t ê tr e a tta q u é e p a r voie de reco u rs en c a ssa tio n selon le d ro it
comm un du code d’in stru c tio n crim inelle.
1 9 4 2 . — 3 7 JUILLET
189
E lle n ’e st su scep tib le d ’au cu n e a u tr e voie de recours.
E ïle e st ex écu to ire p a r provision.
A k t . 13. — L a p u b licatio n du com pte re n d u des d éb ats des trib u n a u x
p o u r e n fa n ts e t a d o le s c e n ts ain si que de tous a rtic le s s u r les m in eu rs
p o rsu iv is e st in te rd ite .
Il en e s t de m êm e de la reproduction de tous p o rtra its de ces m ineurs
e t de to u te 'illustration; les concernant.
L es in fra c tio n s à ces d ispositions se ro n t déférées a u x tr ib u n a u x
c o rrectio n n els e t se ro n t pu n ies d ’une am ende de cinq cen ts fr a n c s ù.
cinq m ille fr a n c s (500 à 5.000).
Ces d isp o sitio n s so n t ég ale m en t ap p licab les a u x d éb ats d ev an t la
b h am b re d u conseil p ré v u s a u x a rtic le s 7 e t '8 de Ja p ré se n te loi.
.
T IT R E I I
Tribunal pour enfants et adolescents
A k t . 14. — Le T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t adolescents e st com posé cle
m a g is tra ts spécialisés e t p résid é p a r u n m a g is tra t de co u r d ’appel.
Celui-ci e st a ss isté :
S’il s ’a g it de ju g e r un m in e u r a u te u r d ’u n délit, de d eux m ag is­
t r a t s de - lr* Instance.
S 'il s ’a g it de ju g e r un m in eu r a u te u r d'un crim e, de d eux m agis­
t r a t s de l rB in stan ce e t de deux a ssesseu rs choisis p a rm i les personnes
âg ées de p lu s de tr e n te an s re m p lissa n t en g é n é ra l les conditions d’accès
à la fonction publique e t qui se sont d é jà signalées p a r l’ihtévêt q u ’elles
p o rte n t a u x q u estio n s co n c e rn a n t l'enfance.
L es a sse sse u rs so n t nom m és p a r a r r ê té du G ard e des Sceaux,
M in istre se c ré ta ire d’E ta t à la J u s tic e , p o u r u n e année.
A k t . 15. — L es assesseu rs nouvellem ent nom m és p rê te n t serm en t
d e v a n t la c o u r d’appel. Ils ju r e n t de bien e t fidèlem ent re m p lir leu rs
fo n ctio n s e t de g a rd e r le secret d es délibérations.
S’ils sont, m ain ten u s en fonction sa n s in te rru p tio n , ils n ’ont pas, les
an n ées su iv a n te s ù. ren o u v eler le u r serm ent.
Ils p erço iv en t une in d em n ité d o n t le m o n ta n t e st fixé p a r le décret.
A b t . 16. — L e p a rq u e t du T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t adolescents est
te n u p a r tm av o cat g én éral ou s u b s titu t. au P ro c u re u r g é n é ra l de
co u r d’appel a ss isté d’un o u -p lu sieu rs su b s titu ts .
T IT R E I I I
M esures qui peuvent être prises par le Tribunal
vis-à-vis des mineurs
A r t , 17. — T o u s les m in eu rs de dix-huit an s reconnus a u te u rs
ou com plices d’u n délit ne sonti en principe, l’o b jet que d 'u n e m esure
de p ro tectio n e t de redressem ent.
T o u te fo is p eu v en t ê tr e l'o b jet d’une m esure rép ressiv e d an s les condi­
tio n s p rév u es p a r l'a r tic le 23 de la p résen te loi, les m in eu rs âgés de
■
"
•"
•
'V- .-y-
v '•
~<r+-:s
. v:
’
190
'
CODE PÉHÎTENTIÀIBE
•' i
■■ j
104 3 .
'' .•
/
seize â d ix -h u it a n s a u te u rs d 'u n c rim e ou d ’u n d é lit e t les m in e u rs de
seize an s en « as de crim e seu lem en t, si Je T rib u n a l p o u r' e n fa n ts ®t
adolescents l’estim e nécessaire.
A b t . 1 8 . — L es m esure» de p ro te ctio n e t de re d resse m en t que ie
T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t ad o lescen ts p e u t p re n d re à l’é g a rd d 'u n ■
m in e u r a u te u r d’u n c rim e ou d’u n d é lit s o n t le s su iv a n te s :
•
1° R em ise à. se s p ère, m ère ou tu te u r ou à l a p erso n n e Qui ep a v a it
la g a rd e ;
2° P la c e m e n t chee u n e p erso n n e d ig n e de confiance ou d a n s u n e
oeuvre h a b ilité e ;
.
4° P la c e m e n t d a n s u n in s titu t m édico-pédagogique d 'e n fa n ts a n o r­
m a u x ou a rr ié ré s ;
•
6" P lacem en t d a n s u n e colonie p é n ite n tia ire c o rre c tlv e d u M inis­
tè re de la Ju stice .
L a d u ré e de ces placement® ras p e u t d é p asser l’époque ofi le m in e u r
a u ra a tte in t l’à è e d e v in g t « t u n ans.
L orsque le T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t ad o lescen ts ordonne i a rem ise
de l'e n fa n t so it î\ ' se» p a re n ts ou tu te u r, so it à nne p erso n n e !o u à u n e
in s titu tio n c h a rita b le , il p e u t décider, e a o u tre, q u e le m in e u r se ra
p la c é ju s q u 'à l'â g e de v in g t e t u n an s a u p lu s gous le rég im e de la
lib e rté surveillée.
'
•;
>
^
A r t . 1 9 . — D a n s to u ® l e s c a s a u t r e s q u e c e l u i o ù î e m i n e u r e s t
re m is â s e s p è re , m è re , tu te u r o u
l a p e rs o n n e q u i en a v a it l a g a rd e ,
l e j u g e m e n t d é t e r m i n e l a p a r t d e s f r a i s d 'e n t r e t i e n e t d e p l a c e m e n t
q u i e s t m is e k l a c h a r g e d e i a f a m ille .
Ces f r a is so n t re co u v rés comm e fr a is de ju s tic e crim inelle.
A r t . 2 0 . — L a su rv e illan c e d u m in e u r p la c é sous ie rég im e cle l a
lib e rté su rv eillée p a r ap p lica tio n d es a rtic le s 8 ,1 8 , e t 24 d e Ja p résen te
loi e st exercée p a r des délégués à l a lib e rté su rv eillée ch o isis p a rm i
le s p erso n n es de l’un ou de l ’a u tre sexs, âg ées de p lu s de tr e n te ans,
de n a tio n a lité fra n ç a ise , p résen té e s à l ’a g ré m e n t d u G ard e des Sceaux,
M in istre s e c ré ta ire d 'E ta t à ia ,' Justice, -p a r Jes P ré sid e n ts des T r i­
b u n a u x p o u r e n fa n ts e t adolescents.
D an s chaq u e a ffa ire, le délégué e st désigné so it im m é d ia tem en t p a r
le jugem ent, so.it u lté rie u re m e n t p a r u n e O rdonnance d u p résid en t.
. L es fr a is d e tr a n s p o rt des délégués à îa lib e rté su rv e illé e sont
payés comm e f r a is d e ju s tic e crim inelle.
L es re p ré se n ta n ts q u alifiés des œ u v res p riv ée s h a b ilité e s au x q u elles
ont é té confiés des m in e u rs peu v en t ê tr e nommée, à l ’é g a r d de ces
m in eu rs délégués à îa lib e rté su rv eillée sa n s .q u ’ils p u is se n t p ré te n d re
de ce ch e f a u rem b o u rsem en t p a r l 'E t a t de le u r s f r a is d e tra n s p o rts .
L e P ré s id e n t du T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t ad o lescen ts désigne p a rm i
le s délégués â la, lib e rté surveillé© dm r a s s o r t c&tsz q n iv gous son
a u to rité , « sro n t c h arg ée de d irig e r, coordonner efc c o n trô le r l'a c tiv ité
d e s m è g o è s.
37
JU IL L S T
A b t. 21. — Si le noinéu? a’e n f a i t d u îieu où il e s t p lacé p a r décision
Ju d iciaire, îe P ré s id e n t de la ju rid ic tio n qui a s ta tu é ordonne la
re c h erc h e d u m in eu r, son a îî e s t a ti o a e t sa co n d u ite d a n s u n ce n tre
d’o bservation. D an s le s v in g t-q u atre heures, le P ré sid e n t du T rib u n al,
p o u r e n fa n ts e t ad o lescen ts,ap rès a v o ir in te rro g é .l’e n fa n t, confirm e le
p laceîiien t a n té rie u r si celui-ci a été ordonné p a r le T rib u n a l pour
e n fa n ts e t ad olescents e t 3’iî estim e q u ’il n ’y a p a s lie u de le m odifier.
Dazls le c a s 'contraire, ii sa isit le T rib u n a l ifour e n fa n ts s i adolescents.
A r t . 2 2 . — E n ca s d e m au v aise conduite, de péri! m oral ou d 'e n tr a v e .
ap p o rté s à la su rv eillan ce -d’un n d n e a ? p lacé sous le régim e de la
lib e rté su rv eillée ou confié ù uno œ uvre p riv ée h a b ilitée, le P ré sid e n t
de la ju rid ic tio n qui a s ta tu é p e u t s o it d ’office, so it à îa dem ande
d u p a rq u e t ou d u délégué, ordonner le renvoi de l ’a ffa ire a u T rib u n a l
p o u r e n fa n ts e t ad o lescen ts e t p ren d re, p a r provision, l ’u n e des m esures
én u m érées à l’a rtic le 4 dé la p résen te loi.
L e trib u n a l p e u t, & to u t m om ent, m odifier le placem ent de l ’en fan t.
3° P la c e m e n t d a n s u n e in s titu tio n re le v a n t du s e c r é ta ria t d’E ta t
à la S anté, d u S e c ré ta ria t d 'E ta t à l ’E d u c a tio n n a tio n a le ou d u Com­
m is s a r ia t g én éra l à la fa m ille ;
5° P la c e m e n t d a n s u n e in s titu tio n p u b liq u e d’é d u catio n su rv e illée
du M in istère de l a J u s tic e ;
—
,
■
i:
fi
'; -!S '.'■
' S Ë t :v
A b t . 23, — Lee m lneurg âgée de se-lse à d ix -h u it a n s a u te u rs d ’u n
c rim e ou d 'u n d é lit p eu v en t £ tre condam nés a u x m êm es -peines que
le s m ajeu re. D an s ce cas, ces p ein es so n t accom plies d an s les étab lis­
se m en ts p é n ite n tia ire s.
L es m in e u rs de seize a n s convaincus d 'u n c rim e peu v en t ê tr e con­
d am n és d a n s les conditions ci-aprè3 :
S’ils o n t encouru la pein e des tr a v a u x fo rcés à tem ps, de l a déten ­
tio n ou de la réclusion, ils se ro n t condam nés à u n e pein e d 'em prison­
n e m e n t d’u n e d u ré e ég ale a u tie rs a u m o in s e t à la m o itié a u p lu s
de la d u ré e des p ein es applicables a u x m ajeu rs.
C et e m p riso n n em en t e st su b i d an s u n q u a rtie r spécial d’ur.e colonie
c o rre c tlv e ju sq u ’à l ’âge de d ix -h u it a n s d an s u n E ta b lissem en t p éni­
te n tia ire à p a r t i r de d ix -h u it ans. L e condam né p o u rr a cepen­
d a n t, s ’il donne des gages sé rie u x d 'am endem ent, ê tr e m ain ten u p a r
d écision d u G a rd e des S ceaux d a n s u n e colonie co rrectlv e, san s
q u 'il p u isse y d em eu rer au -d elà de l ’â g e de 21 ans.
D a n s to u s Ira cas, il p e u t îe u r ê tr e f a i t défen se de p a r a îtr e p e n d a n t
cin q a n s a u m oins e t d i s a n s a u p lu s d a n s ie s lie u x d o n t l ’in te rd ic tio n
le u r e st signifiée p a r i'a u to rité publique.
\
A k t , 24. — L es m in e u rs âgés de 16 à 18 a n s -sont 'soum is a u d ro it
com m un en m a tiè re de co ntraventions.
L es c o n trav en tio n s com m ises p a r les m in eu rs de 16 a n s so n t déférées
a u T rib u n a l de eim ple police siég ean t h o rs da la présen ce d u public,
le m in e u r, les p a re n ts, îe tu te u r ou la perso n n e ch arg ée de Ja g ard e
d u m in e u r appelés ou entendus.
S i la c o n trav en tio n e st établie, le ju g e n e p e u t prononcer contre
le m in e u r d ’a u tr e p ein e q u e celle de l ’am en d e p rév u e p a r la loi. I l
a d re sse , en o u tre, u n e ré p rim a n d e a u m in e u r e t des observations
a u x p a re n ts, a u tu te u r ou à la perso n n e c h a rg é e de la g a rd e e t les
a v e tt it des conséquences de îe u r récidive. I l en f a i t m ention s u r u n .
re g is tre spécial.
‘ .
E n ' c a s d e récidive, au x te rm e s de l ’a rtic le 488 du Code pénal, le
m in eu r e s t tr a d u it d ev an t la C ham bre du Conseil d u T rib u n a l civil
q u i prononce l ’am ende e t apprécie, to u t en re m e tta n t le ,m in e u r à sa
fa m ille, s ’il y a lie u de le p lacer sous le .régime de la lib e rté s u r­
veillée.
192
CODE PÉNITENTIAIRE
A rt . 25. — T o u te m esu re p rise à l ’é g a rd d ’u n m in e u r p a r a p p licatio n
des a rtic le s S, 18, 23 e t 24 de la p ré se n te lo i f a i t l’o b jet d 'u n b u lle tin
q u i e s t c la s sé a u c a sie r ju d ic ia ire .
T outefois, ii n ’en , p e u t ê tr e f a i t m en tio n que s u r le s b u lletin s déli­
v rés a n s m a g is tra ts e t a u P ré f e t de P olice à P a ris.
T IT R E IV
Etablissem ents d’éducation surveillée
26. — L es étab lisse m en ts d ’éd u catio n su rv eillée a d m in istré s
p a r le S e c ré ta ria t d ’E t a t à la J u s tic e so n t :
A rt.
1° Les cen tres d 'o b serv atio n ;
2 Ü Les in s titu tio n s p ubliques d ’éd u catio n su rv eillée ;
3° L es colonies eorrectives.
C'entres d1observation
A r t . 27. — I i e st créé a u p rè s de chaque tr ib u n a l p o u r e n ta n ts
e t ad o lescen ts u n c e n tre d’observation.L es c e n tre s d 'o b serv atio n reço iv en t e t g a rd e n t ju s q u ’à ce q u 'il so it
s ta tu é définitivem en t à le u r ég ard , les m in e u rs q u i le u r so n t confiés
d an s les co n d itio n s fixées a u x a rtic le s 8, 10 e t 21 de la p résen te
loi.
Les m in eu rs y sont soum is, p a r to u tes m éthodes ap p ro p riées, à u n
exam en p o rta n t n o ta m m e n t s u r le u r é ta t p h y siq u e, in tellectu el e t
m oral e t su r le u rs a p titu d e s professionnelles. L es o b serv atio n s ainsi
receuiîlies so n t tra n sm ise s a u tr ib u n a l p o u r e n fa n ts e t adolescents.
L es cen tres..# o b se rv a tio n d o n t la cré atio n est p rév u e p a r j £ . présent.
a rtic le p o u rro n t ê tr e u tilisé s p a r le S e c ré ta ria t g é n é ra l' à la F am ille.
L es c e n tre s d 'o b se rv a tio n contrôlés p a r le C o m m issariat gén éral à la
■. F a m ille p o u rro n t ê tre u tilisé s p a r le S e c ré ta ria t d ’E ia t à la Ju stic e.
In s titu tio n s p ubliques d ’éduontion surveillée
Ar t . 28. — L e s -in s titu tio n s publiques d’E d u ca tio n su rv e illée se
p ro p o sen t d’a ss u re r..lè ~ re lè v e m e n t. m o ral des m in e u rs qu i le u r so n t
confiés p a r u n régim e c o m p o rta n t n o tam m e n t l’éd u catio n m o rale e t
■physique, u n com plém ent d 'in s tru c tio n g én érale e t l’a p p ren tissa g e d’un
ntétiB rr-L ’éd u catio u relig ieu se e st assu ré e selo n le iculte d’origine.
. A y a n t J a .d a te p ré v u e p o u r îe u r lib ératio n , les p u p illes d o n t l’am en ­
dem ent e t la fo rm a tio n p r o f e s s i o n n e l so n t reco n n u s suffisants p eu v en t
être_ s u r décision d u G ard e des S ceaux, M in istre secrétaire. d ’E ta t à
. la J u s tic e :
Placé* à gages chez les c u ltiv a te u rs, a rtis a n s r u r a u x ou a u tre s
p a rtic u lie rs ; '
'
• E nvoyés d a n s u n e in s titu tio n re le v a n t du s e c ré ta ria t d ’E ta t à
' Ia_ Szmté, d u S e c ré ta ria t d ’E ta t à l’E d u ca tio n n a tio n a le ou du Com m is­
s a ria t' g én éral à la F a m ille ;
'
M is en lib é ra tio n d ’ép reu v e ;
OU a u ïô risé s à c o n tra c te r u n en g ag em en t d an s l ’arm ée.
■Toutes ces m esures, s a u f la d ern ière, so n t révocables en c a s de
1942. —
2 7 JU ILL ET
193
m a u v a ise c o n d u ite d e . l’ancien p u p ille a r a n t q u ’il a i t a tte in t sa
m a jo rité civile.
Colonies corrçotive*
A b t . 29. — I l e x is te u n e colonie correctlve p o u r ies pupük-s de
ch aq u e sexe.
,Les colonies eo rrectiv es reçoivent :
1° D es m in eu rs d élin q u an ts qui le u r so n t confiés p a r jugem ent du
T rib u n a l p o u r e n fa n ts e t adolescents ;
2° L es p u p illes des in s titu tio n s publiques d’éd u catio n su rveillée
exclus de ces é ta b lisem eu ts p a r décision du G ard e des Sceaux, M in istre
s e c ré ta ire d’E ta t à la Ju stice, en ra iso n de le u r m au v aise conduite
ou de le u r p erv ersité.
L es p u p illes y so n t soum is à une fe rm e discipline e t reçoivent une
fo rm atio n m o rale e t professionnelle.
A rt . 30. — L es p u p illes affectés à u n e colonie correctlve. y re s te n t
ju s q u ’à le u r m a jo rité. T outefois, c e u x qui, ap rè s un s é jo u r d’un a n
a u m o in s p ré s e n te n t des sig n es sé rieu x d ’am endem ent p euvent, su r
décisipn d u G arde des Sceaux, M in istre s e c ré ta ire d’E ta t à la Ju stice,
ê tre renvoyés dans u n e in s titu tio n pub liq u e d ’éducation, surveillée.
Œ vv-res privées
A rt . 31. — T o u te personne e t to n te œ uvre, m êm e reco n n u e d ’u tilité
publique, s ’o ffra n t à re c u e illir d ’u n e façon h a b itu e lle des m in eu rs en
ap p lic atio n de îa p ré se n te loi, doivent, in d épendam m ent des o b ligations
qu i le u r so n t im posées p a r la loi d u 14 ju ille t 1933, o b ten ir du G arde
des S ceau x .M inistre s e c ré ta ire d 'E ta t à la Ju stice, u n e h a b ilita tio n
sp éciale d a u s des con ditions qui se ro n t fixées p a r un a r r ê té du M inis­
tre.
C e tte d isp o sitiou e s t ég ale m en t applicable a u x personnes e t a u x
œ u v res e x e rç a n t, dès à p résen t. le u r a c tiv ité a u ti tr e de la loi du
22 ju ille t 1912.
A r t . 32. — L es d isp o sitio n s du p a ra g ra p h e 2 de l'a rtic le 2S de la
p ré se n te lo i so n t applicables a u x m in eu rs confiés a u x œ u v res privées.
A r t . 33. — L es in stitu tio n s publiques e t p riv ées de red ressem en t
d e l'en fan ce d élin q u an te ,re le v a u t d u s e c r é ta ria t d 'E ta t à la Ju stice,
so n t soum ises à la su rv eillan ce des p ré sid e n ts e t des p ro c u re u rs p rès
le s T rib u n a u x p our e n fa n ts e t adolescents ou des m a g is tra ts p a r eux
délégués e t des d ire c te u rs des cen tres d'observatiou.
T IT R E V •
D ispositions diverses
A r t . 34. — U n règ lem en t d’a d m in is tra tio n pub liq u e d éte rm in e ra ie siège, le re s s o rt e t l’o rg an isatio n des trib u n a u x pour e n fa n ts e t ad o ­
lescents, îe ta r i f ap p licab le a n rem boursem ent des fr a is de tr a n s p o rt
des délégués à la lib e rté surveillée, les conditions dans lesquelles
s e ra su p p o rtée la ch a rg e des f r a is de sé jo u r dans les h ô p ita u x des
194
a»D* r^ tia an m iO E »
4 6 4 2 . — ' 8 0 JU IL L E T
m in eu re a y a n t f a i t l'o b je t d 'u s è flea lûâRurçs
p lace m en t prévisses
p a r ïes a rtic le s préc&S&ate e t to u te s autre® m o d a lité s d ’a p p licatio n
de 3a préssnfce loi.
U n d é c re t â x e r a îa d a te à laquelle, lsi présent© lo i e n tr e r a e n r i ­
gueur,
A r t . 85. — S o n t ab ro gés -es a rtic le s 66, 67, 68 e t «8 du code pén al,
là loi d u 5 a o û t 1850, 3a lo i dn 22 ju ille t 1912 s u r le s trib u n a u x
p o u r e n fa n ts e t adolescent» e t la lib e rté su rv e in é e ,' com plétés p a r
ies lo is des 22. fé v rie r 1021, 26 m a rs 1»27 e t 30 m a rs 1928 et, d ’une
m a n iè re générale, to u te s le s d isp o sitio n s c o n tra ire s à la p ré se n te JoL
A k t. 36, — ~L& p ré s e n t d écret s e ra p u b lié a n Jo u rn a l Officiel cle l ’E ta t
f ra n ç a is e t exécu té com m e loi de l 'E t a t
F a i t â V ichy, 1e 2? ju ille t 1942,
P h . P É T A IN
P a r le M aréchal de F ra n c e , C h ef de l ’E t a t fr a n ç a is :
L e G arde des S cea u x,
M in istre secréta ire d ’E ta t à ia Ju stic e,
Jo ssp h BARTHÉLÉMY
L e M in istre secrétaire d ’E ta t a u x F inancée,
P ie r re G i t h a l à
L e secréta ire jt’E io t à la Bonté,
R ay m o n d O basset
L e M in istre secréta ire .d 'E td t
’ ù V E ducation natio n a le,
195
n o u v elle lo i e t u n no u v el a r r ê té e n d a te d u 27 Ju ia 1942 (J. O. du
11 Ju illet) v ie n n e n t de m odifier le régim e a n té rie u r. E n outre, une
c irc u la ire du 3 ju in 1942 N° 1.336/V a é té a d re s sé e à M essieu rs les
P ré f e ts p a r le s e c ré ta ire d ’E ta t à la P ro d u ctio n in d u s trie lle (D irec­
t i o n d u C om m erce in té rie u r - S ervice d u ra tio n n e m e n t tex tile) p our
le u r co m m en ter la nouvelle lo i e t îe nouvel a rrê té .
j6.
—■ H a b ille m e n t d «t personnel de surveillance.
1° F*emise de p o in ts de la ca rte de v ê te m e n ts e t a rticles ieæ tües
■par le personnel de surveillance. - L e p rélèv em en t d e 3 p o in ts p a r m ois
p re s c rit p a r l'a r tic le 3 de l'a r r ê té d u 18 ju in 1941 e st supprim é. E u
conséquence, voua n e devre* d em an d e r a u p ersonnel de su rv eillan ce
l a re m ise d ’au cu n p o in t s u r s a n o uvelle c a r te tex tile.
2° R e m ise des e ffe ts usagés p a r le personnel. — C e tte obligation
e st, n o n seu lem en t m ain ten u e, m ais ren d u e p lu s s tric te . L ’a rtic îe 45
d u nouvel a r r ê té spécifle : < L es A d m in istratio n s se ro n t com ptables
vis-à-vis d u s e c ré ta ire d’E ta t à )a P ro d u ctio n in d u strielle... L es vête­
m e n ts u sag és se ro n t recu eillis e t re m is a u Secours N a tio n a l qui déli­
v re ra e n éch an g e u n récépissé m en tio n n a n t le nom bre de v êtem en ts
rem is... Les récépissés se ro n t envoyés au R é p a rtite u r p a r les A dm inis­
tr a tio n s d a n s les tr o is m ois qui s u iv ro n t la liv ra iso n des vêtem ents
neufs... ».
< D a n s ïe ca s où îe nom bre req u is d e v êtem en ts u sag és ne sera
p a s rem is d an s le d élai p re s c rit, le I ié p a r tite u r p o u rr a ordonner la
su p p re ssio n des fa b ric a tio n s p rév u es a u 'program m e.
3° P re m iè re m ise d 'éq u ip em en t deg n o u v e a u x aç/entç. — L ’a rtic le 35
d u nouvel a r r ê té spécifie q u e p a r d éro g atio n a u x d ispositions qui
p récèd en t, en ca s d ’em bauchage, des u n ifo rm e s n eu fs p o u rro n t ê tr e
d é liv ré s s a n s rem ise d’u n ifo rm es usagés sons ré serv e de c e rtain es
ju stific a tio n s, qui se ro n t p récisées p a r u n e c irc u la ire du se c ré ta ire
d E te t à la P ro d u ctio n in d u strie lle .
Abel BoirsiBD
L e vice-A m ira l, secrétaire d ’E ta t
auprès d‘ü <0he<f ilv G ouvernem ent,
délégué à H. F am ille,
A1 PLATOK
•30 ju ille t 1942. — N o ie p o u r M essieurs les d irecteu rs des services
extérieur!} re la tiv e à l'h a b ille m e n t 'du personnel de su rveilla n ce
e t des détenus.
P a r in s tru c tio n N° 37 de V ichy, le 10 octoble 1941, je v ous al f a it
co n n a ître com m ent l ’a r r ê té du 18 ju in 1941 (J . O. d u 24 ju in ) â z a n t
les conditions d u p l i c a t i o n de la lo i d u 17 ju in re la tiv e a u régim e
pro v iso ire de la v en te des a rtic le s te x tile s ù. u sag e v e stim e n ta ire e t
dom estique s e r a it ap p liq u é ,;ù l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire . U ne
■4° R e n o u v e lle m e n t des effets. — L a d u rée de prin cip e des effets fixée
p a r m on in s tru c tio n N° 87 du 10 octobre 1941 e s t m aintenue.
B . — Couchage e t h a b illem en t des détenus.
Xï e s t ex p licitem en t in d iq u é d an s îa circ u la ire dxi 3 ju in ad ressée
a u x P ré f e ts p a r le ' s e c ré ta ire d ’E ta t à la P ro d u ctio n in d u s trie lle
(a n n e x e X) q u e le s besoins en a rtic le s te x tile s de l’A d m in istra tio n pé­
n ite n tia ir e s a tis f a its en 1942 s u r p ro g ram m e de fa b ric a tio n so n t
seu le m e n t ïe s s u iv a n ts :
- u n ifo rm e s de su rv e iila n ts }
- couiehage e t v êtem en ts de dessus des défcenna.
E n conséquence, les a u tre s besoins, p a rtic u liè re m e n t les besoins en
linge de co rp s, e t de m aison, d oivent ê tr e s a tis f a its su iv a n t les fo rm a ­
lité s in d iq u ées a u ti tr e l ï ï de c e tte c irc u la ire c’est-à -d ire p lu s précisénqent (p , 14) a u m oyen de bons d’a c h a t d éliv rés pas5 ïes P ré f e ts dans
la lim ite d es co n tin g en ts de p o in ts q u i Je a r so n t a ttrib u é s p o u r les
b eso in s co llectifs.
;
L e o f c e / <3a» P .bureau, '
G IL Q U IN
196
CODE PÉNITENTIAIRE
1042. —
3 1 JU ILL ET
'
197
30 ju ille t 1942. — N o t e p o u r M essieu rs les d irecteu rs de circonscrip­
tions p én iten tia ire s e t des cen tres p é n ite n tia ire s île V ü len eu vc-8 a in tGeorges, lla u te v ilîe e t H auts-C los concernant la p rio rité rie l’ad m i­
n is tra tio n des F o rêts su r les ch a n tie rs fo restiers.
L es c h a n tie rs a u tr e s que fo re s tie rs e x is ta n t actu e llem en t se ro n t
co n serv és av ec le u rs effectifs n o rm a u x m ais, ne d e v ro n t p a s ê tr e
développés.
J 'a i l'h o n n eu r de t o u s fa ire c o n n a ître -q u e M onsieur le D ire c te u r
g é n é ra l des E a u x e t F o rê ts d u M in istè re de l’A g ric u ltu re ch enchaut
à développer a u m axim um la p ro d u ctio n des bois de m ine m ’a dem andé
d an s ce b u t de ré s e rv e r la p ré fére n ce & so n a d m in is tra tio n p o u r to u te
la m ain -d ’œ uvre p é n a le disponible.
E ta n t donné l ’in té rê t n a tio n a l de c e tte p ro d u ctio n , j ’a i n a tu re lle m e n t
acquiescé à. sa dem ande.
E u conséquence le s disp o sitio n s su iv a n te s c o n c e rn a n t d ’u n e p a r t
les n o u v eau x c h a n tie rs e t d 'a u tr e p a r t le s c h a n tie rs e x is ta n ts se ro n t
im m éd iatem en t ap p liq u ées :
Copie de la p ré se n te .circu laire e st ad ressée Ct M onsieur îe D ire c te u r
g é n é ra l des E a u x e t F ô rets.
:
L e c h e f d u T bureau,
N o u vea u x ch an tiers. — L 'A d m in istra tio n des F ô re ts a l ’in ten tio n
d ’o u v rir b ien tô t e t d 'e x p lo ite r elle-m êm e, en rég ie d irecte, assez de
c h a n tie rs n o u v eau x p o u r u tilis e r to u te la m ain d ’œ uvre p én ale dispo­
nible en zone occupée. U n p ro g ram m e m e se ra tra n sm is p ro c h a in e ­
m en t p a r la D irectio n g én érale d es F ô re ts : je vous Je com m uniquerai
au ssitô t.
D ans le cas où (les c o n se rv ate u rs des F o rê ts v ous a d re s se ra ie n t
d irectem en t des dem andes de d éten u s ,vou a u rie z à m e les sig n a le r
pour que je puisse en fe n d re com pte à la D irectio n g én érale des
F o rêts. T o u tefo is p o u r é v ite r to u t r e ta rd vojis devrez, a u s s itô t é tu d ie r
avec eu x ies con d itio ns d 'o u v e rtu re des n o u v eau x c h a n tie rs d em an ­
dés p a r eux. V ous le u r com m uniquerez la p ré se n te c irc u la ire . Vous
tr a n s m e ttre z p o u r su ite à d o n n er a u x c o n serv a teu rs des F o rê ts in té­
ressés les dem andes de d éte n u s q u i v ous se ro n t fa ite s d o ré n a v a n t p a r
des p a rtic u lie rs p o u r des e x p lo itatio n s fo re stiè re . V ous m ’en' ren d rez
com pte égalem ent (2° B u reau ) e t vous rép o n d rez ft l’e x p lo ita n t que
sa dem ande a é té tra n sm ise • à l’A d m iu istra tio n des F o rê ts qui a la
p rio rité s u r la m ain-d’œ uvre pénale.
P o u r le m êm e m otif, vous rép o n d rez p a r un re fu s h to u te s dem andes
qu i vous s e ra ie n t a d re ssé e s p o u r to u t a u tr e o b je t que p o u r des
e x p lo ita tio n s fo restière s, te ls que : tr a v a u x agricoles, publics, to u r­
bières. Vous m e Jes tra n sm e ttre z to u t de m êm e (2e B u rea u ) pour
in fo rm atio n . E x ce p tio n se ra fa ite seu lem en t eu fa v e u r des t r a ­
v a u x de c h a n tie rs e x té rie u rs (fo re stie rs, ag rico les ou a u tre s)-e x p lo ité s
en régie d irecte p a r l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t d a n s son seul
in térêt.
CJumti&'s e x is ta n ts. — P a r c o u rrie r de ce jo u r, j ’envoie ù M onsieur
le D ire c te u r g é n é ra l des F O rets la liste des c h a n tie rs fo re stie rs ex is­
ta n ts afin q u ’îl pu isse, a u besoin, jes sig n a le r a u x co n se rv ate u rs
intéressés. Ceux-ci p o u rro n t im poser à chaque c h a n tie r un m inim um
de p roduction de bois de m in e lequel se ra p o rté à v o tre connaissance.
Le s u rv e illa n t, ch ef de chaque c h a n tie r d e v ra v érifier qne teette
im position e st bien respectée. Si tile r<e l'é ta it pas, vous auriez, a u ssitô t
à s ig n a le r,le f a i t an c o n se rv a te u r e t s u r sim ple d em an d e dé sa p a r t
k notifier -âi’e x p iü îta n t son ob lig atio n de re sp e c te r ^'Im p o sitio n sous
p ein e de r e t r a i t im m éd iat de la m ain d ’œ uvre p é n a le m ise â sa
disposition.
.
G IL Q U IN
81 ju ille t 1942. — N o tjï pour M essieu rs les directeurs des services
extérieu rs, rela tiv e a u re cru tem en t du personnel dans V A dm inis­
tr a tio n p én iten tia ire.
E n p résen ce de l a s itu a tio n critiq u e que crée d an s les Services p én i­
te n tia ire s l’iusuiïisanee en nom bre du personnel, des au g m en tatio n s
sensibles d’ette c tifs so n t â p rév o ir d a n s u n proche avenir.
I l co nvient de se p ré p a re r, dès m a in te n a n t, à ê tr e en m esu re de
p o u rv o ir de titu la ir e s les em plois qui se ro n t créés.
J e vous d em ande donc de vous em ployer activ em en t â su sc ite r des
c a n d id a tu re s nouvelles en au ssi g ra n d nom bre q u e possible.
J e vous ra p p e lle les term es de l ’a rr ê té du 15 m ai 1042 qui a fixé â
1 m , 65 la ta ille exigée des s u rv e illa n ts e t c e u x de la loi re la tiv e a u
rec u l de la lim ite d'flge d ’ad m issio n d an s Les ca d re s d o n t les d isp o si­
tio n s o n t é té p o rtées à v o tre co n naissance p a r n ote dn 25 ju iu dernier.
J e vous indique, en o u tre, q u 'u n té x te se ra p ro ch ain em en t p ublié qui
d isp e n se ra de 3a co ndition du c e rtific a t d ’étu d e s p rim a ire s les c an ­
d id a ts â re m p lo i de su rv e illa n t qui a u ro n t s a tis f a it a u x épreuves
d ’u n e x am e n subi au siège de 3a circonscription.
J e su is, d 'a u tr e p a rt, d ésire u x de fa ire la rg èm en t appel a u x c an d id a ts
p o u rv u s de diplôm es de re n seig n em en t su p érieu r, secondaire .et p ri­
m a ire su p é rie u r au x q u els se ro n t offertes, e n raiso n m êm e de l'accro is­
se m e n t des cadres, des p o ssib ilités nouvelles de ^ a rriè re .
J ’a tta c h e le p lu s g ra n d p r ix t\ ce que vous vous efforciez d’ob ten ir
des ré s u lta ts app réciab les d a n s ce dom aine. P récisém en t p eu t-être
p arce q u e îe fo n ctiounenient de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire se
h e u rte p ré se n tem eu t îi d 'innom brables e t g rav es difficultés, l ’occasion
•se p ré se n te de lu i re n d re la p lace qui lu i r e v ie n t Ce r é s u lta t dépend
d ’a'bord de l’afflux m a s sif de je u n e s hom m es de bonne volonté, de
sa v o ir e t de d iscipline. L e p lu s sû r m oyen de l’a tte in d re e st de reco u rir
à vous, D ire c te u rs de C irconscriptions p é n ite n tia ire s, le u rs aînés, de­
p u is longtem ps fo rm és â la technique p é n ite u tia ire p our f a ir e co n n aître
e t p o u r fa ire aimer- ce m étier.
x
J e vous c h a rg e donc de to u t m e ttre en œ uvre p ç u r p rovoquer un
fo r t c o u ra n t de rè c ru te m e a t. D aus ce b u t, il m ’a p p a ra ît que vous
p o u rre z u tile m e n t vous te n ir en ra p p o rt avec les d ifféren tes a u to rité s
e t le s d iffé re n ts org an ism es civ ils e t m ilita ire s de v o tre circonscription
(b u re a u x de la Place, C h a n tie rs de jeunesse, C hefs scouts, octrois,
services de l ’In sp ectio n d u T ra v a il e t Offices de placem ent, D oyens
des F a c u lté s de d ro it, In sp e c te u r d’A cadém ie, M em bres de ren seig n e­
m en t des d iv ers degrés...).
198
'
CODE PÉNITENTIAIRE
1942. — 22 AOUT
L a ré a lisa tio n de vos e ffo rts se tr a d u ir a p a r la c o n stitu tio n ; de'
dossiers nom breu x de c a n d id a tu re s . T o u s ceux que t o u s a u rez ré u ssi
ù é ta b lir d ev ro n t m ’ê tr e tra n s m is ie p lu s rap id em e n t p o ssib le de façon
que je m e tro u v e e n m esu re de p rocéder, sa n s re ta rd , a u x p rem iè res
nom inations.
J oskph B A R T H É L ÉM Y
2 a o û t 1942. — N o t e de aerviee p our M essieu rs les directeur» des
services e x té rie u rs re la tiv e à V exam en à fa ire g u b iz.a a x su rv e illa n ts
au xilia ires non p o u rv u s d u certifica t d 'études.
U n d é c re t d u '11 ju ille t 3942 p u b lié a u Jo u rn a l Officiel d u 2 a o û t
1942 p r é v o it'g u e p o u rro n t 'ê tre nom m és su rv e illa n te s ta g ia ire s des
E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s ies c a n d id a ts qui, ne p o ssé d a n t p as le
c e rtific a t d’étu d e s p rim a ires, a u ro o t s a tis f a it a u x ép reu v es d 'u n ex am en
d ’entrée.
U n a rr ê té du S i ju ille t 1942 ég ale m en t p u b lié a u J o u rn a l Officiel
d u 2 a o û t 1942 décide que cet ex am en se ra o rg an isé p ério d iq u em en t
a u siège de chaq u e C irco n scrip tio n p é n ite n tia ire e t fixe la n a tu r e des
épreuves.
-,
Jes vous p rie, en co n fo rm ité de ces tex te s, de bien v o u lo ir o rg a n ise r,
a u siège de v o tre D irection, d a n s le p lu s b re f d é lai possible, u n ex am en
p o n r les su rv e illa n ts a u x ilia ire s en serv ice d a n s u n E ta b lis s e m e n t r e le ­
v a n t de v o tre a u to r ité q u i ne p o ssèd en t p a s le c e rtific a t d ’étu d es
p rim a ire s m a is re m p lisse n t ïe s a u tre s co n d itio n s ré g le m e n ta ire s poux
accéder d an s le c a d re no rm al.
V ous v eillerez vous-m ém e à ce q u e les ép reu v es ee p a sse n t avec
to u te i a ré g u la rité d é sira b le e t voue m ’ad re sse rez e n su ite le s copies
de cliaquet c a n d id a t avec v o tre avis.
J ’a jo u te que to u te lib e rté v ous e st laissée p o u r o rg a n ise r, d an s
l’av en ir, chaq u e session d ’e x am e n à in te rv a lle p lu s ou m oins éloigné,
s u iv a n t vos besoins en personnel.
L e D irecteur, de l'A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de l’E d u c a tio n surveillée,
CON TAN CIN
20 a o û t 1942. — C i k c u x a i b b 4 M essieu rs les ch efs de* cours d’appe},
à M essieurs le p ré fe ts des d ép a rtem en ts, à M essieu rs les d irecteu rs
dos ciraonsoriptions p é n ite n tia ires et m a iso n s d 'éducation su rveillée
re la tiv e a u p a ie m e n t de l'in d e m n ité de direction*, a u x personnels
prisonniers.
A d iv erses re p rise s 3a q u estio n m ’a é té posée de sa v o ir s i l ’in d e m n ité
de d irectio n in s titu é e p a r la loi du 31 octobre 1941, p o u v a it ê tr e a t t r i ­
buée a u x p erso n n els p riso n n ie rs fig u ra n t, s u r ia iiste des bénéficiaires
199
de la d ite in d in m ltê te lle qu’elle ré s u lte d ’u n a r r ê té in te rm in isté rie l
d u 23 m a rs 1842 (JiO. d u 15 a v rS 1042).
J 'a i l ’h o n n e u r de vous f a ir e c o n n a ître q u e M. le M in istre, se c ré ta ire
d ’E t a t a u x F in a n c e s, c o n su lté p a r m es soins à ce su je t, v ie n t de
m ’in fo rm e r, q u ’en ra iso n de la s itu a tio n p a rtic u liè re m e n t digne d’in ­
té r ê t des in téressés, il n e S’o p p o sait p as, p a r m esure de bienveillance,
à ce qne l ’in d em n ité de d irectio n le u r so it allouée d an s les m êm es
co n d itio n s q u ’a u x p erso n n els en fonctions.
I i co n v ien t de sig n aler, en o u tre, q u e c e tte in d em n ité ne peut, ê tr e
. a ttrib u é e a u x p erso n n els de g ra d e in fé rie u r changés de l’in té rim d ’u n
p o ste v a c a n t
. E n conséquence, vous jro u d re z b ien p o rte r c e tte décision à la connais­
sa n c e d es serv ices liq u id a te u rs ou o rd o n n a te u rs de tra ite m e n ts placés
Bous v o tre a u to r ité e t donner- to u tes in s tru c tio n s u tile s â ces services
p o u r le p a ie m e n t a u x a y a n ts d ro it, "'avec rap p el, de la d ite indem nité.
P a r a u to ris a tio n :
L e D irecteu r d u P ersonnel e t de
la C om ptabilité,
D ALLAN T
22 a o û t 1942. — N o t e p o u r M essieurs les directeur des servicese x té rie u rs re la tiv e A l'em bauchage p a r des en trep ren eu rs de détenus
libérés. (E ysses, Lyon, M arseille, R iom e t T oulouse).
^
O bjet : placem ent des libérée.
Mon A d m in istra tio n c e n tra le accueille avec le p lu s v if in té rê t to u tes
le s in itia tiv e s susceptibles de fa v o rise r la p olitique de reclassem en t des
libérés.
J e vous a i inform és, p a r dépêche du 11 ao û t, sous le tim b re 3e bu­
re a u - 2 e section, q u ’un .e n trep ren eu r d u Lot, M onsieur D o u rth e se
d é c la ra it p r ê t à em b au ch er s u r ses ch a n tie rs, des tr a v a ille u rs libérés
de d iv e rse s catégorie».
L e D ire c te u r dé la C irconscription p é n ite n tia re de N îm es m e sig n ale
a u jo u rd ’h u i que M. A ngles, e n tre p re n e u r de T ra v a u x publics, ro u te
d ’A vignon, P o n t de J u s tic e à N îm es, offre u n em ploi s u r ses c h a n tie rs
a u x lib érés e x e rç a n t les p rofessions su iv a n te s : m anœ uvres, te r r a s ­
sie rs, m açons, cim en tlerg e t boiseurs.
f
J e vous in v ite à diffuser c e tte offre d an s les E ta b lisse m e n ts placés
sous v o tre a u to rité .
L e D irecteu r 4e l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
et' des-S ervices 4e l'E ducation surveillée,
CON TAN CIN
■ t -.-1'. '-'-i -
200
CODE PÉNITENTIAIRE
25 a o û t 1942. — N o te p o u r M essieu rs les .directeurs des services.
e xté rieu rs de lei sorte n o n occupée rela tiv e â l’em ploi de couchettes
doubles et trip les e t à le u r ' ré p a rtitio n S ans les circonscriptio'us.
O bjet : couchage des détenus.
R éférence : m a c irc u la ire N° 2.640 du 9 ju ille t 1942.
J ’a i p rie connaissan ce, avec s a tisfa c tio n , des ra p p o rts qu i m ’o n t été
a d ressés en répon se à m a c irc u la ire c itée en référen ce. I l m ’a é té a g ré ­
able de m e su re r le s effo rts déployés e t les ré s u lta ts o b ten u s d a n s ïes
d iv erses C irconscrip tio n s en vue. d ’am é lio re r 1-e couchage des détenus.
C’e st ain si que de D ire c te u r de l a C irco n scrip tio n p é n ite n tia ire de
N îm es a réu ssi, q uoique ne d isp o sa n t p as d 'u n m a té rie l ap p ro p rié,
à f a ir e c o n stru ire p a r la m ain -d 'œ u v re p é n a le u n c e rta in n om bre de
couchettes.
.
C’e st aiu si encore que le D ire c te u r de 3a M aison c e n tra le d’E y sse s
a m is a n p o in t u n ty p e de couchette double q u i a recu eilli l ’ag rém en t
de M. C ontancin lo rs de s a ré cen te v isite de c e t E tab lissem en t.
D ’a u tre s D irec te u rs ont e n tre p ris dés d é m arc h e s a u p rè s des div ers
P ré fe ts de Jeur C irco n scrip tio n en vue d’o b teu ir la construction de
couchettes p a r le s A rc ld te c te s d é p arte m e n ta u x , g râ ce â l’o ctro i de
^m onnaie-m atière p a r le C bef du S erv ice des appro v isio n n em en ts en
m a tériau x .
C e rta in s se so n t préoccupés, a u cours de le u rs to u rn é es d’inspection
de rec h e rc h e r le m a té rie l de couchage dispouible a p p a rte n a n t â d’a u tre s
A d m in istratio n s et d’en o b te n ir la location ou la cession. C’e st a in si
que îe D ire c te u r de la C irco n scrip tio n p é n ite n tia ire de T oulouse a
obtenu de la D irectio n des R é fu g ié s l a cession de 900 c h â lits ; q u e le
D ire c te u r de ïa C irco n scrip tio n p é n ite n tia ire de L yon m ’a sig n a lé l ’e x is­
tence a u x A teliers de C o n stru tio n de R o an n e de 1.400 c h â lits d ont
V A dm inistration p é n ite n tia ire a p u o b ten ir îa location.
E nfin, j ’a i décidé de confier â l a M aison c e n tra le d’E y sses e t à la
M aison ce n tra le de Riom la co n stru ctio n de 2.000 cou chettes doubles.
T o u s ces effo rts d a n s d iv erses d ire c tio n s d o iv en t ê tr e p o u rsu iv is.
M ais d’ores e t d é jà , 11 e st p e rm is de se fé lic ite r des ré s u lta ts obtenus
e t de p en ser que le problèm e du couchage e s t en voie d 'a b o u tir à u n e
h eu reu se solution.
11 im porte, p o u r p a rf a ire l ’œ uvre en trep rise , d ’effectu er ra tio n n e lle ­
m ent l a ré p a rtitio n du m a té rie l nouveau d’a p rè s un p la n d’ensem ble
soigneusem ent étudié- I l convient de s’in s p ire r d a n s c ette tâ c h e des
d irectives su iv a n te s : »,
■Les couchettes superposées trip le s qui p e rm e tte n t de loger le m a x i­
mum. de déten u s d an s u n esp ace re s tre in t d o iv en t ê tr e u tilisées d an s
les établissem ents surpeuplés, à g ra n d effectif.
,
-•
L es couchettes doubles co n stitu e ro n t le m odèle n orm al e t c o u ra n t de
c o u c h a g e ; elles p o u rro n t - ê tr e affectées en p a rtic u lie r a u x p riso n s
récem m ent ouvertes e t d e stin é e s â désencom brer les a u tr e s établis-,
sememts.
L es c h â lits n ’ont p o u r n tiiité que d’é v ite r a u x -d é te n u s de coucher
à te r r e e t p ré s e n te n t l ’Inconvénient d 'ê tre re la tiv e m e n t en co m b ran ts ;
-
v ::
1942- — 25 ao ût
201
il im p o rte donc de les utiliser,- de préférence, d a n s le s E tab lissem en ts
c o m p o rtan t u n e p o p u latio n p én ale re stre in te .
Enfin, le s lits d e v ro n t ê tr e réserv és a u x in firm eries e t a u x q u a rtie rs
d e fem m es.
.
.
Afin de m e p e rm e ttre de d resser, d 'a p rè s ces directives, u n p la n d 'en ­
sem ble de ré p a rtitio n du m a té rie l de couchage, je vous invite â pro céd er
au recen sem en t des lits, c h â lits e t couchettes e x is ta n t dans les é ta b lis­
se m en ts de v o tre C irco n scrip tio n e t â m e fa ire p a rv e u ir u n tab leau
de vos disponibilités e t de .vos besoins d ’ap rè s le m odèle ci-annexé. La
solution de ce problèm e d e v a n t ê tr e dégagée e t m ise en œ uvre a v a n t
l’h iv er, je v o u s p rie de rae fa ire p a rv e n ir cet é ta t a v a n t le 20 sep tem ­
b re p ro ch ain .
Vous a u re z soin de f a ir e a p p a ra îtr e l'ex céd en t ou le déficit de
c h a c u n 'd e vos é tab lissem en ts p o u r chaque catégorie d e -m a té rie l de
couchage. I l e st p ro b ab le que c e rtain es p riso n s se ro n t à la fois excéd e u ta ire s en nne c a té g o rie e t d éficitaires en u n e a u tre ; d an s ce cas,
vous ne m an q u eriez p a r d e p ré p a re r, d an s le c ad re de votre. C irconscrip­
tio n p é n ite n tia ire une, judicieuise- ré p a rtitio n dont vous rae re n d rez
com pte ; en ce qui m e concerne, je m e réserv e d ’o p é re r les prélèvem ents
n éce ssa ire s e t de f a ir e des a ttrib u tio n s suffisantes p our que chaq u e Circ o n c rip tio a p u isse d isp o ser du m a té rie l de couchage co rresp o n d an t à
ses besoins. ’
■
Tableau du m atériel de couchage
Circonscription pénitentiaire de .............
MOINS
KT A Ii L1S S KMENT S
EFKECTLf
DÉFICIT
COtCliA'JE
l«r Établissement
2S
BAtKMKL
de
BKÉKKT
ÏXISTAW
L i t » ..........................
C h a l i t a ...................
C o u c h e tte s
d o u b l e » .............
C o u c h e tte s
t r i p l e s ________
i v Établissem ent
L i t s ...........................
C h ü l i i ? ..................
C o u c h e tte s
d o u b l e s ............
C o u c h e tte s
t r i p l e s ................
31‘ Établissement
e tc ...
L it» ........................
C h â l i t s ..................
e t c ........................
.
'
i
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
et d es S ervices de l ’E d u ca tio n surveillée.
CONTANCIN
V.-v\-
r.»v;vv
•.
203
code
.
U n a r r ê té du 20 a o û t 1042 a prononcé la rév o catio n d’tm fo n ctio n ­
n a ire d es ca d re s p é n ite n tia ire s condam né p o u r d é lits com m is a n
p ré ju d ic e de son. A d m in istra tio n .
I l m ‘a é té ex trê m em en t G oulonreux5 en so u m e tta n t le d o ssie r de
c e tte a ffa ire à M. le G a rd é de Sceau*, de m e tro u v e r c o n tra in t de .
lu i d em an d e r d'appîiQ tier un responsable la san ctio n d isc ip lin aire
suprêm e. C elle-ci fra p p e , en. etéet, un fo n c tio n n a ire d ont la m a n iè re de
se rv ir, a v a it p a ru , ju s q u 'a lo rs , e se m p te de rep ro ch e» e t q u i a v a it, p u
ê tr e désigné p o u r occuper u n p o ste de confiance.
,
S a n s a v o ir au cu n e m e n t c h e rc h é à fa ire , s u r son cas, un. exem ple,
je tie n s â ee que m a c a s se rv e d ’esensple.
Le3 circonstances sont dl&iclles. U n rafle e ffo rt e s t o rig é de tous.
T o n s p eu v en t se tro u v e r e n b u tte a u x tentations» à l'in c e rtitu d e , >hj
d é sa rro i e t p in s p a rtic u liè re m e n t a v x q u î <nt la ch arg e de U gestion !
économ ique des étab lissem en ts. C e rta in s ris q u e n t, dan» cette co n jo n c­
tu re , de p e rd re la notion c s a c te de co Qui e s t p erm is ©t de ce q u i d oit
d em eu rer in te rd it. J e tie n s k ïea m e ttre en g a rd e c o n tré le s danger»
(T erreurs d’ap p ré c ia tio n g é s é ra tric e d 'ég arem en ts. E n céd an t à u n
souci de fa c ilité 03 au « « t r a i r a d 'h a b ile té , a u tre m e n t -Ht en « fe rm a n t
les y eu x > ou e a « sa dëbronlîlant. > à l’excèa, lie. c’e sp o se n t à ê tre
e n tra în é s, p a r l'e ffe t û ’tm gSlsaam eat insensible, k ne p lu s a p e rcev o ir
le c a ra c tè re d 'ab o rd Im p red en t, puî» In d élicat fit m êm e d élictueux
d ’acbes qu'Us p e rs is te ra ie n t à co n sid érer comm e de sim ples a p p lic a ­
tio n s de l’e s p r it d’in itia tiv e q m leu r re s te recom m andé. J e com pte s u r
v o tre a u to r ité perso n n elle p o u r p ro lo n g er m on a ctio n d an s le d é ta il
d e le u rs a ttrib u tio n » en .les eo n selîîan t, les g u id a n t e t le s re p re n a n t
p o u r g a rd e r u n e Ju ste m ssu re.
D élibérém ent, en toe* cas, lie d o iv en t s ’a b s te n ir de re c o u rir & to u tes
p ra tiq u e s s o r ta n t de la ré g u la rité , m êm e si elles îe u r p a ra is s e n t corn-'
p o rte r des av an ta g e a éventuel» ou im m éd iats, ren o n cer à « re n d re des
services » p o u r m b o rn e r à fa ire îe u r service. P lu» encore, ils d oivent
é c a rte r de îe u r e s p rit to u te péoccupation d ’in té rê t personnel, se péné­
t r e r a u m om en t où l'a m é lio ra tio n de Jeur s itu a tio n d em eu re au
p rem ier p la n de m es s o u c is -d e l'idée, Que ïes a v a n ta g é s m a té rie ls
d ont ils peuvent bénéficier d oivent re s te r l’accesso ire e t a 'in te rd ire de
Songer à ce q u i jæ u t le u r s e rv ir p o u r « « .c o n sa c re r à se rv ir.
. S ervir, p o u r im fo n c tio n n a ire , c 'e s t acco m p lir aa m ission précise
avec dévoûm ent, avec in te llig e n ce - d an s l’honneur. E t l ’honneur, p o u rloi, résid e d a n s le resp e c t rig o u re u s de la Loi.
■Que to u s donc fa s se n t le u r devoir, «ju’ile ie fa s se n t avec p e rsp ica­
c ité «certes, m aie sa n s Ja m a is s'écarter, de 5a ré g u la rité s ’ils ne v eu len t
se .trouver e n tra în é e fe d 'irré p a ra b le s é c a rts que je se ra is alo rs
c o n tra in t de sa n c tio n n e r im pitoyablem ent.
L e D ire c teu r Se V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t éee S e rvices S e ViHâvcof-ion su rveillée,
CONTANCIN
.
. " 1
1942. —
p fa a T M rm iE e
25 a o û t 19'42v — N o te p o u r M essieu rs les d ire c teu rs d es services
s e xté rieu rs re la tiv e a u x a ttrib u tio n s du- p erso n n el chargé d<s la g estio n
économ ique des éta b U sëw tsn ts,
'
.
2 6 -a o
ût
203
L O IS''D U 11 SE PT E M B R E 1041 E T U SJJIN 1943
R é o u v ertu re de l a M aison d ’a r r ê t de T rév o u x (A in)
d u B lan c (In d re ) e t de N a iitu a (A in)
L e G a r d e d e s S c e a u x , M i n i s t r e s e c r é t a i r e d ’E t a t a l a J u s t i c e ,
V u le s lo is d u 11 sep tem b re 1941 e t du 24 ju in 1942 a u to r is a n t la
ré o u v e rtu re de c e rta in e s m aiso n s d ’a r r ê t e t de co rrectio n ;
S u r l a p ro p o sition dn d ire c te u r de l’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t
des se rv ices de l ’E d u catio n surveillée,
ARRÊTE :
A r t i c l e p r e m i e r . — L os m aisons d ’arrO-t e t de co rrectio u de T révoux
(A in) e t d u -.B lan c (In d re ) se ro n t rem ises en service à co m p ter d u
l <"r se p tem b re 1942.
•
.
.
A rt 2. — L a m aison d ’a r r ê t e t de co rrectio n de N a n tu a (A in) se ra
rem ise e n service à com pter du 15 sep tem b re 1942.
A r t . 3 — Le d ire c te u r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire e t des se r­
vices de l ’E d u catio n su rv e illé e e st ch a rg é de l ’ex écution du p ré s e n t
a rrê té .
F a it à ."Vichy, le 26 a o û t 1942.
J
oseph
B A B T H éL E M Y
27 a o û t 1042. — N o tk relative auæ évasions de ï» m tàn-d’œuvre pénale
employée hors des &aM issements pénitentiaires.
L e Journal Officiel du 19 aofit a pu b lié (p ag e 2.834) le te x te de
la loi N° 701 d u 21 ju ille t 1042 ré p rim a n t l'évasion de la m ain -d ’œ uvre
p én a le em ployée h o rs des E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s.
L ’a rtic le 245 d u code p én al f a is a it de la violence ou d u b rie de
prison u n élém en t c o n stitu tif d u d é lit d :é?asio n ; u n e teile conception
s ’accoiM niîîOdait m al de l a p ra tiq u e dos cam pa de tr a v a il récem m en t
in s titu é s en v e rtu de la loi du 4 ju in 1941 ; tes chances d ’évasion
é ta ie n t çuuitipliées e n fa v e u r de condam nés qui se tro u v a ie n t souvent
logés, d a n s le s ex p lo ita tio n s fo re stiè re s n o tam m ent, d a n s des condi­
tion s n e p ré s e n ta n t p as de enffisantea g a ra n tie s d e sé cu rité ; il n’é ta it
p a s besoin de b ris e r u n e clôture, souvent illu so ire, p o u r reco u v rer
im p u n ém en t îa lib erté.
•
L ’im m u n ité a iu si consacrée é ta it d ’a u ta n t p lu s re g re tta b le que. d a n s
l ’é t a t a c tu e l des E tab lissem en ts p é n ite n tia ire s, les condam nés a d m is à
tr a v a ille r su? le s c h a n tie rs e x té rie u rs bénéficient d ’u n e fa v e u f co n sid é­
rable.
L a lo i du 21 ju ille t rép rim e les év asions e t les te n ta tiv e s d'évasion,
m êm e si elles se so n t p ro d u ite s sa n s violence n i b ris de clôture. l a
- yv
204
CODE PÉNITENTIAIRE
p é n a lité ap plicable, sen sib lem en t ag g rav ée p a r ra p p o rt à celle que
fix a it l’a rtic le 245 du code pén al, se tro u v e en co re re n fo rcée p a r
l ’ap p licatio n fo rm e lle m e n t p ré v u e p a r la lo i nouvelle, cle la règ le
du non-cum ul des peines. 11 a p a ru é q u itab le de com penser p a r un
su p p lém en t cle rig u e u r, d an s le s c a s où ils s ’e n m o n tre n t indignes,
le tra ite m e n t p ré fé re n tie l d ont p ro fite n t les condam nés a d m is su r
les cam ps de tra v a il.
J e vous in v ite ù d o n n e r la p lu s la rg e diffusion à la lo i n o uvelle ;
d an s to u s les cam ps actu e llem eu t e x is ta n ts, les ch efs de 'e b an ü e r
ré u n iro n t la m ain -d ’œ uvre p én a le placée sous le u r su rv e illa n ce e t le u r
com m en tero n t le s disp o sitio n s d n te s te nouveau. J e m e propose, d ’a u tr e
p a rt, de vous ad resser, dès que possible, un c e rta in nom bre d’afficîies
re p ro d u isa n t, en gros c a ra c tè re s, les dispositions de la loi du 21. ju il­
le t ; vous a u re z à f a ir e p la c a rd e r ces affiches a u x e n d ro its les plus
a p p a re n ts des cam ps de tra v a il.
J oseph B A R TH ÉLÉM Y
1542! —
\;
'O'.iy.
4 S E iT H n irm E
205
• C ette p ra tiq u e s'e st généralisé*! e n .e x c lu a n t to u te fo is de son bénéfice
les a g en ts placés sous m a n d a t de dépôt a u cours d’une in fo rm atio n
ju d ic iaire .
.11. convient de re m a rq u e r que 1?. s itu a tio n a in s i créée m anque de
c la r té e t com porte le grave inconvénient de ne p o u v o ir s'a p p u y e r su r
a-ueune b a se légale.
La loi du 14 sep tem b re 1941 (J. O. d u V ‘r octobre 194i) a cla ire ­
m e n t doiini les d ro its e t devoirs des fo n c tio n n a ire s : elle dispose
n o ta m m e n t d an s son a rtic le 51 que Te fo n ctio n n aire suspendu a v a n t
to u te décision d iscip lin aire d o it ê tr e p riv é de la m oitié de son tr a ite ­
m ent. ex cep tion fa ite des allo c a tio n s ù c a ra c tè re fam ilial.
C ette p riv a tio n p a rtie lle de tra ite m e n t n e p e u t excéder tro is mois,
s a u f ao cas où Je fo n ctio n n aire f a i t l'o b je t de p o u rsu ite s ju d iciaires.
D aog c e tte hypothèse la p riv a tio n de tr a ite m e n t se prolonge ju sq u ’à
décision définitive d u trib u n al.
J ’ai décidé d ’a p p liq u er im m éd iatem en t ce tex te, en vue de m e ttre
u n te rm e a u x e rre m e n ts du p a ss é e t .te vous p rie de v o u lo ir hien,
à l ’a v e n ir, vous conform er à ses dispositions.
J oseph B A R T H É L É M Y
29 a o û t 1942. — N q te p o u r M essieu rs les d irecteu rs des services
exté rieu rs re la tiv e ù la situ a tio n pénale des évadés.
I l m ’a é té donné de c o n sta te r que, d a n s vos ra p p o rts re la tifs à des
évasions, vous o m ettiez p a rfo is de fa ire fig u rer des in d ic a tio n s su r
la s itu a tio n p én ale des d éten u s évadés'.
Ces ren seig n em en ts p ré s e n te n t p o u ta n t de 3’io té rê t p o u r ap p récier,
non seulem ent la g ra v ité das fa u te s q u i p euvent, éven tu ellem en t, ê tre
reprochées a u x m em bres du personnel, m a is encore celle des ré p e rc u s­
sions possibles de l’incidcut.
J e vous p rie, en conséquence, de vo u lo ir bien com pléter, à l’aven ir,
to u s vos com ptes-rendus d'évasion p a r des p récisio n s co n cern an t notaïom en t la- n a tu r e des cond-anmations encourues p a r le s d éte n u s en fuite.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én ite n tia ire
et des S ervices de V E ducation su rveillée,
CONTANCIN
29 a o û t 1942. — C i r c u l a i r e à M essieu rs les d irecteu rs des circons­
criptions p é n ite n tia ire s re la tiv e à■ la p riv a tio n d u 1 /2 tr a ite m e n t
Cbuco fo n ctio n n a ires relevés de leu rs fo n ctio n s.
E n v u e de co n fo rm er la p ra tiq u e a d m in istra tiv e , avec une jn risp ru d eo ce ancien n e du Conseil d’JSta't. une c irc u la ire d u 29 a v ril 1936
p re s c riv a it q u'en d ép it des term es de l ’a rtic le 61 du d écret d u 31 décem ­
b re 1927, les fo n c tio n n a ire s su sp en d u s de le u rs fo n ctio n s c o n tin u e ­
ra ie n t à to u ch er le u r tra ite m e n t ju s q u ’à ce que so it in te rv e n u e la dé­
cision disciplinaire.
4
é sep tem b re 1942 ,— G ik c u la ik e à M essieurs les d irecteurs des services
e x té rie u rs r e la tiv e 'ù l'a lim en ta tio n des fe m m e s enceintes e n fa n ts
e n ba<s âne,. nii-news des catégories J ê et J3.
P a r m a circ u la ire N° 2.JW2 en d a te d u 10 a v ril d ern ier, je vous a v ais
in fo rm é de mort in teu tio n de so u m ettre à M. le M in istre, secrétaire.
d ’E ta t à l’A g ric u ltu re e t a u R a v ita ille m e n t. un c e rta in nom bre de
difficultés qui s'é ta ie n t m an ifestées d a n s l ’in te rp ré ta tio n de s a note
du 10 m a rs re la tiv e a n nouveau régim e alim e n ta ire accordé n u s déte­
nus.
J e vous tra n sm e ts, sous ce pli. une copie d ’une c irc u la ire en d ate
du 24 ju ille t 1942 qui précise les m o dalités ap p licab les à c e rtain es
catég o ries de déten u s (fem m es enceintes, e n fa n ts en b as âge, m ineurs
des c a té g o rie s' «J2 e t J3).
.
Le p rin cip e qui a guidé mon action à é té d ’obtenir en. fa v e u r de
ces co n so m m ateurs p riv ilég iés à .ra iso n de îe u r âge ou de le u r s itu a tio n
digne d’in té rê t, un régim e id en tiq u e â «eJui d o n t jo u issen t, d an s la
vie libre, les consom m ateurs o rd in a ire s de c e tte catégorie.
V ous a u re z h nie -tenir in fo rm é des ré s u lta ts que donner» l ’ap p li­
c a tio n de ce nouveau régime.
J oseph B A R TH ÉLÉM Y
200
C0PK
P É N IT E N T IA IR E
1 9 i2 .
—
4
20?
SEPTEM BRE
*
* sÿ
L
-
e
M
in is t r e
,
s f c iik t a ik e
d
’E
t a t
a
l
'A
g iïic u x t u h e
e t
.
a u
R
a v i '^ A î l l e
-
jo în t ;
A M essieurs les d ire c te u rs d é p a rte m e n ta u x du ra v ita ille m e n t général
(pour exécution), à M essieu rs les p ré fets rég io n a u x e t dèpariem.enimi-o: du ra v ita iü e n w M général (pour in fo rm atio n ).
.
.
.
24 ju ille t 1942
M a ’c irc u la ire N° 1.2S9 R I d u 10 m a rs 3942, a b ro g e a n t le s dispositio o s de m a c irc u la ire N° 8.47U E V du 15 décembre" 1940. a fixé les
n o u v eau x ta n x de ra tio n s des d éten u s dés E ta b lisse m e n ts p én iten ­
tia ire s.
L es d eux c irc u la ire s p récitées co n cern aien t e ssen tiellem en t le régim e
applicable a u x d éte n u s ad u ltes.
A d ifféren tes reprises, il n r a é té dem andé si ces ra tio n s d ev aien t
u n ifo rm ém en t ê tr e ap pliquées â to u te s le s caté g o rie s do d éten u s ou si,
a u c o n traire, des régim es d ifféren ts d e v a ie n t ê tre envisagés, p o u r
c e rta in e s catég o ries sp éciales de co n so m m ateu rs p o u v a n t se tro u v er
d a n s les p risons, telle s que les fem m es enceintes, ies e n ta n ts en bas
âge, les e u fa u ts e t je u n e s gens des catég o ries J 2 e t J3.
Afin q u 'u n régim e id en tiq u e s o it ap p liq u é d a n s to u s les d ép artem en ts,
j ’ai Talonneur de vous ta ir e c o n n a ître les p récisio n s su iv a n te s :
1° Fertnnex.e.ihoein-îes. — Los su p p lém en ts accordés n o rm a le m e n t a u x
fem m es enceintes e t a lla ita n t d ev ro n t ê tr e déliv rés d an s les m êm es
concluions au x p riso n n iè re s sous fo rm e de taons ou tic k ets d’ap p ro v i­
sionnem ent.
- ^
'2n E n fa n ts en. bas âge. — I l a rriv e que les p riso u s h éb erg en t
te m p o ra ire m e n t des e n fa n ts en b a s âg e ne p o u v an t ê tre sé p a ré s de
le u r m ère ju s q u ’à la fiu de la p ério d e d 'a lla ite m e n t. L eu r nom bre
e st ex trêm em en t réd u it.
’
L a su b sista n c e de ces e n fa n ts pgt a ssu ré e d 'u n e p a rt, p a r le fa it
de la m ère, d 'a u tr e p a rt, p a r les ra tio n s de fa rin e , de la it e t de su cre
au x q u elles ont n o rm alem en t d ro it les co n so m m ateu rs de la c a té ­
g orie E.
L es a u tre s den rées p o u v a n t ê tr e perçu es p a r les titr e s de la caté­
g orie E e t non u tilisa b le s d ire c te m e n t p a r les e n fa n ts (viande,-from age,
m a tiè re s grasses, etc...) se ro n t a ttrib u é e s en to ta lité à le u r mère, qui
eu bénéficiera en p lu s des su p p lém en ts n o rm au x , d o n t il.est. question
a u p a ra g ra p h e prem ier. Ces d ern ières den rées p ro fite ro n t, in d irec te ­
m en t a u x en fa n ts.
L es c a rte s d 'a lim e n ta tio n de la catég o rie E n e se ro n t p a s re tiré e s
comme celles des détenus. KJles p o u rro n t ê tr e confiées u tilem en t,
dans chaque E tab lisse m en t, à u n fo n c tio n n aire responsable, ch arg é
d e se p r o c u r e r .p o u r les e n fa n ts e t p o u r les m ères les den rées au x - '
quelles d o n n en t d ro it les tic k e ts e t coupons des c a rte s E.
3" M ineurs des catégories .72 e t <73. — A ucun consom m ateur de
la catégorie J I ne se tro u v e en f a i t d an s les prisons. P a r contre, il
existe, tl’assess no m b reu x consom m ateurs de îa catégorie J ‘-i e t un
p e tit nombre; a p p a rte n a n t h !a caté g o rie J2.
P a rm i eux se tro u v e n t des condam nés e t des détenus â ti tr e p ré ­
v en tif.
:
L es u n s e t les a u tr e s d o iv en t bénéficier d’un rég im e id en tiq u e a u x
co n so m m ateurs de le u r caté g o rie situés d an s le s cen tres ü . S. du:
d ép artem en t, m êm e si la' p rison n ’e st p a s situ ée elle-m êm e d an s .uh:
c e n tre 'ü . S.
E n p a rtic u lie r, -je vous a u to rise à d é liv re r en le u r fa v e u r des
b o n s' ou tic k e ts d’ap p rovisionnem ent de chocolat, - de confitures etd e d en rées fa is a n t l'o b je t de d is trib u tio n s exceptionnelles d an s les
c e n tre s U. S. s u r la base des ra tio n s accordées à le u rs caté g o ries
respectives.
L a ra tio n de p a in fixée :’t 400 gram m es p o u r les d éten u s a d u lte s sera,
en conséquence, ram en ée à 275 gram m es .pour les déten u s .12 e t
350 gram m es p o u r les déten u s .78.
L es c a rte s d’alim e n ta tio n des d éten u s -T2 e t JB se ro n t re tiré e s com m e
celles des â éte h u s ad u ltes e t le u r su b sistan ce assu rée p a r l’émissionde bons ou tic k e ts d'approvisionnem ent.
P o u r le M in istre e t p a r a u to risa tio n :
- L ’In s p e c te u r des F inances
C hef du Cabinet.,
BOU LLO Ç I1E
/
4 sep tem b re 1942. — C i b c u l a i e b «. M essieurs les directeurs 'des cir­
conscriptions p én iten tia ire* re la tiv e awc p ro d u its de s u b s titu tio n à
em p lo yer p our l’épouillagt■ et' la d ésinfection des locaux.
.Te vous a i signalé, p a r m a c irc u la ire In " 2. 368 d u 18 avril dernier,
que le m ain tien , d an s nos E tab lissem en ts p é n ite n tia ire s du m inim um
d ’hygiène in d isp en sab le â la vie collective c o n stitu a it une. des sau v e­
g a rd e s de la , s a n té publique.
L ’ap p ro ch e de la m au v aise saison afiiucite â vous ren o u v eler m es'
directiv es. D és à p ré se n t, il convient, en effet, de p re n d re to u tes dispo­
sitio n s u tile s en vue de re c o n stitu e r le stock de p ro d u its d é sin fectan ts
d o n t vous aurez, hesoin pou r l ’h iv er 1942-43.
1° P ro d u its . contingentés. — J e m e propose d’in te rv e n ir, p a r les
soins du B u re a u technique, an p rès des O rganism es com pétents p o u r
o b te n ir la cession de soufre, de xylol e t de erésyl.
V ous a u re z donc à m e fa ire c o n n a ître les q u a n tité s de ces p ro d u its
qui vous p a ra is s e n t n écessaires p o u r « ssu rer, p e n d a n t la période cid essu s d éterm inée, la désinfection des E ta b lissem en ts placés sous
v o tre a u to rité .
ê° P ro d u its spéciaux. — L ’a tte n tio n e st a ttiré e , d’une m a n ière parculière, s n r l a n écessité de lu t te r contre les d ifféren tes p a r a s ito n s
e t m a la d ies de -peau, p lu s spécialem ent contre l a p ro p ag atio n des
poux de corps.
Le. développem ent de la_ g ale p o se .é g a le m e n t u n e 'q u e s tio n red o u ­
ta b le ; eu tem ps norm al, les rem èdes co u ram m en t em ployés «contre la
208
CODE I?ÉN IÏIÎN ÏJA JK 1S
gale é ta ie n t le b en zo ate de benzyle e t les pom m ades so u frées do
« M illia ti» e t d'« H e h n e rid i » ; or, ces p ro d u its ne se trouvent p lu s
que trè s ra re m e n t d ans le eonm ierce. O n m ’n cep en d an t sig n a lé que,
dans c e rta in s E tab lissem en ts, il a v a it é té Pair usage, avec efficacité,
d ’a u tre s p ro d u its p in s fré q u e n ts s u r le m arché.
.ïe vous dem an d e donc de nie fa ire c o n n a ître quels so n t lés rem èdes
a e tn e lk ’JUMit em ployés, d an s les K iab iissem en ts placés sous v o ire
a u to rité , pour lu tte r co n tre les poux e t co n tre Ja gale : v ous n 'o m et­
trez p as de m en tio n n er les ré s u lta ts obtenus.
.-T P ro d u its de su b stitu tio n . — L a p é n u rie île sav o n com m ande de
re c o u rir A des p ro d u its de su b s titu tio n : .ie vous dem ande, â cet
ég ard , dd bien vo u lo ir rec h e rch e r d an s le ,c o m m e rc e tons p ro d u its
susceptibles de se rv ir à I'épouiliage des d éten u s e t à la d ésinfection
des locaux. V otre choix d ev ra se p o rter, de p référen ce, su r des p ro d u its
non .soumis à des m esu res de ratio n n em en t et d 'u n p rix de -revient
av a n ta g e u x 'p o u r le T ré so r ; il s e r a it p a rtic u liè re m e n t indiqué, en vue
d ’é v ite r des ex p érien ces h a sard e u ses, de vous ren seig n e r suc l'etUcacité de ces p ro d u its ta n t a u p rè s des G ran d s O rg an ism es qualifiés
(F a c u lté s de M édecine, E cole de P h a rm a c ie m ilita ire à Lyon, e te ..)
tpi’aupi-ès des d iffé re n ts S ervices publics (h ô p itau x , a sile s d ’aliénés,
etc...) d an s lesquels ces p ro d u its -sarm ent d é jà en usage.
J e vous in v ite h m e fa ire p a rv e n ir a v a n t le 25 sep tem b re les re n se i­
gnem ents dem andés p a r la p résen te dépêche.
P a r délégation :
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
. et des S ervices de l'Education- surveillée,
CONTANCIN
4 septem bre 1942. — OiRcnLAtiiE à M essieurs leu d irecteu rs des services
e xté rieu rs de zo n e libre re la tiv e à la ré o u v e rtu re é v e n tu e lle de p r i­
sons désaffectées.
A la su ite d’une récen te en q u ête d ’ensem ble s u r 3a situ a tio n ries
E tab lissem en ts p é n ite n tia ire s, M. V iguié, C o m m issaire d u Pouvoir,
préoccupé p a r le problèm e dn su rp eu p lem e n t des prisons, n préconisé
là ré o u v e rtu re de n om breux E ta b lisse m e n ts désaffectés.
’Ge'tte qu estio n a v a it dès longtem ps re te n u mou a tte n tio n . Afin de
posséder un tab le a u com plet de iees E ta b lisse m e n ts e t d’é tu d ie r m étho ­
d iquem ent la p o ssib ilité de le u r rem ise en service, j ’a v ais, a u co u rs
du m ois de fé v rie r écoulé, co n su lté le s P ré fe ts de îa zone lib re s u r '
l ’u tilisa tio n des p riso n s d ésaffectées de le u r d ép artem en t.
L és ren seig n em en ts qui m 'o n t é té fo u rn is m 'o n t p e rm is de g ro u p er
ces p riso n s en tro is liste s d istin c tes que je vous com m unique sous
ce pli.
D ans u n e liste N °l, so n t classés to u s les E tab lissem en ts actu e llem en t,
iu u tilisé s e t p a ra is s a n t su scep tib les d ’une ré cu p ératio n im m édiate.
U ne liste N" 2 com prend les é ta b lis s e m e n ts occupés so it p a r de
1943. —
<1 MEPTKMBïiE
209
g ra n d s se rv ices publics, soit: p a r detf a u to rité s locales ; d an s cette
lis te lig u re n o tam m en t un c e rta in nom bre de p riso n s q u i ont. été
ven d u es à des Com m unes e t d o n t la récu p é ra tio n éventuelle ne m anque-'
m i t pas de soulever c e rta in e s q uestions ju rid iq u es.
E nfin, u n e tro isièm e liste groupe to n s les E ta b lisse m e n ts p a ra is ­
s a n t irré c u p é ra b le s s o i f p a rc e q u 'ils ont été dém olis ou q u ’ils so n t
eu ru in e s, so it p arce q u ’ils out été vendus â des p a rtic u lie rs on à des
collectivités.
P o u r dég ager une vue d ’ensem ble de la s itu a tio n actu e lle des E ta ­
b lissem en ts p é n ite n tia ire s désaffectés e t p o u r o rien ter, en to u te connais­
san ce de cause, u n e éventu elle politique de réo u v ertu re, il est néces­
s a ire que m es services d isposent d 'u n e do cu m en tatio n p récise ; or,
la classification éta b lie p a r mon bureau techique ne com porte q u ’un
c a ra c tè re p ro v iso ire, .le vous p rie donc de bien vouloir v érifier avec
soin l'e x a c titu d e des renseignem ents fo u rn is au s u je t des b â tim e n ts
situ é s s u r le te r rito ir e de v o tre C irconscription p é n ite n tia ire . Vous
n e m an querez pas de me fa ire c o n n a ître les m odifications q u ’il vous
p a r a î tr a it u tile de. fa ire su b ir an classem ent adopté.
*
**
I l conviendrai en second lieu, de com pléter les in d icatio n s receulllies eu vue de p réciser les- possibilités ta n t im m éd iates que lo in tain es
d’u tilisa tio n de ces anciens locaux p é n ite n lia irc s.
À ce p o in t de vue, 11 se ra n écessaire d e m e f a ir e c o n n a ître la
co n ten an ce th éo riq u e des E ta b lisse m e n ts qui fig u ren t d a n s la liste N° 1,
l ’é ta t des b âtim en ts, le volum e d es ré p a ra tio n s n é c essaires à le u r
rem ise en serv ice (coût, m onnaie-m atière, etc...) ; îa d u rée des .tra­
v a u x e t les divers a v a n ta g e s qui ré s u lte ra ie n t d’une éventuelle réou­
v e rtu re (déseiicom brem eut .d’une m aison voisine su rp eu p lée, réduction
des tra n sfè re m e n ts, am élio ratio n des'-conditions sa n ita ire s , etc...).
L es m êm es diligences d ev ro n t ê tr e effectuées p o u r les E tab lissem en ts
com pris d an s la liste N° 2, m a is vous a u re z so in de m e donner, en
o u tre, tous renseignem ents u tiles s u r la p ossibilité d’ulitenir (e t dons
quel d élai) l'év acu atio n des lieux: p a r le u rs o ccu p an ts actuels.
V ous ne m anquerez p a s de m e fo u rn ir v o tre a v is p ersonnel s u r les
p ersp ectiv es que co m p o rterait la m esu re envisagée. J e n e vons p rescris
p a s de vous ren d re s u r p lace p o u r y é tu d ie r la s itu a tio n p a rtic u liè re
de ch aq u e E tab lissem en t, m ais je ne v e rr a is que des a v a n ta g e s à ce
que vous profitiez de vos to u rn ées d'inspection p o u r v is ite r ceux des
lo cau x q u i vous sem blent le p lu s digne d’in té rê t,
>s<
U ne la rg e p olitique de rem ise en service d 'E ta b lisse m e n ts désaffectés
se h e u rte , d a n s les circonstances actuelles, k des o b stacles que vous
connaissez b ien : l ’insuffisance num érique du personnel, la p én u rie du
m a té rie l de to u te n a tu re , les difficultés éprouvées p o u r l ’obtention
de la m o n n aie-m atière, etc... ne p e rm e tte n t p a s d’en v isag er la ré a lis a ­
tion d‘un p rogram m e d’envergure.
1Ü42. — 4 SEPTEMBRE
210
Or, sous la p ressio n d 'in é lu c ta b le s nécessités, l'A d m in istra tio n p é n i­
te n tia ire p e u t ê tr e am enée à f a ir e fa c e et fies exigences qu'u n
élém en taire souci de bonne a d m in is tra tio n com m ande d ’e n v isa g e r-d è s.
à p résen t. N ulle p a rt, p lu s q u 'en c e tte .m atière, il im p o rte d’é v ite r
de h â tiv e s e t co ûteu ses im p ro v isatio n s, q u i ris q u e ra ie n t de co n d u ire
à u n e déconvenue.
,
•
.La t â c h e , p u r e m e n t p r é p a r a t o i r e , q u e j e y o u s . d e m a n d e d ’a c c o m p l i r
m e p e r m e t t r a d ’é v i t e r c e t é c u e i l o n m e f o u r n i s s a n t l e s é l é m e n t s d o n t
j ’a i b e s o i n
211
C O D E l 'R N I T J S N T I A I i œ
p o u r a rrê te r
m a
L IS T E N° 2 '
É T A B L IS S E M E N T S A C T U E L L E M E N T O CCU PÉS
a.) E ta b lisse m e n ts p ro p riété de la Commune, :
E tab lisse m e n t
D ép artem en t
E m brun . . . . . . . . . .
H autes-A lpes
Ila u te sP yrènées
Ta'ro-ctG aronne
H aute-S avoie
d é c is io n .
;
O bservations
!
J e vous p rie de bien vouloir p rocéder, av ec discrétion, à v o tre en­
q u ête ; il convient, en effet, de ne p a s su sc ite r d a n s le p ersonnel des
am b itio n s ou des esp éran ces qui s e r a ie n t déçues* si le p ro je t en v isag é
ne devait, p a s com p o rter u n e la rg e m ise e n application.
L es d iv e rs renseig n em en ts dem andés p a r la p ré se n te dépêche d e v ro n t
m e p a rv e n ir a v a n t le 10 octobre p rochain.
L e D irecteu r- de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
et des S e rvices de V E ducation surveillée,
CON TAN CIN
Afoissac ....................
S i-J u lie n
üssel
...............
............
........... '.......
■Tillefranche-deR o iierg u e . . . . . . . .
V endue â îa C om m une le
[51 octobre 1940.
Ecole m aternelle:
E cole p rim a ire e t logem ent de
gendarm es.
C orrèze
G ard
.
A veyrou
V endue en 1929.
-,
•
b) E ta b lisse m e n ts p ro p riété d u D ép a rtem en t ou dû l'E ta t :
o
L IS T E N° 1
• D ép artem en t
E tablissem ent.
O bservations
É T A B L IS S E M E N T S R É C U P É R A B L E S
E ta b lissem en t
4 h 5 wssoj» .............
>
B ellac ......................
D é p a rte m e n t
C reuse
H aute-V ienne
B rio u d e ...................
H aute-L oive
C a stelnaudary ___
A ude
C harollèS ................. Saône-et-L oire
C ondom ...................
G ers
F torac .....................
L ozère
L a va n r .....................
T a rn
L ecto u re ..................
G ers
L im o u x
.................
A ude
L o m b e s '.....................
G ers
M a rvejn ls ...............
Lozère
M w ande ....................
G ers
M ontélim ar . . . . . . .
D rôm e
S t-O iro m .................
A riège
S a rtè n e . . . . . . . . . .
C orse
T araseon ...............
Bouches-duR hône
Yssinçea-ux ............
H au te-L o ire
,*
O bserv atio n s
D isponible (.sauf 2^pièces) •
R éfugiés.
Inoccupée (2 pièces : ch am b rer
de sû reté).
P o u rp a rle rs de v en te en cours.
A lb e rtv ille •...............
A n ib e rt .............
Savoie
Puy-de-D ôm e
A p t .. ........................
V aucluse
B a rc elo m ie ttc ........
Bergerac- .................
B o u rf/a n eu f ............
Basses-A Ipes
D ordogne
C reuse
B ria n ç o n
H autes-A lpes
r
.........
B rio n o les ...............
Brvüo .......................
C alvi ................... ..
Vaï’
Corrèze
Corse
C astres .....................
T a rn
Gant-ellane ...............
C&ret .......................
B asses-A lpes
P yrénéesO rien tales
Tavn-etG aronne
C h aren te
Corse
s
P o u rp a rle rs de vente.
M au v ais é ta t (to itu re).
M onum ent h isto riq u e.
,
C a stelsa rra zin ' . . . .
Confoien? ...............
C orte ...................
E ta t-M a jo r de la T a re n ta ise .
L ocaux disciplinaire» d 'un G.T.
E tra n g e rs.
P o u rp a rle rs de location à la
M airie d'Apt:.
C aserne de G endarm erie.
Prison, m ilitaire.
R éfugiés-C om pagnons E c la ire u rs
de F rance.
L oué à la v ille ; ju s tic e de
p a ix ; services de police.
C aserne de G endarm erie;
L ocaux d iscip lin aires de G..T.E.
E n p a rtie G reffe dn- T rib u o a l
Civil.' C en tre de sé jo u r su rv eillé de
l'In té rie u r.
•B ureau de' poste.
U tilisé p a r ta G en d arm erie et
la Légion.
A la disposition de la Comm une.
Légion-A rm ée-Secours n atio n al.
Louée à l’E ta t-S erv ices de la
G endarm erie.
;'
212
7
r< ■r-
CO D E P É N IT E N T IA IR E
-- ■
’> .Si I' JT..Ui tlK
E tab lissem en t
1
D ép artem en t
O bservations
A veyron
Louée <\ b ail à n o e com m erçante.
G roupe de Ti-av. dém obilisés.
P o n ts e t C haussées.
M aison cle Jeu n esse.
E n tre p ô t etn serv ice des R éfu ­
giés.
P riso n m ilita ire .
P riso n m ilita ire .
L IS T E
213
3
ÉTA BLISSEM EN TS IRRÉCUPÉRABLES
T a rn
L ot
L yon-M ontlue ........
M ont-m orillon
•
........
M ontpellier ............
( c e n t de fem m es)
N ontron ...................
NyM -s ..................
H é ra u lt
R hôue
_ G aronne
• V ienne •
H é ra u lt
D ordogne
DrOme
Vau<:luse
A riège
P yrénéesO rien tales
R o chechouart . . . . . .
• S te -A ffriq u e . . . . . .
S t-A m a n d -
H aute-V ienne
A veyron •
C her
St-tJean-âe
M a u rien n e
.............
Savoie
H é ra u lt
H aute-V ienne
S i s t e r o n .................
Villefranohe-dbLaaraguatts . . . . . . .
B asses-A lpes
H au te G aronne
-L ouée a u x Je u n esses L aïques.
A rm ée : dépôt d'essence e t coo­
p é ra tiv e m ilitaire .
S erv ices a d m in is tra tifs de l’A u ­
to r ité m itita ire.
P riso n m ilitaire .
G roupem ents 33-C hantievs Je u ­
nesse.
Société de u-ym nastlque e t Comi­
té des E c la ire n rs de F ra n c e .
D ép ô t de m a té rie l des se rv ices
d es R éfugiés.
a)
v e n d u s A des particu liers
E tab lissem en t
D ép artem en t
,
Bag-nères-de-
D ie ............................
H au tesP y réo ées
D rôm e
B asses-A lpes
b) V endus à des collecH viiâs :
E ta b lissem en t
D ép artem en t
G aronne
U tilisée p a r la G endarm erie.
G endarm erie.
P ro je t e n cours : c a se rn e de
G en d arm erie .
A uberge de la Je im e se e t nom ­
b re u x serv ices .
M usée e t E cole n a tio n a le d ’A rt
appliqué.'
E ta t-M a jo r de M aurienne.
In firm erie d \m G roupem ent de
■Ievmesse.
A rm ée. (41" R .I. e t In te n d a n c e :
d ép ô ts).
E cole d’A rtis a n a t ru ra l.
B u re au de poste (p ro p rié té de
l'H o sp ic e ..
ilu s é e d u R hône flie a u x -A rts).
O bservations
O bservations
V endue ù la coop érativ e dê blé
e n 1940.
a) D ém o lis ou-.en ru in es :
E tab lissem e n t
D ép artem en t
O bservations
tla u te -S n v o ie
D élab rem en t com plet.
T rès' m a u v ais é ta t.
Démolie.
-R em ise â la ville en vue de su
dém olition.
Démolie.
Démolie.
Savoie
C an tal
M u ret ....................... ‘lîuile-G nroim e
'Y ille f ranche-ÿurS a ô n e .........................
R hône
Démolie.
L ogem ents de- R éfugiés.
10 sep tem b re 1942. — C i e c u l a l b e à M essieurs les d irecteurs des
services e x té rieu rs re la tiv e à V application de la -lo i d n 6 ju ille t I9J/2
su r la libération, conditionnelle des relûgables non transportas.
L a s u s p e n s io n .d e la tra n s p o rta tio n des. re lé g a b le s ' p a r su ite des
événem ents de ia g u e rre -a e n tra în é le u r m a in tie n , à t i t r e provisoire,
1 9 4 2 . — 4 0 SEPTEM BRE
214
215
CODE P É N IT E N T IA IR E
d a n s les E tab lissem e n ts p é n ite n tia ire s cle la M étropole où ils ne p eu ­
v en t, de ce fa i,t bénéficier du régim e sp écial d o n t ils jo u issa ie n t
fi l a Colonie.
E n p a rtic u lie r, le ijelégftble non tra n s p o rté ne p e u t Invoquer, à son
profit-, l’ap p licatio n de l'a r t, 1.0 de la loi du 27 m a l 1885. qui iu i a u r a it
perm is, ù. p a r t i r de la six ièm e an n ée de s a lib é ra tio n , d ’in tro d u ire
d o ra u t’ u n tr ib u n a l co lonial u n e d em an d e te n d a n t à le fa ire re le v e r de
]a relégation.
Q uelle que so it sa co n d u ite en d éten tio n e t ses a p titu d e s de t ecîassem ent, ce condam n é se tro u v e donc p riv é, en raison, des circo n stan ces
actuelles, d 'u n e fa v e u r à laq u elle il iu i serait: possible de p ré te n d re
s i le régim e au q u el il d e v ra it Stve soum is lu i é ta it appliqué.
C ’e s t p o u r rem é d ie r A c e tte s itu a tio n qulest in te rv e n u e la loi du
6 ju ille t 1942 (p a ru e a u J . O. du 20 d u m êm e m ois e t d o n t copie sous
ce pli), a u x tern ie s de laq u e lle les in d iv id u s d o n t il s a g it p euvent,
désorm ais, sons c e rta in e s conditions ê tr e ad m is à bénéficier de la libé­
r a tio n conditionnelle.
ïæ s disp o sitio n s dv* la loi d u 14 a o û t 18S5 so n t a in si éten d u e s a c ette
caté g o rie nouvelle de condam nés qui, a p rè s u n d é la i d’ép reu v e de tro is
ans, â com pter du jo u r où la p ein e de la relég atio o a u ra com m encé
à c o u rir, p o u rro n t fa ire l’o b je t de p ro p o sitio n s de v o tre p a r t si p a r
u ne co n d u ite e t n u e m o ra lité e x em p laires ils. vous p a ra is s e n t a v o ir
d onné des p reuves non équivoques de le u r -am endem ent.
I l convient, en .effet, de ne p a s p e rd re de vue la g ra v ité exceptionnelle
qui s’attac-ho â la p eine de la relég atio n d o n t le p rin c ip a l o b jet a été
de m e ttre hors d ’é ta t de n u ire, en les élo ig n a n t de la M étropole, les
récid iv istes d an gereu x .
L’in itia tiv e de vos p ré se n ta tio n s ne d e v ra donc s ’ex ercer à l’ég a rd
de ces d éten u s qu’avec la p lu s g ran d e circonspection.
N on seulem ent v ous a u re z â co n sid érer ia c o n d u ite du relégable.
en d étention, son a ss id u ité au tr a v a il e t la m o ra lité d o n t il tém oigne,
m ais ü conviend ra, en o u tre, que vous rech erch iez quel e s t le degré
de sin c é rité de son re p e n lir e t se s a p titu d e s réelles de recla ssem en t
h l ’a id e de to n s les élém en ts d’in fo rm a tio n q u ’il vons se ra possible
de re c u e illir s u r l'e x iste n c e du condam né d a n s la vie lib re, ses h a b i­
tudes, ses a n téc é d e n ts et» d 'u n e m a n iè re g én érale, s u r s e s 'd é f a u ts
ou q u a lité s de c a ra c tè re p e rm a tia n t d 'a p p ré c ie r ses p o ssib ilités de
relèvem ent.
I l vous a p p a rtie o d ra ég ale m en t de p ré c iser q u els sero n t les m oyens
de su b sistan ce d u relég ab le à s a s o rtie de priso n . C elui-ci d e v ra a p p o r­
te r la p reu v e q u ’il disp o sera, d an s la vie libre, so it p a r son tra v a il,
s o it p a r ses rev en u s p ersonnels, so it ençore p a r l ’a p p u i de p erso n n es ou
d’in s titu tio n s cb a riia b le s. en p a rtic u lie r des œ u v res de p atro u a g e,
ûe resso u rces su ffisantes p o u r a s s u re r h o n o rab lem en t son existence.
Ces renseignem en ts d ev ro n t vous ê tr e fo u rn is se ’ou la p rocédure
h a b itu e lle m e n t suivie. V ous n ’h ésitere z pas, to u te s les fo is que vous
le ju g erez n écessaire, â s a is ir ù c e tte fin le s a u to rité s a d m in is tra tiv e s
ou ju d ic ia ire s e t à in te rv e n ir, au besoin., a u p rè s des mem bre»- des
Com m issions (le su rv eillan ce e t d es Sociétés de I'a iro n u g o c.t, p lus
g é n éralem en t de to n te personne q u i se s e r a it in téressée a u condam né.
11 ne vous éc h a p p e ra pas,- en raiso n do la g ra v ité des décisions
qui se ro n t )irises eu m a tiè re de lib é ra tio n co nditionnelle à J’é g ard
des d éten u s e n cause, q u e les d o ssiers les co n c e rn a n t d e v ro n t ê tre cons­
titu é s avec u n so in to u t p a rtic u lie r e t g u ’au eu n élém en t d ’in fo rm a ­
tio n ne d e v ra ê tr e négligé afin de p e rm e ttre a u C o m ité 'c o n s u lta tif
de s ta tu e r en p lein e co u naissauce de cause.
C o n fo rm ém ent à i’a rtic le S de la loi d u 6 ju ille t 1942, les relégables
a d m is au bénéfice de la lib é ra tio n co n ditionnelle re s te ro n t soum is à
c e tte m esu re d u ra n t 20 a n s à com pter d u jo u r oïl c e tte fa v e u r le u r
se f a a ccordée.
F o n d a n t c e tte m êm e période, lesd its condam nés se ro n t en o u tre
placé s d& plein d ro it so u s l’e rég im e île rtu te v d iç tto n de sé jo u r d an s
le s conditions d éterm in ées p a r le d écret du 30 octobre 1935,
L es a m p liatio n s des a rr ê té s d 'in te rd ic tio n de sé jo u r p ris i l ’ég ard
d es relég ab les a y a n t bénéficié d ’un é la rg issem en t conditionnel, vous se­
ro n t a d ressées p a r m es services p o u r notification a u x in téressés en
m fiœ e tem p s que les perm is de lib é ra tio n conditionnelle qui d ev ro n t
le u r ê tre rem is.
J o s e p h B A R T H É L ÉM Y
LOI D U
6 JU IL L E T
1943
sur l’exécution de ïa peine de la relégation dans la Métropole
et sur rélargissem ent conditionnel des relégués transportés
‘(p arue a u Jo u rn a l Officiel du 26 ju ille t 1 9 f f l
Nous,
M a ré c h a l
de
F k a iîc e ,
C h ef
de
l ’E t a t
fra n ç a is ,
L e C onseil des M in istres entendu,
D ÉC R ÉT O N S :
^ A r t k a . e p r e m i e r . — L es condam nés â la relégation m ain ten u s p ro ­
v iso irem en t en F ra n c e p o u r quelque cause que ce soit, so n t in tern és
d a n s un E ta b lisse m e n t p é n ite n tia ire ' am énagé à c e t effet ou, à ti tr e
p ro v iso ire, d a o s les q u a rtie rs sp éciau x des E ta b lissem en ts e x is ta n ts.
A r t . 2. — Les condam nés visés à l ’a rtic le p rem ier so n t soum is à
u n régim e de discipline c o m p o rtan t obligation a u tra v a il e t p e rm e tta n t
la co n sta ta tio n jo u rn a liè re de le u r conduite e t de le u rs effo rts de ré a ­
d a p ta tio n .
A r t . 3, — Ces condam nés p o u rro n t, m a is seulem ent a p rè s u n d élai de
de tr o is a n s à com pter du jo u r où la peine de la relég atio n a comm encé
à co u rir, ê tr e lib é ré s conditionnellem ent p a r a r r ê té du G ard e des
S ceaux, s u r l’a v is du C om ité d e lib é ra tio n conditionnelle p rév u p a r la
lo i du 14 aoflt 1885.
L ’a r r ê té de lib é ra tio n p eu t im poser, p e n d a n t u n tem p s qui n'excè­
d e n t.p a s cin q .années, to u te m esure p ropre à a s s u re r le u r reclassem ent,
n o ta m m en t p a r le u r placem ent sous la protection d’une société de
p a tro n a g e ou d ’u n m em bre de la fam ille h a b ilité à cet effet.
C ette lib é ra tio n dev ien d ra définitive à l’e x p ira tio n d ’u n d é la i de
v in g t a n s à co m p ter de la d a te de la décision q u i l ’a u r a accordée. P en ­
216
CODE
'
■ 1Ü42. — i i
PÉN1TBKT1ATRB .
t'
d a n t ce délai, c e tte décision p o u rr a ê tre révoquée en cas d ’in co n d u ite
d û m en t co nsultée ou d 'in fra c tio n a u x d isp o sitio n s sp èciales ex p rim ées
d an s l'a r r ê té de lib ératio n .
A h t . 4 , — L es co n d am n és lib é ré s
cèd en t sont, de p lein d ro it, dès
p e n d a n t to u te l a d u ré e de celk-cL,
d an s ie s conditions d éterm in ées p a r
en v e rtu des disp o sitio n s q u i p ré ­
J e u r . lib é ra tio n co n d itio n n elle e t
soum is k l'in te rd ic tio n de sé jo u r
le d écret du 30 octobre 1935.
F a it à V ichy, le 6 ju ille t 1942,
Pli; P É T A IN
P a r le M aré c h a l de F ra n c e , C hef de l 'E t a t fra n ç a is :
L e Garde, des Scea u x,
M in istre secrétaire d’E h it â la Ju stic e ,
JoSBWf B A R T H É L ÉM Y
L e C hef d u Gouvernement-,
M in istre secréta ire d ’E ta t à l’In té r ie u r
scrTKJiuiu-:
21?
22 septem bre. 394.2. ■
—• C i r o u l a i r k rela tive à la création d ’un centre
d 'accueil p o v r m in eu rs d élin q u a n ts en v u e de la suppression de
le u r d éte n tio n en m aison* d’arrêt.
J ’ai p ris connaissance avec le p lu s g ran d in té rê t des r a p p o r ts p a r
lesq u els vos collègues e t vous-m énie m ’avez ren d u com pte d es m esures
p rise s d an s chaque re sso rt, en. exécution des p re sc rip tio n s cle mes
c irc u la ire s des 21 m a rs e t 8 a v ril 1942 co n cern an t la su p p ressio n de
l ’in c a rc é ra tio n des ndj.neu.rs p rév eu n s d an s les m aisons d 'a rrê t.
L a le c tu re de ces docum ents m ’a p erm is de c o n sta te r q u ’u n des obs­
tac le s r e ta r d a n t l ’aboutissem ent des effo rts e n tre p ris p a r ies p arq u e ts
g én éra u x , en v u e fie f a ir e a s s u re r p^ir u n organism e p ublic ou p riv é
l a g a rd e des je u n e s inculpés, é ta it le m anque d 'in fo rm a tio n des m ag is­
t r a t s to u c h a n t la n a tu re e t la m ise en oeuvre des m oyens financiers dont
dispose m a C hancellerie, p o u r accom plir c e tte tache.
J ’estim e o p portu n, ea conséquence, de vous a p p o rte r p a r la p résen te
c irc u la ire , avec quelques d irectiv es d’o rd re g én éral, des précisions a u
s u je t des m o d alités selon lesquelles se ro n t co u v erts les f r a is en tra în é s
p a r. la ré a lisa tio n de ce program m e.
P ie r re L a v a l
11 septem bre 1942. — C i r c u l a i r e à M essieu rs Jes d irecteu rs des ser­
v ice s exté rieu rs re la tiv e a u x recom m andations en friveur du per­
sonnel-.
J 'a i le re g r e t de c o n sta te r d epuis quelque, tem ps une ré a p p a ritio n
des in terv en tio n s e u fa v e u r dos fo n ctio n n a ire s de lA d m is tra tio n p é n i­
te n tia ire e t des se rv ices de l'K d n catio u surveillée.
J ’en ten d s m e ttre ceux-ci eu g a rd e co n tre le re c o u rs
de sem blables
p ra tiq u e s, ju s te m e n t condam nées, que je ne s a u r a is m e ttre au com pte
de l ’ignorance p u isq u e perso n n e oe p e u t a v o ir oublié que le s reco m m an ­
d a tio n s so n t in te rd ite s.
E n ra iso n d u so u ci d’é q u ité q u i p ré sid e à chacu n e des décisions
In té re ssa n t m on perso n n el, c e lu i-c i d oit co m p ren d re qu'elles consti­
tu e n t vis-avis de m oi une in co rrectio n in ad m issib le m ais su rto u t une
te n ta tiv e d e-p ressio n to ta le m e n t in o p éran te.
Qu’Ils so ien t eu conséquence, in fo rm és q u e je n e suis pas disposé
â en to lé re r le re to u r p a rc e q u ’elles tém o ig n en t en o u tre h m es yeux,
•d'un ab a isse m e n t de celcii q u i Jes provoque, d 'u n e s p rit de c am a ra d e rie
p ris d an s son ac c e p ta tio n la p lu s n é fa ste e t q u i d o it d e m eu rer é tr a n ­
g e r a u service, à m oins encore qu’elles ne soient îa c o n tre p a rtie que
c e rta in s p o u rra ie n t se v o ir eo d ro it d’exiger d’u n « p ro te c te u r », D an s
tous les ca s elles m ’a p p a ra isse n t in co m p atib les avec la d ig n ité du
fo n ctio n n aire.
J e vons p rie, e n conséquence, d 'a v ise r to u s le s ruoinhi-es du personuel
placés sous vos. o rd re s qu^il ne s e ra te n u ano.uu com pte dos recom m an­
d a tio n s in te rv e n u e s e n le u r fa v e u r a n tre m e u t que p o u r les co n sid érer
comm e un m a n q u e m en t à la üisci.pMnc passib le de sanction.
J oseph
B A R T H É L ÉM Y
Afin de h â te r la solution d 'u n problèm e d o n t l'im p o rta n c e n ’a pas
échappé au G ouvernem ent, la lo i de tinances du 5 ju in 1942 a accordé
a u M in istère de la J u s tic e un c ré d it de subvention, d estin é à faire
fa c e a u x d épenses occasionnées p a r la création des C entres dA ccueil
qui d e v ro n t-re c e v o ir, d an s un p ro ch ain avenir, to u s les m in eu rs en
co u rs d ’instruction.
Ce c réd it, e st affecté à u n nooveau c h a p itré du bud g et de mon
D é p a rte m e n t in titu lé « S ubventions p o u r tr a v a u x d 'é tab lissem en t et
f r a is d ’e n tre tien , a ttrib u é e s au x Œ u v re s p riv ées re c e v a n t des m ineurs
.délin q u an ts ».
Le libellé de c e tte ru b riq u e m a rq u e bien que seul u n organism e
p riv é .peut, ê tr e bénéficiaire d ’u n e d o tatio n a u x fins* indiquées, sa u f
à oeit'o œ uvre à sons déléguer, év en tu e llem en t u n e p a rfie des fonda
q u i lu i sero n t allo u és à tel étab lissem en t -p u b lic a s s u ra n t la garde
des m in eu rs en v ertu d ’un accord passé d an s Jes condition'; précisées
p lu s loin.
M a C h an cellerie estim e, en effet, o u vu des ré s u lta ts p a rtic u liè re ­
m en t h e u reu x obtenus p a r ce procédé d an s c e rtain s d é p a rte m e n ts que
le m oyen le p lu s rap id e de m ener ü bien la ré a lisa tio n d es C entres
.d’A ccueil est cle confier cette tâ c h e a u x « Services sociaux de S au v e­
g a rd e de l’E n fa n c e » , qui fonctionnent d éjà d ans c e rta in s resso rts e t
p eu v en t ê tr e constitués à b re f d élai d an s les .antres.
V otre p re m iè re préoccupation doit donc ê tr e de s u s c ite r la création
d ’u n tel o rg an ism e a u siège de v'otre C our, ù m oins q u ’u n e œ uvre priv ée
d é jà fondée ne sa it susceptible d 'y re m p lir le mêm e office.
L a m ission de ce Service Social ou de l’Œ u v re privée e x is ta n te
c o n sistera à 'o u v r i r au p rès des trib u n a u x les p lu s im p o rtan ts de votre
re s s o rt un C en tre d’Accueil, d o n t la s itu a tio n se ra choisie de faijon
à -lu i p en u e tv re de d esserv ir u n c e rta in nom bre d 'arro n d issem en ts.
C haque d ép artem en t, e n principe, p o sséd era son C entre ; m aïs
rien ne s oppose a ce qu uno a n tre d istrib u tio n géographique de ces
218
CODE P É N IT B N T IA ÎB E
1 0 4 2 . — 2 2 SEPTEM BRE
é tab lissem en ts soit adoptée, com pte ten u des fa c ilité s lo cales de com­
m un icatio n s et de l'im p o rta n c e resp ectiv e cles ju rid ic tio n s in téressées.
L e s lim ites fies re s so rts n e d ev ro n t 'p as fa ire , a b slaéle à l ’ado p tio n
d ’une ré p a rti! ion ra tio n n elle des C entres.
:Vo>i!-.? apprécierev; de. même, selon le s cas, s'il e st plus, opportun
de c ré e r nn Service so cial unique appelé h c o n trô le r.to n s les C entres
d ’A ceneil de v o tre re s s o rt oci bien, au c o n tra ire de fa ire ..a s s u re r îa
gestion de chaque C e n tre p a r u n e .œ u v re distin cte.
L a c o n stitu tio n des Services so ciau x d e v ra s 'in sp ire r dès d irectiv es
su iv a n te s : '
C hacune d e. ces A sso ciatio n s sera placée sons: le p a tro n a g e d’un
C onseil d ’A d m im stra tio n p résid é p a r un. h a u t M a g is tra t e t composé dp
jtyxembres de. la C our e t du T rib u n a l, a in si que de re p ré s e n ta n ts des
a d m in is tra tio n s les p lu s qualifiés p o u r iui a p p o rte r u u a p p u i effectif :.
P ré fe c tu re s, M unicip alités, Services re le v a n t du M in is tè re 'd e l ’E do ca­
tio n . n a tio n a le e t do la Jeu n esse. du S e c ré ta ria t d 'E ta t à la S an té
(A ssistan ce publique, S erv ices des H ospices, B u re a u x de B ien fa isan ce ),
e t du C o m m issaria t g én éral â la .F am ille, etc...
Ce Conseil p o u rra com porter, en o u tre, des délégués du S ecours n a tio ­
nal, de la C roix-R ouge ou d ’Iu s titn tio o s c h a rita b le s s 'in té re s s a n t â
l'enfance, des M in isires d u C ulte, des M em bres du B a rre a u ou de
l'E n seig n em en t, des M a g istra ts h o n o raires, o u "to u te s p erso n n es dési­
gnées p a r le u r a c tiv ité a n té rie u re p o u r co llaborer â l'œ u v re du re d re s­
sem en t de lu jeunesse délinquante;
L a D irection de cet o rganism e s e ra assum ée, sous le contrôle adm inis­
t r a t i f et financier d ’u n C om ité technique nom m é p a r le Conseil,- p a r
u n D ire c te u r - ou une D ir e c tr ic e - à qui in co m b era la double tâ c h e d e .
p o u rsu iv re la ré a lisa tio u p ra tiq u e du C en tre d A c c u e il e t d'en a ss u re r
le fonctionnem ent.
■ Le p lu s -g ra n d soi ri' d e v ra p ré sid e r au choix de c e tte p erso n n alité,
de qui dépend la ré u ssite , cle l’œ uvre e n tre p rise . Les q u alités qui
d ev ro n t la désigner a u x su ffrag es du Conseil d e v r o n f ê tr e p rin c ip ale ­
m en t celles qui fo u t le s c h eïs e t le s o rg a n isa te u rs.
L ’esprit, qui l ’a n im e ra s e ra te l que ce C en tre puisse co n stitu er, non
p a s une sim ple e n tre p rise de g ard ien n ag e, ruais u n e M aison d ’Accueil
consacrée à u n e sélection ju diciertse e t a n s p re m ie rs essais de rééd u ca­
tion des m ineurs.
P a rm i les personne? qui sem blent p a rtic u liè re m e n t ^préparées à
e x e rc e r ces fonctions, on p e u t c ite r : les d irig e a n ts d ’O rg a n isa tio n s'd e
Jeu n e s e t de Services sociaux, les M em bres a c tifs de P a tro n a g e ou
de C om ités de D éfense des E n fa n ts tr a d u its en .Justice, les C h efs de
C am ps de Jeu n esse d é ta c h é s ^ p a r.le u r A d m in istra tio n , les A ssista n te s
sociales déjà, éprouvées, etc...
.Dès sa constitution en A ssociation déclarée, le « S erv ice social
de S au v eg ard e de l ’E n fa n c e e t de l'A dolescence» procédera a u x dili­
gences su iv a n te s ;
Son p rem ier soin s e ra d 'a d re ss e r a u P a rq u e t co m pétent conform é­
m ent â l'a rtic le 7 dù D é c re t du 15 ja n v ie r 1029 p o rta n t règ lem en t
d 'a d m in istra tio n pu b liq u e en ap p licatio n de la loi d u 22 ju ille t 1912,
une requête te n d a n t ù ê tre h a b ilité â recevoir des m in eu rs d élin q u an ts.-
219
Le P ro c u re u r cle la R épublique en sa is ira , d an s le p lu s b re f délai, le
P ré f e t qui p re n d ra uu a rr ê té de désignation.
D ès l'a b o u tissem en t de ces dém arches, le Service social, f e r a p a r­
v en ir à m a C h ancellerie u n e dem ande de subvention, a ss o rtie de v otre
a v i s 'e t ju stifiée p a r un devis som m aire des dépenses de p rem ier é ta ­
b lissem en t e t. des fr a is o rd in a ire s de fonctionnem ent. Un décom pte
a p p ro x im a tif d u p rix de re v ie n t jo u rn a lie r de l'e n tre tie n d 'un m in eu r
y s e ra jo in t.'
L e m o n ta n t des c ré d its m is â ia disposition du M inistèro de la
J u s tic e ne me p e rm e t pas, en principe, d ’en v isag er l’allo catio n à
chaque C en tre d ’A ccueil d é p a rte m e n ta l d 'une som m e su p érieu re à
100,000 frs. Ce ch iffre p o u rr a it cep en d an t ê tr e d épassé a u cas où .
des co n sid é ra tio n s locales v o u s a u ra ie n t am ené à c o n stitu e r un o rg a­
nism e com m un à p lu sieu rs d ép artem en ts. C ette d o tatio n e st destinée
à c o u v rir les dépenses de p re m ie r étab lissem en t des Ceo trè s dA ccueil.
Q u a o t a u x f r a is d 'e n tre tie n des m ineurs, ils se ro n t co u v erts to u t
d ’a b o rd p a r le s allo catio n s jo u rn a liè re s accordées aux. «-livres privées
en v e rtu de l'a rtic le . 23 du d écret d u 15 ja n v ie r 1929, fixés à 12 ou
14 frs., selon l ’&ge de l'e n fa n t, p a r le d é c re t du 2 a v ril 1942A' la fui de chaq u e trim e stre ïes S ervices sociau x de S au v eg ard e
d ev ro n t a d re s se r à m a C h ancellerie des m ém oires basés s u r les ta u x
indiqués, d an s les m êm es conditions que les a u tre s œ uvres h ab ilitées
à recev o ir en iu te rn a t des je u n e s d élin q u an ts,
D a n s îa p lu p a r t des cas, le chiffre cle ces u ilo catio as n 'a tte in d r a p a s
celui d n p rix de jo u rn é e - effectivem ent p a y é , p a r l'œ u v re p our
l ’e n tre tie n du m ineur. L a différence e n tre ces d eux som m es d ev ra donc
ê tr e su p p o rtée p a r la subvention an n u elle e t il d e v ra ê tr e tenu
com pte de ce f a i t lors de ia fix atio n p a r l ’œ uvre du m o n ta n t de sa
d em and e de fonds.
I l a r r iv e r a quelquefois cjue le S ervice social fa s se appel, pour
. a ssu re r, sous son contrôle, la g a rd e p ro v iso ire des jeu n es délinquants, à
des E ta b lisse m e n ts p u b lics ne re le v a n t p as du M in istè re de la Ju stice,
te ls q u ’H ospices ou « F o y e rs F a m ilia u x » d e -l'A ss ista n c e publique.
M a C h an cellerie rem boursera dans c e tte hypothèse a u x 'A d m in is tr a ­
tio n s intéressées les p rix de jo u rn ées fixés p a r les d é p a rte m e n ts pour
l'e n tre tie n des m in eu rs qui leu r so n t confiés p a r l'a u to rité ju d iciaire.
L e S erv ice social, continuera d ans ce cas, à ê tre seul a ttrib u ta ire
de la su bvention. I l affectera celle-ci p o u r p a rtie à ses p ro p re s fr a is
g é n é ra u x (ré m u n ératio n du personnel de d irectio n e t des g ardiens,
s ’il y a lieu) e t sous-délèguera év en tu e llem en t le re ste h " ‘E ta b lisse ­
m e n t in téressé, p o u r lu i p e rm e ttre de ta ir e face a u x tr a v a u x d ’a m én a­
gem ent nécessités p a r l’in sta lla tio n d n C en tre d'Acc-ueü e t de p allier,
le cas éch éan t, ù l'insuffisance de l ’allo catio n jo u rn a liè re qui lui sera
versée.
D an s ce cas, comm e d an s celui de la c o n stitu tio n d 'u n C entre dis­
tin ct, il e st bien entendu que' to u tes ju stificatio n s u tiles co n cern an t
i’eirtploi. des fo n d s sollicités d ev ro n t ê tr e ad ressées à m es Services
lo rs de la dem ande de subvention.
Si- les som m es allouées p ^ r mon D ép artem en t ne suffisaient p a s ''à
a s s u re r la c o n stitu tio n e t le foncJionnom ent du .Centre, il a p p a rtie n ­
d ra it a u Service social, sous le couvert de v o tre h a u te au to rité,
d ’a d re sse r une dem ande de dotation com plém entaire nu Secours n a tio ­
n a l, à la C roix-Rouge, a u D ép artem en t ou à la Commune.
• 220
CODE «PÉNITICNTTAIRE
•lM i. — '22 ülvî‘TKMHiilî
J ’a i c o n sta té en effet, nue ces o rg an ism es et: co llectiv ités n ’a v a ie n t
p a s h ésité ù a p p o rte r à p lu sie u rs re p rise s une co n trib u tio n financière
im p o rta n te à. la c o n stitu tio n des C en tres d'Accucil.
27 ju ille t 1042 re la tiv e à l'E n fa n c e d élin q u an te e t d estin ée il p e rm e ttre
•l’a p p licatio n de cette loi eu atten d an t, la construction des C entres
d ’o b se rv a tio n définitifs.
Le S ervice social a ssu m era , enfin, ia tâ c h e d élicate de tro u v e r un
lo cal a d a p té a u x Uns poursu iv ies.
Vous voudrez bien, à cette occasion, p r ê te r v o tre ap p u i le p lu s
com plet ù c e tte Œ u v re e t n e p as h é s ite r à v ons m e ttre en ra p p o rt
d an s ce b u t avec les a u to rité s a d m in is tra tiv e s régionales, d é p arte m e n ­
ta le s e t m unicipales, p a rtic u liè re m e n t qualifiées p o u r a p p o rte r à ce
problèm e u n e h eu reu se so lu tio n . M a C h an cellerie se propose, d’a il­
le u rs, d’in v ite r d ire c te m e n t JUM. le s P ré fe ts à a s s u re r un concours
a c tif à ia ré a lisa tio n d u p ré s e n t program m e.
J ’appelle égalem ent v o ire a tte n tio n su r l ’in té rê t que peu v en t p ré ­
se n te r à ce su je t des p rise s de co n tac tsav ec les re p ré se n ta n ts locaux
des Services de 3a Jeunesse, de la F a m ille et. de 3a Santé.
I l conviendra, n o ta m m e n t d 'ex am in er, le cas éch éan t, avec les
D élégués d é p a rte m e n ta u x e t ie s C om m issaires rég io n au x à l a Jeu n esse,
la possibilité de créer, sous le contrô le du S ervice social, d an s un C en tre
de Jeunesse, une an n e x e réserv ée a u x je u n es d élin q u an ts.
A to u t 3o m oins, une lia iso n é tro ite avec les C hefs rég io n au x des
C en tres d ’A pprentîs, des C e n tre s ru r a u x de jeunesse, des C en tres de
R e sta u ra tio n p aysan n e, p e rm e ttra it a u S ervice so c ia l d 'u tilise r h
l'occasion,, la gam m e trè s v ariée de p lace m en ts o fferte p a r ces div ers
organism es.
D ans c e rta in s cas, des Jîégociations e n tre p rise s avec l’A dm inis­
tr a tio n des H ospices, p a r l’in te rm é d ia ire d u P ré fe t, pourront- a b o u tir .
à la c ré atio n d 'm i C e n tre d ’A ccueil dons un q u a rtie r d ’E tab lisse m e o t
h o sp ita lie r e t spécialem en t d ’A sile p sy ch iatriq u e.
C ette solution p ré s e n te ra l 'a v a n ta g e de m e ttre le s m in e u rs à la
disposition des A ssista n te s des S ervices sociaux d é p a rte m e n ta u x e t
des M édecins-psychiatres. L 'enquête sociale e t l'o b se rv a tio n m édicale
des jeunes d élin q u a n ts s'eu tro u v e ro n t ain si facilitées.
T outefois, il sera bon de ne re c o u rir â mie te lle solution ip-ie si
un pavillon isolé ou un q u a rtie r absolum ent distiuc-t de l’H ospice p e u t
ê tre affecté au C en tre d'A ccucil. L a. su rv eilla n c e des m in eu rs sera,
s ’il y u îiwi, confiée à un p ersonnel recru té p a r le S ervice social. D a n s
i-nu» tes cas, c e t o rg an ism e ex ercera sou co n trô le s u r le fo n ctio n n e-' •,
m ent du C en tre e t fa c ilite ra sa liaiso n avec l ’a u to rité ju d ic ia ire .
Les p résen tes in s tru c tio n s co n cern an t la ré a lisa tio n des C en tres
d’Accneil ne v isen t q u ’à vous su g g érer les m esu res p ro p re s ù a ss u re r
la g a rd e des je u n e s g arço n s prév en u s. E n ce q u i concerne Jes filles,
ce problèm e p e u t ê tr e p a rto u t - se m b le -t-il-fa c ile m e n t résolu d’une
a u tre m anière, en ra iso n de la m u ltip lic ité d,es E ta b lisse m e n ts p riv és
qui accep ten t de recev o ir le s je u n e s d élin q u an tes, n o ta m m en t les
lio n s P a steu rs.
Mes p rescrip tio n s ne sa u ra ie n t, d ’a u tr e p a rt, recev o ir d’a p p licatio n
d a n s les g ran d es v illes où l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire a u r a it a ss u ­
m é de son p ro p re c h e f la c réatio n d ’un véritable- « C e n tre d’O bservatio n » p ro v iso ire, ré p o n d a n t a u x conceptions de la loi N° 683 du
_
221
J e ne cro is p a s in u tile d’a jo u te r que le S ervice social de Sauvegarde--de l ’E n fa n c e e t de l ’A doiescence ne d e v ra p a s b o rn er son rôle
â cré e r e t d irig e r les C en tres d’A ccueil : la tâ c h e p lu s v aste qui l ’a tte n d
d o it fa ire de lu i-u n v é rita b le a u x ilia ire de la .lustice.
J ’estiroe, e u effet, que cet o rg an ism e doit ê tr e appelé, d’une m an ière
g énérale, i\ a p p o rte r son concours a u x a u to rité s Ju d iciaires, a u x œ uvres
p ro te c tric e s de i’en fan ce e t 'a u x fa m illes en to u te m a tiè re concernant
la sau v eg ard e, le red ressem en t m o ra l e t le reclassem en t social de la
jeu n esse m alh eu reu se e t délinquante.
P a rtic u liè re m e n t désignée p o u r d ilig en ter l ’enquête sociale, en m a­
tiè re civile comm e en m a tiè re pénale, d an s Ions les cas où la loi e t la
p ra tiq u e l’ad m etten t actu ellem en t, c e tte association p rê te ra égalem ent
u n app u i p récieu x a u x trib u n a u x , en p ro céd an t au d ép istag e des
e n fa n ts ju s tic ia b le s à u n titr e .quelconque d’une m esu re do protec­
tio n , de sftreté ou de rééducation (m in eu rs d élinquants, vagabonds,
m a ltra ité s , d élaissés, en d an g er m oral, etc..,)E lie m e ttra , eu o u tre, ses a s s is ta n te s e t ses délégués à la disposition
d es m a g istra ts , p o u r co n trô ler les m in eu rs placés sous le régim e de
la lib e rté su rveillée ou a s s u re r l'exécution des décisions ren d u es en
v e rtu des d isp o sitio n s s u r l'a s s is ta n te éducative.
I l lu i a p p a rtie n d ra ; euün, de g a rd e r u u co n tact é tro it avec les
a n cie n s p en sio n n aire s des C en tres d ’A ccneil confiés a u x In s titu tio n s
p ubliques d ’E d u catio n su rv eillée e t a u x Œ u v re s p riv ées e t de se
m e ttre en ra p p o rt avec les D ire c te u rs de ces E tab lissem en ts.
. L a p o ssib ilité lu i s e ra ain si offerte, selon les cas, de. fa c ilite r l’a d ­
m ission des pupilles m é rita n ts a n bénéfice de la. lib é ra tio n d ’épreuve
ou de p ro v o q u er il le u r ég a rd u n e iu stan ce m odificative.
*■#
Les p récisio ns ap p o rtées p a r la p résen te c irc u la ire e t les sugges­
tio n s q u i s'y tro u v en t contenues vous p e rm e tiro n t. j ’eu su is persuadé,
de do n n er n u e nouvelle im pulsion il la m ise en œ u v re ra p id e des
m esu res qu i doivent a b o u tir â la su p p ressio n de la d é te n tio n des
m in e u rs d a n s les m aisons d ’a rr ê t.
.. L'u'rgeuce que p résen te l'ap p licatio n des so lu tio n s préconisées ne
vous écliap]>era p as. J ’appelle n otam m ent v otre a tte n tio n su r le f a it
qu 'n n re ta rd excessif d an s la co n stitu tio n des Services so ciau x e t
d a n s la tra n sm issio n à u ia C hancellerie de le u rs dem andes de subven­
tions risq u e ra it d ’e n tra în e r î ’a u o u latio n , en fin d ’exercice, des cré­
d its co rresp o n dants.
J e v ous p rie, en conséquence, de vouloir bien v e ille r personnellem ent
â ce que m es' in stru c tio n s reço iv en t une p ro m p te exécution.
E n a tte n d a n t la ré a lisa tio n de l'o rg a n isa tio n .projetée, n n contrôle
é tro it c o n tin u e ra d 'ê tre exercé p a r vos soins s u r to u s le s écrous de
222
1942.
CODE
'
— 2 6 SEPTEM BRE
223
P É K IT E N T lA lïtE
m ineurs, afin q u 'a u cu n e in c a rc é ra tio n n 'in te rv ie n n e sa n s m o tifs ‘i m pé­
rieu x .
B ase : 600 K g /ia a la d e /a n avec lim ita tio n à 12 K g /m S /a n '
C o rrectio n d ’a ttrib u tio n su iv a n t la position géographique.
J 'a tta c lie r a îs du p r ix h recev o ir, a v a n t le 1er décem bre' p ro ch ain ,
u n ra p p o rt circo n sta n cié co n c e rn a n t le r é s u lta t île vos diligences;
L e G arde des 'Sceaux,
M in istre secrétaire. d’E ta t à la Ju stice,
J o seph
Circwiscriplipu .
... ÉTABLISSEMENT
péiijtCDtiaiie
.
B A R T H E L EM Y
P o u r a m p lia tio n : .
EY SSES
sep tem b re 1 9 4 1 '/. — C i r c ü t a i e b ; re la tiv e à l’allocation de charbon
'aux in firm eries ie s éta b lin sem en ts ‘p én ite n tia ire s p o u r la 'campagne
1942-1948.
LY O N
■'
fiase
HéelJe
touncs
t 0 Un.es
20
319
4.000
192
102
.75
•2
.5
20
16
01
■ W.
.268
tu o .
.1.50
20
10
0
13
31
25
3,2.
3 8
I 8
360 8
126
1.500
14
2
2!
23
25
03
10
G5
4.3
1..2
2.65
13.8
0
1.8
3,4
16.5
704
300
44
20
10
15
8.5
3.0
5.2
2.2
110
230
700
100
350
50
00
00
uo
6
17
30
5
10
5
5
1
1
18
13
23
32.
55
10
12
00
110
4.324
• ■Nîm es (C e n tr a is }
172
i N îm e s ( A r r ê t ) . ............
220
' P r i v a s . , — ................ - • •
81.
i V a l e n c e .................... ..
M o n t p e l l i e r ....................
53
02
25
. 5
R 5om ( C e n tr a le ) .........
R io in ( A r r ê t ) . ..............
C l e r i u o n t .................. .
T h i e r s ................................
G u é r e t ...... ........................
C h a t e : m r o u x ..............
2.749
143
149
• 06
1
02
105
8
10
â
2
T o u lo u s e . ; ......................
352
20
Ê v é s ê » ■.
C o n t a n c in
A.TTRI tUTION
7.SS0
A N iA N E ■■ • :,A n ia tiô '........ .........
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
26
.
Volume NoralrfC
Volume
de
moyen
relatif
l'infirde •
M»
rucrie
malades malades
en
-----'.........
) L jm o g e s . . . . ....................
\ L a R c o l e ..........................
1Pau
........., .......
P è r i g u e u s . .......................
. T a r , b e s . . -,.............. ..........
G r e n o b l e ........ . ..............
, C h a m b é r v ........ .............
( S a in t- E tie n n e ..............
1 L ycin -(C o rrectiO n ') ., ..
A n n e c y . '. .........................
7:2
1-2
m
■1 1
48
2 3
1.2
0 .9
1
0 .9
'
■m
.
.
2 .9
3.5
1.-2
M a r s e ille
P a r m a c irc u la ire N° 2.929 en d a te dn 4 se p tem b re co u ra n t, je vous
a i in fo rm é que le R é p a rtite u r d u charbon a v a it accepté d ’accorder
a u x infirm eries-des p riso n s le m êm e tr a ite m e n t a n p o in t de v u e a p p ro ­
v isionnem ent en charbon, que celui a ttrib u é a u x h ô p itau x .
E n exécution de cette décision, le R é p a rtite u r du ch arb o n a a rrê té
le p rogram m e des a ttrib u tio n s de charbon q u i se ro n t fa ite s a u x in fir­
meries! des prisons, p o u r la cam pagne 1942-1943 ; ce p ro g ram m e figure
s u r la liste que je vous com niu n i'iae sous ce pli.
I l vous a p p a rtie n d ra de vons m e ttre en ra p p o r t avec le s B u re a u x
des C h arb o n s des d é p a rte m e n ts In téressés p o u r o b te n ir u n e e x acte
a p p licatio n d u p ro g ram m e ain si (élaboré.
M A R S E IL L E
j
'
\
i
-
P a r d élégation ;
Lc\ D irecteu r de l'A d m in istra tio n p én iten tia ire
et des. S ervices de l’E d u c a tio n surveillée,
'
N IM ES
( S a in t- P ie v r e ) —
M a r s e i i i c ( C h a o s ) ___
M a r s e ille
( P r é s e n tfn e s ) ............
A ix - e n - P r o v e n c e .
T o u l o n ...............................
D r a g u i g n n n ....................
N ic e .................................
G r a s s e ...............................
D i g u e ..........................................—
A jk c c îo ..............................
B a s t i a . ............................
7
6
1.3
2.758.4
1 .9
6
6
7.2
0.6
0 G
0.8
1.65
5
1.15
3 6
3 .6
0
0.35
■ 0 33
52
■7
44 .
11
8
49.2
2 12
2.54
1 •
0 05
34.4
1.5
2.84
1
0 .4
14
17
14
22
40
18
33
1 1
1 8
0 0
0 9
' 1.1
43
2 2
■2 3
1.1
1
1.2
3
2.7
CON TAN CIN
. R IO M
TOULOUSE
A ttrib u tio n s âe charbon a u x in firm eries des E ,tcM issem ents p én iten ­
tia ires :
i
5
n
I
i
224
CODE piNITKNTIA-IBTC
30 septem bre 1942. — C ibcu xa ibis à M essieu rs les d irecteu rs des ser­
vices e x té rie u rs de zone libre re la tive ù ha répression des évasions des
cam ps de travail.
1. - .Te vous com m unique sous ce p li, p o u r v o tre in f o rm a tio n ,'u n
ex em plaire de la c irc u la ire en d a te «lu 5 sep tem b re 1942 p a r laq u elle
m a C h an cellerie (D irec tio n crim in elle - 1 " B u re a u ) recom m ande à
M essieu rs les P ro c u re u rs g é n é ra u x p rè s leu C ours d 'a p p e l une stric te
ap p licatio n Ue la loi du 21 ju ille t 1942 qui ré p rim e l'év asio n de la
m ain -d ’œ uvre pén ale em ployée h o rs des E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s.
2J e vous a d re sse ég ale m ent
e x e m p la ire d 'u n e affiche rep ro d u i­
san t, en gro s carac tè re s, le s disp o sitio n s de ce nou v eau te x te lé g isla tif ;
ain si que je vous le reco m m an d ais p a r m a c irc u la ire N° 2.38S en d a te
du 27 a o û t d ern ier, vous a u re z â f a ir e p la c a rd e r ces affiches d an s des
e n d ro its d ’où elles p o u rro n t ê tre ru e s fréq u em m en t p a r les tra v a ille u r»
des C h a n tie rs e x té rie u rs (p a r exem ple, d an s le u rs do rto irs,.,.)
Vous n e m an q u erez pas, a u cas d 'o u v e rtu re d'un nouv eau cam p de
tr a v a il s u r îe te r r ito ir e de v o tre C irconscription p é n ite n tia ire , de m e
dem ander, sous le p rése n t tim b re, de n o u v eau x e x em p laires de l ’affi­
che jointe.
P a r d élégation :
L e D irecteu r de l'A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
e t des S e rvices de V Education surveillée,
CON TAN CIN
Lu
G A r.D K DKS yCK AU X , M lN T S T K K SICGKl'TAUtE D 'E T A T A LA JU S T IC E ,
A M o n sieu r Je directeu r de la circonscription p é n iten tia ire de :
Le Jo u rn a l Officiel dn 19 a o û t 1042 p ublie la loi N° 701 du 21 ju il­
le t 1942 ré p rim a n t l'év asio n (te la m ain -d 'œ u v re p é n a le em ployée hors
des E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s en ap p licatio n des disp o sitio n s de
la loi d u 4. ju in 1Ü41.■En raiso n des conditions p a rtic u lières, d an s lesquelles s ’ex écu ten t
les peines p riv a tiv e s de lib e rté d a n s les c h a n tie rs de l'A d m in istratio n
D énitentiaire, il a é té n é cessaire d’in s titu e r un délit sp écial d'évasion
q u i ne com porte p a s les élénients cle violence ou de b ris de prisoL
exigés p a r l 'a rtic le 245 d n Code pénal.
P o u r a s s u re r u n e répression efficace, les peines de ce délii: spécial
so n t p lu s élevées e t ne se confondent p a s avec celle en co u ru e p o u r le.
crim e on îe délit qui m o tiv ait îa détentiou.
1
- J ’appelle v o tre a tte n tio n su r l ’in té rê t qui s ’a tta c h e à u n e s tric te
ap p licatio n de ces nouvelles dispositions.
P o u r le u r donner to u te l ’e x e m p la rité désirable, je vous p rie de
d em an d er â vos S ubstituas de re q u é rir m a n d a t d’a rr ô t ou de dépôt
contre les détenus évadés des cam p» de tr a v a il où ils é ta ie n t em ployés
e t com pte te n u des d if f ic ile s de tra n sfê re iu e n ts. de réa lise r, ie cas
v
1942. —
-
8 .OCTOBRE
225
é c h é a n t le d éssaisissem en t du p a rq u e t du lieu de l’a rr e s ta tio n p our
q u e l«s p o u rsu ite s so ieu t exercées d an s le re s s o rt duquel l ’évasion
s ’e s t p ro d u ite.
Vous v oudrez bien In v ite r vos S u b stitu ts â re q u é rir k l'au d ien ce,
des peines sévères e t à ne p as h é site r <\ re lev er appel des décisions
qu i le u r p a r a îtr a ie n t em p rein tes d’une faib lesse injnstlflée.
J e v o n s .p r ie de m ’a c cu ser réception de la p résen te circu laire,
J
oseph
B A R T H É L ÉM Y
8 o ctob re 1942. — Cj.bciti.ai me à M essieurs les p ré fe ts concernant le
p la c em e n t des je u n e s d élin q u a n ts dans «n éta b lissem en t public
tou privé.
J 'a i l ’h o n n e u r de vons fa ire c o n n a ître q u ’a u m ois de m a rs d ern ier,
M. le V ice-président du C onseil a appelé to u t p a rtic u liè re m e n t mon
a tte n tio n s u r la « s itu a tio n tra g iq u e des e n fa n ts actu e llem en t détenus
dans, le s p riso n s e t m ’a dem andé d e m e ttre fin à c e t é ta t de choses
d a n s le p lu s b re f d élai en p re n a n t des m esures, m êm e provisoires,
en vue de fa ire s o rtir les m in eu rs des m aisons d ’a r r ê t p o u r les placer
d an s d 'a u tr e s étab lissem en ts publics ou privés.
E u exécution de ces instructions, m a C h ancellerie s 'e s t préoccupée
a u ss itô t d 'a m én ag er des M aisons d’Accueil qui p e rm e ttro n t de recevoir
Im m éd iatem en t les jeu n es prévenus.
Ces m in eu rs se tro u v e ro n t ain si so u s tra its a u régim e rigou reux d ’iine
in c a rc é ra tio n p é n ite n tia ire so u v en t prolongée qui, en ra iso n des con­
d itio n s m a té rie lle s p a rtic u liè re m e n t pénibles d a n s lesquelles elle s ’ef­
fe c tu e à l ’h e u re a c tu e lle e t de la fâch eu se p ro m iscu ité q u ’elle en tra în e ,
co n stitu e un sé rieu x d an g er p o u r le u r s a n té e t le u r relèv em en t m oral.
P a r deux c irc u la ire s en d a te dés Ml m a rs e t 8 a v ril d ern iers,
j ’a i f a i t c o n n a ître à MM. les P ro c u re u rs g é n érau x q u e la détention
en m aison d’a r r ê t d’un m in eu r p révenu d ev ait ê tre désornm is consi­
dérée comm e u n e m esu re absolum ent exceptionnelle. .T'ai in v ité en
o u tre, ces h a u ts M a g istra ts k re c h e rc h e r a u siège des trib u n a u x de
le u r re sso rt, u n E tablissem ent: puhlic ou p riv é susceptible de p re n d re
en ch a rg e le jeu n e d é lin q u a n t en a tte n d a n t, que l ’a u to rité ju d ic ia ire
a it s ta tu é s u r sou cas.
U ne nouvelle c irc u la ire de m a C h an cellerie en d a te du 22 septem bre
d e rn ier est. v enue com pléter ces in stru c tio n s p a r des p récisio ns concer­
n a n t le s m o d alités financières d ’ap p lieatio o de ce program m e e t p a r
des d irectiv es rela tiv e s à la co n stitu tio n de C en tres d é p a rte m e n ta u x
d ’Accueil, p la c é s sous la d irection de « Services sociaux de S auve­
g a rd e de l’E n fa n c e e t de l'A dolescence».
J e vous a d resse, sous ce pli, un ex em p laire de ce docum ent (pii vons
é c la ire r a su r l’économ ie de l ’o rg an isatio n envisagée et vous p e rm e ttra
d’ap p ré c ier to u te l ’im portance q u e j'a tta c h e à Sa p ro m p te ré a lisa ­
tion.
J e crois d evoir ap p eler1 to u t spécialem en t v o tre a tte n tio n s u r ce
f a i t que la m ise en œ uvre des m esures d o n t il s ’a g it se tro u v e étroite-
226
CODE P É N IT E N T IA IR E
1942. — 10 OCTOHUE
m ent conditionnée p a r u n e p a rf a ite coopération des a u to rité s a d m in is­
tr a tiv e s e t ju d ic ia ire s.
.
J e vous se ra is en conséquence obligé, eu ra iso n de l ’im p o rta n c e
sociale d e .la tâ c h e en trep rise , de vouloir bien p rê te r v o tre a p p u i le
plu s Complet a u x effo rts e n tre p ris p a r le s m a g is tra ts d e v o tre D é p a r­
tem en t p o u r ré so u d re de la fa ço n î a p lu s h eu reu se, selon les m o d alités
exposées 'dans la c irc u la ire ci-jointe, le difficile problèm e de la su p p re s­
sion de l ’in c a rc é ra tio n des m in e u rs prévenus.
L e P rem ie r P résid en t
chargé do la D irection ües S ervices du
M in istère de la J u stic e à P aris
227
D 'a u tre p a rt, e t q u a n t à p résen t, les jeu n es fra n ç a is nés d u 1er sep ­
te m b re 1022 a u 31 décem bre 1922 é ta n t convoqués p our le l* r novem bre
pro ch a in en vue de le u r sta g e o bligatoire vous voudrez bien a d re s se r
de to u te urgence à. M onsieur ie C om m issaire g én éral des C h a n tie rs
de la Je u n e sse e t sous le tim b re n o té p lu s h a u t, l ’ensem ble des in d i­
c a tio n s q u i fig u ren t a u p a ra g ra p h e précédent.
Copie des -présentes in stru ctio n s est ad re ssé e an C o m m issariat géné­
r a l auquel je dem ande de vouloir bien corresp o n d re d irectem en t avec
vous p o u r le règ lem en t des d é ta ils d’application.
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de l'E ducation surveillée,
L. R O U SSEA U
CON TAN CIN
0
p e t o J i r e 1 9 4 2 . — N o t e p our M essieu rs les d ir e c te u r s 'd e s services
exté rieu rs de la zone non occupée, re la tiv e ù l'in co rp o ra tio n dans
les ch a n tiers de jeu n e sse des jeu n es gens se tro u v a n t en détention.
C onform ém ent a u d ésir ex p rim é p a r M. îe I I iui s ire se c ré ta ire d ’E ta t
a l'E d u c a tio n n a tio n a le e t à la Jeu n e sse (C o m m issa ria t gén éra l des
C hantiers de J e u n e sse ), je vous ad re sse le s in stru ctio n s, su iv a n tes
re la tiv e s a u x je u n e s gens se tro u v a n t en d éte n tio n a u m om ent de
l ’in corporation de le u r c o n tin g en t d an s le s -c h a n tie rs de la Jeunesse.
I l a v a it é té décidé d ’ab o rd (a v is co n cern ant- 1’inicorporHtiou de
m a rs 1942) que les in téressés re jo in d ra ie n t à l'ex p ira tio n do. le u r peine
le G roupem ent désigné p o u r le can to n de îe u r résidence.
T outefois, le C o m m issariat g én éral in té re ss é a estim é q u ’en l ’espèce
le coutrôle p a r les M aires de l ’a p p lic atio n de la lo i du 18 ja n v ie r 1941
in s titu a n t le sta g e o b lig ato ire d a n s les C h a n tie rs de la Jeunesse,
p o u v a it se ré v éler inopérant, .si les appelés n e se p ré se n ta ie n t pas
â la M airie à le u r sortie dp. p riso n ; en conséquence,, il v ie n t d ’ê lr e
a r r ê té d ’u n com m un a c co rd p a r nos A d m in istra tio n s resp ectiv es que
les je u n e s gens d o n t il s ’a g it s e ro n t p ris en ch arg e a le u r lib é ra tio n
p a r le p ersonnel des C h an tiers.
D an s ces conditions, désorm ais, u n m ois a va n t V exp ira tio n de peine,
vous a u re z à com m uniquer d ire c te m e n t sous form e d ’é ta t, à M. le
C om m issaire g én éra l des C h a n tie rs de la Jeu n e sse (S ection du P e rso n ­
nel - SpJ.endid H ô tel - C batelguyon, Puy-de-D ôm e) les nom s, prénom s,
d a te s de n aissan ce, situ a tio n s p énales e t lie u x d’in c a rc é ra tio n des
je u n e s gens d éten u s .dans.les E tab lissem en ts p lacés sous v o tre a u to rité ,
lo rs de ia convocation de le u r contingent d an s les C h an tiers. C ette
m esu re p e rm e ttra de fa ire convoyer ces jeunes, so it s u r un g roupem ent
n o rm al, so it s u r le gro u p em en t 40 où se tro u v e n t les g roupes sp éciau x
de redressem ent.
I l conviendra, en o u tre, q u ’a la m êm e d a te e t afin de fa c ilite r le s
op ératio n s du C o m m issariat, v ous Jui tra n sm e ttie z ég ale m en t des
renseignem ents id en tiq u es co n c e rn a n t ceux dés je u n e s 'd é te n u s , gué
en raison de le u r âge, se ro n t chusses d a n s n n co n tin g en t u ltérieu r.
N o t e pour M essieurs les d irecteurs des établisse­
m e n ts p é n iten tia ires e t des m aison s d'édueation su rveillée re la tiv e
d la re stric tio n de la consom m ation du papier.
1 0 o c to b re 1942. —
L a décision H.21 d u R é p a rtite u r C hef de la Section du P a p ie r e t du
C a rto n de rO .C .ll.P X p a ru e a u Jo u rn a l Officiel d u 16 septem bre 1942
v ie n t de codifier les rè g le s essen tielles co n cern an t la ré p a rtitio n de
ces p ro d u its e t les re s tric tio n s de le u rs emplois. '
Com m e il est pro b ab le q u e le co n tin g en t qui. se ra a ttrib u é a u M inis­
tè r e de' la J u s tic e co rresp o n d ra a p p ro x im ativ em en t a u dixièm e de
s a consom m ation actuelle, des com pressions ex trêm em en t sévères so n t
donc in d isp ensables :
. r - E conom ies p rescriles par la décision H M ,
L e c h a p itre 3 de c e tte décision p re s c rit les économ ies su iv a n te s :
•-
In te rd ic tio n des fo rm a ts a u tre s que 21X 27 ;
E m ploi m ax im u m d u dem i-form at, c’est-à-d ire 1 3 ,5 * 2 1 ;
U sage du p e tit in te rlig n e ;
E c ritu re recto e t verso, y com pris en polycopie ;
R éduction d es m arges, des h a u ts e t b a s de pages ;
In te rd ic tio n des b o rd ereau x d ’envoi développés piug g ran d s
q u e 21X 27 ;
- In te rd ic tio n de copie ou d u p lic a ta sa u f absolue nécessité.
J e vous p rie île bien v o u lo ir v eiller ù ce que ces p re scrip tio n s
so ie n t stric te m e n t respectées dans vos services. J e vous recom m ande,
en o u tre, de rép o n d re en m arge ou -au dos des le ttr e s p o u r to u tes
les «affaires p eu im p o rtan tes p o u r lesquelles: il n ’est p a s n é cessaire de
g a rd e r tra c e de la correspondance.
R é d u ctio n des fo u rn itu re s d ’im p rim erie :
L 'im p rim e rie de ia M aison c e n tra le de M elun ne disposera p lu s que ,
d ’une trè s faib le q u a n tité de p a p ie r ; elle ne p o u rra donc p’. ns ex écu ter
tous les im prim és e n 'u s a g e ju sq u ’ici ; seuls, ceux a y a n t un c a ra c tè re
;
v-.'-i v Y
1912. —
228
27 o c t o b r e
229.
CODE PliyiTK N ÏIA IISE
légal mi essentiel pont- 3e serv ice c o n tin u e ro n t à être- im p rim és, p a r
exem ple : re g istre s d ’écrou-, re g istre s de com ptabilité. T ous le s Im pri­
m és accessoires e± beaucoup d ’im .prünés im p o rta u ts p o u r 3e .service
m ais non essentiels d ev ro n t ê tr e supprim és. Ce s e ra le cas de tous
3<?s im prim és d ’usage in té rie u r, se ra p p o rta n t a u x serv ices des cuisines,
ca n tin e s lin g e rie s ; le s b ille ts d'appel, etc... D e même, il n e se ra
plu? possible de fo u rn ir du p a p ie r m in u te des blocs-notes,- des cah iers,
etc...
S" R écu p éra tio n de p apier a y a n t encore un côté blanc :
Comme il vous se ra p ro b ab lem en t im possible de f a ir e des a c h a ts
d an s le com m erce le seul procédé p o u r c o n tin u e r >\ a s s u re r Je service
se ra que vous u tilisie z du p a p ie r a y a n t encore ud côté blanc. V ous
le récu p érerez en tr ia n t de vieu x docum ents m a is je vous recom m ande,
à c e t égard, d’é v ite r la .d estru ctio n d’a rch iv e s in té re ssa n tes.
V ous d evrez u tilis e r a u m ax im u m ces p a p ie rs récu p érés, p a r e x ­
em ple ; service in té rie u r de vos é tab lissem en ts, co rresp o n d an ce avec
les m aisons d ’a r r è t de v o tre C irconscription, b an d es p o u r rem p lacer
les enveloppes. D u .p a p ie r é c rit des d eu x côtés p o u rra ê tr e u tilisé
p o u r p e tits em ballages de can tin es, p a p ie r w.e., etc...
4" T o u tes les espèces de p a p ie r fo n t d éfaiit, m a is ia p é n u rie est
.encore p lu s g ra n d e en. ce cjui concerne les enveloppes, le p a p ie r b u v ard ,
le c arto n . I l e st m a in te n a n t à peu p rès im possible de tro u v e r ces
a rtic le s chez les fa b ric a n ts. J e vous recom m ande d.one d’en ê tr e encore
p lu s économes.
E n p a rtic u lie r, la M aison c e n tra le de M elun ne p o u rr a .p lu s vous
liv re r de c a h ie rs carto n n és c a r elle d e v ra co n serv er to n t son c a rto n
disponible p o u r la confection des reg istres.
5" Afin de vous re n d re p lus d irectem en t resp o n sab le de la consom ­
m ation d es p a p ie rs des E tab lisse m e n ts p lacé s sous vos ord res, .je m e
propose, si possible, de vons r é p a r tir u n contin g en t e n k g une cous
a u re z à u tilise r au m ieux uu fa is a n t vos com m andes ù l'im p rim erie
de M elun.
À u ia n t <lo'il est possible de ta ir e d<--s p rév isio n s à col ég a rd , il
est pro b ab le que les a ttrib u tio n s ne p o u rra ie n t p a s d é p asser ÔO legs
p a r m ois pour les D irectio n s Jes plug im p o sa n te s.
J e vous p rie de m a e c u so r récep tio n de la p résen te circu laire .
L e D irecteu r; de l'A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des S e rvices de l’E d u ca tio n m rveîU ée,
CONTANCIN
27 o cto b re 1942. — C j k o u i .a i k k à M é d i a n s les d irecteu rs des services
e x té rie u rs re la tiv e â Ven-vol des condnmnùH pour vols de colis, etc.,
su r Jes ch a n tiers extérieu rs.
L e C om ité de L ib éra tio n .conditionnelle lo u t en m a n ife sta n t ain si
que les ch iffres en tém oignent, une bienveillance de p lu s en p lu s
m a rq u ée ii l'é g a rd des condam nés d o n t les dossiers lu i so n t soum is
m ensuellem ent, n constaté, une notable progression du nom b re des
in d iv id u s condam nés p o u r c e rta io s d élits, tels que les vols de colis
d an s les g ares, les vols de b icy clettes ou encore les d iv e rs d élits d 'o rd re
économique.
O r, d a n s lü s itu a tio n actu e lle il im porte, d ’u n e p a rt, que so it assu rée
Ja sév ère rép ression des f a its dont il s 'a g it m ais U convient, d’a u tr e
p a rt, .q u e les d éten u s de ces caté g o ries soieut: s o u s tra its a u m ilieu
p é n ite n tia ire des M aisons c e n tra le s e t M aisons cTajTÔt où- le -contact
des ré c id iv istes n e p eu t a v o ir q u ’un, effet fâcdienx s u r des d élin q u an ts
p resq u e to u jo u rs, p rim a ire s et qu'on p e u t s o u s tra ire à c e tte prom is­
c u ité, sa n s cep en d an t d im in u er la. p o rtée du ch Ati m ent q u i doit les
frap p e r;
Me b a s a n t s u r l'in c e ssa n t développem ent des fo rm a tio n s in stitu é e s
paT la loi d u 4 juin, 1941, j'a i décidé, q u ’à l’a v e n ir, ces détenus,
sero n t, e n p riucipe, dirig és s u r nos C h a n tie rs de tra v a il e x té rie u r dès
que le u r con d am n atio n s e r a devenue définitive. Vous a u re z si p re n d re
to u te s in itia tiv e s nécessaires à cet égard, en v u e de f a ir e tr a n s fé r e r
le sd its.c o n d a m n é s su r les C h a n tie rs de v o tre C irconscription ou des
C irco n scrip tions le s p lu s proches, en accord avec vos Collègues in té ­
ressés.
Il d em eu re en ten d u que :
1° L es tr a n s la tio n s en cau se se ro n t subordonnées à un bon é ta t de
s a n té a tte s té p a r l ’a v is m édical ;
2° S ero n t exclus to u s ceu x dont îa co nduite a u r a it la issé à d ésirer
depuis le u r in carcératio n .
E nfin, v ous devrez av iser les in téressés q u ’en raiso n des av an ta g es
m a té rie ls e t- m o ra u x que com porte ce régim e pénal, leu rs dem andes
de -libération condiiioim elle fe ro n t l ’o b jet d ’u n exam en p artic u liè re m e n t
s tric t e t q u 'elles n 'a u ro n t chance d 'ê tre accueillies que si la résidence
indiquée se tro u v e éloignée du lieu où out é té com m is les fa its a y a n t
e n tra în é la condam nation.
■ J e considère, eu effel., que l ’opinion publique, ne p e u t ê tr e que m al
im pressionnée si, a v a n t r e s p ir a tio n norm ale de la peine, on voit
re v e n ir ù le u r dom icile habitu-ej des in d iv id u s au x q u els sp n t infligés
des c h â tim e n ts que l'a u to rité g o uvernem entale ven t exem plaires.
J oseph B A R TH ÉLÉM Y
230
CODE P É N IT E N T IA IR E
1942. —
1 3 N O V EM B R E
231
DÉCRET. N" 3.338 D U 9 NOVEM BRE 1942
modifiant tem porairem ent certaines dispositions du statu t du
Personnel adm inistratif de l’Adm inistration pénitentiaire et
des S ervices de l ’Education surveillée
N ous, M a r é c h a l
de
F rance,
Chef
de
l ’E t a t
f in a n ç a is ,
V u le d écret d u 17 a o û t 1938;
V u le d écret du 3 m a rs 1942 ;
S u r le ra p p o rt du G ard e des S ceaux, M in istre se c ré ta ire d ’E t a t . à
3a Ju stice,
D ÉC R ÉT O N S :
A k t i c l e r i f E i i i E R . — P a r d éro g atio n a u x disp o sitio n s d es a rticles
10 e t 1.6 du d é c re t du 17 ao û t 19:>S, p o u rro n t ôI.vh nom m és d irectem en t
in s titu te u r s des E ta b lisse m e n ts (l'E ducation su rv eillée e t Comm is
des E ta b lissem en ts p é n ite n tia ire s, ies in titu te u rs in té rim a ire s (m onite u rs-ê d u c a te u rs) e t in s titu te u rs s u r 'c o n tr a t des In s titu tio n s publiques
d ’E d u c a tio n surveillée e t les com m is a u x ü ia ire s d es E tab lissem en ts
p é n ite n tia ire s qui. ju s tifie ro n t d ’un au au m oins de service.
A b t . 2. — Le G arde, des Sceaux, M in istre s e c ré ta ire d ’E ta t à la
J u s tic e e s t ch arg é de l’exécution d u p ré s e n t d écret qui se ra publié
a u J o u rn a l Officiel.
F a it k V ichy, le 9 novem bre 1942.
D ÉC R ÉTO N S :
— A ti tr e te m p o ra ire e t ju s q u ’à u n e d a te l u i se ra
fixée p u r décret, le d é ia i p ré v u p a r le d é c re t du 3 m a rs 1942 pour,
accéder a u x em plois d'économ e, greffier-com ptable, dam e-économ e e t
dam e-com ptable des E tab lissem en ts de l'A d m in istra tio n p én itentiairee t des Services de l'E d u c a tio n su rv eillée e s t ra m e n é â. 4 ans.
P h. P é T A IN
A r t ic l e p k k m ïe b .
— Le G ard e des Sceaux, M in istre s e c ré ta ire d ’E ta t à l a
J u s tic e e s t ch a rg é de l'e x éc u tio n du p ré se n te d écret qui se ra p u b lié
a u Jo u rn a l Officiel.
A h t . 2.
P a r le M aréch al de F ran ce, C hef de l 'E ta t fr a n ç a is :
L e G arde des Sceaux,
M in istre secrétaire d ’E ta t à la Ju stice,
Jo sep h BARTHELEMY
F a it à Vichy, le 9 n ovem bre 1042.
P h . P É T A IN
P a r le M aréchal, de F ran ce, C hef de l’E ta t fra n ç a is :
L e G arde des S cea u x,
M in istre secréta ire tl'E ta t à la J u stic e ,
JOSCpli BAK’tniXEMY
DÉCRET N° «.339 D U 9 NOVEMBRE 1942
portant modification te m p o ra ire cle certaines dispositions du statut
du Personnel adm inistratif des Etablissem ents péuitentaires
e t Institutions publiques d’Education surveillée
N ous, M a r é c h a l
de
F rance,
Chef
de
l 'E ta t
f r a n ç a is ,
Vu le d écret du 28 sep tem b re 1037 ;
Vu le décret du 17 a o û t 193S ;
13 novem hre 1942. ■
— C i r c u l a i r e à M essieurs les. d irecteu rs des eircons,or\ptions p é n iten tia ires re la tiv e â la suppression de l’é ta t n o m in a tif
des je u n e s gens de v in g t ans e t ■m.uins.
L a c ircu la ire du 13 ju in 1914 p re s c rit a u x D ire c te u rs des C ircons­
c rip tio n s p é n ite n tia ire s d 'a d re ss e r m ensuellem ent à la C hancellerie
l'é t a t n o m in a tif des je u n e s gens de v in g t fi iis e r'm o iu s qui o n t c lé
d éten u s p e n d a n t l'a n n é e d an s les E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s situ és
d a n s le s Ailles d e garnison..
L a com m u n ication de ces é tats, qui é ta it fa ite a u S e c ré ta ria t d ’E ta t
à la G uerre, ré p o n d a it à la préoccupation d ’é v ite r l ’in ca rc é ra tio n de
jeu n es so ld ats d an s les corps sta tio n n é s d an s des villes où ils a u ra ie n t
a n té rie u re m e n t subi une peine d’em prisonnem ent. E lle a p erd u depuis
l ’a rm istic e p resq u e to u t in té rê t, d u f a i t de l a suppression, de la cons­
cription.
J ’a i doDC décidé, d ’accord avec M. le se c ré ta ire .d’E ta t à la G uerre,
de su sp en d re p ro v iso irem en t l’application de la c irc u la ire du 15 ju in
1914. C ela p e rm e ttra , d’u n e p a rt, de ré a lis e r des économ ies de papier,
d ’a u tre p a rt, d’allég er la tâ c h e de vos Services, q u e je sa is p a rtic u ­
liè re m e n t lo u rd e d a n s le s circo n sta n ces actuelles.
Vu le. d écret du 26 se p tem b re 1939 ;
S u r la proposition du G a rd e des S ceaux, M in istre s e c ré ta ire d ’E ta t à
la Ju stic e ,
J
o seph
B A R T H É L ÉM Y
195’2 .'—
232
2o
CODE
p our M essieu rs les d irecteu rs des service*
e xté rieu rs rela tive à l'octroi d'un d ro it fl.ve de g. fr . pour expédition
de l’acte d’écrou.
n o v e m b re
1 9 -1 2 . —
11 DémiBKR
P Ê X lT J O ô iT ïA IE B
N ote
3n
c irc u la ire du D ire c te u r g én éral des E au x et F o rê ts N° E F C F /M O 10.0:il> ou d a te du 17 a o û t 1942.. que je vous ai notifiée .sous
K 1’ 3.040 le 30 septem bre, 1942.
J o seph
.Te sig n ale à v o tre a tte n tio n . et vous p rie d ’en donner connaissance
nu personnel placé sous vos o rd res. les d isp o sitio n s de l ’a rtic ie 75
d u d é c re t d u 1.9 sep tem b re .1.9-11, m odifiant Je d écret du ô octobre 1920
p o rta n t règlem en t d 'a d m in istra tio n publiq u e s u r les fr a is de ju s tic e
eu m a tiè re crim inelle, de police co rrectio n n elle e t de sim p le police.
B A llT IIE L E M Y
A L IM E N T A T IO N D E S D f/riO N l'S
{J. O. N" 2SJ, d u j e u d i I t i o c to bre 19/,?).
4 décem bre 19-12
A r t . 75. — .11 e st allo u é a n d roil lixe de 2 fr, a u gard len -cb o f de la
M aison d'arrC t p o u r l'ex p éd itio n de l’acte d'écrou qui d oit ê tr e jo in t
au dossier, so it d a n s le cas p ré v u p a r l ’a rtic le 421 du O .î.r., soit
p o u r a ss u re r l'ex p éd itio n des d isp o sitio n s de la Un du 27 m ai 1SS5
s u r la relégation.
Les; fo rm a lité s à acco m p lir p o u r p e rm e ttre a u x in téressés de recou­
v rer, le cas échéan t, le m o n ta n t des som m es fini le u r so n t dues, leu r
se ro n t indiquées p a r le P a rq u e t ù qui les e x tr a its d’écrou o n t été
délivrés.
P our le D irecteu r de V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des S rrv ie e s de V E ducation w r v e ilïé e
PA PO T
Lie M in is tre . sk c ré ta iju : d’E t a t a r.'A g i ; [ c u t .tu ke e t
MEXT,
M a circ u la ire N ’1 1.2S 9/IM . en d a te du 10 m ars 1942 ab ro g ean t
les term es de celle N° 30 K C /H A du 12 décem bre 1940 a fixé 3e tau x des nouvelles, ra tio n s des détenu.'; a d u lte s dey .E tablissem ents péni­
te n tia ire s.
A près av is dos a u to rité s m édicales, U e st a p p a ru cep en d an t que
ces ta u x é ta ie n t tro p fa ib le s e t q u ’il y a v a it lieu de les com pléter p a r
des su p p lém en ts q u o tid ien s de 5 g rs de m atières grasses, 8 g rs de
fro m ag e e t 100 g rs de pom m es de te rre, celles-ci é ta n t rem plaçâm es
•p a r 250 g rs de gro s légum es ou 25 g rs de légum es secs.
P o u r les denrées' ci-dessus les a ttrib u tio n s d ev ro n t donc ê tr e é v a­
lu ées s u r les base su iv a n te s â d a te r du 1 " décem bre 1942 :
1° M a tiè re s g rasses
2°
3°
•Te vons tran sm e ts, sous ce pli, p o u r v o tre in fo rm a tio n e t p o u r ap p li­
cation im m édiate, u n e x e m p la ire de la c irc u la ire N" V Y -D C /K .I. 1.727
e n da.ee dn 4 décem bre 1942 de M le -M in is tre , se c ré ta ire d 'E ta t
l ’A g ric u ltu re e t a u R a v ita ille m e n t, re la tiv e à l'a lim e n ta tio n ' des
détenus.
Ce te x te an n u le e t rem place :
•
1° L a c irc u la ire dn S e c ré ta ria t d ’E ta t an R av ita ille m e n t N.° D C /
RI. 1.2S9 en d a te du 10 m a rs 1942, que je vous a i notifiée le
21 m a rs 1942 sous N u 2.250.
2 L a circ u la ire N° V Y -D C /R I 1.602 d u m êm e D é p arte m e n t, en d a te
du 24 jniM et 1942, que je vous ai notifiée le. 4 sep tem b re 3042 sons
N ç 2.930.
R a v ita itx e -
J. M essieu rs les D irecteurs dciiartew eniaii-r d u R a riia U to n e n t agiterai.
Jiïessieurs h's P ré fe ts ntyi<m-,{M.r V / départen u m ta u x, M essieurs le.i
D irecteu rs rêgion-ait-i; du R a v ita ille m e n t général.
„
12 décem bre 1942. — O i r c u î . a u u ' à M essieu rs les d irecteu rs des cir­
conscriptions p é n ite n tia ire s et m aisons d’dd-ueation su rveillée re la tiv e
à VaUment-atio-n des d éten u s {supplém ents accordés).
a i:
F ro m ag e
...
...........................
..................................................
100
g.p a r
sem aine
360 g.p a r m ois
(so it pom m es de te rre
500
g.p a r
jo u r
(so it a u tre s gros légum es
topinam bours, n avets, r u ta ­
g.p a r
jo u r
b ag as .................................................... 750
(so it â d é fa u t, légum es secs . . 125 g- p a r jo u r
Le nou v eau régim e, suffisant e t convenablem ent équilibré p o u r les
in d iv id u s a d u lte s qui n e se liv re n t pratiquem ent, ù aucun tra v a il, ne
d e v ra eu au c u n e so rte com porter d’a u tre s supplém ents, exception
f a ite n éan m o ins p our les déten u s nécessiteux e t p a rtic u liè re m e n t
dignes d’intér& t secourus p a r la C roix-R ouge fran çaise.
D ’a n tr e part> je vons ra p p elle ies in stru c tio n s de m a c irc u la ire
1.602 D C /R I du 24 Ju ille t co n cern an t c e rta in e s catég o ries spéciales
d e-co n so m m a teu rs non ran g és d an s la catégorie *1 (fem m es-enceintes,
e n fa n ts en bas âge., m in eu rs des catég o ries .72 e t J3), au x q u elles
so n t ajo u té e s de nouvelles dispositions p o u r les tra v a ille u rs détachés
d a n s les ch a n tiers.
l n F em m es enceintes, — Les supplém ents accordés n o rm alem ent
a u x fem m es encein tes e t a lla ita n t dev ro n t -être délivrés d an s les
1942. — 1 4 DÉCEMBRE
234
235
CODE P É N IT E N T IA IR E
- D u c lassem en t en catégorie « T » ;
m êm es conditions a u x p riso n n iè re s sous form e' île bons ou tick e ts
d 'approvisionnem ent.
2° E n fa n ts e n bas âge. — I l a r r iv e que les p riso n s h ébergent tem po­
ra ire m e n t des e n fa n ts en b a s ûge ne p o u v an t ê tre sé p a rés de le u r
mèrei jiisqu'üi ia lin de la p ério d e d’allaire in en t. L e u r nom bre est
e x trêm em en t r é d u it.
L a su b sistan ce de ces e n fa n ts e s t a ssu ré e d’u n e p a r t p a r le la it de
l a m ère, d’o u tr e p a r t p a r le s ra tio n s de ta ri ne. de la it e t de su cre
au x q u elles o n t n o rm a le m e n t d ro it les co n so m m ateu rs de la catég o ­
rie E . •
L es a u tre s den rées p o u v a n t ê tre perçu es p a t le s titr e s de la catégo­
r ie B e t non u tilisa b le s d ire c te m en t p a r le s e n fa n ts (viande, from age,
m a tiè re s grasses, etc...) se ro n t a ttrib u é e s eu to ta lité à le u r m ère, qui
en bénéficiera çn p lus des su p p lém en ts n o rm a u x d o n t il e st questio n
a,n p a ra g ra p h e 1 " . Ces d e rn iè re s den rées p ro fite ro n t in d irectem en t
a u x enfants.
L es c a rte s d ’a lim e n ta tio n de la caté g o rie E ne se ro n t p as re tiré e s
comm e celles des déten u s. E lles p o u rro n t ê tr e confiées u tilem en t,
d an s chaque étab lissem en t, à u n fo n c tio n n a ire responsable', c h a rg é de
se p ro c u re r p our les e n fa n ts e t p o u r les m ères les d en rées au x q u elles
d onnent d ro it les tic k e ts e t coupons des c a rte s E.
S" M ineurs des catégories J2 et J 3 . .— A ucun consom m ateur de la
catégorie J I ue se tro u v e en fu it d an s Jes p riso n s. I*;tr contre, ii ex iste
d’assez nom b reu x co n so m m ateu rs de la catég o rie ,73 e t u n p e tit nom bre
a p p a rte n a n t
la c a té g o rie J2.
P a rm i eu x se tro u v e n t des condam nés e t d e s d éten u s i> titr e p ré ­
ventif.
L es n o s e t les a u tre s d o iv en t bénéficier des d istrib u tio n s p a rtic u - .
lières à le u r catég o rie en su s des ra tio n s des détenus.
E n conséquence, il conviendra de d é liv re r en le u r fa v e u r des bons
ou tick ets d'appro v isio n n em en t de chocolat, de coufiture e t de d en rées
fa is a n t l'o b je t de d istrib u tio n s ex ceptionnelles d a n s le s lo calités ü sup­
plém ents n atio n a u x s u r la base des ra tio n s accordées à le u rs Caté­
gories respectives.
~
4 e D étenu# déta ch és dans tes conditions de la loi du 4 ju in 191)1. —
I l e x is te u n e a u tr e caté g o rie p a rtic u liè re de d é ten u s' s u r ' laquelle
j ’a ttir e égalem en t v o tre a tte n tio n . Ce so n t ceux qni so n t détaebés
d an s les conditions prévxies p a r la loi dn 4 ju in 1941.
E n raiso n de la p é n u rie de la m ain -d 'œ u v re, c e rta in e s A d m in istra tio n s
publiques ou excep tio n n ellem en t certain es-S o ciétés p riv é e s fero n t appel
d an s un c a d re de p lu s en p lu s étendu à des d éten u s civils. Si ces déte­
n us so n t d étachés des p riso n s e t n o u rris depuis le u r s o rtie au m oyen
de le u r c a rte d 'a lim e n ta tio n , ils p o u rro n t ê tre ad m is a u môm e régim e
a lim e n ta ire que les o u v rie rs o rd in a ire s tr a v a illa n t d an s des conditions
sem blables.
E n p a rtic u lie r, l ’A d m in istra tio n d e s E a u x e t F o rê ts u tilis e des
d éten u s d an s d es C h a n tie rs en rég ie d’ex p lo itatio n fo re stiè re . Les
d éten u s d étac h és des p riso n s e t n o u rris a u m oyen de le u r c a rte
d ’alim e n ta tio n s u r ces c h a n tie rs p o u rro n t percevoir le s m êm es ra tio n s
q u e -les o u v rie rs fo re stie rs o rd in aire s.
J e vous rappelle que ces d e rn ie rs b é n é fic ie n t:
- D u classem e n t en tra v a ille u r de force de .2® ou l Te catég o rie su i­
v a n t q u ’ils tra v a ille n t ou non en lia n te m o n tag n e ;
- des d isp o sitio n s de m a c irc u la ire N" 1.141 d u 18 fé v rie r 1942.
Il v a sa n s d ire q u e ce régim e ne se ra appliqué a u x déten u s que
p e n d a n t le tem p s où ils se ro n t em ployés s u r les C h a n tie rs e t q u ’il
ne p o u rr a se cu m u ler avec celu i p révu p a r la c irc u la ire N° 1.289 du
10 m a rs 1942.
'
.
I l a p p a rtie n d ra a u x C hefs des C h a n tie rs en régie de l’A d m in istra ­
tio n des E a u x e t F ô re ts ou m is C hefs de Service des A d m in istratio n s
ou Sociétés intéressées, de dem an d er a u x D ire c te u rs des E ta b liss e ­
m e n ts p é n ite n tia ire s les c a rte s d’alim e n ta tio n des détenus d étachés
e t de s'a d re s se r à vos S erv ices p our obtenir, s u r p ré se n ta tio n de pièces
ju stificativ es, le s bons ou tic k e ts d ’ap p rovisionnem ent corresp o n d an t
a u x su p p lém ents accordés.
L a p ré se n te circ u la ire n ’e s t p a s applicable a u x in te rn é s ad m in is­
tr a ti f s d an s les C am ps de séjo u r su rv eillé dont te ra v ita ille m e n t a
f a i t l’o b je t d 'in s tru c tio n s spéciales (c irc u la ire N" 1.632/R .t. du
19 aofit 1942).
_
P o u r le M ini litre e t par délégation :
L e C onseiller d ’E ta t .
secrétaire gênerai à la C onsom m ation
B IL L E T
P o u r am p liatio n ;•
L e D irecteu r-a d jo in t de la
D istrib u tio n et de la C onsom m ation,
E m m an u el R ain
14- décem bre 1942. — C j.h c u l a i u e à M essieurs IC'S directeurs des ser­
vices e x té rie u rs de zone libre re la tiv e à l'a ttrib u tio n de charbon a-iuc
éta b lissem en ts p én iten tia ires.
*■
P a r m a c irc u la ire N J 2.929 du 4 septem bre écoulé, je vous a i p rié
de m’in fo rm er d n systèm e suiyi d an s v otre C irconscription pour
-les a ttrib u tio n s de charbon a u x É ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s. •
J ’ai pvt co n sta te r, à la lectu re des ra p p o rts qui m 'o n t é té adressés,
que les B u re a u x d ép a rte m e n ta u x du C harbon n 'o b serv aien t p a s tou­
jo u rs scru p u leu sem en t les p rin cip es qui régissent la m atière.
J e vous sig n ale que la c irc u la ire N*’ 59 en d a te du 1(5 m ars 1942
dn R é p a rtite u r du C harbon a u x P ré fe ts, consacre les a ttrib u tio n s
su iv a n te s :
1° P o u r la cuisson des alim en ts les E ta b lisse m e n ts p én ite n tia ire s
o n t d ro it h 150 gr. p a r re p a s ;
2e P o u r le chauffage des locaux le contingent alloué d o it correspondre
à 20 % des q u a n tité s consom m ées d u ra n t les années de référence.
230
CODE P É N IT E N T IA IR E
D an s la p lu p a rt des cas, cependant, le s b esoins de vos E tu b lissen ien ts
se sont d é v e lo p p é p a r su ite cle l'a ccro issem en t de la p o p u latio n pénale.
L a circ u la ire p ré c iié e p révoit que « le cas- des E ta b liss e m e n ts....................
d o n t le développem ent et l'a c tiv ité se ra ie n t n o tab lem en t modifiés,
fe r a l ’objet d’un a ju s te m e n t p a r tic u lie r » p.tv le s soins des Servicesdes B u re a u x dn C harbon.
J e vous rap p elle,, en o n tre, que p a r le ttr e d u 18 m a rs 1942 ie ré p a r­
tite u r du C harbon m ’a f a it co n n a ître q u ’il é ta it d’accord p o u r donner
a u x in firm eries des p riso u s Je mOnie tra ite m e n t q u 'a u x h ô p ita u x . P o u r
le calcul des a ttrib u tio n s destinées au chauffage de c ette caté g o rie de
locaux, c ’est le ta u x dè 70 % p a r ra p p o rt â la consom m ation des a n ­
nées de référen ce qui doit ê tr e ad o p té ; p a r c irc u la ire N° 3.024 « t d ate
dn 26 .«septembre d ern ier, j e vous ai f a i t co nn aître, p a r îe d étail, les
q u a n tité s de com bustible acco rd ées p o u r f a ir e fa c e a u x besoins de cette
n a tu re .
P a r contre, m alg ré des dem andes p re ssa n te s, je n ’ai p u o b te n ir
l ’allo catio n d ’u n c o n tin g en t sp écial de charbon p o u r a s s u re r le fonc­
tio n n em en t ré g u lie r des douches. Vous a u re z donc â p rélev er s u r les
q u a n tité s a ttrib u é e s a u titr e du chauffage, le com bustible nécessaire
ù l a bonne m arc h e de cet im p o rta n t service.
. Le, D ire c te u r de V A d m in istra tio n p é n iten tia ire
e t des Service,1; de l'E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN '
15 décem bre 1042. — C ik c u la iu e « M essieurs les d irecteu rs de circons­
criptions p én iten tia ires de zone non occupée rela tive, au re c ru te m e n t
de la in a m -d ’œ itvre pénale p our les ch a n tiers extérieu rs.
La p ra tiq u e des C h a n tie rs e x té rie u rs de tra v a il, in s titu é e p a r la
Toi du 4 ju in 1941, a reçu; dès à p résen t, eu zone non occupée une la rg e
application.
*
, L ’o b stacle p rin c ip a l auquel se h e u rte d éso rm ais le développem ent
de c e tte p ra tiq u e ré sid e .dans- l'Insuffisance des effectifs de m aind’reuvre pén ale su scep tib les d ’ê tr e u tilisé s su r des C a m p s 'd e tra v a il.
•Si Je chiffre to ta l des d éten u s co n tin u e d’a u g m en ter d a n s des
p ro p o rtio n s in q u ié ta n te s (il a a tte in t .'4.000,- a n m ois d ’octobre d en tie r)
il n ’en résu lte p a s une a u g m en tatio n c o rré îa tiv e du. nom bre des con­
dam nés qui peu v en t ér.re envoyés s u r les C h an tiers.
Il fa u t, en effet, d éd u ire de l'e ffe c tif total des p e rso n n es incarcérées,
c e rtain es catégories dé d éten u s p o u r lesquels il n ’e st p as possible *
d ’envisager u n tel m ode d'exécution de la peine ; ce so n t :
- L es prévenu s qu i d oivent re s te r à ia d isposition des a u to rité s
Ju d iciaires ;
. '
- Les fem m es e t les v ie illa rd s ;
- Les in d iv id u s qui se tro u v e n t, à raiso n des conditions actu e lle s
d’alim e n ta tio n , h o rs d 'é ta t do fo u rn ir l ’effo rt phy siq u e exigé d 'eux ;
- Les condam nés p a rtic u liè re m e n t d an g ereu x ;
- C eux qui n’o n t à su b ir que de trè s to u r te s peines.
4942. — 15 DÉCEMBRE
S3?
Or, l a situ a tio n g én érale a e n tra în é u n e telle p é n u rie ..d e m aind’œ uvre que, de to u te s p a rts , m es S ervices reçoivent d es dem andes,
d’em ploi de p o p u latio n pénale.
Ce ré s u lta t co n stitu e d é jà u n im p o rta n t tém oignage en fa v e u r de.
la ré u ssite d’une in stitu tio n qui, d an s ses débuts, s u s c ita quelque
m éfiance e t p rovoqua quelque appréhension.
L es m otifs- exposés ci-dessus tn te rd ise u t à m on A d m in istra tio n
d ’acc u e illir fa v o ra b le m e n t to u tes le s dem andes d o n t elle e st actu e lle­
m en t saisie.
C ette s itu a tio n m ’incite, d 'a u tr e p a rt, à vous donner des d irectiv es
s u r l ’a ttitu d e q u ’il convient d ’a d o p te r en c e tte m a tiè re ; m a m a n ière '
de v o ir se tro u v e résum ée d a n s 'l e s tr o is p ro p o sitio n s su iv a n te s :
1° In te rd ic tio n de créer de n o u v e a u x C hantiers, — J ’a i observé
que c e rta in s D ire c te u rs, so u cieu x de donner à. l’ap p licatio n de la
loi du 4 ju i n 1941 u n trè s la rg e développem ent, a v a ie n t envisagé la
c ré a tio n de n o u v eau x C h a n tie rs e t a v a ie n t m êm e p assé des c o n tra ts
avec des e n tre p re n e u rs éventuels san s se préoccuper de sav o ir s ’ils
d isp o saie n t p a r eux-m êm es d‘u n effectif suffisant de p o p u latio n pén ale
qualifiée ; d a n s d’a n tre s hypothèses, cette créatio n é ta it subordonnée
a u p rélèv em en t d ’u n e p a rtie de la m ain -d 'œ u v re p é n a le déjà, em ployée
d an s des co n d itions sim ilaires.
J ’estim e q u ’il convient, a v a n t' to u t, d’a s s u re r la sta b ilité d es C h an ­
tie rs d é jà e x is ta n ts : je considère, en effet, que les p a rtie s co n trac­
ta n te s o n t p u en g ag er des fr a is ’ de p rem ière in s ta lla tio n p a rfo is
considérables (co n stru ctio n de b araq u em en ts, etc...) d o n t l'a m o rtisse ­
m en t doit, p a r sim ple souci d’éq uité, ê tr e re n d u possible.
Ce n ’est donc que dans le cas où u n C h a n tie r a r r iv e r a à sa fin
n o rm ale, p a r achèvem ent de l ’ex p lo itatio n , q u ’il vous s e ra possible
d 'en v isa g e r l'em ploi, d a n s une nouvelle en trep rise, -des tra v a ille u rs
a in si devenus disponibles.
3° L e s C h a n tiers fo n c tio n n a n t su r le territo ire d'u n e C irconscrip­
tio n p én ite n tia ire d éterm in ée ne d o iven t ■ê tre garnis que de condam nés
en pro ven a n ce des E ta b lissem en ts de cette C irconscription. — Afin
d ’a ssn v er â l'ex p érien ce des C h a n tie rs des conditions de développem ent
fav o rab les, je n ’a v ais p a s h ésité ju sq u ’ici à a u to ris e r le tr a n s f e r t su r
les lie u x de îe u r tr a v a il de condam nés disponibles d an s les E ta b lis ­
sem en ts situ é s s u r u n e a u tr e p a rtie d u te r rito ir e ; c’e st a in si q u e les
C h a n tie rs de îa C irconscription p é n ite n tia ire de Iiiom ont reçu des
effectifs en p ro v en an ce des C irconscriptio ns p é n ite n tia ire s de N îm es,
M arseille e t L yon ; c’est a in si que la C irconscription p é n ite n tia ire
d’E y sses a reçu, égalem ent de N îm es e.t de Lyon, u n g ra n d nom ­
b re de condam nés e t que la C irconscription p é n ite n tia ire -de T o u ­
louse a re ç u de N îm es les d éten u s d estin és à alim e n te r les C han­
tie rs de Prats-de-M ollo e t de D ecazeviîle.
L a p o u rs u ite d ’u n e te lle p o litiq u e s ’av ère d éso rm ais im possible ;
les difficultés c ro issan tes de tra n s p o rt a in s i que les fr a is e n tra în é s p a r
ces im p o rta n ts déplacem ents in te rd ise n t de p ersév érer dans u n e praqui a v a it p o u r r é s u lta t de vider, en fa v e u r d’a u tr e s régions p lu s
fa v o risées, c e rta in e s Circonsci’iptions- p é n ite n tia ire s (n o tam m en t ceille
de N îm es) de to u s leu rs élém ents disponibles.
D ésorm ais, il vous a p p a rtie n d ra a u ssi bien p o u r créer des C am ps de
tra v a il que p o u r en a s s u re r en su ite la sta b ilité , de n e fa ire appel q u ’à
•6
288
1942. —
COBB PÉNITENTIAIRE
de la m ain-d’œ uvre p én ale prélev ée d a n s le s E ta b lisse m e n ts p lac é s sous
v otre a u to rité .
8° A p p el a u x condam nés en provenance des -prévenus libres. — D ès
longtem ps je m e s u is préoccupé de ré a lis e r l’em ploi s u r des cam p s
de tr a v a il e x té rie u rs de c e rta in s condam nés, q u i n ’o n t p as subi de
détention p rév en tiv e ; à to n s le s a v a n ta g e s p ré se n tés p a r la pratiquedes C h a n tie rs vient, d a n s cette h y p o th èse, s 'a jo u te r le souci d ’é v ite r
à ces condam nés, so u v en t d ignes d 'in té rê t, la p ro m isc u ité des p riso n s ;
cette catég o rie de d é lin q u an ts d o it p o u v o ir fo u rn ir a u x C h a n tie rs u n
a p p o in t non négligeable.
P a r c irc u la ire e n d a te du 13 octobre 1941 (3e B u re a u -2 6 Section,
d ocum ent I de l’a n n é e 1941), j ’a v a is d em an d é a n s P ro c u re u rs géné­
r a u x p rè s ies C ours d 'a p p e l d ’é tu d ie r la m ise en œ u v re de c e tte
p ratiq u e.
L ’exécution en a v a it é té re ta rd é e , p a rc e que, p o u r cré e r des C han­
tie rs, il é ta it p lu s in d iq u é de fa ire appel à. des condam nés d o n t les
a u to rité s p é n ite n tia ire s a v a le n t pu ap p récier, a u co u rs d 'u n e d éten tio n
p réalab le, 3a co n d u ite h a b itu elle e t les effo rts d'am endem ent.
M a in te n a n t q u e nos C h a n tie rs ex isten t, iis d o iv en t tro u v e r, p a rm i
le s condam nés en p ro v en an ce d es p rév en u s lib re s, les élém ents dont
iis ont besoin p o u r s ta b ilise r le u rs effectifs.
J e vous in v ite donc à vous m e ttre , dès à p ré s e n t, en ra p p o rt avec les
P ro c u re u rs g én érau x p rè s le s C ours d’appel d ont le re s so rt e st placé,
d u p o in t de- vue p é n ite n tia ire , sous v o tre a u to rité , p o u r rég ler, en
com plet accord avec eux, c ette im p o rta n te q u estio n /
J ’a jo u te que, d a n s le s C irco n scrip tio n s p é n ite n tia ire s cm ln s itu a tio n
d e s C h a n tie rs d é jà e x is ta n ts le p e rm e ttra , il y a u r a in té rê t à ré server
a u x condam nés de cette c até g o rie u n C h a n tie r d istin ct.
à
V ous a u rez soin de m e te n ir in fo rm é des ré s u lta ts obtenus grâce
l‘aipplicaton des p rin c ip e s fo rm u lé s d an s la p ré se n te circu laire.
J o seph
BARTHÉLÉM Y
15 décem bre 1942. — C i r c u l a i r e <1 M essieurs les pro cu reu rs g én éra u x
près le s -c o u r s d’appel (æoue non occupèe)réla tive à Vem ploi des
condam nés e t p réven u s libres à des tr a v a u x d’in té rê t g én éra l hors
des éta b lissem en ts pén iten tia ires.
L a c irc u la ire d u 13 octobre 1941 a v a it a ttir é v o tre a tte n tio n s u r la
m ise en ap p licatio n de la lo i du 4 ju in 1941 q u i p e rm e t l’u tilisa tio n
à des tr a v a u x d ’in té rê t g én éral, h o rs d es E ta b lisse m e n ts p é n ite n ta ire s,
des condam nés à u n e p ein e p riv a tiv e de lib erté.
• .Cette c irc u la ire p ré c isa it le s co n d itio n s d a n s lesquelles les M agis­
tr a ts d u M in istère p u b lic (1) s e ra ie n t appelés à p a rtic ip e r à l a désl-
(1) J e vous sig n ale, à c e t ég ard , afin d ’é v ite r to u te e rr e u r d’in te r­
p ré ta tio n , que vous-m êm es e t vos S u b s titu ts avez; seuls q u a lité p o u r
estim er, a p rè s le pro n o n cé d 'u n e décision de ju stice , s 'il y a lie u de
1 5 DÉCEMBRE
239
g n atio n des in d iv id u s susceptibles d ’ê tr e em ployés d an s des C am ps de
tr a v a il p éu al à l ’a ir lib re ; elle so u lig n a it que ce m ode sp écial
d’e x écu tio n des p eines p o u rr a it ê tr e réserv é, p a r préféren ce, au x
condam nés q u i ne p eu v en t, en ap p licatio n de lu loi d u 14 septem bre
1941, bénéficier d u su rsis.
I l é ta it indiqué, d ’a u tr e p a rt, q u ’il y a u r a i t lie u de m odifier ie m éca­
n ism e de l'e x écu tio n des p eines de m an ière à a s s u re r ia perm anence
de l ’e ffectif d e s c h a n tie rs e t la ré g u la rité de le u r fo n ctio n n em en t en
fa is a n t appel à des condam nés en p rovenance des p rév eu u s libres.
Ces d ifféren tes dispositions- n ’o n t p as encore é té m ises en ap p licatio n ;
m on A d m in istra tio n a, on effet, estim é q u ’il é ta i t p lu s indiqué de fa ire
appel, en v u e de la c o n stitu tio n des équipes de tra v a ille u rs , à des
condam nés d ont les a u to rité s p é n ite n tia ire s a v a ie n t p u ap p récier, a u
cours d ’une d èten tio u p réalab le, l a co n d u ite h a b itu e lle e t les efforts
• d ’am endem ent.
Ce sta d e est, m a in te n a n t d ép assé p u isq n e d an s presque chaque
. C irco n crip tion p é n ite n tia ire , fo n ctio n n en t u n ou p lu sie u rs C h a n tie rs ;
d e to u tes p a rts , m es Services reço iv en t des dem andes d ’em ploi de m aind ’œ u v re p é n a le ; ce r é s u lta t co n stitu e d é jà n n Im p o rta n t tém oignage
en fa v e u r de la ré u ssite d 'u n e in s titu tio n qui, d an s ses débuts, éveilla
quelque m éfiance.
Le nom bre des d éten u s que m,a c irc u la ire p récitée fix a it à 36.000
d ép asse a u jo u rd ’h u i 54.000 ; u n tel .encom brem ent e n tra în e des i*épercussions co n sid érab les s u r le mode d ’exécution des p e in e s (prom iscuité
in év itab le, difficultés sa n ita ire s , etc...).
D a u s le m êm e tem ps, nue g rav e p én u rie de m ain -d ’œ uvre em pêche
la ré a lisa tio n , p o u rta n t u rgente, de tr a v a u x d ’in té rê t générai.
D an s ces conditions, il m e p a r a î t in d iq u é d ’a s s u re r la sta b ilité e t
le cas éch éan t, le développem ent des ca m p s”de tr a v a il d é jà ex ista n ts.
L e m o m en t e s t donc venu de donner la plus la rg e ap p licatio n à m a
c irc u la ire du 13 octobre 1941 et, p lu s spécialem ent, à celles de ses
d isp o sitio n s q u i se pro p o sen t de fa c ilite r l'e x é c u tio n des p eines des
p rév e n u s lib re s d a n s le c ad re de l a loi d u 4 ju in 1941.
E n cons'équence, je Vous in v ite à donner à vos S u b stitu ts to u te s
In stru c tio n s u tile s en ce sens ; j ’a jo u te qu’u n effo rt de coordination
p a rtic u liè re m e n t n écessaire d o it ê tr e ré a iisé s u r le p la n de la R égion
p lu tô t q u e d a u s le c ad re de l ’a rro n d isse m e n t ju d ic ia ire ; c’e st p o u r­
quoi je ne v e rr a is que des av a n ta g e s à ce que, dès Jt p résen t, vous vous
m ettie z en ra p p o rt avec ies D ire c te u rs des C irconscriptions p én iten ­
tia ir e s de v o tre re s so rt, afin de ré a lise r, d an s les. m eilleu res condi­
tions, la d ésig n atio n des in d iv id n s appelés à bénéficier de ce mode
sp écial d ’exécution des p eines p riv a tiv e s d e lib erté.
T o u s m e ren d rez com pte, sous le p ré s e n t tim b re, des difficultés que
p o u rr a it so u lev er l ’ap p licatio n de la p ré s e n te circu laire.
J oseph
B A R T H É L ÉM Y
p ro céd er a u x d ésig n atio n s d o n t il s ’ag it, le s C ours e t T rib u n a u x
n ’a y a n t p a s à v is e r d a n s le u rs a r r ê ts e t jugem ents, l’a ffe c ta tio n . des
condam nés.
1942. — 18 DÉCEMBRE
CODE P É N IT E N T IA IR E
1S d é c e m b r e 3 9 4 2 . — • C j r c c t l a i r e
à M essieurs les directeurs des services
•extérieur* relative à la. classification des dépenses inscrites aux
ft-afa « B ».
J ’a i l'h o n n e u r de vous f a ir e co n n a ître q u e d a n s le b u t de p ré p a r e r la
c ré a tio n d’im co n trô le co m p tab le q u i s e r a it ra tta c h é a u 2e B u re a u de
l ’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire , j ’a i décidé de v ous d em an d e r, à p a r t ir
du 1er ja n v ie r 1943, de cla sse r les d épenses fig u ra n t a u x é ta ts « B »
d 'u n e faço n u n p eu p lu s d éta illée que ce u ’e s t f a i t ju s q u ’ici.
V ous tro u v ere z cl-desous le cla sse m e n t à observ er. L es n um éros
des c h a p itre s so n t ceux d u b u d g et de 1943. J ’y a i a jo u té d e u x ru b riq u e s
é q u iv a la n t chacu n e à u n c h a p itr e . C essions réelles e t C om pte 38-05.
A l ’occasion de la p ré se n te circu laire, je v ous sig n a le que lorsque
vou^ serez ap p elé â rec tifie r u n e e rr e u r d a n s vos é c ritu re s des m ois
a n té rie u rs (ce qu i p e u t a rr iv e r m êm e â u n bon com ptable) vous devrezm e ]a s ig n a le r p a r u n e o b serv atio n s u r v o tre é ta t «B », d e façon
que vos chiffres re s te n t en p a rf a ite concordance avec ceux de l’Adm tfiisitration cen trale.
241
O n n ’im p u te ra à l ’a rtic le 1 - E ta b lisse m e n ts d ’a d u lte s - q u e les
dépenses a m o rtissab les, c’est-à-dire, les a c h a ts d ’o b jets e t les ré p a r a ­
tio n s assez im p o rta n ts e t a y a n t u n c a ra c tè re c e rta in de conserv atio n
(v a le u r p e rm a n en te). C elles n ’a y a n t p as l’u n e t l’a u tr e de ces c a ra c ­
tè re s se ro n t im p u tées a u C h a p itre 42 - E n tre tie n des d é te n u s - A r ti­
cle 1, p a ra g . 4 -S e rv ic e s divers.
L a m êm e o bserv atio n s ’ap p liq u e à l’a rtic le 2, p a ra g . 1 - E ta b lisse ­
m en ts de m in eu rs : m a té rie l d 'in te rn a t.
P a r contre, on im p u te ra à l ’a rtic le 2, resp ectiv em en t a u x p a r a ­
g ra p h e s 2 "et 3 to u tes les dépenses co n cern an t les a te lie rs d ’apprentissa g e e t le s e x p lo itatio n s ag rico les des E ta b lisse m e n ts de m ineu rs.
O n n ’im p u te ra p a s à ce C h a p itre les dépenses des e x p lo itatio n s a g ri­
coles (ja rd in s ) des E ta b lisse m e n ts d’ad u ltes. E lles se ro n t im putées
a u C h a p itre 6 2 -R é g ie d irecte du tra v a il, eu c o n sid éran t q u e -c e s
e x p lo ita tio n s c o n stitu e n t des a te lie rs p a rtic u lie rs.
Cha
p it r e
42 : E n tre tie n des détenus.
A r t , 1 : A c h a ts :
P a ra g ra p h e 1. - V ivres.
P a ra g r a p h e 2. - P h a rm a c ie des détenus.
P a ra g ra p h e 3. - C hauffage e t éclairage.
Cha
p it r e
39 : T ravaux: a u x B â tim e n ts p é n ite n tiaire s.
P a ra g r a p h e 4. - B lanchissage, p ro p reté, services divers.
O ïl im p u te ra b. ce c h a p itre to u te s les dépenses a y a n t u n c a ra c tè re
im m obilier • te rra in s, b â tim en ts, in s ta lla tio n s fixes.
P a ra g r a p h e 5. - L iterie, lin g erie, v estiaire.
P a ra g r a p h e G. - E q u ip em en t des
com m erce).
A kt . 1 : E ta b lisse m e n ts n ’a p p a rte n a n t p a s à l’E ta t.
A
2 : E tab lisse m e n ts
a p p a rte n a n t h l’E ta t -
rt
,
p a ra g . 1 - d épenses n o n am o rtissab les
(e n tre tie n c o u ran t)
p a ra g . 2 - dépenses am ortissablegc o n stru ctïo n s neuves e t .
grosses ré p a ra tio n s
(su p érie u re s ù 100.000 fr.)
A bt . 3 : C en tres d 'O b se rv a tio n provisoires.
C
h a p it r e
40
: R é p a ra tio n s d’E ta b lisse m e n ts endom m agés p a r les
f a its de g uerre.
A
rt
.
s u rv e illa n ts
(a ch eté d an s le
2 : S éjo u r des d éten u s h o rs des E ta b lissem en ts p é n ite n tia ire s.
r t . 3 : Soins m édicaux e t p h a rm aceu tiq u es d u personnel.
On c la s se ra à l’a rtic le 1 - p a ra g ra p h e 4 - Services divers^ le s dépenses
de b lan ch issag e, p ro d u its d 'e n tre tie n ,' a c h a ts de vaisselle,
de tous
o b jets e t u ste n siles p é rissab les' ou à u su re rap id e, les fr a is de tr a n s ­
p o rt (chem in de fe r e t cam ionnage) des a c h a ts fa its s u r ce ch ap itre,
le s d épenses d es services de cam ionnage hippom obile des Eniblis.sem en ts d ’ad u ltes.
•Ne se ro n t in s c rite s a u p a ra g ra p lie 6 que les dépenses p o u r a c h a t
d a n s le com m erce d ’équipem ents de su rv e illa n ts, ce qui s e ra to u t h
f a i t exceptionnel.
A
A ucune subdivision.
C
Cha
p it r e
h a p it r e
p a ra g . 1 - m a té rie l d ’in te rn a t.
p ara g . 2 -m a té rie l des ateliers.
p arag . 3 - m a té r ie l e t fr a is d’exploitàtio n s agricoles.
. A rc . 3 : D épenses div erses (s a n s subdivision),
Akt.
4 : M aison d ’a r r ê t de B o u rasso l (loyer e t charges).
A
ô : C en tres d ’O b serv atio n provisoires,'
ht,
: R é m u n é ra tio n de d é te n u s em ployés a u x services
S an s subdivision.
A rt . 1 : E ta b lisse m e n ts d 'ad u lte s.
/
A kt. 2‘ : E tab lisse m e n ts de)
m ineurs.
)
[
43
g én érau x .
41 : M atérie l.
C
h a p it r e
A
rt
44 : M atérie l a u to e t tra n sp o rts.
u n iq u e :
.
P a ra g r a p h e 1 - A c h a t d ’autoiuobiles ou tra n sfo rm a tio n s im por'
ta n te s (dépenses am o rtissab les).
P a ra g ra p h e 2 - Services autom obiles eu r é g i e : tra n sfèrem en ts,
tr a n s la tio n s e t tr a n s p o rts (c a rb u ra n t, pneus,
e n tre tie n , ré p a ra tio n s, in d em n ités d’accidents...).
242
CODE P É N IT E N T IA IR E
.1942. — 18 DÉCEMBRE
P a ra g r a p h e 3 - T ra n sfè re m e n ts p a r chem in de fe r, p a r serv ices
publics ou v o itu re s de lou ag e (a d u lte s e t m i­
n eu rs).
P a ra g r a p h e 4 - T ra n sla tio n s s u r c o n tra ts p a r e n tre p re n e u rs :
services des P a rq u e ts e t T rib u n a u x .
Cha
p it h e
61 : A p p ro v isio n n em en t des "cantines.
S a n s subdivision.
Ch
a p it r e
62 : R ég ie d ire c te d n tra v a il.
Ar t , l : T ra v a u x de p re m ie r é tab lisse m e n t : dépenses am o rtissa b le s
de bâtim ents-, in sta lla tio n s, m achines.
A
rt
2
.
: A c h a ts d e m a tiè r e s p re jtiiè re s .
A b t . 3 : E n tre tie n e t fon ctio n n em en t •' force, chauffage, éclairag e,
g raissag e, pièces de rechange, ré p a ra tio n s, f r a is de tra n sp o rt, etc...
A h t. 4 : R é m u n é ra tio n s des détenus.
E n re g a rd de chaque dépense, d an s ia colonne « O b serv atio n s■» de
de l ’E t a t « B » , on in d iq u e ra l ’a te lie r auquel se ra p p o rte la dépense
en question, ou bleu s 'il s 'a g it de dépensas com m unes â p lu sie u rs a te ­
lie rs, on in s c rira l'in d ic a tio n : D ép. eom. su iv ie des nom s des a te lie rs
in téressés avec in d icatio n de la ré p a rtitio n de la dépense.
L es e x p lo itatio n s ag rico les (ja rd in s ) nés E ta b lisse m e n ts d 'a d u lte s
s e ro n t considérées comm e des a te lie rs en rég ie d ire c te e t le u rs dépenses
se ro n t im putées à ce c h a p itre (e t non p a s a u x c h a p itre s 41 ou 42).
d’u n e M aison c e n tra le à s a C irconscription ou .inversem ent. M ais les
m ouvem ents d ’une p riso n à u n e a u tre à l ’in té rie u r de 3a m êm e C ir­
co nscrip tio n n e se ro n t p a s inscrits.
"En re g a rd de chaque cession on in d iq u era d an s la colonne « O bser­
v atio n s >> de l ’E ta t « B » l ’in d icatio n des ch ap itre, a rtic le e t p a ra g r a ­
p h e (C bap. A rt. P a ra g .) a u q u e l a u r a i t é té im p u tée la dépense s i elle
a v a it é té u n e dépense réelle.
C o m i t é SS-Oü : P a ie m e n ts effectués s u r o rd re des a u to r ité s alle­
m andes.
L e M in istère des F in an ces a dem andé q u ’à p a r t ir de 1943 to n ies
le s dépenses c o n cern an t le s condam nés p a r les a u to rité s allem andes
s o ie n t payées s u r ce com pte de tréso rerie.
J e n ’ignore p a s q u :il sera, le p lu s so u v en t tr è s difficile de sé p a re r
ces dépenses de celles q u i so n t fa ite s p o u r les condam nés de d ro it
com m un. P a r exem ple, des dépenses de b â tim e n ts ou de m atériel fa ite s
d an s u n e p riso n a b rita n t à la fo is des condam nés des d eux catégories,
s e ro n t difficiles à sé p a re r en d eu x fra c tio n s payables, Tune s u r un ch a ­
p itre d u b u d g et o rd in a ire d u M in istère de la J u s tic e e t l’a n tre .su r
Je com pte SS-Ori. C ette difficulté se p ré s e n te ra m êm e p o u r ies dépenses
d ’e n tre tie n des déten u s ou de tra n sfè re m e n ts cep en d an t p lu s faciles
ü sép arer. J ’espêve a rr iv e r b ien tô t à u n e e n ten te à ce s u je t avec le
M in istè re des F in an ces e t p o u v o ir vnus a d re s se r des in stru ctio n s.
Ces d épenses im p u tées qu com pte 38-05 d ev ro n t fig u rer s u r v o tre
é ta t « B », classées en a u ta n t de ru b riq u e s q u 'il y. a de c h a p itre s du
budget. A ucune subdivision ne s e ra f a ite p o u r Je m om ent û l'in té r ie u r
d e chaque ru b riq u e. J ’ai ad o p té le m ot« ru b riq u e » p o u r é v ite r to u te
confusion avec les im p u ta tio n s a u x ch a p itre s du bu d g et o rd in aire.
R ub. 39 B âtim en t.
■Ch a pit r e 63 : C onsom m ation en n a tu re .
D o ré n a v a n t, e t b ien q u 'il n e s ’a g isse que de dépenses p o u r o rd re,
les E ta b lisse m e n ts réceptionnaires- fe ro n t fig u re r a u x é ta ts « B »
le u r consom m ation e n n a tu re de chaque mois. Kn fin d’année, l’A dm i­
n is tra tio n c e n tra le p o u rr a a in si ra p p ro c h e r le s dépenses to ta le s des
relev és ré c a p itu la tifs de v en te q u e lu i a d re sse n t le s E ta b lisse m e n ts
p ro d u cteu rs.
A
rt
,
1 : P ro d u its agricoles, bois de chauffage e t de c o n stru ctio n .
A rt . 2 : P ro d u its m an u fa ctu ré s,
—
;
P a ra g ra p h e 3 - P ro p re té , services div ers : brosses, m en u s objets.
P a ra g ra p h e 4 - L ite rie , linge, v e stia ire .
P a ra g ra p h e 5 - E q u ip em en t des su rv e illa n ts.
C h a pitre CR : C essions réelles.
B ie n q u ’il ne s ’ag isse ég ale m en t que de dépenses in te rn e s p o u r o rd re,
le s E tab lissem en ts réceptionnaires fe ro n t fig u rer a u x « E t a t s B » les
cessions q u ’ils a m o n t reçues. I l e s t bien en te n d u q u e seu les se ro n t
In crite s les cessions d’u n E ta b lisse m e n t à u n a u tr e E tab lissem e n t, ou
41 M atériel.
—■ 42 E n tre tie n des détenus.
—•
.
43 R é m u n éra tio n des déten u s des services généraux.
44 M a térie l a u to e t tra n sp o rts.
—
—
—
—
P a ra g ra p h e 1 -M a té rie l e t o b je ts m obiliers a y a n t u n e v a le u r
a m o rtissa b le (perm anente).
P a ra g ra p h e 2 - Services a d m in is tra tifs : im prim és, etc...
343
61 A p provisionnem ent des cantines.
62 R ég ie d irecte d u tra v a il,
-63 C onsom m ation en n a tu re (dépenses p our orde).
or
Cessions réelles (dépenses p o u r o r d r e ) . .
R éca p itu la tio n . — E lle s e ra p résen tée sous la m êm e form e q u ’a c tu ­
ellem en t m a is d'u n e m a n ière p lu s détaillée, conform ém ent a u x a rtic le s
e t p a ra g ra p h e s énum érés d a n s la p résen te circu laire. P o u r p lu s de
com m odité p o u r vos économ es, les dépenses à , y in s c rire se ro n t d o ré­
n a v a n t le s dépenses b ru te s non arro n d ies. L es im p rim és nécessaires
v ous se ro n t a d re ssé s p ro ch ain em en t p a r îa M aison c e n tra le de M elun.
Le] D irecteur de ï’A dm inistraM on p én iten tia ire
e t des S ervices de l'E d u ca tio n surveillée,
CON TAN CIN
1942. —
CODE P É N IT E N T IA IR E
•18 décem bre 1942. — N o t e pour M esienrs les d irecteu rs des éta b lis­
sem en ts p é n ite n tia ire s e t des m a iso n s d’éd u ca tio n su rveillée rela tiv e
t la restrictio n de la consom m ation de papier.
P a r c irc u la ire N° 3.000 d u 10 octobre 1942, je v ous a l f a i t co n n a ître
que des com pressions ex trêm e m e n t sévères de l a consom m ation de
p a p ie r é ta ie n t indispensables.
C onform ém ent a n s a v is Q u i m ’o n t é té fo u rn is p a r c e rta in s D ire c te u rs
d ’E ta b lisse m e n ts p é n ite n tia ire s que j ’a i c o n su lté ù ce su je t, j ’a i décidé
à p a r t ir du 1er ja n v ie r 1943 de p re n d re les p re m iè re s m esu res d ’écono­
m ie su iv a n te s :
1° R a p p o rt d u S u rv e illa n t-c h e f au D irecteu r. — C e rap p o rt, jo u r ­
n a lie r jü s q u ’ici, ne s e ra p lu s fourni- p a r les S u rv eillan ts-ch efs que
to u s les quinze jo u rs avec la s itu a tio n de q u in zain e des déten u s à
tra n s fé re r.
12“ S itu a tio n jo u rn a lière des en trées e t des sorties, iaodè3e 27
(N ° 406). — C e tte s itu a tio n , q u i e st a c tu e lle m e n t jo u rn a liè re , ne
s e r a p lu s fo u rn ie que tous ie s d ix jo u rs, c’e st-à -d ire le 10, le 20 e t
le 30 ou 31 du mois.
J e v ous sig n ale qu’en m e tr a n s m e tta n t ce te x te p a r le ttr e VY-MP
45/1.9G7 eu d a te du 24 décem bre co u ran t, le M inistre, se c ré ta ire d 'E ta t
ii l’A g ricu ltu re e t a u R a v ita ille m e n t p récise :
« L e s D ire c te u rs de C ii-conscriptiou p é n ite n tia ire d oivent é ta b lir des
bons d !ap p ro v isio n n em en t d u m odèle ci-joint, en in d iq u a n t s u r chacun
de ces bons le nom e t l'a d re sse du d e stin a ta ire , Ja d a te probable du
tr a n s fe r t, le nom e t l’a d re s se , du fo u rn iss e u r d u co n tin g en t de p aille
p rév u ou, to u t au1 m oins, l ’in d ic a tio n d u d é p a rte m e n t liv ran cier.
« P o u r 3a d éterm in atio n de ces d ép artem en ts H vrauciers, JIM . les
D ire c te u rs de C irco n scrip tio n p é n ite n tia ire p o u rro n t u tile m e n t se
m e ttre en ra p p o rt avec les D irectio n s régionales d u R av ita ille m e n t
in téressées.
.
.
« Ce m ode d ’ap p ro v isio n n em en t d é jà em ployé en c e rta in e s régions
a. d o n n é -to a te satisfactio n .
' « L a ré a lisa tio n des bons d ’ap p ro v isio n n em en t s/e ffe c tu e ra su iv a n t
le s m o d alité s p rév u es a u p a ra g ra p h e IV de m a ..C irculaire VY-MP
45/307 c i-jo in te* .
P a r délégation :
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
et des S ervices de l’E d u ca tio n surveillée,
3° B u lle tin s de livra iso n des fo u r n itu re s (N ° 405). — C es b u lle tin s
sonf supprim és.
CONTANCIN
A0 S o m m ie r de co m p ta b ilité in s titu é p a r l’in s tru c tio n N ° 77 du
S I décem bre 19S8. — Ce d o cu m en t ne s e ra p lu s ten u d a n s les M aisons
d’a r r ê t dont la co m p tab ilité se ra assu ré e com m e a n té rie u re m e n t p a r le
R eg istre^Jo u rn al-R ecettes e t le R eg istre-Jo u rn al-D ép eo ses.
L e som m ier de c o m p tab ilité c o n tin u e ra à ê tre ten u d an s to u te s les
d irectio n s p é n ite n tia ire s : sièges de C irconscriptions, M aisons cen trales,
F riso n s de la Seine, de P a ris, C en tre p é n ite n tia ire , de V illeneuve-StGeorges e t des H auts-C los, c’est-à-d ire p a rto u t où e x iste u n g re f­
fier-com ptable.
5V L iv r e de q u itta n ces in s tU u tu é p a r l’in s tru e tio n 27° 77 d u SI dé­
cem bre 19SS. — Ce liv re de q u itta n c e s e st supprim é. Les déten u s
d o n n ero n t q u itta n c e com m e a n té rie u re m e n t en é m a rg e a n t le u r liv re t
de pécule.
■L e C onseiller d’E ta t
secréta ire gén éra l d u M in istè re de la Ju stic e,
G
e o b g e s
DAYRAS
28 décem bre 1942. — C i r c u l a i r e d M o n sieu r le directeu r de la cir­
conscription p é n ite n tia ire re la tiv e à l’a ttrib u tio n de p a ille a u x
éta b lissem en ts p én iten tia ires.
J e vous adresse, sous ce pli, u a ex em p laire de la c irc u la ire V T-M P
45/107 en d a te d u 23 ju ille t 1942 d u M in istre s e c ré ta ire d’E ta t à
l ’A g ricu ltu re e t a u R a v ita ille m e n t ; c e tte in stru c tio n concerne < la
ré p a rtitio n e t la collecte des p a ille s non a lim e n ta ire s ».
245
2 8 DÉCEMBRE
IN S T R U C T IO N
sur la répartition et la collecte des p ailles non alim entaires
L
e
M
in is t r e
m e n t
s e c r é t a ir e
d
’E
u a t
a
i
/A
g r ic u l t u r e
e t
a u
R
a v it a il l e
­
,
A.- M essieu rs les. P ré fe ts régionaux. les P ré fe ts (p o u r in form ation),
M essieu rs les D irecteurs' régionaux d u R a v ita ille m e n t général, les
D ire c teu rs d é p a rtem en ta u x d u R a v ita ille m e n t .général (p o u r exécu­
tion), M essieurs les D irecteu rs rég io n a u x de la P roduction agricole,
M essieu rs les D ir e c te w s des services agricoles (p o u r in fo rm atio n ).
i ”. —• G énéralités. — D estinées à s a tis f a ire a u x usages in d u strie ls
ou co m m erciaux à l ’exclusion de l ’a liiu en to tio n ou m êm e de. la
litiè re des a n im au x , les p ailles non a lim e n ta ire s sont, en principe,
le s p a ille s de seigle, d’orge, d'esconrgeôn, de m étail e t les p ailles
av ariées.
A près s a tisfa c tio n des besoins alim e n ta ire s, des co n tin g en ts de
p a ille s de blé p eu v en t ê tr e destinées à. titr e exceptionnel à d es u sages
non a lim e n ta ire s s i les p a llie s d’a u tr e n a tu re ne suffisent p as ü
c o u v rir les q u a n tité s p révues p a r les ta b le a u x pério d iq u es d'expédi­
tio n ; ces p a illes ne se ro n t d éliv rées que s u r bons d ’ap p rovisionnem ent
é ta b lis p a r l ’A d m in istra tio n centrale.
246
1942. —
CODE P É N IT E N T IA IR E
II - ~ Im p o sitio n e t ré p a rtitio n des contingents. — L e c o n tin g en t
de p ailles non a lim e n ta ire s m is à la d isposition de l’ensem ble des
u tilis a te u rs a u co u rs de îa cam p ag n e 1942-1943 q u i d éb u te le I er a o û t
e st com pris d a n s ie s im p o sitio n s notifiées a u x R égions p a r la c ir­
c u la ire N° 27 d u 8 décem bre 1942 du C o n im issariat g é n é ra l a u x
R esso u rces nfericoJes.
P o u r chaq u e trim e stre , Je ta b le a u p ério d iq u e d ’e x p éd itio n f a i t con­
n a ître le s q u a n tité s de p a ille s non a lim e n ta ire s à ré a lis e r d a n s le s
d iv ers d é p a rte m e n ts liv ran cjers.
Ces q u a n tité s so n t ré p a rtie s p a r m o u A d m in istra tio n c e n tra le e n tre
les d iv erses p a rtie s p re n a n te s ci-ap rès :
- Office c e n tra l de R é p a rtitio n des P ro d u its in d u s trie ls (O .C .R .P.I.)
Section d es p ro d u its d iv ers à c h a rg e p a r lu i d e les r é p a r tir e n tre
les d ifféren ts C om ités d’O rg a n isa tio n q u i lu i so n t ra tta c h é s .
- C om ité d ’o rg a n isatio n de l’In d u s trie de la p a ille ouvrée (C.O.I.P.O.)
auquel so n t a ttrib u é e s ies p a ille s de seigle en b o tte s trié e s ou gluitées.
- C om ités d’o rg a n isa tio n s, S y n d icats o u O rganism es, quelconaues
non ra tta c h é s à l'O .O .R .P .l. e t qui re ce v ro n t d irec tem en t le u r ap p ro ­
visionnem ent en s 'a d re s s a n t a u x services de m on A d m in istra tio n
ce n tra le s u r ju stific a tio n de Jeurs besoins.
- U tilis a te u rs non groupés d o n t les besoins ex cep tio n n els se ro h t
s a tis f a its su r u n v o la n t ré se rv é à cet effet.
2 8 DÉCEMBRE
247
o rg anism es ci-dessus à m on A d m in istra tio n ce n tra le qui le s signe.
L 'e x e m p la ire o rig in a l f a i t re to u r â l ’O rganism e ém etteu r. L e d u p lic a ta
e st ad re ssé a u D..D.R.G. d u d é p a rte m e n t liv ran cier.
.La collecte des p a illes « non alim en ta ires »se fa i t e x clu sivem en t
p a r la voie com m erciale dans tous /as départem ents, par dérogation, si
besoin est, aua> prescriptions de la circulaire V /M p A - l / F (e t anneæe t / F ) d u 30 ju in 1942.
L e p o rte u r d u bon, n ég o cia n t ou m a n d a ta ire quelconque de l’u tilis a ­
te u r, le p ré se n te p o u r v a lid a tio n a u v is a d u D .B.R .G . du d é p artem en t
liv ra n c ie r.
.L e D .D .R .G . n e p e u t re fu se r sou v isa que p o u r d es m o tifs g rav es
e t à c h a rg e de m ’en re n d re eonrpte so u s le p ré s e n t tim bre.
L 'a u to risa tio n de tra n s p o rt e s t e n su ite délivrée p a r le P ré sid e n t de
la Com m ission d ’a c h a t du lieu de d é p a rt s u r sim ple p ré s e n ta tio n du
bon d ’ap p ro v isionnem ent validé, Ce P ré sid e n t m entionne d an s la colonne
ré serv é e à eet effet, au v erso du bon, e t p o u r p e rm e ttre son exécution,
le s n u m éro s des a u to ris a tio n s de tra n s p o rt délivrées a u v u d u bon
d ’ap provisionnem ent.
V.
— Im p u ta tio n su r les im p o sitio n s d&s pailles non alim entaires
collectées. — L es p ailles non aîim eo.i.aiies collectées s u iv a n t les m oda­
lité s ci-ctesSus peu v en t ê tre im putées s u r les im positions des récol­
ta n ts on s'e ffe c tu e r en dehors de celles-ci.
a) Im p u ta tio n "su r les im posilianx.
I I I . — E ta b lisse m e n t des bons d'appro visio n n em en t. —. 1° l ’O.C.B..P.I.
é ta b lit Jv s . bons d’app ro v isio n n em en t a u nom des b énéficiaires d an s
la lim ite dn co n tin g eu t trim e s trie l q u i lu i e s t a ttrib u é e t q u ’il lu i
•ap p artien t d'affecter a u x d iv ers C om ités d ’o rg a n isa tio n in d u strie lle
a y a n t des besoins de p a illes n o n a lim en taire s.
T Les p ailles de seigle eu b o tte s o u g lu itées so n t réserv ées an C om ité
d’o rg an isatio n de l a p a ille ouvrée,, à c h a rg e p a r lu i d ’en a s s u re r la
ré p a rtitio n , non seu lem en t e n tre ses p ro p res re sso rtissa n ts, m ais e n tre
to u s ïes u tilis a te u rs a y a n ts -d ro it q u i p o u rro n t lu i ê tr e d ésignés e t
d ’é ta b lir les bons d’app ro v isio n n em en t individuels.
Ce C om ité re c e v ra no tificatio n des co n tin g en ts trim e s trie ls de p a ille s
(le seigle en b o tte s trié e s ou g lu itées q u i lu i so n t alloués.
3° C haque C om ité, S y n d icat ou O rg an ism e est in fo rm é des c o n tin ­
g en ts tr im e s trie ls o u i lu i sont a ttrib u é s av ec in d icatio n d e s d é p a rtem en ts
liv ra n c je rs e t des fo u rn itu re s à p réle v e r d a n s chacun d’eux. Ils é ta ­
b lissen t ies bons d’app ro v isio n n em en t sous le u r resp o n sab ilité, .dons
la lim ite de leu rs a ttrib u tio n s respectives,
4° P o u r les u tilis a te u rs isolés, le s bons d ’ap p ro v isio n n em en t so n t
é ta b lis d irectem en t p a r m on A d m in istra tio n cen trale.
I V . — R éa lisa tio n des bons ^ a p p ro v isio n n e m e n t. ■
— Ces b ons so n t
d u m odèle jo in t à. la p ré se n te c irc u la ire e t so n t e x tr a its d ’un c a rn e t
trip lic a ta . C haque bon e st assig n é s u r l ’u n des d é p a rte m e n ts désigné
comme liv ra n c ie r p o u r ré a lis a tio n d u c o n tin g en t tr im e s tr ie l
D eu x ex em p laires du bon d’ap p ro v isio n n em en t q u i p e u t ê tr e é ta b li
avec ou sa n s in d ic a tio n du n égociant e x p éd iteu r, so n t a d re ssé s p a r les
L e P ré s id e n t de la C om m ission d1A ch at d u lieu d 'acq u isitio n délivre
en m êm e tem p s que F a u to risa tio n de tra n sp o rt, les reçu s de p re s ta ­
tio n s n écessaires conform ém ent a u x p re scrip tio n s du p a ra g .
de
m a c irc u la ire V /M P Â - I / F d u 30 ju in 1942.
C es re ç u s so n t é tab lis a u nom dos c u ltiv a te u rs im posés e t re m is
â ceux-ci p a r les a c h e te u rs de p ailles d é te n te u rs de bons d’ap p ro ­
visionnem ent.
L es P ré s id e n ts des Com m issions d ’A chat doivent s ’a s s u re r de l’u tili­
sa tio n rég u lière des reçus q u ’ils délivrent. L es q u a n tité s im putées su r
les im positions de p a ille sont réca p itu lé e s s u r le s E ta t s m odèle « 2 ».
b) V en tes consenties p a r les récoltants en sus des im p o s itio n .
Ces v en tes ne donnent p a s lieu ù la remisse de reçus. A v a n t d 'a u to ­
r is e r le s ta n s p o rts des q u a n tité s a in si acquises, le P ré s id e n t de ia
C om m ission d’A ch at p e u t d em an d e r l’ex écution des fo u rn itu re s dues
a u titr e des im positions.
P o u r Je M in istre secrétaire d 'E ta t
à VAtjrW-nliure e t au R a v ita ille m e n t
e t p a r autorisation,
L e D irecteu r des M oyens de P roduction
BREART
P o u r am p liatio n :
S
a b a t ie b
248
OODE PÉNITENTIAIBB
1942. —
249
29 DÉCEMBRE
AUTORISATION DE TRANSPORT
DÉLIVRÉE AU VU D ü PRÉSENT BON
L’Organisme ém etteur du boa appose ic i
son timbre ou s a raison sociale
DATES
P A I L L E S N O N D E S T IN É E S A V A L I M E N T A T IO N
NDHÉRO
des
autorisations
de
transport
TIMBRE
COMMISSIONS
<3q P résident
QUANTITÉ.
D’ACHAT
de h
Commission
d’Achat
B O N D ’A P P R O V IS IO N N E M E N T N ° ..............................
S u r le co ntingen t de p a ille s n o n a lim e n ta ire s d u d ép a rtem e n t
d e ...................................
M.................................................
R ue ................................ N ° .
(nom ou ra iso n sociale)
E n tr é l e
à ..........................
(adresse com plète)
...................
194
194
et l e .......................
e st a u to risé & a c h e te r . . . . .
NOTA. — L e .p ré s e n t boQ d e v ra ê tr e re to u rn é l ’o rg a n ism e é m e tte u r a p rè s
e xécution.
(q u a n tité s en to u te s le ttre s)
d e p a ille d e ..................................................................
(n a tu re e t q u alité )
chez M. .......................
B ue
n
° .. . .
à
(nom ou raiso n so ciale d u liv re u r) (ad re sse trè s com plète)
ù. tra n s p o rte r de .................................................
à
- (Heu d’a c h a t)
(lieu de. d estin a tio n )
su iv a n t d é ta il des a u to risa tio n s de tr a n s f e r t fig u ra n t a u verso.
'L e ....................................
le
(T im b re e t s ig n a tu re de L e M in istre, secréi ’organism e é m e tte u r
ta ir e d’E ta t à
du bon).
l'A g ric u ltu re e t a u
R av itaillem e n t,
ie ........
V isa d u D .D .It.G .
d u d é p a rte m e n t '
liv ra n c ie r.
29 décem bre 1942. — n o t e - de service p o u r M essieurs les directeurs
de la circonscription p é n ite n tia ire re la tiv e à la n écessité de signaler
à V a d m in istra tio n des e a u x e t fô r e ts l’existen ce o u l'o u vertu re d’u n
chanticr.
J e vous ra p p elle q u e l’ex isten ce e t l’o u v e rtu re de C h a n tie rs p én i­
te n tia ire s q u i se c o n sacren t à des tr a v a u x de M ch ero n n ag e ou de
fo resta g e, d o iv en t ê tr e sig n alés p a r vos soins a u R e p ré se n ta n t lo cal
d e .l’A d m in istra tio n des E a u x e t F ô rets.
J e v ous p rie dè v e ille r à ce que ces com m unications so ien t fa ite s
en tem p s opportun.
Le' D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
CON TAN CIN
250
CODE P É N IT E N T IA IR E
29 décem bre 1942. — N o tk p o u r M o n sieu r le D irecteu r de la Circonsttription p én iten tia ire re la tiv e à l’in scrip tio n ckms les m ^ro h ê i
d ’u n p r ix variab le su iv a n t les flu ctu a tio n de la.ta-æe. '
J ’a i observé, à l ’occasion tin ren o u v ellem en t an n u el des d iv ers
• m arch és de fo u rn itu re s, que la p lu p a r t de ces docu m en ts se ré fé ­
ra ie n t à u n p rix fix e, p récisé p a r io c o n tra t, de la m a rc h a n d ise en
cause (pain, viande, légum es, etc..;).
11 e s t ù re d o u te r que p o u r re s te r fid èles a u x conditions des m archés,
les fo u rn isseu r^, en p résen ce de re n c h é riss e m e n t g én éral des p rix ,
ne so ien t enclins à ne livre»* q u e des m a rc h a n d ise s d 'u n e q u a lité
m édiocre.
Si, a u co n traire, les fo u rn isse u rs d é sire n t resp e cte r d’une m an ière
ré g u liè re l a flu c tu a tio n clés p rix , ils se ro n t am enés à v ous s a is ir,
en co u rs de m arché, de p ro p o sitio n s d 'a v e n a n ts.
J 'e s tim e in n tile le reco u rs fré q u e n t à c e tte p ro cé d u re p o u r une
sim ple m o d ificatio n de p rix .
D an s u n e épixiue où la p lu p a rt des den rées a lim e n ta ire s so n t so u ­
m ises à la p rocéd u re de 3a T axe, je 3ie p u is q u e vous in v ite r à
g é n é ra lise r îe pro céd é q u i consiste ù in clu re d an s le s m a rch é s de
fo u rn itïu 'e s non p as un p rix fix e d éterm in é p o u r ch aq u e espèce, m ais
u n p r i s v a ria b le s u iv a n t ios flu c tu a tio n s de la ta x e e t d éterm in é
p a r ra p p o rt à celle-ci (ex. 0 fr. 50 ‘au-dessous de la ta x e . ; 1 f r . 25
a u dessous du p rix fix é p a r l’a r r ê té p ré fe c to ra l ré g issa n t là d en rée
d o n t s'ag it, etc...).
31.3317. — ' Im p rim e rie a d m in istra tiv e . — M elun
1462 M, — M in istère de la J u s tic e
L e D ire c teu r de l’A d m in istra tio n p én ite n tia ire
e t de* R w victB de l’E d u c a tio n surveillée,
CON TAN CIN
D é p ô t légal effectué le 5 a v ril 1944
-•.•'.s-';»;."..'-
;£-\<
ANNÉE 1943
6 ja n v ie r 1943. — N o te p o u r M essieurs les d irecteurs des services
exté rieu rs rela tive au télégram m e d adresser a u S ervice régional
de police en cas d ’évasion.
M. le C onseiller d ’E ta t, S e c ré ta ire g é n é ra l à la police v ie n t d ’a ttir e r
m on a tte n tio n s u r l ’in t é r ê t q u i s ’a tta c h e à ce que les serv ices de
p o lice q u alifiés s o ie n t a v e r tis avec to u te la c é lé rité d é s ira b le des
é v a sio n s q u i s u rv ie n n e n t d a n s les é ta b lis se m e n ts p é n ite n tia ir e s ; il
im p o rte e n effet q u e les re c h e rc h e s u tile s so ie n t p re s c rite s e t
o rie n té e s d a n s le m in im u m de tem p s.
E n conséquence, j ’a i décid é q u ’à l 'a v e n i r dès q u 'u n e év asio n de
d é te n u (p ré v e n u ou eon d artm é) a u r a é té c o n sta té e , le C h ef d ’é ta ­
b lisse m e n t d e v ra , sa n s d é lai, la s ig n a le r té lé g ra p h iq u e m e n t a u chef
d u S e rv ice ré g io n a l de p o lice de s û re té d a n s îe re s s o rt d u q n e l se
tro u v e la M aison c e n tra le o u îa M aiso n d ’a r r ê t.
P a r S erv ice ré g io n a l de p o lice, i l f a u t e n te n d re le se rv ie e fo n c ­
tio n n a n t à la P r é fe c tu re régionale. C 'e s t a in s i que le su rv o iU aü tc h e f de T ré v o u x té lé g ra p h ie ra a u S erv ice ré g io n a l de police de
s û r e té p rè s la p r é f e c tu r e de L y o n e t n o n a u S erv ice de p o lice de
s a p r é f e c tu r e lo cale, c 'e s t- à - d ir e de B o u rg ; de m êm e, le su rv e illa n t-e h e f de L o n e n t n e té lé g ra p h ie ra p a s à V a n n es m ais b ien
a u S e rv ie e ré g io n a l de p o lice de s û re té fo n c tio n n a n t p rè s la p r é ­
fe c tu r e ré g io n a le de R en n es.
J ’a jo u te que b ie n e n te n d u les dépêehes d e v ro n t in d iq u e r, bx’ièv e m e n t m a is d e m a n iè re suffisam m ent e x p lic ite , les c o n d itio n s de
l ’é v a sio n , l ’h e u re de la f u ite , le sig n a le m e n t d u ou d es in d iv id u s
e t le u r s itu a tio n p é n a le ; d ’a u tr e p a r t , u n r a p p o r t é c rit, développé
e t c irc o n sta n c ié , s e ra a d re s sé p a r c o u rr ie r a u S e rv ic e ré g io n a l de
p olice.
V o u s v o u d re z b ie n a s s u r e r la diffusion im m é d ia te des d ite s in s ­
tr u c tio n s a u p rè s d e s su rv e illa n ts -c h e fs p la c é s sous v o tre a u to r ité
e t v ous a u re z e n o u tre , à m 'a c c u s e r ré c e p tio n de c e tte n o te sous le
p ré s e n t tim b re . ■ •
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
e t des S ervices de V E ducation surveillée,
C O N T A N C IN
P .S . —*I l d em eu re e n te n d u que, com m e p a r le p assé, les C h efs d ’é ta ­
b lisse m e n ts d e v ro n t, dès la c o n s ta ta tio n d 'u n e évasion, en in f o r ­
m e r im m é d ia te m e n t les a u to r ité s a d m in is tra tiv e s e t de police
locales e t q u e les su rv e illa n ts -c h e fs a u y o n i é g a le m e n t à a v ise r
sa n s d é la i les d ir e c te u r s de c irc o n sc rip tio n s sous les o rd re s
d esq u els ils s o n t p lacés.
• 7
1
i l
,\C:
i
CODK P É N IT E N T IA IR E
1 9 1 3 . — 2 1 JANVIER
13 ja n v ie r 1943, — N o te à M essieurs les d irecteu rs re la tive a u x a va n ­
tages à accorder a u x su rveilla n ts a u xilia ires (in d e m n ité de services
p én ib les e t relèvem en ts des su p p lé m e n t? p ro viso ire s).
*
254
P a r a p p lic a tio n d ’u n e d é cisio n de M. le M in istre , s e c ré ta ire
d ’E t a t à l ’E co n o m ie n a tio n a le e t a u x F in a n e e s , M M . les p r é f e ts
ré g io n a u x o n t p r i s d es a r r ê té s fix a n t le b a rè m e des sa la ire s des
f/g e u ts . a u x ilia ire s de l 'E t a t , d es d é p a rte m e n ts , co m m u n es e t é ta ­
b lisse m e n ts p u b lics.
J e vous in f o rm e q u e ces d isp o sitio n s ré g le m e n ta ire s lo cales d o i­
v e n t r e s te r sa n s effet su r la s itu a tio n des s u r v e illa n ts a u x ilia ire s
d es se rv ices e x té r ie u r s de l ’A d m in is tra tio n p é n ite n tia ir e e t des
S erv ices d e l ’E d u c a tio n su rv e illé e. Ces d e rn ie rs c o n tin u e n t à ê tr e
re g is p a r les d isp o sitio n s de l ’a r r ê té in te rm in is té r ie l d u 3 a v ril 1942
p o r t a n t c ré a tio n d ’u n e in d e m n ité f o r f a it a ir e de se rv ice s p é n ib le s
q u i stip u le , d a n s so n a rtic le 3 : « l ’in d e m n ité f o r f a it a ir e de se rv ices
« p é n ib le s e s t é g a le m e n t a llo u ée a u x a g e n ts a u x ilia ire s re c ru té s
« à t i t r e te m p o ra ire ».
E n conséquence, je v ous p r ie de m a in te n ir à c e tte c a té g o rie
d ’a g e n ts les a v a n ta g e s q u i le u r s o n t c o n se n tis e t de les f a ir e é g a ­
le m e n t b én éficier d u re lè v e m e n t d u ta u x d es su p p lé m e n ts p ro v iso ire s
d e tr a ite m e n t te l q u ’il a é té a n té r ie u r e m e n t p o r té à v o tre c o n n a is­
sance.
A n cas où v o u s v ie n d rie z à re n c o n tre r des difficultés d a n s l ’a p p li­
ca tio n des in s tru c tio n s q u i p ré c è d e n t, v o u s a u rie z soin de m ’en
in f o rm e r sa n s r e ta r d .
L e D irecteu r de V A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
' et des S e rv ic e s de V E d u ca tio n surveillée,
C O N T A N C IN
2 i jaD v ier 1943. — N o t e d e S e r v ic e p o u r M essieurs les d irecteu rs
des services extérieu rs relative ô la rem ise a u S eco u rs N a tio n a l
des effets d ’u n ifo rm e usagés p o u r o b ten tio n d 'effe ts n e u fs.
\
P a r c irc u la ire E .M ./T .T . 31.662 d u 6 ja n v ie r 1943, le M in istre ,
s e c r é ta ire d ’E t a t -à. la P ro d u c tio n in d u s trie lle v ie n t d e fix er les
c o n d itio n s 'd e d é liv ra n c e d ’u n if o n n e s n e u fs a u x a g e n ts des a d m i­
n is tra tio n s . C o n fo rm é m e n t à l 'a r tic le 35 de l 'a r r ê t é d u 27 ju in 1942
fix a n t les m o d a lité s d ’a p p lic a tio n do la lo i re la tiv e au ré g im e de la
v en te des a rtic le s, te x tile s à u sa g e v e s tim e n ta ire e t d o m e stiq u a
{Jo u rn a l officiel d u 11 ju ille t 1942), le -nouvel a r r ê té p r e s c r it que la
re m ise d es u n ifo rm e s e st, s a u f e a s e x c e p tio n n e ls, su b o rd o n n é e à
la re m ise a u S e c o u rs N a tio n a l d 'e ffe ts u sa g é s e n n o m b re égal à
celu i des. effets n eu t's a ttrib u é s . V o ici d a n s q u e lle s c o n d itio n s c e tte
c irc u la ire d e v ra ê tr e a p p liq u é e à l ’A d m in is tra tio n p é n ite n tia ire .
D istrib u tio n des effets n eu fs
E lle e s t su b o rd o n n é e à la re m ise p a r l ’a g e n t b én éficiaire d ’effets
u sa g e s de m êm e n a tu re q u e les effets n e u fs reçn s, q u e l ’a ttr ib u tio n
s o it f a i te à I n t é r e s s é à t i t r e g r a t u i t ou à t i t r e o n éreu x .
R écupération d es effets u sagés
L es effets u s a g é s s e r o n t re m is a u Secours' N a tio n a l q uel q u ’en
s o it l ’é t a t d ’u sag e, m êm e si, à p rio ri, ils n e p a r a is s e n t p a s su s ­
c e p tib le s d ’ê tr e affectés, a p rè s ré p a r a tio n , à u n u sag e co m p a ra b le
à celu i a u q u e l ils o n t se rv i. I l s d e v ro n t être rem is en é ta t de p r o ­
p re té .
L es a tt r i b u ts d is tin c tif s des v ê te m e n ts d ’u n ifo rm e s u sa g é s d e v ro n t
ê tr e en lev és a u p ré a la b le .
M o d a lité s de re m ise
L es v ê te m e n ts u sa g é s ne se ro n t p lu s re n v o y é s a u x é ta b lis se m e n ts
p é n ite n tia ir e s c o n fe ê tio n n a ire s (M a iso n s c e n tra le s de M elun, R e n ­
n e s, P o is sy , e tc ...).. M a is ils s e r o n t envoyés à la M aiso n d ’a r r ê t
d u c h ef-lieu d e d é p a rte m e n t, p o u r ê tr e re m is a u délégué d é p a r­
te m e n ta l-d u S e co u rs N a tio n a l. T o u s les f r a is -d'envoi d es v ê te m e n ts
u s a g é s se ro n t à la ch a rg e de la d é lé g a tio n d é p a rte m e n ta le du
S e c o u rs N a tio n a l. .
L e re ç u des v ê te m e n ts u sa g é s (f ra c tio n n é p a r é ta b lis se m e n t) se ra
d e m a n d é a n S eco u rs N a tio n a l p a r la M aiso n d ’a r r ê t d u c h ef-lieu
e n d o u b le e x e m p la ire ( l ’u n e t l ’a n tr e tim b ré s d u S eco u rs N a tio n a l)
à s a v o ir : u n o rig in a l q u i s e ra co n serv é a la M aiso n d ’a r r ê t du
c h e f-lieu e t u n d u p lic a ta q u i se ra envoyé à l'é ta b lis s e m e n t d ’où
p ro v ie n d ro n t ies v ie u x effets. Ce d e rn ie r é ta b lis se m e n t d e v ra e n v o y er
ces d u p lic a ta des re ç u s a u x é ta b lis se m e n ts p é n ite n tia ir e s la i a y a n t
en v o y é le s e ffe ts n e u fs , c ’e st-à -d ire M aiso n s c e n tra le s d e M elun,
R e n n es, etc... afin de ju s tifie r de 3a re m is e d ’effets u sa g é s en n o m ­
b re é g al a u x effets n e u fs reçus.,
'A u c u n e différence n e s e ra adm ise. L es su rv e illa n ts -c h e fs ne
d e v ro n t donc re m e ttre d ’effets n e u fs q u e c o n tre re m ise im m é d ia te
des m êm es e ffets usag és.
L es é ta b lis se m e n ts c o n fectio n n âm es' (M aiso n s c e n tra le s de M elun,
R en n e s, etc ...) c o m p a re ro n t les d u p lic a ta de re ç u s d u S eco u rs
N a tio n a l q u e le u r e n v e rro n t les é ta b lis se m e n ts d e s tin a ta ire s avec
le re le v é d e le u rs e x p é d itio n s à ces m êm es établissem ents!.
C h aq u e tr im e s tr e e t d a n s u n d é la i de m i m o is, les é ta b lis se m e n ts
c o u fe c tio n n a ire s e n v e rro n t à l ’A d m in is tra tio n c e n tra le to u s les
-d u p lic a ta re ç u s p e n d a n t le tr im e s tr e accom pagnés d ’u n b o rd e re a u
in d iq u a n t p a r é ta b lis s e m e n t d e s tin a ta ire d ’u n e p a r t les effets -neufs
e x p é d ié s, d ’a u tr e p a r t le s effets u sa g é s re m is a u S eco u rs N a tio n a l '
r é s u lta n t des d u p lic a ta de reçus.
L ’A d m in is tra tio n c e n tr a le e n v e rra ce b o rd e re a u avec les d u p lic a ta
d e reçu s a u R é p a r tite u r c h ef de l a :S e c tio n te x tile de l ’O .C .R .P .I.
256
G OD E P É N IT E N T IA I R E
*
A g en ts n ou vellem en t em bauchés, sin istrés,
prom us dans la m êm e ad m in istration à une fo n ctio n
e x ig ea n t le p ort d e l'u n ifo rm e
L es a g e n ts n o u v e lle m e n t e n g ag és o u v e n a n t d ’ê tr e p ro m u s d a n s
la m êm e a d m in is tra tio n à u n e fo n c tio n e x ig e a n t le p o r t d ’u n ifo rm e
(a lo rs q u ’ils n 'e n p o r ta ie n t p a s a u p a r a v a n t) de m êm e q u e les
a g e n ts ayaait p e rd u le u rs u n ifo rm e s p o u rr o n t ê tr e d isp e n sé s de
la re m ise d ’u n u n ifo rm e u s a g é e n éc h a n g e d u v ê te m e n t n e u f q u i
le u r est d is trib u é .
D a n s ce cas, en v u e de ju s tifie r de l a d is trib u tio n des v ê te m e n ts
d ’nniforcm es n e u fs sa n s re m ise de v ê te m e n ts u sag és, v ons d e v rez
établi}- au nom. des a g en ts q u i a u ro n t dem a n d é â être d isp en sés de
cette rem ise, u n e d é c la ra tio n f a i s a n t état, de la s itu a tio n p a rtic u liè re
d e s in té re ss é s.
•Cette s itu a tio n s e ra é ta b lie d a n s la f o r m e ei-d esso u s :
A d m in is tra tio n d e m a n d e re sse : M in is tè re d e la J u s tic e . — A d m i­
n is tr a tio n p é n ite n tia ir e ,
A g e n ts d isp en sés de la re m ise d ’u n u n ifo rm e u sa g é d a n s les c o n d i­
tio n s p ré v u e s à l ’a rtic le 35 § 2 de l ’a r r ê té d u 27 ju in 1942 :
N om e t P rén o m
de l ’a g en t
A d resse
F o n c tio n
exercée
D a te
d ’e n tré e
en
fo n c tio n
,29 ja n v ie r 1943. — C i r c u l a i r e à M essieurs les p ro cu reu rs gén éra u x
rela tiv e à ia tra n sm issio n à la D irectio n de l’A d m in is tr a tio n pên itentiaire_ des renseignem ents concernant les p r o je ts d'évasion.
,La lo i d u 3 d écem b re 1942 p u b lié e a u Jo u rn a l officiel d u 4 décem bre
1942 a m a rq u é l a v o lo n té d u G o u v ern em en t de p u n ir sé v è re m e n t
to u s c eu x q u i fa v o r is e n t u n e év a sio n o u y p a rtic ip e n t.
P a r a ille u rs , to u t d o it ê tr e m is en œ u v re p o u r d é jo u e r les
p r o je ts q u i te n d e n t -à f a i r e évader- les d é te n u s e t il im p o rte à cet
effet que le s se rv ices d e l ’A d m in is tra tio n p é n ite n tia ir e , n o ta m m e n t,
so ie n t a v isé s s a n s r e ta r d , d e to u s re n s e ig n e m e n ts q u i en c e tte
m a tiè r e le u r p e r m e ttr a ie n t de p re n d r e à te m p s le s d isp o sitio n s
n é c e ssa ire s p o u r f a ir e éc h o u e r d e sem b lab les te n ta tiv e s .
A c e t é g a rd , j ’a i été am en é à c o n s ta te r q u e d es p a rq u e ts e t des
ju g e s d ’in s tru c tio n a v a ie n t, à l ’occasion d es p ro c é d u re s en cours,
e u c o n n a issan c e d e p la n s d ’év asio n se r a p p o r ta n t à d ’a u tr e s a ffa ire s
e t q u e m êm e des d o cu m en ts r e l a ti f s à ces p ro je ts a v a ie n t é té sa isis.
J e v ous p rie d e v o u lo ir b ie n in v ite r vos s u b s titu ts d ’ac c o rd avec
M M . les ju g e s d ’in s tru c tio n à m e tr a n s m e ttr e sa n s r e t a r d e t de
fa ç o n a u ssi c irc o n sta n c ié e q u e p o ssib le, so u s le tim b re de l a D ire c ­
tio n de l ’A d m in is tra tio n p é n ite n tia ir e , to u s re n se ig n e m e n ts concer­
n a n t des p r o je ts d ’évasion de d éten u s.
V o u s v o u d re z b ien m ’a c c u se r ré c e p tio n de la p ré s e n te circ u la ire .
R aiso n s
ju s tifia n t
la d em an d e
L e G arde des S cea u x,
M in istre , secrétaire d ’E ta t à la Ju stice,
M
a u r ic e
GAJ30LDE
*
LOI N ° 1062 D U 3 D ÉC E M BR E 1942
m odifiant e t aggravant le s p én alités en m atière d ’évasion
des détenus
C e tte d e m a n d e de d isp e n se d e v ra m ’ê tr e en voyée a u p ré a la b le
p o u r a p p ro b a tio n en 2 e x e m p la ires. J e v o u s le s re n v e r ra i to n s le s
deu x . L ’u n d ’eu x (re m p la ç a n t à t i t r e de ju s tific a tio n le d u p lic a ta
de reçu d ’effets u sag és rem is a u S eco u rs N a tio n a l) d e v ra ê tre envoyé
à l ’é ta b lis se m e n t c o n f e c tio n n a n t (M a iso n c e n tra le de M elu n ou
de R en n es, etc...) q u i a u r a fo u r n i le s effets n e u fs.
(J o u r n a l officiel d u 4 décem bre 1942)
L e C h e f du G ouvernement ,
V u les a c te s c o n stitu tio n n e ls n u 12 e t 12 b is ;
*
L e C onseil de C ab in et e n te n d u ,
V o u s v o u d rez b ie n m ’a c e u se r ré c e p tio n de la p ré s e n te c irc u la ire .
L e C h e f d u 5e B u rea u ,
G IL Q U IN
\
D É C ID E :
A r t ic l e P r e m ie r . — L e s 'a rtic le s 238, 239, 240, 241, 242 e t 243 du
C ode p é n a l so n t ab ro g és e t re m p la c é s p a r les d is p o sitio n s s u i­
v a n te s :
C O D E P É N IT E N T IA I R E
258
A r.t . 238. — Si l'évadé était prévenu cle délit <3e police .ou
de crime simplement infam ant, ou condamné pour l ’un de ces
crimes, s ’il était prisonnier de guerre, les préposés à sa gârde
ou .conduite seront punis en cas de négligence, d ’un emprison­
nement cle 6 mois à 2 ans.
Ain’. 239. -— Si lea détenus évadés ou 1’un d'eux étaient pré­
venus ou accusés d 'u n crime de nature à entraîner une peine
afflietive à temps, ou condamnés- pour l ’un de ces crimes, la peine sera contre les préposés à la garde on conduite, en . cas
de négligence, d ’un emprisonnement ’d ’un an à 3 ans.
A r t . -3. — Le présent -décret.sera publié a u Journal officiel et
exécuté comme, loi de l ’E tat.
F a it à Vichy, le 3 décembre 1942.
P i e r r e LAVAL
P a r le Cbef du Gouvernement :
L e G arde des Sceaux,
Ministre-, secrétaire d 'E ta t à hi Ju stic e ,
Joseph
A r t . 240. — Si les évadés ou l'u n d'eux sont prévenus ou
accusés de crimes de nature à entraîner la peine do m ort ou
des peines perpétuelles on s ’ils sont condamnés à l'une de ces
peines, leurs conducteurs ou gardiens seront punis de 2 à 5 ans
d'em prisonnem ent en cas cle négligence.
A r t . 242. — Daus tons les cas ci-dessus, toutes les personnes
préposées à la garde, à la conduite ou ait transport des détenus
qui sa seront rendues coupables de connivence potir quelque
forme que ce soit, seront passibles de ia peine à laquelle l 'évadé
avait été condamné, et au minimum-, dans tous les cas; à la
peine des travaux forcés à temps.
Les personnes non préposées à la garde, à la conduite.ou.au
transport, des détenus qui auront procuré ou facilité leur évasion
serout punies d 'u n emprisonnement de 2 à 5 ans.
Lorsque les tiers qui auront procuré ou facilité l'évasiou y
seront parvenus eu corrom pant les gardiens ou geôliers on de
connivence avec eux, ils seront punis des mêmes peines que lesclitft gardiens ou geôliers1.
.Lorsque les personnes visées au présent article auront la qua­
lité d'ascendant ou de descendant, d ’époux on d'épouse, de frère
ou de sœur du détenu, ou d 'allié au même degré, ils seront
passibles des travaux, forcés à temps.
A r t . 2. — Les personnes visées aux articles 241 et 242 seront
déférées au Tribunal spécial prévu par la loi dn 24 avril 1941.
Les règles spéciales de procédure créées p ar la loi précitée seront
a p p l i c a b l e s .
arthélém y
DÉCRET
421 D U 25 F É V R IE R 194S
p o rtan t modification des points de rattachem ent
d ’établissements pénitentiaires supprimés
(J m ir n a l. officiel d u .28 fé v r ie r - p age 579)
i
A r t . 2i l . — Si l ’évasion a eu lieu ou a été tentée avec
violence ou bris de prison, les peines contre ceux qui l ’auront
favorisée en fournissant • les instrum ents propres à l ’opérer,
seroufc ;
« si le d-étenu qui s ’est évad.é se trouve d.ans le cas prévu par
« P a rt. 238, d 'u n an à 3 ans d ’em prisonnem ent; au cas de
« l ’art. 239, de d.eux ans à cinq ans d'em prisonnement e t au cas
« de l'a r t. 240, de 5 à 10 ans de réclusion.
Daus ces derniers cas, les coupables pourront en outre être
privés des droits mentionnés en l'a r t. 42 du présent Code pen­
dant 5 ans au moins et 10 ans au plus, à compter du jour où
ils auront subi leur peine.
B
L
e
C
h e f
du
G
ouvernem ent
,
V u l'a c t e c o n stitu tio n n e l n° 12 ;•
V u l 'a r tic le 603 d u C ode d 'in s tr u c tio n c rim in e lle m odifié p a r l 'a r t i ­
cle 8 cle la loi de finances d u l <r a v ril 1933 ;
V u les d é c re ts des 3 se p te m b re 1926, 30 m a i 1933 e t 28 a v ril 1934
p o r ta n t su p p re ssio n d 'é ta b lis s e m e n ts p é n ite n tia ir e s ;
V u le s lois d e s 11 s e p te m b re e t 27 d écem b re 1941 e t 25 ju in 1942
a u to r is a n t la re m ise on serv ice d ’é ta b lis se m e n ts p é n ite n tia ir e s ;
S u r le r a p p o r t e t la p ro p o s itio n d u G a rd e des S ceaux, M in istre ,
s e c ré ta ire d ’E t a t à la J u s tic e ,
DÉCRÈTE :
A r t ic le P r e m ie r . — L es M aiso n s d 'a r r ê t e t de c o rre c tio n fig u ra n t
d a n s le ta b le a u ei-dessous c e ss e n t d 'ê t r e ra tta c h é e s ;
B o u rg o in (I s è r e )
..............
G annat (A llie r).......................
Jssoire (P u y -d e-D ôm o)
L a R éo le (G iro n d e ). . . . . . . . .
à V ien n e (Isère) ;
à M ontluçon (A llie r) ;
à C îe rm o n t-F trra n à (P u y -d e-D ô m e) ;
à A g e n (L ot-et-G aronne) ;
Largentière (Ardèclie)
à Privas (Ardèche) ;
L e B la n c ( I n d r e ) ....................
M a rm a n d e (L o t-et-G aro n n e)
à G hâieauroux (In d re ) ;
à A g e n (Lot-et-G aronoie) ;
Nantùa (A in)........................
Saint-Claude ( J u r a ) . . . ----- ;
à Bourg (Ain) ;
à Lons-le-Saunier ( J u r a ) ;
TTiiers ( P u y - d e - D ô m e ) , à - Æ w M - A r r ê t (P u y -d e -D ô m e );
Trévoux (A in )......................... . à L y o n -A rrê t (R hône) ;
Y ille fra n c h e - su r - Saône
(Rhône) ................................
h L y o n -A ïT c t (Rhône).
260
C O D E P É N IT E N T IA IR E
A r t . 2. — Les Maisons d 'a r r ê t. et de correction suivantes -sont
rattachées :
MannoAicle (Lot-et-Garonne)................
Sain t-G la n d e (J u ra )..........................
Y illefra n ch e-su r-S a ô n e (Rhône)
à L a R éo le (Gironde) ;
à N a n tu a (Ain) ;
à T ré v o u x (Ain).
26 février 1943. — N o te d e S e r v ic e p o u r M essieurs les d irecteurs
d es services extérieurs relative à .l'in stitu tio n d u service, d u tra va il
o bligatoire a p plicable à la p o p u la tio n détenue.
.Je crois devoir vous -signaler que la loi du 16 février 1943
(.Jo u rn a l officiel du 17 février) portant institution du serviee du
A r t . 3. — Sont abrogées toutes dispositions contraires.
A r .t . 4. — Lo Garde des Sceanx, M inistre, secrétaire d ’E ta t à
la Justice, est chargé de l ’exécution du présent décret qui sera
publié au Jo u rn a l officiel.
F ait à Vichy, le 25 février 1943.
P
ie r r e
LAVAL
travail obligatoire Qst applicable à la population détenue.
En conséquence, il appartient à chaque chef d ’établissement péni­
tentiaire de sn m ettre en rapport avec les services de la préfecture
de son département, afin que soient remplies par les détenus les
form alités • édictées p a r ladite loi.
Vous voudrez bien porter ces indications à la connaissance des
surveillants-chefs de votre circonscription pénitentiaire,
P a r le Chef du Gouvernement :
P o u r le D irecteur de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
. e t des S ervices de V E ducation surveillée,
L e G arde des S cea u x,
M in istre, secrétaire d’E ta t à la Ju stice,
Joseph
B
PAPOT
arthélém y
26 f é v r ie r 1943. — N o t e d e S e r v ic e à M essieurs les d irecteurs rela­
tive a u x allocation-indcw m ité de services p én ib les e t classes p e r ­
sonnelles a u x su rveilla n tes de p e tit effectif.
5 m ars 1943. — N o te d e S e r v ic e à M essieurs les d irecteu rs des
iJe vous inform e que, p ar arrêté du 19 février 1943, une indemnité
de services pénibles de 2.400 francs est allouée aux surveillantes
de petit effectif à compter du l ' r Janvier 1943.
Vous aurez à tenir compte de cet élément nouveau dans l ’éta­
blissement des états de traitem ent de votre personnel et à faire
effectuer les rappels nécessaires.
J ’ai, d-autre part, décidé, pour rompre avec !a pratique suivie
ju sq u ’à présent, que îa classe de l ’établissement dans lequel elles
sont en service, doit rester sans effet sur la sitnation personnelle
des surveillantes de petit effectif. Comme leurs collègues masculins,
celles-ci bénéficieront donc désormais de classes personnelles et
seront soumises aux dispositions des articles 35, 36 et 37 du décret
du 31 décembre 1927.
P a r voie de conséquence, les surveillantes de petit effectif auxi­
liaires on intérim aires seront nomméos à îa 3° classe de leur emploi.
Ces mesures n ’auront pas d ’effet rétro actif et les situations .
acquises devront être respectées.
Je vous prie de vouloir bien m ’accuser réception de la présente
circulaire que vous aurez soin de p orter à la connaissance des snrveillants-chefs placés sous votre autorité.
Le franchissement p a r les. Français de la ligne de démarcation
des Pyrénées au J u ra s ’effectue désormais sans autre formalité
que la présentation d ’une carte d ’identité-régulièrem ent établie.
Aux termes d ’une circulaire de-M . le Cbef du Gouvernement,
M inistre, secrétaire d ’E ta t à l ’Intérieur, cette carte devra avoir
été délivrée postérieurem ent au 1er janvier 1943. Toutefois* les por­
teurs d ’uue carte d ’identité délivrée antérieurem ent à cette date
auront la faculté d ’en obtenir la validation par l'apposition d ’un
visa ainsi libellé :
L e D ir e c te u r 'd e l’A d m in istra tio n p én ite n tia ire
et des S e rvices de V E ducation surveillée,
CONTANCIN
services e xté rieu rs rela tive au visa de va lid a tio n su r les cartes
d ’id e n tité p o u r le fra n c h isse m e n t de la ligne de dém arcation.
/
Visé a ...............................................................
le
................................ .....................................
(qualité, signature, sceau de l.’autorité)
Les cartes revêtues, d ’une photographie, délivrées p a r les admi­
nistrations publiques à leurs fonctionnaires, sout valables daus les
mêmes conditions que les cartes d ’identité ordinaires, le visa do
validation pouvant être appose par l ’adm inistration elle-même.
Il vous appartiendra, dans ces conditions, de procéder, le cas
échéant, à la validation des cartes d ’identité des membres du persounel des services extérieurs pénitentiaires et de l ’éducation su r­
veillée do votre circonscription qui auront à se déplacer d ’une
zone dans l ’autre. Seules les cartes des directeurs de circonscriptions
pénitentiaires et d ’institutions- publiques d ’éducation surveillée
1943. —
262
9
ma
r: p
CO D E P É N IT E N T IA IR E
9 mars^ 1943. — CracuLAiRM à Messieurs les procureurs généraux
devront être adressées à m a Chancellerie en vue de l ’apposition
(la xi sa réglementaire.
Vons voudrez bien, à l 'occasion de l ’application de ces mesures,
vons assurer que les indications portées snr la earte préscntée~correspoudent bien à la situation exacte du fonctionnaire qui- en
demande la validation.
Vous aurez soin de m 'accuser réception de la présente circulaire.
Le Directeur de VAdministration pénitentiaire
<'i des Services de VEducation surveiUée,
CONTANCIN.
N o t e pour Messieurs les directeurs des services
extérieurs relative aux besoins en pneumatiques assurés par les
services départementaux à partir du troisième trimestre 1943,
S m a rs 1943. —
J ’ai l ’honneur de vous faire connaître que p ar lettre du
25 février 1943 n® RP. 29.452, la section du caoutchouc de
l'O .C.ll.P.L m 'a informé que dorénavant vous devriez pour la satis­
faction de vos besoins en pneumatiques (enveloppes et chambres
auto et vélo), vous adresser directement aux Services pneumatiques
.départem entaux dont la direction est assurée p ar les ingénieurs en
chef des Ponts-et-Chausséeis.
Cette décision, d ’ordre général, devait être applicable à p artir
du deuxième trim estre 1943, mais j ’ai obtenu que par dérogation
elle ne soit applicable aux services pénitentiaires, q u ’à p artir
. du troisième trim estre 1943. Eu conséquence, vos commandes faites
pour le deuxième trim estre restent valables. Je les ai transmises
à ia section du caoutchouc et j'esp ère qu'elle y donnera satisfaction
comme pour les trim estres antérieurs.
Le règlement des pneumatiques fournis an titre des premier
et deuxième trim estre 1943 et dont les commandes ont été cen­
tralisées p a r l ’A dm inistration centrale sera encore fa it p ar elle.
P a r contre, à p a rtir du troisième trimestz'e 1943, vous réglerez
directement vos commandes de pneumatiques (chapitre 44 « Matériel
a u to » ), car d ’après les renseignements qui m ’ont été fournis vous
devrez les faire à un fournisseur du département.
Le Chef du 5? Bureau}
GILQUIN
relative aux mesures à prendre pour éviter la détention préventive
des mineurs délinquants dans les Maisons d’arrêt.
■P ar mes circulaires des 21 mars, 8 avril et 22 septembre 1942,
j ’ai a ttiré .votre attention sur la nécessité de ne soum ettre les
jeunes délinquants au régime de la détention préventive que. dans
les cas strictem ent indispensables.
.Uis différentes mesures préconisées à cette fin p a r ma Chan­
cellerie, et dont les résultats satisfaisants se sont déjà manifestés
dans certains ressorts, ne sauraient cependant trouver leur plein
ot entier effet si, postérieurem ent à la décision intervenue, le séjour
en Maison d ’arrêt n ’é tait rigoureusement évité aux •mineurs qui,
ju sq u ’à ce moment, n 'y ont pas été 'conduits.
Or, il m ’a été donné de constater, à diverses reprises, au vu
des dossiers des pupilles confiés à l ’Administration pénitentiaire,
que certains de vos substituts continuaient à estimer que la Maison
d ’arrêt constitue le lieu de passage obligatoire des futurs pupilles
des institutions publiques d ’éducation surveillée.
Les présentes instructions tendent à l ’abandon de cette pratique.
Le placement tem poraire à la Maison d ’an-êt des mineurs confiés
à l ’A dm inistration pénitentiaire a pu certes être considéré par les
parquets comme la condition iadispensable de l 'accomplissement
de form alités prélim inaires qui ont pour but de perm ettre de
recueillir des renseignements précis, notamment sur l ’éta t de santé
du mineur, sur ses antécédents judiciaires et sur la catégorie dans
laquelle il y a lieu de le classer..
Il est certain q u ’à cet. égard, la Maison d ’arrê t offre des facilités
pour îa constitution du dossier réglementaire renferm ant ces indi­
cations.
Mais, sans qu’il soit nécessaire de revenir sur les raisons de la
suppression de l ’emprisonnement des mineurs, ü me paraît utile
de vous rappeler que l ’encombrement actuel des institutions publi­
ques d'éducation surveillée contraint parfois mes services à .différer
pendant, plusieurs mois la conduite des mineurs qui y sont affectés.
Le séjour prolongé à la Maison d’an-êt apparaissant, dans
ces conditions, d ’autant plus inopportun, il conviendra, à l ’avenir,
de procéder de la manière suivante :
Après examen de l ’enfant p ar un médecin spécialement commis,
qui recherchera notamment si le mineur n ’est pag atteint de tu ber­
culose ou de maladies vénériennes, le parquet compétent me tran s­
m ettra, avee la fiche médicale, un extrait de. la décision judiciaire
et une notice individuelle de l ’intéressé.
Il indiquera, en outre, conformément •aux prescriptions de la
circulaire du 15 janvier 1940. la catégorie dans laquelle l'e n fa n t
lui semble, en égard à ses possibilités d ’amendement, devoir être
placé.
Je ne vois pas d ’obstaele, en principe, à ce que le mineur séjourne
dans sa fam ille au cours de cette période d ’attente, si les cir­
constances le perm ettent. Toutefois, s ’il était à craindre qu’il
te n tât de se soustraire
l ’exécution de la décision judiciaire prise
à son encontre ou si le milieu social ne présentait pas les garanties
264
C O D E P É N IT E N T IA IR E
1 9 4 3 ;'
suffisantes, il p o u r r a it ê tr e u tile m e n i confié d u r a n t la m êm e p é rio d e
à u n e in s titu tio n c h a rita b le . S ’il se tro u v e d é jà p la c é d a n s u n e
œ uvre p riv é e , u n c e n tr e {"l'accueil, ou u n d é p ô t de l ’a ss ista n c e
p u b liq u e , il y a u ra to u t in t é r ê t a ce q u ’il y d em eu re, t a n t p o u r
p e r m e ttr e la" c o u tin n a tio n d es o b se rv a tio n s m éd icales q u e p o u r
f a c ilite r la p ris e e n c h a rg e de l ’e n fa n t, p a r l ’A d m in is tra tio n p é n i­
te n tia ire .
Dè.s que m a C h a n c e lle rie a u ra décidé d e l 'a ffe c ta tio n d u m in e u r,
elle' eu a v is e ra v o tre
p a rq u e t g é n é ra l s 'i l s ’a g it d e l ’e x écu tio n
d ’u n a r r ê t de la C o u r
d ’a p p e l de v o tre siège.
B a n s le s a u tr e s cas, elle p ré v ie n d ra le p a rq u e t in té re ss é , avec
lequel le d ire c te u r de. l ’é ta b lis se m e n t désig n é p a r m es so in s ne
m a n q u e ra p a s cle se m e ttre en r a p p o r t.
D a n s S 'h y p o th èse on l ’e n f a n t a u ra é té la issé on lib e rté p e n d a n t
c e tte p é rio d e tr a n s ito ir e , le m in is tè re .p u b liq u e ré g le ra les d isp o ­
sitio n s de sa re m ise an p e rso n n el de co n d u ite.
E nfin, je vous p rie de m e s o u m e ttre lè s difficultés re n c o n tré e s
p a r vos s u b s titu ts d a n s l ’a p p lic a tio n des m e su re s p re s c rite s p a r
nui. C h an cellerie eu vue de la su p p re ssio n de l a d é te n tio n des je u n e s
d é lin q u a n ts d a n s le s p riso n s.
V o n s v o u d rez b ie n t e n i r p e rso n n e lle m e n t la m a in
a p p lic a tio n "dos p ré s e n te s in s tru c tio n s d o n t v ous
récep tio n .
à la s tric te
m ’accu serez
L e G arde des S cea u x,
M in istre , secrétaire d’E ta t à la J u stic e ,
M
a u r ic e
GAJBOLDE
L
e
Ch
e f
d e
l
'A
d m in is t r a t io n
11
M
265
m ars
il it a is
®
en
F
rance
,
A u M in istè re fr a n ç a is de la J u stic e , D irectio n de V A d m in istra tio n
p é n iten ta ire, 4, place V endôm e.
Il ré s u lte d es p ré c isio n s q u i o n t é té do n n ées q u ’u n e o rg a n isa tio n ,
ap p elé e « O rg a n is a tio n d ’é v a s io n » -a é té fo rm é e d a n s le P a r t i com ­
m u n iste fr a n ç a is d a n s le b u t de f a c i li te r l a f u ite des com m unistes
q u i se tr o u v e n t d an s les p riso n s e t d a n s les cam ps. R écem m ent,
les m em b res d u P a r t i co m m u n iste fr a n ç a is o n t re ç u dos in s tru c tio n s
p o u r v e n ir , h a b illé s com m e des s o ld a ts a llem an d s, c h e rc h e r les
c o m m u n istes e n é ta t d 'a r r e s ta t io n , a u x fins d ’in te rro g a to ir e , e t de
le s h é b e rg e r a lo rs d e m a n iè re a p p ro p rié e .
C ’e st p o u rq u o i il e st d e m a n d é de d o n n e r des in s tru c tio n s au x
é ta b lis se m e n ts p é n ite n tia ir e s d a n s lesq u els d es in d iv id u s, con dam nés
p a r le s tr ib u n a u x a lle m a n d s, p u r g e n t le u r p e in e, de ne re m e ttre
les co n d a m n é s de c e tte espèce, a v a n t l'e x p ir a tio n de la p ein e, m êm e
à des s o ld a ts a llem an d s, q u ’a p rè s a v o ir o b te n u l'a s s e n tim e n t d u
se rv ic e a lle m an d qui e st ch a rg é d ’e x e rc e r l a su rv e illa n c e de i 'e x é ­
c u tio n des p e in e s d a n s l ’é ta b lis se m e n t d o u t il s ’a g it.
■Cet a ss e n tim e n t d o it ê tre o b te n u le cas éch éan t, p a r télép h o n e.
I l f a u d r a s u iv re la m êm e p ro c é d u re d a n s le cas d ’o rd re s de libér a tio u é c rits d ’a p rè s le sq u els u n e lib é ra tio n e s t o rd o n n ée a v a n t
l ’e x p ira tio n d e la peine'.
P o u r le C h e f de V A d m in istra tio n m ilita ire,
Illisib le
11 m a rs 1943. ~ N o t e p o u r M essieurs les directeurs des services
extérieurs p én ite n tia ire s relative à la m ise en liberté de co m m unistes
en é ta t d ’arrestation.
C om m e s u ite à m a n o te D 120 G x d u 14 a v ril 1942, je vous
com m unique c i-jo in t .p o u r e x écu tio n d es p re s c rip tio n s q u ’elle con­
tie n t la tr a d u c tio n d ’u n e le ttr e d u 4 jrçars c o u ra n t d u C h ef de
l 'A d m in is tr a tio n m ilita ire , a lle m a n d e en F ra n c e , re la tiv e a u x p ré ­
c a u tio n s à p re n d r e e n ce1 q u i co n cern e la lib é ra tio n des co nd am n és
p a r les tr ib u n a u x a llem an d s.
18 m a rs 1943. — t N o t e p o u r M essieurs les directeurs des services
exté rieu rs p é n ite n tia ire s rela tive à la rem ise a u x a u to rités aile-m an d es des s u je ts b ritanniques libérables.
J e v o u s tr a n s m e ts c i-jo in t p o u r ex écu tio n d es p re s c rip tio n s q u ’elle
c o n tie n t e t a v ec s o n a n n e x e la tr a d u c tio n d ’u n e ' le t tr e du
11 m a r s 1943 d u C h e f d e l ’A d m in is tra tio n m ilita ir e en F ra n c e
c o n c e rn a n t le s s u je ts b rita n n iq u e s a c tu e lle m e n t in c a rc é ré s d a n s les
é ta b lis se m e n ts p é n ite n tia ir e s fra n ç a is .
P o u r le D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én iten tia ire
• e t des S e rv ic es de V E d u ca tio n surveillée,
PAPOT
P o u r ïe D irecteu r de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
et des S ervices de V E ducation surveillée,
PAPOT
266
CODE
P É N IT E N T IA IR E
1943. —
,
;*t $
Le
Ch
ek
de
e
’A
d m in is t r a t io n
M
i l i t .m r e
en
F
r a n c e ,-
,
Les sujets britanniques en France sont internés. P ar conséquent,
les sujets britanniques qui purgent dans les établissement,a péni­
tentiaires français une peine prononcée p a r un tribunal militaire
allemand ne doivent pas, après expiration de leur peine, être remis
en liberté, miais être mis à la disposition des services locaux alle­
mands compétents de la police cle sûreté et du service de sécurité
dans le ressort du M Uitarbefehlshaber en France, aux fins d ’envoi
dans les camps d ’internem ent et demeurer sons surveillance, dans
l ’établissement pénitentiaire, français ju sq u 'au moment de leur
remise. I jcs services de îa police de sûreté et du service do, sécurité
dans le ressort du M ilitarbcfehlshaber en France devront être
avisé p a r les établissements pénitentiaires 14 jours avant la fin
de la peine, de la libération imminente.
P rière de donner aux établisnements pénitentiaires des instructions
correspondantes.
■Ci-joint, je vous adresse un état des sujets britanniques qui ont
été condamnés p a r la F.K . de Saint-H élier et qui se trouvent
actuellement dans les établissements pénitentiaires français.
P o u r le C h e f de l’A d m in istra tio n m ilita ire
m ai:s
n*
A n M in istère fra n ç a is de la J u stic e , D irection de FA d m in istra tio n
p én iten tia ire.
P A R I S , 4 'place V endôm e.
—
20
,
Illisible
20 m a rs 1943. — N o t e p o u r M essieurs les d irecteurs des établisse­
m e n ts p é n iten tia ire s e t in s titu tio n s p u b liq u es d 'éd u ca tio n su r­
veillée rela tive a u tra ite m e n t de la gale e t de la p h tiria se.
J ’ai l ’honneur de vous adresser ci-après le texte d'instructions
adoptées p a r le Comité consultatif d'H ygiène de France dans sa
séance du 12 janvier 1942, et relatives à îa prophylaxie et au tra i­
tement de la gale et de la pîitiriaso.
1 Je vous prie de bien vouloir transm ettre îe texte de ces instruc­
tions claires, précises et d 'n n grand sens pratique à tous les chefs
d'E tablissem ents placés soùs vos ordres en leur recommandant
d ’en tenir le plus grand compte, avec la collaboration du médecin
attaché à leur Etablissem ent, auquel ces instructions’ devront, bien
entendu, être communiquées en prem ier lieu.,
L a gale est essentiellement transmise p a r contact direct et noc­
turne : le contact dans, le même lit la rend presque inévitable.
Cependant la contamination peut se faire indirectem ent p a r l ’in ter­
médiaire de vêtements, de linge, et surtout de draps. La contami. nation diurne semble même possible. Les contacts rapides (poignées
de mains) n ’exposent pas, habituellement, à la contamination. L’incu­
bation varie de 1 à 3 semaines.
La recrudescence exceptionnelle de gale depuis septembre 1941
peut être rapportée au plus grand nombre de déplacements pendant
les mois -d'été (vacances, colonies scolaires), conjointement à une
mauvaise hygiène p a r manque de savon on de combustible ; dans
les hôtels, J-es draps ne sont plus lessivés. Le retour d'enfants
venant de colonies de vacances contaminées a été l ’origine de
nombreuses épidémies familiales. Mais, une cause im portante de
l ’épidémie actuelle a été l 'impossibilité, dans beaucoup de régions,
de se procurer des préparations antiseabienses.
La « gale du pain » est tui mythe, dangereusement divulgué dans
le publie ; elle n ’est autre qu’une gale banale.
l a Prophylaxie, — Les soins de propreté sont à la base de la
prophylaxie, tant de la gale que de la phtiriase <*>. Malgré le
manque de savon et de chauffage, il faut insister auprès des diri­
geants de collectivités pour m ultiplier les lavages corporels et
vestimentaires, Dans les camps de jeunesse et les colonies de vacan­
ces, le-s cheveux doivent être coupés très courts ou même tondus
ras, pour éviter la phtiriase.
La persistance de. l ’épidémie est due, eu grande partie, an fait
que les membres d ’une même famille ou d ’une même collectivité
se tra iten t séparément et successivement, se contaminent ainsi
ies nus les antres d ’une façon indéfinie. Ce doit être une règle
absolue de tra ite r le même jour tons les membres de la famille,
et tonte personne ayant partagé îe même lit. Il faut également
tra ite r tous les membres d ’une collectivité largement contaminée,
et veiller à ce qu'aueun contact Jie soit possible entre les sujets
déjà traités et les autres.
La désinfection du linge et des vêtements est une garantie
indiscutable pour éviter les récidives, et la dissémination des
parasites.
Les récidives fréquentes sont dues beaucoup plus à la mauvaise
application du traitem ent ou à l'inobservance de ces rèeles essen­
tielles, q u ’à la mauvaise qualité des médicaments employés. Cepen­
dant, plusieurs produits réputés antiscabienx, plusieurs spécialités
pharmaceutiques, sont peu efficaces ou irritantes à dose utile.
A l ’inverse, il fau t prévenir le malade su r la persistance possible
du p ru rit après le traitem ent. Beaucoup de malades font des trai­
tem ents successifs, à quelques jours d'intervalle, s'exposant à des
L e C h e f d u 1? B u re a u ,
GILQUIN.
( * ) P h tiria s e
: m a l a d i e d e l a p e a u p r o d u i t e p a r la g p o u x .
268
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
dermites médicamenteuses parfois graves, et éternisent ie prurit.
Un laps de temps de 15 jo u rs est néeessaire pour juger de l 'efficacité
du traitem ent ou de la persistance de la gale.
2° Traitem ent de la gale. — Les méthodes de traitem ent sont
multiples, mais la plupart des préparations antiscabieuses sont
devenues inutilisables p a r manque -de corps actif ou d ’excipient.
Deux éléments nouveaux sont venus obvier à cet état de fa it :
d ’une p art : la fa b ric a tio n du benzoate de benzyle doit être
reprise à un rythm e accéléré et la solution savonneuse alcoolique
de 3a formule initiaile peut être remplacée p a r des solutions ou
des suspensions contenant très peu ou pas de corpe gras.
d ’autre p a rt : des excipients minéraux ont permis de reconstituer
des préparations soufrées, type pommades d ’Helmerich etde Milian
(formules de M. Leroux à base d ’argile colloïdale).
Traitement au benzoate de benzyle. — De préférence, au sortir
d ’un bain, savonneux de vingt minutes, et su r la peau encore
mouillée, appliquer la solution ou suspension de B. de B. au tiers,
au moyen d ’un pinceau «queue de m orue», en insistant sur les
points d ’élection et en épargnant la tête. La moitié de la dose
prévue pour un traitem ent doit être utilisée pour ce prem ier temps
(soit 50 à 60 % de la dilution au tiers).
Après 5 à 15 m inutes de séchage à l ’air libre (durée variable
suivant l ’excipient),'un deuxième badigeonnage est effectué, iden­
tique au premier.
Le malade remet du linge propre, des vêtements non portés
depuis le début de l ’infection. Il prend un bain 24 heur-es après.
Les excipients de certaines préparations actuelles étant inflam­
mables, leurs applications doivent être effectuées loin d ’un foyer,
et dans des locaux ventilés.
1943. —
369
39 m a rs
une armoire étanche. Le soufre, mis su r des assiettes et enflammé, à
raison de 30 grammes p ar m ètre cube, est un excellent antiscabieux,
mais cette, sulfuration demande une assez grosse quantité de prodxiit, elle est un risque d ’incendie, et elle pourrait décolorer certaiues teintures. Le tétrachlorure de carbone, placé dans un bac,
à îa dose de 5 à 6 grammes par m ètre cube, à la partie supérieure
du local (vapeurs lourdes), est efficace, Biais doit être manipulé
avec prudence (possibilité d ’intoxication des m anipulateurs). Le
formol dégagé p a r des appareils à fum igation n ’agit qu’en surface,
et ne peut atteindre que des vêtements pendus e t non tassés.
(Instructions adoptées par le Comité
consultatif d’Hygiène de France dans
sa séance du 12 janvier 1942.)
N o t e pour Messieurs les directeurs des services
extérieurs relative à l’envoi en Allemagne de ressortissants français
condamnés par les tribunaux militaires allemands.
29 mars 1943. —
J e vous communiqué, sous ce pli, la traduction d ’une lettre des
A utorités alleraiandes, en date du 22 mars 1943, visant des mesures
envisagées p ar les dites autorités, à l ’égard de certains détenus
condamnés p a r leurs tribunaux m ilitaires et purgeant actuellement
leurs peiues dans les prisons françaises.
Pour le Directeur de VAdministration pénitentiaire
et des Services de VEducation surveillée,
PAPOT
Traitements aux pâtes soufrées et sulfurées (formules HelmerichLeroux, Milian-Leroux). — Ces nouvelles préparations sont des
pâtes à l ’eau, à base d ’argile colloïdale, contenant les principes
actifs des pommades d ’Helmerich et de Milian.
Il semble préférable d ’appliquer îa pâte au sortir d ’un baiu
savonneux sur la peau mouillée ; mais ce bain n ’est pas indispen­
sable. La p âte est étalée en couche mince et continue sur tout le
corps (sauf sur la tête). Elle sèche rapidem ent en une pellicule adhé­
rente, et le malade peut se rhabiller avec du linge propre et des
vêtements non portés depuis le début de l'infection. Une deuxième
application de prudence est rocommandable le lendemain sur les
zones d ’élection de la gale. Un simple lavage à l ’eau 48 heures
après, fa it diparaître les dernières traces de la pâte.
Désinfection des vêtements* — Le linge de corps et les draps
seront bouillis et lessivés (à défaut de carbonate de soude, la
cendre de bois peut être utilisée).
Les gants seront détruits.
Les vêtements seront, soit étuvés, soit soumis pendant 24 heures
à des vapeuns chimiques,. dans une pièce de faible cubage ou dans
*
O*
L
e
C
h ef
de
l
’A
d m in is t u a t io n
M
il it a ir e
en
F
rance,
Au Ministère de la Justice (Très urgent).
I l est envisagé de transférer dans le Reich les ressortissants
français condamnés p ar les tribunaux m ilitaires allemands pur­
geant actuellement leur -peine dans les prisqns françaises.
E ntrent en ligne de compte les hommes ouvriers métallurgistes,
serruriers et tous antres capables de travailler au dehors dont la
peine restan t à subir varie entre 9 mois et 3 ans de prison. La
désignation de ce3 prisonniers sera faite par les services allemands;
de même la capacité de travail sera appréciée p a r les médecins
allemands.
Je vous prie d ’aviser d ’urgence les établissements pénitentiaires
de fournir aux services allemands les renseignements nécessaires
270
CODE P É N IT E N T IA IR E '
1M 3. —
avec p ièce s à l ’a p p u i e t cle p e r m e ttr e la v is ite d es d é te n u s p a r
les m éd ecin s alle m an d s.
L e C h e f -de l’E ta t-M a jo r G énéral P .O .,
P o u r le M ilità rb efeh lsh a b er,
271
2 a v r il
D E R M lLITARnEPEHLSHABEE IN FRA N K REICH,
A n das Frangoes-ische J u stism in iste riu m , P aris.
(Im AnsehLuss a n d a s Schreiben des M ilitarb efeh îsh ab ers
v o m 4.3.43 (K o n u m an d o stab I b (3) Tg-b. N r. 254.43)
Illisible
1er a v ril 194-3. — N o te p o u r M essieurs les d irecteu rs des services
extérieurs -relative a u x fo r m a lité s à a ccom plir lorsque ■des p erso n n es
a p p a rte n a n t a u x fo rces d ’occup a tio n d em a n d e n t la lib éra tio n ou
la rem ise des d éten u s p o u r le c o m p te des a u to rité s françaises.
CoJnm'e s u ite à m es n o te s des 14 a v r il 1942 et 11 m a rs 1943 —
D 130, Ob. Gx. — j e v ous co m m u n iq u e c i-jo in t, p o u r E xécution des
p re s c rip tio n s q u ’elle c o n tie n t, la tr a d u c tio n d 'u n e le ttr e d u
23 m a rs 1943, du C h e f de l ’A d m in is tra tio n m ilita ire a lle m a n d e
en F ra n c e , re la tiv e a u x fo r m a lité s à ac c o m p lir lo rsq u e des p e r­
sonnes a p p a r te n a n t a u x fo rc e s d ’o c c u p a tio n d e m a n d e n t la lib é ra tio n
ou la re m ise des d é te n u s p o u r le co m p te des a u to r ité s fra n ç a ise s .
A fin de v o u s p e r m e ttr e de f a i r e p lu s fa c ile m e n t é t a t de ces
d isp o sitio n s v is-à -v is des p e rso n n e s q u i p r e n d r a i e n t se p ré s e n te r
p o u r le com pte des a u to r ité s a llem an d e s, !a copie d e l ’o rig in a l de
la le ttr e su sv isée fig u re a n v e rso de la tra d u c tio n .
P o u r le D irecteu r de l’A d m in istra tio n p én ite n tia ire
et des S e rcices de l’E d u c a tio n surveillée,
PAPOT
L
e
C
h e f
de
i/ A d m in is t r a t io n
M
il it a ir e
en
F
rance,
A u M in istère de la J u stic e à P aris.
(com m e su ite â la le ttr e d u M ilità rb e fe h ls h a b e r d u 4 m a rs 1943)
E s w ird e rs u c h t, A n w e isu n g z u e rte ile n , d ass d ie fra n z o sic h e n
S tra fa n sta -îte n dem. E v su eh en von A n g e h o rig e n d e r B esafczungsm aeht
a u f F re i'îa ss u n g o d e r U eb erg ab e von H â f tlin g e n d ie f i ir F ra n zo sisch e G e ric h te in S t r a f - o d e r U nf.ersuehtm gs - h a £ t e in sitzen ,
n u r d a im F o lg e le lste n , t m i n d e r E rsu e h e n d e ein S creib en c in e r
d e u ts e h e n D ie n s ts tc lle v o n v e ist. E vgeben tdch B ed en k en gegon die
E c h th e it des S eh reib en s, so i s t - g e g e b e n e n fa lls fe rm n ü n d lio h - hei
d e r e rs u e h e u d e n D ie n s ts tc lle ïtiie k i'ra g e z u h a lte n . I s t d isse d e r
S tr a f a n s ta lts le itu n g n ie h t b s k a n n t, so is t die V e n n ittlu u g d e r
z u stâ n d ig e n F e ld k o in m a n d a n tu r zu e rb itte n .
F ü rd e n M ilitàrbefehlshaber,
D ?.r C h e f des verw altv.ngsstabes I n W e r tre tu n g ,
KÉDICUS
2 a v ril 1943. — 'C i r c u l a i r e à M essieurs les directeurs des services
e x té rieu rs fe la tiv c à l’exécution de la c o n tr a in te . p a r corps dans
u n ch a n tier extérieur.
J ’a i l ’h o n n e u r de v o u s f a i r e p a rv e n ir, c i-ap rès, p o u r v o tr e in f o r ­
m atio n , le te x tp de la c irc u la ire n° 476 a d re s sé e le 2 4 m a rs 1943 au x
p ro c u r e u rs g é n é ra u x p rè s les C ours d ’a p p e l ; ce te x te p ré c ise les
c o n d itio n s d ’ad m issio n des c o u tra ig n a b le s s u r le s c h a n tie rs e x té ­
rie u rs d u tra v a il.
P a r d élég atio n :
L e D irecteu r de l’A d m in istra tio n p é n ite n tia ire
et des S ervices de l'E d u ca tio n surveillée,
-
V o u s ê te s p rié de d o n n er des in s tru c tio n s a n s é ta b lisse m e n ts
p é n ite n tia ir e s f r a n ç a is afin qu e, d a n s le cas o ù ils so n t sa is is p a r
des p e rs o n n e s a p p a r te n a n t a u x fo rc e s d ’o c c u p a tio n de d em an d es
te n d a n t à la mise, e n lib e rté o u h la re m ise de d é te n u s q u i p u rg e n t
d es p e in e s ou q u i so n t en d é te n tio n p ré v e n tiv e p o u r 1e com pte
d es tr ib u n a u x fr a n ç a is , s u ite n e so it d o n n ée q u e si le d e m a n d e u r
p ro d u it u n e le ttr e d ’u n se rv ic e a lle m a n d . S ’il e x is te u u d o u te s u r
l ’a u th e n tic ité de la le ttr e , i i y a u ra lieu , le cas éc h é a n t, té lé ­
p h o n iq u em en t, de d e m a n d e r c o n firm atio n a u se rv ie e q u i a f a i t la
demande^ S i ce se rv ice n ’e s t p a s co n n u de l a d ire c tio n de l ’é ta ­
b lissem en t, i l y a u r a lie u d e p ro c é d e r p a r l ’e n tre m ise d e la F e ld k o m m a n d a n tu r co m p éten te.
P o u r le CHef de l’A d m in is tr a tio n m ilita ire,
MÉDICTJS
'
C O N T A N C IN
üojî
■
.
L a loi d u 4 ju in 1941 stip u le , d a n s sou a rtic le p re m ie r, que
« Jes c o n d a m n é s à u n e p ein e p r iv a tiv e de lib e rté p e u v e n t ê tr e
« em p lo y és, 'h o rs d es é ta b lis se m e n ts p é n ite n tia ire s , à des tr a v a u x
« d ’in té r ê t g é n é ra l.»
L a q u e stio n a é té p o sée de s a v o ir s i les in d iv id u s a s tr e in ts à
u n e c o n tr a in te p a r c o r p s . p o u v a ie n t ê tr e ad m is à ce m ode sp écial
d 'e x é c u tio n des p e in e s. ■.
T ra d itio n n e lle m e n t, la c o n tr a in te p a r c o rp s n e c o n s titu e p a s une
p ein e, a u sen s é tr o it de ce te r m e '; elle s ’a n a ly s e , a u c o n tra ire ,
eomîme u n e voie d ’e x écu tio n (an cien a rt. 37 de îa lo i d u 17 a v ril 1832,
confirm é p a r u n e ju ris p ru d e n c e c o n s ta n te ). D e c e tte co n cep tio n
CO D E P É N IT E N T IA IR E
1 9 4 3 . — 2 AVrill,
découlent les Solutions consacrées p a r la pratique-, d ’après les­
quelles (circulaire de la Chancellerie du 5 mars 1880) les règles
relatives à l'exécution des peines d'em prisonnem ent de-courte durée
ne sont pas applicables à la cou Mainte par corps, étan t bien
précisé, d ’ailleurs, que cette mesure coercitive ne peut être subie
en Maison centrale (avis du Conseil d ’E ta t du 15 novembre 1S32)
et q u ’elle ne comporte pas 3'obligation au travail.
Dans ces conditions, la contrainte p a r corps ne peut, d ’une
m anière générale, être accomplie snv uu chantier extérieur de
travail.
La question semble toutefois se poser d ’une manière -différente
lorsqu’elle concerne des individus soumis à contrainte à titre acces­
soire et eu annexe à l ’exécution d ’une peine privative de liberté
q u ’ils ont été admis à subir dans un camp de travail : dans cette
hypothèse, une stricte application des principes commanderait de
renvoyer dans mi établissement pénitentiaire, en vue de l ’accom­
plissement de leur contrainte, les condamnés qui ont. purgé- daii?
un camp de travail l ’in té g ra lité ,de leur peine.
Uno telle pratique comporte des inconvénients notables, si elle
s ’applique à des- personnes qui acceptent, p a r ailleurs, de se sou­
m ettre au travail pendant la durée de leur contrainte : d ’une part,
elle impose îa promiscuité dos prisons à des individus qun leur
affeetatiou à an chantier extérieur devait préserver de l ’incar­
cération ; la réintégration dans un établissement pénitentiaire, suc­
cédant à un séjour prolongé à l ’air libre, p e u t'ê tre interprétée,
p ar certains détenus, comme une sanction supplémentaire, d ’autant
moins justifiable q a ’elle s ’applique-, sans considération de personne,
à tous les membres d ’une- catégorie ; elle risque surtout de com­
prom ettre gravem ent des efforts de reclassement qne le législateur
a voulu euconrager ; d ’antre part, le créancier poursuivant luimême, verra augmenter ses chances de remboursement, si son
débiteur, au lieu de s ’abandonner à l ’oisiveté générale des prisons,
parvient à se constituer, p ar la pratique du travail, un pécule dont
nne partie constituera son gage ; enfin la pénurie actuelle des
moyens de transports commande d ’éviter, dans la mesure du pos­
sible, des transfèrem ents inutiles.
Ces considérations de fa it m ’ont amené à décider que les con­
damnés à une peine privative de liberté, affectés à on chantier
extérieur, seront admis, à l ’issue de leur peine et s ’ils en font la
demande, à subir dans les mêmes conditions, la détention supplé­
mentaire à laquelle ils peuvent être assujettis au titre de la
contrainte par -corps.
2 avril 1943. -r- N o te pour Messieurs les directeurs des services
272
Je vous prie de vouloir bien p orter cette décision à la connaissance
de vos substituts et m ’accuser réception de la présente circulaire ;
vous aurez à me soum ettre toutes difficultés que susciterait sou
application.
P a r délégation. :
Le Conseiller d'Etat,
Secrétaire général du Ministère de la Justice,
Georges DAYRAS
273
extérieurs relative à la commande annuelle d'imprimés.
Afin de réduire la consommation de papier, j ’avais décidé de
supprimer les commandes globales annuelles d ’imprimés adressées
p ar les établissements à l ’imprimerie de la Maison centrale de
Melun. A la demande de cet atelier et pour faciliter l ’orgamisation
de son travail, j ’ai décidé de revenir sur cette décision. A cet
effet, je vous prie de bien vouloir me faire parvenir pour le
1er mai 1943 votre commande des imprimés nécessaires au fonc­
tionnement du service des établissements placés so>is votre direc­
tion pour une durée d ’une année.
P a r économie de papier la Maison ceutrale de Melun. ne vous
enverra pas de bordereau de commande. Vous devrez faire votre
liste de commande sur du papier ordinaire en indiquant le numéro
do référence et la désignation de l ’imprimé commandé ainsi que
la quantité demandée.
<le vous rappelle que la pénurie de papier devient chaque jour
plus grande et q u ’en conséquence, avant d ’établir votre commande,
il convient qne vous fassiez avec soin un inventaire de vos imprimés
eu. stolc afin de ne pas faire de demande inutile et, d ’autre part,
que vons ne demandiez que les papiers indispensables pour le fonc­
tionnement de vo3 ' services en renonçant même à certaines com­
modités dn moment que la nécessité n ’en est pas absolue.
D ’antre part, il conviendra de rester plutôt en dessous de vos
besoins étant entendu que des commandos supplémentaires- seront
toujours admises.
Le Chef du 5° Bureau,
GILQUIN
N o t e d e S e r v i c e à Messieurs les directeurs des services extérieurs relative aux mesures à prendre pour éviter les
évasions.
13 avril 1943. —
J ’ai eu à déplorer, au cours de ces derniers mois, un certain
nombre d ’évasions savamment préparées et audacieusement réa­
lisées, qui ont permis à des individus dangereux de recouvrer la
liberté.
Il importe de tirer de ces regrettables incidents la leçon q u ’ils
comportent pour en éviter le renouvellement.
Que les circonstances comarcandent un redoublement de vigilauce
dans la surveillauce, le personnel pénitentiaire, dans son immense
majorité, l ’a compris et je me plais à'reconnaître sou dévouement
dans l ’accomplissement d ’une tâche, toujours lourde et périlleuse,
souvent délicate.
Mais l ’exactitude ne doit pas suffire. Les fonctionnaires de 1-’Ad­
m inistration pénitentiaire ne sauraient se tenir pour satisfaits du
moment qu’ils oiit exécuté à la : lettre les consignes reçues. Chacun
C O D S P É N IT E N T IA IR E
274:
à son échelon doit, dans les lim ites de ses attributions, faire preuve
d ’ardeur 'et d ’initiative.
S urtout il ne fa u t pas que des imperfections dans l 'organisation
du service risquent de compromettre le résultat de méritoires
efforts.
J ’estime à cet égard que certains errem ents suivis ju sq u ’à présent
doivent être immédiatement corrigés.
En ce qui concerne la réception de colis p ar les détenus, il ne
suffit pas, avant fie les rem ettre à .leurs destinataires, de pratiquer
une fouille minutieuse de le or contenu, iî fa u t encore examiner
très attentivem ent lea emballages et surtout re tire r immédiatement
ec*nx-ei aux détwuis. .Laisser dos emballages à leur disposition,
c ’est c-n effet îeur fournir un moyen commode et sûr de dissimuler
les objets les plus dangereux (tels qne couteaux, lames de scie, etc..,),
qui, sous uu volume réduit, constituent les instrum ents indis­
pensables à la mise à exécution des projets d ’évasion.
D ’autre part, et toujours dans le même ordre d ’idées, il m ’est
apparu que la pratique qui consiste à faire procéder aux rondes de
nuit à des iutervallcs réguliers présentait de sérieux inconvénients.
Il est bien évident que des rondes effectuées dans ces conditions
perdent tout caractère de surprise et que le contrôle q u ’elles
prétendent instituer devient, p ar suite, illusoire.
I l convient de corriger un tel état de ehoses.
Je vous prie, en conséquence, d ’im ite r vos surveillants-chefs à
apporter le plus grand soin à l ’organisation du service de nuit
dans leur établissement.
Ils doivent s ’attacher à modifier fréquemment les heures des
rondes de nuit et les intervalles les séparant de façon à laisser les
détenus dans l ’ignorance complète des mesures de surveillance
dont ils font l ’objet.
Les chefs d'établissem ents devront également recommander aux
surveillants de omit de procéder aux rondes avec le maximum
de prudence et d ’habileté, afin de ne pas révéler leur présence
' et de pouvoir surprendre toute activité suspecte.
Il fau t que les surveillants-chefs et leurs agents comprennent
qu’ils n ’ont pas f a it l ’essentiel quand,, respectueux du règlement,
ils ont déterminé ou effectué les rondes prescrites si le moment de
cbaeune d ’entre elles peut être facilement prévu et son accom­
plissement commodément décelé p a r les détenus.
Vous les aviserez que la. continuation des errements suivis jus­
q u 'ici les exposeraient, en cas d ’ineident, à se voir reprocher des
fautes ou négligences qui ne pourraient pas ne pas être sanctionnées.
Je voua prie de ten ir personnellement la main à l 'exécution des
instructions qui précèdent.
.
-
Le Garde des Sceaux,
Ministre, secrétaire d’Etat à la Justice,
M a u ric e
275
1 9 4 3 . — 2 3 a v r il
GABOLDE
N o t e d e S e r v i c e pour Messieurs les directeurs des
services extérieurs- relative à l’établissement avec soin des fiches
de mesures pour confection d’effets d’uniforme.
23 avril 1943. —
Le directeur de la Maison centrale de Melun me fa it p a rt des
difficultés qu’il rencontre pour la confection des effets d ’uniforme
pour surveillants p ar suite des indications souvent inexactes figu­
ra n t sur les fiches de meaures jointes aux bordereaux de com­
mandes.
Je vons prie •de bien vouloir rappeler au personnel sous vos
ordres que les fiches de mesures sont à établir.avec le plus grand
soin en so conformant aux indications figurant sur ces fiches.
En particulier, les infirmités nécessitant une coupe spéciale de
l ’effet devront être mentionnées très explicitement sur la fiche.
D ans le cas oîi uu vêtement établi non eoiiformo aux mesures
doit être retourné à la Maison centrale de Melun pour retouche,
il doit être muni de la fiche de fabrication cousue à l’effet avec le
fil d’origine.
Les effets livrés sont matricules : semestre et millésime : exemple :
1/43. Seuls, ces effets seront réparés gratuitem ent s ’ils ne cor­
respondent pas aux mesures fournies.
Comme p ar le passé, les frais de réparation resteront à la charge
des titulaires s ’il est reconnu que la malfaçon du vêtement pro­
vient d ’erreurs de rédaction dans la fiche de mesures.
De plus, dans le cas où la retouche demandée serait impossible
à faire, p a r exemple vêtement trop petit p ar suite de mesures don­
nées trop faibles, il ne serait pas remplacé et serait renvoyé au
titulaire sans modification. Cette décision est motivée par la
pénurie actuelle de tissus.
Le Chef du 2* Bureau,
G IL Q U IN .
C i r c u l a i r e cl Messieurs les procureurs généraux
relative au paiement des honoraires de médecin ayant visité des
mineurs délinquants.
24 avril 1943. —
P a r ma circulaire du 9 m ars dernier je vous ai prescrit, dans
le eas ou un m ineur ne se trouve pas détenu lors de la décision
le confiant a l ’A dm inistration pénitentiaire, de désigner un médecin
chargé de le soumettre au même examen qu’il au rait subi s ’il avait
été retenu en Maison d ’arrêt.
La question m 'ay an t été posée de savoir p a r quel procédé seraient
payes les frais entraînés p a r cet examen, je crois utile de préciser
que les praticiens commis devront adresser leurs mémoires d'hono­
276
C O D E P É N IT E N T IA IR E
ra ir e s a u p a rq u e t c o m p é te n t q u i, a p rè s v isa , les tr a n s m e t tr a p o u r
rè g le m e n t a l 'é ta b liss e m e n t a u q u e l le m in e u r a u r a é té affecté.
i
P a r d élég a tio n :
L e D irecteu r de l’A d m in is tr a tio n p é n ite n tia ire
e t des S e rvices de. V E d u ca tio n surveillée,
CONTANCIN
i er m a i 1943. — C i r c u l a i r e p o u r M essieu rs les d irecteurs des
services exté rieu rs rela tive au$ p re sc rip tio n s à su ivre p a r le p e r ­
sonnel p o u r é v ite r les évasions.
L'agitation p a r laquelle les partis cle désordre cherchent à semer
le trouble dans le Pays revêt différentes formes.
L ’une d ’elles, qui se manifeste depuis plusieurs mois, consiste
a organiser des évasions afin de soustraire- à la Justice des individus
prévenus ou condamnés à la suite de menées antinationales.
C es in c id e n ts a lla n t e n s ’a c c e n tu a n t, il im p o rte d 'e n d é te rm in e r
les -causes e t les conséquences q u i p e u v e n t ne p a s 'a p p a r a î tr e c la ire ­
m e n t a u p e rs o n n e l p la c é sous v o s o rd res.
I l résulte, en effet, de l ’ensemble des rapports et des rensei­
gnements reçus, q u ’il y a similitude et sim ultanéité entre l'action
des éléments gaullistes et celle dos communistes.
Les uns comme les autres, après avoir cherché la libération
des chefs, visent m aintenant à faire sortir des prisons soit les
homimes de main qni doivent figurer dans les groupes de partisans
destinés aux -coups de force, soit les jeunes gens qu’on veut enrôler
dans Jes troupes dissidentes.
Il apparaît nettem ent que ces faits ..constituent pour la sécurité
nationale un danger que nous avons l ’impérieux devoir d ’enrayer
à tout prix. Ce danger semble d ’autant plus imminent que l ’accé­
lération dans la cadence des évasions projetées ou réalisées r a p ­
pelle la technique d ’opérations1 préparatoires de l ’action générale.
_Le personnel doit être conscient que des incidents de. cette nature
ainsi multipliés entraîneraient fatalem ent les plus graves consé­
quences pour te Pays et q u ’il îui appartient de rester fidèle à son
devoir, c ’est-à-dire d ’obéir avec loyauté et discipline aux pres­
criptions légales et aux ordres de ses chefs.
J e n ’ignore pas q u ’une' propagande aussi habile que tenace
recherche à détourner nos agents de leur devoir, que sous eonvert
d ’un faux patriotism e elle leur recommande la complicité active
■et tout au moins les défaillances de service, qui facilitent une
évasion ou retard en t sa découverte. En outre, cette propagande
encourage, la délation et va même ju sq u ’aux plus odieuses menaces.
Il fa n t écarter les incitations d'hommes de mauvaise foi qui
osent se réclamer hautem ent de la France mais, .qui, aux heures
tragiques de 1939-1940 l ’ont trahie. Ils se sont alo/s exclus de la.
277
1 9 4 3 . — 3 MAI
communauté nationale et leurs protestations d ’au jourd’hui ne sont
que raisonnement spécieux et mensonges.
Si l ’égarement de chacun pouvait s,'expliquer ju sq u ’ici par une
certaine ignorance, il né saurait plus en être ainsi vis-à-vis d ’un
personnel désorîirais averti.
Chacun doit savoir, que scs défaillances dans ce domaine, si
légères -soient-elles, seront appréciées non seulement en tenant com­
pte des situations individuelles mais surtout en se basant sur la
nécessité impérieuse d ’appliquer les sanctions que requiert l ’obli­
gation de couper court, d ’une manière absolue à des agissements
susceptibles de compromettre gravement l ’in térêt national.
Vous aurez à communiquer d'urgence les instructions qui pré­
cèdent aux fonctionnaires et agents placés sous votre autorité
et vous* 3T ajouterez toutes les recommandations et prescriptions
•d’ordre technique qui s ’imposent en la matière, c ’est-à-dire :
fouille minutieuse des paquets de linge et des colis de vivres, strict
contrôle des correspondances et des visites, ponctualité des rondes,
examen fréquent des portes et barreaux, afin q u ’il puisse être
remédié immédiatement à toutes défectuosités et détériorations
constatées.
Le G arde des Sceaux,
M in istre, secrétaire d’E ta t à la Ju stic e ,
M a u r ic e
GABOLDE
TRANSFÈREMENT
3 mai 1943
L e Giir,r.' o n G ouvernement ,
à M o n sieu r le M in istre , secrétaire d’E ta t à la J u stic e , et M essieurs
les p ré fe ts.
Mou attention a été attirée su r les nombreuses évasions qui se
produisent en cours de tranfèrem ents en convois im portants. Dans
la plupart des cas l ’euquete a révélé que ces évasions sont impu­
tables au prem ier chef à un défaut d'organisation initial qui piace
l ’escorte chargée d ’assurer ,1a garde des détenus, dans l ’impossi­
bilité matérielle de rem plir sa mission, lorsqu’elle ne l ’oblige pas,
par suite d ’nne véritahle carence dos adm inistrations intéressées,
ii assumer de graves responsabilités qui ne sauraient lui incomber
normalement : demande de wagons, alimentation des détenus, transeport des bagages, surveillance sanitaire, liaison avec les. établis­
sements destinataires, etc...
Afin que cessent au plus tôt de semblables errem ents, j ’ai décidé
que toutes les fois que le concours de la gendarmerie ou de forces
dé poJice serait demandé' pour assurer l ’escorte d ’un convoi impor­
ta n t de détenus, les mesures suivantes seront prises :
278
C O D E P É N IT E N T IA IR E
1943- — 6 m ai
1 L ’adm inistration au profit de laquelle s ’effectue le transfèrcm ent
devra obligatoirement désigner -un fonctionnaire d© soii dépar­
tement responsable de l ’organisation matérielle du convoi.
Il appartiendra en particulier à ce fonctionnaire 'de prendre
tontes les dispositions nécessaires pour que le choix et l'am é­
nagem ent des wagons correspondent aux nécessités de 3a sur­
veillance à exercer, pour que les individus transférés reçoivent
avant le départ du convoi les vivres ainsi que les soins matériels,
hygiéniques et médicaux indispensable, pour que l ’autorité des­
tin ataire soit avisée des dispositions à .prendre-à i ’am véo, et
d^une manière générale^ pour que. le personnel d ’escorte soit
déchargé de toute tâche m atérielle q u ’il n ’a pas normalement à
assumer.
Le _fonctionnaire responsable devra assister à la remise des
individus transférés au détachement d ’escorte, ainsi qu/à leur
embarquement.
CO ND A M N ÉS
â g és de
m o in s d e 25 ana
CO ND A M N ÉS
â g é s de
25 à 50 ans
tlélinc lia n ts
dé lin t u&nts
279
CONDAM NÉS
N A T IO N A L IT É
â g é s de
p lu s do 50 ans
(D
délinc u&nts
NOMBRE
d61in q u a n ts
to ta l
P r i­
m a ire s
P r i­
D éjà
con­
m a ire s
dam n és
P ri­
D éjà
con­
m a ire s
d am n és
D é jà
con­
dam nés
F ran ­
çais
E tra n ­
ge rs
(1 ) I n d iq u e r le E o m b rs de d é lin q u a n ts d e c h aq u e n a tio n a lité , s 'i l y & lieu.
2° Seules, la surveillance et la garde des individus transférés incom­
beront au personnel du détachement d ’escorto,
Messieurs les jiréfets qui auront à organiser des convois de cette
nature voudront bien veiller à leur préparation m atérielle, et pren­
dre toutes les dispositions nécessaires, au besoin p a r réquisition
du personnel des adm inistrations ou services publics qualifiés, pour
que le tran sp o rt des individus transférés ait lieu dans des condi­
tions décentes de sécurité et d ’hygiène.
P ie r r e
LAVAL
N o t e d e S e r v i c e pour Messieurs les directeurs des
services extérieurs relative à la mise à la disposition de l’autorité
administrative des souteneurs à l’expiration de leur, peine.
4 mai 1943. —
La loi du 2 mars 1943 (parue au Journal officiel du 18 mars 1943)
prévoit, daus son article 3, qne les individus considérés comme
souteneurs, et condamnés comme tels, seront de plein droit mis
à la disposition de l'a u to rité adm inistrative, dès l ’expiration de
leur peine, pour être dirigés sur u n camp d ’internem ent ou une
form ation du même genre.
En vue de perm ettre 'l’exécution éventuelle de ces dispositions,
je vous prie de me faire parvenir le plus tô t possible un état
numérique dos souteneurs détenus au l pr mai 1943 dans’ votre cir­
conscription et de me fournir les renseignements suivants, sous
la forme indiquée ei-contre :
N o t e d e S e r v i c e à Messieurs les directeurs des
services extérieurs relativô à l’octroi du supplément familüü de
traitement aux .surveillants auxiliaires.
6 niai 1943. —
Comme suite à la circulaire du 11 décembre 1942, relative à
l ’application de la loi du 25 septembre de là même année, allouant
aux personnels titulaires de l ’E tat, à compter du 1er août 1942,
un supplément fam ilial de traitem ent, plusieurs d ’ontre vons m ’ont
demandé si, malgré les termes de la circulaire susvisée, il convenait
également d ’allouer ce supplément familial aux surveillants auxi­
liaires,
Je vous informe, après^ accord des services du M inistère des
Finances, que cette question comporte une réponse affirmative.
Le Directeur de l’Administration pénitentiaire
et des Services de l’Education swveilUe,
CONTANCIN
15 ju in 1943. — C irc u la ire à Messieurs les directeurs des services
extérieurs relative à l’interdiction de communiquer les heures et
lieu de destination eu cas de transfèreme.ni de détenus.
r
Pour le. Directeur de l’Administration pénitentiaire
et des Services de VEducation surveillée,
Le Sous-Directeur,
J. GENET
Il m ’a été signalé que des détenus, des membres de leur famille
on même des personnes étrangères avaient quelquefois été informés
de la date, du jour et de 1’heure de certains transfèrem ents et
de la destination pénale des détenus.
A la suite de ces indiscrétions, des parents ainsi que des per­
sonnes étrangères se sont présentés soit dans les gares à l ’heure du
280
•I(M 3 .
C O D E P È N IT E N T IA IK IB
départ des convois, soit en cours de route, et ont voulu communiquer
avec les transférés.
De tels fa its qui ont toujours de fâcheuses conséquences peuvent
aussi être la cause d ’incidents trè s graves susceptibles de m ettre
eu danger la vie -des surveillants d ’escorte ou de provoquer ' des
évasions.
Je^vous prie donc de bien vouloir rappeler à to u t îe personnel
placé sous vos ordres, q u ’il soit ou non chargé d ’accompagner
des convois, q u ’il est absolument in terd it d ’indiquer à quiconque
les dates, ^heures et 'lieux des transfèrem ents ainsi que les desti­
nations pénales dont il pourrait avoir connaissance.
Toute infraction à cette règle élémentaire de secret professionnel
sera considérée comme une lourde faute de service susceptible
d ’uno sanction grave.
*
*i*
Je vous rappeJle également que pour tous les transfèrem ents
a un effectif im portant de détenus ou d ’individus spécialement'
•dangereux il convient d ’aviser 3a gendarmerie ou la police pour
q u ’un service d ’ordre discret soit organisé sur le parcours de-la
prison à la gare ou vice-versa et tout particulièrem ent à la gare
ami que m ain-forte soit prêtée, en cas do besoin, aux surveillants
de l ’escorte.
Le Garde des■Sceaux,
Ministre, secrétaire d'Etat à la Justice,
M a u ric e .
GABOLDE
C i r c u l a i r e à Messieurs les directeurs des services
extérieurs relative aux modalités à observer pour la suspension
des peines.
28 juin 1943. —
Je vous adresse, sous ce pli, nn exemplaire de mon arrêté en
date du 2 juin dernier pris en exécution de la loi du 19 avril 1943
relative à la suspension des peines (Journal officiel du 6 mai 1943
page 1262).
.
.
’
Ainsi que le porte le rapport concernant cette loi, les mesures
dont il s ’agit ont notamment pour but d ’assu jettir au service obli­
gatoire du travail les condamnés à l ’égar-d desquels les autorités
publiques compétentes croient pouvoir prendre des arrêtés suspen­
dant leurs peines.
La procédure à appliquer en l ’espèce est exposée p a r mon arrêté
du 2 juin 1943. Toutefois, il me p a ra ît nécessaire de vous com­
m uniquer les quelques directives complémentaires ci-après
Les seules détenus à recenser sont les individus dn séxe masculin
de 18 a 50 ans, condamnés définitivement ponr faits de droit
commun à une peine privative de liberté, en excluant ceux ayant
ta it 1 objet d une peine enm inelle (travaux forcés ou réclusion). ’
Cependant, vous pourrez comprendre sur vos listes les condamnés '
—
28
ju in
281
aux travaux forcés et les réclusionnaires qui de p a r la nature des
actes ayant entraîné la 'Condamnation (par exemple, crimes pas­
sionnels, faits se rapportant à la répression en m atière économique,
avortem ent) vous p araîtro n t (surtout s ’ils sont prim aires) présenter
des garanties morales suffisantes pour pouvoir etre affectes sans
excès de risque, à un travail en usine ou en chantier.
D ’autre part, il convient de noter que tous les individus con­
damnés pour activité communiste ou antinationale (soit à l ’empri­
sonnement, soit à une peine criminelle) sont, à exclure rigoureu­
sement du travail de receusement.
P a r contre, les homimes condamnés pour délits de droit commun
à de courtes peines, seront portés sur. les listes à établir. Bien
entendu les indications données deviendront inopérantes, en ee^qui
vons concerne, si' la peine expire avant qu’intervienne un arrêté de
suspension.
De plus, les détenus condamnés à titre de mineurs en v ertu de
l ’article 67 du Code pénal, doivent figurer sur les propositions de
l ’A dm inistration pénitentiaire s ’ils appartiennent à la classe 1945
et aux classes plus âgées ; il n ’en saurait être de même pour ceux
acquittés comme ayant agi sans discernement et, qui font l ’obiet
d ’une m esure d ’éducation surveillée, car ce n e sont pas des
condamnés.
Je recommande, en outre, aux chefs d ’établissements de faire
figurer sur la liste originaire destinée à l ’autorité préfectorale
(art. 2 de l ’arrêté) non seulement les précisions qui sont relatives
à la situation pénale, mais encore toutes appréciations utiles pour
perm ettre en cas de désignation, de rép artir en groupes les indi­
vidus -dont il s ’agit ; c ’est ainsi qu’on devra signaler la conduite
en déteution, le nombre d ’enfants, les habitudes1 soeiales (basées
sur l 'instruction et île niveau de m oralité), l'a p titu d e physique
(basée sur l ’état de santé très, bon, bon, médioere) et l ’existence
de connaissances professionnelles visant particulièrem ent l ’emiploi
à ïui chantier de travail (menuisier, charpentier, maçon, serrurier,
mécanicien, électricien, etc...). En ce qui concerne les hommes appar­
tenant aux classes 1942, 41, 4.0 et 1939 4e trim estre, il y au ra lieu
d'indiquer, compte tenu de la nature de leur peine et de leur attitude
en détention, si ces individus semblent ou non pouvoir être placés,
sacs danger pour la sécurité sociale, sur des chantiers dont la
surveillance sera réduite. A noter également que pour les condamnés
nés dans les départem ents du Haut-RTnn, Bas-Rhin et Moselle, îeur
origine devra particulièrem ent être soulignée. Ces diverses indica­
tions perm ettront à MM. les préfets de rép a rtir les individus
désignés, en catégories établies d ’après leurs -antécédents, leur men­
talité actuelle, leur sauté et leur plus ou moins grande aptitude
au travail manuel.
J ’ajoute que lorsque l ’autorité préfectorale aura envoyé aux chefs
d ’établissements l ’un des exemplaires de la liste concernant ses
propositions (CF. Art. 2 de l ’arrêté), ces gradés devront inscrire
eu regard des noms des intéressés toutes les références visées au
paragraphe précédent ainsi qu’une annotation relative à une pré­
sentation éventuelle pour une mesure de grâce ou de libération
conditionnelle ; ils auront à me transm ettre ensuite ce document
p a r votre intermédiaire.
/
282
C O D E P É N IT E N T IA IR E
Vous voudrez bien eoinm-uniquer d'urgence les présentes ins­
tructions aux chefs d ’établissements placés sous votre autorité
et vous ne manquerez p as de leur adresser un exemplaire de
' l ’arrêté ci-joint.
Vous aurez enfin à m ’accuser réception de cette circulaire sous
le présent timbre.
Le Garde des Sceaux,
Ministre, secrétaire d’Etat à la Justice, '
M a u ric e
. GABOLDE
C i r c u l a i r e à Messieurs les directeurs des services
extérieurs relative aux recommandations et prescriptions d’ordre
• technique pour éviter les évasions.
2 ju ille t 1943. —
J ’&i eu à déplorer, au cours des semaines qui viennent de
s'écouler, plusieurs cas d'évasions ou de tentatives d ’évasions collec­
tives survenues dans divers Etablissem ents pénitentiaires. Trop
souvent des actes de complicité directs, évidents, et parfois même
cyniquement avoués, ou, au contraire, fo rt habilement dissimulés,
ont pu être relevés à l 'encontre des membres du personnel péni­
tentiaire.
Je sais l ’émotion que de semblables faits ont soulevé chez chacun
d-entre vous et^ aussi que vous avez immédiatement tout mis en
œuvre, dans l ’étendue de vos circonscriptions respectives, pour
en éviter le retour.
Pourtant, j ’ai jugé nécessaire de vous adresser à cette occasion,
un -certain nombre de recommandations. Vous devez savoir, en
effet, que ies incidents de cette nature qui se produisent en divers
points dn territoire procèdent tous d ’un même plan directeur,
conçu et réalisé p a r des organisations illégales. Celles-ci disposent
de moyens d ’action variés et puissants qui vont ju sq u 'à l'emploi
des menaces les' plus odieuses à l ’éga)-d de nos agents et au
recours à la violence pour obtenir le succès. .
Il ^ importe, p a r conséquent, que vous preniez dos précautions
extrêmement séveres pour p arer à un danger dont vous ne devez
•pas vous dissimuler q u 'il est grave et permanent.
La situation pouvant, ta n t au point de vue de l ’éta t des locaux
pénitentiaires que des catégories pénales q u 'ils enferm ent et de
la qualité du recrutem ent du personnel, varier d'une circonscription
à 1 autre, je ne puis que vous laisser le soin d 'a rrê te r, chacun en
ce qui vous concerne, les mesures que vous jugerez ,les mieux
appiopriées pour atteindre le b u t recherché. Je me bornerai donc
à vous adresser quelques suggestions d 'ordre général, inspirées
parfois p ar les initiatives prises p a r certains d 'e n tre vous.
Tout d ’abord, j ’estime q u ’avant de m ettre ces mesures à exé­
cution il sera d 'u n e bonne méthode que vou<s-même au siège de
votre circonscription et vos surveillants-chefs dans les différentes
maisons d 'a rrê t, réunissiez l ’ensemble du personnel pour lui indi­
1 9 4 3 . — 2 JU ILL ET
283
quer que le renforcem ent du contrôle du serviee ne doit pas être
interprété comme une m anifestation de défiance collective, mais
q u ’il est impérieusement commandé p a r la présence de mauvais
agents qui n ’ont pas hésité à trom per la confiance des chefs et
à tra h ir indignement leur de-voir. Chacun devra être invité à ra p ­
porter fidèlement à .ses chefs toutes Jes inform ations q u ’il lui aurait
été donné de recueillir ; ceux qui auraient pu faire l ’objet de
sollicitations, pressions ou menaces devront s ’en ouvrir immédia­
tement à leurs supérieurs a qui il appartiendra de leur procurer
aide et protection en inform ant aussitôt les autorités adm inistra­
tives et judiciaires et en me proposant sans retard les mesures
propres à assurer leur -sécurité.
Vous spécifierez notamment à votre personnel que tout manque­
ment au devoir, tout relâchement dans l'exécution du service, toute
négligence, seront impitoyablement sanctionnés sans égard poul­
ies considérations tenant aux situations particulières en raison des
graves répercussions d 'ordre général q u ’il importe à tout prix
d ’éviter.
Vous inviterez ©n conséquence ceux des agents qui se sentiraient
troubléa intérieuremlent et enclins à trah ir leur devoir, à se démettre
de leurs fonctions ou à solliciter des m utations de nature à les
soustraire aux tentations auxquelles ils pourraient être exposés.
Il vous appartiendra, le personnel une fois informé, de pren­
dre tontes dispositions utiles pour éviter les coups de surprise sur
nos Etablissements. A la première menace le concours des services
de police et de gendarmerie devra être demandé.
L 'entretien des bâtim ents devra être soigneusement assuré. C ’est
ainsi que vous n ’hésiterez pas à faine changer les serrures de
sûreté de la porte des prisons tontes les fois q u ’un danger préeis
vous au ra été signalé.
Au cas on vous le jugeriez utile, vous pourriez pour plus de
sûreté faire effectuer ces travaux p ar d 'a u tre s ouvriers que ceux
qui seraient recrutés sur place.
Tous les m atériaux et objets divers- qui pourraient se trouver
autour des prisons on à proximité devront être immédiatement
enlevés. Sous aucun prétexte une clé de détention ne devra être
emportée au dehors p a r un menibre dti personnel, ni laissée à
portée de quiconque pouvant soit l ’utiliser, soit en prendre l ’em­
preinte. Aucune défaillance ne sera excusée sur ce point.
Vous veillerez à ce que les individus les plus dangereux ainsi
que ceux qui vous p a ra issen t, être les ehefs de mouvement ou de
groupe soient placés avec des détenus de droit commun suscep­
tibles de vous renseigner sur leur activité et leurs projets. L es
récompenses seront proposées si de telles inform ations sont fournies.
L a surveillance sera renforcée au cours dos parloirs que les
surveillants-ehefs seront invités à contrôler attentivem ent p a r euxmêmes.
■
,,
Les détenus qui recevront la visite de leurs avocats ou qui
pourraient se trouver en contact avec une personne étrangère à
l ’Etablissement, telle q u ’un contremaître, un confeetionuaire, seront
fouillés avant et après ees' rencontres.Vous rappellerez très impérativem ent m es'instructions interdisant
284
1943.
CO D R P É N IT E N T IA IR E
d'accorder aux individus dangereux tous emplois ou affectations
susceptibles de leur procurer des facilités pour communiquer entre
eux ou avec l ’extérieur et ainsi pour s ’évader.
Quelques circonstances sont parfois concomitantes à des évasions.
Celles-ci sont particulièrem ent à craindre lorsqu’un transfcrcm ent
de détenus condamnés à des peines graves est sur le point d ’être
effectué. Je note aussi que le fa it pour un agent de demander
inopinément son changement de tour de garde peut sembler suspect
lorsque le surveillant se trouve de service dans un quartier contenant
des détenus de la catégorie dont il s ’agit.
En o titre, dans toute !a mesure du possible, les rondes doivent
être effectuées p ar deux agents afin de réduire les dangers d ’agres­
sion et d ’assurer un contrôle réciproque.
D ’autre^ part, la d é do la porte extérieure de. la détention
pourrait etre retirée p a r le surveillant-chef au personnel, durant
la nuit, ainsi q u ’il a déjà été procédé dans certains Etablissements.
Lorsque des individus sont -conduits pendant .la nnit à la maison
d ’arrêt en vue de leur écrou, il serait nécessaire cnie le surveillant
portier demande, avant d ’ouvrir la porte, que les pièces de. justice
lui soient remises p ar le guichet afin d ’en vérifier l ’authenticité.
Dans Ja m e s u r e o n l e s p r é c a u t i o n s s u i v a n t e s n e s ’a v é r e r a i e n t p a s
en
d é fin itiv e
en
cas
so
de
m e ttre
p liis
n u is ib le s
tra n s fe rts
au
ou
p ré a la b le
q u ’u t i l e s
de
en
à
la
p ré s e n ta tio n s
rap p o rt
s é c u rité ,
de
il y
d é te n u s
té lé p h o n iq u e
avec
a u r a i t lie u
s n s p e c ts ,
le s
de
a u to rité s
r e q u é r a n t e s d e l ’é c r o u o u e x é c u t a n t e s d u t T a i ï s f è r e m e n t , a f i u d ’o b t e ­
n ir
to u s
m a n ie r©
Je
a p a is e m e n ts
de
fa ire
s u rv e illa n t
d is p o n ib le s ,
ne
p o rtie r
ou
m êm e
sur
la
r é g u la rité
p o u v a it
ê tre
de
appel
si
fa ire
un
de
a d o p té e ,
n o m b re
au
l ’o p é r a t i o n .
il
c o n c o u rs
im p o rta n t
p r é s e n t é , i l c o n v i e n d r a i t d e d e m a n d e r , s ’i l y
d e îa p o lic e o u d e la g e n d a rm e r ie .
Si
c o n v ie n d ra it
d ’a u t r e s
de
d é te n u s
a v a i t li e n , le
c e tte
pour
a g e n ts
é ta it
c o n c o u rs'
En ce qui concerne l 'hospitalisation des individus poursuivis
ou condamnas pour menées, soit communistes, soit antinationales,
j attire \o tro attention sur le fa it q u ’elle ne saurait être ordonnée
que pour des m otifs très sérieux. En effet, des évasions de détenus •
de ces catégories se sont récemment produites- pendant leur séjour
a. 1 hôpital et en conséquence l ’éta t de santé des intéressés n ’était
pas aussi grave que l ’avis médical semblait l ’indiquer. Il eu résulte
que si des hospitalisations proposées p a r 3es médecins des E ta ­
blissements placés sous votre autorité, au sujet des détenus dont
il s agit, ne vous^ paraissaient pas suffisamment motivées, vous
auriez à faire procéder à une contre-visite effectuée par. un médeciu
expert auprès des Tribunaux, avant que les détenus en .cause soieut
admis à l ’hôpital.
Le service d ’une façon g énérale' devra être assuré avec intelli­
gence, perspicacité et dévouement. A aucun moment ii ne fau t
perdre de vue que les détenus ont l ’esprit perpétuellement tendu
vers un meme-but qui est de reconquérir leur liberté. Le personnel
charge de les garder doit leur opposer la même ténacité et la
lAcme habileté.
Vous voudrez bien compléter, le cas échéant, les recommandations
et prescriptions d ’ordre technique qne mia circulaire du 1 " mai
—
9
JU IL L E T
285
dernier vous invitait à adresser aux fonctionnaires- et agents placés
sous votre autorité et vous devrez raie communiquer un exemplaire
des directives ainsi données p a r vos soins aux chefs d 'E tab lis­
sements.
L e G arde des Sceaux,
M in istre, secrétaire d’E ta t à k i J u stic e ,
M
a u r ic e
GABOLDE
M essieurs les directeurs des services
■ exté rieu rs rela tive a u x m esures à prendra avant la m ise en liberté
des d éten u s incarcérés p o u r a ctivités com m unistes, anarchistes, ter­
roristes ou subversives.
9 j u i l l e t 1 9 4 3 . — - C ir c u l a ir e à
Une circulaire en date du 2 juillet 1943, relative à l ’application
de la loi-du 5 juin de la même année sur la répression des activités
communistes, anarchistes, terroristes et subversives, vient d ’être
adressées à MM. les procureurs généraux.
Aux termes d ’iiistructions qui y sont contenues, les m agistrats
du parquet sont invites à tenir les préfets informés do toutes les
décisions entraînant mise en liberté des prévenus de cette catégorie,
soit à la suite de décisions de juges d ’instruction accordant une
mise en ' liberté provisoire ou prononçant nn non-lietf, soit à la
suite de jugements de relaxe prouoncés p ar les sections spéciales.
Les préfets seront alors en mesure d ’apprécier s ’il y a lieu de
prendre à l ’égard des prévenus ainsi remis en Iiherté p a T l ’autorité
judiciaire, dos mesures adm inistratives d-internem cnt à raison des
dangers q u ’ils peuvent présenter pour l ’ordre et la sécurité publie'-.
Afin de perm ettre à eette règlementation de produire ses effets
utiles, il convient que de leur côté les chefs des établissements
pénitentiaires daus lesquels ces prévenus sont écroucs ne procèdent
à la libération des intéressés q u ’après s ’être assurés auprès du
parquet ou du préfet, si le parquet n ’est pas en état de les ren­
seigner, q u ’il n ’est pas dans les intentions de l ’autorité adminis­
trative de prendre à leur égard une mesure d ’internement.
Dès q n ’ils seront avisés de la décision de l ’autorité judiciaire
entraînant mise en liberté,- ils devront donc conserver à la dispo­
sition de l ’autorité adm inistrative le détenu pendant le couTt laps
de temps nécessaire pour prononcer éventuellement une mesure
d ’iuteruement.
'Si une solution tardait il y aurait lien d ’appeler spécialement
l ’atteution de l ’autorité adm inistrative sur l ’urgence de prendre
sa. détermination, car la décision judiciaire doit en principe être
exécutée dans le moindre délai.
Je vous rappelle également, dans le même ordre d ’idées, q u ’it
y a lieu de prévenu1 l ’autorité préfectorale quelque temps avant
la libération, des dates auxquelles les peines prononcées contre
des condamnés ponr activité communiste, terroriste ou subversive,
vienneut à expiration.
2
\
288
C O D E P É N IT E N T IA IR E
M M . les p r é f e ts p e u v e n t a in s i a p p ré c ie r s ’il c o n v ie n t d e ^ p ren d re
à l 'e n c o n tre de ces in d iv id u s das a r r ê té s d ’in te rn e m e n t,
ra is o n
d u d a n g e r que p ré s e n te p o u r la sé c u rité p u b liq u e la lib e rté qu'ils*
v o n t re c o u v re r.
D an s la ?.one e t d a n s le cas o u l ’ac co rd des a u to r ité s a lle m a n d e s
e s t n é c e ssa ire , les d isp o sitio n s dei m a c irc u la ire du 29 d écem b re 1942
- D 218 O b. Gx. - r e s te n t b ie n e n te n d u en rig u e u r.
L e G arde des S cea u x,
M in istre , secrétaire d’E ta t à la Ju stic e ,
Ma u r ic e G A B O L D E
’ 1943. — 9 . J U
IL L E T .
287
in te r n é a d m in is tr a tif , s a n s q u e les deux- c o n d itio n s ei-.dessous so ien t'
rem p lies..:,
1° P r é s e n ta tio n d ’u n o rd re é c r it o ffra n t to u te s g a r a n tie s a p p a ­
re n té s ■d’a u th e n tic ité ( p a p ie r à e n -tê te , sig n a tu re , ca c h e t officiel,etc ...).
v
2° C o n trô le p a r co m m u n icatio n té lé p h o n iq u e avec le serv ice a j'a n t
d é liv ré l ’o rd r e écrit.
I l v a sa n s d ire q u e to u te p e rso n n e , m êm e en u n ifo rm e , effe c tu a n t
u n e dém arche, en v u e d ’u n d es b u ts in d iq u é s ci-dessus, sa n s p ré ­
s e n te r de d o c u m en t é c rit, d e v ra ê tre re te n u e e t id en tifiée.
I l en s e r a de m êm e s i le-'contrôle té lé p h o n iq u e p e rm e t de conclure
à la f a u s s e té de l ’o rd re exhibé.
L ’In te n d a n t régional de Police,
9 ju ille t 1943. — C i r c u l a i r e à M essieurs les d irecteu rs des services
extérieurs relative a u x p réca u tio n s à p ren d re a v a n t la m ise en
liberté d ’u n d éte n u ou d 'u n in tern é.
C om m e s u ite e t eu co m p lé m e n t à m a c irc u la ire d u 2 ju ille t
c o u ra n t - D 3 - Oh. G x - je v ous a d re s s e p i-jo in t, h to n te s^ fins
u tile s, la copie des in s tru c tio n s a d re ssé e s p a r M. l ’In te n d a n t ré g io ­
n a l de police à B o rd ea u x , a u x se rv ice s de p o lice e t de g e n d a rm e rie ,
a u s u je t des p ré c a u tio n s à p re n d r e a v a n t to u te re m ise o u lib é ra tio n
de d é te n u s ou in te rn é s .
*
*#
L ’I n t e n d a n t r é g i o n a l d e p o l i c e ,
à M M . le C olonel c o m m a n d a n t la 1SP R ég io n de g e n d a rm e rie ;
le C o m m issaire d iv isio n n a ire , c h e f d ti serv ice ré g io n a l de la S éc u ­
r i t é p u b liq u e ;
le C o m m issaire divissiourtaire, c h e f d u se rv ic e ré g io n a l des R e n ­
seig n em en ts g é n é ra u x ;
le C o m m issaire d iv isio n n a ire , c h e f du serv iee ré g io n a l d e la Poli-ce
d e sû re té ;
le C h ef de la S ec tio n an n e x e (poiw in s tru c tio n s a n d ire c te u r du
cam p de M é rig n a c ).
J ’ai l ’h o n n e u r d ’a tt ir e r v o tr e a tte n tio n s u r l ’in c id e n t s u iv a n t :
A u cours de la sem ain e d u 7 au 12 ju in c o u ra n t, d e u x 'fa u x g e n ­
d a rm e s se so n t p ré s e n ta s à la m aiso n d ’a r r ê t d ’A gen, acco m p ag n és
de d eu x fa u x d éten u s.
A le u r e n tré e d a n s l a p riso n , ils o n t assom m é d eu x g a rd ie n s e t
lib éré q u a tr e te r ro ris te s .
D es f a i ts de ce g e n re é ta n t su sc e p tib le s de se re n o u v e le r, je
v o u s se ra is obligé de b ie n v o u lo ir d o n n e r des in s tru c tio n s à to u t
le p e rso n n e l so u s vos o rd re s poux q u ’a u cu n e su ite ne s o it donnée
à u n e d em au d e de re m ise ou de lib é ra tio o d ’un d é te n u ou d ’u n
DUCHON
9. ju ille t 1943. — . N o te p o u r M essieurs les directeurs des services
exté rieu rs rela tive à la rédaction des situ a tio n s dé d éten u s 'à trans­
fé re r.
J ’ai c o n sta té à d iv e rse s re p ris e s que la s itu a tio n des d éten u s
à tr a n s f é r e r à le u r d e s tin a tio n p é n a le n ’é ta i t p a s é ta b lie avec to u s
les so in s d ésirab le s.
'C’e st a in s i q u e d es d é te n u s sig n a lé s p a r e rr e u r d a n s nn é ta b lis ­
sem en t, o n t f a i t d é p la c e r d es a g e n ts d ’e sc o rte in u tile m e n t.
J e v ous ra p p e lle q n e c e tte p iè c e ne d o it c o m p o rte r que des r e n ­
se ig n e m e n ts rig o u re u se m e n t e x a c ts.
'
I l c o n v ie n d ra à l ’a v e n ir, afin d ’é v ite r to u te co n fu sio n , de sig n a le r
d a n s la colonne « O b se rv a tio n s » le s d é te n u s fig u ra n t s u r les o rd re s
de se rv ie e et q u i, a u m o m en t où la s itu a tio n e s t dressée,, n ’o n t p a s
en co re é té tr a n s fé r é s .
L e D irecteur de V A d m in istra tio n p én iten tia ire
et des S ervices de l'E d u ca tio n surveillée,
C O N T A N C IN
12 ju ille t 1943, — C i r c u l a i r e à M essieurs les d irecteurs des services
exté rieu rs relative au recensem ent, p o u r les autorités allem andes,
. des d é ten u s ne p o u v a n t être em ployés à des tr a v a u x en dehors
des lie u x de détention.
. J e v ous tr a n s m e ts c i-jo in t, p o u r ex écu tio n , c o p ie 'd e la tra d u c tio n
d ’u n e le ttr e en d a te d u 6 ju ille t d e rn ie r e t p a r laquelle- M. le c h ef
288
GOD E P É N IT E N T IA IR E
1043.
de l ’A dm inistration m ilitaire en France demande le recensement
des condamnés qui ne peuvent être employés à des travaux effectués'
en dehors des lieux de détention.
Vons aurez à mie transm ettre dès que possible les renseignements
dont il s ’agit.
Je précise d ’autre p a rt que';
l n Les condamnés visés par la demande de l'au to rité allemande
sont ceux qui vous paraîtront ne pa9 présenter de garanties suffi*
sautes pour bénéficier d ’une mesure de libération anticipée (libé­
ration conditionnelle, suspension de peine) ou pour faire l ’objet
d ’une affectation à u n chantier de travail.
P a r délégation :
Le Directeur de VAdministration pénitentiaire•
et des Services de VEducation surveillée,
CONTANCIN
*
Le
C h e f d e l ’A d m i n i s t r a t i o n
M ilita ire
en
F ran ce,
ou Ministère de la Justice.
Les services allemands compétents ont l ’intention d ’utiliser la
m ain-d’œuvre des détenus des établissements pénitentiaires, détenus
qui ne peuvent être employés aux travaux extérieurs. Pour la pré­
paration des mesures envisagées, je vous prie de bien vouloir
m ’envoyer une Uste de tous les établissements français des terri­
toires occupés et d u sud de la France avec le nombre arrondi des
détenus, honxnies et femmes séparés.
Dans ces listes, inutile d ’indiquer les petites prisons de province
qui ne groupent que 50 détenus.
En outre, je 'v o u s prie de bien vouloir faire une enquête auprès
des adm inistrations ci-dessus, des deux territoires, afin de savoir
combien d ’ouvriers m étallurgistes spécialistes se trouvent parmi
les détenus et de m 'indiquer séparément le chiffre exact de tour­
neurs, fraiseurs, perceurs, etc...
28
JU IL L E T
289
Sont exclus de ces demandes :
1° Les personnes libérables dans les six mois prochains ;
2° Les détenus communistes
' et anarchistes ;
3" Les détenus ayant tenté l ’évasion ;
4° Les personnes de constitution physique délicate, incapables
d ’assurer la durée au travail ;
5° Tous les contagieux, tels
que tuberculeux,etc...
Je vous prie de bien vouloir
me fa ire parvenir, de toute urgence,
les deux communications, au plus ta rd dans les quinze jours.
Le Chef de VAdministration militaire,
Pour le Militàrbefehlshaber,
2° L'A dm inistration m ilitaire allemande envisage à cet égard une
réorganisation éventuelle du travail pénal à l'in térieu r même de
nos établissements. A <301 effet, il conviendra de nie signaler toutes
les particularités qui vous sembleraient devoir soit faciliter, soit
entraver l ’installation d 'ateliers dans les établissements placés sous
votre autorité et de me transm ettre toutes suggestions utiles sur
cette question.
Il demeure entendu que eoman-e îe note la lettre des autorités
occupantes, le recensement demandé n ’intéresse pas les maisons
d 'a rrê t contenant 50 détenus et au-dessous.
—
Illisible
N o t e d e S e r v i c e pour Messieurs les directeurs
relative à l’élévation, de 2.400 à 5.000 francs, dn taux de Vindenvnité
de services pénibles pour le personnel administratif.
28 juillet 1943. —
Il m ’est agréable de vous adresser, sous ce pli, copie de l'a rrê té
interministériel! en date du 20 juillet 1943, portant de 2.400 à
5.000 francs le taux de l'indem nité de services pénibles, allouée
au personnel adm inistratif des établissements pénitentiaires.
Je serais heureux que cc résu ltat de mes efforts vous apparaisse
comme un témoignage de mon contentement pour le dévouement et
la façon digne d'éloges, avec lesquels, en cette période si difficile,
vous accomplissez votre tâche.
Je souhaiterais que cette modeste amélioration de votre situation
matérielle, incitât de nombreux jeunes gens à se diriger vers une
carrière, cortes bien, souvent astreignante et ingrate, mais qui, néan­
moins, p a r cela, même q u ’elle fa it appel aux qualités de cœur, est
une des plus nobles qui soient.
Le Directeur de VAdministration pénitentiaire
et des Services de l’Education surveillée,
CONTANCIN
ARRÊTÉ
L e G a r d e d e s S c e a u x , M i n i s t r e , s e c r é t a i r e d ’E t a t a l a J u s t i c e
e t l e M i n i s t r e , s e c r é t a i r e d ’E t a t a l ’E c o n o m i e n a t i o n a l e e t
a u x F in a n c e s ,
.
290
291
C O D E P É N IT E N T IA IR E
1 9 4 3 . — 3 0 JU ILL ET
Vu la loi da 31 décembre 1942, p o rtan t fixation dü. budget de
• 1 exercice 1943 ;
6
Il est essentiel qne les services intéressés de la S.N.C.F. soient
avisés suffisamment à l ’avance (48 heures au minimum).
J ’appelle également votre attention sur des incidents qui se
sont produits récemment en raison de ce qne les. individus tran s­
férés transportaient de trop nombreux et trop encombrants bagages
à main. Il convient- donc d ’interdire aux 'détenus transféras d ’em­
p o rter avec eux plus de bagages q u ’ils n ’en, peuvent^ porter euxmêmes. Les bagages antres qne ceux à main devront être expédiés
par chemin do fer, par colis séparés, on renvoyés a la famille dn
condamné si celui-ci le préfère.
Cas envois se feront aux frais des intéressés s ’ils possèdent à
leur pécule des ressources suffisantes. Dans le cas contraire, ils
seront à la charge du Trésor.
Vu I W t é interm inistériel dn 3 av ril 1942, portant création-d ;une
indemnité^ de services pénibles pour le personnel de l'A dm inis­
tration- pem tentiaire et des services de* ï'E ducation A rvefaée
modifie p ar l'a rre te du 19 février 1943;'
Vu Ja toi du 1 " décembre 1940, modifiant l.’article 9 de la loi dn
lo octobre 1919,• ■■■• .
■ '
•
ARRÊTENT : ’
'
;
- ;/ :•
•
;
A r t i c l e PxËMrrai — L e' tro isiè m e paragraphe de l'article 1 " de
1 arrete mtc-MQiriistenPl. du 3 avril 1942, est ainsi modifié •
ô
Le G arde des Sceaux,
M in istre, secrétaire d ’E ta t « la J u stic e ,
P erso n n el a d m in is tra tif :
Commis, Instituteurs, Institutrices, A dm inistrateurs,
Gieffiers-Comptables, Dames-Comptables, Economes, Sous5 000 frs
Directeurs, boas-Dicectrices, Directeurs .........
M
a u k jc e
GABOLDE
A r t . 2. — Le présent arrêté aura effet à compter du 1er avril 1943'.
i a i t a. P a n s, l e '20 juillet 1943. ;
•.
30 juillet 1943. —
L e Garde des S cea u x,
M in istre, secrétaire d ’E t a t à la J u stic e ,
M
a u r ic e
GABOLDE
La M in istre , secrétaire d ’E ta t
a l E conom ie, nationale et a u x F inances,
• Pour lé- Ministre et p a r autorisation,
. .
,
.BRU.NET
.
9 .juillet 1943. —
C i r c u l a i r e à M essieurs lus d irecteu rs des se rv ic e s'
extérieurs -relative■a u . tr a n s fe r t p a r chem in de fe r . a u x places à
reserver- dans les gares de tr a n s it■et a u x colis â m a in p o rtés par
tes déten u s transférés'.
II m ’a, été signalé qne les agents d'escorte,
l î ' T - ?e
* heurtaient parfois
tran sit a cle seneases- difficultés pour obtenir
et .les places qui devraient leur être réservés
correspondance.
chargés des-transdans les gares de
les compartiments
dans les trains de
.Pour éviter le renouvellement de pareils faits, susceptibles de
™ X V f i UKndeat8
voüs
soin, à l ’avenir, d'adresser
au chef de gare auquel doit être romis l'o rd re de réquisition, une
^
T 56 m eU re e n ^ m ^ t ^ -e e ses eollègues des g ares
de tra n sit-p o u r'fa iv e reseiT er >les places nécessaire» d an s1les divers
tra in s de correspondance.
N o t e d e S j s r v i c k p o u r M essieurs les directeurs
relative au classem ent et reclassem ent de m aisons d ’arrêt;
J e vous informe q u ’un arrêté interm inistériel dn 10 juillet 1943
porte classement des maisons d ’arrêt et de correction réouvertes
depuis juillet 1940 et reclassement de certaines maisons d ’arvêt,
de justice et de correction p a r modification an décret du 28 avril 1934.
Ce texte a été publié au Jo u rn a l officiel du 28 juillet 1943, page
1989, auquel je vous invite à vous reporter.
11 appelle, pour le détail d ’exécution, quelques explications com­
plémentaires que vous voudrez bien trouver ei-dessous :
l n Les médecius et les aumôniers des établissemejits qui sont
relevés de classe suivent le sort de la prison dans laquelle ils exer­
cent leurs fonctions : par exemple, le médecin de la maison d ’arrêt
de V e rd u n touchera l ’indemnité allouée-au médecin d'une prison
de .petit effectif de 2e classe.
2" Les médecins et les aumôniers des établissements qui sont
abaisses de classe continueront, m ais à titr e p u re m e n t personnel,
à bénéficier de l ’indemnité qui leur est allouée actuellement. Lors­
qu’ils viendront o cesser leur service, leurs successeurs seront payés
suivant la classe de la prison.
3® Les surveillants-chefs des établissements passant à une classe
supérieure seront rangés dans deux catégories :
' a) ceux qui remplissent les conditions d'ancienneté exigées {2 ans)
pour accéder à la classe supérieure devront m ’être proposés pour,
cet avancement ;
• b ) ceux qui ne remplissent pas actuellement ces conditions d’ancien­
neté conserveront leur situation actuelle jusqu'au jour où ils pour­
ront être proposés pour la classe supérieure.
292
—
CODE PÉ N IT E N T IA IR E
4° Les surveillants-chefs des établissements ramenés à une classe
inférieure conserveront, à titre purem ent personnel, 3e traitem ent
de la classe à laquelle appartient, en vertu du décret du 28 avril 1934,
l ’établissement, qui ne sera rabaissé de classe sur ce point que lors
du départ du titu laire actuel.
Je vons prie de veiller p a r vous-même n l ’exécution de ces dis­
positions, qui prendront effet à compter du 1er août 1943.
Le Directeur de VAdministration pénitentiaire
et des Services de VEducation surveillée,
CONTANCIN
293
3 A o rr
*
L
e
Secréta
du
G
ir e
d
’E
tat
ouvernem ent
,
am ba ssa d eu r. d e
f r a n ç a is
dans
les
F
rance,
't
e r r it o ir e s
délégué
général
o ccu pés,
à Messieurs les préfets de la zone occupée.
J ’ai l ’honneur de vous fa ire connaître q u ’il a été décidé de
considérer comme résultant de l ’occupation, les dépenses exposées
p ar les services pénitentiaires français pour l'exécution d ’incar­
cérations ordonnées p ar les autorités allemandes et de rembourser
les dépenses de l ’espèce au départem ent de la Justice dans les
conditions exposées ci-après. Cette mesure s ’applique à p a rtir du
1er janvier 1942.
*-
pour Messieurs les directeurs des services
extérieurs de la zone occupée relative aux dépense.u* afférentes aux
mesures d'incarcération prescrites par les ,autontés allemandes.
3 août 1943. —
N o te
. D ans ma circulaire n° 3460 du 18 décembre 1042 je vous avais
indiqué q u 'à la demande du M inistère des Finances, tontes les
dépenses en l ’objet devaient être payées sur un compte spécial de
trésorerie, et que je vous adresserais bientôt des instructions à ce
sujet en accord avec le M inistère des Finances,!.
Cos instructions viennent seulement de faire l ’objet-de îa cireulaire n° 209 ^RA du 15 ;j uillet 1943 adressée aux préfets p ar la
délégation generale du Gouvernement français dans les territoires
occupes.
Les dépenses réelles de l ’exercice 1942 prises en compte pour
ee calcul seront celles des chapitres suivants :
Chapitre 17. —■Services extérieurs pénitentiaires, — Traitements.
Chapitre 18. — Services extérieurs pénitentiaires. — Indemnités
fixes.
•..Chapitre 41. — M atériel des établissements pénitentiaires.
Chapitre 42. — E ntretien des détenus.
Chapitre 44. — M atériel automobile et transports.
J e vous eu adresse ci-joint deux copies.
CÎ'' k
e*st préci8e et <ie nc crois pas que vous trouviez,
de difficulté a Rappliquer. Cependant en cas de besoin, vous voudrez
bien m ’en rendre compte.
a
Je vous signale seulement q u ’on cc qui concerne les établissements
I
Le m ontant du remboursement des dépenses eu cause, afférentes
à, l ’exercice 1942, sera obtenu, dans chaque circonscription, en
m ultipliant le nombre de journées de détention d ’individus incar­
cérés sur l ’ordre des autorités allemandes, par le prix de revient
moyen de la journée d ’incarcération qui sera lui-même calculé
d ’après les dépenses réelles de l ’exercice 1942 pour •l ’ensemble
des effectifs incarcérés durant l ’année.
? rGS ,U ayant q'ie des ‘-0,ldamnüS p a r les autorités alle­
m ande^ dans le cas ou les dépenses de ces établissements seraient
‘deja ^entièrement et directement payées p ar le compte « Frais
r " ? ï neS Pai* 1 occupation allemandes», il n ry aurait pas Heu de
modifier cet éta t de choses.
Enfin, j ’attire votre attention sur la nécessité de me fa ire parl e m e n t T ^ T N 63 recél3f sés
c o rre sp o n d a n ts au x re v e re Z
l t
î
s u r ch aq u e c h a p itre p a r le co m p te « F r a i s
en e f f p f i n T
° 7
11 a lle m a n d e » . L es ré c é p issé s m e se ro n t
à ces e h a ^ d to S
^
Î0 r(H abîis^ n i e n t
eré d its.
Le Chef du g Bureau,
GILQUIN
Les -directeurs des établissements pénitentiaires établiront uu
état des sommes à rembourser, calculées comme il vient d 'être
indiqué, q u ’ils adresseront au préfet ; après vérification, ce dernier
en mandatera le montant au nom du Trésorier-payeur général, au
titre du chapitre N° 6 « Exécution des peines prononcées p ar les
autorités allemandes», de la ligne N° 5 «Dépenses diverses résul-'
tant de l ’occupation », du compte 15-60 « F ra is entraînés p ar l ’occu­
pation allemande (année 1943) ».
A l ’appui du m andat sera produit, à titre de justification, l ’état
des sommes a rembourser établi p ar le directeur de l ’établissement
pénitentiaire. Le Trésorier-payeur général fera recette de la somme
mandatée à son profit an compte « Dépeuses des m inistères à
annuler p a r suite de reversements de fonds» ; cette recette sera
justifiée p a r nn ordre de reversement que les préfets délivreront
au titre du même compte et q u ’ils adresseront an Trésorier-payeur
général, en même temps que 3e m andat établi au titre du compte
« F ra is entraînés p ar l ’occupation allemande».
Le récépissé souscrit au compte « Dépenses des m inistères à
294-
C O D E P É N IT E N T IA IR E
annuler p ar suite de reversements de fonds »’ sera-adressé,, p ar le
préfet, à ^adm inistration centrale du Secrétariat d 'E ta t à la
Justice,
*
■À p a rtir de l'exercice 1943, les remboursements porteront sur
les dépenses imputées anx chapitres su iv a n ts:.
Chapitre 17. — Services extérieurs pénitentiaires. — 'Traitements.
Chapitre 1 8 .—'Services extérieurs pénitentiaires. — Indemnités
fixes.
Chapitre 89. — Travaux aux bâtim ents pénitentiaires.
Chapitre 41. — M atériel des établissements pénitentiaires.
C hapitre 42. — E ntretien des détenus. — Remboursements divers
occasionnés p a r le séjour des détenus hors des
!établissements pénitentiaires.
•Chapitre 44. -—M atériel automobile et transports.
En ce «jui concerne les chapitres 17, 18, 41. 42 et 44, les sommes
a, rembourser seront déterminées mensuellement suivant une régie
analogue à celle qui est indiquée ci-dessus pour le calcul des sommes
à rembourser, au titre de î ’aunéo 1942.
Quant au chapitre 39, ne donneront lien à remboursement au
départem ent île la Justice, que les dépenses correspondant à des
travaux, fournitures ou prestations de services qui seraient la
conséquence directe et nécessaire (1) de l'augm entation du nombre
des détenus due aux incarcérations ordonnées par les- autorités
allemandes, les frais normaux d'en tretien dos bâtiments étant en
particulier, exclus.
^ Toutefois, lorsqu’il s ’agira d ’établissements désaffectés ayant dû
etre remis en servcce, on de locaux nouveaux ayant dû être amé­
nagés à l ’usage de prison, les travaux exécutes pour l ’aménagement
et 1 entretien, ta n t immobilier qne mobilier, donneront lieu à rem ­
boursement, que ies ilocaux soient affectés au logement dos détenus
sur ordre allemand ou au logemeut de détenus de- droit commun
évincés de l ’établissement peuitentiaire normalement affecté à leur
séjour p a r suite de la présence, dans cet établissement, de détenus
sur ordre allemand.
Les remboursements intéressant les cliver* chapitres susvisés
seront effectués suivant la procédure fixée ci-dessus pour îe rem ­
boursement des dépenses de l ’année 1942. Un seul état mensuel
pourra etre établi p a r les directeurs des établissements péniten­
tiaires pour .les divers chapitres sur lesquels portent le 3 rembour­
sements, mais ledit état devra comporter l ’indication, par chapitre
des sommes a rembourser.
. ’
. (1) Si des travaux, fournitures ou prestations ne rem plissant pas
ces conditions étaient exigés p a r les autorités allemandes, il con­
viendrait d 'en rendre compte au département des Finances (Direc­
tion de la Comptabilité générale) - Service central des réquisitions
âMem.andes, .avaut d© passer à exécution.
1943. — 7 août
Lorsque les autorités allemandes auront .ordonné des travaux
neufs (constructions.nouvelles, modifications, agrandissements) dans
un établissement pénitentiaire affecté à l ’incarcération de militaires
allemands, il appartiendra au p réfet du siège de la circonscription
intéressée d ’intervenir auprès de l ’intendant de dcstrict, confor­
m ém ent-aux proscriptions dn télégramme N" 151 du département
des Finances en date du 2 octobre 1942, ou vue cl'obtenîr qne l'arm ée
allemande' consente à la prise en charge des dépenses correspon­
dantes, qui pourront adors être imputées directement au compte
35-13 «Paiem ents à im puter p /c réquisitions allemandes», en ta n t
qu’afïérentes à des travaux neufs de logement.et de cantonnement.
Ên cas de refus de prise en charge, il' conviendra de soumettre
.l'affaire, avec toutes précisions utiles, au départem ent des Finances
(Direction de la Comptabilité générale,' Service .central des réqui­
sitions allemandes).
L orsqn’il s'a g ira de travaux intéressant des locaux utilisés par
des membres de l ’armée allemande assurant îa garde des détenus
m ilitaires ou civils, les dépenses seront réglées au titre de la ligne
N° 1 (logement et cantonneraient des troupes) du compte 15-60
« F rais entraînés p a r l ’occupation allemande» à moins qu’il ne
s ’agisse de travaux neufs, pour lesquels devra être suivie la pro­
cédure prévue à l ’alinéa précédent.
*
3*>P
Vous voudrez bien adresser deux exemplaires de la présente
circulaire au Trésorier-payeur général de votre départem ent.
de BBINGN
7 août 1943. — C irg u laih -ü à M essieurs (es d irecteurs des cireom . c rip tio n s p é n iten tia ires rela tive a u x catégories d 'in d ivid u s conâ«m nés à ne p a s inscrire su r les situ a tio n s de quinzaine.
Je vous informe q u ’en principe il n ’v a pins lieu de proposer
dans les situations de quinzainé, en vue de leur transi'èrem ent :
1 “ Les individus condamnés par les sections spéciales de - Cours
d’appel pour crimes ou délits quelconques commis dans le but de
favoriser le terrorisme, le communisme, î'anarchie eu de subversion
sociale on nationale (article 1er de la loi dn 5 juin 1943) ;
. 2n Les individus condamnés p a r le T ribunal' d ’E tat (Sections
de P aris et de Lyon) pour les mêmes faits.
E u cas de diffu-.ultés sur la nature dns condamnations intervenues,
il vous appartiendra de demander toutes précisions utiles à M. le
procureur général près la Cour d ’appel ou-à M. le commissaire du
Gouvernement près le-Tribunal d ’E tat.
296
CO D E P É N IT E N T IA IR E
Si toutefois dos circonstances particulières vous paraissaient jus­
tifier le traiisfèrem ent de condamnés des catégories visées ci-dessus,
vous aurez à me le signaler p a r vm rapport spécial dans lequel
seraieut précises les noms des condamnés, leur nombre, la nature
des condamnations prononcées, ainsi qne l’intérêt que leur évasion
p o u rrait présenter pour les groupements terroristes ou subversifs
auxquels ils peuvent appartenir.
Vous vous m'ettrez en outre, an préalable eD rapport avec l ’auto­
rité préfectorale afin ç!e me proposer, en accord avec, elle, le mode
de transÉerenwnt qui vous p a ra îtra le mieux approprié, ainsi que
les mesures exceptionnelles de surveillance à prendre pour assurer
la sécurité du convoi.
P our les transfèrem ents de condamnés appartenant à d ’autres
catégories que celles visées p a r la présente circulaire, vous devez
rie pas vous borner à inscrire dans la dernière colonne de l ’état de
quinzaine, la simple mention « dangereux », mais indiquer d’une
façon sommaire mais précise les raisons qui justifient des mesures
spéciales de protection au cours du transterem eut.
*
Le' Carde des Sceaux,
Ministre, secrétaire d’Etat fi ht Justicef
M a u ric e
GABOLDE
10 août 1943 —
C i r c u l a i r e à J Ie s s ic n r s les d ire c te u r s d e s se rv ic e s
e x té r ie u r s re la tiv e à Ja s u p p r e s i o n d ît r e m b o u r s e m e n t des f r a i s
d ’e n tr e tie n d e s d é te n u s in ca rcé ré s d a n