ESC Toulouse : achats et échanges internationaux

Commentaires

Transcription

ESC Toulouse : achats et échanges internationaux
LM234_P220-221_Formation
5/12/08
15:17
Page 220
CARRIÈRES
ET FORMATIONS
ESC Toulouse : achats
et échanges
internationaux
Étudiants et professionnels en exercice peuvent
suivre ce mastère spécialisé Logistique, Achats
et Échanges Internationaux afin d’appréhender
l’ensemble des flux de la chaîne logistique.
Repères
Nom : mastère spécialisé
Logistique, Achats
et Échanges internationaux
Date de création : 2 001
Niveau : 3e cycle
Rythme des enseignements :
6 mois de cours (20 heures
par semaine sur 3 jours) + 6
mois (4 mois minimum) de
mission professionnelle en
entreprise
Durée : 12 à 14 mois
Lieu des cours : ESC Toulouse
(20, bd Lascrosses - BP 7 010
- 31068 Toulouse CEDEX 7),
La Défense (locaux
Promotrans) pour Paris
Public : bac + 4, possibilité
de validation des acquis
professionnels si diplôme
de niveau inférieur à bac + 4
avec expérience prof.
Sélection : étude du dossier
et entretien individuel
Effectif par promotion :
environ 30 étudiants
Frais de scolarité : 12 200 €
pour les étudiants, les
demandeurs d’emploi et les
travailleurs indépendants ;
14 200 € en formation
continue (possibilité de prise
en charge par le Fongecif
pour les salariés)
Responsable de la filière :
Christophe Bernard
Téléphone : 05 61 29 49 53
E-mail : [email protected]
Site : www.esctoulouse.fr/go/MS-LAEI
R
épondre à un besoin des
entreprises de la région
Midi-Pyrénées, notamment celles du secteur
aéronautique, et prendre place
sur un créneau déterminant de
la chaîne de valeur de l’entreprise
au sein de l’ESC Toulouse, telles
étaient les motivations de la création en 2001 du mastère spécialisé Logistique,Achats et Échanges
Internationaux (LAEI) à l’issue
d’un partenariat entre l’école et
Promotrans, l’organisme de formation du secteur transport et
logistique : “Ce type de cursus
n’était pas encore très répandu”,
souligne Christophe Bernard (1),
responsable du mastère spécialisé Logistique,Achats et Échanges
Internationaux de l’ ESC Toulouse.“Il a été conçu sur le modèle
anglo-saxon, avec une complémentarité entre le Supply Chain
Management et les achats,
une approche très valorisée
en entreprise.”
Un programme adapté
Aujourd’hui,“l’objectif du mastère LAEI est de former des spécialistes qui,par leur vision et leur maîtrise de l’ensemble des flux de la
chaîne logistique globale, seront
aptes à définir et mettre en œuvre
une politique d’achats, de production et de distribution, ainsi qu’un
système de pilotage de cette politique”, explique Christophe Bernard. Du coup, ce mastère LAEI
est accessible aussi bien aux étudiants qu’aux professionnels en
exercice.Au total,sur une centaine
220 LOGISTIQUES MAGAZINE • DÉCEMBRE 2008 • N° 234-235
Répondre à un besoin des entreprises de la région Midi-Pyrénées.
de postulants, une quarantaine
d’étudiants sont admis et une
trentaine suit finalement le mastère. Les étudiants sont recrutés
à un niveau bac + 4 minimum,
après analyse de dossier et entretien de sélection reposant sur les
motivations des candidats et la
cohérence entre leur formation
initiale et leur projet professionnel.Âgés de 23/24 ans,ils sont en
majorité issus de grandes écoles
(type Iseg ou Ipag),d’écoles d’ingénieurs, d’écoles de commerce
ou de formations universitaires
(gestion,etc.).Les professionnels,
eux,doivent avoir une expérience
minimum de cinq ans dans le secteur de la logistique ou des trans-
carrière. En conséquence, les cours
sont concentrés sur les trois derniers jours de la semaine, du jeudi
au samedi, afin d’être plus accessibles aux professionnels, mais pas
seulement : l’idée, est que ce cursus puisse être suivi en alternance,
ou par des étudiants ayant un
emploi à côté pour financer le coût
élevé de la formation”, précise
Christophe Bernard.Enfin,pour
être accessible au plus grand
nombre, un second cursus similaire a été ouvert cette année, au
mois d’octobre,à Paris.Les cours
se déroulent à La Défense, dans
des locaux mis à disposition par
Promotrans.
Durant leur année,les étudiants
“Ce cursus a été conçu
sur le modèle anglo-saxon,
avec une complémentarité entre
le Supply Chain Management
et les achats”,
CHRISTOPHE BERNARD, RESPONSABLE DU MASTÈRE
SPÉCIALISÉ LOGISTIQUE, ACHATS ET ÉCHANGES
INTERNATIONAUX DE L’ ESC TOULOUSE.
ports,ou au moins être confrontés au quotidien aux
problématiques de ces activités.
“Auparavant, nous avions environ
deux tiers d’étudiants, mais ces
dernières promotions comportaient
autant d’étudiants que de professionnels”,remarque le responsable
du mastère.“Il y a une quinzaine
d’années, il n’existait pas de
diplôme sur ce créneau, ce qui
freine aujourd’hui les professionnels dans la progression de leur
du mastère LAEI doivent suivre
un socle commun de cours, en
début de cursus, avant de choisir une spécialité entre un parcours Supply Chain Management (orienté vers la gestion et
l’optimisation des flux externes),
correspondant à la version “traditionnelle” du mastère spécialisé et conduisant prioritairement vers les métiers de la
logistique et des achats, et un
parcours Stratégie et Gestion
LM234_P220-221_Formation
5/12/08
industrielle (orienté vers la gestion et l’optimisation des flux
internes) tourné vers les métiers
du management industriel.
15:17
Page 221
P R O F I L
Jérôme Basmoreau
Supply Chain Development Manager chez ATR
10 modules
Au total, les étudiants bénéficient de 400 heures d’enseignement articulé autour de 20 modules de 20 heures, quel que soit
le parcours choisi. Le tronc commun est composé de 10 modules :
techniques de management,
enjeux stratégiques de la logistique, Supply Chain Management, management des systèmes
de production, management de
projet, management de la qualité, analyse des coûts industriels,
marketing logistique, technologie de l’information et logistique,
e-logistique, e-achats. Chaque
parcours est également constitué de 10 modules. Pour le parcours Supply Chain Management : outils pour la logistique
(modèles de prévision et recherche opérationnelle), management et stratégie de l’achat,
réglementation et gestion des
échanges, audit, économie du
transport, logistique et systèmes
de transport, ainsi que distribution et entreposage. Pour le parcours Stratégie et Gestion industrielle : outils statistiques, management de projet produits
nouveaux, approche économique de l’industrialisation,
chaîne numérique en conception, prototypage rapide et réalité virtuelle, ERP dans la gestion industrielle, achats et
management industriel, amélioration continue, ainsi que
management industriel et modélisation d’entreprise.
“Tous ces enseignements sont
notamment complétés par des
cours d’anglais des affaires également appliqués à la logistique,
avec deux projets soutenus en
anglais, et des conférences sur des
thèmes transversaux ou sur des
points non directement abordés
au cours du mastère”, complète
Christophe Bernard. Enfin, l’année de formation est émaillée
de visites d’entreprises industrielles et logistiques pour approfondir un thème particulier de
la formation, avec la remise de
“Avoir un profil touche-à-tout plutôt que technique
grâce à une double approche Logistique et Achats”
est en quatrième et
dernière année de son
école de commerce, l’European
Business School à Paris, que
Jérôme Basmoreau décide de
son orientation vers une
spécialisation dans les achats :
“J’avais postulé auprès de
différents mastères et DESS,
mais le mastère spécialisé de
Toulouse m’intéressait particulièrement pour sa double
dimension Logistique et
Achats”, se souvient-il. Une
caractéristique qu’il retrouve
aujourd’hui dans son poste de
Supply Chain Development
Manager chez ATR, groupement d’intérêt économique
(GIE) franco-italien spécialisé
dans la construction aéronautique, détenu à parts égales par
EADS et Alenia Aeronautica.
Tout a commencé par le stage
de fin d’études de six mois en
2006. Le jeune homme est
retenu pour élaborer un tableau
de bord pour le département
Procurement (achats et logistique) du GIE, dont la création
était fortement recommandée
par différents audits : “ Durant
les premiers mois du stages,
j’ai retracé l’ensemble des flux
qui forment un découpage
industriel assez complexe, du
site d’assemblage Airbus de
Saint-Martin du Touch”,
explique-t-il. “Ensuite, il a fallu
définir les bons indicateurs
pour développer un tableau de
bord opérationnel.” Il s’attelle
donc au recensement des diffé-
C’
comptes rendus élaborés en
groupe, et se clôture par un stage
de quatre mois minimum, le plus
souvent six sur une mission d’entreprise. Une fois diplômés, les
étudiants ont accès à de nombreux débouchés, aussi bien dans
les fonctions achats que logis-
CV EXPRESS
Âge : 28 ans.
Salaire : 32 000 € bruts
+ intéressement.
2001-2005 : diplôme de l’European
Business School à Paris.
2005-2006 : mastère spécialisé
Logistique, Achats et Échanges
internationaux.
Depuis décembre 2006 : CDD puis CDI
au poste de Supply Chain Development
Manager chez ATR à Toulouse.
rentes catégories d’achats,
essentiellement de matériels
d’équipement, pour la production d’avions neufs (voilure à
Bordeaux, tronçon à Naples,
etc.), des activités asset et
réparation, ainsi que celles
liées aux moyens généraux.
Le tableau regroupe également
l’ensemble des flux logistiques
liés à ces achats, et leurs coûts
associés.
Ensuite, Jérôme Basmoreau
transforme son essai dans la
Ville Rose, et enchaîne sur un
CDD de neuf mois en
octobre 2007 : “ Ma mission
consistait à élargir le tableau de
bord précédemment élaboré au
cours de mon stage de fin
d’année en y associant de
nouvelles dimensions (suivi
des budgets, mesure de la
performance du service
achats…), afin de disposer
d’un réel outil de pilotage.”
Le jeune homme est finalement
recruté en CDI et se retrouve
également en charge de la
coordination de l’implantation
des normes et exigences
tiques : acheteurs, gestionnaires
des ventes ou des approvisionnements, planification, responsables logistiques, etc. Bon
nombre d’entre eux sont recrutés par des grands groupes et des
PME, plutôt du secteur industriel (où les salaires sont, semble-
qualité, telles que Reach (réglementation européenne sur les
produits chimiques instaurée
en juin 2008), au sein
du département Procurement
(Achats et Logistique).
Pour les prochaines étapes
de sa carrière, Jérôme Basmoreau envisage une dimension
plus transversale, vers l’audit
ou le conseil, par exemple.
“Les métiers de l’audit
et du conseil m’intéressent
fortement de par leur dimension transversale et
stratégique. L’esprit d’analyse,
de synthèse et la rigueur que
ces métiers requièrent, m’attirent particulièrement.” Il
compte aussi, à plus long
terme, repartir à l’étranger,
après deux expériences en
Angleterre et en Allemagne en
troisième année de l’EBS.
“Acquérir une expérience
internationale sera de plus en
plus incontournable pour les
managers, comme l’Anglais il y
a 15 ans”, estime-t-il.
V.G.
t-il, plus attractifs), mais également chez les prestataires logistiques et dans le conseil.
Virginie Grolleau
(1) Christophe Bernard est également professeur et responsable du pôle Organisation industrielle, Logistique et Technologie du groupe
ESC Toulouse.
N° 234-235 • DÉCEMBRE 2008 • LOGISTIQUES MAGAZINE
221

Documents pareils