Recherche en travail social et approches

Commentaires

Transcription

Recherche en travail social et approches
Revue de « recherches en travail social » paraissant trois fois par an, plus un hors-série annuel
Elle est publiée par l’IRTS (Institut régional du travail social) du Languedoc-Roussillon. Associé à Buc Ressources (Yvelines),
l’EESTS de Lille, l’ESTES de Strasbourg, le GIRFAS Bretagne, l’IREIS Rhône-Alpes, et les IRTS de Basse-Normandie, de
Champagne-Ardenne, Ile-de-France Montrouge/Neuilly-sur-Marne, de Nord-Pas-de-Calais, de PACA et Corse, de PoitouCharentes et de La Réunion ; et de Instituto superior de serviço social do Porto (Portugal). En partenariat avec les
établissements gestionnaires : ADSSEAD, ANAJI, La maison des enfants et La Sauvegarde du Nord.
Revue classée Interface en Sciences de l’éducation (AERES)
Appel à auteurs (hors-série) : Recherche en travail social et approches
plurielles. Comment penser les tensions et les articulations ?
Depuis plusieurs années, Le Sociographe œuvre à une recherche qui analyse les écarts et les articulations entre des réalités sociales de sujets, des pratiques de professionnels institués et des prescriptions politiques institutionnalisées dans le champ du travail social. Nous proposons ici d’interroger trois axes : l’articulation d’une histoire de la recherche en travail social avec un devenir en construction ; les objets, les terrains, les méthodologies, les postures, ainsi que les transferts provoqués par les différents types de recherches ; le sens et l’usage de la publication et de la communication de la recherche en travail social. En premier lieu, la structuration de la recherche en travail social doit être interrogée. Comment organiser et transmettre le désir de connaissance notamment dans les formations en travail social tout en tenant compte du travail d’acteurs historiques ? Il existe, aujourd’hui, de nombreuses institutions de recherche (CNRS, université, CNAM, écoles de formation professionnelle, associations de chercheurs, etc.) et la recherche en travail social s’élabore en particulier dans la création des futures Hautes écoles professionnelles en action sociale et de santé. Dans une perspective complémentaire, comment se confrontent et s’articulent ces organisations, ceci en vue d’une recherche qui respecte la pluralité des approches et des chercheurs, ainsi que la multiréférentialité au sein même des institutions du travail social et de la formation ? Comment la hiérarchie des fonctions et des statuts détermine‐t‐elle aussi les objets de recherche, les méthodes, les financements, les intérêts et les destinataires ? Ensuite, vouloir élaborer une recherche en travail social, c’est organiser un champ de recherche. Or, quel est celui du travail social ? La question sociale, le lien social, la cohésion sociale, les pauvres, les personnes handicapées, etc.? Les « objets » du travail social ne sont‐ils pas dès lors une pensée de la conflictualité et des articulations entre le dedans et dehors, eux et nous, centre et périphérie, femme et homme, jeune et vieux, malade et sain, normal et pathologique, riche et pauvre, travailleur social et usager, professionnel et formateur, chercheur et praticien ? Qu’ils soient issus du travail social ou non, les chercheurs et formateurs‐
chercheurs acceptent‐ils de se remettre en question dans le choix et la manière d’aborder leurs objets de recherche? Acceptent‐ils l’incertitude, la rupture épistémologique, l’autoréflexivité, l’expérimentation, l’implication dans l’apprentissage de la recherche collective ? Méthodologiquement, c’est accepter de mettre en tension des approches quantitatives et qualitatives, des démarches inductives et hypothético‐déductives, des postures d’explication et de compréhension, cette confrontation pouvant amener à une dynamique de la pensée dans des espaces tiers de réflexivité où le débat démocratique nourrit la recherche en créant de nouvelles postures, méthodologies et objet. Le travail social – travail avec l’humain – reste un terrain de recherche qui nécessite de partir des situations, des expériences, des témoignages de l’ensemble des acteurs concernés. Les chercheurs peuvent‐ils exister sans écritures, publications et communications ? Pourquoi et pour qui écrit‐on un article, un témoignage, un ouvrage ? La communauté scientifique ? L’institution ? Les financeurs ? Qui communique les résultats d’une recherche ? Comment les traduit‐on aux politiques et aux institutionnels mais aussi aux étudiants et aux professionnels, voire aux personnes bénéficiaires du travail social ? Qui, en fin de compte, dans le milieu du travail social et ailleurs, lit ces publications ? Dans l’articulation entre recherche, formation et pratique professionnelle, comment en fait‐on sens ? > Dépôt des manuscrits jusqu’au 1er décembre 2013, sur le mail : [email protected]
Suite des indications, p. 2
> Manuscrit remis sur fichier informatique (Word) de 30.000 à 60.000 signes maximum. Les autres recommandations sont sur le site du
Sociographe www.lesociographe.org
> Tout manuscrit est signé par un ou des auteurs physiques (pas de personnes morales). En cas de co-auteurs, nécessité d’avoir un seul
contact pour la rédaction (ils seront présentés dans la publication par ordre alphabétique).
> Les manuscrits et autres documents remis le sont à titre gracieux. Tout fichier proposé suppose l’autorisation par l’auteur d’une mise en
ligne possible sur Internet.
> Calendrier :
Dépôt des manuscrits : jusqu’au 1er décembre 2013
Parution : Hors-série n°7, courant 2014
(Après parution, rencontre entre auteurs et lecteurs du numéro)
> Contacts :
. Hors-série co-dirigé par Catherine Tourrilhes : [email protected] (Membre du Comité de rédaction, IRTS Champagne-Ardenne)
. Direction des hors-séries du Sociographe : Corinne Chaput ([email protected]) et Nadia Veyrié ([email protected])
> Orientations du Sociographe : …travailler les articulations entre réalités sociales, pratiques
professionnelles et prescriptions politiques du « travail social »… (extraits)
Le sociographe. 1011, rue du pont de Lavérune. CS 70022. F-34077 Montpellier cedex 3. 04 67 07 82 73 / www.lesociographe.org

Documents pareils