Lesanciensélèvesréclamentunreport

Commentaires

Transcription

Lesanciensélèvesréclamentunreport
PAYS : France
RUBRIQUE : France
PAGE(S) : 4
DIFFUSION : 125172
SURFACE : 18 %
JOURNALISTE : M.-C. C
PERIODICITE : Quotidien
27 mai 2016 - N°22200
FRANCE
Lesanciensélèvesréclamentunreport
compris les anciens élèves, indique
desoncôtéleprésidentdelaChambre de commerce et
de
Paris Ile -de-France, Jean-Paul Vermès. Mais « on ne va pas dire :
a
une idée, dites-nous si vous en avez
une
», poursuit-il, en demandant
laisse à la Chambre le
temps de trouver « un consensus
efficace pour que le résultat soit
acceptable et accepté par toutes les
parties ».
Le président
de
tion des anciens élèves
Europe, Arnaud
Nourry refuse une décision
qui serait « prise à la hâte ».
l’Associa-
d’industrie
d’ESCP
« Le projet me paraît assez curieusement engagé de travers
», pose
Arnaud Nourry, dans un
entretien
aux « Echos ». Le PDG
Livre est à la tête de
des anciens élèves
Europe, une communauté
de « 40.000 personnes
qui ont
financé leur accès à un diplôme de
grande valeur et qui verraient
très mauvais
que, pour des raisons comptables, ESCP Europe se
mette sur un marché totalement différent avec la même marque ».
Son « désaccord » avecleprojetde
rapprochemententreESCPEurope
et Nov a ncia
p o rte sur «l a
méthode ». « Cela me paraît insensé,
au nom de je ne sais quelle logique
comptable, de lancer un projet qui
bouleverse complètement la géographie
Europe et évidemment
celle de Novancia, avec des conséquences sociales, pédagogiques,
financières que je
pas vu analyséesde manière sérieuse ».
Arnaud Nourry vient
une lettre en ce sens aux anciens
“On
autre’’
qu’on
d’emblée
d’Hachette
l’association
d’ESCP
Préserver
l’image
œil
n’ai
d’adresser
élèves.Ilregrettequeceux-cin’aient
pasétéassociésauxdécisions,malgré ses « demandes répétées » : « Je
de marque
d’ESCP
d’un
d’ESCP
l’image
Inquiets, les anciens élèves
Europe veulent « préserver
de marque » de leur école, faire en
« aucuneconfusion
de diplôme » et que « la pérennité
financière et pédagogique de
ne soit pas mise en péril ». Sans se
dire opposé au projet, mais faute
connaître
« les détails
»,
Arnaud Nourry réclame « le report
desonexamen »,prévudébutjuillet.
Pour éviter une décision qui serait
« prise à la hâte ». Au contraire, un
report, assure-t-il, permettrait
que
la décision soit « assumée par la
nouvelle équipe qui sortira des élections de novembre prochain » àla
CCIR. « Onnefaitpasdesopérations
de fusion-absorption
en quatre
semaines quand il
a aucun dossier ficelé, ajoute-t-il, cela
franchement pas de sens. »
sortequ’iln’yait
l’école
Arnaud
Nourry est PDG
Livre. Photo Bruno
d’Hachette
Delessard/« Challenges »-RÉA
ne peux pas laisser entendre que
serait partie prenante
»,
indique-t-il.
Une réponse aux propos du directeur général de l'école,
Frank Bournois, qui assure pourtant que le projet « se travaille en
grande intelligence avec toutes les
parties
prenantes
» dont « les
anciensélèves ».« Toutlemondesera
consulté en temps et en heure »,y
l’association
deceprojet-là,carcen’estpaslecas
d’en
n’y
n’a
—
M.-C. C.
Tous droits de reproduction réservés

Documents pareils