Làestlaquestion.îr

Commentaires

Transcription

Làestlaquestion.îr
PAYS :France
DIFFUSION :355378
PAGE(S) :95,96
SURFACE :157 %
PERIODICITE :Mensuel
1 novembre 2016 - N°516
i
I
jf
„
VSti
;
1
Làestlaquestion.
îr
Par Emmanuelle
Lannes. Photo Bruno Juminer.
Réalisation
visuelle Dominique
Évêque
Tous droits de reproduction réservés
PAYS :France
DIFFUSION :355378
PAGE(S) :95,96
SURFACE :157 %
PERIODICITE :Mensuel
1 novembre 2016 - N°516
i»
LAREPONSE
Deux ans de laser pour
venir à bout de deux heures
de tatouage, ça mérite
réflexion. Mais si on veut
malgré tout se lancer,
nos conseils pour ne pas
le regretter.
SE MÉFIER DES ENVIES
SOUDAINES
Le pari lancé après une
sortie arrosée,le coup de
foudre et le tatouage main
dans la main, le voyage
exotique où l'on s'emballe ... le Dr Adda en voit
tous lesjours : «30 %
de mes patientes sont
tatouées depuis six mois
et détestent cegrigri mal
fait sur lapeau, 40 %
trouvent que leur tatouage
vieillit mal et fait sale, et
30 % arrivent en panique
parce que leur employeur
ne l'accepte pas. C'est
leur tatouage ou le job. »
ECOUTER LES PROS
Si, malgré tout, on veut
un tatouage, on respecte quelques règles
de bon sens:
• La première fois, mieux
vaut éviter les parties
«visibles » telles que les
mains, le cou, le visage.
• Un tatoueur digne de ce
nom refuse les messages
politiques.
• Si on estmineure, on
passeson chemin. Ça évite
le coup de tête et les
regrets. L'âgeidéal ?26 ans.
Les tatoueurs estiment
que notre personnalité
està peu près construite
àcet âge-là.
• Dans 99 % descas,le
tatoueur propose SON
dessin à partir du vôtre.
C'est plus sûr. Et il doit
systématiquement nous
conseiller de réfléchir.
D'où la nécessité d'un
premier rendez-vous, où
on ne fera qu'en parler.
Et autant le savoir : un
dessin très concentré,
comme celui d'une rose,
est plus difficile à effacer
qu'un serpent qui court
surl'avant-bras.
SI ON VEUT L'EFFACER
Un tatouage, c'est de
l'encre concentrée sous la
peau. Quand on précise
qu'il faut au minimum dix
séancesde laser entre 100 €
et 150€laséance pour
l'enlever, çarafraîchit les
esprits plus vite qu'un seau
de glace. Sinon, voilà
comment ça sepasse:
• Le laser Revlite tente
d'éclaircirles pigments au
fil des séances,la couleur
bleue étant la plus tenace.
Il agit comme un marteau
sur une pierre, en cassant
à chaque séancele motif.
Les débris seront «digérés»
par lesglobules blancs.
•Au fil desjours, les
contours du motif réapparaissent. Donc ? On
recommence àla séance
suivante et ainsi de suite
jusqu'à ce qu'il ne reste
plus rien. Dans 20 % des
cas,il subsistera quand
même une ombre.
• Le suivi après-laser est
essentiel. On avu des
catastrophes après des
séancesmal faites ou sans
encadrement. Le détatouage est un acte médical
avec prescription d'une
crème antidouleur avant
et interdiction totale,
un mois avant et un mois
après, de prendre le soleil
et même d'utiliser de
l'autobronzant. Les rougeurs ou picotements provoqués peuvent être
apaisésavecune noisette
de vaseline. Toutes ces
consignes doivent s'appliquer au long terme, sur les
dix séances. •
Merci au Dr Jean-Marc Adda, du
Centre médical esthétique de Boulogne, [email protected]
et
à Romain, handinglovetattoo.com.
Tous droits de reproduction réservés