de la SMAM - math

Commentaires

Transcription

de la SMAM - math
Le journal des adhérents de la MATH et de PRÉVARIS Prévoyance
N°20 - MAI 2007
HO M M AG E S ET R EMER CIEMENTS
Des entrepreneurs dans l’âme…
de la SMAM
CLINIQUES SMAM : LE NOUVEAU PÔLE D'EXCELLENCE EN OPHTALMOLOGIE !
ASSURANCE ET PATRIMOINE : ASSUREZ LE REMBOURSEMENT DE VOS EMPRUNTS
REPÈRES ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX
M AT H - P R É VA R I S L E M A G - N ° 2 0
SOMMAIRE
AC T UA LIT ÉS
p. 3 à 7
LA VIE DU GROUPE
Des entrepreneurs dans l'âme...
de la SMAM
Merci
De façon exceptionnelle, nous avons voulu rendre hommage
à deux hommes qui laissent une empreinte forte dans l’histoire
de la SMAM : Roland VERRON, Président de SMAM Mutuelle
et Jeanick Alain BROTHIER, Directeur Général du Groupe SMAM.
L’un et l’autre remettront le mandat de leurs fonctions
le 29 juin prochain, lors de l’Assemblée Générale de la SMAM.
Les quelques pages que nous leur consacrons ne suffisent pas
à relater l’ampleur de leur travail et de leur investissement
à votre service. Nous tenions à les en remercier en votre
nom, vous les adhérents, les délégués et membres du Conseil
d'administration, vous tous les salariés et partenaires
du Groupe SMAM.
Jean-Marc SIMON
Philippe DESCATEAUX
Alain TRÉTON
Directeur
Branche Assurance
Vice-président du
Conseil d’Administration
Directeur
Branche Santé
Pierre PLET
François GARCIA
Claude THOMAS
Président
ANDAC Association
Président
GIRPE
Président
MATH
A SSU RA NC E V I E
p. 8 et 9
Assurez le remboursement
de vos emprunts
Ne soyez pas "emprunté"
avec votre banque
Comparez et analysez
les garanties et les tarifs
Les garanties à souscrire
pour être bien protégé
PÔLE SA NT É
p. 10 et 11
Cliniques ARC en CIEL
L'arc atlantique
rejoint l'Espagne !
REPÈRES UTILES
Mise à jour le 15 avril 2007
p.11
Repères économiques
et sociaux
Bernard DRAULT
Philippe BAUDINIÈRE
Yves AUGIS
Président
ANDAC Gestion
Directeur
SMAM Courtage
Directeur
SMAM Prévoyance
Gilles LEGROS
François MATTON
Philippe PILON
Directeur
MATH-PRÉVARIS
Directeur
MBA
Représentant
du personnel
SMAM mutuelle
45-49, avenue Jean Moulin
17034 La Rochelle Cedex 1
Mutuelle régie par le livre II du code de la mutualité,
immatriculée au registre national des mutuelles sous le n° 781337266
2
Représentant légal : Roland Verron
Directeur de la publication : Jeanick Alain Brothier
Conception/réalisation : Agence MBA
Impression : Imprimerie Nouvelle
Crédits photos : Digital vision, PhotoAlto, itstock free,
N° ISSN 1629-3789 - Dépôt légal avril 2007.
AC T UA LI T ÉS
LA VIE DU GROUPE SMAM
HOMMAGES ET REMERCIEMENTS
Des entrepreneurs dans l’âme…
de la SMAM
Vous arriverez le 29 juin prochain au terme de votre mandat
de Président de SMAM MUTUELLE, Monsieur VERRON, et vous
Monsieur BROTHIER, de votre mandat de Directeur Général
du Groupe SMAM.
Quel est votre sentiment en ce moment particulier ?
R. VERRON. J’ai partagé un bout de l’Histoire de la SMAM. Avec
Jeanick Alain BROTHIER, nous avons pris de multiples décisions,
parfois délicates, difficiles. Mais il y a toujours eu entre nous une
entente parfaite, une grande estime. Je crois que cette entente nous
a permis de faire ce qu’il fallait faire pour le bien des adhérents. C’est
ça le sentiment que j’éprouve en ce moment particulier : nous avons
fait ce qu’il fallait faire, en respectant nos valeurs.
J.A. BROTHIER. Vous savez, l’une des missions historiques de la Société
Mutualiste des Arts et Métiers, à La Rochelle, était de conduire les
sociétaires jusqu’à leur dernière demeure, c’était un engagement. Et
jusque dans les années 60, tous les sociétaires qui n’assistaient pas aux
obsèques étaient mis à l’amende, ils payaient une pénalité. Par ailleurs,
les adhérents confiaient à la SMAM le soin d’entretenir leur sépulture.
Lorsque j’ai pris mes fonctions en 1980, il y avait encore quelques centaines
de sépultures à entretenir. Une personne était dédiée à cet entretien.
C’est quelque chose d’assez exceptionnel et de symbolique, qui illustre
bien l’esprit de solidarité et de secours mutuel qui anime la SMAM.
Pour perpétuer cet esprit, chaque année, jusqu’au début des années
2000, les membres du Conseil d’administration étaient invités au cimetière
pour rendre hommage aux adhérents en se recueillant sur la tombe de
chacun des Présidents qui les avait représentés. Nous appelions cela la
fête du souvenir des Présidents. Encore aujourd’hui, toutes les tombes
des Présidents sont fleuries à l’occasion de ce jour particulier.
Dès lors, si nous éprouvons un
sentiment à quitter les fonctions
que nous avons exercées
pendant tant d’années : c’est un
sentiment fort d’appartenance,
d’attachement, qui emporte la
nostalgie passagère de ce que
nous avons fait et de ce que nous
avons été.
3
AC TUA LI T ÉS
LA VIE DU GROUPE SMAM
Roland VERRON
Né en Anjou le 1er avril 1926. Adhérent à la Mutuelle des Arts et Métiers depuis la fin des années
50, Roland VERRON réside et travaille alors à Angers, ville berceau de sa famille. Il s’installe en
1965 à La Rochelle en qualité d’artisan fleuriste. Son entreprise, "Fleur d’Aunis", face au marché,
devient vite la référence de ce qui se fait de mieux en matière de composition florale : il est
"l’artiste fleuriste" de La Rochelle. Il emploie jusqu’à 9 salariés pour satisfaire ses commandes et
bien servir ses Clients. Entrepreneur et commerçant dans l’âme, toujours soucieux d’apporter
une plus-value de service à ses Clients, il participe à la formation et au développement de
l’enseigne INTERFLORA, dont il est le responsable régional. Il assume plusieurs mandats
professionnels et emporte toujours, avec modestie et réserve, la reconnaissance de ses pairs.
Fidèle à la SMAM, il est élu au Conseil d’administration le 13 décembre 1977, il en prend la
Présidence le 6 mai 1997.
Monsieur VERRON, les valeurs portées par la SMAM depuis
1834, dont vous êtes le garant, semblent toujours aussi
modernes, actuelles, universelles. Pourtant, elles doivent
nécessairement s’adapter à l’évolution des modes de vie et des
mentalités.
Y-a-t’il un secret, une méthode pour transmettre
et faire perdurer ces valeurs ?
R. VERRON. L’universalité des valeurs mutualistes est portée au quotidien
par le service et la satisfaction de l’adhérent. Le mutualisme, la liberté et
la solidarité sont ainsi synonymes d’engagement et de développement
responsable. Plus que toute autre forme d’entreprise, nous devons faire
preuve d’efficacité et de performance dans ce que nous entreprenons
au service des adhérents.
C’est la meilleure garantie de la pertinence de nos actions, c’est aussi
le bon moyen de transmettre nos valeurs.
Monsieur BROTHIER, après 27 années d’engagement
et de direction opérationnelle de la SMAM, votre bilan est
salué par tous. Pourtant, l’entreprise dont on vous a confié
la direction générale en 1980 n’était pas en "bon état".
Le défi n’était pas simple.
Qu’est-ce qui vous a porté, qu’est-ce qui a motivé
le projet d’entreprise que vous avez mis en œuvre ?
Il y avait aussi autour de moi des hommes qui, à l’image de Roland
VERRON, ont été de vrais amis. Robert LAPARADE, 1er vice-président
de la mutuelle, a été un homme clé. Il était mareyeur et président du
syndicat national de la pêche. Son beau-frère, Jacques ARNAUDET nous
est encore essentiel. Nous avons eu aussi un trésorier exceptionnel,
Georges BITEAU. Il était l’homme de l’ombre, des chiffres et du droit : il était
toujours présent, opérationnel et excellent technicien. Le prédécesseur
de Roland VERRON, Georges VERNADE, lui aussi a joué un rôle important.
Bien d’autres encore mériteraient d’être cités…et notamment tous les
hommes et les femmes de bonne volonté qui ont travaillé et qui travaillent
encore chaque jour au service des adhérents.
Ces hommes ont compris ce que nous étions en train de faire, ils
avaient une notion de la responsabilité. Car la SMAM apportait déjà
un complément à la sécurité sociale, une "réparation matérielle de
la maladie", qui était indispensable. Si il n’y avait pas eu la mutuelle,
beaucoup de familles auraient arrêté de se soigner ou ne se seraient
pas soignées convenablement. Et pouvoir se soigner me paraissait être,
avant tout, un minimum, un droit essentiel pour chacun d’entre nous.
Il fallait pouvoir se soigner vite et recouvrer pleinement une bonne
santé. La santé est aussi un attribut de la liberté.
Le hasard que vous évoquiez a rejoint la nécessité ?
J.A. BROTHIER. Qu’est-ce qui a dessiné notre projet d’entreprise ?
Probablement le hasard !
J.A. BROTHIER. Cette idée de répondre à la nécessité a motivé l’action
et le projet d’entreprise. C’est ce qui nous avait amenés à créer très
tôt une commission sociale pour les défavorisés, c’est-à-dire ceux qui
n’avaient pas la possibilité matérielle de se soigner. Nous prenions en
charge les frais de santé auxquels ils ne pouvaient pas pourvoir.
D’autant plus que lorsque que j’ai pris la direction de la SMAM, il y avait
effectivement de grosses difficultés. Nous avons donc tout de suite
été confrontés à une obligation de résultat. C’est dans cette difficulté
que la SMAM a trouvé de nouvelles voies de développement et que
moi-même, j’ai trouvé la mienne.
Un réseau national
de courtiers
Le développement du Groupe SMAM sur le territoire
national passe par le partage des compétences. Il s’exprime
grâce au courtage.
La SMAM est l’un des premiers groupes mutualistes indépendants à
diffuser ses produits par un réseau de courtiers. Forte d’un partenariat de
plus de 20 ans, elle dispose aujourd’hui au travers de ses filiales ANDAC et
SMAM Courtage d’un réseau d’environ 2 700 courtiers et agents généraux.
Ils conseillent et guident chaque adhérent vers des solutions personnalisées,
adaptées à leurs besoins. Le très fort ancrage régional ou local de ces différents
partenaires garantit une plus grande disponibilité, un service de proximité au
plus près des adhérents.
4
Passation de pouvoirs
AC T UALI T ÉS
comment ça va se passer ?
LA VIE DU GROUPE SMAM
Le Président Roland VERRON présentera sa démission
à l’Assemblée Générale de la SMAM qui se tiendra le 29
juin 2007. Son successeur sera nommé à l’occasion de
cette assemblée. La passation de pouvoir se fera le même
jour. Roland VERRON conservera la présidence de cette
dernière assemblée, jusqu’à son terme. Jeanick Alain
BROTHIER rendra lui aussi officiellement son mandat
de Directeur Général, lors de cette assemblée.
Une nouvelle équipe dirigeante sera alors
nommée.
La salle du Conseil.
Les outils de travail
extrêmement
performants de la
SMAM participent
aussi à son
développement...
Comment passe-t-on d’une mutuelle régionale à un
groupe constitué d’un réseau national de distribution, de
filiales spécialisées en produits d’assurances de personnes
destinés aux particuliers et aux professionnels, d’un pôle
santé composé de 8 établissements, etc. ?
J.A. BROTHIER. Ensuite la SMAM s’est adossée sur le réseau national
des courtiers pour étendre la diffusion de ses solutions d’assurance
santé à l’ensemble du territoire. Nous avons ainsi connu une forte
croissance de nos activités et du nombre de nos adhérents. (ndlr : voir
tableau d’évolution des adhérents de la SMAM ci-dessous)
Et c’est naturellement que notre offre s’est enrichie d’une gamme
d’assurances de personnes destinées aux particuliers et aux professionnels.
Il s’agissait, là encore, de répondre de façon professionnelle, avec nos
valeurs, aux besoins de protection exprimés par nos adhérents.
R. VERRON. Avant d’être une mutuelle régionale, la SMAM était une
mutuelle locale, qui réunissait des corps de métiers. Pour passer à un
stade départemental il a fallu fusionner "les Arts et Métiers" avec d’autres
mutuelles locales, dont celles de Royan, de Marans et de Pons. Nous
avons ainsi ouvert un bureau à Saintes. Puis nous avons investi les
autres départements de notre région en ouvrant des bureaux à Niort
et à Angoulême notamment, avec des tarifs adaptés, selon plusieurs
critères. C’est ainsi que nous avons conquis une dimension et une
reconnaissance régionales.
Nous avions pressenti ce développement, car dès 1985, nous avons
inscrit dans nos statuts sociaux que le champ d’action de la SMAM
pouvait être national, voir international. Le récent développement en
Espagne du pôle cliniques du Groupe SMAM fait aujourd’hui de ce
pressentiment, une réalité objective.
200 000
192 182
Évolution du nombre de personnes
protégées par la SMAM depuis 1981
175 000
152 970
150 000
138 110
127 472
136 319
118
157
121 107
128 046
126 699
125 794
123 043
118 324
125 000
109 973
100 000
87 739
75 000
67 590
58 425
51 547
50 000
ER
07
06
20
20
04
03
05
20
20
20
01
00
99
98
02
20
20
20
19
19
96
95
97
19
19
19
93
92
91
94
19
19
19
90
AU 1
19
19
88
89
19
19
87
29 327 30 032
19
86
85
25 929
19
84
19 557
19
82
15 929 18 370
19
19
81
10 068 9 792
19
25 000
83
42 205
19
NOMBRE DE PERSONNES PROTÉGÉES
219 936
JANVIER DE CHAQUE ANNÉE
5
AC TUA LI T ÉS
LA VIE DU GROUPE SMAM
Jeanick Alain BROTHIER
Jeanick Alain BROTHIER a commencé sa carrière à la Sécurité Sociale. Rattaché au service
d’inspection des organismes de travailleurs indépendants, il contrôlait, notamment, la société
des Arts et Métiers. Cette société, délégataire d’une mission de service public, souffrait de
graves difficultés. Elle risquait d’être déconventionnée. Georges VERNADE, alors membre du
Conseil d’administration a proposé de recruter celui qui constatait ces difficultés, considérant
qu’il était le plus à même de les corriger. Le 1er avril 1980, Jeanick Alain BROTHIER était
nommé Directeur de la SMAM. Il s’est immédiatement attelé à la tâche. Ses qualités de
gestionnaire, de professionnel de l’assurance et surtout d’entrepreneur ont permis à la
SMAM de connaître une croissance exceptionnelle, jusqu’à former, en 25 ans, un Groupe fort
de plus de 200 000 personnes protégées, pour un chiffre d’affaires global 2006, toutes activités
confondues, de 180 millions d’euros.
Justement, ce pôle cliniques qui se développe à grande
vitesse au sein du Groupe est un investissement stratégique
important : pouvez-vous nous en dire plus ?
La constitution de ce pôle est une déclinaison logique du métier de la
SMAM. Notre parfaite connaissance du secteur et du marché conforte
cette coopération constructive entre des établissements de soins et
un organisme payeur.
Ce pôle constitue aussi un réel investissement pour l’avenir des
établissements de santé. Ces dernières années, nous avons investi
plus de vingt millions d’euros dans la construction et la modernisation
des cliniques. Cet investissement garantit un libre choix d’accès aux
soins, il maintient une offre de soins sécurisée au sein des territoires,
il contribue aussi à dynamiser l’économie locale, il pérennise des
bassins d’emplois et d’activités…
Nous sommes toujours dans la même logique de service et de qualité,
avec un rôle social et citoyen qui s’affirme, au cas particulier des
cliniques, de façon plus visible.
Quel est le facteur clé de succès
d’une telle entreprise ?
J.A. BROTHIER. Nous sommes passés d’une entreprise humaniste
de solidarité et d’entraide locale à un groupe mutualiste national qui
inscrit nécessairement son action dans un marché.
Mais le facteur clé de succès réside certainement, encore aujourd’hui, dans
le respect des valeurs portées par les entrepreneurs de la SMAM.
Ces derniers ont souvent eu une vision d’avance. Pour cela il ont
observé le monde tel qu’il est et essayé d’y agir, par anticipation de
ce qu’il deviendra.
Ainsi, nous avons très vite identifié que nous devions étoffer notre
offre de services, car si nos adhérents ne trouvaient pas une réponse
complète et professionnelle à leurs différents besoins de protection,
nous allions les perdre.
L’idée a été de servir chaque adhérent le plus tôt possible et de
l’accompagner le plus tard possible : du commencement de sa vie,
jusqu’à son décès, et même au-delà, car nous participons aujourd’hui
à l’organisation de la transmission de son patrimoine.
Les présidents de la SMAM
depuis l'origine
Le souci majeur de
chacun d'eux a toujours
été de rassembler des
hommes et des femmes
de toutes tendances
sous une seule et même
bannière.
L'actuel siège social
de la SMAM
6
M. POIRIER
M. BATY
1835 - 1835
1835
M. MOUNIER
1835 - 1836
M. GUILBEAU
1836 - 1840
M. BATY
1840 - 1851
M. B. REVOL
1851 - 1872
M. F. REVOL
1872 - 1879
M. LIE
1879 - 1889
M. F. REVOL
1889 - 1901
M. E. REVOL
1901 - 1902
M. LANQUETEAU
1902 - 1914
M. DENIS
1914 - 1922
M. GRASSELY
1922 - 1930
M. LOGEAIS
1930 - 1962
M. COPPENS
1962 - 1977
M. GERBAUD
1977 - 1978
M. ERAULT
1978 - 1982
M. VERNADE
1982 - 1997
M. VERRON
1997...
AC T UALI T ÉS
LA VIE DU GROUPE SMAM
COMPIÈGNE
La rencontre de J.A. BROTHIER avec P. BAUDINIERE (1) et B. DRAULT (2) a été déterminante.
Elle a permis la première alliance d'une mutuelle, la SMAM, avec le réseau national du
courtage. SMAM COURTAGE (Anciennement CAPAS ASSURANCES) et ANDAC GESTION
font partie des cabinets "fleurons" du courtage français.Ils sont aujourd'hui des filiales du
Groupe SMAM. Ils animent un réseau de 2 700 courtiers et agents généraux qui participent
activement à son essor.
(1) Directeur SMAM COURTAGE. (2) Président ANDAC GESTION.
PARIS
LAVA
A L
TOURS
ANGERS
Nous avons ainsi essayé d’apporter une protection personnalisée, à
chacun de nos adhérents, à chaque étape de leur vie.
Le développement des assurances de personnes s’est inscrit
naturellement dans cette démarche. L’acquisition d’établissements
de soins aussi.
Et, dans ce schéma, le "bien-être" prend déjà une place forte.
Réparer le préjudice économique de la maladie, protéger la famille et
l’entreprise, soigner, favoriser le plus grand bien-être et servir : voilà
ce que nous assurons aujourd’hui.
NANTES
ST-AVERTIN
A
CHÂTELLERAULT
L
NIORT
CHÂTEAUROUX
CHÂTELLERAULT
L
POITIERS
OCHEFORT
SAINTES
ANGOULÊME
RO
OYA
YAN
N COGNAC
ST-ÉTIENNE
PÉRIGUEUX
Le Président de la société des Arts et Métiers, O. LOGEAIS,
disait en 1961 : "Pour que notre mutuelle fonctionne mieux,
il faut que le Conseil d’administration travaille sans relâche
à perfectionner les services et à améliorer sans cesse le régime
des prestations."
Et vous, que diriez-vous à ceux
qui vont vous succéder ?
BORDEAUX
R. VERRON. "Aimez-vous les uns les autres !"
J.A. BROTHIER. "Assistez-vous les uns les autres." Ces deux principes
fondateurs forment la devise de la SMAM, inscrite sur le frontispice
du premier immeuble qu’elle occupait à La Rochelle.
Siège social
Groupe SMAM
Agences commerciales
Siège social filiales
Agences commerciales
MATH-PRÉVARIS
Cliniques ARC en CIEL
Clinique Pasteur
Luz Clinic
7
AS S U R AN C E & PATRI M O I NE
VOTRE CONSEILLER AU QUOTIDIEN
Assurez
le remboursement
de vos emprunts
Aujourd’hui, les banques conditionnent systématiquement les prêts immobiliers qu’elles vous
accordent à la souscription d’un contrat d’assurance en cas de décès, d’invalidité, d’incapacité
temporaire de travail et parfois même de perte d’emploi. Mais vous n’êtes pas obligé de
souscrire l’assurance de votre emprunt auprès de la banque qui vous prête de l’argent.
Vous êtes libre de choisir une assurance hors de l’établissement bancaire
qui vous finance, libre de faire jouer la concurrence.
Les banques qui vous prêtent de l’argent vous invitent généralement à souscrire, concomitamment à
la signature de votre contrat de prêt, une assurance
"groupe" pour couvrir les risques de décès, d’invalidité et d’incapacité temporaire. Cette assurance
revêt en fait, la plupart du temps, la forme d’une
assurance collective négociée par la banque au
mieux de ses intérêts.
Alors, ne soyez pas "emprunté" avec votre banque,
notamment en matière d’assurance. Vous avez le
droit d’aller voir ailleurs, de comparer, de rechercher
des solutions personnalisées mieux adaptées à vos
intérêts, à votre situation familiale et professionnelle, ainsi qu’à votre budget.
Ne soyez pas "emprunté"
avec votre banque
Aucun texte de loi ne vous oblige à souscrire une
assurance personnelle lors de la signature d'un
contrat de prêt mais votre banque exigera que vous
8
souscriviez une assurance décès-invalidité pour vous
accorder un prêt immobilier et parfois même, un
crédit à la consommation. En revanche votre banque
ne peut pas exiger que vous souscriviez son contrat
"d’assurance groupe", car il s’agirait d’une "vente
liée" totalement prohibée par la loi.
L’article L122-1 du Code de la consommation
interdit en effet "de subordonner la vente d'un
produit à l'achat d'une quantité imposée ou
à l'achat concomitant d'un autre produit ou
d'un autre service ainsi que de subordonner
la prestation d'un service à celle d'un autre
service ou à l'achat d'un produit".
Par ailleurs, l’article L312-1-2 du Code monétaire
et financier rappelle et précise qu’est "interdite
la vente ou l’offre de vente de produits ou
de prestations de services groupés sauf
lorsque les produits ou prestations de services inclus dans l'offre groupée peuvent
être achetés individuellement ou lorsqu'ils
sont indissociables ".
Le législateur a ainsi été réellement soucieux
de protéger le consommateur/emprunteur, trop
souvent, par le passé, abusé par des pratiques
abusives en matière d’assurance de prêts.
Comparez et analysez
les garanties et les tarifs
Les tarifs d’une assurance emprunteur dépendent
de plusieurs paramètres.
Certains ont traits aux garanties proposées :
moins l’assurance est protectrice et moins elle est
chère. C’est notamment pour cela que les banques
exigent des garanties minimales pour l’assurance
des prêts qu’elles vous accordent.
D’autres sont étroitement liés à la personne même
de l’emprunteur : l’âge, l’état de santé, la catégorie socioprofessionnelle, le fait de fumer…sont
déterminant du prix.
Et il est vrai qu’il est plus intéressant d’assurer
un emprunt lorsque l’on a moins de 40 ans, que
A SSU RA NC E & PAT RIMOI N E
VOTRE CONSEILLER AU QUOTIDIEN
Les garanties à souscrire
pour être bien protégé
LES RISQUES
L’ASSUREUR REMBOURSE…
MIEUX VAUT LE SAVOIR
LE DÉCÈS
…le capital restant dû à la date du
décès de l'assuré, sous certaines
conditions ayant trait notamment
au montant du capital assuré, à
l'âge de l'assuré, mais aussi aux
circonstances du décès.
La garantie joue même en cas de suicide
de l'assuré si l'emprunt finance
l'acquisition de sa résidence principale.
Dans cette hypothèse, la garantie s'applique
dès la souscription du contrat, sans délai de
carence, dans la limite d'un plafond qui ne
peut être inférieur à 120 000 euros.
En revanche, la garantie ne joue pas si le décès
est survenu à l'occasion de la pratique d'un sport
dangereux tel que l'alpinisme ou le parachutisme.
L'INVALIDITÉ
ABSOLUE ET
DÉFINITIVE
…le capital restant dû, dans des
conditions très voisines de celles
de l'assurance décès.
L'INVALIDITÉ
PERMANENTE
PARTIELLE
OU TOTALE
…selon un taux d'invalidité apprécié
par un médecin, à partir d'un barème
de référence indiqué au contrat. C'est
ce taux d'invalidité qui détermine le
montant des indemnités qui sont
versées à l'emprunteur.
L’INCAPACITÉ
TEMPORAIRE
DE TRAVAIL
…les échéances du prêt lorsque
l'assuré ne peut plus travailler,
et donc être rémunéré, en suite
d'un accident ou d'une Maladie de
Longue Durée (MLD) couverts par
un arrêt de travail.
Cette garantie est généralement assortie d'une
période de franchise fixée à trois mois, à compter
du jour de la survenance ou de la constatation de
l'incapacité. Le remboursement des mensualités est
pris en charge totalement ou partiellement, selon les
clauses du contrat.
LA PERTE
D'EMPLOI
…totalement ou partiellement les
mensualités de l'emprunt pendant
une certaine durée de chômage.
Les banques n’exigent pas cette garantie qui ne
couvre généralement que des périodes de chômage
indemnisées par les Assédic.
l’on est en bonne santé et non fumeur. À garanties
égales, l’assurance peut être 2 fois moins chère
qu’à 50 ans et le TEG du prêt peut ainsi baisser
de façon significative.
Il est donc essentiel de comparer les garanties et
les tarifs en gardant bien à l’esprit que l’essentiel
n’est pas de répondre strictement à une obligation
contractuelle d’assurance, mais de bien se protéger
et de protéger les siens.
Privilégiez une
information claire
et un conseil
personnalisé
La banque qui vous propose son contrat "d’assurance groupe" a l’obligation légale de vous
informer en vous remettant préalablement à
sa souscription, une notice d’information sur
laquelle figure notamment les risques garantis
et les formalités déclaratives à accomplir en cas
de sinistre. La banque doit aussi vous rappeler que
Certains contrats peuvent couvrir ces deux formes
d'invalidité ou seulement l'une d'entre elles. Il
convient donc de lire attentivement les garanties du
contrat et de bien identifier les risques assurés ainsi
que toutes les conditions de prise en charge.
vous pouvez souscrire une assurance équivalente
auprès de l’assureur de votre choix.
Par ailleurs, elle est tenue par une obligation
légale de conseil, avant, pendant et après la
souscription du contrat. L’idée, bien comprise,
est que vous soyez pleinement protégé au regard
de votre situation individuelle, personnelle. Mais
c’est justement votre situation individuelle qui n’est
pas toujours parfaitement prise en compte dans
ce type de contrat "d’assurance groupe" dont la
portée générale et les conditions de souscription
en limite l’adaptation à vos besoins particuliers,
à vos risques.
Pourtant, le conseil adapté à chaque situation
personnelle reste essentiel tant chaque besoin
d’assurance, chaque risque, est particulier.
Qu’en sera-t-il par exemple si vous
empruntez à deux, en couple ?
Comment couvrirez-vous 100%
du capital emprunté ?
Vaudra-t-il mieux répartir l’assurance
sur chaque co-emprunteur en fonction
de sa contribution au remboursement de
l’emprunt ou assurer les deux emprunteurs
pour la totalité du capital ?
Quelles sont les incidences de ce choix ?
Ou encore, la garantie invalidité évoluerat-elle selon votre âge, pendant la durée du
contrat ?
Y a-t-il un âge butoir qui met automatiquement fin aux garanties même si vous avez
souscrit le contrat avant cet âge ?
Dans cette hypothèse, à quoi cela sert-il
de souscrire et de cotiser ?
Ces questions et bien d’autres
méritent une réponse claire et un
conseil professionnel personnalisé.
?
9
P ÔL E S A N TÉ
CLINIQUES SMAM
Luz clinic à Saint-Jean-de-Luz
Deux cliniques spécialisées
en microchirurgie oculaire
rejoignent le Groupe SMAM
Le Groupe SMAM poursuit son développement et réaffirme sa volonté d’apporter
à ses adhérents une offre de services complète, professionnelle et sécurisante.
Prévention, assurance santé, soins et services sont au coeur de cette démarche, renforcée
depuis peu par l’acquisition de deux établissements de soins spécialisés en microchirurgie
oculaire. L’un est situé à Saint-Jean-de-Luz, l’autre à Pampelune en Espagne !
Luz Clinic, le pionnier de
La chirurgie oculaire,
la microchirurgie oculaire
ambulatoire en France
une demande croissante
Luz Clinic est un centre ophtalmologique dédié
au traitement chirurgical des pathologies
oculaires. Il est composé de 2 établissements,
l’un à Saint-Jean-de-Luz (64) et l’autre à
Pampelune en Espagne.
Uniques en leur genre, ces établissements
ont la particularité de pratiquer exclusivement
des soins en ambulatoire, c’est-à-dire sans
hospitalisation.
Son fondateur, le docteur Jean-Louis Douenne,
a introduit cette technique révolutionnaire en
France en 1989. Devenu une référence dans
le monde médical, Luz Clinic est aujourd’hui
un centre ophtalmologique reconnu dans la
France entière et au-delà des frontières.
10
Cataracte, glaucome, myopie, presbytie…
depuis quelques années, nous assistons à
une demande croissante de soins ophtalmologiques. Avec l’acquisition de Luz Clinic,
le Groupe SMAM garantit à ses adhérents
une réponse spécialisée aux différentes
pathologies oculaires.
Docteur
Jean-Louis
DOUENNE
Fondateur
d LLuz Cli
de
Clinic
i
"Le développement du pôle cliniques au
sein du Groupe SMAM est venu d'un
constat.
Il y a en France de très bons médecins
et des équipes médicales extrêmement
compétentes. Il leur faut aujourd’hui
de nouveaux moyens structurels et
économiques pour répondre aux
nombreuses évolutions et exigences
techniques et sécuritaires en matière
médicale.
Le soutien d’un Groupe structuré, porteur
d’un projet mutualiste de qualité, au
service exclusif des patients, constitue
pour ces praticiens, une solution d’exercice
professionnel sécurisée et pérenne.
L'acquisition des établissements de Luz
Clinicc entre dans cette logique. Car la
chirurgie de pointe pratiqué avec art par
ces établissements reconnus au-delà
des frontières, nécessite effectivement
des engagements lourds et réguliers en
matière d'investissement matériel. Cette
acquisition permet également d’offrir sur
tout le territoire Oloronais une prestation
en micro-chirurgie oculaire, notamment par
QU ELQU ES REPÈRES U T I LES
D AT E D E M I S E À J O U R : l e 1 5 a v r i l 2 0 0 7
Les spécialités
de Luz Clinic
Pour vous tenir informé de l’évolution des chiffres utiles,
vous pouvez notamment consulter les sites suivants :
www.service-public.fr, www.caf.fr, www.insee.fr
REPÈRES SOCIAUX
> Chirurgie du segment antérieur
(cataracte, glaucome, greffe de cornée,
chirurgie de l’iris)
> Chirurgie réfractive (myopie,
hypermétropie, astigmatisme, presbytie)
> Chirurgie des voies lacrymales
> Chirurgie du strabisme
> Chirurgie Vitréo-rétinienne
> Chirurgie des paupières
Un réseau
d’excellence,
en Pyrénées-Atlantiques
Les établissements de Luz Clinic (à Saint-Jeande-Luz et Pampelune) et la clinique ARC en CIEL
Olçomendy d’Oloron-Sainte-Marie forment
désormais un véritable réseau d’excellence
ophtalmologique en Pyrénées-Atlantiques.
La clinique ARC en CIEL Olçomendy d’OloronSainte-Marie s’est dotée des compétences et
de l’expertise de pointe de Luz Clinic dans le
domaine de la microchirurgie oculaire.
Son nouveau plateau technique et son équipement des plus modernes permet aux praticiens
d’apporter une solution aux besoins de soins
chirurgicaux en ophtalmologie sur le bassin
Oloronais.
CLINIQUE ARC EN CIEL Olçomendy
2 rue du Pont de Gouat
64 400 OLORON SAINTE-MARIE
Tel. 08 26 20 77 38 - Fax 05 59 39 13 54
SMIC et plafond de la sécurité sociale
Prestation d’accueil du jeune enfant PAJE
SMIC horaire : 8,27 €
Minimum garanti : 3,17 €
Plafond mensuel SS : 2 682 €
Allocation de base(2) : 171,06 €
Prime à la naissance(2) : 855,25 €
Prime à l’adoption(2) : 1 710,49 €
Complément de libre choix d’activité (1) :
Allocations familiales mensuelles (1)
Activité professionnelle
Aucune activité
Au plus 50%
d’un temps plein (3)
Entre 50 et 80%
d’un temps plein (3)
2 enfants : 119,13 €
3 enfants : 271,75 €
4 enfants : 424,38 €
+ 152,63 €/enfant supplémentaire
+ 33,51 €/enfant de 11 à 16 ans
+ 59,57 €/enfant de + de 16 ans
Forfait AF (au moins 3 enfants) : 75,33 €
Avec allocation Sans allocation
359,67 €
530,72 €
232,52 €
403,56 €
134,13 €
305,17 €
Complément de libre choix de mode de garde (2) :
Complément familial (2)
Montant de l’aide en cas d’emploi direct
155,05 €/mois
Allocation de soutien familial ASF (1)
Un parent décédé ou défaillant : 83,76 €/enfant/mois
Deux parents décédés ou défaillants :
111,68 €/enfant/mois
Enfant de - 3 ans
374,75 €
267,69 €
160,60 €
Aide maximale
Aide médiane
Aide minimale
Enfant de 3 à 6 ans
187,39 €
133,86 €
80,30 €
(1) Pas de conditions de ressources
(2) Selon conditions de ressources
(3) + cas particulier TNS et VRP
Allocation parent isolé API (2)
Femme enceinte : 561,18 €/mois au maximum
Un enfant à charge : 748,24 €/mois au maximum
+ 187,06 €/enfant supplémentaire
REPÈRES ÉCONOMIQUES
Allocation d’éducation de l'enfant handicapé (1)
119,72 €
89,79 €
243,18 €
344,19 €
533,38 €
681,68 €
999,83 €
Base AES
Complément 1ère catégorie
Complément 2e catégorie
Complément 3e catégorie
Complément 4e catégorie
Complément 5e catégorie
Complément 6e catégorie
Livrets d’épargne
TAUX
Défiscalisés
Livret A
2,75%
Livret d’épargne populaire (LEP)
3,75%
Livret de développement durable (ancien Codevi)
2,75%
Soumis à l’impôt
Livrets B ou bancaire
libre
Plafond 15 300 €
Plafond 7 700 €
Plafond 6 000 €
Plafond illimité
LUZ CLINIC SAINT-JEAN-DE-LUZ
Z.A. Layatz II - 6, rue Ferme Daï Baïta
64500 SAINT JEAN DE LUZ
Tel. 05 59 51 84 00 - Fax 05 59 51 84 05
LUZ CLINIC PAMPELUNE
Calle Esquiroz, 31 Entreplanta B
31007 - PAMPLONA - ESPAGNE
Tel. +34 948 19 99 99
Fax +34 948 19 82 91
luzclinic.com
[email protected]
l'ouverture de consultations et de plages
opératoires sur la clinique Arc en CielOlçomendy à Oloron-Sainte-Marie.
Les patients et tous les adhérents de la
SMAM bénéficient ainsi d’un véritable
réseau d'excellence en micro-chirurgie
oculaire. Enfin, cela conforte l’offre de la
SMAM sur un bassin de population qui
n'avait pas d'autre possibilité que de faire
plusieurs heures de voiture pour avoir
accès à ces soins."
Alain TRETON
Directeur du pôle santé
Groupe SMAM
Allocation journalière de présence parentale (2)
Épargne-logement
TAUX
Depuis le 1er mai 2006 l'Allocation journalière de présence
parentale remplace l'allocation de présence parentale (APP).
Plan épargne logement (PEL)
2,50%*
Couple
39,58 €
Compte épargne logement (CEL)
Pers. seule
47,02 €
Plafond 61 200 €
1,75%*
Plafond 15 300 €
Complément mensuel pour frais : 101,22 €
Allocation aux adultes
handicapés AAH (2)
*hors prime
Intérêt légal
TAUX
2007
2,95%
Indice du coût de la construction
Allocation maximum : 621,27 €/mois
2003
2004
2005
2006
1er trim.
2e trim.
3e trim.
4e trim.
1 183
1 225
1 270
1 362
1 202
1 267
1 276
1 366
1 203
1 272
1 278
1 381
1 214
1 269
1 332
Nouvel Indice de Référence des Loyers
Base 100 au 2ème trimestre 2004
1er trimestre
Variation 2e trimestre Variation 3e trimestre Variation 4e trimestre Variation
annuelle en %
annuelle en %
annuelle en %
annuelle en %
2006
104,61
+ 2,46
105,45
+ 2,78
106,36
+ 3,19
2005
2004
2003
102,10
99,33
97,10
+ 2,79
+ 2,30
+ 2,19
102,60
100
97,69
+ 2,60
+ 2,36
+ 2,27
103,07
100,75
98,21
+ 2,30
+ 2,59
+ 2,30
103,78
101,45
98,79
+ 2,30
+ 2,69
+ 2,32
Vous êtes sur le point de souscrire un prêt immobilier !
Systématiquement, votre établissement prêteur vous propose une
assurance "décès invalidité", celle-ci étant obligatoire. Cependant,
saviez-vous que vous êtes libre de souscrire cette garantie emprunteur auprès d’un autre établissement !
Quelles que soient les conditions de votre financement, avec
MATH-PRÉVARIS vous disposez d'une assurance de prêt adaptée à
votre situation, à votre profil et vous profitez ainsi d’un tarif moins
élevé !
Découvrez la garantie emprunteur MATH-PRÉVARIS,
et comparez !
AVANTAGEUSE - Vous profitez d’une assurance parmi les moins chères
du marché. Vous réduisez le coût total de votre prêt immobilier.
PERSONNALISÉE - Votre garantie est adaptée à votre prêt immobilier,
à votre situation et à votre profil. Vous pouvez aussi profiter de
conditions spéciales comme le tarif non fumeur !
SIMPLE - Nous vous donnons une réponse de principe immédiate et
vous obtenez votre dossier en moins de 72 heures.
Les formalités médicales sont réduites à une simple déclaration de
santé et bien sûr, vous n’avez pas à changer de banque.
Un conseiller en direct*
04 77 92 28 90
* N'hésitez pas à appeler, c'est sans aucun engagement