journal agglo Villefranche Beaujolais n28

Commentaires

Transcription

journal agglo Villefranche Beaujolais n28
l
a
n
r
u
o
té
u
a
n
u
mm
e la Co
franche
d
e Ville
ération d
m
lo
g
g
a
l’
té de
L’ actuali
| p 6 et 7
s
r
u
e
p
i
r
s
pays de
Voyage au
ole | p 13
c
é
’
l
à
s
e
t
t
Des table
une | p 14
g
a
L
a
l
à
enseignes
s
e
l
l
e
v
u
o
Des n
N° 28 - Décembre 2013
j
Le
Infos pratiques
CAVIL | Politique de la ville | Transports |
Ages de la vie | Environnement | Ecoles
| Economie | Sports & Culture
MAIRIES
ECONOMIE
> Mairie d’Arnas
2 square du souvenir - Arnas - 04 74 65 07 84
[email protected]
Ouvert de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30 du lun. au vend.
Samedi de 10h à 12h
> Mairie de Gleizé
Place de la mairie - Gleizé - 04 74 65 37 30
[email protected]
Ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 17h du lun. au vend.
Samedi de 9h à 12h
> Mairie de Limas
13 rue Pierre Ponot - Limas - 04 74 02 27 90
[email protected]
Ouvert de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h du lun. au vend.
Samedi de 9h à 12h
> Mairie de Villefranche
183 rue de la paix - Villefranche - 04 74 62 60 00
[email protected]
Accueil et formalités administratives
Du lun. au vend. de 8h30 à 17h30
Etat civil, élections
Du lun. au vend. de 8h30 à 12h et 13h30 à 17h30
Permanence
Samedi de 9h à 12h (hors passeport et attestations)
> Grands Moulins Seigle
856 route de Tarare - Gleizé - 04 74 65 16 51
> Créacité
847 route de Frans - Villefranche - 04 74 09 43 45
[email protected]
> Maison de l’emploi et de la formation
1 place Faubert - Villefranche - 04 74 02 88 90
> e-Cité
1 impasse des Chavanne- Arnas - 06 75 49 65 15
AGES DE LA VIE
ECOLES COMMUNAUTAIRES
> Les Diablotins
18 place L. Bonnevay - Villefranche - 04 74 68 24 71
[email protected]
> Espace 3 pommes
410 rue J. Viollet - Gleizé - 04 74 65 15 62
[email protected]
> Manège enchanté
1254 route de Montmelas - Gleizé - 04 74 03 52 49
[email protected]
> CEP
95 avenue Beaujolais - Gleizé - 04 74 60 38 49
[email protected]
> Salamandre
384 rue d’Anse - Villefranche - 04 74 68 55 80
> Cimetière paysager
1525 route d’Epinay - Gleizé - 04 74 62 29 04
> Funérarium / Crématorium
2740 route de Montmelas - Gleizé - 04 74 68 76 51
> Armand Chouffet
rue Pierre Corneille - Villefranche
Ecole maternelle - 04 74 65 42 67
Ecole élémentaire - 04 74 62 83 28
> Jean Bonthoux
322 rue Pierre Guillermet - Villefranche
Ecole maternelle - 04 74 68 89 11
Ecole élémentaire - 04 74 68 25 42
> Jacques Prévert
955 rue Pierre Montet - Villefranche
Ecole maternelle - 04 74 68 58 36
Ecole élémentaire - 04 74 62 24 99
> Pierre Montet
361 rue Pierre Montet - Villefranche
Ecole maternelle - 04 74 68 26 28
Ecole élémentaire - 04 74 68 06 75
> La Chartonnière
rue Georges Sand - Gleizé
Ecole maternelle - 04 74 68 14 49
Ecole élémentaire - 04 74 68 82 32
> Georges Brassens
1254 route de Montmelas - Gleizé
Ecole maternelle et élémentaire - 04 74 68 00 57
ENVIRONNEMENT
> Déchèterie
RN6 - Arnas - 04 74 62 14 38
> Eau/Véolia
204 rue François Meunier-Vial - Villefranche
0810 000 777
> Service collecte sélective
N°Vert 0 800 51 22 01
[email protected]
> STEP
Rue Benoit Frachon - Villefranche 04 74 60 43 02
SPORTS ET CULTURE
> Nautile
140 rue Mirabeau - Villefranche - 04 74 68 01 16
> Gymnase de Limas
rue du stade - Limas - 04 74 68 74 93
> Conservatoire
96 rue de la sous-préfecture - Villefranche
11 rue Pierre Ponot - Limas - 04 74 09 43 10
[email protected]
> Office de tourisme
96 rue de la sous préfecture - 04 74 07 27 40
[email protected]
> Escale / Palais omnisports
2726 route de Longsard - Arnas - 04 37 55 39 99
Complexe rugbystique - 04 74 62 35 93
> Complexe tennistique
rue Mirabeau - Villefranche - 04 74 65 35 63
POLITIQUE DE LA VILLE
Place Laurent Bonnevay - Villefranche - 04 74 09 04 70
TRANSPORTS
> LIBELLULE
150 impasse des prairies - Arnas - 04 74 60 37 58
www.buslibellule.com
> POINTS INFOBUS
Gare routière - Villefranche - 04 74 60 36 21
Transports à la demande - 04 74 60 37 58 ou 0 800 350 380
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 2
Edito
e journal est le dernier de la Communauté
d’agglomération de Villefranche. Une page
se tourne avec la disparition de
is
l’intercommunalité que nous connaissons depu
de
riche
elle,
plus de 50 ans, au profit d’une nouv
21 communes.
C
Cette nouvelle organisation administrative, plus
s,
proche de la réalité quotidienne des habitant
Cela
.
toire
terri
est une chance pour notre
et
permettra de conforter la qualité de vie
e
notr
de
eux
d’envisager un avenir respectu
les
avec
n
uatio
environnement en parfaite adéq
attentes et les besoins de la population.
territoire » a toujours été le moteur de
Cet engagement pour le « bien-vivre notre
rs des actions mises en œuvre par la
l’action des élus. Cette volonté s’illustre au trave
qui suivent.
CAVIL et qui sont présentées dans les pages
munal a permis à des propriétaires
com
inter
Ainsi, le Programme d’Intérêt Général
de mise aux normes de l’habitat visant
bailleurs ou occupants de faire des travaux
gétique du logement.
notamment à améliorer la performance éner
l’intégration des dispositions des lois
On retrouve aussi cette détermination dans
re dans le démarrage de l’opération
Grenelle 2 au PLU intercommunal, ou enco
entreprises à réduire les sources de
collective 2013/2015 pour accompagner les
aquatiques. L’achèvement du bassin de
pollutions de leurs activités vers les milieux
ienne station de Limas, les travaux sur
rétention du Peloux et la suppression de l’anc
de la volonté des élus d’être force de
le Nizerand sont aussi une belle illustration
ux et durable du territoire.
proposition pour un développement harmonie
grâce à l’action de tous sur un territoire
Notre mission de service public se poursuivra
performant dès le 1er janvier 2014.
plus vaste, plus fort et, sans aucun doute, plus
celui de tous les élus de la nouvelle
Soyez sûr de mon investissement et de
agglomération où il fait bon travailler, se
intercommunalité pour offrir à chacun une
diver tir et tout simplement vivre.
Jean Picard
de Villefranche
Président de la communauté d’agglomération
Le Journal de la communauté
Directeur de publication : Jean Picard
Rédacteur en chef : Patrick Phulpin
Comité de rédaction : Sylvianne Giraud - Jean-Marc Besse - Stéphanie Ouvrard
Photos : Service communication CAVIL sauf mention spéciale - Crédit photo : Fotolia et Thinkstock
Conception graphique et mise en page : Astuce - 04 72 10 66 10
Impression : Imprimerie Caladoise - Imprimé sur papier 100% recyclé à 28 500 exemplaires
Distribution : Médiapost
Renseignements : Service communication de la Communauté d’agglomération deVillefranche-sur-Saône
04 74 03 29 72 - Florence Lacouture - [email protected] - www.cavil.fr
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 3
Sommaire
Numéro 28
p 4 /5
Regard sur l’agglo
Mieux comprendre le territoire
Dans la peau d’un ripeur
La déchèterie d’Arnas
p 6 et 7
Le Nizerand change de lit
p9
Home sweet home
p 10
La qualité de l’eau
p 11
Conservatoire
p 12
Plus de maîtres que de classes
Jamais sans ma tablette
p 13
p8
La vie des services
p 13
L’actualité
La Lagune a ouvert ses portes
p 14
Association EGEE
p 14
Calad’impulsion
p 15
L’Escale, site éco-responsable
Adieu, monsieur le professeur !
p 16
p 17
Entre nous
Le courrier des lecteurs
p 18
Brèves de conseil
p 18
Tribunes
p19
CAVIL
115 rue Paul Bert - 04 74 68 23 08
www.cavil.fr - [email protected]
Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h
et de 13h30 à 17h
Standard / 04 74 68 23 08
Services Techniques / 04 74 03 32 71
Services Ages de la Vie / 04 74 03 32 62
Marchés Publics / 04 74 03 32 65
Service Economique / 04 74 03 98 64
N° Vert Collecte déchets ménagers / 0 800 51 22 01
Point Infos Bus / 04 74 60 36 21
Regard
sur l’agglo...
N°28
09|
Nou
Bassin du Peloux | Covoiturage | Festival
Peloux
d’un bassin de rétention et d’une canalisation de refoulement vers le réseau existant.
Le coût de cet ouvrage, situé au Peloux à Limas, limitrophe Pommiers est de près de 2.7 M€ HT.
La CAVIL a pris à sa charge 62.5% de ce montant, l’Agence de l’Eau a participé à hauteur de 30%
et le Conseil Général à hauteur de 7.5%.
> Le président et le sous préfet lors de la visite
> Le bassin vu de dessus - l’entrée
> Le bassin vu de dessous
de fin d’année
Les élus de la CAVIL ont inauguré en septembre dernier, en compagnie
de leurs partenaires l’Agence de l’Eau et le Conseil général, une réalisation
exemplaire dans le domaine du traitement des eaux. Il s’agit de l’aménagement
Septembre 2013
Bassin du
velles Voix | Rencontres du cinéma | Fête
09|
Septembre 2013
Ne rentrez plus seul(e) le
soir
La CAVIL a mené une opération « coup de
poing » à l’occasion de la semaine européenne
de la mobilité en septembre dernier.
> Information aux usagers en gare
Un stand de speed-covoituring en gare, des distributions de magnets sur les véhicules garés aux
abords de la gare, des serviettes, des sets de tables dans les restaurants et points chauds ont
permis de faire connaître le site de covoiturage de la CAVIL et du département du Rhône :
www.covoiturage-rhone.fr/agglovillefranche. Aujourd’hui, plus de 100 personnes sont
inscrites. En covoiturant 2 fois par semaine, on peut économiser jusqu’à un mois de salaire chaque
année. Cela mérite d’être essayé, non ?
> Le stand speed-covoituring
Novembre 2013
11| Nouvelles voix,
toujours plus fortes !
© Dominik Fusina
Avec trois soirées à guichets fermés, le festival des Nouvelles Voix a trouvé encore cette année son public.
> Fauve
> Woodkid
Plus 4 000 spectateurs ont choisi de vivre le Beaujolais
Nouveau en musique. Le concert de Rosemary à l’église
d’Arnas fut un très doux moment à l’opposé de la fougue
de Fauve à Villefranche.
Woodkid a littéralement envoûté les 750 spectateurs veinards
du théâtre qui ont eu la chance d’avoir une place. Le
lendemain, Victor, ses musiciens et 13 jeunes de la classe de
musiques actuelles du conservatoire ont donné un super
concert devant plus de 200 personnes impressionnées par
tant de professionnalisme. C’est bien la force de ce festival
que de faire découvrir des talents variés et forts. Cette 9ème
édition restera dans les mémoires et dans les cœurs aussi !
A l’année prochaine !
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 4
e chez les petits | Carte cadeau Le Nautile
11|
Novembre 2013
Rencontres du
cinéma
18 films d’une grande diversité mais toujours de
qualité, 8 projections en avant-première en provenance des
pays francophones, des cinéastes présents dont Bertrand
Tavernier, pour de passionnantes discussions...
C’est la recette réussie des 18ème Rencontres du Cinéma
Francophone en Beaujolais qui ont eu lieu du 11 au 17
novembre au cinéma Les 400 Coups deVillefranche-sur-Saône.
> Lors de la présentation officielle
> Le cinéma Les 400 coups
12|
Décembre 2013
Fêtes de fin d’année chez
les petits
Comme chaque année, les multi-accueils communautaires
organiseront des spectacles et/ou des goûters pour fêter la
fin de l’année avec les familles.
Les Diablotins ont choisi le thème de l’eau pour leur spectacle le 18
décembre. Le spectacle de l’Espace Trois Pommes a lieu le mardi 17
décembre avec « Frisby, le sapin merveilleux ». Enfin, le jeudi 12
décembre, le temps chansons avec les familles et le goûter clôtureront
l’année au Manège Enchanté.
> Spectac
12|
le de l’an
dernier au
x Diablot
ins
Décembre 2013
Offrez le grand bain pour
les fêtes
Le Nautile propose des cartes cadeaux à offrir.
> Le bassin ludique du Nautile
D’un montant libre allant de 10 à 250 €, cette carte est une bonne idée
de cadeau pour les petits et les grands. Elle peut être aussi un cadeau
d’entreprise. Elle est valable 12 mois.
Renseignements :
Le Nautile - 140 rue Mirabeau
Villefranche-sur-Saône - Tél : 04 74 68 01 16
http://www.vert-marine.com/le-nautile-villefranche-sur-saone-69/
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 5
ENVIRONNEMENT
Dans la peau d’un ripeur
Indispensable à notre confort de vie, la collecte
des ordures ménagères est assurée par une
trentaine d’hommes, agents de la CAVIL, qui
œuvre dans nos rues, chaque matin, très tôt.
Immersion dans leur quotidien.
> Le brief
24 hommes, tous d’orange vêtus et de bandes réfléchissantes armés, écoutent les
consignes de Joël, responsable d’équipe au service de la collecte des ordures
ménagères : répartition des équipes sur les 12 secteurs de collecte de
l’agglomération, travaux en cours, rappel des consignes de sécurité (ce jour là, il y
a du brouillard). Les circuits ont été travaillés en amont en tenant compte de la
sécurité des agents, des contraintes du terrain tout en optimisant les tournées
avec les voies à double sens. Pas simple.
5 h 30
5 h 15
DA N S la peau d’un ripeur
> C’est parti pour 7h à 8h de course !
Les équipes se lancent comme un seul homme à l’assaut des bacs
poubelles. Aujourd’hui, deux agents restent pour effectuer des petites
réparations sur les véhicules et assurer un éventuel remplacement
au pied levé. Chaque chauffeur est responsable de l’entretien de son
camion. Tous les 3 mois, les 10 camions sont vérifiés (marche pied,
flexibles hydrauliques, clignotants…) par un organisme extérieur.
La question de la sécurité est omniprésente dans ce secteur
d’activité.
> Vigilance sécurité
> Premières difficultés
6 h 00
Les rues sont encore désertes à cette heure matinale. Max et
David sont sur les marchepieds à l’arrière du véhicule quelque
soit le temps, suspendus dans les airs, accrochés aux poignées
du camion à 30 km/h. Ils sont en charge de la collecte des bacs.
II faut faire vite pour couvrir tout le secteur dans la matinée.
Aucune grille ne les protège, il fait nuit, les allers-retours
trottoir-voirie sont incessants. Le plus expérimenté des deux se
positionne à gauche car c’est la place la plus exposée à la
circulation.
Un bac est rempli de déchets non mis en sacs. Cela accentue les
risques de projection. Un ripeur a d’ailleurs récemment fait un
malaise suite à l’ingestion d’un produit non identifié lors d’une
collecte. Les ordures ménagères (non recyclables) doivent être
déposées dans des sacs fermés pour des questions d’hygiène et de
sécurité. Plus loin, des sacs posés sur le trottoir hors d’un bac ne
sont pas collectés. C’est la consigne. Dans la journée, les
cantonniers seront prévenus pour nettoyer le trottoir. Quant aux
riverains concernés, ils seront sensibilisés par un collègue assurant
le suivi des collectes dans les prochains jours. Réactivité pour la salubrité
de tous, c’est le leitmotiv de toutes les équipes de ripeurs.
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 6
8 h 30 8 h 00 7 h 15 6 h 45
> Travail d’équipe
La circulation commence à se densifier. Rue
Montesquieu, il y a beaucoup de bacs à vider.
Didier, le chauffeur, descend de son camion pour
aider ses collègues afin de ne pas perdre de temps.
Un bac présenté avec la poignée face à la chaussée
évite des manipulations inutiles aux ripeurs.
Répétées plus d’une centaine de fois chaque matin,
ces gestes évités sont importants et représentent
un gain de temps. Max constate un bac défectueux,
il récupère un clip dans le camion et assure la
réparation immédiatement.
> Ca passe !
Le camion entame sa collecte rue Porquerolles.
La rue est étroite et oblige le chauffeur à
manœuvrer sur le trottoir. Pas question pour les
ripeurs, à l’arrière du camion, de se déporter sur
le côté. Les risques de collision sont importants.
La rue est bloquée le temps du passage du
camion. Des automobilistes s’impatientent.
On sent une tension de part et d’autre.
« Les automobilistes pestent et disent qu’ils
vont travailler... Nous aussi, on travaille et depuis
déjà 2h ! »
> Maintenir un certain
niveau d’hygiène
L’odeur de cigarette est omniprésente. C’est
normal, nous venons de collecter les bacs du café
tout proche. C’est un bac qui aurait sûrement
besoin d’être nettoyé par l’usager. Rue Berlioz,
Didier doit effectuer un demi-tour. Les 6
rétroviseurs et la caméra à l’arrière sont
indispensables pour manœuvrer. La vigilance est
de mise. Les collègues sont derrière. Un peu plus
loin, un gardien d’immeuble vient saluer l’équipe
de ripeurs. Ils se croisent ainsi quasiment tous les
jours.
> Passage à
l’incinérateur
Le camion se dirige vers l’usine d’incinération, rue
Benoît Frachon. Après la pesée, le camion dépose
les déchets pour l’incinération pour la première
fois de la matinée. Cette technique valorise les
déchets ultimes sous forme d’énergie thermique.
Ceci permet de chauffer les immeubles d’une
partie de Villefranche. L’équipe part ensuite pour
la pause au dépôt à Arnas. Elle repartira ensuite
pour la danse des trottoirs jusqu’à 12h30. Quelle
santé !
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 7
Infos +
Le service après collecte
Chaque jour, un agent assure la
livraison de bacs aux nouveaux
habitants. Pour faciliter le service
rendu aux habitants, les livraisons
ont souvent lieu très tôt avant le
départ au travail.
Une autre personne s’occupe des
100 points de collecte du verre
répartis sur les 4 communes de
l’agglomération. Une troisième
assure le suivi des dépôts sauvages,
des problèmes remontés de la
collecte (voiture gênante, incivilité,
problème de poubelle…).
Chiffres
En moyenne, plus de 51 tonnes
sont collectées chaque matin
pour le territoire de la CAVIL.
Des centaines de poubelles
manipulées chaque matin par un
ripeur.
A savoir
En raison des jours fériés de fin
d’année, certaines collectes
peuvent être différées.
Reportez-vous à votre calendrier
de collecte pour connaître le
jour de report.
Numéro Vert : 0800 51 22 01
ENVIRONNEMENT
Déchèterie
ATTENTION,
vous êtes filmés
DÉCHÈTERIE D’ARNAS :
on récupère toujours plus !
Du plâtre…
… et de l’argent
Constitué de roche naturelle (gypse)
ayant subi un processus de broyage et de
cuisson, le plâtre est un matériau
totalement et indéfiniment recyclable.
A la déchèterie d’Arnas, il était
jusqu’alors accepté en mélange avec les
encombrants puis broyé et incinéré.
Pour le valoriser, le Sytraival (Syndicat mixte
d'élimination, de traitement et de valorisation
des déchets Beaujolais-Dombes) a donc passé
un accord avec l’entreprise Nantet.
Celle-ci a mis au point un dispositif
unique en France, permettant de séparer
le plâtre des matières d'habillage comme
la peinture, la tapisserie, le carrelage, etc.
Depuis le 15 octobre, les utilisateurs de
la déchèterie communautaire peuvent
donc déposer les déchets de plâtre dans
un conteneur dédié. Ensuite valorisé, ce
matériau servira à fabriquer de nouvelles
plaques de plâtre et permettra ainsi de
limiter l’utilisation des ressources
naturelles de gypse. Cette méthode
permet de recycler et de valoriser
aujourd’hui 95% des déchets de plâtre
contre 10 et 20 % précédemment.
Les clichés radiographiques contiennent
un composé précieux, l'argent, qu'il
convient de recycler pour préserver nos
ressources naturelles.
La loi interdit de les jeter dans les
circuits de traitement des ordures
ménagères ou dans la nature, car leur
durée de vie est supérieure à 300 ans.
La CAVIL a signé une convention avec
Terre d'Amitié pour le recyclage des
vieilles radiographies à la déchèterie
communautaire d'Arnas.
Cette association humanitaire d'aide
médicale pour les pays en développement,
se charge de la récupération des
radiographies et de leur orientation vers
les filières adaptées.
Depuis plusieurs années, les vols dans les
déchèteries sont en forte augmentation. La
déchèterie de l’Ave Maria, à Arnas, n’échappe
pas à la règle et fait l’objet de nombreuses
intrusions illicites. Ces vols ont entrainé
d’importantes dégradations sur les clôtures,
dans les caissons et les locaux. Or, les objets
qui se trouvent à la déchèterie appartiennent
à la déchèterie. Les soustraire est donc un
vol. La CAVIL a ainsi fait installer, en juillet
dernier, des clôtures sécurisées (type
Concertinas) pour se protéger contre ces
intrusions qui sont relativement coûteuses.
Enfin, depuis novembre, des caméras ont été
installées sur le site avec un système complet
de télésurveillance. Le coût global des
installations s’élève à plus de 16 000 €.
Les bénéfices de la vente seront versés
à l'association qui vient en aide aux
dispensaires et aux hôpitaux du Sénégal.
> L’entrée de la déchèterie
Place au badge à la déchèterie
Afin d’optimiser son fonctionnement et notamment de mieux gérer les entrées, la communauté d’agglomération étudie la mise en
place de badges magnétiques pour accéder à la déchèterie. Plus pratique que la présentation d’un justificatif de domicile, le badge va
permettre d’identifier sans erreur chaque usager. Il permettra à chaque utilisateur de préciser, lors de son accès en déchèterie le type
de déchets principalement apporté.
Le système va contribuer à ajuster au mieux le service et aussi à maîtriser les coûts de fonctionnement. Les badges magnétiques, établis
gratuitement, seront nominatifs à raison d’un par foyer. Les modalités d’obtention et d’utilisation seront précisées au cours de l’année 2014.
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 8
| Plus vert sera le PLU
l’eau
e de
GMS
Agenc
s des
et l’loca
taire
CAVI|LLes
| Latoire
randerva
Le Nize
du cons
Bibliothèque
URBANISME
LE NIZERAND
change de lit
Déplacer le lit d’un cours
d’eau est assez rare, et
pourtant…
L
> Le nouveau lit en construction
’érosion de la route de Montmelas à proximité de la rivière
et la volonté de préserver la diversité écologique de cet
affluent de la Saône ont conduit les élus à engager ce projet
ambitieux.
Le chantier, débuté l’été dernier, se situe entièrement sur la
commune de Gleizé. Sur une longueur de 1.6km, il s’étend depuis
le hameau de Grange Chervet à proximité du cimetière paysager,
jusqu’aux abords du lycée Louis Armand.
Dans un premier temps, il s’agit de creuser un nouveau lit pour le
cours d’eau à quelques dizaines de mètres plus au sud de l’actuel.
Ce nouveau tracé devrait permettre d’assurer une meilleure
continuité écologique, tout particulièrement, en améliorant la
franchissabilité de la rivière pour la vie aquatique par la suppression
de seuils importants. Au printemps 2014, l’ancien lit sera bouché
et de la végétation sera implantée pour protéger les berges et
créer des niches pour les poissons. La végétation devrait
progressivement reprendre sa place dans le milieu naturel. A l’issue
de ce vaste chantier, un sentier piétonnier champêtre trouvera sa
place le long de la nouvelle rivière.Coût global du projet
CAVIL : 1.5 M€ avec la participation financière de l’Agence de
l’eau (50 %), du Conseil général (30%) et de la Région (2%).
Partenaires du projet : Syndicat Mixte des Rivières du
Beaujolais, Fédération pour la Pêche et la Protection du Milieu
Aquatique et commune de Gleizé
Plus VERT sera le PLU
Le « Grenelle de l’Environnement » est désormais fortement
présent dans les directives d’aménagement du territoire.
C’est ainsi que de nouvelles dispositions doivent être intégrées
dans les Plans Locaux d’Urbanisme d’ici le 1er janvier 2016.
Le PLU de la CAVIL, dont la révision a été adoptée le 18 novembre
2013, s’appliquera désormais à répondre aux objectifs définis par le
« Grenelle II », Engagement national pour l’Environnement, du 12
juillet 2010 :
> la réduction des émissions de gaz à effet de serre,
> la préservation et la restauration des continuités écologiques,
> l’utilisation économe des espaces naturels,
> l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments,
> la diminution des obligations de déplacements par une
organisation urbaine favorisant les courtes distances,
> le développement des transports en commun,
> la limitation de la consommation de l’espace,
> le développement des communications électroniques.
> Vue sur Limas et Belleroche
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 9
POLITIQUE DE LA VILLE
ble
du PLU
ux dura
Enjetat
Habi
H O M E S W E E T H O M E*
Habitat durable
Avec les premiers frimas de l’hiver,
le coût et les conséquences des
énergies, le projet de loi ALUR (pour
l’accès au logement et un urbanisme
rénové), le programme pour
l’habitat durable conduit par la
CAVIL revêt toute sa légitimité. Ce
dispositif vise à aider à la rénovation
de logements en vue d’améliorer le
confort et les performances
énergétiques de l’habitat. En voici
deux illustrations.
P
atricia** est propriétaire d’une petite
maison à Gleizé qu’elle habite depuis
plus de 20 ans. Depuis son divorce en
1998 et le départ de sa fille, son logement
est resté en l’état. Ses faibles revenus (1 100 €
net mensuel) ne lui permettent pas de faire
réaliser des travaux.
Pourtant, l’état de son logement s’est dégradé
ces dernières années, notamment l’hiver en
raison de la mauvaise isolation des fenêtres.
Elle apprend, par l’intermédiaire du bulletin de
la commune, qu’il existe un programme d’aide
pour lutter contre la précarité énergétique
mis en place par la CAVIL. Elle consulte
l’ARIM DU RHONE, à la maison de
l’habitat à Villefranche qui envoie un
technicien pour évaluer la consommation
énergétique. Suite à cette visite, il s’avère
que les huisseries ont vraiment besoin
d’être changées mais c’est surtout la
chaudière qui nécessite d’être remplacée.
L’opérateur du programme aide alors
Patricia à définir le projet de travaux. Elle
fait ensuite réaliser des devis puis
rassemble les pièces nécessaires à la
constitution du dossier de demande de
subventions. Le montant des travaux
s’élève à 12 751 € et le gain énergétique
escompté est de 37%. Son taux d’aide
pourrait être de 86% ce qui lui laisse un
apport de 1792 € à sa charge. Patricia est
rassurée et s’engage dans les travaux.
Jacques** vient d’hériter d’un logement
occupé par un locataire depuis de
nombreuses années. Il connaît très peu ce
T2 de 43 m2 situé dans le centre de
Villefranche et demande au locataire de le
visiter.
C’est le choc ! Si le loyer n’est pas très
élevé, il apparaît que le logement est très
inconfortable. Il consulte la maison de
l’habitat pour avoir un avis plus technique.
Une visite est organisée sur place et le
diagnostic est sans appel.
Le
logement
est
jugé
dégradé
et nécessite une réhabilitation complète
pour être loué dans des conditions
décentes. L’enveloppe des travaux est
estimée à 47 000 €.
En constituant son dossier d’aides auprès
de la maison de l’habitat, Jacques s’engage
à respecter certaines conditions comme :
> louer à loyer social pendant 12 ans,
> réaliser les travaux d’amélioration
conformément aux critères d’écoconditionnalité définis qui permettront
d’atteindre l’étiquette énergétique C.
Malgré l’importance du coût global, Jacques
accepte de faire les travaux. En effet, l’étude
de son dossier (non soumis à conditions de
ressources pour un propriétaire bailleur)
lui montre que son taux d’aide peut
atteindre 72% du montant des travaux soit
34 100 € d’aides.
Les travaux commenceront courant janvier
pour le plus grand plaisir du locataire.
Grâce à ce programme, la CAVIL souhaite
favoriser les opérations d’amélioration de
l’habitat privé à but locatif social et
économe en charges énergétiques.
* foyer, doux foyer **noms d’emprunt
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 10
Un chemin piétonnier pour relier
les quartiers
A l’époque du château de Belleroche, habiter
sur la colline offrait un beau panorama et les
habitants, peu nombreux, vivaient des
produits de la ferme. Aujourd’hui, si les
habitants des immeubles, qui ont remplacé le
château, apprécient toujours la vue dégagée,
il peut s’avérer difficile pour certains d’entre
eux, en raison du fort dénivelé, de rejoindre
le quartier de la Claire, et notamment d’aller
faire ses courses en contrebas. Sensibilisée à
ce problème, la CAVIL prévoit au cours de
l’année 2014, de rénover entièrement
l’escalier et le cheminement qui serpente de
la rue Pierre Montet à la route de Tarare. Il
s’agit de faciliter la liaison entre le haut et le
bas de la colline et les déplacements à pied
des habitants de ce quartier intercommunal
(au croisement de Gleizé, Limas et
Villefranche). Aujourd’hui, beaucoup de
personnes âgées et de parents avec jeunes
enfants descendent par ce chemin escarpé
avec un escalier en rondins de bois. Près de
150 m de cheminement piéton seront
réaménagés avec un nouvel escalier
métallique d’une cinquantaine de marches
plus sécurisées. Une enveloppe de 150 000 €
est engagée à cet effet par la CAVIL. De son
côté, la direction du supermarché, situé sur
ce chemin, a pris à sa charge (60 000 €) la
réalisation de l’escalier qui rejoint la route de
Tarare.
Les aides aux entreprises
| Assainissement non collectif
l’eau
Sauvons
QUALITÉ DE L’EAU
SAUVONS l’eau !
La qualité des cours d’eau dépend principalement de
la qualité des rejets au milieu naturel.
Parallèlement, des actions de sensibilisation sont conduites auprès du
grand public afin de mieux faire connaître le cycle de l’eau et d’éviter
les pollutions à la source. Pour cela, il convient de bien identifier les
produits domestiques dangereux pour l’environnement et de
privilégier l’utilisation des produits éco-labélisés.
D
epuis 2010, la « Mission Entreprises et Rivières de
l’agglomération », menée par les services techniques de
la CAVIL, accompagne les entreprises pour la mise en
conformité de leurs installations. Suite aux bons résultats de la
première opération (2010/2012), l’Agence de l’Eau principal
partenaire, a décidé de poursuivre le programme jusqu’en 2015
en y ajoutant une nouvelle dimension, la lutte contre les produits
toxiques.
Cette opération collective, inscrite dans le nouveau programme
« Sauvons l’eau » de l’agence, mobilise les mêmes partenaires à
savoir : la CCI du Beaujolais, le Syndicat Mixte des Rivières du
Beaujolais, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et la CAVIL.
La lutte contre les produits toxiques passe par l’accompagnement
des techniciens de la CAVIL auprès des entreprises avec la mise
en place de traitements pérennes des effluents. Il peut s’agir
également d’inciter à substituer l’utilisation de certains produits
dangereux pour l’environnement par des produits ayant les
mêmes fonctions mais reconnus sans nocivité. L’accompagnement
de la CAVIL auprès des entreprises peut se traduire aussi par
l’octroi d’aides de l’Agence de l’Eau.
Les produits éco labélisés sont des produits ne présentant pas ou très peu de
produits toxiques. Leur utilisation en substitution des produits d’entretien
classique permet une diminution des substances dangereuses dans les rejets
ménagers.
D’une manière générale, les produits contenant une signalisation de danger telle
que celles présentées ici sont considérés dangereux pour l’environnement.
ASSAINISSEMENT
non collectif
Une centaine de ménages de
l’agglomération disposent pour
l’assainissement
de
leur
habitation
d’un
système
individuel.
En 2011, un programme d’aide
à la réhabilitation de leurs
installations a été lancé, avec
des financements pour une mise
en conformité octroyés par
l’Agence de l’Eau et le
Département.
Pour tout dossier déposé après le
1er janvier 2014, le calcul de l’aide du
Conseil Général sera fonction des revenus du
ménage, avec une aide forfaitaire qui sera de 1 000,
2 000 ou 3 000 €.
Les autres aides comme celle de l’Agence de l’Eau resteront
inchangées.
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 11
E ervatoire
TOduIRcons
VAnda
CONSERAge
Agenda du conservatoire
JANVIER
Parcours
musical
Samedi 18 janvier
à 15h
Musée Paul-Dini
Tarif : 5 €/3 € gratuit (-18 ans)
Renseignements
et réservation au
04 74 68 33 70
TU JOUERAS DE
la trompette, mon enfant
Quel instrument choisir pour un enfant qui débute la musique ?
Faut-il imposer un instrument que l’on aime ou laisser l’enfant choisir ?
L
e conservatoire expérimente la question
du choix avec les CHAM (Classe à
Horaires
Aménagés
Musique).
Le conservatoire intercommunal, en
collaboration avec l’école Dumontet à
Villefranche, accueille des enfants ayant un
emploi du temps aménagé pour la pratique
de la musique, on les appelle les CHAM.
Alto, trompette, saxo, clarinette…
Pour les enfants qui débutent au sein de
ce dispositif (à partir du CE1), il peut
parfois s’avérer difficile de choisir son
instrument sans le connaître. A 7 ans,
quelle idée un enfant peut-il avoir d’un
instrument, du son, de sa pratique et de
son environnement musical. Aussi, bien
souvent, lorsque des parents choisissent
que leur enfant fasse de la musique, ils
suggèrent un instrument soit qu’ils ont
eux-mêmes pratiqué soit qu’ils apprécient.
Mais ceci ne facilite pas toujours
l’appropriation de l’instrument par
l’enfant. Partant de ce constat, le
conservatoire a organisé de septembre
à fin octobre, des ateliers de découverte
pour permettre aux jeunes élèves de
faire connaissance avec les instruments
proposés en CHAM et de trouver celui
qui leur convient le mieux. Ainsi,
plusieurs séances de travail collectif ont
été organisées avec les professeurs pour
les guider dans leur prise en main et
découverte de l’instrument. Un atelier
final avec le professeur de formation
musicale a conclu ce cycle de découverte
dans un joyeux tintamarre.
Les enseignants ont pu ainsi observer les
aptitudes et les goûts de chacun et
déterminer
après discussion avec
l’enfant le choix le plus pertinent. Il est
encore trop tôt pour dire si cette
formule permettra aux enfants un
meilleur apprentissage. Une chose est
certaine, la découverte de l’instrument
par la pratique et l’expérimentation leur
a procuré beaucoup de plaisir. C’est déjà
très positif !
FEVRIER
CONCERT
SANDWICH en
partenariat avec
le Théâtre de
Villefranche
Vendredi 21 février à 12h15 - Auditorium
Tarif : 13,50 € / 10 € - 6 € (élèves du conservatoire)
Renseignements et réservation au 04 74 68 02 89
MARS
« MUSIQUE EN SCENE »
Vendredi 21 mars à 20h30 - Théâtre de Villefranche
1ère partie du concert « Chants des Sphères » donné
par l’ensemble « Musica Nova »
HOMMAGE A CHARLIE MINGUS
Samedi 22 mars à 20h30 et dimanche 23 mars à 17h
Auditorium de Villefranche - Tarif : 16 € / 13 €
Renseignements et réservation au 04 74 60 31 95
AVRIL
CRIOLLANDO
Samedi 26 avril à 17h - Auditorium de Villefranche
Rencontre de l’Orchestre Ibert et de l’ensemble de
musique des Andes
Entrée libre
MAI
NUIT DES MUSEES
Samedi 17 mai - Musée Paul-DINI
Moments musicaux à 19h, 20h et 21h donnés dans le
cadre de la Nuit des Musées - Entrée libre
OPUS 92 invite Bruno ROBILLIARD
Samedi 24 mai à 20h30 et dimanche 25 mai à 17h
Auditorium de Villefranche
Programme de musique américaine avec le pianiste
Bruno Robilliard en soliste - Tarif : 16 € / 13 €
Renseignements et réservation au 04 74 60 31 95
JUIN
NUIT D'ETE
Vendredi 20 juin à partir de 20h00
Square Charlotte Frenay, Place des Arts - Entrée libre
MÔMES EN SCENE
Mardi 24 juin à 20h30 - Théâtre de Villefranche
Spectacle préparé par les écoles avec les enseignants et
les musiciens intervenants - Entrée libre
TRISTAN et ISEULT
Jeudi 26 juin à 20h30 - Théâtre de Villefranche
Création de Pierre BALDY-MOULINIER, pour chœurs et
orchestre, avec Cordes en Calade et le Big Band, le collège
Jean-Moulin et le groupe scolaire Lamartine.
Entrée libre
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 12
Plus de maîtres que de classesPlus de maîtres que de classes
SCOLAIRE
PLUS DE MAÎTRES
que de classes
Avec le nouveau dispositif “plus de
maîtres que de classes”, mis en
place à la rentrée 2013, ce sont près
de 1 000 écoles en France classées
en réseau éclair, qui ont bénéficié
d’un poste d’enseignant
supplémentaire.
Une mesure visant à prévenir
l’échec scolaire de la maternelle au
CM2. Deux écoles de la CAVIL, Jean
Bonthoux et Jacques Prévert ont
profité de cette mesure innovante.
oncrètement, ce dispositif permet
de faire intervenir deux maîtres
dans une classe en même temps ou
encore de travailler en petits groupes, afin
d’aider les élèves à mieux acquérir les
apprentissages fondamentaux (français oral
et écrit et mathématiques notamment).
L’accès à ces postes étant basé sur le
volontariat, ce sont deux enseignantes déjà
institutrices dans les établissements qui
ont choisi d’occuper ces postes
surnuméraires. De nouvelles maîtresses ont
donc été recrutées pour les remplacer. A
l’école Jacques Prévert, c’est Sylvette
Marchori qui désormais organise son
temps de travail entre toutes les classes de
la maternelle au CE2 en fonction d’un
C
> Sylvette Marchori
planning établi en concertation avec les
enseignants et selon les besoins et les
difficultés rencontrées par les élèves. Même
procédé à l’école Jean Bonthoux où
Béatrice Balestriero qui s’occupait depuis
2006 d’une classe de CM2, a choisi
désormais de s’occuper de tous ceux qui
rencontrent le plus de difficultés. Elle
intervient de la moyenne section au CM2.
Et le travail ne manque pas puisque ce sont
plus de 200 élèves qui sont potentiellement
concernés dans chacune des écoles !
« Nous pouvons co-animer une séance en
classe entière ou prendre en charge une
poignée d’élèves. Cela est beaucoup plus
compliqué lorsque vous avez 30 élèves !
déclarent-elles à l’unisson.
Même s’il est encore un peu tôt pour
évaluer ce dispositif, on ne peut que se
féliciter de l’intérêt d’un “double regard »
sur l’élève qui permet d’anticiper des
difficultés d’apprentissage.
> Béatrice Balestriero
JAMAIS SANS ma tablette
D
epuis fin septembre, les élèves de
la maternelle Armand Chouffet
sont au top de la technologie. Avec
l’acquisition de 2 tablettes numériques,
l’équipe enseignante a souhaité introduire
auprès des enfants un outil à la pointe de
l’innovation qui offre des possibilités
pédagogiques infinies.
Avant l’avènement du tactile, cette école était
déjà adepte de la souris : « on a toujours été
connecté puisque nous réalisons des blogs de
classe et un blog pour l’école maternelle».
Mais l’introduction de la tablette donne une
nouvelle dimension à l’apprentissage des plus
petits. « La tablette numérique est un objet
qui n’est pas familier à l’école, mais il l’est à la
maison pour la plupart des enfants », souligne
Claudine Moreau, la directrice de l’école
maternelle. La nouveauté réside dans le fait
qu’un tel objet entre dans l’école et soit
intégré dans une logique d’apprentissage.
« On constate un regain de motivation
chez les élèves », affirment les enseignantes.
La perspective de « jouer » avec la tablette
en classe n’est pas à négliger. On note aussi
une concentration plus accrue et plus
longue sur des activités qui ne diffèrent en
rien de celles qu’ils faisaient autrefois sur
une feuille de papier.
La tablette est aussi utilisée pour créer des
livres interactifs qui sont ensuite stockés
dans la bibliothèque virtuelle de l’appareil.
Les «grande section » ont ainsi créé deux
livres de poèmes « 4 feuilles sur un arbre »
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 13
et « 4 jouets dans une maison ». Les dessins
sont photographiés pour illustrer l’ouvrage,
les textes enregistrés par les enfants et en
quelques clics ils voient leur travail valorisé.
Travail des mathématiques, de l’écriture,
apprentissage de l’alphabet… C’est tout un
monde numérique qui reste à explorer
mais nul doute que les plus petits sauront
ouvrir, avec le doigt, la porte de ce monde
fantastique.
ECONOMIE
ades vertes
| Brig
on EGEE
ciati
iniss
Assont
ne |eme
Lagu
LaAssa
LA LA G U N E a ouvert ses portes
groupe BOYER pour mettre en œuvre ce nouveau pôle
commercial.
Les enseignes implantées répondent toutes aux attentes des
consommateurs que ce soit dans l’équipement de la maison avec
XXL et HABITAT, DECATHLON pour le sport et CULTURA pour
la culture et les loisirs. Cette dernière enseigne rejoindra le site
en mars prochain.
Un restaurant drive sous l’enseigne OUEST EXPRESS complète
l’offre de cette première tranche.
L’ouverture de ce pôle commercial a par ailleurs généré la création
de plus d’une centaine d’emplois.
Le programme de la Lagune II devrait voir le jour à la fin de l’année
prochaine, dans un bâtiment de 6 000 m² environ au sud de l’actuel
parking. Des enseignes d’équipement de la maison ou la pratique
de loisirs conforteront ainsi l’offre commerciale de l’agglomération
de Villefranche.
> Le centre commercial La Lagune
La Lagune, nouveau pôle commercial de Villefranche à
hauteur du giratoire route de Frans, boulevard de
l’Europe, doit son nom au bassin de rétention, créé dans
les années 70 pour récupérer les effluents issus des
teintures des tissus fabriqués par la société TIL.
D
epuis le traitement de ceux-ci à la station d’épuration, ce
terrain de 3 hectares, idéalement situé, pouvait connaitre
une nouvelle destinée.
Trois ans de démarches administratives, un an de travaux
(dépollution des sols, création d’un bassin enterré sous tout le
bâtiment en cas d’inondation de la Saône) ont été nécessaires au
> Terrain de La Lagune II
E G E E, une association au service des entreprises
Dans un monde économique où être senior est souvent
synonyme de « trop âgé pour travailler », des retraités,
anciens cadres ou ex-dirigeants de sociétés, se portent
volontaires pour apporter des conseils aux T.P.E. et les
aider en phase de création avec du coaching personnel
ou de l’accompagnement à l’emploi pour les accidentés
de la vie. Ils peuvent même assurer parfois la promotion
de l’entreprise lors de forums.
P
our les 10 ans de Créacité, les créateurs avaient indiqué
qu’un accompagnement post création plus soutenu aurait été
le bienvenu. C’est ainsi que la CAVIL a sollicité l’association
d’anciens cadres et dirigeants d’entreprise, EGEE, afin de leur offrir
une palette de services. Cette association regroupe, en
Rhône-Alpes, 250 conseillers depuis 30 ans, dont 15 sont actifs sur
l’agglomération caladoise. « Ici, nous sommes particulièrement
investis dans le suivi du lancement des T.P.E. et le suivi des dossiers »
nous confie Christian Poujol, son président local.
« Parfois, nous faisons même de la prospection téléphonique auprès
d’entreprises que nous nous proposons d’accompagner comme ce fut
le cas auprès des créateurs installés à Créacité cette année ».
Ancien demandeur d’emploi après une carrière de cadre dans la grande
distribution, M. Fleury avait l’envie de créer sa propre entreprise.
Altruiste, il opta pour le secteur des services à la personne, via une
franchise. Installé à Villefranche depuis mars 2012, ADHAP Services a
bénéficié d’EGEE sur recommandation de Pôle Emploi. « Ils m’ont posé
les bonnes questions, m’ont offert un suivi régulier, évitant ainsi les
dérapages, en me donnant un canevas pour mener à bien mon
entreprise. Ces personnes sont disponibles pour nous écouter et nous
apporter des réponses précises. ».
M. Fleury, gérant d’ADHAP Services, emploie aujourd’hui un
aide-soignant, une aide médico psychologique et 13 intervenants
sur le Beaujolais et le val de Saône pour 80 bénéficiaires.
« EGEE m’a apporté son expertise dans le suivi administratif, la
gestion, l’accompagnement auprès des prescripteurs et tout cela
avec compétence ».
Sur l’agglomération, les intervenants sont dynamiques et motivés,
alors pourquoi ne pas faire appel à eux, en cas de besoins ?
EGEE à Villefranche 06 30 66 73 23
Permanence à la CCIB tous les mercredis de 14h30 à 16h00.
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 14
Quartier Troussier
ion D| ecité | créacité
ZI NOR
Calad’impuls
Toujours de nouveaux
entrepreneurs
U N CO U P D’E SS A I
réussi
CALAD IMPULSION, association connue pour l’animation de la coopérative
d’activités a organisé le 16 novembre dernier une des 14 manifestations
dédiées aux rencontres solidaires en Rhône Alpes. La journée nommée
« Autrement Beaujolais » était consacrée à l’Economie Sociale et Solidaire.
ontribuant à la réponse à des besoins Les visiteurs, très souvent des néophytes,
sociaux non ou mal couverts, levier de ont pu découvrir de nouvelles pratiques
la relocalisation des activités (y compris leur offrant la possibilité d’envisager une
industrielles) et de l’emploi, support de nouvelle façon de vivre et de consommer.
nombreuses expériences de développement Les exposants étaient satisfaits au regard
durable, l’économie sociale apparaît comme une de la diversité des visiteurs et à la
alternative crédible, efficace sur le plan pertinence de leurs questions.
économique, tout en respectant l’humain En savoir plus :
(producteur, consommateur, usager, citoyen) et www.rencontres-solidaires.org
l’environnement.
Les filières de circuits courts s’organisent,
notamment en Beaujolais, pour relocaliser une
production et une distribution de produits de
qualité.
L’entrepreneuriat social invente des solutions
nouvelles et lance des activités sans renier ses
aspirations sociales ou environnementales.
En parallèle, à l’heure où fleurissent les sites de
covoiturage, d’échanges de biens et services
entre particuliers, et autres espaces de
coworking, les Rencontres solidaires mettent
le focus sur les pratiques collaboratives.
Au programme, sur la place des arts à
Villefranche, un troc vert, un marché
solidaire, des stands info, des ateliers enfants
La CAVIL héberge CALAD IMPULSION à
et adultes, une leçon théâtrale sur la
proximité de CREACITE afin d’y développer
transition énergétique et aussi des tables
un service auprès des créateurs d’entreprise
rondes autour de sujets qui nous concernent
qui désirent un accompagnement poussé
tous, étaient proposés.
dans le cadre de la coopérative d’activité.
Sans oublier les visites, guidées ou pas, dans
le Villefranche historique, au Musée d’art Paul
Pour tous renseignements,
Dini et la médiathèque Pierre Mendes
Calad Impulsion :
France. Plus de 500 personnes ont pu tester
847 route de Frans à Villefranche
les solutions nouvelles concernant le travail
> Tél : 04 74 02 53 53
et les loisirs, la gestion de son argent, la santé
> [email protected]
et l’alimentation, son habitat et ses
déplacements... afin de passer à la pratique.
C
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 15
Créacité et e-Cité, les deux pépinières
d’entreprise présentent sur la CAVIL
continuent de générer de nouvelles activités.
Nouvelles entrées à Créacité
> FRELON BLEU
Agence de communication, spécialisée dans
la création graphique, sur supports papier
ou sur le net
> EPCO ENERGIES
Bureau d’études thermiques et fluides
pour tous types de bâtiments (audit
énergétique, maîtrise d’œuvre fluides)
> EXCELLENCE RENOVATION
Rénovation d’intérieur clefs en main et
coordination des corps de métier
(électricité, plombier, plaquiste, peintre,
menuisier)
> NOVEKA
Ingénierie en génie civil (AMO et maitre
d’œuvre)
> VM France
Commercialisation de confiseries
françaises haut de gamme auprès de
l’hôtellerie de luxe
> ALTIMARELLE
Création et fabrication de collections
textiles à caractère thématique (montagne,
campagne, jardin) sous les marques
Amarelle et Rouge Cerise
> GRAPHITE MEDICAL
Conception, fabrication et vente
d’immobilisations orthopédiques
> DOMMIA
Installation d’équipements domotiques et
maintenance de systèmes d’accès
Nouvel e-commerçant
> LAPTOPPER
Conception et fabrication 100% française
de coussins pour tous supports
informatiques nomades (tablettes,
portables)
SPORTS
L’Escale
L’ESCALE,
site éco-responsable
L’ESCALE,
un programme sportif
intense et haut en couleur
L’année 2013 se clôture en
beauté à l’Escale avec encore
de beaux moments d’émotions
sportives à vivre !
Le 15 décembre
Le VHB (hand) investit les lieux pour
son tournoi de Noël
Les 21 et 22 décembre
Coupe de France d’escalade avec le
club Vertige
Et ça continue en 2014
Site incontournable des évènements sportifs dans l’agglomération, l’Escale
est aussi un lieu générateur de déchets. Engagée dans une démarche
volontariste pour réduire l’impact du fonctionnement de ses équipements sur
l’environnement, c’est tout naturellement que la CAVIL a choisi l’Escale
comme un site pilote pour le tri des déchets et des actions éco-responsables.
L
es clubs résidents de l’équipement,
situé à Arnas, se sont donc engagés à
adopter une bonne conduite
écologique en signant une charte,
composée de règles simples visant à
réduire la production de déchets à la
source et concilier au mieux l’utilisation du
site, l’organisation de manifestations et le
respect de l’environnement.
Chaque club utilisateur (résident ou non) a
désigné un référent « tri », interface
indispensable entre la CAVIL et le club,
pour la mise en œuvre des engagements
définis dans la charte.
Le défi à relever consiste à organiser une
bonne gestion des déchets (respect des
consignes de tri, mise en place de la collecte
sélective en buvette et côté public,
récupération des cartons, utilisation de
vaisselle réutilisable…), et à réduire son
impact carbone dans tous les aspects de la
manifestation. Concrètement, dès le 1er
janvier 2014, la vente des canettes et les
verres jetables seront interdits.
Les clubs utiliseront des verres en plastique
réutilisables. De même, les déchets non
recyclables, les cartons bruns et les huiles
de fritures seront conditionnés dans des
conteneurs spécifiques afin d’être évacués
par les services communautaires vers les
sites adéquats.
De nouveaux gestes à adopter et un beau
challenge à relever pour tous les passagers
de l’Escale, gardiens, joueurs, encadrants,
bénévoles et supporters !
Vendredi 17 janvier
Vœux de la nouvelle Intercommunalité
Agglo Villefranche Beaujolais
Samedi 8 et dimanche 9 février
Tournoi national de badminton senior CCB69
Dimanche 16 février
Tournoi de foot en salle équipes cadets
- AS Limas Foot
Samedi 8 et dimanche 9 mars
Championnat de France de groupe de
patinage – Union des patineurs
Samedi 29 et dimanche 30 mars
Gymnastique Championnat zone
sud-est divisions nationales fédérales et
critérium en individuel - Fémina
Vendredi 18 avril
Zone de regroupement rallye de
Charbonnières
Samedi 24 mai
Gala fin de saison - UPA Union des
Patineurs Arnas
Samedi 31 mai et dimanche 1er juin
Championnat de France de Tennis de table
benjamins cadets - TTCAV
Samedi 14 juin
Fête départementale USEP familiale et
sportive (multi-activités) Comité USEP
Rhône
Samedi 28 et dimanche 29 juin
Championnat national FSCF
Gymnastique féminine Beaujolais
Les Hirondelles et la Jeune Garde.
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 16
Gérard Chuzel
PORTRAIT
A D IE U,
monsieur le professeur !
Progressivement, cette classe participe à tous les projets mis en
place par l’école que ce soit artistique ou sportif. Et des projets, il
y en aura au cours des années de direction de Gérard Chuzel. De
la musique, du chant, du tir à l’arc, de la voile…
Toutes ces activités remportent un franc succès et tout
particulièrement la classe péniche où les enfants de la CLIS seront
intégrés dès le départ du projet selon la volonté du directeur.
Chaque année, les CM2 partaient une semaine en avril/mai pour
vivre au fil de l’eau, sur une péniche. Loin des consoles, de la TV,
des portables, les élèves redécouvraient le plaisir des jeux de
société ou des balades à vélo. Une période propice à façonner des
souvenirs pour la vie et à tisser des liens très forts entre les enfants
du quartier et cet enseignant un peu « à l’ancienne ». Ce fut tout
particulièrement le cas avec une dizaine de jeunes issus de la
promotion 2007. Aujourd’hui lycéens, ces élèves n’ont pas oublié
leur enseignant et ont organisé une petite surprise en chanson à
l’occasion de son pot de départ. « Pour eux, ici, c’est leur école !
Qu’ils y aient pris du plaisir, c’est ma fierté ! » lance l’instituteur,
un peu ému. Ce sont les fameux CM2 de 2007 qui approchent, ils
veulent parler à leur directeur, une nouvelle fois.
Il flotte comme un air de vacances à la Chartonnière en
ce début juillet. L’ambiance est détendue et
mélancolique à la fois. C’est la dernière journée d’école
pour les enfants mais également pour Monsieur Chuzel,
le directeur depuis 14 ans.
Une page se tourne, certes, mais le livre est loin d’être fini.
L’enseignant prétend n’avoir aucune angoisse pour la suite. Il
prendra enfin le temps car ses années de direction ont été
entièrement tournées vers l’école même les week-ends où il
n’était pas rare de voir la Citroën garée devant l’école. Un
camping-car prêt à partir, la visite du canal du midi à l’automne, la
lecture, du bricolage… le rythme sera différent certes mais pas
désagréable. Merci et bonne route Monsieur le professeur.
E
nfant du Beaujolais, ce fils d’instituteurs a toujours eu envie
de travailler avec les enfants. Après l’école normale
supérieure de Lyon, Gérard Chuzel commence sa carrière
d’enseignant dans les années 80 près de Monsols avec une classe
de 4 élèves seulement. « C’était une autre époque, j’emmenais mes
élèves en sortie piscine ou à la neige avec ma propre voiture ! ».
Plus tard à Létra, il participera à la réalisation d’un mur d’escalade
dans la cour de l’école avec des poignées de bureau d’écolier !
Avant d’intégrer la Chartonnière, Gérard Chuzel a travaillé 8 ans
à l’école Lamartine où lui-même avait été l’élève de sa maman.
On frappe à la porte. Quelques élèves passent la tête dans
l’encablure de la porte pour souhaiter une bonne retraite à
Monsieur Chuzel. Petits sourires, remerciements chaleureux.
On reprend le déroulement de carrière à la prise de poste à la
Chartonnière, une école avec 8 classes. Dès 1999, il participe
activement à l’accueil d’une classe CLIS (classe pour l'inclusion
scolaire). Ce dispositif permet l'accueil dans une école primaire
ordinaire d'enfants présentant le même type de handicap (12 au
maximum). 9 enfants sont ainsi accueillis à la Chartonnière avec
une véritable prise en charge de leur handicap par l’équipe
pédagogique et par la CAVIL, en charge des bâtiments.
Véronique Barnache succède à Gérard Chuzel depuis
septembre 2013. Cette enseignante connaît bien l’école de la
Chartonnière puisqu’elle y enseigne depuis 6 ans. 180 élèves ont
été accueillis dans cette école à la rentrée 2013/2014.
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 17
Entre nous
eil
Le courrier des lecteurs | Brèves de cons
BRÈVES de conseil
LE COURRIER
des lecteurs
05| Mai 2013 - 06| Juin 2013
Mon bac poubelle a été volé. Pourriez-vous m'indiquer les
démarches à faire pour obtenir un nouveau conteneur ?
Votre bac sera remplacé gratuitement dans les meilleurs
délais dès réception du récépissé de main courante
déposée auprès de la police nationale rue Barmondière.
J'aurais aimé inscrire ma fille en CHAM lors de son entrée en
6ème. Pourriez-vous me dire comment faire ?
Les demandes pour une éventuelle entrée en 6ème à
aménagement horaire du collège Claude Bernard sont à
formuler au moment des inscriptions prévues généralement
en février/mars. Des affiches sont apposées dans le
conservatoire pour informer de cette période d’inscription.
Vous pouvez également consulter le site ou recontacter le
conservatoire fin janvier pour connaître les dates exactes
d’inscription pour 2014/15.
Il faudra néanmoins que l’enfant ait le niveau requis en
formation musicale à savoir 1C5 (niveau équivalent à quatre
années de formation musicale révolues), pour pouvoir
formuler une demande.
Mon fils est scolarisé à la maternelle de la Chartonnière, il fait
15 min de périscolaire le matin et va à la cantine le midi.
J'aurais besoin qu'il reste le soir. Est-ce que c'est possible ?
Mon mari et moi travaillons tous les deux et mon mari part
souvent en déplacement.
En maternelle, les enfants ne peuvent être inscrits qu’à deux
services sur trois parmi : l’accueil du matin, l’accueil du soir
et la restauration scolaire.
Cependant, une dérogation motivée peut être demandée
auprès de la CAVIL (service âges de la vie
Tél : 04 74 03 32 62).
▶ Renouvellement de la convention de 3 ans entre la
CAVIL et l’ARCAV.
L’association assure la gestion du foyer logement pour personnes
âgées, le Cep et le centre d’accueil de jour pour personnes
souffrant de la maladie d’Alzheimer, l’Hippocampe.
Eu égard à l’intérêt public local, la CAVIL soutient l’activité de
l’association, notamment par l’octroi de subventions (54 800 € en
2013, 90 600 € en 2014 et 95 000 € en 2015).
▶ Le compte administratif du budget principal donne les
chiffres suivants :
38 254 181.14 € - recettes de fonctionnement (en augmentation
de 5.66% par rapport à 2011).
dont 61% d’impôts et taxes et 31% de dotations, subventions et
participations.
35 096 294.64 € - dépenses de fonctionnement
▶ Renouvellement de la convention entre la CAVIL et
Réseau Ferré de France, propriétaire du terrain Sernam
à proximité de la gare.
Il s’agit de l’exploitation de ce terrain en parking pour les usagers
de la gare SNCF.
▶Vote du prix du repas en restauration scolaire (écoles
CAVIL) :
Habitant CAVIL : 4.21 €
Participation de la commune : 2.26 €
Extérieur CAVIL : 6.47 €
Pour nous contacter
Email : [email protected]
Téléphone : 04 74 03 29 72
CAVIL - Service communication
115 rue Paul Bert - BP 70290
69666 Villefranche sur Saône cedex
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 18
Expression Politique
TRIBUNES
2014, vers un nouveau départ,
Irréalisable hier pour certains, vœu pieu pour d’autres, au 1er
janvier, la nouvelle agglomération Villefranche Beaujolais se mettra
en ordre de marche pour dessiner les contours d’un nouveau
territoire aux compétences renforcées et offrir à l’ensemble de
ses habitants de meilleurs services.
S’agrandir, c’est s’ouvrir aux autres, se forger une nouvelle identité,
prendre conscience que l’on ne peut rester en vase clos pour faire
face aux défis qui nous attendent, dans une période où nous
devrons savoir faire mieux avec moins.
Des priorités s’imposent :
- Le développement économique et l’accompagnement des
entreprises pour l’emploi de tous,
- La protection de notre environnement pour l’embellissement de
notre cadre de vie et celui de nos enfants,
- Le souci quotidien de la solidarité avec des services à la personne
plus performant.
Faisons ensemble que demain, l’agglomération Villefranche
Beaujolais, seule agglomération du futur département du Rhône,
devienne la vitrine de ce nouveau territoire.
Maires et élus des majorités municipales
[email protected]
Le droit d’Inventaire….
Au 1er janvier 2014, le territoire de la CAVIL passe de 4 à 21 communes.
Au bout de 10 ans de gestion de la Droite, quel inventaire le Groupe de
Gauche peut-il dresser ?
1) Une gestion financière des deniers publics ne doit pas se borner à la
recherche d’un strict équilibre. Elle doit aussi faire des choix judicieux
en fonction des besoins réels de la population. Or, certains ont été
particulièrement malheureux :
Construction d’un ensemble rugbystique surdimensionné en coût (plus
de 15 M d’€) et par rapport aux besoins réels.
Mais refus de construire une véritable salle de musique et de concerts,
moins coûteuse, répondant aux vœux de nombreux citoyens.
Aide financière trop réduite pour la construction ou l’aménagement de
logements sociaux
Incitations financières insuffisantes pour une politique économique
ambitieuse et l’installation d’entreprises créatrices d’emplois.Voir l’échec
de la venue d’IKEA.
Par contre, choix positif dans la nouvelle politique de transports publics
et la volonté d’équilibrer le budget de fonctionnement au service des
usagers.
2) Gestion de l’eau : un contrôle insuffisant des prétentions financières
du délégataire et de la qualité de l’eau potable ont nécessité des réactions
vigoureuses des élus de gauche. Les tarifs ont été stabilisés et des efforts
sont entrepris pour en améliorer la qualité.
Pourquoi la droite continue-elle de confier cette gestion à une
entreprise privée axée sur la recherche de bénéfices là où une gestion
publique éviterait de transformer l’usager en client ?
3) Le groupe de Gauche n’approuve pas le projet de scission du
département du Rhône en une énorme métropole lyonnaise écrasant
de son pouvoir gestionnaire et financier le reste croupion du
département, centré autour deVillefranche, transformé en parent pauvre
et cité-dortoir de la métropole.
Cet inventaire loin d’être exhaustif reflète une réalité beaucoup moins
flatteuse pour la droite !
Jérôme SADDIER et Alain GALLAND (Villefranche-sur-Saône),
Alain GAY (Gleizé), Albert SZAC (Limas)
Groupe de gauche
[email protected]
2014 : de nouveaux enjeux pour la Communauté
d’agglomération
2014 marquera un tournant pour la Communauté
d’agglomération, qui regroupera 21 communes. Cette nouvelle
étape doit permettre de poursuivre deux grands objectifs : d’abord
recentrer les missions de la Communauté d’agglomération, dans
un souci d’économies et de réduction de la dépense publique. La
future CAVIL ne devra pas chercher à tout faire ; il faudra au
contraire concentrer son action autour de quelques priorités, en
particulier le développement économique et les enjeux
environnementaux (qualité de l’eau, gestion des déchets,
protection de l’environnement).Villefranche et son agglomération
devront ensuite profiter de la création du nouveau département
du Rhône, qui ira du sud-est de Lyon au Beaujolais. Nous devons
tout mettre en œuvre pour faire de Villefranche le chef-lieu et la
Préfecture de ce nouveau département. Ce statut permettrait de
renforcer les services publics dans notre agglomération, d’enrichir
l’offre de formation et les filières d’enseignement supérieur et
d’accélérer le développement économique, touristique et culturel
de notre territoire.
Cette fin d’année 2013 marque un tournant important pour notre
bassin de vie : La fin de notre communauté d’Agglomération à 4
communes et la naissance d’une nouvelle agglomération à 21
communes.
Que cette année 2014, à enjeux, nous rappelle, dans ces périodes
contraintes budgétairement, nos responsabilités et nos
engagements nécessaires en faveur du développement
économique, de l’emploi, d’un aménagement du territoire raisonné
et de compétences et actions prioritaires pour un territoire
équilibré et où il fait bon vivre, quel que soit l’âge de la vie.
Olivier DESMULES
Conseiller municipal de Villefranche
Conseiller communautaire
Pascal Ronzière
Conseiller municipal de Villefranche
Conseiller communautaire
Le journal de la CAVIL | Décembre 2013 | p 19
Le journal de la CAVIL | Avril 2013 | p 5

Documents pareils

FE V R IE R 2011 - N U M É R O 24

FE V R IE R 2011 - N U M É R O 24 96 rue de la sous-préfecture Villefranche 11 rue Pierre Ponot Limas - 04 74 09 43 10 [email protected] > Office de tourisme 96 rue de la sous préfecture - 04 74 07 27 40 [email protected]

Plus en détail