Visiter les collections archéologiques

Commentaires

Transcription

Visiter les collections archéologiques
Fiche de visite
VISITER LES COLLECTIONS ARCHÉOLOGIQUES
Les collections archéologiques du musée d’Unterlinden sont regroupées dans deux salles du sous-sol, la cave rectangulaire à voûte
en berceau étant consacrée à la préhistoire, à la protohistoire (du Néolithique à l’âge du Fer) et la période mérovingienne, la salle
voisine évoquant la période gallo-romaine, illustrée notamment par la mosaïque de Bergheim. Elles concernent essentiellement
l’histoire régionale.
Les objets archéologiques proviennent des collections anciennes du musée et des fouilles effectuées par l’Equipe Archéologique de
Colmar depuis 1954. Certains d’entre eux appartiennent au musée archéologique de Strasbourg (palais des Rohan) mais
proviennent de la région colmarienne (la moitié nord du Haut-Rhin à partir d’Ensisheim). De la même manière, des objets du musée
d’Unterlinden, d’origine bas-rhinoise, ont été déposés à Strasbourg.
Ce qui peut précéder la visite
Début de la visite
Se familiariser avec le métier d’archéologue
Avant d’arriver dans les salles d’archéologie, on peut d’abord
observer le bâtiment et s’interroger sur le lieu. Le musée est un
tout et ne se réduit pas à une partie de collection.
Pour une grande majorité d’enfants, archéologie est synonyme
de préhistoire. Or, elle peut concerner des périodes tout à fait
contemporaines (exemple de l’archéologie industrielle).
On peut envisager, comme préparation en classe, d’essayer de
définir ce qu’est l’archéologue et l’archéologie :
- en questionnant les enfants : l’archéologie, çà sert à quoi ?,
l’archéologie me fait penser à...
- en apportant des connaissances aux enfants sur le métier
d’archéologue et sur les fouilles. Il ne s’agit pas de faire un trou
au hasard pour trouver des objets précieux. Il faut prélever des
indices sur le terrain pour localiser un site archéologique, en
observant, par exemple, des photos aériennes.
- en les confrontant à la notion de chronologie : les couches
stratigraphiques. On étudie les successions des différentes
couches de terre appelées sédiments, déposées les unes sur
les autres au cours du temps. Les plus anciennes sont en
profondeur, les plus récentes en surface. Chaque couche
renvoie à une activité humaine : c’est comme un livre dont on
tourne les pages.
Qu’est-ce qu’un musée ? Qui connaît le musée d’Unterlinden ?
Quelle est la collection archéologique du musée ?
Où vont les objets découverts après une fouille ?
Dans la salle d’archéologie
L’organisation des vitrines nécessite de mettre en place au
préalable un système de repérage pour les enfants. Sur le
rebord de la vitrine, de petites bandes de papier peuvent être
fixées pour délimiter chaque sous-partie, celles-ci étant
matérialisées par des étiquettes portant les lettres A, B ou C. Il
convient que les enfants aient bien compris ce système ainsi
que celui des cartels.
Pour apprendre à se repérer dans l’espace et à repérer des
objets, on peut jouer, à partir de photographies (qui peuvent
être mises à disposition par le service éducatif), à chercher
dans quelle vitrine l’objet se trouve.
Fabriquer...
... une stratigraphie fictive composée de feuilles de papier
de différentes couleurs.
Comme l’archéologue, j’enlève feuille après feuille et recherche
des indices et des objets dessinés. Je prends conscience de la
longueur du travail et me rend compte que toute fouille détruit.
Il est donc indispensable de noter dans mon cahier de fouille le
maximum d’informations sur les éléments que je découvre. Je
doit donc mettre en place un système pour noter la position des
objets qui apparaîssent. Je me prépare...
... un quadrillage sur le plan du site (le carroyage). Afin de
localiser les objets décou-verts sur le site, l’archéo-logue
découpe le terrain de fouille en différents carrés désignés par
une lettre et un chiffre. Comme lui, sur cette grille, je dessine
les objets que je découvre
dans les couches archéologiques en respectant les
proportions et je reproduis les
décors. J’apprends à me
repérer sur le quadrillage et
je dessine avec soin et
précision.
On peut réaliser un minichantier dans un bac à sable
comme un site archéologique
que l’on aura quadrillé. La
localisation
des
objets
découverts peut être reportée
sur ce type de plan.
Quelques repères...
A l’échelle des 12 heures que parcourt la petite aiguille de nos
pendules pour accomplir un tour complet :
- il est minuit losque l’homme devient semblable à nous ;
- pendant plus de 10 heures, l’homme se contente d’être un
chasseur-cueilleur ;
- vers 10h15, l’homme se met à cultiver et à élever des
animaux ;
- il est environ 11h lorsqu’il maîtrise la métallurgie du bronze ;
- à 11h15, il forge le fer ;
- il est déjà 11h30 quand naît Jésus-Christ ; c’est l’an 0 de notre
ère.
Autrement dit, à cette échelle, une demi-heure seulement nous
sépare de la conquête des Gaules par César.
Extrait du livret pédagogique de l’exposition “1000 ans avant J.-C. en Europe
barbare”, réalisée par Anne-Sophie Leclerc et Daniel Simonin, musée de la
Préhistoire d’Ile-de-France, Nemours, 1988.

Documents pareils