Les études de dentisterie en Belgique francophone

Commentaires

Transcription

Les études de dentisterie en Belgique francophone
 Les études de dentisterie en Belgique francophone En Belgique comme en France, le dentiste s’occupe de la santé buccale du patient dans des
actes de prévention, de traitement et de plus en plus d’esthétique. Le dentiste généraliste
d’occupe des soins de conservation et du placement de prothèses.
L’orthodontiste traite les anomalies liées à la forme de l’articulé dentaire et de la position des
mâchoires.
Certaines spécialités ne sont pas reconnues officiellement : la pédodontie (soins aux
enfants), la paradontologie (soins aux gencives), l’endodontie (soins à la racine et à la
pulpe).
1. Conditions d’exercice
Profil
Pour exercer ce métier, il faut savoir être adroit et méticuleux. Le contact avec tous types de
patients demande certaines capacités de communication et d’adaptation. Le dentiste doit
rester calme, avoir confiance en lui et faire preuve d’une bonne résistance physique et
nerveuse. Les progrès constants de la discipline demandent au professionnel de se former
régulièrement.
Environnement professionnel
Le dentiste exerce en cabinet libéral ou à l’hôpital. Il doit respecter les règles de déontologie
du corps médical.
2. Formation
La médecine dentaire est une spécialité médicale qui implique soins aux patients et
euroguidance – août 2014 techniques de précision. La formation du futur dentiste s'organise en un programme de
bachelier (3 ans) permettant d'acquérir les compétences humaines et techniques pour
aborder le master en sciences dentaires (2 ans) consacré en priorité à des stages cliniques
(chaque étudiant soigne ses propres patients).
Le programme de bachelier en sciences dentaires :
propose une pédagogie variée centrée sur les acquis progressifs de l’étudiant.
A côté d’une solide formation en sciences fondamentales enseignée principalement par
cours magistraux, les étudiants sont invités à se familiariser avec leur future pratique lors de
stages. Ceux-ci sont d’abord passifs c’est-à-dire exclusivement d’observation durant la
deuxième année, puis progressivement plus actifs afin d’être prêts pour aborder le master en
sciences dentaires constitué principalement de stages cliniques durant lesquels chaque
stagiaire soigne ses propres patients.
Pour familiariser les étudiants aux actes techniques, des travaux pratiques sont organisés
dès la 2ème année de bachelier. L'organisation de ces travaux pratiques s’appuie sur les
cours théoriques des disciplines correspondantes pour que l’étudiant puisse mettre en
pratique simultanément ses apprentissages théoriques.
Au terme de cette formation, l'étudiant pourra envisager une spécialisation en suivant un
master complémentaire dans les différents secteurs de la dentisterie c'est a dire dentiste
généraliste (DG), dentiste spécialiste en orthodontie (DSO) en 4 ans et dentiste
spécialiste en parodontologie (DSP) en 3 ans.
Le master en sciences dentaires comprend :
•
L’approfondissement et l'application clinique des enseignements et des techniques dont
les bases scientifiques ont été acquises en Baccalauréat
• L’apprentissage des techniques de dentisterie restauratrice, de prothèse, de
parodontologie et d'implantologie, ainsi qu'une initiation aux techniques chirurgicales
simples
• des cours, séminaires, stages cliniques, travaux pratiques et un mémoire de fin d'études
Il existe également des certificats en 3 ans dans des disciplines non prises en charge par
l’assurance maladie belge : dentisterie conservatrice et endodontie, dentisterie pédiatrique,
prothèse dentaire
3. L’inscription
•
Pour pouvoir s’inscrire, il convient de se rapprocher d’abord du service des
équivalences du ministère de l’enseignement à Bruxelles afin de déposer une
demande de reconnaissance du Baccalauréat français en équivalent belge.
Cette démarche doit impérativement être introduite avant le 15 juillet de l’année
d’inscription.
Toutes les informations sur cette procédure figure sur le site :
http://www.equivalences.cfwb.be
euroguidance – août 2014 •
L’instauration de quotas régulant le nombre d’étudiants dans certains cursus de 1er
cycle de l’enseignement supérieur
En date du 12 juillet 2012, le décret intégrant les cursus de médecine et de sciences
dentaires dans le dispositif mis en place par le décret du 16 juin 2006 régulant le nombre
d'étudiants dans certains cursus de l'enseignement supérieur a été voté par le Parlement de
la Communauté française de Belgique. Ce décret vise les étudiants qui s'inscrivent pour la
1ère fois dans ces cursus en Communauté française.
Tous les candidats désireux de s'inscrire aux études de bachelier en dentisterie devront
donc se rendre personnellement au service des inscriptions de l'université choisie durant une
période précise, généralement 3 jours à la fin du mois d’août afin de déposer un dossier de
demande d’inscription, soumis à tirage au sort si le nombre total de demandes émanant des
non-résidents excède 30% de la capacité d’accueil.
L’ordre d’arrivée des dossiers durant ces 3 jours n'interviendra pas dans l’établissement de
l’ordre de priorité des inscriptions. Il n’est pas autorisé de déposer plusieurs dossiers dans
plusieurs écoles ou pour plusieurs filières concernées par l’application des quotas.
Au moment du dépôt du dossier, les institutions enregistrent les demandes sans procéder à
leur vérification. Il est de la responsabilité de l’étudiant de s'assurer que son dossier est
complet, en ce compris les déclarations relatives au passé académique et/ou professionnel.
Les dossiers classés en ordre utile mais incomplets seront considérés comme irrecevables.
Si le quota maximal d’inscriptions tel que fixé par le décret du 16 juin 2006 est dépassé, les
dossiers déposés durant ces 3 jours, seront classés par ordre sur base d’un tirage au sort
effectué sous le contrôle d’un huissier de justice.
Le décret du 16 juin 2006 :
http://www.fundp.ac.be/etudes/inscription/procedures-inscription/veterinaire/Cte-Fr.-Decretnon-residents.pdf
4. Les établissements de formation proposant des études en sciences dentaires :
Université libre de Bruxelles (ULB) 1050 Bruxelles
Avenue Franklin Roosevelt, 50
Tél +32-2-6502111
Site de l’université
Université Catholique de Louvain (UCL) 1348 Louvain-la-Neuve
Place de l’université, 1
Tél +32-1-10472172
Lieu de formation : Chaussée de Tirlemont, 85 – 1370 Jodoigne +32- 10 81 88 51
Site de l’université
Université de Liège (ULg) 4000 Liège
Place du 20 Août, 9
Tél +32-4-3662111
Site de l’université
5. L’exercice de la profession en France
En application de la directive 2005/36/Ce relative à la reconnaissance des qualifications
euroguidance – août 2014 d’une part, et d’autre part des dispositions des articles L.4111-1 et L.4141-3 du Code de la
santé publique, les ressortissants d’un État membre de la Communauté européenne ou
partie à l’accord sur l’Espace économique européen peuvent être inscrits au tableau de
l’Ordre des chirurgiens-dentistes de leur lieu d’exercice s’ils sont titulaires d’un titre de
formation de praticien de l'art dentaire délivrés par l'un de ces Etats conformément aux
obligations communautaires et figurant sur une liste établie par arrêté des ministres
chargés de l'enseignement supérieur et de la santé.
En application des dispositions de l’article L.4112-2 du Code de la santé publique, le
praticien qui demande son inscription au tableau doit faire la preuve d’une connaissance
suffisante de la langue française.
En cas de doute sur cette connaissance de la langue française, le président du conseil
départemental de l’Ordre ou son représentant peut entendre le praticien. Une vérification
peut être faite à la demande du conseil de l’Ordre ou de l’intéressé par le médecin
inspecteur départemental de santé publique
Pour tout renseignement à ce sujet, il convient de contacter l’ordre national des chirurgiens
dentistes :
Ordre national des chirurgiens dentistes (ONCD)
22 Rue Emile Menier, 75016 Paris
01 44 34 78 80
http://www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr/
Lien vers leur page d’information pour les professionnels formés en Europe
euroguidance – août 2014 

Documents pareils