Jan-Fév-Mar 2013

Commentaires

Transcription

Jan-Fév-Mar 2013
1
Quartier Latin
300 rue Ontario Est
T : 514-288-7915
2
Plateau Mont-Royal
2047 av. Mont-Royal
T : 514-523-8166
3
Rosemont - Petite-Patrie
2656 rue Masson
T : 514-528-9846
m)
co e!
.
y
la n
,
he amb a don
p
a
r
ç
r t
tog dre ue
ho @an ce q
p
tre fo ici
No ay (in te.Vo
l
i
mb u vis
e
r
d
T n
dré re
An ous a
n
Vous reconnaissez votre joli minois? Venez vous identifier
dans notre album, sur notre page Facebook.
Équipe de L’Alambic
Pour nous joindre: [email protected]
Éditrice: Marie-Eve Bourassa
Rédaction: Alexandre Lefebvre, Marie-Eve Bourassa
Photos: André Tremblay Photographe, [email protected]
Audio-Visuel: Valérie Chagnon & Jérôme Laflamme
Coordination cocktails vedettes: Monika Beaulieu
Service aux partenaires et soutient administratif: Anny Pinard
Opérations, membre fondateur de l’équipe: Philippe Haman
Design et infographie : David Simard, ektoplasme.com
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 2 • jan - fev - mar 2013
Gueule de bois
La Cinquième saison
Par le Buveur
Mardi Gras, c’est une journée. Et Carnaval, c’est une saison.
pour se réchauffer qu’on le fera. Et, selon monsieur Météo, Carnaval 2013 s’annonce glacial. Comme le dit la chanson : CarnaCarnaval, c’est de loin ma saison préférée. J’irais volontiers vivre
val de Québec, on y vient de partout, pour se rougir les joues! (Un
dans un pays où c’est carnaval à l’année.
gars connaît ses classiques…)
Plus qu’une simple fête, carnaval est en
Dire que je ne vais pas m’ennuyer des filles léquelque sorte un passage obligé, un rite,
C’est le cœur et l’envie
gèrement vêtues de la Big Easy serait mentir.
avant la purification. Je vous arrête tout de
pleins d’espoir qu’on se
Mais la beauté de la chose, c’est que même
suite : je ne suis pas croyant. Mais mon foie
pointe dans notre belle
un Kanuk, même un casque de poil, même
l’est. Et depuis deux ans, il me supplie de lui
une flasque de whisky ne réussit pas à réCapitale. Watchez-nous
accorder, une fois par année, une pause bien
chauffer autant que la proximité d’un autre
ben carnavaler comme
méritée. Que ce break arrive en même temps
que le carême, quelque part, c’est presque
des champions! Québec corps humain – nu de préférence. Je ne suis,
quelque part, pas si loin d’être un preux cheun adon. Disons simplement que les festiviaura jamais vu ça.
valier. Quand une pauvre demoiselle a froid, je
tés de Mardi Gras sont si intenses que j’acm’offre toujours pour abréger ses tourments
cueille l’accalmie les bras grands ouverts…
avec un peu de chaleur humaine maison. Estmême si, on s’entend, je craque toujours avant l’arrivée du congé
ce que j’ai mentionné qu’on prévoyait des records de froid?
Pascal.
C’est le cœur et l’envie pleins d’espoir qu’on se pointe dans notre
Cette année, la cinquième saison arrive juste à point. Je me suis
belle Capitale. Watchez-nous ben carnavaler comme des chamviré à l’envers avec ma folle burlesque. Pas tellement que j’ai le
pions! Québec aura jamais vu ça. Des plans pour qu’ils fassent
cœur brisé. Mais depuis Dotty, il n’y a plus de fille à la hauteur de
des sculptures de glace à notre image, l’année prochaine. Des
ses talons de six pouces. Il faut que je me la sorte de la tête. Et la
plans pour qu’ils nous demandent d’être porte-parole
meilleure façon de perdre la mémoire reste encore d’abuser des
ou bien mascotte. Désolé, mon Bonhomme, on dibonnes choses de la vie.
rait ben qu’on s’en vient te voler ta job.
Bon, je suis loin d’avoir les moyens
On est habillés comme des trappeurs, comme
de sauter dans un avion pour fêdes coureurs des bois : comme des colons
ter avec les Cajuns, comme il y
qui s’en vont défricher une terre sauvage,
a deux ans. Rio, Cologne, Guainconnue. Une terre généreuse. On laisse
deloupe ou Santa-Cruz, on ounotre Métropole en jachère le temps d’une
blie aussi. On va se faire plus
saison – elle a déjà tant donné, elle a besage ; monétairement parlant,
soin de repos. On se couvre de fourrure,
of course.
en route pour affronter les joies de l’hiQuébec. À nous les défilés de
ver. Rions, chantons, dansons, c’est
nuit et les bains de neige! Le cale Carnaval!
ribou et les cafés comiques! Si ailTrois heures de voiture, la muleurs on boit pour se rasique dans le tapis. Ouf… je
fraîchir, nous,
vois déjà d’ici l’état lamentable
c’est
qu’on aura dans une semaine.
J’ose à peine imaginer l’odeur
douteuse qui embaumera la
voiture, une fois Carnaval terminé.
Sommaire
JÉRÔME LAFLAMME
4
BELLE GUEULE HEFEWEIZEN
CAÏPIRINHA
5
JÄGERMEISTER
10
8
LA DISTILLERIE DANS LE MONDE 14
CARTE COCKTAILS
16
TRUMAN CAPOTE
6
CACHAÇA LEBLON
12
COCKTAILS SAISONNIERS
18
ZUBROWKA
7
CALENDRIER
13
ARMOIRE À BOISSONS
19
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 3 • jan - fev - mar 2013
emploi-yé !
Par Marie-Eve Bourassa
Jérôme Laflamme : « ça sembre bon ».
Les années 1980, c’est bien plus que Madonna, Michael Jackson, Roxette et Tiffany. Les années 1980 ont aussi été le berceau
de quelques étoiles au Québec : et nous ne parlons pas seulement de Joe Bocan ou Kashtin, ici.
À 45 minutes de Québec, la charmante municipalité de SainteAgathe-de-Lotbinière a vu naître et grandir le non moins charmant Jérôme Laflamme, connu par plusieurs sous le sobriquet
«Jey».
Comme tout bon enfant né dans ces années de désastre vestimentaire, Jérôme a grandi bercé par les délicates blagues de
Rock et Belles Oreilles et la puissante voix de la p’tite Dion. Une
bière, une VHS de RBO dans le vidéo, pis on est en business !
Mourial, ça existe même pas, Mourial.
Avant d’atterrir sur notre belle Métropole, Jérôme a passé par la
Capitale, le temps d’y faire un DEC et d’en commencer un autre.
Il croyait à tort que Mourial, c’était trop grand, trop gros pour lui.
Les années ont passé, et maintenant, Jérôme se trouve à Montréal comme un poisson dans l’eau.
Même que, parfois, c’est Montréal qui se met à croire qu’il est
trop grand pour elle.
C’est peut-être pour ça que Jey a senti le besoin, il y a quelques
années, d’élargir encore plus ses horizons. Réalisant le rêve de
plusieurs, il s’est embarqué, son sac sur le dos et son destin de-
Jérôme Laflamme
vant lui, pour l’Europe. Il y a appris à vivre avec pas de cash,
avec pas d’itinéraire précis, mais surtout, avec lui-même. Depuis, il porte Rome et Barcelone bien au chaud dans son cœur.
Prenderiez-vous un p’tit café ?
Après avoir vendu de la poule au St-Hubert, Jérôme se trouve
un emploi dans un bar bien connu du Quartier Latin et du Plateau Mont-Royal (pas encore de Rosemont) – La Distillerie. Làbas, où tout est neuf, tout est sauvage, sa passion pour les cocktails s’affirme, son palais se raffine. Comment l’allumer (lorsqu’il
est derrière le bar…)? Commandez-lui un cocktail sur mesure
ou une création originale : Jérôme aime faire travailler ses méninges et son expérience au service du buveur. D’ailleurs, si
vous lui demandez quel est son cocktail préféré sur la carte, il
vous répondra à brûle-pourpoint que cette dernière ne sert que
de suggestion. Néanmoins, il aime bien le Mad Man et le Castro Flambé. Du côté des allongés, sa préférence va au Yariba
Yariba. Un incontournable : le Old Fashioned, avec Knob Creek.
Son alcool de prédilection : la tequila. En cocktail, of course, mais
aussi dans son plus simple appareil : toute nue, pas de glace.
Un téléviseur gratuit. Gratuit ?
Jérôme est aussi passionné de
télévision et de cinéma. Il écoute
présentement, et avec beaucoup
d’engouement, la série The Walking Dead. Il affectionne tout
particulièrement les réalisateurs
Danny Boyle et Stanley Kubrick.
Et Tarantino, «comme tout le
monde», précise-t-il.
Cherchez la VHS dans notre
carte et trouvez les coups de
coeur de Jérôme.
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 4 • jan - fev - mar 2013
À chacun son cocktail
Fidèle à la tradition européenne, le Carnaval de Rio a lieu
chaque année entre l’Épiphanie et le carême, durant les
quatre jours précédant le Mercredi des Cendres. La coutume
de l’entrado voulait que l’on jette de l’eau sur une autre personne, une purification symbolique avant l’entrée dans le carême. C’est dans le respect de cette pratique qu’on lance aujourd’hui des confettis.
c a rê m e
M o n c o c k ta ilau baprmréan en service de
nder
N’hésite pas à dema
à tes goûts.
écialement adapté
sp
l
tai
ck
co
un
er
cré
Extrêmement coloré et festif, le Carnaval de Rio est l’événement touristique par excellence du Brésil. Sous des airs
de samba endiablés, la population et les fêtards costumés
s’unissent, un verre de délicieuse Caïpirinha à la main, le
cocktail national du pays.
Carnaval de Rio
C’est au tour de Josée-Lise Hébert de s’amuser avec le caractère d’un
classique. Vous aimez la Caïpirinha, vous adorerez son Bossa Nova, un
savant mélange d’avant-gardisme et de classicisme. Vidéo disponible
au www.distillerie.tv
Class... hic!
L’histoire de la Caïpirinha s’apparente à celle du
Mojito : on ignore où, quand et qui est à l’origine de
ce cocktail. On situe sa naissance tout près de celle
de la Cachaça, ce spiritueux agricole fait à base du
jus de la canne à sucre. On peut très bien imaginer
que l’ajout de la lime et du sucre desservait des fins
de camouflage.
Tout comme son cousin Mojito, la Caïpirinha est un
breuvage de paysans. D’ailleurs, son nom est une déformation du mot
portugais «caïpira», signifiant «pèquenaud». Largement bu dans les
campagnes brésiliennes, sa popularité à toutefois su s’étendre partout dans le pays, en faisant fi des différentes castes.
L’engouement universel pour le breuvage vient en grande partie de sa
simplicité et de sa remarquable malléabilité. En effet, un nombre incalculable de variations existe et on peut du coup affirmer que chacun
saura trouver Caïpirinha à son palais.
La Caïpirinha est une autre excellente raison de chanter : «Return, I
will, to old Brazil… Brazil…» Et, du coup, de mettre la chanson dans
la tête de tout le monde.
La Caïpirinha
2 oz ¾ oz
4
Cachaça
sirop simple
cubes de lime
soda (facultatif)
PRÉPARATION : Dans un verre old fashioned, piler les
cubes de lime pour bien en extraire le jus. Ajouter la
glace, le sucre et la Cachaça. Remuer.
« Au carnaval, tout le monde est jeune,
même les vieillards. Au carnaval tout le
monde est beau, même les laids. »
Nicolaï Evreïnov
www.distillerie.tv
• L’ALAMBIC
• 5 • jan
- fevjanvier
- mar 2012
2013
JOURNAL DE LA DISTILLERIE
• 5 • Édition
no.33,
Le Cocktail orange de Truman Capote
Par Marie-Eve Bourassa
« But I’m not a saint yet. I’m an
alcoholic. I’m a drug addict. I’m
homosexual. I’m a genius. »
Truman Capote
Il était New Yorkais de la
tête aux pieds, New Yorkais jusque dans la moelle.
Né, selon les ragots, dans
le lobby d’un hôtel de la
Big Easy, c’est à la Big
Apple qu’alla sa préférence. Pourtant, Truman
Strecfus Persons, reconnu
pour son extravagance,
nous semble parfaitement
incarner l’esprit de La Nouvelle-Orléans. Portrait d’un
alcoolique notoire, junky,
homosexuel, portrait d’un
génie : portrait de Truman
Capote.
Peu à peu, il devient le confident des deux condamnés à mort,
Richard «Dick» Hickock et Perry Smith. Obsédé par la cause,
Capote n’arrive plus à écrire sur un autre sujet. Sa santé est
ruinée et il boit exagérément. Appel après appel, il en vient à
souhaiter que les deux garçons soient enfin exécutés pour
qu’il retrouve enfin sa vie. Cette pensée égoïste le gruge.
À la demande des accusés, il assiste à l’exécution,
qui le rend physiquement
malade. Il écrira In Cold
Blood tout de suite après,
en quelques jours.
Cette expérience délirante
brise quelque chose en lui
et le transforme à jamais.
It may be normal, darling;
but I’d rather be natural.
Capote connaît alors la
popularité et est invité à
Truman Capote était un amateur de Screwdriver
pavaner dans les cercles
huppés de Manhattan. Il assiste à des événements chics
Fils d’une reine de beauté de 17 ans, Truman Capote est né
en étant tout à fait conscient qu’il n’y est pas invité pour sa
le 30 septembre 1924. Le jeune Truman est âgé d’à peine 4
personnalité, mais pour sa réputation. Peut-être qu’avoir une
ans lorsque ses parents divorcent. Sa mère, ne pouvant plus
célébrité littéraire dans leur cercle faisait oublier à tous ces
s’occuper de lui, l’envoie vivre chez de la famille éloignée. Il
parvenus leur propre futilité. Il sait pertinemment qu’une fois
grandit entouré d’alcooliques.
l’éclat de la célébrité terni, il ne sera plus le bienvenu dans
Honte d’avoir pour fils une «fée», ses parents l’obligent encette clique du Upper East Side. On comprend alors pourquoi
suite à aller à l’école militaire. Enfance malheureuse, tristesse
il n’hésite pas à trahir ces faux amis dans Answered Prayers:
et solitude, Truman Capote prétend avoir reçu «l’appel» de
The Unfinished Novel, en traçant un remarquable portrait de
l’écriture à 11 ans et, deux ans plus tard, il avait entrepris une
leur vide. Ils ne lui pardonneront jamais.
démarche professionnelle sérieuse. Qui dit vocation…
À la fin des années 1960, Truman Capote souffre d’une sévère
Ouvertement gai, Capote est un personnage plus grand que
nature qui fait parler, en bien ou en mal. Certains l’adorent.
C’est le cas d’Andy Warhol, jeune artiste, qui lui écrit plusieurs lettres d’admiration. D’autres adorent le détester : il est
gai, d’accord, mais a-t-il vraiment besoin d’être si efféminé?
dépendance à l’alcool et à la drogue. Les événements de In
Cold Blood l’on profondément troublé. Son écriture en est
affectée et il est en colère. Ces anciens amis éveillent chez
lui de la rage. Il apparaît à la télévision, saoul, et avoue qu’il
pense à se tuer, comme sa mère avant lui.
In Cold Blood
Il meurt en 1984, alors âgé de 59 ans, d’un cancer du foie.
On ne peut tracer un portrait de Truman Capote sans parler
de In Cold Blood et des terribles événements du 15 novembre
1959.
My Orange Drink
Suite au meurtre de quatre membres de la famille Clutter, à
Holcomb, Capote décide de se rendre au Kansas. Travaillant
alors pour le compte du The New Yorker, il planifie faire un
court essai sur les bouleversements que ces meurtres ont
causés aux habitants de la communauté de fermiers sans histoire. Il est loin de se douter que les meurtriers, qui couraient
toujours, allaient être pincés, et que cette brève incursion
boufferait six ans de sa vie.
Capote était un amateur de Screwdriver, «my orange drink»,
comme il disait. New York était sa ville, son terrain de jeu.
Avec Andy Warhol, il était un habitué du Studio 54.
“The answer is good things only happen to you if you’re
good. Good? Honest is more what I mean... Be anything but a coward, a pretender, an emotional crook, a
whore: I’d rather have cancer than a dishonest heart.”
Truman Capote, Breakfast at Tiffany’s
Un soir comme il y en eu tant d’autres, Truman Capote était attablé avec un ami et buvait. Non loin d’eux, un couple très éméché.
Prenant son courage à deux mains, la femme décide de demander un autographe à Capote. L’homme est jaloux et, se levant à son
tour, rejoint la tablée. Devant Capote, il sort son «équipement» (pour reprendre l’expression de l’auteur) et annonce : «Tu aimes
signer des trucs ? Et bien, signe ça.» Capote a souri : «Je ne crois pas que je pourrai le signer ; je pourrais peut-être l’initialiser?»
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 6 • jan - fev - mar 2013
Where the buffalo roam
Par Alexandre Lefebvre
Au seizième siècle, la vodka était déjà populaire auprès de la noblesse européenne. Le plus souvent fabriquée à partir de grains
(seigle, blé, sarrasin), la vodka de l’époque n’était pas un produit
des plus fins; pour pallier les impuretés d’une vodka artisanale, il
était commun de l’aromatiser avec des plantes, les notes végétales
prenant le dessus sur le goût prononcé de l’alcool.
C.Z.  8.50
Ce n’est pas un Ceasar: c’est beaucoup mieux.
Entre autres parce qu’il y a de la Zubrowka dans le
verre - et on vous met au défi de trouver quelqu’un
qui n’aime pas ça. Mais surtout parce que c’est JeanPhilippe Faille qui est l’artisan derrière ce C.Z.
1 ½
½ oz
½ oz
¾ oz
Zubrowka
Bénédictine
jus de citron
sirop de céleri maison
PRÉPARATION : Réunir tous les ingrédients dans un
verre boston, avec de la glace. Remuer. Passer au
tamis et verser sur une nouvelle glace dans un verre
old fashioned, givré de sel de céléri. Décorer d’une
branche de céléri.
Kulig 8.50/17
Jadis, les gens de l’aristocratie polonaise se réunissaient, l’hiver, dans des cortèges de luges tirées par des
chevaux. Allant ainsi de manoir en manoir, ils festoyaient
autour de grands banquets. On appelait cette tradition
kulig. Nous avons l’impression que Jonathan Haman est
à deux cocktails de faire revivre cette coutume.
2 oz
Zubrowka
3 cubes ananas
1 oz
blanc d’oeuf
3 quartiers citron
½ oz
sirop simple
½ oz
sirop de thé chai maison
1 trait
Angostura
2-3 traits poudre de piment Chipotle
PRÉPARATION : Dans un pot mason, piler les ananas
presser le jus des quartier de citron et réunir tous les
ingrédients, sur glace. Agiter. Décorer d’un cube et
d’une feuille d’ananas.
VIDÉOS DISPONIBLES SUR WWW.DISTILLERIE.TV
Une herbe tenait figure de proue, à l’époque, quand on voulait créer
une macération, une herbe sucrée, poussant droite et fière dans le
sous-bois de Bialowieza, offrant à qui traverse la forêt des riches
effluves de vanille, de paille et de noix. On l’appelle «herbe sucrée»,
à cause des parfums qu’elle dégage. Son nom grec est Hierochloe
Odorata, signifiant «herbe sainte et parfumée». Ceci dit, le patronyme qui sied le mieux à cette herbe vivace est «herbe de bison»
(ces gros ruminants en raffolent!). Notons que l’unique troupeau
de bisons sauvages d’Europe se trouve dans la forêt de Bialowieza,
patrimoine mondial de l’UNESCO depuis la fin des années 1970. Le
terme polonais pour bison est zubr, d’où le nom de la vodka qu’elle
aromatise. Ce troupeau, qui faisait face à l’extinction suite à la Première Guerre Mondiale, compte désormais plus de trois cents têtes
(six cents cornes!).
En Europe, il était coutume de fixer des tresses d’herbe de bison
à l’entrée des églises lors des fêtes. Elle est aussi utilisée pour
confectionner des thés et on lui octroie des propriétés médicinales.
De surcroit, l’herbe de bison se retrouve en grande quantité sur le
continent américain. Les Amérindiens s’en servaient dans plusieurs
aspects de la vie quotidienne : comme encens, pour tresser des paniers, certains fumaient l’herbe sucrée pour souligner une occasion spéciale ou célébrer la paix entre les tribus. Dans les grandes
plaines, là où les bisons migraient massivement, on croyait que
cette herbe avait été la première à recouvrir la Terre-Mère.
Cinq siècles plus tard, les choses ont bien changé, la distillation est
désormais un procédé scientifique hautement régulé, et
la fabrication d’une vodka ne laisse plus rien au hasard. Ceci dit, chez Polmos Bialystok, les producteurs exclusifs de Zubrowka, on sait respecter les
traditions et mettre l’héritage du passé en valeur.
Ainsi, c’est à pied que l’on entre dans la forêt primitive de Bialowieza, et c’est à la main que l’on doit récolter l’herbe de bison, une fois que le troupeau en eu
mangé à sa faim. C’est à l’œil que l’on trie le seigle
d’hiver à partir duquel on élaborera une vodka
feutrée selon les plus hauts standards de l’industrie. On baigne ensuite les fagots d’herbes
dans la vodka. À mesure que l’éthanol pénètre
la plante, il en extrait la coumarine, un composé
phénolique très riche qui évoque à la fois le foin
sec, les fleurs des champs, les petits fruits, les
amandes et la vanille. C’est lors de cette macération, ainsi que pendant le vieillissement en
foudres de chêne que la Zubrowka obtient sa
saveur caractéristique et sa couleur ambrée.
La touche finale consiste à immerger un brin
d’Herbe de Bison dans chaque bouteille.
Offrez-vous une vodka qui se distingue, goutez
l’héritage de siècles de savoir-faire, et découvrez, avec modération, les bienfaits gustatifs de
la Zubrowka. Tentez nos cocktails saisonniers
et renseignez-vous auprès de notre personnel
pour découvrir une tradition propre à La Distillerie : Zubrowka et pomme caramélisée.
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 7 • jan - fev - mar 2013
Hefeweizen
Par Marie-Eve Bourassa
L’été dernier, les Brasseurs RJ nous ont préparé une belle
surprise : une toute nouvelle bière de blé d’inspiration allemande. Et tout le monde s’accorde pour dire que La Belle
Gueule Hefeweizen est une belle et grande réussite.
rement à sa cousine belge, ces traits proviennent de la fermentation. Sa mousse généreuse possède un goût parfumé
et une texture riche. Complexe et équilibrée, tous s’entendent
pour dire que la Hefeweizen est une grande réussite.
Nous aussi!
Ça sent la bière, Dieu qu’on est bien!
De tradition allemande
En Allemagne, on boit de la bière. On aime la bière. Bien plus
qu’un breuvage, la belle blonde fait carrément partie de la
culture du pays qui est parsemé de Bierpalast (palais de la
bière), de Biergarten (jardin de la bière), de Bierzelt (tente
à bière), de Bierkeller (cave à bière), de Bierhaus (maison de la bière) et, bien sûr, de Bierstube (brasserie). On
fête la bière (Oktoberfest), qui est un élément essentiel
de la gastronomie allemande.
Il n’y a pas qu’en Belgique qu’on brasse des bières de blé : en
Bavière aussi. Ces bières douces et aromatiques portent le
nom de Weissbier (bière blanche). La Hefeweizen fait
partie de cette vaste famille.
Comme son nom l’indique, une bière de blé est brassée avec une bonne quantité de blé ajoutée à l’orge
malté traditionnel. Dans le cas d’une Hefeweizen, on
parle d’une concentration de blé malté d’au moins
50%. Elle a aussi la particularité de ne pas être filtrée.
Reconnue pour ne pas être amère, la Hefeweizen
est très carbonisée. Cette caractéristique a pour effet de balancer le goût sucré de la bière. En général, on y retrouve des notes de clou de girofle, de
banane, de bubble gum, de vanille et, bien sûr, de
blé.
La bière de blé allemande se démarque de la
belge grâce à ce caractère épicé et à une robe
ambrée.
Qu’est-ce qu’elle a, ma gueule?
Il y a peu de brasseries québécoises qui font de
la bière de blé d’inspiration allemande, préférant habituellement la belge – la Witbiers, à laquelle on ajoute des épices.
La Belle Gueule Hefeweizen des Brasseurs
RJ a un caractère aussi fruité (banane, poire,
orange) et épicé (clou de girofle) mais, contrai-
«Bière qui mousse
amasse la foule.»
Il peut être ardu de se retrouver
dans ce paysage houblonné. Voici
donc une liste non-exhaustive
des bières allemandes les plus
connues.
Lager : habituellement blonde,
cette bière peut être aussi ambrée,
brune ou noire. Lager désigne une
bière à fermentation basse.
Dunkel : lager brune
Bock : lager ambrée lourde, semiamère
Export : lager blonde bien maltée
et moins houblonnée que la pils
Pilsener / Pils / Pilsner : lager
blonde houblonnée et plus amère.
La pils représente plus de 70% du
marché.
Porter : lager noire forte (environ
5,8%) – la porter allemande n’a pas
autant de succès que sa cousine
anglaise
Berliner Weisse : blanche de
couleur blonde, produite à Berlin.
On la boit souvent avec des
sirops rouges (framboise) ou verts
(aspérule).
Dunkelweizen : bière blanche de
couleur brune. Goût chocolaté.
Kölch : blonde et légère de
Cologne.
Weizenbier / Weißbier : blanche
au goût fruité et épicé. Deux
variantes : la Hefeweizen (nonfiltrée) et la Kristallweizen (filtrée).
Même si la pils demeure la plus populaire, surtout à
l’extérieur du pays, la Weissbier occupe une place très
importante dans le cœur, et dans la bouche des Bavarois.
La première mention à une boisson fermentée à base
de houblon remonte à 736, en Bavière. Les Allemands
sont aussi les premiers à réglementer la fabrication
de la bière et, en 1516, la Bayerische Reinheitsgebot (édit de pureté bavarois) entre en vigueur. Bien
qu’elle ait changé souvent, cette loi demeure toujours.
La Weissbier est introduite en Bavière au XVIe
siècle et aussitôt produite, même si elle ne respecte pas la Bayerische Reinheitsgebot de
l’époque, qui voulait qu’on n’utilise que du houblon. On en interdit d’ailleurs la fabrication dès
1567 : non seulement cette bière blanche est périssable, mais le froment est réservé à la fabrication du pain. Cette interdiction est toutefois levée
en 1602, lorsque le gouvernement réalise que la
vente de cette bière blanche rapporte beaucoup
à l’état.
Une leçon
(utile)
d’allemand :
Weizen : Blé
Weiße : blanche
Hefe : levure
Kristall : clair
Dunk : foncé
Bier : bière
Weißbier ou Weissbier : bière
blanche
Weizenbier : bière de blé
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 8 • jan - fev - mar 2013
L’Allemagne n’échappe pas à la tradition de Carnaval, la «cinquième saison». Contrairement à La
Nouvelle-Orléans où la fête atteint son paroxysme
au jour de Mardi Gras, le Carnaval de Cologne souligne en grand le Lundi des Roses. Depuis 2000 ans,
près de 10 000 personnes participent à la parade et
plus d’un million de fous envahissent les rues. On
distribue aux fêtards des cadeaux, principalement
des confiseries et des roses.
Outre le lundi, des festivités sont organisées pour
tous les jours de la semaine précédant le Mercredi
des Cendres.
Le jeudi, entre autres, est la journée de l’émancipation des femmes. Les femmes sortent dans les rues
et coupent les cravates des hommes, embrassent
les passants sur les joues.
Le samedi est la journée des esprits. Sous des
notes alternatives, cette journée a été créé en 1991
pour protester contre la guerre en Irak.
Hefe’n’stormy  8.50/17
Twist du Dark‘n’Stormy, le cocktail officiel des Bermudes, le Hefe’n’stormy allie brillamment les saveurs
de ce grand classique aux délicieuses effluves de la
Belle Gueule Hefeweizen. Une autre belle création de
Jonathan Haman.
5 oz
1 oz
1 morceau
¾ oz
1 oz
5 traits
Belle Gueule Hefeweizen
Bacardi Oakheart
gingembre frais
jus de lime
sirop gingembre maison
Angostura
soda gingembre
PRÉPARATION : Dans un pot mason, piler le gingembre
et réunir tous les ingrédients (sans le soda gingembre)
sur glace, agiter énergiquement une dizaine de
secondes. Compléter avec le soda gingembre.
Weizen Sauvage  8.50
« Un pays n’existe pas s’il
ne possède pas sa bière et
une compagnie aérienne.
Éventuellement, il est bien qu’il
possède également une équipe
de football et l’arme nucléaire,
mais ce qui compte surtout,
c’est la bière. »
Frank Zappa
Décidemment, Jonathan Haman a le vent dans les
voiles ces jours-ci : voici une autre de ces créations,
inspirée par le caractère sauvage de la Hefeweizen.
Le Weizen Sauvage se veut une belle bizarrerie sur
notre map cocktails. À essayer absolument.
5 oz
¾ oz
2 oz
¾ oz
Belle Geule Hefeweizen
Bombay Sapphire
fruits des champs congelés
cordial de sureau
PRÉPARATION : Dans un ballon, réunir tous les ingrédients. Remuer. Décorer d’une pelure de pamplemousse.
VIDÉOS DISPONIBLES SUR WWW.DISTILLERIE.TV
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 9 • jan - fev - mar 2013
Jägermeister : L’Honneur du chasseur
Par Marie-Eve Bourassa
On connaît bien la bouteille, celle qui apparaissait dans l’apsu réinventer l’image de Jägermeister : jeune, dynamique et
partement de Joey et Chandler (Friends) et dans celui de Lide party !
ly, Marshall et Ted (How I Met Your Mother). Des groupes,
Depuis 1970, Jägermeister s’est aussi associé aux grands
comme The Offspring, font référence au produit dans leurs
noms de la course automobile en Europe, principalement
chansons et les gars de Hangover en boivent sur le toit de
Porsche et BMW. Les équipes commandil’hôtel, avant la débandade. Jägermeistées par Jäger ont participé à de grandes séter est partout : dans notre télé, dans nos
Jägermeister est le ries comme la Formule Un, DRM, DTM, etc.
oreilles, dans nos souvenirs… et dans
Sous la tutelle de Sidney Frank aux Étatsceux qu’on a oubliés.
spiritueux le plus
Unis, Jägermeister s’est fait connaître
On connaît tous le Jäger, pas vrai?
vendu en Allemagne, grâce à son association à plusieurs groupes
Mais est-ce qu’on le connaît vraiment?
heavy métal, comme Metallica, Mötley
toutes catégories
Pas sûr…
Crüe, Pantera, HIM et Slayer. En plus de
confondues.
commanditer des tournées, Jäger participe
La recette de cette liqueur d’herbes alleà plusieurs festivals de musique, comme le
mande est gardée secrète depuis sa créaRockstar Mayhem Festival et Heavy MTL.
tion, en 1934. Produite dans la petite ville
de Wolfenbülel, la liqueur Jägermeister est élaborée à partir de 56 plantes, herbes, fleurs, racines et fruits provenant de
partout dans le monde.
C’est à Curt Mast que l’on doit le populaire élixir. Il est le fils de
Wilhelm Mast, propriétaire de la maison Jägermeister (alors
un entrepôt de vin et une fabrique de vinaigre), qui, seulement
un an après son ouverture, lance la liqueur.
Dès lors, on lui choisit comme emblème le cerf de SaintHubert, Saint Patron des chasseurs. Le nom «Jägermeister» signifie d’ailleurs «maître chasseur» et est le
terme qui désigne aujourd’hui les gardes-chasse. Depuis, ni la recette, ni l’emblème de la marque n’ont
changé.
Libérer le trésor
Nous en faisions la mention plus haut : la
recette de Jäger est, depuis sa création,
comme l’emplacement d’un trésor, gardée secrète. On sait cependant que le safran, la cannelle, le gingembre, l’écorce de
citron, la réglisse, le genièvre et le ginseng
sont quelques-unes des composantes de ce
grand mystère. Les botaniques sont d’abord
pesées, pressées et broyées. On les laisse
ensuite macérer dans un alcool à 70%, environ cinq semaines, suite à quoi, on procède
à la filtration. Le liquide obtenu est placé
dans des barriques de chêne où on le laisse
vieillir au moins un an. À sa sortie, le produit
n’est pas encore tout à fait du Jägermeister.
On y ajoute du sucre liquide, du caramel, de
l’eau et… le tour est joué!
En 1960, Jäger décide qu’il est temps de voir
le monde et, en 1977, il arrive enfin au Canada. L’approche innovatrice de Jägermeister fait partie du secret du succès. La
campagne des «Jägerettes on tour» et des «Jägerdudes» a
Breuvage… saint?
La légende veut que, dans sa jeunesse, Hubert ait été un
chasseur invétéré qui n’avait pas froid aux yeux. Obsédé par
l’idée de tuer, il sortait chasser tous les jours de la semaine :
même celui du Seigneur, le dimanche, et ce, sans ressentir le
moindre remord.
C’est alors qu’il s’adonnait à son passe-temps favori, accompagné de son chien et de son fusil, qu’Hubert tomba face
à face avec un immense cerf blanc. Une croix brillait
entre ses bois impressionnants.
L’intrépide chasseur voit ça comme un signe de Dieu.
Il passera le reste de sa vie à servir l’Église comme
missionnaire en espérant ainsi payer pour ses
péchés. Hubert meurt en 727.
A little Jägermeister?
Il y a quelques années, Jägermeister innovait avec la Tap Machine, qui sert des shooters de la liqueur allemande comme il se
doit : à 0°C. Il faut dire que c’est la marque
de commerce : ice cold shot. Si les cerveaux et génies du marketing de Jägermeister s’entendent sur ce point, est-ce à
dire qu’il est impossible de savourer cette
liqueur d’herbe autrement? Nous aimons
croire que non.
C’est pourquoi nous avons demandé à nos
barmen de créer des cocktails qui seraient
à même de faire découvrir de nouvelles
subtilités à la célèbre liqueur allemande.
Maxime Claveau a joué les cupidon, en
l’unissant au gingembre et à la lime. Zachary Hammer, pour sa part, a décidé d’éveiller
toutes les notes herbacées du Jägermeister: son Zach-a-palooza est un cocktail riche, puissant et étonnant.
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 10 • jan - fev - mar 2013
Derrière la bouteille de Jägermeister
est écrit un poème de Oskar von
Riesenthal, dont la traduction va
comme suit :
Il en va de l’honneur du chasseur,
De protéger et de préserver son gibier,
De chasser dans les règles de l’art,
Et, dans la créature, d’honorer le Créateur.
Homme sirène
 8.50/17
Maxime Claveau ne fait jamais les choses à moitié, et
quand il aime, il aime comme Janette : avec un grand
A. Max aime le croquet, les cocktails, le Jägermeister.
Et quand on mélange tout ça, ça donne une mixture
nommée Homme sirène. Et ça, c’est quelque chose
que nous, on aime.
Plusieurs spécialistes associent la recette de Jägermeister aux formules de phytothérapie, une médecine
vieille de plusieurs siècles, fondée sur les extraits de
plantes et les principes actifs naturels. L’utilisation
des plantes médicinales est, aujourd’hui encore, la
forme de médecine la plus répandue dans le monde.
On attend patiemment la programmation 2013 de Heavy MTL 2013, festival fièrement commandité par Jägermeister. L’an dernier, les amateurs de musique ont été
gâté: Marilyn Manson, Slipknot, System Of A Down,
Deftones... Entre Jägermeister et la musique, c’est
l’amour. La liqueur allemande serait d’ailleurs la boisson favorite de Kerry King, du groupe Slayer.
« Someone do me a
favor and pour me some
Jäger and, I’ll grab my
guitar and play. »
Zac Brown Band
2 oz
2 cuillérées
4 cubes
Jägermeister
cassonade
lime
soda gingembre
PRÉPARATION : Dans un pot mason, réunir tous les
ingrédients (sauf le soda gingembre) et agiter. Compléter avec de la glace concassée et du soda gingembre.
Décorer d’une tranche de gingembre et d’un bouquet
de menthe.
Zach-a-palooza  8.50
On se souvient tous du fameux «c’est un party dans
ma bouche…» Le Zach-a-palooza, c’est un événement branché et underground à la fois. C’est un party,
d’accord, mais c’est le party le plus fou, le plus gros,
le plus mémorable ; c’est un open house organisé par
Zachary Hammer.
¾ oz
¾ oz
¼ oz
¼ oz
1 cube
2 traits
Jägermeister
Tanqueray
Chartreuse
Bénédictine
pamplemousse
Angostura
PRÉPARATION : Dans un verre boston, piler le cube
de pamplemousse et réunir tous les ingrédients, sur
glace. Remuer. Passer au tamis et verser sur de la
nouvelle glace. Décorer d’un zeste d’orange flambé.
VIDÉOS DISPONIBLES SUR WWW.DISTILLERIE.TV
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 11 • jan - fev - mar 2013
Deus esqueceu a torneira aberta
Dieu a oublié le robinet
ouvert (et il en sort de la
cachaça!)
Par Alexandre Lefebvre
Cachaça, kécéça?
Spiritueux national du Brésil, la cachaça se taille une place de choix
sur les marchés internationaux; 82.7 millions de caisses en font le neuvième spiritueux le plus populaire au monde. Découvrons un spiritueux
aussi riche, exotique et tentant que sa terre natale à travers une cachaça qui se distingue tant par son goût que par son élaboration: Leblon.
Bem-vindo!
Leblon est une jeune entreprise qui sait mettre à profit un héritage ancestral tout en étant résolument tourné vers l’avenir. Maître-distillateur à la maison Leblon, Gilles Merlet est un artisan passionné qui
met tout en œuvre afin que vous puissiez faire l’expérience d’un délice chaque fois que vous soulevez un bouchon de cachaça Leblon.
Le bagage culturel français de maître Merlet est perceptible dans le
choix d’alambic et le type de fût choisi pour fabriquer une cachaça la
plus fine qui soit.
Nuit à Rio  9.50/19
Classe à part
1 ¼ oz
Leblon Cachaça
¾ oz
crème de Cassis
1 oz
purée de fraise
1ozcrème
½ oz
jus de lime
½ oz
sirop simple
soda
La cachaça est un spiritueux de canne à sucre avec son identité
propre. À la différence du rhum industriel, produit à partir de mélasses,
la cachaça est produite à partir du jus de la canne à sucre pressée. Le
processus demande une proximité quasi immédiate à une plantation,
et la région de Minas Gerais regorge de canne. Voyez-vous, le jus de
canne à sucre est un médium de fermentation de choix puisqu’il n’est
pas de levures sauvages qui ne raffolent de ce liquide riche en sucre
et en vitamines. La chaleur brésilienne est un autre facteur qui favorise la fermentation et peut en rendre le contrôle ardu. Levons donc
nos verres: aux artisans qui pressent et protègent le jus de canne, et le
mettent en contact avec les levures qu’ils élèvent spécifiquement pour
développer le profil de saveur propre à la cachaça Leblon.
That Night in Rio, en technicolor et, à partir d’aujourd’hui, en pot mason. Inspiré par l’effervescence
de la capitale brésilienne, Fréderic Lafontaine nous a
préparé une mixture aussi haute en rebondissements
que la comédie musicale dont elle porte le nom.
PRÉPARATION : Dans un pot mason, réunir tous les
ingrédients (sauf le soda). Agiter. Compléter avec le
soda. Décorer d’une cerise et d’un quartier de lime.
Deux états de la matière
Le jus de canne fermenté doit être distillé pour en concentrer la teneur en alcool et isoler les parfums et saveurs que l’on veut raffiner
pour notre cachaça. De gazeux, l’alcool est rendu liquide par condensation, puis, redistillé pour atteindre une encore plus grande pureté.
Cette opération consiste à faire un tri dans les vapeurs qui naissent
dans l’alambic et demande un savoir-faire et des années d’expérience.
Je vous propose un autre toast: cette fois-ci à la santé du
distillateur.
Elle a quelque chose en plus…
Chez Leblon, on place la barre au plus haut; produire une
excellente cachaça en faisant comme tout le monde, ça
ne suffit pas. Bien des cachaças sont mises en bouteilles
le plus tôt possible, alors que chez Leblon, on s’arme de
patience. Des fûts provenant de la région de Cognac et
ayant servi à faire vieillir de prestigieux « XO » sont utilisés afin de polir et d’enrichir les notes florales de la
Cachaça Leblon. Le spiritueux est ensuite filtré à
plusieurs reprises avant que son taux d’alcool soit
corrigé. Vient ensuite la mise en bouteille. La
bouteille elle-même se veut aussi claire et limpide que son contenu; non seulement n’a-t-elle
rien à cacher, elle nous offre un aperçu
de ses origines, presque une
invitation.
Leblon est le nom d’un
quartier de Rio de Janeiro,
un havre de plage blanche
où il fait bon s’étendre pour,
encore une fois, lever son
verre et déguster un délicieux Caipirinha à la cachaça Leblon. Salud!
Bossa Nova  8.50
Comme la Bossa Nova, qui est issue d’un croisement
entre la samba et le cool jazz, ce cocktail ce veut un
savant mélange d’avant-gardisme et de classicisme.
Cette union alcoolisée, orchestrée par Josée-Lise
Hébert, donne à coup sûr envie de danser..
1 oz
1 oz
5
3
¾ oz
1 ½ oz
Leblon Cachaça
Canadian Club
cubes d’ananas
feuilles de basilic
jus de lime
sirop de thé chai maison
PRÉPARATION : Dans un verre boston, piler les ananas et réunir tous les ingrédients sur glace et agiter.
Passer au tamis et verser dans un verre old fashioned, sur de la nouvelle glace. Décorer d’un cube
d’ananas et d’une feuille de basilic.
VIDÉOS DISPONIBLES SUR WWW.DISTILLERIE.TV
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 12 • jan - fev - mar 2013
Calendrier
6 JANVIER
Au cas où vous n’auriez pas assez fêté au cours des dernières semaines, sachez que c’est l’Épiphanie. Eh oui : une
occasion de plus de festoyer… ouf...
9 JANVIER
Dès 16 heures, joignez-vous à nous, à La Distillerie 3, sur Masson, et aidez-nous à choisir quels seront les prochains cocktails vedettes de l’Alambic. En dégustation: un tas de nouveautés concoctées avec la gamme Martini. Du beau, du
bon, du «à ne pas manquer!» en vue!
13 JANVIER
C’est au tour des employés de La Distillerie de célébrer la
Noël. Le 13 janvier, ne nous cherchez pas: on ferme boutique!
23 JANVIER
Mmmmm! Des créations cocktails!
Mmmmm! De la vodka Russian Standard! (dès 16 heures à La Distillerie 3)
DU 1ER
AU 17 FÉVRIER
Carnaval
Salut Bonhomme! C’est le Carnaval
de Québec! Pas besoin d’aller très
loin pour vivre la frénésie de la cinquième saison. À vos Kanuk! On sort le Caribou, direction la belle capitale!
Bonhomme
3 FÉVRIER
En 2006, le film Capote prenait l’affiche. Le métrage traite
des dures années durant lesquelles Truman Capote, habillement interprété par Philip Seymour Hoffman, eût à côtoyer les meurtriers de In Cold
Blood. En la mémoire de CaCapote
pote, on offre un Orange Drink
à son voisin de table... et on essaye une de nos nouveautés à base de Zubrowka.
I don’t care what anybody says about me as long as it isn’t
true.
DU 8 AU 16 FÉVRIER
Même s’il y a des défilés tous les jours, c’est samedi le 16 que
les écoles de samba championnes du Carnaval de Rio 2013
performeront dans les rues de la capitale brésilienne. Juste
à en parler, le thermostat se met à monter.
Vite, vite : Une nuit à Rio, monsieur le barman !
12 FÉVRIER
Bon : ça ne peut pas être Carnaval tous les
jours. Soit. Et pour s’en assurer, il y a Mardi
Gras. Pourquoi ? Parce que Mardi Gras, c’est
le party des partys – après lui, pas le choix de
prendre une pause. Et puisqu’on ne fête nulle
part comme à La Nouvelle-Orléans, on lit notre
guide en page 14-15, et on se met en mode RaMardi Gras
mos Gin Fizz ou Huricane. Oh when the Saints
go marching in, When the Saints go marching in,
Oh Lord I want to be in that number, When the Saints go marching in...
Down in New Orleans
Where the blues was born
It takes a cool cat to blow a horn
On LaSalle and Rampart Street
The combo’s there with a mambo beat
The Hawketts, Mardi Gras Mambo
21 FÉVRIER
Louis Armstrong est premier jazzman a apparaître sur la couverture du Times Magazine, en 1949. Natif de La Nouvelle-Orléans, Satchmo était un inconditionnel de
Mardi Gras, où il a personnifié le Roi Zulu dans la parade du même nom. Quelle
belle occasion de découvrir, ou redécouvrir le Sazerac.
strong lu
Louis Arm
ie du Roi Zu
en compagn
Les musiciens ne prennent pas de retraite : ils arrêtent lorsqu’il n’y a plus de musique en eux.
Louis Armstrong
21 FÉV. AU 3 MARS
Truman Capote
31e édition des Rendez-vous du
cinéma québécois.
DU 7 AU 13 FÉVRIER
21 MARS
Fêté depuis plus de 2000 ans, le Carnaval de Cologne est
un événement majeur et sa préparation commence dès novembre, plus précisément le 11, à 11h11. – Le onze est le
chiffre des fous. – Alors, en avant!, faisons comme les fous :
Alaaf! Un verre de Weizen Sauvage à la main !
Yé! C’est le printemps! En Pologne, l’arrivée de la saison est fort populaire chez les étudiants, qui en profitent pour faire l’école buissonnière. Bon,
qu’est-ce qu’on boit ? Inspirez-vous en page 7, avec nos belles
créations à base de Zubrowka.
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 13 • jan - fev - mar 2013
LA DISTILLERIE
DANS LE MONDE
Jazzville:
La «Grosse Facile»
Par Frédéric Lafontaine
Small World, Big Easy
Par Alexandre Lefebvre
Frédéric Lafontaine s’est rendu à La Nouvelle-Orléans
à deux reprises, dans le cadre du ULHS (Ultimate Lindy
Hop Showdown), un événement swing de haut calibre.
Voici quelques uns de ses incontournables…
«La ville EST jazz. Y’a des bands à tous les coins de rue
dans le French Quarter. Y’a des shows dans presque tous
les bars. Le Preservation Hall, un endroit où tu t’assoies
et tu fermes ta gueule pour ÉCOUTER le meilleur band
jazz au monde jouer les plus grands classiques dans un
endroit classique, c’est un must. Il faut arriver à l’avance
parce que les places sont limitées pis y’a un line-up.
Hotel Monteleone. L’endroit où Tales of the Cocktail se
donne chaque année. Le bar est construit comme un carrousel. Tu t’assois et tu tournes lentement autour des bartenders, qui sont, soit dit en passant, excellents. Highly
recommended.
Napoleon House. La
maison devait servir d’asile à Napoléon,
mais il est mort avant
de s’embarquer pour
l’Amérique. On peut
dormir dans certaines
des chambres aujourd’hui, on y déguste
un Muffuletta, en sirotant Pimm’s Cup et Sazerac back à back.
Napoleon House
Au French Market, on
achète des babioles.
Et on peut essayer le
Walk Of Flame, une série de sauces piquantes… assez
intenses!
Si on veut s’éloigner des touristes, on sort du French
Quarter, juste à l’est, en remontant Frenchmen Street, là
où un paquet de petits bars offrent des soirées de bands
live. Parfait pour le barhopping!
Port O’ Call. On y va pour le burger. Pose pas de questions: tu prends celui avec le plus de trucs dedans
(bacon, fromage, etc.), pis la patate all dressed (crème
sure, fromage, bacon, etc.) Avec ça, tu bois un Monsoon,
une version buvable du Hurricane qui goûte plus comme
celui de La Distillerie, au lieu de la version Kool-Aid de
Pat O’Brien’s!
Bourbon Street. C’est à vivre au moins une fois dans sa
vie. L’apogée du party éternel. Ça pue, mais ça te transporte dans un monde parallèle. «Hand Grenade?» «Yes,
please!» C’est sucré, mais ça te start une soirée assez
rapidement!»
Bourbon Street, le soir de Mardi
Gras
Aux confluents de l’Europe, de l’Amérique et des Caraïbes
Quelques mètres sous le niveau de l’océan,
Existe un lieu de choix pour tenir bons repas et diatribes
Et j’ai nommé la folle Nouvelle-Orléans
J’y serais à l’année, mais j’aime mes saisons
Et ç’a beau être un endroit pour oiseaux de paradis
Y a pas d’assurance santé, pis faut se faire une raison
J’ai du respect pour Obama, mais ça reste les États-Unis
Sauf qu’y a de la bouffe pis du Soul
Du Blues, du Jazz pis des écrevisses
Les barmans y mélangent l’alcool
Selon les règles de l’art du délice
Y a Bourbon Street, sur un balcon
Pour rire des gens qui savent pas boire
Le Garden District où le béton
Craque quand les racines crient victoire
Végétation luxuriante
Magnifiques cimetières
Lieux de fois prédominantes
Où on encrypte plutôt qu’enterre
La Nu’Awleens a ses raisons
Qu’aucun Dieu ne peut dominer
Le métissage des religions
Au cœur de son identité
Les ouragans, et c’est tant pis
Aiment aussi s’y pointer
Mais y faut expérimenter
Le détroit du Mississipi
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 14 • jan - fev - mar 2013
Be Nice Or Leave
Par Marie-Eve Bourassa
Brass-Band, Jazz, Blues, Dixieland.
Jambalaya, Gumbo, Po-Boys, beignets, alligator frit.
Les plantations, le cimetière Saint-Louis,
le Quartier Français, Garden Distict.
Le Mississippi. Le Golfe du Mexique. Katrina.
Le Voudou, Marie Laveau. Les vampires, Anne Rice.
Ramos Gin Fizz, Sazerac, Hurricane, Brandy Crusta.
Pas besoin de raison précise pour aller faire un tour à La
Nouvelle-Orléans : il y en a trop. Trop de raisons de tomber
en amour avec cette ville énigmatique, joliment bâtarde, si
atypique du reste du pays. Et si Mardi Gras est un incontournable, eh bien, dites-vous que,
des incontournables il y en a à
tous les coins de rue, là-bas.
J’ai eu la chance d’y aller en
2008 et, si je n’y pense pas tous
les jours, peu s’en faut.
Ça a d’abord été la faute d’Anne
Rice. Ado, je tripais sur les personnages de vampires (tellement
Maison d’Anne Rice
plus
cool que ceux
de Twilight)
et de sorcières qu’elle avait créés.
Dans ses romans, Anne Rice décrivait La Nouvelle-Orléans, sa ville, sa
terre, d’une telle façon, qu’avant même
d’avoir eu la chance de la visiter moimême, j’étais sous le charme. J’avais 14
ans et déjà envie de m’établir là-bas (et
de me faire mordre par un vampire…)
et de la bouffe
cajun…
On est resté
une semaine.
Sincèrement,
je ne serais
Les couleurs de Mardi Gras sont le
pas
revemauve, le vert et le doré.
nue. Quelque
part, il y a encore une partie de moi qui est là-bas. Je n’y ai pas rencontré Lestat le vampire, mais je conserve de La Nouvelle-Orléans une collection de coups de cœur assez impressionnante. Il y a évidemment tous ces lieux inoubliables. Tous
ces bars légendaires, du très class Napoleon House en passant par les populaires Pat O’Brien et Tropical Isle. Bien sûr,
le Vieux Carré, mais surtout le Garden District, plus résidentiel, où on retrouve de magnifiques maisons victoriennes et
des jardins luxuriants. J’ai adoré marcher dans ces cimetières uniques et y retrouver tant de noms français. Le vieux
tramway qui traverse la ville. Les colliers de perles encore
accrochés aux arbres et aux fils électriques, même si Mardi
Gras est fini depuis plusieurs
mois. Les écrevisses à volonté, qui remplacent les classiques arachides, à l’achat
d’une bière.
J’ai été profondément charmée, et vous aurez compris
que je m’y attendais. Ce qui
m’a surpris en revanche, ce
sont les habitants. J’arrivais de mon Montréal indiJ’ai vieilli, un peu. Il y a des choses qui
vidualiste où trop souvent
ont changé, d’autres, comme mon obon peine à lever les yeux
session pour La Nouvelle-Orléans, non.
sur les passants que l’on
is
Lou
ntSai
Cimetière
En 2005, quand Katrina est allée foutre la
croise. À La Nouvelle-Orpagaille là-bas, j’ai sincèrement eu de la
léans, non seulement les
peine, comme si on s’attaquait à un être
gens se regardent, mais ils se saluent. Tous. Même s’ils ne
cher.
se connaissent pas. Peut-être que toute cette «coolitude»
est une conséquence du climat chaud et humide. D’ailleurs,
Et en 2008, quand mon amoureux et moi avons décidé de
partout dans la ville, dans les commerces entre autres, les
prendre des vacances, le choix de la destination s’est impomêmes mots reviennent, comme la règle de conduite adopsé de lui-même. J’avais de nouvelles raisons d’aller visiter ce
tée par tous : «Be Nice Or Leave».
vieux pays français. Entre temps, j’avais commencé à m’initier aux cocktails et La Nouvelle-Orléans est réputée pour en
Et c’est exactement ça La Nouvelle-Orléans : Be Nice or
être la Mecque. Si on ajoute à ça mon amour de la musique
Leave.
Jonathan Haman a visité La Nouvelle-Orléans en 2009…
Ce que j’ai aimé le plus : sandwich Muffuletta et Pimm’s Cup du Napoleon House,
servi par un barman jeune de 71 ans et qui travaillait la depuis 50 ans. Il y a aussi
l’incroyable architecture. Et la gentillesse des habitants. Malheureusement, j’étais
en conférence presque tout le temps…
Faudrait y retourner, question de prendre des photos!
a
Sandwich Muffulett
Question de vous mettre en haleine... Notre édition
printemps aura des airs européens et années folles.
Martini et Russian Standard, Hemingway et Fitzgerald.
Ça promet!
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 15 • jan - fev - mar 2013
LES POTS
RECOMMANDATIONS DE JEY,
L'EMPLOYÉ VEDETTE
MOJITO  8,50/17
BACARDI SUPERIOR, MENTHE FRAÎCHE, LIME EN CUBE, SIROP SIMPLE, EAU GAZÉIFIÉE
Celui qui, longtemps, fut un cocktail de fermier ne fait aujourd’hui plus aucune distinction entre les classes
sociales. Sur les murs de la Bodeguita, à la Havane, les mots d’un certain Ernest Hemingway sont toujours
fièrement affichés : «My mojito in la Bodeguita». Qui donc nous laissera en héritage un «Mon mojito à la
Distillerie» ?
BASILIC ROMANTIQUE  9,50/19
TANQUERAY, MUSCAT, MARTINI DRY VERMOUTH SEC, BASILIC FRAIS, JUS D’UN
QUARTIER DE LIME, PURÉE DE FRAISE, SIROP SIMPLE, MARTINI ASTI (VIN MOUSSEUX)
Disons simplement que le Basilic Romantique a assemblé dans un même pot tous les ingrédients
nécessaires à rendre les gros bras de The Expendables assez sentimentaux pour décrocher un rôle dans le
prochain opus de la série Twilight. On vous aura prévenu.
BEAM ME UP, JIM!  8,50/17
JIM BEAM, JUS DE CITRON, NECTAR D’AGAVE, GINGEMBRE FRAIS, GINGER ALE
Il arrive qu’un cocktail soit un véritable travail d’équipe et c’est le cas du Beam Me Up, Jim! Cocktail élaboré
pour notre «laboratoire» en décembre 2009 par Marie-Eve Bourassa, il fut déterré par Danny Rock tout
récemment… à son insu! Comme quoi on ne se réinvente pas tous les jours...
FRED CAILLOU  8,50/17
SKYY, GALLIANO, CURAÇAO BLEU, JUS DE LIME, SIROP SIMPLE, 7UP
Décidément, on retombe en enfance avec ce cocktail bleu et sucré, aussi satisfaisant que le fameux Mr
Freeze que l’on s’offrait aux premiers jours chauds de printemps. Cette création signée Fred Messier et
Danny Rock nous donne envie de rentrer à la maison et dîner devant la télé…
HURRICANE  8,50/17
BACARDI SUPERIOR, BACARDI BLACK, PURÉE DE FRUIT DE LA PASSION, JUS DE LIME,
SIROP SIMPLE, GRENADINE, JUS D’ORANGE
Le cocktail inventé par Pat O’Brien il y a au-dessus de 70 ans était, à l’origine, servit dans un verre en forme
de lampe «hurricane» et, si vous avez la chance de visiter la «Grosse Facile», vous aurez par la même
occasion celle de rapporter avec vous le verre signature de la maison. D’ici là, vous êtes cordialement
invités à déguster le Hurricane de la Distillerie, un de nos grands classiques.
M’PEACHED  8,50/17
CANADIAN CLUB PREMIUM, PAMPLEMOUSSE ROSE EN CUBES,
PURÉE DE PÊCHE BLANCHE, JUS DE CITRON, SIROP SIMPLE, 7UP
Grandement apprécié auprès de la clientèle, il est, depuis sa création, impossible de s’en défaire. Le
pamplemousse et la pêche s’unissent parfaitement à la douceur et la chaleur du Canadian Club, ce qui
octroie au M’Peached une saveur que tous ceux qui lui ont déjà goûté savent inoubliable.
ROCK’A’RULA  8,50/17
AMARULA, ANGOSTURA, BLANC D’OEUF, ROOT BEER
A womp bop a looma a womp bam boom! Appel à tous les T-Birds et les Pink Ladies qui sommeillent en
chacun de nous : le moment est venu d’enfiler vos frocs de cuir ou vos jupes à crinoline. Avec son look et
son goût de root-beer float, le Rock’a’rula vous propose un voyage dans le temps, et ce, pour toute l’année
à venir !
YARIBA YARIBA  9,50/19
CAZADORES BLANCO 100% AGAVE, TRIPLE SEC, JUS DE LIME, JUS DE CITRON,
SIROP SIMPLE, GRENADINE MAISON, 7 UP
Pour vous donner une petite idée de ce qui vous attend dans votre pot de Yariba, pensez à une copieuse
Margarita bien fraîche et légèrement sucrée à l’aide de notre grenadine maison. Parions qu’après votre pot,
vous aussi, vous aurez le cœur à danser la Bamba.
YELLOW SUBMARINE #2  8,50/17
SAILOR JERRY, DUBONNET, TANQUERAY, CONCOMBRE, SIROP SIMPLE, JUS DE CITRON,
ANGOSTURA, 7-UP
Pour ceux qui n’aimeraient pas les Beatles (oui, oui, il y en a), le temps est venu de changer d’avis. Ben
Barker s’est donné comme mission de revamper un cocktail signé Alexandre Genest. Verdict? Mission
accomplie!
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 16 • jan - fev - mar 2013
SHORTS & MARTINIS
CASTRO FLAMBÉ  9,50
BACARDI 8 ANS, LIME FLAMBÉE À L’ANGOSTURA, SIROP SIMPLE
Véritable coup de cœur de notre personnel depuis sa création, le Castro Flambé est non seulement un cocktail
particulièrement savoureux, c’est un plaisir pour les yeux et le nez. Les effluves de l’angostura flambé, mariées
aux saveurs riches du rhum, la chaleur des flammes et la douce-acidité de la lime sauront à coup sûr vous faire
comprendre pourquoi le Castro Flambé occupe une place de choix sur notre carte depuis maintenant 4 saisons.
CUCUMBER RICKEY  8,50
TANQUERAY, CONCOMBRE EN CUBES, JUS DE LIME, SIROP SIMPLE, REGAN’S ORANGE BITTERS
Un Gin Rickey est traditionnellement un cocktail sec, composé de gin, jus de lime et soda. Il fut inventé à la
fin du XIXe siècle, à Washington, et nommé en l’honneur d’un lobbyiste, «Colonel Joe» Rickey, amateur de
la mixture. Un autre coup de cœur de notre personnel! *Personnalise ton Rickey en lui offrant ton gin favori.
Armoire à boissons en page 19.
CHASSE & PÊCHE  8,50
CANADIAN CLUB PREMIUM, COINTREAU, BASILIC FRAIS, PURÉE DE PÊCHE, JUS DE
CITRON, SIROP SIMPLE
Tout comme le M’Peached, le Chasse & Pêche est un délicieux rescapé de notre laboratoire mensuel. Un
cocktail fruité et délicat, légèrement sucré, auquel quelques feuilles de basilic donnent un caractère bien
particulier. *«Pimp» ton Chasse & Pêche avec ton whisky favori. Armoire à boissons en page 19.
LA CHASSERESSE  8,50
SKYY, VIN ROUGE, PURÉE DE POIRES, CORDIAL D’HIBISCUS MAISON, JUS DE CITRON
Alexandre Genest se la joue sauvage, avec cette création digne d’Artémis, la déesse de la chasse et de la lune.
Parions que cette concoction aurait en effet fait des remous dans l’Olympe, et spécialement sur le palais de
Dionysos, dieu du vin. *Ose la Chasserese avec ta vodka préférée. Armoire à boissons en page 19.
MAD MAN  10,50
MAKER’S MARK, SAILOR JERRY, COURVOISIER VS, QUARTIER ORANGE,
REGAN’S ORANGE BITTERS, PEYCHAUD’S, ANGOSTURA, SIROP SIMPLE
Quand on parle de Old Fashioned, la même polémique revient toujours à l’ordre du jour : doit-on ou non ajouter
des fruits pilés au déjà divin mélange de whisky, amers et sucre? La réponse à cette question est simple : tout
dépend. De quoi? De vous. L’important, c’est de l’essayer et de trouver quelle(s) des nombreuses variations du
Old Fashioned vous charme(nt) le plus.
PEARL MARTINEZ 8,50
TANQUERAY, MARTINI ROSSO, MARTINI DRY, MARASCHINO, PEYCHAUD’S, GRENADINE
MAISON
Pour créer le Pearl Martinez, Danny Rock s’est inspiré d’un grand classique : le Martinez. On attribue parfois
la création du Martinez à Jerry Thomas et, même si cela est très peu probable, le cocktail demeure un
incontournable – tout comme sa version «perlée».
ROCKSICLE  8,50
SAILOR JERRY, AMARULA, COINTREAU, GALLIANO,
SIROP D’ÉRABLE, CRÈME
On est jamais trop vieux pour s’offrir un popsicle, surtout celui-ci! Orchestré par Danny Rock, le seul problème
du Rocksicle, c’est qu’on peut être trop jeune pour en profiter. Confiserie destinée aux 18 ans et +.
RUM RUNNER  9,50
BACARDI GOLD, CRÈME DE BANANE, CHAMBORD, JUS DE LIME, GRENADINE MAISON,
BACARDI 151 FLAMBÉ
Le terme «Rum Runner» désigne un contrebandier d’alcool durant la prohibition. Découvrez notre variation
d’un cocktail tropical datant de 1972 ayant vu le jour dans les Keys de la Floride. Créé par «Tiki John» Ebert,
du Holiday Isle Resort à Islamadora, cette libation est un genre de «touski». Tiki John aurait improvisé le Rum
Runner à partir des restes de quelques bouteilles éparses. Ce cocktail est un grand accident, en ce qui nous
concerne, rivalisant en importance avec l’invention du téléphone et la découverte de la pénicilline.
TAPIS ROUGE  9,50
CAZADORES BLANCO 100% AGAVE, COINTREAU, JUS D’ALOÈS, JUS DE LIME,
GRENADINE MAISON
On appelle l’agave «aloès américaine» parce que même si elles ne sont pas de la même famille, les deux
plantes se ressemblent. Dans cette création signée Jérôme Laflamme, leurs effluves ne font qu’un! Une
prestation sans faille, digne d’un Oscar!
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 17 • jan - fev - mar 2013
COCKTAILS SAISONNIERS
C.Z.  8,50
ZUBROWKA, BÉNÉDICTINE, JUS DE CITRON, SIROP DE CÉLERI MAISON
Ce n’est pas un Ceasar: c’est beaucoup mieux. Entre autres parce qu’il y a de la Zubrowka dans le verre - et on
vous met au défi de trouver quelqu’un qui n’aime pas ça. Mais surtout parce que c’est Jean-Philippe Faille qui
est l’artisan derrière ce C.Z. Et ça aussi, on vous met au défi...
HEFE’N’STORMY  8,50/17
BELLE GUEULE HEFEWEIZEN, BACARDI OAKHEART, GINGEMBRE FRAIS,
JUS DE LIME, SIROP GINGEMBRE MAISON, ANGOSTURA, GINGER ALE
Twist du cocktail officiel des Bermudes, le Dark ‘n Stormy, le Hefe’n’stormy allie brillamment les saveurs de ce
grand classique aux délicieuses effluves de la Belle Gueule Hefeweizen. Une autre belle création de Jonathan
Haman.
KULIG  8,50/17
ZUBROWKA, ANANAS, BLANC D’OEUF, CITRON, SIROP SIMPLE,
SIROP DE THÉ CHAI MAISON, ANGOSTURA, POUDRE DE PIMENT CHIPOTLE
Jadis, les gens de l’aristocratie polonaise se réunissaient, l’hiver, dans des cortèges de luges tirées par des
chevaux. Allant ainsi de manoir en manoir, ils festoyaient autour de grands banquets. On appelait cette tradition
kulig. Nous avons l’impression que Jonathan Haman est à deux cocktails de faire revivre cette coutume.
BOSSA NOVA  8,50
LEBLON CACHAÇA, CANADIAN CLUB, CUBES D’ANANAS, FEUILLES DE BASILIC,
JUS DE LIME, SIROP DE THÉ CHAI MAISON
Comme la Bossa Nova, qui est issue d’un croisement entre la samba et le cool jazz, ce cocktail ce veut un
savant mélange d’avant-gardisme et de classicisme. Cette union alcoolisée, orchestrée par Josée-Lise Hébert,
donne à coup sûr envie de danser.
HOMME SIRÈNE  8,50/17
JÄGERMEISTER, CASSONADE, LIME, SODA GINGEMBRE
Maxime Claveau ne fait jamais les choses à moitié, et quand il aime, il aime comme Janette : avec un grand
A. Max aime le croquet, les cocktails, le Jägermeister. Et quand on mélange tout ça, ça donne une mixture
nommée Homme sirène. Et ça, c’est quelque chose que nous, on aime.
NUIT À RIO  9,50/19
LEBLON CACHAÇA, CRÈME DE CASSIS, PURÉE DE FRAISE, CRÈME, JUS DE LIME,
SIROP SIMPLE, SODA
That Night in Rio, en technicolor et, à partir d’aujourd’hui, en pot mason. Inspiré par l’effervescence de la
capitale brésilienne, Fréderic Lafontaine nous a préparé une mixture aussi haute en rebondissements que la
comédie musicale dont elle porte le nom.
WEIZEN SAUVAGE  8,50
BELLE GUEULE HEFEWEIZEN, BOMBAY SAPPHIRE, FRUITS DES CHAMPS
CONGELÉS, CORDIAL DE SUREAU
Décidemment, Jonathan Haman a le vent dans les voiles ces jour-ci : voici une autre de ces créations, inspirée
par le caractère sauvage de la Hefeweizen. Le Weizen Sauvage se veut une belle bizarrerie sur notre map
cocktail. À essayer absolument.
ZACH-A-PALOOZA  8,50
André Tremblay Photographe
JÄGERMEISTER, TANQUERAY, CHARTREUSE, BÉNÉDICTINE,
PAMPLEMOUSSE, ANGOSTURA
On se souvient tous du fameux «c’est un party dans ma bouche…» Le Zach-a-palooza, c’est bien plus que ça :
c’est un événement branché et underground à la fois. C’est un party, d’accord, mais c’est le party le plus fou, le
plus gros, le plus mémorable ; c’est un open house organisé par Zachary Hammer.
Point Zéro 8 est un service de raccompagnement similaire à Nez Rouge, actif tout au long
de l’année, desservant Montréal et ses banlieues. Pour le même prix qu’un taxi, Point Zero
8 vous raccompagne chez vous, dans votre propre voiture. N’hésitez pas à demander plus de
renseignements à votre serveur ou barman. 514-953-0008
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 18 • jan - fev - mar 2013
L’armoire à boissons
** IMPORTATION PRIVÉE
NOTEZ, LES DISPOS PEUVENT VARIER SELON LA SAQ
BRANDY
Boulard (calvados)
Cognac VS Global
Courvoisier VS
Courvoisier VSOP
Courvoisier XO
Grappa De Negri
Pisco Soldeica
Raynal VSOP Brandy
Rémy Martin VSOP
8/11,50
7/9,50
9/13,50
10,75/17,50
24/42,50
7/9,50
7/9,50
6/8,50
12,50/21,50
Highland Park 15 Jonnie Walker RED LABEL
Lagavulin 16
Macallan 12
12/20,50
7/9,50
13/25,50
11,50/19,50
TEQUILA
Cazadores Anejo **
9/13,50
Cazadores Blanco **
7/9,50
Cazadores Reposado
7,50/10,50
Don Julio Anejo**
13,50/24,50
Don Julio Blanco**
11/18,50
GIN
Don Julio Reposado**
12,50/21,50
8,50/12,50
Beefeater 24
8,50/12,50 Hornitos Plata
Bombay Sapphire
7/9,50 VODKA
Citadelle7/9,50 Grey Goose
8,50/12,50
Hendrick’s8/11,50 Grey Goose Poire**
8,50/12,50
Oxley **
8,50/12,50 Ketel One
7/9,50
Tanqueray6/8,50 Russian Standard
7/9,50
Tanqueray 10
8/11,50 Skyy6/8,50
Ungava **
7,50/10,50 Zubrowka7/9,50
RHUM/SPIRITUEUX DE CANNE À SUCRE
Appleton Reserve
Appleton V/X
Bacardi 8 ans
Bacardi Big Apple **
Bacardi Black
Bacardi Blanc
Bacardi Gold
Bacardi Limón
Bacardi Oakheart
Bacardi Razz Cachaça Leblon Captain Morgan Spiced
Cockspur 12
Cruzan Single Barrel
El Dorado Demerara 5 ans
Havana 7 ans
Havana Anejo
Mount Gay Eclipse
Sailor Jerry Spiced Rhum
St-James agricole Ambré
WHISK(E)Y DU MONDE
8/11,50
7/9,50
7/9.50
7/9,50
7/9.50
6/8,50
7/9,50
7/9,50
7,50/10,50
7/9,50
7,50/10,50
7/9,50
8,50/12,50
8,50/12,50
7/9,50
8/11,50
7/9,50
7/9,50
6/8,50
8/11,50
WHISKEY ÉCOSSE
Basil Hayden’s
9/13,50
Booker’s10,50/16,50
Bulleit Bourbon
8/11.50
Bushmills8/11,50
Canadian Club Premium
6/8,50
Canadian Club 12 ans
7/9,50
Crown Royal
7/9,50
Gibson’s Finest
7/9,50
Jack Daniel’s
7/9,50
Jack Single Barrel
9/13,50
Jameson7/9,50
Jim Beam Blanc
6/8,50
Jim Beam Black Label
7,50/10,50
Knob Creek 9 ans
9/13,50
Maker’s Mark
7/9,50
Maker’s Mark 46 **
8/11,50
Redbreast 12
7,50/10,50
(ri)18.50/12.50
Wild Turkey **
7/9,50
Woodford Reserve
9/13,50
BIÈRES
Balvenie Double Wood
11/18,50
Bowmore 12
10,75/17,50
Dewar’s6/8,50
Glenfiddich 12
8/11,50
Glenfiddich 18
12,75/22,50
Glenlivet 12
9/13,50
Glenmorangie 10
12/20,50
Grant’s7/9,50
Belle Gueule Hefeweizen
Blonde (Tremblay)
Griffon Rousse
St-Ambroise Cream Ale
St-Ambroise Noire Cidre du Minot
N’hésitez pas à demander
UN COCKTAIL SUR MESURE
à votre barman!
www.distillerie.tv • L’ALAMBIC • 19 • jan - fev - mar 2013
6
5,50
5,50
6
6
7,50