CÉLINE DUMERC À BASKET LANDES : Retour sur l`histoire d`une

Commentaires

Transcription

CÉLINE DUMERC À BASKET LANDES : Retour sur l`histoire d`une
Le Mag’ de Basket Landes - N°12 - Mars 2016
C’est
pas fini !
CÉLINE DUMERC
À BASKET LANDES :
Retour sur l’histoire
d’une rencontre !
2
SOMMAIRE
éditorial
EUROCUP
Un 1/16ème de finale historique !
Pages 4 & 5
LES ÉCHOS BL
Des techniciens bleu, blanc.... rouge.
Page 7
PARTENAIRE PARTICULIER
SARL Feros : L’esprit d’entreprise avec BL
Pages 8 & 9
BASKET LANDES
Cap’s à Basket Landes !
Pages 10 & 11
AU CENTRE DE FORMATION
La formation BL à l’honneur
Page 13
DU CÔTÉ DES PARTENAIRES
Gamm’ Vert Maïsadour
pour mieux vous servir
Pages 14 & 15
Garder la tête froide...
D
ieu qu’il est difficile pour tout le monde de résister
au tourbillon de cette saison 2015-2016. Un championnat hyper condensé. Des rebondissements
incessants. Un parcours en coupe d’Europe exceptionnel et
puis... Céline Dumerc annonce son arrivée à Basket Landes
pour deux saisons à partir de septembre prochain.
Photos couverture :
Julien Bacot (Sports
Émotions Photographie)
On nous aurait dit ça au jour de l’annonce de l’arrêt prématuré de la carrière de Marion en octobre dernier, on
aurait signé tout de suite. Ce constat est aussi une piqûre de
rappel à un combat de tous les jours, de dirigeants, de bénévoles, de joueuses, de coach, de multiples pierres à un édifice
pour qui les valeurs d’engagement, de travail et d’abnégation
mais aussi de fierté et de caractère ont un sens commun.
Rien n’est jamais acquis dans le sport de haut niveau mais
ces moments sont fondateurs. Il faut savoir garder la tête
froide, garder en tête nos racines pour mieux avancer vers
la réalisation de nos rêves.
Basket Landes
41 avenue Henri Farbos
Chambre des métiers - 40000 Mont-de-Marsan
Directeur de la publication :
Marie-Laure Lafargue
Réalisation :
Commission Communication
de Basket Landes
Rédaction :
Marie-Laure Lafargue, Laetitia Hourcade
Maquette et Impression :
Thierry Dupéré Communication
Crédit Photos : Philippe Wargnier
Laurent Larroque - Romain Tastet
Sébastien Zambon - Julien Bacot
Studio Ernest - Gérard Gouyou
Michel Plassin - Basket Landes
Dépôt légal : à parution
Et d’ailleurs c’est peut-être cet état d’esprit, ce petit supplément d’âme qu’a le mieux résumé Céline Dumerc
expliquant son choix à la presse nationale : "Ils ne m’ont
pas vendu du rêve non plus en disant "on va construire une
équipe pour être champion". Ils sont organisés, patients. J’ai
signé deux ans, si on peut faire ça d’ici là, ce sera merveilleux, mais ce sera peut-être après. J’ai envie de participer
à leur projet, les aider à faire un pas de plus, partager mon
expérience du haut niveau, avec un club qui véhicule des
valeurs qui me sont chères, c’est génial". Plus près de nous
dans l’ombre, notre fidèle Carlos a, lui, versé des larmes de
bonheur en apprenant la nouvelle.
Oui c’est génial et on en redemande !
Marie-Laure Lafargue
3
Eurocup
ème
Allons enfants... Un 1/16
de finale historique d’Eurocup !
Il y a des soirées comme celle vécue à Mitterrand le 14 janvier dernier qui marquent l’histoire d’un
club, la mémoire de ses acteurs et le sceau d’une identité. Retour sur le 1/16ème de finale d’Eurocup
face à Edirne.
Le match aller en Turquie :
le défi européen avec un grand E !
4
Tout un symbole : c’est à Edirne à 15
kilomètres de la frontière grecque et
donc aux por tes de l’Europe politique que le destin européen de Basket Landes se jouait en janvier. Un
symbole culturel et géopolitique aux
sons des muezzins, une plongée dans
un patriotisme spor tif absolu avec
une salle passionnée et en fusion
derrière son équipe de basket. Un
défi spor tif assuré avec 6 joueuses
de très haute volée et un collectif
redoutable. La présence du consul de
France dans les vestiaires de Basket
Landes le soir du match, les incidents
anecdotiques mais marquants avec
quelques suppor ters ayant franchi la
ligne rouge de provocations incessantes sur le thème du terrorisme...
Un accueil pour autant très respectueux et chaleureux du club d’Edirne
si fier d’accueillir un club français.
Nous étions 14 à Edirne, 14 heureux
qui auront vécu là une expérience
rare et qui conduira chacun à reconnaître que c’est pour des moments
comme ceux-là que l’aventure européenne est belle.
14 janvier à Mitterrand : la
Une prolongation
passion selon Saint Basket Landes bleue, blanc... rouge
Les Turques avaient posé le décor une
semaine avant. Anais Le Gluher y avait
laissé un mollet. La salle était surchauffée,
la banda survoltée, le challenge posé: 7
points à rattraper. Si loin, si près. Il fallut
non pas 40 mais 45 minutes, un match
d’une intensité dantesque, des coups de
boutoir assassins réduisant presque l’espoir avec 5 points de débours à la mitemps. Puis l’espoir quand sur un énième
panier au milieu du troisième quarttemps, Miranda Ayim porte l’écart de
Basket Landes à +12. Puis ce quatrième
quart-temps. Un match de boxe, des
cris, une bagarre âpre, la peur, l’intensité.
Il faudra un ultime coup du destin, une
faute à deux secondes du terme, deux
lancers francs réussis par la spécialiste
de l’exercice Aurélie Bonnan pour arracher une prolongation épique.
150 à 148 au terme de 85 minutes de
jeu. C’est sur ce large écart de 2 points
que la qualification en 1/8e fut donc acquise. Les 5 minutes les plus épiques de
cette soirée furent sans doute les dernières.
Un money time dans lequel Carmen
Guzman joua aux sacrifices, pendant
lequel tous les ballons furent arrachés,
disputés au bout de l’effort. Et soudain
au milieu de cette prolongation, l’inimaginable se produit.
La marée bleu et blanche sur et autour
du terrain devint bleue, blanc et rouge.
Aux premières notes de la banda Los Picaros reléguée à l’étage par un commis-
saire tatillon, la Marseillaise fut reprise
à l’unisson par 2500 spectateurs. Un
moment de communion rare mais tellement symbolique de l’immense combat
de nos filles de caractère.
Il y eut ensuite ces dernières 20 secondes, un dernier shoot turc, un rebond
offensif au bout de l’enfer, la course folle
de Gunta Basko, les joueuses effondrées
de fatigue au milieu du parquet, les
étreintes dans tous les coins du terrain,
les larmes des supporters, les sourires
jusqu’au bout de la nuit.
C’était le 14 janvier. L’un des plus beaux
moments de l’histoire de Basket Landes
et du basket landais.
Surtout garder la tête froide et
montrer la voie...
On ne s’en lasse pas !
Aucune photo, aucun récit ne pourront jamais permettre à ceux qui y
étaient de revivre l’intensité de cette
soirée. Mais ce soir-là, Julien Bacot de
Sport Émotions Photographie tentait
l’expérience d’un petit film de match.
Un moment que vous pouvez voir
et revoir sur Youtube à l’adresse suivante :
https://youtu.be/uDvfm9Jm8aI
5
Port. : 06 75 24 41 70
6
Marché Saint-Roch - Mont de Marsan
Mardi et samedi
Les échos BL
Les techniciens de Basket Landes en bleu, blanc, rouge
Une fois de plus, le staff de Basket Landes se voit confirmée une
reconnaissance fédérale de premier ordre. Après le staff médical
chouchou de Tony Parker et Boris Diaw en équipe de France
masculine, après Olivier Lafargue, en route pour les JO aux côtés
de Valérie Garnier en équipe de France féminine, après Julie Barennes récemment confirmée pour l’été prochain comme assistante de Cathy Melain dans le staff de l’équipe de France U17 F,
c’est au tour de Vincent Joly, responsable du centre de formation
de Basket Landes de rejoindre l’été prochain le staff de l’équipe
de France U15 F. Bravo Messieurs et Julie, vous portez de nouveau bien loin les couleurs du basket landais.
Sportifs sur tous les terrains
Les événements sportifs rassemblent toutes les disciplines.
C’est ainsi que le 9 janvier les basketteuses de Basket Landes
assistaient à la victoire du Stade Montois Rugby contre Aix en
Provence en Pro D2 à l’invitation de l’agglomération montoise.
Quelques jours plus tard, les joueurs du Stade Montois football qualifiés pour les 1/16èmes de finale de Coupe de France
venaient encourager leurs voisines avec enthousiasme contre
les Turques d’Edirne. Plus récemment, c’est le monument du
rugby français Pascal Ondarts qui donnait le coup d’envoi de
la rencontre face à Nice, sous les yeux de Rémi Talès.
Bénévoles et surtout supporters
Ils sont une soixantaine les soirs de match à œuvrer dans
l’ombre de l’événement.Tantôt guichetiers, traiteurs, serveurs,
agents de sécurité, femmes (et hommes) de ménage, il s’agit
d’une formidable équipe de bénévoles acteurs de belles rencontres et d’une identité de club rare. Ils sont surtout et avant
tout supporters. Animateurs d’un Kop coloré de tifos depuis
le début de la saison, ils étaient soixante à Toulouse en janvier
dernier pour soutenir leurs favorites. Partis en bus à 9 h 30
pour ne pas rater le match de 16 h, correctement alimentés
et hydratés au pied de la salle, ils étaient déjà prêts à l’arrivée
des joueuses à 14 h. Ces dernières accueillies au son de "on
vient, on gagne et on s’en va", savaient dès lors à quoi s’en
tenir. Et donc on vint, on gagna et on repartit heureux et
chantant jusqu’au retour à 22 h et peut-être même plus pour
certains... Du bonheur simple d’être ensemble.
7
Partenaire... particulier !
FICHE D’IDENTITÉ
SARL FEROS
Exploitation agricole
et forestière
2350, Perprise de Tuyas,
40210 Commensacq
Date de création : 2010
Dirigeants :
Olivier Banos 43 ans et Pierre Ferry
40 ans.
Le siège de l’exploitation agricole
se situe à Commensacq en Haute
Landes. Le Groupe Banos-Ferry
couvre 1200 ha de terres agricoles
et de la forêt. Il est spécialisé dans
la production de maïs semence, de
légumes, d’asperges…
300 ha sont cultivés en BIO. Le
groupe élève depuis peu des brebis
pour l’entretien des parcelles.
L’activité génère l’emploi de 15
salariés (équivalent temps plein)
et environ 70 saisonniers pour les
travaux des cultures.
8
L’originalité du Groupe FEROS est avant tout liée à l’association d
d’entreprise et aux valeurs sportives, ils ont choisi Basket Landes
Olivier Banos s’est installé en 2003 par
l’acquisition de 80 ha de terres agricoles et s’est agrandi au fil du temps.
Pierre Ferry, lui, a repris l’exploitation
familiale de son père et de son oncle
en 2007. L’association a été por tée
par une structure juridique originale: la
Société En Par ticipation (SEP) qui gère
l’ensemble des cultures. Cette organisation leur a permis d’apprendre à se
connaître et développer ensemble des
activités communes, tout en conservant
leur indépendance patrimoniale.
L’activité principale étant le maïs semence, tous les effor ts d’investisse-
ments ont été orientés pour optimiser
au mieux les coûts de production, avec
notamment la création et l’adaptation de
matériel spécifique dans les ateliers de la
SARL FEROS : des castreuses, des porteurs ou des semoirs "grande largeur", la
création d’une unité de triage et de stockage du maïs semence...
Une démarche BIO pour une
meilleure intégration dans le territoire
Ils ont investi ensemble dans le matériel
et la main d’œuvre pour réaliser des économies d’échelles. Leurs personnalités
de deux agriculteurs, Olivier et Pierre, issus de deux origines différentes. Attachés à l’esprit
pour témoigner de l’impact de l’agriculture sur l’économie.
complémentaires et leurs compétences
spécifiques sont une force pour le développement de leur société. Les nouvelles
technologies sont présentes à tous les niveaux sur la ferme : gestion de l’irrigation,
guidage par système GPS des tracteurs,
système d’enregistrement des différents
travaux, trieur optique, machines d’assistances à la récolte, etc...
La production BIO appor te de nouvelles
techniques de production. C’est un défi à
la fois pour faire évoluer les techniques
de production et aussi l’impact sur l’environnement. Ce mode de production
permet aux consommateurs de por ter
un autre regard sur l’agriculture. C’est
pourquoi de façon plus globale Pierre
et Olivier ont développé une entreprise
intégrée dans un territoire entre forêt
et agriculture et contribuent au développement économique de ce territoire.
La construction d’un bâtiment d’exploitation de 1000 m² entièrement en pin
des Landes a pour objectif de mettre en
avant les atouts du territoire.
Esprit d’entreprise
et valeurs sportives :
la bonne alliance
En 2013, la ferme a rempor té le Prix National de la Dynamique Agricole desservi
par la Banque Populaire. En 2012, Olivier
avait été récompensé par le Prix des
Entrepreneurs du Rugby Club d’Aquitaine. Le spor t à haut niveau a imprégné
le mode de développement du groupe.
Leur devise pourrait être: Réussir et toujours aller de l’avant !
L’envie d’entreprendre est une principale
motivation. L’envie d’avancer ne les quitte
pas. Le parallèle avec l’amour du maillot
lorsque l’on est joueur est évidente : tous
avancer dans le même sens pour le même
objectif conduit à une autre source de
motivation : la victoire !
Réussir voire dépasser les objectifs que
l’on se fixe ou tenir la distance sur la durée sont autant de challenges. Pour avancer, il faut régler les problèmes au fur et
à mesure et sur tout essayer de les anticiper. C’est avant tout la prise de risques,
l’évolution de l’entreprise qui leur donne
des ailes.
En 2014, Pierre et Olivier ont ouver t les
por tes de leur ferme pour accueillir 300
professionnels afin de mettre en avant la
réussite d’insertion de l’agriculture
dans l’environnement économique
local.
9
Basket Landes
Céline Dumerc
à Basket Landes :
on vous jure
que c’est vrai !
C’est au minimum un coup de tonnerre qui a réveillé le pays landais
et la planète basket le 8 février dernier. Il y eut Richard Marquet,
journaliste basket de Sud Ouest qui douta presque de l’opportunité
de se déplacer à la conférence de presse organisée aux aurores un
lundi matin sans ordre du jour... Il y eut les rires incrédules d’Anaïs
Le Gluher, capitaine emblématique informée quelques minutes
seulement avant l’annonce officielle qui ne le crut pas d’abord. Il y eut
le premier commentaire sur les réseaux sociaux, celui d’un supporter
de Bourges qui s’en sortit stupéfait avec un "Ahahah... 1er avril !". Il y
eut surtout ce formidable embrasement dans les Landes et autour,
une forme de stupéfaction et de tristesse dans le Berry. Il y eut enfin
l’évident témoignage – s’il en fallait encore - de ce qui fait sans doute
l’incroyable carrière de Céline Dumerc : une détermination dans le
choix, un leadership dans la méthode. Quand sa décision fut prise,
ferme, c’est elle qui décida comment et quand cela serait annoncé. On
vous jure que c’est vrai... Cap’s sera bien à Basket Landes à partir de
septembre.
Retour en deux points de vue sur l’histoire de cette rencontre.
Crédit photo FFBB
envie de revenir là bas, de retourner auprès de mes terres.
C’est donc plus un choix personnel, un
choix de vie ?
On peut dire ça, oui. Et je pense que mes
vacances là-bas cet été m’ont aussi influencée (rire). Et j’ai mes parents qui sont sur
Tarbes, un cercle d’amis. C’est le plus. Mais
je ne veux pas qu’on pense que je vais à
Basket Landes en pré-retraite. C’est un club
qui m’a toujours plu, j’ai des amies qui ont
joué là-bas, j’aime l’ambiance qui y règne. Le
basket dans les Landes, c’est quand même
la folie ! Et c’est un club qui a des ambitions,
qui est sérieux, qui veut progresser. Ca me
permet de m’implanter dans une région où
je voudrais faire ma vie.
Ne craignez–vous pas de descendre
d’un cran au niveau compétition ?
Je sais ce que je laisse, car, en début d’année, je voulais retrouver un club d’EuroFilles de Caractère : Quand ce choix de signé cinq ans avec une proposition de ligue, c’était un de mes critères majeurs
changer de club s’est-il imposé à vous ? reconversion, par l’école de Limoges de sélection, parce que j’adore cette
Céline Dumerc : C’est relativement (le Centre d’Économie et de Droit du compétition, ce niveau de jeu. Et au final
récent. Je savais que cette saison serait Sport). J’avais vu le président Fosset il y je me retrouve à lâcher ça. Mais en même
un peu particulière, car j’étais en fin de a un mois, pour lui dire que ça ne m’in- temps, j’ai vécu beaucoup de choses en
contrat. Au fil des semaines, je me ques- téressait pas, car j’avais encore envie de Euroligue, j’ai eu des années merveiltionnais, sur ce que j’avais envie de faire, jouer. Et ça a fait son bonhomme de che- leuses. Et je me dis que ce sera un nousur mon plan de carrière. J’avais min. J’ai envie de jouer, mais je vois aussi veau challenge d’amener Basket Landes
juste une certitude : j’ai encore les années qui passent, et de plus en plus, vers ce niveau-là. Même si je ne suis plus
envie de jouer. Avec Bourges, j’avais mon Sud-Ouest natal me manque. J’avais joueuse quand ça arrivera.
En quoi consiste le projet sportif avec
Basket Landes ?
Le projet sportif, c’est d’aller chercher
un titre, en Coupe ou en championnat à
moyen terme. Ils ne m’ont pas vendu du
rêve non plus en disant "on va construire
une équipe pour être champion". Ils sont
organisés, patients. J’ai signé deux ans, si
on peut faire ça d’ici là, ce sera merveilleux, mais ce sera peut-être après. J’ai
envie de participer à leur projet, les aider à faire un pas de plus, partager mon
expérience du haut niveau, avec un club
qui véhicule des valeurs qui me sont
chères, c’est génial. Quant à mon projet
extra-sportif, je n’avais pas d’idées très
précises, ils m’ont plus proposé un accompagnement pour m’aider à m’orienter, à trouver ce vers quoi je pourrai aller.
Pierre Dartiguelongue,
coprésident de Basket Landes
Filles de Caractère : Comment s’est
créée cette rencontre ?
Pierre Dartiguelongue : Comme j’ai
pu le lire dans un commentaire récent
sur l’arrivée de Céline, je crois qu’on
est un peu dans le vieil adage selon
lequel "quand on n’a pas de pétrole,
on a des idées" ! Cette décision c’est
avant tout justement le fruit d’une rencontre.
Sur quoi justement se sont fondées
ces discussions ?
Nous avons eu l’occasion de pré-
terme. On s’est attachés à lui rappeler
le rôle sportif qu’on compter lui confier
dans la quête d’une nouvelle étape de
développement de Basket Landes. On
s’est appuyé sur les ressources locales
pour répondre à son attachement à la
région et à son envie d’y mener son projet de reconversion.
Ce projet a donc été travaillé au long
cours ?
Pas vraiment, les choses se sont décantées assez vite. Nous avons commencé
à travailler précisément sur un pro-
Et quelles ont été les réactions de
votre équipe, à cette annonce ?
Je sais que pas grand-monde ne s’attendait à ce que je quitte Bourges pour un
autre club français. J’ai envoyé un message à toute mon équipe dimanche
pour ne pas qu’elles apprennent ça par
les réseaux sociaux. Elles ont toutes été
admirablement supportrices, heureuses
pour moi. Les retours ont été très positifs. Et c’était important pour moi de
sentir qu’elles me soutenaient.
Votre coach Valérie Garnier arrive elle
aussi en fin de contrat. Pensez-vous
que votre départ puisse influencer le
sien ?
Non, je ne pense pas.Valérie l’a très bien
pris, elle m’a écoutée, comprise, en tant
que coach, et aussi en tant que personne extérieure. Elle a été très réceptive. J’ai beaucoup de complicité avec
elle, et ça me fait un pincement au cœur
de penser que je ne travaillerai plus au
quotidien avec elle. Sauf en équipe de
France. On n’a pas encore fini notre histoire ensemble.
Finalement, on peut voir votre départ
comme une motivation de plus pour
décrocher ce quatorzième titre ?
Oui, ça ne change rien à la joueuse que
je suis. J’ai toujours envie d’être meilleure que la veille, je veux donner le
meilleur de moi même à ce club. Ce
sera un plus de me battre en sachant
que je ne mouillerai plus ce maillot-là, et
j’ai envie de finir cette histoire en beauté,
pour remercier ce club-là, pour tout ce
que j’y ai vécu, pour partir la tête haute.
senter à Céline notre projet et nous
sommes mis à l’écoute des siens en
toute transparence et confiance. Elle
nous a fait part de ses projets de vie,
de sa quête de pistes de reconversion.
On s’est rapprochés autour de cette
idée tout en restant centrés sur un vrai
projet sportif car Céline est et entend
demeurer avant tout une basketteuse.
Mais quand même rien ne semblait
donner la priorité à Basket Landes ?
Il est clair qu’il a fallu être inventifs et
convaincants car nos arguments financiers et sportifs ne pouvaient pas être
les mêmes que ceux des écuries d’Euroleague de Bourges ou Prague. On
a parlé de court mais aussi de moyen
jet argumenté et concret avec Audrey
(Lacroix) et Marie Laure (Lafargue) trois
semaines avant la décision. La décision a
été ensuite prise en quelques jours. Les
jours les plus longs ont sans doute été
les trois jours séparant la décision et la
conférence de presse. Céline y tenait et
c’était important pour tout le monde de
décider vite et de communiquer clairement là dessus.
Vous devez être un président heureux ?
Oui évidemment ! La semaine de l’annonce a été très riche et particulière.
Mais on est surtout très fiers pour le
club. Ca légitime aussi je crois le travail
de tous autour de nous, dirigeants, bénévoles, supporters !
Résidence Saint-Roch
41, Allées Brouchet
40000 Mont-de-Marsan
Tél : 09 70 24 84 37 - [email protected]
12
Au centre de formation
La formation à l’honneur
Elles seront donc deux cette saison à postuler à l’entrée de l’INSEP pour la saison
prochaine. Deux joueuses de l’équipe
minimes France attendues pour le dernier obstacle d’un parcours de sélection
entamé en début de saison. Mathilde
Domenger, et Astrid Benedetti sont donc
attendues du 14 au 18 mars, parmi les
20 meilleures joueuses françaises de leur
génération, pour d’ultimes tests physiques.
Mathilde Domenger est aussi sélectionnée
en équipe de France U16 F avec un an
d’avance pour participer au Tournoi international du Poinçonnet du 26 au 28 mars
prochains. Bravo à nos deux pépites issues
respectivement des clubs de Espoir Chalosse et de Boé Bon Encontre. Suerte !
Les cadettes du centre de formation bronzées
Engagées en championnat de France UNSS sous les couleurs
du lycée Despiau, les cadettes du centre de formation reviennent avec une médaille de bronze des championnats de
France qui se déroulaient en Seine et Marne en février dernier. Défaites en demi-finale par Nantes qui sera ensuite titré,
elles prolongent ainsi le succès des précédentes générations
du centre et portent haut les couleurs du partenariat avec le
Lycée Despiau.
La coupe des Landes en ligne de mire
pour les Espoirs ?
En éliminant Labenne en 1/8ème de finale, les espoirs de
Basket Landes se redonnent à rêver d’un joli parcours en
coupe des Landes. Elles affronteront Amou Bonnegarde Nassiet, équipe qui évolue en Nationale 3 féminine, les 26 ou 27
mars prochains en quarts de finale et elles retrouveront làbas quelques anciennes pensionnaires Basket Landaises (Eva
Lafaye, Mathilde Molles ou aussi Babeth Montero).
Les espoirs de Basket Landes saison 2015/2016 :
Debout de gauche à droite : Nawel Salgues - Manon Darrieutort Sarah Fruitier - Charlène Aucagos - Léa Cano
Accroupies de gauche à droite : Pauline Labrouche - Anne-Sophie
Depème - Pablita Lachèle - Laure Fourcade
13
Du côté des partenaires
Né de l’alliance inédite de vin, d’Armagnac (ambre de la Terre landaise et gersoise)
et de fruits, Portagayola, fort en saveurs intenses et fruitées, est un apéritif qui se
déguste frappé lors de tous vos moments festifs. À consommer avec modération.
http://marquestau.com/
La concession Toyota Makila Auto, fournisseur officiel de Basket Landes vous a
presenté lors des 1/16èmes de finale de Coupe d’Europe le nouveau Toyota RAV4
Hybride, visible a l’entrée ! Avec son nouveau design et sa motorisation hybride
inédite, le Toyota RAV4 redéfinit l’univers des SUV (Sport Utility Vehicle). Venez
l’essayer chez Makila Auto, Avenue JF Kennedy à Saint-Pierre du Mont.
http://makila-auto-mont-de-marsan.concessions-toyota.fr
Les représentants du club turc d’Edirne en pleine dégustation chez notre partenaire Cave et Vous à Mont de Marsan.
http://Facebook/Cave & Vous Mont de Marsan
Pouvez-vous nous présenter les Jardineries Gamm vert du Groupe Coopératif
Maïsadour ?
L’histoire des Jardineries dans le Groupe
n’est pas récente, elle remonte à 1969.
Nous sommes présents majoritairement
dans les Landes mais également sur la Gironde, les Pyrénées Atlantiques et le Gers.
Nous proposons tout ce que propose une
jardinerie classique, mais en mieux ! Depuis
quelque temps, nous avons progressivement introduit de nouveau éléments dans
nos jardineries, toujours dans un souci de
rester proche des attentes de nos clients.
Ainsi, le rayon "terroir" est né de l’ambition
de valoriser les saveurs et les savoir-faire
traditionnels de notre territoire. C’est d’ailleurs un point de satisfaction car nos clients
sont ravis de cette évolution.
Pourquoi avoir choisi de passer sous enseigne Gamm vert Groupe Maïsadour ?
Le changement d’enseigne est vraiment
enthousiasmant pour nos équipes. Je
pense que ce passage sous enseigne
Gamm vert va permettre à nos jardineries de mieux répondre aux attentes
des clients et de rencontrer une nouvelle clientèle. L’objectif est clair, mettre
nos clients au cœur des préoccupations
de chaque collaborateur et comme moteur et boussole de nos évolutions.
Au-delà de tout ça, nous sommes sur un
marché qui est mature depuis 2007/2008,
pour faire la différence face à la concurrence, nous avons besoin d’investir dans le
numérique, de développer de nouveaux
outils commerciaux, notamment dans le
e-commerce, le traitement de nos données client, la gestion de nos points de
vente, la distribution avec l’introduction
du click & collect dans nos magasins via le
site Internet Plantes et Jardins opéré par
Gamm vert... Pour cela il faut des moyens
et le rapprochement avec Gamm vert est
pour nous l’opportunité de bénéficier de
ces outils. Ce rapprochement est aussi le
moyen pour nos jardineries d’accroître
notre visibilité via la télévision et la Radio
tout en conservant notre ancrage territorial et le lien tissé avec nos clients depuis
des décennies.
Franck Château,
Directeur de filiale
Groupe Maïsadour
Appartenir à un Groupe Coopératif, estce important ?
Oui, c’est important car c’est l’ADN de
nos jardineries. Et nous avons voulu marquer notre différence et montrer à nos
clients que nous sommes les mêmes en
mieux. Nous allons faire du Gamm vert
made in Maïsadour comme le suggère
le "cobranding" présent sur l’enseigne
"Gamm vert groupe Maïsadour". Nous,
comme nos clients, sommes attachés
à cette enseigne et à cette relation que
nous avons construite avec eux. Puis, de
savoir que nos patrons sont les agriculteurs du Groupe Coopératif Maïsadour,
c’est quand même un bel argument, non ?
Retrouve-t-on les valeurs coopératives
dans vos magasins ?
Les jardineries ont été, entre autres, créées
grâce aux valeurs de la coopération. Solidarité, proximité... Le maillage territorial
dense de nos jardineries, notamment dans
les Landes, berceau du Groupe, est le reflet
de cette volonté d’être l’incarnation du
lien entre les habitants du territoire et le
monde agricole. On cultive la relation client.
Quels sont les points forts des Jardineries Gamm vert ?
Des vendeurs experts, du conseil, de
l’écoute et du sourire ! Avant toute chose,
notre point fort ce sont les qualités humaines. Chaque jardinerie adapte son
offre produit et service à sa clientèle via le
sertissage, les services de location, l’atelier
de réparation, le toilettage, l’espace terroir
frais... Notre savoir-faire et connaissance du
terrain associés à la puissance du réseau
Gamm vert, tant en termes de références
que de communication, sera, nous en
sommes persuadés, une alchimie gagnante.
Quels sont les axes d’améliorations futurs des jardineries ?
Les améliorations dépendent souvent des
évolutions sociétales et nous sommes
prêts comme le démontre notre dynamisme et notre capacité à nous remettre
en question. Nous venons tout juste de
mettre en place le click & collect. Ce système du click & collect permet au client
d’avoir accès à une offre complémentaire,
sur des produits qu’il ne pourrait pas trouver en jardinerie. Il peut commander les
produits de son choix et les récupérer
directement dans notre jardinerie.
La jardinerie de Saint-Pierre-du-Mont est
notre vaisseau amiral et aussi le baromètre
des attentes clients. Comme je l’ai évoqué,
l’introduction des produits frais, des produits du terroir, souvent issus des adhérents
agriculteurs du Groupe Coopératif Maïsadour, a été accueilli avec enthousiasme.
L’ouverture des dimanches est aussi un élément plébiscitée par les consommateurs.
en passant de 3800 à 6000 m². Les travaux
sont en cours et devraient s’achever d’ici
la fin de l’année. Un grand nombre d’innovations seront déployées à cette occasion.
Quand sera effectif ce changement ?
Tout est opérationnel depuis le 17 février.
Depuis plusieurs mois, les équipes des jardineries du Groupe Coopératif Maïsadour
ont préparé et peaufiné les derniers détails
pour faire du passage à l’enseigne Gamm
vert, un grand moment. Rénovation des
façades et changement d’enseigne des magasins, nombreuses informations dans les
points de vente, tenue des vendeurs, habillage des véhicules… Tout a été modifié et
l’identité visuelle Gamm vert se déploie désormais dans tous nos points de vente. La
jardinerie de Saint-Pierre-du-Mont quant
à elle est en train de subir une extension
Un petit mot d’encouragement pour
Basket Landes ?
La saison se passe très bien tant sur le
plan national qu’européen, c’est toujours
un plaisir de venir voir jouer les filles qui
se démènent sans compter pour contenter le public de Mitterrand. Le Groupe est
partenaire de Basket Landes depuis très
longtemps et nous espérons, non, nous
sommes certains que ces filles iront loin.
C’est motivant et inspirant de voir que nos
clubs landais rivalisent avec les plus grands.
C’est bien une preuve que dans les Landes,
c’est la qualité avant tout ! Allez les filles, vous
avez tout un département derrière vous !
soutient
Basket Landes
Ouvert tous les dimanches matins
de 9 h à 12 h 30
CARREFOUR MONT-DE-MARSAN
760, Avenue du Maréchal Juin, 40000 Mont-de-Marsan
Du lundi au samedi de 8 h 30 à 20 h 30 - Le dimanche de 9 h à 12 h 30

Documents pareils