Wikipédia, l`encyclopédie démocratique

Commentaires

Transcription

Wikipédia, l`encyclopédie démocratique
Texte support de l’intervenant
Wikipédia, l’encyclopédie démocratique
Marc FOGLIA
Docteur en philosophie,
spécialisé dans les nouvelles technologies,
consultant auprès du cabinet de Gérard Larcher
ESEN - 31 mars 2010
Marc Foglia, docteur en philosophie, est l'auteur d'un livre intitulé "Wikipédia, média de la connaissance démocratique ?". Il analyse en
quoi le phénomène Wikipédia entraine une mutation dans le domaine de la connaissance, les principes philosophiques qui le soustendent et les implications de son utilisation dans le monde de l'éducation.
1) Le succès de Wikipédia : un progrès pour la connaissance ?
Tant par l‟ampleur du phénomène que par l‟appréciation portée par le public, Wikipédia est un succès... :
quelques chiffres : 6° site le plus visité au monde, avec 275 millions de visiteurs uniques par mois, soit 25%
des connectés ; 875 000 articles en français (72 000 pour l‟Encyclopédie de Diderot), 11 millions dans le
monde, 265 langues représentées, 100 requêtes par seconde sur les serveurs de la Fondation ;
forte notoriété, image très positive (présentation du sondage Opinionway, janv. 08) ;
le wiki : un type de site web qui permet une collaboration efficace et transparente en ligne ;
facilité d‟accès, savoir disponible gigantesque, apparition de nouveaux savoirs, réponse à la demande
accrue de participation citoyenne, etc. ;
fantastique création... et destruction de valeur (faillite du Quid, de la Brockhaus, etc.).
= > Avec Wikipédia, le savoir est désormais en ligne. Révolution comparable à celle de l‟invention de l‟imprimerie
e
(caractères mobiles en plomb) au 15 siècle...
... mais un succès inattendu…
Brouillon d‟une encyclopédie classique : affronte le scepticisme initial des fondateurs, l‟absence de ressources
financières propres, et des risques divers (vandalisme, noyautage, etc.). Doutes sur la cohérence du projet,
tensions récurrentes au sein de la « communauté », etc.
= > Wikipédia est un enfant à moitié désiré, dont le développement force l‟admiration
… qui entraîne une mutation dans la notion même de connaissance :
Savoir « instantané », pas de contrôle a priori, pas de circuit éditorial mais un contrôle mutuel et exercé a
posteriori.
Société de l‟information et non de la connaissance. Effets de la disponibilité immédiate du savoir.
2) La connaissance enfin disponible sur Internet ?
L‟accessibilité de Wikipédia ravive une illusion naturelle à l‟encyclopédisme : penser que la recherche trouverait
dans l‟article encyclopédique son aboutissement.
Un savoir immédiatement et toujours disponible :
en raison de sa permanence sur Internet (sur l‟océan du web, Wikipédia a l‟avantage d‟être un site connu,
d‟être bien référencé et de fonctionner comme une marque)
en raison de son élaboration encyclopédique (« le travail est déjà fait »)
en raison de son universalité (« on trouve tout sur Wikipédia »)
Il n‟y aurait pas besoin de méthode pour accéder à la connaissance. Or, l‟article encyclopédique est seulement
re
une 1 étape, un « balayage » ou une manière de « se faire une idée » pour commencer.
Wikipédia rend d‟autant plus nécessaire la formation des élèves à une pratique intelligente de la recherche sur
Internet.
Une mutation dans le métier de professeur documentaliste ?
École supérieure de l'éducation nationale
Page 1 sur 5
www.esen.education.fr
Le tandem Google – Wikipédia diffuse l‟illusion selon laquelle la recherche de l‟information serait facile, et que
tout le monde pourrait tout savoir.
« Faciliter l‟accès à l‟information s‟effectue désormais de multiples façons et s‟accompagne d‟autres actes :
valider et synthétiser l‟information, créer de la valeur ajoutée et aussi accompagner voire former les utilisateurs »
(Mireille Lamouroux, « CERTIDoc, un dispositif de certification du niveau de qualification des professionnels en
information et documentation », ESEN, 2009).
3) La nouvelle culture encyclopédique
Idéal formulé par Jimmy Wales, co-fondateur : « Imaginez un monde dans lequel chaque personne a un accès
libre à la somme des connaissances humaines. C'est ce que nous faisons. »
=> Une œuvre culturelle « libre », qui abolit le droit d‟auteur et la propriété intellectuelle
Wikipédia représente une mutation dans l‟histoire des encyclopédies :
le contenu est produit par les « usagers » eux-mêmes (en anglais, « user-generated content ») : « l‟usager »
est à la fois lecteur, auteur, éditeur, correcteur... : la figure du « citoyen lambda » ;
pas de barrières à l‟entrée (en anglais, « soft security system ») mais : surveillante de tous par tous, écriture
technique, et principes d‟édition stricts ;
le travail est collectif et décentralisé, mais... « l‟administration » est puissante ;
sentiment d‟appartenance communautaire, force des idéaux, « wikilove » ;
encyclopédie perpétuellement réécrite, work in progress, pas de version définitive ;
Une encyclopédie démocratique, dont le contenu et les règles sont produites collectivement. Dominique Cardon
a montré que Wikipédia étend le principe démocratique à la surveillance mutuelle, et pas seulement à la
production de contenu. Chacun est investi du devoir de vigilance, du souci du bien commun, de la capacité à
faire appliquer les règles (Cardon et Levrel, 2009).
Une manière démocratique de réaliser une encyclopédie, mais aussi une manière démocratique d‟ordonner les
informations sur le web (solution dite de Web 2.0).
Autres exemples/modèles :
le partage de photos et de vidéos taguées Flikr, Youtube
l‟évaluation (ranking) et le commentaire de produits : Amazon
la superposition de sources d‟information différentes (mash up) : Google Maps
On parle de « sous-traitance de masse » (crowdsourcing) pour la production et le filtrage du contenu par les
internautes.
Tim O‟Reilly, sur le Web 2.0 : « vous pouvez établir des applications qui exploitent les effets de réseau, de sorte
que plus les gens les utilisent, plus elles s‟améliorent ».
4) Les sous-jacents culturels de Wikipédia
La force de Wikipédia vient aussi de sa capacité à faire revivre des courants et des idéaux antérieurs.
libéralisme : la libre circulation des idées finit par produire plus de bonnes choses que de mauvaises ; pas
de contrôle central ; confiance dans les initiatives individuelles ; idéal de la connaissance partagée par tous
(reprise de l‟idéal des Lumières) ; idéologie libérale et libertaire des réseaux ;
positivisme : « pas de point de vue » (« NPOV ») ou « neutralité du point de vue »
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:La_neutralité_de_point_de_vue), « vérifiabilité », « pas de recherche
de première main » ;
relativisme : chacun possède une parcelle de savoir, les experts ne doivent pas monopoliser la parole. La
vérité encyclopédique émerge comme compromis entre points de vue concurrents et victoire du « discours
fort » des Sophistes.
Autres influences : anarchisme, courant libertaire (Jimmy Wales), anti-élitisme, mouvement du logiciel libre
(Richard Stallman et la Free Software Foundation, d‟où la définition comme « projet d'encyclopédie librement
réutilisable que chacun peut améliorer »), management participatif et non-interventionniste (« handsoff management ») etc.
École supérieure de l'éducation nationale
Page 2 sur 5
www.esen.education.fr
=> Wikipédia ne se réduit pas aux « nouvelles technologies », mais renvoie à de nouvelles pratiques culturelles.
= > Plus qu‟une innovation radicale, Wikipédia représente une réactivation de schèmes anciens, sous la bannière
d‟une communauté alternative et d‟un nouveau média.
5) La question de la fiabilité
Le problème sur lequel on se focalise d‟ordinaire est d‟ordre épistémologique : comment un travail collectif,
modifiable par tout un chacun, non contrôlé par les experts, pourrait-il produire des articles fiables ?
Une fiabilité désormais avérée :
quelques scandales, comme l‟affaire Seigenthaler, ont eu pour effet… d‟augmenter la notoriété de
Wikipédia ;
les tests comparatifs ont montré que Wikipédia n‟était pas moins fiable que les encyclopédies classiques ;
réactivité, nouveaux savoirs répertoriés, efficacité de la surveillance collective ;
caractère évolutif de Wikipédia : diffusion de bonnes pratiques (ex. : labellisation des articles de qualité),
force structurante du projet initial, rôle des initiatives partant de la base, intelligence collective et mobilisation
gratuite des énergies.
Mais… ne faut-il pas déplacer la question de la fiabilité ?
qualité très inégale des articles, niveau de détail des articles exprimant avant tout l‟intérêt des usagers ;
technicité croissante des opérations, risque de fermeture sur soi de la « communauté » ;
pas de pilote dans le navire, disparition de l‟auteur et de la responsabilité éditoriale : situation de fait, qui
devra nécessairement se traduire dans un nouveau droit ;
sous-financement chronique du projet, économie du don, indépendance garantie par la Fondation
Wikipédia.
= > Les résultats obtenus par Wikipédia réfutent la condamnation d‟ordre épistémologique mais déplacent le
problème.
6) La question de l’élaboration collective du savoir
Un projet paradoxal : associer la connaissance et la démocratie. Mutations de l‟espace public de la connaissance
et de sa transmission. Le Web 2.0 comme forme d‟expression personnelle et nouveau média. Tim O‟Reilly : le
web 2.0 est conforme à l‟esprit originel du web, qui progresse en tirant profit de l‟intelligence collective.
régulation substantielle (valeurs), procédurale (règles) et techniques de la production sur Wikipédia.
Désordre ambiant contre création d‟une oligarchie.
une nouvelle communauté para-scientifique / anciennes communautés scientifiques
danger des groupes de pression. Exemples de lobbying célèbres : Wal-Mart, l‟Eglise de Scientologie,
administrations, etc.
prime donnée par le système existant aux minorités actives et aux « passagers clandestins »
contraste entre l‟apparence d‟une enyclopédie neutre, élaborée par des citoyens lambdas, et la réalité de la
production du savoir (intérêts divers à écrire, conflits d‟édition, tribune pour les activistes, etc.).
tendance actuelle : moins de nouvelle pages, davantage de discussion sur les articles (vers un ratio de 0,5) :
366 000 pages de discussions en français, 219 000 en allemand.
= > L‟idéal d‟une connaissance « neutre » ne doit pas faire illusion sur WIKIPÉDIA : le risque est grand que
l‟information soit contrôlée de manière plus ou moins sournoise.
7) Quel usage scolaire de Wikipédia
Wikipédia est un outil qu‟il faut apprendre à utiliser :
définir l‟intérêt de Wikipédia dans le processus de documentation (pas une source primaire, mais une
encyclopédie, dont les contenus sont produits par tout le monde) ;
sensibiliser au plagiat (affaire Ryan Jordan), au vandalisme, à la propagande cachée (affaire Carl Hewitt).
École supérieure de l'éducation nationale
Page 3 sur 5
www.esen.education.fr
Wikipédia est un outil d‟apprentissage qui reste problématique :
caractère horizontal et désorganisé du savoir (flat knowledge) : « Wikipédia renseigne sur les œuvres de
Descartes comme on se renseigne sur des horaires de train » ; toute connaissance se vaudrait, dès lors
qu‟elle répond immédiatement à un désir ; risque que l‟usager soit placé dans la position d‟un
consommateur d‟information sans repères ; absence de parcours organisé, « portails » thématiques
d‟information ;
caractère changeant des articles : multiplicité des versions qui ne correspondent pas forcément à une
amélioration (mythe du progrès perpétuel) ou à une actualisation des données ;
non plus une œuvre, mais un projet : foisonnement des sites associés ; l‟écrit n‟est plus le dépositaire
durable de la connaissance ; la connaissance ne peut être ni fixée ni organisée.
Wikipédia appelle une formation :
faire comprendre comment fonctionne l‟encyclopédie, ce qu‟est un bon article, pourquoi il faut faire preuve
d‟esprit critique ;
faire comprendre que le temps de la recherche n‟est pas celui de l‟accès à l‟information ;
la question de la participation à Wikipédia : apprendre à manipuler, améliorer l‟encyclopédie, rédiger des
articles ? Une université canadienne a posé comme défi à ses étudiants de Master la rédaction d‟un article
de qualité, mais les enseignants qui mobilisent une classe sur ce type de projet sont plutôt rares.
= > L‟encyclopédie, pour l‟enseignant et ses élèves, n‟est pas un objet de savoir traditionnel, mais un outil dont il
importe de connaître le potentiel et les limites.
Le bon usage de Wikipédia appelle, encore davantage que d‟autres sources de la connaissance, la formation du
jugement de l‟apprenant. Cette formation ne peut se faire ni en consultant Wikipédia, ni en surfant sur Internet.
_________________________________________________________
Bibliographie et citations
Assouline, Pierre, « l‟affaire Wikipédia », billet du 9 janvier 2007, à propos de l‟article « affaire Dreyfus » sur Wikipédia
« On ne saurait trop le répéter : dans le domaine des idées, et en particulier en histoire, l‟esprit de la référence a
intrinsèquement partie liée avec la durée et non avec l‟éphémère. Or sur Wikipédia, la référence est à géométrie
variable : le dernier qui a parlé a raison, jusqu‟au prochain. » URL : http://passouline.blog.lemonde.fr/2007/01/09/laffairewikipedia/
Benkler, Yochai, La Richesse des réseaux. Marchés et libertés à l’heure du partage social, Presses universitaires de
Lyon, 2009/ traduction de The Wealth of Networks, How Social Production Transforms Markets and Freedom, New
Haven, Yale University Press, 2006. « Technology creates feasibility spaces for social practice. » (p.31)
Berger, Denis, “L‟encyclopédie de non référence”: “Car Wikipédia repose sur un principe fortement affirmé par son
initiateur, Jimbo Wales, et maladroitement traduit en français sous le terme de neutralité de point de vue, et qui consiste,
en gros, dans les domaines que, forcément, quelqu'un, quelque part, considère comme sujets à caution, à accorder une
égalité de traitement aux diverses positions en présence, ce qui revient à dire, en très gros, que, au fond, tout le monde
a un petit peu raison. On le voit, la neutralité, cette position du diplomate, s'oppose totalement à la posture du
scientifique dont le métier est précisément de ne pas être neutre par rapport à son sujet, faute de quoi il serait bien en
peine d'élaborer l'hypothèse que son travail consiste à valider. (…) Puisqu'aucun mécanisme de contrôle académique
n'est en œuvre, il faut bien pouvoir juger les participants sur ce qu'ils produisent et, donc, pour cela, il faut bien qu'ils
produisent. On peut, ensuite, fort bien imaginer que, progressivement, les champs seront couverts l'un après l'autre,
qu'ils trouveront leurs spécialistes et leurs rédacteurs attitrés, et que Wikipédia évoluera vers une structure plus forte, à
la Debian (système d‟exploitation Linux), avec un nombre limité de participants reconnus, et un contenu valide. »
http://valaurea.free.fr/articles/wikipedia.html (17 fév. 2005)
Blanquet, Marie-France, “Wikipédia fabrique-t-elle de l‟information fiable” ? CDDP de l‟Essone, texte de la conférence
en ligne. « La surabondance d‟information peut être cause de désorientation, de découragement. Il devient donc
important de savoir chercher l‟information et surtout de ne consulter que des documents „qualifiés‟. » URL :
http://wwWikipédiacddp91.ac-versailles.fr/spip.php?article66
Cardon, Dominique et Levrel, Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de
Wikipédia », Réseaux, 2009/2, n°154, La Découverte, pp.51-89. « L‟originalité du processus d‟écriture ouverte focalise
l‟attention de la plupart des commentaires, qu‟ils soient laudateurs ou critiques, que s‟attire l‟encyclopédie, sans que soit
parallèlement souligné le contrôle de chacun sur chacun, qui cosntitue l‟indispensable corré&lat de la liberté d‟écriture
des contributeurs. En effet, si, l‟écriture est sur Wikipédia un processus ouvert et praticipatif, comme sur beaucoup
d‟autres sites contributifs de l‟Internet, la produ tion collective d‟une encyclopédie n‟est possible que parce que la
surveillance individuelle a posteriori des écritures est, elle aussi, ouverte et participative. » (introduction)
École supérieure de l'éducation nationale
Page 4 sur 5
www.esen.education.fr
Devouard, Florence, Présidente honoraire de la Wikimedia Foundation, entretien avec Anne Francou, CRDP de Lyon,
nov. 2007 : « Nous ne sommes pas éditeur ! Nous sommes considérés comme hébergeur. Nous ne faisons donc pas de
contrôle. La différence entre l‟éditeur et l‟hébergeur en matière de responsabilité, c‟est que l‟éditeur doit exercer un
contrôle a priori de la publication : c‟est le cas typiquement d'un centre de documentation. En revanche, on estime que
l‟hébergeur n‟a pas à vérifier l‟information a priori. C‟est le cas en particulier de tous les sites qui proposent des forums,
des blogs, etc. Par contre, dans le cas où l'hébergeur serait informé de l‟illégalité du contenu qu'il héberge, il se doit de
réagir a posteriori. » http://wwWikipédiasavoirscdi.cndp.fr/index.php?id=923#c2531
Ertzscheid, Olivier, entretien avec Astrid Girardeau pour Libération : « Wikipédia est un „projet‟ encyclopédique et un
bien commun de l‟humanité » : « Ce faux-procès en incompétence qui est de plus en plus souvent fait à Wikipédia est
d‟autant plus horripilant que WIKIPÉDIA affiche clairement sur sa page d‟accueil le fait qu‟elle ne doit pas être utilisée
comme une source primaire d‟information. D‟autre part, ses détracteurs ignorent le plus souvent la réalité actuelle de
WIKIPÉDIA, qui a pris bonne note de ces critiques : de plus en plus d‟articles sont « stabilisés » et seulement éditables
par des contributeurs réguliers ou des administrateurs afin d‟éviter des actes de « vandalisme ». Et les articles sur des
sujets polémiques (le créationnisme par exemple) ou sur des champs de connaissance encore en friche sont clairement
identifiés comme tels. Et il faut saluer sa réactivité : dans l‟heure qui a suivi la propagation des premières rumeurs sur
une liaison entre Laurence Ferrari et Nicolas Sarkozy, la page consacrée à la journaliste a été « verrouillée » pour éviter
toute dérive. » 17 janv. 2008, http://wwWikipédiaecrans.fr/Interview-Olivier-Ertzscheid,3015.html
Foglia, Marc, Wikipédia, média de la connaissance démocratique ? FYP, 2008. « L‟information devient objet de
consommation instantanée. La dimension mémorielle de la connaissance, mais aussi sa dimension progressive et
pédagogique, peuvent disparaître. L‟information, orpheline, n‟est plus intégrée à des processus culturels et sociaux
longs. Déconnectée de ce temps long, que l‟on appelle parfois « l‟horizon du sens », l‟information finit par valoir en ellemême à la manière d‟un signe vide, et par ne renvoyer qu‟à elle-même. La matrice technologique maintient l‟esprit dans
l‟immédiat » (p.42).
Gourdain, O’Kelly, Roman-Amat, Soulas, Droste zu Hülsfoff, La révolution Wikipédia. Une enquête sur les rouages
de l’encyclopédie collaborative, Paris, Mille et Une Nuits, 2008. « Etant donné la place qu‟est en train de prendre le site
dans notre société, mieux vaut effectivement réfléchir à l‟amélioration de sa qualité plutôt que de souhaiter sa
disparition » (p.36).
O’Reilly, Tim, « Qu‟est-ce que le Web 2.0 ? Modèles de conception et d‟affaires pour la prochaine génération de
logiciels ». « Le principe central du succès des géants nés du web 1.0 qui ont survécu pour maintenant mener l‟ère du
web 2.0, semble être qu‟ils ont su exploiter de manière efficace la force de l‟intelligence collective que recèle
potentiellement le web. (…) Wikipedia, une encyclopédie en ligne basée sur le principe peu commun selon lequel une
entrée peut être ajoutée par n‟importe quel utilisateur du web et modifiée par n‟importe quel autre, est une
expérimentation radicale, dans le domaine de la création de contenu, du dicton d‟Eric Raymond (qui se référait à la base
au
développement
open-source)
qu‟avec
suffisamment
d‟yeux,
tous
les
bugs
disparaissent. »
http://wwWikipédiainternetactu.net/2006/04/21/quest-ce-que-le-web-20-modeles-de-conception-et-daffaires-pour-laprochaine-generation-de-logiciels/ (article du 21.04.06, version anglaise originale du 30.09.05).
Un professeur met ses étudiants au défi d‟écrire un article de qualité (labellisé comme tels) sur Wikipédia. Les projets
sont désormais nombreux dans le monde, afin de faire découvrir « le chaos et la joie de l‟édition collaborative (Université
de Hong-Kong), et de « se familiariser avec Wikipédia comme communauté et puits de connaissances » (Université de
l‟Idaho). Une étudiante : « j‟ai investi tellement d‟énergie dans la rédaction et l‟amélioration de cet article que je suis
vraiment fière du résultat final. Quand je le relis, j‟ai même du mal à croire que j‟y ai contribué. Les dissertations que je
rends finissent en général dans un :classeur qui restera bien rangé sous mon lit ou alors dans un coin de mon disque
dur pour ne jamais être ré-ouvertes ». L‟un des conseils du professeur : « Trouvez des sources en dehors de Google,
vous serez un pionnier ! » http://wwWikipédiaframablog.org/index.php/post/2009/02/16/wikipedia-education-exempleprojet-pedagogique-1
Wikipédia, projets pédagogiques : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Projets_p%C3%A9dagogiques
Wikipédia et le cours d’histoire : http://clioweb.free.fr/clio/wpclio06.htm
École supérieure de l'éducation nationale
Page 5 sur 5
www.esen.education.fr