Go West ! La mythologie westernienne dans le cinéma hollywoodien

Commentaires

Transcription

Go West ! La mythologie westernienne dans le cinéma hollywoodien
Cours«Unehistoireducinémaenmotsetenimages»
Cinémathèquesuisse,salleduCinématographe
Prof.AlainBoillat(Sectiond’histoireetesthétiqueducinéma,UNIL)
Séancedu13avril2016
GoWest!Lamythologiewesterniennedanslecinémahollywoodien
Citations
1.
«[…] le spectateur qui partage un savoir culturel diffus sur le genre «western» (par exemple,
uneactionquisedérouledansl’OuestaméricaindansladeuxièmemoitiéduXXesiècle,deslieux
emblématiques comme la petite ville de l’Ouest, le saloon ou le désert, des personnages typés
commeleshérifoulejoueur,desscènesdeduel,desintriguesconstruitesautourdelaloi,desa
transgression ou de son établissement) n’a ainsi pas besoin de faire appel à ses souvenirs
d’autreswesternspourdirequeRèglementsdecompteàO.K.Corral[…]estunwestern.
[…]
Le genre possède des traits sémantiques et des traits syntaxiques qui organisent de façon
spécifique des relations entre ces traits sémantiques. Ainsi le western se définit-il àlafois par
despersonnages,deslieux,desmodesdefilmagedecespersonnagesetdeceslieux,etparune
organisationdecesélémentsautourd’unefrontièreentrewildernessetcivilization.»
RaphaëlleMoine,LesGenresducinéma,Paris,Nathan,2005[2002],p.11etp.54.
2.
«C’estauxAméricainsquenousdevonscemiracle.DansleurspremiersfilmsduFar-West–que
depuis ils fabriquent en série car il n’y a pas que chez nous des mercantis du cinéma– […] on
vousaintéressésautantauchevalducow-boyqu’àcecow-boylui-même.[…]JepensequeRio
Jim est la première figure campée par le cinéma, c’est le premier type, et sa vie est le premier
thème réellement cinégraphique. […] toute la photogénie s’y trouve rassasiée. Plaines grises
dénuéesd’obstacles[…],largeintensitédelaviesimplequipermetlerythme,lerelief,labeauté,
et qui donne un éclat d’humanité incomparable au sentiment toujours simple – amour, devoir,
vengeance– qui y surgit. Vous ne me trouverez pas trop ridicule si je vous dis que depuis le
théâtregrecnousn’avionspaseuunmoyend’expressionaussifortquelecinéma.[…]Maisces
chefs-d’œuvre […]vivaient de thèmes simples, de personnages directs et dépouillés de
complicationscivilisées.»
(LouisDelluc[1921],dansLeCinémaetlescinéastes,Paris,Cinémathèquefrançaise,1985).
3.
«Au bleu des soldats s’oppose, de loin en loin, la tache écarlate d’un manteau indien. Bleu du
ciel et ocre de la terre, le paysage reproduit, en plus sourd, l’accord bleu-or, éteint le bleu des
uniformes couverts de poussière. De vastes compositions picturales ancrent la diagonale des
cavaliersàunebuttedeMonumentValleyàl’arrière-plan,sousungrandcield’oragequioccupe
lesdeuxtierssupérieursdel’image.CommeFordl’aindiquéàPeterBogdanovich,“danscefilm
j’aiessayédecopierlestyledeRemington–onnepeutpaslecopieràcentpourcent–,maisdu
moinsd’attrapersacouleuretsonmouvement[…].”
Jean-LoupBourget,JohnFord,Rivages,Paris,1990,p.36.
4.
«Toutlefilmestbasésousledoublesignedelavieillesseetdelamort.Dèsledébut,lescénario
sesituedanslaperspectivedel’après-BigHorn.L’unedesplusadmirablesscènesdufilmestle
momentoù,assisàsonbureau,BrittleslitaumajorAllshard,alorsquedehorsl’obscuritémonte
peuàpeu,lalistedesmortsdeLittleBigHorn.»
PatrickBrion,LeWestern,Paris,LaMartinière,1992,p.150.
5.
«La séquence générique de Guet-apens n’est pas la seule du cinéma de Peckinpah. LaHorde
sauvageetPatGarrettetBillytheKidencomportentégalementchacunune:l’uncommel’autre
s’ouvreenoutreparundoublepassage,dumouvementàl’immobilitéetdelacouleuraunoiret
blancsolarisé.[…]DansPatGarrettetBillytheKid,unprocédésimilairegravedanslemarbrele
vieuxPatGarretttombantdesonchevalsouslesballesen1909,soitprèsdetrenteansaprèsun
dramesedéroulantpourl’essentielen1881.
[…] le Kid et ses complices tuent le temps en tirant sur des coqs. Un raccord inopiné redirige
bientôtlestirsversPatGarrettalorsqu’ilchemintrenteansplustardsursoncheval.
[…]
IlyadelaconfusionchezPeckinpah.Inutiledesevoilerlaface:lapuissancedesoncinémaestà
ceprix.»
Emmanuel Burdeau, «Eperons. Les styles de Peckinpah», dans Fernando Ganzo (dir.), SamPeckinpah,
Nantes,Capricci,2015,p.82et84.
Extraitsdefilmsmontrés
I.Westworld(Mondwest,MichaelCrichton,1973)
II-III.SheWoreaYellowRibbon(LaChargehéroïque,JohnFord,1949)
IV.RioBravo(HowardHawks,1959)
V.HighNoon(FredZinnemann,1952)
VI.PatGarretetBillytheKid(SamPeckinpah,1973)
VII.Winchester‘73(AnthonyMann1950).
AutreswesternsdeJohnFord(sélection)
Stagecoach(LaChevauchéefantastique,1939)
DrumsalongtheMohawk(SurlapistedesMohawks,1939)
MyDarlingClementine(LaPoursuiteinfernale,1946)
FortApache(LeMassacredeFortApache,1948)
RioGrande(1950)
TwoRodeTogether(LesDeuxcavaliers,1961)
TheSearchers(LaPrisonnièredudésert,1956)
TheManWhoshotLibertyValance(JohnFord,1961)
CheyenneAutumn(LesCheyennes,1964).
Autresfilmsmentionnés(sélection)
GreatTrainRobbery(EdwinS.Porter,1903)
TheyDiedWithTheirBootson(LaChargefantastique,RaoulWalsh,1941)
BrokenArrow(LaFlèchebrisée,DelmerDaves,1950)
Outland(PeterHyams,1981)
TheProposition(JohnHillcoat,2005)
TheAssassinationofJesseJamesbytheCowardRobertFord(AndrewDominik,2007)
Meek’sCutoff(LaDernièrepiste,KellyReichardt,2010).
Référencesbibliographiques
Raymond Bellour (dir.), Le Western: approches, mythologies, auteurs - acteurs, filmographies,
Paris:Gallimard,1993[1966;1969].
Jean-LouisLieutrat,L’AllianceBrisée.LeWesterndesannées1920,Lyon:PUL,1985;
Jean-Louis Lieutrat et Suzanne Liandrat Guigues, Les cartes de l'Ouest: un genre
cinématographique:lewestern,Paris,ArmandColin,1990.
RaphaëlleMoine,LesGenresducinéma,Paris,Nathan,2005[2002].
Richard Slotkin: GunfighterNation.TheMythoftheFrontierinTwentieth-CenturyAmerica, New
York,Atheneum,1992.

Documents pareils