Fiat Punto Evo - Fiat Group Automobiles Press

Commentaires

Transcription

Fiat Punto Evo - Fiat Group Automobiles Press
Fiat Punto Evo
• Le modèle en deux mots
• Innovation technologique
• Respect de l'environnement
• Style et confort
• Sécurité
• Le porte-avions Cavour
(notes du service de presse
de la Marine militaire)
Le modèle en deux mots
Présentée en avant-première mondiale au dernier Salon de Francfort, débute aujourd'hui la nouvelle Fiat Punto Evo,
l'évolution de la Grande Punto, qui, en plus de confirmer le succès du modèle précédent, vise à devenir, grâce à ses
caractéristiques, une référence en termes d'innovation, de sécurité et de style.
Dans ce sens, l'appellation « Evo » (époque), souligne le progrès d'une automobile en mesure de répondre aux exigences
de clients de plus en plus attentifs aux nouveautés technologiques, au plaisir de conduire et aux thèmes environnementaux.
On reconnaît l'excellence technologique de Punto Evo à sa gamme vaste et articulée de moteurs Euro 5, parmi lesquels se
distinguent le 1.3 Multijet de deuxième génération et le 1.4 MultiAir, technologie révolutionnaire développée par Fiat
Powertrain Technologies, qui sera progressivement adoptée sur tous les propulseurs du Groupe Fiat. À ces motorisations
novatrices et à celles plus traditionnelles, s'ajoutent aussi les alimentations bi-fuel méthane et GPL (GPL n’est pas
disponible pour la Suisse) pour offrir la gamme de moteurs la plus complète et écologique du segment.
Toujours à l'enseigne de la réduction de la consommation et des émissions, le nouveau modèle propose le système
Start&Stop de série sur toutes les nouvelles
motorisations essence et diesel Euro 5 : ce dispositif gère l'extinction
temporaire du moteur en cas d'arrêt.
Sur Punto Evo débute, en outre, le nouveau système d'infotainment « Blue&Me–TomTom » qui, via un écran couleurs
tactile, permet de gérer le téléphone, la navigation et toutes les informations nécessaires à la conduite que l'électronique
embarquée lui fournit.
En matière de sécurité, Fiat Punto Evo améliore ses standards grâce aussi à l'adoption de 7 airbags, y compris l'airbag
genoux pour le conducteur : l'une des seules voitures du segment qui le proposent de série sur toutes les versions. D'autres
équipements novateurs sont aussi disponibles : le système Hill-holder, qui aide le conducteur lors des départs en côte
(immobilisation de quelques secondes de la voiture pour éviter qu'elle ne recule) ; les antibrouillard avant avec fonction
adaptative de « cornering », qui s'activent automatiquement avec les feux de croisement, en fonction de l'angle de braquage
; pour ne pas citer les systèmes qui ont déjà fait leurs preuves, tels que ABS, EBD (Electronic Brake force Distribution) et
ESP (Electronic Stability Program).
Enfin, si Fiat Punto Evo est si belle, c'est grâce au travail du Centro Stile Fiat qui a complètement rénové l'habitacle
(planche, sièges et instruments embarqués), en lui conférant luxe et élégance, tout en intervenant sur la ligne extérieure
avec des traitements esthétiques remarquables.
La Fiat Punto Evo sera commercialisée en Suisse à novembre 2009 avec l'objectif précis de se confirmer parmi les leaders
en Europe dans le très important segment des compactes.
Le communiqué de presse à bord du porte-avions Cavour
La présentation de Fiat Punto Evo à la presse internationale a eu lieu à bord du porte-avions Cavour, le nouvel Amiral de la
Marine Militaire, qui est le plus grand bâtiment naval de la période d'après-guerre et le plus important investissement
technologique de la Défense nationale italienne. Le programme de sa réalisation, appelé « Nuova Unità Maggiore (NUM) »,
a été lancé en novembre 2000, avec l'adoption de méthodologies de projet et de construction d'avant-garde et le
développement de systèmes avancés de la Marine en synergie avec Fincantieri et avec l'industrie nationale de la Défense.
Le résultat de cette collaboration confère aujourd'hui un important prestige international au système militaire et industriel
italien.
Des véritables bijoux d’excellence technologique, ces symboles d’italianité que sont le porte-avions Cavour et la Punto Evo,
représentent l’aboutissement d’une évolution qui a été possible grâce à l’application de technologies avancées et à
l’adoption de contenus résolument novateurs. Pour cette raison, le navire Amiral Cavour est la véritable « rampe de
lancement » d’une voiture à l’avant-garde de l’innovation motoristique, du respect de l’environnement, de la sécurité et du
style.
Innovation technologique
On découvre l’excellence technologique de Fiat Punto Evo dans la vaste gamme de moteurs, réalisés et fabriqués par FPT –
Fiat Powertrain Technologies, pouvant être alimentés à essence, à essence/GPL, essence/méthane ou au diesel. En outre, les
motorisations sont disponibles tant au niveau écologique Euro 4 que Euro 5 (sauf le moteur essence 1.2, qui sera disponible en
Euro 5 en 2010). Parmi ces moteurs on peut distinguer les nouveaux 1.4 MultiAir et 1.3 Multijet de deuxième génération : tous
les deux homologués Euro 5 et dotés de série du système Start&Stop.
Punto Evo franchit donc un pas supplémentaire sur le chemin de la mobilité soutenable, en avance sur les normes CEE qui
er
imposeront le respect des limitations Euro 5 seulement à partir du 1 janvier 2011 pour les nouvelles immatriculations.
En fonction des motorisations, sont disponibles des boîtes de vitesses à 5 ou 6 rapports, de type mécanique ou robotisé
séquentiel (Dualogic), qui ont été optimisées pour offrir la meilleure maniabilité et un bruit moindre.
Dans le détail, lors du lancement seront disponibles les moteurs suivants :
Essence :
1.2 8v 65 CV (Euro 4) ; (pas disponible en Suisse)
1.4 8v 77 CV (Euro 4) ;
1.4 8v 77 CV (Euro 4) avec Start&Stop ; (pas disponible en Suisse)
1.4 Multiair 16v 105 CV (Euro 5) avec Start&Stop ;
1.4 Multiair Turbo 16v 135 CV (Euro 5) avec Start&Stop.
Diesel :
1.3 Multijet 16v 75 CV (Euro 4) ; (pas disponible en Suisse)
1.3 Multijet II 16v 75 CV (Euro 5) avec Start&Stop et DPF ; (pas disponible en Suisse)
1.3 Multijet 16v 90 CV (Euro 4) ; (pas disponible en Suisse)
1.3 Multijet II 16v 95 CV (Euro 5) avec Start&Stop et DPF ;
1.6 Multijet 16v 120 CV (Euro 5) DPF ;
Bi-fuel :
1.4 8v 70 CV essence/méthane (Euro 5) ; (a partir de janvier 2010 en Suisse)
1.4 8v 77 CV essence/GPL (Euro 4) (pas disponible en Suisse)
Le logo sur le hayon de la Punto Evo a été changé pour permettre d'identifier les différentes motorisations : le point est
rouge pour les propulseurs les plus performants (1.4 Multiair Turbo 135 CV et 1.6 Multijet 120 CV) ; il est vert pour les
alimentations bi-fuel et noir pour les autres motorisations.
Technologie MultiAir
Avec Fiat Punto Evo débute le révolutionnaire 1.4 MultiAir, premier né d'une famille de propulseurs dotés de la technologie
MultiAir développée et brevetée par FPT – Fiat Powertrain Technologies, qui sera adoptée progressivement sur tous les
propulseurs du Groupe Fiat.
Disponible en 2 niveaux de puissance, (105 CV et 135 CV), le nouveau propulseur représente un véritable « point de
rupture » dans le panorama actuel des moteurs à essence : par rapport aux traditionnels moteurs à essence de la même
cylindrée, les propulseurs MultiAir assurent une augmentation importante de puissance et de couple en plus d'une sensible
réduction de la consommation et des émissions.
Le cœur du dispositif MultiAir est le nouveau système électro-hydraulique de gestion des soupapes qui permet de réduire la
consommation (grâce à un contrôle direct de l'air au moyen des soupapes d'admission du moteur, sans utiliser le papillon)
et les émissions polluantes (grâce au contrôle de la combustion) tout en améliorant les performances. De plus, emblème du
concept de « downsizing », le MultiAir est une technologie polyvalente facilement applicable à tous les moteurs essence,
avec possibilité d'adaptation aux moteurs diesel dans le futur.
En particulier, le 1.4 MultiAir Turbo de 135 CV garantit à Fiat Punto Evo des performances et un tempérament de voiture de
sport équilibrée, destinée à un public soucieux du plaisir de conduire et de la maîtrise de la consommation de carburant. En
effet, grâce au turbocompresseur, le couple du moteur 135 CV est fourni, de manière optimale, en toute situation et assure
d'excellentes performances de reprise avec une énergie impeccable à tous les régimes, marquant un nouveau standard
dans le monde des moteurs à essence. La vitesse maxi et l'accélération 0-100 km du nouveau propulseur de 135 CV sont
au sommet de la catégorie des compactes : 200 km/h (205 pour la version Sport) et à peine 8,5 secondes pour atteindre
100 km/h départ arrêté. L’excellence des performances est associée à l'expression du respect de l'environnement
(homologué Euro 5) et de la réduction de la consommation. Le témoignage de cette excellence est représenté par les
basses émissions de CO2,
129 g/Km, avec une consommation mixte de seulement 5,6 litres pour 100 km.
L'équilibre et le tempérament sont aussi les caractéristiques du propulseur 1.4 MultiAir de 105 CV. Ce moteur s'insère
parfaitement dans une tranche centrale du marché du segment de référence et en représente la meilleure alternative. Le
MultiAir 105 CV respecte également les normes Euro 5 avec
134 g/Km de CO2 (la consommation mixte est d'à peine 5,7
litres pour 100 km). Les performances sont inédites : accélération 0-100 km/h en 10,8 secondes et vitesse maxi de 185
km/h.
Ces valeurs montrent que la technologie MultiAir possède toutes les caractéristiques pour constituer, dans le panorama des
moteurs essence, une véritable révolution, semblable à celle qui eut lieu avec les moteurs JTD d'abord et Multijet ensuite
parmi les diesel : ainsi se perpétue la longue tradition motoristique Fiat.
Multijet de deuxième génération
Tous les moteurs diesel de Fiat Punto Evo sont dotés de la nouvelle génération du système d'injection Multijet Common Rail, la
solution la plus évoluée du point de vue technologique, qui permet de contrôler les pressions d'injection élevées (jusqu'à 1 600
bars), en se dégageant du régime de rotation moteur et des quantités de carburant injectées.
Sur les versions 1.3 Multijet Euro 5, en outre, le système utilise des nouveaux injecteurs Common Rail qui, grâce à une
servovalve hydraulique équilibrée, contrôlent avec une précision remarquable la quantité de gazole injectée dans la chambre
de combustion, avec une séquence d'injections plus souple et rapide que par le passé. Ces nouveaux injecteurs permettent en
effet de rapprocher les injections, en optimisant ainsi la loi d'introduction du gazole dans la chambre, ce qui rend la combustion
plus graduelle et permet d'obtenir des bénéfices en matière de consommation, émissions, NVH (bruits&vibrations) et
maniabilité. Par conséquent, le nouvel injecteur Common Rail des moteurs Euro 5 assure une économie de consommation et
une réduction du CO2 sur le cycle d'homologation d'environ 2 %, en même temps que la limitation des émissions polluantes.
Les Multijet de deuxième génération représentent donc l'évolution du système d'injection Common Rail qui actuellement, après
les propulseurs JTD (1997) et les Multijet (2003), permettent au Groupe Fiat de confirmer sa suprématie dans ce domaine.
Plus particulièrement, le 1.3 Multijet est disponible tant sur les versions Euro 4 (75 et 90 CV), que sur celles Euro 5 (75 et
95
CV), ces dernières étant équipées de série de filtre à particules et de dispositif Start&Stop. De plus, la suralimentation est
assurée par un turbocompresseur à géométrie fixe (75 CV) ou à géométrie variable (90 et 95 CV). Les versions Euro 5 sont
équipées de turbocompresseurs de nouvelle génération lesquels, associés au nouveau système d'injection Multijet de
deuxième génération, assurent une suralimentation optimisée pour tout le fonctionnement du moteur, avec une augmentation
du couple fourni à bas régime qui atteint 25 %, par rapport aux versions Euro 4.
À noter les excellentes performances du 1.3 Multijet de deuxième génération de 95 CV (Euro 5) : vitesse maxi 178 km/h ;
accélération 0-100 km/h en 11,7 secondes, consommation de 4,2 l/100 km et 110 g/km d'émissions de CO2 (dans le cycle
mixte). Si ce moteur est associé à la boîte Dualogic, la consommation baisse à 4,1 l/100 km et les émissions à 107g/km.
Enfin, la gamme Punto Evo confirme le brillant 1.6 Multijet 120 CV Euro 5 avec DPF, qui avait déjà fait ses preuves sur le
modèle précédent. Ainsi équipée, la nouvelle voiture atteint la vitesse maxi de 193 km/h (version Sport) avec une accélération
0-100 km/h en 9,6 secondes. De très bonnes performances avec consommation et émissions réduites : dans le cycle mixte, ce
véhicule consomme 4,5 l/100 km (cycle mixte) et produit 119 g/km de CO2.
Système Start&Stop et Gear Shift Indicator
Toujours à l'enseigne du respect de l'environnement et de la réduction de la consommation, le nouveau modèle propose le
système Start&Stop. De série sur toutes les motorisations essence et diesel Euro 5, et en 2010 également sur le diesel 1.6
de 120 CV et sur le 1.2 Euro 5, le dispositif gère l'extinction temporaire du moteur et son redémarrage en assurant la
réduction de la consommation et le silence dans l'habitacle lors de son actionnement. Dans ce type de situations propres
aux embouteillages dans les zones urbaines et aux arrêts au feu rouge, si les logiques de contrôle le permettent, le système
coupe automatiquement le moteur de façon à réduire la consommation de carburant jusqu'à 15 % en zone urbaine et 3,5 %
en cycle d'homologation NEDC.
De plus, associé au « Start&Stop », le dispositif Gear Shift Indicator (GSI) constitue un véritable copilote qui suggère de
manière discrète au conducteur de changer de vitesse, ceci pour une utilisation optimale du propulseur en termes de
consommation de carburant. Par exemple, une indication du GSI sur le combiné de bord peut conseiller de passer la vitesse
supérieure pour permettre une combustion selon un mélange plus pauvre, et donc moins riche en essence, ou de
rétrograder pour exploiter au mieux le couple disponible.
« Blue&Me–TomTom »
Expression d'innovation technologique, la dernière évolution de la plate-forme Blue&Me est inaugurée sur Punto Evo. Avec
« Blue&Me–TomTom » débute effectivement un système d'infotainment complètement intégré, permettant de gérer, via un
pratique écran couleurs tactile, le téléphone, la navigation et toutes les informations nécessaires au conducteur. Le
dispositif, qui est le fruit du partenariat entre Fiat Group Automobiles et TomTom, leader en Europe dans le domaine de la
navigation mobile, s'intègre à la voiture grâce au système Blue&Me, développé en collaboration avec Magneti Marelli.
« Blue&Me–TomTom », fixé dans une position pratique et sûre (sans câbles volants), pourra en tout cas être déplacé pour
d'autres utilisations et géré via des commandes au volant ou vocales. Il y aura en outre la disponibilité de la section « Car
Menu », qui permet la visualisation des informations relatives à la voiture et aux dispositifs embarqués :
•
« eco:Drive Info » : informations en temps réel sur son style de conduite et conseils pour la réduction de l'impact
environnemental et l'optimisation de la consommation par une gestion correcte des changements de vitesse et de
l'accélération en fonction du type de parcours ;
•
Informations sur la même page écran : kilométrage, consommation et autonomie ;
•
message de réserve carburant et indications pour arriver à la station essence la plus proche ;
•
points d'intérêt avec centres d'assistance du Groupe Fiat et distributeurs méthane et GPL (pas en Suisse) ;
•
gestion du téléphone portable combiné au Blue&Me : gestion des appels, informations, répertoire et derniers
appels.
Enfin, sur le nouveau modèle Fiat sont disponibles aussi le Blue&Me (qui comprend le dispositif Mains Libres avec interface
®
Bluetooth et reconnaissance vocale évoluée, Port USB, lecteur MP3 et SMS interpreter) et le Blue&Me Nav qui améliore la
fonctionnalité de la navigation à un prix carrément compétitif par rapport à la solution précédente. Il faut souligner que le
nouveau système Blue&Me a remporté de nombreuses reconnaissances internationales et un grand succès commercial : il
arrivera vite au million d'unités installées sur les différents modèles de Fiat Group Automobiles.
Respect de l'environnement
Innovation signifie aussi sauvegarde de l'environnement, ce qui représente pour Fiat l'une des lignes directrices principales
dans le développement de ses produits et lui permet d'offrir la gamme la plus écologique en Europe. Et Punto Evo ne fait
pas exception ! Les nouveaux moteurs MultiAir en sont la meilleure preuve : si on les compare à un moteur essence
traditionnel de même cylindrée, ils assurent en effet une augmentation de puissance (jusqu'à 10 %) et de couple (jusqu'à 15
%), ainsi qu'une réduction sensible de la consommation (jusqu'à - 10 %), et des émissions de CO2 (jusqu'à - 10 %), des
particules (jusqu'à – 40 %) et des NOx (jusqu'à - 60 %).
De la même manière, les moteurs Multijet de deuxième génération permettent un contrôle plus précis de la combustion
diesel, avec des avantages certains en termes de consommation, d'émissions, de NVH (bruits&vibrations) et de maniabilité
du véhicule. Cela est dû au nouvel injecteur Common Rail, qui module la loi d'introduction du gazole dans la chambre : il en
résulte, pour les moteurs Euro 5, une économie de consommation et la réduction du CO2 sur le cycle d'homologation
d'environ 2 % et une diminution des émissions polluantes.
Toujours à l'enseigne de la réduction de la consommation et des émissions, le nouveau modèle propose le système
Start&Stop de série sur toutes les nouvelles
motorisations essence et diesel Euro 5 : ce dispositif gère l'extinction
temporaire du moteur en cas d'arrêt et son redémarrage.
L’attention de Fiat à la sauvegarde de l'environnement se manifeste aussi dans le choix des alimentations bi-fuel
(essence/méthane et essence/GPL), qui permettent à Fiat Punto Evo de vanter la gamme de moteurs la plus écologique et
la plus complète du segment. Par ailleurs, Fiat est indiscutablement le leader mondial dans le domaine des voitures à
double alimentation essence/méthane (OEM) de première installation, et de la plus récente diffusion de voitures à double
alimentation essence/GPL.
Les deux versions « à impacte environnemental
moindre » adoptent un 1.4 8v Fire de 77 CV spécifique (par exemple,
celui de la Natural Power fournit 70 CV dans son fonctionnement au méthane, homologué Euro 5) réalisé par Fiat
Powertrain Tecnologies et conçu expressément pour la meilleure intégration entre les deux systèmes.
Pour ce qui est de l'alimentation au méthane, il s'agit non seulement de la motorisation bi-fuel la plus écologique du
segment B, avec à peine 115 g/km de CO2, mais aussi la plus économique, grâce aux coûts par kilomètre dignes d'un
record : moins de 4 euros pour 100 km. Par ailleurs, cette alimentation bénéficie en Italie du maximum d’avantages fiscaux :
5 000 euros avec prime à la casse. Ne pas oublier que Punto Evo Natural Power assure plus de 1 000 km d'autonomie sur
le cycle mixte et 1 200 km sur cycle extra-urbain, et lorsqu'il fonctionne au méthane, garantit une excellente maniabilité et de
très bonnes performances : la vitesse maxi est de 156 km/h avec une accélération 0 à 100 km/h en 16,9 secondes.
À la version Natural Power se joint celle avec alimentée au GPL (en Suisse pas disponible) développée sur la base de 10
ans d'expérience Fiat dans le monde des motorisations alternatives pour répondre à l'extraordinaire croissance du marché
en question : Punto Evo GPL vante un record d'autonomie de 1500 km dans le cycle extra-urbain et des coûts au kilomètre
réduits de presque 50 % par rapport à celui à essence, et des niveaux d'émissions réduits de CO2 (119 g/km) et de
consommation (7,4 l/100 km dans le cycle mixte).
Enfin, toujours à l'enseigne du respect de l'environnement, le client de Fiat Punto Evo pourra disposer de l'« eco:Drive », le
logiciel novateur qui - via un port USB – permet d'analyser le style de conduite de l'automobiliste pour l'aider à optimiser son
comportement en termes de consommation et donc d'émissions.
Pratiquement, pendant qu'on conduit sa voiture, « eco:Drive » réunit toutes les informations relatives au fonctionnement du
véhicule et aux caractéristiques de conduite de l'automobiliste. Toutes les données sont transférées via le port USB du
système d'Infotainment Blue&Me sur une clé USB ordinaire, pour pouvoir être accessibles à la lecture sur un ordinateur.
L'utilisateur peut ainsi analyser soigneusement consommation et émissions des ses voyages (et générer son propre
eco:Index) et recevoir des conseils sur la conduite visant à produire un moindre impact environnemental. Grâce à une série
de tutorials progressifs on pourra améliorer son score : les automobilistes les plus attentifs à une conduite « écoresponsable » peuvent arriver à une amélioration de 15 % de leur style de conduite, ce qui signifie une réduction de 15 %
des émissions de CO2 et une économie annuelle de carburant entre 120 et 200 euros.
Disponible pour les modèles Fiat 500, Grande Punto, Bravo, Qubo et Croma, plus de 50 mille personnes l'ont téléchargé
gratuitement sur le site www.fiat.com/ecodrive dans les huit premiers mois après le lancement. Sans oublier que plus de 22
000 personnes l'utilisent systématiquement pour surveiller leur conduite, en animant ainsi la vie de « eco : Ville », une
communauté on-line avec qui on peut partager l'engagement pour une conduite éco-responsable. Un grand succès, donc,
mais aussi un engagement concret : en effet, grâce aux suggestions de « eco:Drive », il a été possible d'économiser plus de
1 900 tonnes de CO2 en Europe, équivalentes à l'énergie nécessaire pour éclairer les routes d'une ville comme Genève
pendant 20 mois.
Sécurité
Punto Evo est une voiture conçue et fabriquée pour atteindre les plus hauts niveaux dans le domaine de la sécurité. Le
mérite en revient aux nombreux dispositifs offerts par le modèle (de série ou en option, selon les marchés et les versions), à
commencer par les systèmes de sécurité passive : 2 airbags frontaux, 2 airbags latéraux avant, airbags rideaux avant et
arrière et un airbag genoux pour le conducteur (il s'agit de l'une des seules voitures qui le prévoient de série dans toutes les
versions) ce qui assure la protection des occupants sur 9 secteurs de contact possibles en cas d'accident.
Elle est aussi l'une des seules voitures de cette catégorie à proposer les phares antibrouillard avec fonction adaptative
« cornering », qui s'activent automatiquement avec les feux de croisement allumés en fonction de l'angle de braquage.
La nouvelle Fiat Punto Evo assure un comportement sur route constant et prévisible, grâce à l'adoption des dispositifs
électroniques les plus sophistiqués pour le contrôle dynamique de la voiture : du freinage à la traction. Voici donc l'ABS
avec le correcteur électronique de freinage EBD (Electronic Brake force Distribution) et, surtout, le ESP (Electronic Stability
Program) complété par le dispositif Hill-holder qui assiste le conducteur lors des départs en côte (il s'agit de la seule voiture
qui le rend disponible sur toute la gamme des moteurs).
De plus, le nouveau modèle est aussi équipé de toutes les caractéristiques dynamiques et de confort qui permettent aux
utilisateurs d'affronter, en toute sécurité et confort, des parcours de n'importe quel type. Le mérite en revient à un système
de freinage puissant et efficace, à des pneus expressément conçus pour le plus grand confort et pour la sécurité maximale
et au schéma des suspensions déjà bien rodé : la suspension avant est à roues indépendantes de type McPherson, tandis
que celle arrière est à roues interconnectées (semi-indépendantes) avec essieu de torsion.
Pour finir, Fiat Punto Evo entoure le conducteur et les passagers de technologies qui leur assurent le meilleur confort
sonore et climatique, qualité qui se révèle importante également pour la sécurité préventive : le climatiseur automatique «
bi-zone » et toute une série de contenus qui facilitent la conduite, tel le Cruise Control, le capteur de pluie et le système
d'assistance au stationnement.
Style et confort
Punto Evo est devenue encore plus belle grâce au travail du Centro Stile Fiat. En particulier, l'intérieur de la nouvelle voiture
a été entièrement redessiné, représente l'expression la plus évoluée du « made en Italy », grâce à la qualité de ses
matériaux et à la grande attention aux détails. Notons tout d'abord la bande modelée sur la console et sur les aérateurs, qui
constitue l'élément le plus remarquable, avec son revêtement en matériaux laminés, de couleurs et de texture différents en
fonction des versions. La partie haute de la planche est elle-aussi très raffinée, grâce à une surface gaufrée, belle et douce
au toucher et d'autant plus agréable pour les passagers qu'elle ne reflète aucunement la lumière.
Entre la zone supérieure et la bande frontale, face au passager, une source lumineuse a été prévue (« ambient light ») qui
crée, lorsque la voiture roule la nuit, un effet de lumière diffuse très plaisant.
La nouvelle console centrale des commandes est dédoublée, avec le module radio caractérisé par une surface noir brillant
avec au milieu l'écran LCD. Les commandes de la climatisation sont situées au-dessous, dans un panneau séparé, tandis
qu’en haut il y a les aérateurs et un compartiment de rangement équipé, suivant les versions, d'un volet qui assure aussi la
fonction de support pour l'installation du « Blue&Me–TomTom ».
Les quadrants du combiné de bord sont plus grands pour le tachymètre et le compte-tours, avec des nouvelles graphiques
des échelles graduées et un volet pare-soleil séparé du volume de la planche.
Les entourages des différents éléments sont tous caractérisés par des peintures différentes, selon les versions. En outre,
les panneaux des portes ont été redessinés pour les rendre plus accueillants, avec des grandes parties revêtues de tissu.
Là aussi, l'esthétique des moulures est différente selon les versions, tandis que la poche est plus large et dotée d'un portebouteilles.
Tous les sièges des différentes versions sont réalisés avec des matériaux novateurs : le changement ne concerne pas
seulement l'aspect, mais aussi l'ergonomie. En outre, par rapport au modèle précédent, il y a plus de compartiments de
rangement et la prise USB du système Blue&Me est située dans la console centrale.
À l'extérieur aussi Fiat Punto Evo présente des interventions esthétiques importantes, tant à l'avant qu'à l'arrière, comme
par exemple le nouveau pare-chocs qui met en évidence les zones techniques et fonctionnelles : les deux prises d'air sont
réunies en une forme trapézoïdale unique avec deux extrémités latérales contenant les clignotants, tandis que dans la prise
d'air inférieure sont montés les nouveaux feux antibrouillard de forme circulaire, dotés de la fonction cornering. De plus, le
pare-chocs avant caractérise et différencie les versions : les sportives présentent une calandre à maille hexagonale et
l'écusson bruni avec le logo Fiat enchâssé ; la calandre des versions Confort Line sont à grille horizontale avec écusson
chromé. Du nouveau également pour les projecteurs qui, par rapport au modèle précédent, sont plus marqués et
techniques, avec la fonction pour la lumière diurne (DRL) dans la partie latérale et un entourage différent (bruni pour Sport
Line, chromé pour Confort Line).
L'arrière présente un nouveau pare-chocs qui incorpore la plaque ; des nouveaux groupes optiques proposent, pour les feux
de position, un « guide lumière » visible la nuit, en forme de parenthèses qui s'ouvrent sur le phare gauche et se ferment sur
le phare droit, en entourant ainsi idéalement la voiture ; le logo Fiat central assure aussi la fonction de déverrouillage du
hayon ; et le nouveau logo Punto, stylisé avec le « dot » de différentes couleurs, en fonction de la motorisation. Sur l'aile, en
revanche, ressortent les moulures latérales intégrant les nouveautés esthétiques de l'avant et de l'arrière (sur la version
trois portes, elles sont enrichies d'un écusson chromé avec le logo de la voiture).
De plus, le nouveau design a « poussé » la longueur totale de la Punto Evo jusqu'à 406 centimètres, ce qui a accentué les
caractéristiques gagnantes du modèle en matière d'habitabilité et de confort de voyage. Les autres dimensions externes
restent inchangées, avec une largeur de 169 centimètres, une hauteur de 149 centimètres, et un empattement de 251
centimètres.
Enfin, la gamme couleurs comprend 13 teintes, dont 7 neuves par rapport au précédent modèle : Grigio Intellettuale (Tech
house Grey), Blu Temerario (Acid jazz Blue), Blu Illusionista (Brit pop Blue), Nero Rubacuori (Progressive Black), Verde
Avventuriero (Unplugged Green), Bianco Radioso (Easy listening White) et Rosso Sfrenato (Tango Red).
Le porte-avions Cavour
(communication du service de presse de la Marine Militaire Italienne)
Cavour et la Marine
Le 17 novembre 1860, la fusion entre les Marines de la Sardaigne, des Bourbons, de la Toscane et du Vatican donnait
naissance à l'organisme naval unitaire que le 17 mars 1861, avec la proclamation du Royaume d'Italie, devait s'appeler la
Marine Royale (Regia Marina). « Je veux des navires pouvant servir dans toute la Méditerranée, c'est-à-dire capables
d'embarquer l'artillerie la plus puissante, de naviguer à la vitesse maximale, de contenir une grande quantité de carburant ».
Ainsi parlait Camillo Benso, Comte de Cavour, Président du Conseil et Ministre de la Marine, au lendemain de l'institution
administrative du nouveau Ministère de la Marine.
La carrière navale de Cavour avait débuté onze ans auparavant, lorsque, dans le Royaume de Sardaigne, il avait assumé la
responsabilité des ministères de l'Agriculture, du Commerce et de la Marine, cette dernière ayant été détachée du Ministère
de la Guerre en octobre 1850.
Dès le début de ses responsabilités dans le domaine naval, Cavour avait manifesté une grande détermination : « Je
consacrerai toutes mes forces et toute l'influence que j'aurai sur le parlement pour que l'organisation de notre Marine
Militaire réponde aux exigences du Pays ».
Le tout récent Royaume d'Italie pouvait vanter une Marine avec un nombre de navires assez important, ayant réuni les
flottes d'avant l'unité. Mais une Marine réellement unifiée et homogène du point de vue spirituel, outre qu'opérationnel,
devait encore voir le jour. Et personne n'en était plus conscient que Cavour.
Le grand homme d'état démarra aussitôt un vaste programme. Tout d'abord, il abrogea les « Ministères de la Marine de
Naples et de Sicile » et réorganisa tout le personnel militaire et civil. Il répartit le long littoral italien en trois Départements
(Gêne, Naples, Ancône) et soutint le programme de construction d'un arsenal moderne à La Spezia, pour en faire une base
de premier ordre.
Les premiers décrets signés par Cavour mirent en évidence l'orientation méditerranéenne de sa politique. Ce qui s'inscrivait
aussi dans la perspective d'une importance accrue de ce bassin qui, avec l'ouverture du canal de Suez (inauguré le 17
novembre 1869) allait devenir la voie la plus courte pour les Indes et le centre de gravité d'un intérêt naval à l'échelle
mondiale. On appela « Programme Cavour » la réalisation de bâtiments navals issue des décrets de l'homme d'État après
l'unification de l'Italie. Un programme destiné à survivre à son concepteur, qui décéda, à 51 ans à peine, le 6 juin 1861.
Cavour avait compris que l'évolution technique imposait d'instaurer de plus modernes critères de construction des nouveaux
navires, mais que ces innovations ne pouvaient pas être aussitôt réalisées, en raison du développement technologique qui
venait seulement de démarrer dans les chantiers italiens.
Certaines unités de l'Armée Navale - c'est ainsi que l'on appelait la Flotte à l'époque - furent programmées dans les
e
chantiers nationaux : les frégate cuirassées de 2 classe Principe di Carignano, Messina, Venezia, Conte Verde, toutes
avec coque en bois.
Les deux frégates cuirassées de 1ère classe, la Re d'Italia et la Re di Portogallo, furent
commissionnées aux États Unis. Des chantiers français sortirent en mer les frégates cuirassées Ancona, Castefidardo,
Maria Pia et San Martino, les corvettes cuirassées Formidabile et Terribile et les canonnières cuirassées Palestro et Varese.
En Angleterre fut en revanche commissionné l'Affondatore, un bélier cuirassé qui a été l'un des premiers navires à tourelles
de l'histoire navale.
C'est ainsi que s'inscrit le rôle fondamental de Cavour dans la naissance des moyens navals italiens.
Le navire Cavour : son nom et son histoire
Les navires de guerre symbolisent efficacement les plus nobles valeurs d'un pays, qu'ils représentent et transmettent à
chaque occasion, tandis que leurs noms, étant des moyens de communications éloquents, en synthétisent les contenus et
les diffusent au de-là du contexte militaire.
Dans le sillon du nom donné au navire Garibaldi, et afin d'exalter la valeur absolue de Patrie, il a été décidé d'attribuer au
nouveau porte-avions le nom d'un autre grand partisan de l'unité italienne, Camillo Benso, Comte de Cavour, dont
l'engagement et l'oeuvre côtoient idéalement les actions du Héros des deux mondes.
Les Pères de la Patrie sont ainsi honorés par les plus importants navires de la Marine, qui en portent fièrement les noms.
Le porte-avions « Cavour » est la plus récente Unité navale de la Marine Militaire qui est orgueilleuse de porter le nom de
cet illustre homme d'état.
Le navire de combat « Comte de Cavour », lancé en 1911 et reconstruit entre 1933 et 1937, participa au deuxième conflit
mondial ; après l'attaque subie pendant la nuit de Tarante, en novembre 1940, il fut remis en état à Trieste en 1941 ; il resta
dans le cadre de la flotte militaire jusqu'en 1947.
La construction du Porte-avions actuel a démarré dans le chantier de Riva Trigoso (Gênes) le 17 juillet 2001 ; à cause de
ses dimensions, le navire a été réalisé en deux parties distinctes, assemblées successivement. La partie de proue a été
construite dans les chantiers navals de Muggiano (La Spezia), et la poupe à Riva Trigoso. Le lancement de la partie
principale a eu lieu le 20 juillet 2004, dans le chantier naval génois, à la présence du Président de la République Carlo
Azeglio Ciampi. L'assemblage de la plate-forme a été ensuite réalisé à Muggiano.
Le Porte-avions à été livré à la Marine Militaire le 27 mars 2008.
Caractéristiques principales (2004)
Chantiers de construction :
FINCANTIERI- Muggiano et Riva Trigoso
Programmé le : 17 juillet 2001
Déplacement à pleine charge : 27 500 t
Dimensions hors tout : 244 x 40 m
Dimensions du pont d'envol : 220 x 34 m
Immersion : 7,70 m
Propulsion : Combined Gas And Gas (COGAG), deux essieux, hélices à pas variable, 4 turbines à gaz AVIO-GE LM-2500
Puissance : 88 MW (120 000 hp)
Vitesse maxi : supérieure à 30 noeuds
Autonomie : 7 000 milles à 16 noeuds
Armement :
3 mitrailleuses Oto/Breda 25/80
Système missiles SAAM/IT (4 modules à 8 cellules pour missiles ASTER 15)
2 lance-roquettes anti-missiles SCLAR H
2 systèmes anti-torpilles SLAT
24 avions (configuration maximale) :
avions AV8-B II Plus et F-35B Lightning II
hélicoptères type EH-101, NH-90, SH-3D et AB-212
Capacité transport véhicules : véhicules routiers, chenillés et cuirassés, y compris les chars d'assaut Ariete
Radars principaux : RASS, RAN-40L, EMPAR
Équipage : 530 (y compris 39 officiers)
Places disponibles pour le personnel : 1 210
Le Cavour, le nouvel Amiral de la Marine Militaire est un navire moderne et polyvalent, en mesure de remplir une grande
variété de missions au service de la politique étrangère nationale, en support aux opérations de paix, de prévention de
crises internationales et de défense des voies de communication maritimes. Le Cavour est le fruit des compétences
technologiques et industrielles nationales.
Un navire moderne au service de l'Italie
Le porte-avions Cavour représente la plus grande construction navale de l'après-guerre et le plus important investissement
technologique de la Défense Nationale. Le programme de sa réalisation, appelé « Nuova Unità Maggiore (NUM) », a été
lancé en novembre 2000, avec l'adoption de méthodologies de projet et de construction d'avant-garde et le développement
de systèmes avancés de la Marine en synergie avec Fincantieri et avec l'industrie nationale de la Défense. Le résultat de
cette collaboration confère aujourd'hui un important prestige international au système militaire et industriel italien.
Le Cavour est l'une des principales unités navales en mesure de gérer des missions internationales dans des lieux très
éloignés, pour la sécurité globale, la stabilité et la sauvegarde des intérêts nationaux dans différents secteurs
géographiques.
Les opérations réalisées par la marine Militaire dans le passé récent - avec les missions au Liban, dans le Golfe Persique,
en Somalie, dans l'Océan Indien, la Mer d'Arabie, le Timor Est, le Kosovo et l'Ex-Yougoslavie – ont pleinement confirmé
l'efficacité de l'emploi de navires majeurs. Ces navires se caractérisent en effet par d'importantes capacités de commande,
de contrôle, de communication et de transport, car ils peuvent assurer, à proximité des zones d'interventions, des aéroports,
des hôpitaux, des centres de commande et des structures logistiques pour soutenir efficacement, depuis la mer, les forces
militaires opérationnelles dans les zones critiques. Ces expériences se sont concrétisées pendant l'été 2006, lors de
l'Opération Leonte, au Liban, lorsque la présence du navire Garibaldi et de trois autres navires amphibies porte-hélicoptères
s'est avérée indispensable pour diriger, débarquer, protéger et supporter « depuis la mer » les forces de débarquement et
les forces spéciales qui œuvraient à terre ; par ailleurs, ces navires assuraient en même temps la surveillance maritime des
eaux de la zone d'intervention.
Le Cavour est destiné à remplir la fonction d'amiral de la flotte italienne grâce aussi à la disponibilité de zones dédiées aux
activités de commande, de contrôle, de communication et de planification opérationnelle cinq fois supérieures à celles du
Garibaldi. Même avec ses dimensions plus importantes et ses potentialités accrues, le Cavour sera conduit par un équipage
inférieur en nombre à celui du Garibaldi (530 contre 600 unités, environ 12 % en moins) grâce à une automation poussée
qui caractérise toutes les plus modernes réalisations de la Marine.
Le rôle de porte-avions italien attribué au Cavour permettra d'utiliser le croiseur Garibaldi dans la projection amphibie, à savoir
d'adapter les potentialités des moyens militaires interforces dans le secteur de la « Capacità Nazionale di Proiezione dal Mare CNPM » (Capacité Nationale de Projection depuis la Mer), jusqu'au lancement du nouveau navire amphibie en cours de
conception.
L'exigence opérationnelle de navires majeurs s'inscrit dans un scénario stratégique caractérisé par l'instabilité et par des
conflits de différente intensité, au niveau régional et global, qui demanderont de plus en plus aux moyens militaires de
supporter efficacement les actions diplomatiques et les interventions pour la gestion des crises internationales et pour le
rétablissement des conditions de sécurité et de stabilité.
Dans ce contexte, on a de plus en plus besoin de forces mobiles, flexibles, autosuffisantes, rapidement disponibles pour
atteindre les multiples situations qui exigent des opérations de nature différente, depuis la protection des intérêts nationaux,
sur lesquels pèse une menace diffuse, à la résolution de crises et au maintien de la paix, y compris les interventions
humanitaires et les secours en cas de calamités naturelles.
Pour ce type d'opérations, la force maritime nationale est de plus en plus souvent appelée à fournir une contribution
essentielle pour la sécurité nationale et internationale, dans le cadre des coalitions interforces et multinationales.
L'exécution de ces opérations prévoit plusieurs types d'emploi, compris dans les catégories opérationnelles suivantes :
surveillance maritime, avec activités aéronavales en altitude et sur le littoral, défense des espaces aériens sur la mer,
concours à la défense aérienne du territoire, protection des lignes de communication maritime, police d'haute mer et collecte
d'informations. Pour de telles activités, le Cavour pourra être appelé en tant que navire de commandement, en mesure de
fournir une aide précieuse, par le biais de ses capteurs et systèmes d'armement, ainsi que des aéronefs embarqués ;
projection de capacités, en mer et depuis la mer, dans toute la gamme des opérations maritimes, y compris les opérations
amphibies et interforces, pour des activités d'assistance et d'évacuation de concitoyens des zones à risque et pour fournir
un support aérien, médical et logistique au personnel des divisions militaires et des organisations civiles qui oeuvrent à
terre.
Grâce à ses grandes potentialités, le Cavour est un moyen d'avant-garde, qui réunit les caractéristiques et les capacités de
différents types de navire : porte-avions, plate-forme de commande, unité de surveillance et défense aéro-maritime.
Les importantes caractéristiques de flexibilité et de mobilité, ainsi que les remarquables capacités logistiques et de
commandement, de contrôle et de communication, exaltent le rôle e la fonction essentielle du Cavour dans les missions de
protection « en mer » et « depuis la mer », dans les différents contextes interforces et multinationaux. Pour résumer, un
navire moderne au service de l'Italie.
La devise de Cavour était : In arduis servare mentem (garder son équilibre dans les circonstances périlleuses).