Télécharger le bulletin de JANVIER 2008

Commentaires

Transcription

Télécharger le bulletin de JANVIER 2008
LE MOT DU PRESIDENT
BILAN FINANCIER
CARNET FAMILIAL
NOMINATIONS, DECORATIONS
LE COURRIER DES ANCIENS
SE SONT MANIFESTES SUR INTERNET
HYMNE A L’EBR
LES DIABLES DE MARULAZ
HUMOUR
CHANGEMENTS D’ADRESSE
BULLETIN D’ADHESION
1
– NOUVEAUX INSCRITS
Très chers amis,
L’année 2007 s’est achevée de façon particulièrement
douloureuse pour une de nos familles, celle du Colonel Philippe
SCHMITT.
Aucun d’entre nous n’a pu rester insensible au drame qui les a
frappés et vous avez été très nombreux à témoigner votre
solidarité. Le Colonel m’a dit combien cela lui avait été précieux
ainsi qu’aux siens.
Il poursuit avec un courage et une ténacité exemplaires une
action auprès des instances concernées afin que ceci ne puisse
se reproduire. Sa tâche est rude et je vous invite à le soutenir,
loin de tout esprit de vengeance ou de polémique. Sa lucidité et
sa détermination m’ont frappé, et je lui renouvelle au nom de
vous tous, nos sentiments de solidarité fraternelle. Puisse sa
famille sentir notre respect et la chaleur de notre amitié.
Le président et les membres du bureau ainsi que tous ceux qui
apportent leur contribution à la vie de l’Amicale se sentent très
soutenus, voire portés par vos éloges. Ils les méritent sûrement,
et poursuivront en 2008 leurs efforts pour la faire vivre et
prospérer.
Ils vous attendent très nombreux lors de nos réunions de PARIS
et de LUSIGNY SUR BARSE, organisées respectivement par
Jean SIMMONOT et André GIRAULT.
Bonne et heureuse année à tous, en Métropole et en opérations
extérieures.
Et par Saint Georges … !
Pierre EL IMAN
2
« Et par Saint-Georges… »
HANS MEMLING »
Triptyque de Jean-Baptiste et de Jean l’Evangéliste (Détail)
STEDELIJKE MESEA BRUGGE
3
BULLETIN DE L’AMICALE
DES ANCIENS du 8ème HUSSARDS
AMICALE des ANCIENS du 8ème Hussards
16, rue des Pierres - 68170 - RIXHEIM
: 03.89.65.27.06
C.C.P. 1772 05Z Strasbourg
E-Mail : [email protected]
Site INTERNET : www.amicale-8-hussards.com
COTISATION
ANNUELLE
2008
Membre bienfaiteur
Membre honoraire
Membre actif
: ad libitum
15 €
Forfait 3 ans d’avance* : 45 €
* Facilite le travail du trésorier, vous soulage et... vous protège contre les hausses
4
A VOTRE DISPOSITION
auprès du SECRETAIRE TRESORIER
Cassette audio 8ème Hussards
PROMO
8€
Compact Disc 8ème Hus
17 €
Cravate du 8ème Hussards en polyester
15 €
Insigne Régimentaire du 200ème anniversaire 8 €
(numéroté et réservé aux Amicalistes - 1 seul)
Insigne Régimentaire du 200ème anniversaire 23 €
(non numéroté)
Insigne du 8ème Hussards
(franco de port)
Commandes à passer au Secrétariat de
l’Amicale du 8ème HUSSARDS
16, rue des Pierres - 68170 – RIXHEIM
ou
sur le site Internet de l ‘Amicale
5
8 euros
Cassette audio
en vente au prix de 8 €
6
L’amicale du 8ème Hussards a été fondée en 1921. Les nouveaux statuts
ont été déposés le 3 décembre 1969 au registre du Tribunal d’Altkirch
sous le n° RA Vol : 277 et le 4 avril 1996 au registre des associations au
Tribunal de Mulhouse : Vol LXXIII Folio 54.
PRESIDENT :
Colonel (ER) Pierre EL IMAN
VICE-PRESIDENTS :
Général Henry LIGER-BELAIR
Général Gilles MANTEL
SECRETAIRE TRESORIER :
Adjudant-Chef (H) Jean-Jacques GRIENENBERGER
SECRETAIRES ADJOINTS :
Major (ER) Marcel TREMOUILLE (fichier-courrier)
Jean SIMONNOT (réunion de PARIS et expédition du bulletin)
COMITE D’ORGANISATION :
Salle d’honneur et
Commissaire aux Cptes :
Traditions :
Commis. Lieutenant-Colonel Frédéric DEROO
Chef d’Escadrons Henry MAKSUD
Lieutenant-Colonel Daniel POREE
Comité de lecture :
Colonel Philippe SCHMITT
Historique :
Robert ALAZET
Médecin des Armées Patrick CADOT
Conseiller Juridique :
Jacques PATIN
Secteur Paris :
Jean SIMONNOT
Thierry GARNIER
Secteur Alsace :
Aimé BAUMANN, A/C Joseph MULLER
Secteur Lorraine :
Serge GOZZO
Werner ZIMMER
Secteur Champagne :
Henri WILLOT (Marne)
Lucien JACQUESSON (Marne)
Guy NOBLET (Aube)
Secteur Sud-Ouest :
Adjudant-Chef (ER) Patrice MICHAUD
Major (ER) Daniel BLAISE
Autres secteurs à créer et pourvoir selon possibilités
7
Deux Généraux successifs commandant l’Ecole de Cavalerie avaient sollicité
les Amicales Régimentaires. Nous avons adressé un chèque de 500 €.
Le Général LE BOT nous en remercie.
8
CARNET FAMILIAL
NAISSANCES
Le Colonel et Madame Jean du CLUZEL de REMAURIN font
part de la naissance de Stanislas chez le Capitaine et Madame
PERNAUDET (juin) et de Cyriaque chez le Capitaine et Madame
François du CLUZEL de REMAURIN (octobre).
Information masquée
dans cette version
Le Colonel et Madame Pierre EL IMAN font part de la
naissance de leur petite-fille Mahaut chez le Lieutenant-Colonel
numérique
et Madame Bertrand EL IMAN, le 22 juin 2007.
Monsieur et Madame Alphonse GOSSMANN font part de la
naissance de leur petite-fille Julie le 25 juin 2007.
Monsieur et Madame Augustin GABAZZI font part de la
naissance de leur petite-fille Alice GABAZZI le 1er septembre
2007.
Le Colonel Gilbert de ROHAN-CHABOT fait part de la
naissance de sa petite-fille Blandine de ROHAN-CHABOT le 2
août 2007.
Le Général et Madame Gilles MANTEL font part de la
naissance de leur troisième petit-enfant Adrien GOURAUD, le 10
août 2007, à AYLESBY (U.K.).
9
26 novembre 2007
Nous apprenons avec stupéfaction et douleur la disparition dramatique
d’Anne-Lorraine SCHMITT, fille du Colonel Philippe SCHMITT, le dernier
chef du bureau instruction du Régiment avant sa dissolution à
ALTKIRCH.
Le Colonel nous a adressé ce message :
« Anne-Lorraine était une enfant brillante,
enjouée, dotée d’un ‘fichu caractère’,
animée d’une foi profonde.
En cette fête du Christ Roi, elle a croisé un
détraqué sur la ligne D du RER. Cela lui a
été fatal. Notre peine est immense et
indescriptible.
Unis en famille, nous regardons néanmoins
l’avenir avec espérance ».
Philippe & Elisabeth
Paul-Henri, François-Xavier, Béatrice et Bénédicte.
Information masquée
dans cette version
numérique
Les anciens du Régiment, tous unis, expriment au Colonel et
son épouse, à leurs enfants, ainsi qu’à toute leur famille, leurs solidarité
respectueuse et fraternelle. Ils partagent leur immense peine et les
accompagnent dans leur espérance.
Pierre EL IMAN
Vous pouvez adresser votre témoignage de solidarité à leur adresse :
7, rue des Hêtres – 60500 – ORRY LA VILLE ou [email protected]
Les obsèques ont eu lieu le samedi 1er décembre en la cathédrale de
SENLIS en présence d’une foule innombrable.
10
10
DECES
Nous avons appris le décès de :
Guy VOLLEREAUX (53-55) le 3 août 2007 à PIERRY (Marne).
Madame Pierre BRISSON épouse de l’A/C BRISSON (RCS
Trans 53-57) le 5 octobre 2007 à MAREUIL sur AY (Marne).
Jacques RAVAUX (5ème Esc. 56-58) le 11 octobre 2007 à
REIMS (Marne).
Information masquée
Colonel Joseph DECES (Cdt 4
Esc. 65-66) septembre 2007
à ANGERS. dans cette version
Lieutenant-Colonel Jacques FAUCONNIIER (Lt. 3
Esc. 58numérique
59).
ème
ème
Adjudant-Chef Marc DOUAY (Chef secr . PC 71-22) août 2007
à HIRSINGUE.
Madame Michèle MAGRE, veuve de l’Adjudant Chef MAGRE, le
2 décembre 2007..
Que les familles trouvent ici l’expression de nos
sincères condoléances.
NOMINATIONS
Au grade de Général de Corps d’Armée :
Le Général de Division Bertrand RACT-MADOUX
Au grade de Major :
11
L’Adjudant-Chef Patrice MICHAUD
L’Adjudant-Chef Pascal BARGE
11
RECETTES
COTISATIONS
5 595.00 €
VENTES
875.00 €
DONS
195.00 €
1 742.74 €
Information
TOTAL
8 407.74 €
masquée
dans
DEPENSES
cette
version
CONFECTION ET ENVOI
BULLETIN
4 219.38 €
ACHATS DIVERS
numérique 839.00 €
BENEFICES REPAS ET TOMBOLA
FRAIS DE BUREAU (compris
ABONNEMENT FOURNISSEUR
INTERNET)
475.75 €
FRAIS TRANSPORT FANFARE
550.00 €
COTISATION U.N.A..B.C.C.
160.00 €
ASSURANCE LOCAL ALTKIRCH
622.00 €
DON POUR REFECTION MONUMENT
AUX MORTS DE SAUMUR
500.00 €
TOTAL
7 366.13 €
BILAN : + 1041.61 €
12
12
Mini réunion des Francs-Comtois fin août
chez le Colonel de BEAUMONT
(de gauche à droite) CHARNIER / de BEAUMONT / FERGERE / RAVIER
(de gauche à droite) Mesdames CHARNIER / RAVIER / FERGERE / de BEAUMONT
13
13
Roger LE ROUZIC
Salut à tous. Suite à ma blessure en Indochine, ma vue
continue à baisser, malgré le suivi par le Val de Grâce. Je
ne peux presque plus lire ou écrire, et encore avec une
grosse loupe. Pour la télé, c’est le gros brouillage. Alors
attendons une intervention qui devrait au moins me
stabiliser.
Jacques PATIN
Je suis toujours heureux d’avoir des nouvelles de tous grâce
à notre excellent site Internet. Je suis revenu de mon séjour
en Normandie pour affronter l’hiver parisien en espérant des
retrouvailles au déjeuner de l’Amicale.
Docteur Robert PETITJEAN
L’arrivée de l’hiver m’a incité à entreprendre quelques
nettoyages du jardin, mais la terre est basse. Pendant que
ma femme se livre aux joies de l’ordinateur, je me suis remis
à la peinture : un panneau de blasons à motifs de chasse à
l’usage de ma fille, et un moine en prières, propre à la
méditation pour mon usage personnel. Toujours heureux
d’avoir des nouvelles des uns et des autres, en particulier
par le canal de LIGER-BELAIR ; mais la fine équipe
d’EPERNAY et de l’hôtel de l’Europe diminue en nombre. La
table des Lieutenants est encore nombreuse, celle des
Capitaines n’est plus qu’un duo entre BARATCHART et moi.
Bonne année à tous.
Information masquée
dans cette version
numérique
14
14
Jean CLERMONT
Je serre la main à tous.
Alphonse GOSSMANN
Le 25 juin, nous sommes devenus, pour la première fois,
grands-parents d’une petite Julie. La mère et l’enfant se
portent bien. Nous passons de petites vacances d’été en
Autriche.
Information masquée
dans cette version
Marcel DANNEVILLE
Toujours en pleine forme. Meilleures amitiés à tous et bravo
numérique
pour le bulletin de l’Amicale.
Colonel Henri de ROLLAND
Bravo une fois de plus pour le bulletin. Quel plaisir d’avoir
des nouvelles des Anciens. Début juillet, j’ai eu le plaisir de
retrouver MANTION que je suis passé voir en FrancheComté. Je commence à avoir de sérieux ennuis du côté de
la vue. A bientôt et très amicalement à tous.
Michel DUPONT
Je ne sais plus où j’en suis du côté des cotisations alors j’en
prends pour trois ans. Il y a cinquante ans, j’étais SousLieutenant au 4ème Escadron. Le temps passe.
Serge GOZZO
RAS. Bonne année.
Augustin GABAZZI
J’ai toujours autant de plaisir à lire le bulletin de l’Amicale.
Bravo à tous ceux qui se dévouent pour le réaliser. Cela
permet de retrouver des Anciens et de remonter le temps.
J’ai peine à réaliser qu’il y a cinquante-deux ans, retour
d’Indochine, je rejoignais le Régiment avec DAUBAIL. Les
souvenirs restent vivaces. J’ai le plaisir d’annoncer la
naissance de ma petite-fille Alice au foyer de l’AdjudantChef Patrice GABAZZI à TOUL. Amitiés à tous.
15
15
Pierre GARNIER
Je suis toujours fort handicapé du côté des jambes, ce qui
restreint mes activités et m’empêche de conduire. J’ai passé
l’été à MOUGINS, comme d’habitude, et fait une étape aux
Gets en rentrant à AMIENS où je vais passer l’hiver. Je suis
en relations par téléphone avec PACHOLZYCK, NOBLET,
LAMKIN, LIGER-BELAIR, et cela me permet de rester au
courant des activités en attendant le bulletin.
Information masquée
dans cette version
numérique
CAP SIGLI – 4ème Esc. 1956
On ne faisait pas la guerre paraît-il ?
Derrière les trous, le S/Lt. GARNIER l’a échappé belle !
Michel THIERRY
Je régularise mes cotisations. Par la même occasion, et
pour raisons personnelles, je décide de ne plus faire partie
de l’Amicale des Anciens du 8ème ! Mais, je garderai toujours
un bon souvenir des Anciens de la 55/1C et des officiers,
sous-officiers et des Hussards du 4ème Escadron.
Jean Marie BOISSET
Bravo et merci pour tous ceux qui ont le souci de réaliser le
bulletin de l’Amicale. Je suis très content des décorations de
NOBLET et de Marcel BRAND. Au 4ème Escadron, j’ai connu
un Robert BRAND (dit la Quille). S’agit-il d’un homonyme ?
Heureux de savoir ZIMMER en meilleure forme. Ce n’est
pas pour rien qu’à EPERNAY on l’appelait « Le Patton ».
Amical souvenir à tous.
16
16
Jean Marie ROUVRE
Bravo pour le bulletin. Amitiés à tous. Bonne santé à
l’Amicale. Je profite du règlement de cotisations pour faire
parvenir deux photos d’époque.
Information masquée
dans cette version
numérique
1956 – ALGER stage BA1
MDL MUNZENBERGER – de POTHUAU – HAMONIL - PITON
4ème Escadron – 1956 de gauche à droite
MDL BOISSET – Chef GABAZZI – MDL VERDIERE
MDL GIRARD – MDL de POTHUAU
Adjudant SCHALLER
17
17
GOSS
GUENAULT
DIDELOT
ROUVRE
Information masquée
dans cette version
numérique
GOMULKA
PIERRON
ROUVRE
GIRAULT
DUFOUR
Classe 52 2/B
Antoine de POTHUAU
Je suis en relations avec MUNZENBERGER et nous
pouvons compléter nos nouvelles. Allons en Alsace en fin
d’année. Je pense voir le Général LIGER-BELAIR.
Jean Christophe MUNZENBERGER
Pas très en forme pour l’instant. Après des ennuis
pulmonaires, j’ai été hospitalisé à MARSEILLE où je suis
pour l’instant (15 décembre) et cela risque de durer quelque
temps. Le moral tient.
18
18
Guy NOBLET
Je suis allé représenter l’Amicale à Notre-Dame de Lorette
le 14 octobre. Nous étions 70 de l’Aube. Il y avait environ
mile drapeaux. C’était assez impressionnant.
Pierre LAYE
Information masquée
dans cette version
numérique
Je reçois toujours le bulletin avec un plaisir certain. J’ai été
très peiné d’apprendre la mort du Lieutenant-Colonel
GHIRINGELLI que j’avais aussi connu lorsqu’il était chef du
CDAT de MACON. Après le Colonel GUERNER, le
Commandant GOUDEAU et mes camarades CREMERS et
FUCHS, c’est toute une page d’histoire du 8ème que je
ferme. La santé se maintient avec la tension à surveiller.
Amitiés à tous.
Pierre CLERGUES
A LUNEVILLE, c’est un peu le marasme. La restauration du
château se poursuit mais il y en aura pour cent millions
d’euros. La famille va bien. Mon fils est toujours postier
dans les Yvelines depuis 1994. Ma fille va encore aller en
Chine en affaires. Son mari est directeur de l’usine Peugeot
de VESOUL. J’espère que la guerre d’Algérie va bientôt
compter comme campagne double, comme pour ceux de
14/18 et de 39/45. Etrangement, malgré la présence d’un
régiment de transmissions, on ne rencontre jamais un
militaire en tenue en ville. On dirait qu’ils se cachent.
Arthur GRATTONI
J’ai eu des ennuis : tombé d’un escabeau, j’ai dû fréquenter
un kiné ; quelques problèmes avec mon foie et une voiture
inutilisable. A bientôt, j’espère.
Daniel BLAISE
RAS. Toujours au travail avec l’internet. Les filles vont bien.
A bientôt.
19
19
Robert PARLANGE
Pas de changements sur le plan familial avec deux petitsenfants, garçon et fille, onze et six ans. Ma femme a du mal
à retrouver sa mobilité après sa fracture du calcanéum en
2005. Pour ma part, après révision des « 80 miles » tout va
bien avec les ménagements d’usage. Nous participons aux
voyages associatifs pour retrouver la bonne ambiance
d’antan.
Colonel Gérard SAINT MARTIN
Après cinq années de travaux, recherches et voyages, j’ai
achevé un ouvrage sur la fondation, la défense et la chute
du Canada français en 1763 (soit 29 ans avant la création
du 8ème Hussards). J’ai apprécié mes contacts avec mes
homologues canadiens et nous avons trouvé une entente
sur l’essentiel même si le regard croisé d’un historien
militaire français peut diverger avec celui de l’historien local.
Ma fille Estelle (5 ans à ALTKIRCH) qui vit au Canada a été
également une négociatrice efficace pour obtenir les
autorisations nécessaires à l’utilisation de l’iconographie
locale. Tel qu’il est ce livre pourrait intéresser les
partenaires du jumelage 8ème Hussards – 12ème Régiment
Blindé du Canada : « Les Plaines d’Abraham » aux Editions
ECONOMICA..
Hughes de LABARTHE
Toujours très heureux de recevoir le bulletin et de suivre
ainsi les camarades. Je travaille pour l’insertion des jeunes
au sein de la « Défense, 2ème chance », une vaste
entreprise passionnante. Travaillant à PARIS, j’ai déménagé
à VERSAILLES.
Jean PERNOT
Quelle honte de figurer au palmarès des mauvais payeurs.
Je répare tout de suite…
Information masquée
dans cette version
numérique
20
20
Jacques PETARD
Amitiés à tous.
Albert DELAUNAY
Il est temps que je régularise et que je prenne de l’avance.
Félicitations pour le bulletin que nous lisons avec grand
plaisir.
Alain DEBIENNE
Toutes mes félicitations pour le travail effectué tant sur le
site que dans le bulletin.
Colonel Bruno LOUZIER
La retraite est pour moi une période d’intense activité, tant à
PARIS qu’en province, ce qui ne me laisse guère plus de
repos qu’auparavant. Un mariage en Bretagne m’a permis
de retrouver Philippe de QUATREBARBES et Monseigneur
de TARRAGON. Je lis toujours le bulletin avec grand plaisir
et j’espère pouvoir me libérer pour la prochaine réunion
parisienne. En attendant, je règle le montant abyssal de ma
dette (j’avais dû sauter la page en première lecture…).
Patrice MICHAUD
Il est toujours agréable d’avoir des nouvelles des amis par
l’intermédiaire du bulletin. Toujours sous ESR, j’ai été
nommé major en octobre 2006. On retrouve souvent des
cavaliers dans le train et les TDM. Je compte bien venir à
une prochaine réunion en 2008 ou 2009, surtout si elle a
lieu à ALTKIRCH. Pensées amicales à tous ceux des
époques 70-81 et 86-93. Bonne et heureuse année 2008 à
tous.
Colonel Philippe SCHMITT
Toujours adjoint communication du gouverneur militaire de
PARIS et chef du service communication de l’Armée de
Terre en Ile de France. Très occupé, mais avec quelques
loisirs pour la chasse et les recherches généalogiques. Le
reste de la famille va bien. (NDLR : depuis est survenu le
drame qui nous affecte tous).
Information masquée
dans cette version
numérique
21
21
Lieutenant-Colonel Erwan CHARLES
Depuis juillet, je suis devenu attaché de défense en
Thaïlande. Nous partons en jeune ménage, notre petit
dernier étant en math spé. Les enfants sont enchantés de
nous voir partir dans un pays qui déclenche des fantasmes
de vacances idylliques. Maintenant, occupant le poste
avancé le plus oriental du 8ème, nous serons ravis
d’accueillir les anciens et moins anciens du 8ème qui
transhumeraient dans la région. Merci du fond du cœur à
tous ceux qui permettent à ce beau bulletin d’être un lien
incomparable. Toutes mes amitiés depuis le pays du
sourire. Mon e-mail : [email protected]
Lieutenant-Colonel Jean-Pierre REY
Toujours sur-occupé par mes fonctions de Directeur
Départemental de la Prévention Routière du Puy de Dôme à
CLERMONT-FERRAND, par la présidence des anciens du
1er Cuirassiers (CARPIAGNE) et d’autres bricoles annexes.
Néanmoins, je suis toujours résident à SAINT-JEAN EN
VAL ; Amitiés à tous malgré mon absence aux réunions.
Général Bertrand RACT-MADOUX
Me voici n° 2 à la DGSE. C’est un changement comple t qui
ne manque pas d’intérêt. Tout ce que je découvre
m’enchante.
Antoine GIMENEZ
Avec mon retour en Alsace à l’été 2006, je renoue avec le
8ème. J’ai une maison à HAGUENAU, ma femme est
originaire de STRASBOURG où deux de mes fils sont
installés. Réserviste au CIRAT de STRASBOURG, j’ai eu
l’occasion de rencontrer deux anciens, Fernand DUBIEF,
Capitaine en retraite et l’Adjudant Chef STRINO. J’ai aussi
repéré à la télévision Bernard LEGRAS, Procureur Général
de la Cour d’Appel de COLMAR qui avait fait son service
comme Maréchal des Logis au 4ème Escadron au début des
années 70. Sincères amitiés à tous.
Information masquée
dans cette version
numérique
22
22
Serge THINARD
Très bonne année à tous les anciens, et en particulier aux
anciens de la classe 65/2A. J’étais brigadier à l’échelon de
l’ECS à COLMAR et ALTKIRCH.
Colonel Christian CUNY
Mes fonctions de délégué de l'UNOR pour l'Alsace et de
président de l'AOR de STRASBOURG me permettent de
garder le contact avec les unités et organismes militaires
encore nombreux dans la région.
A ce titre, mais surtout en tant que Hussard, j'ai été convié à
la cérémonie de passation de commandement du 3ème
Régiment de Hussards à IMMENDINGEN.
Depuis juillet le Lieutenant-Colonel Pierre LAURENT, 77ème
maître de camp, succède au Colonel Bertrand BOYARD.
Lors de cette très belle journée j'ai croisé, sans ses
instruments, une forte délégation de membres de la fanfare
menée par son trompette-major le maréchal des logis-chef
Eric BARRET.
Vives félicitations à ceux qui gèrent le site internet de
l'amicale. Intéressé par les photos je vais tâcher de fouiller
dans mes cantines afin de contribuer à l'album.
Pour 2008, que chacun partage mes meilleurs vœux avec
ses proches.
Pierre CLERGUES
Meilleurs vœux aux anciens du 8ème Hussards. 2007 n’a pas
été un bon millésime. Mon gendre est soigné par périodes à
VILLEJUIF, en chambre stérile. Entre-temps, il travaille à
VESOUL. Sa femme, notre fille, rentre de 2 semaines en
Chine après des séjours au Brésil et en Argentine. Mon fils
(27 ans), postier dans les Yvelines, a été « braqué » dans
son bureau de poste. Je pense de plus en plus qu’il faudrait
en revenir à un service militaire, moins long que le nôtre qui
a duré 28 mois. Je garde toutefois un très bon souvenir du
1er escadron du 8ème Hussards. J’aimerais revoir l’Algérie.
Ce pourrait être un beau pays touristique.
Information masquée
dans cette version
numérique
23
23
Jean-Jacques GRIENENBERGER
Quelques nouvelles
alsaciennes :
je suis régulièrement
l’évolution des travaux
dans le quartier
Plessier à ALTKIRCH.
Information masquée
dans cette version
numérique
Les travaux de notre future salle de souvenirs avancent
bien, grâce au suivi de M. KETTALA. Je pense qu’au
printemps, les nombreux bénévoles qui se porteront
volontaires pourront apporter leur contribution à la
réalisation de ce local de souvenirs qui se situera au 1er
étage de l’ancien 3ème Escadron. On espère pouvoir
l’inaugurer lors de la réunion de l’amicale au printemps
2009 à ALTKIRCH. A cette occasion, je souhaite que bon
nombre d’entre nous aient l’envie et la possibilité de venir
dans la dernière garnison du 8ème Hussards. Le quartier a
bien changé encore et est devenu un modèle de
reconversion d’un ancien site militaire, cela grâce au
Député Maire d’ALTKIRCH, Monsieur Jean-Luc REITZER,
un très grand ami du Régiment. Je suis aussi très heureux
de pouvoir régulièrement inscrire au sein de notre amicale
un bon nombre d’anciens qui, grâce à notre site sur internet,
ont adhéré et notamment beaucoup de la jeune génération.
Bravo et bienvenue à eux.
A titre personnel entre deux voyages en camping car, je suis
la croissance de mes trois petits-fils, 7, 4 et 2 ans. L’aîné
s’est lancé dans la cavalerie (pour l’instant sur poneys) et
dans le football, le second dans le judo (pour défendre son
Papi), quant au petit dernier, il réfléchit mais pourrait bien se
lancer dans ces trois sports tellement il bouge …
24
24
Général Gilles MANTEL
"Quelques nouvelles de Vendée.
Information masquée
dans cette version
numérique
Contrairement à ce que l'on peut croire généralement, la vie
de "retraité" est une vie très remplie ; comme disait feu mon
beau-père, "depuis que je suis en retraite, je me
demande comment je pouvais, auparavant, trouver le temps
de travailler !" Entre les enfants, encore prenants, les petitsenfants, exigeants, et les différentes associations, toutes
plus importantes les unes que les autres et qui ne
comprennent pas comment elles ont pu fonctionner sans
votre présence, tellement elles vous expliquent à quel point
vous leur êtes indispensable, il y a fort à faire. Pas de place
pour siestes reposantes, journal ou livre au coin du feu,
ballades le nez au vent et autres fantasmes caressés du
temps de votre "activité" !
Trêve de jérémiades: tout va bien ! Nous bougeons assez,
essayons de partager du mieux possible notre temps
entre nos différents impératifs et nous apercevons qu'en fin
de compte, il en reste encore pour caser des imprévus. Lors
d'une visite à SAUMUR avec les OGX des Pays de Loire,
j'ai eu la joie de revoir un de mes anciens capitaines
commandant du 8, le LCL Denis MICHEL qui y commande
la Division des Capitaines. L'Ecole est toujours la même,
mais elle a en même temps bien changé. Je ne saurais que
trop conseiller aux anciens d'y retourner faire un tour.
Je profite de ce mot pour réitérer mon invitation à tous les
Anciens qui passeraient par la Vendée à s'arrêter à
CLAVEAU en prenant soin de passer un petit coup de fil
auparavant. Merci encore au Président, à l'équipe de
rédaction du bulletin, au secrétariat et à tous ceux qui
s'activent pour que vive le "8"!
25
25
Général LIGER-BELAIR
Contre mon gré, je passe en révision de 3ème échelon, avec
énergique débouchage de la carotide droite (découverte par
hasard bouchée à 80%) qui précède un chemisage de
l’aorte abdominale prévu aux environs de Noël. Les troupes
sont donc moins fraîches (ma femme n’en a pas terminé
avec ses ennuis de pied) mais le moral reste excellent.
Merci à tous ceux qui m’ont téléphoné pour le vérifier. Lors
d’un voyage d’automne dans le midi, j’ai rencontré le
Général de BRESSY, victime d’ennuis de vision. J’ai aussi,
avec une vraie émotion, retrouvé Adonis HAVART, mon
pilote puis sous-officier en 1956 et que je n’avais pas revu
depuis. Il était au volant lorsque j’ai été blessé à EL KSEUR.
Encore un qui, comme NOBLET, n’a pas volé sa médaille
militaire. J’ai vu passer à VOSNE, Etienne, conducteur de
GMC du 1er Escadron en 1961, et qui passait par là. La
réalisation de la salle d’honneur à ALTKIRCH est en bonne
voie grâce à l’action permanente et efficace de notre ami
KETTALA qui méritera bien une ovation à l’inauguration qui
devrait avoir lieu au printemps 2009. D’ici là, j’espère bien
vous revoir nombreux aux réunions de PARIS et de l’AUBE.
Je signale avoir eu de bonnes nouvelles de Madame
GERVERS, de Madame GRIGNON, de Madame
GHIRINGHELLI toutes restées très fidèles au 8ème.
Nouvelles récentes aussi du Général de BISSCHOP (en
Bretagne) , du Colonel Gilbert de ROHAN-CHABOT (à
SANARY-SUR-MER), du Colonel FIZZAINE (en Bordelais).
Information masquée
dans cette version
numérique
ALTKIRCH 9 / 1976
Lieutenant-Colonel LIGER-BELAIR
quittant le commandement
Lieutenant-Colonel PAGES
prenant le commandement
26
26
Rang du haut
RAVAUX / NOBLET / LEROY / ALBANT (porte-drapeau)
2ème rang
COLINART / MAUPRIVEZ / GENTY / WILLOT / PIAT (porte-drapeau)
Accroupis
HABERT / GODARD
(Tous HUSSARDS)
Devant l’E.B.R.
RAVAUX / WILLOT / GENTY / COLINARD / NOBLET / MAUPRIVEZ / LEROY /
PIAT / ALBANT
Accroupi
GODARD
Très belle cérémonie, pas de regrets d’y avoir participé.
Signé Guy NOBLET
32
32
SE SONT MANIFESTES
SUR INTERNET
CHUQUET Georges André - 76-77 4ème Esc.
Je suis très fier d’enrichir le fonds documentaire avec des
photos de ma collection privée. Elles ont déjà trente ans,
d’août 76 à juillet 77. A l’époque, je vivais à TOULOUSE et
j’ai fait dans l’année 50 000 kms de train. J’ai eu la chance de
servir sous deux chefs de corps successifs, les Colonels
LIGER-BELAIR et PAGES.. J’étais au 4ème peloton du 4ème
Esc. commandé par le Capitaine SALIN, sous les ordres du
S/Lt. De BARRY, dont le père était Gouverneur de la place
de Paris. J’étais tireur sur l’EBR VAUCOULEURS. Beaucoup
de manœuvres : les Vosges, le Valdahon, Canjuers (avec nos
EBR par le train). La Courtine, l’Allemagne et la frontière
tchèque avec les Anglais et les Américains.
Je suggère une rubrique nouvelle. Pourquoi ne pas
répertorier auprès des anciens les paroles des chants appris
lors des différentes époques. Pour ma part, j’ai gardé sur un
cahier les paroles de Tambour des Lansquenets et de Fiers
Hussards. Cordialement et à bientôt.
(NDLR : excellente idée ; appel lancé à tous).
COUET Alain - 71/06
Bonjour à tous les Hussards de la 71/06. Repassé à
ALTKIRCH, plus rien ; ouf j’ai trouvé le site. Secrétaire à
l’infirmerie, je ne garde que de bons souvenirs. Amitiés au
médecin-Capitaine DARTEVELLE, au MDL DIDOYAN,
KEMPF, GRAU, au Lieutenant FORTIN.
33
33
PROST Frédéric – 87/12
J’étais au 3ème Pon du 1er Escadron. Je suis repassé deux fois
à ALTKIRCH avec autant d’émotion et des souvenirs
inoubliables. Quel dommage que nos jeunes ne fassent plus
leur service. J’aimerais retrouver quelques camarades de
l’époque.
CAPTAIN DAUBEL (ROQUEBRUNE SUR ARGENS)
Ancien de la 83/04, je garde un bon souvenir de
l’encadrement, de mes camarades et de l’atelier
régimentaire où j’étais mécanicien. Amical souvenir d’un
ancien aviateur tropézien.
CSAKVARY Philippe (SAINT-MITRE LES REMPARTS)
Quelle émotion en découvrant le site. Je suis de la 85/08,
d’abord à l’ECS puis chauffeur des Capitaines de
LAROMIGUIERE et HOUSSAY au 1er Escadron. J’avais
comme chef direct le MDL RIVAUD et comme chef de
peloton l’Adjudant BOULAY avec qui je m’entendais bien
parce que nous étions de MONTELIMAR tous les deux.
Mes amitiés à tous ceux-là.
HERBOMEL Dominique (BARCELONE DU GERS, 32)
Tireur sur EBR de 78/08. J’avais 18 ans. Que de souvenirs et
de bons moments passés entre jeunes qui apprenaient la vie.
Je me souviens du MDL ZIMMERMAN, de l’écurie qui a
brûlé le jour de mon incorporation, du stage commando à
PONT SAINT VINCENT, de DEBROUVI, de GOUX qui a
été ordonné prêtre dans les années 80 à VERSAILLES où j’ai
commencé ma carrière de gendarme. Je me souviens de
deux vols en Noratlas pour aller tirer à CANJUERS et de la
garde montée en pleine forêt pour garder le dépôt de
munitions.
SCHULZ Simon (STRASBOURG)
J’étais Bg-Chef Secrétaire fourrier au 11ème Escadron. Je suis
de la 91/08. Inoubliable souvenir d’être parti avec le
détachement des Diables de MARULAZ en Nouvelle
Calédonie (août-décembre 92). Mes meilleures salutations à
tous ceux qui se souviennent de moi. A bientôt des
nouvelles.
34
34
BACHELAY Eric (BEAUMONT MONTEUX)
Je suis de la 92/08 et j’ai assisté à la triste journée de la
dissolution du régiment. J’étais chauffeur du Lieutenant
VOGEL au 3ème Escadron. Que de souvenirs heureux me
reviennent en mémoire. Merci et continuez.
SCHITTLY Jean-Louis (BALLERSDORF)
Je suis de la 71/12 et salue tous les anciens. J’étais Secrétaire
à la Direction de l’Instruction. Je repasse souvent devant le
quartier. Que de souvenirs !
LAVALARD (SERGE SUR BRAYE)
Je suis de la 74/06 et j’ai passé une année fantastique dans
mon régiment malgré les efforts fournis dans l’union et la
solidarité. Que tous les anciens camarades me contactent.
SABARU Yves (PERTUIS)
Amitiés à tous les anciens de l’époque 78-91 où j’étais au
bureau des sports. Le site me rappelle de bons souvenirs.
Boyer Jean Marc (SALAZIE – ILE DE LA REUNION)
Je suis de la 89/10, issu des DOM TOM. ALTKIRCH fut
mon premier voyage en Métropole et donc une découverte
totale. Merci pour les bons moments passés au 8ème sous les
ordres de MAHISTRE, de VILLAINE, MULOT et
LOYAUTE et un grand bonjour à ceux du 3ème Escadron.
YAHIAOUI Boussad (TRITH SAINT LEGER)
En regardant les photos du défilé du 14 juillet 1981, je me
suis vu et j’ai revu les copains de la classe et cela m’a donné
le regret de ne plus être à cette époque avec les copains
d’Escadron. J’étais sous le commandement du Colonel
d’HUMIERES de juin 1981 à mai 1982, au 2ème Escadron
avec le Capitaine DESCHARD, au peloton du Lieutenant
BERNIEAU. J’ai fait le stage commando près de
LUNEVILLE. Je garde un très bon souvenir de cette année
de service, et en revoyant les photos, je ressens de la
nostalgie de cette période où j’ai appris, grâce à mes
supérieurs, énormément de choses.
35
35
ANJOURE Eddy (BUHL)
Je suis tombé par hasard sur le site et témoigne que je suis
content d’avoir servi sous les drapeaux. J’ai reconnu
quelques camarades de la 89/10 et j’ai revu le quartier. Je
m’imagine dans mon AMX 10 RC et je réalise que j’ai passé
des moments merveilleux. Salut à tous.
BOUDY Jacques
Actuellement Adjudant-Chef à la base pétrolière Inter
Armées à CHALONS SUR SAONE, j’ai eu la possibilité de
revoir le 19 août le quartier d’ALTKIRCH où j’ai servi au
4ème Escadron de 77 à 80, avec beaucoup de nostalgie, en
revoyant mon ancien Escadron et un EBR. J’ai eu la chance
de rencontrer un journaliste des DNA et je figure sur une
photo prise devant la stèle à l’entrée du quartier. A tous, le
bonjour d’un ancien.
PINCHEMEL Michel (RANSPACH)
Je m’adresse à tous les anciens de la 71/06 qui auraient des
souvenirs photographiques ou des noms et adresses à
communiquer. Amitiés.
SANCHEZ Jean-Pierre dit SANCHO (CAZILHAC)
Je suis de la 78/10. Revenu à ALTKIRCH, j’ai pu revoir mon
pote Aurelio PETITO et je recherche d’autres copains du 1er
Escadron (MARTIN, PIRAS, MAILLARD, RAMBOSSON,
FAURE, et bien d’autres, etc…).
STEPHO – 83 (SIX FOURS LA PLAGE)
Bonjour à tous de la 90/10 et surtout à l’Adjudant
SOUBEYROU et au Capitaine GIRAUD-CHAREYRON.
Major LAPOINTE (LA ROCHELLE)
Un grand coup de colback pour le site. Par Saint Georges,
vive la Cavalerie et Vivat Houzards.
LIONEL (PARIS)
Grâce au site, me revient à l’esprit cette année 82/02 au
peloton de commandement du 3ème Escadron, et ce, avec
grand plaisir.
36
36
L’IMPRESSIONISTE (CLEON)
Je suis de la 57/2B et suis resté 24 mois en Algérie dont je
garde un souvenir inoubliable. En participant à de
nombreuses opérations, nous avons découvert un pays
d’une beauté extrême, au moyen d’un engin superbe, l’EBR,
la Ferrari des chars légers. Merci au Capitaine FLAVIGNY
et à FERSING du 2ème Escadron de nous avoir si bien
encadrés et d’avoir fait de nous des hommes. J’ai fait
parvenir à ALAZET des photos que j’attends avec
impatience de voir sur le site. Copains du 8ème, contactez
moi.
BOYER JF (MONSEGUR)
De la 74/08, j’étais le chauffeur du Capitaine de
BEAUMONT et fourrier au 3ème Escadron. Que d’excellents
souvenirs.
L’ALSACIEN (BREITENBACH)
Je garde beaucoup de bons souvenirs de mon passage au
8ème. J’étais au 4ème Escadron et la devise de notre peloton
était « Au-dessus des meilleurs ». J’espère que des anciens
de la 92/10 me passeront un petit salut. J’adresse un grand
salut à GRONDIN de la REUNION, mon binôme et mon
meilleur camarade, ROSTAING de LYON, et naturellement
au Chef LOPEZ.
Le quartier Rapp de COLMAR à l’arrivée du Régiment en 1961
37
37
VADENAY – Juillet 1955 – Contingent 55/1
Peloton GARNIER – S.Off. adjoint : MDL GIROUD
Dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du S/Lt
GARNIER assis au centre de la photo, badine à la main, à sa
droite : MDL TODESCAT, Brigadier Claude PIERRE, Hussards :
DAMOISEAUX, ROUGETET, LOUSTE, BOUGE, DENIZET,
HAUSER, SIMONET, MENISSIER, LAURENT, LESAFFRE,
BOUDIER, DENISE, MERCIER, BESSON, PACHOLZYCK,
ROUCHAUSSE,
BOURLIER,
LUDET,
COUTANT,
MAECKELBERGHE,
THIERRY,
MOBREAUX,
MAHIEU,
LECOMTE, LATRONCHE, Brigadier Chef GUILBERT, Brigadier
Chef BRAND, MDL GIROUD.
38
38
39
39
Hymne à l’EBR
Par Antoine de POTHUAU
Bravo pour l’article de Pierre LAYE (bulletin n° 67 – page 37).
L’EBR était bien un engin magnifique exceptionnel, et il est
justifié que quelqu’un lui rende ainsi « hommage ». Cet engin a
fait le bonheur des équipages qui servaient dans les régiments
de CLB, et particulièrement au 8ème Hussards qui fut un
précurseur, un initiateur, un testeur de ce blindé léger sans
équivalent, fabriqué par Panhard qui a développé grâce à lui le
moteur à plat (22 centimètres sous les pieds de l’équipage en
tourelle) et les systèmes d’assistance hydraulique (direction,
suspension, freinage).
Il est exact qu’un EBR
attendait le cercueil du
Général de Gaulle à la sortie
de l’église de COLOMBEY
pour le conduire à sa dernière
demeure.
Cet
EBR
appartenait au 1er Escadron
de 4ème Hussards, escadron
Les obsèques du Général de GAULLE
où j’ai longtemps sévi.
Pour éviter toute surprise mécanique désagréable au cours d’une
telle cérémonie ( !), il était piloté par le Lieutenant Chef de
l’Atelier Régimentaire qui l’avait lui-même préparé.
On peut dire que le 8ème Hussards n’est pas complètement
étranger à cet évènement car lorsque le 4ème a touché ses EBR
en 1964, les cadres ont été envoyés au 8ème pour y être formés.
Malheureusement je n’en ai pas profité car le Colonel ayant vu
dans mes notes que j’avais servi auparavant au 8ème Hussards, a
estimé que je n’avais pas besoin de cette formation. Ce fut une
erreur. Si j’étais assez bon sur le plan tactique (?), j’avais des
lacunes sur le plan mécanique, et après avoir « épuisé » des
EBR entre la Mitidja et les Aurès, j’ai continué à en épuiser entre
la Moselle et le Morvan. Notre regretté camarade ESCALLIER,
qui a servi au 4ème après le 8, devait conserver quelques tristes
souvenirs à ce sujet ! ! !
Pour en revenir aux équipages, il est vrai, comme il ressort bien
de l’article de Pierre LAYE, que le pilote était un privilégié, et que
dans ma tourelle, au moins lorsque l’on roulait sans idée
40
40
tactique, je regrettais de ne pas être à sa place tant les
sensations de conduite étaient presque aussi enivrantes qu’en
moto, avec une sensation de puissance supplémentaire.
Par contre, il faut avoir une pensée reconnaissante pour les
inverseurs, qui faisaient preuve d’une belle abnégation. Leur
position était très inconfortable, NOBLET ne me contredira pas,
et l’on avait le tort de ne pas les mettre plus souvent au poste de
pilotage AV. En ambiance de sécurité, sur itinéraire facile, on
admettait que le pilote enlève son volant et s’assoit sur le
blindage face au sens de la marche. Les chefs fermaient les
yeux. Quelques officiers de l’EM, qui n’avaient jamais eu le
privilège de poser leur derrière dans un EBR et qui avaient l’œil
vicieux, « s’autorisaient » à envoyer un motif de punition pour le
chef de voiture à l’Escadron concerné. Au 4ème Escadron, le plus
beau, le Lieutenant LIGER-BELAIR déchirait le message punitif
en déclarant : « à l’Escadron il n’y a que moi qui met des
punitions ». Merci, mon Général. Vous n’aviez pas la main trop
lourde. Et pourtant ! ! !
100 kilomètres/heure ? Il a raison Pierre LAYE, c’était la vitesse
maxi « théorique » ! Car dans la plaine de Larba, après
manipulation de certains limiteurs/régulateurs, des EBR roulaient
à plus de 120 kilomètres/heure. Il y a prescription, l’ami
TERASSON.
Quant à la pression d’huile, indispensable à des fonctions
essentielles évoquées plus haut, on a connu des pilotes, avec
des bras et des muscles de catcheur, capables de s’en passer
sur plusieurs dizaines de kilomètres. Ce fut le cas, entre autres,
sur la route du col de Tamentout, étroite, sinueuse, coupée de
tranchées creusées par les fels, entre roc et précipice, afin de
ramener l’engin au cantonnement. Cela évitait une intervention
lourde et longue du dépannage.
Eh oui, avec les équipages retaillés que nous avions, tout, ou
presque, était possible à l’EBR.
Enfin, pour les vrais nostalgiques de l’EBR, j’évoquerai le son
qu’il émettait. Souvenez-vous dans la nuit noire et silencieuse,
dans la Soummam ou les Aurès, en Alsace ou en FrancheComté, soudain dans un lointain impossible à identifier, le bruit
des
EBR
en
progression…………..
Une
véritable
symphonie………….. !
41
41
NOUVELLE - CALEDONIE
8° Régiment de Hussards
152° Régiment d’Infanterie
DIABLES DE MARULAZ
Août / Décembre 1992
Formation du détachement de renfort
Il est composé de quatre sections de combat et d’une section de
commandement, pour moitié issues du 8° Régiment de Hussards
et réunies au sein du 3° escadron. L’autre moitié est issue du
152ème régiment d’infanterie de Colmar.
Les effectifs sont des volontaires provenant des différents
escadrons du régiment, ayant pour la plupart contracté un
volontariat au service long.
Cohésion au camp de Valdahon juillet 1992
La compagnie de renfort prend forme sous le commandement du
capitaine Normand. Le séjour au camp de Valdahon permet aux
effectifs du détachement de suivre, durant un mois, une instruction
variée allant du tir FAMAS à la mise en œuvre d’explosifs en
passant par le tir de grenades antipersonnel, antichar, le lancer de
grenades défensives ainsi que différentes manœuvres, et exercices
de combat…
Les ‘’Diables de Marulaz’’ sont nés. Et sont prêts a affronter leurs
prochaines missions.
Départ des précurseurs le 5 août 1992
Installation au 42ème Bataillon de
Commandement et de Services, caserne
Gribauval, pointe de l’artillerie
Prise de contact avec le détachement du 27ème
Bataillon de Chasseurs Alpins que nous allons
remplacer.
Arrivée de la compagnie le 18 août 1992
L’ensemble des effectifs est présent et, après son installation, le
détachement prend la relève du 27° BCA.
42
42
Les missions du détachement de renfort
Chaque section prend en charge les différents services à tour de
rôle, au rythme de trois semaines de service suivie d’une semaine
de sortie terrain.
Nouville
Garde du site des antennes satellite qui permettent la liaison de la
Nouvelle Calédonie avec le reste du monde. Service d’une
semaine sans sorties ni quartier libre. Effectif : 1 section moins les
personnels affectés au DICAT.
Dicat
Garde du site du commissariat de l’Armée de Terre pour une
durée de cinq jours par trois personnels.
QG – COMSUP
Garde du quartier général et de la résidence du
Général commandant les Forces Armées de la
Nouvelle Calédonie (FANC).
Mission effectuée pour une durée de 24 heures
par trois personnels :un chef de poste et deux
hussards. La section assurant ce service fournit
également le personnel du Groupe d’Intervention
à Temps.
GIT
Groupe d’Intervention à Temps pour une durée de 24 heures.
Garde
Ce service consiste à assurer la garde au poste de
sécurité du 42ème BCS, le personnel affecté au
poste effectue également des servitudes au profit
du service général. Un groupe de la même section
assure la garde du site du Commandement et
Direction Matériel et Bâtiments (CDMB)
Les sorties terrain
Elles sont organisées par les sections et nous ont permis de
découvrir les paysages magnifiques de la Nouvelle Calédonie.
Elles sont aussi l’occasion d’effectuer des entraînements et
manœuvres en tout genre qu’il nous aurait été impossible
d’imaginer en métropole : tir, conduite tout terrain, héliportages,
43
43
transports en bateau, chaland de débarquement ou transall,
débarquement à partir du BATRAL Jacques Cartier…
Des souvenirs inoubliables pour tous.
Marche de la ‘’Traversière’’ du 2 au 5 novembre 1992
Il s’agit d’une marche traditionnelle, effectuée par chaque
détachement de renfort, sur une distance de cinquante kilomètres
durant quatre jours et trois nuits. Elle nous mena de la côte ouest à
la côte est en passant par le mont Humboldt, point culminant de la
Nouvelle Calédonie à 1600 mètres d’altitude. Au soir du
deuxième jour de marche, après des heures de marche et de
progression à la machette, sur les pentes du Humboldt, ce sont les
hélicoptères de l’armée de l’air qui nous amènent le
ravitaillement. Deux rotations seront nécessaires pour acheminer
les rations de combat et les quelques 800 litres d’eau minérale
nécessaires pour la fin de la marche. Le chef de corps du 42ème
BCS nous rejoint à bord d’un des puma, pour terminer la marche
avec nous. Plus de 14 heures de marche à travers la forêt primaire
furent nécessaires pour atteindre enfin la côte est. C’est là que
trois pumas vinrent rapatrier l’ensemble de la compagnie à
Nouméa au prix de nombreuses rotations.
Manœuvres des FANC du 22 au 24 novembre 1992
Ces manœuvres, réunissant l’ensemble des forces armées du
territoire, se sont déroulées en plusieurs zones et ont permis aux
Diables de Marulaz de prouver leur valeur à travers les missions
qui leur ont été confiées. Dans le cas de la première section, dont
je faisais partie, nous avons été envoyés sur l’île des pins pour
plastronner deux compagnies de parachutistes du RIMAP-NC.
Les parachutistes (les bleus) ayant reçu pour mission de protéger
l’aérodrome pour assurer l’évacuation de ressortissants (les
rouges), nous (les mauves) sommes chargés de tester leurs
défenses et de tenter d’atteindre l’aérodrome pour en détruire la
piste. Les forces en présence : les mauves 28 personnels avec trois
camions et sans armement lourd face aux bleus 300 personnels, 9
camions, 11 Jeeps, 2 AML 90, 2 AML 60 et 4 mitrailleuses. Lors
des accrochages que nous déclenchons nous ne sommes
découverts que dans les derniers mètres et même dans un cas qu’à
44
44
l’ouverture du feu ! De nuit un groupe parviendra à traverser le
dispositif ennemi et à atteindre la piste sans même ouvrir le feu.
Enfin une tentative de passage en force se soldera par un échec,
bien que la surprise de l’ennemi fut totale, nous nous sommes
retrouvés face au canons de 90 des AML…
Séjour à l’île des pins.
Durant le dernier mois du séjour chaque section y passera une
semaine de détente, durant laquelle nous effectuons pourtant
quelques servitudes. Entre autres : la remise en état du cimetière
des déportés de la Commune.
Prise d’armes et défilé du détachement le 14 décembre 1992
Départ du ‘’Caillou’’ le 16 décembre 1992
Simon SCHULZ
91/08 – B/C Secrétaire Fourrier au 11ème Escadron
Renfort en Nouvelle Calédonie (Août – Décembre 92).
Extrait des
« consignes particulières »
remises à chacun avant le départ.
Souvenez-vous avant tout que vous êtes chacun le représentant de
votre Régiment, qu’il soit le 8ème de Hussards ou le 152ème d’infanterie.
Vous serez observés en permanence par les « Marsouins » de la
« Coloniale ». Ils porteront un œil critique sur vous, car rares sont les
troupes métropolitaines qui ont l’Honneur et l’avantage de servir OutreMer.
Vous remarquerez que c’est la première fois qu’un Régiment de
Cavalerie est présent, ici, au sein du Bataillon.
Ainsi, vous avez le devoir d’être exemplaires dans votre présentation,
votre tenue et plus particulièrement votre comportement.
La mission de garde est parfois routinière, mais en aucun cas vous ne
devez faiblir car rien n’est ici comme en Métropole, ni la menace
(risques humains, drogue, faune et dangers de la mer), ni
l’environnement qui appelle à la décontraction, ni le climat qui pourra
« peser » sur notre mission.
Soyez fiers d’être Hussards du 8 ou Soldat du 152. Restez soudés et
rappelez-vous que tout ce que vous faites engage l’ensemble de votre
Compagnie.
J’ai confiance en vous, ne me décevez pas.
Capitaine J. NORMAND
45
45
Le détachement 8/152
ALAZET en observation au pas de tir sud à MAILY
en compagnie de MAUTION et CHAIILOT (qu’ils di sent),
tous troi s Anciens du 3ème Escadron 1955-1957 – 21.06.07.
En réalité, ils assi stent aux course s à MAISONS-LAFFITTE.
46
46
Notre camarade Gérard SAINT-MARTIN (ALTKIRCH–BI -71-74) vient de
publier ce nouvel ouvrage sur l’histoire, bien peu connue, du QUEBEC.
Nous en publierons un résumé dans le prochain bulletin.
47
47
La fondation, la défense, puis la perte du Canada, partie
emblématique du premier Empire Colonial Français, évoquent
chez les Français d’aujourd’hui le souvenir diffus d’une histoire
commune. Qu’en est-il au juste ?
La Nouvelle-France a existé pendant 160 ans de 1603 à 1763.
Outre CARTIER, CHAMPLAIN ou MONTCALM aux noms
prestigieux, quels furent les fondateurs et les défenseurs de cet
empire ?
Quelles sont les étapes et les dates principales de la
confrontation armée entre la France et L’Angleterre dans le
Nouveau Monde ; la part des Amérindiens dans ces conflits ;
l’impact des guerres européennes, prioritaires ?
Quel drame vécurent les Acadiens lors du « Grand
Dérangement » ?
Comment tout se joua-t-il lors de la guerre de Sept ans (17541760) grâce à la supériorité de la Royal Navy ?
Doit-on parler pour la France d’abandon ou d’incapacité à
défendre sa colonie américaine ? ou les deux ?
Comment l’arrivée de MONTCALM fit-elle cependant souffler
pendant trois ans un vent de victoires des Franco-Canadiens sur
les Anglo-Américains ?
En quoi le célèbre bataille, perdue par MONTCALM devant
WOLFE, tombés tous deux au cours du combat, sur les Plaines
d’Abraham, le 13 septembre 1759, a-t-elle été funeste au Canada
Français ?
Pourquoi la dernière bataille, gagnée pour l’honneur, sur ces
mêmes Plaines, par le Chevalier de LEVIS devant MURRAY, le
28 avril 1760, est-elle souvent passée sous silence ?
Les réponses nuancées, clairvoyantes et émouvantes de l’auteur
à ces questions expliquent pourquoi le souvenir de la NouvelleFrance perdure au Québec. Elles doivent inciter, deux siècles et
demi après les batailles des Plaines d’Abraham et en ce 400ème
anniversaire de la fondation de Québec par Samuel de
CHAMPLAIN, Français et Canadiens à redécouvrir ces pages
communes, exaltantes et douloureuses de leur histoire.
48
48
Gérard SAINT-MARTIN, AET, Saint-Cyrien de la promotion
AMILAKVARI, Colonel (E.R.) de l’arme blindée cavalerie, Docteur
en histoire, a servi au Commandement des écoles de l’Armée de
Terre à PARIS et a participé à la formation des stagiaires du
Collège Interarmées de Défense (Division Internationale).
Les recherches qu’il a menées ont conforté chez lui un
attachement profond pour la province du Québec que ses liens
familiaux au Canada ont préparé.
Samuel de Champlain, Saintongeais né vers 1580, fils
de « feu Anthoine de Champlain, vivant capitaine de la
Marine, et de dame Marguerite Le Roy » et mort le 25
décembre 1635 à Québec, était un navigateur, soldat,
explorateur, ethnologue, diplomate, géographe,
cartographe, dessinateur, écrivain et fondateur de la
ville de Québec, le 3 juillet 1608, dont il fut
administrateur jusqu'à son décès. Si Champlain devint
gouverneur de la Nouvelle-France, ce ne fut toujours
que d'office, jamais en titre : il en accomplissait les
fonctions, en tant que « lieutenant » (représentant) d'un
noble désigné comme vice-roi pour la Nouvelle-France
mais resté en France, tel Pierre Dugua de Mons. Hormis
son lieu d'origine déclaré (de naissance ou d'habitat
dans son jeune âge), Brouage en Saintonge (CharenteMaritime), nous n'en savons guère plus sur la jeunesse
de Champlain, outre qu'il a reçu une bonne formation
de marinier, cartographe, qu'il a lu les récits de Jacques
Cartier et autres exp...
2008 : 400ème anniversaire de la Fondation de QUEBEC par
Samuel de CHAMPLAIN.
Nous souhaitons un bon anniversaire à nos amis canadiens
du 12ème RBC
49
49
De BEAUMONT, THOUVENIN, MAUZ, CUNY
Quand est-ce que l’on passe à table ? J’ai la dalle moi…
50
50
Nos amis les animaux
« Myope comme une taupe » rusé comme un renard, etc…
Les termes empruntés au monde animal sont utilisés dans
beaucoup d’occasions. La preuve : Que vous soyez fier comme
un coq, fort comme un bœuf, têtu comme une mule, malin
comme un singe, chaud lapin ou fine mouche, vous êtes tous un
jour ou l’autre devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.
Vous arrivez frais comme un gardon à votre premier rendez-vous
et là, pas un chat ! Vous faites le pied de grue, vous demandant
si cette bécasse vous a posé réellement un lapin.
Le type qui vous a obtenu ce rancard, avec lequel vous êtes
copain comme cochon, vous l’a certifié : « cette poule a du chien,
une vraie panthère ». C’est sûr, vous serez un crapaud mort
d’amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.
Vous êtes prêt à gueuler comme un putois, mais non, elle arrive.
Bon dix minutes de retard, il n’y a pas de quoi casser trois pattes
à un canard. Sauf que la fameuse souris est en fait plate comme
une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un
phoque et rit comme une baleine. Vous restez muet comme une
carpe.
Elle essaie bien de vous tirer les
vers du nez, mais vous noyez le
poisson. Vous avez le bourdon,
envie de verser des larmes de
crocodile.
Vous finissez par vous inventer une
fièvre de cheval qui vous permet de
filer comme un lièvre. Vous avez
beau être doux comme un agneau,
il ne faut pas vous prendre pour un
pigeon.
51
51
APHORISMES
(car les militaires savent se moquer d’eux-mêmes)
Extrait de l’ARGOT MILITAIRE de Jean-Marie CASSAGNE
BIFFE
Les autres armes disent de façon amicale que « la biffe est la reine des
batailles. Dommage que les biffins soient les rois des c..s ! ».*
BIFFIN
Les troupes de marine disent que « le biffin, c’est comme le homard. Quand
c’est cuit, c’est rouge » (allusion au dessus rouge du képi du biffin).
BOUGER
On dit dans la Marine que « tout ce qui bouge, on le salue, tout ce qui ne bouge
pas, on le peint ».
CHASSEURS ALPINS
Dans l’Armée de Terre, on prétend qu’ils sont comme les obus d’exercice. Ils
ont le corps bleu et la tête vide.
COLONEL
Le Sous-Lieutenant ne sait rien et fait tout.
Le Lieutenant ne sait rien et ne fait rien.
Le Capitaine sait tout et ne fait rien.
Le Commandant ne sait plus rien et ne fait plus rien.
Le Lieutenant-Colonel ne veut rien savoir. Il fait comme le Colonel.
Le Colonel croit tout savoir et demande où il faut signer.
52
52
Bonne nouvelle : l’enfer n’existe plus
Ce texte serait la réponse à une question de chimie posée à l’Université de
Nanterre. Vrai devoir de chimie ou net-imposture, peu importe, c’est juste
délicieux… et frais, en cette fin d’année !
Voici la version d’une question « bonus » de chimie posée à l’Université de
Nanterre,. La réponse d’un étudiant a été si loufoque que le professeur l’a
partagée avec ses collègues, via internet, et c’est pourquoi vous avez le plaisir
de la lire…
Question « bonus » : « L’enfer est-il exothermique (1) ou endothermique (2) ? »
La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si
un gaz se dilate, il se refroidit et inversement) ou ses variantes.
Cependant, un étudiant a eu la réponse suivante :
« Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de
l’enfer avec le temps. Nous avons besoin de connaître à quel taux les âmes
entrent et sortent de l’enfer. Je pense que nous pouvons assumer sans risque
qu’une fois entrées en enfer, les âmes n’en ressortiront plus. Du coup, aucune
âme ne sort. De même pour le calcul du nombre d’entrées des âmes en enfer,
nous devons regarder le fonctionnement des différentes religions qui existent de
par le monde, aujourd’hui. La plupart des religions affirment que si vous n’êtes
pas membre de leur religion, vous irez en enfer. Comme il existe plus d’une
religion exprimant cette règle, et comme les gens n’appartiennent pas à plus
d’une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont en enfer…
Maintenant, regardons la vitesse de changement de volume de l’enfer parce
que la loi de Boyle spécifie que « pour que la pression et la température restent
identiques en enfer, le volume de l’enfer doit se dilater proportionnellement à
l’entrée des âmes ».
Par conséquent, cela donne deux possibilités :
1/ si l’enfer se dilate à une moindre vitesse que l’entrée des âmes en enfer,
alors la température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment
jusqu’à ce que l’enfer éclate.
2/ si l’enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d’entrée des âmes
en enfer, alors la température diminuera jusqu’à ce que l’enfer gèle.
Laquelle choisir ?
Si nous acceptons le postulat de ma camarade de classe Jessica m’ayant
affirmé, durant ma première année d’étudiant : « il fera froid en enfer avant que
je couche avec toi » ; et en tenant compte du fait que j’ai couché avec elle la
nuit dernière, alors l’hypothèse doit être vraie.
53
53
Ainsi, je suis sûr que l’enfer est exothermique et a déjà gelé. Il s’ensuit qu’il
n’accepte plus aucune âme et du coup qu’il n’existe plus… Laissant ainsi seul
le Paradis, et prouvant l’existence d’un Être divin ce qui explique pourquoi, la
nuit dernière, Jessica n’arrêtait pas de crier « Oh… mon Dieu !... ».
Nota : Cet étudiant est le seul ayant reçu la note 20/20
1/ : évacue la chaleur - 2/ : absorbe la chaleur
« On ne dit pas »… « no comment » mais sans
commentaires !
On ne dit pas mon corridor, mais mon corps se repose.
On ne dit pas c’est l’Amazone, mais c’est là que j’habite.
On ne dit pas un ouvre-boîte, mais un portier de night-club.
On ne dit pas il est chétif, mais il est chez le coiffeur.
On ne dit pas la maîtresse d’école, mais l’instutrice prend l’avion.
On ne dit pas jerrycan, mais je rigole.
On ne dit pas le ton monte, mais la fille moche prend l’ascenseur.
On ne dit pas javéliser, mais j’ai lu.
On ne dit pas un ingrat, mais un nain gros.
On ne dit pas le petit poucet, mais le gosse était constipé.
On ne dit pas mine de rien, mais gisement épuisé.
On ne dit pas démanger, mais vomir.
On ne dit pas un poète, mais un klaxon.
On ne dit pas un enfoiré, mais une année de perdue.
On ne dit pas une biroute, mais une route à deux voies.
On ne dit pas dégât des eaux, mais des marins.
On ne dit pas je suis paniquée, mais je cherche un mec.
On ne dit pas adéquation, mais y-a-t-il des questions.
On ne dit pas je supputte, mais je suis péripatéticienne.
On ne dit pas un consquitador, mais un imbécile narcissique.
On ne dit pas faire des vendanges, mais péter comme un Dieu.
On ne dit pas un microprocesseur, mais un petit prof.
On ne dit pas un homme hors pair, mais un eunuque.
On ne dit pas couper le beurre, mais circoncire.
On ne dit pas barbecue, mais poils aux fesses.
On ne dit pas la bonne paella, mais la femme de ménage est absente.
On ne dit pas mélodie en sous-sol, mais gare la voiture au parking souterrain.
On ne dis pas je tripote, mais j’ai trois amis.
54
54
RECETTE
A l’approche des fêtes de fin d’année, nous ne saurions
trop mettre en garde nos lecteurs sur le fait que la
recette de « Dinde au Whisky » figurant dans le bulletin
n° 55 – septembre 2000 est, exclusivement, réservé e
à l’usage des cuisiniers masculins.
En effet, il y a contre-indication totale pour les
cuisiniers féminins comme le montre le dessin cidessus, dans lequel on peut voir que la dinde est
toujours vivante.
La rédaction du bulletin décline toute responsabilité en
cas de non-respect de cette recommandation
importante.
55
55
NOUVEAUX INSCRITS
ème
ème
GIMENEZ Antoine (3 , 4 , ECS 70-78)
3, rue du Général Lafayette – 67500 - HAGUENAU
DELUBAC André (4
Esc. 1954-1956)
Route de Carpentras – 84290 - CAIRANNE
DIREZ Alain (ECS 1973-1993)
14, rue du Stade – 68130 – ASPACH
GAUCHET Bruno (ECS 1975-1976)
54, rue du Cormier – 41200 - ROMORANTIN
ème
Information masquée
dans cette version
numérique
ème
HERBOMEL Dominique (4
Esc. 1978-1979)
13, rue de l’Hôpital – 32720 – BARCELONNE DU GERS
SCHITTLY Jean-Louis (Esc. 1971-1972)
15, rue du 17 février – 68210 - BALLERSDORF
SCHULZ Simon (3
et 5
Esc. 1991-1993)
5, rue de Reims – 67000 - STRASBOURG
WOLF Pierre (1 Esc. 1970-1971)
2, rue de Buergelen – 68720 - ILLFURTH
Madame FRANCELLE Annick (Veuve Cne ECS 77-81)
2, Impasse de la Fresnaye – 14120 - MONDEVILLE
SCHEID Jean-Marc ( Esc. 73-84) - Adjudant-Chef (ER)
10, rue de Guenange – 57940 – VOLSTROFF
[email protected];f
ème
ème
er
1er
CHANGEMENTS D’ADRESSE
Lieutenant-Colonel HOUZELOT Etienne
BATINA.S – 44, boulevard Napoléon III – 06200 - NICE
Lieutenant-Colonel de VILLAINE Hervé
CM22 – 00453 - ARMEES
Lieutenant-Colonel CHARLES Erwan
Attaché de Défense – Ambassade de France à BANGKOK
14, rue Saint-Dominique – 00451 - ARMEES
Lieutenant-Colonel LE ROUX Olivier
12/14 rue Henri Regnault – 92400 - COURBEVOIE
Information masquée
dans cette version
56
56
Bulletin d'Adhésion
NOM :
- À remplir en MAJUSCULES – Merci NOM :
PRENOM :
GRADE final au Régiment :
GRADE actuel :
Profession :
Années de DEBUT et FIN de SERVICE au REGIMENT :
/
à
(garnison)
/
à
/
à
/
à
ADRESSE COURANTE :
ADRESSE PERMANENTE :
Je souhaite recevoir le bulletin :
Cocher - ( ) à l’adresse courante
- ( ) à l’adresse permanente
ADRESSE E-Mail :
A retourner au Secrétaire :
AMICALE des ANCIENS du 8ème HUSSARDS
16, rue des Pierres – 68170 – RIXHEIM
avec un chèque de 15 Euros libellé à l'adresse ci-dessus
ou directement sur le site : www.amicale-8-hussards.com
avec envoi de chèque à l’adresse posale ci-dessus.
Correspondance éventuelle : (, date de naissance, décorations, etc…)
Date :
N° d'Enregistrement :
57
57

Documents pareils