téléchargez la version pdf

Commentaires

Transcription

téléchargez la version pdf
P 505327/526 Afgiftekantoor : Gent X
profil
N° 137
Avril/mai/juin 2016
PB- PP B- 729
BELGIE(N) - BELGIQUE
le trimestriel de la Mutualité Partena
MOINS DE SUCRE, DAVANTAGE D’ÉNERGIE
Adoptez le réflexe sucre Partena !
BOOSTEZ VOTRE SANTÉ grâce à la lumière naturelle et au grand air
L’ISOLEMENT DES AÎNÉS : l’habitat alternatif offre une solution
DÉCOUVREZ NOS
SERVICES NUMÉRIQUES
apprenez à vos
enfants à manger
sainement
mutualité libre aide à domicile accueil des tout petits
Vous aussi, vous aimez retrouver
une maison bien propre ?
Nous vous fournissons
une aide-ménagère fiable
et bien formée grâce aux
titres-services !
Nous attachons beaucoup d’importance à la qualité. Vous-même et votre aide-ménagère
ou repasseuse êtes légalement en règle et assurés.
Partena Aide à domicile investit massivement dans de bonnes conditions de travail, dans
la formation et dans l’encadrement des aide-ménagères. Nous pouvons ainsi vous offrir
la garantie d’une aide ponctuelle, fiable et responsable !
Demandez une aide-ménagère
➜ en ligne sur www. partena-aideadomicile. be
➜ ou en formant le 0800 17 800
Partena, le réflexe sain.
6
11
8
9
16
30
20
26
32
Ont collaboré à la rédaction de ce numéro : Karima Amrous,
Maarten Boeykens, Stéphanie Brisson, Ann Ceuppens, Mieke Decoussemaker,
Eva De Geyter, Ellen De Vriese, Lies Dobbelaere, Gisele Henrotte,
Pascale Janssens, Véziane Léonard, Anna-Maria Mathues, Nathalie Renna,
Alain Servaes, Geertje Vandecappelle, Frederic VandenBroucke,
Angélique Vanderbracht, Lien Vanderlinden, Katrien Vanderstraeten,
Emilie Van Isterdael, Julie Van Nieuwenhove, Patricia Verstraete,
Steven Vervaet
Secrétariat de rédaction : Lynn Pellens, Pierre Lété
Composition : Magelaan - Photographie : Reporters, Shutterstock
Impression Roularta
Editeur responsable : Stefaan Lauwers
Sluisweg 2 B1 - 9000 Gent - T. 02 201 42 42 Numéro d’entreprise : 0411.696.011
La Mutualité Partena OZV (n° OCM 5006c) intervient en tant qu’intermédiaire
d’assurances pour la SMA Mutuelle Entraide Hospitalisation (n° OCM 750/01).
Aucun article publié dans ce magazine ne peut être reproduit
(totalement ou partiellement) sans l’autorisation préable de la rédaction.
Affiliés à l’Union des Editeurs de la presse Périodique
Membre des
profil
N° 137
SOMMAIRE
2
Les échos de Profil
4
L’actu de la mutualité
6
Faites confiance à une sage-femme
8
Adoptez le réflexe sucre Partena
9
Apprenez à vos enfants à manger sainement
11Nos services numériques
14Les plus de Partena
16L’allaitement maternel, évidemment !
18Le bon usage des antibiotiques
19Boutique santé : Davantage d’énergie et moins de douleurs
20Boutique santé : Avez-vous déjà mis le nez dehors
aujourd’hui ?
22Boutique santé : Sortez de chez vous l’esprit tranquille
23Coin lecture
24Une maison toute propre sans soucis
25Les gens de Partena
26L’isolement social chez les aînés
28La vie des malades chroniques
30Travailler jusqu’à la pension ?
31Camps de vacances pour enfants et jeunes gens
32Vacances Partena
33Elections mutuellistes
www. facebook . be/partena
profil avril 2016 1
LES ÉCHOS DE PROFIL
“Et toi, t’es casé(e) ?” : dis stop aux clichés !
La campagne “Et toi, t’es casé(e) ?” vise à sensibiliser les jeunes
de 12 à 25 ans ainsi que les professionnels qui les encadrent, à la
lutte contre les stéréotypes et les discri­minations.
QUELQUES CHIFFRES
La violence, les moqueries et insultes à répétition… le harcèle­
ment homophobes et/ou transphobes sont une réalité pour de
nombreux jeunes à l’école, dans leurs activités sportives, lors
d’activités avec d’autres jeunes, à la maison ou sur les réseaux
sociaux.
LA CAMPAGNE
La campagne “Et toi, t’es casé(e) ?” se décline sur divers supports :
des spots tv et radio, un site internet, une page Facebook, un dvd, une
affiche, un dépliant et un guide pédagogique. En outre, 12 capsules
vidéos reprenant des témoignages de jeunes gays, lesbiennes et leur
entourage ont été réalisées sur différents thèmes tels que “Quels
sont les clichés les plus véhiculés ?”, “Famille et tradition”, “Réactions
de l’entourage”, etc. Elles peuvent être visionnées sur le site de la
campagne www.ettoitescase.be !
Visite plus chère chez le
dentiste : report de la
mesure au 1er juillet 2016
Vous avez passé une visite de contrôle chez le dentiste en 2015 ?
Depuis le 1er janvier 2016, vous auriez dû supporter un ticket
modérateur moins élevé que les patients qui n’avaient pas vu leur
dentiste en 2015. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du trajet de
soins buccaux, qui favorise les comportements de prévention.
L’entrée en vigueur de la mesure vient d’être reportée au 1er juillet
2016. A partir de cette date, les personnes qui ont consulté leur
dentiste en 2015, devront régler une quote-part personnelle moins
importante que celles qui ne l’ont pas fait. La mesure se prolonge
dans le temps, en ce sens que les patients qui passeront une visite
de contrôle chez le dentiste en 2016, devront supporter un ticket
modérateur moins élevé en 2017. En résumé, en allant chaque
année chez le dentiste, vous préservez votre santé dentaire et
devez dépenser moins.
Ces dispositions valent pour les personnes ne pouvant prétendre
au bénéfice de l’intervention majorée (l’ancien régime préférentiel).
Pour les bénéficiaires de l’intervention
majorée, ces dispositions du trajet de
soins buccaux n’entreront en vigueur
qu’au 1er janvier 2017 !
Eugenio Marongiu / Shutterstock.com
•60 % des personnes homosexuelles ou transgenres ont
personnelle­ment fait l’expérience de commentaires ou de
com­portements négatifs à l’école à cause de leur orientation
sexuelle.
•2/3 des enfants homosexuels ou transgenres ont caché leur
orientation sexuelle ou leur identité de genre pendant leur
scolarité.
•Plus de la moitié des personnes homosexuelles ou transgenres
de moins de 26 ans interrogées ont déjà envisagé
sérieusement de mettre fin à leurs jours.
Ces chiffres éloquents démontrent l’importance de la lutte contre
les stéréotypes et les discriminations, mais également d’amener
les jeunes à trouver de l’aide et des réponses à leurs questions.
PLUS DE MOYENS POUR
LES PERSONNES SOUFFRANT
D’UN HANDICAP MENTAL ET
DE PROBLÈMES PSYCHIQUES
La ministre de la Santé publique a décidé de libérer 5 millions
d’euros pour les personnes souffrant d’un handicap mental et de
problèmes psychiques. “Les patients présentant ce double diag­
nostic ne bénéficient pas souvent d’un suivi adéquat. Il est donc
grand temps de leur accorder une attention toute particulière”,
a-t-elle déclaré.
Il y a un an, l’affaire Shauni Vervoort a démontré la nécessité de
créer des places d’accueil supplémentaires pour les personnes
avec ce double diagnostic. Aucun établissement ne pouvait
accueillir cette jeune fille de 19 ans atteinte d’un handicap mental
et d’une affection psychique. Son père avait alors entamé une
grève de la faim jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.
72 POSTES SUPPLÉMENTAIRES
Les moyens supplémentaires sont intégralement concentrés sur
les réseaux de soins de santé mentale, tant pour les enfants et les
jeunes que pour les adultes :
•24 postes à temps plein supplémentaires pour les réseaux
d’enfants et de jeunes
•48 dispensateurs de soins supplémentaires pour les réseaux
pour adultes
Grâce à ces ressources supplémentaires, les hôpitaux et autres
établissements de soins au sein de ces réseaux pourront mieux
soigner et accueillir les personnes vulnérables. Les réseaux choisi­
ront eux-mêmes comment utiliser ces nouveaux colla­bo­rateurs.
2 profil avril 2016
LES ÉCHOS DE PROFIL
EN BELGIQUE, 1 PERSONNE
SUR 10 BOIT TROP
Selon une enquête de l’Institut Scientifique de Santé Publique,
10% des habitants boivent trop. L’Organisation Mondiale de la
Santé place la barre de l’excès à plus de 14 verres d’alcool par
semaine pour les femmes et à plus de 21 verres pour les hommes.
Ces chiffres sont confirmés par une autre enquête, selon laquelle,
nous buvons plus souvent de l’alcool que l’Européen moyen.
Quelque 10 % de nos concitoyens sont même des buveurs
quotidiens. C’est ce que révèle l’enquête European Social Survey,
à laquelle la KU Leuven a également collaboré. Pas moins de
28.000 personnes issues de 15 pays européens ont participé à
cette enquête, dont 1.769 résidant en Belgique. Et 10 % d’entre
elles ont révélé boire de l’alcool quotidiennement, pour 24 %
plusieurs fois par semaine et 17 % qui ne consomment pas une
goutte d’alcool. Pendant la semaine, 66 % des répondants habitant
en Belgique boivent un verre et ce pourcentage grimpe à 81 % le
week-end. Cette fréquence nous amène sur le podium des pays
qui ont participé à l’enquête. Seuls les Néerlandais boivent encore
plus souvent.
DES MÉDICAMENTS MOINS CHERS
Depuis le 1er mars 2016, de nombreux médicaments sont moins
chers. Cette baisse des prix découle de deux mesures qui figurent
dans le Pacte d’avenir conclu par la ministre de la Santé publique
avec l’industrie pharmaceutique..
La première mesure correspond à ce qu’on appelle le ‘patent cliff’.
Quelques mots d’explication. Auparavant, un système prévoyait
d’effec­tuer différentes baisses de prix consécutives pour les
médica­ments qui n’étaient plus sous brevet et pour lesquels des
variantes moins chères arrivaient sur le marché. A présent, une
seule baisse de prix totale est appliquée en une fois. Elle se chiffre
à 54% pour les médicaments importants tels que les antibiotiques
et à 60% pour les médicaments indispensables à la survie.
La seconde mesure concerne la baisse du supplément qui vient
parfois s’ajouter à la quote-part personnelle. Ce supplément est
facturé lorsque qu’il existe un médicament générique remboursable
disponible, mais qu’une spécialité plus coûteuse a été prescrite et
délivrée. Depuis le 1er mars 2016, le montant maximum de ce
supplément est passé de 10,80 euros à 5 euros, ce qui a aussi un
effet bénéfique sur votre porte-monnaie.
Scanner cérébral : souvent superflu en cas de traumatisme crânien
Lorsqu’un patient arrive aux urgences avec un léger traumatisme
crânien, un scanner cérébral est souvent effectué par précaution.
Une étude du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)
montre que cet examen est ‘superflu, cher et dangereux en raison
de l’irradiation’. Un nouveau test sanguin devrait faire chuter le
nombre de scans inutiles.
protéines qui est libéré en cas de lésion cérébrale. Ce n’est qu’en
cas de doute après ces deux examens qu’un scanner cérébral est
nécessaire. Ceci permettrait de diminuer considérablement le
nombre de scans inutiles.
Chaque année, près de 26.000 personnes en Belgique souffrent
d’un traumatisme crânien suite à une chute ou un accident de la
route. Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’une forme légère
de trauma et le risque de lésion cérébrale est faible (5 %).
Toutefois, les médecins font souvent réaliser un scanner cérébral
(CT-scan) afin d’exclure ce type de lésion. Cet examen présente
deux inconvénients majeurs : il coûte chaque année plus de 43
millions d’euros à la sécurité sociale et le patient est exposé
inutilement à une irradiation nocive.
Selon le KCE, le scanner cérébral doit être l’étape ultime d’un
processus complet. Tout d’abord, le médecin doit vérifier les
symptômes (vomissements, pertes de mémoire,...). Si cet examen
indique de possibles problèmes, un nouveau test sanguin peut
être effectué. Il permet de détecter dans le sang un certain type de
Davantage de nouvelles sur
www.partena-mutualite.be
profil avril 2016 3
L’ACTU DE LA MUTUALITÉ
Personnes handicapées
Composez votre propre plan de soutien
Les personnes handicapées et nécessitant un soutien intensif ou fréquent,
peuvent prétendre à un soutien supplémentaire des autorités de la Région
flamande. Depuis le 1er avril 2016, la procédure pour obtenir une telle
aide auprès de l’Agence régionale pour les personnes handicapées (VAPH)
a changé. Le Budget de suivi personnel (PVB) a été créé.
Le PVB accorde beaucoup de liberté et d’autonomie à la personne
handicapée pour lui permettre d’organiser les aides et le soutien dont elle
a besoin.
Vous avez besoin d’un soutien là où vous demeurez ou d’une autre forme d’encadrement ?
Composez votre propre plan de soutien. Mentionnez-y ce que vous pouvez faire ou pas de
manière autonome, ce que vos proches font pour vous, ou si vous avez besoin de soins
infirmiers à domicile, etc. Il s’agit donc d’un plan résumant vos possibilités et vos besoins.
DEMANDER UN PVB
Le Service Action Sociale de Partena peut vous aider à composer ce plan de soutien, adressé
ensuite à la VAPH. Une fois le plan approuvé par la VAPH, votre demande est transmise à
l’équipe multidisciplinaire de notre Service Action Sociale.
Cette équipe se compose d’un assistant social, d’un ergothérapeute, et si c’est souhaitable,
d’un médecin ou un psychologue. L’équipe multidisciplinaire va parcourir avec vous et 2 de
vos accompagnants un questionnaire, et formuler une proposition de budget ainsi que
l’urgence de vos mesures de soutien. La VAPH prend ensuite la décision en dernier ressort.
VOUCHER OU CASH
“Vous allez, en fonction
de vos besoins, pouvoir
constituer un ‘panier’ d’aides.
Un pas vers l’organisation
de votre existence.”
Si vous recevez un tel PVB, vous avez le choix entre un budget en numéraire grâce auquel
vous gérez vous-même le soutien à vous apporter. Ou un voucher : c’est un chèque pour
régler les dispositions approuvées par la VAPH. Vous pouvez aussi choisir de combiner les
deux.
ASSISTANCE ET SOUTIEN FINANCIERS
Ces formes d’aide ou d’assistance sont disponibles :
•Budget d’assistance
Par exemple pour défrayer quelqu’un qui vous accompagne dans vos déplacements ou
passe du temps avec vous, pour payer une aide-ménagère, une aide familiale, des frais
de déplacement, …
•Soutien financier
Pour financer des prestations spécifiques, comme une aide pour l’entretien de
l’habitation, le paiement de soins réguliers, …
CONSEILS D’UNE STRUCTURE D’ASSISTANCE
Vous aimeriez être aidé pour gérer votre budget ? Dans ce cas, vous pouvez faire appel à
une structure d’assistance agréée par la VAPH. Ceci va du conseil téléphonique à la
conclusion de contrats, en passant par des formations et des médiations. Vous trouverez ces
structures sur le site (en néerlandais) de la VAPH : www.vaph.be.
Ulrike Desmet, Travailleur social
chez Partena
UN DERNIER MOT
Les budgets seront payés au plus tôt en septembre 2016.
PLUS D’INFO
•Contactez notre Service Action Sociale grâce au formulaire de contact disponible sur
notre site, ou formez le T. 02 201 42 42.
•Surfez sur le site (en néerlandais) de la VAPH : www.vaph.be.
4 profil avril 2016
L’ACTU DE LA MUTUALITÉ
Les personnes qui tombent en incapacité
de travail sont confrontées à des
problèmes pratiques, dont le moindre
n’est pas la perte de leurs revenus
professionnels. Vous pouvez
heureusement vous tourner vers la
mutualité pour bénéficier d’un revenu
de remplacement. Comment procéder
pour demander des indemnités ?
EN INCAPACITÉ DE TRAVAIL ?
Vous pouvez prétendre à un revenu de
remplacement payé par la mutualité
PRÉVENEZ VOTRE EMPLOYEUR
Avertir votre employeur dans les 48 heures et, en cas de pro­
longation de la période d’incapacité de travail, lui transmettre
régulièrement et à temps les certificats de prolongation..
PRÉVENEZ LA MUTUALITÉ
Vous devez aussi prévenir à temps la mutualité en lui trans­
mettant un certificat d’incapacité de travail, aussi appelé
‘document confidentiel’. Vous pouvez télécharger ce document
depuis notre site ou sur votre Guichet on-line. Faites-le com­plé­
ter par votre médecin traitant, qui y indiquera son numéro
INAMI, vos coor­données, le diagnostic et les dates de début et
de fin de votre incapacité de travail (nouveau depuis le 1er
janvier 2016). Le médecin doit dater et signer le document.
Si vous n’avez pas un tel certificat d’incapacité de travail sous la
main, demandez à votre médecin d’en rédiger un qui contienne
toutes les mentions nécessaires.
Envoyez le document dans le délai imparti par courrier adressé
à Mutualité Partena, Sluisweg 2, b 1, 9000 GENT. Nous le trans­
mettrons au médecin conseil, qui doit recevoir le document
original. Les photocopies, fax ou e-mails ne sont pas valables.
ET EN CAS DE PROLONGATION DE L’INCAPACITÉ DE
TRAVAIL ?
La mutualité ne peut pas continuer à vous payer des indemnités
après la date de fin prévue, mentionnée sur le certificat
d’incapacité de travail. Adressez-nous donc par courrier un
nouveau certificat d’incapacité de travail, en cas de prolongation.
Pour éviter une déclaration tardive, faites-le dans les 2 jours
calendrier après la date de fin du certificat précédent. Veillez à
ce que la date de début d’incapacité de travail mentionnée sur
le nouveau certificat coïncide avec la date de fin de la période
de maladie précédente, si vous n’avez pas repris le travail entre
ces 2 périodes.
QUE FAIRE SI VOUS SOUHAITEZ REPRENDRE LE TRAVAIL /
LE CHÔMAGE COMPLÈTEMENT OU À TEMPS PARTIEL ?
•Reprise complète juste après la date de fin mentionnée par votre
médecin sur le dernier certificat d’incapacité de travail : vous ne
devez pas en avertir la mutualité.
•Reprise complète avant la date de fin mentionnée par votre médecin
sur le dernier certificat d’incapacité de travail : adressez-nous au plus
vite un avis de reprise du travail, complété par votre employeur ou
par votre caisse de paiement des allocations de chômage.
•Reprise partielle pendant votre incapacité de travail : demandez
l’accord préalable du médecin conseil de la mutualité grâce au
formulaire ‘Demande de travail à temps partiel’.
Vous trouverez davantage d’info sur les revenus de remplacement sur
www.partena-mutualite.be/revenus-remplacement, auprès de votre
conseiller clientèle, ou en formant le T. 02 201 42 42.
Délais de déclaration de l’incapacité de travail
Situation professionnelle
Délai de déclaration (débutant le
premier jour de l’incapacité de travail)
Demandeur d’emploi ou
intérimaire
3 jours calendrier
Ouvrier
14 jours calendrier
Employé ou indépendant
28 jours calendrier
Agent des services publics
(contractuel comme
ouvrier1 ou employé2)
141 ou 282 jours calendrier
En cas de déclaration tardive, le montant de l’indemnité journalière est
tempo­rairement réduit de 10%, et ce à compter de la date de fin de la
période de salaire garanti jusque et y compris le jour de réception de la
déclaration. Il s’agit d’une disposition légale.
(*) Si vous êtes fonctionnaire nommé à titre définitif ou statutaire, vous ne devez pas effectuer de
déclaration d’incapacité de travail à la mutualité. Votre employeur continue à prendre en charge
votre rémunération.
profil avril 2016 5
GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT
Seules 4 femmes sur 10 font appel aux services
d’une sage-femme après leur accouchement.
Pourtant, la guidance personnalisée d’une
sage-femme à domicile peut représenter une
grande plus-value pour la maman et son bébé, à
plus forte raison depuis que la durée du séjour
à la maternité a été réduite à 3 jours.
Faites confiance
À VOTRE SAGE-FEMME
Joke Muyldermans, présidente de
l’Organisation professionnelle flamande
des sages-femmes
“Une sage-femme
prend toujours le
temps de parler”
6 profil avril 2016
Selon Michèle Warnimont, sage-femme au
Cocon à l’Hôpital Erasme et conseillère
auprès de l’Union professionnelle des
sages-femmes belges, quelques adapta­
tions s’avèrent encore indispensables avant
que les sages-femmes ne puissent vraiment
jouer un rôle plus important : ”Il faudrait
organiser plus de stages hors de l’hôpital.
Pour le moment la proportion entre stages
en hôpital et en extra-muros est déséquili­
brée. Il faudrait aussi favoriser le ‘com­
pagnonnage’, c’est-à-dire l’accom­
pagne­
ment des débutantes par des plus
expé­ri­­mentées. Dans les associations pro­
fessionnelles, des enseignantes sont parties
prenantes des réflexions sur la profession.”
sages-femmes, c’est une opportunité
d’effectuer les tâches pour lesquelles elles
ont justement été formées. Je veux dire par
là : assumer de façon autonome la respon­
sabilité du suivi médical d’une maman et de
son enfant. Les formations doivent être
adaptées. Tous les efforts sont réalisés pour
former des sages-femmes de qualité, mais
les formations existantes nécessitent un
support supplémentaire. Par exemple, la
formation dure aujourd’hui trois ans mais
cela fait des années que nous demandons à
ce qu’elle soit élargie à quatre ans. C’est une
formation lourde et il faut des stages, c’est
essentiel pour acquérir de l’expérience.
C’est difficile de boucler tout en trois ans.’’
Joke Muyldermans, présidente de l’Organi­
sation professionnelle flamande des sagesfemmes (Vlaamse Beroepsorganisatie voor
Vroedvrouwen - VBOV vzw) considère le
raccour­
cissement du séjour en hôpital
comme un défi pour les sages-femmes. Mais
pour elle aussi, il est important que l’accom­
pagnement se déroule bien. ‘’Pour les
SÉCURISER LA PRATIQUE
Plus de travail pour les sages-femmes, de
meilleures formations, ... Est-ce qu’il y a au
moins assez de sages-femmes pour faire
face à cette demande ? Michèle Warnimont
se pose quand même des questions. ‘’En
réalité, probablement que non. Mais il n’y a
pas de registre de la profession, pas de
GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT
planification et rien pour évaluer le
potentiel de personnel disponible. Il y a
aussi pas mal de sages-femmes au chômage.
Il faudrait sécuriser la pratique, créer des
critères pour la formation, l’encadrement et
la continuité des soins. Beaucoup de sagesfemmes ont un statut d’indépendante
complémentaire, ce qui rend la continuité
compliquée. Et ce qui constitue un problème
pour les sages-femmes débutantes, qui
fonctionnent avec de l’intérim pour entamer
leur carrière.’’
AUSSI AVANT LA NAISSANCE
D’après Joke Muyldermans, ‘’Il y a encore du
travail de sensibilisation pour faire com­
prendre que consulter une sage-femme en
prénatal a aussi son importance. Une sagefemme peut travailler de façon complé­men­
taire avec le gynécologue et/ou le médecin
généraliste, et par exemple, prendre en
charge la consultation des 16 semaines. La
maman apprend ainsi à connaître la sagefemme et se sentira plus à l’aise quand
celle-ci passera après l’accouchement ou
préparera la famille. L’approche prénatale
de la sage-femme est tout à fait différente
de celle du médecin. A titre de comparaison,
une consultation prénatale chez une sagefemme dure une heure ou une heure et
demie. Elle ne prévoit pas seulement du
temps pour le contrôle médical, mais aussi
du temps pour parler avec la maman.
Comment vit-elle sa grossesse ? Est-ce
qu’elle se sent bien ? Comment préparer le
travail, l’accouche­
ment, l’alimentation du
nouveau-né et tout ce qui vient après ? C’est
une toute autre approche que chez le
gynécologue ou le médecin traitant. ‘’
Michèle Warnimont pense aussi qu’il est
important qu’une sage-femme rencontre la
maman au préalable. ‘’Il faudrait imaginer
des incitants pour que la future maman voie
une sage-femme ou instaurer une visite à
domicile avant l’accouchement. Ce serait
idéal afin qu’elle reçoive des informations
sur le retour à la maison. Ce qui permet de
créer le contact entre la maman et une
association de sages-femmes avant la
naissance, afin de savoir à qui s’adresser en
cas d’interrogations. ‘’
“Avant l’accouchement
aussi, une sage-femme
peut jouer un rôle
important”
Après son accouchement, Lisa Desaveur a fait appel à une sage-femme.
”J’ai eu une césarienne et je suis restée six jours à la maternité. Il y a eu des complications pendant
l’accouchement et finalement, une césarienne a été pratiquée d’urgence. J’ai apprécié de pouvoir rester
plus longtemps après l’intervention mais après six jours, je voulais vraiment rentrer à la maison.”
Lisa n’a pas attendu d’être chez elle pour contacter une sage-femme. ”J’avais déjà pris contact avec ma
sage-femme Joke (Muyldermans) à l’avance, sur le conseil de mon gynécologue. Joke m’avait expliqué
avant l’accouchement que je pouvais l’appeler lorsque j’avais des questions, même si j’étais encore à
l’hôpital. J’ai vraiment apprécié sa disponibilité. ”
Même si les sages-femmes de la maternité ont vraiment pu l’aider, Lisa avait quand même besoin de
Joke. ”A l’hôpital, les sages-femmes étaient serviables et faisaient leur travail incroyablement bien
mais ce ne sont pas des spécialistes ‘exclusives’ dans le domaine de l’allaitement. Je ne recevais pas de
réponse claire à mes questions. Chaque sage-femme à la maternité avait sa propre explication et je
restais désemparée. J’avais besoin de quelqu’un qui puisse me rassurer sur ce qui n’allait pas et qui
m’explique pourquoi c’était si difficile. Je voulais qu’on m’explique ce qu’il se passait avec mes seins et
ce que je devais faire pour que tout rentre dans l’ordre. La différence entre Joke et l’hôpital, c’était
l’expertise rassurante. A la maternité, les sages-femmes s’occupent de tellement de soins et les
patientes sont nombreuses. Il est difficile pour elles d’établir une relation privilégiée avec les jeunes
mamans. Avec Joke, c’était différent.”
Lisa a surtout retenu un conseil de Joke : ”La persévérance vient à bout de tout ! Je n’oublierai jamais
cette phrase. Joke m’a aidée à supporter l’allaitement. J’avais vraiment mal mais j’ai appris à contenir
cette douleur, et finalement, je n’avais plus mal du tout. J’ai pu allaiter pendant quatre mois, sans
douleur.”
COMPTEZ SUR PARTENA
Vous aimeriez pouvoir vous appuyer sur l’aide et les conseils d’une sage-femme avant et après
votre accouchement ? La Mutualité Partena peut organiser des soins avant et après accouchement
pour vous. Ces prestations ne vous coûteront rien si vous faites appel à une sage-femme
conventionnée. La Mutualité Partena règle directement les honoraires légaux de la sage-femme.
En plus, comme cliente de la Mutualité Partena, vous bénéficiez d’une inter­vention supplémentaire
allant jusqu’à 150 euros pour une aide maternelle.
Plus d’info à ce propos sur www.partena-mutualite.be.
profil avril 2016 7
A
t
par ir du
10 mai
ADOPTEZ LE RÉFLEXE Sucre
SUIVEZ LE PARCOURS EN LIGNE DE LA MUTUALITÉ PARTENA !
Ces dernières années, notre
alimentation contient toujours
davantage de sucres cachés, et nos
habitudes alimentaires ont évolué.
Nous sommes de plus en plus
nombreux à être asservis aux
grignotages sucrés, avec des
conséquences sur le poids et
la santé.
Vous êtes un peu
trop accro au sucre ?
Adoptez, vous aussi,
le réflexe Sucre!
En Belgique, nous consommons en
moyenne 100 grammes de sucre par jour,
soit l’équivalent de 17 morceaux de sucre.
LA BELGIQUE ET LE SUCRE :
UNE HISTOIRE D’AMOUR
type 2. Consommer moins et de meilleurs
sucres ne peut que profiter à votre santé.
En 2004, une enquête révélait que nous
con­
sommions beaucoup trop de sucres
rapides, et trop peu de sucres lents ou de
glucides complexes (par ex. dans le pain, les
pâtes, le riz…). Les dames ont aussi tendance
à manger plus de sucre que les messieurs, et
les douceurs les plus appréciées sont les
boissons rafraîchissantes, les fruits, les
desserts sucrés, les gâteaux et les biscuits.
En soi, les sucres ne sont pas mauvais. Ils
sont un carburant indispensable au fonc­
tionnement de l’organisme, à plus forte rai­
son quand nous devons fournir des efforts.
Mais nous devons faire attention aux quanti­
tés consommées. L’organisation Mon­
diale
de la Santé (OMS) recommande de limi­ter à
un maximum de 10 pourcent la part
d’énergie absorbée fournie par les sucres.
En Belgique, nous approchons plutôt les 20
pourcent, et nous consommons en moyenne
100 grammes de sucre par jour, soit l’équi­
valent de 17 morceaux de sucre. Les risques
liés à une telle consommation excessive de
sucres se traduisent, selon l’OMS, en sur­
poids et en maladies comme le diabète de
LE RÉFLEXE SAIN
Manger moins de sucre : comment vous y
prendre ? Pour vous aider, la Mutualité
Partena lancera le 10 mai le réflexe Sucre,
un test et un parcours en ligne, développés
en collaboration avec des spécialistes de
l’alimentation, qui vous aideront à maîtriser
vos besoins en sucre. Ainsi, vous éviterez
qu’un petit moment d’égarement sucré ne
réduise à néant tous les efforts que vous
faites par ailleurs pour manger plus
sainement. Le réflexe Sucre vous aide à
évaluer correctement votre consommation
de sucre et vous apprend à identifier vos
points faibles en termes d’alimentation. Si
vous voulez modifier vos habitudes sucrées,
vous pourrez vous inscrire à un parcours de
6 semaines, grâce auquel vous recevrez des
astuces, de bons conseils et des recettes
équilibrées. Si au cours de ces 6 semaines,
vous avez des questions, des doutes, ou des
difficultés à contenir une envie sucrée,
retrouvez nos experts sur Facebook. Ils vous
aideront à rester sur le droit chemin.
Tenez à l’œil la lettre d’info électronique de la Mutualité Partena ou notre page
Facebook. Ainsi, vous serez les premiers informés pour rejoindre le réflexe Sucre !
8 profil avril 2016
ALIMENTATION DES ENFANTS
C’est une épreuve que de devoir batailler tous les
jours avec des enfants ‘difficiles’ pour manger. Les
enfants préfèrent les sucreries aux légumes, c’est
un fait. Comment leur apprendre à manger sain et
équilibré, sans devoir jouer les redresseurs de torts ?
Nous avons interrogé un expert.
AIDEZ JOUR APRÈS JOUR VOS ENFANTS
À ADOPTER DE BONNES HABITUDES
LE PETIT-DÉJEUNER :
DU CARBURANT POUR BIEN
COMMENCER LA JOURNÉE !
Le petit-déjeuner permet de fournir l’éner­
gie nécessaire pour passer une journée
active ! Surtout après une bonne nuit de
sommeil, quand les réserves d’énergie sont
basses. C’est pourquoi il est nécessaire
d’avaler une bonne dose de glucides. Par
exemple: une tartine grillée ou une tranche
de pain complet avec de la confiture, des
fruits ou du yaourt.
“Le marketing et la presse véhiculent des
messages trop souvent faux qui ont un effet
néfaste sur nos comportements alimen­
taires, explique Marie-Josée Mozin, diété­ti­
cienne pédiatrique et Présidente hono­raire
du Club européen des diététiciens de l’en­
fance. Prenons l’exemple des céréales, on
les présente comme excellentes pour la
santé, alors qu’il suffit de consulter l’éti­
quette pour se rendre compte qu’elles sont
trop sucrées. Elles contiennent 50 à 75 %
de glucides dont un pourcentage important
de sucres simples, ce qui équivaut à près
d’un demi-sucrier… Cela a pour consé­
quence de faire monter très rapide­ment le
taux de sucre (glucose) dans le sang, ce qui
engendre une sécrétion d’insuline parfois
responsable d’une dimi­nu­tion excessive de
la glycémie et d’une sensation de faim.
Cette sensation de faim arrive au milieu de
la matinée… juste pour l’heure de la colla­
tion.
Attention : cela ne signifie pas pour autant
que les céréales doivent être bannies du
petit-déjeuner. Il est préférable de consi­
dérer le pain comme alimentation de base.
Et les céréales peuvent être consommées
de manière occasionnelle.”
LA COLLATION : INDISPENSABLE
OU SUPERFLUE ?
La collation ou ‘10h’ fait de plus en plus
l’objet de discussions auprès des spécia­
listes de la nutrition. Même lorsqu’elle est
saine, la collation ne serait pas indis­
pensable et favoriserait même l’obésité.
Elle donnerait aux enfants la mauvaise
habitude de manger entre les repas et
influencerait l’appétit des petits mangeurs
au moment du repas de midi. En France par
exemple, la possibilité de manger au milieu
de la matinée a été fortement déconseillée
par le Groupe des pédiatres spécialistes de
la nutrition au sein de la Société Française
de pédiatrie. Coïncidence ou pas, la
prévalence de l’obésité infantile chez nos
profil avril 2016 9
ALIMENTATION DES ENFANTS
voisins français a depuis commencé à dimi­
nuer alors que chez nous, elle ne cesse
d’aug­menter.
Récréation ne devrait en effet pas être syno­
nyme de ‘restauration’, selon Marie-Josée
Mozin. Dans certaines écoles, la collation a
été remplacée par la soupe, servie aupara­
vant pendant le repas de midi. “C’est en effet
une excellente manière de fournir aux enfants
une collation saine. Nous avons d’ailleurs fait
une étude sur le sujet comparant une classe
où les enfants prenaient une collation soupe
et une classe où ils prenaient, comme d’habi­
tude, une colla­tion biscuits. Les résul­tats ont
révélé que les enfants en surpoids de la classe
soupe ont vu leur poids diminuer alors que les
enfants en surpoids de la classe biscuits ont
vu leur poids augmenter.”
LE GOÛTER : LE TROISIÈME REPAS
Le goûter doit être considéré comme un
repas à part entière. Ce n’est pas une simple
collation. Il permet notamment d’éviter les
grignotages avant le repas du soir. Sans
goûter, l’enfant est confronté à une trop
longue période sans nourriture et il risque
de surconsommer au souper, ce qui est
source de surcharge pondérale. Pour un
goûter sain et équilibré, rien de tel que du
pain, des fruits et ou un produit laitier.
Marie-Josée Mozin: “Le goûter arrive à un
moment de la journée qui correspond à un pic
d’action de l’insuline. Entre le goûter et le
repas du soir, les enfants sont encore en
action, ne serait-ce que pour faire leurs
devoirs, leur activité sportive ou jouer dehors.
Et cela demande de l’énergie.”
LE MIDI : RECHARGER LES BATTERIES
VOS ENFANTS DÉTESTENT
LES LÉGUMES ? TENEZ BON !
Il y a peu d’enfants qui se jettent sur les
salsifis ou les choux de Bruxelles. Si
votre enfant est dans le cas, sachez qu’il
faut de 5 à 20 tentatives pour faire
appré­­cier une saveur à un enfant. Il faut
donc persévérer. Essayez de présenter le
même légume sous différentes formes :
en purée, gratiné, à la vapeur, poêlé, en
soupe…
N’obligez pas l’enfant
à terminer son assiette.
Les enfants mangent
naturellement à leur faim.
Vous pouvez leur faire
confiance lorsqu’ils vous
disent qu’ils n’ont plus faim.
10 profil avril 2016
Le dîner arrive à un moment de la journée
où il est grand temps de restituer à l’orga­
nisme les ‘nutriments’ (composants alimen­
taires) indispensables à une bonne santé, à
la croissance et au travail à effectuer l’aprèsmidi. Ce repas représente 25 à 30 % des
apports de la journée. Il a donc intérêt à être
bien équilibré ! Pour le composer, prévoyez
un féculent (pain, riz, pâtes), un peu de
beurre, des protéines (viandes froides,
poisson ou fromage), des crudités ou un
potage, un dessert lacté ou un fruit, de l’eau
comme boisson.
Pour bien digérer, mais aussi pour apprendre
à déguster ce que l’on mange, il est
recommandé de prendre au moins 20
minutes, voire même 30 minutes pour dîner.
Comment compos
er une
boîte à tartines sa
ine ?
Accompagnez les
traditionnelles tar
tines
au jambon/froma
ge de
bâtonnets de caro
ttes,
de concombre, de
tomates-cerises, …
ET LE SOUPER ?
Le repas du soir peut être léger, qu’il soit
chaud ou froid. Ce n’est pas la température
du repas qui perturbe le sommeil ou aug­
mente les risques de surcharge pondé­rale.
Quant à l’heure idéale pour prendre ce
dernier repas, elle dépend généralement de
l’organisation familiale. Pris trop tôt, au
retour de l’école pour certains, il laisse le
temps à l’enfant d’avoir faim pendant la
soirée et de grignoter avant le coucher. Pris
trop tard, il peut amener l’enfant à un coucher
tardif qui peut avoir des réper­cussions sur la
qualité de la journée sui­vante.
ent
On considère généralem
oin
bes
ont
s
ant
enf
que les
ée
de 10 g de viande par ann
6
de
ant
enf
un
r
Pou
d’âge.
ans, par exemple, cela
correspond à 60 g de
viande. Pensez aussi à
des
remplacer la viande par
des
produits végétariens et
légumineuses.
mai,
A partir du 10
re.be
uc
-s
xe
fle
re
www.
ssi
au
a
er
vous propos
que
ur
po
ls
ei
ns
des co
angent
vos enfants m
cre !
su
de
ns
moi
SERVICES EN LIGNE
Maarten (26 ans):
“La vie est déjà suffisamment
compliquée pour encore en rajouter.
Pour régler mes formalités de mutuelle,
par exemple, je ne dois pas me soucier des
heures d’ouverture. Je contacte Partena au
moment qui me convient. Je commence par
chercher l’info en ligne, et je décide ensuite si je
passe en agence ou si je les appelle. Grâce
à l’appli pour Smartphone,je peux même
prendre rendez-vous pour un conseil
personnalisé. Facile, clair et rapide,
tout ce que j’aime.”
LE RÉFLEXE ÇA-COULE-DE-SOURCE
Partena vous facilite l’existence
A la Mutualité Partena, nous adoptons le réflexe sain, jour après jour.
Ainsi, nous pouvons toujours améliorer les services que nous vous
rendons, à vous, nos clients. Grâce à des services numériques effi­
caces, par exemple. Ainsi, nous sommes toujours accessibles et de
votre côté, vous réglez vos formalités de mutuelle où et quand vous
le voulez.
“Nous regardons nos services comme vous les voyez”
Kenny Van Bogaert, expert e-business chez Partena, et son équipe,
cherchent jour après jour comment vous faciliter l’existence pour
régler vos formalités de mutuelle :
“Nous avons pris l’habitude de ne pas considérer la mutualité depuis notre propre
perspective, mais regardons notre fonctionnement, tel que nos clients le perçoivent.
Des enquêtes, des interview avec un panel de clients, l’analyse des plaintes reçues
et les retours du personnel de terrain nous aident à nous former une idée aussi
précise et détaillée que possible, de ce que nos clients pensent de nos services. Et
nous adoptons surtout le réflexe de savoir ce que nous pouvons encore améliorer
pour mieux servir nos clients, et comment travailler encore plus efficacement. Ainsi,
nous ne réfléchissons pas seulement aux solutions pour améliorer les choses là où
c’est possible, mais nous allons plus loin en suivant les dernières évolutions de
l’univers numérique pour les appliquer à notre offre de services.
Nous lancerons ainsi prochainement une fonction innovante supplémentaire sur
notre appli Partena : vous prenez une photo d’un document de remboursement d’un
avantage de notre Package d’avantages, et l’envoyez à la mutualité grâce à l’appli.
Ceci vous permettra d’épargner le temps que vous mettiez à nous envoyer le
document par courrier.
Efficace et à la pointe des développements, c’est la conception que nous avons des
services que nous vous rendons.”
profil avril 2016 11
SERVICES EN LIGNE
Connaissez-vous déjà nos services numériques ?
L’APPLI PARTENA : RÉGLEZ VOS FORMALITÉS DE MUTUELLE GRÂCE À VOTRE TÉLÉPHONE MOBILE
Grâce à notre appli mobile pour Android et
iPhone, vous vous connectez facilement en un
clin d’œil chez Partena grâce à votre téléphone
mobile. Vous pouvez ainsi commander des
vignettes, consulter des remboursements sur le
Guichet on-line, et chercher par géolocalisation
une agence près de là où vous vous trouvez.
L’appli vous permet aussi de prendre directement
un rendez-vous avec un conseiller clientèle. Et
en cas d’urgence, vous pouvez aussi compter sur
l’appli : grâce à elle, vous avez tous les numéros
d’urgence sous la main.
DEMANDER UN AVANTAGE
GRÂCE À L’APPLI : SUIVEZ LE GUIDE
départ
Connectez-vous au Guichet on-line grâce à
l’appli, et sélectionnez ‘Demande d’avantage’..
DU
NEUF !
Notre appli s’enrichira bientôt d’une nou­
velle fonction : grâce à l’option “Deman­
der un avantage”, vous pourrez deman­
der vos remboursements pour les
avan­­tages complémentaires, comme la cotisa­­
tion à un club sportif, les lunettes et les lentilles,
les vaccins,…. Avec votre Smartphone vous, prenez
une photo d’un document de rem­
bour­
sement
d’avantages complémentaires, et nous l’envoyez
grâce à l’appli, et nous faisons le reste !
Attention : n’envoyez pas de photos d’attesta­
tions de soins donnés avec cette appli ! Elle n’est
valable que pour les interventions dans le cadre
du Package d’avantages.
Téléchargez l’appli aujourd’hui même dans l’App
Store ou via Google Play. La nouvelle fonction
sera bientôt ajoutée automatique­
ment par des mises à jours.
3
4
Complétez quelques éléments,
afin que nous puissions traiter
efficacement votre demande.
12 profil avril 2016
1
2
Choisissez l’avantage complémentaire voulu. Nous
vous indiquons le(s) document(s) dont nous avons
besoin pour pouvoir traiter votre demande.
5
Prenez une photo du document
complété. Dans l’appli, vous trouverez
des conseils pour prendre la photo de
manière optimale. Si vous avez déjà
une photo dans votre galerie de
photos, vous pouvez l’utiliser.
Indiquez le membre du ménage
pour lequel vous demandez
l’avantage.
6
Un dernier contrôle pour vous
assurer que tous les éléments
sont corrects, et vérifier que le
texte et les montants soient
clairement lisibles.
Vous recevrez un mail de
confirmation après l’envoi.
Après traitement, le
remboursement apparaîtra
dans votre appli.
SERVICES EN LIGNE
DU NEUF SUR LE GUICHET ON-LINE
DES REMBOURSEMENTS ENCORE PLUS CLAIRS
À CONSULTER SUR LE GUICHET ON-LINE
Le relevé des remboursements est encore plus clair sur le
Guichet on-line. Les remboursements sont désormais
groupés de la même manière qu’ils apparaissent sur
votre compte bancaire. Et vous pouvez facilement
télécharger ou imprimer une preuve de remboursement,
sur base de la date de prestation ou de remboursement.
COMMANDEZ RAPIDEMENT EN LIGNE VOTRE
CARTE EUROPÉENNE D’ASSURANCE MALADIE
Vous partez en voyage et avez oublié de demander à
l’avance votre Carte européenne d’assurance maladie
(CEAM) ? Désormais, vous pouvez encore vite demander un
certificat numérique temporaire grâce au Guichet on-line.
Cliquez sur le lien et vous recevrez directement le docu­
ment dans votre e-Box. Vous n’avez pas encore activé votre
e-Box ? Pas de problème, 1 clic suffit pour le faire, et encore
recevoir votre CEAM numérique.
Rapide et tout simple !
AFFILIEZ-VOUS FACILEMENT À UNE NOUVELLE
ASSURANCE
Vous aimeriez vous affilier à une de nos assurances, comme
Ambulatoire, Dentalia Plus, ou Hospitalia ? C’est tout à fait
possible grâce au Guichet on-line. Voyez en un clin d’œil
dans votre dossier de mutualité, qui dans votre ménage
bénéficie déjà de quelles assurance. Si vous voulez vous
affilier à une nouvelle assurance, cliquez sur le lien. Vous
pourrez télécharger immédiatement les documents com­
plé­tés d’avance, ou les recevoir par e-mail.
Vous n’utilisez pas encore le Guichet on-line ? Enregis­
trez-vous aujourd’hui même sur
www.partena-guichetonline.be, et découvrez à quel
point c’est facile !
DES QUESTIONS ? NOS PETITS FILMS VOUS APPORTENT LA RÉPONSE
Partena répond aussi aux questions que vous posez à la mutualité, au travers de petits films. Vous pouvez déjà visualiser
sous cette forme les réponses à une dizaine de questions fréquemment posées à la mutualité. Ces petits films traitent
de thèmes comme l’incapacité de travail, partir en vacances, la séparation, les soins dentaires,
l’hospitalisation et l’Assurance dépendance (Zorgverzekering). A moins que vous ne vouliez voir le
chemin parcouru par vos attestations de soins donnés avant que votre remboursement ne parvienne
sur votre compte ?
Entre nous : nous avons cherché des talents d’acteur au sein de l’entreprise, et les avons trouvés :
tous les intervenants sont des collaborateurs de la Mutualité Partena !
Regardez les petits films sur www.partena-mutualite.be.
profil avril 2016 13
LES PLUS DE PARTENA
QUE FAIRE EN CAS
DE SÉPARATION?
ADAPTEZ VOTRE DOSSIER DE MUTUALITÉ ET RESTEZ
BIEN ASSURÉ
En cas de séparation, il faut accomplir de nombreuses formalités. Y
compris pour votre dossier de mutualité, et éventuellement celui
de vos enfants où des adaptations devront être effectuées.
Le site partena-mutualite.be vous propose sous l’option ‘Que faire
en cas de – séparation’ une brochure pratique condensant toutes
les informations utiles. Nos conseillers clientèle vous aideront à
adapter votre dossier, si nécessaire. Prenez rendez-vous sur notre
site.
Fan de musique ?
Protégez vos oreilles !
Si vous comptez assister à des festivals de musique ou à des
concerts dans les prochains mois, réfléchissez bien à l’avance à
comment vous protéger les oreilles des dommages auditifs. La
Mutualité Partena accorde une intervention pour les bouchons
d’oreilles sur mesure, et vous fait bénéficier, comme client de la
mutualité, d’une réduction chez le spécialiste de l’audition
Laperre.
14 profil avril 2016
Un sentiment de sécurité
Vous aimeriez rester chez vous aussi longtemps que possible,
mais vous vous inquiétez des possibles conséquences d’une
chute ou d’un accident ? Ou vous ne vous sentez plus en
sécurité après être tombé(e) ? Un système d’alarme personnel
constitue la solution idéale pour conserver votre liberté de
mouvement, tout en vous apportant un sentiment de sécurité.
La Mutualité Partena propose un grand choix de systèmes
d’alarme personnels correspondant à différents types de
besoins. En tant que client de la Mutualité Partena, vous pouvez
louer un tel système d’alarme personnel à un tarif avantageux.
PARTENA S’OCCUPE DES
AIDANTS PROCHES
Vous vous occupez d’une personne de votre entourage nécessitant
des soins ? Veillez à vous entourer du soutien nécessaire. Le Ser­
vice Action Sociale de la Mutualité Partena propose des solutions
pratiques et médicales pour améliorer le confort de toutes les
parties associées à la situation de soins. Contactez-nous pour un
conseil personnalisé.
LES PLUS DE PARTENA
RÉDUCTION POUR RÉSERVATION
PRÉCOCE AU PARC MOLENHEIDE
Envie de vous évader un peu ? Les luxueux bungalows du Parc Molenheide vous
attendent. Découvrez la nature des environs à l’occasion d’une promenade ou
d’une balade à vélo, à moins que vous ne préfériez l’action au centre aquatique
Aquapolis ou à la plaine de jeux Kids Valley. Et après une journée bien remplie,
dégustez un excellent repas dans un des restaurants du domaine.
Les clients de la Mutualité Partena bénéficient d’une réduction de 10%
sur un séjour en bungalow des types Comfort Plus ou Omega, ou en maison
Greenhouse. Réservez maintenant et portez votre réduction jusqu’à 22% !
Réservez sur molenheide.be/code/275TP ou formez le T. 011 52 10 44, et
mentionnez le code 275TP. La réduction Partena est appliquée directement
sur la facture.
La réduction ne vaut que pour les réservations du 1/4/2016 au 31/12/2016. Non valable sur les
réservations déjà effectuées.
Davantage de temps, moins de kilos !
La Foodbox de Weight Watchers
Manger chaque jour sainement en utilisant des ingrédients frais, voilà un concept
séduisant. Mais la réalité est souvent tout autre. C’est pourquoi notre partenaire,
Weight Watchers, propose désormais une Foodbox, remplie d’aliments sains pour 2
ou 4 personnes. La Foodbox contient tous les ingrédients d’un repas sain, et des
recettes composées par des diététiciens de Weight Watchers. Pratique si vous voulez
perdre un peu de poids, mais aussi tout simplement une bonne idée pour tous ceux
qui veulent manger sainement et gagner du temps.
Plus d’info sur www.weightwatchers.com/be/fr/foodbox.
PARKING GRATUIT
à l’agence des Blue
Towers à Gand
En tant que client de la Mutualité
Partena, vous pouvez vous garer
gra­tuite­ment à l’agence des Blue
Towers à Gand. Les emplacements
gratuits pour nos clients se trouvent
sur le Parking C, dont l’accès est situé
entre les deux immeubles.
Faites valider votre ticket de parking
à l’accueil.
profil avril 2016 15
L’ALLAITEMENT MATERNEL
L’ALLAITEMENT MATERNEL, év
L’allaitement maternel est un bon
choix pour la maman et son bébé.
Des dispositifs légaux et des aides
diverses existent pour aider les
mamans à allaiter dans de bonnes
conditions de confort, tout en
ayant repris le travail.
Le lait maternel est bon pour bébé. Il contient
beaucoup d’anticorps qui le protégeront dès
la naissance. La maman et l’enfant échangent
constamment des germes, et le lait maternel
apporte au bébé les bons anticorps au bon
moment. Les enfants qui ont reçu un allaite­
ment maternel courent ainsi moins de
risques de connaître plus tard des problèmes
de santé, tels que le diabète, l’obésité et les
allergies. Et parce que le lait maternel a
chaque fois une saveur différente, les bébés
qui en bénéficient sont souvent des enfants
qui mangent ‘facilement’.
BON POUR BÉBÉ, ET POUR MAMAN
L’allaitement maternel est aussi un bon choix
pour les mamans. L’ostéoporose, les cancers
de l’utérus et des ovaires, et certaines formes
de cancer du sein surviennent relativement
moins chez les femmes qui ont allaité. Le lait
maternel est aussi moins cher que le lait en
poudre, et a un moindre impact sur
16 profil avril 2016
l’environne­
ment, dans la mesure où il ne
nécessite ni emballage, ni transport.
AU PLUS LONG, AU MIEUX
Si l’allaitement se passe bien, vous avez tout
intérêt à persévérer. Au cours des six
premiers mois, un bébé n’a en fait besoin de
rien d’autre que d’être allaité. Et jusqu’à
l’âge d’1 an, le lait constitue toujours une
partie essentielle d’une alimentation saine,
à côté des aliments solides sous forme de
fruits et de légumes. Si cela convient à la
maman, elle peut continuer à allaiter jusqu’à
2 ans et demi, ou même plus tard.
DES CONSEILS ET UNE AIDE SUR
MESURE
La décision d’allaiter et pour quelle période
est propre à chaque maman. Quel que soit
votre choix, la Mutualité Partena essaie de
vous faciliter les choses. Si vous souhaitez
continuer à allaiter après avoir repris le
L’ALLAITEMENT MATERNEL
RÉCOLTER SON LAIT : BON POUR MAMAN ET POUR BÉBÉ
Récolter son lait offre davantage de liberté et de flexibilité à la maman qui allaite, aide
à poursuivre l’allaitement plus longtemps, et à le combiner avec une activité pro­
fessionnelle. Voici à quoi être attentive :
•La récolte doit être simple, rapide et indolore.
•Choisissez un matériel de bonne qualité.
•Faites-vous conseiller pour l’utiliser correctement.
•Au début, optez pour une location.
•Une fois que tout se passe bien, vous pouvez envisager d’acheter le matériel.
Les clientes de la Mutualité Partena bénéficient d’un avantage appréciable
chez Boobs-‘n-Burps, un spécialiste de l’allaitement, accordant une grande
importance au conseil personnalisé :
•25% de réduction sur la location d’un tire-lait (médical), et ce pour 6 semaines au
plus.
•10% de réduction sur le set d’allaitement personnel, que vous devez acheter
obligatoirement.
•10% de réduction sur tout l’assortiment.
Comment bénéficier de cet avantage ?
•Présentez une vignette de la mutualité dans une des boutiques Boobs’-n-Burps.
•Sur leur webshop, utilisez le code de réduction PARTENA1516.
Plus d’info sur boobs-n-burps.be.
idemment !
travail, vous pouvez bénéficier de pauses
d’allaitement. Ces pauses vous permettent
de récolter votre lait au travail, dans un local
mis à disposition par l’employeur. Vous
percevrez des indemnités de la mutualité en
compensation du temps consacré à ces
pauses.
Vous pouvez aussi compter sur les services
de nos aides maternelles professionnelles,
qui vous apportent leur aide dans les
premières semaines d’allaitement. A cet
effet, la Mutualité Partena prévoit une belle
intervention allant jusqu’à 150 euros. Vous
pouvez aussi bénéficier des conseils
pro­
fessionnels et personnalisés d’une
sage-femme, que vous pouvez obtenir par
l’intermédiaire de Partena. Ces aides vous
permettent de supporter plus facilement
les désagréments liés au début de l’allaite­
ment pour l’aborder et le pour­suivre avec
succès.
BÉBÉ EST ANNONCÉ ? NE RESTEZ PAS SANS RÉPONSES
À VOS QUESTIONS !
Vous avez de la peine à faire le tri dans la masse d’informations relatives à la grossesse et
à la naissance ? La consultante pour les futurs parents de la Mutualité Partena vous guidera
gracieusement dans les méandres des régimes de congé, indemnités et autres primes. A
partir du sixième mois de grossesse, vous pouvez demander un entretien informatif grâce
au formulaire de contact disponible sur partena-mutualite.be ou depuis le Guichet on-line.
La consultante prendra le temps de vous recevoir, pendant les heures de bureau, dans une
agence Partena, près de chez vous. Vous avez des difficultés à vous libérer en journée ?
Nous pouvons aussi vous adresser ces informations par e-mail.
Saviez-vous qu’en tant que client de la Mutualité Partena, vous bénéficiez de
nombreux avantages bébé ? Découvrez-les tous sur www.partena-mutualite.be !
profil avril 2016 17
SANTÉ - MÉDICAMENTS
Aujourd’hui, la résistance des infections bactériennes aux antibiotiques
est une menace pour la santé publique. Les antibiotiques sont de moins
en moins efficaces parce qu’ils sont trop souvent et mal utilisés. Et parce
que les antibiotiques sont précieux, il faut bien les utiliser !
Utilisez-vous les ANTIBIOTIQUES
à bon escient ?
LES MALADIES INFECTIEUSES SONT
PRINCIPALEMENT CAUSÉES PAR DES
VIRUS ET DES BACTÉRIES
Les antibiotiques sont uniquement effi­
caces contre les bactéries et ne peuvent
donc être utilisés que pour traiter les infec­
tions bactériennes. Ils n’agissent pas contre
les virus. Par exemple, ils n’ont pas d’effet
sur la grippe, le rhume, la bronchite aiguë et
ne permettent pas une guérison plus rapide
de ces affections.
Seul un médecin est capable d’établir le
bon diagnostic et de décider si vous avez
effectivement besoin d’un traitement anti­
biotique. Dans ce cas, il choisira la famille
d’antibiotiques adaptée à votre situation,
sous la forme adéquate et pour la durée
recommandée. Conformez-vous toujours à
la prescription de votre médecin !
À MANIPULER AVEC PRÉCAUTION
Il est important de connaître le phénomène
de résistance aux antibiotiques et de veiller
à une utilisation correcte pour combattre le
problème grandissant de la résistance.
L’utilisation abusive et inappropriée des
anti­biotiques contribue en effet au déve­
loppe­
ment de bactéries qui deviennent
résistantes aux antibiotiques. Avec toutes
les conséquences que cela implique... Si la
résistance augmente, il se pourrait à l’avenir
que des infections bactériennes qui se
soignent actuellement, soient à nouveau
res­
ponsables de décès. Des problèmes
pourraient aussi surgir pour d’autres traite­
ments, par exemple, les prothèses de
hanche, les transplantations,...
LES EFFETS SECONDAIRES
Lorsque vous prenez des antibiotiques, il
peut y avoir des effets secondaires. En effet,
les antibiotiques n’attaquent pas seulement
les bactéries nocives, les bactéries utiles en
souffrent aussi. Consultez votre médecin si
les troubles persistent.
Une réaction allergique aux antibiotiques
peut provoquer des démangeaisons ou des
éruptions cutanées. Heureusement, les
réac­
tions sévères sont rares. Les anti­
bio­
tiques peuvent aussi perturber le fonc­
tionne­ment normal des intestins, provoquer
des lourdeurs d’estomac, une perte d’appé­
tit ou une altération du goût.
Certaines personnes doivent faire parti­cu­
lièrement attention lorsqu’elles prennent
des antibiotiques. Les femmes enceintes ou
les femmes qui allaitent. Les personnes
atteintes d’une maladie des reins ou du foie
doivent également être vigilantes. Si vous
appartenez à l’une de ces catégories à
risques, signalez-le à votre médecin !
Plus d’info sur
www.usagecorrectantibiotiques.be/fr
COMMENT UTILISER CORRECTEMENT LES ANTIBIOTIQUES
•N’utilisez les antibiotiques que s’ils sont nécessaires.
Certaines infections guérissent spontanément après
quelques jours, grâce à votre propre système de défense.
•Ne prenez des antibiotiques que sur prescription d’un
médecin ou d’un dentiste.
•Suivez le traitement de manière précise. Ne sautez jamais
une prise, prenez les quantités prescrites et n’arrêtez pas
votre traitement plus tôt que la durée prescrite, même si
vous vous sentez mieux.
•Ne conservez pas les antibiotiques qui vous restent, mais
ramenez-les à votre pharmacien.
18 profil avril 2016
BOUTIQUE SANTÉ
L’andullation est une technologie innovatrice associant vibrations et chaleur
infrarouge. Ces deux techniques sont utilisées séparément en kinési­
thérapie, notamment. La société hhp a affiné, au cours des 10 dernières
années, l’association des deux dans un matelas à andullation.
Le procédé est très efficace pour combattre les douleurs,
favoriser la récupération après un effort physique, et la relaxation.
La thérapie est adoptée par des professionnels et par un nombre
toujours croissant d’utilisateurs à domicile
Davantage d’énergie
et MOINS DE DOULEURS
grâce à l’andullation de hhp
VIVRE AVEC LA DOULEUR
La douleur peut avoir de grandes conséquences tant psychiques
que physiques sur votre existence. La douleur est source de
crainte et d’évitement. Elle va limiter vos mouvements, ce qui
aggravera l’affection primaire et augmentera la douleur. C’est le
début d’un cercle vicieux.
COMMENT CELA FONCTIONNE-T-IL ?
6%
REMBOURSÉ
S
AVANTAGE EXCLUSIF POUR LES CLIENTS
DE LA MUTUALITÉ PARTENA
ANDUMEDIC®3 de hhp est traversé de vibrations. Les récepteurs
sensitifs de la peau les transforment en signaux électriques. Ces
signaux reçoivent la priorité sur ceux transmis par les récepteurs
de douleurs lorsqu’ils remontent au cerveau, et surpassent ainsi
la sensation de douleur.
Les vibrations activent en outre la production d’énergie intrin­
sèque du corps et stimulent la production d’endorphines. C’est
ce dont le corps a besoin pour combattre efficacement la douleur.
L’andullation est une forme de thérapie à domicile qui complète
des traitements non-chirurgicaux, comme les bandages de
soutien, les exercices, les massages, l’ostéopathie, les anti­
douleurs, … L’andullation n’élimine jamais la cause des douleurs.
Utilisée quotidiennement, elle peut en revanche rendre la
douleur supportable et vous permettre de bouger à nouveau et
de retrouver votre énergie.
1
Cash-back de 6% sur tous les appareils et accessoires
de hhp, indépendamment du lieu d’achat.
Lors de l’achat, précisez que vous êtes affilié auprès de la Mutualité
Partena, et quelques semaines après la livraison, vous percevrez un
remboursement de 6% du montant total de vos achats, par
virement bancaire. Cet avantage vaut jusqu’au 31/12/2016 inclus,
indépendamment du lieu d’achat en Belgique (événement, séance
d’info, kinésithérapeute, boutique hhp).
tensions musculaires grâce
au coussin infrarouge
pour la nuque
2 atténuation des douleurs
2
au dos grâce à l’infrarouge
à trois intensités de chaleur
3
(Les achats chez hhp ne donnent pas droit à la réduction de 10% du Package d’avantages.)
Pour en savoir davantage sur les produits hhp, les événements
autour de l’andullation, les séances d’info sur les douleurs
chroniques et le cash-back de 6%, surfez sur www.partenaboutiquesante.be, ou contactez-nous au T. 09 269 32 70.
1 effet bienfaisant sur les
4
3 vibrations supplémentaires
au niveau du ventre et
du tronc grâce au Belt
Andullator
4 réflexologie stimulante
de la voûte plantaire
profil avril 2016 19
BOUTIQUE SANTÉ
Nous passons en moyenne vingt heures par jour,
à l’intérieur. Des enquêtes ont démontré que
la qualité de l’air à l’intérieur des immeubles
est moindre qu’à l’extérieur. Profitez de l’arrivée
du printemps, et respirez au grand air !
Avez-vous déjà mis le nez dehors aujourd’hui ?
Commencez chaque journée par
dix minutes d’air frais. Ainsi vous
ferez le plein d’énergie pour votre
journée de travail.
Aujourd’hui, nous considérons tout ce qui
se trouve ‘à l’intérieur’ comme notre habitat
naturel, et en sortir est perçu comme un
petit ’événement’. Ce devrait être l’inverse.
A l’origine, nous sommes faits pour la vie à
l’extérieur, mais de nos jours, la radio, la
télé, Internet … nous retiennent toujours
plus à l’intérieur. Nous sortons moins pour
jouer, nous détendre, travailler, nous pro­
mener, faire des courses. Et pourtant, une
bonne portion de lumière naturelle et d’air
frais ne peut qu’augmenter notre énergie, et
profiter à notre santé.
Inspirez et expirez profondément
quand vous êtes dehors, vous aiderez
ainsi votre corps à évacuer
les déchets.
UNE PORTION D’AIR FRAIS
ET SUFFISAMMENT D’AIR FRAIS
Des études démontrent que la lumière
natu­relle est essentielle pour nos processus
naturels. La lumière naturelle augmente la
concentration et aide à éviter et à guérir la
dépression. La lumière naturelle a même un
effet positif sur la combustion des graisses.
En plus, à chaque exposition au soleil, vous
emmagasinez une portion gratuite de vita­
mine D, indispensables pour votre résis­
tance, la prise de calcium et les activités
anti-tumorales.
Nous sommes naturellement prépro­grammés
pour évaluer l’heure qu’il est grâce à la
lumière du jour. Le matin, il y a une relative
abondance de ‘lumière bleue’, un signal
pour l’organisme qu’il doit se préparer pour
la journée. Dans les bureaux, la concen­
tration de lumière bleue est le plus souvent
peu élevée, ce qui incite votre corps à
‘penser’ qu’il est temps d’aller dormir. Ceci
explique que vous puissiez parfois vous
sentir sans énergie ou somnolent.
L’excellente isolation des immeubles
modernes présente aussi des inconvénients :
parce qu’il n’y a plus de ventilation naturelle,
la qualité de l’air à l’intérieur est souvent
médiocre. Notre corps est pourtant dépen­
dant de l’oxygène. Le sang bien oxygéné
nourrit les organes et les cellules. Un corps
bien alimenté en oxygène peut mieux
fonctionner et évacuer plus facile­ment les
déchets. Si vous vivez et travaillez beaucoup
à l’intérieur, veillez à sortir de temps en
temps, et à aérer suffisamment les locaux
que vous occupez.
Améliorez le climat intérieur
chez vous : ventilez si possible 24h
par jour et veillez à la propreté
de votre lieu de vie.
AUTONOME ET EN SÉCURITÉ À L’EXTÉRIEUR
20 profil avril 2016
PROMO!
Lorsqu’il devient plus difficile de se déplacer,
un déambulateur à 4 roues ou un scooter
électrique peuvent vous aider à conserver
votre liberté de mouvement. Il existe de
nombreux modèles, comme des déam­bu­
lateurs légers et pliables, faciles à
empor­ter en voiture. Peut-être pouvezvous prétendre à une intervention de
l’INAMI pour l’achat d’un teI outil. Infor­
mez-vous auprès de la mutualité.
Ne passez pas inaperçu
avec une canne de marche légère
en aluminium, couleur bonbon.
Déambulateur à 4 roues, à partir de 117
euros* (non-membres : 130 euros). Vous
pouvez aussi vous adresser à la Boutique
santé Partena pour un Scoot-mobile.
Cannes de marche Sabi,
maintenant à 39,15 euros*
(non-membres : 43,50 euros) au
lieu de 50 euros!
BOUTIQUE SANTÉ
À VÉLO ...
en s’amusant
Rien de tel qu’une trottinette pour
accompagner les ‘grandes personnes’ dans
leurs sorties à vélo. Trottinette Kiddimoto,
Prix : 71,96 euros* (non-membres : 79,95 euros).
En sécurité à vélo ?
Sans problème grâce à ces casques
vélo ‘canailles’ pour les petits pirates
des pistes cyclables.
Prix : 29,25 euros* (non-membres :
32,50 euros).
IT DE
NT AVEC K
MAINTENA
RATUIT
G
A
N
RS PARTE
RÉFLECTEU
* La réduction pour les membres vaut en cas de paiement régulier des cotisations mutuellistes au Package d’avantages. Le prix mentionné pour les clients de la Mutualité
Partena inclut la réduction de 10% et les promotions temporaires. Toutes les promotions sont valables jusqu’au 30 juin inclus, ou jusqu’à épuisement du stock.
Nutcase : Love your brain
Pour les adultes aussi, un solide casque vélo n’est
pas un luxe superflu. Choisissez-en un auquel vous
pourrez vous fier, et qui s’accorde à votre
personnalité.
Prix : 68,35 euros* (non-membres : 75,95 euros).
PROTÉGEZ VOTRE PEAU QUAND VOUS PROFITEZ DU SOLEIL
Gamme de laits solaires Apivita, maintenant avec double réduction 10% + 10% !
PROMO!
RÉDUCTION
DE
10%
+ 10%
Crème solaire Apivita pour enfants
SPF50 100ml : GRATUITS, shampoing
et après-shampoing à la grenade
250ml d’une valeur de 12,95 euros.
Prix : 20,70 euros* (non-membres :
23 euros).
SHAMPOING
ET APRÈSSHAMPOING
GRATUITS
LES PLAISIRS DE L’EAU POUR LES PETITS (ET LES PLUS GRANDS)
Ce sac de portage pour bébé en néoprène vous permet d’aller en toute sécurité
à la piscine, avec votre petit bout. Le sac flotte sans que vous ayez à le porter, ce qui
vous libère les mains pour aider bébé à s’acclimater au milieu liquide. Le néoprène
n’absorbe pas d’eau, ce qui permet au sac de portage de rester léger et confortable.
Prix : 62,96 euros* (non-membres : 69,95 euros)
Pour les bambins à partir d’1 an, avides de découvertes en solo.
Gilet pour la nage en néoprène, 44,96 euros* (non-membres : 49,95 euros)
(ATTENTION : ce gilet pour la nage n’est pas un gilet de sauvetage,
c’est une aide à la flottaison. Convient uniquement à une utilisation
en piscine, et sous surveillance parentale.)
profil avril 2016 21
BOUTIQUE SANTÉ
Sortez de chez vous l’esprit tranquille
Système de traçage WeCare
Vous êtes inquiet à l’idée qu’un de vos enfants, une personne âgée de votre
entourage, ou un proche présentant des problèmes de démence sorte sans être
accompagné ? WeCare vous ôte ce souci. WeCare est un système d’alarme
personnel, associé à un système de traçage GPS. L’utilisateur porte le traceur
GPS WeCare accroché à son trousseau de clés, à son sac à mains, son cartable,
son vélo ou son déambulateur. L’appli Smartphone associée vous permet de
trouver le porteur à tout moment.
NOTIFICATION AUTOMATIQUE DE LOCALISATION
ALARME SOS EN SITUATIONS D’URGENCE
Si le porteur presse le bouton SOS, un message
précisant sa localisation est immédiatement envoyé
vers 1 numéro.
ZONE DE SÉCURITÉ
Définissez une ou plusieurs ‘zones de sécurité’.
Vous recevez un message lorsque le porteur quitte la zone.
LIAISON TÉLÉPHONIQUE
Vous pouvez appeler le traceur WeCare avec votre Smartphone.
Le porteur entend une tonalité, et après 2 secondes, la liaison
téléphonique est établie automatiquement.
POURQUOI LA BOUTIQUE SANTÉ PARTENA CHOISIT-ELLE WECARE ?
✔
Très fiable : classe de GPS la plus élevée
✔
Avantageux à l’achat : seulement 71,95 euros* (non-membres : 79,95 euros)
✔
Système de prépaiement plutôt qu’un abonnement (4,99 euros pour 1 mois)
✔
Norme la plus élevée de sécurisation des données
✔
Fonctionne partout en Europe sans surcoût
✔
Logiciel facile à utiliser & appli gratuite pour Smartphone et tablette
✔
Idéal si vous n’avez pas besoin d’un suivi par une centrale d’alarme
VOUS TROUVEREZ ENCORE BIEN D’AUTRES PRODUITS À LA BOUTIQUE SANTÉ PARTENA
Faites vos achats en ligne, contactez-nous pour un conseil personnalisé, ou passez nous
rendre visite à Gand.
• Surfez sur www. partena-boutiquesante.be.
• Appelez les conseillers de la Boutique santé Partena au T. 09 269 32 70.
• Visitez la Boutique santé à Gand (Sluisweg 2, 9000 Gent).
22 profil avril 2016
*La réduction pour les membres vaut en cas de paiement régulier des cotisations mutuellistes au Package d’avantages. Le prix mentionné pour les clients de la Mutualité
Partena inclut la réduction de 10% et les promotions temporaires. Toutes les promotions sont valables jusqu’au 30 juin inclus, ou jusqu’à épuisement du stock.
Le traceur WeCare envoie automatiquement les localisations
à l’appli Smartphone. Si le porteur se déplace, la localisation
est transmise toutes les 60 secondes, et s’il est à l’arrêt,
toutes les 30 minutes.
COIN LECTURE
Des livres des Editions
RACINE et des Editions
LANNOO à prix avantageux
sur la Boutique en ligne
LANNOO
Commandez de chez vous vos livres
favoris via la boutique en ligne des
Editions LANNOO et bénéficiez d’une
appréciable réduc­tion Partena !
Comme client de la Mutualité Partena,
vous bénéficiez de 15 % de
réduction sur tous les produits
commandés.
MODÈLES COOL POUR ENFANTS
SURFONS TRANQUILLE 3.0
Douze modèles et de nombreux
accessoires
Déjouez les pièges du web
Après le grand succès de ses livres précé­
dents, dont Modèles chics pour enfants,
Catharine Deweerdt déborde toujours
d’imagination. Pour Modèles cool, elle a
conçu 11 modèles de base faciles à porter
et à coudre, avec plusieurs variations pour
chaque saison. Un manuel impeccable tant
pour les cou­turières débutantes que pour
les che­
vronnées, avec des explications
détaillées pas à pas, des descriptions claires
et 2 planches de patrons avec tous les
modèles en tailles réelles de 2 à 12 ans.
Modèles cool pour enfants - Catharine
Deweerdt - EAN : 9789401425681
€ 25,49 au lieu de € 29,99
Pour bénéficier de votre réduction,
passez commande sur
www.lannooshop.com/partena.
Vous pouvez aussi consulter le site
des Editions Racine pour plus d’info
sur les ouvrages dis­ponibles.
Internet est devenu l’outil incontournable
pour l’organisation de nos loisirs ou encore
pour la gestion de notre vie quotidienne. Il
est aussi désormais le principal outil de
communication de la planète. Mais qui en
connait vraiment les dangers ? En vous
aidant à trouver le bon mot de passe, à bien
choisir votre antivirus, à acquérir les bons
réflexes derrière le clavier, cet ouvrage vous
permettra de profiter de ce formidable outil
en toute sécurité. Divisé en deux grands
chapitres (La Sécurité et Les Arnaques),
cette version mise à jour vous fera découvrir
les bons conseils pour configurer vos outils
numériques, vous aide à profiter sans risque
des réseaux sociaux et vous donnera de
nombreux trucs pour déjouer les pièges
tendus par les acteurs malveillants qui
sévissent sur le Net.
Surfons tranquille 3.0 - Olivier Bogaert,
288 p. - EAN : 9782873869557
€ 12,71 au lieu de € 14,95
LUDICTIONNAIRE
Le rire est un signal de
de stress qui laisse des strass
Adultère: fourberie d’escarpins
Bourrelets : dégâts chocollatéraux
Cougar: dérèglement de la mature
Guillotine: hachoir-minute pour
grosses légumes
Obama (Barack): vedette de la série
télé ”Desperate house white’’
Union Européenne: alliées nations
D’où vient l’expression populaire ‘’Avoir le cul entre 2 chaises’’ ?
Comment Jacques Brel copia tout le répertoire de Cloclo? Pour­
quoi Laurent Ruquier a chanté ‘’Mes amis, mes zemmours, mes
emmer­des’’ ? Qui de l’œuf ou de la poule est venu le premier?
Comment Christophe Colomb, l’un des meilleurs navigateurs,
quel­que part entre Noé et Explorer Windows 95, a-t-il appris à
nager? Ce Ludictionnaire réunit les définitions de mots que vous
croyiez connaître et que vous allez redécouvrir, des définitions
que vous ne trouverez ni chez Robert, ni chez Larousse, ni sur
Wikipedia, et qui ‘’chambouleverseront’’ vos connaissances de la
langue française.
Ludictionnaire - Bruno Coppens, 160 p. - EAN : 9782873869502
€ 12,71 au lieu de € 14,95
LA VÉRITÉ SORT DES DROITS DE L’ENFANT
Les droits de l’enfant sont partout : au coin de la rue et du bout du
monde, à la maison et à l’école, sur un terrain de football et même
dans la sagesse populaire... La vérité sort des droits de l’enfant vous
plonge au coeur des principes et des valeurs défendus dans le texte
de la Convention internationale des droits de l’enfant par le biais de
dictons et de proverbes célèbres, redéfinis et illustrés par des
enfants. Né de la collaboration avec Alexandra Ghyoot, ce livre doit
servir à mieux comprendre et apprivoiser les droits de l’enfant pour
apprendre sur soi et les autres tout en s’amusant.
La vérité sort des droits de l’enfant - Bernard Devos, 128 p.
EAN : 9782873869014
€ 8,46 au lieu de € 9,95
La BOUTIQUE EN LIGNE LANNOO expédie vos commandes en Belgique pour seule­ment 2,50 euros par envoi. Si vous comman­dez plusieurs ouvrages
et que votre colis soit relativement lourd, vous ne paierez malgré tout que 2,50 euros ! Le module de paiement en ligne est sécurisé et on ne peut
plus sûr. Vous avez encore des questions sur cette formule ? Posez-les en adressant un e-mail à [email protected] lannooshop. be, ou formez le T. 051 42 42 72.
profil avril 2016 23
AIDE À DOMICILE
Une maison bien rangée et
toute propre vous procure
un sentiment de sérénité.
Une bonne collaboration avec
vos aide-ménagères contribue
à ce que le travail fourni soit
impeccable.
Comptez sur Partena Aide à domicile
Une maison toute propre sans soucis
PLANIFIEZ LES PRESTATIONS GRÂCE AU GUICHET ON-LINE
Le Guichet on-line Partena vous permet de consulter aisément le
planning de votre aide-ménagère, et de noter vos vacances dans le
calendrier. Vous voulez que votre aide-ménagère ne passe pas
pendant vos vacances, et récupérer les heures à un autre moment ?
Ou vous souhaitez demander quelques heures de prestations en
plus ? Rien de plus simple avec le Guichet on-line ! Des questions ?
Votre équipe de consultants se tient à votre disposition.
www.partena-guichetonline.be
UNE DÉDUCTION FISCALE ACCRUE AVEC 2 NUMÉROS
D’UTILISATEUR
Si vous utilisez les services d’une aide-ménagère dans le cadre des
titres-services, vous bénéficiez d’une déduction fiscale ou d’une
diminution d’impôts. Le montant est de 1,35 euro par titre-service
dans la Région de Bruxelles-Capitale, de 2,70 euros en Région
flamande, et de 0,90 euro en Région wallonne. Cette réduction vaut
pour les 155 premiers titres-services.
Si vous utilisez plus de 155 titres-services par an, commandez donc
des titres-services supplémentaires au nom de votre partenaire. En
effet, la limite de 155 titres-services avec déduction fiscale vaut par
personne. En prenant 2 numéros d’utilisateur au sein de votre ménage,
vous optimiserez votre avantage fiscal pour les titres-services.
Pour ce faire, il vous suffit d’enregistrer un nouvel utilisateur sur le
site de Sodexo, et de communiquer le nouveau numéro d’utilisateur
à votre consultant et à votre aide-ménagère. Ainsi, les prestations de
votre aide-ménagère seront enregistrées sous le numéro correct, et
le paiement pourra être effectué rapidement.
Grâce au Guichet on-line, vous pouvez vérifier le
nombre de titres-services qui ont déjà été traités.
CE QUE VOUS POUVEZ ET NE POUVEZ PAS
ATTENDRE DE VOTRE AIDE-MÉNAGÈRE
Nos aide-ménagères peuvent être employées à l’intérieur
comme à l’extérieur. Elles ne peuvent exécuter aucune tâche
dangereuse, insalubre ou inadaptée. Ainsi, nous évitons les
maux de dos chez nos aide-ménagères et pouvons assurer la
continuité de nos services.
Si vous avez des doutes sur la possibilité d’effectuer une tâche
précise, demandez conseil à vos consultants.
•Nettoyer (passer l’aspirateur, le torchon, récurer, épousseter ...)
•Préparer les repas
•Faire de petits travaux de couture
•Repasser
•Nettoyer les volets
•Nettoyer les terrasses
•Nettoyer les fenêtres
•Nettoyer les parties communes d’immeubles (escaliers,
couloirs, ...), les cabinets de professions libérales, les locaux
commerciaux
•S’occuper ou soigner des enfants ou des animaux
domestiques.
•Effectuer des travaux de jardinage
Vous n’avez pas encore d’aide-ménagère de Partena ?
Vous pouvez en demander une :
• en ligne sur www.partena-aideadomicile.be
• ou formez le T. 0800 17 800
Vous pouvez aussi faire travailler votre aide-ménagère actuelle
chez Partena !
24 profil avril 2016
•Utiliser de l’ammoniaque ou d’autres produits mordants
•Travailler à l’extérieur dans la pluie, la neige, le grand froid
ou des chaleurs extrêmes
•Déplacer des meubles, des tapis ou des sacs poubelles trop
lourds
LES GENS DE PARTENA
“A chaque fois, c’est émouvant de voir
un enfant nous quitter pour aller à l’école”
Derrière le large éventail de services de soins, de confort et de santé pro­
po­sé par Partena, des équipes de collaborateurs compétents et enthou­
siastes aux multiples facettes sont à l’œuvre. Nous sommes heureux de
vous les présenter.
“Chez Partena Accueil de la petite enfance, je m’occupe de l’encadrement des puéricultrices.
J’assure un suivi scrupuleux des crèches et veille à la qualité de nos services. Des réunions
d’équipes mensuelles me permettent de garder un contact étroit avec les puéricultrices.
En étant à leur écoute et en les coachant, je veille à ce qu’elles travaillent avec plaisir et
enthousiasme.”
FICHE D’IDENTITÉ
Qui Katrien Van Lippevelde
Travaillant avec plaisir Superviseuse
pour les crèches en région gantoise
Parce que “Je participe au développe­
ment de nos crèches et en éprouve
de la fierté”
“Mon travail est très varié et me procure des satisfactions équivalentes sous toutes ses
facettes. J’aime coacher les puéricultrices, et contribuer à mettre en pratique et à soutenir
nos valeurs pour proposer des solutions d’accueil de qualité. J’apprécie aussi beaucoup le
contact avec les parents et les enfants. Cela procure toujours un sentiment particulier et
émouvant de voir un enfant, dont on s’est occupé pendant des années, nous quitter pour
aller à l’école. Ceci signifie aussi que nous devons aussi prendre congé des parents avec
lesquels nous avons noué des liens au fil des années.”
“Le plus grand défi dans mon travail consiste à bien répartir notre personnel dans nos
différentes crèches. Répartir les nouvelles inscriptions et voir comment affecter au mieux
le personnel en fonction des besoins : c’est un éternel recommencement. Dans ces
moments-là, mes collègues superviseuses et moi unissons nos efforts. Cet esprit d’équipe
me motive et m’inspire constamment pour construire, tous ensemble, ces lieux d’accueil
des plus petits dont nous pouvons être légitimement fiers.”
profil avril 2016 25
“Je n’attends plus rien ...”
Près de la moitié (46 %) des seniors en Belgique se sentent seuls. C’est
ce qu’il ressort d’une étude réalisée à la demande de la Fondation Roi
Baudouin par l’Université de Liège et la KU Leuven. Rompre l’isolement
des personnes âgées doit se faire au quotidien… et ensemble.
D’ici 2020, plus d’un million de personnes âgées souffriront de solitude, en Belgique. C’est
dans le groupe des plus de 85 ans que le sentiment de solitude est le plus élevé. Les
personnes solitaires et socialement isolées sont plus nombreuses parmi les femmes, les
veufs et les veuves, les personnes âgées souffrant de problèmes de santé ou qui peinent à
joindre les deux bouts..
DES FAMILLES ÉCLATÉES
L’éclatement de la famille est la première cause d’isolement chez les seniors. En effet, un
tiers des personnes âgées expliquent leur sentiment de solitude par la mort de leur conjoint
et un autre tiers, par l’éloignement de leurs enfants. Ce phénomène est particulièrement
fréquent chez les femmes, du fait de leur plus grande longévité. Seule une femme sur cinq
est toujours en couple après 75 ans. De plus, les femmes seules sont plus enclines à se
sentir isolées, car leur vie d’adulte a été davantage centrée autour de leur famille, désormais
dispersée.
S’occuper d’un conjoint malade peut aussi amplifier l’isolement. En effet, le temps et
l’énergie consacrés au conjoint sont autant de temps et d’énergie indisponibles pour
entretenir son réseau social. La perte d’autonomie est aussi un élément important. Un
mauvais état de santé mène souvent à une peur de sortir de chez soi, de dépendre des
autres ou tout simplement de déranger. Comment se déplacer lorsqu’on n’a plus de permis
de conduire et que le premier arrêt de bus est à deux kilomètres ? La perte d’autonomie
implique une perte de confiance en soi, en ses capacités qui conduit à un plus grand repli.
Et lorsqu’on sait que 40 % des plus de 65 ans esseulés vivent dans la précarité et survivent
avec un revenu mensuel inférieur à 1.200 euros, on comprend combien il peut être difficile
pour eux de participer à des activités, de se déplacer et d’avoir une vie sociale.
26 profil avril 2016
LA SOLITUDE DES PERSONNES ÂGÉES
UN PROBLÈME DE SANTÉ
Selon diverses études sur les personnes âgées, la solitude représenterait “un risque
sanitaire majeur”*. Elle serait à l’origine d’une “augmentation du risque de mortalité com­
pa­rable à celle des fumeurs”* et serait même “deux fois plus dangereuse que l’obésité”*.
De nombreuses maladies sont liées à la solitude. Elle augmente les risques de dépression
voire même de suicide, de régression, d’hypertension, d’arthrite, de diabète de type II, de
maladies cardiaques,… D’autres études mettent également en avant les risques de
tabagisme, d’alcoolisme et surtout de suicide.
Et à tout cela, il faut ajouter encore le manque d’entrain à sortir, se nourrir correctement ou
simplement se soigner. On ne voit pas l’utilité de se laver et de s’habiller, puisque de toute
façon, on ne verra quand même personne de la journée.
DE NOUVELLES FORMES DE PARTAGE DE L’HABITAT CONTRE LA SOLITUDE
Le logement intergénérationnel est une pratique en essor et une bonne alternative à la
solitude. Par exemple, l’habitat kangourou qui nous vient tout droit d’Australie, et qui prend
de l’ampleur chez nous. Il peut se comprendre comme “un projet de vie qui permet
d’entretenir ou de créer la solidarité entre les générations en faisant vivre sous le même
toit, moyennant deux espaces de vie indépendants, un senior et un jeune ou une famille.”
L’objectif est de faire cohabiter un étudiant et une personne âgée. L’aîné invite un étudiant
à partager son foyer, soit à titre gracieux, soit moyennant une faible participation financière.
Les personnes âgées ont au quotidien de la compagnie et en contrepartie, l’étudiant assure
une présence, et rend de menus services : faire les courses, ramasser le courrier, lecture de
documents administratifs, un peu de cuisine,…
L’asbl Abbeyfield Belgium, créée en 1996, a pour but de mettre en place un nouveau type
de logements destinés aux aînés et qui font partie de ces logements alternatifs dits ‘Habitats
Groupés’.
Vous vous occupez d’une
personne âgée ?
N’oubliez pas de vous
occuper de vous aussi.
Téléchargez la brochure Autonomie sur
partena-mutualite.be, ou prenez rendezvous avec notre Service Action Sociale
pour voir de quelle façon nous pouvons
vous aider.
A moins que vous ne préfériez consacrer
un peu de temps à vous investir comme
bénévole. Notre partenaire Solidariteit
voor het Gezin cherche toujours des
béné­voles disposés à accompagner des
personnes d’âge avancé ou en perte
d’auto­
nomie. Signalez-nous si cette
opportunité vous intéresse, et nous vous
mettrons en relation avec notre par­
tenaire.
Ce projet est une manière de remédier aux problèmes économiques et de rompre avec
l’isolement social des personnes âgées. Les maisons fonctionnent selon le principe de
l’autogestion. Ce sont les habitants eux-mêmes qui prennent en charge la gestion de l’entre­
tien des locaux, la préparation des repas, l’administratif, etc. selon les affinités de chacun.
*J. Olien, “La solitude nuit gravement à la santé”
Pour de plus amples informations sur les habitats alternatifs pour les aînés :
www.habitat-groupe.be.
“ Je n’ai plus le courage de sortir seule …”
Maria à 86 ans. Elle a perdu son mari il y a 5 ans. Depuis, elle vit seule
dans une petite maison qu’elle trouve bien trop grande.
“Michel est parti le 12 juin 2010… Je le soignais à la maison, car il ne voulait pas aller en
maison de repos et de soins ni à l’hôpital. Une infirmière, un médecin et une aide familiale
passaient pratiquement tous les jours. Mais pour Michel, ma présence était nécessaire tous
les jours, toute la journée et toutes les nuits. Nous n’avons pas eu d’enfants, j’étais donc
seule pour m’occuper de tout. Avant sa maladie, qui a duré 4 ans, nous avions des amis avec
lesquels nous faisions de petites sorties et qui passaient régulièrement à la maison. Mais les
4 années que j’ai consacrées à Michel m’ont éloignée petit à petit de tout contact social. Je
ne pouvais plus recevoir personne et pas question de sorties ! A la mort de Michel, je me suis
retrouvée seule. Bien sûr, à l’enterrement, tout le monde était là, mais après… C’est vrai que
la tristesse, le sentiment de vide, mais aussi la fatigue de ces 4 années : j’avais envie de vivre
ça toute seule. Et petit à petit, je me suis retrouvée vraiment toute seule. Les voisins ne se
préoccupent pas du tout de la situation. A peine un bonjour ! Mes amies sont parties, elles
aussi, et je n’ai plus le courage de sortir seule… L’âge est là. Vous êtes la première personne
à qui je parle depuis une semaine et demi. Les 3 seules personnes que je vois de temps en
temps sont le facteur, le docteur et l’infirmière qui vient une fois par semaine. Mais ils n’ont
pas toujours le temps de s’éterniser. Alors je passe mes journées à lire (heureusement ma
vue est encore convenable), faire quelques mots croisés et regarder la télévision. Parfois je
déprime et je me dis que mon seul avenir est d’attendre la mort.”
HESTIA, une présence à
domicile
Il s’agit d’un projet d’accompagnement à
domicile développé par la Croix-Rouge
de Belgique, et s’adressant prioritaire­
ment aux plus de 65 ans exprimant un
sentiment de solitude. Des bénévoles
rendent une visite hebdomadaire de 2
ou 3 heures aux personnes âgées
souffrant de solitude, et partagent avec
elles des moments de convivialité,
d’écoute et d’échange. De la simple
visite de courtoisie autour d’une tasse
de café en passant par de la lecture ou
encore une petite excursion, une
promenade, de petits services…
Plus d’info sur www.croix-rouge.be
profil avril 2016 27
MALADIES CHRONIQUES
La maladie chronique au quotidien
La maladie chronique peut se vivre comme une fatalité, permanente et
intrusive. Cependant, chaque personne atteinte se construit en fonction
de sa pathologie et développe ses propres armes, sinon pour la vaincre,
du moins pour en atténuer les effets physiques et psychiques. Florence
et Bastien présentent leur quotidien avec la maladie et les barrières
qu’ils lui opposent.
Florence, 38 ans,
atteinte de spondylarthrite ankylosante (SA)
Maladie auto-immune, la spondylarthrite est un rhumatisme inflammatoire dou­lou­reux
localisé le plus souvent à la colonne vertébrale et aux articulations sacro-iliaques du
bassin. Les premiers symptômes apparaissent souvent avant l’âge de 30 ans.
“La maladie s’est déclarée quand j’avais 22 ans et se manifeste par crises. Actuellement,
j’en ai une depuis 3 mois. Je prends quotidiennement des anti-inflammatoires et des
antidouleurs, je fais beaucoup de séances de kiné. Parfois, j’ai tellement mal que j’ai
envie de frapper les murs, je ne peux plus marcher ni soulever quoi que ce soit.
Le soir, souvent, je ne peux plus bouger. Cela nuit évidemment à la vie sociale. Les
gens qui me comprennent et m’acceptent sont précieux. Pendant 6 ans, j’ai suivi un
traitement d’anticorps à m’injecter deux fois par mois. J’y ai mis fin récemment à cause
des effets secondaires, et puis je me pensais guérie. De plus, sous ce traitement, il n’est
pas conseillé de tomber enceinte et je veux au moins pouvoir essayer. C’est aussi un
traitement très cher, qui revient à environ 1000 euros par mois.”
La mutualité à mes côtés !
“Sans l’aide de la mutualité, c’est impossible pour nombre de malades. Par contre, avec
l’intervention de la mutualité, je ne déboursais qu’environ 20 euros par mois, mais pour y
arriver, il faut remplir certains critères et suivre un protocole strict. C’est grâce à ma rhumatologue
que j’y ai eu droit. Elle s’est battue pour moi là où d’autres n’ont pas voulu le faire.
Depuis que j’ai 22 ans, j’ai l’impression d’être enfermée dans un corps de vieille femme. Je suis
sur le qui-vive à l’apparition de la moindre douleur, car rien ne me dit qu’elle ne va pas empirer
et persister plusieurs mois. Pour me renforcer psychologiquement, je pratique le yoga et la
méditation. J’entraîne mon cerveau à assumer la douleur. Au fond, je reste optimiste, je me dis
que cela va finir par disparaître. Certaines personnes font quelques crises et cela ne réapparaît
plus jamais. Je me dis que cela pourrait m’arriver aussi, pourquoi pas ?”
PARTENA EST À VOS CÔTÉS !
Souffrir d’une maladie chronique ne suffit pas à obtenir un forfait de soins pour maladies
chroniques. Pour en être bénéficiaire, il est nécessaire de répondre à au moins un des
critères suivants :
•Recevoir des prestations de kinésithérapie pour une pathologie lourde
•Bénéficier d’allocations familiales majorées pour un enfant handicapé
•Avoir été hospitalisé au moins 120 jours ou admis 6 fois à l’hôpital au cours de
l’année en cours et de l’année précédente
•Bénéficier d’une allocation d’intégration ou d’une allocation d’aide aux personnes
âgées ou encore, d’une allocation pour aide d’une tierce personne
•Bénéficier d’un forfait pour soins infirmiers B ou C
•Obtenir 12 points à l’échelle de dépendance du Service public fédéral de la Sécurité
sociale
Le montant du forfait varie d’un critère à l’autre.
L’obtention des avantages de ce forfait est automatique. Aucune démarche n’est
nécessaire, la mutualité détecte automatiquement l’existence d’une de ces conditions
dans le dossier du patient.
28 profil avril 2016
MALADIES CHRONIQUES
Bastien, 22 ans,
atteint de mucoviscidose
La mucoviscidose est une maladie géné­tique grave. Le mucus épais bloque les systèmes
respiratoire et digestif. En Bel­gique, une personne sur 20 est porteuse du gène et donc
susceptible de trans­mettre la maladie à ses enfants.
‘’La maladie s’est déclarée quelques jours après ma naissance. Je ne parvenais pas à
évacuer. J’ai subi une opération en urgence. Suite à une analyse de la sueur, on a
détecté la muco. J’ai donc déjà 22 ans de soins à mon actif. J’ai acquis la capacité de
bien les gérer, c’est devenu un automatisme. Cela ne signifie pas que je ne peux pas
péter les plombs.
L’avantage d’avoir vécu cela toute mon existence, c’est mon autonomie par rapport aux
soins. Mon entourage ne se fait aucun souci sur ma responsabilisation, ils me font
confiance, c’est une pression en moins pour eux.
Les soins me prennent 1h30 par jour : 15 minutes d’aérosol, une séance de 30 minutes chez le
kiné (sauf le week-end où je fais les exercices seul), une seconde séance d’aérosol et la prise de
médicaments. Certains m’ont déjà fait la remarque que 1h30 sur 24h, ce n’était pas énorme. Ils
n’ont pas conscience qu’il n’y a jamais de vacances et ne perçoivent pas l’intensité des soins. Le
pire, c’est quand les soins ne font plus d’effet. Mentalement, c’est le plus déstabilisant. Je fais
des efforts quotidiens, j’ai absolument besoin d’en constater les effets positifs. Si les soins ne
font plus d’effet, je dois séjourner à l’hôpital. Cela peut arriver plusieurs fois par an. Je reçois
alors des antibiotiques par intraveineuse pendant 3 semaines, 24h/24. En temps normal, je
vois ma pneumologue une fois par mois.’’
Une aide bienvenue… les associations
‘’Je suis membre de l’association Muco depuis environ 7 ans. L’association m’aide notamment
à financer mes voyages humanitaires. En échange, je rédige un article pour leur bulletin
d’information. L’association m’aide aussi pour l’obtention d’un aérosol de rechange en prêt. J’ai
droit à une allocation de handicapé, au tiers payant et j’ai le statut maladie chronique. J’ai aussi
droit à la carte de réduction de la SNCB.
Pour ce qui est de la vie sociale, le regard des gens peut me rendre mal à l’aise lorsqu’un
symptôme se manifeste. Mes amis, ma petite amie, ont assimilé la matière, d’autres n’y
parviennent pas, même quand on leur explique 10 fois. Il faut à la fois gérer la maladie et être
comme les autres. Un effort permanent de formatage difficile. Mais j’essaie de ne pas vivre mal
l’incompréhension, de ne pas le prendre pour moi. Je laisse couler, je prends mes distances. Ce
n’est pas simple, et cela fait partie, entre autres choses, du travail que je poursuis avec un
psychologue une fois par semaine.’’
LE RÔLE DES ASSOCIATIONS DE PATIENTS
L’association Muco, par exemple, compte environ 1300 affiliés, plus ou moins 99% des
personnes atteintes de mucoviscidose en Belgique. Les aides apportées par cet
organisme sont multiples et couvrent pratiquement tous les aspects de la vie du patient.
Outre l’aspect informatif, et en étroite collaboration avec les 7 centres spécialisés,
l’association Muco octroie, en fonction des moyens de la famille, des aides financières
par rapport au traitement de la maladie et ce qui l’entoure de près ou de loin. Elle
intervient en 3e rang, après l’Inami et les mutualités. L’objectif étant qu’aucun malade ne
soit privé de ce dont il a besoin. Autres pans importants : la défense des intérêts auprès
des décideurs et la recherche. Muco organise ainsi tous les deux ans un appel à projets
pour des recherches appliquées.
www.muco.be
profil avril 2016 29
‘Travailler jusqu’à ma pension ? Très peu pour moi…’
En Belgique, un peu plus de 40 % des travailleurs ne se voient pas continuer à travailler jusqu’à l’âge légal de
la pension. C’est ce que révèle une enquête pour laquelle 1.754 salariés ont été interrogés sur leur santé
physique et mentale. “Le fait que tant de travailleurs ne se voient pas continuer jusqu’à l’âge de la pension
légale est sans aucun doute lié au récent relèvement de l’âge légal de la pension”, précise Hermina Van
Coillie, HR Research Expert.
C’est un fait : nous devrons tous travailler plus longtemps. Mais
quelle en sera l’influence sur notre santé physique et mentale ? Un
peu plus de 40 % des travailleurs belges ne pensent pas être en
état de travailler jusqu’à l’âge légal de la pension en raison de
contraintes physiques trop importantes au travail. C’est 10 % de
plus qu’il y a 2 ans. Selon H. Van Coillie, HR Research Expert chez
Securex, le récent relèvement de l’âge de la pension (de 65 à 67 ans)
influence le résultat. “Toute per­sonne qui se voit soudain obligée
de tra­
vailler 2 ans de plus, s’en sent encore moins capable”,
explique-t-elle. “L’augmen­tation de l’âge moyen du salarié est un
autre facteur : de plus en plus de personnes âgées de 55 ans et plus
sont actives sur le marché du travail.”
Plus de la moitié des sondés pensent qu’ils n’atteindront pas l’âge
de leur pension en raison de la charge mentale. “Le fait que le
travailleur se sente de moins en moins bien dans sa peau provient
de différents fac­teurs”, explique H. Van Coillie. “Nous avons d’une
part, une vie privée bien remplie et d’autre part, une pression
croissante au travail. Le trajet de plus en plus difficile entre le
domicile et le travail laisse également des traces sur la santé
mentale. Et la conscience qu’un arrêt anti­cipé du travail ne sera plus
aussi évident dans le futur, joue aussi un rôle.”
MAUX DE DOS ET MAL DANS VOTRE PEAU ?
Quelles sont les raisons physiques qui rendent l’âge de la pension
difficile à atteindre ?
•40 % des salariés admettent qu’ils ne pourront pas continuer à
travailler jusqu’à leur pension en raison de contraintes physiques
(comme un travail répétitif ou sédentaire).
•Pour 38 %, les conditions de travail physiques (comme trop de
bruit, trop de lumière, température trop élevée ou trop basse)
sont trop mauvaises pour pouvoir continuer à travailler jusqu’à
l’âge de la pension.
•Et 38 % des salariés disent également avoir des habitudes de vie
(manger, dormir et bouger) ne leur permettant pas de continuer à
travailler jusqu’à leur pension.
•La santé physique générale des travailleurs se dégrade aussi.
En 2015, ils se sentent en moins bonne santé qu’en 2013.
Ils souffrent aussi plus souvent d’affections, comme des maux
de dos ou des douleurs à l’épaule.
•De plus en plus de salariés déclarent “ne pas se sentir bien dans
leur peau”. En 2015, 40 % déclaraient ne pas se sentir bien
mentalement, contre 33 % en 2013.
•La charge mentale au travail (comme le stress, le rythme de tra­vail
ou l’intensité de travail) est en cause pour plus de la moitié des
salariés. En 2013, 69 % des salariés pensaient que les conditions
de travail émotionnelles (ambiance, collègues, clients, situations
émouvantes et agression) leur permettaient de tra­vailler jusqu’à
l’âge de la pension. En 2015, ils n’étaient plus que 61 %.
•Seuls 6 salariés sur 10 (61 %) estiment que l’équilibre vie
privée-vie professionnelle actuel leur permet de travailler
jusqu’à l’âge légal de la pension. Ils étaient encore 74 % en 2013.
30 profil avril 2016
LES TRAVAILLEURS PEU QUALIFIÉS ÉPROUVENT
LE PLUS DE DIFFICULTÉS
Les plaintes physiques et mentales sont les plus élevées chez les
travailleurs peu qualifiés, qui sont aussi souvent ceux qui travaillent
depuis le plus longtemps et qui exercent souvent un travail phy­
sique plus lourd. Les ouvriers ont aussi moins de capacité de
contrôle et de possibilités de développement dans leur travail.
VOUS NE VOUS VOYEZ PAS TRAVAILLER
JUSQU’À VOTRE PENSION ?
CES CONSEILS PEUVENT VOUS AIDER.
1. Communiquez avec votre supérieur au sujet des obstacles
éventuels que vous appréhendez.
2. Auto-évaluez-vous : qu’est-ce qui vous donne de l’énergie
et qu’est-ce qui vous en coûte ? A quoi pourriez-vous
accorder encore plus d’énergie dans votre travail et dans
votre vie privée ?
3. Où voudriez-vous vous voir dans cinq ans au niveau
professionnel et de quoi avez-vous besoin pour y
parvenir ? Vous n’avez pas peur de changer de cap ? Vous
avez besoin de faire autre chose de vos journées ? Un
autre horaire peut-il aider ? Aimeriez-vous suivre une
formation bien précise ?
4. Suivez au moins 2 fois par an une formation qui enrichira
vos compétences professionnelles et personnelles. Une
formation ‘mindfulness’ (pleine conscience) peut par
exemple s’avérer très utile si vous êtes particulièrement
sensible au stress.
5. Investissez dans les relations avec vos collègues, car ils
font office de tampon si les choses tournent mal au travail,
et parfois même dans votre vie privée.
6. Puisez de l’énergie dans les contacts éventuels avec des
clients, des patients, des fournisseurs,…
7. Analysez la durée de votre trajet et si la distance entre
votre domicile et votre lieu de travail n’est pas trop
longue. Avec votre supérieur, considérez le travail à
domicile ou en bureau satellite pendant un ou plusieurs
jours par semaine.
8. N’hésitez pas, si nécessaire, à envisager un autre régime
de travail. Vérifiez si vous ne pouvez pas effectuer moins
d’heures ? Vous avez peut-être droit à un crédit-temps ?
9. Si vous remarquez que vous êtes soumis à trop de
pression au travail, vous devez en discuter le plus vite
possible avec votre supérieur.
10.Entraînez votre cerveau : votre cerveau est flexible jusqu’à
la mort. Vous pouvez donc en faire beaucoup plus que ce
que vous ne le pensez, moyennant quelques exercices.
11.Travailler est sain ! L’enquête démontre que plus
longtemps vous travaillez, plus longtemps vous vivez.
12.Vivez sainement, car cela sera également bénéfique pour
votre travail.
DES VACANCES JEUNES POUR TOUS AVEC LA MUTUALITÉ PARTENA
Vous cherchez encore des occupations pour vos enfants
pendant les vacances ? En tant que client de la Mutualité
Partena, vous profitez en outre de très belles réductions sur
des vacances sympas, à l’aventure, créatives et enrichissantes
pour les enfants et jeunes gens de 3 à 26 ans.
En vacances avec …
IDEE KIDS
Idee Kids propose des camps,
organisés et encadrés en
néerlandais, pour les enfants de
3 à 12 ans, et offrant un grand
choix de projets proposant
beaucoup d’activités sportives,
ludiques et de bricolage.
10 euros de réduction.
VACANCES JEUNES
OUTSIDE
Les stages organisés et encadrés
en néerlandais sont centrés sur
les activités sportives pour les 3
à 19 ans, les langues ou la
créativité, le tout baignant dans
une atmosphère d’aventure.
KONING KEVIN
ELEPHANT CAMPS
Koning Kevin organise des
vacances créatives encadrées
en néerlandais pour les enfants
et les jeunes gens de 5 à 26 ans.
Elephant Camps organise des
camps sportifs (longboard,
skateboard, surf sur les vagues)
encadrés en néerlandais pour les
enfants de 7 à 17 ans.
Réduction de 15%.
Jusqu’à 8% de réduction
CHAT BOTTÉ
VACANCES VIVANTES
Le Chat Botté est un centre de
vacances à l’agréable atmosphère
familiale, au Coq-sur-Mer, qui
accueille les enfants et jeunes
gens de 3 à 17 ans.
En Belgique et à l’étranger. Vacances Vivantes organise
des séjours pour les 3 à 18 ans, où vos enfants
appren­dront à vivre et à s’exprimer au sein d’un
groupe et à s’épanouir socialement.
Kids’ Days en néerlandais, sans
hébergement pour les 3 à 14 ans.
10% de réduction.
10% de réduction.
Jusqu’à 30% de réduction. Réduction
de 2 euros par jour pour les Kids’ Days.
SÉJOURS LINGUISTIQUES
ROELAND
Séjours linguistiques en néerlandais
et en anglais en Flandre et en GrandeBretagne pour les enfants et jeunes
gens de 9 à 19 ans, pour un
apprentissage créatif des langues.
Jusqu’à 30 euros de réduction
Avantage supplémentaire Partena
• Outre la réduction accordée par les organisateurs des activités et séjours, vous bénéficiez, grâce au Package
d’avantages, d’un remboursement annuel de 40 euros par enfant pour les activités s’étendant sur plusieurs jours.
Téléchargez le formulaire de remboursement sur le site de la mutualité.
• Une attestation fiscale est délivrée par l’organisateur pour chaque participant jusqu’à 11 ans accomplis.
La déductibilité fiscale est limité à 11,20 euros par jour.
Vous trouverez les modalités de réservation et comment bénéficier des réductions sur
www.partena-mutualite.be/camps.
profil avril 2016 31
Passer un bon moment au Coq
L’Hôtel Astoria est un charmant hôtel construit en 1930 au cœur du village pittoresque du
Coq-sur-Mer (De Haan). Récemment rénové, il répond, avec son environnement boisé et
son style art-déco, aux exigences modernes de confort. Le tout à proximité immédiate de
nombreux itinéraires de promenades, à découvrir à pied ou à vélo. Les enfants ne s’y
ennuieront pas une seconde, et pourront pleinement profiter des plages et des plaines de
jeux pendant les vacances scolaires. Et si un jour, le temps n’était pas de la partie, ils
pourront s’amuser sans compter dans la salle de jeux de l’hôtel.
Réduction Partena de 20%. En tant que client de la Mutualité Partena, vous béné­
ficiez toujours de 20% de réduction sur le prix de la chambre avec petit-déjeuner.*
Avantage supplémentaire en mai et juin. En cas de séjour d’au moins 4 nuits en
demi-pension : aussi 20% de réduction sur le buffet du soir. Valable pour tout
séjour entre le 16 mai et le 30 juin.
Promotion d’été : enfants gratuits. Hébergement gratuit (dans la chambre des
parents) et petit-déjeuner à 8 euros pour les enfants jusqu’à 12 ans. Valable pour
tout séjour entre le 1er et le 15 juillet, et entre le 15 et le 31 août 2016.
PLUS D’INFO OU VOUS SOUHAITEZ RÉSERVER ?
Hôtel Astoria, Leopoldlaan 7, 8420 De Haan - T. 059 24 24 11 - www.hotelastoria.be
SENIOR DEPARTMENT Pour épicuriens à partir de 50 ans.
Bénéficiez des offres avantageuses de la Mutualité Partena en collaboration avec notre partenaire Senior Department (Lic. A 1802)
Découverte de Prague
et de la Bohême du Sud
Du 18 au 25 septembre 2016
Circuit en autocar à partir de Bruxelles avec séjour
à Nüremberg (1n), Prague (4n) et České Budějovice (2n).
Circuit culturel à travers 4 régions
exceptionnelles de Chine
du 13 au 25 octobre 2016
Séjour à Shanghai (2n), Xi’an (3n), Longji (1n), Yangshuo (2n) et
Pékin (2n).
Les points forts de votre voyage : Shanghai : le quartier Yuyuan, le
Bouddha de Jade, le Bund, les anciennes concessions françaises,
une croisière en bateau sur la rivière Huangpu. Xi’an : découverte
des anciens remparts en bicyclette, visite du site de l’armée de
terre cuite. Région montagneuse de la province du Guangxi : visite
du petit village Yao, randonnée en vélo à travers la campagne et les
petits villages de la région de Yangshuo, descente en radeaux de
bambou sur la rivière Yulong. Pékin : la Cité Interdite, la Grande
Muraille, le Temple du Ciel, la Place Tiananmen, le quartier olym­
pique avec le Cube et le Nid d’Oiseau, un spectacle d’acrobaties du
Cirque de Pékin.
Compris dans le prix : vols directs Bruxelles-Pékin-Bruxelles • pen­
sion complète (sauf dîner du 9e jour) • les vols intérieurs, les
transferts en train et en autocar, les entrées et visites comme
mentionnés dans le programme • guide local francophone et
accompagnateur AEP Senior Department • assurance assistance.
Prix par personne pour les clients de la Mutualité Partena
Chambre double : 2.970 euros
Chambre individuelle: 3.320 euros
32 profil avril 2016
Prague témoigne de la richesse tchèque à travers les siècles.
Aujourd’hui encore, la ville ‘aux mille tours’ n’a rien perdu de sa
gloire. Mais la beauté culturelle du pays dépasse sa capitale. Des villes
médiévales et d’innombrables châteaux témoignent d’un passé
passionnant et constituent le décor idéal pour un circuit diversifié.
Compris dans le prix : le circuit en autocar et les visites prévues au
programme • le séjour en pension complète à partir du dîner du
premier jour jusqu’au petit-déjeuner du dernier jour • guide local
franco­phone et accompagnateur AEP Senior Department • assu­
rance assistance.
Prix par personne pour les clients de la Mutualité Partena
Chambre double : 1.145 euros
Chambre individuelle : 1.305 euros
PLUS D’INFO SUR CES VOYAGES ET D’AUTRES OFFRES
DE NOTRE PARTENAIRE ? VOUS SOUHAITEZ RÉSERVER ?
T. 02 648 98 23 - [email protected] www. seniordepartment.be (Lic. A 1802)
* Ces réductions ne sont pas cumulables avec d’autres promotions que celles décrites ci-dessus, et valent en cas de paiement régulier des cotisations mutualistes au Package d’avantages.
VACANCES PARTENA
ÉLECTIONS MUTUALISTES 2016 - CLÔTURE DES OPÉRATIONS ÉLECTORALES
Dans notre numéro du mois de janvier, nous vous annoncions la tenue d’élections, dans le courant du mois de
mai 2016, en vue de renouveler :
•l’Assemblée Générale de la mutualité
•l’Assemblée Générale de la SMA Mutuelle Entraide Hospitalisation (Hospitalia)
RENOUVELLEMENT DE L’ASSEMBLÉE
GÉNÉRALE DE LA MUTUALITÉ
RENOUVELLEMENT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA SMA MUTUELLE
ENTRAIDE HOSPITALISATION (HOSPITALIA)
Le nombre de candidatures valables reçues
étant, pour chacune des circonscriptions
électorales inférieur ou égal au nombre de
mandats à pourvoir, les personnes ayant
valablement introduit leur candidature dans
les formes et les délais prescrits sont élues
d’office, en application des articles 14 et 15
de l’Arrêté Royal du 7 mars 1991. Il n’y aura
donc pas d’opérations de vote.
En vue de l’élection des représentants à l’assemblée générale, la société mutualiste
d’assurances est organisée en 6 circonscriptions électorales correspondant aux
6 mutualités proposant Hospitalia. Ces circonscriptions sont : Partena OZV – 52 mandats ;
OZ Onafhankelijk Ziekenfonds 501 – 46 mandats ; Omnimut – Mutualité Libre de
Wallonie – 25 mandats ; Partenamut 509 – 112 mandats ; Freie Krankenkasse 515 –
6 mandats ; Mutualité Libre Securex – 9 mandats
Le nombre de candidatures valables reçues étant, pour chacune des circonscriptions
électorales, inférieur au nombre de mandats à pourvoir, les personnes ayant valablement
introduit leur candidature dans les formes et les délais prescrits sont élues d’office, en
application de l’article 11 de l’Arrêté Royal du 26 août 2010. Il n’y aura donc pas
d’opérations de vote.
Les personnes qui vous représenteront
à la nouvelle Assemblée Générale de la
mutualité sont les suivantes :
1ANVERS-LIMBOURG - EFFECTIFS (8)
DE PAUW Lucien, DE PAUW Philip,
ES Edmond, MEEUS Julia, MERTENS Roger,
PHILIPSEN Frans, THEEUWS Eric,
VANDENBOSCH Luc,
Suppléants (0)
2FLANDRE ORIENTALE - EFFECTIFS (21)
BLONDEEL Jean-Pierre, BORDERÉ Johan,
COPPIETERS Marc, DE COENE Pascal, DE
COENE Ewout, DE CROOCK Rita, DE JAEGER
Geert, DE LEMBRE Erik, DE MEERLEER Ingrid,
DE POTTER Pierre, DE WINTER Johan,
DEMEESTER Hubert, DEVALKENEER Willy,
FRECHIER Roger, JOOS Patrick, LARNO
Danny, LEYMAN Peter, REYNTJENS Rudi,
STANDAERT Paul, STEENBEKE Willy, VAN DE
VELDE Herman,
Suppléants (0)
3BRABANT FLAMAND, BRUXELLES,
PROVINCES DE WALLONIE ET
L’ÉTRANGER - EFFECTIFS (9)
AARNOUT Menno, BEVERNAGE Alfred, BOEN
Grégory, BOUCKAERT Pierre, BOUILLART
Robert, DE JAMBLINNE DE MEUX Philippe,
DUMORTIER Joseph, VAN ASCH Kim,
WILLEMYNS Lucas,
Suppléants (0)
4FLANDRE OCCIDENTALE - EFFECTIFS
(19)
BOSSIER Lucien, BOUSSEMAERE Joel,
DEQUAE Marie-Gemma, DHONT Christine,
FLAMENT Ludwig, GROENINCK Maurits,
PYNNAERT Gustaaf, ROSSEEL Renaud,
ROGGE Jean, SWIJSEN Edgard, TERRIÈRE
Roland,VAN DAMME Hans, VAN DE WALLE
Dirk, VANGHELUWE Daniel, VANREYBROUCK
Kris, VERDUYN Gilbert, VERGOTE Etienne,
VERHOEST Rudi, WAUTERS Wim,
Suppléants (0)
Les personnes qui vous représenteront à la nouvelle Assemblée Générale
de la SMA sont les suivantes :
•Circonscription Partena OZV 526 :
ALLARD Jean-Pol, BOURGEOIS Theresia, CEULEMANS Johan, COLLARD Ariane, COPPIETERS
Marc, DE JONGHE Geert, DE MOOR Marc, DE PAUW Lucien, DE RIJCKE Ina, FLAMENT Ludwig,
GROENINCK Maurits, KEISSE Petra, LAUWERS Stefaan, LINGIER Vicky, REYNTJENS Rudi,
STAESSEN Joeri, STANDAERT Filip, TERRIÈRE Roland, THEEUWS Eric, VAN DAELE Christine,
VAN DE VYVER Patricia, VAN DEN SANDE Patrick, VAN DONINCK Herman, VANCAUWENBERGHE
Wim, VERGOTE Etienne, WAUTERS Wim, WILLEMYNS Lucas
•Circonscripton OZ Onafhankelijk Ziekenfonds 501 :
AUGUSTINUS Paul, BONTE Ronny, BROECKX Jan, CAUDRON Manu, DE COSTER Joachim,
DE KEERSMAEKER Rita, DENOO Philippe, DIELEN François, EGGERMONT Albert, GOVAERTS
Jean, GOYVAERTS Alois, LE MAIRE PEUSS Lucia, MERTENS Jan Baptist, PELLEGROMS Eric,
POLLET An-Sophie, SELLESLAGHS Rik, SMOUT Armand, STASSIJNS Guido, STERCKX Peter,
STESSEL Christiane, SUPAK Linda, VAN BRAEKEL Herman, VAN DEN BERGH Joseph, VAN
DEN BRANDE Joseph, VAN DOORNE Christian, VAN TROYEN André, VERHEYDEN Alexander,
VERSCHOOREN Erik, VLOEBERGH Walter
•Circonscription Omnimut Mutualité Libre de Wallonie 506 :
BURLION Georges, CARBALLO MARTINEZ Sagrario, COQUERELLE Christophe, GARSOU
Arnaud, GODAERT Catherine, GOULET Joelle, JONET Jacques, LECARTE Emile, MASSILLON
Dominique, PIETQUIN Claude, PIETQUIN Bénédicte, PIRON Freddy, REISCH Maurice
•Circonscription Partenamut 509 :
BAKEROOT Françoise, BAUDIMONT Claude, BEN AISSA Oisima, BEULENS Linda, BRASSEUR
Michel, BRASSEUR Christine, CAPOUILLEZ Chantal, COLLARD Raymond, CORMANN Michel,
CORMIER Pierre, DAMMAN Philippe, DARMSTAEDTER Xavier, DAUMERIE Luc, DE BETHUNE
Elisabeth, DE KEYSER Daniël, DE WAELE Sven, DE WOOT Olivier, DELMAIRE Annie, DENGIS
Marcel, DESTREE Daniel, DETAVERNIER Luc, DETRY Colette, DEWESELER René, FERETTE
Daniel, FOUILLOUX Vincent, FRANCOIS Philippe, FRANSEN Ronald, GOFFINET JeanClaude, GOOVAERTS Laurent, GYSELINX François, HOEBEKE Dominique, HOST André,
HOURT Nicolas, JONCKHEERE Vincent, LEBEAU Philippe, LEMAIRE Baudouin, MANDIC
Radmila, MATTELAER Ronny, MERRES Rachel, NOWICKI Gustave, PARDOEN Martial,
PARENT Michel, PARISEL Alex, PEJROLO Annie, RAES Georges, RAYSZ François, RICHARD
Michel, ROULLING Christian, SCHALLIER Michel, SCHMITZ Jean-Didier, VAN GEYT
Madeleine, VAN NIEUWENHOVE Marc, VAN ROOSBROECK Jacques, VAN SNICK Frans,
VANDESANDE Pascal, VANDEVELDE Marcel, VANHEMELRYCK Raymond, WALLEMACQ
Jean, WAUTELET Christine
•Circonscription Freie Krankenkasse 515 :
HECK Hubert, LANGER Walter, NOEL Bernard
•Circonscription Securex 516 :
DEJAEGHERE Chantal, DRIES Christine, GOFFAUX Claudine, MATTHYS Luc
profil avril 2016 33
Partena, le réflexe sain.
•Mutualité Libre
•Hospitalia & Dentalia Plus
•Ambulatoire
•Aide-ménagère et repassage
grâce aux titres-services
•Boutique santé
•Accueil des tout petits
•Aide familiale et maternelle
A votre service
Guichet on-line Partena
En ligne avec la mutualité… 7 jours sur 7!
Commander ou imprimer des vignettes, télécharger des formulaires de demande d’intervention,
suivre votre dossier… c’est possible où et quand vous le souhaitez, sur www. partena-guichetonline.be.
Appli Mobile Partena
Contactez-nous à toute heure et de partout depuis votre tablette ou votre Smartphone. Téléchargez gratuitement l’appli
sur l’App Store, ou via Google Play Ainsi, vous avez accès directement à nos services.
www. partena-mutualite.be /contact
Posez votre question grâce au formulaire de contact disponible sur notre site, nous serons heureux de vous venir en aide.
Service clientèle
Des questions ? Posez-les à nos collaborateurs au T. 02 201 42 42. Nous sommes à votre écoute du lundi au jeudi de 8
à 18h, le vendredi de 8 à 17h. Et même le samedi, de 9 à 12h.
Agences : aussi sur rendez-vous
Vous aimez passer en agence ? Nous serons heureux de vous accueillir pendant nos heures d’ouverture.
Ou prenez rendez-vous au moment qui vous convient. Vous trouverez la liste de nos agences et de nos boîtes aux
lettres sur www. partena-agences.be. Un rendez-vous en un clic : prenez rendez-vous depuis votre PC, tablette ou
Smartphone. Découvrez à quel point c’est facile sur www. partena-mutualite.be/prendre-rendez-vous.
Point de contact
Satisfait ? Dites-le autour de vous ! Mécontent ? Dites-le nous ! Faites-le sur www. partena-mutualite.be/vosimpressions ou
dans une de nos agences. Nous étudions votre réaction et trouvons avec vous la solution la plus appropriée.
Facebook
Devenez fan via www. facebook.com/partena et découvrez nos conseils santé, et bien plus encore.
Nos activités vous intéressent ou vous souhaitez être régulièrement et rapidement
informé des modifications intervenant dans le secteur des soins de santé ?
Surfez sur www. partena-mutualite.be et abonnez-vous à notre lettre d’info.