février 2014 - La Chaudronnée de l`Estrie

Commentaires

Transcription

février 2014 - La Chaudronnée de l`Estrie
FÉVRIER 2014
au menu du « Chaudron »…
x Spécial 25 ans du journal « Le Chaudron
x Hommage posthume pour Snoute.
x Témoignages
x Musique
x Poésies
x Jeux
x Manifestations
x Noël
x Et autres
Bonne lecture!
PAGE
2
FÉVRIER 2014
J o urna l “ Le C haudron ” fév rie r 20 14 .
Février est le mois du cœur : amour et santé vont de pair !
Par : Sylvain Janvier ([email protected])
Remerciements :
Pendant la période des fêtes il y a
toujours un élan de générosité ! Au
nom de La Chaudronnée de l’Estrie,
« Le Chaudron » voudrait remercier
(N.B. : Le journal « Le Chaudron » et
La Chaudronnée de l’Estrie n’est pas
associé à des groupes religieux mentionnés ici-bas):
x Le Buffet des Continents, rue Belvé-
dère Sud à Sherbrooke. Une denrée
alimentaire était demandée en
échange d’un repas.
x Distribution des « Paniers de l’Es-
x Les restaurants Subway pour l’initiative
x AXE-21
x La Maison du Cinéma qui avait offert un
x L’Armée du Salut, pour un repas de
d’amasser des denrées alimentaires
samedi le 23 novembre pour MoissonEstrie.
film en échange d’une conserve, dimanche le 24 novembre.
S.J. « Sur mon chemin pour aller à La
Chaudronnée le vendredi le 20 décembre
2013: Merci à la gang de « Travail d’un
jour » pour avoir offert gratuitement sur
le trottoir du café, muffins et autres au
passants-es».
poir» remis à plus de 2000 personnes et familles vendredi le 13 décembre 2013.
x « Un Noël
Noël gratuit le 24 décembre 2013 en
soirée.
x L’organisme « Commun’Action » de la
paroisse Ste-Jeanne d’Arc de Sherbrooke. Un dîner de Noël gratuit avait
lieu le 25 décembre au sous-sol de
l’église.
x Le tremplin 16-30 pour leur dîner de
Noël gratuit le 25 décembre.
x Le Café « La Bonne semence » pour
son souper de Noël gratuit pour les
plus démunies, le 28 décembre 2013.
qui rock »: spectacle
bénéfice pour la Fondation RockGuertin, samedi le 14 décembre
2013 au Bar Le Magog de Sherbrooke. Au programme : Les enfoirés de
la Laurier, Fussy Dice, Outseek. On
retrouvait également Lucie Lefebvre
lors de cette soirée. Elle faisait partie de la formation musicale Johan
Gass Collectif.
pour son « Minuit chrétien » le
24 décembre en soirée au Théâtre Granada. Un repas était servi gratuitement.
Vous êt
es toujo
urs inv
ité à ap
« ingré
porter
dients
vos
» dans
Le Cha
poèmes
udron
, textes
:
, dessin
s, jeux,
films, s
m
u
siques,
uggesti
ons de
l
e
c
t
u
pouvan
res, ou
t contr
autres
ibuer d
’u
n
e façon
amélior
positive
er votre
à
journa
l.
x Le Brunch de la Fraternité des Che-
valiers de Colomb et des Filles d’Isabelle, le 15 décembre 2013.
N.B. : Si vous voulez une version couleur du journal « Le Chaudron » il me fera un plaisir de vous le faire
parvenir. Vous pouvez m’envoyer un courriel à [email protected]
Quelques nouvelles en bref :
PAGE
3
U n départ : M . Serge D oyon, cuisinier la
Concours « images de N oel » : Le journal
H ommage à Snoute : D ans le journal
fin de semaine depuis avril 2013, quittait
Le Chaudron invitait ses lecteurs et lec-
« La N ouvelle de Sherbrooke » du mer-
ses fonctions à La Chaudronnée au début
trices à trouver des images de N oël dans
credi 8 janvier dernier, un hommage
décembre 2013. I l fût remplacé pour une
« Le Chaudron » de décembre 2013. La
était rendu à notre défunt Snoute, poète
certaine période par Sébastien, notre
date limite était le 10 décembre 2013. La
de rue. I l était mentionné que Snoute
cuisiner de semaine. À la fin Janvier
réponse était : 9 images. I l n’y a eu qu’un
mangeait à La Chaudronnée. « Le
2014, M . M arcel Lafrenière est devenu
seul participant qui n’avait pas la bonne
Chaudron » voudrait remercier Frank
réponse. Vu la faible participation, nous
Poule, Slamer (poésie urbaine), pour cette
ne récidiverons pas sur d’éventuels
initiative et au journaliste D ominique
concours.
T ardif.
Congés et projections de films : Par le mo-
I nfirmières : D e temps à autres des infir-
de de rotation, les employés de La Chau-
mières de l’équipe itinérance viennent à
dronnée ont pris congé quelques jours
La Chaudronnée pour faire de la préven-
pendant le temps des fêtes. D urant la
tion. Profitez-en!
le nouveau cuisinier de fin de semaine.
Entrevue radiophonique: François Lemieux, coordonnateur de La Chaudronnée de l’Estrie, passait à l’émission
« Rosalie rencontre » de l’animatrice
Rosalie Pelletier à la radio communautaire de l’Estrie (CFLX fm 95.5), lundi
matin le 16 décembre 2013.
semaine du 23 au 27 décembre 2013 à la
U ne visite: Lucie Lefebvre, qui était intervenante à La Chaudronnée et responsable du projet jardins « U n Plan vert
mé), il y a eu la projection de films offert
par Suzanne, intervenante à La Chaudronnée. Yves Lambert, usager, bénévole
l’emploi » du printemps 2010 à juin
2013, est venue pour nous saluer ! Le 14
décembre 2013, elle faisait partie d’une
soirée bénéfice… On en parlera plus
« Salle Luc Péladeau » (sauf le 25 : fer-
et membre du conseil d’administration
avait prêté son système de cinéma maison
pour l’occasion.
loin…
Prochaine parution du journal « Le Chaudron » : avril 2014.
Tombée des articles : Mi-mars 2014.
L’équipe du journal « Le Chaudron » :
Sylvain Janvier : rédaction.
Carole Drolet, adjointe à la coordination : remontage, corrections.
Lucie marchand, agente de bureau : assistance.
Ainsi que toutes les personnes ayant contribués au journal.
PAGE
4
25ième anniversaire de votre journal « Le Chaudron ».
Par : Sylvain Janvier.
L’année 2014 marquera les 25 ans du journal « Le Chaudron » de La Chaudronnée de l’Estrie. Au
début de l’année 1989, le président de La Chaudronnée, M. Mario Mercier, en était l’initiateur et
chroniqueur. Il s’était entouré de la première équipe composée de Robert Price, Éditeur,
Bernard Couture Jr, chroniqueur et Denis Poudrier, Mise en page par ordinateur (Depuis 1988,
Denis est coordonnateur du Mouvement des Chômeurs et Chômeuses de l’Estrie).
Chronologie selon Sylvain Janvier
En automne 1997, il n’y a plus de parution du journal. Fin 1998, Mansour Dany, animateur/intervenant à la Chaudronnée, est à la barre pour produire une parution en
mars 1999. En décembre 2001, premier article écrit par Michel Lemieux. En mai
2002, Mansour remercie M. Lemieux pour son immense travail: celui-ci reprendra
le flambeau. En juin 2006, apparition du logo actuel créé par Michel Lemieux. En
2007, François Lemieux prend la barre. De 2008 à décembre 2010 Michel Lemieux
reprend du service. L’hiver 2010-2011 passe… Mon premier poème (disparue) paraissait en 1994. Puis je reprenais la plume en décembre 2001. Je m’investis pour une
parution en avril 2011... et ça continue jusqu’à aujourd’hui.
Je voudrais remercier toutes les personnes vivantes qui ont contribué à « l’album de famille » de
La Chaudronnée de l’Estrie. Nos disparus : Sœur Colette Beaudoin et Benoît Lussier en 2004,
Jean Jacques Leroux en 2006. Sylvain Gélinas en 2007.
Le plus ancien journal « Le Chaudron » disponible est le Vol. 2 No. 1, de février 1990. On y trouve : « Le Chaudron est le journal officiel de la Chaudronnée. Il est publié quatre fois par année
par le conseil d’administration ».
(Vol 2, no 1, février 1990) Par : Sylvain Janvier.
PAGE
5
PAGE
6
FÉVRIER 2014
Par : Snoute - Michel Craig, usager à l’occasion de La Chaudronnée de l’Estrie.
N.B. : Snoute est décédé au début décembre 2013. Ceci était son avant dernier texte.
Son dernier texte « Fanal » paraissait dans « Le Chaudron » de décembre 2013.
Accroupis dans la même position que « Le penseur » de Rodin, de façon nonchalante, face à un
escalier qui m’offrait siège et hospitalité, juste au devant de l’Armée du Salut. J’essaie de prendre du
temps pour réfléchir à ce qui restent à effectuer, donc faire le point sur les activités, ce qui meuble le
quotidien tout en sirotant la sempiternelle canette. La température ne m’affecte presque pas, malgré les intempéries saisonnière et ce en toute circonstance, donc je niaisais simplement à ne rien
faire.
C’est bien certain lors de tels moments, se trouve toujours la fille qui vient compter sa vie, cela dure
en moyenne 5 minutes; puis cela recommence. En passant, la « job » le nouveau « chum », la nouvelle paire de chaussure, la coupe de cheveux, etc, tout pour plaire ! Il y a bien sûr le gars qui te
compte son rêve, toujours le même et que dire des routinier, sans conversation intelligente; avec lui
le temps devient plate et lancinant. Enfin bref, les prétentieux se racontent comme si c’était important…
Ça va mal dans le monde, hélas…Y-a-t-il quelqu’un qui veut que la journée aille bien ? Ils sont rares !
Qu’importe, chacun y va de ses désillusions et revers. A la longue cela décourage un brin. Par
chance, le gars qui porte un nouveau chapeau juste pour penser à son petit moment de gloire, lui
fait rire car il est d’un ridicule remarquable. Bref, tous ceux qui se croient important, qu’en dire !
Comme toujours dans une foule aussi hétéroclite, évidemment on rencontre les malades mentaux,
ceux qui sont seuls; les fonctionnaires sans sourires, mais payés quand même et ceux qui se pavanent dans un accoutrement quelque peu hors normes, juste pour se prouver qu’ils sont dans un
monde à part, enfin de compte, le monde ordinaire, la routine quoi…
Le petit couple qui se bécote tout le temps; il pense à sa première donation; les vieux la canne à la
main qui pour quelques instants, sont contents de ces échanges. Pour ma part, cela fait 50 ans que
j’arpente la « Well » et je m’en porte très bien. Je ne suis qu’heureux, voilà mon dire, mon aspiration
profonde…
PAGE
L a Chaudr onnée pour moi
Par : Stéphane Mercier, usager et travailleur à La Chaudronnée de l’Estrie.
Janvier 2014
C’est plus qu’un repas ou un café
C’est un endroit où l’on nourrit à la fois le corps et l’esprit
C’est un milieu de vie qui réchauffe le cœur
C’est des centaines d’hommes et de femmes qui passent par jour
C’est des visages que l’on n’oublient jamais
C’est des sourires contagieux qui font du bien
C’est des regards qui espèrent de meilleurs lendemains
C’est des poignées de main prises à la volée empreintes de sincérité
C’est des gens qui se rencontrent et se parlent entre deux cafés
C’est un peu d’amitié qui passe à chaque instant qu’on cherche à renouveler
C’est un peu de la chaleur humaine à l’état brute qui se donne et se partage
C’est de simples petites attentions qui nous paraissent anodines,
mais qui remplissent notre petit vide intérieur.
C’est un mélange de tout et de rien
Mais ça, c’est mieux que rien
Une personne usagère qui débute l’année 2014 par la
patience…
7
PAGE
8
FÉVRIER 2014
Résultats du sondage-maison du journal « Le
Chaudron » de décembre 2013
L’éq u ip e d u jo u r n al « Le Ch au d ro n » in vit ait ses lect eu r s et lect r ices à r ép o n d r e à u n son d ag em aiso n en d écem b r e d er n ier .
Résultats du sondage-maison parmi 13 personnes
qui y ont répondues :
Hommes
8
Femmes
5
25-40
1
41-50 ans
1
51-60 ans
6
60 ans et plus
5
« Je sais que les personnes moins alphabétisées ont tendance à passer
outre les articles rédigés en fontes,
avec trop de fioritures.»
(Michel Lemieux)
Ce que les gens aiment y retrouver:
S’impliquer dans le Journal
Intéressé à écrire
6
Non-intéressé à écrire
1
Intéressé à écrire à l’occasion
3
Veut s’impliquer activement
3
Veut s’impliquer à l’occasion
4
Ne veut pas s’impliquer
5
Activités de la Chaudronnée (Ex : H alloween, N oel)
8 personnes
I mplications de La Chaudronnée (Ex : manifestations)
8 personnes
Articles de personnes qui fréquentent l’organisme, ou ex-membres
7 personnes
Articles de gens de l’extérieur (Projections de films, conférences, etc)
7 personnes
D ivers organismes qui nous envoient des textes (Ex : Acef-Estrie)
6 personnes
H istorique de Sherbrooke ou ailleurs
6 personnes
Pensées
6 personnes
Énigmes
5 personnes
Blagues
5 personnes
Jeux
5 personnes
Sujets d’actualités d’ici ou de par le monde
5 personnes
recettes
4 personnes
Concours
4 personnes
LES INTÉRÊTS DES GENS...
PAGE
Pr en n en t le jo u r n al à ch acu n e d e ses p ar u t io n s
6 p er so n n es
Pr en n en t le jo u r n al p o u r la p r em ièr e f o is
2 p er so n n es
Pr en n en t le jo u r n al à l’o ccasio n
5 p er so n n es
S’in t ér essen t à p r esq u e t o u s les ar t icles
5 p er so n n es
S’in t ér esse au x act ivit és d e La Ch au d r o n n ée et les b lag u es
9
1 p er so n n e
p as assez d e p h o t o s
4 p er so n n es
p as assez d e p ag es
2 p er so n n es
p as assez d e t ext es
2 p er so n n es
t r o p d e p ag es
2 p er so n n es
À la question: Que souhaiteriez-vous retrouver dans votre journal ?
« Formule questions
réponses ».
« Tour ce qui se passe au
niveau communautaire
à Sherbrooke »
« Que les fins de semaines,
les gens s’impliquent dans
le journal. C’est très bien,
« Entretien avec
une personne sur
elle ou sur un sujet
que l’on explique ».
félicitation ».
« Plus visible »
Difficile de demander mieux ».
« Sujets d’actualité,
annonce de « Party »
activité, nouveauté,
etc. ».
« Horoscope».
En Estrie, il y a un nombre restreint de médias communautaires où les personnes ou
organismes peuvent prendre la parole.
« Le Chaudron » a entre autres pour mandat de rendre la nouvelle quant aux activités de
la Chaudronnée de l’Estrie, de donner la parole aux gens, d’appuyer les droits humains,
d’appuyer les organismes, coalitions ou autres qui luttent pour l’amélioration des conditions de vie des gens.
PAGE
10
Dans « Le journal de Sherbrooke » du
mercredi 1er janvier 2014, on pouvait
lire une entrevue d’Éliane Thibault
sur Alain Roy, animateur au « Rendez
-vous du country » depuis 15 ans sur
les ondes de la radio communautaire
de l’Estrie, CFLX FM 95.5.
Alain est également intervenant depuis plusieurs années à l’Association
des Locataires de Sherbrooke. Comme vous le savez « Le Chaudron » est
à l’affût des actions de l’organisme
depuis fort longtemps.
Dans l’article, on parlait du débat
concernant la venue d’un spectacle
country à la place Nikitotek, rue Abénakis à Sherbrooke. Certains trou-
Mam’zelles Lunettes.
vent que ce style va à l’encontre de
l’image branchée souhaitée. Alain
Roy estime plutôt qu’il s’agit d’une
méconnaissance de l’histoire sherbrookoise : « à une certaine époque,
Sherbrooke était considérée comme
le petit Nashville du Québec. Plusieurs carrières country ont pris naissance dans les studios de la télévision Télé-7 » (nommé ainsi à l’époque).
Alain déplorait que le débat ait mené
jusqu’au point où ce sont les adeptes
de country eux-mêmes qui sont visés.
« Finalement, ce n’est pas le style
musical qui semble être un problème, mais plutôt le fait que les diffé-
rentes instances n’aient pas communiqué entre elles. À travers de cela, il y a
peut-être une chicane de pouvoir politique ».
Lunetterie communautaire
(N.B : Cette information provient des intervenants-es de La Chaudronnée de l’Estrie)
Les personnes recevant de l’aide sociale pourraient être admissibles à une paire de lunettes gratuite pour les enfants à charge et pour les adultes, une paire de lunettes à partir de 20 $. Des suppléments peuvent s’appliquer sur certaines prescriptions.
- Vous devez vous présenter dans l’un des points de services avec votre prescription.
- Si vous êtes bénéficiaires de l’aide social et admissible à l’aide pour les lunettes, ayez en main
votre prescription.
Ils vous aideront à choisir une monture qui correspondra à vos goûts et qui conviendra à votre
prescription.
Pour informations : Marie-Ève Lacharité, opticienne au 819-437-7762. Émilie Rodrigues,
opticienne au 819-674-9876.
Pour que le gouvernement…
PAGE
11
« SPLI » !!!
Source : Bulletin du 6 décembre 2013, du Réseau Solidarité Itinérance du Québec. RSIQ
Résumé : Sylvain Janvier.
À Ottawa le 3 décembre 2013, plusieurs régions du Québec étaient représentées par les organismes membres du Réseau Solidarité
Itinérance du Québec – RSIQ. La Chaudronnée de l’Estrie en est membre.
Le RSIQ regroupe 13 tables de concertations régionales en itinérance ainsi qu’ une dizaine de membres associés regroupant environ
370 organismes au total. Le rassemblement visait à demander au gouvernement fédéral de maintenir l’orientation de sa Stratégie
des Partenariats dans la lutte contre l’Itinérance – SPLI.
Ce programme permet d’apporter une diversité de réponses à plus de 50 000 personnes itinérantes ou à risque de l’être au Québec.
À 110 jours seulement de la fin du programme actuel, le RSIQ a tenu une conférence de presse avec M. Thomas Mulcair, chef du
NPD, M. Daniel Paillé Chef du Bloc Québécois ainsi que M. Marc Garneau, député du Parti Libéral du Canada, pour défendre le caractère généraliste et communautaire de ce programme essentiel. Leur appui est d’autant plus important que l’itinérance est en
croissance au Québec.
Depuis 12 ans la SPLI fait ses preuves…
Il y a une variété d’actions pour prévenir et contrer l’itinérance dans les différentes régions du Québec : travail de rue, soutien alimentaire, construction et rénovation de refuges et de centres de jour, logements sociaux, avec soutien communautaire, programme
d’insertion sociale et professionnelle.
Le « Housing First »
Si la SPLI était renouvelée lors du prochain budget fédéral, elle serait réorientée vers un modèle « Housing First ». C’est une approche qui entend mettre fin à l’itinérance en fournissant un logement, via le secteur privé, aux personnes itinérantes. Ce loge ment
serait accompagné d’un soutien et s’adresserait à une frange limitée de la population itinérante, à savoir les personnes vivant à la
rue et ce, principalement en milieu urbain. Si cela peut constituer une des réponses à l’itinérance, il reste qu’elle ne peut être la seule solution à un phénomène complexe. Prévenir et contrer l’itinérance demande une pluralité de réponses. Pour le RSIQ, seule une
SPLI généraliste et communautaire permet d’adresser les besoins divers, de toutes les personnes en situation ou à risque d’itinérance.
Lutte contre la faim… Deux initiatives innovatrices
Deux projets pilotes sont en cour pour redistribuer les
donner à Moisson-Montréal. Ces projets se font en
surplus des supermarchés aux banques alimentaires.
partenariat avec La Table des Chefs1 qui s’occupent
Pendant 12 semaines, 12 épiceries de Montréal : Métro
de faire les liens entre les supermarchés et les orga-
et Super C, vont récupérer 550 portions de plats prépa-
nismes.
rés par magasin pour les redistribuer aux ressources
alimentaires. De leur côté, 16 supermarchés Provigo et
Loblaws collectent leur surplus de viande pour les
1 Un article dans Le journal « Le Chaudron » de février 2013.
PAGE
12
N oël 2013 à La Chaudronnée
Photos : Yves Lambert, François Lemieux, Sylvain Janvier.
Résumé : Sylvain Janvier.
Fidèle à la tradition, La Chaudronnée
Plusieurs jours auparavant, Lise Leblanc,
de l’Estrie offrait un souper suivi d’une
notre cuisinière, avait préparé 36 pâtés
fête de Noël ! En 2012, 112 personnes y
à la viande pour l’occasion. Au menu :
participaient. Cette année, nous
salade, pâté à la viande, ragoût de bou-
étions 115 personnes. Au 2 ième étage,
lettes à l’ancienne, purée de pomme de
dans une atmosphère plus détendue,
terre, macédoine de légumes, dinde
8 personnes s’étaient rassemblées. À
avec sauce, bûche de Noël et café. :
chaque place assise deux cadeaux
OUF….! Jocelyne, Stéphanie de « Travail
étaient donnés : pantoufles, foulards,
d’un jour » et Denis Poirier, accompa-
mitaines, tuques.
En après-midi, plusieurs bénévoles et
employé-e-s s’affairaient à monter la
« Salle Luc Péladeau » et celle du 2ième
étage.
À l’accueil, Françoise Gosselin s’occupait
de la liste des noms et Yves Lambert du
conseil d’administration offrait un verre
de moût de pommes. S’ensuivait un mot
de bienvenue de Carole Drolet, adjointe
à la coordination. Par après, des membres du conseil d’administration et Nadia qui travaille à Centraide-Estrie servaient les gens aux tables. La soirée
était accompagnée de la musique de
« DJ » Jean-Guy Rouleau.
gnaient Lise à la cuisine. À la plonge :
moi-même (Sylvain) et deux jeunes du
Un camion de la Fondation Rock-Guertin
Carrefour jeunesse emploi :
apportait des caisses de jus d’orange, de
Michael et Rébecca.
lait ou autres. MERCI !
PAGE
13
Après le souper, que la fête commence…
S.J. : « En mon nom personnel je voudrais remercier L’EXCELLENT TRAVAIL d’Hélène Poulin, bénévole, Magalie,
intervenante et Carole Drolet, adjointe à la coordination. Vous avez réussi, grâce à l’animation (karaoké, jeux
originaux, le « Libdub » (clip sur youtube.com) réalisé par La Chaudronnée) à nous faire chanter… et j’en passe!!
ha ha!!! et à faire en sorte d’embarquer les gens. Vous avez réussi à créer une soirée palpitante !
Merci à : François Lemieux, notre coordonnateur, pour l’assistance technique;
« DJ » Jean-Guy Rouleau pour la musique; notre « Mère Noël » - Jocelyne, qui
depuis des années nous offre de si beaux cadeaux; l’ensemble des 22 bénévoles et vous participants-es !
PAGE
14
gagnantes!!!
s
e
n
n
o
rs
e
p
s
e
Quelqu
tres photos...
Et quelques au
Claude Girard gagnant du
panier de Noël,
confectionné par
Lise Leblanc.
Merci aux donateurs-trices … : Les créations Lucie, Emma Wellman , Mme Ginette Fortier,
Mme Pierrette Turgeon, Mme Thérèse Viens, Mme Solange Bourque et la Fondation RockGuertin !
PAGE
Les enfants de Sol et Gobelet
15
Par : Carol Petit, usager de La Chaudronnée de l’Estrie.
Texte : 19 novembre 2013
Cher Professeurs de Francis
Favreau, neveu de Sol, (Marc
Favreau) mille fois pardons si
j’ai pété une
psychose cinématographique, dans ton cour
de français, sur la poésie au
Cégep de Ste-Hyacinthe en
1993. C’est que j’habitais alors
dans un Manoir de style Victorien hanté. Ce qui alla me rendre maléfique : Un miroir casse, la t.v. casse.
Les « Baby-boomers » sont en
train de nous ramasser « à petite cuillère », nous la génération sacrifiée, dont on est en
train de tout perdre (divorce,
« coke », faillite). J’ai ai mangé des tranches de pains sec
comme Sol (Marc Favreau). Je
me suis conduit en bouffon
aussi dans ma jeunesse. Si j’ai
fait ces « 400 coups » pendables, c’est qu’à l’époque y’avait
que des films de guerre
« Nazis » et des westerns au petit
écran, ce qui en influença plusieurs.
Je crois alors que si on prenait de
la drogue, on devenait aussi riche
et populaire comme les Beatles et
les Rolling Stones. Ce qui allait
plus tard me rendre pauvre et misérable, « fucké » dans la tête en
plus.
J’ai un « méchant » casier judiciaire et plusieurs internements en
psychiatrie. Même qu’on m’a gardé
quasiment un an. Après un dur séjour à « Portage » lorsque j’étais
sur un mandat de la Commission en trouble mentaux. Ce
qui alla me défaire le restant
de mes jours. « Au plus fort la
poche » comme disait ma Belle
-mère.
Cela fait que je suis déshérité
en faveur de « Centraide ». Je
suis sur la Curatelle Publique.
Plus d’automobile, plus de permis de conduire. Je suis très
mal soigné pour ma maladie de
scheuermann cyphosescoliose.
Au moins j’ai changé de territoire, merci aux gens de l’Estrie de m’avoir accueilli. Moi
aussi j’en ai « buché du bois ».
Je vous souhaite une bonne
année du cheval (horoscope
chinois) mes chers lecteurs et
lectrices.
pâtisseries Duquette a 80 ans!
Les Pâtisserie Duquette une entreprise sherbrookoise fêtait son 80e anniversaire de fondation en 2013. Ceux-ci donnent
de leur produit à Moisson-Estrie depuis une quinzaine d’année. Évidemment, La Chaudronnée reçoit sa part « du gâteau ».
En 1933, Adjudor Duquette fonde Pâtisserie Duquette, une entreprise familiale qui fabrique des beignes vendu de porte en porte au centreville de Sherbrooke. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise participe à l’effort de guerre, en fournissant des pâtés, tartes, gâteaux,
aux baraquements de soldats.
Plus tard, l’entreprise se relocalise dans le quartier est et offre des tartes et biscuits. En 1946, il emménage sur la 9ième avenue. Au 1er, l’entreprise et au 2ième, la famille y habite. Puis il y a la cueillette de petits fruits et l’emballage de ses produits, qui se retrouvent dans les épiceries et les restaurants locaux.
En 1978, Marcel, l’aîné de la famille de 10 enfants, acquiert l’entreprise et ajoute plusieurs variétés de gâteaux : trois couleurs, aux bananes,
carreaux aux dattes. En 1989, agrandissement de l’entreprise. En août 2002, il se relocalise sur la 12 e avenue sud. Un comptoir de vente est
installé. En automne 2013, le comptoir-boutique est complètement rénové.
Aujourd’hui dirigée Richard et François Duquette, la pâtisserie compte plus de 30 employés. On retrouve leurs
produits à la grandeur du Québec et de l’Ontario.
PAGE
16
Pour d’autres informations fortes
utiles, autant pour les hommes que
pour les femmes, nous vous invitons
à visiter les sites :
www.fmcoeur.qc.ca
www.lecoeurtelquelles.ca
« Les maladies du cœur et les AVC
sont l’une des premières causes de
décès chez les femmes au pays ».
Signes avant-coureurs
Être en mesure de reconnaître les
signes avant-coureurs d’une crise
cardiaque ou d’un AVC pourrait
vous sauver la vie. Chaque minute
compte lorsque survient une crise
cardiaque ou un AVC, et le plus
rapidement vous êtes prise en charge, meilleures sont vos chances de
survie et de rétablissement complet.
Les symptômes d’une crise cardiaque sont souvent les mêmes chez
l’homme que chez la femme, mais
cette dernière n’y réagit pas de la
même façon. Elles ont tendance à
décrire leurs symptômes de manière
différente des hommes. Les femmes
ont tendance à douter qu’elles sont
victimes d’une crise cardiaque et
sont plus susceptibles de ne pas
recourir à un traitement immédiat.
Crise Cardiaque
x
Douleur ou inconfort thoracique (pression ou inconfort, serrement, douleur vive, sensation de
brûlure ou de lourdeur à la poitrine)
x Inconfort à d’autres régions du
haut du corps (cou, mâchoire, épaule, bras ou dos)
x
x
x
Essoufflement
Sueurs
Nausée
Étourdissements
Bien que les symptômes soient généralement les mêmes chez l’homme
que chez la femme, cette dernière
peut parfois ressentir des symptômes qui sont plus difficiles à définir, comme un inconfort plutôt
qu’une douleur thoracique.
Pour la femme, une douleur thoracique n’est pas nécessairement le
premier signe d’un problème cardiaque. Les femmes ont plutôt ressenti
une fatigue inhabituelle, des troubles de sommeil, des problèmes respiratoires, une indigestion et de
l’anxiété environ un mois avant leur
crise cardiaque.
Charles Van Goidtsenhoven (au violon) a participé à l’une des « Nuits des
sans abris » de Sherbrooke.
Il est en préparation d’un album depuis novembre 2013.
Accident Vasculaire Cérébral
(AVC)
x
Faiblesse : Perte soudaine de
force ou engourdissement soudain
au visage, à un bras ou à une jambe,
même temporaire.
x
Trouble de la parole: Difficulté
soudaine d’élocution, de compréhension ou confusion soudaine, même temporaire.
x
Trouble de vision : Problème de
vision soudain, même temporaire.
x
Mal de tête: Mal de tête soudain, intense et inhabituel.
Étourdissement : Perte soudaine de
l’équilibre, en particulier si elle s’accompagne d’un des autres signes.
(www.lecoeurtelquelles.ca)
Si vous ressentez N’IMPORTE
LEQUEL des signes avantcoureurs d’une crise cardiaque
ou d’un AVC, demandez sans
tarder un avis médical! Appelez
le 9-1-1 ou le numéro local des
services d’urgence dans votre
région. Plus vite vous agissez,
meilleures sont vos chances de
survie et de rétablissement.
Sur cette photo on le voit accompagné
de Robert Daignault, lors du
« Festival des traditions du Monde » à
Fleurimont en 2011.
Robert Daignault est un ami de La
Chaudronnée depuis fort longtemps!
PAGE
Noel qui rock !
17
Par : Sylvain janvier.
Pour une troisième année consécutive, une soirée-bénéfice pour la Fondation Rock-Guertin avait lieu au Bar
Le Magog de Sherbrooke, initié par Dany Lévesque. 4 formations musicales étaient au programme. À ma surprise j’y reconnais Olivier Pomerleau et Anthonin Roy de « Fuzzy Dice » (Photo 2). Le premier était bénévole à
l’accueil de la Chaudronnée à une certaine période et l’autre était stagiaire en techniques de travail social à la
Chaudronnée. Aussi, il y avait la formation musicale « Johann Gass Collectif » (Photo 1) avec Lucie Lefebvre.
Celle-ci était intervenante et au projet jardin « Un Plan vert l’emploi » de La Chaudronnée du printemps 2010 à
juin 2013.
(Photos 3 et 4 : Outseek et Les enfoirés de la Laurier)
PAGE
18
Carlos Santana rencontre son ex-batteur devenu sans-abris
Recherche: Sylvain Janvier
C’est une véritable histoire de Noël
que nous dévoile CNN. Une histoire
comme on en raconte dans les
films. Carlos Santana a retrouvé un
ancien musicien devenu sans-abri.
Le 9 décembre dernier, le journaliste de KRON4, Stanley Roberts, diffusait un reportage avec un sansabri nommé Marcus Malone, surnommé «Le magnifique».
groupe avant qu’il ne devienne célèbre, lorsqu’il a été condamné à la
prison en 1969. Mais à sa sortie du
pénitencier, ne trouvant aucun
emploi, il est devenu sans-abri.
Après quelques vérifications, le journaliste a constaté que l’homme disait la vérité. Mais entre temps, Carlos Santana lui-même avait vu le re-
Il avait trouvé cet homme dans les
rues de la Californie alors qu’il effectuait une enquête sur les décharges d’ordures illégales.
L’homme lui a raconté qu’en 196768 il était percussionniste dans le
Santana Blues Band, le groupe de
Carlos Santana. Il a dû quitter le
portage. Ainsi, Stanley Roberts et le
chanteur ont parcouru les rues afin
de retrouver l’ex-musicien. Des retrouvailles émouvantes après 40 ans
de séparation. Les deux hommes ont
partagé une étreinte chaleureuse
comme de vieux amis.
Carlos Santana a promis à Malone de
l’aider à se trouver un endroit où
vivre en plus de lui dire qu’il allait
enregistrer un album avec les membres originaux du Santana Blues
Band. Un vrai miracle de Noël.
www.youtube.com : Carlos Santana Reunites with Marcus the
magnificient.
Un ver luisant et une fourmi se rencontrent à la nuit tombée. Le ver luisant chuchote à la fourmi: - j'aimerais tellement t'embrasser! lui dit-il en baissant timidement les
yeux. - Je veux bien, mais éteins la lumière!
7 excuses pour un homme qui a oublié la Saint-Valentin :
- Le fleuriste n'a pas réussi à rentrer dans l'immeuble. Ton code a changé ?
- Je t'ai envoyé un cœur en chocolat, quelqu'un a dû le manger.
- Je t'ai envoyé une carte par email. Tu ne l'as pas reçu. Ils n’assurent pas AOL!
- Je t'ai laissé un message sur ton répondeur pour t'inviter à diner. C'est pour ça, je ne
pas ta voix...
reconnaissais
- Je ne savais pas que tu aimais les bijoux.
- Je croyais que la Saint-Valentin était une fête seulement pour les catholiques pratiquants.
- Je ne supporte pas les fêtes obligatoires, je préfère t'offrir des fleurs le 14 mars.
PAGE
19
www.consoglobe.com
Envoie : Lucie Riffon, Philosophe de l’amour. (www.facebook.com)
La Belgique interdit le gaspillage alimentaire dans les
supermarchés
Août 2013 CC Steven Depolo
Le gaspillage alimentaire est un problème majeur dans les pays ayant adopté des habitudes de surconsommation. Chaque année 1,3 milliards de tonnes de denrées comestibles par an sont jetées, selon la FAO1. A toute
échelle de la chaîne alimentaire s’opère ce gâchis. En Belgique, quelques villes ont décidé d’agir au niveau des
industries agro-alimentaires en les forçant à donner aux associations de redistribution alimentaire.
La Belgique oblige les supermarchés à donner
C’est dans la ville de Herstal que le bourgmestre – équivalent du maire -, Frédéric Daerden, a lancé une initiative
pertinente. Les supermarchés de la ville doivent donner leurs invendus aux associations d’aide alimentaire pour
que leurs permis d’environnement soient renouvelés. Le permis d’environnement est une exclusivité belge, permettant aux magasins de s’installer dans la ville, c’est l’équivalent d’un permis d’exploitation. Comme la permission est livrée par l’administration communale (municipalité), quelques unes d’entre elles ont décidé d’y ajouter
une clause obligeant les supermarchés à faire don de leurs invendus. Le but étant de limiter le gaspillage alimentaire et de nourrir des personnes dans le besoin.
En Belgique, ce sont 200.000 personnes qui bénéficient de l’aide alimentaire, alors que d’un autre côté 15 kg de
nourriture par personne/an sont jetées. Soit l’équivalent de 3 repas par jour pour 30.000 personnes durant 1
an, juste pour la région Bruxelloise. Les magasins quant à eux sont responsables d’un gâchis immense et jettent des produits quelques jours avant la fin de la date de péremption. L’AFSCA 2 travaille en collaboration avec
les structures communales en allégeant les dispositifs de traçabilité alimentaire. Ainsi, si un produit doit être
rappelé par une enseigne à cause d’un problème sanitaire, cela se fera rapidement. Namur et d’autres communes ont adopté cet exemple à l’instar d’Herstal.
Proposition au niveau européen
CC James Bowe
Frédéric Daerden, également député au parlement européen, a posé une requête à la Commission européenne
demandant une loi similaire à plus grande échelle. En Europe, 79 millions de personnes vivent sous le seuil de
pauvreté et 16 millions ont reçu des aides alimentaires. D’un autre côté, la Fédération Européenne des Banques
Alimentaires (FEBA) alerte les acteurs de l’alimentation (UE, partenaires sociaux, ONG, secteur agricole, entreprises du secteur de la distribution et de l’industrie agroalimentaire …) et les invite à prendre des mesures appropriées. Depuis la menace sur les Fonds Européens d’Aide aux plus Démunis (FEAD), les associations alimentaires ont risqué de voir les subventions européennes diminuer. Le système trouvé par les belges pourrait
être un recours supplémentaire pour les banques alimentaires, mais peut-être insuffisant. 1 (FAC) Food and agriculture organisation of the United Nations. 2 (AFSCA) Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire.
PAGE
20
PAGE
21
Un autre volte-face
Le versement du salaire au rendement pour les cueilleuses et cueilleurs de petits fruits devait être
aboli au 1er mai 2014, tel que décidé par le gouvernement libéral en
2010.
Mais voilà que le gouvernement
péquiste a fait volte-face et a annulé cette mesure en cédant à la
pression des producteurs agricoles de petits fruits. L’annonce a
été faite lors du congrès de l’Union des producteurs agricoles
qui s’est tenu, tout récemment.
«Nous maintenons le statut quo
avec les taux en vigueur au 1er
mai 2012 », a confirmé l’attaché
de presse du ministre Gendron
qui a mentionné que cela s’est fait
en accord avec le ministère de
l’Agriculture, le ministère de l’Emploi et les producteurs de petits
fruits. Pourtant la Commission des
normes du travail a émis plusieurs
réserves au fil des ans sur ce type
de paiement. Même si l’Association des producteurs de fraises et
de framboises ose prétendre que
« tout le monde est content » le devrait nous être annoncé proson de cloche diffère à la CNT.
chainement et que nous attenLes producteurs de pommes ver- dons toujours…
sent déjà le salaire minimum aux
cueilleuses et aux cueilleurs depuis le 1er mai 2010 qui ne sont
plus payés au rendement. Malgré
une opposition lors de son adoption, les producteurs n’ont pas
déclaré faillite ni déménager dans
d’autres provinces.
Nous demandons au gouvernement de revoir cette discrimination salariale pour les cueilleuses
et cueilleurs de petits fruits et de
procéder à l’annonce d’une
hausse du taux horaire du salaire minimum permettant aux bas
salariés de sortir de la pauvreté
Il avait été décidé par le gouver- et de l’endettement, qui est de
nement libéral d’accorder le salaiplus en plus leur lot.
re minimum pour tous les cueilleuses et cueilleurs d’ici 2014,
mettant fin à une discrimination.
À l’époque, nous avions salué ce
geste, mais l’annonce des derniers jours n’est pas un cadeau de Manon Brunelle, Illusion-Emploi
Noël des plus agréables. Ce recul Groupe de promotion et de dépour les cueilleuses et cueilleurs fense des droits des travailleuses
de petits fruits nous démontre le et travailleurs non-syndiqués
peu d’estime et de respect du
gouvernement envers cette maind’œuvre essentielle et nous laisse
présager le pire concernant l’éventuelle hausse du taux horaire
du salaire minimum régulier qui
Pour le 25eme du journal, Sylvain et Carole ont pensé à
réaliser un projet spécial… Nous ne savons pas si cela va
fonctionner, mais nous rencontrons actuellement des partenaires potentiels. Le CEP en est un: Centre d’éducation
populaire en alphabétisation. D’autres partenaires seront
rencontrés sous peu: le journal Entré-Libre ainsi que la
TROVEPE, regroupement en éducation populaire de l’Estrie. Nous vous tiendrons informé des développements.
PAGE
22
TITRE DU BULLETIN
Le 18 décembre, Journée internationale des personnes migrantes, que célébrons-nous?
Un des phénomènes, de plus en plus
courant au Canada et au Québec, est
la présence des travailleuses et des
travailleurs temporaires ou saisonniers dans presque tous les secteurs
productifs. Que ce soit dans les
activités primaires (agriculture, sylviculture,
pêche),
secondaires
(manufactures, usines) ou tertiaires
(restauration, hôtellerie) nous retrouvons bon nombre de travailleuses et de travailleurs migrants.
Madame et monsieur tout le monde
peut se trouver devant un de ces
travailleurs simplement en allant
s'acheter un café chez Tim Hortons
ou manger un burger chez McDonalds. Personne ne s'interroge sur
l'origine d’unE employéE qui ne
parle pas bien le français, car on
peut penser qu’il s'agit d'une personne immigrante qui est en train
de l'apprendre et qui a eu la chance
et /ou le privilège de se trouver un
emploi.
Dans le cas des travailleurs saisonniers, la plupart des gens de Sherbrooke marcheront, indifférents à
côté d'un groupe d’ hommes, évidemment non québécois, qui achètent leur nourriture de façon timide
et rapide chez Maxi, Super C ou
Dollarama. Personne ne se demande
ce qu'ils font ici? Où est-ce qu'ils
travaillent? Dans quelles conditions?
Pourtant toutes ces personnes quittent leur famille, leur village, leur
pays pour se rendre ici en quête
d'un meilleur salaire qui leur permettra de garantir (du moins, c’est
ce qu’ils espèrent) que leurs enfants iront à l'école et n'auront pas
besoin de répéter la même histoire.
Au-delà de la légitimité du souhait
d'un meilleur avenir pour eux et
leur famille, il nous semble nécessaire d'attirer l’attention de la population, sur la signification profonde,
ignorée et cachée que cette présence
peut signifier. C'est très différent
de migrer parce qu'on l’a décidé
plutôt que d'être forcé de le faire à
cause d’un besoin économique en
acceptant des salaires minables et
des conditions de travail qui violent
les droits de la personne…Ou encore d'être forcé à cause de conflits de
guerre ou séduit par l'offre d'un avenir prometteur pour se retrouver
prestataire de l'aide sociale en faisant des boulots payés sous la table
tout en prenant des risques pour
notre sécurité et notre santé.
Nos gouvernements peuvent-ils
nous expliquer pourquoi nous avons
besoin d'autant de travailleurs temporaires et saisonniers venus d'ailleurs pendant que le taux de chômage au pays augmente? Pourquoi les
salaires de certains métiers supposément «peu qualifiés» sont très bas
et les conditions de travail différentes et moins avantageuses que celles
d'autres métiers comparables? Pourquoi y a-t-il des personnes immigrantes qui ne trouvent pas un emploi relié à leurs compétences et
finissent en travaillant au noir?
La migration temporaire a connu
une expansion vertigineuse ces dernières années. Il faut s’attarder au
phénomène et trouver des solutions
autres que celle d'avoir un discours
politique, qui détourne les vrais raisons et qui cache les vrais problèmes. D'autres actions que celles de
fermer nos yeux ou de critiquer tout
simplement. Le slogan de cette
année est clair : Les travailleuses et
les travailleurs migrants : des personnes comme les autres, pas des
marchandises ! Ne soyons pas des
complices silencieux et exigeons
des conditions dignes, respectueuses et sécuritaires!
Manon Brunelle, Linamar Campos,
Hugues Mailloux, Adel Sahraoui,
Ginette St-Onge, Émilie Théroux
membres du CA d’Illusion-Emploi
PAGE
Création de décoration de Noël !
Samedi le 7 décembre 2013 en avant-midi, Magalie et
Marie-Ève, nos deux intervenantes à la Chaudronnée,
invitaient les usagers-ères à donner libre cours à leur
imagination.
radi
Un pa
fant…
un en
r
u
o
p
s
23
PAGE
24
Hydro-Québec
ou
Hydro-Profit ???
(www.nonauxhausses.org)
Source : « La Tribune » et Marie-Êve Ménard-Vaillancourt, Intervenante à la Fiducie « Tout compte-fait » de La Chaudronnée de l’Estrie.
Photo : Collectif pour le libre choix.
Résumé : Sylvain Janvier.
Hydro-Québec rencontrait la Régie de l’énergie en décembre 2013, pour sa
demande de hausser ses tarifs d’électricité…
La Coalition dénonçait : « Hydro-Québec a fait 3,35 milliards $ de profits
en 2012. Pourquoi le Parti Québécois veut-il augmenter les tarifs de
5,8% ? » La Coalition parle de « taxe déguisée ! »
Vendredi, le 6 décembre dernier, un groupe de personnes de la Chaudronnée de l’Estrie
était présent à l’action de visibilité devant les bureaux du député de St-François et ministre de la santé, Réjean Hébert.
Tour à tour, des représentants-es d’organismes y prenaient la parole : Sylvie Bonin de
l’Acef-Estrie, Alain Roy et Suzanne Thériault de Solidarité Populaire Estrie
(www.spestrie.org).
S. Thériault : « On espère que le ministre
Hébert va nous entendre et qu’il va défendre notre cause auprès de la première ministre et de son caucus. Seulement au niveau du bloc patrimonial c’est près d’un
milliards. C’est injustifié de hausser les tarifs
si on pense à la mission d’Hydro-Québec
qui est de rendre l’électricité accessible à
tout le monde. »
Par : Le Pelteux de nuages alias Le Déviergeur de tympan.
(www.lepelteuxdenuages.com) Texte : 12 juin 2013. (N.B. Le Pelteux…a été usager de La Chaudronnée pendant des années. Depuis août 2009 « Le Chaudron »
PAGE
25
« Moi depuis qu'il est rentré dans ma vie
quand je prie, je prie Steeve jobs
c'est mon Messie et ch'pas fou, chu saint d'esprit
pi ça coûte pas la peau des fesses quand t’as une
McJob
j'ai une bonne job et mon budget a jamais d'trou
noir
cé pas pour les BS ce fruit défendu
quand té fan d'leur nouvelles bébelles, tu t'pognes
pas l'cul
pis si t’as pas les moyens, vole l'apple store
moi ch'tau ciel car mon Iphone me donne du statut
cé l'fun de liker son propre profil sur fesseplouk
c'est tellement cool de s'orner de points d'vue
même si les post du monde finissent par tourner en
boucle
moé j'ai prouvé que j'étais un homme
j'ai croqué dans la pomme
refrain(((((
moi chu pas un robot
dans la société 2.0
chu pas un mouton et fuck les rituels
fuck les machines qui fabriquent des fidèles
même l'inspecteur gadget avait pas ses gadgets
c'est tellement cute au apple store les petits autels
dont je suis devenu adepte
j'aime flober mes payes pour ces machines qui s'renouvellent
moi j'aime pas les image impies des autres produits
car si t’a pas la table des dix commandements
té une brebis égaré qui attend le Messie
et tu va aller en enfer, cher mécréant
alors prouve que té un homme
et croque dans la pomme
moi j'aime mieux être sage comme une image
car ceux qui vivent sans Mac, ils vivent au moyenâge
qu’on croit en Apple ou Jésus-Christ
en bout de ligne, ça parle du même paradis
Apple a entendu mes prières, je manquais de magie
et maintenant je suis ivre de cette frénésie
car leurs produits dont chu fanatique
ont de quoi d'évangélique
refrain(((((
moi chu pas un robot
dans la société 2.0
chu pas un mouton et fuck les rituels
fuck les machines qui fabriquent des fidèles
moi chu pas mouton des drones et le goupillon
j'trouve ça con les guerres de religion
car pour moi MAC est plus catholique qu'le pape
pis ceux qu'yont un PC ont un handicap
moi j'e veux être parmi les rares élus
car ceux qui ont des PC n’ont pas droit au salut
ils marchent pas su l'droit chemin et finissent à la
rue
donc pour ces pauvres âmes égarées, j'prie Steve
Jobs mon Jésus
moé j'ai prouvé que j'étais un homme
j'ai croqué dans la pomme
et pour lui prouver que chu un homme
je croque dans la pomme
refrain(((((
moi chu pas un robot
dans la société 2.0
chu pas un mouton et fuck les rituels
fuck les machines qui fabriquent des fidèles
Jobs yé bien mieux qu'Dieu car il n'fait pas d'jugement
il accueille tout l'monde dans son royaume
surtout les âmes égarées qui veulent croquer la
pomme
car même les BS ont des Iphone comme mon chum
Adam »
PAGE
26
Activités d’hiver gratuites !
6h.
2h 30 à 1
1
e
d
,
4
1
vrier 20
e le 16 fé
h
c
n
a
im
» sera d
.
du Nord
e
t
ê
erbrooke et apportez
F
h
a
S
L
,
«
d
n
la
ue Port
nflables
oward, r
, jeux go
H
e
u
e
iq
in
s
a
u
m
Do
camp, m
Endroit :
: Feu de
e
m
m
a
r
Au prog
s!
vos patin
Carnaval de Sherbrooke
Les 28 février, 1er et 2 mars 2014
Le Carnaval de Sherbrooke se veut une grande fête populaire hivernale présentée sur le site enchanteur du parc Jacques-Cartier, au centre-ville de Sherbrooke, de même qu'au marché de la Gare de
Sherbrooke. Événement qui fait bouger les Sherbrookois et Sherbrookoises de tous âges depuis
1966, le Carnaval est sans contredit un événement hivernal incontournable en région.
Lieu : Parc Jacques-Cartier : Glissade sur tubes, Snowskate, tyroliennes et bien plus encore !
Lieu : Marché de la Gare : Village d’antan, musiques folklorique, mini-ferme avec des produits de l’érable et du
terroir.
Lieu : Centre-ville de Sherbrooke : Spectacles intérieurs et extérieurs, des bars de glaces. Spectaculaire glissades
sur tubes dans la côte King.
Coût : entrée gratuite, passeport à 6 $ (taxes incluses) pour les activités payantes. Information / Billetterie : 819- 575-910.
Informations : carnavaldesherbrooke.ca
[email protected] Source : www.destinationsherbrooke.com
PAGE
Le Bonhomme se dévoile…
Par : Mario Bérubé, usager de la Chaudronnée de l’Estrie
Assistance : Sylvain Janvier
Carnaval de Fleurimont en 2012.
Devenu le Carnaval de Sherbrooke.
« J’ai bien aimé cela personnifier le Bonhomme en
2012 ! »
Livre souvenir, Ascot Corner,
27
PAGE
28
Mercredi le 27 novembre 2013, quelques usagers de La Chaudronnée manifestaient à Ottawa
Source : FRAPRU - Front d’Action Populaire en Réaménagement Urbain ( www.frapru.qc.ca)
Régis Plourde, usager de La Chaudronnée : « Je n’ai pas regretté d’avoir été ma-
nifesté à Ottawa pour du logement social. L’autobus était pratiquement plein.
Pour que le trajet soit moins long, il y a
eu la projection d’un film. Une salle communautaire nous accueillait. Les gens discutaient beaucoup. »
Jean-Marie Breault, usager
de La Chaudronnée : « Au
moins 500 personnes présentes ! ». Celui-ci est toujours fidèle au rendez-vous !
Le courage de se livrer
É. L. « Les hommes viennent ici
pour se réchauffer, manger un
peu et boire un café, mais aussi
pour socialiser, sortir de l’isolement ».
À l’aube de la quarantaine, Élisée
menait une vie normale, il était
marié et avait des enfants. Il
avait un emploi à Lefebvre, sa
ville natale près de Drummondville. En 1998 tout bascula, il
perd son emploi et se sépare de
sa conjointe. Le voici en dépression. Pour relancer sa vie, il voulait poursuivre des études en
techniques de travail social, mais
il fût hospitalisé au CHUS, pour
un problème d’ordre psychotique
et des problèmes de mémoires à
court terme. Il abandonne l’idée
des études.
En 2003 il arrive à Sherbrooke
avec pratiquement aucun revenu.
Puis c’est le début de la fréquen-
tation à La Chaudronnée de l’Estrie. Pendant de nombreuses années, il aidait à la réception des
livraisons, au service du café, il
effectuait un peu de ménage
après le départ des personnes
usagères. Aujourd’hui, il fréquente encore l’endroit et effectue un peu de bénévolat de
temps à autre. On le voit également à des manifestations. Il
habite un HLM dans l’est de la
ville de Sherbrooke.
É.L « L’isolement est une difficulté majeure qui empêche les
hommes de donner un second
souffle à leur vie. « Pour les encourager à aller chercher du
soutien, chaque mardi il y a des
cafés-rencontres à La Chaudronné, où des organismes viennent
présenter les services qu’ils offrent en réponse aux problématiques les plus courantes vécues
par les usagers-ères ».
Norm and Lessard, un usager de La
Chaudronnée et m embre de l’Associat ion des Locat aires de Sherbrooke conf iait Au journal « Le
Chaudron »:
PAGE
D’après le journal « La Nouvelle » de
Sherbrooke, du mercredi 20
novembre 2013.
Résumé : Sylvain Janvier.
Élisée Lemieux, un usager de La
Chaudronnée de l’Estrie, s’est confié
au journaliste Pierre-Luc Trudel.
Dossier : Des ressources et des
ΦΚΤ͑
Τ
͑
Ζ
Λ
ΓΣΖ͑
Ξ
ΡΒΣ͑
Ζ
͑
Χ
Τ
Κ
Π
Π
Ο
͑ͤ͑͟Η
͑ΞΚ͞
ϋ
Β
͑
Ν
Σ
͑
͑
Φ
Τ
ΦΚ
͑ΛΠ
Σ͑ΕΦ
Ρ
Ο
Φ
Ζ
Φ
Π
‫׏‬
͵
Ρ
Ε
λ͑
Τ͑͝
ΧΒΚΝ͑
ΘΖΤ͑
Ο
Κ
Β
Β
Ρ
Σ
Σ
Κ
Υ
΅
Β
͑
Τ
͑λ͑
͑ΕΖΤ
͑ΕΖ͑
Σ
Β
Φ
͑
ΒΧΖΔ
Ϊ
Ζ
Ν
͑
͑
Ν
ΓΒΝ
ΚΖ͑ΖΥ
ΚΟΖ͑Κ
Ξ
Σ
Β
Υ
Ζ
͑
Β
Ξ
Τ
Κ
΁
ΤΖ
͑ͽΒ͑
Ζ͑ΤΦ
ͻ
ϰ
͑
͑
͑
Τ
͟
Κ
ΚΝ
Π
ΡΒΣΗ
ΥΣΒΧΒ
͑
Τ
Ο
»
͑ΒΝΝΠ
Τ
Φ
ΣΚΖ͑͟
Υ
Π
Τ
Ο
Ͷ
͑ΖΟ͑
Τ
Σ
Φ
Ζ
ΒΚΝΝ
29
PAGE
30
Yves Lambert : « Il y a eu
un peu de folie dans l’air
du temps des fêtes ! »
Le 5 décembre 2013, c’était le 5 à 7 des employé-e-s et du conseil d’administration : 14 personnes étaient
présentes. Depuis quelques années, Yves Lambert organise cet évènement. Cette année, il a choisi comme
endroit la Salle de quilles « Shermont » rue King Est à Sherbrooke.
Durant cette soirée, il y a eu un souper, un échange de
cadeaux et quelques parties de quilles ainsi que de
billard.
Carole Drolet : « Pour notre sécurité, Lise lançait avec le
trépied… la boule se dirigeait
donc vers l’avant!!!»
Propos: Yves Lambert, membre du c.a. et bénévole à La Chaudronnée et
Carole Drolet, adjointe à la coordination de la Chaudronnée. Photos : Carole Drolet.
PAGE
31
Envoi de Françoise Gosselin, usagère et bénévole à La Chaudronnée de L’Estrie.
-M. Jacques Forest était un travailleur à la cuisine de La Chaudronnée de 2002 à 2007.
(Photo 2 : Premier souper de Noël 2002 de M. Serge Cardin. M. Forest était accompagné d’Hubert Richard).
Dans « La Nouvelle » de Sherbrooke du mercredi 2 0 novembre 2 0 1 3 , on apercevait Charles Coulombe 1 du
Centre de Santé et des Services Sociaux – Institut Universitaire de Gériatrie de Sherbrooke, Sylvain Vachon 2 de
la Maison Oxygène, qui étaient parmi d’autres intervenants-es du Collectif pour la santé des hommes en Estrie.
Le regroupement, formé depuis 2 ans, a 4 objectifs : avoir une meilleure connaissance des besoins, développer
et consolider les services existants, offrir de la formation pour les intervenants-es du milieu et sensibiliser la population.
1
2
Coordonnateur de La Chaudronnée de l’Estrie entre 1 9 9 7 et 2 0 0 2 . Participation à plusieurs « Nuit des sans abris ».
Participation à plusieurs « Nuit des sans abris ».
PAGE
32
Témoignage : Jimmy Richard, usager de La Chaudronnée de l’Estrie.
Rédaction : Stéphanie Paquette, usagère de La Chaudronnée de l’Estrie
« Quelle année d’épreuves et de châtiments! Qui aime bien châtie bien... il doit m’aimer vraiment beaucoup!
Enfin, elle est finie cette année 2013. On m’a tout enlevé : loyer, chèque et même pays, j’en ai presque laissé
ma peau! Tout a commencé en octobre 2012. Convocation d’urgence à l’aide sociale. Une femme sans foi,
sans scrupule, mais surtout sans aucun professionnalisme m’a pris en grippe! C’est vrai, parfois je ne suis pas
commode, je m’emporte, surtout si on me menace de me couper mon chèque à défaut de démontrer et de
fournir des paperasses qui, encore aujourd’hui (18 mois plus tard et une panoplie d’intervenants au dossier)
n’est toujours pas réglé. Le goujat (impoli), sans jugement : elle voulait me dompter de m’être emporté
contre elle, elle me le ferait payer.
Et deux fois plutôt qu’une, parce qu’elle a aussi fait une plainte aux policiers et j’ai dû faire de la prison!! Oui
oui… pour avoir crié sur son répondeur… j’ai fait du temps pour avoir voulu empêcher la « gente dame »
d’exercer son métier, voilà l’accusation aussi insipide que farfelue qui m’a valu quelques mois de prison!! Injustice honteuse! C’est justement de ne pas faire son métier comme elle doit avec jugement et imputabilité
qui me fit perde toute patience. Elle connait mon dossier, mes troubles organisationnels, mes tendances
« maniaco » et mes dépendances mortelles possibles. Elle a tout devant elle pour qu’elle double d’effort pour
agir avec responsabilité et professionnalisme, qu’elle veille à agir avec prudence et réflexion. Elle avait non
seulement la possibilité d’agir avec vaillance et responsabilité, mais elle en avait l’obligation et le devoir de
par son poste et l’ensemble des normes qui régissent leurs conduites professionnelles.
Mais non, je suis le chien et elle est la victime. Ce qu’elle voulait??!! Que je
lui apporte simplement ma preuve de citoyenneté canadienne. Juste ça!
Savez-vous à quel point ces démarches sont compliquées et dispendieuses!!
Et si en plus vous devez les faires sans adresse et sans téléphone, voulait-elle
me tuer? Tout le monde sait que je suis citoyen canadien, juste de par mon
numéro d’assurance social qui ne commence pas par 9 (car tous les immigrés ont un numéro qui commence par 9). Mais non, elle va me dompter!
Ça m’apprendra, c’est ce qu’elle dit. Un mois j’avais un chèque, deux mois
je n’en avais pas…
PAGE
33
Personne n’en a rien à foutre des cochonneries d’un gars comme moi. Alors, j’ai « squatté », l’âme en peine,
chez mon chum Mathieu. Y’a beau être généreux, ça vient tannant d’avoir quelqu’un assis sans bouger, fixement l’œil égaré dans le châssis. C’est lourd. Je suis lourd, mais pourtant complètement vidé. Ma blonde revient
enfin en février. Je peux espérer pouvoir dormir dans un vrai lit et sentir un peu de chaleur sur ce corps et cette âme frigorifiée. Mais déjà en mars le glas sonne. Elle ne peut même pas me dépanner, le « BS» nous considère conjoints, ils nous poursuivent pour 25000$ rien de moins.
Je n’avais même pas eu le temps de reprendre mon souffle, de reprendre un peu de force, que je devais encore repartir avec rien et sans garantie de chèque. Député provincial, travailleur social, député fédéral, agent
d’immigration… Tiens parlons-en de lui! Un certain M. Dussault qui avait surement les meilleures raisons au
monde de débarquer en plein été avec 10 autos patrouilles dans un quartier résidentiel des plus tranquille afin
de me dire qu’il était au courant de mes démarches pour officialiser ma citoyenneté et qu’ il avait été contacté
par mon agente de la sécurité du revenu : il venait s’assurer que j’avais bien compris le sérieux de la chose!!
Quelques mois plus tard, j’apprenais que ce valeureux guerrier postmoderne (pfff), fier défenseur de la citoyenneté, avait finalement toutes les preuves de ma citoyenneté entre les mains. Il avait d’ailleurs déjà fait voir ces documents à « super agente » de l’aide sociale. Mais qu’en avaient-ils tous à
cirer d’avoir tout entre les mains? Le véritable enjeu ne semblait pas être
celui-là! Il y avait quelque chose de plus vertueux que ces deux comparses
peaufinaient : dompter Barabas!
Je témoigne de cette histoire pour dénoncer la faute grave et l’irresponsabilité de cette femme que je ne sais
même pas si je peux la nommer de peur d’être poursuivi… la très peu honorable employée du gouvernement
provincial, mais je témoigne surtout pour offrir toute ma gratitude et remercier du fond de mon cœur Suzanne
Labbé qui jamais ne m’a laissé tomber et encore une fois La Chaudronnée, qui parfois dépasse leur mandat,
mais qui souvent sauve des vies comme ils ont fait avec moi. Voilà comment le communautaire est essentiel,
souvent même a ramassé la merde que le gouvernement soi-disant responsable cause dans ces actions.
MERCI SUZANNE ET MERCI LA CHAUDRONNÉE ».
Bientôt, dans un nouveau chapitre de ma vie vous pourrez lire une
autre belle histoire d’injustice. Dans le prochain journal « Le Chaudron »
d’avril 2014.
PAGE
Source: www.cooperativehabitation.coop
34
Principes et valeurs coopératives
Le Manifeste des coopératives d'habitation
En 1977, à Sherbrooke, les coopératives d'habitation adoptent un manifeste dont le but est d'énoncer les valeurs et les principes de base qui leur sont communs et qui serviront de référence à toutes leurs actions.
x la reconnaissance du droit au logement
pour tous plutôt que la recherche du
profit par l'habitation;
x le développement d'un authentique
mouvement dans le secteur de l'habitation basé sur des rapports égalitaires et
sur l'auto-gestion;
x l'accessibilité de tous à un logement
convenable, à un coût raisonnable;
x l'accumulation d'un capital collectif plutôt
qu'individuel;
x l'éducation des membres et du milieu;
x l'intercoopération.
Le Mouvement coopératif vous intéresse et
vous êtes à la recherche d’un logement dans
une coopérative?
La Fédération des coopératives d'habitation de
l'Estrie (FCHE) met à la disposition de la population plus de 1 500 logements. Mettez toutes les
chances de votre côté pour mieux connaître les
coopératives et les stratégies pour trouver un
logement coopératif en participant à la soirée
d'information.
Par : Sylvain Janvier.
PAGE
35
L’Association des Locataires de Sherbrooke rencontrait le député du
NPD Pierre-Luc Dussault, mercredi le 8 janvier dernier. Celui-ci allait
remettre au premier ministre Stephen Harper une carte de revendication confectionnée par des locataires. On retrouvait des gens de La
Chaudronnée, des membres de la TACAE (Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie et la TROVEPE (Table ronde des organismes volontaire d’éducation populaire de l’Estrie).
Voici un résumé du communiqué de presse de l’Association des Locataires : « La décision du gouvernement fédéral de se retirer totalement du financement, à long terme de nouveaux logements, à partir du 1er janvier 1994 a
privé le Québec de 65 000 logements sociaux, dont 1670 dans la région métropolitaine de Sherbrooke. Ces logements auraient presque entièrement été
destinés à des ménages à faibles revenu. »
Normand Couture : « si tous ces logements avaient étés réalisés, le nombre
de mal-logés et sans-abris de Sherbrooke aurait été réduit d’autant. 7125 ménages locataires consacrent plus de la moitié de leur revenu au loyer, selon
l’enquête de Statistique Canada en 2011. »
« Le retrait fédéral a aussi sonné le glas du programme d’habitations à
loyer modique (HLM) qui, malgré une certaine croyance véhiculée à tort
dans les médias, n’est jamais revenu depuis, alors que près de 40 000
ménages sont en attente d’un tel logement à travers le Québec, dont
près de 900 à Sherbrooke ».
Aucun parti politique n’est depuis revenu sur cette décision de se retirer du financement. Ils se contentent d’accorder du financement à court terme et non récurrent, à ce qu’Ottawa appelle « le logement abordable ». Les conservateurs y consacrent 250 millions $ par année à l’échelle du Canada. Au Québec : 58 millions$, somme que le FRAPRU (Front d’action populaire en réaménagement) qualifie de « peanuts ».
PAGE
36
D’après le livre de recettes de La Chaudronnée de l’Estrie, « Le Culinart –dans l’eau chaude »,
Michel Lemieux, juin 2006.
PAGE
Jeudi, le 12 décembre 2013, c’était la fête de Noël au
local du Tremplin 16-30 pour les membres de l’Association
des Locataires de Sherbrooke !
Jeux, chansons et même
un « calleur » pour des danses folkloriques. En musique,
« L’Amitrad » agrémentait cette soirée et il y avait un
service de traiteur. Au début, on invitait les gens à jouer
à la chaise musicale, les yeux bandés, mais accompagnés.
D’ailleurs, un des membres est une personne non-voyante
ce qui permettait de se mettre à sa place. Par la suite,
des enveloppes « brunes » étaient placées sur des cordes
à linges. Les yeux bandés, les gens devaient ramasser une
enveloppe. Dans certaines, un prix de présence
s’y trouvait .
37
Par : Sylvain Janvier
PAGE
38
Spécial 25 ans journal « Le Chaudron »
Par : Sylvain Janvier
PAGE
Quelques groupes de stagiaires en Service social de l’université de Sherbrooke vont venir à la Chaudronnée d’ici le printemps pour observer ce qui se
fait dans le milieu communautaire.
De plus, un groupe de stagiaires en médecine viendront prochainement pour
connaître les organismes communautaires et voir ce qui se fait.
39
PAGE
40
PAGE
41
À l ’ o c c a s i o n d e l a « G u i g n o l é e d e s mé d i as »
« L e C h au dro n » vo u s p r é s e n t e . . .
Photo : Sylvain Janvier
Je suis bénévole depuis plus de 21 ans à Sherbrooke dont12
ans pour un organisme de personnes handicapées et depuis
9 ans à CFLX FM. J’aime tout ce qui touche aux arts, plus particulièrement le théâtre que j’exerce depuis 20 ans. Je fais
autant l’improvisation que l’humour, soit par des spectacles
et des chansons de mon cru…
Voici quelques « Jobinades » (morinades : jeux de mots) de mon cru :
Luc Jobin, animateur à l’émission « Musique en
bloc » les lundis, mercredis, jeudis et vendredis de
midi à 16H à l’antenne de la radio communautaire
de l’Estrie, CFLX 95,5FM. (www.cflx.qc.ca).
« Lorsque j’étudiais au Centre St-Michel de Sherbrooke en travail d’équipe,
notre professeur spécifia : « n’oubliez pas d’écrire votre nom ». Et je signai :
votre nom!
Un lundi matin dans l’autobus, je m’assois au centre et tout le monde toussait. J’ai eu l’impression de participer au jeu télévisé « Tous pour un! »
Savez-vous pourquoi certains adolescents ne sont pas en forme? Parce qu’ils
participent passés! » (pas assez).
Partout au Québec le 5 décembre 2013, c’était la traditionnelle « Guignolée des
médias » pour une 13ième année.
La radio communautaire de l’Estrie, CFLX 95.5 fm était présente !
On y retrouvait l’organisateur : Patrice Desmarais, vice-président, responsable musicale et animateur de l’émission « Le Rock et ses racines ». Aussi des jeunes du
Carrefour Jeunesse-emploi et du Centre
St-Michel.
La « gang » a amassé au moins un millier de dollars aux coins des rues King Est et
Papineau !
PAGE
42
Hommage posthume pour Snoute
Par : Sylvain Janvier
Snoute - Michel Craig, né à Windsor en Estrie. Un de nos poètes de rue s’est éteint chez lui
en début décembre 2013. Jean-Marie Breault, usager de La Chaudronnée, disait que
Snoute venait de célébrer récemment son anniversaire de naissance et qu’il avait fait un
voyage en Europe avec sa poésie.
Snoute a été usager pendant un temps à La Chaudronnée et un fidèle collaborateur pour
ses textes parus dans votre journal « Le Chaudron » de septembre 2006 à février 2014.
Plus d’informations sur
www.facebook.com :
amis de Snoute ou Frank
Poule.
(D’après « Le vieillard-enfant » paru dans « Le Chaudron » de septembre 2006. Lecture au
Bar « La Rive-gauche » de Sherbrooke par Chantale Prince, le 24 novembre 2002).
« Dans la rue il échangeait ses petits recueils contre un peu de monnaie, une bonne parole, un sourire et servait parfois d’amant à ces femmes, ces filles qu’il aimait tant à cause de la transparence de leurs jouissances et de leurs beauté. » (D’après
« Homme » paru dans le « Le Chaudron » d’août 2009).
« A pied sur le pouce Le baluchon à l’épaule À l’intérieur d’un café, j’attendais. Vers la fenêtre, mon coup s’étirait Au dehors, seul les pissenlits s’indignaient D’être piétinés, par des gens insatisfaits. » (D’après « En ville » paru
dans « Le Chaudron » d’août 2011).
Recueils de poésie : « Ses matins buveurs de brumes par moi-même Snoute » (Parue dans « Le
Chaudron » de décembre 2011).
PAGE
43
m/HSU«HWOಬHQIDQFHSRXUQRXUULUODVRXYHQDQFHHVWXQWHUUDLQGHSU«GLOHFWLRQSURSLFH¢VHVRXPHWWUHGಬHUUHUHWGHYDJDERQGH UFDUOHV
RGHXUVOHVVRQVODG«FRXYHUWHGHVRLOHVSD\VDJHVOHVDPLWL«VHWOಬDSSUHQWLVVDJHGHODG«FRXYHUWHGHOಬH[LVWHQFHFHTXLFRPEOHQRWUH
« Les vagues du rivage frappent les récifs, éclaboussent le virginal visage de La Rochetière. Malgré le bla-bla ravageur du village, pieds nus à la marée, solitaire, l’eau à la cheville, un foulard quadrillé rouge vif sur la tête, se seins
menues libres sous un châle gris pêcheur, un sac de toile à l’épaule, la limpidité du bleu de l’atmosphère dans les
yeux, l’or du blé dans les cheveux blonds. La Rochetière aux joues dedans, pleure en silence ». (D’après « La Rochetière »
paru dans « Le Chaudron » d’avril 2013).
Pour souligner le temps des fêtes qui approchait, Snoute se souvenait de ses parents : « Accroupis dans la même position
que « Le penseur » de Rodin, de façon nonchalante, face à un escalier qui m’offrait siège et hospitalité, juste au devant de
l’Armée du Salut… (D’après « Fanal » paru dans « Le Chaudron » de décembre 2013).
Le poète de l’ombre (Hommage à Michel Craig)
11 décembre 2013. Par: David Lacharité, intervenant à La Chaudronnée de
l’Estrie..
de ses mains de terre et d’argile
façonnant chaque vers comme une maison
la poésie est son œuvre
son ultime voyage
au pays des rêves fugueurs
dans une douce brunante sans fin
Nelligan sur son vaisseau d’or
salut notre poète de l’ombre
cet être qui aujourd’hui
accoste son voilier
au sein d’une immensité éternelle
...que certains surnomment la mort…
de sa main fragile il inscrit sur le sable doux de nos mémoires
rien n’est terminé pour le poète
qui ne se remet pas à genoux
va, laisse-toi aller par le courant
ton souvenir nous emportera dans ton univers
et nous serons gardien de ta mémoire
au sein de notre monde qui oublie trop aisément
Bon voyage aux pays des milles-et-un-cosmos
Michel, notre frère
afin que nous puissions tous nous revoir un jour
(Nous pouvons retrouver d’autres textes de snoute :)
Recueil de poésie : « Bottines » Snoute (Michel Craig). Mise en page : Robert
Milette. Graphisme du titre : Christine de la boutique OZ, 56, Wellington nord,
Sherbrooke. Dessin : Sébastien MacDoff. (Paru dans « Le Chaudron » de juillet
2013).
PAGE
44
Par : David Lacharité, intervenant à la Chaudronnée de l’Estrie
Lacrima-avortis
Divergences
des sanglots sanglotants s’agglutinent
contre la paroi utérine
gressée
d’une chapelle violée
le détour du chemin tracé
vaut à lui seul la vie transpar la peur de l’inconnu
d’aller plus loin
les dieux empalés expirent en silence
surplombent le Golgotha assassin
d’une femme vacillante
conventions
les différences
pluie de clous sur les
crucifie les faux dieux
slot-machine d’indulgences
cricifi-âge aux multiples rides effacées
l’enfant interplacentaire
se noie dans les flots cycloniques de ses larmes
et le temps passe, l’étau se resserre, les murs se recroquevillent
de plus en plus contre la solitude d’une terre perdue
le silence s’automutile
d’un discours dénaturé
danse macabre inhumée
sous le soleil du midi
les cendres parolières s’exposent
à la castration d’une ambiance béton
mais ou donc est passée l’éclat lumineux d’un possible espoir ?
Réflexions
Un des multiples pièges de la société actuelle est de nous faire croire que nous sommes uniquement des êtres de
consommation. Et pourtant, ne sommes-nous pas une personne humaine avant d’être un mouton qui boit du Coke ?
Vivre en de-art…
L’homme est un animal domestiqué par le divertissement.
La genèse de toute innovation ou changement est le non-conformisme.
L’opposition entre deux éléments est la source de toute création : le choc.
L’être humain se tourne vers la révolte malsaine au moment ou il cesse d’être curieux.
Le silence est chant de l’âme…et parfois son cris.
PAGE
45
Rien n’est plus paradoxal que le changement : savant mélange d’intelligence et d’instabilité.
Le don de la vie est un cadeau lourd à porter.
L’être humain arbore une multitude de masques pour oublier sa condition première d’animal opportuniste.
La page blanche est la toile du peintre aveugle.
Croire au sentiment d’appartenance, lui donner de l’importance est une erreur monumentale car ce dernier
mène inévitablement au plus perfide contrôle social.
Je suis très étrange…Désirant ardemment accorder les âmes, j’éprouve de la difficulté à accorder une simple guitare.
Je ne demande qu’une seule faveur à la vie : celle d’avoir le droit d`être incohérent.
Pour moi, le mot liberté s’écrit libre-heurtée…Qu’on me laisse donc me peter la gueule avec grâce.
Notre apprentissage est directement lié à notre capacité de désapprendre.
La pire chose à dire à un être humain est de rester comme il est…Qu’y a-t-il de plus pervers que de priver un
individu de sa capacité d’évoluer ?
Ce que l’on nomme liberté n’est qu’une prison plus vaste.
Tout appui devient béquille.
Le renoncement est la porte d’entrée de la folie.
Un silence bien placé est la plus redoutable des armes.
La recherche de l’équilibre est une cause perdue…On perd des années à la trouver et le reste de sa vie à s’en
défaire.
La vie est une période transitoire entre deux néants, alors…
Que la vie nous éclaire afin que nous devenions des sur-vivants !
Perdu dans l’évidence.
L’identité est le mirage le plus pernicieux dans le désert de la vie.
Je préfère de beaucoup vivre comme un honnête trou de cul plutôt qu’en hypocrite saint !
Qui prend véritablement conscience que l’univers qui l’entoure est un geôle, celui-là est le plus libre des
hommes.
PAGE
46
Pauvre au 15e siècle, mœurs et expressions populaires…
(Envoie courriel à Sylvain Janvier)
« La prochaine fois que vous prendrez un bain et que vous trouvez que l’eau n’est pas à la
température souhaitée, pensez à vos ancêtres qui vivaient au 15 e siècle… »
La plupart des gens se mariaient en juin, parce qu’ils avaient pris leur bain en mai et qu’ils sentaient encore bon. Cependant, la
chaleur arrivant, ils commençaient à sentir, alors les mariées apportaient un bouquet de fleurs pour cacher l’odeur… d’où la
coutume, pour la mariée, de porter un bouquet…
Les bains se prenaient dans un grand tonneau rempli d’eau chaude. L’homme de la maison avait le privilège de passer le premier,
puis tous les autres fils et hommes; alors seulement après tous les mâles venaient, les femmes et finalement les enfants et le
dernier de tous, le bébé. Mais comme l’eau était devenue très sale et qu’on pouvait perdre quelqu’un au fond, on lançait la
phrase « Attention de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain …».
Les maisons avaient alors un toit de chaume; de la fine paille pilée l’une sur l’autre, sans bois devant. Cela devenait la place favorite des petits animaux pour se tenir au chaud : chats, chiens, rats, souris et autres bestioles. Quand il pleuvait, l’endroit devenait glissant et certains animaux tombaient; alors d’où vient l’expression anglaise «It rains cats and dogs » (Expression employée lorsqu’il pleut averse). Comme on ne pouvait les empêcher de tomber dans les beaux draps, cela devenait un vrai problème. Alors on inventa le lit à baldaquin…
Le plancher se salissait facilement. Seuls les riches pouvaient se payer des produits pour enlever cette saleté; les pauvres furent
donc vite traités de « sale pauvre ».
Parfois ils réussissaient à se procurer du porc; c’était un signe de richesse, quand un homme pouvait apporter du bacon à la maison et l’expression est restée « Bring home the bacon » (rapporter le bacon (la paye) à la maison).
Les riches possédaient des plats en étain; mais les produits avec un grand taux d’acidité provoquaient l’empoissonnement; c’est
pourquoi pendant plus de 400 ans, les tomates ont été considérées comme poison…
Le pain était divisé selon le statut de chacun; les travailleurs avaient droit à la croute souvent brûlée du dessous, la famille, la mie
du milieu et les invités, la croûte du dessus…
Les coupes pour la bière et le wiski étaient souvent en étain. Ils provoquaient des malaises et les gens se traînaient sur les routes
et on les pensait souvent morts. Mais avant de les enterrer, on les amenaient sur la table de la cuisine et pendant ce temps, les
autres buvaient et mangeaient jusqu’à ce que le malade se lève ou décède pour de vrai…d’où vient la coutume de « la veillée
du corps »…
Souvent, comme les cimetières étaient vite remplis, on empilait les gens dans le même lot. Mais plus d’une fois sur 25, on constatait
que le « mort » précédent avait gratté et laissé des traces sur la pierre tombale. Ils réalisèrent donc que certains avaient été
enterrés encore vivants… Alors, pour éviter pareille torture, ils décidèrent d’accrocher une corde au poignet du mort qu’ils
laissaient ressortir en dehors et ils y accrochaient une cloche. Et quelqu’un devait veiller chaque nuit pour voir si la cloche ne
sonnerait pas. Si oui, on disait qu’il avait été « sauvé par la cloche »…
Et tout ceci est la vérité…Maintenant, qui osera affirmer que l’histoire est ennuyeuse ?
PAGE
47
Des bas de Noël pour les sans-abris
Source et photo : Canal de télévision MA-TV, émission « Montréalité »
dimanche le 15 décembre 2013
Résumé : Sylvain Janvier
À Montréal, plusieurs initiatives se mettent en branle pour la période des fêtes. Avec le groupe
de jeunes dans la vingtaine « Âmeuni » (www.facebook.com) ceux-ci distribuent aux sans-abris
des bas de Noël.
Vanessa Ross, 24 ans, en entrevue à l’émission à « Montréalité » :
« Je ne suis pas une travailleuse sociale. Mon collègue Tony avait eu l’idée de préparer pleins de sandwiches. Puis
nous les avons distribués aux sans-abris du centre-ville. Puis j’ai pensé que nous devrions refaire le geste à chaque semaine.
Depuis le printemps 2013, c’était à raison d’une fois semaine, puis c’est devenu 2 à 3 fois par semaine. Avec nos sacs à dos on
va dans les ruelles pour rencontrer les sans-abris. Les gens nous racontent leurs vies et on apprend pleins de choses…À chaque fois l’expérience est complètement différente.
Dans mon cœur je suis un peu nomade. Les moments de ma vie lorsque j’étais la plus heureuse étaient lorsque je
voyageais avec mon sac à dos, juste par l’effet d’avoir moins de possession matériel. Voilà pourquoi dans une faible mesure,
j’arrive à les comprendre pour leur goût de liberté. Ce n’est pas tous les sans-abris qui choisissent cette vie là.
Je suis professeur de yoga. Une des pratiques est de redonner à la communauté. Ameuni signifie : AME UNI. Nous
faisons tous et toutes partie d’une même conscience collective. Les sans-abris sont très gentils, humbles et capables de dire
« MERCI ! », mais ce n’est pas ce que je pensais auparavant, avant de les fréquenter. Je regarde les gens : Métro, boulots, dodo. Ils et elles ont l’air moins heureux que les sans-abris. Qu’est-ce qu’ils ont compris que nous ne comprenons pas ? »
À la fin de l’entrevue on remettait un énorme bas de Noël à Vanessa, pour le remette à une femme sans-abris. Le 22 décembre
2013, une centaine de bas de Noël étaient distribués !
Et des livres…
Source : Canal de télévision RDI -Réseau de l’Information. Émission « Second Regard » dimanche le 15 décembre 2013. « La caravane philosophique »
Résumé : Sylvain Janvier
Nadya Duguay, issu du milieu des arts et de la coopération internationale, est en route avec sa « caravane philosophique » à travers
les rues et parcs de Montréal.
N. Duguay :
« Nous avons du matériel de réflexion et de création. Notre camion est comme une bibliothèque roulante, de la
nourriture pour l’esprit ! Nous travaillons au niveau de la santé intellectuelle et culturelle. Lorsqu’on rencontre des sans-abris intéressés à la lecture, j’ai confiance que la personne va lire et remettre le livre plus tard.»
Dave X, qui revient de loin, est un ancien sans-abri qui veut créer une entreprise de publicité. Il s’approche en arrière du camion. Il
recherche des livres sur les entreprises et des crayons.
Dave : « Par leur geste c’est de l’espoir que cela donne ! ».
L’initiative d’offrir des livres vient de « Idées-Action Mobile ». L’organisme va aussi dans les stations de Métro en diffusant de courtes vidéos de 30 secondes et ceci fait en sorte d’attirer les gens. On retrouve les sans-abris en pleine lecture dans les soupes populaires.
Nadya : « cela crée des dialogues puis des liens. Le projet peut contribuer à sortir les gens de leur problématique personnel ».
Des philosophes et chercheurs de l’UQAM - l’Université du Québec à Montréal - ont rencontré l’organisme. À long terme on voudrait que cette initiative se répande.
470 Bowen Sud
Sherbrooke, Qc, J1G 2C7
819-821-2311
[email protected]
www.chaudronweb.org
Prochaine parution
Avril 2014

Documents pareils

Décembre 2013 - La Chaudronnée de l`Estrie

Décembre 2013 - La Chaudronnée de l`Estrie apprenons ensemble. Par exemple, nous cherchons à comprendre pourquoi c’est difficile de se trouver un logement abordable, pourquoi notre facture d’électricité augmente, pourquoi le coût de notre n...

Plus en détail

GUIDE DE RESSOURCES COMMUNAUTAIRES

GUIDE DE RESSOURCES COMMUNAUTAIRES Cher ami, chère amie, C’est avec beaucoup de plaisir que je vous fais parvenir ce Guide de ressources communautaires ayant pignon sur rue à Sherbrooke. Notre ville compte plus d’une centaine d’org...

Plus en détail