communiqué de presse

Commentaires

Transcription

communiqué de presse
Luxembourg, le 28 avril 2016
Avec un patrimoine financier net de plus de 70.000 EUR par habitant, le
Luxembourg affiche un niveau supérieur à la moyenne européenne!
Dans le cadre de sa stratégie « empowering people to stay a step ahead in life and in
business », ING a réalisé, sur base des chiffres d’Eurostat, une étude sur le patrimoine financier
des Européens.
Ce jeudi 28 avril, Philippe Ledent, Senior Economist ING, a présenté les résultats de l’étude pour
le Grand-Duché et pour les ménages qui y résident.
Vue d’ensemble du patrimoine financier et de son évolution
Les comptes financiers des ménages comportent deux volets : au niveau de l’actif, on retrouve
l’ensemble des actifs financiers détenus par les ménages sous différentes formes (cash,
actions, obligations, fonds, autres). Cet actif total approchait 70 milliards € en 2015.
Néanmoins, le passif des ménages, composé essentiellement de dettes (emprunts
hypothécaires principalement) doit être déduit de l’ensemble de ces actifs pour obtenir le
patrimoine financier net des ménages. Celui-ci était de quelque 15 milliards € en 2002 et a
atteint 40 milliards € en 2015, soit 71.800€ par habitant.
Dans de nombreux pays européens, la crise financière a eu un impact majeur sur le patrimoine
financier des ménages. En effet, l’actif de ces derniers s’est réduit considérablement,
déstabilisant leur équilibre financier et bien souvent des économies dans leur entièreté.
Dans le cas du Luxembourg, la santé financière des ménages s’est globalement améliorée au
cours de la période 2002-2015 et la crise financière n’a eu qu’un impact limité sur les équilibres
financiers de ces ménages.
Eléments de comparaison internationale
Le Luxembourg se caractérise par un patrimoine financier par habitant supérieur à la
moyenne européenne.
La relative stabilité de l’actif des ménages au Luxembourg se démarque de la moyenne
européenne. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce fait: d’une part, les éléments évoqués ont
ici joué: la population croît de manière plus dynamique que dans d’autres pays et la
progression des revenus est également plus forte (dès lors, à taux d’épargne constant, la
progression de l’actif des ménages est plus forte). D’autre part, la composition du patrimoine le
rend plus ou moins sensible à l’évolution des marchés. Dès lors, la composition particulière du
“portefeuille” des ménages luxembourgeois a joué un rôle important.
Composition du patrimoine financier des ménages
Le patrimoine financier des ménages luxembourgeois est essentiellement composé de cash
(numéraire et dépôts). Une proportion de cash supérieure à 50% est atypique à l’échelle
européenne.
Globalement, la structure du patrimoine n’a pas fondamentalement changé entre 2002 et
2015. On note cependant une érosion de la part des obligations dans le patrimoine, ce qui est
également le cas dans d’autres pays, comme la Belgique.
Evolution depuis la crise
Si l’on regarde l’évolution brute des différentes classes d’actifs depuis la crise, on constate que
les ménages luxembourgeois se sont globalement désintéressés des obligations. Tout en
restant assez conservateurs, les actifs plus risqués, tels que les actions et les fonds, ont par
ailleurs connu des évolutions plutôt contrastées. Dès lors, le “cash” et les autres produits
d’épargne axés sur la pension semblent bien les produits privilégiés des ménages.
Cette structure de portefeuille permet certes aux ménages luxembourgeois de moins subir les
évolutions parfois violentes des marchés financiers. Par contre, dans une période de taux
extrêmement faibles, cette structure n’offre qu’un rendement extrêmement faible de
l’épargne.
“Le patrimoine financier des ménages luxembourgeois a évolué positivement au cours de la
période 2002 – 2015 et la crise financière n’a eu qu’un impact limité. Ceci est, entre autres, dû à
une structure relativement conservatrice du portefeuille de ces ménages, la partie “cash” étant
particulièrement élevée par rapport aux autres pays européens.”, conclut Philippe Ledent.