LES INVAGINATIONS INTESTINALES AIGUES DE L`ADULTE

Commentaires

Transcription

LES INVAGINATIONS INTESTINALES AIGUES DE L`ADULTE
LES INVAGINATIONS INTESTINALES AIGUES
DE L’ADULTE
A propos de 3 cas à l’Hôpital Principal de Dakar
L. RIBAULT*, X. CUVILLIER, A.L. DIAGNE
RESUME
Les auteurs rapportent 3 cas d’invaginations intestinales aiguës de l’adulte opérées en urgence.
La résection intestinale a été nécessaire dans 2 cas.
1 fois le rétablissement de continuité s’est fait par
intubation iléo-colique (technique de Veillard mise au
point dans le service). 2 fois une amibiase a pu être
mise en évidence. Cette étude permet de réaliser une
revue de la littérature.
SUMMARY
The authors describe 3 patients with intussusception
in the adult operated on as an emergency.
Resection was necessary in 2 cases. An amebiasis was
discovered in 2 cases. The authors review some aspects
of a disease less frequently encountered in the adult.
Maladie du nourrisson, rare chez l’adulte en Europe, l’invagination intestinale se rencontre en Afrique.
Nous rapportons 3 cas d’invagination intestinale aiguë de
l’adulte recensés en 1989.
MATERIEL D’ETUDE
1 - Monsieur G.G. 44 ans, sans antécédent notable se
présente aux urgences pour syndrome occlusif évoluant
depuis 3 jours avec vomissements, hoquet ayant succédé à
un syndrome douloureux abdominal paroxystique associé à
des rectorragies. Ampoule vide au toucher rectal. Niveaux
liquides à l’A.S.P.
La laparotomie met en évidence une invagination iléocolocolique. La désinvagination effectuée avec douceur
montre une paroi colique nécrotique et multiperforée.
Colectomie transverse, angulo-colique et colique gauche.
Anastomose termino-terminale sigmoïdo-colique droite
avec colostomie d’amont. Suites immédiates simples.
* Service Sohier - Hôpital Principal Dakar.
Médecine d'Afrique Noire : 1991, 38 (6)
Biologie non spécifique.
Pas d’étiologie mise en évidence.
Fermeture de la colostomie à la 3° semaine.
2 - Madame J.K. 35 ans. Hospitalisée pour syndrome
occlusif évoluant depuis 2 jours. Déshydratation légère.
Abdomen météorisé. Ampoule vide au toucher rectal.
L’abdomen sans préparation montre de niveaux sur le
grêle.
La laparotomie découvre une invagination iléo-coecale
serrée.
L’anse est viable après désinvagination. Fixation pariétale.
Suites simples.
Biologie en faveur d’une amibiase. Traitement médical
adapté.
3 - Monsieur N’D. D. 22 ans est hospitalisé au 10° jour
d’un syndrome occlusif fébrile. Découverte de sang sur le
doigtier.
L’abdomen sans préparation montre de nombreux niveaux
sur le grêle.
La laparotomie objective une invagination colo-colique
droite avec double perforation sur 15 cm de colon.
Résection colique droite, rétablissement de continuité par
intubation iléo-transverse. Suites simples.
Sérologie amibienne positive. Traitement médical adapté.
COMMENTAIRES
Les invaginations intestinales sont relativement rares chez
l’adulte. Elles représenteraient 2 % des occlusions (14).
Il est difficile de retrouver une prédominance liée au sexe
(5, 8, 22, 23) et des particularités liées à l’âge (8, 14, 22,
23).
Anatomiquement, l’iléon est considéré comme une zone
d’atteinte préférentielle (8, 14), les invaginations colocoliques ne représentent que 27 % des cas (23). Plus rares
sont les invaginations colo-rectales (17), colo-anales ou
jejuno-gastriques (4, 7, 9, 10).
LES INVAGINATIONS INTESTINALES AIGUES DE L'ADULTE
Contrairement aux formes primitives du nourrisson, une
lésion organique est retrouvée dans 80 % des cas chez
l’adulte (1, 19, 20).
Dans notre travail, nous n’avons pas mis en évidence de
lésion organique et l’on peut penser que des lésions
inflammatoires comme tuberculose, fièvre typhoïde (14)
ou amibiase (21) peuvent être incriminées. Nous avons en
effet retrouvé 2 sérologies amibiennes positives.
Comme chez l’enfant alors, l’hyperpéristaltisme serait
déclenché par des réflexes neuro-végétatifs à point de
départ ganglionnaire (14, 15). Ces formes idiopathiques
rares en Europe seraient les plus fréquentes en Afrique
Noire (4, 11,15).
CLINIQUEMENT
Tous les malades ont été reçus en urgence, leur état nécessitait une laparotomie.
Classiquement chez l’adulte, l’évolution est chronique
avec douleurs abdominales intermittentes associées à des
crises sub-occlusives (15).
La forme aiguë débute brutalement chez un patient jusquelà bien portant, elle représenterait 1/3 des cas (14), ce serait
l’apanage des formes iléo-iléales. Pour Mondor (12), la
forme aiguë serait le stade ultime d’une invagination
chronique pour laquelle un diagnostic précoce n’aurait pas
été fait. La gravité d’un tel regard explique l’ampleur des
lésions : sphacèle ou perforation rencontrés dans 2 de nos
observations.
443
La coloscopie permet de diagnostic dans certains cas (13).
TRAITEMENT
Il est toujours chirurgical. La simple réduction quand elle
est possible doit être associée au traitement de la lésion
initiale quand elle existe.
Dans notre série nous avons dû réaliser 2 résections larges
au delà des zones sphacelées et se pose le problème en
urgence du rétablissement de continuité :
Une fois nous avons réalisé une anastomose terminoterminale protégée par une colotomie d’amont (observation
n°1) et une fois nous avons réalisé une intubation iléotransverse (16, 18), méthode simple fiable, utilisable en
milieu septique, réalisable en 1 temps, elle évite un dernier
temps opératoire de fermeture de colostomie.
PRONOSTIC
Les différentes séries font état d’une mortalité élevée : 9 à
30 % (6, 8) sans doute liée à la durée de l’évolution et à
l’étendue des lésions gangréneuses. Nous ne déplorons
aucun décès, la morbidité est liée chez ces patients à
l’accumulation des facteurs de gravité liés à la cause (15)
et à la durée de l’évolution : déshydratation, septicité et
toxicité du contenu péritonéal dans les cas de sphacèle et
de perforation.
CONCLUSION
RADIOLOGIQUEMENT
L’abdomen sans préparation précise l’occlusion et montre
les niveaux hydro-aériques.
Dans les formes chroniques le lavement baryté effectué
avec douceur précise les images caractéristiques, images en
cocarde, en corolle de fleur (2, 17).
Si l’échographie peut être utile pour visualiser une masse,
elle est souvent gênée par la présence d’air.
L’épisode aigu de l’invagination intestinale est rare chez
l’adulte, il révèle souvent la maladie et justifie l’intervention chirurgicale.
Cependant, il peut être l’aboutissement d’une évolution
chronique qui diagnostiquée à temps aurait permis un geste
chirurgical dans de meilleures conditions.
BIBLIOGRAPHIE
1 - ADLOFF M.
Occlusion intestinale aiguë de l’adulte. Encycl. Méd. Chir. (Paris, France)
Urgences, 24059 A, 10 1984.
2 - BRET P, PIANTE M., TRAN MINH V., DELIOT J.F.
Signes radiologiques des invaginations iléo-coliques de l’adulte (13
observations) Ann Radiol 17 : 471-477, 1974.
3 - BRET P., PIANTE M., TRAN MINH V., DELIOT J.F.
Signes radiologiques des invaginations du grêle de l’adulte (à propos de 3
cas).
Ann. Radiol. 17 : 487-90, 1974.
4 - CLERGET GURNAUD J.M., VAVDIN P., ANDRE J.L
L’invagination colo-rectale essentielle de l’adulte. J. Chir. 121 : 773-4,
1984.
5 - CORAN A.G.
Médecine d'Afrique Noire : 1991, 38 (6)
900
Intussusception in adults. Am. J. Surg. 117 : 735-8, 1969.
6 - COTLAR A.M., COHN I.
Intussusception intestinale de l’adulte.
Rev. Prat. 9 : 415-9, 1959.
7. DELANNOY E.
Invagination intestinale de l’adulte. Rev. Prat. 9 : 415-9, 1959.
8 - GUPTA S., UDUPA K.N.
Intussusception in adults. Inter Surg. USA 61 : 231-3, 1976.
9 - LATASTE J., ALDOU J.C., BOEUF A.
Les invaginations colo-anales de l’adulte, J. Chir. 109 : 489-84, 1975.
10 - MATTEI F., HOUZE J.P., BACON, HERVE L., MARSIL JC. H.
A propos d’un cas d’invagination colo-sigmoïdo-rectale aiguë chez
l’adulte.
Chirurgie 99 : 827-9, 1973.
11 - MERLE H., KONE A.
L’invagination essentielle de l’adulte. Forme majeure de l’affection en
milieu africain. Mém. Acad. Chir. 86 : 202-5, 1960.
12 - MONDOR H.
Invagination intestinale aiguë de l’adulte. In : diagnostics urg e n t s ,
abdomen. Masson édit. Paris, 1974, 800-5.
13 - OSSART J.L., BOUDAILLIEZ C.
Invagination iléo-caecale de l’adulte provoquée par un lymphome malin
non hogkinien. A propos d’un cas. Méd. Chir. Dig. 17 : 341-3, 1988.
14 - OTTENI E., KLEIN A., HOLLENDER L.F.
Les invaginations intestinales de l’adulte, à propos de 19 observations
personnelles. Ann. Chir. 26 : 617-21, 1972.
15 - OUADFEL J., ASSEM A., JALIL A., IFRINE L., KOUTANI A.,
BALAFREJ S.
Médecine d'Afrique Noire : 1991, 38 (6)
L. RIBAULT, X. CUVILLIER, A.L. DIAGNE
Les invaginations intestinales aiguës de l’adulte. A propos de 6 cas.
Lyon Chir. 86-4, 319-321, 1990.
16 - RIBAULT L., VEILLARD J.M., SARRE B., DIOUF B., BELLIER
L., DIAGNE A.L.
Place de l’intubation iléo-colique dans le traitement des péritonites par
perforation iléale. Mem. Ac. Chir. 28-02-90.
17 - RIBAULT L., VERGOS M., KONAN P., GOURNIER J.P. ,
RIBAULT A.
L’association procidence interne-prolapsus rectal. A propos d’1 cas chez
une femme africaine. Méd. et Armée 17-6, 453-455, 1989.
18 - RIBAULT., DIAGNE A.L.
L’intubation iléo-colique : technique de Veillard.
Lyon. Chir.
19 - ROPER A.
Adult intussusception, Surg. Gynecol. Obstet. 103 : 267-78, 1956.
20. SANDERS G.B, HOGAN W.H., KINNARD D.W.
Adult Intussusception and carcinoma of the colon. Ann Surg. 147 : 796802, 1958.
21 - SOW M.L., CHERBONNEL G., NUSSAUME O., DIOUF A.B .
Invagination intestinale aiguë sur amoebome. Lyon Chir. 73 : 729-30,
1977.
22 - STALPORT J., VAN DEN NOORTGATE D., HORECZKY G.
Les invaginations sigmoïdo-rectales de l’adulte. A propos de 3
observations. Acta Gastroenterol. Belg. 40 : 86-96, 1977.
23 - WEILBAECHER D., BOLIN J.A., HEARN D., OGDEN W.
Intussusception in adult. Review of 160 cas. Am. J. Sur. 121 : 531-5,
1971.