Jean Christophe NINET

Commentaires

Transcription

Jean Christophe NINET
Jean Christophe NINET
Conseiller municipal d’opposition, candidat lors des dernières élections
municipales de 2008 à Saint-Ismier,
Conseiller intercommunal du Grésivaudan,
Président de l’association l’Ismérusien,
vous rend compte de l’action politique de son groupe au Conseil Municipal
et répond au bilan de mi-mandat de Madame le Maire de Saint-Ismier.
L’équipe en place a distribué à l’automne son
bilan de mi-mandat ...
Rappelons que celui-ci a surtout
été marqué par les affaires :
•• Vente illégale d’un terrain de 5000 m à un adjoint au Maire pour 1,5 euros
le mètre .
•• Découverte d’une opération de marchand de biens réalisée sur la
commune sous le précédent mandat par le conjoint du Maire.
•• Signature d’un protocole d’accord pour l’achat de terrains par la municipalité
sans passer par le vote du conseil.
•• Mise en cause de l’impartialité du Maire par un témoin dans une opération
de promotion immobilière.
•• Enquête judiciaire sur l’action du Maire diligentée par le Procureur de la
République confirmée dans le Dauphiné libéré du 8/11/2009.
•• Censure des élus d’opposition, défaut de transparence.
Ces affaires ont déjà été largement traitées et nous ne souhaitons donc pas les
redévelopper ici. Pour plus d’informations : www.jean-christophe-ninet.fr
Le présent document contient essentiellement
nos propositions pour les trois années à venir.
Les élus de notre groupe
Joëlle TONAIND
Jean Claude GENEVOIS
http://w w w. jean- c hr istop he -ninet. fr /
Geneviève PICARD
«
1
Urbanisme
Trop c’est trop !
Nous demandons l’arrêt de la multiplication des projets immobiliers
La politique de construction de Saint-Ismier va très au delà des objectifs
fixés par le Plan Local d’Habitat de la Communauté de Communes du Grésivaudan.
Cette politique est en contradication totale avec les promesses électorales
de Madame Ferradou et de son équipe.
En chiffres
Réalisés :
•
•
Villa Dauphine : 56 logements
Domaine de Pampre 97 logements
Résidence
du Manival
En cours de commercialisation :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Les jardins d’Ervergreen : 57 logements.
Villa natura : 66 logements.
L’ismerial : 24 logements.
L’écho : 24 logements.
Les résidences du Manival : 7 logements.
Le clos de Vesta : 33 logements.
Le clos de charvinières : 8 logements.
Brigitte Pimentel : 8 logements
Dauphilogis : 47 logements.
427 logements seront construits !
Une bétonisation préjudiciable à
notre cadre de vie et insoutenable
pour nos infrastructures actuelles.
27 immeubles
seront construits
durant ce mandat !
Brigitte Pimentel
Clos de Vesta
Villa Dauphine
L’écho
Villa Natura
Domaine de Pampre
L’Ismérial
Evergreen
Clos de
Charvinière
Dauphilogis
«
2
Urbanisme
Nos propositions à l’équipe en place
Abandonner
l’utilisation
systématique du
droit de préemption
généralisé
Ce droit de préemption généralisé menace
tous les propriétaires
et n’a pas de véritable
objet.
Le projet de zone industrielle Isiparc se révèle être une
catastrophe économique. Aucune entreprise n’a souhaité
s’y installer à ce jour. La municipalité veut désormais
brader les terrains avec de lourdes pertes à la clé
Il se caractérise à Saint-Ismier
par l’absence de justification
réelle sur les maisons préemptées. A ce jour les préemptions
n’ont débouché sur aucun
projet et n’ont généré que des
contentieux et des conflits.
Nous pensons qu’après 3 ans de
commercialisation improductive, une
concertation avec les riverains et les
habitants doit être engagée dans le cadre
de réunions publiques pour réfléchir à
l’avenir de cette zone actuellement en
friche.
Reconsidérer le programme
immobilier Dauphilogis, futur
«ghetto» social
Un «ghetto» va être construit aux portes de la commune : près
de 100 % de logements sociaux vont sortir de terre à la Bâtie
près de Médivallée, à moins de 200 mètres de l’autoroute,
dans une zone classée bruit important, à plusieurs km de tout
commerce, exclus de la vie communale, en totale contradiction
avec la loi Solidarité et Renouvellement Urbain.
Plan local d’urbanisme
Avec la politique actuelle,
notre population vieillit. Villa
Dauphine et le domaine de
Pampre sont de volumineux
programmes difficilement
accessibles pour les jeunes
Le coût de la création de cette zone est considérable en
terme d’infrastructures et de portage financier pour le
contribuable ismérusien:
1 500 000 euros pour l’achat du foncier.
1 200 000 euros de coûts d’infrastructures !
La friche d’Isiparc
Il faut mettre en oeuvre une vraie politique d’accession à la
propriété pour les jeunes.
Nous l’avons vu, de nombreux programmes immobiliers se développent à
Saint-Ismier. Or ces logements sont très coûteux et inaccessibles aux jeunes
ménages. Notre population vieillit : en quelques années notre commune est
devenue la deuxième la plus âgée du Grésivaudan (27% de la population a plus
de 60 ans). A la rentrée scolaire de 2010, nous avions 53 élèves en moins dans
les écoles primaires de la commune, une classe a déjà fermé. Ces chiffres ne vont
pas s’améliorer car la liberté donnée aux promoteurs et l’absence de maîtrise
du foncier aboutissent à des prix de vente prohibitifs sur les programmes de
promotion immobilière.
Nous réclamons une maîtrise de l’action des
promoteurs et de l’acquisition des emprises foncières
pour que ces logements deviennent accessibles
aux jeunes ménages.
3 Urbanisme
Nos conseils à l’équipe en place
Eviter les prises de décisions irréfléchies qui conduisent à
des dépenses inutiles comme Isiparc ou comme la ZAC de
Baratière
231 618 euros ont été dépensés en pure
perte à Baratière !
La Zac de Baratière (après le Mémorial Doyen Gosse)
Le 30 juin 2008, l’équipe majoritaire a voté (délibération
n°2008-083) le projet de la Zac Baratière. Avec ce projet de
Zac, des expropriations ont été envisagées. Lors de ce vote,
Madame le Maire, et tous les élus de son équipe ont passé
sous silence, aux élus de l’opposition, toutes les dépenses
qui avaient déjà été engagées dès 2005 ainsi que le refus de
la quasi-majorité des propriétaires concernés de vendre leurs
parcelles situées en zone agricole.
Dès le 30 juin 2005, Madame le Maire a mandaté la société
d’économie mixte SE 38 pour acquérir les parcelles
concernées par la Zac de Baratière à 20 euros le m2.
Les parcelles AH 90 et AH 121 ont été achetées pour un
montant de 137 650 euros (Conseil municipal du 29 mai
2006). Une 3ème parcelle ( AH 76 P) a été achetée au prix
de 13659 euros (Conseil municipal du 4 juillet 2006). Tous
les autres propriétaires ont refusé. Le mandat de la Société
d’Economie Mixte Territoire 38 d’une durée de 6 mois puis
reconduit pour 18 mois a été finalement renouvelé en
2006 pour 30 mois jusqu’en 2008 ( fin du mandat le 8 juillet
2008). Le coût des études réalisées par Territoire 38 s’élève à
70429,48 euros, la rémunération de Territoire 38 pour l’achat
des terrains est de 9880 euros.
Devant l’opposition des habitants du secteur du Manival de
Saint-Ismier et de Saint-Nazaire, l’équipe majoritaire a dû
abandonner dès 2008 le projet de la Zac de Baratière. A ce
jour et à notre connaissance, plus de 231618 euros ont donc
été dépensés en pure perte. Une consultation préalable
des habitants aurait permis de ne pas gaspiller inutilement
l’argent public.
Prévoir des aires de
stationnement
Un problème
qui va nuire à la
qualité de vie
des habitants
du domaine de
Pampre !
Nous espérons que le nombre
de places de parkings sera
plus adapté dans les autres
programmes
Consulter la population
avant de mettre en place
un projet immobilier
De nombreux
riverains
découvrent un
beau matin ce
que leur a réservé
la mairie !
Les riverains de Villa Natura ont
vu arriver les panneaux des
promoteurs sans même être au
courant du projet. Les habitants
de Buttit ne savent même pas
que le programme «L’écho»
va se développer dans leur
quartier !
Ecouter les habitants d’un quartier lorsqu’ils proposent des
amendements raisonnables à un projet immobilier
Les habitants de Charvinières
ont fait un vrai travail en
proposant une alternative
cohérente et réfléchie au projet
de construction de la mairie sur
la zone AU1 aujourd’hui appelé
programme Evergreen.
Le commissaire enquêteur lors de l’enquête publique s’est lui même
prononcé pour la solution proposée par les habitants.
L’équipe en place est passée outre ces avis en avalisant le projet
beaucoup plus dense du promoteur. Nous avons alors tout tenté pour
casser la décision de la mairie en déposant un recours au tribunal
administratif avec tous les élus de l’oppositions. ll nous a été opposé
un des avocats payés par les contribuables de Saint-Ismier. Celui-ci a
développé tous les arguments du droit pour que le projet Evergreen
pourtant contesté par tout le monde puisse voir le jour. Malgré les
moyens importants qui nous sont régulièrement opposés, nous
continuerons à défendre notre cadre de vie et les habitants de SaintIsmier.
Un excès d’appartements à la
vente en dispositif loi Scellier
est en train de se constituer
Perturbation du marché locatif annoncée !
Les habitants de Saint-Ismier qui ont investi dans ces
appartements risquent de ne pas trouver de locataires preneurs
devant le nombre considérable de lots créés et le desserrement
inévitable du marché.
4 Culture Associations
5
Nos propositions
Scolaire, enfance
Nos propositions
Les locaux scolaires vieillissent ...
Le problème du bruit dans les
cantines n’est pas résolu
Nous proposons que le rayonnement culturel de
Saint-Ismier dans le Grésivaudan se développe par
l’intercommunalité
Agora : un directeur et une équipe très efficaces !
Nous tenons à féliciter le travail du directeur de l’Agora et de son
équipe dans la recherche de nouveaux spectacles.
L’inauguration de l’Université Intercommunale du Grésivaudan
s’est déroulée le Samedi 9 octobre 2010 devant un très nombreux public mais sans Madame Ferradou, Maire de Saint-Ismier,
pourtant présidente de la commission culture à l’intercommunalité du Grésivaudan. Aucun soutien n’a jamais été apporté
à ce beau projet. Les trois fondateurs dont deux habitent
Saint-Ismier ont mis tout leur coeur dans la mise en place de
cet enseignement de haut niveau ouvert à tous dans plusieurs
sites du Grésivaudan sur des sujets aussi variés que la géologie,
l’astrophysique ou la philosophie. Ils n’ont obtenu aucun soutien
de la mairie. Nous souhaitons une longue vie à l’UICG qui a déjà
séduit un grand nombre d’habitants de la vallée. Déjà 300 inscrits
au bout de deux mois d’existence ! Le site de l’UICG : http://www.
uicg-gresivaudan.fr.
L’équipe en place a
imposé la signature
d’un charte
contraignante
pour toutes les
associations
En l’absence de
signature, les
associations sont
privées de salles ou
de publication dans
le Lien !
Nous demandons l’arrêt de la
politique discriminatoire envers
les associations.
Seules les associations en accord avec
l’équipe majoritaire peuvent accéder
au journal municipal et bénéficier de
salles gratuites selon la première version
de la charte. Ce point qui a été retiré
sous la pression de tous les élus de
l’opposition. La réalisation de la charte
des associations a été faite sans aucun
débat au sein du conseil municipal.
Elle est révélatrice de la méfiance de la
municipalité envers les associations alors
qu’auparavant tout fonctionnait sur la
base d’une confiance réciproque. Dernier
fait en date, Madame le Maire exige de
pouvoir assister à toutes les assemblées
générales des associations de Saint
Ismier et d’être prévenue un mois à
l’avance ...
Nous souhaitons la mise en oeuvre de travaux dans les
écoles indispensables à la sécurité de nos enfants et de nos
enseignants.
Les écoles sont de plus en plus mal entretenues. Une fenêtre mal
réparée est malheureusement tombée sur une institutrice . On ne
peut pas attendre qu’un enfant soit blessé pour mettre en oeuvre les
travaux nécessaires …
6
Jeunesse et transport
Nos attentes
Les problèmes de transport des jeunes de Saint-Ismier
s’aggravent
Depuis que le Conseil Général a réduit la portée du 6030, les
jeunes habitants du haut de la commune sont souvent obligés
de faire de longues marches pour prendre le 6020, seul moyen
pour eux de ne pas être en retard à leurs cours. Ce même 6020
est bondé le matin car les rotations sont insuffisantes. Les
sorties à Grenoble sont toujours aussi difficiles en l’absence
de bus le soir et les parents continuent à faire le taxi. Enfin, le
6020 dans sa forme actuelle est en danger puisque le Conseil
Général envisage de déplacer son terminus place de Verdun.
L’effet serait encore plus néfaste que pour le 6030.
Nous demandons à Madame le Maire de renégocier
auprès du Conseil Général le parcours du 6030, de
défendre le trajet actuel du 6020, d’obtenir plus de
6020 le matin et un 6020 plus tard en soirée.
7 Transports
8
Nos attentes
Sport
Nos propositions
Laissons les clubs sportifs en paix !
Et aidons les à se développer.
Un transport en site propre toujours en attente
La pollution et les embouteillages nous accompagnent quotidiennement.
Le Grésivaudan ne doit pas être oublié dans le futur schéma de transport.
Roger Barlet vient de publier une excellente analyse sur le sujet. Le
collectif tram 5 et L’ADTC sont en phase avec le Conseil Général qui dispose
d’un budget important après l’abandon de la rocade nord. Les élus du
Grésivaudan doivent maintenant se mobiliser pour le projet de tram
Moirans-Crolles-Brignoud. Appel est lancé à Madame Ferradou, aujourd’hui
silencieuse sur le sujet, pour appuyer le projet.
9
Sécurité
Nos propositions
Nous proposons depuis l’an dernier de remplacer les ralentisseurs
routiers installés en 2010 par une signalétique au sol adaptée, un
dispositif rétrécissant moins dangereux et de faire sécuriser les sorties
d’écoles par les employés de mairie.
Nous constatons que Madame le Maire et son équipe désinstallent enfin
certains de ces ralentisseurs. L’utilité de ces équipements est loin d’être démontrée. Ces implantations ont été réalisées sans aucune étude d’accidentologie
chiffrée pour la commune. Plusieurs de ces ralentisseurs ne répondent pas aux
recommandations du CERTU car ils sont placés sur des pentes à plus de 6 %.
Nous savons également que des accidents ont eu lieu avec de jeunes cyclistes,
ces dispositifs étant glissants. L’obligation de s’arrêter en montée est contraire
au code de la route et bloque la circulation lorsque la chaussée est enneigée.
Certains habitants de Saint-Ismier subissent jusqu’à 8 ralentisseurs pour aller de
la RD1090 à leur domicile. Cela n’est pas acceptable. Une pétition engagée par
un habitant de Saint-Ismier indépendamment de notre action semble avoir petit
à petit raison de l’entêtement de la municipalité. Plusieurs personnes des services techniques pourraient sécuriser les abords des écoles sans que cela coûte
au contribuable. Une signalétique au sol adaptée et un rétrécissement de voirie
adaptés suffiraient à mettre en garde les automobilistes.
Le 7 octobre 2010 a
eu lieu la commission
de sécurité du Centre
Hippique des Alpes
avec tous les acteurs
concernés. L’adjointe à
l’urbanisme de SaintIsmier s’est opposée
au déclassement du
centre en cinquième
catégorie alors que
tous les acteurs
de la sécurité du
département,
pompiers, préfet, etc …
y étaient favorables.
L’opposition de la mairie de Saint-Ismier à ce
déclassement oblige désormais l’association à
engager d’importantes dépenses qu’elle ne peut pas
payer sur tous les vitrages des bâtiments.
C’est une nouvelle contrainte qui a été imposée au
club comme celle de la multiplication par huit de
son loyer, contrairement à tout usage. Nous nous
interrogeons sur les obstacles dressés contre l’activité
hippique et ce club sportif qui contribue pourtant
très largement au rayonnement de notre commune.
Le mécontentement des adhérents aurait conduit
Madame Ferradou à rencontrer le président du club
pour lui proposer de faire régler les travaux par la
commune. Nous en prenons acte, mais il aurait été
beaucoup moins coûteux pour les contribuables
d’accepter le déclassement du bâtiment comme l’avait
admis la commission de sécurité.
Football
AS manival
Des terrains encore à
rénover
Il serait temps de
mettre à contribution
la nouvelle
intercommunalité
pour soutenir le
football. N’a t-on pas
financé une partie du
subventionnement de
ST microélectronics
en intégrant la
Communauté de
Communes du
Grésivaudan ? Ce
serait un juste retour
des choses que le
football bénéficie
de subventions
intercommunales
10
Finances
Nos propositions
Techniques de financement : nous proposons de
remplacer la dette à taux variable non sécurisée
de la commune par des emprunts à taux capés*.
Notre analyse financière de la commune nous a
permis de constater que 50 % de la dette communale
était à taux variable non capé *. Dans un contexte
international d’explosion des dettes souveraines,
de montée des prix des matières premières et
d’inflation salariale dans les pays émergents, le
risque d’inflation importée va grandissant. La partie
de notre dette non protégée contre l’évolution
des taux courts risque dans quelques années de
créer une forte augmentation de notre charge de
remboursement et de déstabiliser notre structure
financière. Nous proposons de profiter du différentiel
de taux favorable actuel pour négocier auprès de nos
créanciers un arbitrage vers des financement à taux
capé.
Animer un vrai débat
d’orientation budgétaire
et présenter les comptes
de la commune en les
accompagnant d’une
présentation synthétique
Le débat d’orientation budgétaire
animé par le maire se borne à la
présentation de quelques dépenses
sans réel recul sur la situation
économique locale, nationale et
internationale. Les projets à moyen
terme de l’équipe en place ne sont
pas exposés et les grands ratios
financiers ne sont pas évoqués. Un
changement radical doit être opéré
pour mettre en place une véritable
analyse prospective pour notre
commune.
Mettre fin à l’opacité sur les décisions
de dépenses,les marchés et le choix des
entreprises
L’attribution des marchés publics pourrait être
beaucoup plus orientée vers la diminution des
coûts.
Les décisions d’engager les dépenses doivent
gagner en transparence en particulier en
commission travaux.
* L’augmentation des mensualités peut croitre sans
limite avec une éventuelle montée des taux d’intérêt.
Nous demandons une réduction du train de vie du Maire et de son équipe
De nombreuses dépenses sont réalisées en
pure perte. Sans vouloir polémiquer, le faste de
certains repas entre élus de la majorité nous
a choqués. Ils se sont récemment autorisés
à dépenser des sommes importantes pour
un repas auquel participaient les élus et
leurs conjoints, fourni par un traiteur venu
spécialement de Chambéry connu pour avoir
servi l’équipe de France de foot lors de son
passage dans la région ! Pourquoi ne pas faire
travailler les commerçants de la commune ?
L’argent du contribuable n’a-t-il pas d’autre
usage que de financer les agapes municipales en
cette période de crise ?
Enfin, pourquoi la municipalité se déplace-telle en si grand nombre au congrès des maires.
Déjà sous l’ancien mandat, onze personnes se
rendaient à Paris au frais du contribuable. De
plus, contrairement à la règle, aucun rapport
n’est jamais fourni au conseil municipal. Ne
pourrait-on pas éviter cela ?
Mieux maîtriser les dépenses.
Les dérapages sont devenus très
nombreux.
Créatio
Il faut instaurer une vraie rigueur
dans la gestion de nos dépenses.
Nos demandes de justificatifs
restent souvent sans réponse.
Comment justifier une dépense
d’un million d’euros pour rénover
l’éclairage public ? Selon nous de
nombreuses solutions techniques
sont à explorer pour diminuer nos
coûts énergétiques à moindre frais.
Enfin, est-on obligé de faire appel
à de coûteux bureaux d’études ou
consultants pour chaque mission
de la vie municipale ?
10
Notre action
Les faits marquants de ces trois dernières années
Depuis trois années, nous travaillons sans relâche pour la commune. Nous intervenons au
Conseil Municipal sur de très nombreux sujets et assistons en permanence aux commissions
urbanisme, travaux, vie scolaire, jeunesse, finances, culture, animation et CCAS. Nous
participons également à la vie de la Communauté de Communes du Grésivaudan dans les
commissions culture, urbanisme et habitat, finances et au Conseil Intercommunal en tant
qu’élus.
Il faut savoir qu’il n’y a que 7 élus d’opposition au Conseil Municipal : 4 élus de notre groupe
(UMP, Modem, sans étiquette) et 3 élus du groupe Robert Pallière (PS, sans étiquette). Nos
deux listes représentent pourtant près de 60% de vos votes. Nous l’acceptons, c’est le jeu de la
démocratie. Bien qu’ayant des sensibilités politiques différentes, nous nous sommes entendus
pour travailler ensemble lorsque l’intérêt général, la probité, la transparence, la démocratie,
les libertés d’expression et d’information étaient en jeu. Lors de nos recours communs au
tribunal administratif pour défendre les habitants, les avocats de la municipalité n’ont pas
hésité, au mépris de la tradition politique, à nous réclamer des indemnités de plusieurs
milliers d’euros au cas où nous serions déboutés. Nous sommes pourtant bénévoles et ne
percevons en tant qu’élus d’opposition aucune indemnité ...
Durant ces 3 années, nous avons toujours défendu l’intérêt général. Nous nous engageons à
poursuivre notre action pour le bien de la commune.
Les élus : Jean Christophe Ninet, Joëlle Tonaind, Jean Claude Genevois, Geneviève Picard
Année 2008
Nous avons bloqué le projet de Zac à Baratière lancé sans aucune consultation et contre l’avis
des riverains. Nous avons réalisé une pétition pour informer des risques que faisait courir
l’intercommunalité à notre commune. Celle-ci sera la première à souffrir de l’instauration
d’une taxe additionnelle intercommunale sur les ménages. Nous restons très vigilant sur ce
point. Nous posons de façon générale, le problème du coût de fonctionnement de l’assemblée
intercommunale qui souffre d’un nombre pléthorique d’élus. Nous avons réclamé et obtenu,
malgré le refus de notre Maire et de son équipe, le droit pour l’opposition de chaque commune
d’être présent au sein des instances intercommunales. Nous avons recommandé à l’équipe
municipale de ne pas multiplier les indemnités pour les élus en place. Nous avons contesté
les nombreuses délégations octroyées au Maire dont celle permettant d’engager une ligne
d’emprunt de 1,5 millions d’euros, soit 1/5e du budget communal, sans passer par le vote
du Conseil Municipal. Nous avons dénoncé le coût humain des expropriations d’Isiparc, les
manquements graves dans la conception du projet ainsi que son coût économique. Celui-ci
est aujourd’hui considérable. Nous avons protesté contre les nombreux dysfonctionnements
du Conseil Municipal et le manque de transparence des actions conduites par le Maire et son
équipe.
Année 2009
Nous avons fait annuler avec les autres élus de l’opposition la vente illégale à un adjoint d’un
terrain municipal de 5000 m2 au prix dérisoire de 1,50 euros/m2 par un recours référé au
tribunal administratif. Pour le projet Charvinière, appelé aujourd’hui Evergreen, nous avons
dénoncé le manque de concertation, la densité de ce projet et obtenu avec les riverains la
diminution du nombre et de la hauteur des immeubles prévus. Malgré les efforts de Madame
Ferradou pour réduire l’opposition au silence, nous avons révélé au Conseil Municipal l’existence
d’une enquête de gendarmerie diligentée par le Procureur de la République sur l’action du
Maire. Dans une action en justice menée en commun avec les autres élus de l’opposition, nous
avons déposé un recours au tribunal administratif pour dénoncer la signature par le Maire
d’un protocole d’accord sans le soumettre au vote du Conseil Municipal. Nous avons protesté
contre la volonté délibérée du Maire et de son équipe de priver les jeunes d’élection et de
choisir une « désignation arbitraire des jeunes élus » lors de la création du « Conseil Municipal
des jeunes ». Nous nous sommes battus contre le risque de création d’un ghetto social à la
Bâtie en contradiction de la loi SRU. Les membres de l’association GPS et nous, avons aidé un
habitant âgé du haut Manival à débroussailler les deux terrains adjacents à sa propriété. Le
Maire de Saint-Ismier refusait en effet de lui accorder un délai dans l’application de l’arrêté
préfectoral sur la prévention des risques dans l’Isère.
Année 2010
Pour défendre la liberté d’expression des élus, nous avons distribué un tract sur la censure
pratiquée par Madame le Maire et son équipe à l’encontre des élus de l’opposition dans le
journal municipal. Nous avons, avec les autres élus de l’opposition, fait modifier le projet
initial de la Charte avec les Associations selon laquelle l’octroi d’un local municipal dépendait
de l’existence ou non de « relations cordiales avec la mairie ». Nous avons dénoncé le coût
excessif (plus de 200000 euros) de l’élaboration du nouveau PLU par rapport au coût moyen
national pour une commune de cette taille (environ 35000 euros) . Nous avons contesté la
fermeture de la Zac de Pont Rivet dont le seul objectif était de permettre le lancement du
programme immobilier Villa Natura qui va comprendre 5 immeubles et 66 logements. Nous
avons dénoncé avec les autres élus de l’opposition, les graves dysfonctionnements du Conseil
Municipal et les défauts de communication de documents. Nous avons déploré au Conseil
Municipal, dans le lien et au sein de la commission travaux, la multiplication des panneaux,
poteaux, coussins berlinois installés au mépris parfois de la réglementation (coussin berlinois
placés dans la montée de l’église et enlevés par la suite) ou du simple bon sens (obligation
pour les voitures de s’arrêter dans les montées). Ce projet a malheureusement été conduit
sans concertation des habitants, sans analyse accidentologique et sans examen des différents
documents concernant la sécurité routière. Nous avons encouragé et salué la création de
l’université intercommunale du Grésivaudan qui compte à ce jour 300 adhérents. Nous avons
regretté l’impossibilité de la mise en place des pass fonciers dans le programme Charvinière et
donc l’impossibilité de réaliser une mixité sociale pour ce programme. Nous avons demandé
sans succès plus de transparence dans l’attribution des marchés publics.
Année 2011
Nous protestons contre le trop grand nombre de programmes immobiliers décidés sans
aucune information ou consultation des habitants et des riverains. Nous nous élevons
contre les réceptions dispendieuses organisées par le maire et son équipe. Nous demandons
d’exercer un contrôle sur les devis et regrettons que les commerçants de Saint Ismier aient
été écarté de ces marchés. Nous nous élevons avec les autres élus de l’opposition contre la
politique discriminatoire du Maire et de ses adjoints qui, en refusant de magnétiser les cartes
de tous les élus de l’opposition, les empêchent d’exercer leur mandat. Nous nous battons pour
la sauvegarde du Club Hippique des Alpes mis en difficulté par la Mairie.
Rejoignez-nous !
Nous avons besoin de vous pour préserver le cadre de vie et le charme de notre commune
ADHEREZ OU RENOUVELEZ VOTRE ADHESION A L’ISMERUSIEN POUR L’ANNEE 2011 !
Pour adhérer à « L’Ismérusien », soutenir notre action, participer à nos réunions et aux évènements que nous programmons, merci d’envoyer le présent
bulletin avec votre participation de 15 € pour une personne, 20 € pour un couple, 10 € pour un étudiant, à :
Association L’ismérusien, 66 allée des renoncules - 38330 - Saint-Ismier.
Nom(s) : ............................................................................................................................. Prénom(s) : ............................................................................................................................................
Adresse : .................................................................................................................................................................................................................................................................................................
Téléphone : ........................................................................................... E-mail (important pour l’envoi d’informations) ...................................................................................................
Vos souhaits et remarques concernant la politique communale : ....................................................................................................................................................................................
....................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
....................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
............................................................................................................................................................................................................................................. ......................................................................
Remarque : l’inscription à l’ismérusien est anonyme et les noms de nos soutiens ne sont jamais divulgués.
Impression sur papier écologique PEFC - Encres végétales -
Ce tract est réalisé sur papier écologique. Il est financé par notre équipe et ne fait appel à aucun parti politique

Documents pareils

Jean Christophe NINET

Jean Christophe NINET Le Code de l’Urbanisme laisse toute liberté aux Maires pour accélérer ou freiner le rythme des constructions de logements dans une commune. L’esprit de la loi est de limiter l’étalement urbain sans...

Plus en détail

Mr Jean-Christophe Ninet

Mr Jean-Christophe Ninet Monsieur Bernard JAY, directement intéressé à la délibération est bien sorti de la salle du conseil municipal pendant le débat et le vote de cette délibération mais a assisté à l’ensemble du consei...

Plus en détail

Notre équipe

Notre équipe Personnel de direction de l’éducation nationale, Serge est maintenant retraité. Ses activités professionnelles l’ont conduit à s’investir dans plusieurs associations du monde éducatif dont la M.A.E...

Plus en détail