Note de veille - La Fédération Forge Fonderie

Commentaires

Transcription

Note de veille - La Fédération Forge Fonderie
Note de veille
Aéronautique
Mars 2015
Jeu des acteurs aéronautiques
s
Veille marché
 En attendant les fortes augmentations de cadences en prévision sur le segment des moyencourriers, c’est la montée en cadence de son nouveau long-courrier, l’A350XWB, qui va occuper
toute l’attention d’AIRBUS en 2015.
 Néanmoins les sous-traitants aéronautiques qui vont devoir faire face aux fortes augmentations
de cadence tant d’Airbus que de son rival, Boeing, dans les années à venir vont devoir consentir
des efforts importants pour être prêts le moment voulu. En 2018, ce sont ainsi 34 appareils de
plus qui devront sortir des FAL des deux grands constructeurs tous les mois.
 Conséquence de cette nécessaire montée en puissance, on assiste à une nouvelle vague de
fusions avec par exemple la création de Stélia (fusion d’Aérolia et Sogerma) ou encore de
Nexteam (Asquini, Sofop, Gentilin), et de rachats (Allio par Loiretech…).
 Les acteurs du secteur misent aussi sur les nouvelles technologies (impression 3D,
robotisation…) pour remporter ce défi des cadences. C’est l’opportunité pour créer de nouvelles
activités spécialisées (cf. Prismadd).
Prévisions de livraisons d'avions moyen et longcourriers d'ici 2020
+43%
883
761
846
925
1024
BOEING
847
AIRBUS
690
760
760
2015
2016
2017
942
990
1050
2018
2019
2020
Source : Cabinet Leeham
Sommaire
MARCHE AERONAUTIQUE .......................................................................................................... 2
LIVRAISONS/PRODUCTION ......................................................................................................... 3
NOUVEAUX PROGRAMMES ........................................................................................................ 5
MATERIAUX ET PROCESS........................................................................................................... 7
RESTRUCTURATION .................................................................................................................... 8
FUSIONS ET RACHATS ................................................................................................................ 8
INVESTISSEMENTS / AGRANDISSEMENTS ............................................................................... 8
NOUVELLES IMPLANTATIONS .................................................................................................... 9
EMPLOI .......................................................................................................................................... 9
DIVERS ........................................................................................................................................ 10
PRINCIPALES RÉFÉRENCES .................................................................................................... 11
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
MARCHE AERONAUTIQUE
Malgré une croissance du chiffre d’affaires de 7 à 10 % en 2014, selon la première estimation du Gifas, les
PME de l’aéronautique n’ont pas encore totalement digéré les efforts consentis au cours des dernières années.
La forte progression des cadences de production entre 2010 et 2013, qui a nécessité d’importants
investissements matériels et humains, a laissé des traces dans les trésoreries. L’équipementier Latécoère est
un symbole de ces difficultés [1].
Aviation commerciale
 Après des résultats commerciaux sans précédent en 2014, Boeing a fort logiquement dévoilé des résultats financiers
record pour l’exercice 2014, marqué par une progression à deux chiffres de ses bénéfices, pour la cinquième année
consécutive. Son résultat net a bondi de 19 %, à 5,4 milliards de dollars, pour un résultat d’exploitation en hausse de
14 %, à 7,4 milliards de dollars. Le chiffre d’affaires, en hausse de 5 %, franchit pour la première fois le cap des 90
milliards (90,7 milliards de dollars), tiré par les ventes record de la branche aviation civile (BCA), en hausse de 13 %, à 60
milliards de dollars [2].
 Irkut, qui a déjà engrangé 175 commandes fermes, a de grosses ambitions et prévoie de vendre 1000 MC-21 sur les 20
prochaines années [3].
 Bombardier Aerospace a livré 290 appareils commerciaux en 2014 en hausse par rapport aux 238 livrés l’année
précédente, pour un chiffre d’affaires de 10,5 milliards de dollars (9,4 milliards de dollars en 2013). Par contre les
commandes sont en baisse avec 282 commandes nettes contre 388 en 2013. Le backlog est lui aussi en baisse puisqu’il
représentait $36,6 milliards au 31 décembre 2014, contre $37,3 milliards de dollars au 31 décembre 2013 [4]. Le
constructeur canadien a aussi livré 204 avions d’affaire contre 180 en 2013. Selon les prévisions de Boeing, la croissance
devrait se poursuivre et même s’accélérer en 2015, avec un chiffre d’affaires prévisionnel compris entre 94,5 et 96,5
milliards de dollars et 750 à 755 livraisons d’avions civils (contre 723 en 2014).
 Embraer a terminé l’année 2014 avec 149 commandes d’avions de ligne. Le constructeur brésilien a vendu l’année
dernière 89 E-Jets (69 E175 dont 50 pour Republic Airways, quinze E190, cinq E170) et 60 appareils de la famille E2
lancée en 2013 (35 E190-E2 dont 25 pour Air Costa, qui a aussi acheté les 25 E195 E2). Embraer insiste sur le niveau
de son carnet de commandes (backlog) qui au 31 décembre 2014 compte 359 avions d’une valeur totale de 20,9
milliards de dollars au prix catalogue, soit 30 avions de plus qu’en 2013 : cinq E170, 172 E175, 65 E190, sept E195,
cent E175-E2, soixante E190-E2 et cinquante E195-E2.
 ATR, basé à Toulouse, a vendu 160 avions, assorties de 120 options, contre 157 en 2011 (le précédent record) et
"seulement" 89 en 2013. Le carnet de commande gonfle ainsi et l’avionneur doit produire 280 avions, soit trois années de
production, pour une valeur de 6,8 milliards de dollars (prix catalogue) [5]. Mais avec la baisse du prix du pétrole ces
dernières semaines, ATR prévoit environ 90 commandes sur 2015, en nette baisse par rapport à 2014. Le constructeur
franco-italien peut toutefois compter sur les 120 options qu'il a obtenu en 2014 chez ses clients. Car l'avionneur régional a
un taux de conversion des options très élevé, de l'ordre de 90% [6]. De plus, 2015 débute sous les meilleurs hospices
avec 107 ventes signées avant même le salon de Farnborough.
 Plus de 150 ans après sa création, Daher, sous-traitant aéronautique de 8 300 salariés, également présent dans le
nucléaire et la logistique, a annoncé le 25 février un chiffre d’affaires proche du milliard d’euros (970 millions, +9%), et un
carnet de commande record de 3,3 milliards d’euros. Les contrats, chez Airbus Helicopters, Turbomeca, ou Gulfstream,
se sont encore multipliés en 2014. La société vise un doublement de son chiffre d’affaires « le plus vite possible ». Le
groupe, très présent chez Airbus, vise désormais le marché américain au sens large, des Etats-Unis au Brésil. Il y
dispose déjà d’une position forte avec son petit turbopropulseur d’affaires TBM 900, qui a vu ses ventes augmenter de
28% en 2014, et un contrat de sous-traitance avec le géant de l’aviation d’affaires Gulfstream sur les appareils G500 et
G600 [7].
 Lisi Group, numéro trois mondial des fixations aéronautiques, également présent dans l’automobile et le médical, affiche
pour sa part un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros en 2014 et 10 700 salariés. Avec ses 41 usines dans le monde
dont la moitié sont sur le sol français, ainsi que plusieurs acquisitions importantes (Creuzet Aéronautique, Manoir
Aerospace), il fabrique désormais aussi des sous-ensembles à forte valeur ajoutée [7].
 Avec 205 millions d’euros de chiffre d’affaires prévus en 2015, Figeac Aéro a quintuplé de taille en dix ans, soit un taux
de croissance moyen de 21% par an, et prévoit de doubler encore de taille d’ici à 2018.
Aviation générale :
 Les ventes de la famille Falcon de Dassault Aviation sont en hausse de 11 % par rapport à 2013, avec 71 commandes
nettes sur l'année. C'est le meilleur résultat depuis 2008. L'introduction du Falcon 8X en mai 2014 n'y est pas étrangère.
La réserve de commandes (backlog) a, de fait, progressé. Elle comprend 121 Falcon et 43 Rafale et représente
désormais 8,21 Md€ selon les prix catalogue.
 Avec 64 commandes engrangées l’année dernière, 2014 est une des meilleures années de l’histoire de Daher-Socata
[8].
Hélicoptères :
 Le français Turbomeca avec son nouveau moteur, l’Arrano, est finalement le seul motoriste retenu par Airbus Helicopters
pour son nouvel appareil, le X4, récemment renommé H160. L’ex-Eurocopter a annoncé que Pratt & Whitney Canada, qui
devait également motoriser le X4, avait finalement jeté l’éponge, d’un commun accord entre les deux entreprises. La filiale
de Safran aura donc l’exclusivité de ce tout nouvel hélicoptère bi-turbines de taille moyenne (5,5 à 6 tonnes), dont le
marché est estimé à quelques 600 machines. Le X4/H160, qui doit remplacer à terme la famille Dauphin (AS365 et
EC155), est destiné en particulier aux secteurs pétrolier et gazier mais aussi aux urgences médicales, aux services
publics ainsi qu'au transport privé de passagers (vols VIP). Le marché mondial des hélicoptères de tonnage moyen est
estimé à 200 appareils par an au moment de la commercialisation du H160 en 2018.
 En attendant, Airbus Helicopters a engrangé 402 commandes nettes en 2014, avec un succès tout particulier des
versions civil et militaire du EC145. Les commandes se répartissent de la manière suivante [9] :
Page 2/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
Commandes Airbus Helicopters en 2014
Famille Super
Puma / Cougar
EC175 EC225 / EC725
8
32
Famille Dauphin /
Panther / EC155
28
Famille EC120 /
Ecureuil / Fennec
/ EC130
176
EC145
115
EC135
43
 Après une année 2014 plutôt décevante, l’équipementier américain Honeywell a publié à l’ouverture du Salon Heli-Expo
d’Orlando (Floride) les résultats de son étude de marché annuelle qui prévoit que le marché des hélicoptères civils devrait
repartir à la hausse en 2015. En effet, 4 750 à 5 250 nouveaux hélicoptères civils devraient être livrés entre 2015 et
2019, soit 10 % à 20 % de plus que sur la période 2010-2014, qui s’était soldée par 4 300 livraisons. Les appareils légers
monomoteurs continueront de représenter la moitié du marché, en dépit du durcissement de la réglementation en Europe,
qui impose l’utilisation de bi-moteurs pour le transport de passagers. Cependant, le segment le plus important en valeur
sera celui des bi-moteurs de moyen-tonnage, comme le H160 , qui représenteront 31 % des livraisons. Les plus fortes
progressions sont attendues sur le marché nord-américain, qui doit absorber à lui seul 34 % de la production, contre 24 %
pour l’Europe. Malgré un gros potentiel, l’Asie restera encore relativement marginale, avec 14 % des livraisons prévues.
L’ouverture du ciel chinois aux hélicoptères civils, préalable au décollage des ventes, se fait toujours attendre [10].
LIVRAISONS/PRODUCTION
Segment moyen et long-courriers :
Avec 1 352 appareils moyen et long-courriers livrés en 2014, le nombre d’appareils produits a culminé à un
niveau encore jamais atteint, avec une domination de BOEING pour la troisième année consécutive. AIRBUS
avait dépassé BOEING, dans ce domaine, pour la première fois en 2003 et pendant 8 ans. Mais BOEING a
repris l’avantage en 2012 et détient actuellement 53% des parts de marché du segment en matière de
livraisons. Sa domination sur le segment des « wide body » porte même sa part de marché à 59% en valeur
des livraisons.
 Airbus Group (Fr) :
- Lors de la présentation de ses résultats annuels à Munich, Airbus a confirmé avoir l’intention de porter la cadence de
production de 46 exemplaires par mois au second semestre 2016. Les cadences pourraient même passer à un
rythme de 48 appareils par mois puisque certains fournisseurs semblent avoir été sondés en ce sens. D’ailleurs le
cabinet Leeham prévoit une répartition de la production en 2016 de la manière suivante :
 La FAL d’Hambourg devrait passer de 22 à 24 appareils par mois
 Celles de Toulouse et Tianjin resteront respectivement à 16 et 4 appareils par mois
 Tandis que la nouvelle FAL de Mobile prévue pour septembre 2015 en produira 2 par mois [11].
- Ensuite les cadences devraient passer à 50 appareils au premier trimestre 2017 [12] et une cadence de 54 appareils
par mois semble même envisagée pour 2018.
- Selon les dernières déclarations de John Leahy, la cadence de production des A320 pourrait même être relevée d’ici la
fin de l’année mais en 2015, c’est essentiellement la montée en cadence de l'A350 qui va mobiliser Airbus puisque 15 à
20 appareils doivent être livrés.
- L’avionneur européen prévoit que les A321 représenteront en 2015, 36 % de ses livraisons d’avions de la famille A320,
en hausse de 31 % par rapport à 2014. En 2014, Airbus a livré 150 Airbus A321 d’une capacité de 185 sièges en biclasse, contre 102 en 2013 ou 83 en 2012. Et la tendance à produire toujours plus d’A321 devrait se poursuivre dans
les années à venir d’après Simon Pickup, directeur marketing Amériques lors d’une conférence à Seattle [13].
- Enfin, Airbus a décidé de réduire temporairement la cadence de production de l'A330 à 6 appareils par mois à partir
du premier trimestre 2016. La raison en est simple : le carnet de commandes de l'A330ceo se réduit comme une peau
de chagrin. Airbus n'avait plus que 205 exemplaires à livrer à la fin janvier 2015. Et au rythme actuel, cela représente
moins de deux années d'activité alors que la production des A330neo n'a pas encore commencé [14].
 Boeing (US) :
- Si Airbus a livré 629 appareils en 2014 soit à peine 3 de plus qu'en 2013 et 94 de moins que Boeing, c'est en particulier
le doublement des cadences de production du 787 qui a permis à Boeing d'assoir sa domination notamment sur le
segment des avions à fuselage large (widebody) où Boeing a livré 99 appareils de plus que son rival européen [15].
- Après avoir dépassé les 720 livraisons en 2014, Boeing pense dépasser les 900 livraisons dans les prochaines années.
En effet le constructeur américain prévoie d'augmenter les cadences de production des 737 à 52 appareils par mois
Page 3/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
en 2018 et l'assemblage des 787 à 12 par mois en 2016 puis à 14 par mois en 2020. Si les augmentations de
cadences se passent comme prévu, ce sont 890 appareils des familles 737 MAX, 777X et 787 qui sortiront des chaines
en 2020 [16]. Néanmoins entre temps, si Boeing de rentre pas plus de commandes pour son 777, il devra en abaisser la
cadence de production, aujourd’hui à 8,33 appareils par mois, en attendant l’arrivée du 777x.
 Prévisions sur le segment moyen et long-courriers :
- Au vu des plannings d’augmentation de cadences annoncés et de la montée en puissance du programme A350XWB,
nous estimons qu’AIRBUS pourrait ainsi repasser devant BOEING en 2018 alors que près de 1 800 appareils devraient
être livrés au global cette année-là.
Livraisons d'avions moyen et long-courriers
AIRBUS
906
BOEING
723
648
588
527
491
381
311
325
378
305
281
303
320
285
886
824
* : Prévisions QUADRIUM sur la base des annonces de
constructeurs
434
398
930
884
453441
498481
483
510
462
601 626
785
743
743
706
689
629
534
477
375
290
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015* 2016* 2017* 2018* 2019*
- Le cabinet Leeham spécialisé en aéronautique s’est livré également à ses propres prévisions en réalisant un certain
nombre d’hypothèses [17] :
 Baisse des cadences de production de l’A330ceo à 6/mois en 2017
 Lancement de la production de série de l’A330neo avec 2 années de transition
 Ramp-up de l’A350 à 13/mois à partir de 2018
 Augmentation des cadences de l’A320 à 54/mois en 2018 puis alignement sur les cadences du 737
 Baisse de la cadence de production de 777 classic en 2017
 Arrêt de la production du 747-8 et du 767 en 2019
 Augmentation des cadences de production de la famille B737 à 58/mois en 2019 et 63/mois en 2020.
- D’après ces prévisions, AIRBUS rattraperait aussi BOEING en termes de livraisons en 2018. Les deux constructeurs
dépasseraient ensemble les 1800 appareils livrés cette année-là et même les 2000 appareils livrés annuellement en
2020.
Livraisons d'avions moyen et long-courriers d'ici 2020
AIRBUS
690
761
2015
760
846
2016
760
847
BOEING
942 883
990 925
1050 1024
2018
2019
2020
2017
Source : Cabinet Leeham
Aviation régionale :
 ATR (Fr/It) :
- Les livraisons d'ATR en 2014 se sont élevées à 83, soit 9 avions de plus qu’en 2013 et une augmentation de 60% sur
cinq ans. Conséquence directe de ces bons résultats commerciaux, le chiffre d’affaires atteint lui aussi un niveau inédit :
1,8 milliard de dollars en 2014 (1,63 milliard de dollars en 2013).
- A l'image de tous les avionneurs, ATR scrute l'état de la supply chain, d'autant que la priorité numéro une est la montée
en cadence de la production. ATR est en bonne voie pour livrer plus de 90 appareils en 2015... et franchir le cap des
100 avions en 2016. Le bon niveau de livraisons pour ATR se situe en effet autour de 100 avions par an dans le marché
tel qu'il est configuré aujourd'hui. Au-delà, il faut également prendre en compte les fragilités de la supply chain d'autant
que les compagnies aériennes ne supportent pas de trop attendre leurs livraisons. Patrick de Castelbajac juge que les
sous-traitants ne doivent pas uniquement privilégier Airbus et qu'il y a "une vraie mise sous tension de toute la supply
chain car beaucoup de leurs sous-traitants travaillent également pour Boeing, Embraer et d'autres" [6].
 Bombardier (C) :
- En 2014, Bombardier Aéronautique a dépassé ses objectifs de livraison avec un total d'environ 290 avions (204 avions
d'affaires, 84 avions commerciaux et deux avions amphibies), comparativement à une prévision de 200 avions d’affaires
et 80 avions commerciaux. Cela représente une augmentation de 22 % sur la livraison de 238 avions l'année
précédente (180 avions d'affaires, 55 avions commerciaux et trois avions amphibies).
Page 4/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
 Embraer (Br) :
- Embraer a livré l’année dernière 92 avions commerciaux, deux de plus qu’en 2013 : ce chiffre inclut 62 E175 (y
compris ceux destinés à United Airlines), 19 E190, dix E195 (dont trois pour Azul) et un E170. On rappellera aussi la
livraison l’année dernière du 1100ième E-Jet à Aeromexico.
Aviation générale :
 En ce qui concerne l’aviation générale, en 2014, les livraisons d’avions neufs sont revenues au niveau de 2008. En
valeur, elles représentent 24,499 milliards de dollars, contre 24,766 Md$ en 2008. En nombre d’avions livrés, elles restent
sensiblement en dessous avec 2 454 livraisons en 2014 contre 3 970 en 2008, ou encore 4 276 en 2007 (21,837 Md$).
Autrement dit, en 2014, les constructeurs d’aviation générale ont pu commencer à envisager un avenir meilleur. D’une
année sur l’autre, c’est-à-dire de 2014 par rapport à 2013, la hausse des livraisons est de +4,3% en nombre (2 454 contre
2 353) et de +4,5% en valeur (24,5 Md$ contre 23,4).
 Les livraisons de jets d’affaires ont augmenté pour atteindre 722 unités livrées, soit une hausse de 6,5 % par rapport
aux 678 modèles livrés en 2013. Bombardier est en hausse avec 204 biréacteurs livrés en 2014 contre 180 en 2013
(7,565 Md$ contre 6,333), de même que Gulfstream avec 150 contre 144 (7,781 Md$ contre 7,354). En revanche,
Embraer est en baisse avec 116 livraisons contre 119 (1,470 Md$ contre 1,623), ainsi que Dassault. Pour le
constructeur français le recul est significatif. Il a livré 66 avions en 2014 pour un montant de 2,716 Md$ contre 77 en 2013
pour un total de 3,467 Md$. Le modèle le plus impacté est le Falcon 7X. 27 ont été livrés en 2014 contre 43 en 2013.
 Les livraisons de turbopropulseurs ont perdu 6,5 %, soit 603 unités livrées. Beechcraft a livré 127 King Air en 2014
contre 135 en 2013. En revanche, Pilatus s’est bien redressé (76 contre 69). La palme revient à Socata avec 51 TBM
livrés contre 40 l’année précédente (+22%). Le montant des livraisons fait un bond de 139,8 M$ en 2013 à 188 M$ en
2014. A l’évidence, l’effet TBM900 a fonctionné à plein rendement. La majorité des TBM 900 produits en 2014 ont été
achetés par des clients aux États-Unis et au Canada (78%) tandis que l'Amérique du Sud représente 10% des ventes,
principalement au Brésil, l'Europe 8% et l'Asie-Pacifique les 4% restants Cela apporte de l’eau au moulin de GAMA qui
une fois de plus, à l’occasion de la publication de ses résultats annuels, incite les autorités américaines et européennes
de certification à alléger les contraintes pour libérer l’innovation et permettre aux constructeurs de proposer au marché
des produits nouveaux afin de relancer les ventes [18].
Hélicoptères (Fr) :
 Airbus Helicopters a livré 471 hélicoptères à des sociétés privées, organismes parapublics et militaires, un chiffre en
baisse de 5% par rapport à l’année précédente (494 appareils livrés en 2013). La part des appareils civils est en baisse
mais avec 44% de parts de marché sur les appareils de plus de 1,3 t, Airbus Hélicoptères reste le leader incontesté. Il
détient 44% de parts de marché en termes de livraisons d'appareils civils et parapublics.
Livraisons Airbus Helicopters (unités)
600
500
400
125
141
130
147
Hélicoptères militaires
300
200
Hélicoptères civiles
378
334
364
324
2012
2013
2014
100
0
2011
 Le marché militaire est beaucoup plus concurrentiel pour Airbus Helicopters qui arrive en 4
des 869 appareils livrés au niveau mondial.
Source : Airbus Helicopters
NOUVEAUX PROGRAMMES
Programmes en cours de développement :
 Airbus (Fr) :
Page 5/12
ème
position en ayant livré 94
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
- Avec la montée en cadence de l’A350, le développement de l’A330 neo (annoncé l’été dernier) et l’objectif de livrer le
tout premier A320 Néo à la fin de l’année, Airbus a également annoncé en début d’année le lancement d’une nouvelle
version de l’A321 Néo de 200 places environ qui pourra traverser l’Atlantique. Cet appareil de 97 tonnes de masse
maximale au décollage (MTOW), aura une autonomie de 4000 nm (7400 km) soit la plus grande autonomie d'un
appareil monocouloir. Le nouvel appareil qui arborera de nouveaux moteurs et sharklets devrait être opérationnel en
2020 [19].
- L'A330-300 version 242 tonnes de masse maximale au décollage a réalisé son vol inaugural. Son entrée en service est
prévue début 2016 [20].
 Bombardier (C) :
- Après le premier allumage des moteurs réalisé fin janvier, le premier vol du CS300 a été effectué le 27 février. Alain
Bellemare, le nouveau directeur général du constructeur aéronautique, a déclaré que la société continuait à tabler sur
une certification de l'avion d'ici la fin de l'année 2015 et une mise en service en 2016.
- Fin mars, le PDG a laissé entendre que le programme CS 100 pourrait subir un nouveau retard puisque la première
livraison du CS100 est prévue en 2016 tandis que le premier vol aurait lieu à la fin de l'année [21].
- En outre, Bombardier Inc. a annoncé une pause dans son programme d'avion d'affaires Learjet 85. La pause résulte de
la faible demande pour cet avion fait suite à une révision à la baisse des prévisions de Bombardier pour le marché des
avions d'affaires. Cela reflète la faiblesse persistante de la catégorie des avions légers depuis le ralentissement
économique.
 Mitsubishi Aircraft Corporation (J) :
- Le MRJ de Mitsubishi Aircraft Corporation a réalisé avec succès sa première sortie du hangar début janvier. Il est
motorisé par le turboréacteur Pratt & Whitney PurePower® PW1200G.
- En dehors du premier démarrage des moteurs du MRJ, Mitsubishi Aircraft a débuté les essais à grande échelle qui
doivent préparer l'appareil à son vol inaugural au second trimestre 2015.
 OAK (Ru) :
- Les chercheurs russes du Moscow’s Central Aerohydrodynamics Institute ont débuté la phase de tests du caisson de
voilure du biréacteur Irkut MS-21-300. Les essais en vol du MS-21qui devrait être renommé Yak-242 devraient débuter
durant le premier semestre 2016.
- Le vol inaugural du MS-21 est prévu entre avril 2016 et mi-2016 [22].
 Dassault Aviation (Fr) :
- Le Falcon 8X a réalisé son vol inaugural le 6 février lançant ainsi la campagne d’essais en vol. Le programme semble
dans les temps pour une certification à la mi-2016 et les premières
livraisons d'ici fin 2016 [23].
 Airbus Hélicopters (Fr) :
- Airbus Helicopters a enfin dévoilé le successeur de l'hélicoptère
Dauphin jusqu'alors connu sous le nom de code X4 : le H160 [24].
Airbus Helicopters mise beaucoup sur le H160, qui effectuera son
premier vol d'essai d'ici la fin de l'année, avant d'être commercialisé
en 2016 pour une entrée en service en 2018. "La majeure partie du
design et de la production (du nouvel appareil) se font à Marignane
(Sud de la France), les pales sont fabriquées à La Courneuve (près
de Paris) et la cellule de l'appareil en composite est dessinée et
produite à Donauwörth (Allemagne)", a détaillé le groupe dans un
communiqué.
 GE Aviation (US) :
- GE Aviation (General Electric) a débuté les essais en vol de son
Passport, en fin d’année dernière. Le moteur a été intégré sur le
banc d'essais volant de GE, un 747-100 spécialement modifié. Ce
premier vol vient valider « une année bien remplie » de tests au sol.
La campagne s’est poursuivie au cours du mois de janvier en vue
d'une certification par l'Administration de l'aviation civile américaine
(FAA) dans l'année. Le Passport viendra remplacer le CF-34 et doit
équiper les biréacteurs d'affaire très haut de gamme et ultra longcourrier Global 7000 et 8000 du constructeur canadien Bombardier.
A l'instar du Leap-X, le Passport intègrera des pièces dans de
nouveaux CMC utilisant des matériaux oxyde-oxyde (au lieu du
carbure de silicium). Les pièces concernées sont le mélangeur d'échappement, le corps central et les capots de coeur
(core cawls). Le premier vol sur Global 7000 est aussi prévu cette année [25].
- GE Aviation débute les essais sur un moteur GEnx de test comprenant plusieurs composants de nouvelles technologies
qui équiperont le GE9X destiné au Boeing 777X. Parmi ces composants on trouvera des protections de chambre de
combustion, des viroles de turbine haute pression et des injecteurs en CMC, des aubes de turbine haute-pression de
nouvelle génération, et des aubes de turbine basse-pression en aluminure de titane produites par fabrication additive
(aubes du septième étage). Cela sera le premier essai de tous les composants ensemble sur un moteur de substitution
à pleine-échelle. GE étend ainsi sur le GE9X l'utilisation des pièces en CMC et de la fabrication additive. Le motoriste
étudie aussi la réalisation de vrilles (swirlers) par fabrication additive [26].
 CFM International (Fr/USA) :
- Début février, CFM International a débuté les essais en vol du Leap-1A destiné aux Airbus A320neo. C'est un Boeing
747-400 qui a été utilisé par GE pour ces essais. Le Leap-1B destiné au 737MAX prendra à son tour son envol dans le
courant de l'année [27].
Page 6/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
Futurs programmes :
 Airbus Group (Fr) :
- Fabrice Brégier a assuré que "les difficultés industrielles" du programme A380 appartenaient au passé et a martelé le
fait que le programme "sera à l'équilibre en 2015", et que les créneaux de production "sont pleins pour deux ans". En
outre il a indiqué que le lancement d'une nouvelle version, qu’elle soit allongée ou remotorisée (version neo) n'était pas
d'actualité. Ces projets ne sont pas exclus, mais "à moyen terme" [28].
 Boeing (US) :
- Randy Tinseth, vice-président Mercatique de Boeing Avions commerciaux, a indiqué qu'ils n'étudiaient pas une
remotorisation du 757. Selon Randy Tinseth, il n'y aurait que 550 B757 transportant des passagers et 200 à 250 avions
cargo, mais seulement 50 à 80 effectuent des trajets transatlantiques qui dépassent les possibilités des 737MAX9 et
A320neo. Par contre il a précisé le 9 mars que la clientèle est intéressée par un jet plus grand que le 757, avec un
rayon d'action augmenté de 20% plutôt qu’un remplacement du 757, Boeing étudie la possibilité d'un appareil qui
comblerait l'espace entre le 737MAX9 et le 787-8. Les capacités de R&D de Boeing sont en outre occupées jusqu'en
2022 [29].
 Antonov (Ukraine) :
- Après avoir négocié avec 11 compagnies différentes, Turkish Aerospace Industries (TAI) s'est finalement associée à la
société ukrainienne Antonov pour lancer un projet d'appareil régional de 120 places avec comme objectif une livraison
en 2023. L'accord final devrait être signé en mars.
MATERIAUX ET PROCESS
 La fabrication additive prend de l’ampleur dans le domaine des hélicoptères. En effet, Turbomeca, filiale du groupe
Safran, vient de lancer la production en série de pièces par impression 3D (Selective Laser Melting). Il s'agit
d'injecteurs de carburant du moteur Arrano conçu et développé pour les futurs hélicoptères de la classe des 4 à 6 tonnes,
comme le H160. Turbomeca utilisera aussi l'impression 3D pour produire les tourbillonneurs de la chambre de
combustion de l'Ardiden 3 qui équipe déjà l'hélicoptère indien Dhruv et qui équipera aussi les hélicoptères russe Kamov
Ka-62 et chinois AC352, version de l'Airbus Helicopters EC175 [30]. Il s’agira dans les deux cas de pièces en alliage base
nickel fabriquées par fusion de poudre par laser.
 De même, l’hélicoptériste américain Bell a annoncé qu'il allait désormais fabriquer certaines pièces de série par le
procédé EOS Selective Laser Sintering (SLS) habituellement utilisé pour du prototypage [31].
 Rolls Royce va tester cette année sur un Trent XWB-97 la plus grosse pièce jamais construite par fabrication additive. Il
s'agit d'un boitier de pallier avant (front bearing housing) en titane de 1,5 m de diamètre et 0,5 m d'épaisseur [32]. La
quasi-totalité des composants de cette pièce ont été produits par ALM marquant ainsi une différence de stratégie entre
Rolls Royce et son principal concurrent en la matière, GE Aviation, qui a plutôt introduit des pièces de petites dimensions
dans sa production. Le boitier de pallier avant a déjà été testé au sol sur un Trent-XWB-97 à plusieurs reprises et Rolls
Royce va bientôt le tester en vol. Néanmoins de nombreux développements sont encore nécessaires avant d’envisager
une production de série [33].
 Par ailleurs, Boeing vient de déposer un brevet auprès de l'USPTO (US Patent and Trademark Office) et intitulé
"Impression tridimensionnelle de composants" qui révèle l’intention du constructeur américain d'aller plus loin dans
l'utilisation de l'impression 3D au sein de son industrie. Le brevet est relatif à une méthodologie nouvelle pour produire
des pièces aéronautiques de rechange. On peut y lire la mise au point d'un système comprenant : "un catalogue de
pièces, dont la base de données enregistre les informations d'identification des pièces numériques, un système de
gestion de commande qui confirme l'impression de la pièce et enregistre les détails de la demande d'impression via le
fichier référent…". L'apparition de ce nouveau brevet laisse penser qu'un usage plus vaste de l’impression 3D est à
attendre [34].
 Le centre spatial George Marshall d’Huntsville, Alabama, travaille actuellement, par le biais de l’impression 3D, à la
construction de fusées spatiales 100% américaines qui surpassent leurs homologues russes. Afin de réduire la
dépendance aux fusées russes (qui sont aujourd’hui utilisées pour des satellites indispensables à la sécurité nationale), la
NASA investit massivement dans cette base, qui fut l’un des fleurons de l’aéronautique américaine dans les années 1960.
Afin d'être compétitifs, tous les espoirs du programme reposent sur des techniques de pointe mêlant modélisation par
ordinateur et impression 3D. Un générateur de gaz, qu’il faut quinze mois pour construire avec les méthodes
d’assemblage traditionnel, pourrait ainsi être imprimé en tout juste quinze jours et avec un coût réduit de 70%. La
fabrication par empilement de couches successives, propre à l’impression 3D, permettrait également de réduire
considérablement le poids de l’appareil, libérant de l’espace pour davantage de charge utile. De même, imprimer une
chambre propulsive coûterait 35% moins cher que de l’assembler, et l’opération économiserait des mois de travail.
Soudures, liens, plaques de métal… la majorité des composantes de la fusée pourraient à terme être imprimés, avec à la
Page 7/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
clef un engin puissant, économique et rapide à produire. Un premier modèle de démonstration pourrait voir le jour dès
2018 [35].
RESTRUCTURATION
 Boeing a annoncé début février une réorganisation majeure de sa branche de défense et d'aérospatiale avec la création
d'une entité distincte chargée d'évaluer et de superviser les programmes de développement. L'avionneur a déjà
établi ce genre de structure pour sa branche d'aviation commerciale. La nouvelle organisation doit permettre à BDS
(Boeing Defense, Space & Security) de se recentrer sur quatre missions principales, la recherche de nouvelles
opportunités, la mise en œuvre de programmes, la production d'armements et la maintenance et le soutien. BDS a six
grands programmes de développement en cours dont le plus important, d'un montant de 52 milliards de dollars (46
milliards d'euros), concerne un nouvel avion ravitailleur, le KC-46A, qui doit être livré à l'US Air Force à partir d'août 2017
[36].
FUSIONS ET RACHATS
Airbus Group (Fr)
 Airbus Group poursuit les négociations pour la vente de sa filiale CIMPA au groupe SOPRA STERIA et envisage un
rachat des parts de Finmeccanica dans le fabricant de missiles MBDA.
Dassault Aviation (Fr)
 Airbus Group s'apprête à céder une nouvelle tranche de sa participation dans le capital de Dassault Aviation. La nouvelle
opération de cession portera sur environ 1,38 million d'actions ordinaires, soit 15 % du capital. Lors de la première
opération de cession, le 28 novembre 2014, la participation d'Airbus Group avait été ramenée à environ 42 %. Avec cette
nouvelle cession, la part du constructeur dans le capital de Dassault Aviation ne sera plus que de 27 %, voire même un
peu moins.
Stelia (Fr)
 Sogerma et Aerolia, filiales à 100% d'Airbus Group, manquaient de ressources humaines et économiques. Peu visibles
en dehors de la sphère Airbus, Aérolia et Sogerma occupaient le milieu de classement des sous-traitants de rang 1, avec
un même souci de masse critique. Stelia dispose maintenant d'une nouvelle force de frappe en devenant n° 1 des
équipementiers en Europe et n° 3 mondial. Elle compte 6 100 salariés, dont 4 500 en France, 600 au Canada et 1 000
en Tunisie et au Maroc, AIRBUS représente 72% du CA de la nouvelle entité qui souhaite se développer sur le continent
américain [37].
Prismadd (Fr)
 Les sociétés Farella, Rhonatec et Creatix3D ont annoncé, mi-janvier, le lancement du groupe français Prismadd, à
Montauban. Il s'agit de la naissance du premier industriel européen en impression 3D de métal et de plastique. Ce
groupe se positionne comme le futur leader français de l'impression 3D dans l'aéronautique grâce à l'association de deux
acteurs historiques de l'industrie aéronautique et spatiale (Farella et Rhonatec) avec l'intégrateur de solution d'impression
tridimensionnelle (Creatix3D). Cette inauguration a été aussi l'occasion d'annoncer la création de sa première filiale
«Prismadd Atlantique» à Nantes [38].
Nexteam Group (Fr)
 Deux ans à peine après la création du groupe Asso Aéro basé à Marmande (Lot-et-Garonne), né d’un premier
rapprochement entre les deux sous-traitants aéronautiques Sofop Aéro et Asquini, une nouvelle étape de croissance
externe donne naissance à Nexteam Group. L'acquisition de Gentilin, basé à Launaguet (Haute-Garonne) conforte les
compétences du groupe et le rapproche de Toulouse (Haute-Garonne), près d'Airbus et de Stelia Aerospace. Le nouvel
ensemble spécialiste de l’usinage mécanique de pièces aéronautiques en métaux durs, est rebaptisé Nexteam Group et
devient une ETI pesant près de 120 M€ de chiffre d’affaires en 2014 pour 700 salariés [39].
Loiretech (Fr)
 Loiretech, fabricant d'outillages composite, a racheté la branche aéronautique de Allio afin de répondre à la demande de
Safran de pouvoir proposer aussi des moules métalliques notamment pour les versions neo d'Airbus [40].
INVESTISSEMENTS / AGRANDISSEMENTS
 Figeac Aero a débuté, début janvier, la construction d’une usine du futur entièrement robotisée, automatisée et qui mettra
en œuvre les technologies numériques. Jean-Claude Maillard, PDG de la société, a confié que son groupe "aurait dans deux
ans et demi l’usine aéronautique la plus moderne d’Europe". Implantée à Figeac (Lot), base historique de cette entreprise de
1600 salariés, elle nécessitera un investissement de plusieurs dizaines de millions d’euros [41].
 L'essentiel de l’investissement de 155 millions d'euros d’Airbus destiné à ses sites de Nantes/Bouguenais (Loire-Atlantique)
et Saint-Nazaire/Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) nourrira la montée en cadence de l'A350. 85 millions d'euros seont
investis cette année à Saint-Nazaire, site spécialisé dans l'assemblage du tronçon de fuselages avant et centraux, contre 70
millions d'euros l'année dernière. Côté recrutement, c'est la stabilité qui prévaut après des centaines d'embauches au cours
des dernières années [42].
 Fin février, Boeing a célébré l'ouverture d'une nouvelle usine pour le développement et la fabrication de nacelles pour les
737 MAX et 777X sur le site de Propulsion South Carolina (PSC).
 Fuji Heavy Industries (FHI) a débuté la construction d'une nouvelle usine pour produire les caissons d'ailes centraux des
777X . L'usine devrait voir le jour en 2016 sur le site de Handa où sont déjà produits les caissons d'ailes centraux des actuels
777 et 787. Boeing travaille avec différentes entreprises japonaises et 21% des composants structuraux majeurs des 777X
seront produits au Japon [43].
Page 8/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
 Pratt & Whitney a dévoilé sa nouvelle unité de production de Middletown dans le Connecticut, qui produira des pièces pour
le PurePower PW1100G-JM, moteur destiné à l'Airbus A320neo et pour le moteur F135 destiné à l'avion de combat
interarmées F-35 Lightning II. Parmi les innovations apportées, la ligne de production mobile du PW110G-JM permettra
d'augmenter les cadences de production. Pratt&Withney va investir près d'un milliard de dollars dans ces différentes usines
pour la production du F135 et des moteurs de la famille PurePower.
NOUVELLES IMPLANTATIONS
 Safran a annoncé, début janvier, la construction d'une implantation industrielle via sa société Hispano-Suiza et avec le
soutien des autorités polonaises, pour répondre aux besoins de ses deux sociétés Snecma et Techspace Aero, sur les
programmes LEAP et Silvercrest. La nouvelle usine de production sera implantée fin 2016 près de l'usine d'HispanoSuiza Polska située dans la Vallée de l'Aviation, creuset aéronautique du sud-ouest de la Pologne. D'une surface de
8 000 m², l'usine emploiera plus de 100 personnes. Cette nouvelle usine comprendra deux lignes de production. L'une
pour Snecma avec la production d'aubes de turbine basse pression et l'autre pour Techspace Aero avec la production de
tambours de compresseur basse pression [44].
 La nouvelle usine de Messier-Bugatti-Dowty de Sendayan, en Malaisie a été inaugurée le 15 janvier. Situé à proximité́
de l’aéroport international de Kuala Lumpur, le site de 10 000 m² est spécialisé́ dans l’approvisionnement des freins
d’avions commerciaux, notamment les monocouloirs des familles Boeing 737 et Airbus A320. Il emploiera 150 personnes
d’ici 2018 [45].
 Toujours en janvier, Safran a inauguré Safran Tech, le nouveau centre de Recherche et Technologie (R&T) du groupe,
sur le plateau de Saclay. Le centre de recherche accueillera à terme quelque 300 chercheurs et ingénieurs. Leurs travaux
porteront notamment sur l’avion électrique et les nouvelles architectures.
 Snecma (Safran) et Hindustan Aeronautics Ltd. (HAL) ont signé un protocole d'accord à Bangalore pour explorer la
possibilité d'établir une joint-venture en Inde pour la production de pièces de moteurs. Dans un premier temps, il s'agit de
fabriquer des pièces pour le moteur M88 du Rafale.
 Airbus Helicopters étend ses capacités R&D en Europe en ouvrant un nouveau centre de développement à Łódź en
Pologne [46].
 L’ouverture de la FAL américaine d’AIRBUS sur le site de Mobile est prévue pour septembre 2015. Tout début 2018, ce
sont 4 avions par mois qui devrait sortir de cette FAL.
Plan de la FAL de Mobile
 Embraer, le constructeur aéronautique brésilien, prospecte au Maroc. L’entreprise étudie actuellement les propositions
de 25 entreprises dans un but de sous-traitance pour intégrer des pièces à leurs appareils. Le choix de Paulo Cesar est
appuyé par la Royale Air Maroc ainsi que les autorités marocaines. L’entreprise française Safran, qui fournit déjà le
constructeur, est aussi de la partie. Le patron d’Embraer devrait venir au Maroc vers le mois d'avril pour conclure l’affaire
[47].
 Les deux sites américains (acquis en mai 2014) et tunisiens de la société lotoise Figeac Aero, ne sont que les premiers
d’une longue série d’implantations étrangères. En effet, Jean-Claude Maillard a déclaré que d’ici 2018, le sous-traitant
aéronautique aurait au minimum deux nouveaux sites en zone low cost, au Mexique et au Maroc. Le groupe, qui
possède par ailleurs cinq sites en France, pourrait ouvrir pas moins de cinq nouveaux sites à l’étranger en l’espace de
trois ans. Alors que la maison mère Figeac représente aujourd’hui 85% du chiffre d’affaires, ce chiffre pourrait donc
tomber à 40% en 2025. Dans le même temps, les filiales low cost (Tunisie) passeraient de 5% à 20% du chiffre d’affaires,
les filiales proches des clients (Saint-Nazaire, Picardie…) de 6% à 20% et les filiales en zone dollars (Wichita aux EtatsUnis) de 4% à 20% [41].
EMPLOI
 Fabrice Brégier estime que les effectifs d'Airbus sont stabilisés pour deux à trois ans autour de 55 000 personnes en
Europe. 1 500 à 1 600 personnes ont été recrutées en 2014. Le PDG d’Airbus estime que le constructeur a désormais les
effectifs pour faire face à ses objectifs à l'horizon de deux à trois ans [48]. Du fait de l'absence de programme entièrement
Page 9/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
nouveau dans les prochaines années, AIRBUS évalue la baisse prévisible des effectifs d'ingénierie à environ 2 000
emplois en France dans les prochaines années, dont 1 500 en Midi-Pyrénées.
 La firme canadienne Bombardier a annoncé début janvier la suppression de 1000 emplois dans le domaine de la
construction aéronautique. C'est la troisième vague de licenciements depuis décembre 2013. La suppression d'emplois
va concerner essentiellement la division Aviation d'affaires touchée par une faible demande pour l'avion Learjet 85 [49].
 Liebherr Aerospace Toulouse, filiale du groupe germano-suisse spécialisée dans les systèmes d'air des avions, a
construit un centre logistique automatisé et va agrandir son centre d'usinage de pièces de Campsas (Tarn-et-Garonne).
Du coup, la société embauche une quarantaine de personnes cette année. Liebherr qui fournit Airbus (un tiers de
l'activité), Bombardier, Boeing, Agusta Westland, souhaite accélérer sa diversification et se positionner davantage dans
les secteurs du ferroviaire et de l'automobile.
DIVERS
 La veille de sa troisième conférence sur les procédés de fabrication aéronautique (à Los Angeles les 8 et 9 avril),
SpeedNews organisera un briefing sur la fabrication additive en aéronautique (Aerospace Additive Manufacturing Briefing AMB) qui sera focalisé sur les opportunités et les défis en matière de production et de certification plutôt que sur des détails
techniques des différentes technologies de fabrication additive.
 D’après la chaine d’information américaine CNN, le secteur aéronautique marocain a créé 8 000 emplois en 2013 et prévoit
d’employer 23 000 personnes à l’horizon 2020. En outre alors qu’il se spécialisait jusqu’à présent dans la fabrication de
composants et dans la réparation des moteurs, il ambitionnerait de construire des avions dans les dix années à venir [50].
 Le 23 mars 2015, à Paris, a été inauguré Starburst Accelerator, le premier incubateur au monde dédié exclusivement aux
start-up du secteur aéronautique. Créé en 2014 par Impulse Partners et soutenu par Airbus Group, Thales, Hutchinson et
Zodiac Aerospace, cette structure, située dans le XVème arrondissement, accueille déjà vingt-cinq start-up. Drones,
nouveaux aéronefs, dirigeables, tourisme spatial, réalité augmentée, optoélectronique, logiciels, sécurité, interfaces hommemachine, matériaux, procédés, etc ... tous les grands domaines de l'industrie aéronautique et du transport aérien y sont
représentés.
 Siemens a dévoilé, le 24 mars, son nouveau moteur électrique qui serait destiné à des appareils d’une masse maximale au
décollage de deux tonnes. Ce nouveau moteur, cinq fois plus puissant que ceux déjà existants, a une puissance de 260kW
pour une masse de 50kg. Son rapport poids-puissance atteint désormais 5kW par kg et sa vitesse de rotation est de 2 500
tours par minute. Siemens est convaincu que l’utilisation d’énergies hybrides-électriques pour les avions de lignes régionaux
transportant 50 à 100 passagers est une vraie possibilité à moyen terme.
 MINES ParisTech, Safran, l’Institut P’ (ISAE-ENSMA Poitiers) et l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) annoncent la
création de la Chaire OPALE, « Optimisation des propriétés mécaniques d’alliages aéronautiques par le contrôle de la
microstructure issue de la mise en forme » [51]. La Chaire OPALE a pour but de constituer un groupe de recherche, afin
d’accompagner Safran dans la fabrication de pièces métalliques tournantes. Il s’agit d’aider à la mise en œuvre de nouvelles
nuances d’alliage ou d’optimiser la microstructure des nuances actuelles pour pouvoir élever la température maximale
d’utilisation des superalliages base nickel aujourd’hui limitée à 650°C. Un gain d’une centaine de degrés représenterait un
progrès considérable. L’objectif final est la fabrication de moteurs de nouvelle génération (tels que ceux de la gamme LEAP)
de conception inédite, et appelée à succéder à la gamme CFM56, réputée internationalement pour ses performances et sa
fiabilité. La Chaire s’articule autour de deux axes, qui seront abordés à la fois sous l’angle de la connaissance fondamentale
des mécanismes métallurgiques mis en jeu, et celui de la mise en œuvre industrielle de ces connaissances :
1. L’évolution de la microstructure au cours des opérations de mise en forme (forgeage, traitements thermiques),
2. L’impact de la microstructure sur la tenue en service.
Page 10/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
PRINCIPALES RÉFÉRENCES
[1] Les Echos, «Aéronautique : au bout de la chaîne, des sous-traitants sous tension,» 13 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/0204078693485-aeronautique-au-bout-de-la-chaine-des-sous-traitantssous-tension-1082871.php#xtor=RSS42.
[2] Les Echos, «Après des profits records, Boeing se montre prudent pour 2015,» 28 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/0204115845572-apres-des-profits-records-boeing-se-montre-prudentpour-2015-1087855.php#.
[3] Sputnik News, «Russia Plans to Sell Up to 1,000 MC-21 Passenger Jets in 20 Years,» 26 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://sputniknews.com/military/20150126/1017359142.html.
[4] Bombardier, «Bombardier Announces Financial Results for the Fourth Quarter and the Year Ended December 31, 2014,» 12
février 2015. [En ligne]. Available: http://www.bombardier.com/content/bombardiercom/en/mediacentre/newsList/details.bombardier-inc-20150212bombardierq42014financialresults.bombardiercom.html.
[5] L'Usine Nouvelle, «2014, année historique pour ATR... mais des zones d’ombre à l’horizon,» 21 janvier 2015. [En ligne].
Available: http://www.usinenouvelle.com/article/2014-annee-historique-pour-atr-mais-des-zones-d-ombre-a-lhorizon.N308954.
[6] La Tribune, «Les quatre défis de Patrick de Castelbajac à la tête d'ATR en 2015,» 26 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20150126trib01a89f97d/les-quatre-defis-de-patrickde-castelbajac-a-la-tete-d-atr-en-2015.html.
[7] Challenges, «Ces champions méconnus qui cartonnent dans l’ombre d’Airbus,» 26 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.challenges.fr/entreprise/20150225.CHA3406/ces-champions-secrets-francais-qui-cartonnent-dans-l-ombre-dairbus.html.
[8] «Record sales for Daher-Socata,» Flight International, p. 20, 27 janvier 2015.
[9] Airbus Helicopters, «Airbus Helicopters completes its first year of transformation and successfully brings to the market three
new helicopters in 2014,» 27 janvier 2015. [En ligne]. Available: http://www.airbushelicopters.com/site/en/press/AirbusHelicopters-completes-its-first-year-of-transformation-and-successfully-brings-to-the-market-three-new-helicopters-in2014_1249.html?iframe=true&width=700.
[10] Les Echos, «La filière hélicoptère espère un rebond du marché en 2015,» 3 mars 2015. [En ligne]. Available:
http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/0204197925069-la-filiere-espere-un-rebond-du-marche-en-20151098429.php.
[11] Flight International, «Airbus mulls further ramp-up for A320,» Flight International, p. 15, 20 janvier 2015.
[12] Air journal, «Airbus vise une cadence de 50 A320 produits d’ici 2017,» 28 février 2015. [En ligne]. Available: http://www.airjournal.fr/2015-02-28-airbus-vise-une-cadence-de-50-a320-produits-dici-2017-5137884.html.
[13] Air Journal, «En 2015, Airbus livrera toujours plus d’A321,» 14 février 2015. [En ligne]. Available: http://www.airjournal.fr/2015-02-14-en-2015-airbus-livrera-toujours-plus-da321-5136482.html.
[14] Air&Cosmos, «Airbus A330 : la cadence de production tombe à 6 par mois,» 27 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.air-cosmos.com/2015/02/27/29208-airbus-a330-la-cadence-de-production-tombe-a-6-par-mois.
[15] FlightGlobal, «ANALYSIS: Widebodies power Boeing's 2014 output lead,» 13 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/analysis-widebodies-power-boeing39s-2014-output407852/?cmpid=NLC|FGFG|FGFIN-2015-0120-GLOB&sfid=70120000000taAh.
[16] Aviation Week, «Boeing To Push To 900 Deliveries Per Year,» 22 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://aviationweek.com/commercial-aviation/boeing-push-900-deliveries-year.
[17] Leeham News and Comments, «Airbus/Boeing production rates forecast through 2020,» 3 février 2015. [En ligne]. Available:
http://leehamnews.com/2015/02/03/airbusboeing-production-rates-forecast-through-2020/.
[18] Aerobuzz, «Timide progression des livraisons d’aviation générale en 2014,» 12 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.aerobuzz.fr/spip.php?article5684&utm_source=rss&utm_campaign=backend&utm_medium=rss.
[19] Fance Bleu, «Airbus numéro 1 mondial en 2014 pour les commandes nettes d'avions,» 13 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.francebleu.fr/infos/airbus-numero-un-mondial-en-2014-pour-les-commandes-nettes-d-avions-2065483.
[20] SpeedNews, «Airbus Makes First Flight of A330 w/ Higher MTOW,» 13 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://speednews.com/Article/113582?NL=SPD-01&Issue=SPD-01_20140707_SPD01_378_CPY75&sfvc4enews=42&cl=article_2_b&YM_RID=CPEN1000000480608&YM_MID=1486.
[21] FlightGlobal, «Bombardier CEO suggests new CSeries delay possible,» 27 mars 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/bombardier-ceo-suggests-new-cseries-delay-possible-410668/.
[22] Russian Aviation, «Dmitry Rogozin set the date for the maiden flight of MS-21 airliner,» 2 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.ruaviation.com/news/2015/2/2/2886/.
[23] FlightGlobal, «'Smooth' sortie opens Falcon 8X test campaign,» 6 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/video-39smooth39-sortie-opens-falcon-8x-test-campaign408805/?cmpid=NLC%7CFGFG%7CFGBAD-2015-0209-GLOB&sfid=70120000000taAl.
[24] L'Opinion, «Airbus Helicopters dévoile le H160,» 3 mars 2015. [En ligne]. Available: http://www.lopinion.fr/3-mars-2015/airbushelicopters-devoile-h160-21921.
[25] Air&Cosmos, «Le Passport de GE embarque sur 747,» 7 janvier 2015. [En ligne]. Available: http://www.aircosmos.com/2015/01/07/27754-le-passport-de-ge-embarque-sur-747.
[26] FlightGlobal, «GE gears up for engine tests of GE9X parts,» 29 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/ge-gears-up-for-engine-tests-of-ge9x-parts-408435/?cmpid=NLC|FGFG|FGFIN2015-0210-GLOB&sfid=70120000000taAh.
[27] FlightGlobal, «CFM starts Leap-1A flight tests,» 5 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/cfm-starts-leap-1a-flight-tests-408733/?cmpid=NLC|FGFG|FGAFN-2015-0212GLOBnews&sfid=70120000000taAe.
Page 11/12
Aéronautique – Mars 2015
Note de veille marché
[28] La Libre.be, «Airbus s'attend à de nouveaux clients pour l'A380 en 2015,» 13 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/airbus-s-attend-a-de-nouveaux-clients-pour-l-a380-en-201554b5004035703897f82e49f0.
[29] FlightGlobal, «Boeing rejects business case for 757 re-engining,» 11 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/boeing-rejects-business-case-for-757-re-engining-408959/.
[30] Air&Cosmos, «Impression 3D pour l'Aranno,» 9 janvier 2015. [En ligne]. Available: http://www.aircosmos.com/2015/01/09/27810-turbomeca-impression-3d-pour-l-arrano.
[31] 3Ders.org, «French helicopter manufacturer Turbomeca begins 3D printing flight-ready helicopter parts,» 15 janvier 2015. [En
ligne]. Available: http://www.3ders.org/articles/20150115-french-helicopter-manufacturer-turbomeca-begins-3d-printing-flightready-helicopter-parts.html.
[32] FlightGlobal, «Rolls-Royce to fly Trent XWB with largest-ever 3D-printed part,» 19 02 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/rolls-royce-to-fly-trent-xwb-with-largest-ever-3d-printed-409207/.
[33] FlightGlobal, «Rolls-Royce to fly Trent XWB with largest-ever 3D-printed part,» 19 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.flightglobal.com/news/articles/rolls-royce-to-fly-trent-xwb-with-largest-ever-3d-printed-409207/.
[34] Les Numériques, «Un brevet déposé par Boeing pour imprimer des pièces détachées,» 14 Mars 2015. [En ligne]. Available:
http://www.lesnumeriques.com/imprimante-3d/brevet-depose-par-boeing-pour-imprimer-pieces-detachees-n40441.html.
[35] L'Atelier, «L’Amérique mise sur l’impression 3D pour remporter la course à l’espace,» [En ligne]. Available:
http://www.atelier.net/trends/articles/amerique-mise-impression-3d-remporter-courseespace_433846?utm_source=atelier&utm_medium=rss&utm_campaign=atelier.
[36] Reuters, «Boeing réorganise sa branche défense et aérospatiale,» 11 février 2015. [En ligne]. Available:
http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0VL59X20150211.
[37] Ouest France Entreprises, «Stélia, une fusion pour capturer d'autres clients,» 15 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/aeronautique-stelia-fusion-pour-capturer-dautres-clients-15-01-2015-185599.
[38] La Dépêche, «Prismadd, un groupe à la pointe de l'impression 3D,» 15 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.ladepeche.fr/article/2015/01/17/2030628-prismadd-un-groupe-a-la-pointe-de-l-impression-3d.html.
[39] L'Usine Nouvelle, «Asquini-Sofop Aéronautique reprend Gentilin et devient Nexteam Group,» 24 février 2015. [En ligne].
Available: http://www.usinenouvelle.com/article/asquini-sofop-aeronautique-reprend-gentilin-et-devient-nexteamgroup.N315746.
[40] Ouest France Entreprises, « Loiretech rachète la branche aéro d'Allio, forte de 100 salariés,» 11 mars 2015. [En ligne].
Available: http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/aeronautique-loiretech-rachete-branche-aero-dallio-forte-100-salaries10-03-2015-199189.
[41] L'Usine Nouvelle, «Figeac Aéro veut ouvrir "l’usine aéronautique la plus moderne d’Europe",» 30 janvier 2015. [En ligne].
Available: http://www.usinenouvelle.com/article/figeac-aero-veut-ouvrir-l-usine-aeronautique-la-plus-moderne-deurope.N310553.
[42] L'Usine Nouvelle, «Airbus investira 155 millions d'euros en 2015 en Loire-Atlantique,» 23 février 2015. [En ligne]. Available:
http://www.usinenouvelle.com/article/airbus-investira-155-millions-d-euros-en-2015-en-loire-atlantique.N315539.
[43] «Boeing bonds with 777X deal,» Flight International, p. 12, 27 janvier 2015.
[44] Air&Cosmos, «Safran renforce sa présence en Pologne,» 8 janvier 2015. [En ligne]. Available: http://www.aircosmos.com/2015/01/08/27780-safran-renforce-sa-presence-en-pologne.
[45] Aerobuzz, «Safran inaugure une nouvelle usine en Malaisie,» 15 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.aerobuzz.fr/spip.php?breve4225&utm_source=rss&utm_campaign=backend&utm_medium=rss.
[46] Airbus Helicopters, «Airbus Helicopters extends its R&D capabilities in Europe by opening a new design office in Łódź –
Poland,» 19 février 2015. [En ligne]. Available: http://www.airbushelicopters.com/website/en/press/Airbus-Helicopters-extendsits-R-D-capabilities-in-Europe-by-opening-a-new-design-office-in-YEd-O-Poland_1660.html.
[47] Yabiladi, «Industrie aéronautique : Embraer souhaite sous-traiter au Maroc,» 5 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.yabiladi.com/articles/details/32351/industrie-aeronautique-embraer-souhaite-sous-traiter.html.
[48] Le Parisien, «Les effectifs d'Airbus sont stabilisés pour deux à trois ans,» 13 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/les-effectifs-d-airbus-sont-stabilises-pour-deux-a-trois-ans-13-01-2015-4443571.php.
[49] RTS Info, «Le canadien Bombardier annonce la suppression de 1000 emplois,» 15 janvier 2015. [En ligne]. Available:
http://www.rts.ch/info/economie/6460518-le-canadien-bombardier-annonce-la-suppression-de-1000-emplois.html.
[50] H24 info, «http://www.h24info.ma/economie/maroc/secteur-aeronautique-la-strategie-marocaine-encensee-par-cnn/30716,»
12 février 2015. [En ligne]. Available: http://www.h24info.ma/economie/maroc/secteur-aeronautique-la-strategie-marocaineencensee-par-cnn/30716.
[51] Aerobuzz, «Création d’une Chaire industrielle sur l’optimisation des propriétés mécaniques d’alliages aéronautiques,» 30
mars 2015. [En ligne]. Available:
http://www.aerobuzz.fr/spip.php?breve4634&utm_source=rss&utm_campaign=backend&utm_medium=rss.
Note de veille rédigée par Jean-Eric DEUIL (QUADRIUM)
Malgré le soin apporté à la réalisation de cette note, certains liens hypertextes peuvent ne pas fonctionner correctement, notamment en
raison de modifications des sites internet ciblés (ex : « page not found ») ou d’options de sécurité de certains viewer de PDF.
Contact : Karine LAURENT- [email protected] - 03 44 67 36 82
Page 12/12

Documents pareils