PRESENTATION DE LA MAISON L`EN VIE ET DES DISPOSITIFS

Commentaires

Transcription

PRESENTATION DE LA MAISON L`EN VIE ET DES DISPOSITIFS
PRESENTATION DE LA MAISON L’EN VIE ET DES DISPOSITIFS SUIVANTS
LA MAISON EN VIE
Cette maison a été inaugurée en juin 2010. Les premiers locataires sont arrivés en septembre 2010.
Quatre personnes (3 TC – 1 CL) – 2 femmes, 2 hommes. Entre 26 ans et 36 ans.
4 studios – salon, cuisine en commun + 1 grande pièces pour les activités du GEM qui se décentralise.
+ 1 chambre d’urgence ou de répit.
Un bureau pour les professionnels.
LOCALISATION
Cette maison est à 20’ de Nancy. Bus et train à proximité. Dans un grand parc et au sein d’un bourg.
L’AFTC Lorraine loue à la Mairie de Rosières et nous avons l’agrément intermédiation locative régionale, délivrée par
le Préfet de Région.
OBJECTIFS





Mettre en exergue les choix de la personne – les valoriser – les respecter
Favoriser l’accès à leurs droits (MDPH – CAF – CPAM…) et leur obtention
Initier et inscrire la notion de parcours de vie « accompagné »
Identifier avec la personne ses besoins prioritaires et construire les réponses adaptées au regard des
séquelles liées à la Cérébrolésion
Stimuler pour : encourager, redonner l’envie d’avoir envie, de vivre dans la cité parmi les autres.
CONDITIONS D’ENTREE
Condition sine qua none : avoir des projets constitutifs du projet de vie et identifier chacune des étapes prioritaires
à leur concrétisation.
Cette maison a vocation à être « un sas » temporaire favorable au gain en autonomie afin de permettre à la personne
accueillie de vivre sa vie, là où elle le souhaite – comme le tout à chacun.
Ce n’est pas un lieu d’accueil permanent. La dynamique s’inscrit donc au travers de la mise en œuvre de projets de
séjour. Etape transitoire dans leur parcours de vie.
Leur séjour n’est pas définitif. Ils signent un contrat de sous-location de six mois renouvelable deux fois
(« théoriquement » : condition adaptable au rythme des personnes et des nécessaires moyens à mobiliser dans le
cadre de l’accompagnement).
Disposition prioritaire pour la « viabilité » des projets de vie et du dispositif : l’accès et l’obtention du droit à la PCH
aide – humaine sous le versant : services d’accompagnement (Saad – Samsah).
A ce jour, la MDPH de Meurthe et Moselle accepte le principe d’une mutualisation de la PCH.
Une commission est mise en place pour le suivi des locataires et se réunit aussi pour les entrées ou sorties. Elle est
constituée de la Présidente de l’AFTC, d’une administratrice représentant les familles, du Directeur de l’AFTC et de la
chargée de mission « Facilitatrice de parcours de vie » qui est l’interlocutrice privilégiée avec les services mis en place
autour d’eux.
Cette commission se réunit 2 fois par an (minimum) en présence des acteurs-partenaires des services (SAAD /
SAMSAH). Elle permet la rencontre – l’échange avec les personnes accompagnées ainsi que leurs représentants
légaux ou aidants, afin d’effectuer :
 un point d’étape et d’évaluation quant aux attentes et besoins de la Personne, au regard des objectifs fixés
initialement,
 une évaluation de la cohérence et de l’adéquation des moyens mis à disposition et les projets identifiés des
personnes,
 la priorisation des axes à développer et travailler dans le cadre de l’avancée du projet de chaque personne.
Elle favorise, également, la présentation – le suivi des situations accompagnées dans le cadre des dispositifs d’accueil
temporaire et/ou d’urgence.
La personne accueillie peut partir à tout moment.
Ses choix sont entendus et respectés mais avant toute chose, une vigilance est apportée à ce que sa décision soit
éclairée : intention – conséquences.
L’accompagnement ne prend pas fin au sortir de la Maison. La mise en œuvre du projet de vie se poursuit par
l’adaptation aux besoins nouveaux et la vigilance à la préservation des droits acquis voire leur réévaluation au regard
du contexte nouveau.
La Maison est ouverte toute l’année – y compris le week-end, jours fériés …
CONDITIONS FINANCIERES
Le loyer est de 447 € (277 € loyer – 100 € provisions et 70 € fond commun)
Une participation de 90 € / personne est demandée pour l’alimentation. La Banque Alimentaire apporte le
complément.
A l’arrivée, chaque studio est meublé avec les éléments de base (lit – bureau- chaise/fauteuil – lampes) et libre à
chacun de le personnaliser (décoration – meubles personnels) pour leur confort.
ORGANISATION
A l’entrée, il est élaboré avec la personne accueillie un contrat d’accompagnement fixant les modalités et les objectifs
principaux.
La personne accueillie et accompagnée ainsi que le tuteur – curateur ou représentant légal doivent le signer.

Intervention hebdomadaire de la chargée de mission Facilitateur de parcours de vie
Une fois par semaine, la chargée de mission (salariée de l’AFTC) passe l’après-midi avec eux, dans le but de
s’entretenir individuellement avec chacun et identifier avec les personnes les adaptations – les évolutions (positives
ou négatives) nécessaires à la mise en œuvre et la concrétisation des projets des personnes accueillies.

Intervention quotidienne des professionnels du SAAD et du SAMSAH
L’intervention des autres professionnels est corolaire aux besoins des personnes (évaluation réalisée par leur soin
et rythme fixé en conséquence) :
-
Professionnels d’un SAMSAH
Intervenants paramédicaux extérieurs
Le suivi quotidien est assuré par un SAAD (service d’aide à domicile) avec qui nous avons mutualisé : au départ de la
maison, nous avions embauché deux personnes du village, que nous avons formé. Ils étaient en contrat CAE. Au bout
de 30 mois des aides de l’Etat, nous avons négocié la reprise de notre personnel par ce SAAD. Où une personne est
encore en activité, la 2ème personne est en longue maladie.
Ce SAAD suit principalement des personnes malades psy. Le turn-over étant important et le niveau de
professionnalisation des salariés nous fait constater la limite de la mutualisation. (Imposée par le Conseil
départemental).
Au sortir du dispositif, en fonction du projet de chacun – des séquelles présentes et de l’autonomie développée ; la
personne :
 Intègre un logement ordinaire sous la forme d’une colocation,
 Intègre un logement ordinaire – seules.
Pour ce faire, nous avons développé un partenariat avec plusieurs bailleurs sociaux qui nous aident à trouver des
logements correspondants aux besoins des personnes tant en terme de configuration (espace – agencement –
prestations : ascenseur - concierge, que de localisation : proximité des médecins – para médicaux, magasins,
transports…).
Les points d’attention sont les suivants :
 Ne pas engendrer de rupture dans le parcours de vie des personnes,
 Préserver l’acquisition des droits obtenus (CAF – MDPH – CPAM …).
Dans cette optique, nous allons offrir l’opportunité aux personnes accueillies de disposer d’un nouvel environnement.
Nous allons, en effet, « rapatrier » la Maison l’En Vie à Nancy, dans un projet de logements neufs où il nous est réservé
un appartement en RDC avec terrasse privée – même superficie – même esprit.
Nous réfléchissons à la suite de la Maison à Rosières aux Salines : personnes vieillissantes, personnes à troubles de
comportement ……….
La co-location demeure une action transitoire qui n’est pas envisageable pour tous. Il n’est pas toujours facile de vivre
à 2 (+ l’intervention des aides humaines) même si la transition est préparée.
La phase transitoire passage d’un dispositif « accompagné » soutenu à un dispositif « accompagné » mais moins
soutenu (temps de présence, nombre d’acteurs, objectifs) n’est pas toujours aisée.
A cette fin, nous avons réfléchi à la mise en place d’un dispositif intermédiaire : 8 logements T1 (salon-cuisinechambre-SDB) avec un veilleur de nuit au sein d’un même immeuble. Ce dispositif permettra de laisser du temps aux
personnes pas suffisamment autonomes pour s’installer en logement seul dans la cité.
En parallèle de tous ces dispositifs d’hébergement accompagnés et suivis, chaque personne accueillie peut fréquenter
(selon ses envies et ses besoins) les espaces GEM mais aussi et ateliers d’insertion professionnelle, quand ils le
demandent.
Ce dispositif a permis à 23 personnes de passer par la Maison l’En Vie., dont 6 en 2015.

Documents pareils