Analyse : batman arkham origins

Commentaires

Transcription

Analyse : batman arkham origins
2014
Martin MASSÉ
IEFM’3D
Game Design 1ere année
1ère année
ANALYSE :
BATMAN ARKHAM ORIGINS
AVANT PROPOS
Batman Arkham : Origins est un jeu action-aventure/infiltration développé par Warner
Bros. Games Montréal et édité par Warner Bros. Interactive Entertainment.
Cet opus, sorti le 25 octobre 2013 se situe chronologiquement avant Batman Arkham
Asylum et Batman Arkham City sortis respectivement en 2009 et 2011.
Pour mieux situer le contexte de développement d’Arkham Origins, il est important de
rappeler l’historique de la licence Batman Arkham, qui n’a pas débuté dans les studios
de WB Games.
Les deux premiers opus de la série, Asylum et City, ont été développés par Rocksteady
et édités par Eidos Interactive (Square Enix au Japon).
GENESE
Rocksteady a été fondé en 2004 par Sefton Hill et Jamie Walker. C’est un petit studio
de développement situé au nord de Londres. Une partie des employés d’Argonaut
staffits et d'autres passionnés de jeux vidéo, dont la plupart sont fans de comics
travaillent dans ce studios. Avant de travailler sur la série Batman Arkham, Rocksteady
avait développé un jeu nommé Urban Chaos.
Après ça, Rocksteady commença à prototyper sous Unreal Engine 3 pour la PS3 et 360
pendant un an. Puis, l’éditeur Eidos parvint à aquérir la licence Batman auprès de
Warner, il a commencé à s’intéresser à Rocksteady.
Eidos à porté de l’intérêt aux prototypes de Rocksteady et leur a demandé ce qu’ils
seraient capables de faire pour le jeu Batman. Ils leurs ont donc présenté leurs idées,
qui ont bien plus à Eidos qui leur a confié le développement de Batman.
ENJEUX
Les deux enjeux principaux étaient premièrement de garantir une fidélité à l’univers
de Batman et au caractère du héros et deuxièmement de proposer un système de
combat qui permettait à la foi accessibilité et immersion.

L’univers : Dès le début du projet Rocksteady, dans l’optique de rester fidèle à
l’histoire du héros, les développeurs ont travaillé très proche de DC, la maison
d’édition des comics Batman. Ce qui leur a permis d’accéder à une grande
quantité d’influences utiles pour le développement. La principale source
d’inspiration est les comics “Les Fous d’Arkham” (Arkham Asylum: A Serious
House on Serious Earth) de Grant Morrison. On y retrouve un asile dépeint
comme un manoir, une ambiance très sombre où l'esprit d'Amadeus Arkham
hante les lieux, ainsi que les cellules légendaires des célèbres fous d’Arkham.

Système de combat : Le système de combat a été revu à plusieurs reprises.
Initialement pensé comme un jeu d’action très soutenu, il est passé par une
version 2D. Lors d’un combat des cercles colorés apparaissaient et il fallait les
frapper. C’est cette version qui a été la base du gameplay de combat dans
Batman.
HERITAGE
Assassin’s creed : Le système de combat de Batman est similaire à celui des Assassin’s
Creed.
The Legend of Zelda/Metroid : Sefton Hill, évoque le fait qu’ils ont beaucoup été
influencés par les The legend of Zelda et Metroid pour les principes des gadgets et
capacités que le joueur peut combiner et utiliser de différentes manières.
DC Comics : C’était l’une des contraintes principales que s’est imposée Rocksteady que
d’offrir un jeu fidèle à l’univers des comics DC Comics.
The Dark Kight : Le studio a également travaillé en collaboration avec Warner. En effet
ce dernier ayant produit les films Batman de Christopher Nolan, a pu fournir des
conseils et du matériel pour le développement.
Arkham Asylum/City : Si je ne parle que de Arkham Asylum/City depuis le début de
cette analyse, c’est parce que WB Games, en développant Origins, s’est énormément
appuyé sur le travail effectué par Rocksteady auparavant concernant les principales
mécaniques de jeu liées au combat et pour l’apparition de l’open world depuis City.
GAMEPLAY
INFILTRATION
S’il n’est pas nécessaire d’organiser son approche quand il s’agit d’ennemis
standard, ce n’est pas le cas d’ennemis armés. Batman étant vulnérable aux tirs
ennemis, il est parfois impossible de s’engager dans un combat sans repérage des
lieux, sans analyse du comportement des ennemis et réussir à survivre au combat.
Le jeu met donc quelques outils à disposition du joueur pour l’inciter à calculer son
approche.
Vision rayon-X : les ennemis sont mis en valeur par la couleur bleu, même si le champ
de vision est obstrué par des éléments du décor. Tous les éléments d’interactions eux
sont mis en valeur par la couleur orange. Cela concerne les armes que tiennent les
ennemis ou même les gargouilles et autres structures situées en hauteur. Quand le
joueur passe en vision rayon x, un élément de l'interface lui indique le nombre
d’ennemis et le nombre d’armes qu’ils possèdent.
J’ai évoqué ici les gargouilles sur lesquelles Batman se positionne pour avoir une
vue d’ensemble. En réalité la partie infiltration des combats est beaucoup basée sur
cet aspect de repérage, grâce à cette verticalité qu’offre l’environnement.
Précisément le joueur n’est quasiment jamais au sol, il se déplace toujours avec son
grappin (la vitesse de déplacement du grappin a été augmentée avec l’arrivée de
l’open world dans Arkham City) et le joueur peut prendre de la vitesse pour plonger en
piquet. Ces actions disponibles permettent un meilleur déplacement dans l’espace
aérien et l’aide à se positionner pour attaquer ses ennemis.
Pour éliminer ses ennemis de manière discrète, le joueur peut choisir de se faufiler
derrière lui et de l’étouffer ou se placer au-dessus de lui et le suspendre.
Aussi, au travers d’un arbre de talent spécifique aux compétences d’infiltration, le
joueur peut obtenir de nouvelles façons d’éliminer ses adversaires discrètement.
Au-delà de l’infiltration pendant les combats, il y a aussi des phases
d’infiltration/plateforme pendant le jeu ou le joueur se faufile dans des conduits, dans
des immeubles, interagit avec des éléments du décor pour se frayer un chemin
notamment en utilisant ces gadgets. C’est surtout dans ces phases là que la vision
rayon x est utile. Cela sert à la fois de proposer un gameplay en deux temps mais aussi
de créer des pauses après les combats.
COMBATS
Le système de combat de Arkham Origins est plus généralement le système des
Arkham, est appelé Freeflow, il désigne la liberté de circuler au sein du combat. C’est
à dire que le joueur enchaîne les attaques pour construire des combos, plus il enchaine
des attaques, plus son combo augmente et plus il devient rapide et peut atteindre
l’ennemi qu’il veut en orientant le joystick. D’autre part il peut attaquer à n’importe
quel moment, même s’il est en train de se faire attaquer.
Beaucoup de designers parlent de ce système comme étant “facile à apprendre,
difficile à maîtriser”.
En effet, les combats reposent sur des compétences qui ne sont pas propres à Batman
mais plutôt propres au joueur : l’anticipation, la réactivité et le timing. Il ne s’agit
absolument pas de retenir des séries de boutons à presser pour lâcher un combo.
Dans la mesure où le joueur sait déjà comment se battre et comment éliminer ses
adversaires quand il commence le jeu, il ne lui reste plus qu’à apprendre à maîtriser
par le biais de ses capacités en tant que joueur.
Multiplicateur de
combo
Nom
Effets
Attaque
L’attaque de base est la plus utilisée, elle
est très rapide et sans orienter le personnage
Oui
il saute sur chacun d’entre eux même s’il
n’est pas dans le champ de la caméra.
Contre
Le contre s’effectue quand un ennemis
attaque (des marqueurs sont visibles auOui
dessus de sa tête). Il est efficace pour
commencer un combo.
Esquive
Pour ne pas perdre le combo en cours il faut
immédiatement après une esquive porter un
coup pour incrémenter de nouveau. Si le
Non
joueur fait deux esquives alors le jeu
considère que c’est un coup raté et le
multiplicateur est perdu.
Permet d’étourdir l’adversaire et offre la
possibilité d’enchainer une série de
Étourdissement
Non
d’attaque très rapide sur lui. Ne fait pas
perde le combo.
Attaque au sol
Ce mouvement est très risqué : si l’ennemi
est trop loin le mouvement échoue et le
combo est perdu. Pendant l’attaque, Batman
Oui
est très vulnérable aux attaques ennemies, il
faut donc s’assurer d’être à bonne distance
des autres.
L’intention des designers pour les combats de Batman était donc d’offrir une grande
accessibilité, le système de combat est simple mais met au centre du gameplay des
habilités que chaque joueur possède et lui demande simplement de les améliorer
durant sa progression dans le jeu.
Pour appuyer ce principe, les compétences de combat rapproché que peut obtenir le
joueur à partir de l’arbre de talents ne confèrent en règle générale que des bonus
d’armures, de réductions de dégât et non des compétences liées à l’attaque.
La difficulté augmente avec le nombre d’ennemis mais aussi avec l’apparition
progressive des adversaires ayant des capacités spéciales. Une capacité spéciale
entraîne une façon particulière de l’éliminer, par exemple ceux qui possèdent un
couteau doivent être étourdit avec la cape pour pouvoir être touchés.
De cette façon, le gameplay est aussi très fluide, les coups, contres et esquives
s’enchaînent très simplement. Les animations et l’accessibilité de ce gameplay
renforcent l’immersion.
OPEN WORLD
Asylum était relativement limité pour ce qui est de l’exploration, le territoire étant
restreint, les possiblités étaient réduites.
Le côté open world d’Origins provient de l’opus Arkham City. Grâce à toutes les quêtes
annexes dans Gotham, Origins permet à des joueurs types explorer/achiever d’obtenir
davantage de contenu à découvrir. Certaines de ces quêtes ne sont déblocables que en
explorant la ville.
BOSS
Scénaristiquement, Black Mask organise une évasion de masse au pénitencier de Black
Gate et offre 50 millions de dollars à quiconque lui apportera la tête de Batman. Il
engage huit assassins qui vont être les bosses intermédiaires du jeu.
Au niveau du gameplay le jeu est donc rythmé par ces bosses intermédiaires. Au
moment où le joueur comprend qu’il va devoir affronter 8 bosses, il vient de sortir de
Black Gate et d’affronter Killer Croc. De cette façon il vient déjà de vivre la principale
boucle de gameplay du jeu, elle va se reproduire pour chacun des bosses du jeu.
MIEUX COMPRENDRE ORIGINS
Pour mieux comprendre le gameplay d’Origins, je vais expliquer en tout premier lieu la
boucle de gameplay au niveau local : un combat; puis la boucle de gameplay globale :
phases de combat et d’infiltrations débouchant sur un combat de boss.
NIVEAU LOCAL
Le joueur dispose d’une multitude de patterns différents à la foi pour organiser son
approche de l’adversaire mais aussi pour le combattre.
“Reconnaissance” et “Stealth” sont indissociables : le joueur étudie le comportement
des ennemis, s’approprie le terrain et constate qu’il y a une multitude de façon
possible d’attaquer sans se faire repérer. Il peut alors déterminer celle qui lui semble
la plus efficace. “Cards” est aussi associé à ces pattern parce que Batman a des
capacités lié à l’élimination discrète comme l’étouffement, faire tomber l’adversaire
ou le fait de suspendre son ennemi en l’air. “Skills” est l’XP que l’on gagne en
éliminant des adversaires, la plus grosse influence de ce pattern sur le gameplay
principal est sur les “Cards” liées à l’infiltration.
J’ai mis “Stealth” dans Joueur uniquement parce que c’est un choix personnel, et bien
qu’il soit très compliqué de survivre contre 15 adversaires armés, c’est possible donc
le joueur a bel et bien le choix de passer par la case infiltration.
Les combats au corps à corps, mais surtout les combos sont le cœur du jeu. On
retrouve dans “Cards” les coups que peut faire Batman, dans “Tools” les gadgets de la
chauve-souris. Ces deux patterns forment “Combos”. Le joueur enchaîne les coups
(voir : gameplay > combat) pour faire grandir son combo et devenir de plus en plus
rapide et ainsi être de moins en moins vulnérable aux coups et tirs adverses. Il peut
augmenter son combo en utilisant ses gadget (Bat griffe, Batarang…).
L’autre aspect central du jeu est le suivant : les règles imposent le “Timing” mais il ne
tient qu’au joueur d’“Anticiper” les attaques et contres des adversaires pour a son
tour placer ses enchaînement de “Cards” et de “Tools” toujours dans l’anticipation et
la réactivité pour enfin réussir ses “Combos”.
L’objectif ici est d’éliminer les différents ennemis pour collecter de l’xp et peut-être
gagner des points de compétences qui attribuent de nouveaux “Skills” et/ou
renforcent les “Cards”. L’autre gain à la fin du combat est l’expérience réelle au
niveau de l’anticipation et de la réactivité. Le joueur apprend au fur et à mesure à
perfectionner sa maîtrise des éléments de combats qui lui ont été donné dès le début
du jeu.
NIVEAU GLOBAL
Ce que j’appelle le niveau global correspond à plusieurs boucle de gameplay combat
entrecoupées de phases d’infiltration/plateforme qui se terminent par un boss
intermédiaire.
Si l’on analyse donc à échelle globale on remarque que “Stealth” est cette fois une
règle du jeu comme un objectif. Le joueur n’a pas le choix, il doit avancer durant ces
phases d’infiltration pour atteindre les zones de combat et enfin le combat de boss.
“Tool” est cette fois a cheval entre joueur et objectif parce que vaincre un boss
confère à Batman l’équipement spécial que le boss portait. Ce qui engendre des
nouvelles habilités à utiliser en combat pour augmenter les “Combos”.
AMELIORATIONS
UN OPEN WORLD PLUS ATTRACTIF
Bien que l’open world d’Origins offre une multitude de quêtes annexes à découvrir en
explorant Gotham, il n’est pas encore exploité comme il pourrait l’être.
On pourrait imaginer par exemple pour le prochain opus des évènements se
déclenchant dynamiquement pendant l’exploration de la ville un peu comme on
pouvait retrouver dans Spider Man 2, il fallait gagner des points de héros en
intervenant sur des délits/crimes. Cela pourrait être à la fois des appels radios de la
police de Gotham comme des cris dans la rue que Batman entend.
BATMOBILE
Il semble difficile d’intégrer la Batmobile dans Origins, le jeu n’est clairement pas fait
pour ça, il privilégie carrément les déplacements en hauteur avec le grappin. En
revanche il pourrait s’agir de laisser le joueur appeler la Batmobile quand il veut pour
explorer Gotham depuis la terre et peut être tomber sur les évènements dynamiques
dont je parlais comme les cris d’un homme qui se fait braquer ou une poursuite en
voiture qui s’engage.
AUTRE PERSONNAGES JOUABLES
Dans Arkham city, Catwoman était jouable. Cela n’aurai pas été cohérent
scénaristiquement de pouvoir jouer un autre personnage mais pour le prochain opus
qui devrai être la suite de City, pourquoi pas récupérer cet élément de gameplay et
voir s’il n’est pas possible de faire des séquence de jeu distincte avec Catwoman ou
pourquoi pas proposer un mode coopération a deux joueur en local.
RESSOURCES
Test de Batman Arkham Origins – GameKult – 05/04/2014
http://www.gamekult.com/jeux/batman-arkham-originsSU3050128723.html
The history of Quick Time Events – Gamasutra – 05/04/2014
http://www.gamasutra.com/view/news/123345/Feature_The_History
_And_Evolution_Of_The_QuickTime_Event.php
S. BJORK et J. HOLOPAINEN [2005] - Patterns in game design
Mécaniques de combat – Gameplayer – 12/04/2014
http://www.gameplayer.com.au/let%E2%80%99s-get-mechanical-thefreeflow-combat-system/
Freeflow – Arcade Berg – 12/04/2014
http://arcadeberg.com/causerie/batman-arkham-asylum-free-flowcombat/
Détail des principales attaques – Strategywiki – 12/04/2014
http://strategywiki.org/wiki/Batman:_Arkham_Asylum/Combat#Knock
out_mechanics