VILLENEUVE D`OLMES

Commentaires

Transcription

VILLENEUVE D`OLMES
VILLENEUVE D'OLMES
Extrait du CDG 09 - AMA 09
http://www.maires09.asso.fr
VILLENEUVE D'OLMES
- AMA09 - ANNUAIRE DES COMMUNES ET INTERCOMMUNALITES DE L'ARIEGE -
Date de mise en ligne :
CDG 09 - AMA 09
Copyright © CDG 09 - AMA 09
Page 1/3
VILLENEUVE D'OLMES
C'est en 1223 qu'apparaît pour la première fois, de façon formelle, une trace écrite stipulant l'existence de Villeneuve
d'Olmes. Le village, alors composé de 35 feux et ayant pour nom St Quirq d'Olmes, était rattaché à la seigneurie de
Mirepoix.
La famille de LEVIS, marquis de l'Aubespin, a habité le village et c'est elle qui a vendu, vers 1885 à la Commune, le
bâtiment où se trouve aujourd'hui la Mairie et l'Ecole du Groupe Centre. Un magnifique plafond Louis XVI orne la
salle du Conseil et des mariages. Comme le précise le Cartulaire de Saint Sernin de Toulouse, en 1887 par C.
DOUAIS, la dénomination de Villeneuve est issue du mot latin "villa nova". Le vieux village est regroupé autour de
son église, agrandie le 27 février 1842 par la Commune, grâce aux dons du Ministère des Cultes (300 Frs).
Le village ne conserve de son lointain passé que les vestiges d'un château fort, démoli en 1240 par les Croisés et
connu sous le nom de "La Tour". Cela laisse supposer de certaines affinités de la part de sa population envers la
cause cathare. Sur ce lieu-dit "La Tour" fut édifié le 18 avril 1851 une croix appelé depuis le Calvaire. Eut lieu
également l'installation des Religieuses de la Croix, Soeurs St André, à la maison qui leur était destinée par
Monsieur le Comte Camille de l'Aubespin.
La Commune procéda à la construction du nouveau presbytère dès le 3 juin 1873, avec prise de possession par M.
Adelin CANAL, le 8 mai 1874. A l'origine, l'industrie textile semble n'être apparue quassez tard, favorisée par les
eaux du Touyre, propres au lavage de la laine provenant des élevages ovins de la région. Par contre, il est fait état
détablissements à caractère métallurgique qui ont laissé leur nom à des lieux-dits comme : "La Forge ", "Le Martinet
", et dont les machines archaïques étaient actionnées par leau des canaux provenant du Touyre.
Certains anciens se souviennent que les cloutiers de Villeneuve d'Olmes apportaient, sur le marché de Lavelanet,
leur production de clous forgés, quils vendaient "à la poignée " - le Couer d'où le surnom de "Couers " porté encore
par les Villeneuvois de vieille souche.Cest en 1223 quapparaît pour la première fois, de façon formelle, une trace
écrite stipulant lexistence de Villeneuve dOlmes. Le village, alors composé de 35 feux et ayant pour nom St Quirq
dOlmes, était rattaché à la seigneurie de Mirepoix. La famille de LEVIS, marquis de l'Aubespin, a habité le village et
Copyright © CDG 09 - AMA 09
Page 2/3
VILLENEUVE D'OLMES
cest elle qui a vendu, vers 1885 à la Commune, le bâtiment où se trouve aujourdhui la Mairie et lEcole du Groupe
Centre.
Un magnifique plafond Louis XVI orne la salle du Conseil et des mariages.
Comme le précise le Cartulaire de Saint Sernin de Toulouse, en 1887 par C. DOUAIS, la dénomination de
Villeneuve est issue du mot latin "villa nova ".Le vieux village est regroupé autour de son église, agrandie le 27
février 1842 par la Commune, grâce aux dons du Ministère des Cultes (300 Frs).Le village ne conserve de son
lointain passé que les vestiges dun château fort, démoli en 1240 par les Croisés et connu sous le nom de "La Tour ".
Cela laisse supposer de certaines affinités de la part de sa population envers la cause cathare.Sur ce lieu-dit "La
Tour " fut édifié le 18 avril 1851 une croix appelé depuis le Calvaire. Eut lieu également linstallation des Religieuses
de la Croix, Surs St André, à la maison qui leur était destinée par Monsieur le Comte Camille de l'Aubespin.
La Commune procéda à la construction du nouveau presbytère dès le 3 juin 1873, avec prise de possession par M.
Adelin CANAL, le 8 mai 1874.A lorigine, lindustrie textile semble nêtre apparue quassez tard, favorisée par les eaux
du Touyre, propres au lavage de la laine provenant des élevages ovins de la région.
Par contre, il est fait état détablissements à caractère métallurgique qui ont laissé leur nom à des lieux-dits comme :
"La Forge ", "Le Martinet ", et dont les machines archaïques étaient actionnées par leau des canaux provenant du
Touyre.Certains anciens se souviennent que les cloutiers de Villeneuve dOlmes apportaient, sur le marché de
Lavelanet, leur production de clous forgés, quils vendaient "à la poignée " - le Couer d'où le surnom de "Couers "
porté encore par les Villeneuvois de vieille souche.
Copyright © CDG 09 - AMA 09
Page 3/3