Approche psychanalytique des addictions, FORDD

Commentaires

Transcription

Approche psychanalytique des addictions, FORDD
Approche psychanalytique des
addictions
 Notions
de base
 Perspectives historiques
Dr.I.Gothuey, UAS
Notions psychanalytiques de base
  L’inconscient
  La
théorie de l’inconscient
  Le ça, le moi et le surmoi
  Pulsion de vie (Eros), pulsion de
mort
  La relation d’objet
  Le transfert
Notions psychanalytiques de base
Notions psychanalytiques de base
 
La théorie de
l’inconscient
L’appareil
psychique est
constitué de divers
systèmes
organisés qui vont
régler les relations
entre le Cs et
L’Ics.
Notions psychanalytiques de base
 
Le ça:
 
 
Le Moi
 
 
Correspond à l’Ics, c’est un réservoir de pulsions.
Morcelé en tendances indépendantes les unes des
autres.
Assure la stabilité, l’identité de la personne, conçu
comme une unité. Pôle défensif de l’appareil
psychique.
Le Surmoi
 
Fonction de conscience restrictive et culpabilisante.
Structuré par des processus d’identification aux
parents.
Notions psychanalytiques de base
 
La théorie des pulsions
 
 
Pulsion de vie
 
 
Pulsion=énergie, poussée instinctuelle de
nature sexuelle, qui vise la satisfaction. Dualité
pulsionnelle.
Evolution des pulsions sexuelles, activité de
rassemblement, d’unification.
Pulsion de mort
 
Pulsion de destruction, séparation.
Désagrégation (compulsion de répétition)
Notions psychanalytiques de base
  La
relation d’objet
C’est la relation du moi à autrui (objet)
ainsi que les mécanismes de défenses
inconscients qui structurent cette
relation. Le premier objet d’amour est
la mère. Il peut s’agir d’une personne,
mais aussi d’un objet partiel.
  Considère la vie psychique d’un sujet
non pas isolé mais en interrelation.
 
Notions psychanalytiques de base
 
Le transfert
 
 
 
 
 
L’ensemble des phénomènes qui constituent la relation du
patient au psychanalyste
Processus par lequel les désirs inconscients s’actualisent
sur certains objets (thérapeute).Le sujet éprouve envers
l’analyste des sentiments qu’il a déjà éprouvé envers une
figure significative du passé.
C’est une façon de saisir « à chaud »les éléments du
conflit infantile.
Répétition de certains processus infantiles, vécus avec un
sentiment d’actualité marqué ,au sein du dispositif
thérapeutique.
Au transfert du patient sur l’analyste, répond le contretransfert de l’analyste envers le patient (ensemble de
réactions inconscientes que suscite le patient).
Approche psychanalytique des
addictions-Perspectives historiques
S.Freud
 
« Telle qu ’elle nous est imposée, notre vie est trop
lourde, elle nous inflige trop de peines, de déceptions,
de tâches insolubles. Pour la supporter, nous ne
pouvons nous passer de sédatifs (…).Ils sont peut-être
de trois espèces: d’abord de fortes diversions, qui nous
permettent de considérer notre misère comme peu de
chose, puis des satisfactions substitutives qui
l’amoindrissent, enfin des stupéfiants qui nous y
rendent insensibles. L’un ou l’autre de ces moyens nous
est indispensable. »
Malaise dans la civilisation(1929)
PUF, 1986, p.18
Perspectives historiques
  Les
principaux modèles théoriques
psychanalytiques
  Les
fonctions inconscientes de la
conduite addictives (modèles
explicatifs)
S.Freud
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
modèles théoriques
Lettre à W.Fliess n055(11.01.1897) et n0
79(22.12.1897)
Manuscrit H (1895), la naissance de la psychanalyse
Cocaïnomanie et cocaïnophobie (1887)
La sexualité dans l’étiologie des névroses (1898)
L ’interprétation des rêves, le rêve de l ’injection à Irma
(1900)
Trois essais sur la théorie de la sexualité (1905)
Le mot d’esprit et ses rapports avec
l ’insconscient(1905)
Cinq psychanalyses (le président Schreber, Dora)
(1911)
Contribution à la psychologie de la vie
amoureuse(1912)
Pour introduire le narcissisme(1914)
Complément métapsychologique à la théorie des
rêves(1915)
Malaise dans la civilisation (1929)
modèles théoriques
S.Freud
 
L ’addiction est un substitut à l’acte sexuel, en lien
avec l’auto-érotisme, la masturbation est comprise
comme l’addiction la plus ancienne.
 
Les drogues peuvent prendre la place de l’objet
primordial et être traité comme celui-ci.
 
L ’addiction est le témoin d’un stop du
développement psycho-sexuel au stade oral.
 
Il y a des addictions sans drogues, comme le jeu
pathologique, ou Freud parle d’autopunition.
 
Il existe de fortes similitudes entre les états
d’intoxications alcooliques et la manie.
modèles théoriques
S.Freud
 
 
“ L ’analyse est du reste, peu appropriée au
traitement des intoxications, car tout mouvement de
résistance se termine en rechute.”
Autre traduction: “La psychanalyse est contreindiquée pour les toxicomanes, car chaque rechute ou
difficulté dans le traitement les ramène à la drogue. ”
Réponse à S.Ferenczi
1er juin 1916
modèles théoriques
S.Rado (1926)
 
 
 
La toxicomanie est comprise comme un plaisir autoérotique et comme une fixation (régression) au
stade oral. Evoque l ’orgasme pharmacogénique.
Comprend le plaisir et l’euphorie générée par la prise
de drogue comme une façon pour le moi de retrouver
sa dimension narcissique originelle et sa toute
puissance.
L’une des fonctions de la drogue est de servir de
bouclier contre les excitations externes.
modèles théoriques
E. Glover (1932)
 
L ’étiologie des toxicomanies:
voit la toxicomanie comme un état de
transition entre une phase psychotique
précoce et une phase névrotique plus
tardive du développement de la psyché. Cet
état transitionnel préfigure dans la littérature
psychanalytique le concept d’état limite.
modèles théoriques
O. Fenichel (1946)
 
 
La théorie psychanalytique des névroses:
ouvrage qui tente de regrouper et d’organiser le
concept de toxicomanie, en rapprochant de
manière pas toujours très claire, Toxicomanies,
Perversions et Névroses d ’impulsion.
Il observe que les toxicomanies sans drogue se
manifestent par des conduites qui ressemblent
fortement aux toxicomanies classiques et
qu’elles procèdent probablement d’une
économie psychologique commune.
modèles théoriques
J.Mc Dougall (1978)
 
Plaidoyer pour une certaine anormalité:
 
la solution addictive est comprise comme une
réponse à une souffrance psychique du passé.
 
Genèse: failles dans les interractions précoces
de l’entité psychique mère-nourisson qui
affecte le développement des phénomènes
transitionnels. L’enfant éprouve alors une
crainte à développer ses ressources internes
pour atténuer ses tensions affectives.
(satisfaction hallucinatoire du désir, et capacité
d’être seul sont alors court-circuitées).
modèles théoriques
J.Mc Dougall (1978)
 
 
 
Plaidoyer pour une certaine anormalité:
Pour résoudre ses tensions, le sujet opérera
alors un raccrochage au monde perceptivomoteur, cherchant la solution dans un pseudoobjet addictif, prenant la place de l’ objet
d’amour.
Ce pseudo-objet addictif est voué à échouer
dans son potentiel libérateur des liens de
dépendances à la mère qu’il renforce au
contraire.
modèles théoriques
J.Mc Dougall (1978)
 
 
 
Alexithymie:
Donne à la notion d’alexithymie une place dans
la théorie du fonctionnement spécifique des
addictions.
Elle résulte d’une intolérance aux affects qui
sont l ’objet d ’une « forclusion », d’une
éjection des affects hors de la psyché. Proche
cliniquement de la pensée opératoire, vu
comme une sorte de destin naturel évolutif des
pathologies addictives.
modèles théoriques
P. Jeammet (1985-2000)
 
 
L ’objet d ’addiction est vu comme un
pansement pour la psyché, qui tente de guérir
les blessures narcissiques laissées par
l ’inadéquation de la relation aux premiers
objets. La conduite addictive s’offre comme un
néo-objet toujours à disposition et toujours
maîtrisable.
Le produit ou le comportement addictif vise à:
 
 
 
Prendre le relais des défaillances internes du
désir
contre-investir les angoisses de destruction et de
vide
servir de pare-excitation face au potentiel
excitant des objets
modèles théoriques
P. Jeammet (1985-2000)
 
conséquences:
 
 
 
 
 
absence d’investissement suffisamment sécure de
l ’espace psychique interne.
absence de travail de représentation interne, de
déplacement et d’activité de symbolisation.
surinvestissement du monde perceptivo-moteur
et de l’objet dans la réalité, (accrochage aux
objets perceptifs externes).
Le sujet est en difficulté devant la constitution
conjointe de l’objet interne et de sa propre
identité.
L’équilibre narcissique des sujets demeure
largement dépendant de la réalité de leurs
relations, de leur qualité et de leur permanence.
Les fonctions inconscientes des
conduites addictives
4 Modèles explicatifs
 
 
 
 
Fonction d’évitement de l’activité psychique consciente,
évitement des affects.
Fonction de substitution, de suppléance partielle à un
moi en difficulté identitaire, mais aussi une tentative de
trouver des néo-régulation et de nouvelles liaisons.
Fonction d’affranchissement de la dépendance aux
parents.
Fonction d’excitation, d’activation fonctionnelle en
réponse à la déperdition du sens, au travail de
désobjectalisation de la pulsion, à l’incapacité de lire les
émotions et au retrait des investissements.
Approche psychanalytique des
addictions: conclusion/constat
 
Finalité de la démarche
analytique
 
Difficultés avec le
patient dépendant
 
 
 
 
faciliter la pensée
associative
mettre en contact le
moi avec des aspects
douloureux et
conflictuels de soi
utilisation du
transfert=lien
objectal
 
 
intolérance aux
affects
intolérance à
l ’introjection
objet nécessaire dans
la réalité mais qui
revêt de ce fait un
caractère de
dangerosité, lutte
constante pour ne
pas en dépendre