Premier bilan du plan d`action de la Charte

Commentaires

Transcription

Premier bilan du plan d`action de la Charte
Premier bilan
du plan d’action pour la mise en œuvre 2010-2013
23 mars 2012
Mise en contexte
En octobre 2009, le gouvernement du Québec dévoilait la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée. Issue d’une collaboration entre le gouvernement et les milieux de la mode, de la publicité, des
médias, de la musique et de la vidéo, la Charte se veut un premier pas vers
un engagement collectif volontaire à faire diminuer les pressions socioculturelles naissant des idéaux de beauté basés sur la minceur extrême et à
favoriser une société saine et égalitaire.
Un plan d’action pour la mise en œuvre 2010-2013 de la Charte a été ­déposé
le 17 décembre 2010. Ce plan cible principalement les jeunes, en priorité les
jeunes filles âgées de 14 à 17 ans, puisque celles-ci sont plus vulnérables
aux effets négatifs de l’exposition à des images de minceur extrême.
Ce plan est porté par différents ministères (MELS, MSSS, MDEIE et
MCCCF), les membres du comité de travail et les partenaires. Le premier
bilan d’implantation du plan d’action a mené à diverses réalisations, dont
les principales sont énumérées dans ce bilan.
Abréviations
ADISQ :
Association québécoise de l’industrie du disque,
du spectacle et de la vidé0
ANEB Québec :
Anorexie et boulimie Québec
Charte :
Charte québécoise pour une image corporelle saine
et diversifiée
CRCHUM :
Centre de recherche du Centre hospitalier
de l’Université de Montréal
INSPQ :
Institut national de santé publique du Québec
MCCCF-SCF :
Ministère de la Culture, des Communications et de la
Condition féminine – Secrétariat à la condition féminine
MDEIE :
Ministère du Développement économique,
de l’Innovation et de l’Exportation
MELS : Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport
MSSS :
Ministère de la Santé et des Services sociaux
RQASF :
Réseau québécois d’action pour la santé des femmes
Orientation 1 : Pour des jeunes sensibilisés, informés
et engagés sur la question de l’image corporelle
Différentes actions ont été entreprises pour sensibiliser les jeunes :
Concours « Défilez sans cliché » : Le concours « Défilez sans cliché », qui a été tenu du 30 mai au 8 juillet
2011 par Sensation mode, a amené les jeunes de 14 à 17 ans à s’exprimer, au moyen d’une vidéo ou d’un
texte, sur les raisons pour lesquelles ils étaient bien dans leur peau et sur la façon dont ils répondaient
aux principes de la Charte dans la vie de tous les jours.
Deux défilés de la diversité corporelle : Le Festival mode et design de Montréal 2011, organisé par Sensation mode, a présenté deux défilés de la diversité corporelle; le premier montrant des personnalités
publiques aux gabarits diversifiés et le deuxième présentant les 17 lauréates et lauréats du concours
« Défilez sans cliché ». Ce dernier défilé a joint davantage les jeunes et leur famille.
Atelier « Pour une mode en santé! L’image des femmes dans la publicité mode et les médias ! Enjeux
sociaux et de santé » : L’atelier, conçu par le RQASF, est destiné aux écoles de mode et vise à sensibi­
liser les étudiantes et étudiants des programmes Design de mode et Commercialisation de la mode, de
l’enseignement collégial et universitaire, à l’importance de promouvoir une image corporelle saine et
diversifiée. Une formation de formateur s’en suivra afin d’assurer la pérennité de l’atelier. Déjà, le processus d’implantation de l’atelier a débuté dans deux écoles de mode.
Prix IMAGE/IN : La première édition du Prix IMAGE/IN, créé par l’organisme ÉquiLibre, a amené les jeunes
à voter pour l’initiative du monde de la mode, des médias et de la publicité qui répondait le mieux aux
principes de la Charte, soit de favoriser différents formats corporels lors de la diffusion d’images dans
les médias.
Visite d’écoles secondaires : La ministre a visité deux écoles secondaires, soit l’école secondaire GrandeRivière de Gatineau et l’école de La Seigneurie de Beauport, où elle a présenté la Charte aux élèves.
La Charte a également été soumise aux jeunes dans les écoles secondaires par Léa Clermont-Dion et
Jacinthe Veillette.
Différents professionnelles et professionnels travaillant dans les milieux de
l’éducation et de la santé ont été sensibilisés à l’importance de promouvoir
une image corporelle saine et diversifiée :
Près d’une dizaine de conférences sur la Charte ont été réalisées en 2011 par le MCCCF-SCF
et différents partenaires.
Le programme « Bien dans sa tête, bien dans sa peau » de l’organisme ÉquiLibre a été présenté dans
divers événements, tandis que huit séances d’information et formations de démarrage ont été offertes
à différents professionnels.
ÉquiLibre a tenu 19 séances de la formation « Intervenir sur le poids et l’image corporelle à l’adolescence »,
qui a permis de joindre divers types de professionnels.
Les professionnelles et professionnels sensibilisés à ces occasions sont principalement des enseignants, nutritionnistes, travailleurs sociaux, intervenants jeunesse, directeurs d’école, infirmiers
et psychologues.
Ces différentes activités de promotion de la Charte ont contribué à l’adhésion de nouveaux
signataires sur le microsite JeSigneEnLigne.com. Jusqu’à maintenant, plus de 21 500 personnes ont
souscrit aux sept principes de la Charte.
Orientation 2 : Pour un engagement concret
de l’industrie
Plusieurs gestes concrets de la part des membres du comité de travail et de
l’industrie de l’image ont été accomplis :
Association canadienne des annonceurs : Le conseil d’administration de l’Association canadienne des
annonceurs a souscrit à la Charte et a décidé de la faire rayonner auprès de ses membres pour l’ensemble
de leurs activités canadiennes.
Sensation mode : Au cours des éditions 2010 et 2011 du Festival mode et design Montréal, Sensation
mode a présenté différents défilés de la diversité corporelle.
ADISQ : À l’occasion de ses différents galas 2010, l’ADISQ a sensibilisé l’industrie de la musique et de la
vidéo à l’impact que peuvent avoir les images sur l’estime personnelle des jeunes.
Clin d’œil : Des articles et des chroniques mode respectant les principes de la Charte ont été publiés
par Clin d’œil.
Anne de Shalla : Lors de la Grande-Braderie de mode québécoise, ayant eu lieu du 14 au 17 avril 2011 au
Marché Bonsecours, Anne de Shalla a fait la promotion de la Charte aux visiteurs.
Myco Anna : En mai 2010, Myco Anna est devenue la première boutique de designer à Québec à ­souscrire
à la Charte et à exposer dans sa vitrine des mannequins aux gabarits diversifiés.
JACOB : En septembre 2010, les boutiques JACOB ont adopté une politique de « non-retouche »,
s’engageant à ne plus retoucher numériquement la forme des corps de ses mannequins.
L’Aubainerie : En 2011, la collection Véro de L’Aubainerie a été lancée. Créée en collaboration avec
­Véronique Cloutier, cette collection a été conçue pour convenir à toutes les silhouettes féminines.
D’ailleurs, les mannequins choisis pour présenter la collection sont de taille, grandeur et âge diversifiés.
Melow : En août 2011, la designer Mélisse Bolduc de la griffe Melow a adhéré publiquement à la Charte
en réalisant le défilé de mode « Melow, saine et diversifiée! » mettant en vedette des personnalités
­publiques québécoises de différents formats corporels et dont les profits ont été versés à ANEB Québec.
Marie Saint-Pierre : À l’automne 2011, la designer Marie Saint-Pierre a créé une collection exclusive pour
les boutiques Reitmans. Les vêtements ont été conçus pour des tailles plus et des tailles petites.
Télé-Québec : Télé-Québec a abordé des sujets reliés à l’image corporelle et au poids dans différents
types d’émissions. En 2011, ces thématiques ont été traitées, notamment, dans les émissions Une pilule,
une petite granule et Tactik 4.
Anorexie et boulimie Québec : Une formation intitulée « Lorsqu’une image vaut mille maux : les
troubles alimentaires et le mannequinat » a été développée par ANEB Québec afin d’outiller et
d’informer les intervenantes et intervenants travaillant auprès des mannequins sur les troubles des­
conduites alimentaires.
Orientation 3 : Pour un rayonnement et des échanges au
Canada et à l’échelle internationale
La Charte a rayonné au Québec, au Canada et à l’échelle internationale par
l’intermédiaire de différents partenaires :
Deuxième congrès national sur l’obésité : Un atelier d’une journée intitulé « Prévention concomitante
des problèmes d’obésité, de préoccupation excessive à l’égard du poids et de troubles alimentaires :
l’exemple de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée » a été présenté au
­deuxième congrès national sur l’obésité organisé par le Réseau canadien en obésité à Montréal. Outre
des représentants du MCCCF-SCF, des partenaires ont participé, dont Alain Poirier (MSSS), Brigitte
­Lachance (MSSS), Marie-Claude Paquette (INSPQ), Fannie Dagenais et Marilyn Manceau ­(ÉquiLibre),
Lise Gauvin (CRCHUM), François Lagarde et Yannik St-James (experts en marketing social), Jean-­
François Daviau (Sensation mode) et Léa Clermont-Dion.
Entrevues : Dans les médias, des entrevues ont été données, notamment, par Marie-Claude Savard
­(animatrice- chroniqueuse et journaliste), coprésidente, Howard Steiger (Institut Douglas), coprésident,
Marie-Josée Trempe (agence de mannequins SPECS), Jean-François Daviau (organisateur d’événements
Sensation mode), Marie-Claude Paquette (INSPQ) et Karine Dumais (MCCCF-SCF).
Présentations : Différentes présentations ont été faites au Québec et à l’international par Howard
­Steiger (Institut Douglas), coprésident, Marie-Claude Paquette et Gérald Baril (INSPQ), Esther Bégin,
journaliste, et Lise Gauvin (CRCHUM).
Publications : Un article intitulé « Culte de la minceur et la gestion sociale du risque : le cas de la Charte
québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée » a été produit par Gérald Baril et Marie-Claude
Paquette (INSPQ) et Marcelle Gendreau (MCCCF-SCF). Cet article a été publié au printemps 2011 dans
la prestigieuse revue Sociologie et sociétés. De plus, un article scientifique rédigé par Howard Steiger
­(Institut Douglas), coprésident, et Lise Gauvin (CRCHUM) est présentement sous presse pour publication dans la revue American Journal of Public Health.
Orientation 4 : Pour un suivi systématique et le maintien
de la crédibilité de la Charte
Le suivi systématique de la Charte s’est exercé par la collaboration de chacun des
membres et partenaires :
Chacun des ministères engagés dans le plan d’action de la Charte a participé à la reddition de comptes
pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2011.
L’étude La Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée : analyse d’images provenant
de magazines québécois et perceptions de la population quant aux causes d’une mauvaise image corporelle
a été réalisée par le CRCHUM en 2010 et sera reproduite d’ici la fin de l’année 2013.
L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes a prévu inclure des questions liées à l’estime de
soi dans un contenu optionnel pour la province de Québec lors de la collecte de données 2011-2012.
Dans le cadre du Plan ministériel d’enquêtes sociales et de santé, une collecte de données sur le poids,
l’image corporelle, l’estime de soi et les troubles alimentaires diagnostiqués a été réalisée en 2010-2011
dans le cours de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire – Cycle 1. Une publication
­officielle est prévue d’ici la fin de l’année 2012.

Documents pareils

Troisième bilan - Secrétariat à la condition féminine

Troisième bilan - Secrétariat à la condition féminine d’une collaboration entre le gouvernement et les milieux de la mode, de la publicité, des médias, de la musique et de la vidéo, la CHIC se veut un premier pas vers un engagement collectif volontair...

Plus en détail