A LA DECOUVERTE DE TOURNUS L`ABBAYE SAINT

Commentaires

Transcription

A LA DECOUVERTE DE TOURNUS L`ABBAYE SAINT
A LA DECOUVERTE DE TOURNUS
Dans le cadre de notre projet d’école « A la découverte du patrimoine », le cycle 3 a eu une visite
guidée de la ville de Tournus.
Nous sommes partis à la recherche de vestiges, de traces de vie du Moyen Age et nous avons
découvert :
 La tour du Portier avec sa cheminée à l’extérieur, reste d’une enceinte qui permettait
l’accès à l’abbaye.
 Une façade aux pans de bois avec la partie du rez-de-chaussée plus étroite que les étages
pour limiter les impôts.
 Une traboule, un raccourci pour aller chercher de l’eau à la Saône.
 La maison d’un seigneur avec son escalier qui ressort sur la façade, un signe de richesse.
 Une rue étroite avec la présence d’une échoppe : la pierre avancée devant la fenêtre
servait d’étal et deux portes, l’une permettait aux personnes d’accéder par un escalier à
leur habitation située à l’étage et l’autre était destinée au passage des marchandises.
 Le logis de l’Escargot avec sa tour d’angle. Cette maison est au bout de la place de l’Hôtel
de Ville, place bordée d’un ensemble d’arcades qui marquaient les emplacements des
marchands d’autrefois.
L’ABBAYE SAINT-PHILIBERT
C’est le Père Dominique OUDOT qui nous a présenté l’histoire de cette abbaye :
Un chrétien, Valérien, a annoncé l’évangile en 177 à Tournus. Il a été décapité,
son corps a été mis dans un sarcophage et exposé dans une chapelle d’un
monastère. Maintenant le sarcophage est installé dans la crypte de l’église.
En 875, des moines fuyant Noirmoutier à cause de l’invasion des vikings,
viennent se réfugier dans le monastère de Tournus. Ils y amènent les reliques de
St Philibert.
L’église est de style roman et elle s’est agrandie, embellie au cours des siècles.
Le clocher rose (en pierres de Préty) a été rajouté sur une tour au XIIe siècle.
A l’entrée, il y a une partie basse et sombre qu’on appelle le narthex puis on accède à l’église par la nef et on
remarque ses hautes voûtes. Beaucoup de lumière entre par les vitraux. En ornements, on admire :
 les fresques qui racontent la Bible,
 une statue de Notre Dame en bois doré,
 des chapiteaux sculptés,
 une mosaïque du XIIe siècle récemment découverte (2002). Elle montre les signes du zodiaque associés
aux activités saisonnières (moisson, …) représentées dans des médaillons ronds. Elle avait été recouverte
par des dalles.
 l’orgue (1629), de style baroque,
 le mobilier de l’autel est contemporain (c’est l’œuvre de Goudji).
Autour de l’église, les bâtiments du temps des moines sont en très bon état : le réfectoire, la salle capitulaire, le
cloître, le cellier.
L’HOTEL-DIEU DE TOURNUS
Au Moyen Age, l’Hôtel-Dieu est un hôpital qui accueille les pauvres. Il leur permet d’être logés, nourris et d’avoir
des soins gratuitement. Il appartient à une riche famille qui veut servir l’Eglise, rendre service aux personnes
pauvres. Ce sont des religieuses qui s’en occupent.
L’Hôtel-Dieu de Tournus a été construit à partir de 1661.
Il y a trois salles de malades qui sont disposées autour d’une chapelle
selon un plan en croix.
Il y a la Salle des femmes,
la Salle des hommes,
la Salle des soldats.
Les lits sont orientés vers l’autel placé au centre.
Tout près de la salle des malades, une apothicairerie, avec un plafond
peint, abrite les remèdes nécessaires pour les soins.
A l’extérieur, on accède au jardin de simples. C’est
un jardin où poussent des carrés de plantes
médicinales.
Sur le cadran solaire, on peut lire écrit en latin :
« Fungit umbra, caritas manet », ça veut dire : « Les
ombres fuient, la charité reste ».
Ca résume le rôle de l’Hôtel-Dieu à cette époque.
LE MUSEE GREUZE
Au rez-de-chaussée :
Deux salles présentent des objets issus de la Saône ou de fouilles qui retracent l’histoire de la vie des gens de
Tournus à l’époque paléolithique jusqu’à la période mérovingienne.
Au 1er étage :
Des œuvres de Jean-Baptiste Greuze. Ce peintre est né à Tournus en 1725.
Il est mort en 1805.
Il a fait 5 autoportraits, des dessins, des gravures, des peintures.
Des tableaux de peintres italiens, flamands et français sont aussi exposés.
Ils datent du XVe au XXe siècle.
Au 2éme étage :
Des sculptures d’artistes de la région de Tournus comme Pierre Curillon, Bénédict Rougelet ou Désiré Mathivet.
Ce dernier est un élève de Rodin (sculpteur français de la fin du XIXe, début du XXe) et toute une salle expose ses
sculptures massives.
Il y a aussi des œuvres d’art contemporain dans une salle de cet étage.
Toutes les classes ont pu réaliser soit des gravures, soit des mosaïques, soit
des chapeaux de l’époque médiévale. Nous avons passé une excellente journée

Documents pareils

Tournus Abbaye Saint Philibert 2011-07

Tournus Abbaye Saint Philibert 2011-07 L'abbaye Saint Philibert peut être considérée comme l'un des plus anciens centres monastiques de France. Le point de départ fut l'oratoire primitif élevé sur le tombeau du martyr Valérien, transfor...

Plus en détail

Uchizy

Uchizy séparé de la nef par un véritable "mur" est plus bas que celle-ci. Il est couvert par un simple berceau en plein-cintre et éclairé dans le fond des croisillons par des fenêtres refaites au XVe sièc...

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES Hôtel

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES Hôtel XVIIIe siècles. Lieu clos destiné dès son origine à la mission de soin des corps et des âmes, ce bâtiment reflète l’implication religieuse forte dans la vie civile de cette période. Son emplacement...

Plus en détail