n°2 : Trafic routier accidentologie

Commentaires

Transcription

n°2 : Trafic routier accidentologie
DES DÉPLACEMENTS
AVRIL 2009
Trafic routier
Accidentologie
NUMÉRO
2
Depuis le milieu des années 70, le développement des infrastructures routières
et la croissance du trafic automobile font débat : la route est à la fois indispensable pour garantir l'attractivité de notre territoire (développement économique,
liens avec le reste de l'aire métropolitaine) mais les effets négatifs du "tout
automobile" sont de plus en plus décriés (pollution atmosphérique, nuisances
sonores, impacts sur la santé publique, accidentologie, coût du carburant
croissant...).
A travers l'approbation du SCoT de l'Artois, les élus ont défini les principes d'un
réseau routier hiérarchisé visant à dévier le transit et le trafic de marchandises
des zones les plus urbanisées mais également à réduire le nombre de blessés et
de tués sur nos routes.
REPÈRES
• 727 000 déplacements réalisés
quotidiennement en automobile
par la population du SCoT de l'Artois.
• 28 000 véhicules empruntent
quotidiennement la RD941 à proximité de l'hôpital de Beuvry.
• 1 105 accidents corporels recensés sur la période 2002-2006.
• Les deux-roues motorisés ne
représentent que 2% des déplacements quotidiens des habitants du
SCOT de l’Artois mais ils représentent 29% des tués et 33% des
blessés hospitalisés.
• 50% des motards tués ont moins
de 25 ans.
POURQUOI ETUDIER LES TRAFICS ET L'ACCIDENTOLOGIE ?
L'analyse de l'évolution du trafic routier et de l'accidentologie est indispensable pour
situer le territoire du SCoT de l'Artois par rapport aux tendances établies aux niveaux
national, régional et départemental.
Ce travail doit également permettre :
• de créer un "état zéro" sur le territoire du SCoT afin de mesurer ultérieurement les effets
des politiques de mobilité à travers l'évolution des trafics et du nombre d'accidents ;
• de disposer d'une source de données qui soit fiable et partagée pour alimenter les
partenariats entre collectivités ;
• d'identifier les problèmes de congestion et de détecter les points noirs en termes d'accidentologie ;
• d'aider les élus à définir les priorités d'aménagement du réseau routier et des politiques
de déplacements.
AGENCE D'URBANISME DE L'ARRONDISSEMENT DE BÉTHUNE
LES DONNEES MOBILISEES
Pour le trafic routier, les résultats présentés sont issus d’une analyse des données
collectées par l’Etat sur le réseau autoroutier et national depuis le début des
années 80 et par le Conseil Général du Pas
de Calais pour le réseau départemental.
Concernant l'accidentologie, le CERTU
(Centre d'Etudes sur les Réseaux, les
Transports, l'Urbanisme et les constructions publiques) préconise de s’appuyer
principalement sur une exploitation du
fichier accident (fichier BAAC : Bulletin
d'Analyse d'Accidents Corporels), composé de données centralisées par les forces
de l'ordre, regroupées en un fichier unique
par l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) et
fiabilisées par l'Observatoire Départemental de la Sécurité Routière de la DDE.
Sur les 1 105 accidents recensés sur la
période 2002-2006 :
Réalisation : AULAB 2008 / Source : Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR).
• 704 accidents ont fait l’objet d’une géolocalisation précise ;
• 452 accidents ont pu être géolocalisés "à la rue" ou "à la route concernée" ;
• Pour 37 accidents, seule la commune a pu être identifiée.
PETIT LEXIQUE DU TRAFIC ROUTIER
• mOYENNE jOURNALIERE ANNUELLE (MJA)
La Moyenne Journalière Annuelle (MJA) est utilisée par les services de l'Etat pour exprimer le trafic sur le réseau autoroutier et sur les routes nationales. Cette MJA est exprimée en Unité de Véhicule Particulier (UVP) par jour : UVP/jour.
• Unité de véhicule particulier (UVP)
Unité utilisée pour quantifier le volume de circulation sur une infrastructure : un véhicule léger ou une camionnette équivalent à un UVP, un poids lourds de 5 tonnes et plus
équivaut à deux UVP.
• capacite d'écoulement d'une route (en UVP/jour en rase campagne hors
carrefour)
type de route
2 voies
3 voies
2x2 voies
REMARQUE
En milieu urbain, on considère
généralement qu'il est normal
que les conditions de circulation soient plus dégradées : il
est admis que le seuil de
saturation pour une autoroute
urbaine à 2x2 voies est atteint
à partir de 80 000 UVP/jour.
seuil de gêne seuil de saturation
8500
15000
12000
20000
25000
45000
PETIT LEXIQUE DE L'ACCIDENTOLOGIE
Avant 2007, la définition légale du "tué" était la victime décédée sur le coup ou dans les
six jours après l’accident, le "blessé léger" était le blessé dont l’état nécessitait entre zéro
et six jours d’hospitalisation ou un soin médical, le "blessé grave" était le blessé dont l’état
nécessitait plus de six jours d’hospitalisation.
A partir de 2007, par souci d’harmonisation avec nos voisins européens, les définitions
concernant les victimes ont été modifiées et précisées par l’Arrêté du 27 mars 2007 relatif aux conditions d’élaboration des statistiques portant sur les accidents corporels de la
circulation (voir ci-dessous).
• Accident corporel
Accident survenant sur une voie ouverte à la circulation publique, impliquant au moins
un véhicule et provoquant au moins une victime (usager ayant nécessité des soins médicaux).
• INDEMNE
Personne impliquée dans un accident non décédée ou ne nécessitant pas de soins médicaux.
• Tué
Personne décédée sur le coup ou dans les 30 jours qui suivent l'accident.
• blessé HOSPITALISé
Victime admise comme patient dans un hôpital plus de 24 heures.
• blessé léger
Victime ayant fait l’objet de soins médicaux mais n’ayant pas été admise comme patient
à l’hôpital plus de 24 heures.
• INDICE DE GRAVITE
Nombre de tués pour 100 accidents.
REMARQUE
A partir du 1er janvier 2005,
les forces de l’ordre ont
appliqué de manière anticipée
les normes européennes pour
le recensement des victimes.
Sur la période 2002-2006, il est
possible d'additionner des
données concernant le nombre
d'accidents, les usagers
impliqués... mais les données
concernant les victimes doivent
être traitées séparément.
Evolution du trafic routier
L'A26 : UNE INFRASTRUCTURE DÉDIÉE AU TRANSIT BÉNÉFICIANT D'UN
BON NIVEAU DE SERVICE
Conçue pour être le débouché du tunnel
sous la Manche, l'A26 fut construite par
tronçons successifs de 1975 à 1989 entre
Calais et Reims, avant d’être prolongée
jusque Troyes en 1992.
Avec la mise en service des différents
tronçons, on peut noter que le trafic n'a
cessé de croître pour atteindre 25 653
véhicules/jour en 2007 entre Béthune et
Aix-Noulette.
• Evolution du trafic sur l'A26 (Moyenne Journalière Annuelle (MJA) en Unité de Véhicule Particulier (UVP))
30000
Section Béthune/Aix-Noulette
25000
Section Lillers/Béthune
20000
Section Thérouanne/Lillers
15000
Dans la traversée de notre arrondissement, on peut noter que l'A26 capte une
partie des flux interurbains notamment
entre les échangeurs de Lillers, Béthune
et Aix-Noulette contribuant ainsi au
délestage de la RD943 entre Béthune et
Lens, même si son trafic reste bien en
dessous des 80 000 véhicules/jour qui
empruntent l'A21 à hauteur de Lens.
10000
20
07
20
05
20
00
19
95
19
90
5000
Source : DRE Nord-Pas-de-Calais, comptages 1985-2005, SANEF, comptages 2006-2007.
Remarque
Compte tenu des réserves de capacité sur l'A26, la question de la valorisation de cette infrastructure dans la traversée
de notre territoire (notamment pour le trafic poids lourds) et de la desserte des zones d'activités proches de l'autoroute
reste posée.
• REcensement de la circulation sur le réseau autoroutier
rs
Ve
is
la
Ca
Isbergues
86
RD 1
94
5
7
93
RD
916
RD
17 280
e
ill
L
rs
ve
1
34
Lillers
RD
94
21 314
dont 18,9 % de PL
Béthune
Béthune
70
1
RD 94
86
RD
RD
188
7
93
RD
301
RD
94
3
35 454 A 21
Aix-Noulette
Périmètre de l'AULAB
Espaces urbanisés
Autoroutes
Echangeurs/diffuseurs autoroutiers
Routes principales
64 216
56 325
75 941
RD
94
1
dont 17,2 % de PL
Noeux-les
-Mines
RD
RD 163
25 653
RD
91
6
Bruay-laBuissière
RD
171
3
Lens
45 288
dont 8,4 % de PL
RD
34
18 046
1
RN 47
RD
RD
RN
Lillers
RD 947
A 26
41
RD
dont 19,7 % de PL
80 333
56 844
58 635
dont 19,9 % de PL
Comptages autoroutiers réalisés en 2005 (A21) et 2007 (A26)
Moyenne Journalière Annuelle (MJA)
en Unité de Véhicule Particulier (UVP)
et part du trafic Poids Lourds (% de PL)
0
2,5
5 km
s
20 000
im
Re
rs
Ve
50 000
40 000
10 000
Réalisation : AULAB 2008 / Sources : AULAB 2008, DRE Nord-Pas-de-Calais, comptages 2005, SANEF, comptages 2007.
une circulation dense vers la metropole lilloise et le bassin
minier des le debut des années 80
Le territoire du SCoT de l’Artois occupe une
position historique de carrefour à la croisée
des RD941 (ancienne RN41 Lille/La-Bassée/
Béthune/Bruay/Saint -Pol-sur-Ternoise) et
RD943 (ancienne RN43 Lens/Béthune/
Aire-sur-la-Lys/Saint-Omer/Calais).
• Evolution du trafic sur la RD941 et la rd943
(Moyenne Journalière Annuelle (MJA) en Unité de Véhicule Particulier (UVP))
30000
25000
Depuis le début des années 80, on constate
que la circulation est dense sur la RD941
entre Beuvry et La Bassée avec près de 11 700
UVP/jour en 1985 et plus de 15 500 UVP/jour
en 2005 (le trafic est stabilisé depuis
2001).
20000
RD941 Beuvry/La Bassée
15000
RD941 Contournement
sud de Béthune
RD941 Bruay/Diéval
10000
Dès sa mise en service, le contournement
sud de Béthune supporte un trafic important
qui est passé de 19 000 à plus de 29 000
UVP/jour entre 1994 et 2005.
RD943 Beuvry/Vermelles
5000
RD943 Béthune/Chocques
La RD86, qui déviera à terme la RD941 entre
Béthune et le sud de Bruay supporte
également un trafic d'environ 18 000 UVP/jour
en 2006 en raison des nombreux échanges
qui existent entre ces deux pôles urbains.
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
0
Réalisation : AULAB 2008. Source : DRE Nord-Pas-de-Calais.
REMARQUE
En revanche, entre Bruay et Saint-Pol-surTernoise, le trafic est relativement peu élevé
(7 675 UVP/jour en 2005).
Il est difficile de dire qu'il existe une stagnation du trafic entre l'arrondissement de
Béthune et la métropole lilloise à partir du
trafic de la RD941, une partie du trafic ayant
tendance à se diffuser sur les routes
départementales du Bas Pays. En revanche,
on peut souligner les efforts entrepris sur
l'offre TER qui contribueront à juguler
l'usage de l'automobile entre ces deux
territoires.
Dans le sud du territoire, 13 000 véhicules
empruntent quotidiennement la RD301 (en
cours de doublement) notamment pour se
rendre dans l'agglomération lensoise depuis
le Bruaysis et l'Auchellois.
La RD943 souffre d'une circulation dense que
ce soit entre Béthune et Lens, où le trafic a
doublé entre 1985 et 2005 pour atteindre près
de 16 000 UVP/jour, ou entre Béthune et
Chocques où le trafic semble s'être stabilisé
entre 22 000 et 23 000 UVP/jour depuis 2000.
On compte également environ 12 000 UVP/
jour sur la RD937 dans la traversée de
Noeux-les-Mines.
• REcensement de la circulation sur le réseau départemental et les anciennes routes nationales
Vers Saint-Omer
10 781
5 690
4 311
94
RD
RD
RD
1
34
94
RD
91
6
8 623
5 222
70
10 827
11 339
1
RD 94 15504
14 905
15 123
9 525
9 077
10 352
17 788
9 748
22 099
86
RD
7 166
7 874
27 923
18 003
RD
4 742
15 955
12 572
6 439
RD
12 068
9 867
94
1
RD
le
vers
is
RD
1
200
2
200
3
200
4
200
5
200
6
200
7
200
188
RD 163
28 590
9 231
3
14 537
36 801
41 637
A 21
Lens
34
1
2 871
Moyenne Journalière
Annuelle (MJA) en
Unité de Véhicule Particulier (UVP)
Année de
comptage
RD
16 523
3 200
o
Tern
Comptages ponctuels sur les routes départementales
en Unité de Véhicule Particulier (UVP)
20 000
10 000
5 000
6 062
7
20 000
10 000
301
15 444
7 675
dont 11,3% de PL
Comptages permanents en 2005
30 000
RD
94
93
Périmètre de l'AULAB
Espaces urbanisés
Autoroutes
Anciennes routes nationales
Autres routes
13 462
RD
11 452
7 250
22 062
6183
7 164
6 053
R
8 401
3
12 721
dont 6,6% de PL
6 236
71
D1
41
5 557
16 010
RN
5 651
A 26
L
rs
ve
5
RD
7
93
5 759
2 508
e
ill
5 724
RN 47
6 049
RD
7 708
dont 13,7% de PL
916
ne
an
u
ro
5 624
RD 947
hé
T
rs
Ve
RD 186
2 062
2 105
0
2,5
5 km
vers L'Arrageois
Réalisation : AULAB 2008 / Sources : AULAB 2008, DRE Nord-Pas-de-Calais, comptages 2005, Conseil Général du Pas-de-Calais.
7 613
L'accidentologie
78% DES ACCIDENTS ONT LIEU EN AGGLOMERATION
Entre 2002 et 2006, on constate que 1,6%
des accidents corporels enregistrés sur
notre territoire ont eu lieu sur le réseau
autoroutier (A26), 12% sur la RN47 et les
anciennes routes nationales (RN41, RN43),
52% sur le réseau départemental (avant
transfert des RN) et 34% sur des voiries
communales.
Toutes voiries confondues, on dénombre
ainsi sur les 1 105 accidents :
• 186 accidents au niveau du pôle urbain
du Béthunois (Béthune, Beuvry, Annezin) ;
• 185 accidents au niveau du pôle urbain
du Bruaysis (Bruay, Divion, Haillicourt,
Houdain) ;
• 142 accidents au niveau du pôle urbain
de l’Auchellois (Auchel, Calonne-Ricouart,
Marles-les-Mines, Cauchy à la Tour,
Lozinghem).
À tITRE DE COMPARAISON
Sur le territoire du SCoT de
l’Artois, 77,8% des accidents
survenus sur la période 2002-2006
ont eu lieu en agglomération
contre 64,8% au niveau départemental et 70,1% au niveau
régional.
• LOCALISATION DES ACCIDENTS SUR LA PERIODE 2002-2006 (EN ET HORS AGGLOMERATION)
A
26
186
RD
RD
RD
RD 9
1
34
43
Auchellois
1
17
Béthunois
1
RD 94
70
RD
3
16
18
8
Bruaysis
RD
RD
301
94
3
RD
RD
1
94
A 21
RN 47
RD
RD 947
RD
RD
86
91
6
RD
RN
41
RD
94
5
RD
7
93
916
RD
• la RD941, où l’on dénombre 20 accidents
entre Beuvry et La Bassée (0,47 accident/
km/an) et 40 accidents en direction de
Saint-Pol-sur Ternoise (0,53 accident/km/
an), dont 31 accidents sur les communes
de Bruay-La-Buissière et Divion (0,7 accident/km/an) ;
• la RD937 sur la section Béthune-Noeuxles-Mines, où 22 accidents ont été recensés ( 0,76 accident/km/an) dont 17 dans la
traversée de Noeux-les-Mines (1 accident/
km/an) ;
• la RD183, la RD188, la RD916, la RD970
et la RD341 également fortement accidentogènes au niveau de la traversée de
34
26
La première catégorie concerne les
sections caractérisées par un phénomène
d’accumulation au niveau des traversées
urbaines :
A
Sur les grands axes de liaison (hors autoroute), on peut distinguer les différentes
sections en fonction de deux grandes
catégories.
7
93
RD
Périmètre de l'AULAB
Espaces urbanisés
Autoroutes
Routes principales
1 accident en agglomération
1 accident hors agglomération
1
0
2,5
5 km
Réalisation : AULAB 2008 / Source : AULAB 2008, DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC 2002-2006.
l’Auchellois ;
• la RD943, comptant 12 accidents entre
Beuvry et Vermelles (0,36 accident/km/
an).
La seconde correspond aux sections
situées hors agglomération où l’accidentologie semble liée directement au profil
de l’infrastructure (zones de dépassement
et intersections dangereuses, tracé
sinueux…) notamment :
• la RD943 entre Béthune et Lambres-lesAire, où 33 accidents sont recensés (0,28
accident/km/an) dont 20 en rase campagne ;
• la RD937 où 16 accidents ont été recensés entre le rond point du Crématorium
(Vendin) et Saint-Venant (0,34 accident/
km/an) dont 10 en rase campagne ;
• la RD301 où on dénombre 21 accidents
sur la période étudiée (0,29 accident/km/
an).
Remarque
Malgré un trafic élevé (28 000 UVP/jr
à proximité du centre hospitalier),
on recense moins d’accidents sur
le contournement sud de Béthune
que sur les autres sections des RD
941 et 943, ce qui démontre que la
mise en deux fois deux voies de
certains grands axes de notre
territoire et l’aménagement des
carrefours sont des leviers
majeurs pour lutter contre l’insécurité routière.
LES VICTIMES : UNE SITUATION PLUS MAUVAISE QU'AU NIVEAU REGIONAL
OU DEPARTEMENTAL (2005-2006)
REMARQUE
LES TUES
En 2005-2006, le territoire du SCoT totalise environ 23% des personnes décédées
(48 tués) dans le département suite à un
accident de la route. Il est à noter qu’entre les années 2005 et 2006, le nombre de
tués a diminué de 22,2% sur le territoire
du SCOT de l’Artois, baisse plus marquée
qu’au niveau départemental (-15,2%) et
régional (-16,9%).
LES BLESSES
Sur le même périmètre, on dénombre 524
personnes blessées en 2005-2006 dont
306 blessés hospitalisés et 218 blessés
légers soit plus de 16% des blessés suite
à un accident dans le département du Pas
de Calais.
Entre 2005 et 2006, le nombre de blessés a diminué de 6,6% sur le territoire
du SCOT de l’Artois, baisse plus marquée
qu’au niveau départemental (-1,5%).
PLUS D'ACCIDENTS EN VILLE MAIS UNE
GRAVITE SUPERIEURE EN RASE CAMPAGNE
En 2006, à l’échelle du territoire du SCoT
de l’Artois, 76% des accidents ont eu lieu
en agglomération contre 62% au niveau
départemental et 69% au niveau régional. Ce caractère urbain de l’accidentologie se retrouve également au niveau des
blessés (71% en agglomération) et des
tués (43% en agglomération). De 2005
à 2006, la tendance est à une amélioration avec une diminution du nombre de
Avec 11,6 tués pour 100 accidents en 2006 et malgré
une baisse de 3,1 points par rapport à l’année
précédente, l’indice de gravité du SCOT de l’Artois est
supérieur de 4,3 points à l’indice départemental et est
plus de deux fois supérieur à l’indice régional.
• EVOLUTION COMPAREE AUX TENDANCES REGIONALE ET DEPARTEMENTALE
SCOT
Département du
Pas de Calais
Région Nord-Pas de
Calais
Année
Accidents
Tués
Blessés
gravité
2005
184
27
271
14,7
2006
181
21
253
11,6
Evolution 2005/2006
-1,60%
-22,20%
-6,60%
- 3,1 pt
2005
1208
112
1617
9,3
2006
1198
95
1593
7,3
Evolution 2005/2006
-0,8%
-15,2%
-1,5%
-1,4 pt
2005
3817
255
4878
6,7
2006
3837
212
4910
5,5
Evolution 2005/2006
+0,5%
-16,9%
+0,7%
-1,2 pt
Réalisation : AULAB 2008. Source : DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC 2005-2006, Observatoire Régional de Sécurité Routière, bulletin annuel
2005 et 2006.
blessés et de tués, l’indice de gravité* en
agglomération étant par ailleurs presque
divisé par 2.
mental et qui dépasse l’indice régional de
plus de 16 points.
Entre 2005 et 2006, les accidents hors
agglomération ont augmenté tant en volume (+18%) qu’en part (+10 points). Entre ces deux années, la part des tués hors
agglomération passe de 30% à 57% avec
un indice de gravité qui passe néanmoins
de 30,7 à 27,3 points mais qui reste près
de deux fois supérieur à l’indice départe-
REMARQUE
Sur le territoire du SCoT, l’indice
de gravité* hors agglomération
est quatre fois supérieur à
l’indice de gravité en agglomération pour l’année 2006.
*indice de gravité : nombre de tués
pour 100 accidents
• ACCIDENTS MORTELS ET BLESSES HOSPITALISES (2005-2006)
186
RD
916
RD
RD
94
5
RD
7
93
41
RD
34
RD 9
1
43
1
17
1
RD 94
70
RD 163
RD
RD
91
6
86
RD
RN
RD
A 26
RD
1
94
3
7
93
RD
34
1
Nombre de personnes tuées
1
2
3
Nombre de blessés hospitalisés
6
1
301
94
RD
Périmètre de l'AULAB
Espaces urbanisés
Autoroutes
Routes principales
A 21
RN 47
RD
188
RD 947
RD
RD
0
2,5
5 km
Réalisation : AULAB 2008 / Source : AULAB 2008, DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC 2002-2006.
QUELS SONT LES MODES DE DEPLACEMENTS LES PLUS DANGEREUX ?
Sur la période 2002-2006, on constate que :
REMARQUE
• Une voiture est impliquée dans 88,3% des accidents ;
Les « non-automobilistes », c'est-àdire les usagers les plus vulnérables car non protégés par un habitacle, sont impliqués dans 58% des
accidents corporels.
• Un poids lourd est impliqué dans 4,3% des cas ;
• Un deux-roues motorisé (moto, cyclomoteur…) dans 35,6% des cas ;
• Un piéton est impliqué dans 17,6% des cas ;
• Un vélo dans 6,1% des cas .
LES MOTOCYCLISTES : LA CATEGORIE LA
PLUS EXPOSEE
D’après l’observatoire national de la
sécurité routière : « Si l’on tient compte
du kilométrage parcouru, le risque d’être
tué lors d’un accident est vingt fois plus
élevé pour un motocycliste que pour un
utilisateur de voiture de tourisme. »
• Accidents a moto selon la classe d'age
28
REMARQUE
11
3
4
0 - 15
16 - 17
Bien que les motocyclistes parcourent assez peu de kilomètres par an ,
ils sont impliqués dans plus de
35,6% des accidents et représentent
29,1% des tués et 33,3% des blessés
hospitalisés sur 2005-2006.
11
0
18 - 24
25 - 39
40 - 64
65 ans et plus
Réalisation : AULAB 2008. Source : DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC
2005-2006.
LES PIETONS ET LES CYCLISTES
Pour la période 2005-2006, un piéton est
impliqué dans 18,4% des accidents, les
piétons représentant 15,4% des blessés
hospitalisés et 4,2% des tués.
Il est à noter que 95% des accidents
impliquant un piéton ont lieu en agglomération. Sur la même période, un cycliste
est impliqué dans 4,9% des accidents,
cette catégorie représentant 4,2% des
tués et 3,9% des blessés hospitalisés.
• accidents a cyclomoteur selon la
classe d'age
REMARQUE
30
24
15
5
0 - 15
Environ 77% des accidents avec un cycliste
impliqué ont eu lieu en agglomération.
Les poids lourds ne sont impliqués
que dans 4,3% des accidents mais
10,4% des tués sur la route le sont
dans un accident où ce type de
véhicule est impliqué.
24
16 - 17
18 - 24
25 - 39
40 - 64
2
65 ans et plus
Réalisation : AULAB 2008. Source : DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC
2005-2006.
• accidents impliquant un pieton, UN CYCLISTE, UN MOTARD OU UN CYCLOMOTORISTE (2002-2006)
186
RD
RD
94
5
RD
7
93
916
RD
41
RD
RD 9
1
34
43
1
17
1
RD 94
70
3
RD 16
RD
91
6
RD
86
RD
RN
RD
A 26
18
8
34
7
RD
3
93
Routes principales
Accidents impliquant au moins :
une moto
un cyclomoteur
un piéton
un vélo
deux catégories distinctes
d'usagers parmi piéton,
vélo, cyclomoteur et
deux-roues motorisé
RD 301
1
94
94
RD
Périmètre de l'AULAB
Espaces urbanisés
Autoroutes
RD
A 21
RN 47
RD 947
RD
RD
1
0
2,5
5 km
Réalisation : AULAB 2008 / Source : AULAB 2008, DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC 2002-2006.
REMARQUE
QUI SONT LES PERSONNES LES PLUS TOUCHEES ?
Alors qu'ils représentent un tiers de la
population du SCoT de l'Artois, les moins
de 25 ans représentent 50% des tués, 40%
des blessés hospitalisés pour la période
• les tues
D'après l'Observatoire National
Interministériel de la Sécurité
Routière, les accidents de la route
sont la première cause de mortalité
chez les 15-24 ans.
2005-2006. A titre de comparaison, les
25-59 ans représentent également 40%
des tués, 51% des blessés hospitalisés
mais 46% de la population !
• les blesses hospitalises
• les blesses non hospitalises
2%
10%
8%
40%
10%
12%
9%
9%
11%
9%
19%
0-13 ans
23%
40%
18-24 ans
51%
47%
Réalisation : AULAB 2008. Source : DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC 2005-2006.
QUAND LES ACCIDENTS ONT-ILS LIEU ?
33,3
êt
e
e
ch
an
m
Di
V.
F
i
ed
i
m
Sa
i
ud
dr
ed
Ve
n
te
10,0
8,2
Fê
8,9
Je
i
M
er
cr
ed
ar
di
i
6,4
20,4
17,3
14,3
9,1
M
Toutefois, c'est le week end que le nombre
de tués est le plus élevé avec un indice de
gravité maximum le samedi, l'indice de
gravité étant même deux fois supérieur en
cas de jour férié.
35
30
25
20
15
10
5
0
nd
Au cours d'un jour ouvrable, on assiste à
un pic du nombre d'accidents et de tués
vers 18 h.
LES WEEK END ET JOUR FERIES :
• la gravite des accidents en fonction du jour de la semaine
Lu
L'ACCIDENTOLOGIE AU QUOTIDIEN :
Réalisation : AULAB 2008. Source : DDE du Pas-de-Calais, fichier BAAC 2005-2006.
REMARQUE
Contrairement aux idées reçues, près de 80% des accidents recensés sur le
territoire du SCoT en 2005-2006 ont eu lieu par beau temps et sur chaussée
sèche.
Comment agir ?
La maîtrise de la circulation
routière et la réduction de l'accidentologie doivent être appréhendées à deux échelles :
• Celle des grandes liaisons qui
doivent être hiérarchisées pour
canaliser les flux et dont le profil
doit être adapté pour réduire les
accidents ;
• Celle de la ville et de la rue, où
chacun doit pouvoir laisser le plus
souvent son véhicule à son domicile
14-17ans
pour se déplacer à pied, à vélo, en
transports collectifs... dans des
conditions de sécurité maximale.
Ces grandes orientations du SCoT
doivent désormais faire l'objet
d'une déclinaison opérationnelle
dans le cadre du Plan de Déplacements Urbains (PDU), de la Politique Globale de Déplacements
(PGD) mais également des Plans
Locaux d'Urbanisme (PLU).
THÉMATIQUE
À VENIR
• Les trafics automobiles d'échange
et de transit à partir des données de
l'enquête cordon métropolitaine.
Agence d'Urbanisme de l'Arrondissement de Béthune
Centre Jean Monnet-Avenue de Paris-BP 50594-62411 Béthune Cedex
Tél : 03 21 56 11 42-Fax : 03 21 56 17 [email protected]
Directeur de publication : le Président Alain Wacheux. Contact : Matthieu Hugot. ISNN : 1967-7316.
25-59 ans
>=60 ans