abonnez-vous

Transcription

abonnez-vous
S
O
R
U
M
A
R
T
IN
Effets & gestes toulousains
> Mensuel d’information culturelle / n°381 / gratuit / juin 2013 / www.intratoulouse.com
ABONNEZ-VOUS !
À PARTIR DU 18 JUIN
80
SPECTACLES
AU CHOIX
Design : jam by adkimist | Licences : 1/1037469, 1037470, 1037471, 1037472, 2/1037473, 3/1037474
THÉÂTRE
MUSIQUES
DANSE
CIRQUE
HUMOUR
JEUNE
PUBLIC
GRANDS
SPECTACLES
Tramway
Stations Odyssud
ou Place du Relais
odyssud.com
2/SONORITÉS
MILITANTES
> ACTU
• INNOVATION PÉDAGOGIQUE DE L’INP
TOULOUSE. À la rentrée universitaire de septembre
2013, l’INP Toulouse (INP-ENSIACET) ouvrira une nouvelle formation : le Master International Chimie et Procédés verts pour la biomasse, baptisé GreenCAP.
Accessible aux diplômés Bac+4 en Chimie et Génie
Chimique, ce Master a vocation à accueillir des étudiants étrangers principalement. Les cours seront en
effet en anglais autant qu’en français. Notons que cette
formation sera accessible aux ingénieurs en activité,
dans le cadre de la Formation Continue. Plus d’informations : www.ensiacet.fr
• BREAKING THE WALL. La Compagnie Nelson
Dumont anime un projet d’action territoriale baptisé
“Faire tomber les murs” qui consiste en un atelier
d’écriture et de création théâtrale avec les habitants
des quartiers du Mirail. C’est dans ce cadre qu’elle présentera sa dernière création, mise en scène par Henri
Bornstein, intitulée “Ailleurs” les 28 et 29 juin au
Centre culturel Henri Desbals (128, rue Henri Desbals,
métro Bagatelle, 05 34 46 83 25) : « Perchés sur un toit
pour fuir la montée des eaux, un groupe d'habitants
attend qu'un bateau les emmène vers l'Afrique, terre
d'accueil du continent européen. Tandis que le Ministre
de l'Écologie réunit dans son bunker sous-marin une
conférence internationale sur le climat, les réfugiés
racontent quelques épisodes de leurs vies, en espérant
que les gardes-côtes les laisseront débarquer… ». Plus
de plus : www.compagnienelsondumont.fr
• APPEL À CANDIDATURE. Il est lancé par l’association D.I.A.M. dans le cadre de la cinquième édition
du festival “Bellevue-en-Scène” qui aura lieu du 4 au 6
octobre prochain à Montberon (31). En 2009, plus de 1
300 spectateurs ont été comptabilisés, en 2010, 2011 puis
2012, 2 400 spectateurs ont pris possession de la commune pendant tout ce week-end dédié au théâtre amateur. Cette année, le comité d’organisation souhaite promouvoir tous les genres de spectacles à destination d’un
public le plus large possible. Il souhaite également que,
tout au long de ces trois journées, les troupes théâtrales
contribuent à l’animation du village, avant et après leur
représentation, en proposant des manifestations extérieures. À cet effet, le comité de sélection ira caster les
troupes et compagnies jusqu'à fin mai lors de représentations ou répétitions. Les dossiers de candidatures sont
téléchargeables sur le site www.associationdiam.com
• ÉLECTRO. Les associations [email protected] et Pollux associent leurs forces et investissent le site de Cap Découverte au Garric (81) afin de nous proposer l'“Invaders
Electro Party” le samedi 1er juin. N'étant pas à leur
coup d'essai, ces deux structures proposent un rendezvous annuel placé sous le signe de la fête et des musiques
électroniques avant que l'été ne batte son plein. Pour ce
faire, elles accueillent des artistes de renommée nationale
et internationale tels que Reso, DJ Pone et Le Catcheur & la Pute. Plus de plus : 05 82 74 50 14.
• ACCÈS À L’ÉDUCATION ET À LA CULTURE POUR TOUS! “Handiculture” est née de la
volonté de donner les moyens aux personnes en situation de handicap d'être actrices de leurs projets culturels. En effet, la culture est non seulement un facteur
d’intégration, mais c’est aussi une opportunité d’épanouissement et de réalisation au-delà du handicap.
Quelles que soient les formes d'expression et de pratiques artistiques, le projet “Handiculture” a pour objectif
de financer, encourager et promouvoir le développement
d'activités innovantes, artistiques et culturelles, à forte
valeur éducative pour les personnes en situation de handicap. À ce titre et tous les deux ans, un appel à projets,
dont le principal but est de primer et valoriser des projets culturels et artistiques en adéquation avec les objectifs d’“Handiculture”, est lancé à l’échelle régionale MidiPyrénées. Trois prix différents sont attribués aux lauréats,
après décision d’un jury composé des partenaires du collectif : le “Prix du jury” (6 000 euros), le “Prix coup de
cœur” (5 000 euros) et le “Prix coup de pouce” (2 000
euros). C’est un fonds de dotations, abondé par l’organisation d’un concert, qui permet l’attribution de ces différents prix. Clôture des candidatures le 30 septembre,
règlement et renseignements : www.ligue31.org/handicap
• CARBONNE FÊTE LA MUSIQUE. La MJC de
Carbonne (31/A64, sortie 27, direction Tarbes) organise
une belle “Fête de la musique” gratuite le vendredi
21 juin de 18h00 à 2h00. À l’affiche et sur trois scènes :
Salut les Anges (ex-OTH), Brassen’s Not Dead
(Brassens en punk-rock), Trafiko Duo (rumba/reggae),
Mady Keita (rock-pop 70’s/80’s), O’ Guiness Band
(musique celte irlandaise), Sans Tambour ni Trompette (manouch’n’roll), Les Standardistes (jazz), Les
Toiles au Zinc (chanson française), etc. Renseignements au 05 61 87 43 58.
• LES RÉCOMPENSÉS D“’ALORS… CHANTE!”. Cette année, le groupe de chanson française/hiphop/a cappella Strange Enquête, originaire de Mazamet
dans le Tarn, s’est vu récompensé à trois reprises lors de
sa participation aux “Découvertes” du festival “Alors…
chante!”. En effet, le duo a obtenu trois distinctions : les
“Bravos” du public (1er prix), le prix CCAS et les “Bravos”
des professionnels (3ème place) ; ce qui lui promet un avenir radieux. Il est à noter que Strange Enquête est produit par la Bijou et est soutenu par Emma Tour. Du son et
des images : http://fr.myspace.com/strangeenquete
Faîtes de la musique!
> Music’Halle
L’école des musiques vivaces,
d’où émerge une bonne
partie de talents musicaux
du cru, organise sa seconde
fête gratuite et ouverte
à toutes et à tous.
usic’Halle, c’est cette école pas comme les
autres installée désormais dans l’immeuble Job
après avoir été des années durant à l’exigu rue
Danielle Casanova. De ce lieu où l’on forme les talents
en tous genres, moult musiciens désormais renommés
sont issus, la liste est trop longue pour ici la dresser. La
“Fête de Music’Halle”, c’est l’occasion de se frotter les
oreilles aux sonorités de certains d’entre eux aux côtés
de leurs profs tout aussi talentueux. Cela passe par des
ateliers, d’apéros et de concerts en intérieur et extérieur… et c’est gratuit (sauf l’apéro, faut pas déconner!). Vous y entendrez notamment The Headbangers
(sextet jazz/électro/pop/funk), Pasiphae Quartet (quartet de chansons polyglottes et jazz mêlant écriture et
improvisation), Cannibales et Vahinés (free-rock avé du
jazz dedans), Wab & The Funky Machines (combat de
beat-box entre funk, couleurs de hip-hop, soul, jazz)…
M
> Éric Roméra
• Les 27, 28 et 29 juin, tous les soirs à partir de 18h30, à Job
(105, route de Blagnac, 05 61 21 12 25, www.music-halle.com)
Cannibales & Vahinés © Pierrick Aubouin
Rendez-vous populaire
> “Fête de l’Humanité”
Un souffle de liberté s'installe sur Toulouse
avec cet événement populaire tant attendu
qu’est la “Fête de l'Humanité”. Deux jours de
concerts et de débats où culture et politique
se rencontrent dans un esprit festif.
Raggasonic
© D. R.
'est dans une ambiance conviviale et
décontractée que les Toulousains
pourront apprécier cette manifestation ouverte à tous. La “Fête de l'Humanité”
est un véritable événement populaire et familial, mais également une fête politique parsemée de débats et de rencontres enrichissantes. La création, l'engagement et l'ouverture sont les fondements de cette fête pas tout
à fait comme les autres. Entre concerts,
débats rencontres internationales, animations
pour les enfants, théâtre, tournois sportifs…
il y en aura pour tous les goûts. Sans oublier
cette année, la librairie de la fête, la Librairie
où un large choix de livres sera proposé au
public : histoire, philosophie, littérature d'ici
C
et d'ailleurs, mais aussi des ouvrages pour la
jeunesse. La “Fête de l'Humanité”, c'est l'occasion de flâner entre les nombreux stands
proposés, mais aussi de conjuguer grande
fête musicale, militante et populaire, tables
rondes citoyennes et débats.
Au programme cette année : L’Agit
ouvrira le bal avec la pièce de théâtre “La
Boucherie de l'Espérance” de Yacine Kateb ; le
public sera entraîné jusqu'en Palestine où une
succession de petites saynètes alimentées par
un étourdissant défilé de personnages l'attendra. L'un des points forts de la “Fête de
l'Humanité”, c'est son importante partie
musique. Avec sa programmation électrique et
variée ainsi que ses artistes aux textes
forts et engagés, elle fait toujours l'unanimité. Le public sera conquis par HK &
Les Saltimbanks des artistes aussi talentueux que déjantés. La suite des festivités
se fera avec la bande de copains venus du
sud, Boulevard des Airs. Leur musique
est un véritable carrefour musical où la
chanson française télescope le rock, le
reggae flirte avec le jazz, le tout emporté par des rythmes de fanfares balkaniques. Raggasonic sera également de la
partie. Plus de dix ans après leur séparation, Big Red et Daddy Mory reviennent.
Avec leur verbe tranchant et leur regard
fier, les porte-parole d'une génération
n'ont pas tellement changé. Ramzi
Aburedwan & l'Ensemble Dal'Ouna viendront faire découvrir leur répertoire qui
s'étend de l'Égypte à l'Andalousie, en
passant par la musique traditionnelle du
Moyen-Orient. La pétulante Karimouche
sera également présente : de la chanson
française au hip-hop en passant la poésie, elle fera découvrir ou redécouvrir
son univers si particulier. “La Fête de
l'Huma” est sans aucun doute le lieu
unique de tous les débats et de toutes
les rencontres, une fête militante et culturelle que le public appréciera.
> Sarah Hadj-Youcef
• Les 1er et 2 juin sur la Zone Verte des
Argoulets (rue Louis Plana, métro Argoulets).
Programmation détaillée : facebook.com/fetehuma31 ou sur fetehuma31.fr
DE JOLIS RENDEZ-VOUS/3
Je vais à Rio…
> ¡Loco!
Kassav’ © D. R.
Venez découvrir les îles Caraïbes
éparpillée dans la mer des Antilles…
…en bord de Garonne.
l’est de cette mer, les petites Antilles
(Bahamas, Îles Vierges, Guadeloupe,
Martinique, Trinidad et Tobago). Au
Nord les grandes Antilles (Cuba, Haïti, La république Dominicaine, la Jamaïque, Porto Rico).
Lieu de métissage par la force des choses, les
musiques Caraïbes actuelles sont le fruit de
croisements anciens liés à l’arrivée des européens à la suite des caravelles de Christophe
Colomb et à la déportation d’esclaves venus
de l’Ouest africain. Toutes ces musiques
hybrides, kompa haïtien, calypso de Trinidad,
biguine antillaise, reggae jamaïcain, salsa portoricaine, zouk, rumba, gwoka,… intègrent des
éléments des différentes cultures musicales
alors présentes dans ces îles : celles des colons
blancs et celles des esclaves noirs. Musiques
populaires elles accompagnent la vie des populations îliennes notamment lors des différents
carnavals. Musiques de danses, elles rythment
également les cérémonies religieuses. Le
mento par exemple, la musique des paysans
jamaïcains plongent ses racines dans les rituels
animistes amenés aux Antilles par le peuple
ashantis déportés du Ghana.
À
C’est ce vaste maelström musical et
culturel qui sera au centre de cette nouvelle
édition de “¡Rio Loco!” du 12 au 16 juin prochain sur le Prairie des Filtres. Et comme d’habitude l’on pourra y entendre des artistes véné-
rés dans leur pays mais quasi inconnus de ce
côté-ci de l’Atlantique (Toto La Momposina la
reine adulée de la cumbia le 16 juin ; Calypso
Rose la diva du calypso le 13 juin ; les Bachata
Legends de république Dominicaine le 14
juin), des cadors du genre (Kassav’ groupe
guadeloupéen-martiniquais qui a popularisé le
zouk dans les années 80 le 14 juin ; Jimmy Cliff
le 12 juin; Eddie Palmieri et sa salsa latine le 13
juin ; le guitariste américain touche à tout
Marc Ribot et les cubains Los Cubanos
Postizos le 15 juin), des jeunes artistes qui
dynamitent la tradition (le dubstep à la sauce
cubaine de Mala in Cuba le 13 juin ; la rumba
jouée par le saxophoniste Julien Lourau et les
cubains de Rumbabierta 14 juin ; le
“Reggaeton” du portoricain Tego Calderon le
15 juin ; le gwoka revisité par la formation du
batteur guadeloupéen Sonny Troupé le 16
juin, le jazz métissé et envoûtant du saxophoniste Jacques Schwarz-Bart le 12 juin).
Rajoutez à ses festivités, les installations et le
village culturel sur place, les expositions en
ville, le festival off du 1er au 9 juin monté dans
les bars de Toulouse par l’association Culture
Bars-Bars, les afters pendant le festival et vous
aurez une idée du foisonnement de cette 19ème
édition de “¡Rio Loco !” ?.
• Du 12 au 16 juin, renseignements : www. rioloco.org
Rdv chaleureux
> Liz McComb
Après une première escale
au Bijou, le festival
“Toucouleurs” poursuit son
itinérance au Bikini pour
une soirée exceptionnelle
où gospel et soul viendront
réchauffer leur monde.
lizabeth McComb est née à Cleveland
(Ohio). Au cours de ses études, elle participe au Karamu House Theater de
Cleveland — le plus ancien théâtre noir des
USA — à l'époque du grand mouvement pour
les droits civiques. En 1981, elle participe pour
la première fois au festival de jazz de Montreux,
en même temps que Bessie Griffin (19221989), elle sera sur la même scène les deux
années suivantes, puis on l'entendra au “Festival
de Negro Spirituals and Gospel Songs” de
Monte-Carlo. Elle assure les premières parties
de vedettes comme Ray Charles ou James
Brown. Au fil des ans, au prix d'un travail acharné, elle s'est imposée par une œuvre exceptionnellement féconde et unanimement célébrée : Prix Mahalia Jackson, Victoires du Jazz,
EnSound Music Awards, etc. Chacune de ses
E
apparitions est une leçon magistrale de vérité
et de vigueur, d'émotion et de rigueur, jetée
joyeusement à la figure des pseudo-vocations
académiques et superficielles du show-biz… Le
temps d'un concert, Liz nous fait parcourir tous
les états de la condition humaine : bouleversante et parfois douloureuse, exaltée mais sereine,
ardente mais sensuelle, souvent suave et toujours primesautière… Liz est avant tout émouvante et généreuse, par sa voix, son jeu de piano
et son engagement physique absolu. Un concert
de Liz McComb est inoubliable, on n'en ressort
jamais indemne!
• Samedi 1er juin, 21h00, au Bikini
(Parc technologique du Canal/rue Hermès,
Ramonville-Saint-Agne). Renseignements
et réservations : 05 61 76 58 48
4/CINÉMA
> ACTU
L’illusionniste
• POÉSIE. Une conférence-débat sur le thème “La
création artistique : une réponse à la globalisation ? », avec Chantal Maillard, aura lieu le jeudi 6
juin, de 19h30 à 21h30, à la Médiathèque de Tournefeuille (3, impasse Max Baylac). « Qu'est ce que la
poésie ? Qu'est ce que l'art ? Ces questions, que l'on
entend fréquemment, devraient nous inquiéter. Car
on ne s'interroge pas au sujet de ce qui est “utile”.
Quelle est donc la fonction des arts aujourd'hui ?
Leur transformation en valeur marchande entraîne
une dévalorisation : en quoi cette dévalorisation
bénéficie-t-elle au système de marché global ? »
Chantal Maillard, hispano-belge, est poète, philosophe
et professeur d'esthétique. Elle a reçu de nombreux
prix pour ces publications, dont le Prix national de
Poésie en 2004 et le Prix national de la Critique en
2008. L'entrée est libre et gratuite, la conférence sera
suivie d’un buffet dînatoire offert par la Ville de Tournefeuille (réservation recommandée sur [email protected] ou au 09 52 64 26 76).
> Orson Welles
• BLUES TOUJOURS. Les amateurs de blues vont
saluer l’arrivée d’un nouveau festival en région, baptisé
“Le printemps du blues”, il aura lieu le samedi 8 juin à
Carmaux (81) dans les murs de la Salle François Mitterrand à partir de 20h30. À l’affiche, attention les yeux,
Popa Chubby, Dr Feelgood et Blues Power Band.
Plus d’infos : www.rocktime.org ou au 05 63 38 27 45.
• CHOUETTE DE LIEU MUSICAL. La Pistouflerie est un bistrot-concert basé à Cassagnabère-Tournas
(31/au sud-ouest de Toulouse, non loin de Cazères et
Saint-Gaudens) qui a été inauguré en mars 2010 et qui
organise régulièrement des soirées musique et lecture.
Programmation détaillée et renseignements au 05 61 52
41 03 ou www.lapistouflerie.blogspot.com
• AH BICYCLETTE. À Toulouse, la Maison du Vélo
organise à nouveau cette année la “Fête du Vélo” du 6
au 8 juin. Plusieurs événements y sont prévus afin de permettre aux toulousains de tous âges de s’amuser autour
de leur propre bicycle. Parmi ceux-ci, la “Flashmobicycle”
du 8 juin qui démarrera à 15h00 de la Place Arnaud Bernard. Programmation détaillée et renseignements :
www.maisonduvelotoulouse.com
• ROOTS CULTURE. L’édition 2013 du “Garance
reggae festival” aura lieu les 24, 25, 26 et 27 juillet à
Bagnols-sur-Cèze (Gard). Ce grand rendez-vous autour
du soleil, de la musique et des bonnes vibrations aligne
une programmation digne des meilleurs festival reggae à
travers la planète : Steel Pulse, Sizzla, Dub Inc, KyMani Marley, Don Carlos, John Holt, Anthony B,
Jah Shaka, Chinese Man… et tout plein d’autres
encore. Dread-line : www.garancereggaefestival.com
• MARCHÉ DE QUARTIER. Le Marché de
Plein Vent des 7 Deniers fêtera son premier anniversaire le dimanche 9 juin. Depuis maintenant un an,
chaque dimanche matin, sur le parking du bâtiment
JOB (105, route de Blagnac, accès bus 16 et 70, arrêt
Soleil d’Or), ce marché est devenu le rendez-vous des
habitants du quartier et des quartiers voisins. Projet
porté par l'association 7 Animés, soutenu par la mairie
de Toulouse, il contribue à la vie des 7 Deniers en
favorisant rencontres et échanges entre habitants de
toutes générations. Une quinzaine de producteurs et
vendeurs y proposent un large choix de produits alimentaires (plats préparés, fromages, poissons, cafés,
viandes, charcuteries et primeurs). Pour l’occasion, un
apéritif musical animé par le groupe Électron Libre
sera offert. Renseignements au 05 34 43 84 33.
• MUSIQUES INTIMES. Organisé par l’association
Jerkov Musiques, le “Festival des intimités”, qui aura
lieu du 6 au 20 juin à Toulouse, propose une programmation tout en douceur et sensibilité, entre chanson
mélancolique, pop électro ou bien encore indie folk. À
l’affiche : Jens Bosteen (folk), Fanel (ethno-popambient), Marie Sigal (trip-hop), Maissiat (pop), Uniform Motion (indie-folk), Dona Confuse (rock alternative-électro), Your Happy End (pop–électro),
Olivier Gil (chanson), Terre Neuve (folk), [Caméra] (rock)… et bien d’autres encore. Programmation
complète et détaillée : www.jerkov.net
• ROCK EN STAGE. La School of Rock de Vero
Sego organise des stages d’été autour de la pratique
musicale du rock en groupe à destination des adultes et
des adolescents amateurs (batterie, basse, guitare, chant
et claviers) dans ses murs à Blagnac. Prochaines sessions :
première quinzaine de juillet et fin août. Renseignements
complémentaires et inscriptions auprès de Vero au 07 61
86 16 60 ou bien lui envoyer un mail à l’adresse suivante :
[email protected]
“La Dame de Shanghaï” © collection La Cinémathèque de Toulouse
elles fut toujours "entre". Entre
théâtre et cinéma, héros et
traître, Amérique et Europe,
vérités et mensonges, prince et pitre, légende
dorée et rivalité triviale. C’était dans sa nature,
c’était "his character" (…) », écrivait Serge
Daney (1) dans “Libération” à la mort d’Orson
Welles, en octobre 1985. Homme de théâtre,
Welles se fit connaître en montant Shakespeare,
tout en adaptant des romans et des pièces pour
la radio à la fin des années 30. Le 30 octobre
1938, sa version radiophonique de "La Guerre
des mondes", d’après H. G. Wells, provoqua une
véritable panique aux États-Unis : suicides, fuites,
pillages et accidents se poursuivirent toute la
nuit. Les auditeurs qui avaient raté le début de
l’émission crurent, en cette veille d’Halloween, à
une invasion massive de Martiens. Deux ans
avant le tournage de son premier film, "Citizen
Kane", Orson Welles venait de déclencher une
tempête d’hystérie collective en fabriquant de
faux bulletins d’informations annonçant l’arrivée
sur la Terre de soucoupes volantes.
«W
Jean-Pierre Coursodon et Bertrand
Tavernier (2) notent : « Les biographes de Welles
confirment l’image d’une vie dominée par le
chaos, mais un chaos voulu, ou à tout le moins
encouragé, par sa victime qui semblait dans son
élément au sein de ce tourbillon permanant et
s’en servait peut-être comme d’un écran protecteur. Ce goût de la confusion se reflète d’ailleurs
partout dans son œuvre, qui, dans un sens, représente un effort pour donner une forme esthétique au chaos. Qu’on songe au nombre de
scènes — et elles comptent parmi les plus
mémorables de Welles — dominées par l’agitation, le désordre, la multiplicité de personnages
gesticulant et parlant tous ensemble ». Pour les
deux auteurs, « surabondance et désordre sont
deux des constantes majeures de l’œuvre de
Welles comme de sa vie ». La filmographie
d’Orson Welles s’est construite au fil de heurts
permanents avec les studios : films remontés par
les producteurs, tournages abandonnés et projets avortés fautes de soutiens financiers. Génie
fertile mais maltraité, il s’est taillé une réputation
de cinéaste maudit, faisant l’acteur chez les autres
pour monter les films qu’Hollywood s’entêtait à
lui refuser. Outre l’intégralité de ses films achevés, la Cinémathèque de Toulouse projette une
sélection d’extraits de films interrompus en plein
tournage, et quelques-unes de ses apparitions
chez d’autres cinéastes.
Coursodon et Tavernier précisent : «
L’accumulation d’objets hétéroclites qui apparaît
dès son premier film, dans une de ses séquences
les plus célèbres, est comme une métaphore de
l’accumulation de projets disparates dont sa carrière est encombrée. Il reviendra avec délectation
à ce genre d’images : les énormes caisses sur le
quai au début de "Mr. Arkadin" font écho à celles
de la fin de "Citizen Kane" ; dans "Le Procès", la
caméra exécute de longs travellings entre des rangées d’étagères où sont entassés des centaines de
dossiers volumineux, d’énormes piles de documents ». Accueilli en Europe, Orson Welles y achève sa trilogie shakespearienne avec "Falstaff"
(1965), puis tourne en France "Le Procès" (1963),
"Une histoire immortelle" (1966) et "Vérités et
mensonges" (1973). Dans ce dernier film, il cite
Picasso proclamant que « l’art est un mensonge,
mais ce mensonge nous fait comprendre la vérité
». Il y dresse le portrait de trois faussaires dans un
faux documentaire célébrant le cinéma comme art
de l’illusion. Soit un véritable précipité de l’œuvre
d’Orson Welles, cinéaste surdoué qui cultivait une
passion folle pour la magie.
> Jérôme Gac
• Du 1er au 27 juin, à la Cinémathèque de Toulouse
(69, rue du Taur, 05 62 30 30 11, www.lacinemathequedetoulouse.com).
(1) "Ciné journal", Cahiers du Cinéma (1986)
(2) "50 ans de cinéma américain", Omnibus (1995)
> PLEIN AIR
Comme chaque été, la Cinémathèque se projette à ciel ouvert, sous les arbres de la cour de la
rue du Taur, avec le bruit du projecteur en fond
sonore. Chaque film programmé est également
présenté en salle en début de soirée. Dans cette
nouvelle sélection estivale de classiques de l'histoire du cinéma, de nombreux genres sont représentés : la comédie débridée ("Madame porte la
culotte" de Cukor, "OSS 117 : le Caire nid d’espions" de Michel Hazanavicius), le musical ("Un
américain à Paris" de Minnelli, "Le Magicien d’Oz"
de Victor Fleming, "Priscilla, folle du désert" de
Stephan Elliott), la comédie italienne ("Les
Monstres" de Dino Risi, "Affreux, sales et
méchants" d’Ettore Scola), le drame ("Un
Tramway nommé Désir" de Kazan, "Le Narcisse
noir" de Michael Powell), le road movie ("Duel"
de Steven Spielberg), le polar ("Le Privé" de
Robert Altman), le film d'auteur ("Pierrot le fou",
de Jean-Luc Godard, "Gerry" de Gus Van Sant,
"Chat noir, chat blanc" d’Emir Kusturica), la science-fiction ("Brazil" de Terry Guilliam), etc.
• Du 28 juin au 3 août, à la Cinémathèque de
Toulouse
L’éclectique
> Michel Legrand
À Odyssud, le pianiste interprète en quartet quelques-unes de ses compositions.
ianiste de concert puis compositeur pour les chanteurs
vedettes des années 50, Michel
Legrand se lance dans la composition de musiques pour le cinéma
dans les années 60. Sa rencontre
avec Jacques Demy et l’immense
succès de leur collaboration lui
ouvre les portes d’Hollywood. « Le
cinéma m'a permis d'écrire des
choses que je n'aurais sûrement pas
faites sinon : il n'a cessé de me donner des coups de pied au cul. Un
film vous oblige à raconter en trente-sept secondes ce que vous écririez en quatre minutes. C'est une
contrainte stimulante. La liberté, la
vraie, n'existe que dans la contrainte. Sans règles, on fait des pets », racontait-il au quotidien “Libération” (1). À l’occasion de son 80ème anniversaire,
il a entrepris une tournée mondiale en formation de quartet qui passe par
Odyssud. Il interprète une sélection de ses compositions, autant de témoignages d’un éclectisme entretenu avec passion. De la chanson à la musique
de films, en passant par le jazz, il a collaboré avec les plus grands artistes du
XXè siècle : Barbara, Claude Nougaro, Barbra Streisand, Sarah Vaughan, Miles
P
© D.R.
• APPEL À SOUSCRIPTION. Le duo Toulousain
pop acoustique de Johanna Luz et Vincent Barrau Jell-oO
se lance dans la réalisation d’un premier album qui sortira à la rentrée 2013. Jell-oO ambitionne de financer ce
projet à travers les dons du public, le duo est donc à la
recherche de 3 000 € et a créé à cet effet une page sur
la plateforme de financement aux projets créatifs Ulule
qui permettra aux généreux donateurs de faire leurs
dons : http://fr.ulule.com/jelloo/
La Cinémathèque de
Toulouse projette
l’intégralité des
films réalisés par le
cinéaste américain,
et une sélection de
ses performances
d’acteurs.
Davis, le violoniste Stéphane Grappelli ou
le trompettiste Maurice André… « Je me
suis toujours attaché à ne jamais faire
deux fois la même chose. La variété des
choses fait toute ma vie et c'est pourquoi
je n'ai pas fait que du cinéma. J'ai fait 150
000 choses dans la musique : je joue, je
chante, je dirige, je joue dans tous les
styles. J'ai la prétention de pouvoir tout
faire parce que, comme disait Cocteau, je
veux savoir jusqu'où je peux aller trop
loin. C'est la seule chose qui me tient
debout sur terre. De ce point de vue, le
cinéma est un énorme champ d'expériences », confia-t-il un jour au “Figaro”
(2).
> J. G.
• Mardi 4 et mercredi 5 juin, 20h30, à Odyssud (4, avenue du Parc, Blagnac, 05
61 71 75 10, www.odyssud.com).
Et aussi : “Le Monde enchanté de Jacques Demy”, jusqu’au 4 août, à la
Cinémathèque française (51, rue de Bercy, Paris-12ème, www.cinematheque.fr
(1) 21 juin 2005 ; (2) 22 août 2005
THÉÂTRE & LITTÉRATURE/5
17èMe
KVJOŭBP¹U
éDITION 2013
C’est tout vu!
.JEJQZSFO§FTŭ-"/HVFEPD3PVTTJMMPOŭQBDB
> Ombres et brouillards
© J.-O. Badia
"Purgatory", de
William Butler Yeats,
était présenté le 25
avril au Théâtre Le
Hangar, dans une
mise en scène de
Nathalie Nauzes.
D
D’un plateau baigné dans une nuit
noire, silencieuse et profonde, se lève lentement
et tremblotante une lune pleine, puis une tête de
cheval blafarde vient trouer l’espace et enfin, plus
bas, la silhouette spectrale d’une femme sortie
des ténèbres du purgatoire auquel elle est
condamnée. C’est le souffle suspendu, le regard
troublé par le clair-obscur créant des effets de
perspectives hypnotiques, et attentif à la
moindre oscillation de lumière, apparitions et
disparitions successives, que la plongée dans
cette pénombre fait monter chez le spectateur
une angoisse : l’attente d’un malheur imminent.
La lumière monte subtilement, faisant se découper dans le décor un vieil arbre nu et noueux,
puis les silhouettes caractérisées de deux personnages que devancent leurs pas crissant sur un
sentier : le fils à l’allure vigoureuse — Adrien
Desbons au jeu physique et nerveux — et le
père, âgé et fourbu — Philippe Bussière dont on
reconnaît l’élocution précise, ciselée.
Écrit comme un long poème, dans
une langue minimaliste, la narration de
"Purgatory" avance par bribes, au fil des échanges
des personnages. Histoire d’amours coupables,
de maison brûlée, où parricide et infanticide se
font écho. Dans un décor dépouillé qui n’est
autre que la projection des paysages intérieurs
des protagonistes, "Purgatory" — pièce construite tout en symboles — met en scène la destruction d’un cercle infernal au sein d’une généalogie
masculine. Sur une durée très condensée de cinquante minutes, Nathalie Nauzes, dont on reconnaitra là le travail exigeant et sensible, nous aura
plongés au cœur d’un cauchemar éveillé où la
chute finit par rompre le cours de l’histoire. Elle
affirme une fois de plus sa singularité artistique :
créatrice d’un théâtre des ombres et sculptrice
d’une image très picturale qui vient sublimer la
parole, la transcender, elle nous fait vivre de
manière sensorielle la tragédie d’une humanité
folle qui s’entredévore.
> Sarah Authesserre
licence 2ème catégorie : 1050359 / licence 3ème catégorie : 1050347
ans son "Démons", de l’auteur norvégien
Lars Noren, Nathalie Nauzes faisait planer l’ombre fantomatique des vivants,
ombres démesurées léchant sol et murs, qui se
mêlaient à la présence vivace d’une mère défunte… Dans sa dernière création, c’est le fantôme
d’une morte qui hante une lignée d’hommes
revenue sur les lieux d’un drame familial. Quad et
Cie présentait au théâtre Le Hangar la mise en
scène d’un texte de William Butler Yeats, poète
et dramaturge irlandais de la fin du XIXè siècle.
Dans les dernières années de sa vie, il s’éloigna
de l’esthétisme symboliste qui caractérisait ses
poèmes empreints de nationalisme pour se diriger vers un style moderne, plus radical.Texte tardif, "Purgatory" est l’alliance d’une poésie irlandaise peuplée de mythes et d’un style littéraire
influencé par le théâtre Nô : action resserrée,
narration sobre et métaphorique, scénographie
épurée et présence d’esprits errant sur la
conscience coupable des vivants…
XXXDPOWJWFODJBFV
05 62 19 06 06
Voyage, voyage
> De Bruxelles à
Buenos Aires
Le “Marathon des Mots”
fait escale en Argentine,
et met à l’honneur Georges
Simenon et Amélie Nothomb.
saison
Nicole Garcia © Vincent Flouret
our la toute première fois depuis sa création en 2005, le Marathon des mots traverse l’Atlantique. Le
festival toulousain dédié à la lecture à haute voix et aux rencontres invite cette année des artistes
argentins pour une exploration de la vie littéraire de Buenos Aires. Parmi les événements attendus :
Daniel Mesguich proposera une lecture-performance de "Fictions", de Jorge Luis Borges ; Maruschka
Detmers et Philippe Calvario restitueront le regard de Copi et du romancier Tomas Eloy Martinez sur la
vie d’Eva Perón ; Marcial di Fonzo Bo explorera l'univers de Copi ; la cuisinière argentine Petrona C. De
Gandulfo sera célébrée au Théâtre Garonne avec le spectacle "Patria Petrona" du metteur en scène
Alfredo Arias, avec Alejandra Radano — qui donnera un concert de clôture à Saint-Pierre-des-Cuisines.
La Belgique sera présente avec, notamment, trois romanciers à l’honneur : un marathon de cinq
heures de lectures, entretiens et débats autour des œuvres d’Amélie Nothomb, diffusé en direct sur
France Culture ; un portrait du Liégeois Georges Simenon, à travers la lecture de romans, correspondances
et textes inédits ; la célébration du centième anniversaire de la naissance d’Henry Bauchau. La chanson
s’installe au Théâtre Sorano avec un parcours littéraire et musical : les textes du poète belge William Cliff
chantés par Néry ; une rencontre entre le musicien Albin de la Simone et l’écrivain Brigitte Giraud ; un
hommage à Piaf et Cocteau, cinquante ans après leur disparition, par la chanteuse Camélia Jordana et
Clément Hervieu-Léger de la Comédie-Française ; un hommage à Léo Ferré par Annie Butor, à l’occasion
du vingtième anniversaire de sa disparition ; etc. On annonce également trois lectures données par Pierre
Arditi au Cloître des Jacobins et au TNT, Nicole Garcia (photo) lisant "14" de Jean Echenoz, ou un aprèsmidi dominical au cœur du Salon rouge du musée des Augustins avec pour thème « chefs-d’œuvre! »…
> Jérôme Gac
• Du jeudi 27 au dimanche 30 juin (www.lemarathondesmots.com)
licence no 1050565 -566-567 / graphisme : t2bis.eu / © Marc Domage /
P
Et vous, vous faites quoi
le 19 juin à 19h ?
05 62 48 54 77
1 avenue du Château d’Eau - Toulouse / Mo St Cyprien République
6/MUSIQUE
> ACTU
• SORTIE DE DISQUE. À l’occasion de la parution
de son troisième album intitulé “Le bal des oubliés”, le
groupe toulousain Place des Arts organise une soirée
le jeudi 6 juin (20h00) à La Dynamo (6, rue Amélie, métro
Jean-Jaurès). Les groupe Swing Machine et le mixeur
Senor Zazou (KKC Orchestra) le rejoindront dans une
salle transformée en chapiteau de cirque. Plus de plus :
http://placedesarts.free.fr
• UNE HISTOIRE DE FOIX. La treizième édition
du festival “Jazz à Foix” aura lieu du 22 au 28 juillet
dans la capitale ariègeoise. À l’affiche : Hip Jazz Trio
(Abdu Salim, Akim Bournane et Christian “Tonton” Salut),
Dorado Schmitt (jazz manouche), carte blanche au pianiste Alain-Jean Marie, Orlando Poleo y Afro-Venezuela Jazz (latin jazz), Cyrus Chestnut Trio & Piero
Odorici (jazz USA), Cedar Walton Trio (jazz USA), et
le Big Band Brass pour une soirée hommage à Frank
Sinatra. Plus de renseignements au www.jazzfoix.com
• SALUT L’AMI. Notre ami Jean Dupuis alias Initial DJ nous a quittés en mai, nous n’oublierons jamais
les moments passés avec lui et sa naturelle sympathie.
• SENSATIONS ARTISTIQUES. Les prochaines
“Nuits Euphoriques” auront lieu du 13 au 16 juin à
Tournefeuille. Devenue un rituel incontournable, cette
manifestation est conçue pour les amateurs de sensations artistiques : grand spectacle de rue et toujours,
expositions, concerts, surprises artistiques… à travers
une programmation entièrement gratuite à vivre en
famille. À l’affiche cette année : Les Plasticiens
Volants, le Collectif Dix par Être, le Group
Berthe et Picto Facto. Plus de renseignements :
www.mairie-tournefeuille.fr
• LE ROCK COGNE EN GASCOGNE. L’édition
2013 du festival “Montesquiou on the rocks” se tiendra les 22, 23 et 24 août dans le charmant village de
Montesquiou en pleine Gascogne (32). Au menu : projections de cartoons, courts et long-métrages, stands de
disques et d’objets, manège enfantin des années 50, et
nombreux concerts dont ceux de The Lookers (garage-rock), King Salami & the Cumberland Three
(sausage rock), Sam Karpiena (rock de la Méditerranée), les excellent argentins de Capsula et leur tribute
to “Ziggy Bowie Stardust”… Plus de renseignements :
www.strangefruitprod.com
• CUGNAUX CIRCASSIENNE. Le “Festival des
Arts du Cirque de Cugnaux”, qui aura lieu les vendredi 28 et samedi 29 juin au Parc du Manoir, est aujourd'hui un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs de cirque et plus largement de spectacle vivant,
convivial, exigeant et populaire. Il réunit les initiés et les
passionnés du monde circassien, mais aussi les promeneurs et passants curieux. Art sans cesse en mouvement
et pluridisciplinaire, le cirque contemporain porte un imaginaire et une poésie qui résonnent en chacun de nous.
Le temps d'un week-end, jeunes, anciens, artistes (professionnels ou amateurs), se retrouvent pour vivre les émotions du spectacle et du cirque à l'ombre de l'écrin de
verdure du Parc du Manoir, mais aussi pour s'initier aux
pratiques circassiennes. L’édition 2013 fera une nouvelle
fois la part belle aux compagnies régionales montantes et
prêtera sa piste à des grands noms du cirque européen.
Grâce au partenariat privilégié avec La Grainerie de
Balma, mais aussi avec Le Lido de Toulouse, Cugnaux a
désormais toute sa place au sein d'une métropole toulousaine qui se veut capitale française du cirque contemporain. Plus de renseignements au 05 61 76 88 99.
• ACTION FEMMES. Les 7, 8 et 9 juin 2013, L’Ébranleuse fait son festival et réinvestit la Chapelle à
Toulouse : « Pour la troisième année consécutive, L’Ébranleuse fait de son festival un espace de créations et
d’expressions artistiques de femmes. Un espace où se
croisent des envies et des résistances, alors que chaque
jour on voudrait qu’on se réjouisse de la place qui nous
est faite, des rôles qu’on nous réserve. Autour de
femmes bénévoles, techniciennes, militantes, artistes,
nous vous invitons à découvrir des initiatives féministes,
poétiques et réjouissantes. » Depuis cinq ans et à travers nombre d’actions culturelles, l’association L’Ébranleuse a pour objectif de questionner la place des
femmes dans la société à travers la culture sous toutes
ses formes : « Avec ce festival, nous voulons promouvoir
les créations artistiques et culturelles féminines portant
un regard critique sur les places des femmes dans la
société, créer un espace de rencontre et de débat entre
des artistes, des militantes et le public, ainsi que favoriser les échanges de savoirs théoriques et techniques
entre femmes. Ce festival est ouvert à tous et toutes
(mixité et non-mixité, tarifs accessibles) afin de toucher
un public large et de diffuser et rendre accessibles les
questionnements féministes. Pendant trois jours, une
programmation pluridisciplinaire fait la part belle aux
femmes et aux féminismes. En mêlant cinéma, musique,
théâtre, exposition, nous souhaitons rendre visible et
diffuser les multiples formes et la richesse des expressions de femmes. Nous voulons que ce festival soit aussi
un temps de formation et d'“empowerment” par l'organisation collective de cet événement et la création de
solidarités entre femmes. C'est aussi un espace
d'échanges sur les difficultés et les stratégies des
femmes artistes et techniciennes dans le milieu culturel,
et où l’on questionne et informe sur les luttes des
femmes. » Plus de plus : www.lebranleuse.over-blog.com
Le dessous des planches
> Du neuf au Capitole
La prochaine saison lyrique du Théâtre du Capitole
affiche huit nouvelles productions toulousaines,
dont une création mondiale.
rédéric Chambert a dévoilé sa programmation pour le Théâtre du
Capitole, dont il assure la direction artistique pour la cinquième saison. Après plusieurs années ponctuées par quelques reprises maison, huit nouvelles productions de l’opéra toulousain constituent l’essentiel de la prochaine saison. Dès la rentrée, on découvrira enfin "Manon",
de Massenet, dans la mise en scène de Laurent Pelly déjà vue au Covent
Garden de Londres, au Metropolitan Opera de New York et à la Scala de
Milan — coproducteurs du spectacle. À cette occasion, après une dizaine d’années d’absence, Natalie Dessay devrait faire son retour au
Capitole dans le rôle-titre, aux côtés de Charles Castronovo qui chantera son premier Chevalier des Grieux. "La Favorite", de Donizetti, est
annoncée dans sa version originale française. Dirigée par Bruno
Campanella, chef reconnu pour ses interprétations du répertoire du bel
canto, la distribution est dominée par deux éminentes figures du chant
lyrique français : Sophie Koch (photo) — à l’origine de ce projet - fera ses
débuts en Léonor la favorite, et le baryton Ludovic Tézier sera le Roi de
Castille. Deux ouvrages emblématiques du vérisme italien seront dirigés
par Tugan Sokhiev, directeur musical de l’Orchestre national du Capitole
: "Cavalleria rusticana", de Mascagni, couplé à "Paillasse", de Leoncavallo.
La mise en scène a été confiée à Yannis Kokkos. On retrouve dans la distribution Elena Bocherova, déjà entendue dans "Samson et Dalila" à la
Halle aux Grains. De Verdi, on verra l’opéra de jeunesse "les Deux
Foscari". Le metteur en scène Stefano Vizioli et le chef Gianluigi Gelmetti
seront pour l’occasion aux commandes, après avoir été invités en 2011
pour une production du "Barbier de Séville". Après ses performances
toulousaines dans "Le Trouvère" et "Albert Herring", la soprano américaine Tamara Wilson est associée à ce projet.
F
L’"Orlando" de Haendel sera interprété par Jean-Christophe
Spinosi à la tête de son Ensemble Matheus et par la mezzo-soprano
Kristina Hammarström dans le rôle-titre. Directeur artistique du
Théâtre de Lorient, Éric Vigner signera « une mise en scène exigeante
pour une approche radicale de l’œuvre », promet Frédéric Chambert.
Pour les fêtes de fin d’année, "Hänsel et Gretel" sera présenté en français, après plus d’un siècle d’absence de la scène toulousaine. L’Allemand
Andreas Baesler mettra en scène ce conte lyrique adapté des frères
Grimm, et Claus Peter Flor dirigera la partition de Humperdinck influencée par la musique de Wagner. En fin de saison, on attend "Daphné",
opéra rarement donné de Richard Strauss. La soprano suédoise Camilla
Tilling incarnera ce personnage de la mythologie grecque, sous la direction de Hartmut Haenchen. Le chef allemand est l’initiateur de cette
nouvelle production dont la mise en scène, les décors et les costumes
seront réalisés Patrick Kinmonth — par ailleurs fidèle collaborateur du
metteur en scène canadien Robert Carsen. Commande du Théâtre du
Capitole à Philippe Hurel, "Les Pigeons d’argile" sera créée dans une
mise en scène de Mariame Clément. Pour l’écriture du livret, le roman-
Sophie Koch © Patrice Nin
cier Tanguy Viel s’est inspiré d’un fait divers : l’histoire de l’Américaine
Patty Hearst qui défraya la chronique en 1975. Dans la programmation
des concerts, les Midis du Capitole affichent quatre récitals. Le baryton
français Stéphane Degout fera son retour sur la scène du Capitole —
après "Hippolyte et Aricie" — avec des mélodies de Fauré et le cycle
"Les Amours du poète" de Schumann. Enfin, le Chœur du Capitole se
produira à deux reprises sous la direction de son chef Alfonso Caiani,
pour un concert de Noël, puis dans le programme "Visages de
l’Amérique" dédié à Samuel Barber et à Léonard Bernstein.
> Jérôme Gac
• Abonnements : par correspondance, jusqu'au 15 juin (Théâtre du Capitole,
Service location, BP 41408, 31014 Toulouse Cedex 6) ; en ligne, jusqu’à la date
du premier spectacle de chaque abonnement (www.theatre-du-capitole.org)
> BALLET DU CAPITOLE
Sous la direction de Kader Belarbi, la nouvelle saison du Ballet du Capitole se
décline en cinq programmes, composés quasi exclusivement d’entrées au
répertoire. Le premier sera une réinterprétation par Kader Belarbi du célèbre
conte de Madame Leprince de Beaumont "La Bête et la Belle". Deux spectacles
mettront ensuite la Russie à l’honneur. Étoile des années Noureev à l’Opéra
de Paris, Kader Belarbi rendra un hommage à Rudolf Noureev en présentant
plusieurs extraits des chefs-d’œuvre du répertoire russe chorégraphiés par le
danseur exilé. Une exposition de photographies complètera cet hommage. Le
programme "Pâques russes" livrera un aperçu de l’histoire de la danse russe :
du grand ballet académique du Mariinsky de Saint-Pétersbourg (le Grand Pas
de "Paquita", de Petipa) à l’émergence de la danse néoclassique ("Le Fils
Prodigue", de Balanchine), en passant par toute la technique et le lyrisme du
Fokine de "Chopiniana". La musique Jean-Sébastien Bach sera le fil conducteur
d’un programme de trois pièces : "Bach suites III" de Kader Belarbi et
Françoise Denieau, d’après Francine Lancelot ; "A million kisses to my skin" de
David Dawson ; "Groosland" de Maguy Marin. En clôture de saison, la chorégraphe Catherine Berbessou explorera l’univers du tango avec "Valser".
Bicentenaire
> Giuseppe Verdi
Reprise du "Don Carlo" de Nicolas Joel au Théâtre du Capitole,
et récital du ténor Rolando Villazón à la Halle aux Grains.
icentenaire oblige, deux poids lourds de l’opéra sont à l’honneur
cette année : Richard Wagner (1813–1883) et Giuseppe Verdi
(1813–1901). C’est le second qui sera fêté ces jours-ci à Toulouse
avec deux événements lyriques. À la Halle aux Grains, un récital de
Rolando Villazón déclinera les airs des opéras les plus célèbres mais aussi
moins connus du compositeur italien. Le ténor d’origine mexicaine sera
accompagné par l’Orchestre symphonique Tchèque dirigé par
Guerassim Voronkov. Après des débuts milanais difficiles, marqués par le
triple deuil de ses enfants et de sa femme, Giuseppe Verdi remporte un
premier succès avec "Nabucco" en 1842. Il enchaîne par la suite des
chefs-d’œuvre : "Rigoletto", "Le Trouvère" et "La Traviata". Sa carrière
prend alors une envergure internationale : il compose "Aïda" pour l’ouverture de l’Opéra du Caire en 1871. Shakespeare devient son matériau
privilégié avec "Otello" en 1887, puis "Falstaff" en 1893.
Carlos à Élisabeth de Valois. "Don Carlo" est probablement l’opéra de
Verdi qui synthétise le mieux la pensée musicale et théâtrale du compositeur. Avec une formation orchestrale plus dense que celle de ses œuvres
antérieures, ainsi que de nombreux rôles de premier plan, il signe une
œuvre longue et musicalement complexe où foisonnent les thématiques
abordées. Le chef italien Maurizio Benini conduira l’Orchestre du Capitole
dans la fosse de l’opéra toulousain. Sur scène, on retrouvera Roberto
Scandiuzzi en Philippe II, après son interprétation de "Don Pasquale" en
avril dernier. Le ténor gréco-américain Dimitri Pittas tiendra le rôle-titre,
et la soprano géorgienne Tamar Iveri sera Élisabeth de Valois— après avoir
été en mars la Donna Anna de "Don Giovanni" au Capitole.
> J. G.
Au Théâtre du Capitole, on verra "Don Carlo" à l’occasion
d’une reprise de la production de Nicolas Joel conçue en 2005. Tirée
d’une pièce de Schiller, cette œuvre tardive a été créée en 1867, à Paris
dans sa version française, puis revue pour l’Italie seize ans plus tard.
L’ouvrage réunit les thèmes chers à Verdi : la confrontation avec le père,
la lutte contre la tyrannie politique et l’anticléricalisme. Le livret met en
scène Philippe II (fils de Charles Quint) qui entend marier son fils Don
• "Don Carlo", du 18 au 30 juin (mardi, jeudi 20 et vendredi 28 à 20h00,
dimanche à 15h00), au Théâtre du Capitole (place du Capitole, 05 61 63
13 13, www.theatre-du-capitole.fr) ; rencontre, samedi 8 juin, 16h30 ; conférence, par Michel Lehmann (musicologue), lundi 17 juin, 18h00 ; rencontre
avant la représentation, 19h00, au Théâtre du Capitole (entrée libre)
• Rolando Villazón, lundi 24 juin, 20h00, à la Halle aux Grains (place Dupuy,
05 61 21 09 00, grandsinterpretes.com)
B
“Don Carlo” © P. Nin
MUSIQUE/7
Carnet de notes
> ACTU
• TREMPLIN MUSICAL. Les “Feux de la
Rampe” est un tremplin musical tous styles dans lequel
cinquante groupes s’affrontent lors de treize concerts de
mars à juillet. Les groupes vainqueurs des sélections s’affrontent ensuite en demi-finale et finale. Le grand gagnant
du tremplin remporte l’enregistrement de son album au
studio Rimshot ainsi qu’un suivi de carrière par le label
Sozinho Prod pendant un an (recherche de dates, communication, créations de supports visuels papier, vidéo et
web…). Les demi-finales auront lieu les 5 et 12 juin au
Connexion Live, quant à la finale elle aura lieu le 4 juillet
au Bikini. Plus de renseignements au 05 61 13 86 21 ou
www.lesfeuxdelarampe-tremplinmusical.com
> “Passe ton Bach d’abord!”
Dédiée à la musique de Bach, la sixième
édition du festival toulousain est
sous-titrée « le voyage immobile ? ».
estival toulousain dédié à la musique de Jean-Sébastien Bach, “Passe
ton Bach d'abord!” investit comme chaque année trente lieux inattendus ou patrimoniaux, le temps d'un week-end de concerts pour la
plupart gratuits. L’Ensemble baroque de Toulouse dirigé par Michel Brun —
organisateur de la manifestation — et les musiciens invités se produiront
à l’ESAV, au CROUS, à la Chapelle des Carmélites, au temple du Salin, à
F
l’Hôtel d’Assézat, l’auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines, l’église SaintPierre-des-Chartreux, la cathédrale Saint-Étienne, etc. Intitulée « le voyage
immobile ? », cette sixième édition célébrera le Bach « voyageur européen
», en révélant à travers ses propres œuvres les différentes influences du
compositeur, qui ne quitta pourtant jamais son pays natal — il dévora de
multiples partitions depuis les provinces allemandes où il était en poste. Le
festival provoquera également la rencontre entre plusieurs artistes venus
de divers pays d’Europe, notamment la Slovénie, la Lettonie, l’Espagne. Ces
jeunes instrumentistes ou jeunes créateurs contemporains dévoileront le
rapport qu’ils entretiennent avec Bach. On attend ainsi le flûtiste JeanChristophe Frisch à la tête de son ensemble XVIII-21 Le Baroque
Nomade, le claveciniste Yves Rechsteiner, le pianiste Philippe Monferran, la
violoncelliste Eugénie Ursch, la flûtiste Sandrine Tilly (photo), le Collegium
Musicum Riga dans un programme d’œuvres de compositeurs lettons, les
guitaristes Sébastien Llinares et Nicolas Lestoquoy en duo dans une transcription des Variations Goldberg de Bach, etc.
> Jérôme Gac
• Du vendredi 7 au dimanche 9 juin (06 28 02 30 62, www.baroquetoulouse.com)
Du poème à la symphonie
> Tchaïkovski, Strauss, Mahler
• L’HOMME QUI A VU L’OURS… AU
MUSÉUM. Animal mythique mais aussi souvent diabolisé, l’Ours représente la part d’animalité dans laquelle l’Homme se reconnaît, mais qu’il cherche à exorciser.
Qu’il soit vénéré ou craint, il est l’objet de nombreux
fantasmes et convoitises, entre attirance et aversion.
Dans une dimension universelle, l’exposition que donne
à voir le Muséum de Toulouse (35, allées Jules Guesde, métro Palais de Justice) jusqu’en juin prochain, met
en exergue la perception complexe qu’entretient l’homme face à l’ours et invite le visiteur à s’interroger sur
cette relation passionnelle qui l’unit à l’animal. Il sera
donc question d’histoires d’ours mais aussi de l’histoire
commune entre l’homme et lui. Plus de peluche :
www.museum.toulouse.fr
• LA FUREUR DE VIBRE. Le festival “Rock &
cars” aura lieu à Lavaur (81) les 1er et 2 juin. Au programme : rassemblement de voitures de collection, autos
américaines, rods et kustoms, motos, blues, rockabilly et
rock’n’roll (entrée gratuite). Plus d'informations auprès de
Bobby : [email protected] ou 06 76 08 63 96.
• FÊTE POPULAIRE. L’édition 2013 de la “Fête
de l’Humanité” aura lieu les 1er et 2 juin sur le thème
“Un souffle de liberté”. Outre les diverses activités que
propose ce rendez-vous populaire, les amateurs de
musique pourront se régaler des sonorités de Raggasonic, Boulevard des Airs, Les Grandes Bouches,
El Comunero, HK & les Saltimbanques, Ramsi
Aburedwan, l’Ensemble Dal’ouna, Karimouche…
Plus d’infos : www.fetehuma31.fr
• TRIPLE Z. Le vingt-troisième festival d’altitude “Jazz
à Luz” aura lieu les 12, 13, 14 et 15 juillet à Luz-SaintSauveur dans les Hautes-Pyrénées. Un festival pas comme
les autres : « La place atypique de “Jazz à Luz” dans le
monde des festivals innovants est certainement le fait
d’une réelle convivialité, particularité que nous entretenons et mettons volontiers en avant, tout d’abord avec
les concerts dans les bars de la ville, avec des propositions diverses, allant de la musique du Monde, au jazz, au
rock et aux formations débridées, avec des concerts nocturnes électriques et énervés, des balades insolites, de
jour ou de nuit, mises en scène par le collectif FLAMME
et par des artistes du festival. » Programmation détaillée
et renseignements : www.jazzaluz.com
• DÉCOUVERTES DU CRU. Vous faites partie d’un
groupe et aimeriez vous faire connaître ? Vous souhaitez
découvrir des groupes locaux ? Les “Live du Brasseur” sont faits pour vous. Ils se tiennent tous les jeudis
(sauf le premier du mois) au bar La Fille du Brasseur à
Aucamville (49, route de Paris) de 20h30 à minuit. Pour
participer, inscrivez vous en remplissant le formulaire sur
le site www.sozinhoprod.com/V2/live-du-brasseur/
Fin de saison pour
l’Orchestre du Capitole
et les Grands Interprètes
à la Halle aux Grains.
e chef danois Thomas Sondergard retrouve l’Orchestre du
Capitole pour l’interprétation d’"Ainsi parlait Zarathoustra" (Also
sprach Zarathustra), de Richard Strauss. Créé en 1896, sous la
direction du compositeur, ce poème symphonique est inspiré du poème
philosophique de Nietzsche. Les huit parties enchaînées de la partition
portent chacune un sous-titre emprunté au texte, où le compositeur
sublime la transition de l’homme de ses origines jusqu’au « surhomme ».
Son introduction est célèbre pour avoir été utilisée par Stanley Kubrick,
au début de son film "2001, l’Odyssée de l’espace". Au programme de ce
concert, le Cubain Jorge Luis Prats interprètera le Deuxième concerto
pour piano de Brahms. En clôture de saison, Tugan Sokhiev dirigera le
vaste poème symphonique "Manfred", de Tchaïkovski. Inspiré du poème
de Lord Byron, il a été créé à Moscou en 1886, entre les 4ème et 5ème symphonies du compositeur. Le récit relate l’errance mouvementée du
héros au cœur des Alpes. Ce concert sera l’occasion d’entendre aussi la
violoniste Geneviève Laurenceau — Premier violon de l’Orchestre du
Capitole —, la violoncelliste Anne Gastinel et le pianiste Bertrand
Chamayou dans le Triple concerto de Beethoven.
L
T. Sondergard © Andy Buchanan
Toujours à la Halle aux Grains, la saison des Grands
Interprètes s’achève avec un concert de l’Orchestre philharmonique de
Radio France. Directeur musical de la phalange nationale depuis l’an
2000 — poste qu’il quittera en 2015 —, Myung-Whun Chung dirigera la
Quatrième symphonie de Gustav Mahler, avec la soprano allemande
Mojca Erdmann. « J’ai voulu devenir chef d’orchestre pour diriger les
symphonies de Mahler », a avoué le chef coréen. Créée en 1901, cette
symphonie, comme les précédentes, est nourrie par les poèmes du
recueil "Des Knaben Wunderhorn". Dans chacune de ses quatre premières symphonies, Mahler a repris des lieder qu’il avait précédemment
composés sur des poèmes tirés de ces écrits traditionnels allemands.
> Jérôme Gac
• ONCT, sous la direction de T. Sondergard, jeudi 6 juin ; sous la direction de
T. Sokhiev, samedi 29 juin. 20h00, à la Halle aux Grains (place Dupuy, 05
61 63 13 13). OPRF, sous la direction de Myung-Whun C., jeudi 27 juin,
20h00, à la Halle aux Grains (place Dupuy, 05 61 21 09 00)
• L’URBANITÉ AUTREMENT. Livret de poche,
recueil de témoignages, dépliant de cartes postales, les
“Portraits urbains” — édités par l’agence aaccess —
dévoilent des lectures sensibles de la ville par ses habitants, une autre façon de découvrir Toulouse. De l’intime
à la ville partagée, des citadins révèlent leurs perceptions
d’un certain “vivre ensemble”. Ainsi, du singulier au collectif, l’art de tisser des liens se manifeste. Au fil des témoignages les thèmes de l’identité, des origines culturelles,
des fondements sociétaux prennent sens. Livre et objet
atypique (32 pages + cartes postales, 10,00 €), accessible
à tous les curieux, les “Portraits urbains” “s’inscrivent
dans une démarche d’esthétique relationnelle. Plus de
renseignements : www.aaccess.info
8/JOLIS
RENDEZ-VOUS
Grand événement culturel
> ACTU
• L’EFFET MOOG. Le magasin d’instruments de
musique Music Action (5, rue Viguerie, métro Esquirol ou Saint-Cyprien/République, 05 61 59 44 24)
organise le “Moogfest 2” durant tout le mois de juin.
Tous les principaux synthés de la légendaire marque
Moog, ainsi que leurs fameuses pédales utilisées
autant par les guitaristes ou bassistes que par les
dee-jay’'s et autres producteurs de musiques électroniques, seront exposés et disponibles à l'essai,. Des
démos, des promos et de nombreux cadeaux seront
proposés à cette occasion (entrée gratuite).
• PATRIMOINE GERSOIS. Fondée en 1151 dans la
vallée de la Baïse, l'Abbaye de Flaran (32310 à Valencesur-Baïse) est l'une des mieux préservées du Sud-Ouest
de la France. Les bâtiments monastiques et les jardins, au
cœur d'un parc, présentent, de ce fait, une lisibilité particulière, parfaite illustration d'un ensemble cistercien du
XIIè siècle remanié jusqu'au XVIIIè siècle. Marqué par les
vicissitudes historiques, vendu à la Révolution et en danger d'être démantelé avant le premier conflit mondial, le
site est racheté par le Département du Gers en 1972 qui
y réalise, depuis cette date, une intense campagne de restauration. L'Abbaye de Flaran, monument historique classé, développe désormais de nombreuses activités culturelles ; elle abrite notamment la Conservation
Départementale du Patrimoine et des Musées. Ce dernier développe tout au long de l’année de nombreuses
manifestations culturelles, offrant un accès diversifié au
patrimoine et à la culture. Plus de renseignements au 05
62 28 50 19 ou www.abbayedeflaran.fr
a © D. R.
David Guett
Plus qu’un simple rendez-vous
musical ponctuel, le “Festival de
Carcassonne” est une grande
manifestation de plus d’un mois et
demi qui propose théâtre, cirque,
danse, opéra et nombre concerts
musicaux tous registres confondus.
© D.R.
• CONCERTS À VENIR. Roger Hodgson, la
voix légendaire de Supertramp, sera sur la scène du
Casino Théâtre Barrière le mardi 2 juillet à 20h30
(réservations au 05 34 31 10 00). Les rappeurs marseillais d’IAM se produiront sur la scène du Bikini le
vendredi 22 novembre (renseignements au 05 62 24
09 50). Le projet musical Circus, opéra pop emmené
par Calogero, sera de passage à Toulouse le mercredi
2 octobre prochain à 20h30 sur la scène du Casino
Théâtre Barrière (réservations vivement conseillées au
05 34 31 10 00). La chanteuse pop française Zazie
viendra présenter son nouvel album (“Cyclo”) le mercredi 20 novembre à 20h00 au Zénith de Toulouse
(renseignements et réservations au 05 34 31 10 00).
Le groupe de rock new-wave français Indochine se
produira au Zénith de Toulouse, dans le cadre de son
“Black City Tour 2”, le mardi 12 novembre prochain
(réservations hautement conseillées au 05 62 73 44
77). Le jeune chanteur pop anglais Jake Bugg sera sur
la scène du Bikini le mardi 10 décembre à 20h00 (renseignements au 05 62 24 09 50). Devant le succès
remporté par les réservations pour les concerts du
chanteur -M- des samedi 18 et dimanche 19 mai, les
organisateurs ont ajouter une nouvelle date le jeudi 5
décembre toujours au Zénith de Toulouse (locations
au 05 62 73 44 77). Le groupe rock anglais des années
90 Suede sera sur la scène du Bikini le lundi 4
novembre à 20h00 (renseignements au 05 62 24 09
50). Devant l’engouement remporté par sa tournée
intitulée “Les grands moments”, notamment dans la
Ville rose, le chanteur Michel Sardou remettra une
couche le vendredi 8 novembre au Zénith de Toulouse
(réservations au 05 61 54 52 31). La chanteuse Amel
Bent sera dans les murs du Bikini le mercredi 11
décembre à 20h00 (renseignements et réservations au
05 34 31 10 00). Le groupe de reggae légendaire Steel
Pulse se produira également au Bikini le mercredi 9
octobre à 20h00 (réservations au 05 61 54 52 31). Le
chanteur Christophe Maé sera de passage au Zénith
de Toulouse le jeudi 3 avril 2014 à 20h00 (réservations
au 05 34 31 10 00). Le guitariste voyageur Keziah
Jones sera sur la scène du Bikini le lundi 2 décembre
prochain à 20h00 (réservations au 05 62 73 44 77). Le
“Moonshine Jungle Tour” de Bruno Mars fera une
halte le mardi 19 novembre prochain au Zénith de
Toulouse (renseignements au 05 62 73 44 77). Le
chanteur Serge Lama se produira sur la scène du
Zénith toulousain le samedi 14 décembre (réservations au 05 61 54 52 31). Phoenix, l’un des groupes
rock français les plus populaires au monde, sera sur la
scène du Zénith de Toulouse le samedi 16 novembre à
20h00 (réservations au 05 62 73 44 77). La chanteuse
Ayo sera dans les murs du Bikini le mardi 26
novembre à 20h00 (réservations au 05 62 73 44 77).
Lynda Lemay sera de retour à Toulouse les lundi 24
et mardi 25 février prochain où elle se produira sur la
scène du Casino Théâtre Barrière (renseignements et
réservations au 05 62 73 44 77). Jacques Higelin se
produira dans le bel écrin qu’est la Halle aux Grains de
Toulouse le vendredi 7 février prochain à 20h30
(réservations vivement conseillées au 05 62 73 44 77).
> “Festival de Carcassonne”
our ce faire, ce ne sont pas moins de seize scènes qui sont réparties dans toute la cité audoise — quatre autres le sont dans les
communes de son agglomération —, de quoi accueillir efficacement les dizaines de spectacles et artistes, ainsi que les milliers de festivaliers qui viennent ici se régaler des meilleures têtes d’affiches, jugez
plutôt : Sexion d’Assaut, David Guetta en passant par Arctic Monkeys, M-, Smashing Pumpkins, Christophe Maé, Marc Lavoine, George Clinton,
The Blues Borthers, Elton John, Mark Knopfler, Patti Smith, Saez,
Benjamin Biolay, Patrick Bruel, Luz Casal, Olivia Ruiz, BB Brunes, Tryo,
Orelsan… et bien d’autres encore pour le registre musique seront présents. Pour ce qui est de l’offre théâtrale, le “Festival de Carcassonne”
n’est pas avare non plus avec plus d’une vingtaine de spectacles qui sont
proposés parmi lesquels “Le roi se meurt” de Ionesco avec Michel
Bouquet, “Le journal d’Anne Frank” d’Éric-Emmanuel Schmitt avec
Francis Huster, “Inconnu à cette adresse” avec Patrick Timsit, “Traîne pas
trop sous la pluie” de et avec Richard Bohringer, “Occupe-toi d’Amélie!”
avec Hélène de Fougerolles et Bruno Putzulu… et bien d’autres encore.
De grands moments de cirque sont également programmés dont l’énorme spectacle aérien “Boo” par le CirkVOst qui occupera l’espace public
P
• Du 19 juin au 4 août, renseignements et programmation détaillée : www.festivaldecarcassonne.fr ou 04 68 11 59 15
Canal auditif
> “Convivencia” 2013
Il est désormais à flot… ce rendez-vous
culturel itinérant que nous donne
l’association Convivencia depuis
dix-sept ans maintenant.
• CONCOURS DE CUISINE. Pour la cinquième
année consécutive, le Grand Cahors et Lot of Saveurs
lancent leur concours de cuisine ouvert à toute personne n’exerçant pas dans le secteur de la restauration.
Présidé par le chef Thierry Marx, ce concours vise à
sélectionner quatre candidats qui auront déposé leurs
recettes sur le blog www.lotofsaveurs.fr
• AVIS AUX GOURMANDS! Une soirée gourmande est organisée par la mairie de Pechabou (juste
après Castanet-Tolosan) le samedi 8 juin de 19h00 à
23h00. Au menu : dégustations et vente de produits gastronomiques, artisanat, restauration possible sur place
(assiettes gourmandes), animations gratuites (initiation au
qi gong, à la zumba, à la forge médiévale…), miniconcerts… Liste des exposants et des animations disponibles à partir du 25 mai sur www.mairie-pechabou.fr
avec son œuvre plastique en bambous. De la musique classique aussi est
à l’affiche de cette gigantesque fête, “La flûte enchantée” par l’Opéra en
Plein Air, Vladimir Cosma accompagné d’un grand orchestre philarmonique pour la reprise de ses plus belles musiques de films, le pianiste
Bertrand Chamayou… de la danse également avec entre autres le Béjart
Ballet Lausanne, la “Nuit de la jeune chorégraphie”, Rasta Thomas et son
“Rock the ballet 2”… Et tout ça n’est que la partie visible du “In”,
puisque de son côté le “Off” propose lui aussi moult spectacles toutes
disciplines confondues et pour la majeure partie gratuits! On se saurait
trop vous recommander la journée spéciale du 14 juillet et son époustouflant feu d’artifice tiré depuis la cité médiévale devenu désormais l’un
des spectacles pyrotechniques les plus courus du sud de la France. Mais
comme il est impossible de viser ici l’exhaustivité, nous vous conseillons
de votre rendre sur le site Internet du “Festival de Carcassonne” afin d’y
dénicher votre pépite gourmande.
> Éric Roméra
’est effectivement un réel voyage que ce “Festival
Convivencia”… un rendez-vous populaire, convivial
et festif à destination de tous les publics… éclectique, ouvert et gratuit. Une épopée sonore qui démarrera à
Montgiscard fin juin pour se terminer début août à Arles ;
une jonction qui se fera en diverses escales au gré du Canal
des Deux Mers. Chaque étape donnant l’occasion au spectateur-touriste de découvrir des artistes de tous horizons…
d’ici et d’ailleurs. Une manifestation qui prône avant tout
l’échange et le partage, la mixité aussi à travers une programmation musicale riche et bigarrée. L’occasion également
pour l’association Convivencia de mener des actions de
médiation telles des rencontres-débats et moult actions culturelles. Une seizième édition qui donnera à entendre et voir
l’Argentin Minino Garay & ses Tambours du Sud, les
Colombiens de Meridian Brothers, la Cap-verdienne Mariana
Ramos, l’accordéoniste diatoniste Rémi Geffroy… mais aussi
Tram des Balkans, Baloji & l’Orchestre de la Katuba (CongoBelgique), etc.Vous aurez une idée plus précise de cette pertinente programmation sur le site du festival.
C
> É. R.
Minino Garay & ses Tambours du Sud © D. R.
• Du 27 juin au 3 août, programmation détaillée et renseignements : www.convivencia.eu
DANSE & MANÈGE/9
Toy Story
> “Oyster”
yster" emprunte son titre au
livre de Tim Burton, "la Triste fin
du petit enfant huître". La référence s’arrête là, même si certains personnages de ce spectacle inclassable semblent
tout droit surgis des films du cinéaste américain. Artistes israéliens, la chorégraphe Inbal
Pinto et le metteur en scène Avshalom Pollak
ont conçu cette œuvre hybride en 1999, au
croisement de la danse classique et contemporaine, des arts du cirque et du théâtre.
Empruntant aux univers poétiques de Fellini et
de Chaplin, "Oyster" met en scène d’étranges
créatures, à la fois marionnettes et marionnettistes, évoluant sur des airs d’opéra, des tangos
d’Astor Piazzolla ou des musiques d’Yma
Sumac. Cette création onirique et ludique se
"O
photo © Eyal Landesman
Un spectacle inclassable
d’Inbal Pinto et Avshalom
Pollak entre au répertoire
du Ballet du Capitole.
nourrit de souvenirs d’enfance, de rêves surréalistes où les poupées s’animent au royaume
des jouets perdus. Une revue rieuse et virtuose interprétée au Casino-Théâtre Barrière par
les danseurs du Ballet du Capitole.
> Jérôme Gac
• Du 27 au 30 juin (du jeudi au samedi à
20h00, dimanche à 15h00), au Casino-Théâtre
(Île du Ramier, 18, chemin de la Loge, 05 61
63 13 13, www.theatre-du-capitole.fr).
Conférence : “Inbal Pinto et la danse en Israël”,
lundi 24 juin, 18h00 ; Lecture : "La triste fin du
petit enfant huître", de Tim Burton, par
Dominique Lautré (comédien), au Théâtre du
Capitole (place du Capitole, entrée libre)
Roulez jeunesse
> “Le Bazar Roulant”
© D.R.
Tournicoti Tournicoton,
le manège en acier
se pose ça et là.
uand il ne chante pas des refrains
vengeurs avec son gang de punks
juvéniles répondant au doux nom
de Merci Tarzan, en représentation régulières dans les bons bars de la Ville rose
(dans les mauvais aussi), Hector Nickel fait
dans la fête de rue avec son “Bazar
Roulant”, manège vintage pour tour de
chant poético-décalé qu’il pose sur les
places des villes et des villages. « Je suis
musicien mais je suis aussi un enchanteur. Je
vais régulièrement m’installer sur les places,
devant une mairie, une église, une médiathèque… avec un vieux manège des années
50 que j’ai sauvé de la casse. Grâce à lui, je
crée un espace temporellement suspendu.
C’est un manège comme l’on ne s’en souvient plus, fait de ferraille et de souvenirs.
Q
L’idée c’est d’enchanter une place avec un
spectacle de rue constitué de chant, de
tours de manège et de danse, puisque je
mixe aussi. » Avec les beaux jours (qui finiront bien par arriver, sic),“Le Bazar Roulant”
reprend la route. Ouvrez la fenêtre il est
peut-être déjà devant chez vous.
> Jean-Philippe Birac
• Dimanche 9 juin au Café des Enfants (7, rue
de la Nive à Toulouse), samedi 15 juin à
Lalande à l’occasion de la fête du Centre
Culturel, mais aussi le 2 juin à Beaumont-deLomagne, le 23 juin à Saint-Sulpice pour la
“Fête de la musique”, le 12 juillet à Graulhet, le
19 juillet à Sainte-Croix-Volvestre, et le 27
juillet à Miremont (31)
PLANS
> ACTU
• ON FAIT TOURNER LES SERVIETTES. Ses
initiateurs persistent à l’affubler du nom de “Jazz à
Montauban”, force est de constater que le festival
annuel de la capitale tarn-et-garonnaise programme de
plus en plus d’artistes issus de registres autres. Voyez l’affiche de cette année (du 28 juin au 1er août) : Madness,
Melody Gardot, Nadeah, Raphael Gualazzi,
Orchestre National de Barbès, Ibrahim Maalouf,
Dany Doriz Big Band & Manu Dibango, Liz
McComb & The Brass All Stars (www.jazzmontauban.com)… Tout comme le “Festival Country de
Mirande” (dans le Gers) qui programme cette année —
du 11 au 14 juillet — Michel Fugain, Peter Kingsbery
et Nolwenn Leroy… bonjour les cow-boys!
(www.country-musique.com). Comme si les “Siestes
Électroniques”, du 27 au 30 juin à Toulouse, invitaient
Sébastien Patrick… au moins on se marrerait
(www.les-siestes-electroniques.com).
• BONS PLANS MUSICAUX. En ligne depuis le
mois dernier, www.castingmusic.fr est un réseau
musical gratuit qui se veut un outil de communication
dédié à tous les métiers de la musique. En effet, ce site
met en relation tous les amateurs et professionnels afin
qu’ils échangent des bons plans. Un site Internet qui se
veut utile et pratique grâce auquel chanteurs, chanteuses, musiciens, musiciennes, producteurs, auteurs,
compositeurs, compositrices, danseurs, écoles de
chants… peuvent se mettre en relation directement et
sans modération pour trouver des plans pour travailler,
annoncer des concerts, promotionner un disque, créer
un réseau professionnel, diffuser des castings…
• FAITES DE QUARTIER. Depuis dix ans maintenant, l’association d’arts plastiques Archipel (8, rue
Jany à Toulouse) organise la fête de quartier pour ses
habitants et adhérents (quartier Concorde). Ce
moment convivial se déroulera cette année le samedi 8
juin de 14h00 à minuit. Afin de favoriser le partage
entre les participants, l’association met en place des
ateliers d’arts plastiques tout au long de l’après-midi,
ateliers d’écriture et de calligraphie, ainsi que l’intervention musicale de groupes locaux. Également au menu :
une exposition d’Isabelle Albasio, une braderie d’art et,
à partir de 19h00, un repas-concert. Plus de renseignements au 05 34 41 14 99.
• RENCONTRES INTERCULTURELLES. L’association Parole Expression organise — avec Alliances et
Cultures, Spirale, Reflet 31, la bibliothèque de Minimes,
Toulangues et la DDJS Reynerie — la seizième édition
de la fête “Au Tour Du Monde” le samedi 15 juin, de
15h00 à 19h00, au jardin Nougaro dans le quartier
Minimes. Des personnes qui prennent des cours de français dans les différentes structures participantes, vous
feront découvrir leur pays à travers divers stands et animations : Algérie, Brésil, Sri Lanka, Japon, Maroc, Bulgarie,
Philippines, Indonésie, Cambodge, Afghanistan, Égypte,
Arménie, Tchétchénie, Nigéria, Somalie, Ghana, Cuba,
Argentine, Colombie, Chine, Bangladesh, Népal, Slovaquie, Italie… Cette année, le thème est “Les mots du
Monde” ; le public pourra s’initier à diverses calligraphies,
des textes de toutes origines seront exposés et lus en
différentes langues. L’on pourra aussi assister à des
démonstrations de danses, déguster des spécialités culinaires du monde entier et assister à un défilé de mode à
17h30 (entrée libre). Plus de renseignements :
http://paroleexpression.fr/index.php
• UNE GUINGUETTE EN BORD D’ARIÈGE.
L’Éphémère Guinguette raccroche ses guirlandes au
Ramier de Lacroix-Falgarde (31/à 15 mn de Toulouse). En
effet, jusqu’au 21 juin prochain (du jeudi au dimanche),
l’Ephémère Guinguette remet le couvert avec “La Cuisine
qui roule”, cale sa piste de danse au milieu des arbres,
raccroche ses guirlandes multicolores tout près des
étoiles et… envoyez la musique! L’Éphémère Guinguette
est un projet associatif né du désir de créer un lieu fait de
simplicité et de convivialité, situé dans un espace naturel
où il fait bon se poser, boire un sirop de violette ou un
blanc sec bien frais, manger, danser, découvrir des groupes
de musique, rencontrer les voisins, laisser les enfants se
distraire en toute liberté… Plus d’infos au 07 85 04 74 30
ou http://lephemereguinguette.over-blog.com/
• L’OPTICIEN OUVRE SES PORTES. Le 13 juin
sera inauguré “L’Opticien”! Nichée rue des Tourneurs
(métro Esquirol), cette boutique à lunettes est tenue par
Maud Héran qui nous invite à explorer son magasin à
l’ambiance conviviale et intimiste, ponctuée d’objets chinés et détournés. Elle réinvente aussi sa boutique en lieu
d'exposition au profit de jeunes créateurs toulousains
parmi lesquels Banzaï, sculpteur, marqueteur et ébéniste
issu du milieu du graffiti, qui essuiera les plâtres.
• LECTURE ON STAGE. L'association D.I.A.M. propose un stage de lectures animé par François Fehner, le
directeur artistique de l'AGIT, en août et septembre.
L’an passé, il avait proposé un florilège "De Vos" avec six
comédiens pionniers pour cette expérience. Il renouvelle
cette année avec deux textes de Jean-Claude Grumberg,
"Sortie de théâtre" et "Moi je crois pas". Le rendu du
stage se fera le dimanche 6 octobre (lors du festival ‘’Bellevue-en-Scène’’) par une lecture publique. Les dossiers
d'inscriptions sont téléchargeables sur le site www.associationdiam.com (limite des envois le 30 juin, places limitées à douze comédiens, six hommes et six femmes). Plus
de renseignements au 05 61 74 66 04.
Les idélodies
> Du vert en ville
> par Élodie Pages
Allez hop! Au mois de juin, on se met au jardin! On squatte tous les petits coins de nature
que Toulouse a à offrir pour un instant gourmand, festif, dépaysant, éducatif, pratique ou
solidaire. Et pour se mettre au vert dans la Ville rose… suivez le guide.
> UN JARDIN POUR SE RÉGALER
À l’intérieur même du Muséum d’Histoire Naturelle et
en bordure du Jardin des Plantes, Le Moaï est une
cantine de luxe qui bénéficie d’un petit coin de paradis
et de nature. Ouvert le matin, le midi et jusqu’au goûter, ce self-service de qualité propose une cuisine
moderne, originale, à base de produits frais. Le plat est
entre 9,50 et 19,00 euros auquel s’ajoutent les entrées
et les desserts à 5,00 euros. Le plateau déambule au fur
et à mesure de nos choix et son vert punchy s’accorde
très bien avec le décor. Et hop, on s’installe dehors! Un déjeuner au soleil,
sur la terrasse arborée à l’abri de l’animation du parc avec au menu : calamar à l’escabèche, steak d’espadon, colombo de veau et tiramisu fraise ou
passion… Une cuisine tout en finesse, relevée par le paon du Muséum qui,
pour le dessert, fait la roue. Une pause équilibrée, nature et salutaire. Avant
la balade au Jardin des Plantes. Aurait-on même encore un petit creux ?
> UN JARDIN POUR VOYAGER
D’abord, il y a le Jardin japonais, un lieu
idéal pour être dépaysé et s’accorder un
peu d’exotisme. Paradis pour les amoureux
(voilà, voilà), mais aussi bouffée d’air frais
pour l’environnement, ses 7 000 m² sont
propices à la méditation et au repos (et aux
câlins raisonnables, du coup). Passez le petit
pont rouge lors de votre promenade, et
découvrez le pavillon de thé et les plantes orientales qui vous plongent au
cœur du pays du Soleil levant, évoquant les jardins de Kyoto… Autre lieu,
autre ambiance… Cap sur le Maroc au Jardin Raymond VI. Du 28 au 30
juin, le “Festival Culturel Marocain” nous offre un voyage au cœur d'une civilisation ancrée dans l'histoire. Expression d'une culture qui plaide la paix, la
tolérance et le respect des autres cultures, le festival présente, durant trois
jours, la diversité des expressions artistiques marocaines : musique, arts plastiques, cinéma, gastronomie, calligraphie, ateliers, conférences, débats et
forums… En juin, bon voyage au Jardin!
> UN JARDIN POUR SE TRÉMOUSSER
Elles ne sont pas crapuleuses, ni 100 % électro, les siestes du jardin
Compans-Caffarelli. Pas toujours reposantes non plus… Mais gratuites,
champêtres et riche en découvertes, ça
oui! Après douze ans d’existence, la programmation des “Siestes Électroniques” revient de plus en plus à ses
premiers amours mais ose encore proposer l’inédit, l’inattendu et le croisement.
Allongé dans l’herbe, autour d’un piquenique ou d’un apéro estival, on finit par se
trémousser ou s’alanguir sur des sets
pointus mais toujours bien rythmés. Cette année, du 27 au 30 juin, que ce
soit à 16h00 ou 19h00, vous retrouverez entre autres Polygorn, Sturqen, Cut
Hands, Boston Bun, Paris Suit Yourself, Andy Stott, Spectral Park ou encore
Redinho. Des invités de qualité au sommet de leur style qui font originalement bon ménage avec une atmosphère simple et conviviale. Et comme le
disent les “Siestes Électroniques” « au "bigger is better" nous préférons le
"small is beautiful" ». Et dans ce cadre préservé, qui s’en plaindra ?
> UN JARDIN POUR SE CULTIVER
Vous ne connaissez pas les Jardins du Muséum ? Cette découverte est
faite pour vous… Prenez le métro ligne B jusqu’aux confins de
Borderouge. Cet immense espace de verdure est le poumon d’un quartier
résidentiel où la vue se limite aux
nouveaux appartements logés derrière
les nouveaux immeubles. Mais partez
alors explorer ce jardin incroyable,
abritant les Potagers du Monde. Venez
y faire un tour pour les “Week-end
Naturalistes”. À cette occasion, les
Jardins du Muséum vous proposent de
mettre à l’honneur la nature qui nous entoure au cours de week-ends
thématiques destinés à tous : visites du Sentier Oublié et des fameux
Potagers du Monde, jeux, petits ateliers de manipulation et d’observation à
l’ombre du préau, échanges et discussions avec des spécialistes, pour un
œil neuf sur ce que l’on ne sait plus voir. Et les 15 et 16 juin, l’ornithologie
est à l’honneur. Venez donc écouter, observer et apprendre à connaître les
oiseaux. Il y en aura pour les petits et pour les grands!
> UN JARDIN À PARTAGER
À Toulouse, la municipalité a mis en place et encadre un système de Jardins partagés. Ouverts à tous, ils regroupent des jardiniers amateurs ou de simples visiteurs. Ces jardins sont conçus selon une démarche participative et
volontaire des habitants. Elle est respectueuse de l'environnement et s’inscrit dans la vie du quartier. Un bon moyen
de cultiver l’espace que l’on n’a pas chez soi! La procédure n’est pas toujours facile à suivre alors pour rendre le
partage plus rapide, Chantal Perdigau a pensé à vous! Cette Toulousaine de 28 ans a créé en 2011 le site Internet
“Planter chez nous” qui propose, en plus de conseils de professionnels, de mettre en contact les propriétaires
de jardins et ceux qui n’en possèdent pas mais qui ont envie de cultiver. Le site répertorie gratuitement toutes les
annonces des « propriétaires prêteurs » et des « jardiniers sans jardin ». Au final, une relation gagnant-gagnant, une
idée simple et solidaire : on profite de tout ce qui pousse en partageant les fruits de sa rencontre!
> COUP
DE CŒUR
LA PELOUSE
INTERDITE
n m’en avait parlé, me mettant l’eau à la bouche. Ce petit lieu un peu
caché, un peu secret où les Toulousains futés viennent passer leurs soirées
d’été en dégustant un repas digne de ce nom.
La Pelouse Interdite. Pas de pub. Peu d’indications.
Mais un monde fou. Ça sentait bon le bon plan.
Alléchés nous sommes entrés. Et puis…
O
dans les oreilles… Sans parler de nos yeux qui doucement se ferment. Jeunesse… nous
avons plutôt l’air de trois vieux croulants! Nous sommes donc ravis quand l’entrée arrive
dans les mains du serveur qui malgré l’heure tardive est resté de bonne humeur.
Nous avons tous commandé la même chose pour démarrer. Foie gras de
canard, pêches confites, pommes vertes et porto réduit. C’est bon. Sans être une révélation. Les produits sont de qualité. La présentation est soignée sans être trop moderne. Le
mariage des saveurs est agréable. Pourtant, et je le répète (certainement dû à mon état)
: pas de quoi le fouetter, ce fameux chat. La suite est sur le même ton. Pavé de saumon
rôti au sésame et sauce soja, ratatouille. Le poisson est excellent, associé aux saveurs asiatiques, c’est surprenant.Voilà un plat que je tenterai de
refaire chez moi… Même si les choses qui ont l’air
simples sont parfois les plus difficiles à reproduire…
Bon. D’abord il faut savoir que c’était un
vendredi soir. Et vu que mon sens certain de l’organisation s’arrête souvent à la sortie de mon travail, j’ai appelé à 18h00, le jour même, pour réserver. Pim. Complet.
Pour profiter de la terrasse, avant 22h30, pas la moindre
place. Soit. Nous faisons partie de cette jeunesse vaillante prête à confronter son estomac à la plus abominable
des attentes pour le récompenser d’un succulent repas.
À la bonne heure (ou pas). Le problème est bien là.
Parce que bien sûr, il faut que jeunesse se passe. Et qui
dit repas tardif dit aussi apéro qui traine en longueur…
C’est donc muni d’une ivresse certaine que nous poussons la porte du restaurant. Il est 23h00.
Miam le dessert. J’ai commandé un truc un peu
fou. Pommes pétillantes et chantilly de carambar. Ça à
l’air pas mal. Plus original que le mœlleux au chocolat
de mon voisin de droite. Moins aventureux que la
paillote de fruit frais aux épices et granité de floc de
Gascogne de mon voisin de gauche. Je pioche dans
ma coupe gourmande, prête à la régalade. Le sucre
pétillant est à la mode. Le mode régressif aussi. Ma
jeunesse est de retour. C’est bon. C’est surtout un
dessert à l’image de ce restaurant au cadre idyllique,
aux plats simples, bons et finalement sans plus de prétentions. Le menu est à 31,00 euros, un peu cher
peut-être mais on paye le cadre touffu, le bol d’air
frais, les balancelles et canapés, les touches de vert…
Le lieu est effectivement magique. La longue terrasse arborée et finement
éclairée se conclut d’un patio avec balancelles, hamacs et canapés. Un petit coin de bonheur. Nous avons notre table en terrasse, à côté d’un vieil arbre touffu qui a pour compagnon un petit chat qui taquine les branchages. Ça fait un peu d’animation. Heureusement.
Car à notre table, on cuve un peu, assis sur nos chaises, avec un fond de musique lounge
Mais attention, si le menu était en demi-teinte, le cadre de la Pelouse
Interdite en fait définitivement l’un des restaurants les plus magiques que la ville a à
offrir! Sache que mon enthousiasme mesuré t’empêchera d’avoir un trop plein d’expectative pour un endroit que moi, j’avais hissé sur piédestal, et qui finalement m’a
convaincu avec un soupçon de retenue.
photo © Chantal Pisey
10/BONS
>> Les adresses : www.lemoai.com - www.les-siestes-electroniques.com - www.festivalmaroctoulouse.com
www.museum.toulouse.fr - www.plantezcheznous.com
La Pelouse Interdite : 72, avenue des États-Unis, métro Barrière de Paris ou La Vache, www.pelouseinterdite.net
• Retrouvez toutes les “Idélodies” sur mon blog : hello-toulouse.fr
SPÉCIAL LECTURE/11
Un roman d’amitié
> ACTU
> Pascal Dessaint
© D.R.
“Maintenant le mal est
fait” est le dix-septième
roman publié par Pascal
Dessaint. Roman impeccable, sur l’amitié et la
difficulté à l’entretenir.
On y suit le cheminement d’une dizaine de
personnages liés par
une amitié ancienne,
et que la disparition
brutale de l’un d’entre
eux va bouleverser. Ce
sont les regards croisés
des membres
de cette bande de
quadragénaires qui
vont nourrir l’avancée
de ce récit sombre à
l’écriture dégraissée,
précise et directe.
Chant choral pour
un monde désabusé.
Rencontre avec
l’auteur toulousain.
Comment est née l’idée de ce livre qui pour la
première fois n’est pas un roman noir ?
> Pascal Dessaint : « J’avais ouvert un petit peu la
voie avec “Les derniers jours d’un homme” (paru en
2010) qui était un livre social certes mais qui n’avait
pas la tonalité noire comme on l’entend habituellement, avec ses ressorts de tension dramatique. Ce
dernier roman est dans cette lignée. Une façon de
s’interroger sur le monde comme il va. Et l’on peut
dire qu’il va mal. Au départ de ce dernier roman, il y
a l’envie de s’amuser comme d’habitude avec les
mots et des personnages et de les mettre dans une
situation un peu délicate. Ce qui va permettre de
créer un petit peu de folie, beaucoup d’amour et
d’amitié. Comme vous l’avez dit, c’est un livre sur
l’amitié et les risques qu’elle fait courir… »
Vous écrivez depuis des années sur des sujets
qui vous sont proches, à avoir les relations
entre les gens, comment elles se font et se
défont. Mais aussi les ravages que nos sociétés industrielles font subir à notre environnement. On ne peut pas dire que vous soyez un
écrivain de l’introspection.
« Cela découle de mon appartenance à ce genre
qu’est le “roman noir”. C’est une littérature qui
se veut à l’écoute du monde et qui sans résoudre
les problèmes, les pose. J’ai tendance à dire que
c’est une littérature généreuse dans le sens ou
justement elle n’est pas nombriliste. C’est vrai
que je suis à des années lumières de Christine
Angot ou de Catherine Millet, qui s’occupent
assez peu du monde qui est autour d’elles.
J’essaye de regarder le monde. »
Vous construisez vos romans autour de la multiplicité des personnages et des points de vue. Et
c’est la confrontation de ces points de vue qui
fait avancer le récit.
« Ce sont en effet des romans de forme polyphonique. Elle permet de diversifier les points de vue,
de révéler des contradictions entre les personnages
et de montrer que l’on n’a jamais le même regard
sur les choses. Les personnages avancent en regardant le monde… mais pas de la même façon.
Romans sociologiques peut-être, mais c’est inhérent
à la démarche du roman noir. L’auteur de “noirs” est
à la fois un peu philosophe, un peu sociologue, un
peu historien… Je pense qu’un auteur de romans
noirs est dans ce que l’on appelle l’histoire immédiate. Seulement c’est quand même un fantaisiste et
c’est quelqu’un surtout qui raconte des histoires et
qui fait œuvre d’imagination. Même s’il repose son
histoire sur des faits réels. »
De quelle manière les livres sont-ils entrés
dans votre vie ?
« Je viens d’un milieu modeste, d’une époque où il
n’y avait pas la télévision. Ou très peu. Et j’avais
une mère qui, même lorsque la télévision est arrivée à la maison, n’a pas voulu que l’on la regarde.
Sauf un soir ou un après-midi par semaine. Nous
n’avions pas cette espèce d’objet en activité permanente dans le paysage qui nous assène à longueur de journée une chose et une autre. Du
coup, quand on vient d’un milieu modeste qui n’a
pas les moyens d’offrir des loisirs onéreux, il reste
quoi ? La lecture! J’ai été un lecteur précoce. À 13
ans, j’avais lu tout Zola. J’ai très vite lu toute la littérature classique. Et là il n’y avait pas de limites.
Ma mère n’avait pas envie de censurer. Je pouvais
aussi bien lire Boris Vian que Barjavel ou Henry
Miller. Lire, c’était franchement important pour
elle. Elle estime que lire rend moins bête. La littérature est rentrée chez moi par la lecture. »
Vous faites métier d’écriture depuis un peu
plus de vingt ans, avez-vous des habitudes de
travail immuables ?
« J’essaye d’être un peu rigoureux dans ma façon
d’écrire, même si cela n’est facile tout le temps
parce que je suis souvent sollicité pour des projets
comme des balades littéraires dans la nature pour
faire des lectures, des rencontres avec le public, des
causeries chez des libraires ou dans des festivals. En
général j’essaye de me dégager dans l’année le
nombre de semaines qui correspond au nombre de
chapitres d’un livre. Il y a des livres plus ou moins
délicats à écrire. Mais en général j’écris un chapitre
par semaine. Et ces semaines d’écriture sont assez
bien organisées… cela se joue entre quatre ou cinq
soirées. C’est aussi simple que cela. »
On sent dans votre parcours d’écrivain une
volonté de travailler la langue, d’en travailler la
forme. Au fur et à mesure, votre écriture est
devenue plus précise… comme dégraissée.
« Tout est là. L’émotion que l’on peut faire ressentir
au lecteur vient du souci que l’on a de la phrase.
Votre remarque me plaît beaucoup. Vous parliez de
phrases dégraissées, de plus en plus précises. C’est
ce à quoi j’aspire depuis quelques années. Au risque
de paraître plus sec dans ma syntaxe, dans ma rythmique. J’emploie des adverbes, des participes présents, des adjectifs… mais avec beaucoup de précaution, beaucoup de mesure. Et après c’est vraiment une question de cadence et de rythmique.
J’essaye de créer pour chacun des personnages une
rythmique qui lui soit propre. »
“Maintenant le mal est fait” tient plus du
roman que du roman noir, d’ailleurs votre éditeur Rivages le publie dans sa section
“Littérature/Rivages” et non dans
“Rivages/Thriller” comme le précédent. Est-ce
un tournant dans votre parcours d’écrivain ?
« Je ne peux pas le dire encore. Le livre vient de
sortir et il trouve plus d’écho auprès de mon public
habituel que du public de la “blanche” comme l’on
dit habituellement. Et finalement cela m’importe
assez peu. Je suis un homme et un écrivain libre. Le
roman noir est ma famille, profondément, parce
que le souci du monde qui nous entoure, parce que
l’agacement permanent par rapport aux injustices
et à la violence qui sont faites aux hommes…
Même sous une couverture “blanche” je ne cesserai d’être un écrivain du noir. »
On dit souvent que dans un roman c’est la
première phrase qui donne la tonalité de l’ensemble. Celle qui inaugure votre dernier
roman est sèche comme un coup de trique : «
Le jour où Serge s’est jeté du haut de la falaise, nous avons tous été pris au dépourvu. »
Cette phrase-là qui lance toute l’histoire à
suivre elle nait comment ?
« Elle apparaît un jour comme cela. La phrase évidente. Celle qui va donner la tonalité du récit.
C’est le point de vue d’un personnage qui s’appelle Édith. C’est elle qui lance les choses et qui les
présente de cette façon. Mais attention. Les choses
se sont-elles passées de cette manière ? On ne sait
pas. C’est une tonalité évidemment dramatique.
On est plongé immédiatement dans une tension et
dans un mystère. »
Et une volonté de surprendre le lecteur qui ne
s’attend pas forcément à ce que cela commence aussi fort ?
« Sans doute. Je ne sais pas. Vous savez, je ne prémédite pas tout. Pour moi il y a une phrase qui est
celle-ci. C’est mon la et cela va donner toute la
tonalité du livre. On passe du temps sur une première phrase. Elle doit donner un éclairage sur l’ambiance, sur le style qui va être proposé. »
> Propos recueillis par Jean-Philippe Birac
• “Maintenant le mal est fait” est paru aux Éditions
Payot & Rivages (256 pages, 18,50 €). À noter que ressortent en poche chez Rivages Noirs “Les derniers jours
d’un homme” et “Tu ne verras plus”, livres du cycle toulousain (en attendant un prochain), pur polar mettant en
scène le flic Félix Dutrey… à lire/relire sans modération!
• SPECTACLES À VENIR. L’humoriste Claudia
Tagbo, issue du Jamel Comédy Club, se produira sur la
scène du Casino Théâtre Barrière le samedi 16 novembre
à 20h30 (réservations au 05 34 31 10 00). Devant le succès remporté par le spectacle musical “Mamma Mia!”,
deux nouvelles dates supplémentaires ont été programmées au Zénith de Toulouse les 22 et 23 novembre prochains (réservations au 05 34 31 10 00). Le grand spectacle “Bharati, il était une fois l’Inde…” sera à
nouveau visible au Zénith de Toulouse le vendredi 14
février prochain à 20h30 (réservations au 05 34 31 10
00). Le grand spectacle musical “The Australian Pink
Floyd Show, set the controls”, qui célèbre le quarantième anniversaire de l’album mythique “Dark side of the
moon” du groupe Pink Floyd, sera joué dans les murs du
Zénith de Toulouse le mardi 11 février prochain à 20h00
(renseignements et réservations au 05 34 31 10 00). Le
spectacle “Holiday on ice” sera de retour au Zénith de
Toulouse du vendredi 21 au dimanche 23 mars 2014 (renseignements et réservations au 05 34 31 10 00). L’année
prochaine, le chanteur de légende Luis Mariano aurait
100 ans, c’est à cette occasion que trois jeunes ténors
(Mathieu Sempere, Nicolas Gambotti et Marc Larcher)
accompagnés par le grand orchestre de Richard Gardet
se produiront au Zénith de Toulouse le samedi 5 avril
2014 à 15h00 et 20h30 (renseignements et réservations
au 05 62 73 44 77). Le spectacle “Robin des bois, ne
renoncez jamais”, avec dans le rôle principal M. Pokora, sera joué à Toulouse le samedi 19 et le dimanche 20
avril dans les murs du Zénith (réservations vivement
conseillées au 05 61 40 47 66). Le Jamel Comédy Club
sera sur la scène du Casino Théâtre Barrière de Toulouse
le mardi 19 novembre à 20h30 (infos au 05 34 31 10 00).
• APPEL À DOCUMENTS. Dans le cadre de la saison Art et Architecture 2013/2014 et afin de valoriser le
patrimoine cugnalais en le rapprochant de la création
contemporaine, la programmation en arts visuels de l'Espace Paul Éluard s'associe aux habitants pour l'organisation d'une exposition retraçant l'histoire de l'architecture de Cugnaux des années 50 à aujourd'hui. À cette fin,
le Service Culture de Cugnaux recherche des photographies de la ville et de son patrimoine architectural de ces
dernières décennies ainsi que des témoignages liés au
développement de la ville. Un appel à contribution est
donc lancé auprès de la population. Plus de renseignements 05 62 20 68 02 ou 05 61 76 88 94 (Emmanuel
Hamon, chef de projet arts visuels).
• MARIONNETTISSIME. Odradek est un lieu
dédié à la création et aux recherches artistiques sur la
marionnette contemporaine qui se positionne comme
un laboratoire d’expérimentations, d’échanges et de
réflexions. Géré par la compagnie Pupella-Noguès et sis
à Quint-Fonsegrives (31), Odradek est également un
lieu de sensibilisation et d’insertion professionnelle
auprès de l’Université et du Conservatoire d’Art Dramatique. Pour en savoir plus : www.pupella-nogues.com
• APPEL À ARTISTES ET PLASTICIENS. Il est
lancé par les Arts et Lettres de France qui organiseront
leur douzième “Salon international des Arts Plastiques et Littéraires” en novembre prochain. Le règlement est téléchargeable sur www.artslettresmusique.com
• LE BON ROCK EST DANS LE PRÉ. Cette
année, le festival musical gratuit “Rock’n’stock”, qui
aura lieu les 5, 6 et 7 juillet à Preignan (32), sera tourné
vers les pays les plus réputés de la scène étrangère
early reggae, rock, rockab’, ska, rhythm’n’soul. À l’affiche,
neuf groupes dont six étrangers, notamment le concert
du samedi soir totalement international. Japon, République Tchèque, Allemagne, Hongrie, un fort vent d’Est
va souffler sur cette vingt-deuxième édition. Pas de
“Rock’n’stock” sans oublier l’incontournable voisine
qu’est l’Espagne avec la venue des maîtres internationaux du reggae psychédélique Los Granadians del
Espacio Exterior! De l’exotisme avec la soul funk
d’Osaka Monaurail, le rock’n’roll vintage de Rhythm
Sophie et de Mister Twist, le celtic-punk-rock
rugueux des tchèques de Pipes and Pints et le ska
60’s des Upsttemians. Côté scène française nationale,
le public du vendredi soir ne sera pas en reste avec les
65 Mines Street et les Parisiens de Sarah Connors.
Infoline : 06 52 25 34 57 ou www.rocknstock.org
12/SPÉCIAL
LECTURE
La sélection de livres
> ACTU
• SLAM VA L’FAIRE. Des soirées slam ont lieu
les premiers mercredis du mois à 20h00 dans les
murs du bar Chez ta Mère (rue des Trois Piliers,
quartier Arnaud-Bernard, 09 54 79 56 31). Il s’agit de
scènes ouvertes à toutes et à tous.
> Tous azimuts
• CASSE-CROÛTE EN MUSIQUE. Le principe
de “La Pause Musicale” est le suivant : offrir des
concerts gratuits et éclectiques à 12h30 dans la cour
de l‘Ostal d’Occitània (11, rue Malcousinat, métro
Esquirol). Les Toulousains mélomanes peuvent ainsi se
nourrir de belles et bonnes sonorités durant leur
pause déjeuner. Les rendez-vous de juin : Les Balseuses (petites histoires de steel/le 13), Ti Coca
(twoubadou/le 14), Trio Limonar (musique traditionnelle cubaine/le 15), rencontre de steel-band
exceptionnellement quai de la Daurade/le 16), Délinquante (chanson française d’humour féminine/le 20)
et Du Flamenco à Flamengo (duo accordéoncajón/le 27).
• LA GRANDE PARADE. “Toulouse en
Piste” est une grande parade pluridisciplinaire avec
le cirque comme entrée artistique portée par Toulouse et Toulouse Métropole. À partir d’échanges mis en
place pendant toute l’année, des artistes amateurs et
professionnels, regroupés en wagons, vont proposer
leur interprétation de la thématique 2013 : “Dé/lier
L’in/Vertébré”. Si des petites parades auront lieu en
amont dans les villes partenaires, le grand défilé qui
réunit des milliers de participants aura lieu le samedi
8 juin en fin de journée dans le centre de Toulouse.
Cette année, la Grainerie de Balma est impliquée
dans plusieurs projets et particulièrement dans un
wagon européen constitué de la Bande de Z’Ouffs,
des jeunes artistes amateurs handicapés de Bruxelles
qui ont déjà joué leur spectacle “Complicités” à la
Grainerie en 2011 et au CIRCA à Auch en 2012 ;
pour ce faire, ils seront rejoints par des complices de
Barcelone et de Toulouse. Ils travailleront ensemble
une déambulation très visuelle, alternant des tableaux
fixes explosifs! En savoir plus : http://culturemouvements.org/toulouse-en-piste
• CINÉ-LUTTE. La dix-septième édition du festival international de cinéma engagé “Résistances”
aura lieu du 5 au 13 juillet à Foix en Ariège. Dans une
société génératrice d’inégalités et créatrice de frontières, “Résistances” s’affirme comme un espace d’expression et de rencontres autour du septième art.
Neuf jours de projections, de rencontres avec les
réalisateurs et de débats autour de cinq thématiques
:
- Roms, les parias
- Le cri des arbres
- L’exercice du pouvoir
- 7 milliards d’humains, et alors ?
- Zoom géographique : le Chili
Ce festival international, inscrit dans un esprit de
résistance, s’est donné comme objectif de promouvoir un cinéma rarement diffusé sur les écrans, pour
créer un salutaire étonnement, faire connaître
d’autres regards et d’autres cinéastes que ceux du
prêt-à-penser habituel. Le Festival Résistances c’est
100 films, 30 réalisateurs présents, 4 thématiques, 1
zoom géographique, 5 débats, 8 apéro-concerts, 80
bénévoles… Plus de plus au 05 61 65 44 23.
• ŒNOTOURISME. Les Vignerons du Marmandais
célèbreront leur AOC les 27 et 28 juillet à Cocumont
(47) à travers la manifestation “Festi Vino” qui promet de belles surprises. Le succès des trois premières
éditions a permis de renouer avec une tradition festive. Il sera, le temps d'un week-end, la vitrine d'une
appellation dynamique, qui se bat pour promouvoir
son identité et la qualité de ses produits auprès du
grand public. Convivialité et partage seront au rendezvous! En savoir plus : www.cotes-du-marmandais.com
> É. R.
> “J’ai fait comme elle a dit”, de
Pascal Thiriet (Éditions Jigal, 232
pages, 17,50 €)
La presse est unanime, les critiques élogieuses. Pascal Thiriet, avec ses deux héros à
la Bonnie & Clyde fait une entrée fracassante
en “Jigalaxie”. Pas un polar dans la plus pure
des traditions, plutôt une balade rock’n’roll,
tueurs au cul et magot en ligne de mire. Sous
le sifflement des balles, une histoire pleine de
tendresse. Si vous m’en croyez, faites comme
je vous dis, procurez-vous ce bouquin.
(Michel Dargel)
> “Je ne reviendrai pas”, de La
Gardienne (Les Éditions du Bord
du Lot, 80 pages, 13,00 €)
Derrière ce pseudonyme se cache une jeune
femme hyper-sensible et à la poésie assurée,
revenue d’une expérience professionnelle
qu’on peut ne souhaiter à personne et pourtant si nécessaire et vertueuse : gardienne de
police ou flic si vous voulez. Le pourquoi, le
comment avoir pris l’uniforme ; les raisons et
les accidents qui lui ont fait perdre ses illusions et finalement quitter définitivement la
maison (d’où le titre de ce touchant récit).
Un témoignage concis, ancré dans la réalité,
sans fioritures et foutrement poignant.
Aujourd’hui, l’auteure a choisi une autre voie,
elle est désormais chanteuse au sein de la
formation toulousaine La Gardienne & Perez.
(Éric Roméra)
> “Tortuga’s Bank”, d’André
Blanc (Éditions Jigal, 248 pages,
18,00 €)
Là, c’est du sérieux. Un flic et un juge face à la
puissance de l’argent, au pouvoir des politiques et à la détermination de ceux-là, prêts
à tout pour conserver leurs privilèges. À
Lyon, dans une atmosphère étouffante, en
pleine canicule, le combat sueur et larmes de
la justice contre la corruption. Un bouquin en
plein dans son époque. (Michel Dargel)
> “Le guide du promeneur de
Toulouse, 17 itinéraires de charme
par rues, chemins et traverses”,
d’Hélène Kemplaire (Éditions Les
Beaux Jours, 295 pages, 19,90 €)
Tout est dans le titre et sous-titre de ce joli
petit guide au format pratique magnifiquement illustré de 400 photographies de Patrick
Daubert et contenant dix-sept cartes. On y
parcourt Toulouse sur les pas d’Hélène
Kemplaire qui nous fait découvrir les charmes
et l’histoire de la Ville rose à la manière des
promeneurs. « Au long de ces itinéraires, le
promeneur croisera des curiosités souvent
méconnues, s’aventurera dans des cours
secrètes sur lesquelles le temps ne semble
pas avoir eu prise, découvrira des vestiges
inattendus, marchera dans les pas de personnages célèbres, s’émerveillera devant des
décors miraculeusement préservés. Traversant
les siècles, l’histoire et la légende, ces promenades invitent au dépaysement au coin de la
rue. » (Michel Castro)
> “Plogoff”, de Delphine Le Lay et
Alexis Horellou (Éditions
Delcourt, collection Encrages, 192
pages, 14,95 €)
Retour en bande dessinée sur le projet d'installation d'une centrale nucléaire sur la commune de Plogoff sur la Pointe du Raz en
Bretagne dans les années 70, mais surtout sur
la mobilisation populaire et les manifestations
multiples et la contestation qui naquit alors.
Une fronde anti-nucléaire qui aboutira à
l’abandon du projet dit “d’intérêt général” à
l’arrivée au pouvoir de François Mitterand en
1981. Ouvrage pédagogique et captivant,
“Plogoff” nous transporte à une époque où le
mot “lutte” prenait toute sa dimension. Le
trait sombre et la ligne claire d’Alexis
Horellou se prêtent à merveille au scénario
instructif de l’auteure Delphine Le Lay.
Vivement conseillé! (Éric Roméra)
> “El beso de la muerte”, de Gilles
Vincent (Éditions Jigal, 248 pages,
18,00 €)
Du super boulot. Avec pour cadre la guerre
d’Espagne et l’assassinat du poète Garcia
Lorca. Une histoire aux limites de la folie, de
nuits blanches et d’amour passionné. Pas un
moment de répit, toujours sur le fil, captifs à
chaque page, tendus jusqu’au dénouement. Un
baiser de la mort délicieux et brûlant qui vous
envoûtera. Laissez-vous faire, vous ne le
regretterez pas. (Michel Dargel)
> par Michel Dargel, Éric Roméra
et Michel Castro
> “Mes crobards”, de Frank
Margerin (Éditions du Chêne, 192
pages, 29,90 €)
Pour toute une génération — les
quadra/quinqua —, Margerin est une icône…
un génie… un monstre de la bédé humoristique et rock’n’roll! Alors quand un nouvel
album du Monsieur paraît, il ne leur faut pas
15 000 ans pour se ruer chez leur libraire
préféré, vous pensez bien qu’apprendre l’existence de cet ouvrage qui rassemble plus de
400 croquis, dont une part d’inédits de leur
auteur de BD préféré, les fans frisent l’apoplexie! Cette somme réunit des crobards qui
ont pour but de nous faire toucher de la
manière la plus authentique la façon de travailler de cet artiste pour qui la vie sans
moto, sans rock’n’roll, ni copains ne serait
rien. L’aficionado y retrouvera bien évidemment les héros de Frank Margerin que sont
Lucien et Momo le coursier. Une bonne idée
cadeau! (Éric Roméra)
> “Concorde mon amour”, d’Édouard Chemel (Éditions Privat,
300 pages, 19,00 €)
Un énième bouquin sur le Concorde ? Ce
serait sans compter sur la personnalité et le
parcours de son auteur, véritable passionné
et, comme l’indique le titre de son ouvrage,
complètement amoureux du supersonique
franco-britannique. Édouard Chemel y raconte son parcours d’une quarantaine d’années,
de jeune paysan auvergnat devenu, à travers
une abnégation et une volonté sans pareilles,
pilote de l’avion qui le faisait tant rêver. De
son apprentissage au sol à son premier vol…
le tout dans une écriture où la passion et
l’émotion priment. (Éric Roméra)
> “Ainsi soit Olympe de Gouges”,
de Benoîte Groult (Éditions
Grasset, 203 pages, 18,00 €)
Quand l’une des plus ardentes défenseuses du
féminisme moderne décide de s’attaquer à
THEATRE DU PONT NEUF
ESPACE DE CREATION
LES JEUNES
Auteur local de polar
> Francis Pornon
POUSSENT
07 + 08 JUIN - 21H00
HORLA(S). REPAS DE FAMILLE
Danse - Théâtre
LES MOTS
DE JUIN
Entrée libre !
11 JUIN - 19H30 - Soirée théâtre
UN SEUL ÉTÉ + IDENTITÉ
© D.R.
L’action se situe dans l’Algérie contemporaine, un pays que vous semblez bien
connaître.
> Francis Pornon : « J’ai une histoire plutôt heureuse avec l’Algérie, ayant fait partie
de ces centaines de milliers de coopérants
qui sont allés y travailler après l’indépendance de 1962. Une histoire que l’on a complètement occultée. Des
gens ayant traversé la Méditerranée par conviction, de gauche ou
d’extrême-gauche. Certains ont même travaillé dans des ministères algériens. C’était une phase très intéressante et très particulière entre les Français et les Algériens. Pour ma part j’ai été professeur de philosophie au lycée de Bejaia en Kabylie de 1968 à
1971. Depuis j’y retourne régulièrement. »
Dans ce roman, vous parlez surtout de l’Algérie contemporaine. Un pays que vous décrivez englué dans une crise politique et économique et qui aurait érigé le clanisme et la corruption en principe de fonctionnement.
« L’Algérie est un pays assez indéchiffrable. D’abord parce qu’il
nous plonge dans une nature particulière, forte, violente même,
et belle. Et puis parce que le régime est tout le contraire de
transparent. Les Algériens eux-mêmes ne savent pas toujours qui
est qui… qui les gouverne vraiment… quel pouvoir a le président sur les militaires qui sont censés faire et défaire les présidents qui en ont même, semble-t-il, fait assassiner un. On ne sait
jamais très bien qui tire les ficelles et à quel moment. Ceux que
l’histoire de la première femme à avoir
osé défendre les droits de la femme (en
1791 à travers sa “Déclaration des
droits de la femme”), cela donne cette
rencontre entre deux grandes gueules
de l’égalité entre les deux sexes. Certes,
cela s’est mal terminé pour la
Montalbanaise Olympe de Gouges, la
belle n’en faisait qu’à sa tête et, force
convictions, elle ne tourna jamais sa
veste même si certains lui proposèrent
de la doubler de moleskine. Pétrie
d’idées révolutionnaires et pasionaria
avant l’heure, elle avait également la
plume habile, la revendication des libertés chevillée au corps, ce qui lui vaudra
l’inimitié d’un Robespierre qui réclamera
sa tête. Benoîte Groult lui rend un bien
bel hommage avec cet ouvrage constitué
en grande partie de textes politiques de
cette visionnaire. (Éric Roméra)
12 JUIN - 19H30 - Soirée jeune public
LES PETITS PAINS
13 JUIN - 19H30 - Soirée théâtre
CRI & CO + LA PETITE PIÈCE...
+ LE MONDE EST ROND
14 JUIN - 19H30 - Soirée danse
je connais sont surtout fatigués. Je parle des gens d’un certain
âge, le mien. Les jeunes, c’est autre chose. Ils forment les trois
quarts de la population, en dessous de 30 ans, et ils restent un
mystère dans cette Algérie contemporaine… un de plus. »
QUATRE + X-TIME + CUEVAS
Cette jeunesse a peu bougé au moment des mouvements
sociaux et politiques qui ont agité l’Égypte, la Tunisie et la
Libye il y a deux ans.
« Oui, c’est vrai. Mais en même temps, des gens avec qui j’ai pu
parler me disent que leurs manifestations, leurs mouvements ils
les ont faits il y a longtemps. Notamment à la fin des années 80.
Après un mouvement dur et des manifestations sanglantes, il y a
eu un déblocage, une libéralisation, l’autorisation des partis…
L’Algérie est un mélange d’opacité et de transparence. Quand je
vais là-bas, le matin j’ai une douzaine de journaux à ma disposition qui tiennent des sons de cloche différents. Ils n’ont peut-être
pas une liberté absolue, mais en France je ne suis pas sûr qu’ils
l’aient non plus. C’est un pays méconnu avec des fonctionnements démocratiques parfois imposés, parfois interdits mais où
ont lieu quand même des grèves, des manifestations… Un pays
assez indéchiffrable qui mériterait d’être mieux connu. »
19 > 22 JUIN - 21H00
Le récit relate le parcours tortueux que fait un camion
bourré de vaccins à destination de la Kabylie et vous suggérez qu’une partie de la production pharmaceutique qui
arrive en Algérie est achetée à des prix prohibitifs à des
compagnies françaises et américaines notamment et fait
l’objet d’un trafic à grande échelle et institutionnalisé.
Quelles sont les sources qui vous permettent de pouvoir
affirmer cela ?
« Des articles sur Internet, dans les journaux… mais aussi l’odyssée d’une connaissance partie un jour au volant d’un camion de
médicaments et qui a un peu vécu ce que je raconte dans ce
roman. L’Algérie est aux mains de mafias très amies et très voisines du pouvoir. Une de celles-ci tire ses ressources du trafic de
médicaments ; une autre a gangrené le secteur du bâtiment, une
autre encore celui des céréales… La rente pétrolière est une
manne extraordinaire qui a permis la construction d’un bon
réseau routier et autoroutier, d’universités un peu partout sur le
territoire, une médecine accessible pour tous… L’Algérie est un
pays riche dont la population reste pauvre. »
> Propos recueillis par Jean-Philippe Birac
• “À la santé des Pachas” est paru aux Éditions Après la Lune
(224 pages, 19,00 €)
> “Achille Viadieu, d’ombre et
de courage - Le résistant à
deux visages”, de Claude
Faber (Éditions Privat, 176
pages, 19,00 €)
Il est un homme dont le nom n’est pas
inconnu pour les Toulousains (une rue
porte son nom). Son histoire, elle, l’est
beaucoup moins. Héros de la résistance,
il n’hésitera pas à jouer les double-jeu
et à infiltrer un parti collaborationniste
afin de recueillir des informations, poussant l’audace jusqu’à se montrer aux
côté de la Gestapo. Ce livre-hommage,
écrit par le journaliste Claude Faber,
nous conte — pour la première fois —
le parcours hors-norme de cet homme
« humble et courageux » qui sera abattu par la police allemande après une
course-poursuite dans les rue de la Ville
rose. (Michel Castro)
> “Récolter les jeunes
pousses des plantes sauvages
comestibles, en toute
confiance, sans risque de
confusion…”, de Moutsie et
Gérard Ducerf (Éditions de
Terran, 304 pages, 24,50 €)
Récolter soi-même les feuilles des
plantes sauvages et les jeunes pousses
afin de les consommer… même si l’on
est débutant, cet ouvrage imposant très
pédagogique et richement illustré se
propose de vous y aider. Les personnes
désireuses de s’alimenter naturellement
et d’agrémenter leurs repas de saveurs
sauvages y trouveront leur bonheur à
travers quantité d’indications et conseils.
Les paysans, jardiniers, naturalistes, botanistes et autres curieux aussi trouveront
en ce guide un outil précieux afin de
reconnaître les plantes sauvages avant
leur floraison. (Michel Castro)
DÉSIRS
DE SCÈNE
Présentation atelier de création
INCENDIES - Théâtre
25 > 28 JUIN - 21H00
Présentation atelier de création
JOURS TRANQUILLES À LAMPEDUSA
Crédit photographique : Camille Chalain
Le nouveau roman du toulousain Francis Pornon nous projette
de l’autre côté de la Méditerranée, en Algérie, sur les traces
d’une mafia locale spécialisée dans le trafic de médicaments.
Rencontre avec l’auteur de ce polar.
THEATRE DU PONT NEUF 8 PLACE ARZAC - 31300 TOULOUSE
05 62 21 51 78 www.theatredupontneuf.fr
Le Théâtre du Pont Neuf est soutenu par la Ville de Toulouse, la Région Midi-Pyrénées et le Conseil Général Haute Garonne et la SACD // Licences d’entrepreneur de spectacles : N°1 : 1-1032551 / N°2 : 2-1032552 et N°3 : 3-1032553
SPÉCIAL LECTURE/13
QU’IL FAUT VOIR ET ENTENDRE
>>>>>> Dans les murs
>>>>>> juin 2013
> EXPOS
> “Dédipix & utopy”, Lionel Bayol-Thémines
photographie
Au moment où éclatent à plusieurs endroits du monde
de nouvelles révolutions, de nouvelles luttes sociétales,
“Utopy” explore ces phrases, symbole de luttes restées
dans l’histoire du XXè siècle, et qui ont modifié la destinée des hommes. Par ces slogans nous regardons l’évolution des sociétés et pouvons mesurer leur impact : Martin Luther King, Gandi, la décolonisation, la guerre du
Vietnam, 1968, le mouvement féministe, les révolutions
arabes, les mouvements Anonymous et Occupy, etc. Lionel Bayol-Thémines continue son travail de confrontation entre image, langage et mémoire. Il témoigne d’une
anthropologie des utopies du XXè siècle.
• Du 5 juin au 6 juillet, du mardi au samedi de 14h30 à
19h00, à la Galerie Kandler (14, rue Bayard, métro Jeanne
d’Arc, 05 61 63 85 11)
> “Série Noire”
collective
Amoncellement de sacs poubelles, outils contondants
transperçant une planche de surf, simulacres d’objets calcinés, difficile de ne pas saisir immédiatement le vandale
scénario de cette exposition. Dégradation, violence et
esthétique punk rythment — non sans humour — la
musique de ce projet intitulé “Série Noire” qui présente
une sélection d’œuvres dark disséminées dans le white
cube massif de La Fabrique. La radicalité des formes minimales et géométriques des châssis aux contours irréguliers et atrophiés de John Cornu côtoient la matière
baroque et torturée de l’œuvre extrudée d’Anita Molinero. L’intense fureur du fer à marquer du collectif Nøne
Futbol Club se heurte à la vidéo étrangement drôle de
Vincent Mauger tandis qu’aux côtés du Garbage sofa de
Florence Doléac conviant les âmes égarées à se prélasser
sur un tas de sacs poubelles, Bruno Peinado invite par un
geste de vandalisme à participer à un mandala mural. Son
hommage accidenté au minimalisme californien renvoie à
une esthétique de la destruction, du crash, du saccage qui
se trouve renouvelée à travers la vidéo Human Mincer de
Fabien Giraud et Raphaël Siboni qui présente le sabotage
sonore d’un concert de death metal.
• Jusqu’au 12 juin, du lundi au vendredi de 10h00 à 17h00,
à La Fabrique/CIAM (5, allées Antonio Machado, métro Mirail
Université, 05 61 50 44 62). Finissage le mercredi 12 juin à
18h00 avec une performance musicale de Michel Cloup
> Jörg Döring
sérigraphie et peinture sur toile
Né en 1965 en Allemagne, l’artiste Jörg Döring vit et travaille près de Düsseldorf. Dès les années 90, il commence
à être reconnu pour ses peintures surdimensionnées avec
des héros de bandes dessinées tels que Donald et Mickey
Mouse. Depuis 2000, il s’intéresse plus particulièrement à
la technique de la sérigraphie sur toile, sans toutefois
abandonner la peinture. Sa technique mixte consiste en
une superposition alternée de plusieurs impressions sérigraphiques et de couches de peinture, toutes appliquées à
la main. Passionné par les États-Unis, berceau du “Pop
Art” et de sa ville fétiche New York, Jörg Döring est inspiré par de célèbres artistes comme Roy Lichtenstein et
Andy Warhol. Héritier de ces monstres sacrés, son style
reste véritablement unique : c’est la référence dans le
milieu artistique, l’artiste Jörg Döring dynamise l’esprit. Il
présente toujours un côté “vintage” avec en même temps
des éclats contemporains. Aujourd’hui, Jörg Döring fait
partie des artistes contemporains “Néo Pop Art” les plus
recherchés ; ses œuvres étant exposées dans des galeries
à travers toute l’Europe et faisant partie de nombreuses
collections particulières.
bulle que Florent et Jean-Noël, les deux frères, mais aussi
Sylvain, Laurent, Kevin, Alix (depuis remplacé par Toky, un
autre ami d’enfance), Jean-Baptiste et Manu ont appris
l’amitié et la musique. Certains se connaissent depuis toujours ou presque, et si leur musique est différente et originale, ils ne cachent pas leur sympathie pour des groupes
qui leur ressemblent comme Les Ogres de Barback, Babylon Circus et le nomade chantant Manu Chao.
> SOL CARIBE
Genre : Musiques des Caraïbes, des Antilles…
Sol Caribe est né en avril 2012 de la rencontre d’Andrea,
Ana Mari et Hidegar… Plus qu’une rencontre, ce trio est
une véritable aventure musicale et amicale. Le projet du
groupe gravite autour d’Hidegar qui, dans les années 1990,
se produisait déjà avec Ana Mari au sein du groupe Folkor’Cuatro. Ces artistes mettent à l’honneur la musique
des Caraïbes, mais aussi celle du Venezuela, de la Colombie
ou encore des Antilles. Sur scène Sol Caribe sait transmettre à ses auditeurs toute l’énergie de cette musique
haute en couleurs et ses musiciens sont prêts à déployer
de multiples facettes et à faire briller leurs plus beaux
atours pour séduire leur public.
• Samedi 1er juin sur la Zone Verte des Argoulets
(métro Argoulets) dans le cadre de la “Fête de l’Humanité”.
Plus de renseignements : facebook.com/fetehuma31
> JULIEN CLERC
Genre : Version intime
Quand Julien Clerc parle de sa quête, il s’agit de textes.
Compositeur et chanteur, il cherche toujours les mots
qui vont faire les chansons, les phrases et les images
qu’il va faire s’envoler. Sa quête est aboutie quand douze
textes font sens, quand douze textes deviennent
musique, quand douze textes font un album. Et des
albums, il en fait! Il aime à explorer des territoires nouveaux et raviver des couleurs familières, naviguer entre
romantisme enflammé et méditation sereine, entre
grande pop orchestrale et intimité dépouillée.
• Samedi 8 juin, 15h00, à la Médiathèque d’Empalot
(40, avenue Jean Moulin, métro Empalot, 05 61 25 57 46)
dans le cadre du festival “¡Rio Loco!”
> RADIATION 10
Genre : Jazz
Radiation 10, mini-big band mutant, associe l'énergie d’une
petite formation à la richesse et la puissance sonore d’un
grand orchestre. Le groupe s'articule autour d’une instrumentation originale évoluant entre l’acoustique et le tout
électrique. Formé en 2006, Radiation10 clame une
musique sans leader, où l'écriture collective est mise au
service de la masse sonore de l'orchestre. Les multiples
combinaisons instrumentales servent un discours musical
inventif et aventureux, toujours prétexte au déploiement
de l’énergie de neuf électrons libres. Avec ce second
album, Radiation10 réaffirme sa recherche du son d'orchestre et de l'équilibre des timbres. En effet, “Bossa Super
Nova” nous fait découvrir une longue suite orchestrale
qui, loin des archétypes de la musique d’ensemble, puise
ses sources dans un large spectre musical distillé et réinventé pour offrir une musique résolument moderne.
• Samedi 15 juin, 20h30, au Casino Théâtre Barrière
(île du Ramier/18, chemin de la Loge).
Renseignements et réservations au 05 34 31 10 00
> ALIMA
Genre : Folk/rock
Après sa participation au groupe Monkomarok et son duo
avec Lone Kent, Alima nous conduit comme toujours dans
un univers passionnant, sensible, poétique, féminin,. Dans
ses langues maternelles : l’arabe et les français auxquelles
elle ajoute quelques touches d’anglais. Sa voix est belle,
libre, puissante et douce. Ses poésies/slamées sont percutantes, vives, sensibles…
• Vendredi 7 juin, 19h30, au Centre animation Saint-Simon
(10, chemin de Liffard, 05 61 06 71 36). C’est gratos!
• Vendredi 7 juin, 21h30, au Mandala
(23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05)
> SWING MACHINE
Genre : Swing déridé
Swing Machine rugit, Swing Machine ronronne, Swing
Machine hurle, siffle, virevolte et retombe sur ses pattes.
Accrochez-vous aux rythmes saccadés ou laissez-vous
happer par les improvisations de cette mécanique organique à cinq têtes, dix bras, seize cordes, vingt clés et
deux baguettes! Dans leurs compositions résonnent
timbres et mélodies d'un swing digéré par les entrailles
sinueuses du groove et du jazz moderne! Une musique
surprenante à écouter et à danser, distillée à Toulouse
par cinq olibrius siphonnés!
> ORLY CHAP
Genre : Chanson à textes
Orly Chap fêtera la sortie de son troisième album "Valley of joy" en septembre prochain. Orly Chap, c’est des
chansons à textes servies par une voix rauque et singulière. C’est un univers imprégné de la culture anglosaxonne fusionné à la langue de Molière. Des musiques
amples mais efficaces, follement pop. Son prochain
disque propose des morceaux accrocheurs teintés de
disco servis par une voix chaude et puissante qui porte
des textes ludiques. Orly Chap, un monde peuplé de
mélodies entêtantes qui vous laisseront sans voix…
• Jeudi 13 juin, 21h30, au Mandala
(23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05)
• Vendredi 7 juin, 21h00, au Bijou
(123, avenue de Muret, 05 61 42 95 07)
> ÉMILIE MARSH
Genre : Chanson-pop lumineuse
Cheveux rouges. Guitare à bras-le-corps. Textes devant.Voici
Émilie Marsh. Une douceur qui désarme… une audace qui
désarçonne. Une présence, une voix qui sourit… qui raconte et questionne. Une chanson symphonique, une pop lumineuse. Pas rouge colère, rouge impatience, rouge hardiesse.
À ses côtés, Étienne Champollion, chapelier fou reconverti
en homme-orchestre… un magicien, arrangeur-architecte.
> SHAKING HEADS
Genre : Rock’n’roll
Les Shaking Heads se sont rencontrés dans un garage fin
2007 à Toulouse. Après un album sorti en 2009, un EP cinq
titres paru en 2011, une centaine de dates à travers la
France (Paris, Lille, Reims, Quimper, Lyon, Clermont, Marseille, Montpellier, Nantes, Bordeaux…) et des premières
parties remarquées pour Kill the Young, The Elderberries
ou bien encore Izia, le groupe a partagé la scène avec
Beatsteaks à La Dynamo et les Arctic Monkeys au
Bikini. L’efficacité des Hives qui rencontre la profondeur
des Queens of the Stone Age. Avec du sexe, des riffs
dévastateurs et des refrains survoltés.
• Jeudi 27 juin, 21h00, au Cherche Ardeur (40, rue des Couteliers, métro Esquirol ou Carmes, 05 61 55 27 22)
> IBUPROFUNK
Genre : Jazz-funk orienté 70’s… mais pas seulement
Ibuprofunk propose des consultations musicales, avec ou
sans rendez-vous, basées sur un traitement naturel de
compositions et de morceaux issus des répertoires jazz,
funk et soul. Ibuprofunk s'administre en une musique rythmiquement diversifiée aux grooves percutants et se compose d'une équipe musicale expérimentée avec Steve
Gresson à la trompette, Emmanuel Lochin au saxophone,
Nicolas Laroza à la guitare, un koala à la basse, Fabien Diaz
au clavier et Simon Amilhaud à la batterie. Les indications
de concerts touchent un public beaucoup plus large que
les fans de funk-jazz ou de musiques improvisées, et l'on
peut dépasser la posologie sans risque pour la santé.
• Jeudi 6 juin, 20h00, au Connexion Live
(8, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès, 09 77 08 59 64)
> BASTIAN BAKER
Genre : P’tit suisse
Bastian Baker est la révélation pop folk suisse! Une voix
unique, profonde, tour à tour douce et grave, mais toujours envoûtante. Sa sensibilité exacerbée transparaît à
travers ses mélodies et ses textes sincères, percutants,
écrits en anglais… Ses morceaux qui font la part belle aux
sonorités pop-folk et parfois rock suscitent un tel engouement auprès du public et des critiques qu’il se retrouve
disque d’or en l’espace de quatre mois en Suisse.
• Jeudi 13 juin, 20h00, à la Maison Blanche
(10, rue Arnaud-Bernard, 09 52 92 57 22)
• Dimanche 9 juin, 19h00, au Bikini (Parc technologique du
Canal/rue Hermès, Ramonville-Saint-Agne, 05 62 24 09 50)
> MAISSIAT + LÉA COSTANTINO
Genre : Pop & chanson
La musique de Massiat prend racine dans une pop raffinée
qui donne à la noirceur les atours de la sensualité. On y
plonge, ravis du sortilège, sûrs d'en revenir pour mieux y
retourner. Une musique généreuse dans ses appels comme
dans la liberté qu'elle offre à qui veut se laisser prendre. Ici
la voix ondule, se fait plusieurs, parle grave ou s'envole
très haut… Ici le texte s'éclate en possibles, se resserre
> BOULEVARD DES AIRS
Genre : Chanson remuante
Boulevard des Airs est le pari audacieux d’une bande de
copains venus du Sud-Ouest de la France, là où des
valeurs comme la solidarité et le partage ne sont pas vides
de sens. Une bande à part, huit au total, âgés de 19 à 25
ans, qui ont grandi entre mer et montagne, dans des bleds
écrasés de soleil, où chacun se connaît. C’est dans cette
crûment, se floute à nouveau. L'écrin est fait de pianos qui
s'enlacent et se parlent, de rythmiques profondes et alanguies qui s'excitent et deviennent épileptiques, de claviers
qui soufflent le froid et le chaud.
Léa costantino, est tombée très tôt dans la musique. À 5
ans, elle prenait ses premiers cours de batterie, qui la
mèneront jusqu’à entrer dans l’école de batterie de Dante
Agostini. C’est vers le métal qu’elle s’oriente dans un premier temps, lorsqu’elle monte son premier groupe avec
son frère. S’en suivent d’autres groupes : H-tray, Jun & the
Paradox Mind, Dwail et Terre Neuve. Entre les cours et les
nombreux concerts, elle prend le temps de se produire
sur les petites scènes locales, se réappropriant les chansons en attendant de présenter ses propres compositions.
• Samedi 8 juin, 21h00, au Bijou
(123, avenue de Muret, 05 61 42 95 07)
> MOONLIGHT BENJAMIN
Genre : Voix haïtienne
Une voix sensuelle, magnifique et fervente, pour un
voyage au sein de l'immense diversité de l'âme créatrice
haïtienne. Envoûtante comme un rite vaudou, Moonlight
Benjamin fait résonner les voix des poètes haïtiens, elle
chante l’exil, l’identité, la révolte. Force des mélodies et
du message : le feu de tout un peuple couve en elle et
se répand. En créole ou en français, elle porte ses
textes avec une force hors du commun.
• Samedi 8 juin, 16h30, sur le parvis de la Médiathèque Grand
M (37, avenue de la Reynerie, métro Bellefontaine, 05 81 91
79 40) dans le cadre du festival “¡Rio Loco!”
> CHIQUITO LAMBERT
Genre : Swing manouche
Chez les Manouches, la musique est souvent une affaire de
famille. Après avoir croisé le fer avec les plus grands et fait
feu de tous doigts, en particulier aux côtés d’Angelo
Debarre, Chiquito Lambert et Tchavolo Hassan, guitaristes
et cousins, comme il se doit, incarnent aujourd’hui ce privilège.
• Samedi 15 juin, 21h30, au Mandala
(23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05)
> “L’HUMAINE CONDITION”, par l’Ensemble Didascalie, sous la direction de Pierre Vié
Genre : Haut le chœur
Une quête d’amour, une mort certaine et une soif de vie :
voilà l’Humaine Condition… et surtout des siècles d’inspiration musicale que l’Ensemble Didascalie vous propose de
découvrir à travers des œuvres de Clément Janequin, Palestrina, Morley, Schumann, Brahms, Vaughan Williams ou encore Poulenc. L’Ensemble Didascalie — ou Chœur de Ramonville — est un chœur de l'agglomération toulousaine qui
réunit une trentaine de choristes amateurs amoureux de la
musique sacrée et profane. Son répertoire est essentiellement constitué de pièces polyphoniques à capella des
périodes Renaissance, Baroque et Contemporaine. Il est
dirigé par Pierre Vié, son fondateur. Pierre Vié est directeur
de chœur et chanteur professionnel ; il chante de manière
régulière au sein de trois ensembles : le chœur de chambre
Les Éléments, la Camerata Vocale et le chœur Antiphona.
• Jeudi 13 juin, 21h00, en l’Église Saint-Agne à Ramonville.
Mercredi 19 juin, 21h00, au Temple du Salin à Toulouse.
Renseignements au 06 12 39 80 52
> THE GLENN AMBASSADOR BIG BAND
Genre : Hommage à Glenn Miller
Après son concert triomphal de juin 2011, le Glenn Ambassador Big Band est de retour au Casino Théâtre Barrière
pour nous faire revivre de grands moments musicaux en ce
jour anniversaire du débarquement de juin 1944. Le Glenn
Ambassador Big Band et les New Sisters nous proposeront
un hommage au célèbre chef d’orchestre et tromboniste
américain Glenn Miller. Dans une ambiance et tenues
d’époque, les vint et un musiciens, chanteuses et chanteur
présentent le prestigieux répertoire de la formation de
Glenn Miller avec des arrangements originaux retrouvés aux
États-Unis. On réécoutera ainsi avec toujours autant de plaisir les grands standards que sont devenus “Moonlight Serenade”, “In the Mood” ou encore “American Patrol”.
• Jeudi 6 juin, 20h30, au Casino Théâtre Barrière
(île du Ramier/18, chemin de la Loge, 05 61 33 37 77)
> CHOUF
Genre : Chanson d’ici
Le chanteur toulousain Chouf se produira durant une
semaine, en solo, armé de sa guitare, dans les murs du
Grand-Rond à l’occasion des apéro-spectacles. Pour le coup,
il présentera les chansons de son troisième album intitulé
"L'hôtel des fous" dans leur plus simple appareil. L'univers de
Chouf s’y fait plus personnel, toujours imagé et onirique…
• Du 4 au 8 juin, 19h00, au Théâtre du Grand-Rond (23, rue
des Potiers, métro François Verdier, 05 61 62 14 85). Participation libre mais nécessaire!
© D.R.
• Jusqu’au 15 septembre au Musée Saint-Raymond/Musée
des Antiques de Toulouse (place Saint-Sernin, 05 61 22 31 44)
> Musiques
© D.R.
> “Une odyssée musicale”
visuelle et sonore
Cette exposition a été créée dans le cadre de la manifestation “De si de la, instruments en résonance”, projet initié par Jocelyne Deschaux alors conservateur du Patrimoine à la Bibliothèque d’étude et du patrimoine de
Toulouse (aujourd’hui appelée à d’autres fonctions) et
Gérard Duran, directeur du Conservatoire à rayonnement régional, aujourd’hui en retraite. Jusqu’à septembre,
cette manifestation propose au public des dizaines de
rendez-vous (expositions, concerts, animations, conférences…) en lien avec les instruments de musique.
L’odyssée musicale du Musée Saint-Raymond/Musée des
Antiques de Toulouse aborde la musique à travers les
mythes et les contes, depuis la mythologie grecque jusqu’aux contes populaires occitans, en passant par des
récits issus des cultures africaines, amérindiennes ou
océaniennes. L’idée de cette exposition est née de l’observation d’une correspondance surprenante entre deux
flûtes de Pan : l’une, d’époque romaine, fut découverte en
Suisse, l’autre était encore utilisée par les chevriers pyrénéens au début du XXè siècle. Fabriquées dans une planchette de bois percée de tuyaux, avec un trou à son
extrémité pour faire passer une cordelette, ces flûtes ont
un aspect similaire et pourtant 2 000 ans les séparent…
© D.R.
14/CE
• Du 14 juin au 16 juillet, du mardi au samedi de 10h00 à
19h00, à la Galerie Next (15, rue Croix-Baragnon, métro
Esquirol ou François Verdier, 05 61 32 82 24)
> Pierre Samson
photomontages
Pierre Samson dit Samson est un journaliste et dessinateur de presse connu pour ses dessins acides et caustiques. Cette exposition donne à voir une panoplie de
ses photomontages.
• Jusqu’à fin juin au Bijou (123, avenue de Muret, 05 61 42
95 07)
Alima au Centre A. Saint-Simon
Julien Clerc au Casino Théâtre Barrière
Orly Chap au Bijou
JUIN/DANS LES MURS/15
• Mercredi 19 juin, 20h00, au Connexion Live
(8, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès, 09 77 08 59 64)
> LÉON
Genre : Soul hyper-classe
Dès son plus jeune âge à Kinshasa, Léon utilise la
musique pour chasser le blues et la soul américaine
est alors son genre de prédilection. Arrivé en France, à Toulouse, en 1989, il multiplie les petits groupes,
les expériences. Il cherche sa voie. En 2012, il sort
son album “Chocolate”. Treize titres passionnés et
originaux ainsi qu’une reprise “Michelle” que Léon
attend impatiemment de faire découvrir sur scène.
Entre Barry White et James Brown, voici Léon. Un
soulman moderne avec ses héros et ses modèles.
• Samedi 1er juin, 21h00, au Bikini
(Parc technologique du Canal/rue Hermès, RamonvilleSaint-Agne) en première partie de Liz Mc Comb.
Renseignements et réservations : 05 61 76 58 48
> MELISSMELL
Genre : Poésie et chanson
On ne ressort jamais totalement indemne d'un
concert de Melissmell : c’est un son, un univers et
une voix entre engagement sincère et sensibilité,
lucidité et romantisme, tendresse et violence des
passions. Sa prestation est unique, même si on y
retrouve ses multiples influences : le spleen de
Beaudelaire, l'anarchisme de Ferré, ou la révolte
écorchée de Cantat. Forte d'un nouvel album paru
en mars, Melissmell trimballe ses mots un peu partout en France et elle se produira trois jours
durant au Bijou.
• Du mercredi 12 au vendredi 14 juin, 21h00, au Bijou
(123, avenue de Muret, 05 61 42 95 07)
> PULCINELLA
Genre : Jazz délocalisé
Embrassant, en un discours résolument “polyglotte”
des musiques d’hier, d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs,
Pulcinella donne à entendre une musique populaire,
riche, vivante. D’un geste théâtral le groupe se met
en scène et crée une atmosphère proche de celle de
l’univers des contes. Il emprunte au cirque le goût
des prouesses, au polar le sens de l’intrigue, à la fantaisie… la fantaisie. Pulcinella pratique un mélange
festif, baroque, corrosif : du jazz délocalisé! Dans la
mouvance du Sacre du Tympan, d’Emir Kusturica,
d’Astor Piazzolla, de la Compagnie des Musiques à
Ouïr… S’appuyant sur une instrumentation atypique, le groupe séduit un public dépassant largement les frontières du jazz.
• Jeudi 30 mai, 21h00, au Mandala
(23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05)
> LES MÉTROPOLITAINS
Genre : Jazz pop cinématographique
Forts de plus de cinq années de vie scénique à travers la France et l’Europe, lauréats de plusieurs prix
et tremplins nationaux, et après avoir réalisé, en septembre 2011, un premier album (“Wondermood”)
vendu à plus de 2 000 exemplaires, Les Métropolitains, tout juste âgés de 25 ans, proposent un univers
inédit dans une esthétique jazz-pop cinématographique aux influences très actuelles.
• Jeudi 20 juin, 21h30, au Mandala
(23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05)
> TOTO
Genre : Rock de légende
À travers cette tournée internationale, le légendaire groupe rock américain célèbre la parution, il y a
trente-cinq ans de son premier album éponyme,
point de départ d’une incroyable carrière. Le groupe aux dix-sept albums et aux trente-cinq millions
de disques vendus, a remporté d’innombrables
Grammy Awards et multiplié les collaborations
historiques avec les plus grands de Michael_Jackson à Stevie_Wonder en passant par Miles_Davis,
Steely_Dan, Santana, Lionel_Ritchie… Toto qui
sera exceptionnellement en France en ce mois-ci
pour une série de neuf concerts dont un à Toulouse. L’occasion pour les amateurs d’entendre en live
les plus grands succès de Toto parmi lesquels
“Africa”, “Rosanna”, “Hold the line”… et ça, c’est
pas des blagues!
> CUZACQ & AURÉLIEN ARJO
Genre : Accordion y Cajón Project
Accordéon et cajón : il fallait penser à les marier! Mais
tant par son originalité rythmique que par sa couleur
chatoyante, celui-ci est une réussite. Gilles Cuzacq et
Aurélien Arjo dévoilent le potentiel acoustique des
deux instruments dans un programme aux accents
latin-jazz et musette. Le répertoire balance entre créations personnelles ou arrangements sur des compositions de R. Galliano, M. Camilo, H. Pascoal, C. Coréa, C.
Mangione, C. Nougaro…
• Jeudi 27 juin, 21h30, au Mandala
(23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05)
> PETE ROCK
Genre : Rappeur delight
Pete Rock, de son vrai nom Peter Phillips, est un rappeur, dee-jay et producteur américain. Il a longtemps
formé un duo avec le rappeur C.L. Smooth. Il a également produit de nombreux morceaux pour d'autres
rappeurs. Pete Rock est aujourd'hui considéré comme
une légende du hip-hop, au même titre que DJ Premier.
Son style soul et jazzy est reconnaissable entre mille.
• Mercredi 26 juin, 20h00, au Connexion Live
(8, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès, 09 77 08 59 64)
> UNCLE JOE
Genre : Mento/calipso
Avec une guitare, des percussions et de la voix, le duo
Uncle Joe interprète des standards folk jamaïcains et
trinidadiens, tels ceux des maîtres du genre que sont
Stanley Beckford, Count Lasher, Harry Belafonte, The
Jolly Boys, Lord Invader…
• Vendredi 28 juin, 20h30, à la Maison Blanche
(10, rue Arnaud-Bernard, 09 52 92 57 22)
> WALLY
Genre : Forme moderne de music-hall
Avant d’aller le jouer au festival d’Avignon, Wally vient
tester son nouveau spectacle au Bijou. Un spectacle un
peu à part dans son œuvre dont il testera la visserie
avant le grand voyage! Ici, rien à voir avec le précédent
spectacle "J'ai arrêté les bretelles"… rien à voir! Cette
fois-ci, on entre en introspection dans l'intimité de l'artiste. Il partage la scène avec un ordinateur et un
écran, se dédouble, se confie, s'expose, dans une forme
moderne de music-hall, un guet-apens de la chanson et
de la philosophie, un éloge de la truanderie intellectuelle, une remise en cause de tout… et surtout de
son contraire. De quoi êtes-vous certain ? Wally vous
en fera douter!
• Du mardi 25 au vendredi 28 juin, 21h00, au Bijou
(123, avenue de Muret, 05 61 42 95 07)
> ET HOP
Genre : Electric jazz et films Super 8
Véritables petites histoires aux couleurs saturées, Et
Hop restitue le grain des années Super 8 dans ses compositions. Urbaine et cosmopolite, sa musique se veut
curieuse, croise les rythmiques et les influences de
divers horizons tout comme le Super 8 a permis de
ramener chez soi des images venues de loin. Du tournage à la réalisation, le film inspire directement la composition et s'intègre ainsi comme le sixième élément du
quintet. Les mélodies subtiles et puissantes vous mèneront sans complexe du chesterfield au dance-floor… Et
Hop, ce sont cinq musiciens et une vidéaste qui jouent
un jazz électrique aux couleurs des films Super 8.
• Vendredi 28 juin, 20h00, à L’Impro
(7, rue Gambetta, métro Capitole). C’est gratuit!
> PARTIDO BOM
Genre : Samba do raíz
En puisant dans le samba de raíz (racines) le plus pur,
Partido Bom rêve d’en faire un langage universel. Les
volutes mélodieuses et la poésie populaire de ce
répertoire leur devenant toujours plus familières, ces
musiciens toulousains y reconnaissent peu à peu la
même authenticité et la même force que celles d’un
Brassens ou d’un Rimbaud. C’est donc aussi dans un
terreau de métissage que Partido Bom cultive sa créativité. Plus fidèle que jamais à l’esprit d’un langage purement carioca, le groupe prend aujourd’hui de plus
grandes libertés avec ses lettres : relecture du répertoire brésilien, arrangements audacieux, compositions
en français et en portugais…
• Samedi 29 juin, 21h30, au Mandala
(23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05)
> MES PETITES AMOUREUSES
Genre : Chanson
Mes Petites Amoureuses, quésaco ? Trois individus, physiquement de sexe masculin, sauf un, de sexe féminin…
musicalement de sexe indéterminé, mais amoureux
pour sûr… Virginie dit, chante, crie, murmure… et
gratte, et pince. Serge et Loïc tapent, frôlent, soufflent,
et il leur arrive même de crier…
• Du 11 au 15 juin, 19h00, au Théâtre du Grand-Rond
(23, rue des Potiers, métro François Verdier, 05 61 62 14
85). Participation libre mais nécessaire!
• Samedi 15 juin, 20h30, au Zénith
(11, avenue Raymond Badiou).
Renseignements et réservations au 05 34 31 10 00
suite page 16 >
Licences 2e catégorie 1052938, 3e catégorie 1052939 - Illustration Zoveck Estudio - Conception graphique : Ogham
> GENTLE MYSTICS
Genre : Balkan, folk, électro…
Après avoir traversé la France de long en large
depuis quatre ans, Gentle Mystics revient riche des
différentes collaborations et de carrières solo de
ses membres. Chant envoûtant, paroles incisives,
claviers distordus, batterie électrisante et cuivres
enjoués permettent à ces neuf Londoniens de porter à ébullition un mélange de musique des Balkans,
de dub, d’électro, de jazz, de blues, de folk et de
hip-hop (rien que ça). Bouillant sur album, Gentle
Mystics se transforme sur scène en un cirque frénétique et explosif.
TABOU COMBO Haïti
JIMMY CLIFF Jamaïque
EDDIE PALMIERI AND HIS ALL-STAR SALSA BAND
Porto Rico - États-Unis
TEGO CALDERÓN Porto Rico
AKIYO Guadeloupe
SONNY TROUPÉ “NOUVO LOKANS” Guadeloupe
KASSAV Guadeloupe - Martinique
CALYPSO ROSE Trinidad-et-Tobago
THE BACHATA LEGENDS République dominicaine
THE LIONS Jamaïque - États-Unis
MARC RIBOT Y LOS CUBANOS POSTIZOS Cuba - États-Unis
FIMBER BRAVO Trinidad-et-Tobago - Grande-Bretagne
ORQUESTA EL MACABEO Porto Rico
TOTÓ LA MOMPOSINA Colombie
…
co
nd Rio L16oju
Week-eïb
in
es du 14 au
les îles Cara
ent
Votre hébergem rtir de 33€
pa
à
e
né
+ pass jour
uble)
© D.R.
© D.R.
(base chambre do
www.toulouse
www.rio-loco.org
Toto au Zénith
Swing Machine au Mandala
-tourisme.com
LES MURS/JUIN
> “Vandale”, Guillaume Pinard
pluridisciplinaire
Dans son travail, Guillaume Pinard s’empare avec boulimie du dessin, de la vidéo, de la peinture, du livre,
repoussant les limites des genres et du goût (Classique ? Contemporain ? Figuratif ? Abstrait ?). Au BBB
centre d’art, Guillaume Pinard présente un ensemble
de dessins (du mural à la miniature), reproductions
chevronnées de « grande » peinture au service d’un
langage et d’une sensibilité très contemporaine. À la
Bibliothèque des Izards sont présentés et mis en
scène des ouvrages, des petites constructions
manuelles à l’origine du projet de l’artiste.
• Jusqu’au 13 juillet à la Bibliothèque des Izards
(1, place Micoulaud, métro Trois-Cocus, 05 34 40 21 80)
et au BBB (96, rue Michel Ange, www.lebbb.org)
> Jordi Colomer
monographique
En concertation et en co-production avec le “Festival
international d’art de Toulouse”, le Pavillon
Blanc–Centre d’art de Colomiers répond au projet
du “Printemps de Septembre” devenu “Festival international d’art de Toulouse” en invitant un acteur
majeur de la scène européenne, Jordi Colomer, à
investir son espace d’exposition. Cet artiste espagnol
(il vit et travaille entre Paris et Barcelone), à la formation plurielle d’architecte, artiste et historien de l’art,
est connu pour une œuvre qui explore la ville et les
utopies. Marquée d’un fort sens sculptural, son œuvre
englobe de multiples disciplines et tout particulièrement la photographie et la vidéo ainsi que leur mise
en scène dans l’espace d’exposition. À Colomiers,
l’artiste conçoit un projet monographique spécialement pensé pour le lieu.
• Jusqu’au 31 août au Pavillon Blanc (1, place Alex Raymond
à Colomiers, 05 61 63 50 00). Conférence rencontre avec
l’artiste le samedi 25 mai à 11h00 (salle de conférence)
> “Eau, l‘expo”
scientifique
Le Muséum propose une exposition temporaire
exceptionnelle sur l’eau. Produite en partenariat avec
l’agence de l’eau Adour-Garonne et avec la participation d’EDF, elle sert de fil rouge à une série de conférences, débats, animations et médiations sur ce thème
jusqu’en juin 2013. Avec cette exposition, éco conçue
et éco construite, vous longerez les berges d’un fleuve, suivrez le parcours surprenant de cette ressource,
et mesurerez les enjeux de son partage. Vous comprendrez l’origine de sa naissance cosmique et son
arrivée sur Terre, vous constaterez son omniprésence
dans l’apparition et l’évolution de la vie et percevrez
les liens intimes et sacrés qu’elle tisse avec toutes nos
cultures. Enfin, vous mesurerez la nécessité de la préserver pour l’avenir des générations futures. Un voyage passionnant au fil de l’eau…
• Jusqu’au 16 juin, du mardi au dimanche de 10h00 à
18h00, au Muséum (35, allées Jules Guesde, métro Palais de
Justice, 05 67 73 84 84)
> “Le couloir aérien, acte 1/scène 1 & 2”,
Cyril Amouroux & Benoît Auclère
gravures, dessins et installations
En gravant des figures d’avion, en les dessinant, Cyril
Amouroux et Benoît Auclère se réapproprient un
motif qui tous les jours dessine dans le ciel de leur
quartier des lignes invisibles. “Le couloir aérien”
raconte le quotidien de deux habitants qui, en dépit
des années, lèvent toujours le nez lorsque passe un
avion à leur aplomb. Jour après jour, selon un rythme
régulier échappant au contrôle des gens vivant dans
ce quartier proche du Centre Culturel Henri Desbals. Quand l’avion arrive c’est surtout le bruit, plus
que l’image qui marque la présence de l’appareil. Il
couvre tout, assourdit et envahit les espaces qui se
trouvent à sa portée et s’impose. L’exposition est
comme une revanche de l’image sur le bruit et le
motif répété des avions envahira cet espace dans
lequel le son, bien qu’assourdi, sera assuré par le passage des machines au dessus du centre culturel.
• Jusqu’au 5 juillet, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00
et de 13h30 à 19h00, au Centre Culturel Henri Desbals
(128, rue Henri Desbals, métro Bagatelle, 05 34 46 83 25)
• Du mardi 4 au samedi 15 juin, du mardi au samedi à
19h30, à la Cave Poésie-René Gouzenne (71, rue du
Taur, métro Capitole ou Jeanne d’Arc, 05 61 23 62 00)
> “TOUS DES TERRORISTES”, de Roch
S a ü q u e re , p a r l a C o m p a g n i e O p e n
Class, mise en scène de Valérie Lemaire
Genre : Quand la réalité rejoint la fiction
Une réflexion sur les conséquences d’un monde qui
nous dépasse et dans lequel nous essayons désespérément de retrouver notre humanité. Il règne dans
cette comédie une ambiance à la George Orwell : «
Big Brother vous regarde » ainsi qu’un vent de folie
qui n’est pas sans rappeler l’univers du “Procès” de
Kafka. Les personnages sont poursuivis par une
machine infernale. Le Pouvoir, aux règles absurdes
qui les broient et les asphyxient. Grâce à son ton
satirique, l’auteur nous plonge au sein de la tourmente tout en gardant un recul indispensable et
apaisant face à la situation. Roch Saüquere a écrit
cette comédie en 1986, lors des attentats à Paris.
• Les 30 et 31 mai, puis le 1er juin, 20h30, au Moulin de
Roques (14, boulevard de la Gare/Roques-sur-Garonne,
05 62 20 41 10)
> “AILLEURS”, par la Compagnie Nelson Dumont
Genre : Projet d’action territorial
Face aux bouleversements climatiques, les Toulousains fuient la montée des eaux. Perchés sur le toit
des immeubles, ils attendent un bateau pour
l’Afrique . Depuis 2009, la Compagnie Nelson
Dumont mène un projet d’écriture singulier avec les
habitants des quartiers Bagatelle et La Faourette, en
partenariat avec le Centre Culturel Henri Desbals et
l’Université de Toulouse II-Le Mirail. Né d’une volonté de faire tomber le mur des préjugés présents
dans des territoires qualifiés de difficiles et de sensibles, il s’agit de déplacer le regard que nous portons sur ses habitants. « Nous avons souhaité révéler par le théâtre le potentiel créatif d’hommes et de
femmes vivant dans des quartiers où la pratique culturelle n’est pas une priorité ».
• Vendredi 28 et samedi 29 juin, 20h30, au Centre Culturel Henri Desbals (128, rue Henri Desbals, métro Bagatelle). Entrée libre mais réservation obligatoire au 05 61
62 86 01
• Jusqu’au 15 juin, du mercredi au samedi à 20h30,
le dimanche à 16h00, au Grenier Théâtre
(14, impasse Gramont, 05 61 48 21 00)
> Danse
> “HORLA(S). REPAS DE FAMILLE”, de
Samuel Pivot, par la Compagnie Juste Ici
Genre : Danse-théâtre
Autour d’une table, quatre protagonistes actent, dansent,
chantent. Grand-père, mère, père ou fille, ils, éprouvent et
dévoilent les relations entre membres d’une même famille
au cours d’un repas en constante métamorphose. Repascombat/tournoi/quadrille, au rythme des changements de
rôles et des transformations de l’espace, la structure familiale révèle ses failles, ses richesses, mais aussi sa capacité à se
transformer suivant les actes et les mots des individus qui la
composent et les histoires qu’elle traverse.
• Vendredi 7 et samedi 8 juin, 21h00, au Théâtre du Pont-Neuf (8,
place Arzac, métro Saint-Cyprien/République, 05 62 21 51 78)
> “LES JEUNES POUSSENT”
Genre : Plateau découvertes
Dans sa logique de soutien à la création et d’accompagnement à la professionnalisation, le Théâtre du Pont-Neuf
accueille dans le cadre de sa manifestation “Les jeunes poussent”, des jeunes compagnies qui désirent finaliser et présenter leur première création dans des conditions professionnelles :
- une compagnie de cirque en partenariat avec la PACT
pépinière des arts du cirque, (dispositif mutualisé entre Le
Lido et La Grainerie),
- une compagnie de danse, en partenariat avec La Boîte à
Pandore, dans le cadre des “Rencontres mouvementées”,
- deux compagnies de théâtre sélectionnées dans le cadre
de l’appel à candidatures proposé par le Théâtre du PontNeuf en début de saison 2012-2013.
• Jusqu’au 8 juin au TPN (8, place Arzac , métro SaintCyprien/République, 05 62 21 51 78).
Programmation détaillée : theatredupontneuf.fr
> “GALA D’ÉTOILES”
Genre : Du ballet
“Gala d'Étoiles”, produit et dirigé par Alexandra Cardinale,
est né d'une simple idée : un concentré d'excellence accessible à tous. Dans cette soirée de ballets classiques et
contemporains, des Étoiles, des Solistes de l'Opéra de Paris
et des artistes internationaux interprètent sur scène une
cavalcade incroyable tels des mousquetaires embarqués
dans la conquête du beau et du léger. Les regarder, c'est
s'envoler… Elles et ils sont en beauté sur les planches du
plateau où résonne le pas assuré de leurs chorégraphies.
Comme un patchwork aérien évoluant de Marius Petipa,
Rudolf Noureev… à Benjamin Millepied, Julien Lestel… Une
mosaïque en apesanteur. Moment de grâce en perspective
où découvrir, redécouvrir, s’émerveiller et vibrer sont les
maîtres mots de ce nouveau spectacle.
• Dimanche 16 juin, 15h00, au Casino Théâtre Barrière
(île du Ramier/18, chemin de la Loge). Renseignements
et réservations au 05 34 31 10 00
> “AUTO-PSY DE PETITS CRIMES INNOCENTS”, de Gérald Gruhn, avec Céline
Pagniez, mise en scène de Giselle Grange
Genre : Comédie dramatique
Prenez une adorable petite fille, enlevez-lui une ou
deux valeurs fondamentales pas très importantes
puisque essentielles, laissez-la macérer quelques
années dans sa solitude, et vous en ferez une serialkilleuse, la plus innocente de toute l’histoire du
crime. Sous forme de caricature, cette histoire met
en scène avec cynisme et dérision les travers d’une
société individualiste où les laissés pour compte
sont ignorés et continuent leur petit bonhomme de
chemin dans des directions où la morale ne pourrait les laisser continuer… Et pas question de
remords et de résilience!
> “LIEBE LIBERTÉ”, par la Compagnie Gilschamber, chorégraphie et scénographie de
Gilles Schamber, avec Audrey Pailleux, Sandra Sanglar, Tara Pilbrow et Adeline Guillemot en alternance avec Anaïs Lheureux
Genre : Danse contemporaine
« Tantôt idéalisé et divinisé, tantôt stigmatisé et humilié, le
corps de la femme est victime des fantasmes qui persistent
dans la mémoire collective. Si ces images échouent à cerner
l’essence du féminin, elles mettent cependant en pleine
lumière la peur engendrée par la différence. Cette pièce est
consacrée à la femme plurielle, dont le corps et l’âme aspirent à la liberté. Une écriture chorégraphique elle-même en
quête de Liberté, de Vérité, de Recherche de Soi. » (Valère
Novarina) Danseur soliste du répertoire classique, Gilles
Schamber a travaillé avec de nombreux chorégraphes dont
Maurice Béjart. Son parcours est marqué par le croisement
des univers artistiques, et par une gestuelle à la fois nouée,
limpide et sensible, qui permet d’aborder l’intime.
• Les 6, 7 et 8 juin, 20h30, au Théâtre du Chien Blanc
(26, rue du Général Compans, métro Marengo-SNCF,
05 62 16 24 59)
• Jeudi 30 mai, 20h30, à L’Escale (place de la Mairie à Tournefeuille, 05 62 13 60 30)
“La cantatrice chauve”
à la Cave Poésie
e”
“Livret de famill
en divers lieux
“La lumière de l’Asie”
au TNT
> Spectacles
> “LIVRET DE FAMILLE”, d’après Magyd
Cherfi, par Les Arts Oseurs
Genre : Lecture de rue (tout public à partir de 10 ans)
Avec “Livret de famille”, Magyd Cherfi (chanteur-parolier de Zebda) ose une poésie du réel, une autobiographie collective… comme des coups de poing qui font
du bien. Ça parle de lui mais surtout de nous, de nos
identités, de nos France(s), de nos hontes, de nos
petites fraternités… Autour d’une comédienne, d’un
peintre et d’un musicien, le public est invité à vivre, le
temps d’une déambulation, la ville d’un autre que soi.
Une embarquée textuelle loin des centres villes et des
axes touristiques. Dérangeant et jubilatoire!
• Samedi 15 juin, 17h00, à Rieux-Volvestre (rendez-vous Cité
des Badorques). Dimanche 16 juin, 17h00, à Soueich (rendez-vous à la mairie). Dimanche 23 juin, 17h00, à Latoue
(rendez-vous au stade) dans le cadre des “Pronomade(s)”.
C’est gratuit, renseignements au 05 61 79 95 50 ou
www.pronomades.org
• Mardi 18 juin, 19h00, à Ramonville (Cité Rose/métro
Ramonville). Jeudi 20 juin, 19h00, à Empalot (métro Empalot). Samedi 22 juin, 17h00, à Castanet-Tolosan (départ école
Françoise Dolto) dans le cadre de la dixième “Saison en rue”
du festival de Ramonville. C’est gratuit, renseignements :
www.festivalramonville-arto.fr
> “LA LUMIÈRE DE L’ASIE”, le chefd’œuvre restauré du cinéma muet signé
par Franz Osten et Himansu Rai (1925)
mis en musique sur scène par les musiciens
manghaniyars du Rajasthan/Ensemble
Divana
Genre : Ciné-concert
Prem Sanyas, “La Lumière de l’Asie”, évoque les premières années de Bouddha, alors nommé Siddhârtha
Gautama, le fils tant attendu du roi Suddhodana. Après
avoir grandi dans un monde clos et protégé, le jeune
homme s’éloigne du palais et de son épouse bien-aimée
Gopa, et découvre la misère, la maladie et la mort. Un
ermite lui ouvre la voie de la révélation. Le film est un
prétexte pour découvrir la vie et les traditions des
Rajahs de l’époque, leur quotidien dans l’enceinte des
forteresses qui surplombent encore aujourd’hui le Rajasthan. Les plus grands musiciens musulmans de la caste
manghaniyar du Rajasthan, l’ensemble Divana anciennement au service de seigneurs hindous, restituent une
musique originale de ces images d’un autre temps.
• Lundi 3 juin, 19h30, au TNT (1, rue Pierre Baudis, métro
Jean Jaurès ou François Verdier, 05 34 45 05 05)
> “C’EST QUOI CE CIRQUE!!”, par Les
Acrostiches
Genre : Fantaisie débridée entre cirque et musique
Tout-petits déjà, Les Acrostiches étaient drôles. Le jour où
ils ont compris qu’ils le seraient trois fois plus ensemble,
ils ont fait leur premier spectacle. L’expérience aidant, ils
n’ont pas été longs à comprendre le principe des multiplications. Ainsi au bout de dix années intenses et débridées
à rire de tout et de rien avec un public hilare et ravi, ontils décidé de s’adjoindre les services d’un quatrième larron. Et ce fut quatre fois plus drôle! Puis, ils ont décidé,
d’un commun accord, qu’ils le seraient encore plus si un
cinquième venait les rejoindre. Voici donc l’opus 5 des
aventures “acrostichiennes” avec trois acrobates et deux
musiciens. Le pire c’est qu’ils ne savent pas se tenir. Alors
ils vont jongler, chanter, s’équilibrer, peut-être danser, dire
des poèmes bêtes ou des bêtises poétiques, faire l’orchestre, s’enguirlander en public et ça va nous faire rire!
• Samedi 1er juin à 15h00 et 20h30, dimanche 2 juin
à 15h00, à Odyssud (4, avenue du Parc, Blagnac,
05 61 71 75 15)
> “LE JARDIN”, de et avec Cécile Métral
Genre : Poétique et ludique
“Le Jardin”, spectacle miniature pour funambulisme
intimiste, nous invite à découvrir l’univers périlleux et
solitaire d’Amétiste Flamme. Au travers du mini-fil, du
jeu clownesque, du théâtre gestuel et du piano live,
Amétiste se raconte, et emporte avec elle tout son
petit monde. Des cours de piano (traumatisants!) de
l’enfance, à l’arrivée miraculeuse d’un cadeau, Amétiste chante, danse, sautille et se démène dans tous les
sens pour amadouer sa solitude et nous faire partager le monde qu’elle a inventé. Avec humour et sensibilité, Cécile Métral aborde le thème de la solitude et
nous démontre qu’on peut faire « rire son cœur
d’une situation qu’il croyait désespérée. »
• Du 4 au 8 juin, 21h00, au Théâtre du Grand-Rond
(23, rue des Potiers, métro François Verdier, 05 61 62 14 85)
> “BRIC À BRAC D’IMPRO”
Genre : Improvis’action
Au gré des thèmes et des envies du public, la crème des
acteurs de La Brique enchaîne les situations et les personnages pour nous faire vivre des histoires et des situations absolument uniques et totalement improvisées.
• Mercredi 19 juin, 20h30, à la Comédie de Toulouse
(16, rue Saint Germier, métro Compans-Caffarelli,
0899 19 91 91/1,35€ l’appel + 0,35 mn)
© D.R.
• Jusqu’au 23 juin à la Médiathèque José Cabanis
(1, allée Jacques Chaban-Delmas, métro Marengo/SNCF,
05 62 27 40 00)
> “LA CANTATRICE CHAUVE”, d’Eugène Ionesco, par la Compagnie Le Nouveau Comptoir
Genre : Théâtre de l’absurde ?
Dans les environs de Londres (c'est-à-dire n’importe
où), le couple Smith, bourgeois, attend le couple
Martin, bourgeois, pour le souper. Mais le retour de
la bonne et l'arrivée du capitaine des pompiers vont
compliquer les choses… En guerre contre les
conventions théâtrales de son temps, Ionesco
orchestre crescendo les (non) péripéties grotesques
de personnages réduits à leurs pulsions et à leurs
automatismes sociaux, progressivement dépouillés et
comme déshabillés par le langage, seuls et nus face
au vide essentiel, au retour éternel de l’Insensé. La
pièce “La Cantatrice chauve” fait partie du triptyque
“Absurdes ?” créé en janvier 2012 à Toulouse au
Théâtre du Grand-Rond. Ce triptyque rassemble
trois pièces de trois auteurs majeurs du XXè siècle
dont l’œuvre va influencer durablement la production dramatique contemporaine : Samuel Beckett
avec “En attendant Godot”, Eugène Ionesco avec “La
Cantatrice chauve” et Arthur Adamov avec “Si l’été
revenait”. « L'interrogation qui ponctue le terme
“absurdes” exprime notre scepticisme quant à l'opinion répandue selon laquelle ces textes ne constitueraient que des variations sur la vacuité de la communication et le non-sens de la vie. Nous voulons au
contraire souligner qu'à travers leur singularité stylistique — l'onirisme chez Adamov, l'insolite chez
Ionesco, l'humour macabre chez Beckett — ces trois
œuvres développent, chacune à sa manière, une
réflexion profonde sur la condition humaine.
> “DOUZE HOMMES EN COLÈRE”, de Reginald Rose, mise en scène de Francis Azéma
Genre : Huis clos étouffant d’une rare tension
Douze jurés se retrouvent à l’issue du procès pour une
simple formalité : condamner à mort un jeune homme
accusé du meurtre de son père. L’affaire pourrait être
expédiée en cinq minutes si l’un d’eux, trop zélé, ne votait
pas tout de suite cette condamnation, empêchant par làmême l’unanimité nécessaire à l’exécution. Une œuvre
magnifique qui, au delà de la simple remise en cause de la
peine de mort, nous questionne sur la valeur de nos certitudes. La nécessité du doute comme moyen de pensée,
l’assurance de n’être jamais sûr de rien, la confrontation
et l’échange comme éléments indispensables à la prise de
décision, voilà où nous convie cette scène (cène) sublime,
qui décidera du sort du treizième invité.
© D.R.
> “Electrik Botanik Ensemble”, Basile
Robert
installation mécanique et sonore
Dissémination immersive d’actions mécaniques et
sonores, balancements, ondulations, agitations, petites
secousses, frémissements, multiples et frivoles, aériens,
parfois solaires. C’est au travers de salves d'impulsions
magnétiques que cette botanique électrique, ce tas de
ferraille de récupération et de fils agencés, ce Meccano®
tropical et ses fruits sonores à débusquer nous livrent
une musique où l'étrange et le quotidien se côtoient.
Forêt magique ou bien parterre bucolique ? À l'orée
d'une ville ? Ou encore l'intérieur d'une machine infernale… Issu d’une double expérience, celle de la création sonore et celle du développement technologique
au service du spectacle vivant, Basile Robert est spécialisé depuis quelques années dans la génération de sons
acoustiques et amplifiés générés à l'aide d'actionneurs
(moteurs, électro-aimants, etc.) ainsi que d'objets divers
et variés de récupération, pilotés par un système informatique. Sa démarche bénéficie des applications issues
des recherches appliquées du GMEA qui l’accompagne
sur cette voie depuis plusieurs années.
> Théâtre
© D.R.
> EXPOS
© D.R.
16/DANS
Les Acrostiches
à Odyssud
JUIN/DANS LES MURS/17
> “L’ÂME MÉTISSE”, texte et mise en scène
de Catherine Pont-Humbert, avec Vincent
Byrd Le Sage, Cécile Combredet et Charo
Beltran Nunes
Genre : Lecture-spectacle
L'âme métisse est un texte en neuf tableaux pour trois
comédiens, inspiré par l’œuvre du peintre cubain Wilfredo
Lam. En même temps qu’il s’intéresse à une œuvre picturale, il constitue une plongée au cœur des événements du
XXè siècle tant politiques (Guerre civile espagnole, Seconde Guerre mondiale, Révolution cubaine…) que culturels.
Il se trouve que Wifredo Lam a été présent aux grands
rendez-vous de l’histoire de son siècle.
> “LE SENS DE L’EAU D’APRÈS UNE PROMENADE LE LONG DU FLEUVE SÉNÉGAL”, de Stéphane Dumont de Sauret
Genre : Projections libres
Photographe professionnel et réalisateur, Stéphane
Dumont de Sauret illustre ici les rapports étroits, complexes et diversifiés entretenus par les habitants avec le
fleuve Sénégal, en Afrique occidentale, continent où
l’eau, élément liquide vital, reste un problème crucial à
résoudre. Il compare pays industrialisés et pays en voie
de développement dans leurs liens avec l’eau, abordant
les questions de pollution, d’accès, d’irrigation, d’inégalités, de sécurité, de pauvreté et de sécurité alimentaire.
• Jeudi 6 juin, 18h00, à la Bibliothèque Fabre
(6, rue Saint-Jean, métro Carmes ou Esquirol, 05 81 91 77 01)
dans le cadre du festival “¡Rio Loco!”
• Jusqu’au 30 juin, de 10h00 à 18h00, à l’Espace Champs
Libres du Muséum (35, allées Jules Guesdes, métro Palais
de Justice, 05 67 73 84 84)
> “LE TÊTE EN CONFIOTE”, de et avec Tite
Hugon
Genre : Nouveau cirque
Mirabelle est une femme avec toutes les allures du plus
rustre des paysans. Un peu grasse, elle crache parfois mais
comme tous, elle cherche l’amour, la beauté et l’argent! Elle
essaye de mettre au point la MAC CSLM — la “Machine À
Confectionner la Confiture Sans Les Mains” — qui dynamiterait le monde de l’électroménager. Malgré un travail
acharné, les tests effectués restent trop aléatoires, ce qui
plonge notre inventeur dans des états extrêmes : remise
en question, solitude, désarroi, folie… Elle nous convie à un
petit apéro surprise afin de nous dévoiler ses talents d’artiste (fil de ferriste) et ses talents culinaires. Elle cherche à
se mettre en valeur, mais surtout, elle organise tout ça
pour ne plus rester seule.
> “LUI & L’AUTRE”, avec Xavier Holaind
et Laurent Berthier
Genre : Duo d’improvisation
Le principe est simple. Il est demandé au public avant le
spectacle d’écrire un thème, une idée, une phrase sur
laquelle le duo improvise. Des contraintes sont ajoutées afin de leur rendre la tache un peu plus compliquée. Au final, vous serez véritablement surpris par la
complémentarité de ces deux comédiens, leur sens de
la répartie et leur énergie littéralement revitalisante!
Attention : imagination demandée et participation fortement encouragée de la part du public!
• Du 4 au 8 juin, 21h00, au Fil à Plomb (30, rue de la Chaîne,
métro Compans Caffarelli ou Jeanne d’Arc, 05 62 30 99 77)
> “LE CABARET AUTREMENT”
Genre : Dîner-spectacle
Le cabaret Le Kalinka annonce le printemps avec un
nouveau spectacle haut en couleurs, en musiques et en
performances scéniques. L’occasion de venir voir ou
revoir cette troupe pas comme les autres, au sein du
plus petit, mais non moins talentueux, cabaret toulousain. Un décor mêlant des voix et des personnalités
hors normes! Le printemps est l’occasion pour les
artistes passionnés de ce “Cabaret autrement”, de présenter un nouveau spectacle. Une alliance de styles
entremêlant danse, chant, théâtre et cirque, véritable
signature du Kalinka, pour le plaisir des yeux et des
oreilles. Durant ce show, ce sont les sixties, les années
80-90, les musiques métal, rock et disco qui sont revisitées par cette troupe. Sans oublier des passages de
danse folklorique, et les grands « classiques » de ce
cabaret atypique, que sont les numéros d’acrobaties et
de contorsionnistes.
> “HABITACULUM”, par la Compagnie
Kamchàtka
Genre : Installation habitée
Le jour et à l’heure qui vous conviennent, rendez visite à
vos nouveaux voisins… Ils sont arrivés il y a peu, ont
posé leurs valises à Saint-Martory. Ils ne parlent, pas mais
la porte est ouverte… Certains d’entre vous les reconnaîtront peut-être… ils avaient en effet débarqué d’on ne
sait quel pays lointain en mai 2011 dans le village d’Anan,
le regard plein de curiosité… Dans la continuité du spectacle précédent, retrouvez-les fraîchement installés, sous
le toit d’une grande maison sans âge, occupée de souvenirs et d’émotions diverses. Sans un mot, ils vous invitent
à les suivre et retracent leur histoire, pièce après pièce.
Ces nouveaux arrivants portent en eux les traces d’un
passé empreint de nostalgie… D’où viennent-ils ? Quel
exode ont-ils vécu ? Quel(s) chemin(s) ont-ils emprunté
pour arriver jusqu’ici, jusqu’à vous ?
> “DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS”, par
la Compagnie Des Jours Heureux
Genre : Polar chez les fruits et légumes (à partir
de 3 ans)
La marchande de légumes et de fruits n’est plus
livrée. Le jardinier lui a envoyé une carte postale
sur laquelle est écrit : « ‘‘Cinq par jour’’ : Trouvez
ce que cela signifie et je reviens. ». C’est l’Enfant et
l’Escargot qui vont mener l’enquête. La nouvelle
fait la Une dans la feuille de chou du village. Les
salsifis en ont assez d’être en boîte, ils aimeraient
bien avoir leur place dans le potager. Les enfants
du village ne mangent pas assez de fruits et de
légumes, alors le jardinier, de connivence avec les
fruits et légumes, leur demande de rester cachés
dans sa cabane… Mais ça on ne le découvrira que
plus tard…
• Les 12 et 13 juin, 21h00, au Citron Bleu (18, rue des
Paradoux, métro Esquirol ou Carmes, 05 61 32 15 57)
• Samedi 1er juin, 21h00, au Théâtre du Pont-Neuf
(8, place Arzac, métro Saint-Cyprien/République,
05 62 21 51 78)
> “LES MINIATURES, DE PLACES EN JARDINS”
Genre : Quatre piécettes circassiennes gratuites (tout
public)
Une après-midi dédiée à de petites formes circassiennes,
musicales, théâtrales, performatives… jouées plusieurs
fois au détour des rues, placettes et jardins. Au programme : la Compagnie Presque Siamoises avec “Tor” un conte
écrit pour les petits pour que ça parle aux grands, un
conte de poche pour une contorsionniste et une conteuse ; Pierre-Maurice Nouvel dans son personnage “Glandeur nature” qui pratique l’humour libre et le prouve
avec des numéros hétéroclites qui ont un dénominateur
commun : la dérision, voire l’autodérision ; la Compagnie
Sans Paradis Fixe et son “Philharmonique d’occasion” qui
mêle musique, danse, théâtre, clown ou photographie afin
d’enjamber la frontière spectacle-public et prouver que
les êtres qui nous entourent sont des mondes fabuleux ;
et enfin le partage marionnettique “Intimes débordements” de la Compagnie Les Mains Libres.
> P’tits bouts
> “AH LES DRAGONS”, par la Compagnie
L’Arbre à Plumes
Genre : Conte et musique (dès 5 ans)
La Compagnie L’Arbre à plumes nous entraîne sur les
pas de Tourmaline et de son voyage initiatique, entre
imaginaire et réalité. Petite fille bien décidée à tromper
son ennui et sa tristesse, elle va rencontrer tout un lot
de personnages à la fois drôles et inquiétants. Un banal
mercredi de pluie, la jeune Tourmaline s’invente des
aventures palpitantes : sa recherche du jeune prince
mystérieux qu’elle a vu en rêve l’entraîne au Royaume
des Quatre Éléments : l’Eau, la Terre, l’Air et le FeuSoleil. Ils ont chacun un secret à lui révéler. Sur la route
de Tourmaline se dresse la haute silhouette d’un terrible dragon… mais les dragons à grosse voix ne sont
pas toujours méchants! « Derrière le dragon se cache
l’amour, derrière l’amour la découverte réjouissante de
soi. Et derrière le rideau… La magie des sons… ». La
comédienne clown déroule le fil de l’histoire pendant
que la chanteuse musicienne crée des univers sonores,
mélodiques et rythmiques, faisant apparaître les instruments de musique et prêtant sa voix aux personnages
mystérieux du conte. Un spectacle plein d’originalité et
d’audace, à découvrir en famille.
© D.R.
“Au pays
des Zurbains” au C. C. Bellegarde
> “Regarder dehors”, travaux d’élèves de
CE1 de l’École Ronsard
arts plastiques
« Nous intervenons au sein de l’école élémentaire Ronsard de Toulouse, au cœur de la ZEP Bagatelle, dans une
volonté de proposer la culture à des élèves éloignés de
la pratique culturelle, par le biais de différents ateliers
de pratique artistique. Ainsi, tout au long de l’année scolaire, un groupe d’élèves de CE1 a exploré divers lieux
du patrimoine par le biais de la photographique (Cité de
Carcassonne, Basilique Saint-Sernin, Centre ville de Toulouse…) pour s’approprier de nouveaux espaces. Les
photographies ont servi de base iconographique pour
effectuer un travail de peinture et mettre en œuvre un
véritable processus entre photographie, dessin et peinture. » (Cie Nelson Dumont)
• Vendredi 31 mai, 20h30, au Centre Culturel de
Ramonville (place Jean Jaurès, 05 61 73 00 48) dans
le cadre de
“Caravane de Cirque”
> “UNE ÉQUIPE DE RÊVE”, de Sergio
S. Olguin, par la Compagnie Théâtre
Folavril
Genre : Lecture-spectacle (à partir de 12 ans)
Auteur argentin, journaliste et critique littéraire né
en 1967 à Buenos Aires, Sergio S. Olguin est également journaliste. Co-lauréat du premier prix, dans
la catégorie poésie, de la Première Biennale d’Art
Jeunesse de Buenos Aires en 1989, il a principalement publié des romans et nouvelles de littérature
jeunesse. “El equipo de Los Suenos” (“Une équipe
de rêve”) est traduit en français et publié en 2006
aux éditions Seuil/Métaillé. La lecture-spectacle est
présentée dans le cadre du “Marathon des mots”.
• Samedi 29 juin, 15h00, au Théâtre du Grand-Rond
(23, rue des Potiers, métro François Verdier, 05 61 62
14 85). Entrée libre sans réservation dans la limite des
places disponibles!
• Jusqu’au 8 juin, les mercredis et samedis à 15h00,
au Théâtre du Grand-Rond (23, rue des Potiers,
métro François Verdier, 05 61 62 14 85)
> “LA REINE DES POISSONS”, avec
Mimi Barthélémy et Amos Coulanges
(guitare)
Genre : Conte (à partir de7 ans)
Reprise d’une version d’un conte de tradition
orale d’Haïti. C'était au temps où la mer regorgeait de poissons autour de l'île. Pourtant, le
pêcheur Lormilis ne pêchait pas assez de poisson
pour nourrir sa famille. Jusqu'au jour où il rencontra la reine des poissons…
> “TOC! TOC! TOC! QUI FRAPPE À LA
PORTE ?”, par la Cie Vent de Sable
Genre : Chansons des îles, chansons d’ici, bilinguisme
Franco/Créole (de 3 à 10 ans)
Une histoire qui invite les petits et les grands à franchir
de nouveaux horizons pour naviguer sur l’océan des
richesses traditionnelles entre la métropole et la Martinique… Une mise en scène dynamique et amusante où
les instruments de musique deviennent des personnages issus des fables de Jean de La Fontaine et autres
entités emblématiques de la Martinique.
• Samedi 15 juin, 16h00, à la Médiathèque José Cabanis (1, allée Jacques Chaban-Delmas , métro
Marengo/SNCF, 05 62 27 40 00) dans le cadre du
festival “¡Rio Loco!”
suite page 18 >
• Mercredi 12 juin, 16h00, à la Bibliothèque Serveyrolles
(10, rue Charles Garnier, 05 61 20 35 94) dans le cadre
du festival “¡Rio Loco!”
© D.R.
• Dimanche 23 juin, de 15h00 à 19h00, à Labège-Village
(départ place Saint-Barthélemy). C’est gratuit, renseignements :
www.festivalramonville-arto.fr
> “AU PAYS DES ZURBAINS”, par la
Compagnie Empreintes
Genre : Danse et musique (dès 5 ans)
Bienvenue dans le monde des Zurbains, un univers étrange dans lequel des personnages pressés, fatigués, harassés, se croisent, et s'entrecroisent sans jamais vraiment se regarder. Ici chacun
suit sa route un chemin bien tracé qu'il est
impensable de changer! On avance coûte que
coûte et la rencontre est impossible, impossible ?
Enfin presque… “Au pays des Zurbains” est un
spectacle qui se déroule à un rythme haletant.
Danse, musique et chant se mêlent à la malicieuse
complicité de nos trois protagonistes. Et c'est
ainsi qu'ils arrêtent l'infatigable horloge urbaine le
temps d'une rencontre… Rencontre poétique
entre des personnages et des univers, rencontre
mélodique et mouvementée, qui donne au quotidien un savoureux grain de folie et qui transforme l'espace public en un véritable terrain de jeu.
Ce spectacle propose un regard ludique sur le
monde urbain. Il se joue des personnages et des
caractères qui le compose pour le plus grand plaisir des spectateurs.
© D.R.
> “CRI DU COQ!”, par Raiemanta Compagnie
Genre : Contorsion, danse et mime
Jets de jambes et grains de maïs : une jeune contorsionniste, nous donne à voir, en quelques positions élastiques, les
métamorphoses étonnantes d’une jeune femme qui va vouloir apprivoiser sa poule. C’est en dansant pour elle, avec
elle et en l’imitant que sa maison et sa cour vont devenir
un voyage émouvant et sensible… “Cri du coq!” nous
transporte dans un univers dans lequel un petit recoin
peut paraître bien grand, un tourbillon de gestes et de
mouvements peut évoquer des univers poétiques et quotidiens d’une jeune femme… Spectacle singulier, il s’axe sur
la notion de décalage, avec pour choix de mettre en scène
la contorsion et de la ponctuer de danse, d’équilibre et de
mime. Cette discipline est peu courante ou souvent
connue sous une image qui réfère au “cabaret”. La contorsion est ici un langage poétique, et non un enchaînement
technique.
• Jusqu’au 30 juin à la Médiathèque José Cabanis
(1, allée Jacques Chaban-Delmas, métro Marengo/SNCF,
05 62 27 40 00)
> “QUI SOMMES-JE ?”, par la Compagnie Ludor et Consort
Genre : Cirque (à partir de 2 ans)
Un clown hors d’haleine se réveille dans l’étrangeté d’un spectacle qu’il ne reconnaît pas. Il se
retrouve dans le monde de la domestication, au
cœur d’un laboratoire social où « on » atrophie
les sens et les désirs. Livré nu comme un nouveau
né, affublé ici d’une serpillière en guise de perruque et d’une couche-culotte vouée à finir en
morceaux, il n’a rien perdu de son sens de l’humour vache… Où qu’il trimballe sa voix fluette
d’enfant dans un corps massif d’adulte, le pouvoir
de fascination exercé par Ludor Citrik est toujours intact…
• Vendredi 7 et samedi 8 juin, à l’heure qui vous convient entre
18h00 et 21h00, à Saint-Martory (rendez-vous à la gare) dans
le cadre des “Pronomade(s)”
“La tête en confiote” au Fil à Plom
b
> “La Jamaïque : un univers complexe et
coloré”, Sarah Bourhis
photographie
Cette exposition est née d'un périple touristique d'un
mois, en février 2011. Les photographies présentées
reflètent un infime fragment de la Jamaïque. « Au détour
d’une rue, d’une église, d’une plage ou d’une forêt, j’ai
cherché à capter des atmosphères, des paysages et des
scènes de la vie quotidienne qui règnent sur une île cinquante fois plus petite que la France. Malgré l’adversité
qui demeure sur ce bout de terre, la musique reste
omniprésente et se fond dans un décor coloré. »
• Du 5 au 29 juin, les mercredis et samedis à 15h30,
au Fil à Plomb (30, rue de la Chaîne, métro Compans
Caffarelli ou Jeanne d’Arc, 05 62 30 99 77)
• Mardi 4 juin, à 10h30 et 14h30, au Centre Culturel
Bellegarde (17, rue Bellegarde, métro Jeanne d’Arc, 05
62 27 44 88)
• Au Kalinka (10 bis, rue des Teinturiers, métro SaintCyprien, 05 61 42 28 72)
> EXPOS
“Toc! Toc! Toc! Qui frappe
à la porte ?” à la
Bibliothèque Serveyrolles
• Jusqu’au 14 juin au Tube/La Fabrique (Université Toulouse
II-Le Mirail)
> “J’étais, je suis, je serai”, Sébastien
Lange
topographies intimes, naïves et complexes
« Cette exposition est l'aboutissement d'un travail
d'atelier hebdomadaire conduit, durant quatre années,
auprès des femmes détenues à la Maison d'Arrêt de
Seysses, portant sur la création de cartes géographiques
peintes et sonorisées. « J'étais, je suis, je serai » est une
litanie que des rabbins psalmodiaient et dansaient furtivement, la nuit venue, dans le ghetto de Varsovie. «
J'étais, je suis, je serai » ainsi prononcé, abolit d'un coup
toutes les formes d'enfermement. Ce projet d'exposition à la Médiathèque des Abattoirs fut posé d'emblée
comme l’aboutissement d'un processus de création que
je souhaitais libre et aléatoire, et que seules les limites
structurelles de temps et d'espace imposées pour le
milieu carcéral encadreraient ; destinées à sortir de l'enfermement où elles sont nées et à se déployer entre les
murs du dehors, ces cartes, au départ artisanales, se
muent en objet d'art dans le musée qui les accueille. Le
protocole établi pour la conduite des ateliers se passa
de méthode. Le matériel graphique et sonore, soumis à
un strict contrôle, fut mis à la libre disposition des
volontaires et les conseils prodigués à la demande. Sur
cela point de surveillance. Les contraintes de la détention avec son temps comme uniforme et l'instabilité des
personnes en souffrance, ont imprimé leur rythme à la
réalisation de ces topographies intimes, naïves et complexes, qui peu à peu dessinent des portraits dont l'anonymat se dévoile au risque du malaise. Ainsi sont nées
au fil des mois et d'un rituel immuable, les œuvres et
confidences de celles qui ont accepté de se livrer. »
(Sébastien Lange)
• Jusqu’au 13 juillet, du mercredi au vendredi de 13h00 à
18h00, le samedi de 11h00 à 18h00, à la Médiathèque des
Abattoirs (76, allées Charles de Fitte, métro SaintCyprien/République, 05 62 48 58 00)
> “Le carnaval des animaux”, Valérie Hié
illustrations (jeune public)
À l'origine du “Carnaval des animaux”, le compositeur et
musicien, Camille Saint-Saëns, écrit au début du siècle
dernier cette incroyable symphonie où chaque animal y
est décrit musicalement : la démarche lente de l'éléphant, la légèreté des oiseaux… reprises par le piano, la
contrebasse et les flûtes, quelle drôle et fantastique
idée! Un travail époustouflant mis en mots et en images
dans cette nouvelle version publiée par Didier Jeunesse.
Vous découvrirez dans cette exposition les somptueuses illustrations de Valérie Hié, pleine d'originalité et
de poésie.
• Du 6 au 26 juin à la Bibliothèque Duranti (6, rue de Lieutenant-Colonel Pélissier, métro Capitole, 05 62 27 42 52)
> “But can you wrap fish in it ?”
collective
Cette exposition est une restitution du projet “Braconnages” dédié à l'édition en tant que pratique artistique et proposé par l'IsdaT beaux-arts en partenariat
avec la Médiathèque des Abattoirs–Frac Midi-Pyrénées.
Son titre est emprunté à un article publié en 1976
dans la revue américaine “Art-Rite”. Dans ce texte, l'artiste Eve Sonneman recensait des paroles supposément
recueillies dans les rues new-yorkaises en réponse à la
question « What do you think about artists' books ? ».
Les livres et les éditions d'artistes sont en effet au
centre du projet “Braconnages”, dont le périmètre
prend en compte l'ensemble des pratiques éditoriales
inscrites sur un territoire artistique : photobooks, graphisme éditorial, etc. À travers ces pratiques, il s'agit
d'explorer les possibilités et les enjeux de la reproductibilité et de la « diffusabilité » imprimées dans le
champ étendu de l'art.
• Jusqu’au 13 juillet, du mercredi au vendredi de 13h00 à
18h00, le samedi de 11h00 à 18h00, à la Médiathèque des
Abattoirs (76, allées Charles de Fitte, métro SaintCyprien/République, 05 62 48 58 00)
LES MURS/JUIN
> “Animal de pub”
illustrations publicitaires
Le Centre de l’Affiche donne à voir la troisième exposition de sa saison sur le thème “Animal de pub”. Dans
cet ultime volet, il continue de dévoiler un bestiaire
publicitaire tout aussi jovial et surprenant, où l’animal se
fait cette fois-ci acteur ponctuel d’une campagne.
• Jusqu’au 23 août, du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00
et de 14h00 à 18h00, au Centre de l’Affiche (56, allées
Charles de Fitte, métro Saint-Cyprien/République, 05 81 91
79 17). Entrée libre!
> “IPP/En roue libre”, Jacqueline Delpy
installation plastique participative
Dans une mise en scène ludique et esthétique, les matériaux plastiques s’accumulent, la chaine de production
s’emballe et les réalisations prennent leur envol. L’artiste
plasticienne Jacqueline Delpy inventorie les emballages
issus de la consommation courante des ménages et développe un travail en lien avec les enjeux du développement
durable. Organisé autour d’une chaine d’assemblage, le
dépôt IPP vous invite à reconsidérer ces “déchets ” lors
d’ateliers de créations. Alors, à vos bidons, bouchons et
autres conditionnements plastiques! Venez transformer
l’utile et le quotidien, en un objet unique, au design acidulé.
• Jusqu’au 15 juin, du mardi au vendredi de 13h30 à
18h30, le samedi de14h00 à 19h00, à Odyssud (4, avenue
du Parc, Blagnac, 05 61 71 75 15). Ateliers tout public avec
l’artiste les 1er et 2 juin
> “La musique moderne jamaïcaine, du
ska au dancehall, 1962-2013”
graphisme
Une exposition constituée de pochettes de disques,
livres, revues et documentaires issue des collections
graphiques de l’association ALJAMA, qui a fondé à Toulouse en 1999 le label phonographique indépendant
ALJAMA discs. En complément de l’écoute commentée
du 9 juin, cette exposition propose une sensibilisation
au patrimoine sonore et graphique des mouvements
d’avant-garde des années 1960-1970 et contemporains.
• Du 4 au 30 juin à la Médiathèque José Cabanis (1, allée
Jacques Chaban-Delmas, métro Marengo/SNCF, 05 62 27
40 00) dans le cadre du festival “¡Rio Loco!”
> “Sans mot dire”
gravure
Yoel Jimenez, artiste plasticien de 39 ans, de nationalité
franco-cubaine, vit et travaille à Toulouse depuis 2007.
Diplômé de l'École Nationale des Beaux Arts de La
Havane en 1991, il pratique principalement la gravure, et
plus spécifiquement la xylographie. Dernièrement, il a
réalisé une série de gravures où il utilise le langage de
l'affiche pour évoquer une vision parfois critique ou fantastique du monde de la rue et des bars.
• Jusqu’au 15 juin à la Bibliothèque Fabre (6, rue Saint-Jean,
métro Carmes, 05 61 53 51 59)
> “Tatou conté, Tatou dessiné”, Amandine Szczepaniak
illustraconte
Amandine nous emmène dans son univers onirique. Elle
nous propose de voyager entre le conte et la couleur.
Dans un mélange de rêve et de poésie, elle illustre la vie
à sa manière et nous propose d’interpréter l’histoire de
chaque image et de devenir à notre tour conteur(se).
• Du 4 juin au 27 juillet au Fil à Plomb (30, rue de la Chaîne, métro Compans Caffarelli ou Jeanne d’Arc, 05 62 30 99
77). Entrée libre!
> “Du fleuve Sénégal à la Garonne, il n’y a
qu’un pont”
photographies
Descendez le fleuve Sénégal en bateau et en pirogue
depuis la ville de Podor “dernier des anciens comptoirs
français” jusqu’à Saint-Louis et rencontrez les habitants
des rives. Le fleuve Sénégal, ressource en eau et poissons, est aussi un lieu de production d’énergie, de transport, de navigation.
• Jusqu’au 16 juin, du mardi au dimanche de 10h00 à
18h00, au Muséum de Toulouse (35, allées Jules Guesdes,
métro Palais de Justice, 05 67 73 84 84)
> Nikko K.K.O.
dessin
« Je dessine et je colle un monde fait de Karav’Animales,
d’enfants tristes aux gros yeux noirs, de marionnettes
dépressives, de poupées folles, d’ânes mécaniques, de
jouets dysfonctionnant, de clowns sans numéros, de pantins
alcooliques… C’est un monde coloré mais peuplé de personnages tristes, mélancoliques, nostalgiques qui ne veulent
qu’une chose : partir, s’enfuir… c’est l’exil, la quête.
> Humour
> “ÉDOUARD BAER… À LA FRANÇAISE!”, de et avec Édouard Baer
Genre : Saynètes, chansons et loufoqueries
Il faut sauver la France! Économie délabrée, côtes
bétonnées, banlieues olé olé, tout s‘effondre. Grognons, sales, vieux, arrogants, les Français euxmêmes souffrent de désamour. Une nuit, Luigi
(Édouard Baer), chef d’une troupe de saltimbanques a une apparition : la France elle-même
l’appelle au secours! Il est temps d’inventer une
forme de spectacle nous réconciliant avec notre
pays... Comment faire chanter les foules sur la
grandeur de notre industrie nucléaire ? Peut-on
encore enchanter le monde avec nos fameux 400
fromages ? Nos dix comédiens de hasard, sympathiques et consternants héros, parviendront-ils, par
la grâce du music-hall, à ré-enchanter notre beau
pays et relancer la fameuse machine à rêver ?
• Du 6 au 8 juin, 20h30, à Odyssud
(4, avenue du Parc, Blagnac, 05 61 71 75 15)
> “LES FONCTIONNAIRES”
Genre : Spectacle irrésistible!
Vous passerez vingt-quatre heures dans la vie des
Fonctionnaires! Que vous le soyez ou non, chacun se
reconnaîtra. Cette comédie vous entraînera dans des
situations inénarrables et délirantes où une multitude
de personnages vous emportera dans un tourbillon
de rire et de folie!
• Du 11 au 22 juin, du mardi au samedi à 20h00, au
Café-Théâtre Les Minimes (6, rue Gélibert, métro Les
Minimes/Claude Nougaro, 05 62 72 06 36)
> “N°9 DE BIGARD”, avec Jean-Marie
Bigard
Genre : Humour à poils
Bigard se livre une fois de plus dans un numéro très
personnel où il nous parle de ses anecdotes les plus
croustillantes… Un nouveau spectacle sur le thème
du temps qui passe : « passé, présent, futur, on ne va
pas tous à la même vitesse… c'est vertigineusement
drôle quand on y pense! » Un “n°9” qui, comme il le
suggère, met en scène un nouveau Bigard. Il est
intransigeant et ne laisse rien de côté : la vie, la mort,
l’amour, la vieillesse. Des banalités de la vie, néanmoins hilarantes lorsque Bigard nous les conte.
• Mercredi 12 juin, 20h30, au Casino Théâtre Barrière
(île du Ramier/18, chemin de la Loge).
Renseignements et réservations au 05 34 31 10 00
> “J’AI 30 ANS ET TOUT LE MONDE
S’EN FOUT!”
Genre : Comédie à cinq personnages féminins
Elles sont cinq filles au service d'une folle comédie.
Elles enthousiasment, séduisent et font littéralement
hurler le public de rire. L'histoire : Ce soir, c'est ses
30 ans. Elle est en pleine crise existentielle. Sa mère
ne pense qu'à la marier, son amie d'enfance veut
divorcer, sa copine vient de se faire larguer et l'autre
bonne copine, du haut de ses 20 ans, l'agace profondément! Et pour couronner le tout, ce petit monde
semble s'être donné rendez-vous pour lui pourrir
cette soirée! Cette pièce drôle et sarcastique est un
véritable succès comique, les répliques sont aussi
piquantes que justes et atteignent haut la main leur
objectif : nous faire rire.
• Les 4, 18 et 19 juin, 21h00, au 3T
(40, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès, 05 61 63 00 74)
> “COMPTE JUSQU’À 3”, de Guillaume
Douat
Genre : Comédie de couple
La compagnie toulousaine Les Incrédibles présente
en exclusivité “Compte jusqu’à 3”, une comédie de
couple jubilatoire. La pièce croque avec délice les
scènes d’une vie de couple. Le temps d’une soirée, le
public découvre l’existence de Marc et Alice, mariés
depuis vingt ans et marqués de plein fouet par les
étapes de la quarantaine. Le duo évoque avec légèreté et humour la difficulté du couple aujourd’hui à
affronter le temps qui passe… Fous rires garantis!
• Les 31 mai, 1er, 7, 8, 14 et 15 juin, 20h00, au Théâtre
Le 57 (57, boulevard des Minimes, métro Canal du Midi,
05 34 40 61 31)
> “LE DALAÏ ET MOI”, de Sophie Forte,
avec Claire Gérard et Brock
Genre : Drôle et original
Un parisienne bobo, stressée par la Capitale, veut
changer d’air… Elle part faire un treck en Inde…
Elle nous fait vivre ce périple à travers un récit
délirant, des personnages déjantés et des situations
improbables… avec folie et humour : « Je suis une
fille branchée, hyperactive, organisée et… ma vie
est une catastrophe! Alors c’est décidé : je pars
faire un voyage initiatique au nord de l’Inde. Un
treck de quinze jours. Ça va être dur, mais indispensable à ma survie. D’ailleurs, le Dalaï Lama a dit
: “Se détacher des biens matériels contribue à la
quête du bonheur”. Ok, je vais me détacher de
tout. Enfin pas de mes chaussures Prada, faut pas
pousser… Et promis, j’éteindrai mon portable la
nuit… Ça va capter au moins la haut! »
• Du 13 au 15 juin, du jeudi au samedi à 21h30,
au Café-Théâtre Les Minimes (6, rue Gélibert, métro
Les Minimes/Claude Nougaro, 05 62 72 06 36)
> “ O N E S T TO U S P O RT É S S U R L A
QUESTION”
Genre : Comédie délirante et croustillante
Entre frustration, addiction et ronron, le sexe au
XXIè siècle… Pour qui : pour ceux qui connaissent,
connaîtront ou ont connu le sexe à un moment de
leur vie! Un spectacle pour les plus de 15 ans et 3
mois, pour les couples, les célibataires, les alpinistes
de haut-vol… enfin ceux qui sont intéressés par le
septième ciel!
• Les 7, 8, 18, 26 et 27 juin, 21h00, au 3T
(40, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès,
05 61 63 00 74)
> “ON AIR OU LA TV COMME VOUS
L’AVEZ JAMAIS VU”, avec Benjy Dotti,
mise en scène de Bernard Sellem
Genre : Show man
Ce spectacle utilise de nouvelles technologies vidéo
en live, une première! Alors éteignez la télé et venez
la regarder au théâtre, elle va enfin vous distraire.
Après avoir écumé les plus grandes scènes parisiennes
et les plateaux télé, l'humoriste “parodieur” Benjy
Dotti nous revient avec un nouveau spectacle. Cette
fois il détourne les programmes de télévision et Internet sur scène. Tout le monde y passe, la télé-réalité,
les jeux télé, les réseaux sociaux, les séries, l'info et
même la pub. Des textes caustiques et parfois corrosifs dans un seul but : nous faire poiler de rire!
> ÉRIC ANTOINE
Genre : Illumoriste
Des colombes qui parlent, des tours de carte vraiment pas comme les autres, le retour en farce du
Rubik’s Cube, de la « psycho kinésie » (?), un zest
de « french can », des informations scientifiques,
philosophiques ou psychologiques, un « strip squelette », une histoire d’amour singulière et poignante, de l’hypnose collective et individuelle, des expériences, des déshabillages, un doigt de ukulélé, une
pincée de transformisme… et en prime deux
records du monde tentés et réussis à chaque
représentation!
• Du 6 au 8 juin, 21h00, au Citron Bleu
(18, rue des Paradoux, métro Esquirol ou Carmes,
05 61 32 15 57)
• Lundi 10 et mardi 11 juin, 20h30, au Casino Théâtre
Barrière (île du Ramier/18, chemin de la Loge).
Renseignements et réservations au 05 34 31 10 00
> RODOLPHE SAND
Genre : Ovni du rire (à partir de 9 ans)
Du danseur classique en intérim, à la mère porteuse de Béthune, en passant par le grand-père hétérophobe de Bligny-sur-Ouche, Rodolphe nous livre
un spectacle protéiforme! Entre rire et délire, vous
ne saurez pas résister aux charmes de ce personnage atypique et délirant!
> “TOC TOC”, de Laurent Baffie, mise
en scène de Gérard Pinter
Genre : Trotrop drôdrôle!
Le Docteur Stern est le plus grand spécialiste
mondial dans le traitement des TOC, les troubles
obsessionnels compulsifs. Ce neuropsychiatre à la
renommée internationale ne consulte en France
qu'une fois tous les deux ou trois ans et il ne voit
jamais le même patient deux fois. Coprolalie,
arithmomanie, nosophobie, TOC de vérification,
palilalie, incapacité à marcher sur les lignes… les
TOC s'entassent, se bousculent et se mélangent
dans le cabinet du grand Docteur Stern. Le résultat, un triomphe pour cette comédie humaine
émouvante et hilarante!
• Jusqu’au 1er juin, 20h00, au Café-Théâtre Les Minimes
(6, rue Gélibert, métro Les Minimes/Claude Nougaro,
05 62 72 06 36)
> “AMOUR & CHIPOLATAS”, mise en
scène de Gérard Pinter
Genre : Comédie percutante
Comment inviter ses trois premiers amours à un
soit-disant barbecue pour mettre à l’épreuve son
futur mari. Une comédie pleine de drôlerie et de
charme sur les relations amoureuses quand c’est la
femme qui mène la danse.
• Le 31 mai, 21h00, au 3T
(40, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès, 05 61 63 00 74)
> “ON S’AIME… BOUDU CON!”
Genre : Comédie pétée d’expressions toulousaines
Venez rire aux péripéties d’un couple toulousain
pas comme les autres! Elle, fan du Stade ; lui, supporter du Téfécé! Ils se rencontrent « par hasard »,
se marient « avec fracas » et vivent à « 200 à l’heure »… Nos deux comédiens, « La gadji » et « Le
gadjo », excellent dans un exercice de style que
seuls les vrais gens du pays peuvent apprécier…
Des situations rocambolesques où l’on se reconnaît
tous et qui donne lieu à bien des rebondissements!
• Jusqu’au 1er juin, du jeudi au samedi à 21h30,
au Café-Théâtre Les Minimes (6, rue Gélibert,
métro Les Minimes/Claude Nougaro, 05 62 72 06 36)
> “PAS D’PANIQUE! C’EST LA POLICE…”
Genre : Pour l’amour du rire
Une journaliste d’investigation doit réaliser un
reportage sur des braqueurs… Quand elle fait la
connaissance des deux policiers avec lesquels elle va
devoir “travailler”, elle est sûre d’une chose : le gang
n’est pas prêt d’être arrêté mais avec ces deux-là,
elle tient le reportage de sa vie.
• À partir du 19 juin, du mercredi au samedi à 21h00,
au Café-Théâtre Les Minimes (6, rue Gélibert,
métro Les Minimes/Claude Nougaro, 05 62 72 06 36)
> “CROISIÈRE D’ENFER”, par Les Chevaliers du Fiel
Genre : Avant-première nationale
À la suite de “Vacances d’enfer”, Martine Lambert
et Christian son mari embarquent enfin pour la
croisière “Claude François/Alexandrie Alexandra”.
Les Chevaliers du Fiel sont toujours deux et
pourtant les personnages se multiplient évoluant
dans une comédie totalement cinglée! Les intriguent se croisent, les couples se forment… Ça
rebondit, ça n’est que drôle… Amour, rire et
déjante sont au rendez-vous!
• Du 1er au 8 juin, 20h30, à la Comédie de Toulouse
(16, rue Saint Germier, métro Compans-Caffarelli,
0899 19 91 91/1,35€ l’appel + 0,35 mn)
• Les 1er, 7, 8, 26 et 27 juin, 21h00, au 3T
(40, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès,
05 61 63 00 74)
> “THE TWINS MEN SHOW”, avec Steeven et Christopher
Genre : Jumeaux du rire
Ils ne sont pas amis d’enfance, ils sont colocataires
d’avant naissance… Steeven et Christopher se
connaissent depuis toujours : ils sont jumeaux.
Courses de spermatozoïdes, marionnettes déjantées, fantasme hollywoodien, classiques de Disney
revisités. “Les Twins” se livrent en stéréo dans un
spectacle frais et percutant. Et forcément deux
fois plus drôle!
• Du 20 au 22 juin, 21h00, au Citron Bleu
(18, rue des Paradoux, métro Esquirol ou Carmes,
05 61 32 15 57)
> “UN HOMME… VIITE!!!”
Genre : Entre “La petite maison dans la prairie”
et “Sex in the city”
Vous passerez une soirée en boîte de nuit avec
trois nanas qui n’ont pas leur langue dans leur
poche. Leur but : se dénicher en gars pour la nuit
sans passer par la case « petit déjeuner »…
• À partir du 19 juin, du mercredi au samedi à 21h00,
au Café-Théâtre Les Minimes (6, rue Gélibert,
métro Les Minimes/Claude Nougaro, 05 62 72 06 36)
> “LES DÉMONS DE MIDI”, de Michèle
Bernier et Marie-Pascale Osterrieth,
avec Angélique Pancheri, mise en
scène de Gérard Pinter
Genre : Comédie époustouflante
Vers la quarantaine, le mâle humain a coutume de
quitter son épouse usagée pour aller cavaler dans
des pâturages plus verts et comme on disait par
chez nous, changement d'herbage réjouit les
veaux! Des premiers symptômes à l'explosion finale, en passant par les affres de la déprime intégrale,
robe de chambre, chaussettes, canapé… l'héroïne
se pose des questions rétroactives sur son attitude
en général et sa cellulite en particulier, découvre
que tout le monde savait sauf elle, imagine la fée
qui la remplace, écoute les conseils vaseux des
copines, tente de renouer avec d'anciens Jules et
en teste des tout neufs…
• Les 1er, 11, 20, 28 et 29 juin, 21h00, au 3T
(40, rue Gabriel Péri, métro Jean-Jaurès,
05 61 63 00 74)
> É. R. & D. P.
© D.R.
> EXPOS
© D.R.
18/DANS
• Jusqu’au 28 juin au Théâtre Jules-Julien (6, avenue des
Écoles Jules-Julien, métro Saint-Agne, 05 61 25 79 92)
> “Sommes-nous… tous de la même famille ?”
ludique et enrichissante
Une exposition sur la question des origines de l'espèce
humaine qui amène des réflexions de différents scientifiques (préhistorien, paléontologue, généticien, anthropologue, historien…), et chacun répond à la même question : « Sommes-nous tous de la même famille ? ». Une
manière d'interroger notre histoire commune. Une expo
ludique et enrichissante sur un sujet complexe.
• Du 3 juin au 1er juillet à la MJC Ancely
(7, allée des Causses, 05 61 49 05 74)
“Edouard Baer… à la française!”
à Odyssud
ière
Éric Antoine au Casino Théâtre Barr
EXPOSITION & EXPRESSIONS/19
Photo subversive
> Arthur Tress
C’est un hommage au photographe
subversif américain qui est donné
à la Galerie du Château d’Eau.
San Francisco 1964 © Arthur Tress
n effet, Le Château d’Eau et les Éditions
Contrejour ont décidé de l’honorer à
travers l’édition d’un livre* et l’accrochage d’une partie de son œuvre sur les murs de
la belle galerie du bord de Garonne. Les
images documentaires de jeunesse dont la
plupart n’ont jamais été exposées, aux compostions étranges et “surréalisantes” qui ont
fait sa réputation, font que ce projet donne un
éclairage singulier sur une œuvre dont la
richesse est étonnamment encore très peu
connue en Europe. L’exposition et le livre
mettent en tension différents ensembles
d’Arthur Tress, un auteur à l’énergie rare.
Regroupant une sélection de ses meilleures
photographies depuis celles qu’il prit dans les
années 50 dans les rues de New York et de
Brooklyn jusqu’aux images oniriques et fantasmées qui le rendirent célèbre, ce projet met
E
en lumière une œuvre à la richesse encore
peu connue de ce côté-ci de l’Atlantique.
L’exposition compte notamment quelquesunes de ses images de reportage réalisées à
San Francisco durant l’été 64, perles d’insolite
et d’humour, qui n’ont jusqu’ici jamais été
exposées. Le choix des images insiste pour la
première fois sur l’influence cinématographique et plus particulièrement néoréaliste
des débuts de l’auteur, ainsi que sur sa vision
radicale rompant avec la “street photographie” conventionnelle de l’époque.
• Du 28 juin au 8 septembre, tous les jours de
13h00 à 19h00 (sauf lundi), à la Galerie du
Château d’Eau (1, place Laganne, métro
Esquirol ou Saint-Cyprien/République, 05 61 77
09 40). *“Arthur Tress – Transréalités” aux Éditions Contrejour (112 pages, 28,00 €)
Festival jeune
© D.R.
> “Expressions”
Concert rock, musiques actuelles, battle hip-hop, démos,
pratiques urbaines… voici la nouvelle édition du festival
“Expressions” fait par les jeunes pour les jeunes à Tournefeuille.
ne onzième édition d’un festival qui renoue avec ce qu’il a su créer de mieux : une
manifestation toujours plus riche grâce au travail de nombreux partenaires et associations fédérés autour de valeurs et de cultures communes dans lesquelles la jeunesse s’exprime. Au programme : un tremplin rock qui donnera l’occasion aux groupes
locaux de se faire connaître sur la scène du Phare ; une “Family battle” où les danseurs de
hip-hop s’affronteront dans une ambiance familiale où performance chorégraphique rimera
avec style ; contest de trottinettes…
U
• Du 31 mai au 2 juin à Tournefeuille, renseignements et programmation détaillée au 05 62 48 84
10 ou www.mairie-tournefeuille.fr
20/INTRA-MUROS
> Agenda des sorties
>>>> juin 2013
THÉÂTRE/DANSE
• YERMA(S) par la Cie Les Anachroniques au Théâtre Sorano (20h)
• Festival Le Temps des Cerises :
CARTE BLANCHE AU LIDO Cirque
+ UNE ÉTOILE JAUNE Théâtre-danse
(19h) + UN QUI VEUT TRAVERSER
Théâtre (20h30) + KASSLA DATCHA
concert (22h) au Théâtre du Pavé
• ERIK SATIE MÉMOIRE D’UN
AMNÉSIQUE par Agathe Mélinand au
TNT (20h)
• Danse INTERFÉRENCES par Aurélien Richard & Christine Caradec au
CDC (19h30)
• TOUS DES TERRORISTES par la Cie
Open Classe au centre culturel Le
Moulin à Roques/Garonne (20h30)
• Caravane de cirques : CRI DU COQ
! par Raiemanta Cie au TPN (21h) +
TEMPO D’LA BALLE par la Cie La
Volière + OPÉRA POUR SÈCHECHEVEUX par la Cie Blizzard
Concept au Théâtre du Grand Rond
(21h) + LE CUBITUS DU MANCHOT
« Ballet Manchot » (21h) + CLAUDIO
STELLATO « L’Autre » (20h) + SACÉKRIPA « Marée basse » (17h&20h) à
la Grainerie + LAPSUS « Six pieds sur
terre » à l’Escale Tournefeuille (20h30)
• LES CHEVALIERS DU FIEL « Croisière d’enfer ! » à la Comédie de Toulouse (20h30)
• AGAMEMNON À MON RETOUR
DU SUPERMARCHÉ J’AI FLANQUÉ
UNE RACLÉE À MON FILS par la Cie
Flagrants Desirsreprise (20h30) +
DERNIER OPUS par la Cie Désirscréation (21h30) au Ring
• TOUS DES TERRORISTES par la Cie
Open Classe au centre culturel Le
Moulin-de-Roques sur Garonne
(20h30)
• COMPTE JUSQU’À 3 par Guillaume
Douat au Théâtre du 57 (20h)
• RODOLPHE SAND Mythoman
(20h) + ON S’AIME BOUDU CON !
(21h30) au Café-Théâtre Les Minimes
• TOC TOC (21h) + LE DÉMON DE
MIDI (21h) + LES MONOLOGUES
DU VAGIN (21h) + AMOUR ET CHIPOLATAS (21h) au café-théâtre Les
3T
• PHILIPPE SOUVERVILLE « L’Humour ne meurt jamais ! » au Citron
Bleu (21h)
P’TITS BOUTS
• Festival Luluberlu : LE GRAND
MANÈGE DES PETITS RIENS par
Hervé Suhubiette à la salle Nougaro
(18h) dès 6 ans + C’EST QUOI CE
CIRQUE !! par Les Acrostiches à
Odyssud (15h&20h30) dès 6 ans + LE
MARFAND DE FABLES par Les Zanimos au Petit Théâtre Saint-Exupère
(17h) dès 4 ans
• AH LES DRAGONS par la Cie
L’arbre à plumes au Théâtre du Grand
Rond (15h) dès 5 ans
• ÇA VA SOUQUER MOUSSAILLON
! par la Cie Garonna Production au
Théâtre Le Fil à Plomb (15h30) dès 4
ans
GRATOS
• Caravane de Cirques : BULLES EN
BALLES « Quelle paperasse » au Jardin de la Colonne Jolimont (16h)
• Festival des Pratiques Artistiques «
Les Complicités » : FLASHMOBBOUGER DANS LA VILLE place du
Marché (10h30) + QUAND LES ARTS
S’EN MÊLENT lac du Vivier (11h) + À
TOUS CEUX QUI au Théâtre Paul
Éluard (20h30) à Cugnaux
• PETITES PIÈCES SONORES à la
Bibliothèque Serveyrolles (10h30) de
0 à 3 ans
• Caravane de cirques : L’ALÉA DES
POSSIBLES « Hafa’Ka » à Jolimont
(13h30) + LA FAMILLE GOLDINI «
Vieux, sales et méchants » à St-Jean
(18h)
• Expressions Festival Jeune #11 :
Contest Trottinettes au Skate Park de
Tournefeuille à partir de 12h30 +
BATTLE HIP HOP au Phare (19h)
• Les Productions du Vendredi et
Music’Halle présentent DENIS
BADAULT & ses amis au Mandala
(20h)
• Impro ANGE B & DAVID à la Maison Blanche (20h30)
• ZE BIGUINERS musique biguine à
des blues rock à fond de Bayou au
Cherche Ardeur (21h)
DIMANCHE 2
MUSIQUE
• Fête de l’Huma : RAMZI ABUREDWAN + ENSEMBLE DAL’OUNA +
KARIMOUCHE (Zone verte des
Argoulets)
THÉÂTRE/DANSE
• Ciné-concert LA LUMIÈRE DE
L’ASIE mis en musique par l’ensemble
Divana du Rajasthan au TNT (19h30)
• Caravane de cirques : FET A MÀ «
Cru » à La Grainerie (20h)
• LES CHEVALIERS DU FIEL « Croisière d’enfer ! » à la Comédie de Toulouse (20h30)
MARDI 4
MUSIQUE
• Electro rock : TOMORROW’S
WORLD (20h/La Dynamo)
• Rock’n’roll : SALLIE FORD & THE
SOUND OUTSIDE + THE DESERTEURS (21h/Connexion Live)
THÉÂTRE/DANSE
• LA CANTATRICE CHAUVE par Le
NEW WAVE MINIMALISTE
> Robin
© D.R.
SAMEDI 1er
MUSIQUE
• Festival Toucouleurs : LIZ MC
COMB AND THE HORNS + LEON
(21h/Le Bikini)
• Fête de l’Huma : RAGGASONIC +
BOULEVARD DES AIRS + HK ET LES
SALTIMBANKS (Zone verte des
Argoulets)
• Chanson : PASC AL OBISPO
(20h30/Casino Théâtre Barrière)
• Création : VICENTE PRADAL
(21h/Théâtre Le Fil à Plomb)
• Off du Rio Loco : GUACHAFITA
(21h/Connexion Live)
“L’hiver et la joie”, le premier album de
Robi, s’annonce comme une partie de
cache-cache entre ombre et lumière, où
l’on croise l’électropunk cramé de Suicide
(“Où suis-je”), la new-wave spectrale de
Young Marble Giants (“Belle et bien”), ou
encore Dominique A, venu donner, en chair
et en os, la réplique sur “Ma route”, chemin
de traverse aux arrangements obsédants.
Entre l’immédiateté d’“On ne meurt plus
d’amour”, la chevauchée stroboscopique de
“Tout ce temps” et la confession troublante
de “Cherche avec moi”, Robi reprend le
groupe Trisomie 21 (“Il se noie”), et donne
le vertige, ambassadrice d’un minimalisme
habité, qui fait du bien là où ça fait mal. Avec
une assurance fragile, elle égrène ses chansons, comme destinées à la piste de danse
d’un bar paumé, où il ferait bon noyer sa
mélancolie à deux pas du dancefloor.
• Mardi 11 juin, 20h30, à La Dynamo (6, rue Amélie, métro Jean-Jaurès)
• Off du Rio Loco : THE ABYSSINIANS (19h30/Connexion Live)
• Création : VICENTE PRADAL
(16h/Théâtre Le Fil à Plomb)
• Indie rock : THE BESNARD LAKES +
ÉRIC NEMO (20h/La Dynamo)
THÉÂTRE/DANSE
• Festival Le Temps des Cerises : NINE
& KOCKA NEBA SOUS LES CIEUX
DE BOHÊME Concert hommage à la
musique tzigane (17h) + FEUX
CROISÉS, JOURNAL DE LA RÉVOLUTION SYRIENNE Lecture musicale
(18h) + BRUIT QUI COURT Concert
rock fusion populaire (20h) + BAL
POPULAIRE (21h30) au Théâtre du
Pavé
• Caravane de cirques : LE CUBITUS
DU MANCHOT « Ballet Manchot »
(18h) + CLAUDIO STELLATO «
L’Autre » (16h) + SACÉKRIPA «
Marée basse » (17h) à la Grainerie +
LAPSUS « Six pieds sur terre » à l’Escale Tournefeuille (17h)
• LES CHEVALIERS DU FIEL « Croisière d’enfer ! » à la Comédie de Toulouse (15h)
P’TITS BOUTS
• Festival Luluberlu : C’EST QUOI CE
CIRQUE !! par Les Acrostiches à
Odyssud (20h30) dès 6 ans + LE
MARFAND DE FABLES par Les Zanimos au Petit Théâtre Saint-Exupère
(17h) dès 4 ans
GRATOS
• Expressions Festival Jeune #11 :
TOURNOI DE TENNIS BALLON &
SCÈNE OUVERTE (dès 13h) +
Concert MONKEY TREE « Reggae
fruit qui donne la banana ! » Quai de
Tournefeuille
• Caravane de cirques : LES TÊTES EN
L’AIR « La parade des étonnés » à
Cornebarieu (17h) + LE SIMILI CIRCUS « Une ville en vie » (16h) &
L’ALÉA DES POSSIBLES « Hafa’Ka »
(17h) à Mondonville
• Festival des Pratiques Artistiques «
Les Complicités » : L’OGRE D’ALOIS
+ MANGE-MOI + CENT CULOTTES
au Théâtre Paul Éluard (17h30) à
Cugnaux
LUNDI 3
MUSIQUE
• Shoegaze : MY BLOODY VALENTINE (20h/Le Bikini)
Nouveau Comptoir à La Cave Poésie
(19h30)
• Caravane de cirques : CÉCILE
MÉTRAL « Le Jardin » au Théâtre du
Grand Rond (21h)
• LA TÊTE EN CONFIOTE par la Cie
La Conserverie au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• LES CHEVALIERS DU FIEL « Croisière d’enfer ! » à la Comédie de Toulouse (20h30)
• LE TOUR DU MONDE EN 80
JOURS (21h) + HOMME/FEMME
MODE D’EMPLOI, LA FILLE (21h) +
J’AI 30 ANS ET TOUT LE MONDE
S’EN FOUT (21h) au café-théâtre Les
3T
• UNE GRANDE HISTOIRE D’HUMOUR (20h) + WESTERN NOUILLE
(21h30) au café-théâtre Les Minimes
P’TITS BOUTS
• Danse et musique AU PAYS DES
ZURBAINS par la Cie Empreintes au
centre
culturel
Bellegarde
(10h30&14h30) dès 5 ans
GRATOS
• Caravane de cirques : LES TÊTES EN
L’AIR « La parade des étonnés » à
Cornebarieu (11h) + KIPROCOLLECTIFS « Wouap Tchiouap » & NACHO
FLORES « Tesseract » (20h) à Gagnac
• Rencontres Théâtrales Amateurs :
GAZOLINE STEEL BAND par l’Association 7 animés (19h) + MON NOM
EST PERSONNAGE par la Cie ŒufAu-Riz (20h30) à l’Espace culturles
Terres de Rencontres au 7 Deniers
• Festival des Pratiques Artistiques «
Les Complicités » : PARCOURS
CHORALE salle Albert Camus (18h,
19h&20h30) à Cugnaux
• CHOUF chanson au Théâtre du
Grand Rond (19h)
•
SCÈNE
OUVERTE
JAZZ
MANOUCHE à la Maison Blanche
(19h)
• JBOOING ! rencontre surprise
entre musique et cirque au Château
et Parc Catala à St-Orens (20h)
• L’INDEX théâtre d’impro musical au
Cherche Ardeur (21h)
MERCREDI 5
THÉÂTRE/DANSE
• Caravane de cirques : CÉCILE
MÉTRAL « Le Jardin » au Théâtre du
Grand Rond (21h) + « Santé Bonheur
» JONAS SERADIN « Boi », SEBAS-
TIEN BARRIER « Savoir enfin qui
nous buvons » & DON PASTA «
Cookin ‘DJ set » à L’Usine (19h) + LA
MEUTE « La Meute » (20h) à La Grainerie
• LA CANTATRICE CHAUVE par Le
Nouveau Comptoir à La Cave Poésie
(19h30)
• LA TÊTE EN CONFIOTE par la Cie
La Conserverie au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• LES CHEVALIERS DU FIEL « Croisière d’enfer ! » à la Comédie de Toulouse (20h30)
• LE GAI MARIAGE (21h) + 1 DE
PERDU 1À FAÇONS DE SE
RETROUVER (21h) au café-théâtre
Les 3T
• UNE GRANDE HISTOIRE D’HUMOUR (20h) + WESTERN NOUILLE
(21h30) au café-théâtre Les Minimes
P’TITS BOUTS
• AH LES DRAGONS par la Cie
L’arbre à plumes au Théâtre du Grand
Rond (15h) dès 5 ans
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la
Cie Des Jours Heureux au Théâtre Le
Fil à Plomb (15h30) dès 3 ans
GRATOS
• Jeune public COMMENT ÇA SE
FAIT QU’ON EST TRISTE ET JUSTE
APRÈS ON NE L’EST PLUS ? à La
Médiathèque José Cabanis (14h30)
• PETITES PIÈCES SONORES à la
Bibliothèque des Pradettes (14h30) de
0 à 3 ans
• Festival des Pratiques Artistiques «
Les Complicités » : CENDRILLON +
LES FRÈRES POMPON + LE GRAND
CHARIOT au Théâtre Paul Éluard
(18h) à Cugnaux
• Caravane de cirques : COLLECTIF
PRÊT À PORTER « So good in Hollywood » (18h45) à La Grainerie
• SLAM avec Rajel scène ouverte à
toutes et à tous slameureuses Chez ta
mère (20h)
• CHOUF chanson au Théâtre du
Grand Rond (19h) • Rencontres Théâtrales Amateurs : LA CLIQUE « La
clique sur mer » par l’Association 7
animés (19h) + LE B (20h30) à l’Espace culturel Terres de Rencontres LE
BAL DES ARDENTS par Les passeurs
d’histoires au Amid’ô Mjc des PontsJumeaux
• Off Rio Loco UNCLE JOE duo
caliente au Cherche Ardeur (21h)
JEUDI 6
MUSIQUE
• Toulouse in Bikini : CVD + TOM
TERRIEN + ISAAC DELUSION +
GRIEFJOY (18h/Le Bikini)
• Festival des intimités : JENS BOSTEEN + FANEL + LE COUTURIER
(20h/Péniche St Louis)
• Jazz : GLENN MILLER ORCHESTRA
(20h30/Casino Théâtre Barrière)
• Classique : ORCHESTRE NATIONAL DU CAPITOLE DE TOULOUSE
« Strauss, Brahms » (20h/La Halle aux
Grains)
• Rock : SHAKING HEADS + DANCERS IN RED + DIRTY SOCKS
(20h/Connexion Live)
• JAM SESSION avec TON-TON
SALUT (21h30/Le Mandala)
THÉÂTRE/DANSE
• LA CANTATRICE CHAUVE par Le
Nouveau Comptoir à La Cave Poésie
(19h30)
• LES ARTS DÉCALÉS DE RENAN
rencontres artistiques, culturelles,
humoristiques et décalées à la salle
Ernest Renan (19h)
• AUTO-PSY DE PETITS CRIMES
INNOCENTS de Gerald Grühn au
Théâtre du Chien Blanc (20h30)
• Caravane de cirques : CÉCILE
MÉTRAL « Le Jardin » au Théâtre du
Grand Rond (21h)
+ LA MEUTE « La Meute » (20h) à La
Grainerie + « Santé, bonheur ! » :
JONAS SÉRADIN & JULIEN
FAVREUILLE « Boi » par Galapiat
cirque, DON PASTA « Cookin’DJ set
», SÉBASTIEN BARRIER « Savoir enfin
qui nous buvons » à la salle des fêtes
de Montberon (19h)
• LA TÊTE EN CONFIOTE par la Cie
La Conserverie au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• Rencontre de Théâtre Amateur à
l’Espace Job (18h)
• LES CHEVALIERS DU FIEL « Croisière d’enfer ! » (20h30) + YVES
PUJOL « Le Toulonnais » (22h) à la
Comédie de Toulouse
• HOMME/FEMME MODE D’EMPLOI,
LE GARS (21h) + LE GAI MARIAGE
(21h) + 1 DE PERDU 1À FAÇONS
DE SE RETROUVER (21h) au caféthéâtre Les 3T
• UNE GRANDE HISTOIRE D’HUMOUR (20h) + WESTERN NOUILLE
(21h30) au café-théâtre Les Minimes
• BENJY DOTTI « On air ou la TV
comme vous l’avez jamais vu » au
Citron Bleu (21h)
GRATOS
• Pause musicale ISABELLE BAGUR &
BLANDINE BOYER duo flûte-violoncelle à la Maison de l’Occitanie
(12h30)
• Conférence QUAND LES
SCIENCES S’EN MÊLENT : L’ÉNERGIE À DÉCOUVERT à La Médiathèque José Cabanis (18h)
• Lecture-spectacle L’ÂME MÉTISSE à
la Bibliothèque Fabre (18h)
• Rencontres Théâtrales Amateurs :
WAMON’BAND (19h) + KVETCH
par Stimuli Théâtre (20h30) à l’Espace
Job
• CHOUF chanson au Théâtre du
Grand Rond (19h)
• Caravane de cirques : COLLECTIF
PRÊT À PORTER « So good in Hollywood » (19h) à La Grainerie
• Festival des Pratiques Artistiques «
Les Complicités » : Parcours chorale
RUE DE LA POMME salle Albert
Camus (19h) + DE LA POÉSIE PLEIN
LES POCHES au Théâtre Paul Éluard
(20h30) à Cugnaux
• Soirée documentaire Colombie «
Les Veines ré-ouvertes de l’Amérique
Latine à la Maison Blanche (20h30)
• Off Rio Loco : ZE BIGUINERS au
Cherche Ardeur (21h) + LE DORLYS
TRIO « CHIRÉ » à L’Impro (20h)
VENDREDI 7
MUSIQUE
• Pop : ORLY CHAP (21h/Le Bijou)
• Festival des intimités : MARIE SIGAL
+ AINAMATY + OS (20h/Péniche St
Louis)
• Jazz : RADIATION 10 (21h30/Le
Mandala)
• Psyché folk : COCOROSIE + NOMI
RUIZ (20h/Le Bikini)
THÉÂTRE/DANSE
• Les jeunes poussent : HORLA(S).
REPAS DE FAMILLE par la Cie Juste
Ici au TPN (21h)
• Festival L’Ébranleuse 3è édition : «
Les femmes font leur cinéma » rencontre-débat (18h) + Projection du
documentaire « Searching for Debra
Winger » de Rosanna Arquette (20h)
+ After « Courts de femmes » (23h) à
la Chapelle
• Caravane de cirques : CÉCILE
MÉTRAL « Le Jardin » au Théâtre du
Grand Rond (21h)
+ IETO « Ieto » (20h) à La Grainerie
• LA CANTATRICE CHAUVE par Le
Nouveau Comptoir à La Cave Poésie
(19h30)
• AUTO-PSY DE PETITS CRIMES
INNOCENTS de Gerald Grühn au
Théâtre du Chien Blanc (20h30)
• LA TÊTE EN CONFIOTE par la Cie
La Conserverie au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• LES CHEVALIERS DU FIEL « Croisière d’enfer ! » (20h30) + YVES
PUJOL « Le Toulonnais » (22h) à la
Comédie de Toulouse
• TOC TOC (21h) + ON EST TOUS
PORTÉS SUR LA QUESTION (21h) +
LES MONOLOGUES DU VAGIN
(21h) + J’AIME BEAUCOUP CE QUE
VOUS FAITES (21h) au café-théâtre
Les 3T
• UNE GRANDE HISTOIRE D’HUMOUR (20h) + WESTERN NOUILLE
(21h30) au café-théâtre Les Minimes
• COMPTE JUSQU’À 3 par Guillaume
Douat au Théâtre du 57 (20h)
• BENJY DOTTI « On air ou la TV
comme vous l’avez jamais vu » au
Citron Bleu (21h)
GRATOS
• ¡ Rio Loco ! ROD ANTON AND
THE LIGERIANS au Jardin Raymond
VI (19h)
• Festival des Pratiques Artistiques «
Les Complicités » : Parcours danse
LES TORTUES (18h) + JAZZ À L’ÉCOLE (20h) + JAZZ IN CUGNAUX
(21h) salle Albert Camus à Cugnaux
• CHOUF chanson au Théâtre du
Grand Rond (19h)
• Rencontres Théâtrales Amateurs :
DRUM N’BRASS (19h) + OBJETS
BIODÉGRADABLES… EN SURSIS
par Krizalid Association Culturelle
(20h30) au Amid’ô Mjc des PontsJumeaux
• Folk rock slam : ALIMA au Centre
animation Saint-Simon (19h30)
• PETETE & LA BAND rumba swing à
la Maison Blanche (20h30)
• Caravane de cirques : COLLECTIF
PRÊT À PORTER « So good in Holly-
JUIN/AGENDA DES SORTIES/21
wood » (19h) à La Grainerie
+ LES TÊTES EN L’AIR « La
parade des étonnés » à Cornebarieu (20h30) + CARNAGE PRODUCTIONS « Ma vie
de grenier » (19h30) &
NACHO FLORES « Tesseract
» (20h15) à Pin-Balma
• SEXTA FEIRA samba pagode au Cherche Ardeur (21h)
SAMEDI 8
MUSIQUE
• Festival des Intimités : MAISSIAT + LÉA COSTANTINO
(20h/Le Bijou)
• Soul : HELENA STRÔMDHAL (21h/Connexion Live)
• Soirée Vinyles & Co :
FUNKY TOWN #3 (19h/Le
Mandala)
• Jardin musical : L’ORCHESTRE DE CHAMBRE
D’HÔTE (18h/Jardin de la
maison de l’angle à Bouloc)
• Dirty Dancin’Summer Edition : METRIK + DUB PHIZIX & STRATEGY + THE
PROTOTYPES + VANDAL
CREW (23h/Le Bikini)
THÉÂTRE/DANSE
• Les jeunes poussent :
HORLA(S). REPAS DE
FAMILLE par la Cie Juste Ici
au TPN (21h)
• Soirée @tensions YUTA
ISHIKAWA « N-U=TURN +
CLÉMENT GARCIA « Rolling
as a ghost » + JULIEN
ANDUJAR & CHARLOTTE
DUFRANC « Pappeske » +
SOPHIE CARACONSTANTIS « Tout ce qui est petit
est… » + ANTOINE COURET « Alias » + CORENTIN
LE FLOHIC « Maud » au
CDC (18h)
• LA CANTATRICE CHAUVE
par Le Nouveau Comptoir à
La Cave Poésie (19h30)
• AUTO-PSY DE PETITS
CRIMES INNOCENTS de
Gerald Grühn au Théâtre du
Chien Blanc (20h30)
• LA GLANERIE FÊTE SES 10
ANS vente spéciale dans son
magasin. Venez soutenir le
projet! à La Glanerie (de 10h
à 19h)
• Caravane de cirques : COLLECTIF PRÊT À PORTER «
So good in Hollywood »
(17h) à La Grainerie + CARNAGE PRODUCTIONS « Ma
vie de grenier » (18h) & LA
MAIN S’AFFAIRE « All right !
» (19h) à Mondouzil
• TOULOUSE EN PISTES
parade de cirque départ du
Grand Rond (20h30)
• Rencontres Théâtrales Amateurs : LE FANTÔME DU
THÉÂTRE par l’association 7
animés (17h) + CLOZEE
(19h30) + LES ENFANTS DE
LA BULLE par la Cie Les
Enfants de la Bulle (21h) à
l’Espace Job
• FESTIF’ART ateliers décoration en fil de fer, écriture, calligraphie, fabrication papier
(de 14h30 à 18h) + Repas
concert SERVICE DE NUIT &
NINA VITALE (19h) à Archipel
• Festival L’Ébranleuse 3è édition : Théâtre de rue satirique
PRINCESSE DIANE par la
Cie Spectralex (18h) + MYLÈNE chanson réaliste et féministe & YOANNA (20h) à la
Chapelle
• CHOUF chanson au
Théâtre du Grand Rond
(19h)
• ¡ Rio Loco ! SOLIYÀ au
centre culturel Alban Minville
(19h)
• Festival des Pratiques Artistiques « Les Complicités » :
NOS
ENVIES,
NOS
AMOURS, NOS ENNUIS
salle Albert Camus (20h) à
Cugnaux
• EZZA groove Touareg à la
Maison Blanche (20h30)
• BUNKORE hip-hop nonstop au Cherche Ardeur
(21h)
Plomb (19h)
• Humour ÉRIC ANTOINE «
Mystéric » au Casino Théâtre
Barrière (20h30)
• ESPÈCES MENACÉES (21h)
+ LE DÉMON DE MIDI (21h)
+ AMOUR ET CHIPOLATAS
(21h) au café-théâtre Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES au
café-théâtre Les Minimes
(20h)
GRATOS
• Les Mots de Juin : UN SEUL
ÉTÉ par la Cie La Controverse + IDENTITÉ par la Cie La
Muse Errante au TPN (19h30)
• MES PETITES AMOUREUSES chanson au Théâtre
du Grand Rond (19h)
• SCÈNE OUVERTE Jazz
manouche à la Maison
Blanche (20h30)
• MAMACITAS guinguette du
monde au Cherche Ardeur
(21h)
THÉÂTRE/DANSE
• « Atelier de création »
ESSAIM DE SAUTERELLES au
Théâtre du Grand Rond
(21h)
• Festival ¡ Rio Loco ! :YI FAN
& LUVYEN MEDERONS « En
fuyant le paradis » scène
Garonne (21h30)
• LA CANTATRICE CHAUVE
par Le Nouveau Comptoir à
La Cave Poésie (19h30)
• N° 9 DE BIGARD au Casino Théâtre Barrière (20h30)
• L’ANGE DES FAUBOURGS
© D. R.
Éléphant, un drôle de nom pour un drôle de groupe. Derrière ce
mastodonte, deux frêles silhouettes : Lisa Wisznia (27 ans) et François
Villevieille (29 ans). Ils se sont rencontrés de nuit, au cœur de l’hiver
2007 qui annonçait pourtant de la grisaille à perte de vue. François
voit en Lisa un esprit rapide, une personnalité solaire toute excitée à
l’idée d’écrire des chansons et les interpréter. Lisa perçoit chez François une personnalité plus carrée et un violoniste bourlingueur qui
rêve aussi de lendemains qui chantent : écrire, composer, donner de
la voix et trouver des habits de lumière pour leurs morceaux. The Do
est là pour les encourager et leur offrir une chanson, Benjamin Biolay
aussi. Après The Do, après les Brigitte, le duo Éléphant se fraye d’emblée une large place sur la nouvelle scène française.
• Mercredi 12 juin, 21h00, à La Dynamo (6, rue Amélie, métro Jean-Jaurès)
P’TITS BOUTS
• AH LES DRAGONS par la
Cie L’arbre à plumes au
Théâtre du Grand Rond
(15h) dès 5 ans
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la Cie Des Jours
Heureux au Théâtre Le Fil à
Plomb (15h30) dès 3 ans
GRATOS
• Concert SOL CARIBE à la
Médiathèque Empalot (15h)
• Concert MOONLIGHT
BENJAMIN à la Médiathèque
Grand M (16h30)
DIMANCHE 9
MUSIQUE
• Pop folk : BASTIAN BAKER
+ 77 BOMBAY STREET
(18h/Le Bikini)
GRATOS
• Festival L’Ébranleuse 3è édition : BRUNCH de L’Ébranleuse représentation des ateliers à la Chapelle (11h30)
• Festival des Pratiques Artistiques « Les Complicités » :
ENSEMBLE DE BATTERIES &
ORCHESTRES À CORDES
salle Albert Camus (17h) à
Cugnaux
LUNDI 10
MUSIQUE
• Synth punk : CIVIL CIVIC
(21h/Connexion Live)
THÉÂTRE/DANSE
• « Atelier de création »
ESSAIM DE SAUTERELLES au
Théâtre du Grand Rond
(21h)
MARDI 11
MUSIQUE
• Pop : ROBI + FLORIAN
MONA (20h/La Dynamo)
• Toulouse aquatique : DA
SEXUALITY + Naïve, Rufus
Bellefleur, Camera, Dwai…
(19h/Le Bikini)
THÉÂTRE/DANSE
• LA CANTATRICE CHAUVE
par Le Nouveau Comptoir à
La Cave Poésie (19h30)
• « Atelier de création »
ESSAIM DE SAUTERELLES au
Théâtre du Grand Rond
(21h)
• Scène ouverte spéciale
CONTE au Théâtre Le Fil à
> jusqu’au 30
juin
Médiathèque
Grand M
entrée libre
n univers
La Jamaïque, uoloré
complexe et c
ourhis
s de Sarah B
Photographie
MERCREDI 12
MUSIQUE
• Festival ¡ Rio Loco ! : KOBO
TOWN (18h30) + TABOU
COMBO (20h) + JIMMY
CLIFF (22h) + JACQUES
SCHWARTZ-BART (23h30) à
la Prairie des Filtres
• Chanson pop : ELEPHANT
(20h/La Dynamo)
• Chanson : MELISSMELL
(21h/Le Bijou)
NOUVELLE SCÈNE FRANÇAISE
> Éléphant
• Caravane de cirques : CÉCILE MÉTRAL « Le Jardin » au
Théâtre du Grand Rond
(21h)
+ IETO « Ieto » (18h) à La
Grainerie
• LA TÊTE EN CONFIOTE
par la Cie La Conserverie au
Théâtre Le Fil à Plomb (21h)
• LES CHEVALIERS DU FIEL
« Croisière d’enfer ! » à la
Comédie de Toulouse
(20h30)
• ON EST TOUS PORTÉS
SUR LA QUESTION (21h) +
TOC TOC (21h) + LES
MONOLOGUES DU VAGIN
(21h) + J’AIME BEAUCOUP
CE QUE VOUS FAITES (21h)
au café-théâtre Les 3T
• UNE GRANDE HISTOIRE
D’HUMOUR (20h) + WESTERN NOUILLE (21h30) au
café-théâtre Les Minimes
• COMPTE JUSQU’À 3 par
Guillaume Douat au Théâtre
du 57 (20h)
• BENJY DOTTI « On air ou
la TV comme vous l’avez
jamais vu » au Citron Bleu
(21h)
E X P O S ITI O N
au Théâtre Le Fil à Plomb
(21h)
• ESPÈCES MENACÉES (21h)
+ LE TOUR DU MONDE EN
80
JOURS
(21h)
+
HOMME/FEMME MODE
D’EMPLOI, LA FILLE (21h) au
café-théâtre Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES au
café-théâtre Les Minimes
(20h)
• LUI ET L’AUTRE duo d’improvisation au Citron Bleu
(21h)
P’TITS BOUTS
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la Cie Des Jours
Heureux au Théâtre Le Fil à
Plomb (15h30) dès 3 ans
GRATOS
• Jeune public TOC ! TOC !
TOC ! QUI FRAPPE À LA
PORTE ? à la Bibliothèque
Serveyrolles (16h)
• Les Mots de Juin : LES
PETITS PAINS par la Cie
Rouges les Anges au TPN
(19h30) jusqu’à 7 ans
• MES PETITES AMOUREUSES chanson au Théâtre
du Grand Rond (19h)
• Scène ouverte SPOKEN
WORD avec Rajel à la Maison Blanche (20h30)
JEUDI 13
MUSIQUE
• Festival ¡ Rio Loco ! : TI-COCA
& WANGA-NÈGÈS(18h30) +
CALYPSO ROSE (20h) + EDDIE
PALMIERI AND HIS ALL-STAR
SALSA BAND (22h) + MALA IN
CUBA (23h30) à la Prairie des
Filtres
suite de l’agenda
en page 22 >
Grand M
Médiathèque
5 81 91 79 40
la Reynerie – 0
.fr
37, avenue de
eque.toulouse
www.biblioth se – Photographie © Sarah Bourhis
lou
liothèque de Tou
Graphisme : Bib
22/AGENDA
DES SORTIES/JUIN
JEUDI 13
MUSIQUE
• Chanson : MELISSMELL (21h/Le
Bijou)
• Swing : SWING MACHINE
(21h30/Le Mandala)
• Chœur : ENSEMBLE DIDASCALIE «
Janequin, Palestrina, Morley, Schumann,
Brahms, Williams, Poulenc » (21h/Église Saint Agne Ramonville)
THÉÂTRE/DANSE
• « Atelier de création » À NAÎTRE au
Théâtre du Grand Rond (21h)
• THÉÂTRE DÉCOMPOSÉ de Mateï
Visniec + POLY-MÈRES de Jacques
Halle aux Grains)
• Rebetiko : TA LIMANIA XENA
(21h30/Le Mandala)
• Toulouse Dubclub #9 : JAH TUBBYS
WORLD SYSTEM + BLACKBOARD
JUNGLE + CONSCIOUS WARRIOR
(23h/Le Ramier)
RIBOT Y LOS CUBANOS POSTIZOS
(23h30) à la Prairie des Filtres
• TOTO (20h30/Le Zénith)
• House techno disco : IVAN SMAGGHE (21h/Connexion Live)
• Swing manouche : TCHIQUITO
LAMBERT (21h30/Le Mandala)
THÉÂTRE/DANSE
• LA CANTATRICE CHAUVE par Le
Nouveau Comptoir à La Cave Poésie
(19h30)
• « Atelier de création » À NAÎTRE au
Théâtre du Grand Rond (21h)
• THÉÂTRE DÉCOMPOSÉ de Mateï
Visniec + POLY-MÈRES de Jacques
THÉÂTRE/DANSE
• « Atelier de création » À NAÎTRE au
Théâtre du Grand Rond (21h)
• THÉÂTRE DÉCOMPOSÉ de Mateï
Visniec + POLY-MÈRES de Jacques
Chiltz au Théâtre Jules Julien (20h)
• LA CANTATRICE CHAUVE par Le
Nouveau Comptoir à La Cave Poésie
(19h30)
• L’ANGE DES FAUBOURGS au
Théâtre Le Fil à Plomb (21h)
• HOMME/FEMME MODE D’EMPLOI,
LE GARS (21h) + 1 DE PERDU 1À
FAÇONS DE SE RETROUVER (21h)
+ LES MONOLOGUES DU VAGIN
(21h) + FLORENT PEYRE (21h) au
café-théâtre Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES (20h) +
DALAÏ ET MOI (21h30) au caféthéâtre Les Minimes
• COMPTE JUSQU’À 3 par Guillaume
Douat au Théâtre du 57 (20h)
• PHILIPPE SOUVERVILLE « L’Humour ne meurt jamais ! » au Citron
Bleu (21h)
FOLK FÉÉRIQUE
> Michael Wookey
© D. R.
Michael Wookey est un jeune artiste anglais
auteur de trois disques autoproduits, ainsi que
de nombreuses performances autour du toypiano. Pour son nouvel album, celui-ci a enrôlé
les Hiddentracks d'Angil pour apporter une plus
grande orchestration à ses chansons. Et force
est de constater que les Hiddentracks se sont
intégrés à merveille dans l'univers fou et attachant de Michael, sorte de Tom Waits british
embarqué dans un cabaret cauchemardesque.
Enregistré en une semaine dans une ferme dans
le Cantal pendant l'été 2011, puis masterisé en
Islande par Valgeir Sigurðsson (Björk, Feist,
Cocorosie), cet opus "Submarine dreams" (dont
la pochette a été réalisée par Gabriela Friðriksdóttir, collaboratrice de longue date de
Björk) est paru en mars dernier sur le défricheur label toulousain We Are Unique Records!
• Samedi 22 juin, 20h30, au Mandala (23, rue des Amidonniers, 05 61 21 10 05). Vendredi 21
juin au café Le Burgaud (place de la Halle au Burgaud (31/http://cafeduburgaud.over-blog.com/)
GRATOS
• Pause musicale LES BALSEUSES
petites histoires de steel quai de la
Daurade (12h30)
• Les Mots de Juin : CRI & CO En Cie
des Barbares + LA PETITE PIÈCE EN
HAUT DE L’ESCALIER par la Cie
Anne ma sœur Anne + LE MONDE
EST ROND par la Cie Cristal Palace
au TPN (19h30)
• MES PETITES AMOUREUSES chanson au Théâtre du Grand Rond (19h)
• IBUPROFUNK jazz funk à la Maison
Blanche (20h)
• Les Nuits Euphoriques : PASSEZ,
PASSEZ par la Cie Group Berthe RDV
place Sedar Senghor à Tournefeuille
(21h30)
• Boudoir Moderne présente RAVE IN
THE C AVE au Connexion Live
(21h30)
VENDREDI 14
MUSIQUE
• Festival ¡ Rio Loco ! : THE BACHATA (18h30) + ORQUESTA EL MACABEO (20h) + KASSAV’ (22h) + JULIEN
LOURAU VS RUMBABIERTA (23h30)
à la Prairie des Filtres
• Chanson : MELISSMELL (21h/Le
Bijou)
• Classique : ORCHESTRE NATIONAL DU CAPITOLE DE TOULOUSE
« Mantovani, Schoenberg » (20h/La
Chiltz au Théâtre Jules Julien (20h)
• L’ANGE DES FAUBOURGS au
Théâtre Le Fil à Plomb (21h)
• HOMME/FEMME MODE D’EMPLOI,
LE GARS (21h) + 1 DE PERDU 1À
FAÇONS DE SE RETROUVER (21h)
+ LES MONOLOGUES DU VAGIN
(21h) + FLORENT PEYRE (21h) au
café-théâtre Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES (20h) +
DALAÏ ET MOI (21h30) au caféthéâtre Les Minimes
• COMPTE JUSQU’À 3 par Guillaume
Douat au Théâtre du 57 (20h)
• PHILIPPE SOUVERVILLE « L’Humour ne meurt jamais ! » au Citron
Bleu (21h)
GRATOS
• Pause musicale TI-COCA twoubadou quai de la Daurade (12h30)
• Les Mots de Juin : QUATRE par la
Cie MMCC + X-TIME par la Cie Alise
+ CUEVAS par la Cie Filao au TPN
(19h30)
• MES PETITES AMOUREUSES chanson au Théâtre du Grand Rond (19h)
• LEPP FALL joue du Ngoyane
musique sénégalaise à la Maison
Blanche (20h)
• PASSEZ, PASSEZ par la Cie Group
Berthe RDV place Vincent Auriol à
Launaguet (21h30)
• Les Nuits Euphoriques : SUSPEND’S
par la Cie 9.81 (20h&21h30) +
EUPHORIA concert de la Banda
Municipal de Musica de Barakaldo
(21h) + COMME UN PETIT AIR
D’ATTENTE par le Collectif Dix par
être(20h30&22h) + LA GROSSE COLLECTION par Éric Burbail avec Carmelo de la Cie Más y Más (20h&22h) à
Tournefeuille
SAMEDI 15
MUSIQUE
• Pianistic : JULIEN CLERC
(20h30/Casino Théâtre Barrière)
• Festival ¡ Rio Loco ! : FIMBER
BRAVO (18h30) + THE LIONS (20h)
+ TEGO CALDERON (22h) + MARC
est édité par la Sarl de presse
O.M.G. Productions - Éditions
Tél. 05 61 59 98 01 - Fax : 05 61 59 00 65 - Mail : [email protected]
Adresse postale : B.P. 93120, 31026 Toulouse Cedex
Internet : www.intratoulouse.com
Pour nous rendre visite : 13, rue Villeneuve (quartier Saint-Cyprien/Ravelin)
Directrice de publication Frédérica Bourgeois
Rédacteur en chef Éric Roméra
Théâtre Jérôme Gac - Livre/relecture & correction : Michel Dargel
Collaborateurs/trices Jean-Philippe Birac, Michel Castro, Sarah Hadj-Youcef,
Élodie Pages, Marielle Sicre Galy, Master Roy, Céline Porhel, Sarah Authesserre
Publicité Frédérica Bourgeois 06 13 76 20 18 ([email protected])
Prépresse O.M.G. - Impression Imprintsa/Barcelone - made in CEE
Dépôt légal à Parution. ISSN 1294-8551
Dépôt légal Espagne B-39120-2009
Abonnement : 1 an = 15 euros (formule d'abonnement sur demande)
Intramuros est édité sans subventions
Ne pas jeter sur la voie publique
Intramuros adhère à Ecofolio pour le recyclage des papiers
> Sur la grille >>>
Chiltz au Théâtre Jules Julien (20h)
• L’ANGE DES FAUBOURGS au
Théâtre Le Fil à Plomb (21h)
• LA CANTATRICE CHAUVE par Le
Nouveau Comptoir à La Cave Poésie
(19h30)
• LE TOUR DU MONDE EN 80
JOURS (21h) + HOMME/FEMME
MODE D’EMPLOI, LA FILLE (21h) +
FLORENT PEYRE (21h) au caféthéâtre Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES (20h) +
DALAÏ ET MOI (21h30) au caféthéâtre Les Minimes
• LUI ET L’AUTRE duo d’improvisation au Citron Bleu (21h)
P’TITS BOUTS
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la
Cie Des Jours Heureux au Théâtre Le
Fil à Plomb (15h30) dès 3 ans
GRATOS
• Pause musicale TRIO LIMONAR
musique traditionnelle cubaine quai
de la Daurade (12h30)
• Conte LA REINE DES POISSONS à
la Médiathèque José Cabanis (16h)
• 16è édition de fête AU TOUR DU
MONDE sur le thème « les mots du
monde » (15h à 19h)
• ¡ Rio Loco ! AFINCAO au centre
animation Soupetard (21h30) + TRIO
LIMONAR au centre animation
Lalande (21h)
• MES PETITES AMOUREUSES chanson au Théâtre du Grand Rond (19h)
• Passez, passez - Fin d'interdiction
de stationner opus 6 par la Cie
Group Ber the RDV place de la
Vimouna à Villeneuve-Tolosane
(21h30)
• Les Nuits Euphoriques : COMME
UN PETIT AIR D’ATTENTE par le
Collectif Dix par être(20h30&23h) +
SUSPEND’S par la Cie 9.81
(20h&21h30) + LA GROSSE COLLECTION par Éric Burbail avec Carmelo de la Cie Más y Más (20h&22h)
+ BIG BAND par Les Plasticiens
Volants (22h15) à Tournefeuille
DIMANCHE 16
MUSIQUE
• Festival ¡ Rio Loco ! : SONNY
TROUPÉ « NOUVO LOKANS »
(18h30) + AKIYO (20h) + TOTO LA
MOMPOSINA & GUESTS (22h) à la
Prairie des Filtres
THÉÂTRE/DANSE
• Ballet GALA D’ÉTOILES au Casino
Théâtre Barrière (15h)
• Festival ¡ Rio Loco ! : YI FAN &
LUVYEN MEDERONS « En fuyant le
paradis » scène Garonne (21h30)
GRATOS
• Pause musicale RENCONTRE DE
STEEL-BANDS quai de la Daurade
(12h30)
LUNDI 17
THÉÂTRE/DANSE
• « Atelier de création » MEDEALAND au Théâtre du Grand Rond
(21h)
MARDI 18
MUSIQUE
• Festival des intimités : UNIFORM
MOTION + DONA CONFUSE +
LIDWINE + YOUR HAPPY END
(20h/Connexion Live)
• Classique : KRYSTIAN ZIMERMAN
(20h/La Halle aux Grains)
THÉÂTRE/DANSE
• « Atelier de création » MEDEALAND au Théâtre du Grand Rond
(21h)
• Opéra DON CARLO au Théâtre du
Capitole (20h)
• STREET BLUES au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• J’AI 30 ANS ET TOUT LE MONDE
S’EN FOUT (21h) + ON EST TOUS
PORTÉS SUR LA QUESTION (21h) +
J’AIME BEAUCOUP CE QUE VOUS
FAITES (21h) au café-théâtre Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES au caféthéâtre Les Minimes (20h)
GRATOS
• C ARTE BLANCHE À ACT’S
musique de mains au Théâtre du
Grand Rond (19h)
• ARTO présente théâtre de rue en
déambulation LIVRET DE FAMILLE
par la Cie Les Arts Oseurs à la CitéRose de Ramonville (19h)
• SCÈNE OUVERTE Jazz manouche à
la Maison Blanche (19h)
MERCREDI 19
MUSIQUE
• Festival des intimités : LINA AND…
+ OLIVIER GIL + MATTHIEU CAMILLE + VECT (20h/Péniche St Louis)
• Balkan folk electro : GENTLE MYSTICS
+
EDONIST
BEAT
(20h/Connexion Live)
• Classique : ENSEMBLE VOCAL RIVE
GAUCHE DE TOULOUSE « J. Haydn
» (20h30/Église St Exupère)
• Chœur : ENSEMBLE DIDASCALIE «
Janequin, Palestrina, Morley, Schumann,
Brahms, Williams, Poulenc »
(21h/Temple du Salin)
THÉÂTRE/DANSE
• INCENDIES atelier animé par Olivier Jeannelle au TPN (21h)
• « Atelier de création » MEDEALAND au Théâtre du Grand Rond
(21h)
• STREET BLUES au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• BRIC À BRAC D’IMPRO à la Comédie de Toulouse (20h30)
• J’AI 30 ANS ET TOUT LE MONDE
S’EN FOUT (21h) + AMOUR ET CHIPOLATAS (21h) au café-théâtre Les
3T
• LES FONCTIONNAIRES (20h) +
UN HOMME… VITE !!! (21h) + PAS
D’PANIQUE C’EST LA POLICE (21h)
au café-théâtre Les Minimes
P’TITS BOUTS
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la
Cie Des Jours Heureux au Théâtre Le
Fil à Plomb (15h30) dès 3 ans
GRATOS
• C ARTE BLANCHE À ACT’S
musique de mains au Théâtre du
Grand Rond (19h)
• ATERIX ET PERYL trio accordéoniste, chanteuse et guitariste au Cherche
Ardeur (21h)
JEUDI 20
MUSIQUE
• Festival des intimités : TERRE
NEUVE + CAMÉRA + COLD
(20h/Péniche St Louis)
• What’s Hop ? #3 : PROLETER feat
DENSHU KOZO + KARTEL PLAYERS
(21h/Connexion Live)
• Jazz pop cinématographique : LES
MÉTROPOLITAINS (21h30/Le Mandala)
• Classique : ENSEMBLE ORCHESTRAL DE TOULOUSE CHŒUR DE
L’UNIVERSITÉ « Liszt, Dvorak, Poulenc » (21h/Basilique St-Sernin)
THÉÂTRE/DANSE
• INCENDIES atelier animé par Olivier Jeannelle au TPN (21h)
• « Atelier de création » LES CANTATRICES au Théâtre du Grand Rond
(21h)
• Opéra DON CARLO au Théâtre du
Capitole (20h)
• STREET BLUES au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• LE DÉMON DE MIDI (21h) +
AMOUR ET CHIPOLATAS (21h) au
café-théâtre Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES (20h) +
UN HOMME… VITE !!! (21h) + PAS
D’PANIQUE C’EST LA POLICE (21h)
au café-théâtre Les Minimes
• STEEVEN & CHRISTOPHER « The
twins men show » au Citron Bleu
(21h)
GRATOS
• Pause musicale DÉLINQUANTE
chanson française d’humour féminine
à la Maison de l’Occitanie (12h30)
• Actu LA VIDÉO SURVEILLANCE :
TOULOUSE EST-ELLE TROP SURVEILLÉE ? à La Médiathèque José
Cabanis (18h)
• ARTO présente théâtre de rue en
déambulation LIVRET DE FAMILLE
par la Cie Les Arts Oseurs devant la
Médiathèque d’Empalot (19h)
• CARTE BLANCHE À ACT’S
musique de mains au Théâtre du
Grand Rond (19h)
• Anteforme & Mucho Bizarre présentent SUBTERRANEAN MODERN DJ
Mix sous influences post punk, new
wave, synth pop, rock, electro... au
Moloko (21h)
• OÙ LE REGARD NE PORTE PAS
jazz, groove… au Cherche Ardeur
(21h)
VENDREDI 21
MUSIQUE
• Récital : DAPHNÉ TOUCHAIS
“Debussy,
Britten,
Poulenc”
(12h30/Théâtre du Capitole)
THÉÂTRE/DANSE
• INCENDIES atelier animé par Olivier Jeannelle au TPN (21h)
• « Atelier de création » LES CANTATRICES au Théâtre du Grand Rond
(21h)
• STREET BLUES au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• LES FONCTIONNAIRES (20h) +
UN HOMME… VITE !!! (21h) + PAS
D’PANIQUE C’EST LA POLICE (21h)
au café-théâtre Les Minimes
• STEEVEN & CHRISTOPHER « The
twins men show » au Citron Bleu
(21h)
GRATOS
• Fête de la musique : SALUT LES
ANGES + BRASSEN’S NOT DEAD +
TRAFIKO DUO + MADY KEITA +
O’GUINNESS BAND + SANS TAMBOUR NI TROMPETTE + DJ TIK +
SICK BOYS + LES STANDARDISTES
+ JULIO FENE + LES TOLES AU ZINC
+ CHORALE à Carbonne (de 18h à
2h)
• Fête de fin d’année Día-E à l’Instituto
Cervantes (16h)
• CARTE BLANCHE À ACT’S
musique de mains au Théâtre du
Grand Rond (19h)
• Fête de la musique LAO KOUYATE
AND FULAMA & HÔTEL SAMARKAND à la Bibliothèque d’Étude et du
Patrimoine en cas de pluie Chapelle
des Carmélites (19h)
• ACCORDEONISTADE rencontre
d’accordéonistes à la Maison Blanche
(20h)
JUIN/AGENDA DES SORTIES/23
SAMEDI 22
MUSIQUE
• Voix du monde : MUSIC
FROM SOURCE vol.II par
David El-Malek & Ali Alaoui
(20h/Théâtre du Capitole)
• Classique : ORCHESTRE
NATIONAL DU CAPITOLE
DE TOULOUSE « FALLA »
(20h/La Halle aux Grains)
• Chanson folk : MICHAEL
WOOKEY
+
EDDY
CRAMPES (20h30/Le Mandala)
THÉÂTRE/DANSE
• INCENDIES atelier animé
par Olivier Jeannelle au TPN
(21h)
• « Atelier de création » LES
CANTATRICES au Théâtre du
Grand Rond (21h)
GRATOS
• ARTO présente théâtre de
rue en déambulation LIVRET
DE FAMILLE par la Cie Les
par Georges Gaillard au TPN
(21h)
• « Atelier de création » LES
PRÉTENDANTS au Théâtre
du Grand Rond (21h)
• Opéra DON CARLO au
Théâtre du Capitole (20h)
• LE MOCHE par la Cie du
Bathyscaphe au centre culturel
Le Moulin à Roques/Garonne
(20h30)
• FESTIVAL DE THÉÂTRE
AMATEUR au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• HOMME/FEMME MODE
D’EMPLOI, LE GARS (21h) +
LE GAI MARIAGE (21h) + 1
DE PERDU 1À FAÇONS DE
SE RETROUVER (21h) au
café-théâtre Les 3T
GRATOS
• SCÈNE OUVERTE Jazz
manouche à la Maison Blanche
(19h)
• DUO CAMARASA &
• OYSTER par la Ballet du
Capitole au Casino Théâtre
Barrière (20h)
• FESTIVAL DE THÉÂTRE
AMATEUR au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• TOC TOC (21h) + ON EST
TOUS PORTÉS SUR LA
QUESTION (21h) + J’AIME
BEAUCOUP CE QUE VOUS
FAITES (21h) au café-théâtre
Les 3T
• UN HOMME… VITE !!!
(21h) + PAS D’PANIQUE
C’EST LA POLICE (21h) au
café-théâtre Les Minimes
• PHILIPPE SOUVERVILLE «
L’Humour ne meurt jamais ! »
au Citron Bleu (21h)
GRATOS
• 17è Festival Convivencia :
JELL-OO + MARIANA
RAMOS à l’écluse de Montgiscard (20h)
• Pause musicale DU FLA-
POÉSIE ET ROCK FORT
> Salut les Anges
© D. R.
Spi et Motch, chanteur et guitariste du subversif groupe OTH, se retrouvent à la croisée des chemins pour une nouvelle aventure rock'n’rollienne où les guitares acerbes
de l'un soulignent les rimes tantôt urbaines, acides mais toujours teintées de poésie
intestine de l'autre. Salut Les Anges, dont le nom court à rebrousse-poil de toute
mode, ne plaira pas aux enfants sages, la rébellion gronde, la désobéissance et un vent
de liberté soufflent, les femmes se donnent aux loups-garous. Le ton est donné, mais
parfois nuancé par un optimisme en demi-teinte qui était absent jusqu'alors dans
OTH. Côté musique, comme il se doit, c'est du pur jus rock'n’roll! De la mélodie en
prime, des solos tendancieux, une rythmique granitique. Les compos, sous une apparente simplicité, serpentent et s'enlacent pour créer une histoire et faire des adeptes.
• Vendredi 21 juin à Carbonne (31) dans le cadre de la “Fête de la musique”. C’est gratuit,
infoline : 05 61 87 43 58
Arts Oseurs à l’école Dolto
de Castanet Tolosan (17h)
• CARTE BLANCHE À ACT’S
musique de mains au Théâtre
du Grand Rond (19h)
• STREET BLUES au Théâtre
Le Fil à Plomb (21h)
• LE TOUR DU MONDE EN
80
JOURS
(21h)
+
HOMME/FEMME
MODE
D’EMPLOI, LA FILLE (21h) +
LES MONOLOGUES DU
VAGIN (21h) au café-théâtre
Les 3T
• LES FONCTIONNAIRES
(20h) + Spectacle de fin d’année ACADÉMIE INTERNATIONALE DE COMÉDIE
MUSIC ALE (20h) + UN
HOMME… VITE !!! (21h) +
PAS D’PANIQUE C’EST LA
POLICE (21h) au café-théâtre
Les Minimes
• STEEVEN & CHRISTOPHER
« The twins men show » au
Citron Bleu (21h)
P’TITS BOUTS
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la Cie Des Jours Heureux au Théâtre Le Fil à Plomb
(15h30) dès 3 ans
GRATOS
• RAFAEL PRADAL TRIO
piano flamenco à la Maison
Blanche (20h)
• FRED TEISSEIRE jazz au
Cherche Ardeur (21h)
DIMANCHE 23
THÉÂTRE/DANSE
• Opéra DON C ARLO au
Théâtre du Capitole (20h)
GRATOS
• ARTO présente spectacles
intimistes et de proximité
MINIATURES avec la Cie Les
Mains Libres « Infimes débordements » + La Cie Presque
Siamoises « ToR » + PIERRE
MAURICE NOUVEL « Glandeur nature » + La Cie Sans
Paradis Fixe « Le Philharmonique d’Occasion » à LabègeVillage place Barthélémy (de
15h à 19h)
LUNDI 24
MUSIQUE
• Orchestre symphonique
National Tchèque : ROLANDO VILLAZON (20h/La Halle
aux Grains)
THÉÂTRE/DANSE
• « Atelier de création » LES
PRÉTENDANTS au Théâtre
du Grand Rond (21h)
MARDI 25
MUSIQUE
• Chanson : WALLY (21h/Le
Bijou)
THÉÂTRE/DANSE
• JOURS TRANQUILLES À
LAMPEDUSA atelier animé
VIVENT pianiste au Cherche
Ardeur (21h)
MERCREDI 26
MUSIQUE
• Tour 2013 : THE VOICE
(20h30/Le Zénith)
• Hip hop soul jazz : PETE
ROCK + DA FONK CORRADO
+
TRINIDAD
(20h/Connexion Café)
• Chanson : WALLY (21h/Le
Bijou)
THÉÂTRE/DANSE
• JOURS TRANQUILLES À
LAMPEDUSA atelier animé
par Georges Gaillard au TPN
(21h)
• « Atelier de création » LES
PRÉTENDANTS au Théâtre
du Grand Rond (21h)
• Opéra LÉGENDES ANGLAISE par le Chœur du Capitole
au Théâtre du Capitole (20h)
• FESTIVAL DE THÉÂTRE
AMATEUR au Théâtre Le Fil à
Plomb (21h)
• TOC TOC (21h) + ON EST
TOUS PORTÉS SUR LA
QUESTION (21h) + J’AIME
BEAUCOUP CE QUE VOUS
FAITES (21h) au café-théâtre
Les 3T
• UN HOMME… VITE !!!
(21h) + PAS D’PANIQUE
C’EST LA POLICE (21h) au
café-théâtre Les Minimes
P’TITS BOUTS
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la Cie Des Jours Heureux au Théâtre Le Fil à Plomb
(15h30) dès 3 ans
• Les Mercredisent :
POCHETTE SURPRISE à La
Cave Poésie (16h) dès 3 ans
GRATOS
• HEURE DU CONTE en
langue des signes par Émilie
Rigaud à La Médiathèque José
Cabanis (15h)
• SCÈNE OUVERTE avec Cyril
au Cherche Ardeur (21h)
JEUDI 27
MUSIQUE
• Chanson : WALLY (21h/Le
Bijou)
• 30 Ans : IN BIKINI DURA
CURIOSITÉS (20h/Le Bikini)
• Accordion y Cajón : GILLES
CUZACQ & AURÉLIEN ARJO
« Project » (21h30/Le Mandala)
• Classique : ORCHESTRE
PHILARMONIQUE
DE
RADIO FRANCE (20h/La
Halle aux Grains)
THÉÂTRE/DANSE
• JOURS TRANQUILLES À
LAMPEDUSA atelier animé
par Georges Gaillard au TPN
(21h)
• « Atelier de création » L’ENCLOS au Théâtre du Grand
Rond (21h)
MENCO À FLAMENCO à la
Maison de l’Occitanie
(12h30)
• Fête de Music’Halle : Ateliers + HEADBANGERS à
l’espace Job (18h30)
• NAISSANCE(S) solo noir
pour clown rouge à la Maison
Blanche (20h30)
• EMILIE MARSH chanson
symphonique et pop lumineuse au Cherche Ardeur
(21h)
• Soirée ACID DREAMS
(Garage, Pop 60 s, Freakbeat,
Rock’n'roll… ) Dj Fuzzy
Dunlop et Dj Diego au
Connexion Live (22h)
VENDREDI 28
MUSIQUE
• 30 Ans : IN BIKINI DURA
ROCK (20h/Le Bikini)
• Electric soul : MARK de
C L I V E - L O W E
(21h/Connexion Live)
• Chanson : WALLY (21h/Le
Bijou)
• Jazz du monde : RICHARD
CALLEJA & GERT KILIAN
(21h30/Le Mandala)
THÉÂTRE/DANSE
• JOURS TRANQUILLES À
LAMPEDUSA atelier animé
par Georges Gaillard au TPN
(21h)
• AILLEURS par la Cie Nelson Dumont au centre culturel Henri-Desbals (20h30)
• « Atelier de création »
L’ENCLOS au Théâtre du
Grand Rond (21h)
• OYSTER par la Ballet du
Capitole au Casino Théâtre
Barrière (20h)
• Opéra DON CARLO au
Théâtre du Capitole (20h)
• FESTIVAL DE THÉÂTRE
AMATEUR au Théâtre Le Fil
à Plomb (21h)
• ESPÈCES MENACÉES (21h)
+ LE DÉMON DE MIDI (21h)
+ LES MONOLOGUES DU
VAGIN (21h) + AMOUR ET
CHIPOLATAS (21h) au caféthéâtre Les 3T
• UN HOMME… VITE !!!
(21h) + PAS D’PANIQUE
C’EST LA POLICE (21h) au
café-théâtre Les Minimes
• PHILIPPE SOUVERVILLE «
L’Humour ne meurt jamais !
» au Citron Bleu (21h)
GRATOS
• Cultures & Nourritures /
Nuit du Conte « La parole a
soif » & Marché au musée
des Augustins (10h à minuit)
• Fête de Music’Halle : Ateliers + PASIPHAE QUARTET
+ LE MUSIQUE DE DAVID
BINNEY + IMPRO-BAL avec
BRUTLA à l’espace Job
(18h30)
• Marathon des Mots : Soirée
Buenos Aires – Madrid lectures bilingues avec quatre
auteurs argentins à l’Instituto
Cervantes (18h30)
• COLLECTIF VRACK place
aux artistes (19h) à Blagnac
• ET HOP electric jazz et
films Super 8 à L’Impro (20h)
• UNCLE JOE mento calipso
à la Maison Blanche (20h30)
• DJ PALKAN mix au
Cherche Ardeur (21h)
SAMEDI 29
MUSIQUE
• Classique : ORCHESTRE
NATIONAL DU CAPITOLE
DE TOULOUSE « Beethoven,
Tchaïkovski » (20h/La Halle
aux Grains)
• Samba roots : PARTIDO
BOM (21h30/Le Mandala)
• 30 Ans : IN BIKINI DURA
ELECTRO (23h/Le Bikini)
THÉÂTRE/DANSE
• AILLEURS par la Cie Nelson Dumont au centre culturel Henri-Desbals (20h30)
• « Atelier de création »
L’ENCLOS au Théâtre du
Grand Rond (21h)
• OYSTER par la Ballet du
Capitole au Casino Théâtre
Barrière (20h)
• FESTIVAL DE THÉÂTRE
AMATEUR au Théâtre Le Fil
à Plomb (21h)
• NUIT BLANCHE par la Cie
du Petit Matin au centre animation Saint-Simon (21h)
• ESPÈCES MENACÉES (21h)
+ LE DÉMON DE MIDI (21h)
+ LES MONOLOGUES DU
VAGIN (21h) + AMOUR ET
CHIPOLATAS (21h) au caféthéâtre Les 3T
• UN HOMME… VITE !!!
(21h) + PAS D’PANIQUE
C’EST LA POLICE (21h) au
café-théâtre Les Minimes
• PHILIPPE SOUVERVILLE «
L’Humour ne meurt jamais !
» au Citron Bleu (21h)
P’TITS BOUTS
• UNE ÉQUIPE DE RÊVE par
les Cies Théâtre Folavril &
Théâtre du Grand Rond au
Théâtre du Grand Rond
(15h) dès 12 ans
• DU RIFIFI DANS LES SALSIFIS par la Cie Des Jours
Heureux au Théâtre Le Fil à
Plomb (15h30) dès 3 ans
GRATOS
• 17è Festival Convivencia :
BRANKA BODEGAIRES
(20h) + REMI GEFFROY
(21h) + MININO GARAY &
SES TAMBOURS DU SUD
(22h30) à l’écluse de Vic à
Castanet Tolosan
• Lecture ANAÏS NIN par
Nathalie Pagnac au Cherche
Ardeur (21h)
• Fête de Music’Halle : Ateliers + C ANNIBLAES ET
VAHINÉS + WAB & THE
FUNKY MACHINES à l’espace Job (18h30)
• Maghré-Cumbia-Musiques
Latinos et orientales à la Maison Blanche (20h30)
• GROOV’HITS CONNECTION (Hip Hop, r’n'b & club,
soul, funk, groov music) au
Connexion Live (22h)
DIMANCHE 30
MUSIQUE
• 30 Ans : IN BIKINI DURA
GAY (15h/Le Bikini)
• Rock punk : BLACK LIPS
(20h/La Dynamo)
THÉÂTRE/DANSE
• OYSTER par la Ballet du
Capitole au Casino Théâtre
Barrière (15h)
• Opéra DON CARLO au
Théâtre du Capitole (15h)
• FESTIVAL DE THÉÂTRE
AMATEUR au Théâtre Le Fil
à Plomb (16h)
GRATOS
• Danse L’EMPORTERA par
la Cie Iraqi Bodies + SOLILOQUE
POUR
UNE
CYCLOÏDE par Dimitri
Zerah au Ring (15h)
prochain
numéro :
le 27 juin
P
i
d
i
e
é
n
é
yr
s
tes
i
s
,
t tes
e
r
M
é
up
vals
e
i
s
t
,
s
d
s
e
é
es f
erie
l
t
g
r
n
é
r
u
’
a
f
s
l
.
l
u
s
s
o
n
e
b
o
e
i
e
d
n
mat
me ,
e
r
s
t
r
i
o
r
f
i
y
n
u
u
p
to
i
t
es i
d
l
e
a
i
d
s
r
e
s
m
g
.
s
l
fic e
Tout
f
e
.
a
o
s
v
d
,
e
i
t
s
u i librairies
éné
r
e
g
y
f
.
P
w
L e ible en
w
M i di
e
w
d
ur :
s ir s
on
s
i
p
o
n
l
s
i
d
é gio
t de
r
e
a
s
l
l
re
ans
d
c ul t u
e
ris m
u
o
t
et le
Festivals & Tourisme
en Midi-Pyrénées
2013 // 2014

Documents pareils