UE5 – Braunberger Artères et Veines

Commentaires

Transcription

UE5 – Braunberger Artères et Veines
UE5 – Braunberger
Artères et Veines
I. Les artères
Vue schématique de l’ensemble des artères. Du début avec le cœur jusqu’à la partie la plus
distale (tête, membre supérieur, membre inférieur).
1. L’aorte
Les deux premières branches de l’aorte correspondent aux coronaires droites et gauches, ensuite
on a l’aorte ascendante qui se termine au pied du tronc brachio-céphalique, après le TABC on a
l’artère sous clavière droite et l’artère carotide commune droite et l’artère carotide commune
gauche et la sous clavière gauche.
Ensuite, on a l’aorte thoracique descendante, les artères thoraciques, les artères bronchiques,
les artères œsophagiennes, les artères intercostales sur tout le trajet, l’artère phrénique
supérieure, les artères diaphragmatiques. Ensuite l’aorte passe au niveau du diaphragme et se
transforme en aorte abdominale.
L’aorte abdominale qui donne : tronc cœliaque, l’artère mésentérique sup et inf, les artères
rénales et se termine au niveau de la bifurcation aortique : Artère iliaque commune (interne et
externe) Les artères intercostales et phrénique supérieures vont donner une vascularisation sur la
partie pariétale du thorax.
L’ensemble des artères qui vont naitre de l’aorte abdominale vont vasculariser tous les organes
viscéraux abdominaux : l’estomac, foie, rate, tube digestif.
Arche aortique
Au croisement de l’AP et de l’aorte, au niveau de la bifurcation avec l’AP droite : ligament
artériel, reliquat du canal artériel.
TABC : naissance de la mammaire interne à D et à G
Image IRM : aorte ascendante, crosse de l’aorte, TABC, artère carotide commune gauche.
Une reconstruction (l’image bleue) : croisement avec l’AP, l’aorte ascendante et la trachée.
Schéma important sur les artères qui naissent de l’aorte : les coronaires, le TABC, l’artère
thyroïdienne moyenne : nait entre le TABC et carotide primitive G, artère sous-clavière gauche,
artère bronchique D et G.
Artériographie bronchique
Image scanographique de l’aorte thoracique descendante et de l’artère bronchique droite.
On peut faire éventuellement un cathétérisme sélectif des artères bronchiques, pour pouvoir
emboliser quand ça saigne. Quand il y a des hémoptysies sur des pathologies du poumon, on va
injecter « des petits bouchons » derrière les artères responsables du saignement de la trachée.
Sur l’image du scanner, on voit très bien l’artère bronchique.
[Sur le dessin : oreillette D, auricule D, le ventricule D, l’AP, le croisement entre l’AP droite et
l’aorte au niveau de la crosse, le TABC, la carotide commune G, la sous-clavière G, VCS,
TVBCG : tronc veineux innominé, la jugulaire interne droite (JID) et sous-clavière droite qui se
réunissent, la jugulaire interne gauche (JIG) et la sous-clavière gauche qui se réunissent. On
peut voir sur ce schéma le rapport entre le pneumogastrique D, le pneumogastrique G et le nerf
phrénique.
Quelques rapports anatomiques important :
- Nerf pneumogastrique droit à gauche de la VCS
- Nerf phrénique G : innerve la partie G du diaphragme
- Nerf phrénique D : innerve la partie D du diaphragme]
Aortographie de la crosse aorte :
Image de G : malformation anatomique avec un seul tronc pour la sous clavière et la carotide
commune droite.
IRM : on voit par superposition les bifurcations des artères pulmonaires (image de droite)
Tous ces examens nous permettent d’avoir une visualisation stricte avant les interventions, de
l’aorte et de ses branches.
Les animaux n’ont pas comme les hommes, 3 troncs supra-aortiques, ils en ont un seul.
2. Artères encéphaliques
La carotide commune donne 2 branches :
- Carotide externe (multiples collatérales) : larynx, langue, scalp, muscles de la face.
- Carotide interne (ne donne pas de collatérales avant d’arriver en intracrânien) :
encéphale (s’anastomose au niveau du polygone de Willis), orbite.
On peut palper une des branches de la carotide externe, l’artère temporale. Dans la maladie de
Horton, on s’intéresse à cette artère temporale.
L’artère vertébrale : nait de la sousclavière, s’anastomose au niveau du
polygone de Willis pour participer à la
vascularisation cérébrale.
Le polygone de Willis est composé de l’arrivée des artères vertébrales sur sa face postérieure, du
tronc basilaire, du polygone de Willis proprement dit et des anastomoses avec les branches de la
carotide interne.
Artères carotide externe :
Branches de divisions :
- Artère temporal
- Artère ophtalmique
- Artère auriculaire : pour l’oreille
- Branches occipitale : pour la peau de la face externe de la vascularisation du crane
- Artères maxillaire
- Art faciale
- Art pharyngienne
- Art thyroïdienne
Artère carotide interne : Partie dilatée =
Glomus carotidien qui contient des plexus
nerveux contenant des barorécepteurs
régulant la tension Artérielle (Prise en
charge chirurgicale délicate)
Artère sous-clavière :
- Artère vertébrale : une des branches
principale de l’artère sous-clavière
- Artère mammaire ou thoracique
interne: naissance sur la face
inférieure de la sous-clavière
- Tronc thyrocervical : donne une
branche à la thyroïde au niveau de sa
face inférieure
Artère carotide commune, branche carotide externe, carotide interne, faciale ? On voit la
bifurcation entre la carotide interne et externe. Zone de turbulence, où se développe les plaques
d’athérome donc responsable d’AIT et d’AVC.
Polygone de Willis : à savoir
Dans le cercle anastomotique, les deux artères vertébrales vont se rejoindre pour former l’artère
basilaire. Les deux carotides internes qui vont se rejoindre par l’intermédiaire de l’artère
cérébrale antérieure.
AVC : Bouche une artère après le polygone de Willis, ou polygone non fonctionnel (fréquent
dans des cas d’athérosclérose).
Dans ce réseau : arrivée de 4 artères différentes (2carotides internes et 2 vertébrales) qui
permettent d’assurer la totalité de la vascularisation cérébrale.
Les rapports anatomiques dont on aura besoin dans nos stages. Il existe un rapport entre la veine
jugulaire interne et l’artère carotide commune puis interne. En fait, on peut à ce niveau des KTC.
Les KT centraux : dans une veine centrale de l’organisme, dont 6 sont facilement accessibles :
- 2 veines jugulaires internes D et G
- 2 sous-clavières D et G
- 2 veines fémorales : on les laisse au max 5-7 jours. Pour les 4 autres veines on pourra
laisser 10-15 jours et même un peu plus mais cela va dépendre des pansements.
Ces KT centraux sont utilisés pour injecter à gros débits et le plus près possible du cœur. Ils
permettent aussi de passer des drogues très toxiques pour les veines comme le potassium ou des
chimiothérapies. Le pourcentage de complications de KTC dépend du nombre de jours durant
lesquels les KTC restent en place. Exemple : 1 jour = 1% de complication grave.
Pour les KT périphériques on laisse en place 3 jours au maximum, dans de très rare cas 4 jours.
Le muscle SCM s’insère entre le sternum en bas, la clavicule et la mastoïde.
Artère carotide commune (palpable) : derrière le SCM.
VJI : sur face profonde SCM
3. Aorte thoracique descendante
-
Artères bronchiques
Artères intercostales
Artères phréniques (vont amener du sang sur le diaphragme)
Artères mammaires internes : branche de la sous-clavière, tronc thyro-cervical, branches
œsophagiennes qui naissent de l’aorte thoracique descendante, les branches médiastinales, les
branches intercostales.
4. L’aorte abdominale (qcm)
On va voir les différentes branches de l’aorte abdominales : le tronc cœliaque, l’artère
mésentérique supérieure, l’artère surrénale (droite et gauche), les artères lombaires, l’artère
mésentérique inférieure et l’artère honteuse interne.
Ensuite il y a la bifurcation iliaque avec l’artère iliaque commune qui va se diviser en artère
iliaque interne (hypogastrique) et artère iliaque externe qui en passant sous l’arcade crurale
devient la fémorale commune.
Artères abdominales :
Le tronc cœliaque donne : /!\
- Coronaire stomachique
- Gastro-épiplooïque G
- Splénique vascularise la rate
- Hépatique commune qui se divise en art hépatique propre et gastro-épiplooïque D
- Artère mésentérique supérieure : grêle et colon D
- 2 artères rénales
- Testiculaires/ovariennes
- Artères surrénales
- Mésentérique inférieure : vascularise le côlon G et une partie du transverse
Exemple de QCM : la mésentérique inférieure ne nait pas du tronc cœliaque
Aortographie abdominale :
Le tronc cœliaque se sépare en hépatique commune puis hépatique propre et gastro epiploïque
droite.
L’artère splénique, la mésentérique supérieure, artère rénale droite et gauche, la bifurcation
iliaque et la bifurcation aortique.
5. Artères pelviennes
L’aorte se sépare en artères iliaques
primitives qui elles-mêmes se séparent en
iliaque interne et en artère iliaque externe.
Iliaque commune donne :
- Iliaque interne ou Hypogastrique qui vascularise les muscles génitaux et la vessie
- Iliaque externe : Passe sous l’arcade crurale et devient la fémorale commune. Se bifurque
en fémorale profonde et en fémorale superficielle qui en passant dans le canal de inter
donne l’artère poplitée. Souvent anastomose artère fémorale profonde et artère poplitée.
6. Artères du membre supérieur
-
Le TABC donne l’artère carotide commune droite qui donne l’artère sous-clavière droite
qui donne l’artère mammaire interne (artère importante).
Sous-clavière
Axillaire
Humérale : se divise en radiale, ulnaire (ou cubitale) et interosseuse (à savoir)
Radiale (c’est un moyen facile d’avoir une surveillance hémodynamique de la tension
artérielle en continu. En chirurgie cardiaque, on met très fréquemment des cathéters à
l’intérieur de l’artère radiale)  effet iatrogène plutôt limité.
Ulnaire
Il existe un réseau anastomotique au niveau
de la main que l’on peut tester avec le test
d’Allen.
L’interosseuse va aussi s’anastomoser au
cercle anastomotique de la main (avec la
radiale et l’ulnaire).
Cercle anastomotique profond et superficiel.
Il y a 2 artères latérales par doigt.
Artériographie du membre supérieur :
Avec l’artère sous-clavière  artère axillaire
 artère humérale
7. Artères des membres inférieurs
A la terminaison de l’aorte abdominale : bifurcation  artères iliaques communes  artères
iliaques internes et externes.
Iliaque externes : à savoir !
- fémorale superficielle qui passe dans le canal de Inter et qui vont donner les artères
poplitées
- fémorale profonde
- poplitée : tibiale antérieure qui va se terminer au niveau du pied sur l’artère pédieuse,
tibiale postérieur et péronière
- anastomoses plantaires (constituées par la tibiale antérieure, la tibiale postérieure et la
péronière)
Il y a un cercle anastomotique entre les branches de l’artère fémorale profonde et les branches de
l’artère poplitée qui font suite à l’artère fémorale superficielle.
Une pathologie fréquente chez les gens qui fument, c’est l’artérite des membres inférieurs qui
se traduit par de l’athérome à l’intérieur des artères qui provoque des sténoses ou occlusions.
L’une des artères les plus fréquemment touchée au niveau des artères des membres inférieurs
c’est l’occlusion ou la sténose de l’artère fémorale superficielle qui entraine un premier signe qui
est la claudication intermittente  quand on va courir, on va s’arrêter à cause d’une crampe
dans le mollet qui apparaît systématiquement après un certain nombre de mètres parce que le
mollet est en acidose lactique et il n’y a plus assez de sang qui arrive dans le mollet et on ressent
la douleur.
On s’arrête et donc le débit devient moins important puisque le muscle ne se contracte pas et là
la douleur disparaît.
On définit ce qu’on appelle le périmètre de marche qui est la distance à partir de laquelle
commence la douleur et on sait par exemple qu’un périmètre de marche à 200m ou plus permet
très souvent de stimuler les collatérales entre le réseau fémoral profond et les artères des
membres inférieurs en faisant marcher le patient.
La cause principale c’est le tabagisme (le diabète aussi mais c’est souvent une atteinte plus
distincte).
Un des moyens contre cette pathologie sera de faire des dilatations, des recanalisations en
ouvrant l’artère, soit de faire des pontages entre une zone saine et une autre zone saine.
Artère fémorale commune, profonde, superficielle, cercle anastomotique au niveau du genou,
poplitée, tibiale post tibiale antérieure, péronière.
Artériographie poplitée
Atteintes chez les fumeurs et diabétiques : Clodication intermittente (Signe clinique)  Douleur
au niveau du mollet quand on marche. Obstruction des artères des membres inférieurs.
II. Sites de palpation du pouls
On a 2 pouls centraux qui sont les plus importants qu’il faut connaître :
 le pouls carotidien
 le pouls fémoral
Quand on a un quelqu’un d’inconscient qui ne respire pas, on va prendre les pouls centraux
et on va voir s’il y a un battement et on pourra déterminer sa fréquence cardiaque. S’il n’y a
rien, c’est qu’il est en arrêt cardiaque et à ce moment-là, on va faire un massage cardiaque.
Voici les différents pouls :
- Pouls temporal : pouls pris dans le cas de maladie de Horton.
- Pouls artère faciale : difficile à avoir
- Pouls artère carotide : C’est un pouls à palper et à ausculter car quand on a des souffles,
cela peut évoquer une sténose. Cependant il n’y a pas de corrélation entre le souffle et le
degré de sténose.
-
Pouls huméral
Pouls radial
Pouls cubital ou ulnaire
-
Pouls fémoral
-
Pouls poplité : mettre sa main en creux en prenant le genou. Un des plus difficiles.
Très souvent quand on a un pouls pédieux, on a un pouls poplité mais par contre quand on
n’a pas de pouls pédieux, ni pouls de tibial postérieur, c’est très important de trouver le
pouls poplité ou le pouls fémoral car on pourra ainsi dire quelle artère est bouchée.
-
Pouls tibial postérieur : Sur la face interne, en arrière de la malléole interne
-
Pouls pédieux : face antérieure du pied, assez haut, presqu’au niveau du coup de pied
entre le premier et le deuxième orteil
-
Pouls sous clavier : en pratique on ne le palpe pas.
Important de s’entraîner à tous les repérer et à avoir l’habitude de les trouver car
l’abolition d’un pouls peut traduire une maladie athéromateuse
Exemple : Quand on a un patient diabétique, si on a un pouls qui manque, on a à ce momentlà, l’association d’une artérite et d’un diabète et la probabilité d’avoir une maladie coronaire
chez des gens comme ça est de 50%. Ils sont très souvent coronariens asymptomatiques et ils
ont de l’ischémie silencieuse.
Du coup, il faut faire au patient un test d’ischémie pour voir s’il n’y a pas de rétrécissement
sur les artères coronaires.
Question élève : 2014-2015 : « Question par rapport au péricarde, à propos du trajet des lignes
de réflexions du pédicule artériel, de la différence entre ce qui était écrit sur le diaporama et ce
qui a été dit en présentiel »
Réponse du prof : « Je ne vous poserai pas de question sur le trajet exact des lignes, ce qu’il faut
savoir et qu’il faut comprendre c’est que les lignes de réflexions font en sorte que tout ce qui
sortait du cœur et tout ce qui entrait devait avoir une insertion péricardique ».
Question élève 2014_2015 : « La dernière fois vous avez dit que la gastro-epiploïque sortait de
l’artère splénique ou du tronc cœliaque ? Celle qui alimente la petite courbure ce n’est pas
l’artère gastrique ? Parce que dans le cours de l’année dernière, on disait que la gastroepiploïque droite irrigue la grande courbure. »
Réponse du prof : « Du tronc cœliaque. Alors il y a 2 gastro-epiploïque, gauche et droite et c’est
la gastro-epiploïque droite qui alimente la petite courbure. -> Vous avez le tronc cœliaque qui va
donner l’artère hépatique qui elle-même donne la gastro-epiploïque gauche et c’est elle qui
irrigue la grande courbure de l’estomac.
III. Les veines
Réseau veineux est composé de 2 réseaux :
- veines profondes (90% du drainage, en bleu foncé sur le schéma)
- veines superficielles (10% du drainage, en bleu clair sur le schéma)
L’ensemble des veines des bras vont se
rejoindre au niveau de la veine axillaire qui va
recevoir à droite les veines jugulaire interne et
jugulaire externe puis se jeter directement dans
la VCS.
18
A) Tête
- Jugulaire Interne reçoit les veines :
 Du cerveau
 De la face
 Du cou
Elle s’anastomose avec la veine sous clavière.
Elle reçoit également la jugulaire externe
- Jugulaire Externe draine :
 Le scalp
 La face
Ensuite vous allez avoir une anastomose donc de la veine sous clavière qui va se jeter dans la
veine cave supérieure (à droite) et la même chose à gauche via le tronc veineux innominé.
La veine jugulaire externe c’est une veine périphérique alors que la veine jugulaire interne c’est
une veine centrale. Tout ceci va se jeter dans la VCS et on va avoir une anastomose avec le
système veineux gauche via le tronc veineux innominé.
On a aussi la veine vertébrale qui va se jeter
dans la veine sous clavière.
19
Un intérêt dans la mise en place de cathéters
veineux c’est qu’on peut avoir la pression
veineuse centrale qui permet de donner une
idée fiable de la pression dans l’oreillette
droite (importance clinique). S’il y a une
défaillance de l’oreillette droite, il y aura
augmentation de la pression.
La veine jugulaire interne va récupérer le sang des plexus cérébraux et le sang des plexus de la
face. Alors qu’on se rappelle que la carotide interne ne donne aucune collatérale, par
contre la veine jugulaire va recevoir les collatérales de la face.
(On peut voir sur ce schéma
quelque chose d’intéressant
que l’on appelle la veine
azygos. Il y a la petite et la
grande azygos. Ce sont des
anastomoses entre le système
cave supérieur et système
cave inférieur. À l’état
physiologique, c’est une veine
qui fait 4 à 5 mm mais quand
il y a des problèmes, des
obstructions de veines caves,
on a un passage (ce sont des
veines qui vont se dilater de
manière importante du
système cave inférieur au
système cave supérieur ou le
contraire.)
20
Question élève : « C’est ça qu’on appelle la circulation veineuse collatérale ? »
Réponse : « Alors non c’est une des différentes circulations collatérales (collatéralité entre le
système cave supérieur et système cave inférieur. On appelle circulation collatérale, en
particulier au niveau abdominal (circulation collatérale abdominale), un développement des
veines superficielles que l’on voit sous la peau suite à une obstruction. La veine azygos c’est
une veine qui est très profonde et que l’on ne voit pas parce qu’elle est au contact du rachis.
On a une veine azygos du côté droit qu’on voit et une veine hémi-azygos qui est équivalente et
qui est du côté gauche. »
Si on reprend les différentes veines, à droite, on a : la veine jugulaire interne, la veine jugulaire
externe, la veine sous clavière qui se jette dans la veine cave supérieure. Avec l’équivalent à
gauche, on a : la veine jugulaire interne, la veine jugulaire externe et la veine sous clavière
gauche qui va se jeter (après avoir reçu les 2 jugulaires) dans un confluent qu’on appelle le
tronc veineux innominé pour se réunir avec la veine sous clavière droite et donner la VCS.
Dans certaine pathologie (en particulier quand on une VCS à gauche) on peut avoir l’absence
de tronc veineux innominé et le fait que la VCS gauche va s’anastomoser au niveau du sinus
veineux coronaire (cette variante est observée dans 3% des cas donc c’est assez rare mais il
arrive que l’on n’ait pas de tronc veineux innominé).
Question élève : « Le tronc veineux innominé c’est la réunion des jugulaires interne et
externe ? »
Réponse : « Non, la veine cave supérieure correspond à l’anastomose de la veine sous clavière
droite et de la veine sous clavière gauche par l’intermédiaire du tronc veineux innominé. Donc
on a la veine sous clavière droite qui reçoit les veines jugulaires interne et externe droites qui
va se réunir en la VCS. À gauche on a les veines jugulaires interne et externe gauches qui vont
se réunir avec la veine sous clavière qui se dirige vers la droite pour former la VCS et c’est à
partir d’ici qu’elle ne s’appelle plus veine sous clavière gauche mais tronc veineux
innominé. C’est l’anastomose du tronc veineux innominé et de la veine sous clavière droite qui
va donner la VCS. »
Question élève : « Alors ça veut dire qu’en fait le tronc veineux innominé c’est que la veine
sous clavière gauche ? »
Réponse : « Alors en fait non, ce n’est pas exactement pareil. Parce que la veine sous clavière
droite est à droite et la veine sous clavière gauche est à gauche et comme il faut une petite
portion pour réunir la gauche et la droite on a besoin du tronc veineux innominé (ce passage est
assez long). Donc ce n’est pas exactement symétrique, la VCS étant franchement à droite pour
que le sang gauche arrive vers la droite il faut un petit tube qui correspond au tronc veineux
innominé. »
Le système veineux droit va se jeter directement dans la VCS et le système veineux gauche va
se jeter dans ce qu’on appelle le tronc veineux innominé.
21
B) Membres Supérieurs
Alors les veines du membre supérieur :
Il y a un cercle anastomotique des veines de la
main qui va se rejoindre en veine brachiale, en
veine céphalique (équivalent de l’artère
radiale) et en veine basilique.
Donc les veines au départ, il y a 2 veines digitales
comme il y a 2 artérioles digitales également. Elles se
réunissent en veine métacarpienne puis en veine
dorsale, en veine céphalique (équivalent de l’artère
radiale) et en veine ulnaire.
1 : Digitale
2 : Métacarpienne
3 : Dorsale
4 : Céphalique
5 : Ulnaire
22
Céphalique = veine de l’anesthésiste, plus facile à piquer
On reprend la même chose, la veine ulnaire, la veine radiale qui se poursuit par la veine
céphalique et la veine basilique (à connaître veines basilique et céphalique) et tout ça va
s’anastomoser au niveau de la veine axillaire et en passant sous la clavicule ça va devenir la
veine sous clavière et en recevant la jugulaire interne ça va donner la VCS.
a. Membres inférieurs
Pour le drainage veineux des membres inférieurs, il y a deux systèmes :
Réseau profond : draine 90% du sang veineux de la jambe
- tibiale antérieure
- la veine interosseuse
Qui vont se réunir en veine poplité puis veine fémorale puis veine iliaque externe, interne
puis commune et enfin formant la veine cave inférieur à son origine.
Réseau superficiel : draine à peu près 10 % du sang veineux de la jambe, elles sont valvulées :
-
-
Saphène interne (ou grande veine saphène) qui
passe en avant de la malléole interne, face interne
de la jambe et du mollet, puis face interne de la
cuisse.
C’est elle qui donne des varices quand on a une
insuffisance ostiale par défaut des valvules. C’est
également cette veine là que l’on va utiliser pour
faire des pontages veineux soit des membres
inférieurs (avec la poplité, la pédieuse, tibiale
postérieure..) soit pour des pontages coronaires.
Saphène externe
23
Le passage de sang de la partie inférieure des hémicorps à la partie supérieure se fait parce que
les veines profondes passent à travers les muscles et que le fait de contracter les muscles va
provoquer un écrasement de la veine et donc un passe toujours dans le même sens du sang car
présence de valvules.
Question : Les veines profondes sont aussi valvulées ?
Réponse : Oui
Réseau profond : satellite des artères
Veine tibiale antérieure, veine tibiale postérieure, veine
poplité, veine fémorale superficielle, veine fémorale
profonde, veine fémorale commune, veine iliaque
externe, interne, commune et cave inférieure.
Réseau superficiel : Saphène interne et
externe. On observe au niveau de l’aine la
crosse de la saphène qui va se jeter dans la
veine fémorale
Drainage veineux au-dessous du cœur est
plus compliqué que la tête. On a un système
de valves qui permet au sang de ne pas
redescendre.
Les veines sont enchâssées dans les muscles
et à chaque contraction, cela provoque une
compression, le sang ne peut alors que
monter.
C’est pour cette raison que lorsque l’on est
debout très longtemps et que vous avez un
problème de drainage veineux : ça fait mal.
Solution : bas de contentions favorise le retour veineux ou marcher quand on est alité
longtemps sinon ça fait des varices.
Remarque : lorsqu’on est sportif le drainage veineux se fait très bien car contraction efficace
24
b. Abdominales
1er drainage de la partie des organes non digestif :
Veine fémorale  veine fémorale commune
 veine iliaque externe qui va recevoir
veine iliaque interne qui vont se transformer
en veine iliaque commune  VCI qui va
recevoir veines rénales, veines hépatiques,
veines surrénales.
- Veines iliaques externes et internes qui
donnent les veines iliaques communes
- Veines rénales et surrénales (surrénale D se
jette dans VCI et surrénale G dans la veine
rénale G)
- Veines Hépatiques
À 2 à 3 cm en-dessous de l’abouchement de la VCI au niveau du cœur, on a les veines sushépatiques = système porte.
-
Le foie reçoit les vaisseaux portes et va donc filtrer/métaboliser l’ensemble des produits
provenant des veines portes et va les re-larguer dans les veines sus hépatiques qui vont se jeter
dans la VCI sous diaphragmatiques puis VCI au niveau du cœur.
Système très particulier et très important : veine cave inférieure /veine porte, ce dernier draine
tout le sang du système digestif qui va passer par un filtre : le foie, via les veines sus hépatiques
puis la veine cave inférieure sous diaphragmatique. Grace à la compréhension de ce système,
on peut comprendre le mécanisme des médicaments per os.
c. Système porte
Non superposables au réseau artériel /!\
= réunion de tous les systèmes veineux de drainage
du tube digestif.
Draine estomac, le grêle et le colon
 Veines gastriques
 Veines mésentériques supérieure
 Veines mésentériques inférieure
 Veine splénique
Passage dans le foie, via tronc porte puis via les
veines sus-hépatiques se drainent dans la veine
cave sous diaphragmatique.
25
C’est ce système-là qui explique que quand on prend un médicament, on observe l’effet de
premier passage hépatique. On ne l’observe que pour les voies rectales et per-os car elles ont un
passage trans-hépatique, ce qui n’est pas le cas des autres voies d’administration (parentérale,
sous cutanée, sous linguale…). Cela modifie aussi la rapidité d’absorption : plus rapide quand il
n’y a pas le premier passage hépatique.
Voilà le système veineux porte, avec le colon qui se draine par la veine mésentériques sup qui
va recevoir les veines gastrique droites et gauches, la veine mésentérique inférieure qui draine
le grêle et le colon gauche, et la veine splénique qui va se terminer dans le trou portal avec
également la veine cystique.
d. Veines autour du cœur
2 systèmes permettent de relier le
système cave inférieur et supérieur : (mis
à part le cœur évidemment)
- Veine azygos à droite
- Veine hémiazygos à gauche
26
La veine azygos va se jeter juste sous le
pied de la veine cave supérieure, à 1 cm
à peu près juste au-dessus de l’insertion
du cœur.
La veine hémi azygos entre la sous
clavière et la veine cave inférieure ou
veine rénal gauche.
Veine azygos va s’anastomoser au
niveau de la veine cave abdominale,
parcourir la partie postérieur du
médiastin au contact du rachis et va
donner une anastomose avec une petite
crosse qui va passer de la partie
postérieure à la partie antérolatérale de la
VCS (on le voit bien lors des chirurgies).
27
Questions examen :
Décembre 2010 :
Concernant les artères coronaires : quelles sont les branches de la coronaire droite ?
A. Les marginales gauches
B. Les septales
C. Les diagonales
D. Les marginales droites
E. L’inter-ventriculaire postérieure
Concernant les artères coronaires : en cas de dominance droite, quelles sont les branches
de la circonflexe ?
A. Les marginales gauches
B. Les septales
C. Les diagonales
D. Les marginales droites
E. L’inter-ventriculaire postérieure
Concernant la crosse aortique :
A. L’arc aortique est la portion horizontale de l’aorte
B. L’arc aortique est situé entre l’aorte ascendante et l’aorte descendante
C. L’arc aortique passe du médiastin moyen au médiastin postérieur
D. L’arc aortique se termine à l’isthme aortique
E. L’arc aortique donne naissance au tronc artériel brachio-céphalique
Décembre 2011 :
La coronaire gauche :
A. nait du sinus non coronaire
B. se divise en 3 branches
C. donne l’IVP (interventriculaire postérieure)
D. donne la circonflexe
E. est plus petite que la coronaire droite
La coronaire droite :
A. donne l’IVP (interventriculaire postérieure)
B. donne les latérales du bord droit (marginales droites)
C. comporte 4 segments
D. vascularise le nœud sinusal dans 2/3 cas par l’artère atriale droite antérieure
E. se termine en interventriculaire antérieure
L’interventriculaire antérieure :
A. vascularise par les artères septales les 2/3 antérieurs du septum interventriculaire
B. donne des diagonales
C. donne l’interventriculaire postérieure
D. est une artère sans importance
E. est une branche de la coronaire droite
28
Les sinus aortiques :
A. composent la partie proximale de l’aorte ascendante
B. se terminent par la jonction sino-tubulaire
C. comportent les ostia coronaires
D. récupèrent le sang veineux
E. sont au nombre de 3
Décembre 2012 :
29
30
Décembre 2013 :
31
Décembre 2014 :
32
33
34