RAPPORT DU PRÉSIDENT DU JURY

Commentaires

Transcription

RAPPORT DU PRÉSIDENT DU JURY
MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE, DE L’ÉNERGIE,
DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
Direction générale du Personnel
et de l’Administration
Service du Personnel
Sous-Direction du Recrutement
des Concours et de la Formation
Bureau du Recrutement
et des Concours
RAPPORT DU PRÉSIDENT DU JURY
EXAMEN PROFESSIONNEL POUR L'ACCES AU
GRADE DE CONTROLEUR DIVISIONNAIRE DES
TRANSPORTS TERRESTRES
ANNÉE 2008
www.developpement-durable.gouv.fr
Tour Pascal B – 92055 La Défense cedex – Téll : 33 (0)1 40 81 21 22 – Fax : 33 (0)1 40 81 70 70
1 Déroulement de l'examen professionnel
L'arrêté du 3 octobre 2007 a ouvert la session 2008 de l'examen porfessionnel de
CDTT.
L'arrêté du 3 janvier 2008 a fixé au titre de l'année 2008 le nombre de places à pourvoir
aux concours interne et externe pour le recrutement de contrôleurs des transports
terrestres .
L'épreuve écrite s'est déroulée le mardi 29 janvier 2008.
Les candidats ont été auditionnés le jeudi 3 avril 2008 et le vendredi 4 avril 2008.
2 Statistiques
Ont présenté leur candidature 33 candidats, 25 se sont présentés à l'épreuve écrite, 16
candidats ont été déclarés admissibles. 4 candidats ont été déclarés admis et la liste
complémentaire comportait 5 noms
3 Appréciations du jury sur l’épreuve écrite
Analyse du sujet
Le sujet, la circulation des véhicules de transport routier de marchandises à 44 tonnes ,
est éminemment d’actualité. Il constitue l’un des thèmes majeurs de réflexion de la
profession et des agents chargés de veiller au respect du poids maximum autorisé en
charge. Par rapport au sujet d’examen de la session précédente, en 2007, qui visait la
formation des conducteurs routiers, celui de cette année est encore davantage au cœur
du métier de contrôleur des transports terrestres. Le choix du sujet ne devait donc
poser, a priori, aucun problème aux candidats.
Typologie des erreurs, lacunes ou défauts les plus graves relevés
Cette année, une nette amélioration a été constatée dans la qualité des copies. Les
candidats qui ont obtenu une bonne note à l’écrit étaient visiblement rompus à la
technique de cette épreuve. Ils ont soigné l’introduction, énoncé le plan, utilisé à bon
escient les documents composant le dossier. Les copies sévèrement sanctionnées
(notes inférieures à 9) ne comportaient pas de plan, pas d’introduction et dénotaient un
manque de sérieux dans la préparation.
Certains candidats ne maîtrisent pas encore le temps et n'ont pas réussi à terminer leur
copie. Il est impératif de s’entraîner à cette épreuve en temps limité. Le candidat doit
préparer, au brouillon, un plan très détaillé qui lui servira de base de travail lors de sa
rédaction définitive qui se fait directement au propre. Certains n’ont lu qu’un seul
document et axé leur réflexion sur celui-ci en dehors de toute autre considération. Ce
n’est pas le but de cette épreuve.
Sur le fond du sujet
www.developpement-durable.gouv.fr
Comme indiqué supra, le sujet était connu de tous les candidats. Il a été dans
l'ensemble bien compris. En effet l'extension ou non du "44 tonnes" entre bien dans le
contexte professionnel quotidien des contrôleurs des transports. Toutefois, revers de la
médaille, certains candidats, encore cette année, ont récité leurs connaissances au lieu
d’utiliser les documents joints au dossier.
Sur la forme des devoirs
Par rapport aux sessions précédentes, un gros effort a été fait sur la présentation. La
plupart des copies étaient soignées. Les notes raturées étaient rares. De même, le
style employé, la grammaire et la conjugaison étaient, dans l’ensemble, conformes à ce
que l’on peut attendre d’un futur contrôleur divisionnaire des transports terrestres. Les
copies les plus mal notées, en raison de l’absence de plan et de la mauvaise
compréhension de la technique de la note, comportaient également beaucoup trop de
fautes de français, d’orthographe et de conjugaison.
Typologie des qualités qui ont permis aux candidats d’obtenir une bonne note et
de gagner quelques points en plus
Les meilleures copies reflétaient une excellente maîtrise du sujet et de la technique de
la note. Le style était fluide, les différentes parties s’enchaînaient naturellement par une
phrase de liaison et chaque idée était étayée par l’annonce de chiffres précis relevés
dans les documents joints au dossier. Dans la conclusion, les candidats avaient su
ouvrir sur d’autres pistes de réflexion prouvant qu’ils s’impliquaient réellement dans le
sujet proposé.
Cependant, l'introduction qui consistait à présenter le contexte d'activité des transports
n'a pas toujours été bien rédigée. De nombreux candidats sont passés directement au
développement souvent trop long pour exposer les mesures existantes qui permettent
déjà la circulation à 44 tonnes, en insistant trop sur les transports combinés. Le
candidat pouvait aller encore plus loin dans sa réflexion en évoquant la possibilité de
circuler à 44 tonnes dans le cadre de la campagne betteravière.
Il est regrettable que peu de candidats aient su développer des pistes de réflexion, par
exemple la renégociation des tarifs, la formation des conducteurs à l'écoconduite.
Conseils aux candidats : se préparer très sérieusement à cette épreuve écrite en se
documentant dans les revues professionnelles. En effet il y a souvent, parmi les
documents constituant le dossier, un ou plusieurs articles extraits de la presse
professionnelle. S’entraîner également, en temps limité, à l ‘exercice de la note car
certains candidats n’arrivent pas à terminer leur devoir. Les candidats doivent
considérer cette épreuve comme un exercice technique. Certains sujets inspirent plus
ou moins les candidats. Toutefois un futur contrôleur divisionnaire doit montrer sa
faculté à prendre du recul par rapport à l’exercice de son métier. Or, le sujet de
l'épreuve, généralement d’un thème d’actualité, concerne toujours l’exercice du métier
de contrôleur des transports terrestres.
Ainsi, le problème du chargement à 44 tonnes a déjà fait l’objet de nombreux débats au
cours des dernières années. De plus, et il convenait de le souligner dans cette note, la
réglementation diffère d’un pays à l’autre au sein même de l’Union Européenne (UE).
www.developpement-durable.gouv.fr
Les candidats doivent donc bien montrer leur aptitude à s’extraire de la routine
professionnelle et notamment à réfléchir sur des problèmes macro-économiques.
4 Appréciations du jury sur l’épreuve orale
Les candidats qui avaient préparé leur intervention et chronométré leur présentation de
carrière ont eu un avantage sur leurs concurrents.
Qualités appréciées chez les candidats :bonne élocution, exposé clair, précis et
argumenté ; sincérité dans les réponses et réactivité.
Défauts : personnalisation excessive des fonctions exercées. A titre d’exemple, l'un
des candidats a ponctué tout son exposé de citations émanant de l’un de ses
supérieurs hiérarchiques. Cela n’est pas le propos. De plus, la présentation d’une
carrière doit exclure la référence nominative à des collègues ou des supérieurs. Cela
peut sembler évident, mais cette session d’examen a prouvé qu’il était utile de le
rappeler.
Le passage au grade de contrôleur divisionnaire n’est pas la juste récompense pour
services rendus. Autrement dit, le candidat doit savoir mettre habilement en exergue
ses qualités intrinsèques qui seront soulignées par ses réponses aux questions posées
par le jury.
Les questions posées par le jury après l’exposé du candidat ont pour objet d’évaluer
son potentiel et notamment ses capacités à résoudre des situations potentiellement
conflictuelles, par exemple au sein de son équipe de contrôleurs. Elles lui fournissent
également l’occasion de démontrer son aptitude à comprendre les enjeux de la
profession.
5 En guise de conclusion
Cette session a présenté des candidats motivés et qui, dans l’ensemble, avaient bien
préparé leurs épreuves. Pour l'épreuve écrite, les candidats 2008 ont été bien meilleurs
que les années précédentes. Le jury a constaté un effort de rédaction, de présentation
, moins de fautes d'orthographe et surtout un sujet bien maîtrisé.
Les résultats à l’oral ont, dans tous les cas, confirmé les bonnes notes de l’écrit. Il
convient de noter qu'une grande majorité des candidats avaient préparé la présentation
de leur carrière en mettant en exergue les points forts de leur activité leur permettant
de se différencier des autres contrôleurs.
Les remarques des rapports précédents sur la tenue des candidats à l’oral ont atteint
leur objectif puisque le jury n’a pas eu, cette année, à déplorer la négligence
vestimentaire dont certains contrôleurs avaient fait preuve lors des sessions passées.
Le président du jury de l'examen professionnel
Jean-Claude Diquet
www.developpement-durable.gouv.fr

Documents pareils