30 ans après la catastrophe nucléaire qui a préfiguré la fin d`un

Commentaires

Transcription

30 ans après la catastrophe nucléaire qui a préfiguré la fin d`un
L’atelier du tilde éditions est une maison dirigée par de jeunes
éditeurs - traducteurs aventureux.
Il y a les tropiques, les tropismes, l’océan, et la littérature.
Plus d’info sur www.atelier-du-tilde.org
COLLECTION
TADEYS
NOUVEAUTÉ
PRINTEMPS 2016
#océan #traduction #duneriveàlautre #latelierdutilde #littérature #ameriquelatine #editeurnomade
SUR CE TEXTE
Évacué de sa ville natale située
à 3 km de Tchernobyl alors
qu’il n’avait que quelques mois,
Malofienko décide de retourner
à Pripyat pour y réaliser un
documentaire et tenter de
reconstruire une partie de son
identité. Aidé dans sa quête par
deux guides douteux, il arpente
la ville fantôme à la recherche de
matière. À travers une succession
de fragments reproduisant par
une écriture rigoureusement
documentée, les témoignages
des habitants, les lettres que
Malofienko échange avec sa
fiancée Fridaka, ou les scènes
de vie figées, Carlos Ríos invite
le lecteur à construire sa propre
vision de la ville fantôme.
30 ans après la
catastrophe nucléaire
qui a préfiguré la fin
d’un monde, Carnet
de Pripyat constitue
un texte plus actuel
que jamais.
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Charlotte Coing
EXTRAIT
CARNET DE PRIPYAT
Carlos Ríos
Collection Tadeys
Printemps 2016
12 €
116 p. 10,6 x 15,5 cm
ISBN : 979-10-90127-35-7
Broché, couverture à rabats.
« Dans des tons sépia, les édifices soviétiques mal proportionnés gagnent en définition, épaississent à l’œil nu, recouvrent
quelque chose de leur ancienne puissance.
Comme dans un jeu ancien, Malofienko
pourrait marcher les yeux fermés jusqu’à
arriver à la porte de ce qui fut sa maison.
[…] C’est notre châtiment pour avoir laissé une ville mourir. Au sens strict, revenir
à Pripyat est impossible. Nous faisons un
effort pour remuer dans notre mémoire les
cendres d’un lieu qui a cessé d’être notre citadelle. Aujourd’hui, c’est le lieu des pilleurs
et des cyber-commerçants. »
L’AUTEUR
LA TRADUCTRICE
CARLOS RÍOS. Poète et romancier argentin,
Carlos Ríos (1967) est né à Santa Teresita en
Argentine. Il est l’auteur de nombreux poèmes
et recueils dont Media Romana (2001), La
salud de W.R. (2005), La recepción de una
forma (2006), Nosotros no (2011), Unidad
de traslado (2014), Deserción en Ch’ongjin
(2014), Excursión a Farandulí (2015). Il
publie son premier roman Manigua en 2009,
largement salué par la critique, suivi de
nombreux autres romans tels que Obstinada
pasión, Rebelión en la ópera et Un día en
el extranjero, publiés en 2015. Primée à de
nombreuses reprises, notamment au Mexique,
son œuvre dépasse aujourd’hui les frontières
de l’Argentine. Co-éditeur de la maison
d’édition argentine El Broche, Carlos Rios anime
également des ateliers de lecture et d’écriture
dans des prisons de la province de Buenos Aires.
CHARLOTTE COING. Son master de recherche en
langue française en poche, Charlotte Coing est partie à la découverte de l’Argentine et s’est mise à la
recherche de romans argentins qui pourraient intéresser les lecteurs français. Toujours en équilibre
entre deux langues et deux cultures, elle enseigne
le français. Elle a participé pendant trois ans à la
traduction du recueil de contes L’Amérique centrale raconte, publié aux éditions L’atinoir.
Aux éditions de L’atelier du tilde :
// Carnet de Pripyat, roman (2016)
COLLECTION TADEYS
Une collection large de romans et récits. On y trouvera des
textes narratifs dont l’écriture mêle au réalisme des éléments
grotesques, surréalistes, absurdes ou fantastiques. Textes
qui ont recours à l’exagération pour mieux faire mouche, et
dont les projections ont parfois plus de relief que la réalité.
• Diego Vargas Gaete (Chili), L’extinction des coléoptères,
roman (2015)
• Jaime Casas (Chili), Le maquilleur de cadavres, roman (2014)
• Mario Bellatin (Mexique), Sur les plages de Montauk les
mouches pullulent, récit (2014)
• Alejandra Costamagna (Chili), Animaux domestiques,
nouvelles (2011)
[email protected] • www.atelier-du-tilde.org

Documents pareils