ROC D` AZUR 2009 - cyclo

Commentaires

Transcription

ROC D` AZUR 2009 - cyclo
ROC D' AZUR 2009
Le départ pour le roc
Cette année nous ne sommes
pas partis ensemble. André,
Philippe et Patrick R ont pris
le tgv, Jean Luc de son coté
fit un passage aux Menuires
afin
de
parfaire
son
entrainement,
quand
aux
autres, c'est-à-dire Didier,
Claude, Patrick J et moimême faisions le trajet en
voiture. Certes celui ci fut
long, mais dans la joie et la
bonne humeur.
personnes
qui
voudraient
aller au club Maeva, tout est
bien sauf le restaurant. Déjà
l'année dernière nous avions
été déçus, cette année cela
fut confirmer. Ne surtout pas
manger là.
Le soir tout le monde s'est
réuni autour d'un apéritif (Fifi
tu as la main un peu lourde)
Dans une des chambres.
Première soirée au club
Maeva
Voici 2 ans que nous posons
nos valises (et nos vélos) au
club Maeva. Cadre super,
accueil
sympa
et
les
chambres
sont
bien
aménagées.
Une Journée au salon
Samedi matin, direction la
base nature de Fréjus.
Bien sur Charlie et ses drôles
de dames nous ont rejoints
aussi. Ensuite direction le
restaurant du club. Pour les
se préparer pour un bon
resto sur le port de Fréjus.
Lieu mythique du roc d'azur.
Après ½ heure de voiture et
½ de bouchon, nous y voici.
Alors là, attention les yeux,
on ne pense plus que vélo,
on vit vélo, on rêve vélo, bref
le paradis du vélo. Plus de
200 exposants de toute
l'Europe
10000
m2
à
parcourir dans tous les sens.
On se sépare en petit groupe,
afin que chacun puisse voir
ce qu'il veut. Patrick J en
profite pour foncer au stand
Mavic pour faire réparer une
roue. Je ne vous raconte pas
tout ce que l'on a vu, il y en a
trop.
Sans
compter
les
démonstrations de saut, de
trial, et les courses de BMX.
Un sandwich vite pris et on
repart visiter. Je crois que le
plus chanceux d'entre nous,
fut Notre président pris en
photo
avec
notre
idole
JULIEN
ABSALON.
Après
avoir rêvé devant tant de
vélos, il est grand temps de
repartir vers le club, afin de
Le grand jour
Tout le monde est fébrile ce
dimanche matin, on met
l'habit de lumière, on vérifie
une dernière fois nos vélos,
un
dernier
réglage,
un
dernier coup de pompe et
nous voilà partis pour le
départ, 11km de route pour
nous y rendre (à vélo bien
sûr). 10h45, c'est à nous.
Malheureusement un grave
accident a eu lieu dans un
single track très raviné par
les dernières pluies. Nous
sommes restés bloquer une
heure sur une colline pendant
que les pompiers hélitreuillés
les blessés, car aucun accès
en voiture n'est possible à cet
endroit. Pour info ce jour-là,
il faisait 36° à l'abri du vent.
Les blessés une fois dégagés,
tout le monde repart, mais
voilà, faire repartir plus de
3000 vététistes dans un
single, faut pas être pressé.
La fin du roc
Nous
partons
dans
la
dernière
vague
sous
l'encouragement de Charlie
et ses drôles de dames (en
fait, ce sont Yves, Anne
Marie, Corinne et Marie
Christine). Les kilomètres
s'enroulent quand au 7ème
km, nous voilà stoppés, Que
se passe t'il ?
Le reste du roc se déroule
bien, enfin presque, notre
ami a fait une belle chute,
mais il a quand même pu
continuer après un passage
chez les pompiers. Au col du
Bougnon, un des passages le
plus dur, Charlie et ses drôles
de dames nous attendaient.
Quelle bonheur de les voir,
leurs encouragements nous
ont donné des ailes (des
petites) pour continuer.
Voici
enfin
le
meilleur
moment, le passage en bord
de mer sur le chemin des
douaniers, puis l'arrivée avec
la remise du maillot aux
finisseurs, 3722 sur 4700 à
l'arrivée.
Il nous reste plus que 11 km
avec la moitié en montée
pour retourner aux chambres
prendre une bonne douche
(j'espère que nous n'avons
pas bouché les canalisations
avec la terre et le sable collés
sur nous). Et le soir bien sur,
encore un bon resto (le
même que la veille) pour
reprendre des forces
Le retour
Malheureusement
toutes
bonnes choses à une fin.
Voici venu le temps de refaire
nos valises, de préparer nos
vélos, dans les housses pour
certains et sur le porte vélo
pour les autres, un dernier au
revoir
et
rendez
vous
dimanche à Othis au dojo
pour une belle balade dans
notre forêt.
Robert