Mise en page 1

Commentaires

Transcription

Mise en page 1
FRUSTRATION ET INTERROGATIONS
DANS LE CAMP ALGÉRIEN
ISSN 2335-1411 / www.capouest.info
N°247 Jeudi 9 Avril 2015
Prix 10 DA
LA CAN 2017 ATTRIBUÉE AU GABON
l ENTRETIEN
AHMED BENSEBBANE,
LE NOUVEAU DIRECTEUR
DE LA STATION DE L’ENTV D’ORAN
«REDONNER UN NOUVEAU
SOUFFLE À LA STATION»
Page 4
l SELON UN BILAN
TRIMESTRIEL DE LA DCP
1,6 MILLIARD DE CENTIMES
DE FRAUDE FISCALE
Page 5
l GAZ DE SCHISTE
SES ASPECTS
ENVIRONNEMENTAUX EN DÉBAT
Page 9
Quel sort pour
10 directeurs régionaux ?
LES TRAVAILLEURS DE L’AADL ANNONCENT UNE GRÈVE NATIONALE
Page 3
ORAN
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 avril 2015
3
Les travailleurs de l’AADL annoncent une grève nationale
Quel sort pour 10 directeurs régionaux ?
Amira B.
Hier, ont été installés 6 directeurs régionaux et 4 directeurs généraux adjoints à l’Agence
d’amélioration et de développe-
ment du logement (AADL), et ce,
conformément au nouvel organigramme mis en œuvre en vertu
d’un arrêté ministériel. Cet organigramme a été fortement contesté
par les travailleurs de l’AADL, ce-
pendant ce qui a accru leur colère
c’est la suppression de certaines directions régionales telles que celles
de Sétif, Blida,Tiaret ainsi que la
nomination de personnes étrangères à « la boîte », selon leurs
dires, aux postes de directeurs régionaux et DGA.
« Des cadres de l’AADL ont été
marginalisés alors qu’ils ont occupé
les postes de directeurs régionaux
et ont fait leur preuve en matière de
gestion » déclareront les protestataires. Ils sont donc 10 directeurs
régionaux qui espéraient être nommés à la tête des nouvelles structures prévues selon le nouvel
organigramme. «On ne sait pas
quel sort sera réservé aux 10 directeurs régionaux. On est surpris par
la décision du ministre qui les
lèse», ajouteront nos interlocuteurs. On saura qu’un mouvement
de grève national se prépare. Ce
mouvement a été lancé par les travailleurs de l’AADL dans la wilaya
de Annaba, qui ont été suivis par
ceux de la wilaya de Sétif puis ceux
de Tizi Ouzou et, hier, ceux de la
wilaya de Tiaret qui ont observé un
arrêt de travail d’une heure pendant la matinée. Nos interlocuteurs
avanceront que « on a l’impression
qu’on veut casser l’AADL et, avec,
le programme du président. On ne
peut procéder à un tel chamboulement alors qu’un programme de
centaines de milliers de logements
est inscrit. Les nouveaux directeurs
prendront au moins une année
pour être au fait de la spécialité de
chaque région et de chaque programme». Ils ajouteront : « Les
nouveaux directeurs sont des retraités du secteur de l’Habitat. Leur
âge dépasse les 60 ans, 69 ans pour
certains, n’est-ce pas contraire à la
loi du travail ?»
Selon la Direction de la santé
De nombreuses cantines scolaires manquent d’hygiène
Pas moins de 11 % des cantines scolaires
dans la wilaya d’Oran ne remplissent pas les
conditions d’hygiène, a-t-on appris mardi du
chef du service prévention à la Direction de la
santé et la population. Une étude, élaborée l’an
dernier par la Direction de la santé et la population, indique que les cantines scolaires dépourvues d’hygiène relèvent notamment
d’écoles primaires, a révélé le Dr Deharib Larbi,
en marge d’une rencontre d’information sur "la
sécurité sanitaire des aliments", organisée au
siège de la wilaya.
Le manque d’hygiène au sein des cantines
scolaires constitue un problème de santé publique causant plusieurs maladies dont les intoxications alimentaires, ce qui implique une
bonne prise en charge de ces structures dont bénéficie un grand nombre de la population scolaire, a-t-il souligné.
Au sujet d’intoxication alimentaire, le même
service a enregistré 149 cas l’an dernier à Oran,
engendrés par la consommation de viande hachée, de gâteaux et de couscous, a ajouté le Dr
Deharib qui a animé, à l’occasion de cette rencontre, une communication intitulée "La sécurité alimentaire pour la prévention des
maladies". Il a indiqué, au passage, que des maladies sont causées par des citernes d’eau dépourvues de conditions d’hygiène et des
produits alimentaires vendues sur les trottoirs,
dont notamment des produits laitiers et des
œufs.
Pour garantir une sécurité sanitaire des aliments, le même responsable a appelé à œuvrer
avec différents secteurs pour organiser des campagnes de sensibilisation et d’information sur la
protection du consommateur et les risques sanitaires ayant trait aux produits alimentaires.
Les participants à cette rencontre dont des
opérateurs dans les domaines de la santé, l’hygiène, le commerce, l’agriculture et l’environnement, ont abordé notamment les risques
sanitaires causés par des produits marins et animaliers.
Cette journée d’information, qui a coïncidé
avec la Journée mondiale de la santé, a été organisée par la Direction de la santé et la population et l’Assemblée populaire de wilaya (APW).
Naftal
600 stations-service pour commercialiser le GPLC
L’entreprise Naftal réalisera quelque 600 stations-service destinées à commercialiser exclusivement du Gaz de Pétrole Liquéfié Carburant
(GPLC), un produit propre et écologique qui
permettra notamment de limiter le trafic de carburant dans les zones frontalières, a-t-on appris
mardi de l’entreprise Naftal.
Pour limiter le phénomène de la contrebande
et soulager durablement les usagers résidant
dans les zones frontalières, Naftal vient de lancer
un projet de réalisation de 600 stations-service
dédiées exclusivement au GPLC, dont 200 se-
ront implantées dans les zones frontalières du
pays", a déclaré, dans un entretien téléphonique
à l’APS, le responsable de la communication à la
Direction générale de Naftal. "Une fois opérationnelles, ces stations permettront aux automobilistes
des
zones
frontalières
de
s’approvisionner en permanence de ce genre de
carburant" a expliqué Djamel Cherdoud, en faisant remarquer que "ce produit de substitution
de carburant, outre l’avantage qu’il présente au
plan environnemental, a également cette particularité, une fois le réservoir rempli de peut plus
pouvoir le décharger et donc de le revendre".
Le Gaz de Pétrole Liquéfié Carburant
(GPLC) est un mélange de gaz butane et propane, gaz obtenus lors de la distillation du pétrole. Le GPLC est destiné aux transports
routiers.
Des milliers de litres des différents carburants sont saisis au quotidien au niveau des
zones frontalières par les services de sécurité et
des douanes dans une lutte implacable contre ce
phénomène de la contrebande qui représente
une véritable saignée pour l’économie nationale.
En vue de la prochaine saison estivale et du Ramadhan
10 arrestations pour examen de situation et saisie
d’armes blanches et de psychotropes à El Hamri
Boukaboura M.
On n’en parle pas souvent car les préparatifs
de la prochaine saison estivale ne concernent
pas seulement les services techniques sectoriels
de daïra ou municipaux. Les préparatifs déjà enclenchés par ces structures concernent également les mesures de prévention et de lutte
contre la délinquance. Dans ce cadre, la Sûreté
de wilaya d’Oran «SWO» vient d’effectuer, dès
l’aube hier, une grande rafle ciblant le quartier
d’El Hamri, où plus d’une centaine d’agents de
la brigade de recherche et d’investigation (BRI)
et de la brigade mobile de la police judiciaire
(BMPJ) ont investi les lieux. Un quadrillage en
bonne et due forme d’un dispositif savamment
orchestré. Munis d’ordres de perquisition, délivrés par le parquet, les éléments de la BRI et de
la BMPJ, policiers et policières encagoulés, aidés
de chiens renifleurs, ont investi des dizaines de
domiciles et appréhendé une dizaine d’individus
pour un examen de situation approfondi, mettant la main sur des armes blanches, coutelas et
épées, et des quantités de drogue, haschich et
psychotropes. Après contrôle d’identité,
quelques individus ont été relâchés alors que
d’autres ont été arrêtés et devront répondre des
délits de possession de stupéfiants, psychotropes, et d’armes blanches.
Cette descente des BRI et BMPJ à El Hamri,
un quartier compliqué, est la première d’une
série d’autres opérations qui seront menées dans
d’autres quartiers. A l’heure où nous mettons
sous presse, des interrogatoires se poursuivraient. Durant la matinée d’hier, les riverains
ne parlaient que de cette importante et bienvenue opération d’assainissement fort attendue,
notamment à l’orée du mois de Ramadhan et de
l’entame des grandes vacances.
El Wahrani
Les "Penthouses"
d'Oran
Noureddine RAMZI
Les jours passent et se ressemblent dans les bâtisses qui plient
l'échine sous le poids des ans. Tantôt,
elles donnent l'impression de vouloir
rajeunir, tantôt elles croulent sous les
"agressions".
Le cas de la rue Khemisti est très
significatif.
Commençons par les belles
choses. Certains immeubles font le
bonheur de leurs copropriétaires.
Les façades sont joliment maquillées.
Les portes ferment bien. Les serrures
assurent une sécurité certaine. Les
lumières dans les passages communs
sont bien synchronisées Les portes
des appartements baignent dans
l'huile. Le bonheur des copropriétaires est presque complet. Tant
mieux.
L'envers de la médaille n'est malheureusement pas aussi agréable.
Enchaînons alors avec la Grande
poste qui porte le même costume depuis des années derrière une armature qui ne laisse pas du tout prévoir
que la fin des travaux est pour bientôt. Encore moins quand on peint du
marbre pour des raisons de tournage
cinématographique. La coupe est
déjà pleine pour la Grande poste. De
part et d'autre, la situation n'est pas
du tout brillante non plus. À côté de
certaines bâtisses refaites, d'autres
s'effritent en très peu de temps.
Premier cas: l'immeuble à l’angle
des rues de la Paix et Emir Abdelkader. Du haut de ses quatre étages,
une construction tout ce qu'il y a de
plus bizarre toise les passants comme
pour les narguer. Cela ressemble à
une suite interminable de chambres
avec, sur le côté de la façade, une
belle rangée de briques rouges, des
tuiles qui s'alternent avec du crépis
de ciment gris. C'est tout laid, tout
affreux, super catastrophique, et bien
sûr sans parler des conséquences de
cette construction anarchique et illégale en ce qui concerne l'infiltration
des eaux dans les parois de la bâtisse
et parfois même dans les plafonds.
Deux autres cas similaires. Les
deux rues voisines de la petite tour
scandinave qui vient de faire peau
neuve. Elle s'élève avec un bon petit
faste des grands jours. À quelques
mètres, les copropriétaires de
quelques bâtisses vivent le calvaire.
Les escaliers sont dans un piteux
état. Les espaces communs font pitié,
même si des habitants jouent au
coude à coude pour sauver leurs
biens de la catastrophe et leur vie
face à la dégradation visible à l'œil
nu. Face aussi à l'indifférence de certains organismes. Face également au
désintéressement de quelques citoyens excédés par ce qui se passe
sous leurs yeux du soir au matin et
du matin au soir. Il faut reconnaître,
hélas, que la vie à Oran n'est pas
aussi gaie que le laisse apparaître El
Bahia... Et c'est dommage.
4
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
ORAN
Ahmed Bensebbane,
le nouveau directeur de la station de l’ENTV d’Oran
«Redonner un nouveau souffle
à la station»
Po i n t d e v u e
La barbarie islamiste
Fléau mondial
à l’enchaînement
Adnan H.
Belmadani Mohamed Hamza
A
hmed Bensebbane, le
nouveau directeur de
la station de l’ENTV
d’Oran, nous a accueillis dans
son bureau, une semaine après
son installation. Il revient dans
cet entretien pour Cap Ouest, sur
son parcours en tant que journaliste, et les nouveaux défis à relever dans sa nouvelle mission.
Cap Ouest : Voulez-vous
vous présenter à nos lecteurs ?
M. Bensebbane : Je suis un
jeune parmi tant d’autres, mon
parcours est celui d’un amoureux
de ce métier depuis mon jeune
âge. Je suis né à Mostaganem, et
j’ai grandi dans un environnement
de théâtre et d’art. J’avais toujours
cette préoccupation d’en faire un
objectif pour l’avenir. L’art, la poésie et le théâtre avaient une grande
importance dans ma vie, même si
j’étais parmi les lauréats de ma
classe. J’ai été orienté vers les mathématiques au lycée, mais mon
amour pour la littérature m’a
poussé à changer de cap. Donc,
j’ai commencé à animer les cérémonies du festival du théâtre amateur qui se déroulait à
Mostaganem. Je présentais également les pièces de cet art, puis j’ai
passé mon service national à
Oran. C’est là que j’ai rencontré de
nombreux jeunes que j’ai appréciés, à l’instar de Benyamina,
Rami El Hadj, Zagaî Houari, Mohamed Karim, Haddadi Moha-
med, et le poète Abderrahmane El
Hamel. On a travaillé ensemble
au journal hebdomadaire ‘El
joumhouria’, sur un projet lancé
par Mohamed Niar, dans les années 1990.
Après l’assassinat de Bakhti Benaouda et Abdelkader Alloula, et
l’explosion de la bombe qui visait
le Palais de la culture, j’ai eu envie
de mener une expérience à la télé,
mais j’ai travaillé à la radio
d’Oran sur insistance de Hassani
Houari. J’ai présenté une émission
de littérature avec Farida M’rabet
et Oum Siham.
J’ai participé également à
l’émission «Likaa» où j’ai été encouragé par Mohamed Houidek.
Je suis retourné ensuite à Mostaganem puis parti à Alger où j’ai
poursuivi mes études. J’ai eu la
chance ensuite de participer à la
réalisation de l’émission «Bayna
Tanawiyate». J’ai été également directeur de rédaction de l’Emission
«Sabah El Khir» et d’autres émissions telles que «Abwabe El Madina» et «Mosaïque». J’ai travaillé
aussi dans le service du porte-parole du gouvernement, au temps
de Hamraoui Habib Chawki.
En 2007, j’ai été installé en qualité de directeur de l’ENTV à
Ouargla, jusqu'à 2012. Après cela,
je suis retourné à Alger pour terminer mes études supérieures en
journalisme. Cette année, je viens
d’être installé comme directeur de
l’ENTV d’Oran par M. Khelladi,
directeur général de l’ENTV.
Cap Ouest : Quels sont vos
projets à la tête de l’antenne
d’Oran ?
M. Bensebbane : «On va œuvrer afin de redonner un nouveau
souffle à cette station, et la transformer en un véritable pôle de
production de plusieurs programmes télévisés. Il faut également amplifier les efforts en
matière d’information. Comme la
station couvre 9 wilayas du pays,
un grand travail nous attend.
Mon installation comme directeur
est un autre pas qui s’ajoute à ceux
des directeurs optionnels qui m’ont
précédé, comme Abdelkader Fekir
et Bentalbia. Plusieurs personnages de la scène médiatique à
Oran sont passés aussi par
l’ENTV. Je citerais Mohammed
Merzougui et Miloud Chorfi,
entre autres. Cette station est une
référence.
Cap Ouest : Quels sont vos
objectifs ?
M. Bensebbane : Nos objectifs
sont les mêmes que ceux des autres
médias. D’abord, cibler les préoccupations des citoyens afin qu’elles
puissent parvenir aux responsables concernés, ainsi qu’accompagner les efforts de l’Etat dans le
développement local grâce aux
programmes du président et du
gouvernement. La station de
l’ENTV d’Oran vise également à
accompagner les sportifs, les gens
de culture, ainsi que la vie sociale.
Il faut qu’elle soit un véritable pôle
social et culturel pour les citoyens.
La maléfique barbarie islamiste
a encore frappé. Comment le
monde pourra-t-il se départir de
cette cascade de violences devant
les « mesurettes » prises par l'ordre
mondial qui s'avèrent être des logorrhées verbeuses pour des lendemains qui chantent ou bien sans
trop de désillusion. Encore une
fois le paysage politique international porte la violence symbolique à son paroxysme et inaugure
de nouveau l’âge des angoisses. En
effet, depuis un certain bon nombre d'années, l'extrémisme religieux a engendré sans aucun
hiatus un islamisme mortifère qui
a favorisé d’une part l’amoncellement du chaos du système éducatif
dans sa globalité et, d’autre part,
l’inauguration de l’âge des assassinats massifs , en renforçant l’idéologie totalitaire islamiste qui n’a
cessé de prendre ses aises dans le
monde entier et plus particulièrement en Algérie, notamment avec
la loi à connotation animalière de
la concorde civile qui a lavé les
terroristes de leurs crimes en toute
impunité (les paroles du terroriste
Madani Merzag sont évocatrice à
cet égard ). En effet, devant cette
conflictualité désespérante qui ne
cesse de combiner les traits aussi
inquiétants d’une politique qui
porte la violence symbolique à son
comble, il est aisé de dire que la
fonction hégémonique du pouvoir
dans son ensemble a détruit la liberté par l’oppression. En cela,
nous rejoignons l’analyse de la
philosophe allemande Hanah
Arendt qui, dans son livre intitulé
« Les origines du totalitarisme »,
faisait savoir que « l’hégémonie
diffère par essence des autres
formes d’oppression politique que
nous connaissons, telles que le
despotisme, la tyrannie et la dictature. Partout celui-ci s’est hissé
au pouvoir, il a engendré des institutions politiques nouvelles, il a
détruit toutes les traditions sociales, juridiques et politiques du
pays. Sur l'aspect hégémonique, le
régime totalitaire transforme toujours les classes en masses, substitue au système des partis, non pas
des dictatures à parti unique mais
un mouvement de masse, et déplace le centre du pouvoir de l’armée à la police». La question
posée est la suivante : Devant le
cauchemar hideux du totalitarisme ambiant est-ce que le
monde dans sa globalité va pouvoir se départir de cette enveloppe
conformiste, dans laquelle on entend le mot confort ? Heureusement, il y a le recours du penseur
Etienne de la Béotie qui nous rappelait que dans la servitude il y a
quelque chose de volontaire ou
bien il faudrait se secouer pour
faire appel à une société décente
qui n'humilie pas les individus. En
effet, la fétichisation irrationnelle
de la démocratie qui fait délirer
bon nombre de personnes qui investissent leurs discours dans la
surcompensation narcissique en
favorisant, selon S. Freud, « une
somme d’individus en mettant un
seul et même l’objet à la place de
leur idéal du moi et se sont, en
conséquence, dans leur moi, identifiés aux uns et aux autres » nous
a montré que cette forme de démocratie spongiforme a montré
ses limites et, par voie de conséquence, n’a fait enliser la population que dans les ornières du
dogmatisme. Cela dit, les effets
négatifs et contre-performants de
la culture des partis politiques à
l'échelle mondiale, qui s’est caractérisée par « une stérilisation croisée » de l’économique et du social,
ne doivent pas consolider un
contre-pouvoir culturel qui s’inscrit dans le processus de «désencastrement de la société vis-à-vis
de la tyrannie de l’ordre religieux
qui a favorisé « la clôture dogmatique » selon Mohamed Arkoun.
En deuxième lieu, dans un
contexte dominé par des formes
de conflictualité souvent violentes,
la prise en compte de la dimension de la parole ne s’avère que
plus indispensable pour endiguer
le musellement de subjectivité
même au sein des partis qui se disent progressistes. A cet égard, la
résistance sur Facebook suffira-telle à éliminer ces sangsues barbares qui sucent le sang des
Algériens ? De ce fait, le renforcement des mouvements sociaux
encore à l’état embryonnaire devront être ces matériaux récalcitrants qui auront pour tâche de
valoriser ‘’une démocratie d’interaction et d’interpellation qui incarne l’évolution de la société
civile. En cela, je rejoins le philosophe Gusdorf qui dit : « Il y a
dans la communication une vertu
créatrice dont l’homme isolé ressent douloureusement la privation, la grâce de la communication
où l’on donne en recevant, où l’on
reçoit en donnant. C’est la découverte du semblable et du prochain.
Chacun reconnaît l’autre et reçoit
de lui cette même reconnaissance
sans laquelle l’existence humaine
est impossible». En effet, devant la
situation politique internationale
qui devient une pieuvre à mille
tentacules, le contre-pouvoir doit
s’inscrire dans une action réelle, ‘’
révolutionnaire perpétuellement
réformatrice’’ de l’esprit, au sens
d’Edgar Morin. Dans ce sens, la
culture du contre-pouvoir doit
inscrire son champ d’action dans
une « démocratie idéologique qui
tente de réhabiliter le cercle vertueux d’une société décente qui
tente ‘d’ouvrir’ les horizons des
possibles», selon Edwy Plenel.
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
5
OrAN
Setram
AADL pépinière
Le problème des agents
de sécurité toujours posé
Belmadani Mohamed Hamza
L
e partenaire social et la direction générale de la Setram seraient arrivés à un compromis
pour résoudre le problème des agents
de sécurité de l’entreprise, a-t-on appris
hier auprès de M. Fehim, le chargé de
communication de la Setram à Oran.
«L’entreprise a fait des efforts considérables pour résoudre ce problème. Des
contrats à temps partiel seront proposés
aux agents de sécurité pour un salaire
mensuel de 21.900 Da et un travail quotidien de 4h» explique notre interlocuteur, avant d’ajouter : «Ce compromis
bien qu’engendrant des charges financière à l’entreprise démontre sa volonté
à trouver une solution aux problèmes
soulevés.
La Setram, cependant, reste ferme
dans sa position concernant les contrats
à durée indéterminée pour un salaire de
32.000 Da, car cela est impossible». M.
Fehim a, par ailleurs, affirmé que les
agents de sécurité devront signer les
nouveaux contrats à partir du 12 avril
pour qu’ils puissent entrer en vigueur
dès le 1 mai prochain. La durée des
contrats CDD actuels a été par ailleurs
prolongée jusqu’au 30 avril. Notre interlocuteur a refusé cependant de faire des
commentaires concernant une dizaine
d’agents de sécurité qui ont mené une
grève de la faim devant le siège de l’entreprise, pendant 4 jours.
Les grévistes, eux, rencontrés hier
devant le siège de l’entreprise campent
sur leurs positions refusant les contrats
à durée indéterminé proposés par l’en-
treprise. «Si nos revendications ne sont
pas prises en considération, on va protester devant le siège de la wilaya et
même lors de la prochaine visite de M.
Sellal. On veut une vie digne pour nos
enfants» nous dira l’un des grévistes.
Par ailleurs, un représentant du syndicat a affirmé à «Cap Ouest » que les
agents de sécurité ont refusé la proposition de l’entreprise pour des contrats
à durée indéterminée, à temps partiel,
«Nous avons regroupé tous les agents
de sécurité lors d’un conseil tenu lundi
dernier, mais il ont refusé la proposition
de l’entreprise. Une nouvelle réunion est
programmée à Alger entre des représentants du syndicat et l’administration
générale. Jusqu'à maintenant, il y a
aucun accord signé avec l’entreprise»
expliquera notre interlocuteur.
Tension sur les carburants
La situation normalisée
La tension enregistrée ces derniers
jours sur les carburants notamment
dans les wilayas de Tlemcen, Sidi BelAbbès et, à un degré moindre, Oran, a
été jugulée et la situation s’est normalisée, a assuré mardi le responsable du
district carburant Naal Ouest.
"La situation s’est normalisée au niveau de notre réseau de distribution par
la mise sur le marché de quantités importantes de carburants, tous produits
confondus, à partir de nos dépôts primaires, ceux de Petit Lac, Sidi BelAbbès, Remchi et de la rampe d’Arzew,
ravitaillés par pipeline à partir de la raf-
finerie d’Arzew", a précisé à l’APS Mohamed Laïd Reddada.
"Des efforts exceptionnels ont été
déployés par Naal pour endiguer cette
tension par la mise à disposition de
quantités importantes des différents
produits commercialisés comme le gazole, le super, le sans plomb et l’essence
normale", a ajouté le même source, expliquant que cette tension est liée en
partie au phénomène de la contrebande
et à la croissance du parc automobile.
Le même responsable a en outre fait
part de la réalisation d’un centre de
stockage et de distribution de carbu-
rants à Sidi Bel-Abbès d’une capacité de
180.000 m3. Ce futur centre sera ravitaillé par pipeline à partir de la raffinerie d’Arzew. D’une portée stratégique,
en termes d’autonomie et de stockage,
il permettra de répondre aux besoins
futurs en carburants des wilayas du Sud
Ouest du pays.
Les différents dépôts de stockage
sont approvisionnés à partir de la raffinerie d’Arzew qui assure une production de 5.000 tonnes par jour. Le reste
est caboté à partir de la raffinerie de
Skikda et, en partie, de l’étranger, a-t-on
indiqué de même source.
Selon un bilan trimestriel de la DCP
1,6 milliard de centimes de fraude fiscale
Bacha B
Les services de la Direction de
contrôle de la qualité et des prix et la répression des fraudes (DCP), relevant de
la direction du Commerce de la wilaya
d’Oran, ont frappé fort le premier trimestre de l’année en cours.
Quarante-deux (42) brigades, composée chacune de trois contrôleurs, ont
visité tous les commerces de la wilaya
durant la période allant du début de
l’année 2015 jusqu’à la fin du mois de
mars dernier. Au total, près de 10 270
interventions ont été effectuées et qui se
sont soldées par le transfert des dossiers
de plus de 1710 commerçants en justice. Ces derniers ont, selon ledit bilan,
enfreint la réglementation en vigueur.
La valeur marchande des produits saisis
durant la période indiquée a été estimée à 242 millions de centimes. Un
milliard six cent millions de centimes
(1,6 milliard), est le montant de la
fraude fiscale durant le premier trimestre 2015, selon le bilan des activités des
services de contrôle de la direction du
Commerce. Quelque 1727 procès-verbaux ont été dressés et 171 commerces
proposés à la fermeture. Les chiffres
avancés par les services compétents de
la DCP confirment encore une fois que
l’activité commerciale dans la capitale
de l’Ouest échappe en grande partie à la
réglementation. Un grand nombre de
commerçants ne reculent devant rien
pour élargir au maximum leur marge
de gains même si cela peut nuire et à
l’économie nationale et à la santé publique. Certains changent d’activités
tous les mois pour échapper au fisc et
d’autres ne respectent pas les mesures
adéquates ni d’exposition ni de conservation des produits notamment les
denrées alimentaires. Bref, les services
concernés de la direction du Commerce ont du pain sur la planche car la
capitale de l’Ouest est devenue la destination par excellence de commerçants
venus des quatre coins du pays ainsi
que des étrangers dont le seul objectif
est le gain maximum.
Conférence au siège du Petit lecteur
Le problème palestinien en débat
Le déchaînement des violences au
Moyen-Orient ne nous fait-il pas oublier quelque peu le problème palestinien ? Tous les indicateurs montrent
que la solution des deux Etats vient d’atteindre un tournant inquiétant parce
que rendue presque inapplicable par la
politique de colonisation. Les derniers
rapports des ambassades de l’UE et les
différents témoignages d’observateurs
avisés confirment cette tendance dangereuse. Tendance irréversible ?
C’est dans ce contexte que le Cercle
d’Oran des Citoyens de la Méditerranée
et les associations – Le Petit Lecteur, Bel
Horizon, FARD et AJC vous invitent à
une conférence-débat, animée par Sébastien Boussois, qui aura lieu samedi
11 avril 2015, à 16H, au siège du Petit
Lecteur : 4, rue Mohamed Latrèche,
Miramar – Oran.
Sébastien Boussois est chercheur associé à l’université libre de Bruxelles, à
l’Institut de coopération euro-arabe
(MEDA) et préside le Cercle des Chercheurs sur le Moyen Orient - CCMO. Il
est auteur de nombreux ouvrages dont
« Gaza, l’impasse historique et Israël
entre quatre murs » qui sera objet d’une
vente-dédicace.
Vaste opération
d’assainissement
et de reboisement
K. Fatima
Une vaste opération d’assainissement et de reboisement a été organisée, hier,
par la Direction de l’AADL,
au niveau de la Cité des 1377
logements située à proximité
du rond-point dit de la pépinière.
Les résidents de la Cité se
demandaient les raisons de ce
réveil subit de l’administration de cette institution.
S’agit-il de la préparation
d’une visite de hauts responsables ou de l’exécution d’une
instruction ferme de la hiérarchie pour prendre en
charge les préoccupations des
habitants qui ne cessent de ré-
clamer un minimum de bienêtre ?
Solon nos informations, la
ministre de l’Aménagement
du territoire et l’Environnement, Dalila Boudjemaa, ferait une visite, le mois en
cours, dans la wilaya d’Oran,
pour y entamer des inspections et procéder à la mise en
œuvre de plusieurs projets
dont l’inauguration du nouveau système appelé «Tri sélectif à la source des déchets
ménagers» qui sera officiellement opérationnel dans deux
quartiers pilotes, choisis à l'est
de la ville d'Oran, à savoir Haï
Akid Lotfi et, bien entendu, la
Cité des 1.377 logements
AADL.
Croissant-Rouge algérien
Plus de 560 personnes
initiées aux premiers
secours
Plus de 560 personnes ont
été formées aux premiers secours par le Croissant-Rouge
algérien (CRA) à Oran depuis
2013, a-t-on appris mercredi
du président du bureau de la
wilaya d’Oran du CRA, Benmoussa Larbi.
Plus exactement 568 personnes, issues de toutes les
catégories sociales dont des
fonctionnaires, des étudiants
et des chômeurs, ont reçu une
formation de premiers secours dans le cadre du programme de formation tracé
par le CRA, a-t-on indiqué.
Cet "ambitieux programme",
qui vise à diffuser la "culture
de prévention" chez les citoyens et introduire la formation aux premiers soins, a
connu un engouement particulier de la part des jeunes
Oranais, outre la formation
des cadres des entreprises locales, a-t-on ajouté. Cette formation vise à initier les jeunes
aux mouvements et gestes essentiels du secourisme et de
premiers soins, lors d’une
courte formation de 20 jours
moyennant une contribution
"symbolique", a-t-on indiqué
de même source.
L’importance de ce programme de formation réside
dans le fait que les nouveaux
secouristes peuvent intervenir lors de catastrophes naturelles telles que les séismes,
les inondations et surtout
dans les accidents de la circulation qui font quotidiennement des victimes, a-t-on
expliqué.
Outres les fonctionnaires
formés à la demande de leurs
employeurs, les étudiants
sont les plus ciblés par ce programme, eu égard à leur disponibilité permanente en
milieu universitaire, avec la
possibilité d’intervenir pour
les premiers soins en cas de
sinistres ou de catastrophes
naturelles.
Environ 130 secouristes
ont été formés dans le cadre
du programme de formation
2011-2012 du CRA à Oran, at-on rappelé.
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
7
RÉGION
Ain Temouchent
Tissemsilt - Portes ouvertes
Mise en service de trois stations
WIMAX
Nécessaire contribution
des parents à une culture
de consommation saine
T
rois
stations
WIMAX ou réseaux à Internet
haut débit par ondes radio
(sans fil) ont été mises en
service par Algérie Télécom à Ain Temouchent, at-on appris mercredi de la
direction opérationnelle
des télécommunications
(DOT).
Ces équipements de
technologie de pointe pouvant atteindre 100 mégabits/seconde de puissance,
avec une portée théorique
de 25 km, ont été installés
et mis en service à Ain Temouchent et El Amria et
Hammam Bouhadjar, a
indiqué à l’APS le chargé
de la communication auprès de la DOT, Difallah
Benamar.
Il s’agit là d’une "offre
complète" visant à satisfaire les besoins des entreprises et des zones
stratégiques en matière
d’accès à Internet haut
débit, a-t-on souligné,
ajoutant que celui-ci procure une connexion à haut
débit symétrique sans support filaire.
Algérie Télécom est
également en train de
connaitre une avancée
jugée "significative" dans la
wilaya d’Ain Temouchent
dans le domaine des télécommunications.
En complément à la dotation de deux (02) stations 4G fixe, en 2014,
pour les villes d’Ain Témouchent et Hammam
Bouhadjar et qui sont opérationnelles,
la wilaya vient de bénéficier de quatre (04) Stations 4G au profit des
communes de Sidi Ben
Adda, Beni Saf, El Amria
et El Maleh.
La wilaya d’Ain Temouchent sera desservie, tota-
lement, en réseau d’accès
MSAN (nœud d’accès multiservices de nouvelle génération) à la fin de l’année
2015.
Le programme d’action
pour cette année, arrêté
par la Direction générale
d'AT, pour la réalisation de
44 sites MSAN d’une capacité de 20.582
Accès, permettra de
couvrir entièrement la
wilaya avec ces équipements.
Quarante (40) équipements dits MSAN ont été
mis en service, durant l’année 2014, dans le cadre de
la modernisation et développement du secteur, signale-t-on.
D’une capacité de
22.530 nouvelles lignes
(téléphonie et Internet),
ces 40 équipements permettant un débit allant
jusqu’à huit mégabits (8
Mbts), ont profité à plusieurs quartiers de la ville
du chef lieu de wilaya,
ainsi qu’à vingt deux localités dont six (06) abritant
plus de 1.000 habitants, à
savoir Aghbal, Magra, Sidi
Belhadri, Oued Berkeche,
Aissaoui Bouziane et Hemaina.
Mascara - éâtre régional
Une nouvelle production, "Harmonica"
Le Théâtre régional de
Mascara (TRM) s'est lancé
dans la production d’une
nouvelle pièce théâtrale intitulée "Harmonica", en
collaboration avec le commissariat de la manifestation "Constantine, capitale
de la culture arabe 2015", at-on appris mardi auprès de
cet établissement culturel.
Mise en scène par Khaled Belhadj de Constantine
et écrite par le dramaturge
Fethi Kafi, cette pièce est
adaptée de trois œuvres du
grand romancier Malek
Haddad que sont "Pas de
réponse au quai des fleurs",
"Je t’offrirai une gazelle" et
"L"élève et la leçon", a indiqué la chef de département
artistique et technique du
TRM, Khadidja Nemr.
Cette œuvre raconte
l’histoire d’un écrivain algérien à l'époque coloniale
qui se rend à Paris pour y
vivre. Tentant de publier
son roman, il rencontre des
entraves de la part d’un éditeur français.
Le scénario est élaboré,
les acteurs qui interpréteront dix rôles dans cette
pièce ont été choisis et les
répétitions devront démarrer en fin avril en cours.
La générale de cette
pièce sera présentée à
Constantine en fin juin
prochain, selon la même
source. Un accord a été
signé entre le théâtre régional de Mascara et le commissariat
de
la
manifestation "Constantine, capitale de la culture
arabe 2015", qui finance
cette production, pour présenter trois œuvres à
Constantine et trois autres
au Théâtre national algérien (TNA), en plus de la
programmation de représentations à Mascara et
d’autres wilayas du pays, at-on indiqué.
La pièce "Harmonica"
est la 16ème production du
Théâtre régional de Mascara depuis sa création, il y
a trois ans, dont quatre œuvres destinées aux enfants.
Relizane - Développement et préoccupations des citoyens
Réunion au ministère de l'Intérieur
Les perspectives de développement et les préoccupations des citoyens
dans la wilaya de Relizane
étaient au centre d'un exposé présenté mercredi au
ministère de l'Intérieur et
des collectivités locales,
par le wali par intérim,
Belkacem Selimi. en présence dans une déclaration
à la presse, M. Selimi a indiqué avoir évoqué lors de
cette rencontre avec des cadres centraux du ministère
de l'Intérieur et son secrétaire général Ahmed Adli
"les questions ayant trait
aux préoccupations des citoyens de cette wilaya notamment le logement et le
développement local".
Il a rappelé à cette occasion les "moyens importants" dont a bénéficié la
wilaya de Relizane durant
la période 2000-2015 dans
le cadre des programmes
de développement, citant
notamment sur le dossier
de l'hydraulique, le projet
de dessalement d'"El-Magtaa" devant approvisionner
la région à partir de cette
année.
Le dossier des routes et
le désenclavement des régions isolées, a été également évoqué lors de cette
rencontre, selon le même
responsable.
Cette réunion s'inscrit
dans le cadre d'une série
de rencontres initiées par
le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des
collectivités locales, Tayeb
Belaiz, avec les walis pour
soulever les préoccupations des citoyens et relever
les
défis
du
développement local.
Les participants à des
portes ouvertes sur "L’alimentation sanitaire et
saine" ont insisté, avanthier à Tissemsilt, sur la
contribution des parents à
une culture de consommation saine.
Le médecin Kadi Torkia de l’établissement public de santé de proximité
de Tissemsilt a mis l'accent sur l'éducation des
enfants en leur inculquant
les pratiques et les normes
d'une
consommation
saine, soulignant que le
rôle des associations et des
organismes oeuvrant pour
la consécration d'une culture de consommation demeure insuffisant sans le
travail de sensibilisation
qui commence au sein de
la famille.
Le président de l’association de wilaya de défense
des droits du consommateur, Mohamed Mimouni, a
situé, pour sa part, l’importance du contrôle parental
de la consommation alimentaire des enfants en de-
hors de la maison, par
exemple dans les pizzerias.
Le représentant de la direction de wilaya du commerce a abordé, à cette
occasion, les textes réglementaires allant dans le
sens de la protection du
consommateur, insistant
sur la sensibilisation des
commerçants sur les règles
et conditions de conservation et d’exposition des
denrées alimentaires.
Il a rappelé, au passage,
les efforts déployés par sa
direction pour une culture
de consommation saine à
travers l'organisation périodique d'activités de sensibilisation et de prévention
des intoxications alimentaires.
Ces portes ouvertes de
trois jours, organisées par
l’EPSP de Tissemsilt à l’occasion de la Journée mondiale
de
la
santé,
comportent une exposition
d’affiches et des rencontres
de proximité pour sensibiliser les citoyens sur l’alimentation saine.
Célébration
de la journée mondiale
de la santé
Youcef Achira Med
A l’instar d’autres wilayas, celle de Tissemsilt a
célébrée la journée mondiale de la santé, coïncidant
avec le 7 avril de chaque
année Cette année c’est sous
le , sous le thème « Sécurité
sanitaire des aliments » que
l’évènement suivit.
Aussi, selon les estimations de l’ OMS, les aliments insalubres sont à
l’origine de 2 millions de
décès par an, dont de nombreux Enfants, en raison de
nourriture contenant des
bactéries, virus, parasites
ainsi que des substances
chimiques.
Ces éléments provoquent plus de 200 maladies
telles que, diarrhée ou cancer ce qui représente une
menace quant à la sécurité
sanitaire et alimentaires
chez certaines familles algériennes.
A ce sujet, par la même
occasion, la DSP de la Wilaya de Tissemsilt, a orga-
nisé mardi dernier des
portes ouvertes qui s‘étaleront jusqu’au 9 avril au niveau de la polyclinique
multiservices Chahid Harizi Tayeb, cité 500logts.
Des explications de médecins ont été donnés aux visiteurs sur ces journées de
sensibilisation et d’information sur la sécurité alimentaire.
Le D.Kadhi a déclaré à la
presse que c’était là l’occasion d’encourager les efforts
visant à améliorer la sécurité sanitaire des aliments
dans le but de prévenir
contre les maladies dans le
cadre de la santé pour tous.
Par ailleurs des mesures
de conditions hygiéniques
des préparations de repas et
de leur conservation dans
les 180 cantines scolaires
aux 31.193élèves concernés
ont été prises et sont bien
respectées.
Aucun cas de maladie n’a
été déclaré à ce jour, selon
l’inspecteur des Cantines
scolaires, M.lebiadh Amar.
8
ACTUALITÉ
Ressources en eau
Travaux publics
Partenariat avec le secteur de la Formation professionnelle
pour la formation dans les métiers de l’Hydraulique
D
eux conventions de
partenariat ont été signées, mardi à Alger,
entre les deux secteurs de l'Eau et
de la Formation professionnelle
visant l'amélioration de la formation dans les métiers relevant des
activités de l'Hydraulique. La première convention, signée entre les
deux ministères, respectivement,
des Ressources en eau et de la
Formation et de l'enseignement
professionnels, porte sur la formation continue de 6.338 agents
couvrant 26 nouveaux métiers, a
précisé le ministre des Ressources
en eau, Hocine Necib, lors de la
cérémonie de signature de ces
conventions.
Ces métiers sont liés notamment aux ressources conventionnelles
(barrages,
eaux
souterraines...) et non conventionnelles (eau de mer dessalée,
eaux épurées...) pour lesquels les
instituts de formation du secteur
ne dispensent pas encore de formation. Il s'agit aussi des métiers
relevant du transfert de l'eau, de
l'appui à l'irrigation, du développement de l'assainissement et de
la protection de l'environnement,
de la distribution de l'eau potable
et de la réhabilitation des réseaux.
"C'est une valeureuse occasion
dédiée à amorcer un dialogue
entre le monde de la formation et
celui du monde professionnel afin
de promouvoir une collaboration
fructueuse entre nos deux secteurs", a soutenu le ministre, en
soulignant que ce partenariat
s'inscrit dans le cadre de la mise
en œuvre de l'instruction du Premier ministre relative à la formation continue, au recyclage et au
perfectionnement.
La concrétisation de ce partenariat s'effectuera notamment à
travers l'intégration de nouveaux
métiers et spécialités identifiés
par le secteur des Ressources en
eau dans la nomenclature nationale des spécialités de la Formation et de l'Enseignement
professionnels.
Elle s'effectuera aussi par
l'adaptation et l'enrichissement
des programmes pédagogiques
relatifs aux ressources en eau, élaborés par le secteur de la Formation et de l'Enseignement
professionnels en vue de leur
mise à niveau par rapport aux
normes internationales.
Cette convention sera appliquée conformément à une instruction interministérielle, signée
également, lors de cette cérémonie, entre les deux départements
ministériels, portant sur les
conditions et modalités pratiques
de ce partenariat. Selon le ministre des Ressources en eau, les besoins exprimés par son secteur en
matière de formation de base sont
de l'ordre de 2.474 agents dans 17
spécialités, et ce, pour le quinquennat 2015-2019. Quant à la
seconde convention, elle a été signée entre la Direction de la formation et de l'enseignement
professionnels de la wilaya d'Alger et la Société des eaux et de
l'assainissement
d'Alger
(SEAAL).
Elle consiste à prendre en
charge les stagiaires par le biais de
la formation par apprentissage
dans les différentes structures de
la SEAAL. Pour le ministre de la
Formation et de l'Enseignement
professionnels, Noureddine Bedoui, ce partenariat vise principalement à assurer les qualifications
et les mettre à disposition des organismes chargés de l'exploitation
et de la gestion des ressources hydriques et à prendre en charge les
besoins en formation.
Education nationale
La commission, chargée de traiter les dysfonctionnements
contenus dans les statuts, installée
Synthèse : R. N.
La commission conjointe
chargée de déterminer et de traiter les dysfonctionnements
contenus dans les statuts des
employés du secteur de l'Education nationale a été installée
mardi à Alger. La séance d'installation s'est déroulée en présence de représentants de
l'administration centrale du ministère de l'Education nationale
et d'un représentant de chacun
des neuf syndicats accrédités du
secteur, en application des procès-verbaux signés le 19 mars
entre les syndicats et la tutelle.
Les membres de cette commission seront chargés de "déterminer
et
d'examiner
les
dysfonctionnements induits par
l'application des statuts du secteur et d'en apporter les solutions adéquates", a indiqué
Mohamed Chaibdraa, conseiller
auprès de la ministre de l'Education. La commission tiendra sa
première réunion le 16 avril
avec, à l'ordre du jour, l'élaboration du règlement intérieur et la
définition du calendrier d'action, a-t-il indiqué soulignant
l'impératif "respect de certains
principes lors de la révision des
statuts". Il s'agit, selon M. Chaibdraa, d'"approfondir l'examen
des dysfonctionnements en
toute sérénité afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs qui
étaient à l'origine de la situation
d'instabilité qu'a connue le secteur des années durant".
"Le ministère de l'Education
nationale a enjoint aux membres
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
de la commission de se conformer à certains principes, au premier rang desquels l'équité entre
employés et la cohérence avec
l'arsenal juridique, dont les statuts de la Fonction publique,
outre la dynamique professionnelle qui requiert des passerelles
entre différentes carrières professionnelles", a-t-il poursuivi.
Lors de la séance d'installation, les représentants du ministère ont remis aux représentants
des syndicats un avant-projet de
charte d'éthique et de stabilité
pour que ces derniers puissent
l'examiner et apporter leurs observations afin de parvenir à sa
signature et à son adoption. De
son côté, le secrétaire général du
Syndicat national des travailleurs de l'Education (SNTE),
Abdelkrim Boudjenah, a affirmé
à l'APS la disponibilité de son
syndicat à œuvrer "avec sérieux
et détermination", dans le cadre
de cette commission, à la révision des statuts des travailleurs
du secteur. Il a indiqué, dans ce
sens, que son syndicat à l'instar
des autres syndicats du secteur
était porteur de différentes propositions visant à corriger les
dysfonctionnements contenus
dans les statuts. Concernant le
projet de charte d'éthique et de
stabilité dont les représentants
des syndicats ont été destinataires, M. Boudjenah a précisé
que ce projet "sera soumis pour
examen et débat au niveau des
conseils nationaux des différents
syndicats, lesquels sont habilités
à l'approuver ou à le rejeter".
Il s'est, enfin, dit "optimiste"
quant au déroulement du dialogue avec le ministère depuis la
signature de l'accord, précisant
que "les choses avancent dans le
bon sens".
Quant à la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, elle a affirmé, mardi à
Guelma, concernant cette commission, chargée de réviser les
statuts particuliers du personnel
de l’Education, regroupant la tutelle et 10 organisations syndicales, qu’elle constituera un
"espace pour étudier minutieusement les problèmes posés et
les résoudre".
« Le ministère est fermement
déterminé à traiter positivement
les diverses préoccupations et
les problèmes soulevés par les
syndicats à propos des déséquilibres relevés dans le statut des
travailleurs de l’Education nationale, élaboré en 2008 », a affirmé Mme Benghebrit au cours
d’une intervention sur les ondes
de la radio nationale de Guelma.
Retour à leur vocation initiale
des instituts de technologie
de l’Education
Le ministère de l’Education
nationale va récupérer tous les
Instituts de technologie de
l’Education (ITE) pour en faire
des structures de formation et
de recyclage des personnels du
secteur, a affirmé, mardi à
Guelma, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit.
La ministre a indiqué, au
cours d’un point de presse im-
provisé en marge d’une visite de
travail dans cette wilaya, que son
département, qui a d’ores et déjà
récupéré 13 instituts mis à la
disposition d’autres secteurs
dans plusieurs wilayas, s’apprête
à en récupérer 8 autres. La récupération de ces structures est devenue
une
‘‘nécessité
impérieuse’’ pour le ministère de
l’Education nationale qui pourra
les utiliser pour la formation
continue des travailleurs du secteur, qu’il s’agisse d’enseignants
ou de personnels administratifs.
Quoi qu’il en soit, toutes les wilayas du pays seront dotées, dans
l’avenir, de structures de formation et de recyclage des personnels de l’Education nationale, a
souligné encore Mme Benghebrit.
La ministre avait auparavant
rassuré les lycéens concernés par
le baccalauréat, à chacune des
étapes de sa tournée dans la wilaya de Guelma, en affirmant
que cet examen sera ordinaire et
ne différera en rien des bacs des
années précédentes, et ne comportera que des sujets se rapportant au programme enseigné.
Mme Benghebrit, arrivée la
veille au soir à Guelma, a inauguré, au cours de sa tournée,
trois nouveaux lycées dans les
communes de Aïn Reggada,
Bendjerrah et Beni Mezline, un
collège d’enseignement moyen
(CEM) à Aïn Makhlou, et inspecté deux lycées en construction à Oued Zenati et Guelma,
avant de poser la première
pierre de plusieurs groupes scolaires destinés au cycle primaire.
L’Algérie devrait
satisfaire sa demande
locale en ciment
d’ici 2017
L'Algérie devrait
satisfaire sa demande locale en ciment et en devenir
même exportateur
d'ici fin 2017, a affirmé, mardi à
Alger, le ministre
des Travaux publics,
Abdelkader Kadi,
lors du 11ème séminaire international
sur les technologies
du béton.
Selon lui, au
rythme actuel de la
croissance continue
de la production assurée par les différentes entreprises
de fabrication du ciment, l'Algérie sera
en mesure de satisfaire le marché local
et d'exporter dans
un délai de deux années.
Concernant ce
matériau
de
construction, il a
considéré que le
grand défi à lancer
est celui de satisfaire le marché algérien aussi bien sur le
plan quantitatif que
qualitatif.
Dans sa déclaration à la presse, en
marge de ce séminaire, il a jugé que le
prix du ciment sur
le marché national
est "abordable" en
dépit de la demande
croissante.
Dans ce sens, il a
avancé qu'à travers
les
partenariats
entre les secteurs
public et privé de
ciment, l'offre nationale ira en augmentant, ce qui
devrait se traduire
par une baisse des
prix.
A ce propos, le
P-dg de Lafarge Algérie, Eric Meuriot,
organisateur de ce
séminaire, a indiqué
que sa société prévoit d'autres investissements
en
Algérie en partenariat avec des opérateurs locaux, afin de
renforcer les capacités de production
du ciment et du
béton dans le pays.
Lafarge Algérie,
qui produit actuellement un (1) million de mètres
cubes de béton/par
an, compte doubler
cette
production
pour atteindre 2
millions de mètres
cubes de béton d'ici
à fin 2015.
Dans une déclaration à l'APS, un
représentant
de
cette société a indiqué qu'une nouvelle
usine de ciment à
Biskra, réalisée en
partenariat avec un
privé algérien, sera
lancée en 2016 avec
une capacité de production de 2,7 millions de tonnes par
an. Cette usine, détenue à raison de
51% par l'opérateur
national et 49% par
Lafarge, portera la
production
du
groupe à 10,7 millions de tonnes par
an. En fait, ce séminaire a été l'occasion
pour
les
participants de débattre et échanger
leurs expériences
lors de plusieurs
ateliers portant sur
des
thématiques
liées aux solutions
pour les ouvrages
d'art, tunnels et ouvrages souterrains,
solutions d'embellissement
des
routes, voiries et réseaux divers. Selon
les chiffres communiqués par des responsables
du
ministère des Travaux publics, l'Algérie compte 1.102
km d'autoroutes,
30.612
km de
routes nationales,
24.357 km de chemins de wilaya et
63.598 km de chemins communaux
(50% du réseau routier).
Quant aux ouvrages d'art, l'Algérie
compte
actuellement 3.491
unités sur les routes
nationales, 1.718
sur les chemins de
wilaya et 1.415 sur
les chemins communaux.
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
9
ACTUALITé
Gaz de schiste
Ses aspects environnementaux en débat
Synthèse : R. N.
L
’Association algérienne de l’industrie du gaz
(AIG) a organisé, mercredi à Alger, une journée d’étude sur la protection de l'environnement dans le développement du gaz de schiste au profit
de la communauté universitaire, des experts du secteur
de l'énergie et des différentes parties prenantes dans le
domaine de cette source d'énergie.
L’AIG a inscrit cette action dans le cadre de sa contribution pour asseoir un débat scientifique concernant les
aspects environnementaux du gaz de schiste.
Intervenant à l’ouverture de cette journée d’étude, Rachid Bessaoud, membre du conseil de l’AIG et chercheur
et expert en environnement, a souligné que l’AIG, en sa
qualité d’association citoyenne, "ne peut ignorer le débat
actuel sur le gaz de schiste qui suscite un engouement
grandissant dans le pays, tout comme elle ne saurait éluder les controverses relatives aux impacts liés aux questions environnementales". A cet effet, l’association a
convié des spécialistes canadiens du bureau d’études international Golder Associés, spécialisé dans les sciences
de la Terre, de l'environnement et de l'énergie. Les conférences présentées lors de cette journée ont pour but de
permettre aux participants d’avoir une vue d’ensemble
sur les enjeux opérationnels et techniques entourant la
préservation de l’environnement dans le cadre du développement des gaz de schiste.
Les experts de Golder Associés, relevant de ses bu-
reaux du Canada, de l’Afrique du Sud, des Etats-Unis et
de la Pologne, ont présenté les meilleures pratiques dans
le domaine de l’exploitation du gaz de schiste à travers le
monde. Il s'agit des cas réels de leçons apprises et de solutions concrètes mises en œuvre pour réduire les impacts environnementaux des différentes opérations liées
au développement des gaz de schiste, et à leur exploitation.
Le programme de cette rencontre s’articule autour des
questions liées, entre autres, aux opportunités de développement du gaz de schiste, aux impacts environnementaux, à la protection des ressources en eau, au
contrôle de la fracturation, aux techniques alternatives
à la fracturation hydraulique (fracturation sèche) et aux
expériences analogues au contexte algérien (zones
arides).
Le chemin vers l'exploitation du gaz de schiste est
loin d'être un long fleuve tranquille.
La volonté de l'État algérien d’explorer le gaz de
schiste se heurte à une contestation de plus en plus importante. Il faut dire qu'entre après-pétrole et sauvegarde
des nappes phréatiques, le choix n'est pas toujours évident. Le ministre de l’Énergie a convoqué les enfants,
"leur avenir", le président de la République a évoqué "le
don de Dieu" pour convaincre les nombreux rétifs du
bienfait de la mise en exploration du gaz de schiste. Malgré ces deux arguments, la colère populaire existe. Depuis plusieurs mois, le sud du pays connaît des émeutes
de plus en plus importantes. Le 24 février dernier, les
rues d’Alger ont retenti de slogans hostiles. Des députés,
des activistes, des citoyens ont marché en direction du
parlement. Dimanche 1er mars, à In Salah, 48 gendarmes sont blessés lors d’affrontements. Ce mouvement, mélange de revendications écologiques et de
régionalisme ne risque pas de s’éteindre de sitôt. Mohamed Ali Boughazi, conseiller du président Bouteflika, a
transmis la parole suprême : "Toutes les énergies, qu’elles
soient conventionnelles ou pas, sont un don de Dieu
qu’il nous appartient d’exploiter pour le développement
du pays."
La ville d’In-Salah est l’épicentre de la protestation.
Depuis décembre, son centre est occupé par des jeunes
qui s’opposent à l’extraction fractale du gaz de schiste.
Un procédé gourmand en eau. À une soixantaine de kilomètres, le premier site test de forage a commencé son
activité. Ce processus menace les nappes phréatiques qui
ne sont pas légion dans le Grand Sud et le centre algérien. Youcef Yousfi, le ministre de l’Énergie, a multiplié
les déclarations contradictoires sur le sujet.
L’expression en vigueur : "Je veux ma part de pétrole."
À défaut de trouver un job, un avenir, on exige quelques
reliquats de la richesse nationale. Pour le gaz de schiste,
il en est autrement. L’économie algérienne dépend à plus
de 90 % de ses matières premières, essentiellement le pétrole et le gaz. Cette dépendance à l’exportation des hydrocarbures pose un problème à court et moyen termes.
La Loi de finances 2015 a établi un budget sur la base
d'un prix moyen du Sahara Blend (le pétrole du Sahara)
compris entre 90 et 100 dollars. Il se vend aujourd’hui
entre 46 et 50 billets verts. Toute l’architecture budgétaire
de l’Algérie est à reconstruire.
Les perspectives du gaz de schiste sont vertigineuses : Sonatrach, estime son potentiel à 20 000
milliards de mètres cubes.
Nappes phréatiques : les études "rassurantes"
Le ministre des Ressources en eau, M. Necib, a jugé
"rassurantes" les études qui lui ont été fournies. À ses
côtés, M. Yousfi se satisfaisait de ce nouveau marché qui
s’ouvre à l’Algérie. L’enjeu est de préparer l’après-pétrole,
d’assurer au pays un nouveau marché énergétique pour
les décennies 2020 et suivantes. Désormais, Alger a décidé de cohabiter avec cette contestation. À In Salah, l’armée a promis aux manifestants le droit de protester,
assurant que la police ne les réprimera plus. Une sorte
de statu quo s’instaure.
Selon Baali
Le Traité de non prolifération des armes nucléaires
s’avère moins efficace concernant le désarmement
Le traité de non prolifération des armes nucléaires (TNP)
de 1968 a réussi à prévenir la prolifération mais non le désarmement nucléaire, a regretté mercredi à Alger l’ambassadeur
Abdellah Baali.
Intervenant au nom du ministre des Affaires étrangères,
Ramtane Lamamra, au séminaire préparant la conférence de
New York d’examen 2015 du TNP, M. Baali a estimé que ce
dernier a réussi "dans une très large mesure" à prévenir la prolifération nucléaire, en revanche, il s’est avéré "moins efficace"
concernant le désarmement nucléaire.
Il a indiqué que "près de 50 ans après, nous sommes encore
très loin du désarmement général et complet, attendu" même
si, a-t-il dit, l’Agence internationale de l’énergie atomique
"s’acquitte de son rôle de vérification des obligations de non
prolifération des Etats membres".
M. Baali a encore relevé qu’"alors que les préoccupations
en matière de non prolifération sont aujourd’hui considérées
comme un objectif commun partagé, le désarmement, l’autre
pilier important du traité, est lui l’objet de frustration croissante nourrie par la lenteur et l’insuffisance des progrès réalisés notamment au regard des engagements pris au titre des
13 mesures adoptées par la conférence d’examen de l’an 2000".
Il s’est, par contre, félicité des "négociations internationales
intenses" qui ont permis l’adoption d’instruments à même de
renforcer la non prolifération et préserver les droits aux utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire.
"La vaste majorité des Etats membres ont adhéré à l’arsenal
de mesures développé pour le renforcement du régime global
de sûreté et de sécurité nucléaires afin de prévenir la prolifération nucléaire", souligné à M. Baali.
L’ambassadeur a néanmoins estimé que "le régime TNP
peine à impulser la dynamique voulue au désarmement nucléaire". L’article 6 du traité en question enjoint les Etats membres d’œuvrer à l’élimination des armes nucléaires, de
poursuivre les efforts pour l’universalisation du TNP, et de
fournir des garanties crédibles sur le non recours ou la menace de recours aux armes nucléaires contre les Etats non nucléaires. Par ailleurs, M. Baali a relevé le retard de ce qu’il a
appelé "le sursaut attendu de la part des 8 Etats restants listés
dans l’annexe 2 du Traité d’Interdiction Complète des Essais
Nucléaires (TICEN) devant permettre l’entrée en vigueur de
cet instrument important de l’architecture de désarmement
et de non prolifération qui figure en tête des 13 mesures issues
de la conférence d’examen 2000". D’autre part, l’ambassadeur
a souligné que la conférence de révision de New York se tient
dans un contexte politique international "particulièrement
difficile marqué par des tensions et des défis multiples". "Il
nous faudra de toute évidence travailler ensemble à New York
pour surmonter toutes ces difficultés et faire avancer notre
agenda commun, en procédant à une évaluation lucide et rigoureuse de la mise en œuvre du plan d’action adopté lors de
la dernière conférence de révision", a-t-il précisé.
La conférence de révision que présidera l’Algérie entre le
27 avril au 22 mai à New York sera "l’occasion pour les Etats
parties de se projeter dans l’avenir en vue de dégager les perspectives qui cimenteront l’autorité et la durabilité du TNP en
prévision de la conférence 2020", a indiqué M. Baali.
L’ambassadeur a conclu que c’était avec "un sens des responsabilités aigu que l’Algérie a accepté de s’investir dans la
présidence de la 9ème Conférence d’examen, consciente que
la responsabilité partagée qui incombe aux Etats parties au
traité est le meilleur garant d’une coopération de bonne foi
entre les Etats nucléaires et les Etats non nucléaires pour
convenir ensemble de la vision qui nous conduira à faire progresser les objectifs intrinsèquement liés du traité garant
d’une sécurité non diminuée pour tous". 19 pays et plusieurs
organisations régionales et internationales prennent part au
séminaire international de deux jours, préparant la Conférence d'examen 2015 du TNP des armes nucléaires.
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
MONDE
Iran
Israël détaille ses exigences
pour un accord plus acceptable
I
sraël a présenté lundi une série
d'exigences qui rendraient un
accord final sur le nucléaire
iranien plus acceptable à ses yeux
que l'accord d'étape annoncé la semaine passée si elles étaient satisfaites.
En présentant ces exigences, le
ministre du Renseignement Youval
Steinitz, un proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré que les assurances du
président américain Barack Obama
quant à la sécurité d'Israël ne suffisaient pas, que l'accord d'étape devait être radicalement modifié et
que l'option de l'emploi de la force
restait "sur la table" pour Israël.
Parmi les exigences israéliennes
figure l'arrêt par l'Iran de toute recherche et développement sur des
centrifugeuses modernes.
M. Steinitz s'est inquiété que Téhéran, s'il est autorisé à mener ces
recherches, se retrouve en mesure
de produire suffisamment d'uranium hautement enrichi pour une
bombe atomique en trois ou quatre
mois. Il a également cité: une réduction du nombre de centrifugeuses opérationnelles que l'Iran
conserverait; la fermeture du site
souterrain d'enrichissement de
Fordo; le transfert hors d'Iran des
stocks d'uranium faiblement enrichi déjà produit; la possibilité pour
les inspecteurs internationaux qui
veilleraient à l'application de l'accord d'aller "partout à tout moment"; l'exigence que l'Iran fasse la
lumière sur toutes ses activités nucléaires passées suspectes d'avoir
eu une dimension militaire.
Avec cette petite dizaine de modifications au total, "cela ne sera
pas un bon accord, cela sera un accord plus raisonnable", a-t-il dit à
quelques journalistes.
Israël est le plus farouche détracteur de l'accord cadre conclu la
semaine passée à Lausanne entre
l'Iran d'une part, et son grand allié
américain et cinq autres puissances
d'autre part.
"L'analyse exhaustive (qu'a
conduite Israël) de l'accord cadre
de Lausanne révèle la portée des
concessions irresponsables faites à
l'Iran", a dit M. Steinitz.
Le ministre a dit apprécier les
assurances prodiguées dimanche
par M. Obama quant au soutien
américain à Israël en cas de menace, mais a ajouté qu'elles ne suffisaient pas.
Israël préfère une solution diplomatique, a-t-il dit. Mais l'option
militaire "était sur la table, elle est
toujours sur la table, et elle va rester sur la table", a-t-il déclaré.
"Si l'Iran fabrique des armes nucléaires, c'est une menace existentielle pour Israël. Personne ne peut
nous dire que nous soutenir et
nous aider suffit" face à une telle
menace, a-t-il dit en faisant référence aux propos de M. Obama.
De même, si l'Iran, "pays numéro un pour le soutien et le parrainage des groupes terroristes", se
sert de l'afflux financier provoqué
par la levée des sanctions internationales pour armer les ennemis
d'Israël comme le Hezbollah au
Liban ou le Hamas à Gaza, "c'est
très bien que les Etats-Unis nous
aident (...) mais on est loin du
compte, cela ne suffit pas", a-t-il
dit. Il a par ailleurs indiqué qu'Israël allait "intensifier (ses) efforts
pour convaincre l'administration
(américaine), le Congrès (américain), la Grande-Bretagne, la
France, la Russie... de ne pas signer
ce mauvais accord ou, du moins, de
radicalement le modifier".
M. Steinitz a confirmé qu'une
bonne part de l'effort diplomatique
israélien viserait le Congrès, "qui
compte au plus haut point ici".
De son côté, l'administration
américaine, en froid avec Israël sur
le dossier nucléaire iranien, a de
nouveau critiqué lundi son allié.
Selon l'accord-cadre conclu le 2
avril à Lausanne, "l'Iran va physiquement retirer quelque 13.000
centrifugeuses des sites nucléaires
où elles se trouvent aujourd'hui", a
insisté la porte-parole du département d'Etat Marie Harf. "Et pour
être tout à fait précise, il faudrait
bien plus de deux ans à l'Iran pour
rebâtir ce qu'il possède aujourd'hui", a-t-elle ajouté.
La diplomate américaine a assuré que son gouvernement avait
un dialogue permanent et au plus
haut niveau avec Israël sur le nucléaire iranien.
France
Renault, l’Etat achète des actions
pour contrer certains investisseurs
Une guerre… boursière. Ce
mercredi, Emmanuel Macron et
Michel Sapin, les ministres de
l’Economie et des Finances, ont annoncé avoir acheté 14 millions de
titres Renault, soit environ 4,73%
du capital. Plus précisément, l’Etat
a déjà acquis 9,56 millions de titres
et se réserve la possibilité d’en
acheter encore 4,44 millions, pour
un montant fixé «entre 814 millions d'euros et 1.232 millions d'euros».
Pourquoi ce soudain intérêt de
l’Etat pour la marque au losange?
Parce qu’une assemblée générale
approche: le 30 avril, Renault réunira ses actionnaires pour qu’ils se
prononcent pour ou contre l’introduction des «droits de vote doubles», une mesure directement
issue de la loi Florange.
«C’est une manière efficace
d’inciter les investisseurs
à conserver leurs actions»
Concrètement, la loi prévoit que
sauf décision contraire des assemblées générales, les actionnaires qui
conservent leurs titres pendant au
moins deux ans sont récompensés
par l’octroi de droits de vote doubles: au bout de deux ans, chaque
action qu’ils détiennent leur donne
deux voix lors des Assemblées générales.
«C’est une manière efficace d’inciter les investisseurs à conserver
leurs actions, et donc à mieux
concourir au développement de
l’entreprise, en renforçant l’influence des actionnaires de long
terme, y compris les actionnaires
salariés», estime le gouvernement.
Pas question donc pour lui de
voir les actionnaires de Renault
voter contre l’instauration de cette
mesure. En grimpant à presque
20% du capital et au vu de l'actionnariat très éclaté de Renault, le ministère de l'Economie renforce sa
position et devrait pouvoir faire
passer les droits de vote doubles
lors de l’assemblée générale.
L'Etat s'est ménagé
une porte de sortie
Les droits de vote doubles ne
font pas l'unanimité auprès des investisseurs, notamment de certains
fonds attachés au principe antérieur «une action, une voix». Le
communiqué de Bercy souligne
toutefois qu'ils «sont d'ores et déjà
aujourd'hui une réalité dans plus
de la moitié des entreprises du
CAC 40».
«Cette opération démontre la
volonté et la capacité de l’Etat à utiliser toutes les armes aujourd’hui à
disposition des investisseurs, mais
pour promouvoir un capitalisme
de progrès, de long terme, au service des salariés et du développement des entreprises», estime
Emmanuel Macron.
L'Etat s'est ménagé une porte de
sortie après cet acte d'autorité chez
Renault, qui «ne préfigure en
aucun cas un mouvement durable
à la hausse ou à la baisse sur sa participation au capital de l'entreprise», selon le communiqué. Il a
en effet protégé sa manœuvre par
des options de vente «à prix fixe»,
d'une durée de six mois, qui lui
permettront s'il le souhaite de revendre ces 14 millions de titres
nouvellement acquis sans dommage financier lié à des fluctuations boursières.
11
L'Arabie saoudite demande
au Pakistan des moyens militaires
L'Arabie saoudite a demandé au
Pakistandes avions de guerre, des
bateaux et des soldats, a révélé
lundi le ministre pakistanais de la
Défense, Khawaja Asif, à l'ouverture d'un débat au Parlement sur
la demande d'aide militaire formulée par Ryad dans sa lutte
contre les Houthis chiites au
Yémen.
En demandant au Pakistan de
s'impliquer dans l'offensive déclenchée le 26 mars dernier, l'Arabie saoudite, principale puissance
sunnite dans la région du Golfe,
place le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif dans une position délicate.
Le Pakistan, majoritairement sunnite, est en effet le théâtre de tensions religieuses, des groupes
armés s'en prenant à des membres
de la minorité chiite, qui représente 20% d'une population de
180 millions d'habitants.
Nawaz Sharif a répété à plusieurs
reprises qu'il interviendrait en cas
de menace pesant sur "l'intégrité
territoriale" de l'Arabie saoudite
sans dire plus précisément quelle
forme pourrait prendre une telle
intervention.
"L'Arabie saoudite a demandé des
avions de combat, des navires de
guerre et des soldats", a dit son ministre de la Défense, sans préciser
où Ryad souhaitait qu'ils soient
déployés.
De retour de Turquie, où il a discuté de la crise au Yémen, le ministre a ajouté que "le Pakistan
comme la Turquie sont préoccupés par le renversement du gouvernement légitime du Yémen par
l'emploi de la force par des acteurs
non-étatiques".
"Le Pakistan et la Turquie sont
convenus que la poursuite de la
crise au Yémen pourrait plonger la
région dans la tourmente", a-t-il
poursuivi.
Il y a une semaine, un responsable
gouvernemental avait dit que le
Pakistan, qui compte environ 1,5
million de soldats actifs et de réservistes, allait envoyer des
troupes en Arabie saoudite. Mais
Khawaja Asif avait démenti par la
suite qu'une décision ait été prise.
"Le Pakistan cherche comment satisfaire a minima les attentes saoudiennes. Il paraît hautement
improbable que le pays fasse partie
d'une action d'envergure à l'intérieur du Yémen. Peut-être qu'il
renforcera les frontières saoudiennes", estime Arif Rafiq, chercheur au sein du Middle East
Institute.
« Le Pakistan n’est pas la servante de l’Arabie Saoudite »
De violents affrontements ont opposé dimanche des combattants
houthis appuyés par des éléments
de l'armée yéménite qui se sont alliés avec eux à des milices locales
dans la ville d'Aden, faisant des dizaines de victimes, ont dit des témoins.
L'offensive des Houthis sur Aden,
dernier bastion des partisans du
président Abd-Rabbou Mansour
Hadi, se poursuit malgré les
frappes aériennes de la coalition
conduite par l'Arabie saoudite.
Nawaz Sharif est redevable à l'Arabie saoudite. Non seulement le
pays l'a accueilli lorsqu'il a été renversé par un coup d'Etat militaire
en 1999, mais en plus Riyad a injecté l'an dernier 1,5 milliard de
dollars dans une économie pakistanaise qui menaçait d'imploser.
Mais, en plus d'une exacerbation
des tensions religieuses à l'intérieur du pays, il craint également,
en cas de participation à la coalition militaire, une crispation avec
l'Iran, la principale puissance
chiite dans la région avec laquelle
le Pakistan partage une longue
frontière. L'opinion publique pakistanaise semble de son côté largement
opposée
à
une
participation à toute opération au
Yémen sous commandement
saoudien. "Il doit être rappelé que
le Pakistan n'est pas la servante de
l'Arabie saoudite qui obéirait à ses
ordres en un tour de main", écrivait vendredi l'éditorialiste de l'Express Tribune.
12
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
SOCIETE
Les réfugiés palestiniens contraints
d'empiler les étages
Naël Cherif garde
un œil attentif sur les
ouvriers qui s'activent:
ce Palestinien surveille
l'avancée de la
construction du
quatrième étage de sa
maison, de quoi offrir un
peu d'espace aux 43
membres de sa famille
élargie qui vivent
avec lui.
D
ans son camp de réfugiés en Cisjordanie
occupée, il sait qu'au-dessus de deux
étages, il est en infraction. L'agence de
l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens
(UNRWA) interdit les constructions trop élevées
pour des raisons de sécurité.
Mais près de 70 ans après l'installation des
premières tentes, plusieurs générations se retrouvent entassées dans ce qui est devenu un dédale
de ruelles bondées, et l'UNRWA elle-même reconnaît que le problème est insoluble.
Les parents de Naël sont arrivés en 1950 dans
le camp de Jalazoun, au nord de Ramallah. A
l'époque, ils étaient une famille de 11 personnes.
Aujourd'hui, Naël, devenu un chef de famille de
40 ans, vit dans la même maison que ses cinq
frères et leurs familles. Ils sont désormais quatre
fois plus nombreux, et pour loger tout le monde,
il a fallu construire en infraction.
"Nous avons un vrai problème de logement.
On dort les uns sur les autres. Moi par exemple,
j'ai une seule chambre pour six de mes enfants et
une autre où je dors avec ma femme et deux autres de nos enfants", dit-il. "Comme on ne peut
pas acheter de terrain en dehors du camp, avec
mes frères, nous avons décidé de construire deux
étages de plus".Si l'on construit à la verticale à Jalazoun, c'est parce qu'il est impossible de s'étendre à l'horizontale. Le camp est bordé par la
colonie israélienne de Bet El qui, elle, s'étale.
Chaque jour ou presque, cette promiscuité suscite des affrontements entre jeunes réfugiés et colons ou soldats israéliens.
pation est commune aux 19 camps de Cisjordanie et à leurs 226.000 habitants, dit l'UNRWA.
L'ONU "très inquiète"
Camps surpeuplés
Mohammed Daoud, 23 ans, a été blessé par
un tir dans ces heurts. A Jalazoun, il passe sa
convalescence dans un salon où il a improvisé
son lit. Il vit chez sa grand-mère Khadija au milieu de 63 personnes.
La matriarche, 60 ans, a dû faire preuve d'inventivité pour loger tout son petit monde: le garage est devenu une pièce à vivre, un troisième
étage a été ajouté. "On n'a pas d'argent pour acheter un terrain ailleurs", explique-t-elle.
Le nombre d'habitants de Jalazoun est passé
de 2.500 en 1950 à 14.000 aujourd'hui. La surface
du camp, elle, est restée la même: 26 hectares.
Les terrains disponibles aux alentours se font
rares, et nombre de réfugiés sont trop pauvres
pour espérer se loger ailleurs que dans la maison
fournie à leur famille par l'UNRWA lorsqu'ils
sont arrivés, chassés par les combats suivant la
création d'Israël.
Le comité qui gère le camp met en garde
contre les dangers que représente la multiplication anarchique des constructions, entre lesquelles s'encastrent des mosquées, des écoles, des
magasins et des bâtiments publics. La préoccu-
"En 1950, l'UNRWA avait construit des maisons avec une chambre et une cuisine pour
chaque famille de cinq membres et deux chambres et une cuisine, pour les familles plus
grandes", rappelle Mahmoud Moubarak, à la tête
du comité qui gère Jalazoun. Mais aujourd'hui,
alors que "la croissance de la population est un
énorme souci", l'UNRWA n'a pas pris conscience
du problème, accuse-t-il.
Et ces constructions, "avec peu de moyens",
au-dessus de maisons aux fondations inadaptées,
pourraient coûter des vies, ajoute M. Moubarak,
pour qui "la grande majorité des habitants a
construit au-delà des deux étages autorisés".
L'UNRWA "est très inquiète de la surpopulation dans les camps, qui vient s'ajouter aux nombreux problèmes des réfugiés en créant des
complications sociales et économiques", assure
un porte-parole de l'agence, Nader Dagher.
Mais il n'est pas envisageable d'élargir le périmètre du camp, dit-il: autour, il y a des villes et
des villages palestiniens. Et surtout, l'UNRWA
bute contre des colonies en perpétuel développement ou contre le mur de séparation construit
par Israël.
Air France prévoit d'assurer la quasi-totalité
de ses long-courriers
Air France prévoit d'assurer la
quasi-totalité de ses vols long-courriers mercredi en dépit de la grève
des contrôleurs aériens, qui affectera les vols court et moyen-courriers de la compagnie aérienne
française.
"Air France prévoit d'acheminer
tous ses clients sur le réseau longcourrier au départ ou à destination
de Paris. Air France assurera la
quasi-totalité de son programme
long-courrier", indique un communiqué du groupe.
Le programme moyen-courrier
sera par ailleurs assuré à plus de
60%. Air France rappelle que la Direction générale de l'aviation civile
(DGAC) a demandé aux compagnies aériennes d'adapter leur programme de vols au départ et à
l'arrivée de certains aéroports français. Par conséquent, "sur le réseau
court-courrier au départ d?Orly et
des aéroports de province, de très
fortes perturbations sont à prévoir.
Des retards et des annulations de
dernière minute ne sont pas à ex-
clure". HOP ! Air France assurera
un vol sur trois au départ de et vers
Orly et assurera 60% au départ et à
l'arrivée des aéroports de province.
La compagnie recommande à ses
clients de reporter leur voyage à
compter du 10 avril. "Ce report est
possible sans frais", précise-t-elle.
Elle communiquera mercredi le
programme de ses vols de jeudi.
Une grève des contrôleurs aériens
sur l'organisation du travail perturbera de mercredi à jeudi l'ensemble
du ciel aérien français, avait an-
noncé plus tôt la DGAC, qui a demandé aux compagnies aériennes
d'annuler préventivement mercredi
40% de leurs vols.
Le SNCTA, premier syndicat
(41%) parmi les 4.000 contrôleurs
aériens, a appelé les aiguilleurs à des
arrêts de travail du 8 au 9 avril, du
16 au 18 avril et du 29 avril au 2 mai.
Il réclame des négociations, notamment sur l'organisation du travail et
le recul à 59 ans de l'âge limite de
départ à la retraite des aiguilleurs du
ciel.
Probable suicide
de l'ancien maire
de Tours,
victime des
"mariages chinois"
L'ancien maire socialiste de
Tours, Jean Germain, a été retrouvé mort mardi après avoir
laissé une lettre d'adieu au moment où il devait comparaître devant la justice dans l'affaire des
"mariages chinois" organisés dans
sa ville. Jean Germain a été retrouvé mort dans le garage de son
domicile de Tours. "Il s'agit vraisemblablement d'un suicide à
l'aide d'une arme de chasse", a déclaré à la presse le procureur de la
République, Jean-Luc Beck.
Le sénateur PS, âgé de 67 ans,
était poursuivi pour "complicité"
dans l'organisation, à la mairie de
Tours, de simulacres de mariage
pour touristes chinois qui ont
donné lieu à des malversations,
selon les magistrats instructeurs
et le parquet.
Mais alors que le procès devait
s'ouvrir mardi matin pour trois
jours au palais de justice de Tours,
son avocat, Dominique Tricaud, a
annoncé lors de l'appel des accusés que son client avait "disparu
en laissant une lettre d'adieu".
"Je sais le mal que je vais faire,
la peine que je vais diffuser à ceux
qui m'aiment mais on ne peut
laisser la chasse systématique aux
politiques se dérouler normalement, quotidiennement", écrivait
Jean Germain. "Il est des êtres,
j'en suis, pour lesquels l'injustice
et le déshonneur sont insupportables", ajoutait l'ancien maire.
"Jean Germain est mort, c'est
un martyr de la République. Dans
cette affaire, il a été jeté aux chiens
et comme il l'a écrit dans la lettre
qu'il a laissée, leur conscience les
poursuivra", a déclaré Me Tricaud. Le dossier des "mariages
chinois" tire son origine dans l'organisation entre 2007 et 2011
pour une clientèle chinoise de
"Noces romantiques en Touraine". Celles-ci comprenaient des
visites de châteaux de la Loire,
ainsi que de la ville de Tours, dont
le maire, ceint de son écharpe tricolore, posait pour la photo lors
de simulacres de mariages.
Des dizaines de couples chinois sont ainsi venus chercher, sur
les bords de la Loire, une touche
d'exotisme à la française. Une ancienne membre du cabinet du
maire, Lise Han, est mise en examen pour escroquerie dans cette
affaire.
La justice la soupçonne d'avoir
été la gérante de fait de la société
organisant ces mariages. Jean
Germain, poursuivi pour "complicité de prise illégale d'intérêts
et détournement de fonds publics", a fait savoir qu'il ignorait
les agissements de Lise Han.
SOCiETE
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
Tanzanie
Albinos : une vie de stigmatisation
et de violence
U
ne fillette disparue, un
bébé enlevé puis tué et démembré, un garçonnet
mutilé. C'est le triste bilan d'attaques depuis décembre contre les
albinos de Tanzanie, motivées par
des croyances et dont tout laisse
craindre qu'elles se multiplient à
l'approche des élections prévues en
octobre.
Dans ce pays d'Afrique de l'Est,
où la sorcellerie est encore largement pratiquée, les croyances prêtent des vertus magiques aux
organes d'albinos, recherchés pour
fabriquer des philtres censés porter
chance en affaires mais aussi en politique, générant un sinistre commerce aux juteux bénéfices.
L'albinisme est une maladie génétique caractérisée par une absence de mélanine, entraînant une
dépigmentation de la peau et des
problèmes oculaires.
"Certains candidats croient en la
sorcellerie et pensent (que les organes d'albinos) vont les aider à
remporter les élections", explique
Vicky Ntetema, directrice d?Under
e Same Sun, une ONG canadienne qui défend les droits des albinos en Tanzanie.
"Le prix élevé d'un corps d'albinos montre que des élites politiques
et économiques sont impliquées
dans les meurtres d'albinos", estime-t-elle, rappelant qu'un corps
d'albinos peut se vendre jusqu?à
75.000 dollars.
Depuis 2006, 76 albinos ont été
tués, selon les associations qui
constatent traditionnellement une
hausse des attaques à l'approche de
scrutins en Tanzanie ou dans les
pays voisins. La police du Malawi a
ainsi averti lundi qu'elle ouvrirait le
feu sur toute personne tentant d'enlever un albinos. Six albinos ont été
tués dans ce pays depuis décembre,
selon l'Association des personnes
atteintes d'albinisme.
Se sentant menacé, Simon Sengerema, 28 ans, a ainsi fui son village de la région de Tabora, dans le
nord de la Tanzanie, depuis août.
"Dans le village, j'entendais souvent
les gens m'interpeller "Zeruzeru"
(l'albinos en swahili). Un jour des
hommes que je ne connaissais pas
m'ont appelé par mon prénom en
disant qu'ils allaient faire des affaires
avec moi, j'ai eu très peur", racontet-il.
Sans travail, il survit à Dar es Salaam, grâce à une aide que lui verse
l'Association de l'albinisme de Tanzanie (TAS).
Alors que cette maladie héréditaire ne frappe qu'un Occidental sur
20.000, un Tanzanien sur 1.400 en
est atteint, en raison notamment des
mariages consanguins, selon des experts.
Les violences contre les albinos
se concentrent dans le nord-ouest
de la Tanzanie, en pays sukuma, "le
plus important groupe socio-linguistique du pays, réputé dans la
culture tanzanienne pour sa foi en
la sorcellerie et ses dons de guérisseurs et de devins", et où prospère
un secteur minier informel, expliquaient en 2010 trois universitaires
européens dans un article.
Hong Kong
Un milliardaire chinois s'offre un vase
à 13 millions d'euros
Le milliardaire chinois Liu Yiqian a déboursé 13 millions d'euros à Hong Kong pour s'offrir un vase chinois
fabriqué il y a 800 ans, dernier achat en date pour cet
investisseur qui s'est donné pour mission de rapatrier
les objets d'arts originaires du continent.
Le vase octogonal tout simple de couleur bleue, a été
fabriqué sous la dynastie des Song du Sud qui a régné
sur la Chine méridionale entre 1127 et 1279.
Vendu près de 114 millions de dollars de Hong
Kong, l'objet a allègrement dépassé les estimations de
Sotheby's. La maison d'enchères avait misé sur la
somme de sept millions d'euros.
Liu Yigian, ancien chauffeur de taxi devenu financier
de haut vol, est l'un des hommes les plus riches de
Chine. Il fait partie des nouvelles fortunes chinoises qui
parcourent le globe à la recherche d'objets d'art anciens.
Il y a un an, le milliardaire de 51 ans avait acheté à
26 millions d'euros un petit bol Ming, record absolu
pour la porcelaine chinoise. Il avait par la suite suscité
quelques haussements de sourcil en buvant son thé dans
l'objet fabriqué sous l'ère Chenghua (1465-1487)
lorsque l'art Ming était au faîte de son raffinement.
En novembre, il s'était également payé une tapisserie
en soie brodée du Tibet datant du XVe siècle, déboursant 36 millions d'euros, un nouveau record mondial.
Cette pièce aux couleurs rouge et or, appelée thangka
en tibétain, date de la dynastie Ming.
Liu Yiqian, président du fonds d'investissement Sunline Group, possède à Shanghai son propre musée. Il a
expliqué que son but était de voir revenir au pays les objets d'art chinois anciens.
13
Airbus derrière Boeing
au 1er trimestre 2015
L'avionneur européen Airbus a
annoncé mardi avoir enregistré
101 commandes nettes et 134 livraisons d'avions commerciaux au
premier trimestre, ce qui le place
derrière son rival Boeing.
Le constructeur américain
avait en effet indiqué vendredi
avoir engrangé 110 commandes
nettes et livré 184 appareils entre
le 1er janvier et le 31 mars.
A l'instar de Boeing, le bilan
commercial d'Airbus du premier
trimestre a été tiré par la famille
des moyen-courriers.
L'européen souligne que pour
le seul mois de mars, 46 appareils
remotorisés
(A320neo
et
A321neo) ont été commandés
ainsi que neuf exemplaires A321
dans leur version classique.
Parmi les temps forts en mars,
la société de location américaine
Air Lease Corporation (ALC) a
confirmé une commande de 25
long-courriers remotorisés A330900neo (new engine option) et de
30 monocouloirs A321 LR (long
range), à long rayon d?action,
pour un montant d'au moins 10,8
milliards de dollars.
De son côté, Turkish Airlines a
passé une commande de quatre
A330-200 cargo.
Toujours en mars, le groupe
européen a livré 52 appareils
toutes familles confondues (42
A320, sept A330, deux A380 et un
A350-900). Les livraisons sont un
des indicateurs de la rentabilité
des constructeurs aéronautiques
car ces derniers sont payés au moment où les clients prennent possession de leur avion.
Avec les derniers contrats enregistrés, le carnet de commandes
des long-courriers A330 a dépassé
le cap des 1.500 exemplaires vendus tandis que la famille A320neo
approche le seuil des 3.700 appareils écoulés.
Au premier trimestre, Airbus a
par ailleurs essuyé 20 annulations.
Il n'a en outre toujours pas enregistré de nouvelles commandes
pour son super Jumbo A380 bien
qu'il propose de nouveaux aménagements intérieurs optimisés afin
de réduire les coûts d'exploitation
au siège.
Emirates, principal client de
cet appareil, le plus gros avion de
ligne au monde, presse l'avionneur européen de lancer une version remotorisée.
L'an passé, Boeing avait réalisé
la meilleure performance commerciale de son histoire, avec
1.432 commandes nettes mais il
avait été devancé sur ce point par
son éternel rival Airbus avec 1.456
achats.
Le «baron du botox»,
Fredric Brandt, s'est suicidé
"Mon musée et moi-même allons participer aux enchères lorsque nous verrons de beaux objets d'art",
avait-il déclaré le mois dernier à Hong Kong, en venant
prendre possession de la tapisserie tibétaine.
Nicolas Chow, directeur du département des céramiques et oeuvres d'art chinoises de Sotheby's, a dit que
M. Liu avait remporté le morceau face à plusieurs autres
compétiteurs.
Le prix de vente exceptionnellement élevé est le signe
d'un marché en pleine santé et d'une demande robuste
pour les antiquités chinoises, a-t-il jugé.
"Nous sommes absolument ravis du prix auquel a été
adjugé le vase", a-t-il dit aux journalistes. "Dire que c'est
un chef-d'oeuvre ne lui rend pas justice".
Hong Kong s'est hissée parmi les grandes places
mondiales pour la vente aux enchères, aux côtés de Londres et New York, portée en particulier par le boom économique chinois.
Ce pionnier des traitements
anti-âge avait 65 ans...Il comptait
notamment Madonna et Stephanie Seymour parmi ses clientes.
Surnommé «le baron du botox»
par W Magazine, le médecin
américain Fredric Brandt a été
retrouvé mort à Miami, en Floride, dimanche soir. Selon la police, il s'est suicidé par
pendaison. Il souffrait depuis des
années de dépression, a expliqué
au New York Post son agent.
Selon Jacquie Tractenberg, il a
notamment été «douloureusement touché» par la série de Tina Fey, Unbreakable Kimmy Schmidt.
L'acteur Martin Short y incarne le Dr Franff, un personnage qui
s'inspire ouvertement du médecin des stars, jusqu'à ses cheveux peroxydés. Après des débuts consacrés à la recherche sur la leucémie,
Brandt s'était réorienté vers la dermatologie cosmétique. Il animait
notamment l'émission Ask Dr Brandt.
14
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
SANTE
Cinq erreurs à ne pas faire quand on est au régime
Tentée par un régime
à l'approche de l'été ?
Notre contributrice
Lise-L, diététicienne
à la Clinique du
Poids, vous livre cinq
conseils pour réussir à
retrouver votre poids
de forme.
Q
ui peut se targuer de ne s'être jamais mis
au régime précipitamment à l'arrivée
des beaux jour? Les tentations sont
grandes de vouloir se délester le plus rapidement
possible des quelques kilos accumulés pendant
l'hiver, au risque de s'y prendre mal ... Le point
sur les erreurs les plus fréquentes et les plus néfastes.
1/ S'affamer
Qu'on se le dise: s'affamer n'a jamais marché.
Pourquoi? Tout simplement parce que nous
avons des besoins vitaux, et que même en étant
sédentaire, notre corps est une machine à la mécanique bien huilée qui travaille sans s'accorder
de trêve. Entre la digestion, la respiration, la circulation ... tous nos organes s'activent à longueur
de journée (et de nuit) et sont de gros consommateurs de calories. Ainsi, la faim est une réaction naturelle de notre organisme qui réclame
son carburant pour pouvoir continuer à avancer.
En luttant, nous ne faisons qu'accentuer le
processus: le corps est moins efficace dans son
travail car il manque de carburant, il nous le signale en nous envoyant les manifestations de la
fatigue et d'une faim toujours plus importante.
Par ailleurs, peu de personne sont capable de
supporter la faim très longtemps, et la conséquence d'une faim prolongée est inévitablement
un craquage souvent disproportionné, assortie
d'une bonne dose de culpabilité.
2/ Se frustrer
De la même façon que la faim, la frustration
est l'ennemi public numéro 1 du régime. On croit
trop souvent qu'un
régime ne peut être
efficace que s'il est
draconien et que
maigrir ne peut pas
rimer avec plaisir.
C'est faux! Au
contraire, il est impossible de maigrir sur la durée
sans s'accorder de plaisir. En effet, l'être humain,
aussi volontaire soit-il, ne peut supporter éternellement la frustration. Celle-ci aboutira inévitablement sur un lâcher prise dévastateur, autant
pour la ligne que pour l'estime de soi.
3/ Bannir le pain et/ou les féculents
On les appelle aussi glucides complexes, et ils
souffrent à tort d'une mauvaise réputation. Stigmatisés par les régimes hyper protéinés très à la
mode, les personnes au régime ont bien souvent
comme premier réflexe de les écarter de leur alimentation.
Pourquoi est-ce une erreur? Parce que les glucides (ou plus précisément le glucose issue de la
dégradation des glucides) sont le carburant dont
notre corps a tant besoin pour fonctionner.
Ces glucides ne sont d'ailleurs pas plus calorique que les protéines, puisqu'un gramme de
glucides = 1 gramme de protéines = 5 calories.
En revanche, ils sont très rassasiant (d'autant
plus vrai que leur index glycémique est bas: légumineuses, riz complet, pain complet, céréales
complètes etc) et nous permettront donc de
maintenir notre glycémie constante et de limiter nos fringales et nos envies incontrôlées de
sucre.
L'ONU lance une campagne pour promouvoir
la sécurité alimentaire
L'ONU a lancé mardi une campagne destinée à promouvoir la sécurité alimentaire, alors que des millions
de personnes meurent de faim ou à cause de produits
frelatés et que l'obésité gagne du terrain chaque jour.
"La sécurité, la qualité et la quantité de l'alimentation
doivent aller de pair", a déclaré Margaret Chan, la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé
(OMS), lors d'une visite au marché de Rungis, en banlieue parisienne, où elle a lancé la Journée mondiale de
la Santé 2015, dédiée à la sécurité sanitaire des aliments.
La campagne lancée par l'OMS vise à mieux sensibiliser les consommateurs face aux dangers de leur alimentation, avec des recommandations sur l'équilibre
nutritionnel et sur la façon de préparer des plats de manière hygiénique.
Selon l'OMS, environ 2 millions de personnes dans
le monde meurent chaque année à la suite de maladies
liés à la nourriture ou à l'eau.
L'alimentation peut notamment être contaminée par
des virus, des bactéries, des parasites, des produits chimiques ou la pollution de l'eau, qui peuvent être à l'origine de quelque 200 pathologies allant de la diarrhée
aux cancers.
22 pathologies liées à l'alimentation ont été à l'origine de 580 millions de cas en 2010 dont 350.000 ont
abouti à des décès, selon des chiffres préliminaires fournis par l'OMS. Plus de 40% des personnes touchées
étaient des enfants moins de 5 ans, vivant principalement dans des pays pauvres.
Mais des crises sanitaires liées à l'alimentation peuvent également survenir dans des pays développés : en
2011, une contamination par la bactérie Escherichia coli
(E.coli) dans des graines germées en Allemagne avait
fait plus de 40 morts en Europe et coûté la somme d'1,2
milliard d'euros (1,3 md de dollars) aux agriculteurs et
à l'industrie agro-alimentaire des pays européens.
Malgré ces crises, plus d'une centaine de pays à travers le monde ne disposent toujours pas d'une législation fixant des standards en matière de sécurité
alimentaire, selon le directeur général de l'Organisation
mondiale de la santé animale (OIE), Bernard Vallat,
également présent à Rungis.
Mme Chan a pour sa part indiqué que le manque de
nourriture pouvait inciter certaines populations à se
rendre dans la forêt pour chasser des animaux potentiellement contaminés par des bactéries ou des virus
comme le virus Ebola.
Ce dernier virus est à l'origine d'une épidémie qui a
déjà coûté la vie à plus de 10.000 personnes depuis son
apparition l'an dernier en Afrique de l'Ouest.
Pour Mme Chan, "manger un mauvais type de nourriture, ou contenant trop de calories ou trop de graisses"
peut également provoquer "des maladies cardiovasculaires, du diabète et bien sûr de l'obésité".
4/ Traquer les matières grasses
Elles aussi pointées du doigt et accusées de
tous les maux, les matières grasses sont trop souvent abolies des assiettes "régime". Nouvelle erreur donc, car l'organisme a besoin de matières
grasses pour ses fonctions vitales, et nos besoins
ont même été revus à la hausse en 2010 par
l'ANSES (ils passent de 30-35% à 35-40% de
notre apport calorique journalier). Il est donc
primordial de ne pas les négliger tout en veillant
à privilégier les graisses
végétales
sources
d'acides gras essentiels
et cardio-protecteurs.
De plus, comme il
est toujours plus facile
d'éliminer les matières
grasses visibles (assaisonnement: beurre,
huiles ...) que les matières grasses cachées
(plats préparés, gâteaux, fromage, tartes salées ...), la conséquence
est simple: la quantité totale de lipides consommée est trop basse, mais surtout le rapport entre
les graisses saturées et insaturées est déséquilibré.
Par ailleurs, n'oublions pas que le gras est un
exhausteur de goût: il contribue donc à apporter
de la saveur à nos aliments et nous permet de ressentir plus rapidement la satiété -une petite
quantité d'un aliment gouteux est plus rassasiante
qu'un grand volume d'aliment "fade".
5/ Sauter des repas
C'est pourtant bien tentant. Notamment au
moindre écart (inévitable en période de régime),
la peur d'annuler tous les bénéfices déjà acquis,
nous pousse souvent à sauter le repas qui suit ou
celui qui précède, voire même les deux. C'est une
mauvaise idée, car l'organisme réagit instantanément aux variations caloriques qu'on lui fait subir
et se met sur la défensive: un repas très riche suivi
d'une diète de plusieurs heures le poussera à
stocker davantage le repas suivant.
La solution en cas de repas festif qui se profile:
manger normalement au repas précédant, et alléger le repas suivant, uniquement en sucres et en
graisses et en gardant au minimum: une viande
maigre ou un poisson, des légumes, un laitage et
un fruit, pour ne pas mettre votre corps en alerte.
L'exercice physique peut produire
des effets importants pour la longévité
Faire de l'exercice physique de manière soutenue peut produire des
effets importants pour la longévité, selon une vaste étude menée en
Australie avec des personnes d'âge moyen et plus âgées, publiée lundi
aux Etats-Unis dans la revue JAMA Internal Medicine.
Les chercheurs ont suivi 204.542 sujets de plus de 45 ans pendant
plus de six ans, répartis dans trois groupes. L'un était sédentaire, un
autre faisait de l'exercice d'intensité modérée, comme de la natation,
tandis que d'autres faisaient des efforts vigoureux, couraient régulièrement, faisaient de l'aérobic ou participaient à des tournois de tennis.
En comparant ces groupes, les auteurs ont constaté que ceux qui faisaient de l'exercice vigoureux avaient une réduction de 13% du risque
de mortalité par rapport aux sédentaires et de 9% pour ceux dont l'exercice était moins énergique.
"Les bienfaits d'une activité physique soutenue ont été observés chez
des hommes et des femmes de tous âges et étaient indépendants du
temps passé à être actif ", explique le Dr Klaus Gebel du Centre de prévention des maladies chroniques de l'Université James Cook en Australie, l'un des auteurs de cette recherche.
"Les résultats de cette étude indiquent que l'exercice physique soutenu peut produire des effets importants pour la longévité, que l'on que
l'on souffre ou pas d'une maladie cardiaque, d'obésité ou de diabète",
souligne-t-il.
L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les autorités sanitaires
aux Etats-Unis, en Europe et en Australie recommandent qu'un adulte
fasse au moins 150 minutes d'activité physique modérée par semaine,
ou 75 minutes d'activité vigoureuse.
15
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
FEMME
Go Red : une journée pour la santé cardiaque des femmes
Etonnée de voir tant de photos de
femmes habillées en rouge aujourd'hui sur les réseaux sociaux ?
Normal. Elles relaient le mouvement
Go red for Women, qui alerte sur les
maladies cardio-vasculaires chez les
femmes. Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde.
Près de 9 millions de femmes meurent chaque année de ces maladies.
Pour combattre ce fléau, un mouvement a vu le jour aux Etats-Unis dès
2005 : Go Red for Women. Il est dorénavant relayé dans une vingtaine
d'autres pays.
C'est ainsi qu'avant-hier 7 avril, à
l'occasion du Red Day, les femmes ont
été invitées à s'habiller en rouge et à
poster leur photo toute de rouge
vêtue, sur les réseaux sociaux (sans
oublier le hashtag #GoRedForWomen
!), pour alerter le grand public sur le
risque de maladies cardio-vasculaires
chez les femmes. Les maladies cardiovasculaires sont souvent considérées,
Une nouvelle tendance émerge
outre-Manche. Elle prône deux jours
sans maquillage par semaine pour
laisser reposer son visage et paraître
plus jeune. Ce rythme 5 jours-2 jours
n'est pas sans rappeler le régime diététique 5 :2 avec ces deux jours de
restriction. Cette diète de la beauté
vaut-elle le coup ? Le point avec une
dermatologue.
On s'en sert quasiment tous les jours
pour camoufler les taches, les
marques de fatigue ou se donner
bonne mine avant d'aller au travail.
Mais le maquillage est-il vraiment un
bon réflexe pour notre peau ? Et s'il
accélérait le vieillissement ? C'est
toute la question posée par la tendance qui fleurit en ce moment en
Angleterre. Elle consiste à laisser "reposer" sa peau deux jours chaque semaine, pour éviter l'asphyxie par les
cosmétiques.
Une "théorie" anti-âge non prouvée
Le maquillage fait-il vraiment vieillir
? "Il n'est pas prouvé, à ma connais-
sance, que le maquillage accélère le
vieillissement de la peau ! objecte
Marie-Estelle Roux, dermatologue à
Paris. Ce qui est prouvé en revanche,
c'est que pour préserver la jeunesse
de sa peau, il faut l'hydrater, la protéger du soleil, et ne pas fumer". Si l'aspect anti-âge ne va pas de soi, moins
se maquiller présente tout de même
des avantages. "On limite les applications de produits chimiques sur la
peau, potentiellement allergisants ou
potentiellement irritants", précise la
dermatologue.
Les bons gestes maquillage qui
préservent la peau
Quid des accros aux cosmétiques ? Si
on fait partie des femmes qui se sentent "nues" sans maquillage, une alternative moins radicale que le
boycott de sa trousse beauté permet
tout autant de préserver sa peau.
D'abord, on choisit une texture adaptée à son type de peau, ce qui signifie
par exemple qu'on évite les fonds de
teint crème si on a la peau grasse. On
à tort, comme l'apanage de l'homme.
Cette idée fausse est démentie par les
dernières données disponibles en
France, qui montrent que les maladies
cardiovasculaires sont la première
cause de mortalité féminine.
Elles sont responsables de près
d'un décès sur trois (32 %) devant les
cancers, et tuent 7 fois plus de femmes
que le cancer du sein. Si elles tuent autant, c'est qu'elles sont souvent sousdiagnostiquées et qu'il y a une réelle
méconnaissance des facteurs de
risque. Une méconnaissance des facteurs de risque chez les femmes.
Beaucoup de médecins ignorent
qu'une femme dont l'un des parents a
eu un infarctus, a deux fois plus de
risques qu'un homme d'en faire un à
son tour.
C'est pourquoi les femmes, y compris les femmes jeunes, ne doivent pas
hésiter à consulter en urgence devant
une gêne dans la poitrine mais aussi
face à des vertiges, un essoufflement,
des nausées, une transpiration élevée
ou encore une fatigue inexpliquée. Ce
sont autant de signes qui pourraient
traduire un malaise cardiaque.
Moins se maquiller, une bonne astuce anti-âge ?
prend à la place une poudre non comédogène.
A l'inverse les peaux sèches doivent
opter pour une texture crème et un
blush crème. Un problème de peau
sur le visage peut être lié à un produit
cosmétique. On n'hésite pas à demander conseil à un dermatologue
qui orientera vers des produits adaptés à votre épiderme.
Autre précaution qu'on a tendance à
zapper, le filtre solaire : les peaux régulièrement exposées au soleil doivent utiliser des produits qui
contiennent un filtre solaire.
Aumônières
à l'orange
Pour 6 personnes
Ingrédients :
3 oranges
100 g de chocolat noir
100 ml de crème liquide
100 g de nougat mou
400 ml de lait demi écrémé
2 œufs
100 g de farine
25 g de sucre en poudre
Préparation :
1- Préparez la pâte à crêpes : mélangez le sucre et la farine. Faites
un puits au centre et ajoutez les
œufs un à un en mélangeant.
Versez progressivement le lait
tout en remuant délicatement.
Réalisez 6 crêpes dans une poêle
anti-adhésive légèrement huilée.
2- Faites 6 grands zestes de 10
cm dans les oranges, lavez et
pelez-les à vif et retirez les segments.
3- Dans une petite casserole,
faites fondre le chocolat cassé en
morceaux avec la crème liquide.
Ajoutez le nougat coupé en dés
de 2 cm de côté. Faites chauffer
2 minutes à feu doux de sorte
qu'il reste une partie du nougat
en morceaux.
4- Garnissez chaque crêpe de
segments d'orange et refermezles sous forme d'une bourse avec
les zestes. Servez avec la sauce au
chocolat-nougat tiède.
Retirer une tache de glue
sur un vêtement
parable pour
de glu ? Voilà l’astuce im
Votre vêtement est taché
vous en débarrasser !
Il vous faut:
– du vinaigre blanc
– un chiffon propre
– de l’eau chaude
Comment faire?
le de vinaigre blanc.
1/ Imbibez la tâche de col
minutes.
2/ Laissez agir quelques
uillé dans de
chiffon préalablement mo
3/ Tamponnez-la avec un
l’eau chaude.
à la machine.
en passant votre vêtement
4/ Terminez le nettoyage
Garder ses cheveux noirs
éclatants
Astuces pour équilibrer l'assiette de votre ado
Vous vous demandez comment faire pour que votre ado
mange plus sainement ? Vous aimeriez pouvoir changer
ses habitudes alimentaires ? C'est possible. Mais attention
à ne pas être trop radical et à partir dans l'excès, cela ne
fera que renforcer ses mauvaises habitudes.
Il mange du Nutella dès le matin et ça vous hérisse...
Certes, cette pâte à tartiner ultra-calorique doit être
consommée avec raison, mais en le frustrant et en lui imposant votre porridge aux fruits diététiquement correct,
vous ne ferez que le braquer.
« À l'adolescence, grandir sans grossir, c'est maigrir, rap-
pelle Nathalie Négro. Et l'objectif doit d'abord consister
à manger mieux plutôt qu'à manger moins. »
Alors, à moins que votre gourmand ne soit en réel surpoids, rusez plutôt qu'interdire car, ce qu'il ne mangera
plus à la maison, il l'avalera ailleurs. Je lui mets l'eau à la
bouche dès le petit déjeuner. Va pour la tartine de pâte à
tartiner mais associée à un jus de fruits 100 % pur jus,
ou à des tranches de kiwi et un yaourt. L'idée : varier les
plaisirs et les apports (glucides, lipides, protéines, fibres,
vitamines...).
Je diminue la densité énergétique du repas du soir. Deux
collégiens sur trois mangent dehors la journée.
C'est donc le soir que vous pouvez agir en démarrant le
repas par des crudités (misez sur une jolie présentation),
en cuisinant avec peu de matière grasse, en proposant
toujours des féculents et des légumes (pâtes à la ratatouille, risotto aux asperges, taboulé maison...), en évitant
les viandes et charcuteries grasses au profit d'une volaille
ou d'un filet de poisson (pané avec des herbes et une biscotte écrasée), en proposant un yaourt plutôt que du fromage, des fruits mûrs à point plutôt qu'une crème dessert
dite « riche en calcium ».
Je conserve les rituels. Les habitudes familiales sont rassurantes pour les ados.
Vous voulez garder votre couleur de cheveux noir corbeau ?
Suivez cette astuce !
Il vous faut :
– 450g d’eau
– 1/2 tasse d’aiguilles de romarin
(environ 25g)
– 1/2 tasse de feuilles de sauge
(environ 25g)
Comment faire ?
1/ Mettez les 450g d’eau à bouil-
lir, ajoutez le romarin et la sauge.
Laissez bouillir à feu doux pendant 30 minutes puis laissez reposer au moins 3h. Filtrez.
2/ Appliquez le mélange sur
toute la longueur de vos cheveux, des racines jusqu’aux
pointes. Laissez agir 10 minutes
puis rincer à l’eau tiède.
Répéter le processus plusieurs
fois pour un résultat garanti !
CAP OUEST
N°247 Jeudi 9 Avril 2015
CAN 2017
Sélection olympique algérienne
La CAN 2017 attribuée au Gabon
Frustration et interrogations
dans le camp algérien
Amine Farès
L
'information est tombée hier
vers les coups de 14 heures
tel un couperet pour les algériens, qui ne s'attendaient pas un
seul moment que le dossier, solide
pourtant, présenté et appuyé par d'autres pays africains, soit zappé par le
comité exécutif de la CAF d'une manière injustifiée, lors de la réunion
tenue hier au Caire.
Finalement et contre toute attente,
l'organisation de la CAN 1017 a été attribuée au Gabon, aux détriments de
l'Algérie que tout le monde voyait
17
SPORT
remporter logiquement l'organisation
du tournoi de part son engagement et
ses infrastructures.
Il faut dire que le jeu de coulisses a
joué un rôle décisif dans cette décision, comme cela a été relayé par tous
les interlocuteurs aussi bien sportifs
que politiques. En tous cas, l'Algérie,
candidate malheureuse pour l'organisation des Coupes d'Afrique des nations de 2019 et 2021, n'a pas été
compensée de ses efforts. Tous les regards était braqués sur la capitale
égyptienne où les assistants de
l'homme fort du football africain, le
Camerounais, Issa Hayatou, ont ba-
Pays hôtes
des précédentes éditions
Pays hôtes des précédentes éditions de la Coupe d'Afrique des nations
CAN, aprés la désignation mercredi du Gabon pour abriter la CAN-2017:
Année
pays hôte
vainqueur
1957
1959
1962
1963
1965
1968
1970
1972
1974
1976
1978
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
2000
2002
2004
2006
2008
2010
2012
2013
2015
2017
2019
2021
2023
Soudan
Egypte
Ethiopie
Ghana
Tunisie
Ethioipe
Soudan
Cameroun
Egypte
Ethiopie
Ghana
Nigeria
Libye
Côte d'Ivoire
Egypte
Maroc
Algérie
Sénégal
Tunisie
Afrique du Sud
Burkina Faso
Ghana-Nigeria
Mali
Tunisie
Egypte
Ghana
Angola
Gabon-Guinée équatoriale
Afrique du Sud
Guinée équatoriale
Gabon
Cameroun
Côte d'Ivoire
Guinée.
Egypte
Egypte
Ethiopie
Ghana
Ghana
RD Congo
Soudan
Congo
Zaire
Maroc
Ghana
Nigeria
Ghana
Cameroun
Egypte
Cameroun
Algérie
Côte d'Ivoire
Nigeria
Afrique du Sud
Egypte
Cameroun
Cameroun
Tunisie
Egypte
Egypte
Egypte
Zambie
Nigeria
Côte d'Ivoire
foué toutes les regèles de base de la
CAF. En effet, l'Algérie qui n'a pas organisé de CAN depuis 1990, était
pourtant bien partie devant le Gabon,
dont la dernière organisation remonte
à 2003. Aussi, le fait que l'organisation
du tournoi a été initialement retirée à
la Lybie, en raison de la situation sécuritaire, la CAF aurait logiquement
dû "laisser" la CAN dans cette zone
nord-africaine et du Maghreb, notamment après le forfait du Maroc lors de
l'édition précédente. Mais ce qui prête
à la confusion, c'est qu'au paravent la
CAF avait même confié l'organisation
de l'édition 2013 à la Guinée, sans que
cette dernière ne dépose aucun dossier.
Une vraie répartition à la tête du
client. Ceci dit, la frustration était à
son paroxysme hier dans le camp algérien. C'est du moins ce que s'est dégagé des propos tenus par le ministre
des Sports, Mohamed Tahmi, qui se
trouvait depuis lundi au Caire pour
justement espérer défendre davantage
le dossier algérien. "Cette décision
n'est pas logique et nous allons demander des comptes à la CAF, car sur
le plan technique, la candidature algérienne ne souffrait d'aucune contestation. Elle est de loin la plus
séduisante", ne cessait de répéter le
premier responsable du secteur des
Sports dans le pays, sur les ondes de
la radio nationale hier, insistant que le
dossier de l'Algérie était le plus solide
et que des intervenants extramuros
ont influé sur ce choix. Pour rappel, le
même dossier a été présenté pour la
candidature algérienne dans l'organisation des CAN-2019 et 2021, mais
qui a été voué à l'échec. Le Cameroun
et la Côte d'Ivoire respectivement ont
bénéficié de la ''bénédiction" des
membres du Comité exécutif de l'instance footballistique continentale.
L'Algérie
dans le
groupe J avec
Lesotho,
Ethiopie
et Seychelles
L'Algérie a été versée dans le
Goupe "J" des qualifications africaines
pour la CAN-2017 de football, dont
l'organisation a été attribuée mercredi
au Gabon, en marge de l'Assemblée
ordinaire de la Confédération africaine de football.
Les Verts évolueront aux côtés du
Lesotho, de l'Ethiopie et des Seychelles pendant cette phase de qualifications, prévue à partir du mois de
juin prochain.
L'Algérie était elle-même candidate à l'organisation de cette CAN2017, en compagnie du Ghana et du
Gabon, mais c'est finalement sur ce
dernier pays que la CAF a jeté son dévolu.
Les assistants de Shurmann,
démissionaires, non encore remplacés
Abderrahmane Hamel et Ali Lezzoum, qui viennent de quitter la
barre technique de la sélection algérienne olympique ne sont toujours
pas remplacés, au moment où
l'équipe enchaîne les regroupements
en vue des éliminatoires du championnat d'Afrique de la catégorie, un
tournoi qualificatif aux jeux olympiques (JO) de 2016 à Rio de Janeiro.
Hamel, l'entraîneur adjoint ainsi
que Lezzoum, l'entraîneur des gardiens de but, avaient réclamé la revalorisation de leurs salaires, mais
leur doléance est restée sans suite.
Le sélectionneur national, le
Suisse, André-Pierre Shurmann, dirige actuellement son quatrième regroupement des Verts sans ses deux
assistants en question. Il est aidé
dans sa mission par le préparateur
physique français, Pascal Faure, exmembre du staff technique du MC
Alger (Ligue 1, Algérie) lors de
l'exercice 2013-2014, a appris l'APS
auprès de la Fédération algérienne
de football (FAF). La direction technique nationale met aussi à la dispo-
sition du technicien helvétique, à
l'occasion de chaque stage, un entraîneur des gardiens de but affilié à
sa structure, en attendant de trancher le renforcement, ou non, de la
barre technique, ajoute-t-on de
même source. Les protégés de Shurmann ont entamé samedi un nouveau regroupement au Centre
technique de Sidi Moussa (Alger).
Le sélectionneur national, en place
depuis septembre dernier, a accentué la cadence du travail depuis
quelque temps. Rien que pour le
mois de mars passé, il a dirigé trois
stages. Les coéquipiers de Zineddine
Ferhat, dispensés des deux premiers
tours éliminatoires du championnat
d'Afrique, disputeront en août prochain le troisième et dernier tour.
La phase finale, prévue initialement en RD Congo, a été déplacée
au Sénégal. Elle aura lieu en décembre prochain et au terme de laquelle
les trois premiers au classement se
qualifieront directement aux JO2016 et le quatrième jouera un
match barrage.
Eliminatoires CAN 2015 U-23 (préparation)
La sélection du Soudan
en stage à Alger en mai
La sélection olympique soudanaise de football effectuera un stage
à Alger à partir du 9 mai prochain,
en vue du match retour face à la Tunisie, comptant pour le 2e tour qualificatif au championnat d'Afrique
des nations 2015 des moins de 23
ans (U-23) prévu au Sénégal , rapporte mercredi la presse locale.
Ce stage sera ponctué par deux
matchs amicaux face aux Olympiques algériens, les 12 et 18 mai à
Alger.
"Nous avons reçu un accord de
nos homologues algériens pour un
stage à Alger qui sera ponctué par
deux tests, ensuite nous partirons
pour Tunis pour jouer le match retour le 23 mai", a affirmé le sélec-
tionneur soudanais, Mohssen Essaid, cité par le site Kooora.
Le match aller entre la Tunisie et
le Soudan se disputera le 26 avril à
Tunis. De son côté, la sélection algérienne olympique, exempte des deux
premiers tours des éliminatoires du
championnat d'Afrique, disputera
en août prochain le troisième et dernier tour qualificatif.
La phase finale, initialement prévus en RD Congo, a été délocalisée
au Sénégal, et se jouera du 5 au 19
décembre prochain. Les trois premiers au classement se qualifieront
directement aux Jeux olympiques
JO-2016 de Rio de Janeiro, alors que
le quatrième jouera un match barrage.
Elections de la FIFA - (Hayatou)
"Les 54 fédérations
membres de la CAF vont
voter Blatter"
Le président de la Confédération africaine de football (CAF) Issa Hayatou, a annoncé mardi le soutien de la CAF pour le président de la Fédération
internationale (FIFA) Sepp Blatter, candidat à sa propre succession.
"L'ensemble des 54 fédérations membres de la CAF vont voter pour la
candidature de Blatter à qui il a notre soutien total", a affirmé Hayatou dans
un discours, à l'occasion de l'ouverture de la 37e assemblée générale ordinaire de la CAF au Caire (Egypte).
Réuni à Addis-Abeba (Ethiopie) les 19 et 20 septembre dernier, le Comité
exécutif de la CAF avait initié une motion de soutien à la candidature de
Blatter. "Son action en faveur de l'Afrique parle de lui. Pour nous, Blatter
reste l'homme de la situation", a-t-il ajouté.
Le Congrès électif de l'instance dirigeante du football mondial aura
lieu le lundi 29 mai 2015 à Zurich (Suisse).
Outre Blatter (78 ans), qui brigue un cinquième mandat, trois autres
candidats postulent à la présidence de l'instance mondiale : le prince jordanien Ali Ibn Al-Hussein, le Portugais Luis Figo et le Néerlandais Michael
van Praag.
18
FAF - Coupe d’Algérie (Demi-finales)
JS Kabylie
A chances égales
B. Nourhane
P
our le compte des
demi-finales de la
coupe d’Algérie,
deux superbes rencontres
sont au menu. Ce carré dAs
composé de formations,
dont certains ne s’attendaient pas, à l’instar du
Arba et le MO Béjaïa,
prouve amplement bien que
la surprise demeure toujours plausible, en dam
coupe.
En effet, si l’ASO Chlef et
l’ES Sétif sont des habitués
de la compétition, les deux
outsiders veulent marquer
avec des lettres en or l’histoire du football national, et
ce, par une qualification his-
torique. Il va sans dire que
les feux de la rampe seront
braqués sur le stade du 08
mai 45 où le spécialiste en la
matière, l’Entente de Sétif
en l’occurrence accueillera
le leader actuel du championnat, le MO Béjaïa. Sur
tous les fronts, le champion
d’Afrique semble être déterminé à gagner tous les trophées, dont la coupe
d’Algérie. Une compétition,
qui lui sourit souvent
comme en témoigne le
nombre record des trophées
récoltés. Mais, il n’en demeure pas moins que la résistance du club voisin, le
MO Béjaîa sera farouche
car, les poulains de l’entraîneur Amrani, se sont bien
comportés en déplacement.
D’ailleurs, ils sont arrivés à
ce stade de la compétition
grâce à deux victoires réalisée en dehors des bases, aux
dépens et par ordre du
MCO et de l’ASMO. En
outre, ce derby sera âprement disputé où il faut s’attendre à un jeu virile
sachant que le gagnant aura
un ascendant psychologique sur le perdant en
championnat où les deux
formations se disputent le
titre de champion. Dans
l’autre demi-finale, les débats semblent être plutôt
équilibrés, en dépit du fait
que c’est le RC Arba, qui
aura l’honneur d’accueillir
son adversaire du jour, à savoir l’Olympique de Chlef.
Ce dernier en mauvaise
posture en championnat et
qui risque une relégation
certaine s’il n’arrivera pas à
redresser la barre, fera le
forcing pour sauver sa saison par un titre qui fera oublier à ses supporters une
saison des plus catastrophique. Cet objectif va butter sur une équipe, du RCA
volontaire à souhait, qui n’a
de mot d’ordre que de composter le billet mis en jeu
menant à une finale, des
plus inédites. Pour les gars
du président Amani, cette
affiche tombe du ciel et ne
pouvait s’attendre à un adversaire qui demeure à sa
portée. Le rêve est donc permis pour le RCA, qui mettra, sans l’ombre d’un doute,
les bouchées doubles pour
espérer fouler le terrain du
stade du 5 juillet, pour une
finale qui restera graver
dans les mémoires.
Demain à 16h00
Sétif (08 Mai 45) : ................................ES Sétif – MO Béjaïa
Samedi à 16h00
Alger (Bologhine) : ............................ RC Arba– ASO Chlef
LFP 1 – Mise à jour
L'USMA pour mettre la pression sur le leader,
MCEE, CSC et NAHD pour le maintien
Les matchs USM Alger MC El Eulma, entre clubs
en forme sur le plan continental et CS Constantine NA Hussein Dey, entre candidats au maintien parmi
l'élite, se joueront vendredi
pour la mise à jour de la 24e
journée de Ligue 1 Mobilis
de football.
Des matchs prévus initialement le 28 mars dernier, en même temps que les
autres rencontres de la 24e
journée, mais qui furent reportés au 10 avril, à la demande des Usmistes et des
Sanafir, suite à la défection
de trois de leurs joueurs internationaux.
Les règlements en vigueur dans le football algérien autorisent en effet les
clubs à reporter un match si
leur effectif est amoindri par
l'absence d'un minimum de
trois internationaux, se
trouvant en équipes nationales.
Les matchs USMA MCEE (18h00 à Bologhine)
et CSC - NAHD (16h00 à
Hamlaoui) devraient donc
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
SPOrT
tenir toutes leurs promesses,
tant les quatre antagonistes
ne jurent que par la victoire,
bien que leurs objectifs dans
cette dernière ligne droite
du parcours soient diamétralement opposés.
Le NAHD (lanterne
rouge) et le MCEE (avant
dernier) vont se livrer en
effet à un duel à distance
pour le maintien en Ligue 1,
au moment où l'USMA
cherchera à revenir à une
longueur du leader et le
CSC (11e) de sauver sa peau
aussi.
Les Usmistes et les Eulmis vont aborder ce tournant décisif avec un moral
au beau fixe, après leur brillante qualification aux 1/8
de finale de la Ligue des
Champions africaine, respectivement contre l'AS Pikine (Sénégal) et l'Asante
Kotoko (Ghana).
De leur côté, le CSC et le
NAHD ont mis à profit le
dernier arrêt de la compétition pour bien préparer le
chaud duel qui les opposera
ce vendredi, et dont l'issue
sera probablement déterminante pour l'avenir de chacun d'entre eux.
Boudebouda ménagé,
Chafaï et Benmoussa
(USMA) réintègrent
le groupe (club)
Le défenseur de l'USM
Alger, Brahim Boudebouda,
blessé à un adducteur, s'est
contenté d'un footing pendant la séance d'entraînement
d’avant-hier
au
moment où ses coéquipiers
Farouk Chafaï et Mokhtar
Benmoussa, ménagés la
veille, ont réintégré le
groupe.
L'ancien latéral gauche
du MCA, vu la nature de sa
blessure, reste incertain de
participation au match en
retard contre le MC El
Eulma, prévu vendredi
(18h00) à Bologhine pour la
mise à jour de la 24e journée.
Benmoussa et Chafaï, en
revanche, ont augmenté
leurs chances de participer à
cette rencontre, en ayant ré-
intégré les entraînements
avec le reste du groupe
mardi.
Dimanche, pendant la
séance de reprise, le staff
technique des Rouge et
Noir avait récupéré quatre
autres joueurs, ménagés
jusque-là pour cause de
blessure.
Il s'agit du défenseur
Rabie Meah et des attaquants Zineddine Ferhat,
Mohamed Seguer et Manucho, au moment où Benmoussa (grippé), et Chafaï
(souffrant de douleurs à un
genou) s'étaient contentés
d'une séance de musculation sous la direction du
préparateur physique, Armand Sene.
Les Rouge et Noir
avaient bénéficié de deux
jours de repos à leur retour
de Dakar (Sénégal) où ils
avaient décroché le 3 avril
dernier leur qualification
aux 1/8 de finale de la Ligue
des Champions africaine
aux dépens de l'AS Pikine
(1-1 au retour et 5-1 à l'aller).
Azzedine Doukha
victime d'une agression
à Bouira
Le gardien de la Jeunesse
sportive de Kabylie (JSK), Azzedine Doukha, a été victime,
mardi, d'une agression lors du
match amical contre le Mouloudia de Bouira (MBB) au
stade Said Bourouba de
Bouira, a t-on constaté.
Une pierre lancée des tribunes a touché le portier kabyle à la tête lui causant une
légère blessure, ce qui a
contraint les responsables des
deux équipes de mettre fin prématurément à ce match pour
éviter d'autres incidents "Doukha est tombé après avoir reçu
un dur coup de pierre sur sa
tête, le blessant légèrement.
Il a reçu des soins sur place
avant de se relever sain et
sauf ", a indiqué à l'APS, son
coéquipier Kamel Yesli, qui a
condamné fermement cet acte
d'agression.
La JSK avait programmé
cette rencontre amicale en prévision de son prochain rendezvous prévu mardi prochain
face à l'Entente du Sétif à Sétif.
En amicale :
USM Bel Abbès 2 WA Mostaganem 1
Une victoire
et des enseignements
H.Kodat
La formation de l’USM Bel
Abbès a battu son homologue
du widad de Mostaganem sur
un score de 2buts à 1 dans un
joute amicale qui a permis au
coach Ali Mechiche de tirer
des enseignements et de peaufiner la réparation de sa troupe
pour la prochaine sortie face à
l’USM Alger dans une
confrontation ou les coéquipiers de khali n’ont d’autre alternative que la victoire. Les
locaux ont ouvert le score à la
21’ par Ghazali qui a su déjouer l’attention des défenseurs
Widadis pour tremper le gardien Belaouidetet suite à un
travail judicieux du jeune
Lebid. Deux minutes, Bengorine offre une opportunité à
Ghazali de corser l’addition
mais peina par manque de
concentration quoiqu’il se truvait devant des bois vides. En
deuxième période, l’entraineur
Ali Mechiche opéra des changements dans le but de donner
du temps du jeu à l’ensemble
de l’effectif, et ce sera autour de
Benchohra qui exécuta magistralement un coup franc à la
67’ qui ne laissa aucune chance
au gardien Widadi. Les poulains de l’entraineur Bentayeb
parviennet à réduire le score à
la 73’ par Benchaouche qui
prend à défaut le gardien
Chouih.
Composition des deux
équipes :
USM Bel Abbès : Jonathan
(Chouih), Bengorine, Yeghni
(Fergoug), Khali ( Bounouara),
Abdat, Garriche ( Abbassi),
Lebid (Ogbi), Bennai (Choubani), El mahi (Dieu Merci),
Ghazali (Achiou), Bounoua
(Tchikou). Entraineur Ali Mechiche
WA Mostaganem : Bemlaouidet, Khalil (Amine Djedid),
Bacha,
Hammou,
Benhmida, Benchaouche, Zernah, Touaoula, Meguenni,
Bendahmane, Belabdoune.
Ennraineur : Bentayeb Driss.
Arbitrage de M Belkatlane assisté de MM Bendida et Mestfaoui ( LWF de Sidi Bel Abbès)
Ligue 2 – JSM Béjaia
5 joueurs à l'infirmerie
Cinq joueurs de la JSM
Béjaia (Ligue 2 algérienne de
football) souffrent de différentes blessures et sont soumis à des soins particuliers,
indique mardi le site officiel
du club béjaoui.
Il s'agit de Brahim Zafour,
Tarek Bouabta, Zeghli Kamel,
Nabil Ait Fergane, et Bilel
Bensaha, qui se sont contentés mardi d'une séance de
soins, au moment où leurs
coéquipiers se sont entraînés
sous la houlette du technicien
français Stéphane Paille. Ce
dernier a dû faire appel aux
joueurs de la catégorie espoirs pour compléter le
groupe.
Au terme de la 25e journée, la JSM Béjaia qui reste
sur une victoire décrochée
samedi dernier à domicile
face à l'ESM Koléa (3-2),
pointe à la 12e place au classement de la Ligue 2 avec 32
points.
CAP OUEST
N°247 Jeudi 9 Avril 2015
CR Temouchent – JS Emir Abdelkader
LIRF - Groupe Ouest 25ème journée
Le leader en conquérant,
chaude explication à Hennaya
Zinou
A
cinq étapes de la
ligne d’arrivée, le
leader Maghnaoui
s’apprête à rendre visite au Hilal
El Bordj tout en étant déterminé à assurer un finish parfait. Face à un adversaire mal
en points, les cavaliers rouges
tenteront de se surpasser dans
l’unique espoir de maintenir
l’écart qui les sépare de leur
éternel rival, le Chabab de Hennaya. Celui-ci, refuse pour sa
part d’abdiquer et espère prendre le pas sur un sérieux outsider, l’USM Oran dans un match
à six points. L’absence du public
pour cause de huis clos pourra
se révéler bénéfique pour le «
Doyen », lui qui ne veut pas lâcher prise et fera de son mieux
pour mettre fin aux velléités du
CRBH. Tenu en échec lors du
weekend dernier par le CRT, le
NRB Bethioua compte mettre
les bouchées doubles pour renouer avec la gagne sachant
19
SPORT
que le Machâal de Sidi Chahmi
ne se présentera pas à Arzew
pour s’entendre conter fleurette.
A « Omar Oucief », le Chabab de Temouchent n’aura pas
la tâche facile face à la Jeunesse
de l’Emir Abdelkader mais les
protégés de Kebdani n’ont pas
l’intention de laisser filer encore des points chez eux. Par
ailleurs, le Chabab de Sfisef
sera sur du velours face à la lanterne rouge, le Chabab de
Bougtob. N’ayant plus rien à espérer dans cette joute, le der-
nier de la classe qui a quitté le
paysage de l’Inter régions avant
l’heure se contentera, sans
doute, d'une présence plutôt
physique. Tenu par l’obligation
du résultat, l’IRB Maghnia n’a
plus le droit à l’erreur face au
Sporting de Mecheria. Le Zidoria effectuera un long déplacement à Hassi R’Mel où les
locaux ne comptent plus faire
de cadeaux au premier venu à
l’heure où la Jeunesse de Guir,
toujours en difficulté, risque de
laisser des plumes face à la Jeunesse de Sig.
Vendredi à 15h00
Sfisef: ................................................CRB Sfisef – CRB Boughtob
Arzew: ....................................NRB Bethioua – MB Sidi Chahmi
Hennaya (Huis clos): ......................CRB Hennaya – USM Oran
Témouchent : ..................CRTémouchent – JSEmir Abdelkader
El Bordj: ............................................HBEl Bordj – ASBMaghnia
Maghnia: ............................................IRBMaghnia – SCMecheria
Mohammadia: ......................................................JS Sig – JS Guir
HassiR’mel: ........................USB HassiR’mel – ZSA Témouchent
Un sérieux test
pour le Chabab
Toujours en quête de soigner
son rang, le Chabab de Temouchent qui sombre durant cette dernière ligne droite lamentablement
dans le ventre mou du classement,
aura une chance inouïe pour gravir quelques échelons supplémentaires à l’occasion de la venue d’un
onze de Saint Remy pas forcément
solide hors de ses bases. Tenu par
l’obligation du résultat, le team Temouchentois n’a plus le droit à l’erreur et se doit de s’efforcer pour
améliorer sa position. Pour ce rendez-vous, le coach Kebdani devra
impérativement trouver la formule
adéquate à même de permettre au
onze rentrant de retrouver ses sensations. A priori, tout porte à
croire que le coach du Chabab optera d’emblée pour l’attaque à outrance histoire de mettre
davantage la pression dans le camp
adverse. Le plus grand souci que se
donne Kebdani réside, par ailleurs,
au niveau du l’animation offensive
HB El- Bordj – ASB Maghnia :
Azouz Med (défenseur HBEB)
« Le leader n’a rien
a espérer »
Groupe Centre Ouest 25eme journée
Les oraniens… sans trop y croire
S.Reda
A six journées de la clôture
du championnat, les clubs représentant l’Ouest dans ce
groupe Centre-Ouest, ne semblent plus, vraiment croire en
leurs chances de décrocher le
sacre ou de conforter le maintien.
Actuellement, les trois formations les mieux lotis du point
de vue hauteurs du classement,
à savoir, l’IRB Aïn El-Hadjar,
l’USB Tissemsilt et le FC Frenda
(5eme, 6eme et 7eme ) , sont
loin à plus d’une dizaine de
points par rapport au trio de
tête. Quant aux trainards, en
bas du tableau que sont, l’ESB
Dahmouni, l’AR Ghriss et el
WAB Tissemsilt, ils peuvent
toujours sauver leur saison en
se maintenant dans cette division, mais cela ne sera pas du
gâteau en raison du nombre
d’équipes qui luttent pour cela ;
Vendredi à 15h00
Ouargla (Opow) ............................CRB our – ESB Dahmouni
Hydra ............................................Hydra AC – CRB Aïn Oussera
Ain Defla ............................SC Aïn Defla – MB Hassi Messaoud
Boukadir ........................................CRB Boukadir – FCB Frenda
Tissemsilt (Opow) ..............USB Tissesmilt – ORB Oued Fodha
Mouzaia ................................................IB Mouzaïa – ARB Ghriss
Djelfa (Opow)............................IR Ouled Naïl – IRB Aïn Hadjar
Vendredi à 13h00
Ouargla (Opow) ............AT Hassi Messaoud - WAB Tissesmilt
"Terminer la saison
à une place honorable"
Depuis que Maza a été installé
de nouveau à la barre technique
du Nadi de Béthouia, beaucoup
de choses ont changé et l'équipe
a réalisé de bonnes choses. suivons-le pour en savoir plus sur la
vie de son actuel club.
Cap-Ouest: cheikh! tout le
monde dit que depuis votre retour à Béthouia,il y a eu énormément de 'positif '.vrai ou
faux?
Maza: je ne fais que mon tra-
B.A.B
Remis en confiance par les
deux dernières victoires de suite
notamment celle ramenée lors de
la de la précédente journée du
sud plus précisément de Bougtob
, le groupe semble maintenant
empreint d’un esprit de gagneur
et que de ce fait est déterminé
pour assurer le maintien de
l’équipe qui sera a la réception
demain de l’ASBMaghnia drivé
par Oundadji Kaddour qui
comme chacun le sait mène la
danse du bal avec quatre points
de plus sur son plus proche rival
ou en prévision de cette joute a
enjeu notre journal a sollicité le
jeune milieu de terrain Azouz
Mohamed
qui
s’exprimera
comme suit « maintenant que le
groupe a repris confiance suite
aux deux victoires qui nous totalement revigorés aucune
équipe ne nous fait peur même
si c’est le leader ASBMaghnia
qui avec tout mon respect pour
cette équipe elle n’a rien a espérer car les trois points resterons
sur le terrain de Bordj qui d’ailleurs on a pas d’autre choix si
nous voulons sauvé l’équipe de la
relégation «
IR Mouzaia – ARB Ghriss
NRB Béthouia - MB Sidi-Chahmi / Maza (ent NRBB)
AOMAR.B
où le Chabab éprouve jusque là les
beaucoup de difficultés à trouver
les chemins des filets. En l’absence
d’un détonateur capable de placer
les attaquants Benouar et Mouffok
dans des situations idéales, le
coach Temouchentois ne dispose
pas vraiment de l’embarras du
choix pour mettre en place une
stratégie offensive efficace à souhait.
Seul le travail collectif demeure
à notre sens la clef de la réussite.
La solution pourrait venir, pourquoi pas, des hommes de couloir
où l’apport des demis excentrés et
même l’appui des arrières latéraux
est souhaitable pour tenter de
créer le surnombre. Pour sa part,
la formation banlieusard Oranaise
voudra se contenter du nul et se
présentera certainement avec
l’idée de fermer le jeu. Alors le
Chabab réussira t-il à déverrouiller le réseau ultra défensif desvisiteurs ?
vail et ma mission a toujours été'
d'éduquer, de former et de mettre
sur pieds une équipe qui est capable de réaliser des résultats qui
donnent le sourire.
C/O: votre équipe occupe
une place au milieu du tableau
.pensez qu'elle mérite mieux?
MM: notre objectif qui est le
maintien est réalisé et on terminera inch'ALLAH' la saison à une
place honorable.et nos jeunes feront certainement de très bonnes
choses la saison prochaine.
C/O: leNRBB est-il capable
de battre le MBSC , vendredi
prochain à Arzew?
MM:les joueurs se sont bien
préparés pour le prochain match
et ils sont déterminés à réaliser un
bon résultat sur la pelouse du
stade 'kerdoussi'.
C/O: serez-vous à la barre
technique du nadi de Béthioua
la saison prochaine?
MM : les dirigeants de l'équipe
de Béthioua ont toujours été correct avec moi et à la fin de la saison , on se réunira et on parlera de
tout pour que le NRBB joue les
premiers rôles durant l'exercice
2015-2016.
Avec quel esprit vont
évoluer les Ghrissi ?
B.A.B
Comme chacun le sait notamment ceux qui suivent de prés
l’évolution du palier de l’inter région centre ouest savent que le
Amal de Ghriss sous la houlette
de son nouvel entraineur Bott
Touffik est l’objet d’un retour en
force qui a contribué a faire déguerpir l’équipe de la position de
lanterne rouge et qui est en passe
de réussir le maintien , or a la
veille du déplacement a Mouzaia
ou l’équipe aura a en découdre
avec l’IRMouzaia qui est lanterne
rouge et dépassé par 6 points par
les banlieusards de Mascara , c’est
pour dire que cette joute sera a
enjeu pour les deux équipes , les
joueurs sont montés au créneau
pour revendiquer leu du que le
président leur avait promis et
que jusqu'à hier matin (mercredi ) les joueurs attendait
toujours un geste de leur président Boudjebha Mokhtar qui
n’a donné plus de signe au
grand désespoir de l’entraineur
Bott qui dira a ce sujet « je décline toute responsabilité pour
tout ce qui peux arrivé car en ce
qui me concerne j’ai tout fait
pout raisonner les joueurs mais
qui de leur coté méritent aussi de
la compréhension et j’ai peur que
tout ce qu’on a fait va tomber a
l’eau «
20
SPORT
LRF Saida 6 Régionale deux «A»
23 ème journée
LRFO - Régionale « 1 « 23ème journée
Vers le statu quo
S.Reda
C
ette 23ème journée sera profitable au deux
prétendants au sacre final,
en effet l’IRB -El-Kerma
aura l’avantage de jouer
dans son fief face au CRB
El-Amria qui se trouve
dans le ventre mou du classement et de ce fait les Keramaois
pourront
engranger les trois points
de la victoire sans trop d’effort , il en sera ainsi pour
son dauphin , Sidi-Brahim ,
lequel aura la visite de SidiM’hamed-Benali qui a déjà
presque sauvé sa saison ,
mais attention à l’excès de
confiance .
Plus loin derrière ; Bendaoud qui ne risque rien
pour la suite du classement
ira à Nedroma , tout
comme les »Gaziers » d’Arzew qui auront la visite de
l’ICS Tlemcen dans une
rencontre à priori sans
risque pour les deux
équipes.
Les gars de la corniche
se rendront à Mazouna
pour les formalités, par
contre leur voisin de Mers-
El-Kebir est tenu par le résultat.
Mazouna : .................. CRB Mazouna – CRB Ain-El-Turck
Ain-Tedeles : ................CB Ain-Tedeles – Majd/Zemmora
Nedroma (opow) : ..............ASB Nedroma – CR Bendaoud
Sidi-Brahim : JR Sidi-Brahim – IRB Sidi-M’hamed –Benali
El-Kerma: ..........................IRB El-Kerma – CRB El-Amria
Mers-El-Kebir : ............................AS Marsa – MCB Hadjadj
Samedi à 15h 30’
3.F.Amarouche : ....................GS Sidi-Khaled – Nasr/Senia
Arzew : ......................................O.Arzew- ‘3’- ICS Tlemcen
Choc à Hellel
Le match choc de cette
23ème journée, sera sans
aucun doute la rencontre
entre le KRB Hellel et le CRB
Bouguirat , tout deux tenu
par un résultat positif pour la
suite des joutes pour ne pas
s’éloigner du haut du tableau.
A un degré moindre, SidiAli, un autre prétendant aura
la visite de la formation de
l’US Mostaganem qui occupe
la dixième place dans le tableau. Par contre le leader du
groupe, l’ARB Kheireddine
sera en confiance face à la
lanterne rouge Mers-El-Hadjadj .
Vendredi à 15 h 30’
Oran (Toula) : ......................CC Oran – WRB Djidiouia
Sidi-Lakhdar : .... IRB Sidi-Lakhdar – WB Oued-Rhiou
Hillil : ..................................KRB Hillil – CRM Bouguirat
Sidi-Ali (huis clos) : ....CRB Sidi-Ali – US Mostaganem
O/Djemaa : ..IRB Oued-Djemaa – IRB Oued-El-Kheir
Samedi à 15 h 30’
Ain-Tedels : ..ARB Kheir-Eddine – CRB Mers-El-Hadjadj
Hillil : ............................................NRB Sirat- RCG Oran
Exempt : ........................................................IRB Fornaka
Régionale « 2 » - 23ème journée G/B
Un fauteuil tant convoité
S.Reda
Des cinq, pour l’heure, en
pole position pour le sacre, le
CS Beni-Saf parait le mieux
placé pour le conserver pour
le moment, mais devrait être
vigilant face au KS Oran, lequel ne viendra pas en victime expiratoire à Beni-Saf.
Les déplacements d’Azzouz
Co-leader à Sidi-Bel-Abbes
pour affronter Saada F.C, ne
sera pas facile à négocier, il en
sera de même pour la
confrontation entre Hammam-Bou-hadjar et MC SidiAli-Boussidi. A Oran,dans le
bas du tableau , le Read de la
« cité petits » n’aura pas droit
à l’erreur devant le RC Lamtar.
Enfin l’indécision planera
sur la rencontre IR ChebikiaWR Sebdou ouverte à tous
les pronostics.AS Sidi-Lahcene et le FCK Sidi-Yagoub
qui se déroulera le Samedi et
qui sont touchés par le spectre de la relégation devront se
départagé dans une rencontre à priori très chaudes.
Vendredi à 15 h 30’
Boukhanéfis : ....................ORC Boukhanefis – JP Beni-Saf
H/B/Hajar : ....US Hammam-Bou-Hajar – MC Sidi-Ali-Boussidi
Sabra : ..........................................ARB Sabra – CRB Merine
Oran (Benahmed) : ..........................RC Oran – RC Lamtar
Beni-Saf : ..........................................CS Beni-Saf – KS Oran
3. F.Amarouche : ..............................FC Saada – AS Azzouz
Samedi à 15h 30’
Maghnia : ....................................IR Chebikia - WR Sebdou
Boukhaneis : ..............AS Sidi-Lahcène – FCK Sidi-Yagoub
FC Saâda – AS Azzouz
Le Feth pour la confirmation
H.Kodat
Lors de cette confrontation, le FC Saâda, et après un
parcours euphorique lors de
la phase retour, ou il s’est farouchement extirpé de la
zone des turbulences grâce au
retour des anciens dirigeants
et à leur tête M Lagab
Bouazza et de l’entraineur
Habib Belhairane, s’apprête à
accueillir ce vendredi l’une
des formations qui refusent
d‘abdiquer et garde toutes ces
chances pour se mêler à la
course au titre.
Ainsi, les coéquipiers du
capitaine Soltani , et après
avoir tenu en échec le WR
Sebdou un des candidats potentiel au titre, devront garder cette dynamique positive
et glaner les trois points synonyme d’assurance pour le
reste du parcours, quoique la
mission cette fois ci sera rude
face à une formation de l’ AS
Azzouz qui voyage plutôt
bien. En somme, les adeptes
du beau football auront droit
à une joute qui sera caractérisé par un football de qualité. Souhaitons seulement
que le fair play sera au rendez
vous.
Après avoir battu le favori
L’IRBOE Kheir relance le championnat
M.GUENDOUZ
L’ARB Kheiredine lors de
la précédente journée, l’IRBOE Kheir relance le championnat car les autres
prétendants le CRM Bouguirat et le CRB Sidi Ali reprennent espoir.
Malgré toutes les ficelles
et tentatives utilisées, les
gars de Tounin ont mordu
la poussière a O Kheir.
Cette contre performance
du leader permet au CRM
Bouguirat de revenir a un
point et au CRB Sidi Ali de
ne pas se faire distancer da-
vantage. Même les autres
outsiders Fornaka et le KRB
Hillil croient encore en
leurs chances.
En tous les cas, le futur
champion sera un club de la
wilaya de Mostaganem.
Pour ce qui est de la rélégation, le CRBME Had-
Le leader Tizi en vacance mais
les menacés sous pression
B.AB
Vendredi à 15h 30’
Régionale « 2 » – 23ème journée G/A
S.Reda
CAP OUEST
N° 247 Jeudi 9 Avril 2015
jadj (12 points)est un sérieux candidat a moins
d’un miracle, le WBO
Rhiou, l’IRBS Lakhdar et a
un degré moindre l’USMosta doivent se ressaisir
avant que ce sera trop
tard. A bon entendeur
Salut.
Ayant assuré lors de la précédente journée son accession au
palier supérieur , le leader CRB
Tizi qui nanti maintenant de 15
points sur son proche rival va
pour le reste des matchs restants
évoluer sans pression comme il
sera le cas lors de cette journée
en déplacement chez le menacé
par la relégation le CEBS Cheikh
qui voudra profiter de cette aubaine , sauf que la 2 ème place
reste très convoité par un trio
dont le dauphin GCB Mascara
qui est décidé a s’imposer devant
RC Naama qui n’a rien a espérer
fin de garder sa distance avec
l’outsider CRB Takhmaret qui est
attendu de pied ferme par
l’IRBO Taria qui veux gagner
pour réduire les 4 points qui les
séparent , et c’est le cas aussi pour
ES Boukhors qui aussi n’a pas renoncé a rester dans le podium va
évoluer sur du velours devant EB
Boucherit qui est déjà en vacance comme la JS Bouchekit
qui réceptionne le MC Ain Fares
qui se présentera pour repartir
avec les trois points qui lui assureront le maintien , contrairement au CRB Maamora qui est
l’objet d’une défalcation de 6
points pour tricherie ce qui a
contribué a le faire glisser a
l’avant dernière place du classement va devoir réagir face a
IRBO Khaled qui est aussi a la
recherche de points , ce qui est le
même cas de figure aussi le cas
pour ES Ain Fekan qui ne devra
a aucun cas rater l’opportunité de
faire le plein chez la lanterne
rouge CRBE Ghomri qui a priori
est démobilisé sachant qu’il n’a
plus rien a espérer.
Vendredi à 14h 30’
Bouchekif ....................................JSBouchekif - MCAin Faress
O/Taria ................................IRBOued Taria - CRBTakhmaret
Maamora ..........................CRBMaamora - IRBOuled Khaled
Ghomri ........................................CRBEGhomri -ESAin Fekan
Bayadh ..............................................CEBSid Cheikh- CRBTizi
Boukhors ........................................ESBoukhors- EBBoucherit
Meflah................................................ GCBMascara- RCNaama
IRBYoub ..........................................................................exempt
Régionale deux “B” 23 ème journée
Cette journée sera -t-elle celle
de l’échappée du CR Mahdia
Si pour le groupe » A « celui qui
accèdera a été connu avant
terme du championnat lors de la
précédente journée , ce qui n’es
pas le cas pour ce dernier ou le
suspense demeure entier et ce
aussi pour ce qui est de la relégation , cependant cette journée
pourrait favorisé une échappée
du leader CR Mahdia du fait
qu’il sera a la réception de IRB
Zahana qui reste sur un faux pas
a domicile devant la lanterne
rouge CSM Oursenis , alors que
son dauphin NRB Lardjem qui le
talonne de 4 points sera en sortie
périlleuse chez USCO Saida qui
lutte pour sa survie ne va pas être
facile a manier dans son fief ,
idem pour l’outsider WABA Kermess qui sera face au FBO Brahim qui veux rester en course
pour le podium , même cas de figure pour le MCE Bayadh qui
est attendu de pied ferme par
l’un des deux derniers du classement a savoir le CSM Ouarsenis
qui a repris confiance après sa
victoire a Zahana ne voudra surement pas rater l’occasion d’une
deuxième qui lui permettra de
garder espoir pour le maintien
qui est aussi visé par ES Ain
Sefra qui sera l’hôte d’une équipe
en vacance en l’occurrence ES
Sehaouria tout comme IRBOE
Abtal qui a rater sa saison sre a
la réception de l’ASNG Saida qui
fait partie du groupe des équipes
qui luttent pour le maintien , qui
aussi convoité par l’IR Bougtob
qui risque de rester ancré a la
dernière place du fait qu’il sera
en virée chez CRB Rechaiga qui
veux assurer totalement son
maintien , enfin seul match sans
enjeu qui va se jouer sans pression sera celui entre les cheminots de Mascara et les sudistes
du ROKhemisti qui comme le
veux la logique effectuera ce long
déplacement avec une équipe rajeunie pour préparer la prochaine saison.
Vendredi à 14 h 30
Sehaouria .............................................. ESSehaouria - ESAin Sefra
Saida ......................................................USCOSaida -NRBLardjem
Mahdia ........................................................ CRMahdia -IRBZahana
Kermes ..............................................WABAKermess- FBOBrahim
Ouarsenis ..........................................CSMOuarsenis- MCEBayadh
Rechaiga ..................................................CRBRechaiga -IRBougtob
O/Abtal ....................................................IRBOEAbtal -ASNGSaida
Samedi à 14 heures
Meflah ......................................................GLMascara- ROKhemisti
CAP OUEST
N°247 Jeudi 9 Avril 2015
Handisport – Handibasket, Goal-ball et powerliing
Les finales des championnats
d'Algérie ce week-end
L
a Fédération algérienne handisports (FAH) organise les
finales des championnats
d'Algérie de handibasket (dames),
goal-ball (hommes) et de powerlifting (hommes et dames) les vendredi, samedi et dimanche, a-t-on
appris mardi auprès de l'instance fédérale. La finale du National de
handibasket (dames) aura lieu vendredi et samedi à la salle OMS de
Ain Turc (Oran). La compétition
désignera, après deux jours de compétition, le champion d'Algérie saison 2014-2015 et permettra
d'établir le classement des huit meilleures équipes algériennes dans la
discipline pour la saison en cours.
Les huit équipes engagées sont:
Ouargla (championne d'Algérien en
titre), Khouloud Saida (Saida), Ibtissama Oran, Khobzi Mokhtar
(Biskra), 8-mars Mostaganem,
Hodna M'Sila, Amel REl Ouaha
(Ouargla) et Nour El Eulma.
La salle de Boufarik abritera,
quant à elle, le tournoi play-off de la
super division de goal-ball
(hommes), samedi à partir de
09h00. Le tournoi sera "très relevé",
selon les spécialistes de la discipline,
puisqu'il réunit les meilleurs clubs
Distinction
Bouraada en course
pour le titre
de meilleur athlète
arabe 2014
L'athlète algérien Larbi Bouraada, spécialiste du décathlon,
est en course pour le titre de meilleur athlète arabe 2014, a indiqué
l'Union arabe de la presse
sportive. Bouraada est nominé en
compagnie du Tunisien Oussama
Mellouli, de l'Egyptien Ihab Abderahmen, du Jordanien Abderahmen El-Mostafa, du Qatari
Mouatez Aissa Berchem, du Bahreini Khmiss Abbas et du Marocain Abdekabir Oudar.
Le nom du vainqueur sera annoncé lors d'une cérémonie qui se
déroulera le 21 avril à Doha, avec
la participation de plusieurs journalistes du monde arabe.
Plusieurs activités dont l'inauguration du stade Rayan, enceinte
choisie pour recevoir des matchs
du Mondial-2002, sont prévues
en marge de la cérémonie de remise des prix.
21
SPOrT
de la nationale dont le champion en
titre, le Wifak Alger qui mettra son
titre en jeu. Outre le Wifak, la compétition mettra aux prises trois autres clubs: Ines Alger, Etoile filante
Boufarik et Khenchela.
Les équipes se rencontreront
entre elles. Celui qui récoltera le
plus de points, sera désigné champion d'Algérie de la saison 20142015. La troisième compétition
programmée ce week-end concernera la discipline de powerliing
(hommes et dames) où 132 athlètes
sont attendus, les 11 et 12 avril à la
salle de Bousmail (Tipasa) pour
prendre part à la finale du championnat d'Algérie (tournoi final qui
clôturera la saison).
Les 132 athlètes participants
dont 46 filles représenteront douze
(12) équipes : Amir Aek (Tighennif), Salam (Mascara), Machaal (Bir
Mourad Rais), CNN (Necira Nounou), Takoua Meah (Alger), Ain
Kercha (Oum El Bouagui), Noumedia (Constantine), Nour M'Sila,
Eclair (Oran), Ain Merane (Chlef),
Amel Boussaada et une seconde
équipe représentant la ville d'Oum
El Bouaghi. "Deux plateaux seront
mis en place pour les vingt catégories de poids (10 chez les hommes
et autant en dames) afin de mieux
maîtriser les épreuves et faciliter le
travail des douze arbitres retenus
pour la compétition dont trois internationaux désignés par la Fédération algérienne d'haltérophilie
(FAH)", a indiqué le directeur de
l'organisation sportive (DOS) Ait
Said Mansor. Interrogé sur la participation "appréciable" des powerlifteurs à la finale du championnat
d'Algérie, Mansor ajoute que " le
leitmotiv des athlètes sera évidemment une place en équipe nationale
de powerliing. Les places en sélection nationale sont devenues chères
et chacun des participants sait qu'il
faudra fournir des efforts colossaux
pour être, dans le futur, sélectionnable par le staff technique national".
Tennis
9ème tournoi international du circuit ITF juniors
Du 25 avril au 2 mai à Tlemcen
Le 9ème tournoi international
du circuit ITF juniors de tennis
grade 3 aura lieu sur les courts en
terre battue de Mansourah (Tlemcen) du 25 avril au 2 mai, a-t-on appris auprès des organisateurs.
Organisée par la ligue de wilaya
de tennis de Tlemcen en collaboration avec la direction de la jeunesse
et des sports de la wilaya, cette compétition verra la présence de tennismen et tenniswomen de plus de 22
pays d’Afrique, d’Europe, d’Amérique et d’Asie, qui ont confirmé
leur participation.
Les joueurs nominés entreront
en lice au tableau des finales prévues
du 27 avril au 2 mai, dans ce tournoi
qui sert à améliorer le classement
mondial des participants, en plus de
deux titres mis en jeu.
Les deux premières journées du
tournoi, les 25 et 26 avril, sont ré-
servées au tableau des qualifications
avec la participation de huit Algériens en simple filles et garçons.
L’Algérie sera représentée, dans le
tableau final de ce tournoi international junior du calendrier fédéral
2015, par 8 athlètes dont 4 filles.
L’arbitre international algérien,
Hakim Fateh est désigné en qualité
de juge-arbitre
Evaluant la situation à quelques
jours de la compétition, le directeur
du comité d’organisation, Mohamed
Bessaad a déclaré : "Les six courts
du Tennis club de Mansourah ont
été refaits. Les jeunes tennismen en
herbe évolueront sur des courts de
qualité". Pour la réussite de ce rendez-vous sportif international, la direction de la jeunesse et des sports
de la wilaya de Tlemcen a installé
des gradins de 200 places, a-t-on
encore souligné.
Championnat d'Afrique U18
Basket-ball
Division nationale "dames"
2eme tournoi des Play-offs
ce week-end à Alger
Le deuxième tournoi des Playoffs du championnat d'Algérie de
basket-ball, division nationale
"dames", se déroulera ce week-end
à la salle du Caroubier (Alger),
avec à l'affiche le match MT Sétif GS Pétroliers. A l'issue du 1er
tournoi, disputé le week-end dernier à Batna, le GS Pétroliers,
champion d'Algérie sortant, et le
MT Sétif restent les deux équipes
encore invaincues lors des Playoffs. La deuxième phase du championnat se dispute sous forme de
tournois regroupant six clubs,
dont le premier au classement sera
sacré champion d'Algérie de la saison 2014-2015, et représentera
l'Algérie à la Coupe d'Afrique des
clubs champions.
Programme du 2e tournoi Play-offs :
Vendredi :
15h00 : ............................................................MT Sétif - GS Pétroliers
16h30 : ..............................................................USA Batna - OC Alger
18h00 : ..........................................EC El-Biar - Marine Hussein-Dey
Samedi :
10h00 : ........................................................GS Pétroliers - EC El-Biar
11h30 : ..................................................................MT Sétif - OC Alger
13h00 : ..........................................USA Batna - Marine Hussein-Dey
Super Division A (25eme journée)
Résultats et classement à l'issue de la 25e journée du championnat
d'Algérie de basket-ball, Super-Division A, disputée mardi:
WA Boufarik - OMS Miliana........................................................70-76
AB Skikda - GS Pétroliers ............................................................81-89
O. Batna - CS Constantine............................................................79-68
NB Staouéli - IRBB Arrèridj ........................................................77-69
CRB Dar El-Beïda - NA Hussein-Dey ........................................73-60
CSMBB Ouargla - USM Blida ......................................................63-67
Exempt: ......................................................................................US Sétif
Classement
1. GS Pétroliers
2. US Sétif
3. IRBB Arrèridj
4. CRB Dar El-Beïda
5. NA Hussein-Dey
6. AB Skikda
--. NB Staouéli
--. O. Batna
9. CS Constantine
10. OMS Miliana
11. WA Boufarik
--. USM Blida
13. CSMBB Ouargla
Pts
J
45
42
39
38
37
33
33
33
32
31
28
28
27
23
23
23
22
23
23
23
23
24
23
23
22
23
Handball
Division Excellence (messieurs)
Programme de la 2e journée des Play-offs du championnat d'Algérie
de division Excellence de handball (messieurs).
Vendredi à (15h00):
A Skikda : ......................................JSE Skikda - GS Pétroliers
A Baraki : ......................................CRB Baraki - CR Bordj Bou Arréridj
Saïda : ............................................MC Saida - ES Ain Touta
National Une (messieurs)
2e journée des Play-offs
Inès Ibbou en quart de finale
Programme de la 2e journée des Play-offs du championnat d'Algérie
de Nationale Une de handball (messieurs)
L'Algérienne Inès Ibbou s'est qualifiée aux quarts de finale du Championnat d'Afrique U18 de tennis, organisé du 4 au 11 avril au Caire (Egypte)
suite à sa victoire avant-hier (6-3, 6-1) devant la Marocaine Zineb El
Houari. Dans le tableau double, l'Algérienne a été moins chanceuse,
puisqu'elle s'est inclinée avec son équipière tunisienne Chiraz Bechri contre
la paire égyptienne Hana Mortagy et Sandra Samir (6-4, 1-6, 10-8). Ibbou
(16 ans) est la seule représente algérienne encore en lice dans ce tournoi,
puisque ses trois autres équipiers, Sihem Sahli et Saâdia Belhadj chez les
filles et Fazil Habbouche chez les garçons, ont été éliminés dès les premiers
tours. Exemptée du 1er tour disputé dimanche, Ibbou a démarré par une
belle victoire (6-0, 6-0) contre la Namibienne Lize Elfrida Moolman, avant
d'enchaîner (6-3, 6-1) contre la Marocaine Zineb El Houari, décrochant au
passage son billet pour les quarts de finale.
Vendredi à (15h00):
A Barika : ..................................AB Barika - NRB Djemila
A Ouargla : ..................................WAB Ouargla - CRBEE Alger Centre
A Arzew : ....................................ES Arzew - IC Ouargla
Nationale Une dames (mise à jour)
Programme des matchs comptant pour la mise à jour du calendrier
du championnat d'Algérie de handball, Nationale Une dames
Vendredi à (11h00):
A Bordj El-Kiffene : ......................GS Pétroliers - OJS Constantine
A Saida : ........................................HHB Saïda - ESFOR Touggourt
A Mila : ..........................................HC Mila - HBC El-Biar
Cap
Meteo
Oran
27°C
Temps clair
Alger
26°C
Temps clair
Annaba
18°C
Temps clair
N°247 Jeudi 9 Avril 2015
Alexis Tsipras à Moscou
H’NA FI H’NA
Une visite qui passe mal en Europe
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras rencontrait mercredi Vladimir Poutine au Kremlin, lors d'une visite que les
Européens considèrent avec méfiance en
raison des positions conciliantes du
nouveau pouvoir grec à l'égard de la
Russie, sur fond de crise ukrainienne.
Arrivé dans la capitale russe mardi soir,
Alexis Tsipras, taxé par certains analystes de cheval de Troie de la Russie en
Europe, a déposé dans la matinée une
gerbe au mémorial du Soldat inconnu,
près des murs du Kremlin, avant d'être
reçu à partir de 13 heures (10 heures
GMT) par le président russe.
"L'objectif de cette visite, c'est que
nous prenions un nouveau départ dans
nos relations, dans la recherche de la
paix et de la sécurité" en Europe, a déclaré Alexis Tsipras en préambule à cette
rencontre. Vladimir Poutine a insisté sur
la reprise des relations économiques
entre les deux pays, dont les échanges
ont diminué quasiment de moitié en
2014. "Nous devons analyser ce que
nous pourrions faire ensemble pour rétablir" ces échanges, a expliqué le président russe.
Alors que des points de blocage subsistent entre la Grèce et ses créanciers
(Union européenne et Fonds monétaire
international) en vue du déblocage
d'une tranche vitale d'aide financière,
cette visite suscite l'inquiétude de ses
partenaires européens.
Le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, s'était voulu rassurant mardi,
affirmant que la crise grecque devait "se
résoudre dans le cadre de la famille européenne", manière de dire que la Grèce
ne cherchait pas d'aide financière ailleurs qu'auprès de ses partenaires européens.
L'UE a déjà fait part de son agacement en rappelant que les questions
commerciales relevaient de sa compétence exclusive et demandant à ses États
membres à parler d'une seule voix.
"Pourquoi est-ce que quand un pays agit
en suivant ses propres intérêts, cela est
tout de suite vu comme une violation de
la solidarité européenne ?" a déclaré
pour sa part le chef de la diplomatie
russe Sergueï Lavrov.
Mosquées en France
"Boubakeur est dans une stratégie
de communication"
Le recteur de la Grande Mosquée de
Paris veut doubler le nombre de mosquées "d'ici deux ans". L'objectif est peu
réaliste et répond surtout à des fins politiques.
Prières dans la rue, lieux de culte
bondés : le manque de mosquées en
France et ses conséquences sont régulièrement mis en avant par les responsables
musulmans. Samedi, le président du
Conseil français du culte musulman
(CFCM), Dalil Boubakeur, a apporté sa
solution au problème : doubler le nombre de mosquées "d'ici deux ans". À l'occasion du Rassemblement annuel des
musulmans de France, organisé par
l'Union des organisations islamiques de
France (UIOF) au Bourget, le recteur
de la Grande Mosquée de Paris a estimé que, pour "les sept millions de
musulmans" de France, les édifices actuels ne "suffisent pas".
Leur nombre s'élèverait aujourd'hui à 2 450, selon un rapport
d'information du Sénat du 17 mars
2015 sur le financement des lieux de
culte. Le chiffre semble faible face à la
proportion de musulmans dans la population française : entre 2,1 et 5 millions de fidèles, selon le ministère de
l'Intérieur. "Le chiffre de 7 millions
[donné par Boubakeur] est sujet à caution, souvent avancé par les responsables religieux pour grossir le poids de
la communauté", explique Samir Amghar, sociologue à l'université de
Bruxelles et auteur de L'Islam militant
en Europe (éditions Infolio, 2013). Selon
En attendant
le 25 avril
Par Ali HASSANI
Beaucoup de gens ne
croient pas qu’Oran sera prête
pour l’évènement phare de ce
printemps. De nombreux indices informent qu’Oran est
très en retard et elle ne sera
guère prête pour le jour J. Il ne
s’agit pas d’un événement culturel, ni sportif. Oran s’apprête
à passer au tri sélectif et la datebutoir avancée par les responsables de l’environnement n’est
autre que le 25 avril. C’est « demain » mais la ville ne donne
aucun signe d’aller vers cet
objectif pourtant important et
même « vital » pour Oran qui
prétend au titre de « métropole méditerranéenne. »
La cité AADL pépinière
(1377 logements) et Haï Akid
Lotfi, choisis pour être des
quartiers pilotes afin d’entamer cette opération jugée «
unique » en Algérie, ne sont
même pas encore préparés
ni prêts à recevoir ce nouveau mode de gestion environnementale. La preuve
c’est que les habitants, premiers concernés par l’opération, ne sont même pas
impliqués ni consultés. Ce
genre d’opération ne peut
réussir, si la population n’est
pas impliquée tout est voué à
l’échec. Il ne faut surtout pas
croire que le citoyen doit tout
simplement « suivre » car c’est
de lui qu’il s’agit, en premier,
en second et en dernier. C’est
vrai que toute opération de
volontariat, désherbage, de
nettoiement et de nettoyage
est toujours la bienvenue.
Mais cela ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. Cela
doit être le déclic pour une
prise de conscience définitive,
effective et soutenue. Rappelons-nous bien la fin des années 1990 et le lancement «
officiel » par le ministère de
l’Environnement, alors sous
l’égide d’un puissant Chérif
Rahmani, de la fameuse
charte citoyenne et qui a fini
en queue de poisson.
C’était une mauvaise expérience dont les retombées
ont été catastrophiques sur la
gestion locale, par la municipalité, des déchets ménagers.
Cette expérience, nous ne
voulons pas qu’elle se produise avec les mêmes causes,
effets et conséquences négatifs.
États-Unis
Nouvel acte
raciste de la police
les estimations choisies, un lieu de culte
musulman dessert entre 857 et 2 040 fidèles. Contre une église pour 275 fidèles
en ce qui concerne les catholiques. "Il y
a un besoin de mosquées, mais ça me
paraît exagéré de vouloir multiplier par
deux leur nombre, ajoute le sociologue.
L'idéal est d'avoir des mosquées de
proximité, dans les zones où il en
manque, à Paris notamment, où les
gens sont parfois obligés d'aller en
banlieue pour en trouver une."
D'autant que la question du financement est incertaine. Selon le rapport du Sénat, les petits édifices
cultuels coûtent environ 500 000
euros. Doubler le nombre de mosquées
reviendrait donc à mobiliser près de 1,3
milliard d'euros dans les prochaines an-
nées. Au bas mot, car le coût des grandes
constructions est plutôt de 2 à 3 millions
d'euros et peut atteindre 8 millions d'euros. L'exercice relève donc de la gageure,
alors que la loi du 9 décembre 1905 interdit le subventionnement public des
cultes et des lieux qui leur sont dédiés.
"Le financement actuel repose sur du
bricolage. Certains dispositifs permettent à la puissance publique d'y participer malgré tout", précise Samir Amghar.
Cette action passe notamment par la
conclusion de baux emphytéotiques
avec les associations cultuelles. Les communes mettent à leur disposition un terrain en contrepartie d'une redevance
quasi nulle et de l'intégration future de
l'édifice dans le patrimoine de la collectivité.
Un policier blanc a été
arrêté et inculpé de meurtre
mardi à North Charleston, en
Caroline du Sud (sud-est des
États-Unis), après avoir tiré
plusieurs fois sur un homme
noir non armé qui semblait
fuir, dans un contexte de tensions raciales particulièrement exacerbées. Le policier,
Michael Slager, a tiré huit fois
dans le dos de l'homme qui
courait après s'être fait arrêté
lors d'un banal contrôle routier, peut-on voir sur une
vidéo diffusée par le New
York Times et envoyée par
un témoin. Sur la vidéo, on
voit ensuite le policier marcher calmement jusqu'à
l'homme, Walter Scott, qui
serait âgé de 50 ans, lui enjoignant de mettre les mains
dans le dos avant de lui passer les menottes. L'homme
est mort quelques instants
après. L'incident s'est produit samedi après un
contrôle routier, l'un des
feux du véhicule de l'homme
ne fonctionnant plus. Une
brève confrontation aurait
opposé les deux hommes
avant les tirs, a affirmé le
journal local Post and Courier. Le policier, qui risque la
peine de mort ou 30 ans
d'emprisonnement, a été
transféré au centre de détention du comté de Charleston, a précisé la police dans
un communiqué. Dans le
mandat d'arrêt visant le policier, il est indiqué que "omas Slager a illégalement et
avec préméditation tué la victime". "Il a tiré sur la victime à
plusieurs reprises dans le dos
après une altercation." Le
maire de la ville, Keith Summey, a expliqué lors d'une
conférence de presse que l'arrestation du policier avait été
motivée par sa "mauvaise décision", a rapporté le Post and
Courier. "Quand vous prenez
une mauvaise décision, peu
importe que vous soyez là
pour protéger la population
ou un simple citoyen dans la
rue, vous devez vivre avec
cette décision", a déclaré
l'édile, cité par le quotidien.
Avant que la vidéo ne soit
diffusée, le policier aurait affirmé que Walter Scott l'avait
agressé et s'était emparé de
son Taser.