n°5 - juillet 2013

Commentaires

Transcription

n°5 - juillet 2013
 n°5 – juin‐juillet 2013 IRTES infos
La lettre d'information de l'Institut de Recherche sur les Transports, l'Energie et la Société Unité Propre de Recherche (UPR) de l'Université de Technologie de Belfort‐Montbéliard (UTBM) Equipe d'Accueil (EA) n°7274 du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) Directeur de la publication : Ghislain MONTAVON ([email protected]) – Comité éditorial : le comité de direction de l'IRTES www.http://www.utbm.fr/recherche/irtes.html SOMMAIRE 1. un chiffre à retenir 2. bibliométrie et indices citationnels 3. la vie de l'unité 4. focus 5. formation à et par la recherche 6. à vos agendas UN CHIFFRE A RETENIR C 865904 € 'est le montant cumulé des soutiens accordés récemment par le Conseil régional de Franche‐
Comté à l'IRTES dans le cadre de ses appels à projets 2013 :  deux contrats doctoraux (172800 €),  fonctionnement pour trois projets (87000 €),  investissement pour cinq projets (202292 €),  accueil de deux chercheurs étrangers (43812 €),  accompagnement MIFHySTO (cf. Focus de ce numéro) (360000 €). Le Conseil régional de Franche‐
Comté est très chaleureusement remercié de ces soutiens et de la confiance accordée à l'IRTES. BIBLIOMETRIE ET INDICES CITATIONNELS 


LA VIE DE L'UNITE Au 18 juin 2013 Source : ISI WEB OF SCIENCE Publications de type ACL uniquement nombre de 800 publications nombre de citations 6376 totales nombre de citations 5484 hors autocitations nombre moyen de citations par article 7,97 référencé facteur h 34 Base documentaire IEEEXPLORE 'est là une excellente nouvelle ! Les négociations conduites par le Service Commun de la Documentation (SCD) de l'UTBM ont abouti et l'accès au fond documentaire IEEEXPLORE (avec téléchargement illimité de surcroît !) est de nouveau possible depuis le début du mois de juin. L'abonnement avait été suspendu début 2012 suite au dépassement en 2011 du plafond autorisé de téléchargement et au doublement du coût d'abonnement demandé par le diffuseur de cette base. C
Nombre d'ACL Nombre de citations page 1 La base documentaire IEEEXPLORE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) représente de l'ordre du tiers de la littérature scientifique mondiale, notamment dans les domaines de l'ingénierie électrique, de l'électronique et de l'informatique. Nos remerciements à l'ensemble des personnes du SCD ayant œuvré à rendre de nouveau possible cet accès. Bienvenue au Dr. Rei HINO – Université de Nagoya, Japon e Dr. Rei HINO, professeur associé à l'université de Nagoya, Japon, effectue à compter de début juin un séjour d'un mois en tant que chercheur visiteur au sein de l'IRTES. En parallèle, il animera des séminaires pour les élèves‐
ingénieurs du département de génie mécanique et conception de l'UTBM. L Durant son séjour, ses travaux de recherche, conduits en collaboration avec des enseignants‐chercheurs de l'IRTES‐
M3M, visent à l'application des 1
concepts de Lean Engineering à la gestion de projets. L’application de ces principes aux différentes étapes de la vie d'un projet (la planification, l’exécution, le contrôle et le suivi, etc.) doit permettre d’éliminer les tâches sans valeur ajoutée. On obtient ainsi, dans le cas des projets de conception, un processus qualifié de hautement productif. Pratiquement, les travaux du Dr. HINO portent sur l’étude de la gestion de projets ayant été conduits par le passé en s’appuyant sur un logiciel PLM (Product Life Management) développé au sein de l’IRTES‐M3M. Ainsi, à l’aide de données statistiques, les actions des acteurs d’un projet sont analysées modifications de (ajouts, documents, gestion des données, non‐conformités, etc.). Sa présence parmi nous sera de même l'occasion de débuter le co‐
encadrement d'une thèse de troisième cycle et l'échange 1
Le Lean Engineering, c'est la recherche de la performance en matière de productivité, de qualité, de délais, de coûts, etc. par l'amélioration continue et l'élimination des gaspillages. Il plonge ses racines au Japon dans le système de production Toyota, Toyota Production System (TPS). d’étudiants de l'université de Nagoya et de l’UTBM suite à la signature récente (printemps 2012) d'une convention de partenariat entre les deux universités. Contact : Samuel GOMES – IRTES‐
M3M Après une formation en mécanique à l'université de Kobe (master et doctorat), le Dr. Rei HINO a rejoint l'université de Nagoya (www.nagoya‐
u.ac.jp/en/) où il est professeur associé. Ses activités de recherche sont conduites au sein de l'ECOTOPIA Science Institute (www.esi.nagoya‐
u.ac.jp/eng/) ainsi qu'au département de mécanique et d'ingénierie de l'université (www.engg.nagoya‐
u.ac.jp/en/dept/dept.html). Elles ont trait à la gestion des flux, notamment de production. Ces travaux s'intègre donc dans une approche rénovée de l'ingénierie appelée ingénierie hautement productive. Bienvenue au Dr. DENG, Institut de Recherche sur les Technologies Industrielles, Guangzhou, Chine 'est de l'institut de recherche sur les technologies industrielles (Guangzhou Research Institute of Industrial Technologies, www.gzse.com/English.htm) que nous a rejoint le Dr. Chun‐Ming DENG pour un séjour de 3 mois à compter du mois de mai. Son séjour s'inscrit dans le cadre des dispositifs d’accueil de chercheurs invités proposés par l'UTBM. L'IRTES, au travers du laboratoire IRTES‐LERMPS, entretient de longue date des collaborations avec cet institut dans le domaine des procédés de projection thermique2. Les travaux de recherche du Dr. DENG concernant les dépôts de matériaux réfractaires et ultra‐
C
réfractaires pour application aux réacteurs de fusion nucléaire en développement (voir par ailleurs ci‐après l'article : quels matériaux pour les chambres de fusion nucléaire des tokamaks ?). Son activité de recherche au sein de l'IRTES‐LERMPS durant son séjour aura trait au développement de dépôts par projection à la torche à plasma d'arc soufflé. Contact : Hanlin LIAO – IRTES‐
LERMPS Merci au Pr. DOMINGUEZ‐
ALMARAZ, Université Michoacan de San Nicolás de Hidalgo, Mexique 'est de l'Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo au Mexique, la plus ancienne des universités aux Amériques qui puise ses racines dans le Colegio de San Nicolás Obispo fondé en 1540 par Vasco de Quiroga, que nous a rejoint le Pr. Gonzalo DOMINGUEZ‐
ALMARAZ à l'automne 2012 pour une année. C
2
La projection thermique regroupe plusieurs procédés de traitement de surface par voie sèche consistant à élaborer des dépôts de quelques dizaines à quelques centaines de micromètres par l'empilement successif de particules écrasées microscopiques d'un matériau qui ont été préalablement fondues et simultanément accélérées en direction de la pièce à revêtir au sein d'une source d'énergie : jet de plasma thermique, flamme de diffusion, de déflagration ou de détonation, etc. page 2 Chun‐Ming DENG a obtenu son doctorat en 2006 à l'institut de recherche sur les matériaux non‐
ferreux (devenu depuis l'institut de recherche sur les technologies industrielles) où il y continue sa carrière de chercheur. Il est actif en recherche dans le domaine des procédés de projection thermique depuis plus de 10 ans. C’est donc l’heure de dresser un bilan (très positif) de sa visite et de lui adresser nos plus vifs remerciements pour l’aide qu’il a apporté à l’UTBM sur de nombreux dossiers, tant en recherche et en pédagogie qu’en valorisation. Spécialiste de la 3
des matériaux (en fatigue
particulier la fatigue gigacyclique, c'est‐à‐dire survenant entre un et cent milliards de cycles – un domaine très peu exploré par la communauté scientifique) et de la mécanique non‐linéaire de la rupture, le Pr. Gonzalo DOMINGUEZ‐ALMARAZ a en effet fait bénéficier de son expertise le Département Génie Mécanique et Conception en dispensant en anglais un cours sur la mécanique de la rupture aux étudiants de 4ème et 5ème année et en initiant ceux de branche à la fatigue. Sur le volet recherche, le Pr. Gonzalo DOMINGUEZ‐ALMARAZ a collaboré, au sein de l'IRTES‐M3M, à un projet de modélisation sur les lois d’interface dans les milieux hétérogènes ainsi qu’à un projet de caractérisation expérimentale sur les membranes échangeuses de Piles à Combustibles. Il a également été un élément moteur dans le dépôt d’un projet ECOS de coopération scientifique entre la France et le Mexique, en appui d’une demande de thèse en cotutelle. Il a enfin co‐publié avec l'IRTES, dans la revue internationale Material Research Society, un article concernant la résistance à la fatigue d’alliage aluminium soumis à un essai rotatif et sous l’effet de la corrosion. Pour ce qui concerne la valorisation, le Pr. Gonzalo DOMINGUEZ‐ALMARAZ a contribué très activement à un projet d’expertise industrielle dans 3
On peut définir sommairement la fatigue d'un matériau comme la succession de mécanismes se développant sous l'action de contraintes ou de déformations variables dans le temps (notion de cycle). Ces mécanismes successifs conduisent à la modification progressive des propriétés mécaniques du matériau (affaiblissement) puis à la création et la propagation de fissures pouvant entraîner la ruine de la structure formée avec le matériau. le domaine de la fatigue des moteurs électriques avec la société de Construction Electrique de Beaucourt (CEB) implantée dans le territoire de Belfort (une filiale commune au groupe Leroy‐
Somer et au géant américain Emerson). au développement des techniques de transport, d’environnement et de circulation. ATEC‐ITS a ainsi pour vocation à rassembler les acteurs des transports terrestres. Son domaine d’activité est celui de l’exploitation durable des systèmes de transports terrestres, urbains et interurbains, de voyageurs et de marchandises. Une année universitaire particulièrement bien remplie donc qui se concrétisera peut être l’an prochain par la soutenance d’une Habilitation à Diriger les Recherches (une spécificité française et allemande), le Conseil Scientifique de l’Université de Franche‐Comté venant de signifier au Pr. Gonzalo DOMINGUEZ‐
ALMARAZ son autorisation à son inscription en HDR. En espérant que la richesse et la diversité des liens tissés à l’occasion de son séjour à l’UTBM constituent le socle sur lequel se bâtira une coopération internationale d’envergure et de longue durée, nous souhaitons au Pr. Gonzalo DOMINGUEZ‐
ALMARAZ un bon voyage de retour au Mexique. Contact : François PEYRAUT – IRTES‐M3M CAPLOC distingué au congrès ATEC ITS France 2013 es travaux de l'IFSTTAR et de l'IRTES conduits dans le cadre du programme CAPLOC (Combinaison de l'Analyse d'images et la connaissance de la Propagation des signaux pour la LOCalisation) ont reçu le prix de la meilleure intervention à l’occasion du congrès ATEC ITS France 2013 (30‐31 janvier 2013, Paris). Ils seront à ce titre mis en avant dans la revue TEC (organe de référence dans le domaine des transports terrestres et de la circulation urbaine) de l’association ATEC‐ITS (www.atec‐
itsfrance.net/home.cfm), une association de loi 1901 œuvrant L page 3 Soutenu par le Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie (MEDDE), CAPLOC est un programme du groupe opérationnel GO2 (Qualité et sécurité des systèmes de transport) du PREDIT (programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestre, www.predit.prd.fr/predit4/homeP
age.fo). Labellisé par les pôles de compétitivité i‐Trans et Véhicule du Futur, CAPLOC associe le laboratoire LEOST de l’IFSTTAR (coordinateur) et l'IRTES et vise à améliorer la précision d'un système de localisation grâce à la perception vidéo de l'environnement du véhicule, plus particulièrement l'environnement de propagation autour du récepteur de positionnement et de datation par satellites ("GPS"). En effet, les problèmes de disponibilité et d'imprécision sont directement liés à la densité des obstacles, notamment dans un environnement urbain dense. Il s'agit donc de réduire l'effet des conditions de propagation des signaux "GPS", notamment les multi‐trajets, sans dégrader la disponibilité du service (ce qui est souvent le cas lorsque, classiquement, des procédures d'exclusion de défauts sont mises en œuvre dans les systèmes de navigation autonome). Contact : Yassine RUICHEK – IRTES‐
SET Retour sur le séminaire sur la complexité de la multiplication des matrices par le Pr. LANDSBERG, Université du Texas – 21 mai 2013 e 21 mai dernier s'est tenu à l'UTBM un séminaire exceptionnel sur l'étude de la complexité du produit matriciel (cf. IRTES infos n°4). Il s'agit d'un problème mathématique encore ouvert dont la résolution aurait de très importantes conséquences, en informatique notamment. Cette conférence a été donnée par un chercheur américain expert de la question, le Pr. LANDSBERG (Texas A&M University) qui nous a fait l'amitié de venir à l'UTBM entre une invitation à l'ETH (Zürich) et une série d'exposés au Max Planck Institute für Mathematik (Leipzig). L Une trentaine de personnes était présente pour la présentation dont beaucoup d'étudiants, ce qui n'a pas été sans déplaire à l'intervenant qui a pu ainsi apprécier l'ouverture au monde de la recherche proposée dans les formations d'ingénieurs de l'UTBM. Après avoir rappelé l'historique de ce problème et l'état de l'art sur les derniers algorithmes connus, le Pr. LANDSBERG a exposé ses résultats concernant l'obtention d'une borne inférieure à ce problème de complexité (c'est‐à‐
dire en donnant une valeur inférieure sous laquelle aucun algorithme ne pourra jamais descendre). Son théorème améliore un ancien résultat du Pr. BLASER (Allemagne) obtenu en 1999 et constitue à ce jour la meilleure borne inférieure connue. Pour en savoir plus, les articles du Pr. LANDSBERG sont consultables sur son site personnel : http://www.math.tamu.edu/~jml/ et sur les archives ouvertes en ligne de Cornell University Library : http://arxiv.org/find/math/1/au:+
Landsberg_J/0/1/0/all/0/1 Contacts: Frédéric HOLWECK – IRTES‐M3M Retour sur la visite organisée dans le cadre du Conseil d'Administration Régionale (CAR) – 22 mai 2013 e CAR, sous la présidence du Préfet de Région, a été accueilli à l'UTBM le 23 mai dernier, dans le cadre d'une séance décentralisée dans le territoire de Belfort. L'interface entre le monde socio‐
économique et les universités constituait le thème du séminaire. L IEEE STUDENT BRANCH – retour sur l'inauguration du premier chapitre IEEE‐IAS français le 27 mai 2013 ‐ Belfort Dans ce contexte, les travaux conduits dans le cadre du programme MOBYPOST (cf. IRTES infos n°3), sur l'accompagnement à la définition et au déploiement de la stratégie régionale d'innovation (SRI) et l'élaboration de la "spécialisation intelligente" des régions (RIS‐3) et sur la mise en place d'une stratégie d'innovation avec l'entreprise MABI, ont notamment été présentés le matin aux préfets des départements, au Recteur de l'académie de Besançon et aux directeurs des services de l'Etat en région Franche‐Comté (DRRT, DIRECCTE, DREAL, DRAC, etc.). En début d'après‐midi, plusieurs véhicules plateformes et véhicules prototypes développés à l'IRTES ont été présentés : ils sont l'illustration de la capacité de l'IRTES à étudier et développer des systèmes complexes. La visite s'est poursuivie par la présentation des moyens expérimentaux déployés sur la plateforme d'essais "pile à combustible" en cours d'extension à Belfort. Plusieurs véhicules plateformes et véhicules prototypes de l'IRTES présentés aux membres du Conseil de l'Administration en Région le 22 mai dernier à Belfort. page 4 L
e lundi 27 mai 2013 a eu lieu l’inauguration de la branche étudiante IEEE de l'UTBM et de son chapitre IAS, tous deux récemment créés par les doctorants de l’UTBM. Le chapitre IAS est notamment le premier de ce type créé en France (cf. IRTES infos n°3). Deux personnalités clés de l’IEEE‐
IAS (Industrial Application Society) ont honoré de leur présence cette inauguration. Elles souhaitaient par là montrer toute l'importante qu'elles accordaient à cette première en France :  Blake LLOYD (USA) est le président de l’IEEE‐IAS. Il est ingénieur en électricité avec une forte expérience dans l’instrumentation. Il a travaillé au département de recherche de la société de production d’électricité Ontario Hydro (Canada) où il était responsable des domaines de recherche pour les méthodes de mesure, de test, et de diagnostic des rotors et des systèmes d’isolation thermique. Il est par ailleurs le cofondateur de la société Iris Power (Canada), créée en 1990. M. LLOYD est membre senior de l’IEEE depuis 1985.  Peter MAGYAR (Allemagne) est le responsable des IEEE‐IAS Chapters et du comité de coordination des divisions de la région 8 (Europe, Moyen‐
Orient, Afrique). Il a été à la tête du Laboratory of Microprocessor Controlled Drives du département automatique de l’Université de Technologie de Budapest (Hongrie). Ses centres d’intérêts sont le contrôle et la modélisation mathématique de moteurs électriques et de convertisseurs de puissance. De 1991 à 2003, il a dirigé le développement des électroniques et moteurs de puissance des sociétés Hanning‐Works et D‐Tech Ltd. (Allemagne). Il a également travaillé chez Hella KGaA Hueck&Co (Allemagne) où ses axes de développement étaient le contrôle de moteurs électriques et le contrôle de manœuvres automatiques pour des véhicules. A cette occasion sont intervenus pour l'UTBM Pascal BROCHET, son directeur, Ghislain MONTAVON, directeur de l'IRTES, Abdesslem DJERDIR, conseiller de la branche étudiante IEEE et Saeid MOOSAVI, son président. Une autre branche étudiante IEEE, adossée à un chapitre IAS, vient d'ouvrir plus récemment à l'université Jules Verne (Picardie). Zahra DANESHIFAR, présidente de cette branche, est intervenue également. Des interactions entre nos deux branches françaises sont prévues. La thématique scientifique du séminaire était le véhicule électrique. Dans ce cadre, M. MAGYAR a présenté ses réflexions sur le sujet dans un exposé intitulé "La voiture électrique et les sources d’énergies renouvelables : illusion ou solution ?". Il a notamment présenté une longue perspective du développement de ce type de motorisation, des enjeux actuels et des verrous technologiques associés. L'intégralité des ces présentations a été retransmise en direct sur la WEBTV de l'UTBM. L'ensemble des personnes ayant permis cette réalisation est chaleureusement remercié. "It is my pleasure to send you my sincere congratulations on the excellent organization of the Inauguration Meeting of the UTMB SB IAS Chapter. It was a historical event because of having been the st
1 Inauguration Meeting of an SB IAS Chapter in France. I wish you success in the future ‐‐‐ Blake Lloyd (IEEE IAS President)" Après un buffet, la deuxième partie de la journée a été consacrée à la présentation des moyens expérimentaux de l'IRTES dans le domaine de l'énergie et des véhicules plateformes et prototypes développés. Toutes les informations et actualités UTBM IEEE Student Branch sont relayées sur Internet : http://web.utbm.fr/ieee‐sb/ Contact : Saeid MOOSAVI – IRTES‐
SET – Président de l'IEEE Student Branch UTBM Quels matériaux pour les chambres de fusion nucléaire des tokamaks ? a production d'énergie par 4
fusion nucléaire permettra peut‐être de disposer, à l'horizon 2050, d'une énergie abondante en s'affranchissant pour partie des "défauts" du nucléaire classique basé sur la fission (génération de faibles quantités de déchets, L aucun risque d'emballement de la réaction, combustibles présents en grandes quantité, etc.). Inventé au début des années 1950 par les russes Igor TAMM et Andreï SAKHAROV, pères de la bombe H soviétique, le tokamak est une chambre torique de confinement magnétique destinée à générer un plasma de plusieurs millions de degrés pour contrôler le processus de fusion nucléaire. Aujourd'hui, la communauté mondiale s'est associée pour développer le premier tokamak de grandes dimensions à bilan positif (c'est‐à‐dire générant 10 fois plus d'énergie que celle dépensée pour générer le plasma) : c'est ITER en construction actuellement à Cadarache. Les premières expériences devraient débuter en 2016 avec l'objectif à terme d'obtenir un fonctionnement continu de plus de 6 minutes dans un premier temps, puis de 15 minutes dans un second. Les verrous à lever restent cependant immenses, notamment concernant les matériaux employés. Dans la chambre de confinement magnétique du plasma, ils doivent résister à un flux de chaleur de l'ordre de 750 MW réparti sur 600 m2 de surface, évacuer ce flux efficacement, ne pas "empoisonner" le plasma de fusion, etc. Au niveau des bobines générant le champ magnétique de confinement, les matériaux sont supraconducteurs (c'est‐à‐dire caractérisés notamment par une résistance électrique nulle) et pour ce faire doivent fonctionner à ‐269°C (ils sont refroidis par de l'hélium liquide). Etc. 4
La fusion nucléaire permet à partir de deux atomes très légers (par exemple le deutérium et le tritium) de créer des atomes plus lourds. Cette transformation produit un défaut de masse qui se manifeste sous forme 2
d'énergie (E=mc où E est l'énergie produite en joules, m la masse disparue en kg, et c la célérité de la lumière dans le vide, en m.s‐¹). Cet excès d'énergie peut être converti en excès de chaleur qui est ensuite lui‐
même converti en électricité au moyen d'une turbine à vapeur couplée à un alternateur. page 5 Vue schématique du tokamak ITER. Il sera lors de sa mise en service le plus puissant au monde. Il est actuellement en construction à Cadarache. Vue de la chambre de fusion nucléaire du tokamak TORE SUPRA implanté à Cadarache et en opération depuis 1988. C'est dans le cadre de son séjour parmi nous en tant que chercheur invité que le Dr. Chuming DENG de l'Institut de Recherche sur les Technologies Industrielles de Guangzhou, Chine, un institut de l'Académie des Sciences de Chine, a proposé un premier séminaire, le 5 juin dernier portant sur les matériaux employés dans les réacteurs de fusion nucléaire et leur mise en forme par des procédés de projection thermique. Les matériaux réfractaires (résistants à des températures supérieures à 2000 degrés), métalliques (par exemple le tungstène W) et céramiques (par exemple le carbure de bore B4C), sont de bons candidats à ces utilisations. Cependant, leur mise en forme étant extrêmement difficile, les procédés de projection thermique permettent de les élaborer sous la forme de dépôts de fortes épaisseurs (plusieurs millimètres, voire centimètres). De multiples recherches et développements sont cependant nécessaires. Contact : Hanlin LIAO – IRTES‐
LERMPS Séminaire interne INNOVER‐2 le 11 juillet 2013 NNOVER‐2, organisé le 11 juillet prochain à Sevenans (amphithéâtre P228), sera le deuxième séminaire interne de l'IRTES sur cette thématique après celui du 25 janvier 2013. Il a pour objectif de poursuivre notre réflexion commune et nos échanges sur l'innovation : comment peut‐on définir l'innovation, quels sont ses moteurs, peut‐on la favoriser, etc. ? I Ce séminaire débutera à partir de 09h15 (accueil des participants) et sa programmation est la suivante (à partir de 09h30) :  09h30 ‐ Le déploiement d'une politique d'innovation au sein de la TPE MABI (Dorans, 90) : Olivier BIDAUX, directeur  10h00 – L'innovation chez TETRA PAK : Bertrand JACCOUD, TETRA PAK (Suisse)  11h00 ‐ Innovation et spécialisation intelligente des régions : André PIERRE, directeur de la recherche et de l'enseignement au Conseil régional de Franche‐Comté  11h30 ‐ Innover dans la gestion des questions énergiques et environnementales : Marie‐
Claire DERYCKE, PSA A partir de midi et dans l'après‐
5
midi, un pique‐nique permettra de poursuivre nos échanges et discussions. Pour des raisons évidentes d'organisation, merci de retourner dans les meilleurs délais votre bordereau de participation à ce repas (il vous a été diffusé par courriel). Tous nos remerciements par ailleurs aux personnes qui se sont impliquées dans l'organisation de ce second séminaire sur le thème de l'innovation : Pascal ALDINGER, Catherine CASOLI, Sophie CHAVEAU, Sophie COSTIL, Frédéric LAPOSTOLLE et Fabienne PICARD. Contact : Fabienne PICARD ‐ IRTES‐
RECITS Ecole d'été du Réseau de Recherche sur l'Innovation (RRI) – 28‐31 août 2013 es politiques publiques d'innovation et de recherche au défi d'une transition durable constitueront le thème de l'école L 5
Le pique‐nique sera organisé dehors si les conditions climatiques sont suffisamment clémentes, à la maison des étudiants de Sevenans sinon. page 6 d'été du RRI organisée à l'UTBM (site de Belfort) du 28 au 31 août 2013 (innovation.univ‐littoral.fr/) (cf. IRTES infos n°4). Cette école d'été est ouverte aux chercheurs et enseignants‐
chercheurs et accorde une place substantielle aux travaux des doctorants. Cette école d'été est co‐organisée par l'IRTES et le réseau de recherche sur l'innovation. D'un point de vue pratique, toute personne de l'IRTES (et au‐delà de l'UTBM) peut venir écouter les présentations gratuitement, sous réserve de s'inscrire préalablement via un courriel à [email protected] Le programme définitif de cette école d'été sera disponible courant juin 2013. Contact : Fabienne PICARD ‐ IRTES‐
RECITS L'IRTES au salon du Véhicule Innovant – Montbéliard, 13‐15 septembre 2013 a deuxième édition du salon du Véhicule Innovant, un événement organisé par Pays de Montbéliard Agglomération, se tiendra du 13 au 15 septembre prochains. Ce salon a pour thème les mobilités innovantes et respectueuses de l’environnement. L'IRTES présentera à cette occasion ses compétences et talents dans le cadre d'une exposition couplée avec la présentation de l'offre en formation de l'UTBM dans le domaine (départements et Ecole SBARRO) : ergonomie, conception, matériaux, communication et logiciels embarqués, véhicules "intelligents", chaîness de traction, métropolisation, etc. Le vendredi 13 septembre, aux journée réservée professionnels, plusieurs démonstrations dynamiques seront organisées (sous réserve de conditions climatiques favorables), et des exposés thématiques de 30 minutes seront proposés (platooning, chaine de traction,
L
L'IRTES soutient cette initiative en apportant un soutien financier et des conseils techniques et souhaite bon raid à l'équipage engagé ! REACT'EV (en haut, hybride thermique / électrique de 480 CV, puissance équivalente maximale) et ZEEC (en bas, électrique de 230 CV, puissance équivalente maximale) sur les routes du Rallye de Monte‐Carlo des Energies Nouvelles en mars dernier. Ces véhicules, concentrés des savoir et savoir‐faire de l'IRTES (conception hautement productive, chaînes de traction, etc.), seront exposés à l'occasion du salon des véhicules innovants. Voir par ailleurs la page spéciale de ce numéro. véhicule "intelligent", etc.). Les 14 et 15 septembre, outre l'exposition, des présentations de vulgarisation de 10 minutes seront proposées aux visiteurs du salon. Le programme détaillé de notre participation sera très prochainement communiqué. Contact : Abder KOUKAM – IRTES‐
SET L'IRTES soutient l'équipage UTBM engagé sur le prochain 4L TROPHY ‐ 2014 avier LATTARD et Guillaume LOUIS‐LUCAS, deux élèves‐
ingénieurs à l'UTBM, formeront l'équipage n°461 qui sera engagé du 13 au 23 février 2014 dans le 17ème 4L TROPHY reliant Paris à Marrakech (www.4ltrophy.com/). Cet évènement est le plus grand rassemblement sportif européen à but humanitaire. Il consiste à traverser notamment le désert marocain et à distribuer en chemin des fournitures scolaires et sportives aux écoles associées à la ligue marocaine pour la protection de l'Enfance, en partenariat avec l'UNICEF. FOCUS La conception centrée sur l'Homme par l'approche ergonomique 'est au sein de l'IRTES‐SeT que sont développées des recherches autour de l’intégration du design industriel et de l’ergonomie dans le processus de conception de produits afin de favoriser la prise en compte du facteur humain, source d’innovation. Prenons à titre le programme d’exemple européen MOBYPOST 6 (cf. IRTES info n°3). Il porte sur le développement d’un nouveau véhicule, innovant au niveau de sa chaine de traction (pile à combustible) mais aussi de celui de la conception centrée sur un usage spécifique de livraison du courrier. C
X Ainsi, une architecture véhicule particulière a été imaginée, autour d’un compromis privilégiant la facilité à monter et descendre du véhicule, à l’inverse de ce qui se pratique habituellement dans l’automobile, et intégrant tous les aménagements nécessaires à l’activité de travail du facteur : coffre adapté, bacs de courrier à portée de main, rangements spécifiques, etc. 6
Ce programme européen est labellisé par le pôle Véhicule du Futur Alsace Franche‐Comté. Il implique un consortium réunissant, entre autres, La Poste, Ducati Energia (construction du véhicule), EIFER (institut de recherche européen sur l’énergie, conception de l’infrastructure de recharge en H2) et l’UTBM au travers de l'IRTES. page 7 L'architecture finale du véhicule MOBYPOST co‐conçu par l'IRTES et Ducati Energia. La méthodologie de conception développée au sein de l'IRTES, faisant l’objet de plusieurs publications scientifiques, s’est appliquée comme suit. Une première phase d’analyse de l’existant a conduit à observer et analyser l’activité de travail des facteurs lors de tournées qui ont aujourd’hui lieu en cyclomoteur, en vélo à assistance électrique ou en voiture. Ces premières observations ont permis de définir des spécifications ergonomiques qui ont servi de fondements au cahier des charges fonctionnel pour le véhicule MOBYPOST, afin qu’il corresponde aux caractéristiques (taille, sexe, etc.) des facteurs, à leur tâche, à leurs attentes et besoins, en accord avec les exigences de La Poste (sécurité, santé, efficacité). La seconde phase a consisté en la conception proprement dite du véhicule, en proposant au consortium une architecture véhicule et en la faisant évoluer en collaboration avec le constructeur. Nous avons pour cela mis à profit les différentes plateformes de simulation dont l’IRTES dispose, logique de dans une matérialisation et de conception mécanique progressive du produit :  l’utilisation d’abord d’une maquette physique partielle du véhicule, largement paramétrable (équipement SARHRA : Simulateur d’ARchitectures d’HAbitacles), a permis de finaliser la géométrie des accès d’entrée/sortie grâce à une expérimentation impliquant un grand nombre de postiers, hommes et femmes ; long du projet de développer et d’optimiser les choix techniques retenus. Réunion de travail collaboratif sur la plateforme VisioConcept. SARHA, le Simulateur d’ARchitectures d’HAbitacles. 

le travail sur maquette CAO, à partir de mannequins numériques paramétrables, a permis en parallèle de définir les contraintes liées à l’anthropométrie des utilisateurs et du produit, et d’être ainsi force de proposition sur l’architecture du véhicule et sur les solutions techniques s’y rapportant ; l’utilisation de la plateforme de réalité virtuelle immersive (Prévercos) a permis ensuite d’immerger plusieurs acteurs du projet, dont les postiers bien évidemment, dans le concept numérique en cours de développement, et d’évaluer ainsi un grand nombre de scénarios d’usage en collectant et en intégrant l’avis de l’ensemble des acteurs du projet ; Séance de travail sur la plateforme Prévercos. 
enfin, l’utilisation de la plateforme de revue de projet en CAO (VisioConcept) a permis, quant à elle, tout au Ce projet reflète bien les activités d’études et de recherches de l’IRTES portant sur la conception de systèmes mécaniques centrée sur l’utilisateur final du produit. Cette approche porte sur une ergonomie de conception, mais elle peut également être conduite dans le cadre d’une ergonomie de correction de produits/systèmes. A cet égard, une analyse ergonomique est actuellement en cours, auprès de conducteurs du tramway de la ville de Strasbourg (CTS), faisant l’objet de doléances concernant le confort et le bien‐
être de conduite. Contact : Florence BAZZARO ‐ IRTES‐SeT MIFHySTO n 2011, dans le cadre du second appel à projets "équipements d'excellence", l'un des volets du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), les unités de recherche FEMTO‐ST, UTINAM et IRTES ont déposé un projet intitulé MIFHySTO (Microfabrication pour la mIniaturisation, la Fonctionnalisation et l’Hybridation des Systèmes microTechniques et l’Outillage). Ce projet vise à dépasser les limites et verrous technologiques de la miniaturisation (approche top‐
down) des procédés conventionnels de fabrication (micro‐usinage, micro‐formage, micro‐injection). Ce projet a été classé par le comité international à la 39ème place, sur 240 projets déposés. Il a donc échoué de très peu au classement très sélectif du PIA puisque seuls les 37 premiers projets ont été financés. E
page 8 Dans le cadre de sa politique de soutien aux programmes "investissements d'avenir", le Conseil régional de Franche‐
Comté a décidé, en raison de l'évaluation du comité international de sélection et devant les caractères innovant et structurant du projet, d'apporter un soutien au déploiement de certaines des activités de MIFHySTO, au travers d'une programmation pluriannuelle. Pour l'année 2013, le Conseil régional soutient à hauteur de 653000 € ce programme, dont 360000 € alloués à l'IRTES et dévolus à l'acquisition d'un dispositif d'élaboration de poudres d'alliages métalliques réactifs (alliages de titane, etc.) appelé "creuset froid". Ces poudres d'alliages métalliques permettent ensuite d'élaborer par des procédés de fabrication additive des pièces de géométrie complexe pouvant être parachevées ensuite par des traitements de surface (voie humide et/ou voie sèche) et/ou des usinages et micro‐usinages. Exemple d'une pièce complexe mono‐
corps élaborée par un procédé de fabrication additive à l'IRTES‐LERMPS. Sa fabrication par des procédés conventionnels nécessite plus de 10 éléments assemblés par soudage ainsi que des traitements thermiques. Ce dispositif s'intègre dans une logique d'ingénierie hautement productive (incluant la conception et la fabrication) applicable notamment aux domaines de l'horlogerie (boitiers, éléments de mécanismes, etc.), de la santé (prothèses, etc.), de l'aéronautique, dans le cas d'un prototypage rapide "bonne matière" ou de la réalisation de petites séries, ou encore la réalisation d'outillages de fabrication. Le Conseil régional de Franche‐
Comté est très chaleureusement remercié de ce soutien. Contact : Ghislain MONTAVON – IRTES‐LERMPS L'information et la communication quantique : le programme CoGIT (Combinatoire et Géométrie pour l'InTrication) n février 2013, le CNRS a lancé un appel d'offre PEPS (Projet Exploratoire Premier Soutien) dans le cadre des actions pluridisciplinaires sur la thématique Information et Communication Quantique (ICQ). L'IRTES est partenaire de l'un des cinq projets lauréats au niveau national à travers le projet CoGIT dont le lancement a eu lieu les 5, 6 et 7 juin derniers à Rouen. E la polarisation du photon (c'est‐à‐
dire l'orientation de ses oscillations). L'emploi de qubits permet de concevoir des protocoles de communication d'un genre nouveau (ordinateur quantique, cryptographie quantique, téléportation des états) aux capacités démultipliées. Une des propriétés les plus surprenantes et les plus contre‐
intuitives des qubits est celle de la non‐localité de l'information. En effet, on sait depuis les années 1980 que les systèmes de deux particules (et plus) peuvent être intriqués. L'intrication de deux particules A et B assure que ces deux particules forment un système unique quelle que soit la distance les séparant. La "lecture" (mesure) du qubit A aura alors des conséquences instantanées sur la mesure possible de la particule B, même si ces deux particules sont très éloignées. Ce phénomène, apparemment paradoxal, a été vérifié expérimentalement (par interactions de plusieurs faisceaux laser). Codage de l'information par des bits. La Théorie de l'Information Quantique (TIQ) a pour objet l'étude des systèmes d'informations s'appuyant sur les propriétés et concepts issus de la physique des particules. Dans cette théorie, la notion fondamentale de bit (c'est‐à‐dire un chiffre binaire, 0 ou 1, constituant en informatique l'unité de mesure de la quantité élémentaire d'information) est remplacée par celle de qubit dont la propriété principale est de pouvoir être dans une superposition d'états, c'est‐à‐dire prendre plusieurs valeurs pour une certaine quantité observable, donc encoder plus d'information : si la quantité observable admet deux états possibles notés |0> ou |1> alors un qubit pourra être, avant d'être observé, dans l'état a|0>+b|1>). Les qubits existent dans la nature à travers le spin de l'électron (c'est‐à‐dire son moment cinétique intrinsèque) ou encore Le qubit en un schéma. L'étude théorique des systèmes que l'on peut former à l'aide de plusieurs particules (et la façon dont ces systèmes peuvent être intriqués) reste un problème ouvert en général. Le cas de deux et trois qubits est bien connu mais, à partir de 4, on ne sait pas décrire exactement la complexité du système. A partir de 5 particules on sait qu'une description exhaustive est hors de portée. Dans le projet CoGIT on propose une nouvelle approche pour décrire ces systèmes. Pour cela, on utilise des concepts issus de la géométrie projective (les hyperdéterminants des multimatrices) et des techniques de combinatoire (théorie des invariants classiques). Il se trouve que ces objets mathématiques, connus depuis le XIXème siècle, sont très pertinents dans l'étude page 9 de tels systèmes. L'association des deux a déjà permis aux membres du projet de publier un article en proposant la description la plus fine connue à ce jour des systèmes à 3 qubits [Holweck F., Luque J‐G., Thibon J‐Y, Geometric descriptions of entangled states by auxiliary varieties, Journal of Mathematical Physics, 2012]. Dans le projet CoGIT, il s'agira d'attaquer le problème plus difficile et non encore résolu des 4‐qubits. Ce projet est porté par une équipe pluridisciplinaire (Mathématique, Physique Théorique, Informatique) impliquant quatre unités de recherche : le laboratoire de Physique Théorique (UMR 5152) de l'Université Paul Sabatier de Toulouse, le laboratoire d’informatique Gaspard Monge (UMR 8049) de l’Université Paris Est Marne‐la‐
Vallée, le Laboratoire d'Informatique, du Traitement de l'Information et des Systèmes (LITIS, EA 4108) de l’Université de Rouen et l’IRTES (EA 7274) de l’Université de Technologie de Belfort‐Montbéliard. Contact : Frédéric HOLWECK – IRTES‐M3M FORMATION A ET PAR LA RECHERCHE Ils sont devenus docteurs ne des missions première d'une unité de recherche est la formation à et par la recherche. Ils/elles sont dernièrement devenu(e)s docteurs de l'Université de Technologie de Belfort‐Montbéliard après avoir conduit leurs travaux au sein de l'IRTES. Félicitations aux impétrants !  EL MERABET Youssef, d'images Segmentation couleur par combinaison LPE‐
régions / LPE‐contours et fusion de régions ‐ Application à la segmentation de toiture à partir d'orthophotoplans (IRTES‐SET)  LUISET Benjamin, Etude des mécanismes d'endommagement d'érosion à la pluie et développement de revêtements anti‐érosion U


pour applications aéronautiques (IRTES‐LERMPS) LARDJANE Soumia, Etude des propriétés structurales, électroniques et magnétiques des semi‐conducteurs magnétiques dilués à base de composés II‐IV : cas du ZnO dopé au Cobalt (IRTES‐
LERMPS) HARB Nizar, Identification inverse de paramètres biomécaniques en hyperélasticité anisotrope (IRTES‐M3M) Soutenances de thèses de troisième cycle à venir ls/elles soutiennent très prochainement leurs travaux de thèse de troisième cycle :  AHMED Fayez‐Shakil, Modélisation, simulation et commande de la boucle d'air d'un moteur à combustion interne ‐ 4 juillet 2013 (IRTES‐
SET)  SALMANE Houssam, Reconstruction et analyse de d’objets trajectoires 2D mobiles par modélisation Markovienne et la théorie de l’évidence à partir de séquences d’images monoculaires – Application à l’évaluation de situations potentiellement dangereuses aux passages à niveau ‐ 9 juillet 2013 (IRTES‐SET)  WEI Lijun, Multi‐sources fusion based vehicle localization in urban environments under a loosely coupled probabilistic framework ‐ 17 juillet 2013 (IRTES‐SET) I Portrait de doctorant : Lionel BENNES (IRTES‐SET) ’ai rejoint l'UTBM en 2005 afin de débuter mes études d’ingénieur en Tronc Commun. Suite à la validation de ce premier cursus, j’ai poursuivi ma formation d'ingénieur au sein du département Informatique. Un stage de 6 mois en Corée du Sud, effectué au sein du laboratoire "Computer Graphics" du KAIST (Korea Advanced Institute of Science and Technology, Daejeon, Corée, J http://www.kaist.edu/edu.html), m’a décidé à m'orienter vers la réalité virtuelle et l’informatique graphique. Ce premier stage au sein d'un laboratoire m'a permis de découvrir et de m'intéresser au monde de la recherche. C'est la raison pour laquelle, après avoir effectué mon stage de fin d'études, j'ai décidé de m'engager dans la préparation d'un doctorat en informatique. Depuis octobre 2010, je suis inscrit en thèse (Ecole Doctorale SPIM) et effectue mes travaux de recherche au sein de l'IRTES (laboratoire IRTES‐SET). Cette thèse est réalisée dans le cadre d'un contrat doctoral financé par une bourse du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Le sujet de cette thèse concerne plus particulièrement l’utilisation de la réalité virtuelle dans le cadre de la conception concourante de produits, afin de faciliter les échanges interdisciplinaires et la prise en compte du facteur humain. La réalité virtuelle regroupe un ensemble de technologies et de techniques permettant l’immersion et l’interaction d’un ou plusieurs utilisateurs avec une simulation virtuelle, généralement en 3D stéréoscopique et à l’échelle 1. Actuellement, la réalité virtuelle est largement utilisée dans le cadre de la conception de produits au sein des grands industriels. Cette groupes utilisation permet d’optimiser les temps et les coûts de conception d’un produit en réduisant notamment le nombre de prototypes physiques, et en permettant une détection précoce d’un plus grand nombre d’erreurs de conception. Malgré ces apports, la réalité virtuelle souffre d’un déficit d’acceptation des concepteurs. Dans le cadre de ma thèse, je me suis donc intéressé à page 10 l’usage de la réalité virtuelle dans l’industrie, et surtout comment une modification de cet usage pouvait favoriser le travail et les échanges interdisciplinaires, tout en améliorant l’acceptation de la réalité virtuelle par les concepteurs de produits. L’objectif, à terme, est de permettre aux concepteurs de bénéficier de tous les apports de la réalité virtuelle, tout en favorisant une intégration plus poussée de celle‐ci dans les pratiques de conception de produits en milieu industriel. Mes travaux de thèse concernent donc le développement et la validation d’une méthodologie de conception d’outils immersifs d’assistance à la convergence multidisciplinaire, permettant une évolution de l’usage de la réalité virtuelle en conception de produits. En parallèle à mes activités de recherche, j'ai pu découvrir l'enseignement et me suis impliqué dans la vie collective au travers de ma participation à l'organisation de colloques et conférences (CONFERE et INGEDOC en 2011). J'ai ainsi pu m'impliquer dans les missions principales d'un enseignant‐chercheur : c'est l'orientation que je souhaite donner à mon parcours professionnel futur. Contact : Lionel BENNES ‐ IRTES‐
SET A VOS AGENDAS Séminaires et manifestations  séminaire IRTES INNOVER‐2 : 11 juillet 2013  école d'été RRI : 28‐31 août 2013  salon du véhicule innovant : 13‐15 septembre 2013  Conseils d'Unité de l'IRTES a programmation des réunions du Conseil d'Unité de l'IRTES pour l'année universitaire 2013‐
2014 sera communiquée dans le numéro 6 de cette lettre. Merci d’avance de vos suggestions et informations. Pascal ALDINGER 03 84 58 33 17 [email protected] L
PAGE SPECIALE : RECHERCHES EN INGENIERIE DES VEHICULES THERMIQUES, ELECTRIQUES ET HYBRIDES A L’IRTES Contexte et historique ’aventure de l’écurie UTBM Compétition démarre début 2005 par un projet étudiant présenté au Trophée SIA, concours organisé, dès 2002, par la Société des Ingénieurs de l’Automobile. Cette compétition s’adresse aux étudiants et futurs ingénieurs attirés par les métiers de l’automobile. Le principal objectif réside dans la conception, la fabrication, l’assemblage et les essais de prototypes de véhicules de compétition devant respecter un règlement spécifique. Cette compétition nécessite la mise en place d'une organisation rigoureuse chargée de déployer un projet structuré alliant innovation technologique, gestion des informations et des connaissances (notamment produits / process), gestion financière, etc. Ce Trophée a lieu chaque année sur le circuit de Versailles Satory et se déroule suivant des épreuves statiques et dynamiques. L ZEEC (Zero Emission Electric Car) EEC est un véhicule 100% électrique et constitue le premier véhicule de l’Ecurie UTBM Compétition à rivaliser sur la piste avec ses concurrentes thermiques lors des épreuves dynamiques du Trophée SIA. ZEEC est aussi le premier véhicule qui a participé avec succès en 2012 au Rallye de Monte‐Carlo des Energies Nouvelles. Il a été construit sur la base d'un châssis tubulaire de type Mitjet totalement modifié pour intégrer les batteries et la chaine de traction électrique. Le véhicule pèse 825 kg et est équipé d'un Z moteur d’une puissance maximale de 170 kW (230 CV) offrant un couple de 500 Nm. Les batteries de technologie Lithium‐Fer disposent d’une capacité de 20 kWh ce qui permet d’obtenir une autonomie de plus de 150 km. Le véhicule est doté d’un réseau CAN multiplexé avec communication HF vers le stand permettant la supervision en temps réel de l'état du véhicule. Le moteur électrique est une machine synchrone à aimants permanents placé à l’arrière et couplé à un différentiel par l’intermédiaire d’une transmission par chaîne. Les performances permettent une accélération de 0 à 100km/h en 8 s et une vitesse maximale de 200 km/h. d’ingénierie intégrant les volets "design véhicule", "génie électrique", "génie mécanique", etc. REACT’EV en construction à l’école ESPERA Sbarro Au départ, une maquette numérique particulièrement fidèle du véhicule a été mise au point. En parallèle, plusieurs calculs de dimensionnement, dont des calculs de tenue au crash ont été réalisés. Des pièces spécifiques en carbone ont également été conçues, élaborées et testées mécaniquement (triangles de suspension et supports moteur). ZEEC : châssis avec batteries Dimensionnement du châssis de REACT'EC par modélisation. REACT’EV (REACTive Electric Vehicle) EACT’EV est le fruit d’un partenariat étroit entre l’école ESPERA Sbarro, les départements Energie et Environnement, Génie Mécanique et Conception et l'IRTES. Ce véhicule est un véhicule hybride rechargeable à hautes performances. Grâce au savoir‐
faire d’Espera SBARRO qui forme des stylistes prototypistes pour l'automobile, le véhicule a pu être conçu, dimensionné et fabriqué en moins de 14 semaines, avec le support des méthodes et outils R
page 11 REACT’EV est doté d’un moteur thermique PSA V6 essence de 210 CV accouplé aux roues arrières et de deux moteurs électriques de 100 kW (136 CV – couple de 750 Nm) en liaison directe sur les roues avant. L’ensemble de la régulation entre les quatre roues est géré électroniquement. REACT’EV est équipé de batteries Lithium‐Fer d’une capacité de 18 kWh procurant au véhicule une autonomie d’environ 100 km en mode électrique pur. Malgré une masse à vide élevée (environ 1700 kg), cette architecture originale procure des performances de tout premier ordre à REACT'EV : 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes en mode intégral (4X4). Le rallye Monte‐Carlo des énergies nouvelles 'Automobile Club de Monaco possède une longue histoire dans l'organisation d'épreuves sportives automobiles : depuis un siècle déjà, il a organisé des épreuves internationales sur routes. Riche de son expérience, il organise dans le cadre du Salon er
EVER MONACO 2007, le 1 Rallye Monte‐Carlo des Véhicules à Energie Alternative. En 2012 cette compétition aujourd'hui de renom a été marquée par l’arrivée de ZEEC, le seul véhicule électrique prototype aligné cette année là. Il a permis de démontrer tout son potentiel à ce rallye de régularité aux côtés de véhicules alignés par de grands constructeurs. En 2013, ZEEC et REACT’EV ont été tous deux engagés. L L’école Espera SBARRO – UTBM, un partenaire de choix réée il y a plus de 20 ans par le célèbre designer Franco SBARRO, l'école ESPERA Sbarro propose sur 10 mois une formation d'exception aux techniques de l'automobile, associant théorie et pratique. C REACT’EV exposé au salon de Genève 2013 La valorisation d'activités de recherche sur la chaînes de traction es 2 véhicules sont pour l'IRTES des démonstrateurs permettant de mettre en application les travaux menés sur la thématique véhicule (notamment au sein de l'IRTES‐
SET). On peut citer en premier lieu le dimensionnement des chaînes de traction électriques et hybrides ainsi que la gestion optimale de l’énergie. L’objectif est ici de pouvoir déterminer au plus juste les besoins en sources d’énergie (moteur thermique, batteries, etc.) en fonction de la mission et du type de véhicule. Une fois ces éléments dimensionnés par ailleurs, des méthodes innovantes de gestion de l'énergie embarquée permettent de déterminer, à chaque instant, le point de fonctionnement optimal de la chaîne de traction. Ces lois de gestion s’adaptent bien entendu automatiquement en fonction du critère sélectionné : l’économie d’énergie, la performance, l’agrément de conduite, etc. C
Chaine de traction électrique de REACT’EV Rattachée à l’UTBM depuis 4 ans, l’école permet ainsi à une trentaine d’élèves de découvrir chaque année : le dessin/design, le modelage, la carrosserie polyester, la mécanique générale, la soudure, la mécanique automobile, la construction de châssis et leur liaison au sol. La formation proposée au sein de l'école ESPERA Sbarro, réalisée au côtés des départements EE et GMC, constitue le cœur de ce projet d’ingénierie pluriannuel associant pédagogie et recherche. Par ailleurs, l'un des verrous importants à lever aujourd’hui pour les véhicules électriques ou hybrides est la détermination fine de l’état de charge (SOC) et l’état de santé (SOH) des batteries. En effet, ces données sont fondamentales à la détermination de l’autonomie disponible du véhicule, mais aussi au diagnostic du vieillissement prématuré des batteries. Ces données sont extrêmement variables en fonction du type de batterie, de l’utilisation qui est faite du page 12 véhicule, des régimes de recharge, de la température, etc. ZEEC et REACT’EV permettent donc des expérimentations dans des conditions réelles d'utilisation. La valorisation d'activités de recherche sur la conception hautement productive EEC et REACT'EV sont des cas d'application dans le domaine de l’ingénierie des systèmes de transports de l’ingénierie dite hautement productive développée au sein de l'IRTES (notamment à l'IRTES‐M3M). Ces travaux visent à développer des modèles, des méthodes et des outils permettant d’améliorer les performances du processus de conception en ingénierie collaborative. Ils portent en particulier sur la gestion des informations Projet – Produit ‐ Process sur l’ensemble du cycle de vie des produits. Pour ce faire, des méthodes et outils originaux ont été développés. Ils adressent l’ingénierie à base de connaissances et permettent de réduire très significativement les de conception de délais l'ingénierie routinière. Par conséquent, ils permettent d’améliorer la qualité des solutions proposées puisque le nombre d’itérations de conception réalisées par les différents métiers impliqués augmente. L’ensemble des recherches appliqué à l’ingénierie hautement productive conduite sur les véhicules ZEEC et REACT’EV s’intègre plus globalement dans le cadre de démarches émergentes appelées "Lean Engineering" ou encore "Lean Product Development". Perspectives ne telle expérience réussie alliant pédagogie, recherche et actions transversales, présage de perspectives intéressantes pour l’avenir et pourra servir de base pré‐figurative pour le projet Pôle Transport et Mobilité, actuellement à l’étude à l’UTBM. Contacts : David BOUQUAIN – IRTES‐SET, Pierre GUENEBAUT – ESPERA Sbarro et Samuel GOMES – IRTES‐M3M Z
U

Documents pareils