Nostalgia and Solidarity. Social Suffering in Post

Commentaires

Transcription

Nostalgia and Solidarity. Social Suffering in Post
214 Anastasiya Ryobchuk
Nostalgia and Solidarity. Social Suffering in Post-Communist
Societies
The Present, the Past and the Ridiculing of Nostalgia
Discourses of 'transition' in east central Europe in some ways echo the 'end of work' debates: the focus o n endings, the erasure of past practices and the ridiculing of nostalgia
(Stenning, 2005a, 236)
After the break-up of the Soviet Union in 1991, Western conservative commentators,
such as Fukuyama, D u i g n a n and Gann, wrote of the victory of liberal democracy over
c o m m u n i s m (Hefferman, 1998, 225) a n d little was heard from the region apart from
success stories of capitalism (Stennning 2005b, 978). However, by the mid-nineties,
'the negative social costs of transition became more visible and a more pessimistic
reading saw it not as a positive triumph of liberal democracy, but rather as a negative rejection of an unworkable and inefficient ideology' (Hefferman, 1998, 227). As
Watson (2000, 200) argued, 'the abstractions of 'civil society' and 'freedom', the acc o m p a n y i n g ideas of ' e m p o w e r m e n t ' and 'control', were at o d d s with the concrete
situations of increasing stress and loss of control that many post-communist citizens
see themselves in'.
M a n y people b e g a n to perceive the negative consequences not as temporary
- o n the way to creating a new economic system, but as an element of this new system itself. Ramet (1991, 53) spoke of these people as 'betrayed by the revolution' and
s h o w e d h o w such feelings of 'betrayal' appear after the lapse of a certain period of
time - 'long e n o u g h to convince the discontented that the system has failed to live
up to its promises'. As Watson (2000,186) puts it:
The transition to democracy in Eastern Europe has not at all conformed to expectations,
East or West. For one thing, whatever the gains, democratisation has not been experienced as an unequivocal improvement of what went before. In a number of ways, the
changes have brought about disappointment - even hopelessness - to many w o m e n
and m e n living in new democracies.
She g o e s o n to list s o m e of the 'most obvious aspects of the downturn of transition':
premature mortality (especially a m o n g m e n in the former USSR), unemployment, civil
strife, rising crime rates and prostitution. M a n n i n g (1995, 201) also noted the growth
of classical social problems during transition, such as infectious disease, alcoholism,
prostitution and higher crime rates, and death rates exceeding birth rates. High levels
of social suffering and dissatisfaction, revealed in social surveys, can therefore be ex-
214
Anastasiya
Ryobchuk
plained by the gap between hopeful expectations of transition and its real negative
consequences that the majority of population experienced.
The rise of nostalgia for the communist past was of great concern to both neoliberal and neo-conservative politicians and social scientists, w h o viewed Eastern Europe and the former Soviet Union as a tabula rasa where a new society could easily
be built. They ridiculed nostalgia for the communist past and presented it as dysfunctional for society. They viewed the return of the past system as impossible and
focused 'on erasing and ignoring the institutions, practices and geographies of socialism, which were deemed to have failed, and building a new social, economic and
political system 'from scratch' (Stenning 2005a, 236).
In this paper I will take a critical stance towards the dominant discourses of 'transitology' that view nostalgia as dysfunctional and as preventing people from adequately evaluating their present and from bringing any kind of change and development. I will try to analyse the meaning of nostalgia in expressing social suffering and
in serving as a source of solidarity for those w h o feel dissatisfied with their current
situation. Unlike the more individualistic expression of suffering based on distinctions ('I deserve to have a higher position than the manual workers, because I am
better educated' or 'my work is more important and more difficult, therefore I should
be making more money'), expression of suffering through nostalgia is based on a
very inclusive, collective 'us' ('Everyone is going through the same difficulties' or 'We
all felt more secure back then'):
.. .the angry understood the meaning of us in a very inclusive way. Those w h o were targeted as 'them' were seen as a small 'economic other' (capitalists in the West, the communist bureaucracy k n o w n as 'nomenklatura' in the East) w h o s e downfall would finally
make possible real participation of all citizens (Ost, 2005,1).
As part of my research on the social suffering of public sector workers in post-communist Ukraine, I carried out sixteen in-depth interviews, asking respondents to describe their present situation and the difficulties they are facing. I also asked them to
explain where they think their social suffering comes from1. M y findings show the
major concerns of this social category: growing poverty due to under financing of
the public sector, risk of unemployment due to the state abandoning a number of its
previous social commitments, widening inequalities and increasing differentiation
of incomes and assets, and feelings of instability, insecurity and of 'being at the receiving end of transition'. M y respondents, like many other citizens, expressed some
'nostalgic' feelings for the communist past. However, as I will argue in this paper, their
1
In this essay I will indicate the community that each respondent came from in brackets after
the interview extract. K stands for Kyiv - the capital of Ukraine, B for Baryshivka - a small town,
70 km South-East of Kyiv, and S for a small village in S u m y region, North-Eastern Ukraine. All
names have been changed. Brief information about each respondent's gender (m-male, f-female), age and occupation is provided the first time that he/she is quoted.
Nostalgia and Solidarity. Social Suffering in Post-Communist Societies
22 7
nostalgia highlights their present suffering and expresses their hopes and concerns
for the future rather than a desire to return to the past.
Those Who Have 'Failed to Adapt'
The overwhelming bulk of poor in Russia live in poverty not because they, like their fellow sufferers in Latin America or Asia, were born in poverty, not even because they failed
to 'adapt themselves' to the new market conditions. They have adjusted quite successfully... In fact, they would have long since been, not poor, but dead, if not for the swift
rise of the culture of survival and the resourcefulness, diligence, and solidarity they displayed. No, they are poor for a different reason. The contemporary Russian poor man is
not he, w h o through his o w n or s o m e b o d y else's fault, failed to become well-to-do, but
he w h o has been deprived of everything (Kagarlitsky, 2005)
M y interviews and statistics both show that the majority of public sector workers are
poor (receiving salaries lower than average), feel poor and describe themselves as
poor, and that this poverty causes social suffering and dissatisfaction. According to
the State Statistics Committee of Ukraine, workers in the fields of education, health
care and social protection have the lowest average salaries after agricultural workers,
compared to other sectors of the economy (Hrek and Yukhnovskyj 2005). According
to the World Bank (2005), work in the public sector during transition was less rewarding than work in the private sector, not only because salaries were lower, but also because work in the private sector offered more opportunities for upward mobility. Risk
of long-term unemployment was also much higher (since jobs were created mainly
in the private sector and destroyed in the public one). Furthermore, higher levels of
education did not guarantee better pay, and in fact, in Ukraine there has been an
increasing demand for low-skilled manual labour.
In these conditions, my respondents felt that it was getting more and more difficult to sustain an adequate level of life, both in absolute terms (since their salaries
were not e n o u g h to buy even the most necessary goods) and in terms of relative
deprivation:
Life is so difficult nowadays. Salaries are so low and prices are so high. It is very stressful
having to think about what to buy, whether we have e n o u g h money or not. We're thinking of whether to buy some meat, or a pair of shoes for our son's physical education
classes. S o either we don't have any meat for a month, or our child has to wear these
old shoes that are too small for him now. A n d these are decisions my wife and I have to
make every day, w h e n we g o to the market, w h e n we're thinking of visiting a friend in a
different city - what is more important, what to buy now and what can wait? Sometimes
the kid wants chocolate, but we only buy lollipops because they are cheaper. This is difficult, earlier we didn't have to make such decisions, why d o we have to d o it now? I am
working hard, my wife is working: we should be able to provide for the family. We're not
beggars, we're intelligentsia. (Serhiy, B, m54, Physics and Maths teacher)
You have to stay for dinner with us. Hold on, let's just move the table towards the sofa.
You know one of our chairs broke a few days ago - my daughter was rocking o n it, and
214
Anastasiya
Ryobchuk
the chair's leg broke. So now we only have three chairs, just for us three, no guest chairs.
So w h e n guests come, we have to move this table towards the sofa, and s o m e b o d y can
sit o n the sofa. This is not so bad, but I feel bad about it - not even being able to buy a
new chair now - I saw one for forty hryvnias ? , but this is the m o n e y we have for food for
a week! A n d we barely have any savings. It's New Year's soon, all these presents, a Christmas tree, my daughter is g o i n g to a play with her class, all this costs money. A n d we're
not poor, there are poorer people than us, we are average, everybody lives like this and
this is what makes m e angry - this humiliation! You know, before there was s o m e dignity
in the work you did, but now you're feeling like a beggar! Oh, why a m I telling you this?
Sit down, please! (Svitlana, B, f38, Ukrainian language and literature teacher)
Charlesworth (2000, 52) presents an insightful account of the social suffering of the
poor, w h o are economically deprived of satisfying their needs. He argues, that 'for
the poor their situation means that the smallest aspects of existence are constituted
from amidst a primal encounter with hardship and the humiliation that it generally involves'. The humiliation of Svitlana w h e n she had to explain why there are not
e n o u g h chairs in her house, or of Serhiy, w h o could not afford chocolate for his child
or had to postpone a visit to his friend, are very well explained by Bourdieu (1984,
178) in his argument about the 'culture of necessity':
The taste of necessity can only be the basis of a life-style 'in itself, which is defined as
such only negatively, by an absence, by the relationship of privation between itself and
the other lifestyles.
One may argue whether the situation of my respondents is truly that of 'necessity'
and whether their o w n comparison of themselves with 'beggars' (note that both respondents used the same comparison) is adequate. After all, it is chocolate and visits
to a friend that Serhiy has to postpone, not bread and milk. Similarly, Svitlana has
found the money for her daughter to attend a theatre performance and to buy a
Christmas tree and holiday presents. Indeed, for them it is 'not so much a question of
whether they will survive, as it is the quality of their experiences in surviving' (Senett
and C o b b 1977,104).
In post-communist Ukraine the number of respondents w h o define themselves
as poor is twice as high as the number of those w h o are officially defined as such
(World Bank 1996). The question is whether it is the official statistics that underreport
poverty and suffering, or whether it is the respondents w h o underestimate their situation, describing themselves as poorer than they really are. As a result of their 'survival strategies' people are not as poor as they present themselves. They do several
jobs, often in the informal sector, keep their o w n garden plots, share with relatives
and neighbours, exchange g o o d s and services. M y respondents were able to afford
a lot more than what they would normally have if they had only relied on their official salary. Serhiy gave private lessons to his students and with his wife they had a
big garden, chickens and a pig. Svitlana also had a garden, and in the summertime
2
Hryvnia is the Ukrainian currency (1 Hryvnia = 0.2 USD)
Nostalgia and Solidarity. Social Suffering in Post-Communist Societies
22
7
travelled to Kyiv to sell apricots, while her retired mother had an informal job in Kyiv,
contributing to the family budget. What they gave as examples of their difficult situation were rather descriptions of the sacrifices they have to make every day to provide
an adequate level of life and of the injustice of a system where an official salary is not
e n o u g h for the most necessary things.
I believe that poverty is only overestimated if by 'poverty' one means passivity
and 'not adapting'. In this context, indeed, the majority of the population has been
active, resourceful and entrepreneurial. However, if one speaks of the material hardships that lead the poor to undertake these 'survival strategies' in order to defend
their situation from getting worse, then poverty is, on the contrary, underestimated.
M y respondents show this very well when they simultaneously define themselves as
poor yet refuse to be called poor. The say they are poor in order to complain about
the injustice of a hierarchically stratified society where 'the majority of the population can barely make ends meet while a minority enjoys all the benefits of modern civilization' (Vera, B, f50, statistician). Yet they refuse to be called poor as this is
'passive' and 'not adapting' and refuse to distinguish their less well-off friends and
relatives as such. Those of my respondents w h o answered 'average' to questions like
'where would you place yourself on the social ladder?' (one being the lowest position
and seven - the highest), specified that what they meant was that the majority of the
population is in similar conditions ('everybody lives like this'), or that they 'have no
right to complain' because there are people w h o are worse off:
I guess I'm average; most people I k n o w live like me. Let's say, I'm four, maybe I have some
friends at three or five. But this four, it's not like a g o o d four. I know I can't complain. O n
the one hand, I'm not unemployed, they're at one, and I'm not working as a night guard
for miserable money like our neighbour - he would be two, I guess. I have a job, and get
my pay regularly, but my salary is not e n o u g h for anything, and I have to d o a second job,
and give private lessons - and I get so exhausted. A n d everyone is like that; everyone is
dissatisfied with life, and with this system! S o I think its not about positions - we could
all stay at the same positions, but if everyone's level of life got higher, if the ladder itself
started at a higher level... (Lena, K, f49, University lecturer)
I don't know where I would place myself, but definitely in the lower half. But I also think
that this lower half is much bigger, because most people are poor. I don't even know
if I have a right to complain: at least I have a job. I could be worse off. There are people
w h o are worse off, many of the people that I personally know, many people here in this
village. At least I'm a doctor, I have some respect in the village, but all these people w h o
lost jobs w h e n our collective farm and our sugar beet factory closed d o w n - their lives
are really tough. A n d then they start drinking. So, yes, I could be worse off, I guess (Sasha,
S, m57, general practitioner)
Having many friends or relatives with w h o m my respondents shared a c o m m o n past,
but w h o now occupy either much higher or much lower positions, also means that
feelings of injustice of inequality and resistance to the adaptation discourse are unavoidable. Nostalgia for the communist past is used to refer to a situation when 'we
Anastasiya
214
Ryobchuk
were all equal' and to resist the division into those w h o 'have adapted' and those
w h o haven't. The 'pervasive and forceful legacies of socialism in the nature and form
of work and economic activity, of solidarity, community, social networks and of property relations' (Stenning 2005a, 237) mean that public sector workers are suffering
not only 'against others' but also 'with others'. Rather than 'having failed to adapt' my
respondents see that they and many people around them were deprived of many of
the benefits they had under socialism.
Orientation Towards the Future
The task to be accomplished is not the conservation of the past, but the redemption of
the hopes of the past (Adorno and Horkheimer 1972, XV).
Social optimism depends on the economic situation in the country and much of the
suffering (as suggested earlier) comes from material deprivation, inequalities and a
difficult economic situation in the country. Thus, we can see how social dissatisfaction and suffering increased in 1998-99, when the Ukrainian economy was in crisis,
and how suffering decreased at the beginning of 2000, when the economy was expanding. However, it also depends on the political situation and its 'openness', on the
availability of different options for development and on the opportunities for personal engagement in the political process. Whether people 'agree' to suffer depends
on whether they have the hope that the situation will improve (Bauman 1997) and
whether they feel it is possible to do something to bring about social change. The enthusiasm of Ukrainians in 1991, when the country gained its independence after the
break-up of the Soviet Union, and in 2005 w h e n the corrupt oligarchic regime was
overthrown during the Orange Revolution, and their increasing disappointment after the revolutions can be explained with Hannah Arendt's (1963) parallel from Rene
Char about the 'lost treasure':
A history of revolutions could be told in parable form as the tale of an age-old treasure
which, under most varied circumstances, appears abruptly, unexpectedly, and disappears again, as t h o u g h it were a fata morgana.
Hannah Arendt describes revolutions as moments 'between past and future', where
the things that people did not like seem to belong to the past, and what they hoped
for is still possible in the future. One of my respondents noted that:
Back in 1991 I felt like something g o o d could happen. You know, like something really could change, like all these people on the hunger strike in Kyiv, and all the protests
against Chornobyl... and the coal miners... Like they couldn't just be standing there for
nothing; it had to work! We knew we'd had e n o u g h and we wanted changes, there was
this song during perestroika 'Our hearts d e m a n d changes, our eyes d e m a n d changes'.
I can't even describe the feelings I had then. It was something beautiful. But then we
lost our savings, then the economy collapsed, then w h e n it was all over and everyone
returned to work, except nothing was working. The people were betrayed, that's what
Nostalgia and Solidarity. Social Suffering in Post-Communist Societies
22 7
I say. A n d it's the same now. We had this Orange revolution, and I was there, I seriously
was wearing this orange sweater to work all the time, even t h o u g h I could have been
fired, but I took the risk because I felt I wanted this change, and I felt... and we all felt so
good. A n d now, what did we get? Life is the same as it was... (Vera, B).
This statement is very interesting, especially in light of the current discussions about
the 'disappointment with the Orange Revolution' in Ukrainian and Western media
and also when one speaks of 'nostalgia' as disappointment with the consequences
of transition. We see here the difficulty in explaining the precise feelings Vera experienced, the precise things she was hoping for. All she tells us is that 'it was something
beautiful' and that s o m e h o w she knew she wanted changes and she was ready to
take the risks. As Simone Weil (1952) argues 'We have fallen into the trap of totalitarian systems because we were not at the height of something beautiful that was
being born in us'. To place this in the post-socialist context, I would like to use Ost's
(2005) book 'The defeat of solidarity' as an example. In it he argues that the leaders
of the 'Solidarity' movement in Poland have betrayed the workers, w h o hoped for a
more just and a less alienating political and economic system. The leaders of the Solidarity trade union did not remain faithful to the workers' interests. The 'lost treasure'
of 1989 in Poland caused economic frustration and anger a m o n g the workers, w h o
became the 'losers' of transition and are now portrayed in Western media as some
archaic remnants of socialism, as a condition in need of alleviation.
Similarly, my respondents said that they knew 'what was w r o n g ' under state
socialism and they initially supported transition. However, as Hennadiy (S, m59,
schoolteacher and museum worker) puts it, 'what was wrong and what we wanted
to change remained, and what was true and what we wanted to keep disappeared'.
M y respondents also spoke of a 'betrayal' of their hopes, usually by the 'oligarchs,
w h o never cared about the people' or by political leaders w h o 'only fight and shout
a lot, but don't do anything' (Hennadiy, S). Betrayal also came from the state abandoning a number of its social commitments, and leaving the public sector workers to
compensate, 'without being given all the necessary means, for the most intolerable
effects and deficiencies of the logic of the market' and leaving them 'abandoned,
if not disowned outright, in their efforts to deal with the material and moral suffering' (Bourdieu et al. 1999,183). C o m m o n experiences of relative equality and stability
under state socialism present a basis for solidarity and resistance to a system where
inequalities and instability are the norm. But do these c o m m o n past experiences represent a desire to return to the communist past? Why are people 'nostalgic for a socialism which they did not like very much when they had it but now sorely miss' (Kotz
and Weir 1997)? Does 'missing' mean wanting the return of the past? Does it mean
that the past was 'better'? If so, why did Vera 'demand changes' and saw 'something
beautiful' in the possibility of change? I believe that when one speaks of suffering in
relation to social change, it is important to note that respondents give not an 'eter-
Anastasiya
214
Ryobchuk
rial' image of the past, but rather a 'unique experience with the past' (Benjamin 1968,
242).
W h e n my respondents said that life before perestroika was better, it should be
read not as an accurate representation of life twenty years ago compared to now, but
as a re-evaluation of the past coming from a present position and re-evaluation of
the present through the past. Respondents went on to specify what things were 'better then': greater security, equality, social guarantees from the state. They sometimes
also listed things that were 'better n o w ' - more freedom, higher living standards,
excitement with new opportunities - and those that were not open before (travelling
abroad, starting own business), etc. Simone Weil's remarks on the social suffering of
workers are insightful. She argues that instead of reading in workers' demands and in
their hopes 'the cure for their misfortune' they should be read as 'the sign and token
of their sufferings'.
If they want control of engagement and nationalization, it is because they are obsessed
by the fear of total uprootedness - that is, of unemployment. If they want the abolition
of private property, it is because they have had e n o u g h of being admitted into wherever
it is they work as immigrants allowed to enter o n sufferance (Weil 1952, 51).
Similarly, nostalgia for the communist past does not show the superiority of the past
system, but the 'uprootedness' caused by the present structural injustice. An adequate understanding of nostalgia is therefore not to see it as a desire to return to the
past, but rather as a sign and token of the present sufferings and of the hopes and
concerns for the future. As Zizek argues:
Is not the ultimate source of Ostalgie (nostalgia for the C o m m u n i s t past) a m o n g many
intellectuals (and ordinary people) from the defunct German Democratic Republic also
a longing not so m u c h for the Communist past, but rather for what that past might have
been, for the missed opportunity of creating an alternative Germany? (Zizek 2005)
For my respondents and for many post-communist citizens, dominant discourses of
transition and adaptation to new realities present no alternatives to neo-liberal capitalism. Therefore, expressing their suffering with others around the 'better' (albeit imaginary) past is perhaps one of the few ways of creating more open accounts of economic change, which show 'not only conflicts but alternatives, in the spaces opened
up by the uncertainties and promises of post-socialism' (Stenning 2005a, 237).
References
Arendt, H. (1963) On revolution. (London: Faber and Faber).
Bauman, Z. (1997) Postmodernity and its discontents. (Cambridge: Polity).
Charlesworth, S. (2000) Social Suffering and Working-class life. In: Fowler, B. (edj Reading Boudieu on Society and Culture. (Oxford: Blackwell).
Nostalgia and Solidarity. Social Suffering in Post-Communist Societies
22 7
Benjamin,W. (1968J Theses on the philosophy of history. In: Illuminations. (New York:
Schocken Books).
Bourdieu, P. (1984) Distinction: A social critique of the Judgement of Taste. (Cambridge,
MA: Harvard University Press)
Bourdieu, P. et al. (1999) The weight of the world: social suffering in contemporary society. (Stanford: Stanford University Press).
Hefferman, M. (1998) The Meaning of Europe: Geography and Geopolitics. (London:
Edward Arnold)
Horkheimer, M. and Adorno, T. (1972) Dialectics ofEnlightment. New York: Continuum.
1972, p. XV.
Hrek, N. and Yukhnovskyi, I. (2005J Buty chy ne buty seredniomu klasu v Ukrajini? (To
be or not to be for the middle class of Ukraine? - In Ukrainian) Dzerkalo Tyzhnia,
17 (544), 7 - 13 May 2005.
Kagarlitsky, B. (2005) Revolt of the middle masses, <http://www.tol.cz>, 4 February 2005.
Kotz, D. and Weir, F. (1997) Revolution from above: the demise of the Soviet system. (London and New York: Routledge).
Manning, N. (1995) Social policy and the welfare state. In: Lane, D. (ed). Russia in transition: politics, privatization and society. (London and New York: Longman).
Ost, D. (2005) The defeat of solidarity: anger and politics in postcommunist Europe.
(Cornell University Press).
Ramet, S. (1991) Social currents in Eastern Europe. (Durham and London: Duke University Press).
Senett, R. and Cobb, J. (1977) The hidden injuries of class. (Cambridge: Cambridge University Press).
Stenning, A. (2005a) Re-placing work: economic transformations and the shape of a
community in post-socialist Poland. Work, Employment and Society, 19:2, 235-59.
(2005b) Where is post-socialist working class? Working-class lives in the spaces
of (post-) socialism. Sociology, 39:5,983-99.
Watson, P. (2000) Rethinking transition: Globalism, gender and class. In: International
feminist journal of politics, 2:2,185-213.
Weil S. (1952) The need for roots. (London, Henley and Boston: Routledge and Kegan Paul).
World Bank (1996) Poverty in Ukraine. Report No. 15602-UA. (Washington, DC: World
Bank).
World Bank (2005) Ukraine Job Study, <http://www.worldbank.org>
Zizek, S. (2005) What might have been: imaginary history from 12 leading historians
ed. Andrew Roberts. London Review of Books, 27:16.
La culture du « bomj »
Reponse critique a I'approche culturaliste
a partir d'une etude ethnographique en Ukraine
ANASTASIYA
RYABCHUK2
Definition du terme « bomj »
Clarifier la definition du terme « BOM] », utilise en Ukraine 3
pour decrire des gens « sans domicile fixe » suppose de partir de
l'abreviation « Bez Opredelennogo
Mesta Jitelstva » - « sans lieu
de residence determine ». Ce syntagme est issu des documents officiels de la police sovietique des annees 1970. Aujourd'hui, il vehicule aussi des connotations morales et est utilise pour decrire les
gens qui portent les vetements vieux et sales, boivent de l'alcool, ne
travaillent pas, n'ont plus de contacts familiaux, sont malades et/ou
dangereux. Ces appellations renvoient ainsi aux qualifications de la
« culture de la pauvrete » d'Oscar Lewis, autrement dit un ensemble
de traits negatifs pour caracteriser un etat de decheance. Souvent
au sentiment de la repugnance s'ajoute la crainte des « bomji »
comme des anciens prisonniers, des voleurs, des individus agressifs
et psychologiquement instables ou porteurs d'infections. Ainsi, si
la traduction exacte de l'abreviation BOMJ suggere 1'equivalence
au terme fran^ais « SDF », la signification mene plutot aux mots
2. Doctorantc cn sociologie, universite dc Kycv et E H E S S .
3. C o m m c dans d'autres pays d'ex-URSS. C e terme vient du langage bureaucratique sovietique qui restc tres repandu jusqu'a aujourd'hui, meme si le systeme dont il est le produit
n'cxiste plus.
L'ARRIERE-COUR
DE L A M O N Dl A L I S AT 10 N
« clochard » ou « vagabond ». On nc peut adequatement decrire cc
phenomcne que si on tente de comprendre les conditions objectives
de la formation de la « culture » du bomj, ainsi que l'apparition et la
reproduction des pratiques sociales, qui lui sont associees.
Culture du « bomj »: un sujet « exotique » ?
Au cours de ma recherche aupres des « personnes sans domicile fixe » en Ukraine 4 , mes professeurs de sociologie me reprochaient de donner, bien que parvenant a decrire les raisons economiques de ce probleme, tres peu d'attention au phenomene culturel
des « bomji ». « Mais en effet, ce sont des gens avec une maniere de
vie etonnante, avec les pratiques quotidiennes de la survie dans la
rue et une sub-culture tres interessante », - me disaient-ils. Meme
si une etude sociologique ne sera jamais complete sans cet angle
anthropologique, mes hesitations etaient d'une autre nature : je ne
me sentais pas a l'aise pour decrire les sans-logis sous l'angle d'une
sub-culture exotique, puisque je savais que la plupart de ceux que
l'on appelle les « bomji » ne choisissaient pas une telle maniere de
vivre. Surtout, cette vision restrictive d'une culture ne permet ni
de voir de quel milieu proviennent ces personnes ni, de ce fait, les
pratiques differenciees qu'on y retrouve compte tenu des trajectoires anterieures et aussi des modes d'expositions tres varies affectes par des logiques de situation tres contraignantes (vols, effets
d'opportunite dans les rencontres...) 5 . A l'epoque, j'evitais meme
d'utiliser le mot « bomj » dans mes travaux, en lui preferant provisoirement le terme plus neutre de « sans-logis ». Mais deux ans plus
tard, j'ai ete invitee a un seminaire a Paris (seminaire sur la pauvrete
4. La mcthodologie de ma rccherchc (pour lc diplome de bachelor) consistait dans le rccours
a des entretiens semi-structures avec les sans-logis et les observations de leur vie. D'un
point de vue ethnographique, j'ai visite les endroits ou on trouve les sans-logis (les gares,
les souterrains, les centres sociaux, les points de rccyclage, etc.) afin dc mieux comprendre leur environnement le plus proche. Au total, pendant ma recherche en 2 0 0 3 - 2 0 0 4
j'ai mene 60 entretiens avec des sans-logis ukrainiens, et plus d'une dizaine d'entretiens
avec des travailleurs sociaux. Actuellcment, je realise ma these sur les perceptions des
« bomji » par des individus et des organisations s'occupant des sans-logis, aussi bien que
dans les medias, par des sociologues et des gens ordinaires.
5. Meme s'il y a toujours un element du « choix libre », dans lc cas des pauvres et des marginalises il s'agit plutot d'un « choix de necessite ».
354
IV. LA CULTURE DU « BOM)
»
intitule « Zones frontieres », universite Paris I / C N R S , anime par
Patrick Bruneteaux et Daniel Terrole) pour faire un expose sur la
vie des sans-logis d'Ukraine. Consciente que l'interet principal de
mes auditeurs serait tourne vers les details « exotiques » de la vie
de « bomji » ukrainiens, j'ai decide de repondre a cet appel, ce qui
signifiait me positionner sur I'approche culturaliste.
L'ethnographie des sans-logis ukrainiens est un sujet
doublement exotique pour le lecteur fran^ais. De prime abord, il
s'agit d'un groupe marginal situe a une grande distance sociale des
« gens ordinaires ». Cette distance devient plus significative quand se
confrontent le chercheur et son objet d'etude. Pearson et Bourgois
nous parlent de la tension identitaire du chercheur entre la culpabilite qui le conduit a se faire le porte-parole de la misere des autres et
d'autre part la jouissance voyeuriste des descriptions minutieuses de
la deshumanisation des sans-logis. Et ne pas en parler, n'est-ce pas
collaborer, comme ceux qui, en d'autres lieux et en d'autres temps,
fermerent les yeux sur des violences extremes du type de celles qui
marquerent la conscience morale universelle, a savoir Auschwitz ?
« O n ne peut pas nous empecher de produire une fois de
plus un travail professionnel fonde sur tant de perversite et
tant de souffrances sociales : d e v o n s - n o u s etre les t e m o i n s
de la misere sociale ou est-ce un recit exotique narcissique et voyeuriste p o u r les autres ? Plus i m p o r t a n t encore,
e s t - c e que notre discipline qui ressent une aversion a mener
des enquetes de terrain parmi les S D F dependants a l'alcool
ou aux drogues qui f o u r m i l l e n t dans les rues des villes a
travers les U S A est comparable a la collaboration i n c o n s ciente qui permit aux trains d ' e t r e achemines j u s q u ' a A u s chwitz ? » 6
Le deuxieme source d'« exotisme » provient de la distance
geographique et culturelle : la societe ukrainienne est une societe
etrangere et peu connue par les Frangais. En fait, on revient au
modele des « ethnologues » qui menaient des recherches sur les
societes sauvages et exotiques et qui s'engageaient dans le debat
6. Pearson, Charles et Bourgois Philippe, 1995, « Hope to die a dope fiend »,
Anthroplogy,
Cultural
10 (4): 587-593.
355
L'ARRIERE-COUR
DE LA M O N D I A L IS ATI O N
plutot avec d'autres « specialistes de la region » qu'avec des sociologies qui s'interessent au meme sujet mais dans les societes « occidentales » 7 . La recherche de la « culture » specifique aux sanslogis ukrainiens peut etre un outil pour reproduire cette vision
« exotique », mais aussi pour rompre avec une vision voyeuriste
et superficielle en avan^ant notre savoir scientifique sur le monde
social, tel qu'il est vecu aujourd'hui par les « bomji » dans les pays
post-sovietiques.
« Culture de la pauvrete » ou « culture du pauvre »?
Malheureusement, trop souvent l'analyse de la « culture »
des pauvres est consideree comme insuffisamment « sociologique ».
Ce type d'etudes (et avec lui tout le champ de la sociologie de la
pauvrete) etait discredite definitivement apres les travaux sur « la
culture de la pauvrete » d'Oscar Lewis 8 dans les annees 1960, qui
sont devenus la base d'une politique conservatrice de la limitation
de l'aide sociale aux pauvres aux Etats-Unis (sous le pretexte que
la pauvrete represente non pas le probleme de la structure sociale,
mais le probleme de la « culture »). Mais je dis « malheureusement »,
puisque le probleme des pratiques culturelles des pauvres peut etre
etudie differemment: en meme temps que Lewis a commence a
parler de « la culture de la pauvrete », on a pu aussi voir « le tournant
culturel » du cote des marxistes anglais. Dans les annees soixante
E.P. Thompson ecrit The making of the English working-class9, Paul
Willis continue avec son ouvrage Learning to labour10, et Richard
Hoggart, le premier directeur du Centre d'etudes de la culture
7. Les dangers de ce type d'exotisme sont bien analyses par Bourdieu [1984, p. 30, 3 2 ] : « La
distinction entre ethnologic et sociologie est typiquement une fausse frontiere... c'est un
produit de l'histoire (coloniale) qui n'a aucune espece de justification logique. [...] Les
ethnologues ont constitue le « primitif » c o m m e tel parce qu'ils n'ont pas su reconnaitre
en lui ce qu'ils sont eux-memes. » (Bourdieu Pierre, 1984, Questions de sociologie,
Paris,
Minuit).
8. Lewis Oscar, 1959, Five Families: Mexican Case Studies In The Culture Of Poverty, N e w
York. Basic B o o k s ; Lewis O s c a r , 1966, La Vida: A Puerto Rican Family In The
Culture
Of Poverty, San Juan And N e w York. N e w York, Random House.
9. T h o m p s o n Edward Palmer, 1963, The Making of the English Working Class, London,
Victor G o l l a n c z Publ.
10. Willis Paul, 1977, Learning
to Labour:
how working-class
kids get working-class
jobs,
Farnborough, Hants : Saxon House.
356
IV. LA CULTURE DU « BOM) »
contemporaine a Birmingham, publie son travail The Uses of Literacy (qui etait traduit en frangais comme « La culture du pauvre 11 »
- titre presque identique a la « culture de la pauvrete » de Lewis!).
C'est ici que reside le choix principal de ma recherche - un
choix qui est a la fois theorique et pratique. La theorie de la « culture
de la pauvrete » est devenue signe de I'approche conservatrice de la
pauvrete comme a un etat « naturel » et « universel » de la societe,
tandis que celle de la « culture du pauvre » se refere a un processus
de classification a la fois materielle et discursive, ou le pauvre est
un agent actif, faisant partie de la structure sociale et repondant
aux limitations du systeme economique et des assignations par les
dominants, qui lui sont imposes.
Espace physique et espace social:
« tenir les bomji a distance des gens normaux »
Dans La misere du monde Pierre Bourdieu (1998: 252)
remarque que « celui dont on dit qu'il est "sans feu ni lieu" ou "sans
domicile fixe" n'a - quasiment - pas d'existence sociale », parce que
« la position d'un agent dans l'espace social s'exprime dans le lieu de
l'espace physique ou il est situe » :
« L a capacite de d o m i n e r l'espace, n o t a m m e n t en s'appropriant (materiellement ou s y m b o l i q u e m e n t ) les biens rares
(publics ou prives) qui s'y trouvent distribues, depend du
capital possede. L e capital permet de tenir a distance des
personnes et les choses indesirables en meme temps que de
s'approcher des personnes et des choses desirables (du fait,
entre autres choses, de leur richesse en capital)... Inversement, ceux qui sont d e p o u r v u s de capital sont tenus a distance, soit physiquement, soit s y m b o l i q u e m e n t , des biens
socialement les plus rares et c o n d a m n e s a c o t o y e r les personnes ou les biens les plus indesirables et les m o i n s rares.
Le defaut de capital intensifie l'experience de la finitude : il
enchaine a un lieu. » ( B o u r d i e u , op. cit.:
11. Hoggart Richard, 1970, La culture
du pauvre,
258)
Paris, Minuit. (publication cn anglais:
The Uses of Literacy: Aspects of Working Class Life, Chatto and Windus, 1957).
357
L'ARRIERE-COUR
DE L A M O N D l A L I S A T I 0 N
Generalement, « l'espace physique affirme l'espace social »
et on peut tenir les personnes non desirees a une distance (en les
rendant « invisibles »). Ceci n'est pas toujours possible dans le cas
des sans-logis qui penetrent le noyau de villes, en rappelant aux habitants les plus riches l'existence de la misere extreme dans la ville. Par
consequent, les « nettoyages des rues » et les « raids » de police sont
repandus pour « proteger » les habitants des quartiers privileges de
la « penetration » des pauvres. Le maire de Kyiv est connu pour ses
declarations tendant a « resoudre dans trois jours le probleme de la
presence des bomji dans le centre-ville », surtout avant des fetes ou
des visites des delegations internationales. En hiver, quand les sanslogis passent beaucoup de temps dans les gares, la police fait une
« Operation « B O M J » en emmenant des gens « qui apparaissent
comme des bomji » dans les stations de police « pour verifier leur
identite » et pour « proteger des passagers des possibles vols, agressivite et transmission des maladies congenitales par des bomji »12.
Mais comme on ne peut pas toujours eviter la presence des
sans-logis dans « l'espace physique » privilegie (des nettoyages des
rues fonctionnent comme une « porte de rotation »), les classes dominantes renforcent l'exclusion des sans-logis de l'espace social, en
parlant des defauts au niveau de la culture des « bomji ». Quand la
distance sociale est moins significative, les efforts pour se « distinguer » doivent etre plus grands. Un exemple classique vient des
protestations des habitants d'un quartier ouvrier a Kyiv contre la
construction d'un centre social pour les sans-logis, ou pendant la
tentative d'evacuer des ouvriers d'un foyer sans leur offrir un logement alternatif, ou les residents protestaient qu'on « les rend comme
des bomji»13.
12. C e sont des citations d'un entretien avec un policier sur la 5 l chaine de television ukrainienne en hiver 2007. Dans un papier a paraitre dans la revue urkainienne Travail
social
et politique
sociale ( N o . 1 - 2 , 2 0 0 8 ) j'ai montrc deux tcndances qui se renforcent en
U k r a i n e : celle de la mondialisation des politiques de « tolerance zero » et £tat penal,
decritcs par Loic Waquant et celle de la reproduction de la politique repressive vers des
« parasites sociaux », « alcooliques » et autre deviants dans l ' U R S S . Une « operation »
identique est menec regulierement en Russie, ou lc chef de police en charge de cette
« operation » a dit qu'il faut « tenir les bomji a distance des gens normaux ».
13. Ces protestations ressemblent au mouvement N I M B Y (not in my backyard) en Amerique du N o r d contre la construction des centres sociaux pour les « sans-logis » dans les
quartiers residentiels. Mais une difference importante tient au fait qu'en U k r a i n e , ce
sont dans les quartiers ouvriers les plus pauvres, que la mairie decide de construire ces
358
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
Lc rapport entre l'espace social et l'espace physique est un
rapport de domination et de distinction. Ce rapport contribue a la
creation d'un « culture » du bomj par quatre tendances interconnectees: (1) d'un cote, par des nettoyages des rues ou Pintervention
de la police, des bomji ne sont pas admis dans les espaces physiques
reserves aux « gens normaux » ; (2) mais, d'un autre cote, les bomji
creent les endroits « a eux » comme des « ilots de liberte »; (3) d'un
cote, par l'assignation de la « culture de la pauvrete » les bomji ne
sont pas admis dans les espaces sociaux privilegies, (4) mais, d'un
autre cote, dans un environnement hostile, les bomji forment une
culture de survie a la rue. Ces tendances se renforcent, et la question de la position la plus basse dans l'espace physique et dans la
structure economique devient aussi une question de la culture
specifique developpee par les bomji comme partie de leur « habitus ». Une des manieres de deconstruire le substantialisme culturaliste consiste a entreprendre une analyse des rapports sociaux
autour de l'addiction.
Consommation de I'alcool et crise du « machisme ouvrier »
Aujourd'hui, le niveau de consommation de I'alcool en
Ukraine est un des plus eleves en Europe. Pour les ouvriers qui
ont perdu leur travail dans les annees 1990 ou qui avaient d'autres
difficultes (precarisation, delais dans le payement des salaires) se
rencontrer pour consommer de I'alcool est un mode d'expression
de leur solidarite 14 . C'est bien visible dans ces mots de Sacha, lequel
raconte comment ses « copains » ont sauve sa vie et comme ils sont
les seuls qui « ne jugent pas » (a la difference de son frere, qui lui
« conseille comment vivre »):
« O u i , un jour, j'ai failli etre ecrase par un tramway, tellement j ' e t a i s ivre. Au dernier m o m e n t mes copains m'ont vu
centres pour les sans-logis, et done ce ne sont pas les classes moyennes, mais les ouvriers
deja precaires, qui ont peur de « devenir c o m m e des bomji » cux-memes et protestent
contre la possibility dc cettc degradation a la fois sociale et physique de leurs quartiers.
14. Une tendance semblable est observee par des sociologues fran^ais et anglais sur la
consommation d'alcool par des sous-proletaires, par exemple chcz P. Gaboriau, 1993,
Clocbard,
Paris, Julliard.
359
L'ARRIERE-COUR
DE L A M O N Dl A L I S AT I O N
et m'ont sauve. [...] J'ai raconte cette histoire a mon frere et
il m'a dit " S a c h a , je te prie, arrete de boire, sois un h o m m e !
C a r maintenant tu es un ivrogne a c c o m p l i ! " E t je lui ai
repondu : " E t qu'cst-ce qui changera, ah ?" S'il m'avait dit
"arrete de boire, tu auras une maison et un t r a v a i l " - ga c'est
une chose, mais autremcnt je ne vois pas le sens. C c t t e vie
n'a pas de sens et l'alcool permet juste de survivre. E n tout
cas je ne serai pas " u n h o m m e " sans maison et sans travail.
M o n frere, lui, il ne travaille pas, c'est ma vie, il n'a aucun
droit de me juger. Mes c o p a i n s , eux, ils ne me jugent jamais,
ils c o m p r e n n e n t . » (Sacha, 43 ans, place « K o n t r a k t o v a »,
16.01.04)
Walter D. Connor 1 5 dans sa recherche sur l'alcoolisme et la
deviance dans l ' U R S S , montre bien que la consommation de l'alcool
etait repandue parmi des hommes sovietiques, surtout parmi des
couches inferieures de la classe ouvriere (les ouvriers peu qualifies, avec le niveau de formation tres bas, issus des petites villes et
villages) 16 . II donne l'exemple d'une des traditions au travail, ou un
nouvel ouvrier devait acheter de l'alcool pour tous ses « camarades
de travail » pour feter son premier salaire. Les sans-logis reproduisent cette pratique en la modifiant - chaque « bomj » doit partager
son « revenu » journalier avec les autres, en soulignant son appartenance au collectif. (dans les mots de Piotr: « Le matin je vais recolter
des bouteillespour gagner unpen de sous, et puis on partage avec des amis,
on boit de la vodka, onparle
de la vie... » - Piotr, 46 ans, 23.05.03).
L'abus collectif de l'alcool par des travailleurs precaires est
aussi lie a la formation d'une image romantique assez machiste,
repandue dans la culture ouvriere masculine 1 7 , qui est fortifiee
chez des bomji. Ils aiment raconter des histoires des femmes infideles, qui ne les soutenaient pas, mais au contraire les « jetaient
15. C o n n o r Walter, 1972, Deviance
in Soviet Society. Crime, Delinquency,
and
Alcoholism,
N e w York, Columbia University Press, p. 50-52.
16. Les classes superieures consomment aussi l'alcool, mais c o m m e cllcs le font dans les
lieux socialement privileges, ces activites restent soit invisibles, soit legitimees par
l'endroit meme - une boite de nuit, un bar. La consommation de l'alcool sert a stigmatiser en combinaison avec d'autres facteurs - actes consideres c o m m e « deviants » (tcnue,
aspect mcna^ant), position de classe inferieure, presence dans un etat d'ebriete dans un
lieu public, etc.
17. Hoggart, op. cit.; Willis, op. cit.
360
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
dehors, comme dans la poubelle » (cette phrase etait utilisee par les
bomji aussi en parlant des licenciements de masse - ce qui montre la
depression qu'ils ont ressentie d'etre rejetes a la fois comme ouvriers
et comme peres des families) 18 . L'aspect de genre est extremement
important et merite d'etre etudie separement. Si les femmes au
chomage peuvent toujours trouver une source d'identite positive
dans le travail domestique (« une bonne femme de menage »), la
garde des enfants (« une bonne mere ») ou finalement dans 1'apparence (« une femme belle/attractive ») l'identite des hommes est
presque exclusivement constituee par le succes economique et
le capital physique 19 . D'ou le stress plus fort lie a l'impossibilite
de gagner de l'argent pour sa famille, la depression, les tentatives
de suicide, la delinquance, l'alcoolisme et l'abus des drogues. La
mortalite des hommes en age productif en 2006 etait presque trois
fois plus elevee qu'en Europe de 1'Ouest. Plus de la moitie des morts
aurait pu etre evitee (suicides, intoxication de I'alcool de mauvaise
qualite, partage des seringues dans 1'utilisation des drogues, maladies cardiovasculaires et tuberculose, causees par le stress et la
pauvrete) 2 0 . Ceux qui avaient des families etaient souvent chasses
dehors par leurs femmes, qui ne voulaient plus les voir ivres, malades et « utiles pour rien ». Plusieurs hommes ont quitte la maison
de bon gre - soit par la honte de la « chute personnelle », soit sous
pretexte d'aller chercher du travail. Beaucoup avaient des periodes
« transitoires » de travail precaire avant de devenir bomji ou aussi
l'experience de la prison, ne sachant pas ou aller apres la sortie :
18. La perspective feminine doit etre aussi prise en consideration - les hommes ivres au
chomage souffrent d'un stress particulierement eleve dans cette societe patriarcale, d'ou
des reponses « destructives », qui peuvent entraincr une souffrance des femmes et des
enfants (le probleme des « enfants de la rue » en l'Europe de 1 'Est est au moins en partie
lie a ce contexte d'instabilite familiale, le chomage et l'alcoolisme du pere - proteger
l'enfant en interdisant a son mari de rentrer a la maison dans un etat d'ebriete est une
pratique bien comprehensible).
19. Plusieurs chercheurs russes ont travaille sur la question de la crise de la masculinite,
parmi lesquels Ashwin, Sarah et L y t k i n a , Tanya, 2 0 0 4 , « Men in crisis in Russia: T h e
role of domestic marginalization », Gender & Society, vol. 18, N o . 2, 189-206. Dans la
societe frangaise, le travail de Gerard Mauger montre que la « masculinite » des bandes
des jeunes des banlieucs est aussi constituee par le succes economique et le capital physique.
20. Un rapport detaille sur la situation demographique en U k r a i n e et la mortalite en age
productif est disponible sur le site http://demoscope.ru/weekly/2008/0327/print.php.
361
L'ARRIERE-COUR
DE L A
MONDlALISATI0N
« Ma femme m'a trahi avec un autre. Bien sur, qui a besoin
d'un alcoolique comme moi ? Mais, quand je l'ai vu avec son
amant, j'etais fache. N e touche pas a ma femme! Et puis je
l'ai frappe avec un marteau sur sa tete! J e ne laisserai personne baiser ma f e m m e ! Mais qui pouvait penser qu'il allait
mourir ? J'ai fini en prison. Pour un meurtre on condamne
a une reclusion a vie, comme d'habitude, mais pour moi
c'etait pas un meurtre... c'etait par accident, alors ils m'ont
donne 12 ans. Et ma femme, salope, quand je suis rentre, ne
m'a pas laisse entrer chez moi. Elle m'a d i t : maintenant c'est
ma maison, va-t-en, Jenia, j'ai pas besoin de toi... » (Jenia,
52 ans, metro « Kontraktova plochtcha » 27.06.03)
On voit bien que, dans ces extraits d'entretiens, se cache un
sentiment d'agression machiste (qui mene jusqu'aux meurtres) melange
avec de la honte d'avoir echoue a etre un « vrai homme » qui se procure
un travail stable et « possede » une femme fidele. II est aussi clair que
les bomji manquent d'outils necessaires pour faire une socioanalyse de
leur situation, qui permettrait de voir des raisons structurelles de leur
chomage et d'etre « soulages » par la connaissance que leur situation
ne se refere pas a leur chute personnelle mais s'inscrit dans la violence
structurelle du monde social. C'est done une obligation du sociologue
de montrer la provenance et la reproduction de la « culture ouvriere
machiste » chez les bomji dans la double crise a la fois du monde ouvrier
et de la masculinite dans le contexte post-sovietique :
« Pour rompre avec les idees regues et le discours ordinaire, il
ne suffit pas, comme on veut parfois le croire, d'"aller voir" ce
qu'il en est... [ T ] out porte a penser, que l'essentiel de ce qui
se vit et se voit sur le terrain, e'est-a-dire les evidences les plus
frappantes et les experiences les plus dramatiques, trouve son
principe tout a fait ailleurs » (Bourdieu, 1998: 249).
Solidarity et predation :
se mefier des « loups en peau d'agneau »
Un autre element de 1'identification forte contre le monde
exterieur est la mefiance a l'egard des autres, « qui se presentent
362
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
comme des amis mais sont des loups en peau d'agneau ». Encore une
fois, on note une division tres claire entre ceux qui se considerent
comme des « freres » et ceux qui « se veulent du mal »: « Nous ne
trahissons jamais nos freres, nous nous partageons, nous nous aidons en
difficulte. Un pour tous et tous pour un! Mais quand a ceux qui nous
veulent du mal-qu'ils
ne prientpas la pitie!», dit Kostia. Les passants
ou meme les travailleurs sociaux sont souvent traites avec la meme
agressivite que ceux « qui veulent du mal » aux sans-logis. Dans le
monde de la rue, « se soucier des autres te rend vulnerable, ga te
place en dessous de tout le monde » 2 1 . Tellement dependants des
autres, les sans-logis veulent proteger au moins cette illusion de la
liberte qu'ils ont quand personne ne les touche :
« Les travailleurs sociaux peuvent etre b o n s , oui c'est vrai.
Mais pourquoi ils ne restent pas dans leurs centres, on y
vient quand on a besoin. Pourquoi ils viennent ici dans
la rue, le seul endroit ou nous s o m m e s chez nous, et ils
nous forcent d ' e c o u t e r leur morale - ils disent qu'ils savent
m i e u x que nous de quoi nous avons besoin ou qu'il faut
se t o u r n e r vers D i e u , etc. Si vous le voulez - t o u r n e z - v o u s
v o u s - m e m e s ! Ils ne nous respectent pas du tout, ils pensent
juste c o m m e n t nous forcer a quitter la rue. » ( Y u r i , 65 ans,
marche « Z h y t n i », 13.06.03)
« Parfois, les passants nous traitent c o m m e des chiens. 11
faut se d e f e n d r e ! Si cette f e m m e - l a me regarde c o m m e ga je
lui repondrai de meme. Q u ' e s t - c e que tu regardes, s a l o p e !
V a - t - e n ! » (Vitaliy, 42 ans, souterrain du m e t r o « K o n t r a k tova plochtcha » 0 6 . 0 6 . 0 3 )
Mais c'est la police qui regoit les pires commentaires - les
« sans logis » les appellent « moussora » (les dechets) inversant de la
sorte le stigmate. « Moussora ne nous respectent pas, s'ils nous respectaient, ils ne nous battraientpas, ils ne nous arreteraientpas»,
- confesse
un jeune sans logis dans le film documentaire « Flowers don't grow
here ». Presque tous les repondants ont mentionne qu'ils etaient
21. CharIcsworthSimon,2000,/l Phenomenology
of Working-Class
Experience.
Cambridge,
Cambridge University Press, p. 58.
363
L'ARRIERE-COUR
DE L A M O N D I A L IS AT 10 N
battus par la police. D'autre cote, parfois les sans-logis provoquent
cette violence, ce qui aboutit a un cercle vicieux.
« O u aller quand il fait froid ?... O n peut casser la vitrine
d'une boutique, la police vient tout de suite et nous e m p o r t e
a leur station. L a - b a s il fait chaud et on peut d o r m i r [...]
Et puis, quoi faire avec un clochard ? O n nous laisse aller
le lendemain. M a i s maintenant les policiers ne sont pas
c o m m e avant, ils ne veulent pas nous prendre a la station,
mais ils nous battent sur place - ils nous battent et battent,
p o u r que ga nous semble impossible a r e c o m m e n c e r , p o u r
qu'on pense a deux fois avant de le faire a nouveau. Mais
on le fait quand m e m e s'il n'y a pas de c h o i x . » (Volodia,
3 0 ans, eglise St. N i c h o l a s , 12.12.03)
A part la police et les travailleurs sociaux, on peut etudier
une categorie des « gens malins » bien specifique a l'espace esteuropeen, a savoir - les « affairistes » dans le marche immobilier.
Plusieurs bomji ont ete victimes des affaires immobilieres. Andrusz
et al. (1996) 22 nous prevenaient de cette tendance deja au debut des
annees 1990 en Russie, quand leur recherche a permis de montrer
des milliers de morts, disparus et sans logis, qui etaient victimes
des « affaires » immobilieres a Moscou. Les « affairistes » (comme
les appellent les sans-logis) cherchent des gens seuls ou marginaux
pour les persuader de vendre leur logement. Ils peuvent se presenter
comme des travailleurs sociaux et, en offrant de l'aide en echange
de quelques papiers (des papiers du « don » de l'appartement ou de
sa vente a un prix tres bas) forcent a signer l'acte de vente 23 . Dans
un entretien confidentiel, le directeur de l'Association des psychiatres d'Ukraine, m'a cite plusieurs exemples ou les malades mentaux
affectes par un handicap ne peuvent pas se proteger en cas d'abus
de leur droit au logement, sont trompes par des « affairistes » ou par
leurs proches. Il considere comme tres probable l'existence d'une
« mafia immobiliere » :
22. Andrusz Gregory, Harloe Michael, Szelenyl Ivan (sous la dir. de), 1996, Cities
After
Socialism: Urban and Regional Change and Conflict in Post-Socialist Societies, Oxford,
Blackwcll.
23. C e t t e tendance etait analysee en detail dans lc memoire de Natalia Nikolaeva (chapitre
« Affaire des sanitaires »).
364
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
« lis doivent recevoir des listes des gens seuls et faibles a
la police et avoir des schemas de travail bien elabores. Au
moins c'est ce que j'ai pu constater dans le cas de mes clients.
N o u s en avons aide quelques-uns a retrouver leur logemcnt
en retour, mais on a regu aussi des appels anonymes disant
de ne pas nous engager. Les avocats qui essaient de proteger les victimes sont peu nombreux et risquent de devenir
victimes eux-memes. »
P a r f o i s , c'est la f a m i l l e m e m e qui « j e t t e » d e h o r s u n p r o c h e
v i e u x o u m a l a d e p o u r p r e n d r e s o n a p p a r t e m e n t , en p r o f i t a n t de sa
f a i b l e s s e , c o m m e ces d e u x c a s le r e v e l e n t :
« C o m m e n t dit Bulgakov : nos gens sont bons, mais la question du logement les rend mauvais. Je vivais avec ma mere,
mais apres sa mort mes soeurs ont vendu l'appartement, ont
partage l'argent entre elles et m'ont jete a la rue avec rien. »
(Viktor, 24 ans, centre social « Stefania » 25.01.04)
« Moi, j'avais mon studio, mais quand je me suis mariee, je
suis allee vivre avec mon mari. Puis il avait des difficultes
financieres et nous avons decide de vendre mon studio. C e
que je ne pouvais jamais imaginer est qu'un an plus tard il
m'aurait dit « je ne veux plus vivre avec toi, tu m'enerves,
va-t-en! Moi, je l'aimais, je lui ai tout donne... » (Nadia,
50 ans (environ), metro « Khrechtchatyk », 28.01.04)
II y a aussi des bomji
q u i o n t du v e n d r e l e u r l o g e m e n t p o u r
p a y e r leurs d e t t e s (souvent apres p l u s i e u r s a n n e e s de
chomage,
d ' a b u s de I ' a l c o o l o u de d r o g u e s ) o u aussi c e u x q u i n ' o n t j a m a i s
eu l e u r p r o p r e l o g e m e n t (les o r p h e l i n s , les m a l a d e s p s y c h i q u e s , les
o u v r i e r s q u i h a b i t a i e n t d a n s les f o y e r s de leurs e n t r e p r i s e s , c e u x q u i
e t a i e n t d a n s la p r i s o n p o u r u n e l o n g u e d u r e e , e t c . 2 4 ) ;
En
c o n t r a s t e avec 1 ' i m a g e p r o j e t e e d ' u n
homme
fort
et
i n d e p e n d a n t , o n voit des h o m m e s nai'fs et v u l n e r a b l e s , c o m m e le
24. D'apres la statistique officielle, donnee au Parlement ukrainien pour la discussion autour
du projct dc loi « Sur les personnes sans-domicile fixe et enfants de la rue » le decembre 2 0 0 3 , au moins un tiers des sans-logis sont sortants des prisons, et 20 % des orphelins deviennent sans-logis dans les deux premieres annees apres la sortie de Porphelinat
(e'est-a-dire, a l'age entre 16 et 18 ans).
365
L'ARRIERE-COUR
D E L A M O N D I A L IS A T I 0 N
montre le fait qu'ils ont ete si souvent « trahis » par les autres. Les
bomji sont des homines qui manquent de capital necessaire pour se
proteger ou pour ne pas s'engager dans les activites dangereuses
- le capital physique, economique, social et culturel. La vie a la rue
est pleine de violences et de dangers. Leur mefiance est largement
justifiee et c'est en partie pour survivre dans la jungle (expression
de N . Anderson) que les bomji se mettent en groupes, qu'ils partagent les endroits pour y faire la manche, pour recuperer la poubelle
ou pour se reposer. (« Meme les poubelles sont partagees » - note un
travailleur social dans un entretien). Plusieurs hommes rencontres
ont ete victimes de la violence de la part des enfants de la rue, qu'ils
appellent « maloletki » (« de petit age » - le terme utilise pour decrire
les jeunes delinquants):
« Le soir j'ai bu un peu avec des amis et puis je me suis
endormi aux escaliers du souterrain. La nuit un groupe
de maloletki
m'a battu vraiment fort et a pris tout mon
argent. Ils etaient nombreux et moi j'etais seul. C'est pas
bon d'attaquer les plus ages... Et c'est pas bon d'attaquer
en groupe un homme seul et malade non plus... Mais ils
avaient besoin de la colle (substance hallucinogene que les
enfants mettent en sacs plastique pour respirer) et ils ont
vole mon argent pour l'acheter... » (Mykola, 53 ans, souterrain du metro « Kontraktova plochtcha », 30.05.03)
Le capital physique est une source du respect pour les jeunes
a la rue, mais pour les plus ages, le manque de ce capital affecte
gravement leurs capacites de survie. Pour ceux qui n'ont pas de
travail, de famille ni d'autres points de reperes c'est « un important
glissement du respect vers les agressions gratuites » - , note C h a r lesworth. « Il doit maintenir son capital physique en se gardant
en forme et en entretenant sa capacite a gerer les agressions physiques en luttant et affinant son habilite » - , conclut-il 2 5 . Des gens
qui ont le moins de capital sous toutes ses formes - travail stable,
education ou qualifications suffisantes, forts liens familiaux, force
physique - sont plus exposes au risque de perdre leur logement
dans une affaire et de ne pas pouvoir defendre leurs droits dans
2 5 . C h a r l e s w o r t h , op. cit.
366
: 83.
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
les tribunaux, d'etre « jetes » dehors par leurs femmes et ne pas
avoir un autre endroit pour dormir en securite, de devenir victimes
de la violence a la rue et ne pas pouvoir appeler la police en cas de
besoin. Cela refute l'hypothese de sens commun qui universalise
les problemes sociaux, pretend que le « malheur » peut arriver a
tout le monde. C'est vrai, qu'aujourd'hui beaucoup plus d'Ukrainiens sont touches par les problemes auxquels ils ne devaient meme
pas penser il y a une vingtaine d'annees. Mais c'est aussi vrai que des
gens deja marginalises se trouvent confrontes a un risque beaucoup
plus eleve de devenir des victimes des transformations structurelles
dans le pays. On peut voir que meme si les raisons immediates de
la perte de maison (avances par les sans-logis et certains chercheurs,
par exemple conflits familiaux ou abus de I'alcool) peuvent « arriver
a tout le monde », les vraies raisons sont beaucoup plus profondes et
touchent au fonctionnement de tout le corps social.
« Bomjatnyky » comme Tlots d'autonomie
Si les sans-logis doivent se defendre contre les jeunes de la
rue, contre les passants ou la police, beaucoup de gens pensent
qu'ils doivent egalement se defendre contre les sans-logis. Un policier dans un quartier ouvrier dit que son quartier est « le plus criminogene » a cause des gens sans logis qui viennent d'autres villes en
recherche de travail, ne veulent pas rentrer chez eux quand il n'y a
pas de travail, mais par contre « commencent a boire, a voler et a
battre les gens ». Une remarque initiale a faire est que les sans-logis
ne peuvent etre que dans les lieux publics (sauf s'ils sont invites
dans la maison d'un ami). Les bomji ne sont pas bienvenus parmi
les gens ordinaires et ceux qui le peuvent les excluent dans le sens
physique - en payant pour la securite privee ou pour des veilleurs
de nuit dans les blocs residentiels. Mais les sans-logis s'adaptent
aussi a cette exclusion : ils trouvent les « entrees secretes » dans
les sous-sols des blocs pour y passer la nuit, ils pretendent etre des
paysans qui attendent leur train pour ne pas etre chasses des gares
(« moi, je dors dans la salle d'attente payante. La-bas tu paies 5 gryvni
etpersonne n'a le droit de te toucher-reste la toute la nuit si tu veux!»).
Finalement, ils creent les endroits a eux, ou les autres peuvent etre
exclus. Parmi ces endroits on trouve les « bomjatnyky » - les lieux,
367
L'ARRIERE-COUR
DE LA M O N D I A L I S A T I 0 N
ou les sans-logis se rencontrent pour manger et boire, pour parler
ou pour passer la nuit ensemble. Ils se trouvent comme d'habitude
dans les batiments abandonnes ou dans les forets hors de la ville.
Ce sont des lieux inconnus des autres, comme 1'atteste l'entretien
avec Kolia qui recolte des bouteilles pres d'un marche au centreville, mais refuse de preciser son « lieu de residence », qui se trouve
dans une zone verte a la frontiere de la ville « Puchtcha-Vodycia »:
« - O u habites-tu ?
- Dans un bomjatnyk a Puchtcha-Vodycia.
- Avec d'autres sans logis ?
- O u i , on est nombreux environ, 50 personnes... O n se rencontre par la, on mange quelque chose, on boit, on met le
feu, et puis on s'endort.
- C'est ou exactement? C'est dehors, en pleine nature? ou
dans un batiment abandonne ?
- J'ai deja dit, a Puchtcha-Vodycia et c'est tout. (Guena,
49 ans, metro « Kontraktova plochtcha » 28.11.03)
Les autres endroits « appropries » par des sans-logis sont des
points de recyclage des bouteilles. Comme d'habitude, ils se trouvent dans les jardins interieurs des batiments (pour etre moins visibles de la rue) et ils sont tenus par un ou deux sans logis eux-memes.
Beaucoup de pauvres (ou de residents des batiments en question) y
apportent ces bouteilles pour recuperer un peu d'argent ou meme
simplement pour se debarrasser de la poubelle (notre famille le fait
aussi, mais plutot pour des raisons ecologiques - c'est la seule possibility de faire le tri de verre, comme il n'y a pas de tri organise par
la ville). Pour les sans-logis, « ivrognes » et les autres marginaux
ces points deviennent les lieux de rencontres. Il y a aussi d'autres
endroits, que les bomji appellent piatachky (les petits coins) - dans
les pares, sous les ponts, dans les cours des batiments ou pres des
cafes bon marche, dont ils sont les clients principaux. Il est interessant de constater l'existence de tout un secteur d'economie adapte
aux besoins des bomji et autres marginaux urbains - la nourriture
bon marche (comme le the chaud a 5 centimes) servie directement
a la rue, les marches second-hand en plein air avec les montagnes
de vetements a 5-10 centimes la piece, les veilleurs de nuit des
petites gares des banlieues qui gagnent un peu d'argent a cote en
368
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
permettant aux bomji de passer la nuit dans le batiment de la gare.
L'exploitation d'une opportunite qui apporte un benefice grace a
la presence des sans-logis est visible dans l'histoire racontee par ce
travailleur social:
« U n jour, quand notre service caritatif est venu distribuer
la n o u r r i t u r e gratuite dans un lieu de c o n c e n t r a t i o n des
sans-logis, les proprietaires de ces cafes a cote n'etaient pas
du tout contents, et protestaient que nous leur « prenions
des clients » et que si nous d o n n i o n s du the gratuit a tout
le monde, personne n'acheterait plus leur the et ils deviendraient aussi sans travail et sans logis. »
Ceux qui veulent travailler (presque un tiers des sans-logis
que j'ai interroges avaient un travail, meme s'il etait precaire ou
« au noir ») se reunissent le matin dans un piatatchok
pres de la
gare centrale et ceux qui font la manche choisissent les eglises, les
marches ou les souterrains peuples pour les heures « d'embouteillage ». Les clochards pres des eglises font partie du paysage
ordinaire. Les endroits ou les sans-logis sont les plus visibles sont
les plus « fonctionnels » pour eux : les souterrains, les couloirs
communs des blocs residentiels (ou il n'y a pas encore des veilleurs
de nuit) ou les gares sont des lieux pour passer la nuit en se protegeant de la pluie, de la neige et du froid ; les bomjatnyky et les piatachky sont des lieux de rencontres et de socialisation, les poubelles
et les points de recyclage offrent un « travail », etc.
Les strategies de survie des couches les plus pauvres de la
societe ont fait l'objet de plusieurs recherches ethnographiques 2 6 ,
et montrent que, loin d'etre apathiques, manquant de « potentiel
d'adaptation » ou « incapables de s'integrer », les pauvres resistent,
s'adaptent et trouvent des « trous » dans le systeme duquel les classes dominantes tentent de les exclure. Les bomji ukrainiens sont
fiers d'etre capables de survivre sans aide de l'exterieur (ou malgre
l'aide minimale de 1'Etat). S'il y a une chose dont ils peuvent etre
26. Burawoy Michacl et Verdery Catherine (eds), 2 0 0 0 , Uncertain Transition:
of Change in the Postsocialist
World, R o w m a n & Littlefield Publishers;
Ethnographies
Humphrey,
Caroline, 2002, The Unmaking of Soviet Life: Everyday Economies After Socialism,
Cornell University Press.
369
L'ARRIERE-COUR
DE LA
MONDIALISATION
fiers c'est la creation de ces ilots d'autonomie et de strategies de
survie, dans une societe qui leur est generalement hostile.
Apparence et hygiene : la visibilite des sans-logis
II est facile d'identifier un bomj par son apparence et son
comportement et c'etait 1'aspect le plus genant pour mes repondants parmi les travailleurs sociaux. (« Ils ne sont meme pas capables de rester propres, de proteger leur propre corps contre les maladies.
Ils sont vraiment irresponsables et je ne vois pas comment on peut les
aider » - disait un travailleur du Centre de rehabilitation pour les sanslogis). Leurs vetements sont vieux, sales, de tailles trop grandes ou
trop petites, avec des couleurs sombres. Ils « finissent » par porter
les vetements dont les autres n'ont pas besoin (vetements recuperes
dans la poubelle, offerts par des gens plus riches qui manifestent
leur charite, achetes dans les magasins second-hand ou regus dans
les centres sociaux). Les bomji ont seulement une paire de chaussures de mauvaise qualite. Ils y mettent des pages des journaux ou
des sacs en polyethylene - pour garder les pieds hors de l'eau et du
froid :
« D'abord je regarde si le vetement est confortable. Par
exemple, il est mieux de prendre les chaussures qui sont
trop grandes que trop petites. Il est mieux de prendre les
tissus naturels, parce que les synthetiques sont trop chauds
et ils gardent toutes les odeurs. O u i , c'est mal, je n'ai pas
d'endroit ou je pourrais laver mes vetements. Parfois j'ai
honte de mes odeurs, mais quoi faire? » (Valera, 56 ans,
metro « Kontraktova plochtcha », 21.11.03)
Les raisons d'apparence non attractive des sans-logis sont
en rapport avec leurs ressources limitees. Leur « choix » des vetements en fonction des prix ou des fonctions qu'ils peuvent revetir
(protection du froid, tissus naturels, couleurs sombres, taille plus
grande), ou encore, le desir de ne rien jeter dehors, constitue, d'apres
Bourdieu, un « choix de necessite ». On peut porter les vetements
sombres plus longtemps, les vetements chauds peuvent proteger
pendant une nuit froide, un pardessus en trop peut devenir utile
370
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
en cas de pluie, dix paires des vieilles chaussettes serviront plus
longtemps qu'une paire nouvelle 27 . Si nous etions confrontes avec
les necessites qui se posent aux sans-logis, la logique de nos choix
serait semblable a la rationalite de ce raisonnement:
« Voila, maintenant je porte trois vestes. Pourquoi ? O n
peut dire que je me suis habitue a m'habiller avec tout
ce que j'ai... Toute ma garde-robe - je la porte. Mais ou
pourrais-je la mettre? Cela m'encombre de porter toutes
ces choses avec moi, parce que les mains restent toujours
prises. Et puis, quand je trouve le vetement (tu sais, parfois
quelqu'un jette dehors beaucoup des bons vetements dont il
n'a plus besoin) c'est alors dommage qu'on les jette dehors,
je les mets ainsi sur moi. Parce qu'on ne sait jamais s'il fera
froid la nuit, s'il pleuvra, ou si un ami en aura besoin - je
pourrai partager! » (Sava, 56 ans, place de Pindependance,
19.01.04)
Il est tres difficile pour les sans-logis de penser a leur propre
hygiene. La possibilite de se laver gratuitement existe seulement
pour ceux d'entre eux qui frequentent des centres sociaux ou qui
sont inscrits dans les programmes de rehabilitation. (Aussi, ceux qui
sont mis en garde par la police sont laves et rases directement dans le
centre de detention. Un policier m'a dit qu'ils font « un service pour
lequel les bomji doivent etre reconnaissants, parce qu'on les transforme en etres humains »). Le nombre des douches payantes diminue chaque annee, et en plus on interdit souvent aux sans-logis d'y
entrer, parce qu'ils peuvent porter des parasites ou d'autres maladies
comme la tuberculose (plus de 80 % des sans-logis ukrainiens ont
la tuberculose, d'apres la statistique officielle). Alors, la plupart des
sans logis se lavent tres irregulierement, surtout en hiver.
27. Si on comprcnd la logique derriere ces « choix de necessitc » on verra aussi a quel point
notre propre logique de choix de vetements est semblable. En fait, nos « gouts » ne sont
pas si individucls et spontanes que ga - on regarde aussi le prix, la qualite, les couleurs,
la taillc - meme si la question de « necessite » peut etre posee d'une maniere differente :
c'est la necessitc d'affirmer son identite (« le rouge est ma couleur preferee, il exprime
mon caracterc ») de montrer son appartenance a un groupe (« c'est a la mode » ou « tous
mes amis portent le vetement pareil ») ou son statut social (« c'est G u c c i , je l'ai achete
pour 2 0 0 euros »).
371
L'ARRIERE-COUR
DE LA M O N D I A L I S A T I O N
C o m m e d'habitude je vais me laver chez mon ami, dans
son appartement. J e ne peux pas y aller souvent, pour ne
pas le deranger. J ' y vais deux ou trois fois par mois, plus ou
moins. (Oleh, 25 ans, centre social « Stefania », 25.01.04)
- Pouvez-vous me dire ou est-ce que vous vous lavez, brossez les dents... ?
- Quelles questions tu me poses! Regarde-moi. C o m m e n t
est-ce que je peux me laver? Tu m'as dit que tu faisais la
recherche des sans-logis, mais tes questions sont celles
d'un enfant. J e suis un bomj - n'est-ce pas clair que je n'ai
pas ou me laver? Sauf aller au Dnipro tot le matin, quand
il n'y a personne, mais c'est seulement en ete (Dnipro est
la riviere qui coule a travers Kyiv ou il y a les plages et ou
on peut nager. Les bomji en profitent pour se laver en ete,
d'autres se lavent dans des fontaines) ( B o r y s , 52 ans, metro
« Kontraktova plochtcha », 23.05.03)
L ' i m p o s s i b i l i t e de se laver et de se c o u p e r les c h e v e u x r e g u l i e r e m e n t p r o v o q u e l ' a p p a r i t i o n des parasites s u r la p e a u et d a n s les
c h e v e u x . C e s p r o b l e m e s s o n t aussi c a u s e s p a r les v e t e m e n t s sales,
la r e c u p e r a t i o n des p o u b e l l e s , le s o m m e i l s u r la t e r r e , le s y s t e m e
i m m u n i t a i r e a f f a i b l i , la c o m m u n i c a t i o n avec d ' a u t r e s « s a n s logis »
q u i s o n t p o r t e u r s de m a l a d i e s c o n t a g i e u s e s . C e u x q u i g a r d e n t u n e
a p p a r e n c e a d e q u a t e f o u r n i s s e n t des e f f o r t s e n o r m e s et s o n t p l u t o t
des e x c e p t i o n s a la regie.
- Pour moi c'est tres important de ne pas etre sale. J e ne veux
pas dcscendre au niveau des bomji, qui vont aux toilettes
dans leur pantalon. J'essaie d'aller dans une bania (sauna
collective). J e me brosse les dents deux fois par jour. C'est
ecrit sur le dentifrice qu'il faut le faire, alors je le fais. Et
qu'il faut changer la brosse a dents, alors je la change.
- Et ou est-ce que vous vous lavez les dents ?
- Le plus souvent - je vais au McDonalds les matins. J ' y
achete « l'offre du matin » - tu sais, cafe avec un gateau ? Et
puis je me brosse les dents dans le W C . Parfois aussi dans
un p a r c - j e prends un peu de l'eau d'un robinet... O u i , et
je me rase aussi comme ga. (Ruslan, 27 ans, centre social
« Stefania », 25.01.04)
372
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
Ruslan veut se distinguer des bomji meme si objectivement il
fait partie de ce groupe. II etait un travailleur precaire a la construction, qui meme en frequentant les endroits de rassemblement des
bomji ne se considerait pas comme « un d'entre eux » et voulait
garder les liens avec le monde exterieur. II essaie encore de lutter
pour preserver son image d'un « vrai homme » en travaillant et en
soutenant sa famille (qu'il a laissee dans une petite ville a l'ouest du
pays) et prefere s'appeler un hard-worker.
On voit done des divisions
internes entre les sans-logis ukrainiens : ceux qui sont habitues a la
vie a la rue, et ceux qui preferent considerer leur situation precaire
comme « temporaire ». Autre division entre la position forte - pour
la plupart des bomji avec experience de prison et un « stage » plus
long a la rue, qui se mefient de tout le monde et « preferent survivre
seuls », sans aide exterieure - , et la position faible de ceux qui font la
manche ou dependent de l'aide caritative ou gouvernementale.
Conclusion
Il ne suffit pas de decrire les bomji comme une categorie
exotique et peu connue par les gens « ordinaires » - de montrer
leurs strategies de survie a la rue, leurs biographies toujours tragicomiques, leurs interactions quotidiennes - , il faut aussi comprendre les raisons de leur situation en introduisant un contexte social
plus large. Meme le fait le plus simple et le plus evident - qu'un bomj
est presque toujours un homme seul, entre 40 et 50 ans, sans travail
ni liens familiaux - n'est pas tellement evident et demande notre
investigation. Pourquoi un homme plutot qu'une femme? Pourquoi « seul »? Pourquoi un homme plus age plutot qu'un jeune ? Les
reponses a ces questions se trouvent dans les processus de « transition » en Ukraine depuis la fin des annees quatre-vingt. Desindustrialisation, individualisation, emergence des nouveaux espaces
economiques - tout cela a change en quelques annees. Meme si ces
processus ne sont pas reserves a l'espace post-sovietique (dans les
pays de l'Ouest on parle de la « restructuration economique » et des
« pression globales » au moins depuis le debut des annees soixantedix), ici leur vitesse et leur ampleur surpassent evidemment l'experience europeenne ou nord-americaine. Dans ce contexte, la dissolution de la classe ouvriere et la perte de son statut symbolique et
373
L'ARRIERE-COUR
DE LA
MONDIALISATION
economique constituent un des facteurs principaux pour expliquer
la situation des sans-logis. Les bomji montrent l'experience extreme
de la crise double de la masculinite et du monde ouvrier. En fait,
les histoires des bomji frappent par leur unanimite : presque tous
mes repondants etaient ouvriers (deux tiers non (ou peu)-qualifies,
mais souvent bien payes, comme, par exemple, des mineurs). Ils
ont perdu leur travail et n'ont pas pu en trouver un autre a cause
de leur age (parce que pour la plupart des travaux on cherche des
personnes de moins de 35 ans), a cause du manque de qualifications
necessaires (surtout des langues etrangeres ou de la competence
dans les ordinateurs) ou a cause du manque de travail tout court
dans les villes ou village d'ou ils viennent (un tiers de mes repondants venait des regions rurales et un autre tiers - des regions dits
« depressives »).
Les bomji valorisent les relations fortes dans une communaute masculine (et meme machiste) rassemblant les communautes ouvrieres dans le soutien mutuel, la solidarite et les valeurs du
collectif, mais aussi dans la consommation excessive d'alcool et les
reactions agressives et protectrices envers ceux qui n'en font pas
partie. II y a un sentiment de honte relatif a l'echec social qui se cache
derriere ces pratiques destructives (violence physique et psychologique envers les proches, alcoolisme, criminalite), sentiment d'etre
abandonne et pas entendu par sa famille dans les moments difficiles
(plus de deux tiers de mes repondants avaient une famille avant de
devenir un bomj et la moitie d'entre eux gardent toujours des liens
avec leurs proches) et aussi a la mefiance face aux « bonnes intentions » des travailleurs sociaux ou des services gouvernementaux.
Finalement, il y a une fierte residuelle a etre capable de vivre a la
rue et une connaissance tres riche de la survie quotidienne et de la
creation des ilots d'autonomie.
En comparant le mode de vie des bomji ukrainiens avec la vie
des sans-logis aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou en France
(ou j'ai eu 1'occasion de faire ma recherche) j'ai pu constater certaines pratiques semblables, surtout dans les strategies de survie a
travers des conditions dures et violentes. Les processus de domination typiques de l'ordre capitaliste produisent un grand nombre de
sous-proletaires dans les pays de l'Ouest aussi bien que dans les pays
post-sovietiques. En meme temps, au lieu de generaliser la situation
374
IV. LA CULTURE DU « B O M ) »
des sans-logis en parlant de la « c u l t u r e de la pauvrete », il faut etre
c o n s c i e n t des aspects uniques de c h a q u e societe et du double lien
entre la b i o g r a p h i c individuelle et les processus s t r u c t u r e d .
Bibliographic
Andrusz Gregory, Harloe Michael, Szelenyi Ivan (sous la dir. de), 1996, Cities
After Socialism: Urban and Regional Change and Conflict in Post-Socialist
Societies, Oxford. Blackwell.
Ashwin Sarah et Lytkina Tanya, 2004, « Men in crisis in Russia: The role of
domestic marginalization », Gender & Society, vol. 18, No. 2, 189-206.
Bourdieu Pierre 1980, Questions de sociologie, Paris, Ld itions de Minuit.
Burawoy Michael et Vcrdery Catherine (eds), 2000, Uncertain Transition:
Ethnographies of Change in the Postsocialist World, Rowman & Littlefield
Publishers.
Charlesworth Simon, 2000, A Phenomenology of Working-Class
Experience,
Cambridge. Cambridge University Press.
Connor Walter, 1972, Deviance in Soviet Society. Crime, Delinquency, and
Alcoholism. New York. Columbia University Press.
Gaboriau Patrick, 1993, Clochards, Paris,
Hoggart Richard, 1970, La culture du pauvre, Paris, Minuit. (publication en
anglais : The Uses of Literacy: Aspects of Working Class Life, Chatto and
Windus, 1957).
Humphrey Caroline, 2002, The Unmaking of Soviet Life: Everyday Economies
After Socialism, Cornell University Press.
Lewis Oscar, 1959, Five Families: Mexican Case Studies In The Culture Of
Poverty, New York. Basic Books; Lewis Oscar, 1966, La Vida: A Puerto
Rican Family In The Culture Of Poverty, San Juan And New York, New
York, Random House.
Pearson Charles & Bourgois Philippe, 1995, « Hope to die a dope fiend »,
Cultural Anthropology, 10 (4): 587-593
Thomson Edward Palmer, 1963, The Making of the English Working Class,
London, Victor Gollancz Publ.
Willis Paul, 1977, Learning to Labour: how working-class kids get working-class
jobs, Farnborough, Hants, Saxon House.
375