Polynésie, - Pacific Beachcomber

Commentaires

Transcription

Polynésie, - Pacific Beachcomber
SPÉCIAL TOURISME
Polynésie,
le goût du bonheur
Prenez un yacht de luxe – le « Paul
Gauguin » –, un chef parisien en
vue – Jean-Pierre Vigato (2 étoiles
chez Apicius) –, saupoudrez de sable
fin, de bleu lagon et d’îles mythiques
du Pacifique (les Cook, les îles
Sous-le-Vent) : servez une croisière
d’exception. Vaut le détour !
PAR ANNE-MARIE GRUÉ (TEXTE)
ET ÉRIC MARTIN POUR LE FIGARO MAGAZINE (PHOTOS)
Aitutaki, l’un des plus
beaux lagons polynésiens,
fait partie des îles Cook,
archipel anglophone
et indépendant.
98 • LE FIGARO MAGAZINE - 15 OCTOBRE 2011
15 OCTOBRE 2011 - LE FIGARO MAGAZINE • 99
SPÉCIAL TOURISME
Le très fameux spot de
surf de Teahupoo, sur la
presqu’île de Tahiti, étape
obligée du circuit pro.
Cette lumière
intense,
tendre
et dorée
aul Gauguin, s’il avait navigué en Polynésie sur le
bateau qui porte aujourd’hui son nom, eût
fait un épatant peintre de
la Marine. Enfin délivré
des questions matérielles
qui le hantèrent jusqu’à
son dernier souffle, il aurait, du pont n° 8,
trempé son pinceau dans l’encre violette du
grand Pacifique aux petites heures de l’aube.
Bu son café solitaire à La Palette en prenant
la pause du Dr Gachet peint par son ami Vincent (Van Gogh), le menton dans le creux de
sa main, contemplant le large indéfiniment.
« Toujours ce silence. Je comprends pourquoi ils
(les Polynésiens) peuvent rester des heures, des
journées, assis sans dire un mot et regarder le ciel
avec mélancolie. Je sens tout cela m’envahir, je me
repose extraordinairement en ce moment » (1), au-
P
Le « Paul Gauguin »
ancré dans la mythique
baie d’Opunohu, à Moorea :
prestations luxueuses
pour îles de rêve.
100 • LE FIGARO MAGAZINE - 15 OCTOBRE 2011
Une balade inoubliable dans
le lagon de Huahine sur les
chevaux marquisiens d’Eric et
Anne-Céline (La Petite Ferme).
rait-il écrit à son épouse, Mette, restée à Copenhague – ville honnie –, avec leurs cinq enfants... Infiniment mieux nourri, donc plus aimable, sans doute aurait-il accepté de vendre
quelques-unes de ses toiles et sculptures à
bord, à côté des jolies perles d’Hinerava, et des
tifaifai (étoffes) de Moorea. 332 passagers venus de tous les horizons (25 nationalités) au-
raient assuré sa fortune. Et Gauguin aurait navigué d’île en île pendant de longues années
encore, quittant rarement le bord, forgeant sa
légende, raréfiant ses apparitions, épiant les
huit jolies Polynésiennes qui sont en permanence sur le bateau pour insuffler un peu de
l’âme de leurs îles au travers de la danse, des
chants, de la musique ou des arts. « Libre •••
15 OCTOBRE 2011 - LE FIGARO MAGAZINE • 101
SPÉCIAL TOURISME
A l’hôtel InterContinental
Moorea, on peut observer et
nager avec des dauphins
retraités de la marine.
Une croisière
tout compris,
jusqu’aux
pourboires
••• enfin, sans souci d’argent et pourrai aimer,
chanter et mourir » (2).
Las, le peintre s’en est allé dans la misère, ses
œuvres sont dispersées dans tous les musées
du monde, mais ses modèles sont toujours là,
inchangés, paysages aigus aux couleurs violentes, fleurs capiteuses et « Dianes chasseresses aux épaules larges et le bassin étroit ». Un seul
bateau, spécialement conçu par les Chantiers
de Saint-Nazaire pour naviguer dans ces eaux
lointaines, rallie toute l’année les plus belles
îles de Polynésie française (îles de la Société,
Tuamotu, Marquises, Australes) et leurs
cousines du Pacifique (Cook, Fidji, Tonga,
Nouvelle-Calédonie...) : le M/S Paul Gauguin,
qui va être entièrement redécoré cet hiver (en
janvier 2012) au cours d’un carénage à Brisbane.
Peu connu en France, voici un bateau à taille
humaine (156 m de long, 166 cabines, 230 membres d’équipage) qui connaît un succès sans
faille depuis treize ans. Désormais propriété de
Richard Bailey, personnage charismatique du
102 • LE FIGARO MAGAZINE - 15 OCTOBRE 2011
A Bora-Bora, le chef
Jean-Pierre Vigato et
son second aux prises
avec un poisson-lune
de 45 kilos !
Territoire, PDG du groupe Pacific Beachcomber et ami de Marlon Brando (3), le Paul Gauguin est unique en son genre. Son faible tirant
d’eau (5,20 m) lui permet de s’approcher au plus
près des côtes. Le personnel – en majorité philippin – y est incroyablement discret, efficace
et de bonne volonté. C’est en outre un bateau
très généreux. Hormis les excursions, tout est
inclus dans le prix de départ (jusqu’aux pourboires du personnel), ce qui évite bien des mauvaises surprises et détend les relations à
bord. Voilà donc ce beau navire couvert de récompenses (l’un des meilleurs petits paquebots
haut de gamme pour Condé Nast Traveler,
2011 ; l’une des plus belles croisières au
monde pour Travel & Leisure et CNN, 2011 ; le
meilleur bateau pour une seconde lune de miel,
Cruise Critic, 2010, etc.). Les couples en
voyage de noces et les « repeaters » y sont nombreux, à l’instar de Jean-Paul et Suzanne, qui
en sont à leur onzième croisière sur le Gauguin
(« Nous ne connaissons pas de façon plus agréable de visiter les îles »). C’est enfin un bateau apprécié de la clientèle polynésienne, depuis que
Richard Bailey a facilité leurs conditions de réservation. Leur présence à bord renforce
l’authenticité de ces croisières, les rend encore
plus chaleureuses, et peut s’avérer passion- •••
SPÉCIAL TOURISME
Un aperçu du pourtour de
Rarotonga, l’île principale des
Cook. Le « Gauguin », lui, reste
à l’extérieur du récif corallien.
Farniente au bord de
la piscine du bateau
à Moorea. Soleil et
cocktails à volonté...
Un peu de douceur
polynésienne le temps
d’un pique-nique sur le
motu Mahana, à Taha’a.
La vanille
de Taha’a,
généreuse,
magnifique
104 • LE FIGARO MAGAZINE - 15 OCTOBRE 2011
••• nante lors des discussions avec les conférenciers du bord.
C’est ce caractère, cette générosité si rares
dans le monde formaté des croisières de luxe
qui ont attiré Jean-Pierre Vigato sur le Gauguin. Grand ami du premier armateur du navire, le chef, l’un des rares à avoir assisté à la
construction à Saint-Nazaire, après s’être un
peu éloigné, a renouvelé sa collaboration en
janvier dernier. Outre son menu signature
proposé toute l’année au restaurant La Véranda, Jean-Pierre Vigato est à bord une fois
par an pour une croisière gastronomique. Accessible, épris de la beauté des îles, il faut le
voir faire salle comble au grand salon avec une
démonstration de risotto de coquillettes aux
champignons ou de hachis Parmentier, le tout
en pleine navigation, entre l’Equateur et le tropique du Capricorne ! « Ici, je dois faire avec les
approvisionnements locaux. Il y a des poissons formidables comme le mahi mahi ou le thon, de l’excellente viande de Nouvelle-Zélande ; on est très
gâtés avec la vanille de Taha’a, charnue, généreuse, magnifique ; mais il y a aussi des manques.
L’interdiction de l’importation de langoustes vivantes et de miel, notamment, ne facilite pas la tâche. » Le voir batailler avec un poisson-lune de
45 kilos, discuter avec Vincent, son second, et
la brigade du bateau pour « faire bouger les lignes », ou lire tranquillement, tôt levé devant
un café sur le pont Soleil, sont des moments
que l’on a rarement l’occasion de vivre au côté
d’une star des fourneaux. Seul le Gauguin permet cela, « un bateau que j’aime, pas trop grand, •••
SPÉCIAL TOURISME
Un couple de rares
pailles-en-queue à
rectrice rouge saisi
en plein vol dans le
ciel pur d’Aitutaki.
Un trio de charme :
les Gauguines,
jolies hôtesses
polynésiennes,
en charge de
l’animation à bord.
Ici, la mer
est d’un bleu
pur, sombre
et profond
••• où l’encadrement et le service sont de premier
ordre », conclut Jean-Pierre Vigato.
Mais c’est surtout la Polynésie qui fait le succès du Gauguin. Une île nouvelle chaque jour,
le silence des belles nuits tropicales, l’éclat de
nacre d’un matin lavé par l’orage, la gentillesse
de ses habitants. Et cette lumière intense, tendre et dorée qui semble caresser toute chose.
A Huahine « la sauvage », on patientera à la
terrasse chez Guynette, le temps du passage
d’un grain éclair, goûtant le calme d’un dimanche aux îles Sous-le-Vent. Les chants qui montent des temples ouverts, les chapeaux des mamas, les robes fleuries, la simplicité des
cérémonies, le doux roulement de la langue,
les bruits familiers de la campagne, l’aboiement d’un chien, le chant du coq... A Taha’a,
« l’île vanille », palmes, masque et tuba de rigueur pour une journée sur un motu (îlot) de
rêve. Le lendemain nous conduit à Aitutaki,
au nord des îles Cook. Un atoll extraordinaire,
escale mythique des coureurs d’océans, au
même titre que Suwarrow ou les îles Cocos.
Tous les bleus de la mer et du ciel sont ici mêlés, le sol n’existe plus. Au bout du lagon, des
kite-surfeurs venus des quatre coins du
monde partagent un îlot désert au sable farineux avec des centaines d’oiseaux paille-enqueue à rectrice rouge (les plus rares). Dans
l’azur ou sur l’eau, tout le monde vole ! Mo106 • LE FIGARO MAGAZINE - 15 OCTOBRE 2011
L’InterContinental
Tahiti Resort : une
fabuleuse piscine lagon
doublée d’une vue
imprenable sur Moorea.
ment de grâce en apesanteur. Le jour d’après,
découverte de Rarotonga et d’Avarua, capitale
de cet archipel indépendant. Au détour d’un
jardin manucuré à l’anglaise, rencontre surréaliste avec la limousine noire de l’ambassadeur de Chine, son petit drapeau rouge flottant
au vent. Très présents dans la zone, les Chinois financent depuis quelques années toutes
les nouvelles infrastructures de l’île (palais de
justice, installations portuaires...) en échange...
des droits de pêche. Le maraamu, fort vent de
sud-est qui souffle de juin à août dans le Pacifique, n’ayant pas réussi à nous bloquer aux
Cook, nous voilà de retour dans les eaux françaises, cap sur la passe unique de Bora-Bora,
île star de Polynésie pour deux nuits, puis
Moorea, la petite sœur de Tahiti. L’une inégalable de par les couleurs et la vie de son lagon,
la seconde, véritable jardin d’eden, reconnaissable entre toutes par ses contours acérés.
Autour du bateau, la mer est d’un bleu pur,
sombre, profond. Ancrés dans la baie d’Opunohu – un des plus beaux mouillages au
monde –, comment ne pas penser à l’émotion
du capitaine Cook qui fit escale exactement au
même endroit en 1777 ; à ses prédécesseurs,
Wallis et Bougainville. Et bien avant eux, venus du Sud-Est asiatique sur leurs fameuses
pirogues doubles – voiles en fibre de pandanus
sur vergue mobile –, à ces hommes à l’incroyable témérité venus peupler les îles du Pacifique,
qui naviguaient en tirant des bords, se repérant
aux étoiles. Celles-là mêmes qui girent lentement une dernière fois pour nous ce soir, audessus de la haute cheminée du Paul Gauguin.
■ ANNE-MARIE GRUÉ
(1) et (2) Paul Gauguin, Oviri. Ecrits d’un sauvage, Folio Essais.
(3) L’acteur a désigné Richard Bailey pour bâtir un écolodge
d’exception sur son île privée de Tetiaroa : 40 bungalows et
40 villas sont en construction. Ouverture prévue en 2013.
SPÉCIAL TOURISME
LA POLYNÉSIE~LE CARNET de VOYAGE
Maison de Tahiti et ses îles,
28, boulevard Saint-Germain,
75005 Paris (0.811.46.46.80 ;
www.tahiti-tourisme.fr).
LE BATEAU
LE BON MOMENT
Mai à octobre – l’hiver austral –
est théoriquement la saison sèche,
les nuits y sont légèrement plus
fraîches, très agréables.
L’AÉRIEN
Air Tahiti Nui (0.825.02.42.02 ;
www.airtahitinui.com), la
compagnie aérienne polynésienne,
relie Paris à Papeete jusqu’à 7 fois
par semaine, via Los Angeles,
108 • LE FIGARO MAGAZINE - 15 OCTOBRE 2011
QUELQUES ADRESSES
A Moorea : acheter un authentique
tifaifai (patchwork aux couleurs
éclatantes) chez Miri Vidal, à
Papetoai (www.artoftheworld.info).
Modèles ravissants, accueil
adorable. Pour des bijoux en or
LA THALASSO
ORGANISER VOTRE SÉJOUR
Voyage de légende,
49, rue de la Victoire, 75009 Paris
(01.53.25.14.35 ;
www.pgcruises.fr), tour-opérateur
spécialisé, propose, outre de
nombreux séjours en hôtels, toutes
les croisières sur le Paul Gauguin
(38 à 40 chaque année). Itinéraires
et durées très variables (celle des
Marquises, splendide, permet
de visiter trois des cinq archipels
de Polynésie). Nouveauté 2012 :
l’île de Rurutu, aux Australes,
une escale rare. Prochaine croisière
avec Jean-Pierre Vigato,
23 juin 2012, à Tahiti et dans les îles
de la société. A partir de 2 737 ¤ par
personne en cabine de catégorie F
avec 2 hublots pour cette croisière
de 7 nuits en formule Tout Inclus
Prestige incluant : le dîner du
premier jour jusqu’au petit déjeuner
du dernier jour, les boissons
alcoolisées ou non pendant toute
la croisière, les vins et les alcools
présélectionnés dans les bars et
les restaurants, le minibar, les
sports nautiques (hormis la plongée
sous-marine), les animations, les
gratifications au personnel de bord,
les taxes portuaires. Pour les
voyages de noces, la mariée
bénéficie d’une réduction de 20 %.
système Swac au monde (Sea
Water Air Conditioning) utilisant
l’eau des profondeurs de l’océan
pour alimenter le circuit d’air
conditionné. Une expérience
passionnante, observée de près
dans le monde entier.
Une cabine tout confort avec balcon.
Le Paul Gauguin (156 m de long,
22 m de large, 8 ponts,
332 passagers) est un navire
d’atmosphère, aux prestations
luxueuses : 166 cabines extérieures
climatisées, 70 % d’entre elles avec
balcon, la plupart avec baignoire.
Excellente literie, peignoirs, minibar,
coffre-fort, télévision, lecteur DVD...
Les trois restaurants proposent
une cuisine de grande qualité, sans
oublier les menus signatures de
Jean-Pierre Vigato au restaurant
La Véranda. Bars, spa, casino,
nombreuses conférences (celles
de Mark Eddowes, remarquables),
et animations quotidiennes
des Gauguines, huit charmantes
Polynésiennes.
A Bora-Bora, le Deep Ocean Spa by
Algotherm (00.689.60.77.00 ;
www.deepnature.fr). Unique
au monde, le premier centre de
thalasso du Pacifique sud est situé
au cœur du luxueux InterContinental
Bora Bora Resort & Thalasso Spa :
80 bungalows sur pilotis à fond
de verre dernier cri, 4 000 m2 de
nature, espaces d’hydrothérapie,
d’esthétique et d’énergie douce...
mais, surtout, il est doté du premier
et perles très originaux, Joselyne
Kerebel, Motu Temae, avant
la route de l’aéroport
(www.mooreaisland.com/tosee/
arts.html). L’endroit, à l’image de
ses hôtes, est bourré de charme.
Passé par les Beaux-Arts, son mari,
Alain, vend également ses toiles.
EXCURSIONS
Tahiti Evasion (70.56.18 ;
www.tahitievasion.com). Michel,
originaire de Grenoble, propose
des randonnées sur les sentiers
de cette île-jardin escarpée
(4 500 francs CFP la demi-journée,
soit environ 38 ¤).
A.-M. G.
A Bora-Bora, une thalasso unique.
Bora-Bora
Taha'a
LA BONNE IDÉE
Séjourner une ou deux nuits
à l’hôtel avant d’embarquer sur
le Gauguin, de façon à atténuer
les effets du décalage horaire.
Ou prolonger votre croisière
d’autant. Toutes les variantes sont
imaginables, y compris rejoindre
une croisière en cours de route.
InterContinental Tahiti Resort
(00.689.86.51.10 ;
www.tahitiresorts.intercontinental.
com). Bien placé, un hôtel cher
au cœur des Tahitiens. Jardin
agréable, splendide piscine-bassin
remplie de sable fin et grandes
chambres avec balcon sur le lagon.
Les créations d’Alain et Joselyne Kerebel.
Raiatea
Océan
Pacifique
Huahine
Iles Sous-le-Vent
Moorea
Maiao
Tahiti
Îles Cook
Polynésie française
Océan
Pacifique
NOUVELLEZÉLANDE
Aitutaki
OLIVIER CAILLEAU
AVANT DE PARTIR
Une institution. A partir de 109 ¤
par personne en chambre Lagon
avec petit déjeuner américain et
réservation 90 jours avant la date
de séjour (Early Booking).
InterContinental Moorea
(00.689.551.919 ;
www.moorea.interconti.com). Une
escale tout confort pour profiter de
cette île magnifique : 95 bungalows
sur pilotis récemment rafraîchis,
144 chambres en tout. Unique : un
centre d’animation des dauphins au
cœur de l’hôtel. A partir de 88 ¤ par
personne en chambre Lanaï avec
petit déjeuner américain et
réservation 90 jours avant la date
de séjour (Early Booking).
AUSTRALIE
Songe
polynésien
pour JeanPierre Vigato.
en 22 heures. Les vols sont
effectués avec des Airbus A340300. Les accords passés avec le
TGVAIR permettent au passager
se rendant à Tahiti ou à Los Angeles
d’acheter un billet unique
comprenant le vol Paris/Los
Angeles/Papeete et retour et
le trajet Province/Paris/Province
en TGV, au départ de 19 villes
françaises. Prix à partir de 1 720 ¤
A/R en classe Eco.
Iles Cook
Avarua
Rarotonga Mangaia
600 km