Résumé - Regenbogenfamilien

Commentaires

Transcription

Résumé - Regenbogenfamilien
Source : Rupp, M. (Hrsg.) (2009) La situation des enfants élevés par des couples homosexuels. Cologne : Bundesanzeiger-Verl.-Ges.
Résultats de la première étude scientifique menée en Allemagne
sur les enfants de familles arc-en-ciel
L’étude
Cette étude a été réalisée à la demande du ministère de la Justice par l’institut bavarois de
recherche sur les familles de l’Université de Bamberg, et a été complétée par une étude de psychologie infantile menée par l’institut bavarois pour la pédagogie de la petit enfance à Munich.
Entre 2007 et 2008, 1’059 parents de familles arc-en-ciel ont été questionnés sur divers aspects de
leur vie quotidienne. Parmi eux, 866 étaient unis par un partenariat enregistré. La plupart étaient
des couples de deux mères. Le faible pourcentage de pères homosexuels ayant participé à l’étude
(7 %) est dû au fait que très peu d’enfants vivent principalement au domicile de leur(s) père(s)
homosexuel(s). En effet, la plupart d’entre eux vivent chez leurs mères.
Ces parents homosexuels ont parlé de la façon dont ils ont fondé leur famille et de la manière dont
les enfants (en tout 693) grandissent. Ils ont également parlé du partage de l’éducation et des obligations entre les deux parents au quotidien, de leur façon de communiquer à de tierces personnes
leur homosexualité, et de leur façon de faire face aux discriminations. Il a également été question
des relations entretenues avec un éventuel parent ne faisant pas partie du couple homosexuel.
Finalement, ils ont donné leur avis sur les droits et sur les dispositions légales régissant leur situation en ce moment, pour enfin exprimer les modifications qu’ils jugeraient nécessaires.
En outre, 95 jeunes de 10 à 18 ans ont été contactés par téléphone. Il leur a été posé des questions
sur leur développement, leur attachement et relation à leurs parents, leur état psychologique,
leurs éventuels conflits avec leur famille et leurs propres expériences face aux discriminations. La
plupart de ces enfants à ce moment-là (93 %) vivaient avec leur mère biologique et sa partenaire.
Une différence quant à l’interrogation des parents ; ces enfants étaient pour une grande majorité
(78 %) issus d’une relation hétérosexuelle antérieure.
En dernier lieu, 29 experts ont été sollicités pour donner leur avis sur la situation juridique et sociale
des couples homosexuels dans lesquels des enfants grandissent. Parmi les experts, on comptait autant des juristes, des conseillers et thérapeutes familiaux, des collaborateurs des offices de la jeunesse et des enseignants que des représentants d’association en lien avec la cause homoparentale.
Résumé des principaux résultats de l’étude
En Allemagne, combien d’enfants ont des parents homosexuels ?
◗ En 2007/2008, environ 2’200 enfants grandissent dans des familles partenariées. Mais il y a encore beaucoup plus d’enfants qui grandissent avec des parents homosexuels. Ces enfants ne
vivent pas avec leur parent homosexuel, ou sont élevés par des couples non partenariés.
© LSVD, Dr. Elke Jensen / Traduction association faîtière Familles arc-en-ciel, Suisse. 07/2009
1/4
D’où viennent les enfants vivant dans des familles partenariées ?
◗ Environ autant d’enfants sont nés dans le cadre d’une relation homosexuelle (48 %) que dans
le cadre d’une relation hétérosexuelle antérieure de l’un de leurs parents aujourd’hui homosexuels (44 %). Seuls très peu d’enfants ont été adoptés (1,9 %) ont été placés dans des familles
d’accueil arc-en-ciel.
◗
Un quart des enfants ont été adoptés par le partenaire du parent biologique. Il s’agit ici presque
uniquement d’enfants qui ont été désiré par leurs mères dans le cadre de leur relation actuelle.
L’éducation donnée par des parents homosexuels est-elle différente ?
◗ Les parents homosexuels ne sont en rien moins compétents que leurs homologues hétérosexuels. Même si l’on constate quelques différences dans l’éducation et le climat familial, cellesci vont toutes dans l’intérêt de l’enfant : les parents homosexuels ont de manière générale une
bonne relation avec leurs enfants. Ils se montrent disponibles et attentifs. Ils accordent beaucoup d’importance au respect des limites et évitent les punitions trop dures.
◗
Le climat familial dans les familles arc-en-ciel est la plupart du temps très positif : on y est à
l’écoute des soucis et des besoins des autres et il est possible de parler ouvertement de tout. Ces
familles ne s’emportent pas pour des futilités et en arrivent très rarement à de grandes disputes.
◗
Entre deux parents d’une famille arc-en-ciel, l’activité professionnelle et les tâches ménagères
et administratives sont clairement mieux réparties que chez les couples hétérosexuels. Ils se
montrent beaucoup plus flexibles et démocratiques face à ces questions. La répartition des
tâches ménagères se fait ici non pas selon des principes ou des modèles bien déterminés, mais
selon les intérêts, les capacités et la disponibilité en fonction de l’activité professionnelle de
chaque parent.
◗
Les deux parents s’engagent à parts égales dans le devoir d’entretien des enfants. Par exemple,
l’entretien des enfants, leur surveillance, le fait de les aider pour les devoirs, les accompagner
à l’école et les conduire à leurs différentes activités se font la plupart du temps ensemble ou
en alternance. Parfois, l’enfant ne partage certaines activités que avec l’un des deux parents,
comme pour certains sports ou activités parascolaires, ou pour des activités artistiques.
◗
Les parents homosexuels accordent beaucoup d’importance au fait que les enfants aient des
adultes de l’autre sexe (que les parents) dans leur proche entourage, afin qu’ils ne manquent
pas d’un modèle masculin ou féminin.
Qu’en est-il des relations avec le parent ne vivant pas dans la famille arc-en-ciel ?
◗ Les enfants qui sont issus d’une relation hétérosexuelle antérieure ou qui connaissent le donneur de sperme ont nettement plus de contact avec cet autre parent biologique qu’en cas de
familles hétérosexuelles séparées. Les parents homosexuels s’assurent eux-mêmes que les
contacts soient très réguliers.
◗
Il est très rare qu’il y ait des conflits entre les parents homosexuels séparés ou que l’enfant se
sentent déchiré entre les deux parents ou trahi par ceux-ci. Comment les enfants se développent-ils dans les familles arc-en-ciel ?
◗ Le développement personnel de l’enfant, son développement scolaire et professionnel et le
développement de son intelligence émotionnelle et sociale s’effectuent de façon satisfaisante
dans les familles arc-en-ciel.
© LSVD, Dr. Elke Jensen / Traduction association faîtière Familles arc-en-ciel, Suisse. 07/2009
2/4
◗
Rien n’indique que ces enfants soient plus sujets à dépression que les autres, bien au contraire :
sur certains points, ces enfants se développent même mieux que les autres. Ils ont une meilleure estime d’eux-mêmes et font preuve de plus d’autonomie dans leurs relations avec leurs
parents.
◗
Ils ne sont en rien en retard sur les autres lorsqu’ils s’agit de traverser les différentes étapes de
leur croissance (à tous les âges), lorsqu’il s’agit de gérer les amitiés et les relations d’intimes, de
se détacher des parents, de porter un regard sur leur propre personne, d’accepter la puberté et
les changements physiques ou de se définir des projets pour l’avenir.
◗
En matière de planning professionnel, ils sont même en avance par rapport aux autres et font
preuve, à l’école, de compétences souvent au-dessus de la moyenne. On peut même s’attendre
à ce que bon nombre de ces enfants achèvent avec succès des formations dans des écoles supérieures.
◗
Pourtant, si ces enfants se distinguent sur bien des points par rapport aux autres, cela n’est pas
dû à l’orientation sexuelle des parents, mais à la qualité des relations familiales.
Et qu’en pensent les enfants ?
◗ Les enfants et les jeunes grandissant dans des familles arc-en-ciel ont une bonne opinion de
leur situation familiale et ne s’en sentent pas pénalisés dans leur développement, et cela même
si, lors de l’étude, ils n’essayaient pas de présenter de façon favorable la particularité de leur
situation familiale, et ceci consciemment ou inconsciemment.
◗
Lorsque les enfants prennent conscience de l’influence sur leur propre développement qu’a
eu leur croissance dans une famille arc-en-ciel, cela se passe plutôt bien : ils y voient une occasion de s’ouvrir à plus de tolérance, ouverture d’esprit et indépendance, et ils décrivent les
réactions positives d’amis et de partenaires quant à leur situation de famille arc-en-ciel. En
revanche, certains décrivent une peur d’être rejeté ou discriminé par les autres.
Le coming-out quotidien et la discrimination sociale
◗ La plupart des parents et des enfants de familles arc-en-ciel ne se cachent pas par rapport à
leur situation familiale, et cela non seulement auprès de leurs amis et de leur famille (98 %),
mais aussi au travail (91 %), auprès des voisins (95 %), auprès des autorités (96 %), et auprès des
structures scolaires et des crèches ainsi que des camarades (95 %).
◗
La plupart de ces enfants ne subissent pas de discrimination sociale en raison de leur famille
(63 % des parents et 53 % des enfants n’en ressentent pas). Et s’il y a discrimination, il s’agit souvent de taquineries et d’insultes de la part des enfants de leur âge. Ils apprennent alors à faire
face de façon constructive à ces remarques, se font soutenir par leurs parents et ne se trouvent
pas ralentis dans leur développement.
◗
La plupart des familles arc-en-ciel ont remarqué que plus elles étaient à l’aise avec leur situation, plus le monde extérieur les acceptait facilement. Mais un parent homosexuel sur deux fait
face à des désapprobations par rapport à leur choix familial, le plus souvent de la part de leurs
propres parents. Par ailleurs, un parent sur dix rencontre des difficultés avec les autorités.
◗
Même si la plupart des insultes à l’égard des enfants ont lieu à l’école, les parents estiment
qu’en général les choses se passent bien avec les institutions scolaires, que ce soit parce que
celles-ci les reconnaissent et les acceptent dans leur rôle de parent, ou que ce soit simplement
par rapport à leur ouverture par rapport à l’homosexualité. Pourtant, une famille sur trois men-
© LSVD, Dr. Elke Jensen / Traduction association faîtière Familles arc-en-ciel, Suisse. 07/2009
3/4
tionne une insécurité de comportement du côté du personnel scolaire et une école/crèche sur
six ne considère pas l’homosexualité ou les familles arc-en-ciel comme un sujet à discuter.
En qu’en pensent les experts interrogés?
◗ Plus de deux experts sur trois estiment que la législation concernant les couples partenariés
avec enfants doit être modifiée : il suffirait de quelques ajustements légaux, comme le droit
d’adopter ensemble pour deux personnes homosexuelles, les mêmes avantages financiers que
les autres familles et la suppression d’autres formes d’injustices existant encore entre familles
traditionnelles et les familles partenariées.
Conclusion
L’orientation homosexuelle des parents est en Allemagne ni un gage ni un obstacle pour la réussite d’une famille en ce qui concerne le bien-être de l’enfant.
© LSVD, Dr. Elke Jensen / Traduction association faîtière Familles arc-en-ciel, Suisse. 07/2009
4/4