CCTP SSI CNRS 131015

Commentaires

Transcription

CCTP SSI CNRS 131015
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
CNRS « Maison des SUDS »
Cachet du soumissionnaire
12, Esplanade des Antilles
33600 PESSAC
CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES
PARTICULIERES
(C.C.T.P.)
MARCHE TRAVAUX
Objet : REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT – CNRS « Maison des SUDS »
MAITRE D'OUVRAGE :
CNRS « Maison des SUDS »
12 Esplanade des Antilles
33600 PESSAC
05.56.84.68.59
05.56.84.68.55
PERSONNES HABILITEES A DONNER LES RENSEIGNEMENTS
Mr CRUCHON
ASSISTANT A LA MAITRISE D'OUVRAGE :
Bureau d’études A2CI Prévention incendie
Parc d’activités du Pays de Langon
15 Rue des Acacias
33210 MAZERES
05.56.27.23.67
05.24.22.20.00
Dossier suivi par Jérôme TEXIER
Édité 13 octobre 2015
Page 1 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
C.C.T.P.
CNRS « Maison des SUDS »
33600 PESSAC
LOT - SSI
Page 2 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
TABLE DES MATIERES
1
GENERALITES ...................................................................................................................................4
1.1 ETAT DES LIEUX......................................................................................................................................................4
1.2 QUALITÉ ET PROVENANCE DES MATÉRIAUX ET MATÉRIELS.........................................................................................4
1.3 RÉCEPTION DES SUPPORTS ....................................................................................................................................4
1.4 PROPRETÉ DU CHANTIER ........................................................................................................................................4
1.5 TROUS - PERCEMENTS - RACCORDS - SCELLEMENTS ................................................................................................4
1.6 RÉGLEMENTATION APPLICABLE ...............................................................................................................................5
1.7 HYGIÈNE, SÉCURITÉ ET PROTECTION DE LA SANTÉ ...................................................................................................5
1.8 ASSURANCE DE LA CONSTRUCTION..........................................................................................................................6
1.9 COORDINATION SSI ................................................................................................................................................6
1.10 PHASAGE DE L'OPÉRATION ....................................................................................................................................6
1.11 PRESCRIPTIONS COMMUNES À TOUS LES CORPS D'ÉTAT .......................................................................6
1.12 ETUDES TECHNIQUES .....................................................................................................................................6
1.13 EXÉCUTION DES TRAVAUX .............................................................................................................................7
1.14 DOCUMENTS À FOURNIR ................................................................................................................................7
1.15 EN COURS DE CHANTIER ................................................................................................................................8
1.16 EN FIN DE CHANTIER .......................................................................................................................................8
1.17 QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES .......................................................................................................9
1.18 OFFRE À CARACTÈRE FORFAITAIRE ET GLOBALE .....................................................................................9
2
PRESCRIPTIONS D'ENSEMBLE......................................................................................................10
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
2.8
2.9
3
DESCRIPTION DES TRAVAUX ........................................................................................................................10
NORMES ET RÈGLEMENTS ............................................................................................................................11
RÉSERVATIONS, SCELLEMENTS ET CALFEUTREMENTS ..........................................................................12
ORIGINE DES INSTALLATIONS. ......................................................................................................................12
LIMITES DE PRESTATIONS .............................................................................................................................12
ORGANISATION DU CHANTIER ......................................................................................................................13
CONTRÔLE ET ESSAIS ....................................................................................................................................13
GARANTIE .........................................................................................................................................................13
NOTE PRÉLIMINAIRE IMPORTANTE À LA DESCRIPTION DES TRAVAUX ..................................................14
CAHIER DES PRESCRIPTIONS PARTICULIERES .........................................................................15
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
MATÉRIAUX ET APPAREILLAGES ..................................................................................................................15
CANALISATIONS ..............................................................................................................................................15
SYSTEME DE SECURITE INCENDIE : .............................................................................................................16
DESCRIPTIF DU MATERIEL .............................................................................................................................17
CABLAGE ET MODES DE TRANSMISSION.....................................................................................................22
RECEPTION ET MISE EN SERVICE .................................................................................................................23
RESPONSABILITES ET CERTIFICATION DE L’INSTALLATEUR - GARANTIE ET CERTIFICATION DU
MATERIEL .........................................................................................................................................................24
3.8 CONTRAT D’ENTRETIEN .................................................................................................................................24
4
DEPOSE ANCIENNE INSTALLATION .............................................................................................25
4.1 DÉPOSE ET REMANIEMENT DES INSTALLATIONS EXISTANTES ...............................................................25
5
D.P.G.F..............................................................................................................................................26
Page 3 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
1
GENERALITES
Le présent descriptif concerne les travaux de la « Maison des SUDS » du CNRS avec le remplacement du
système de sécurité incendie « SSI » de Catégorie A existant, à réaliser pour le compte de CNRS, situé 12
Esplanade des Antilles 33600 PESSAC
1.1
Etat des lieux
L’état des lieux contradictoire (photos) devra être fait préalablement au démarrage des travaux.
1.2
Qualité et provenance des matériaux et matériels
Indépendamment de leur conformité avec les prescriptions des normes et D.T.U., les matériaux, matériels et
appareils de toute nature entrant dans la réalisation du projet seront neufs, de la meilleure qualité dans les
prestations indiquées, et devront en outre faire l'objet d'une approbation préalable du coordinateur SSI. De plus,
ils devront posséder les attestations de conformité aux règles les concernant (certificat CE, certificat NF,
certificat CST Bât, attestation d'essai, PV de conformité, PV attestant de ces caractéristiques, avis technique
valide du CSTB).
Des essais et analyses pourront être demandés lorsque l'origine sera douteuse. Les échantillons, modules, ...
seront présentés pour accord avant toute commande.
Le choix sera soumis au maître d'ouvrage et au coordinateur SSI pour approbation.
1.3
Réception des supports
Chaque entreprise, avant tout commencement des travaux prévus à son marché, doit réceptionner le support
sur lequel elle désire intervenir.
En l'absence de cette réception, tous les travaux de reprise du support demandés par le Maître d'ouvrage
seront à sa charge.
Tous les percements devront être soignés de façon à ne pas entraîner de réfection anormale des supports
considérés.
Dans le cas contraire, l'entreprise en assumera la responsabilité et les travaux de reprise lui seront imputés.
1.4
Propreté du chantier
Le chantier sera maintenu en permanence en parfait état de propreté, le titulaire du lot étant responsable du
nettoyage et de l'enlèvement de ses gravats. Si besoin était, le maître d’ouvrage ou le coordinateur SSI pourra
faire intervenir une entreprise de son choix aux frais du défaillant. Le maître d’ouvrage met à la disposition un
local pour stocker les matériels à mettre en place. Elle décline toute responsabilité pour un stockage en dehors
de ce local.
1.5
Trous - percements - raccords - scellements
Sauf dans les ouvrages en béton armé, le titulaire du lot aura à sa charge toutes sujétions découlant des
passages, encastrements, scellements, etc., nécessaires à son intervention. Le maître d’ouvrage ou le
coordinateur SSI se réservant le droit de refuser un cheminement ou un raccord si ceux-ci entraînent des
conséquences dommageables à la solidité ou à la finition de la construction.
Tout tracé, implantation de matériel, trémies, etc., devra donc figurer sur les plans techniques fournis par le
titulaire du lot pour approbation.
Page 4 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
1.6
Réglementation applicable
Le référentiel réglementaire applicable et figurant dans les documents relatifs au domaine de la construction est
énuméré ci-après :
•
les textes législatifs et réglementaires,
•
les fascicules du cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés publics de travaux,
•
les textes techniques de caractère normatif suivants :
•
normes françaises, y compris les normes transposant en France les normes européennes,
•
règles et prescriptions techniques DTU,
•
avis techniques, Appréciations Techniques d'Expérimentation (ATEX) et agréments techniques
européens,
•
règles professionnelles dans les domaines non couverts par les textes précités et acceptés par la
commission prévention produit (C2P) de l'agence qualité construction.
Les avis techniques devront être validés par le CSTB et approuvés par la commission prévention produit (C2P)
de l'agence qualité construction soit appartenir à la liste verte de cette commission.
Plus spécifiquement pour les domaines de la sécurité des personnes, de la thermique, de l'accessibilité aux
personnes à mobilité réduite et du parasismique, les prescriptions sont indiquées dans les paragraphes
suivants.
1.6.1 Sécurité des personnes
La Maison des SUDS est un établissement recevant des travailleurs, il est régit par le code du travail
L’arrêté suivant est applicable :
- Code du travail : décret 92-332 du 31 mars 1992.
L'établissement sera équipé d'un SSI de catégorie A. Un coordinateur SSI a été désigné dans le cadre de son
installation. L'entreprise devra se conformer à ses directives.
1.6.2 Thermique
Les valeurs de caractéristiques thermiques indiquées dans le présent document sont les valeurs mini. à
atteindre (garde-fous de la RT2005), en fonction des résultats obtenus par la note de calculs thermiques, les
valeurs pourront être différentes et les produits plus performants, les entreprises doivent en tenir compte dans
leur offre.
1.6.3 Accessibilité aux personnes à mobilité réduite
La Maison des SUDS est un établissement recevant des travailleurs. L'arrêté du 1er août 2006 modifié fixant les
dispositions prises pour l'application des articles R. 111-19 à R. 111-19-3 et R. 111-19-6 du code de la
construction et de l'habitation relatives à l'accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant
du public et des installations ouvertes au public lors de leur construction ou de leur création est applicable.
1.7
Hygiène, sécurité et protection de la santé
1.7.1 Devoir des entreprises
Un plan de prévention devra être rédigé avant le démarrage des travaux.
L’entreprise veillera en permanence à assurer la sécurité de son personnel ou de toute autre personne sur le
chantier. Toutes les protections nécessaires, en particulier celles contre les risques de chute seront maintenues
pendant toute la durée du chantier.
Tous les intervenants sur le chantier devront être équipés d'un casque et de chaussures de sécurité. En fonction
des travaux pratiqués, les employés devront être équipes de lunettes de protection, de gants, de masques et de
Page 5 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
bouchons.
Concernant la protection contre les risques de chutes, il sera toujours préféré des protections collectives
(plateformes, garde-corps, etc.) à des équipements de protection individuelle (harnais).
1.8
Assurance de la construction
L’entreprise intervenante devra être à jour de son assurance décennale.
1.9
Coordination SSI
Un coordinateur SSI est missionné dans le cadre de l'opération par le maître d'ouvrage (A2CI Prévention
incendie).
L’entreprise concernée par le système de sécurité incendie (détection automatique et manuelle d’incendie,
compartimentage, etc.) devra communiquer ses plans d'exécution à celui-ci pour approbation.
De plus, elle devra prendre en compte ses observations aussi bien au niveau du dossier de consultation que
des avis sur plans ou lors de ses visites sur le chantier.
1.10 Phasage de l'opération
Lors des travaux, l’établissement sera maintenu en fonctionnement, il est donc retenu le phasage suivant :
Phase 1 : Remplacement et mise en place de la nouvelle installation de sécurité incendie. Les
nouveaux matériels centraux du SSI. Il est prévu dans cette phase de travaux des essais et une réception
du SSI.,
Phase 2 : Après la réception des travaux sans observation du maître d’ouvrage et du coordinateur SSI
l’ancienne installation sera déposée.
L’entreprise devra en tenir compte dans son offre. Elle devra notamment prendre connaissance du document
intitulé dispositions prises pendant les travaux.
1.11 PRESCRIPTIONS
Les travaux seront exécutés dans les conditions décrites dans la brochure N° 5655 : CCTG - "Installation de
détection incendie de la Commission Centrale de Marchés GPEM/ME" - application du décret N° 81-1075 du 4
décembre 1981.
Les entreprises sont tenues de prendre connaissance et de respecter les prescriptions générales communes à
tous les corps d'état, ainsi que les limites d'intervention de chacun.
Les limites des prestations sont précisées dans les paragraphes suivants, elles ont un caractère indicatif et
n'excluent en rien tous travaux nécessaires au parfait fonctionnement, et à la parfaite finition des ouvrages.
1.12 ETUDES TECHNIQUES
Fourniture de plans et notes de calcul
En temps utile, avant exécution des travaux (minimum absolu - 2 semaines), l'entreprise devra fournir, dans
leur totalité, les plans d’exécution et de mise en œuvre avec cheminement, suivant ses conceptions
personnelles, sous réserve qu'il soit tenu compte de toutes les prescriptions du présent dossier.
Consultation
La description des ouvrages dans le présent CCTP ainsi que les plans d’implantation des matériels constituant
le SSI joints, sont donnés aux entreprises à titre indicatif, afin de leur permettre de faire leur offre. Les
entreprises ont à leur charge tous les calculs, dimensionnements des ouvrages de leur lot, en tenant compte
des obligations liées aux normes et règles en vigueurs.
Page 6 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
Les documents constituants le dossier SSI en phase de conception réalisé par le coordinateur SSI : Cahier des
Charges Fonctionnel, plans de zones (ZA, ZC, ZDA, et ZDM) et tableaux de corrélation en mode automatique et
manuel sont contractuels.
Les plans et détails de structure figurant dans les documents d’appel d’offre ne sont pas des plans d'exécution
[PEO] et ne doivent pas être considérés comme tels. Les dimensions sont fournies à titre indicatif, et ont pour
but de définir les contraintes architecturales et fonctionnelles du projet.
L'Entrepreneur devra dresser lui-même tous les plans d'exécution, de détail, d'atelier et de chantier nécessaires
à la parfaite définition et exécution des ouvrages.
1.13 EXÉCUTION DES TRAVAUX
Une attention particulière est apportée à la bonne exécution des travaux, qui sont réalisés avec le plus grand
soin, dans le respect de la réglementation et du programme général de chantier.
Les travaux sont soumis à un contrôle permanent, et toute partie non conforme aux plans d'appel d'offres, à la
réglementation ou aux directives données, sera refusée, et reprise par l'entreprise, sans qu'elle puisse
prétendre à un supplément de prix ou à un délai complémentaire.
D'autre part, les installations sont remises au maître d'ouvrage en parfait état de fonctionnement et de propreté,
ceci incluant tous travaux annexes nécessaires.
L'entreprise se doit d'informer le maître d’ouvrage.
Pour cela, elle fournit en fin de chantier, une notice très détaillée, regroupant toutes les documentations de mise
en service et d'entretien des matériels installés, ainsi que tout schéma, note ou document nécessaire à la
compréhension du fonctionnement des installations.
Il est joint impérativement à ces notices, tous les plans de récolement.
L'entrepreneur doit effectuer toutes les démarches auprès des compagnies concessionnaires et des
administrations publiques afin de réaliser une installation conforme aux instructions de ces services, tant pour
établir son étude que pour réaliser la mise en œuvre. Il sera responsable des conséquences pécuniaires que
pourrait entraîner l'inobservation de ces instructions.
1.14 DOCUMENTS À FOURNIR
1.14.1 A L'APPEL D'OFFRE
- L'entreprise fournira obligatoirement, si elle ne veut pas voir son offre refoulée, les attestations d’assurance et
les qualifications de l’entreprise, un cadre quantitatif détaillé avec le prix unitaire de chaque ouvrage
élémentaire, exemple : détecteurs, câbles et fils, sirènes, chemin de câble, fourreaux, au ml ou à l'unité suivant
le cas etc. Il sera établi dans l'ordre chronologique des différents chapitres constituants le devis descriptif,
suivant le cadre joint (DPGF). Il pourra être rajouté sur ces bordereaux tout les éléments ou matériels (matériel
déporté du CMSI, ECS, etc.) nécessaires au parfait achèvement des installations.
- Son offre doit être IMPERATIVEMENT conforme au présent devis descriptif (DPGF), entendu que toute liberté
lui est laissée de rajouter tous postes nécessaires.
- L’entreprise a l’obligation de se rendre sur place afin de réaliser son offre et devra fournir le bordereau
d’attachement de visite (joint aux documents de l’appel d’offre) avec son offre.
- L’entreprise proposera un mode opératoire qui devra définir le déroulement des travaux et en particulier le
principe de cohabitation entre les anciens et les nouveaux systèmes, ainsi que le principe de bascule d’un
système sur l’autre, sachant que la détection automatique et manuelle existante doit rester fonctionnelle tant
que le nouveau SSI ne sera pas réceptionné par le coordinateur SSI. Il est rappelé que le niveau de sécurité de
l'établissement ne peut pas être diminué lors de la présence des usagers. L’entreprise devra mettre à sa charge
des moyens compensatoires, s'il s’avérait que le bâtiment se trouve sans protection incendie pendant la
présence des usagers.
NOTA IMPORTANT :
- Pendant toute la durée des travaux, les installations d’alarme incendie (détection automatique d’incendie et
manuelle) et de mise en sécurité incendie (évacuations existantes, etc.) devront rester opérationnelles et en
service. Le présent lot devra assurer la mise en place éventuelle d’équipements et d’installations provisoires
(programmation, interfaces de communication, etc.) pour pouvoir assurer le maintien en service automatique et
Page 7 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
manuel des installations de sécurité (alarme générale). L’ensemble des prestations nécessaires pour assurer le
basculement des installations sont à la charge du présent lot.
- En début de chantier un phasage d’intervention défini, sera établi en accord avec le maître d’ouvrage.
1.15 EN COURS DE CHANTIER
Contraintes d'exécution
- Dans l'ensemble des zones occupées pendant les travaux, les interventions nécessiteront de prendre des
précautions lors de la réalisation des travaux. Il sera imposé au personnel réalisant les travaux des règles qui
devront être impérativement respectées (exemple : protéger par des couvertures ou des draps les biens
présents dans le local avant de réaliser des percements). Les intervenants devront se conformer aux directives
imposées par le responsable de l’établissement sous peine d’être exclus du chantier. Les prestations relatives
aux protections à mettre en œuvre lors de l’exécution des travaux devront être incluses dans l’offre de
l’entreprise.
- Tous les plans d'exécution devront être fournis pour approbation par le maître d’ouvrage et le coordinateur
SSI, et ce en fonction de l'avancement des travaux. Avant le commencement des travaux, la note de calcul de
consommation des DAS pour dimensionnement de l’AES, les plans précisant le parcours exact des
canalisations et la position de l'appareillage seront fournis au maître d’ouvrage et au coordinateur SSI pour
avis.
- Avant toute commande de matériel, un exemplaire de la commande doit être fourni au maître d’ouvrage et au
coordinateur SSI. Ce document doit faire apparaître toutes les caractéristiques du matériel commandé, afin que
le maître d’ouvrage et le coordinateur SSI puissent vérifier la conformité avec les pièces écrites.
- Toutes les notes de calculs et implantations des matériels qui auront au préalable reçu l'agrément de
l'organisme de contrôle et du coordinateur SSI.
- L'entreprise titulaire du lot devra se présenter à l'ensemble des réunions de suivi de chantier. Le nombre de
réunion peut varier en fonction de l'appréciation du maître d'ouvrage, du coordinateur SSI.
1.16 EN FIN DE CHANTIER
L'entreprise remet un dossier des ouvrages exécutés au minimum 2 jours avant la date de réception
comprenant :
L'intégralité des documents demandés par les normes SSI NFS 61-932 et NFS 61-970 en vigueur ainsi que
tous les documents qu'il lui semble nécessaires à l'exploitation correcte du SSI.
Pour mémoire, liste des principaux documents.
• plan d'implantation des matériels centraux et TRE,
• plan des faces avant de l'ECS et du CMSI,
• plan de récolement SDI avec implantation et câblage,
• plan de récolement CMSI avec implantation et câblage,
• Listing de programmation SDI + CMSI,
• Synoptique SDI de récolement,
• Synoptique CMSI de récolement,
• Contrat de maintenance et notice de maintenance,
• Attestation de formation à l'exploitation,
• Certificat NF des matériels utilisés,
• Rapport d'associativité des matériels entre eux,
• Liste des matériels installés (désignation, références et quantités)
• Plan de câblage des baies,
• Toutes les documentations commerciales et techniques des matériels utilisés,
• PV de mise en service conforme à la NFS 61-970,
• Une attestation de mise en œuvre conformément aux règlementations en vigueur et aux plans
d'exécution,
Les dossiers des ouvrages exécutés sont remis au maître d'ouvrages et au coordinateur SSI.
- Il est souligné que les dossiers de récolement seront établis par l'entreprise et que le Maître d'Ouvrage attend
un ensemble de documents complets et exhaustifs lui permettant d'exploiter et d'entretenir ses installations
sans aucunes restrictions.
Page 8 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
1.17 QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES
L'entreprise remet lors de l'appel d'offres l'attestation d’assurance couvrant les risques liés à son activité avec la
mention : « couvert pour réaliser des installations de détection automatique d’incendie » ainsi que ses
qualifications professionnelles I7 de l’APSAD et CF1 de QUALIFELEC.
Les entreprises répondant au présent appel d'offre et n'ayant pas l’ensemble des qualifications et
attestations demandées verront leurs offres refusées.
1.18 OFFRE À CARACTÈRE FORFAITAIRE ET GLOBALE
- L'entrepreneur est tenu d'incorporer dans son offre toutes les sujétions nécessaires à la réalisation des
ouvrages.
- Il ne pourra se prévaloir de n'avoir pu intégrer certains éléments ne figurant pas sur l'appel d'offre. Sa
proposition est forfaitaire et globale.
Page 9 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
2
2.1
-
-
PRESCRIPTIONS D'ENSEMBLE
DESCRIPTION DES TRAVAUX
Remplacement de l'ensemble des matériels centraux du SSI (SDI + CMSI + AES) existant, y compris le
câblage (qui devra respecter la NFS 61-970 et la NFS 61-932),
Réalisation d’une alimentation électrique 230V directement depuis le TGBT (secours), avec une protection
30mA et une protection contre la foudre. Cette alimentation sera reprise en amont de toutes autres
installations,
Mise en place d'un ECS adressable et d’un CMSI, ainsi qu’une AES « NFS 61 940 » en remplacement des
existants. Ils seront situés, en phase finale, dans le bureau de Monsieur CRUCHON au RDC,
Mise en place de Tableaux Répétiteurs d'Exploitation (TRE) pour renvois des informations provenant de
l’ECS et du CMSI au niveau du Hall d’entrée
Le rajout et le remplacement des détecteurs automatiques d'incendie existants par de nouveaux détecteurs
automatiques d'incendie adressables, qui seront installés dans les locaux indiqué par le Maître d’ouvrage et
repris sur les plans SDI ci-joint, conformément à la NFS 61-970.
Le rajout et le remplacement des indicateurs d’action existants par des nouveaux,
Rajout de diffuseurs lumineux dans chaque volume des sanitaires, proche amphithéâtre au rez-dechaussée,
Le rajout et le remplacement de déclencheurs manuels existants par des nouveaux adressables à proximité
des portes d’issues de secours et au droit des escaliers dans les niveaux supérieurs,
Reprise de l’asservissement du verrouillage des issues de secours,
Asservissement des arrêts techniques (coupure sonorisation et remise en lumière) dans amphithéâtre,
Prévoir la reprise des informations, existant (dérangement + feu) par l’alarme intrusion et télésurveillance,
Le rajout et le remplacement des diffuseurs sonores existants par des nouveaux répartis en nombre
suffisant afin que le signal soit audible dans l’ensemble de l’établissement,
Remplacement de la totalité du câblage de la détection d'incendie existante, ainsi que celle de la mise en
sécurité, afin d'être conforme aux normes NFS 61-932 et NFS 61-970,
Dépose de l'ensemble des matériels (ECS, CMSI, DM, DAI, IA …), du câblage et des cheminements qui
constituent l'ancienne installation,
Pose, câblage et raccordement de l'intégralité des nouveaux matériels prévus au titre de ce marché,
Établissement de l'ensemble des documents de récolement pour intégration au Dossier d'identité du SSI,
conformément au chapitre 14 de la norme NFS 61-932 de juillet 2015,
Mise en service et autocontrôle par phase de travaux, avec remise de PV,
Participation aux essais, ainsi que la fourniture des matériels et matériaux nécessaire aux foyers d’efficacité
(Générateur de fumée) en présence du coordinateur SSI,
Fourniture des documents techniques, commerciaux ainsi que les notices d’installation et d’exploitation des
matériels centraux pour intégration au Dossier d'identité du SSI réalisé par le coordinateur SSI,
conformément à la norme NFS 61-932 de juillet 2015
Formation du personnel de l'établissement à l'exploitation du nouveau SSI,
Mise à jour des plans d'évacuation et d’intervention de l'établissement,
Établissement d'une attestation de mise en œuvre conformément aux plans de récolement et aux normes
en vigueur.
Page 10 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
2.2
NORMES ET RÈGLEMENTS
- Les installations sont définies conformément à la réglementation Française, normes et D.T.U en vigueur lors
de l'appel d'offres. Elles sont réalisées conformément à ces spécifications, ainsi qu'aux règles professionnelles
et règles de l'art en vigueur au moment de la réalisation des travaux.
- Les travaux ne répondant pas strictement à ces conditions seront refusés et devront être repris.
Réglementation
Sont applicables, entre autres, les documents rappelés ci-dessous sans que cette liste soit considérée comme
limitative:
Code de la construction et de l’habitation
Code de la santé publique
code du travail
Arrêté du 4 novembre 1993 relatif à la signalisation de sécurité et de la santé du travail
Norme EN 54-2 relative aux systèmes de détection et d’alarme incendie – Équipement de contrôle et de
signalisation.
Norme EN 54-4 relative aux systèmes de détection et d’alarme incendie – Équipement d’alimentation
électrique.
Norme NF S 61-950 relative aux détecteurs et organes intermédiaires.
Normes NF S 61-630 à NF S 61-940 et NFS 61-970 relatives aux systèmes concourant à la sécurité
contre les risques d’incendie,
Norme NF C 15-100 relative aux installations électriques basse tension « règles » et ses additifs.
Instructions techniques 246, 247 et 248 relatives au désenfumage dans les établissements recevant du
public.
Arrêté du relatif à la protection des travailleurs dans les établissements qui mettent en œuvre des
courants électriques,
L'arrêté du 10 novembre 1976 applicable dans les établissements soumis au code du travail,
Arrêté du 10 Novembre 1976, relatif aux circuits et installations de sécurité.
Arrêté du 7 Novembre 1941, relatif aux circuits de sécurité.
La circulaire du 7 juin 1977 relative aux mesures d'économies d'énergie,
Normes
Sont applicables en général, toutes les normes françaises concernant les canalisations et le matériel installé, et
notamment:
Norme EN 54-2 relative aux systèmes de détection et d’alarme incendie – Équipement de contrôle et de
signalisation.
Norme EN 54-4 relative aux systèmes de détection et d’alarme incendie – Équipement d’alimentation
électrique.
Norme NF S 61-950 relative aux détecteurs et organes intermédiaires.
Normes NF S 61-630 à NF S 61-940 et NFS 61-970 relatives aux systèmes concourant à la sécurité
contre les risques d’incendie.
Norme NF C 15-100 relative aux installations électriques basse tension « règles » et ses additifs.
Instructions techniques 246, 247 et 248 relatives au désenfumage dans les établissements recevant du
public.
Règles de l'art spécifiées par l'UNION TECHNIQUE DE L'ELECTRICITE, en particulier aux dispositions
de la norme NFC 15.100 et tous ces additifs (dernière édition paru à ce jour),
C 62.410 et suivantes pour l'appareillage
C32 013 et suivantes pour les câbles
C61 100 et 62 410 et suivantes pour l'appareillage
NFC 20-010, classification des degrés de protection procurés par les enveloppes,
Documents Techniques Unifiés
à l'ensemble des Documents Techniques Unifiés "D.T.U.".
Page 11 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
Documents particuliers
- Les entreprises sont également tenues de respecter les documents particuliers de mise en œuvre des
fabricants, ou avis techniques.
Nota
- Lorsque l'interprétation des Normes et de deux chapitres différents du présent descriptif semble aboutir à
plusieurs solutions apparemment contradictoires, le Maître de d’Ouvrage, le maître d’œuvre et le coordinateur
SSI se réservent le droit de faire appliquer la clause qu'ils jugeront intéressantes sans modification de prix ou de
délais.
2.3
RÉSERVATIONS, SCELLEMENTS ET CALFEUTREMENTS
- Lors de l'exécution des travaux, l'entreprise doit fournir en temps utile les plans de réservation. Ces plans
devront être impérativement remis dans les délais définis sur le programme général des travaux qui sera
déterminé en début de chantier.
- Dans le cas où l'entreprise omettrait de les communiquer en temps utiles, elle aura à sa seule charge tous les
frais correspondants aux percements a posteriori, y compris les reprises des revêtements et finitions déjà
réalisées.
Restent également à sa charge :
Les percements dans les parois en matériaux creux,
Les saignées éventuelles à l'encastrement de certaines canalisations,
Les scellements de ses propres ouvrages,
Le calfeutrement des réservations (rebouchage effectué en creux, non compris les raccords de finition),
Les fourreaux nécessaires aux traversées des parois avant calfeutrements ;
Tous les percements nécessaires à la mise en œuvre de ses installations,
Tous les travaux de serrurerie relatifs aux tableaux et armoires électriques ;
Les travaux de terrassement nécessités par l'installation des prises de terre.
Les raccords de peinture, de ciments et de plâtre (mousses expansives non autorisées).
Le remplacement des plaques de faux-plafond détériorées ou salies pendant les travaux seront
remplacées en fin de chantier et ceux à la charge du présent lot. Pour des raisons d'uniformité, les
nouvelles plaques de faux-plafonds seront exclusivement fournies par le maître d'ouvrages,
- Sont interdits tous percements dans les ouvrages en béton ou maçonneries porteuses, ainsi que toute fixation
dans les pré-dalles précontraintes, sans l'accord préalable du lot gros-œuvre, du maître d’ouvrage et du bureau
d’études concerné.
- Le titulaire du présent lot devra respecter les formes et dimensions des éléments de GROS-OEUVRE liés aux
éléments de second œuvre, ainsi que les positions et les dimensions des trous et trémies réservées au
passage des fluides;
- Dans tous les cas les calfeutrements sont à charge du présent lot.
2.4
ORIGINE DES INSTALLATIONS.
- L’alimentation électrique des éléments du SSI seront depuis le tableau TGBT (secours), avec mise en place
de transformateur d'isolement si nécessaire, sont à la charge du titulaire du lot SSI (en amont de toutes autres
installations avec protection adaptée).
2.5
LIMITES DE PRESTATIONS
- Le présent dossier a été établi à partir des données sur installations existantes visibles, par conséquent il
devra être adapté suivant les éléments nouveaux découverts lors du chantier.
- Les entreprises devront prendre connaissances des documents de consultation des autres lots afin de
s’assurer des prestations qui ne sont pas à sa charge et les limites de ces prestations.
- Le titulaire du présent marché doit l’intégralité des travaux nécessaires au complet et parfait achèvement de
l’installation. Il ne pourra s’en prévaloir pour ne pas avoir proposé ou prévu dans le prix à caractère forfaitaire,
tout dispositif, appareil ou accessoire non mentionné ici, mais nécessaire ou susceptible de renforcer la
sécurité, facilité l’exploitation, l’entretien ou améliorer le fonctionnement des installations.
Page 12 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
Sont à la charge du présent lot, les travaux nécessaires au parfait achèvement des installations de sécurité
incendie et notamment :
Alimentations électriques et protection des appareils depuis le TGBT (secours)
Percements intérieurs pour passage de tube ou conduit.
Reprise d’étanchéité des pénétrations des réseaux dans le bâtiment.
Rebouchage des passages, trémies et orifices réservés.
Tous colliers, guides, fourreaux, etc. nécessaires.
Mise en service, réglages et essais des installations.
Il sera prévu les raccords de peinture après la dépose des anciennes installations (cheminement,
détecteurs automatique d’incendie, déclencheurs manuels, indicateur d’action, goulottes, etc.) sur les
partie du bâtiment non concernées par le projet.
- Toutes les dispositions nécessaires pour la manutention des installations de poids ou implantée en
hauteur sont à la charge de l’entreprise titulaire du présent lot.
2.6
ORGANISATION DU CHANTIER
- L'entrepreneur désignera, dès l'ordre de service de début de travaux, un responsable des études et du
chantier au niveau des relations avec le Maître d’ouvrage et le coordinateur SSI, qui devra être l'unique
interlocuteur et ceci pendant la durée intégrale du chantier.
- Le personnel de l’entreprise devra porter en permanence un badge qui l’identifiera (nom de l’entreprise et de
la personne) et impérativement respecter les prescriptions de sécurité imposées par le maitre d’ouvrage.
2.7
CONTRÔLE ET ESSAIS
- En cours de travaux, chaque fois que cela sera nécessaire et à la fin des travaux, le Maître d'Ouvrage ou son
représentant qualifié, le coordinateur SSI procèderont aux opérations de contrôle et aux essais en vue de la
réception en présence de l'entrepreneur ou de son représentant.
- Ces opérations ont pour objet la vérification de la conformité de l'exécution aux prescriptions des pièces du
marché.
Cette vérification portera sur :
la qualité du matériel, de l'appareillage et de sa mise en œuvre,
La conformité aux normes, règlements et pièces écrites.
Les essais comporteront :
les mesures d'isolement,
la mesure de continuité,
la vérification des raccordements,
la vérification des scénarios de mise en sécurité (100%) et du bon fonctionnement des matériels
installés (100% des DAI, des DM, des AGS, des TRE, des DAS et DAC, etc.).
Les essais par foyers d’efficacité au générateur de fumée (détecteur de fumée) et au bac à alcool
(détecteur de chaleur) pour obligation de résultat conformément à la NFS 61-970.
- L’entreprise devra être présente lors de chaque essai en présence du coordinateur SSI, mais également lors
des diverses réceptions et des passages de la commission de sécurité.
- Le contrôle des installations techniques sera réalisé par le coordinateur SSI, à la charge du Maître de
l'Ouvrage.
2.8
GARANTIE
Garantie de fourniture
- Tout le matériel fourni par l’entrepreneur est garanti contre tous les vices de construction ou de matière
pendant une durée de un an à dater de la réception.
- Cette garantie ne s’applique pas aux conséquences de l’usure normale, ni à celles qui pourraient résulter de la
mauvaise utilisation des appareils ou de la non observation des instructions d’exploitation.
Page 13 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
Garantie de fonctionnement
- Indépendamment de la garantie décennale, l’installation sera garantie en bon état de fonctionnement pendant
une durée de 1 an à dater de la réception définitive.
- Au cours de cette période, l’Entrepreneur sera tenu de rectifier tous les défauts de fonctionnement qui
apparaîtraient.
- L’entrepreneur sera notamment responsable des incidents ou déprédations qui pourraient se produire du fait
de la non fourniture, en temps utile, des documents d’exploitation, ou du fait d’erreurs contenues dans ces
documents.
2.9
NOTE PRÉLIMINAIRE IMPORTANTE À LA DESCRIPTION DES TRAVAUX
L'entrepreneur soumissionnaire a l'obligation de se rendre sur les lieux avant de remettre son offre, afin
d'apprécier l'importance des travaux liés aux bâtiments existants et aux contraintes du à l’activité. Il devra
connaître les parties exactes de l'établissement qui sont concernées par ces travaux. Il ne pourra, après avoir
remis son offre, arguer d'erreur ou omission pour obtenir le paiement de travaux supplémentaires.
L’entrepreneur joindra à son offre le bordereau d’attachement de visite.
Page 14 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
3
CAHIER DES PRESCRIPTIONS PARTICULIERES
3.1
MATÉRIAUX ET APPAREILLAGES
- Tous les matériaux et appareillages entrant dans la constitution des installations seront neufs et conformes
aux normes en vigueur.
- Ils seront posés avec tous les soins désirables et dans les conditions de sécurité absolue de résistance et
d'isolement. En outre, le matériel sera robuste et l'installateur précisera la durée de vie du matériel proposé.
- Tout le matériel proposé sera présenté au Maître de l'Ouvrage et au coordinateur SSI pour agrément.
- Aucune substitution d'appareil ou de matériel prévu et agréé ne pourra être tolérée, sans autorisation du
Maître d'ouvrage.
- Les délais de livraison des fournisseurs ne devront pas entraîner de retard dans la réalisation des travaux.
3.2
CANALISATIONS
- Les câbles du SSI seront séparés physiquement des câbles Très Basse Tension, eux-mêmes déjà séparés
des câbles Basse Tension, dans tous les cas posés sur chemin de câbles, sous conduits isolants IRO APE en
montage apparent, sous tube ICT APE en montage encastré ou sous goulotte technique de distribution. Ils
seront également séparés de tout autre réseau (fluide, gaz ….)
- Le choix des canalisations se fera en fonction du mode de pose, de l'intensité admissible dans les câbles et de
la chute de tension. Les protections mécaniques seront fonction du mode de cheminement des canalisations.
- Les câbles seront repérés en tous points particuliers tels que départ d’armoire, changement de direction,
traversée de cloison, départ d’un émetteur et aboutissant au récepteur.
- Le repérage sera effectué par des étiquettes indéformables et inoxydables gravées (exemple : réf Legrand
32085). Ces étiquettes seront maintenues aux câbles par l'intermédiaire de colliers nylon.
Les indications suivantes seront mentionnées :
nombre de conducteurs et sections ;
Indications de l’origine, de la destination et du numéro de ligne.
- Toutes les précautions seront prises pour que la canalisation ne puisse souffrir de la proximité de matériels
susceptibles de la dégrader.
- Pour les distributions horizontales en faux plafond, les câbles seront posés sur chemin de câbles. Les
chemins de câble en extérieur (exemple : sur toit terrasse), seront avec capotage.
- Les chemins de câbles seront en tôle galvanisée à chaud après perforation, à bords rabattus non coupants
(marque CES type PS ou équivalent), ils seront dimensionnés pour permettre une extension minimum de 30 %
pour les canalisations principales et de 30% pour les canalisations secondaires. Ces réserves de place seront
disponibles à la réception des travaux impérativement.
- Il ne sera accepté aucun chemin de câbles apparent de type treillis soudé (type câblofil, etc.…).
- Dans les locaux avec plafond suspendu, les chemins de câbles seront placés au dessus de ce plafond. Dans
les parcours communs avec des canalisations d'eau, les chemins de câbles seront placés à la partie
supérieure.
- La fourniture et la mise en œuvre comprendront toutes les sujétions habituelles et nécessaires (suspension
indépendante des autres corps d'état, sauf accord préalable exprès).
- Les remontées devront être protégées mécaniquement par un couvercle sur une hauteur minimum de 1m60.
- Toutes les canalisations seront fixées aux chemins de câbles par attaches RILSAN (une tous les 0,50 mètres
minimum), et il ne sera pas admis que les câbles se croisent sur les chemins de câbles, sauf en cas de
nécessité absolue.
- Les chemins de câbles seront façonnés de telle façon qu'il n'y ait pas d'angles vifs à chaque changement de
direction (cintrage préconisé). Ils seront fixés avec des systèmes robustes et en nombre suffisant (les tiges
filetées seront au minimum galvanisées, l'écartement des supports sera de 1.20 m maximum).
- Les supports répondront aux exigences de résistance au moins égale à celle des câbles qu’ils supportent
(exemple : support acier pour câble en CR1)
- Les chemins de câbles seront en tôle galvanisée à chaud après perforation, à bords rabattus non coupants
(marque CES type PS ou équivalent), ils seront dimensionnés pour permettre une extension minimum de 30 %
pour les canalisations principales et de 30% pour les canalisations secondaires. Ces réserves de place seront
disponibles à la réception des travaux impérativement.
Page 15 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
- Pour les autres distributions horizontales et verticales, les câbles seront sous goulotte, suffisamment
dimensionné (30% de réserve). Si des câbles de catégorie CR1 se trouvent à l’intérieur des goulottes, ils seront
fixés à l’intérieur de cette dernière par des accessoires 960° ou acier (exemples : Collier Atlas). Dans les parties
techniques, il sera possible de faire cheminer des câbles sous tube « IRO », après accord du maître d’ouvrage,
du maître d’œuvre et de l’exploitant. Si des câbles de catégorie CR1 se trouvent à l’intérieur des tubes IRO, ces
derniers seront fixés par des accessoires 960° ou acier (exemple : Collier Atlas).
3.3
SYSTEME DE SECURITE INCENDIE :
3.3.1 PRESENTATION DU SYSTEME
- Au titre de la protection contre l’incendie et en application de Code de la Construction de l’Habitation (CCH).
- Le Système de Sécurité Incendie (SSI) sera de catégorie A avec un équipement d’alarme de type1.
- Les matériels centraux devront assurer les fonctions de détection incendie et de mise en sécurité.
- Les matériels centraux « ECS, CMSI, AES » devront avoir une réserve de 40 %, dont sont compris dans ce
dimensionnement les coffrets.
Être extensible à 512 points pour l’ECS,
Être extensible de 50% pour le CMSI (pour le CMSI les 50% de possibilité d’extension sont calculés en
plus des besoins propres à la réalisation de l’installation et des 40% de réserve).
- L’alimentation électrique de sécurité « AES » sera conforme à la NFS 61 940 et sera dimensionnée en
fonction des DAC, DAS existants et ce rajoutés pour réaliser l’installation avec une réserve de 40 %.
- Les matériels périphériques à mettre en œuvre (détecteurs automatiques, déclencheurs manuels, diffuseurs
sonores, indicateurs d’action, etc.) devront êtres associés également aux matériels centraux.
Le matériel périphérique sera composé de :
Détecteurs automatiques d’incendie adressable,
Indicateurs d’action,
Déclencheurs Manuels d’Alarme adressable (DM),
Dispositif Sonore Non Autonome DNSA pour la diffusion du signal d'évacuation et avec message
préenregistré pour l’amphithéâtre,
Matériel déporté des matériels centraux,
Des Dispositifs Actionnés de Sécurités « DAS » (Dispositif de Verrouillage Issus de Secours)
Arrêt sur équipement technique (remise en lumière, arrêt sono, etc.)
3.3.2 CONCEPTION DES ZONES DE MISE EN SECURITE
ZONES DE MISE EN SECURITE
Décomposition du bâtiment :
Le bâtiment sera décomposé en zones de mise en sécurité (ZS) et en zones de détection (ZD) :
–
Voir dossiers de conception S.S.I. ci joint.
FONCTIONS DE MISE EN SECURITE :
Les fonctions commandées dans chaque zone de mise en sécurité seront :
Fonction alarme :
–
Voir dossiers de conception S.S.I. ci joint.
Fonction compartimentage :
–
Voir dossiers de conception S.S.I. ci joint.
Fonction désenfumage :
–
Voir dossiers de conception S.S.I. ci joint.
3.3.3 MODE DE FONCTIONNEMENT
FONCTION ALARME
Diffusion de l'alarme
– Voir dossiers de conception S.S.I. ci joint.
FONCTION COMPARTIMENTAGE
– Voir dossiers de conception S.S.I. ci joint.
Page 16 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
FONCTION DESENFUMAGE
– Voir dossiers de conception S.S.I. ci joint.
3.4
DESCRIPTIF DU MATERIEL
3.4.1 SYSTEME DE DETECTION INCENDIE
3.4.1.1 Équipement de contrôle et de Signalisation
- Conformément à la réglementation, les systèmes de sécurité incendie seront de catégorie A et intègreront un
Équipement d’Alarme de type 1.
Les Équipements de Contrôle et de Signalisation (ECS) devront être adressables, interactifs et communicant.
Ils se présenteront sous forme de coffrets pour des raisons d’encombrement. Les Systèmes de Détection
Incendie (SDI) comprendront outre l’ECS les équipements suivants :
Détecteurs automatiques d’incendie de type adressable et interactif
Déclencheurs Manuels adressables
Indicateurs d’action
Organes intermédiaires
- L’ECS devra être certifié conforme à la marque NF (estampilles rouges) selon le référentiel en vigueur : EN
54-2, EN 54-4 et EN 54-12
L’ECS devra au minimum présenter les fonctionnalités suivantes :
Présenter un afficheur alphanumérique de 4 lignes de 40 caractères.
Comporter un clavier alphanumérique permettant une exploitation complète et simplifiée.
Accès aux différents niveaux réglementaires d’exploitation par code numérique.
Désignation en clair des points en alarme ou dérangement.
Affichage au niveau 2 des états d’encrassement et sensibilisation des détecteurs.
Permettre une architecture répartie de façon à optimiser les contraintes d’installation et d’extension.
Permettre le déport d’un second tableau d’exploitation offrant des caractéristiques équivalentes.
Permettre le raccordement de tableaux d’Alarme Restreinte en nombre suffisant.
Permettre le raccordement de tableaux Répétiteur d’Alarme en nombre suffisant.
Disposer d’au moins deux sorties séries utilisant le protocole standard ModBus Jbus
Permettre la consultation ou l’édition des historiques des 1000 derniers événements.
Disposer de plusieurs niveaux d’accès sécurisés distincts pour les parties exploitation, maintenance et
mise en service.
Disposer d’au moins quatre modes de préalarme.
Disposer d’une ou plusieurs sorties imprimantes pour l’édition des historiques et événements.
Disposer d’une fonction accessible par code permettant l’adressage des détecteurs lors de l’installation
ou de la maintenance.
Permettre l’architecture des voies de transmission en ligne ouverte ou rebouclées.
Offrir une capacité de 240 zones de détection adressées et/ou collectives et 1024 points de détection et
de 512 relais programmables
Une réserve de 40% sera prévue sur le SDI.
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
3.4.1.2 Détecteur automatique d’incendie
- Les détecteurs automatiques d’incendie devront être certifiés conformes à la marque NF-DI selon le référentiel
NF-EN 54-5, NF-EN 54-7 et NF-EN 54-9.
- Ils seront porteurs de l’étiquette verte petit modèle (NF) attestant de cette conformité.
- Ils seront par ailleurs associés avec l’ECS sur lequel ils seront raccordés. L’entreprise devra produire le
rapport d’associativité délivré par le CNMIS.
- Tous les détecteurs installés dans le cadre du présent appel d’offres seront obligatoirement adressables point
par point et interactifs.
Page 17 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
- Pour faciliter les opérations de maintenance, ou d’évolution de l’installation, tous les détecteurs devront
intégrer l’ensemble de l’électronique ainsi qu’un I.C.C. dans la tête de détection. Ce dispositif permettra de
délimiter les groupes de détecteurs ou de déclencheurs manuels d’une même zone.
Les détecteurs retenus devront de plus :
Disposer d’un contact sec en option dans le socle.
Permettre l'entrée des câbles par le dessous ou les côtés du socle.
Être munis d’un système de verrouillage.
Disposer d’un système de détrompage pour le positionnement de la LED d’alarme.
Disposer d’une embase permettant la fixation indifféremment d’une tête optique, thermostatique,
thermo-vélocimétrique ou multicritère.
Chaque tête de détection sera munie d’un voyant permettant l’identification du détecteur en alarme.
Ce voyant sera orienté vers l’accès de chaque local.
Chaque socle de détecteur comportera un support d’étiquette en plastic rigide sur laquelle sera collé
une étiquette pour inscrire l’adresse affectée, permettant depuis le sol un repérage rapide du numéro
d’adresse et de zone (étiquetage collé sur le côté du socle non accepté).
De plus, pour simplifier la mise en place, les détecteurs devront être fixés par l’intermédiaire d’un
dispositif rigide possédant un système de détrompage.
Les détecteurs devront être reconditionnables. Dans ce cas, ils devront être porteurs d’une étiquette
bleue petit modèle (NF) attestant du contrôle qualité de ce process.
Les détecteurs assureront, grâce à un algorithme de calcul circulaire, en permanence l’état du capteur
et recalibreront ce dernier si nécessaire en cas de vieillissement prématuré de la chaîne de détection
ou en cas d’encrassement du capteur. Le recalibrage du détecteur s’effectuera dans les plages
respectant intégralement les exigences des normes européennes (EN54) de référence. Plusieurs
paliers de recalibrages seront disponibles et visualisables au niveau de la centrale. A noter qu’au-delà
d’un certain seuil, le détecteur passera en dérangement (cf.fig.1 ci après).
- Il sera possible de recalibrer les seuils (définis ci-après pour chaque type de détecteurs) par cycle horaire
- Le choix des paramètres de détection (seuils programmés, horaires de déclenchement) s’effectuera en
fonction des conditions d’exploitation du site : activité de personnel, passage intense de voiture (entrée et
sortie,…). En effet, il est intéressant à ces moments là de durcir les critères de détection afin d’éviter toute
alarme intempestive tout en restant dans le cadre normatif.
3.4.1.3
Type de détection
- Le choix et l’implantation des détecteurs résulteront d’une étude des risques.
Les points de détection pourront être :
Des détecteurs optiques de fumées (conforme EN54-7 et 54-9) :
- Le détecteur ponctuel optique utilise le principe de la diffusion de la lumière sur les particules "effet Tyndall" ;
ce principe est particulièrement adapté à la détection de fumées issues d'un foyer couvant.
- Dans le but de conserver un principe de détection optimale, le détecteur devra disposer d’au moins 8 seuils
de détection. De plus pour simplifier les opérations de maintenance, le détecteur devra disposer d’un système
de recalibrage dans des plages respectant intégralement les exigences des normes EN54.
Page 18 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
Détecteur optique
8 seuils possibles
Sensibilité
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
Des détecteurs optique/thermiques (conforme EN54-5, EN54-7, En54-9) :
- Détecteur d’incendie combinant les fonctions optique et thermique. Dans le but de conserver un principe de
détection optimale, le détecteur multicritère devra pouvoir être configurable en version optique seul, en version
thermique seul ou en version optique et/ou thermique. Dans chacune des configurations, il devra intégrer la
programmation de plusieurs seuils défini ci-dessus.
- Pour simplifier les opérations de maintenance, le détecteur devra disposer d’un système de recalibrage dans
des plages respectant intégralement les exigences des normes EN54.
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
3.4.1.4 Indicateur d’action
- Tous les locaux sous détection seront équipés d’un indicateur d’action installé au dessus des portes ou accès
donnant dans les circulations. Montés en saillie, ils comporteront un voyant rouge de forte intensité lumineuse.
- Il sera possible d’allumer un indicateur d’action sur un plusieurs détecteurs par simple programmation.
- Ils devront être associatifs avec l’ECS.
- Les détecteurs situés à l’intérieur des locaux ou volumes cachés (plénums) devront comporter un indicateur
d’action situé de façon visible dans la circulation horizontale commune.
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
3.4.1.5 Déclencheur Manuel
- Les déclencheurs manuels seront adressables, de couleur rouge à une hauteur de 1m30 au dessus du sol (la
partie supérieur du boitier). Ils seront munis d’une LED rouge permettant d’identifier facilement le dispositif en
alarme.
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
Page 19 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
3.4.1.6 Tableau Répétiteur d'Exploitation "TRE" (ECS + CMSI)
- Les Tableaux Répétiteurs d'Exploitation sur lequel seront reportées synthétiquement les informations d'alarme
feu (information en clair du point et de la zone) et dérangement, état de l'UGA et synthèse de mise en sécurité
provenant des systèmes de sécurité incendie, de manière à ce que le personnel affecté à la surveillance soit
informé du lieu précis et de la zone de détection concernée par l'incendie.
Il devra inclure les éléments suivants :
Un afficheur alphanumérique 4 lignes de 40 caractères et d’un clavier de commande.
Un buzzer d’alarme.
Des signalisations équivalentes à celles de l’ECS.
Des informations sur l’état de l’UGA et des informations de synthèse de mise en sécurité
D’une programmation en mode « général » ou « sélectif » permettant de limiter le report à la zone
d’implantation du tableau et aux zones voisines ou à l’ensemble des zones selon la topologie des
bâtiments.
- Les tableaux de report devront être reliés à l’ECS et au CMSI par une liaison sécurisée.
3.4.2 SYSTEME DE MISE EN SECURITE INCENDIE
3.4.2.1 Centralisateur de mise en sécurité incendie
- Le système de mise en sécurité incendie sera organisé autour d’un Centralisateur de Mise en Sécurité
Incendie (CMSI) admis à la marque NF-CMSI et dûment associé au SDI.
- Le CMSI se présentera sous forme de coffret pour des raisons d’encombrement.
- Le CMSI sera conforme aux normes NFS 61 934 à NFS 61 936.
Il comprendra obligatoirement :
Une Unité de Signalisation conforme à la norme NFS 61 935.
Une Unité de Commande Manuelle Centralisée conforme à la norme NFS 61 934.
Une Unité de Gestion d’Alarme conforme à la norme NFS 61 936.
Une ou des Alimentations Électriques de Sécurité conformes à la norme NFS 61 940.
Une commande réarmement DAS à distance.
Une fonction bilan pour la synthèse des événements accessible au niveau 1.
Un mode essai accessible au niveau 2 fonction par fonction.
Une tension de télécommande des DAS en 24 ou 48 Vcc.
Plusieurs sorties relais programmables.
Plusieurs entrées programmables.
Plusieurs consoles d’exploitation comprenant 16 lignes de 40 caractères.
De plus de manière individuelle, il devra gérer un ensemble comprenant :
- Le CMSI comportera une alimentation interne sélectivement protégée (raccordée au TGBT (secours) sur
bornier identifié) assortie d’un chargeur et de batteries garantissant un fonctionnement optimal après 12 heures
de coupure secteur.
- L’ensemble des fonctions décrites ci-dessus devra être mentionné sur le rapport du CMIS attestant de la
conformité du CMSI.
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
3.4.2.2
Unité de signalisation
NFS 61-931
On entend par US le dispositif qui assure la signalisation des informations afférentes
au contrôle et à la surveillance nécessaires pour la conduite du S.M.S.I.
L'Unité de Signalisation fait partie intégrante d'un C.M.S.I. ou d'un D.C.S. L'Unité de
Signalisation doit répondre aux dispositions de la norme NF S 61-935.
NFS 61-932
NFS 61-935
Les DAS communs à plusieurs ZS seront équipés de contact de fin de course
reportés sur l’US de la fonction qui aura été commandée.
Chaque ventilateur sur conduit collectif devra disposer de sa propre US.
Les AES doivent faire l’objet d’une signalisation spécifique et synthétique sur l’US.
Page 20 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
Pour simplifier l’exploitation et la visualisation, la répartition des US doit être
facilement modifiable.
3.4.2.3
Unité de commande manuelle
NFS 61-931
Terme générique désignant le sous-ensemble d’un C.M.S.I. permettant d’émettre
des ordres de télécommande par fonction et par zone à destination des D.A.S. et/ou
des D.C.T., sur décision humaine.
L’U.C.M.C. fait partie du matériel central du C.M.S.I.
NFS 61-935
L’unité de commande manuelle centralisée assure l’envoi de télécommandes aux
DAS et arrêts techniques associés à la fonction par action manuelle au moyen de
boutons poussoirs placés au niveau d’accès 1.
Pour simplifier la commande et la visualisation des UC, celles-ci devront être
indifféremment regroupées par zone ou par fonction.
3.4.2.4
NFS 61-931
Unité de Gestion d’Alarme
On entend par UGA, le sous ensemble de l'Équipement d'Alarme, faisant partie
intégrante du Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie (C.M.S.I.), ayant pour
mission de collecter les informations en provenance du Système de Détection
Incendie (S.D.I.), de les gérer et de déclencher le processus d'alarme.
Le C.M.S.I devra comporter une U.G.A. de type 1 conformes à la NFS 61-936.
3.4.2.5 Diffuseurs Sonores Non Autonome "DSNA" et à message préenregistré
- Les DSNA seront placés à une hauteur de 2 mètres 25 du sol dans l’ensemble du bâtiment et des diffuseurs
sonores non autonome à message préenregistrés dans l’amphithéâtre. Ils seront en nombre suffisant afin que
le signal soit audible en tout point du bâtiment.
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
3.4.2.6 Diffuseurs lumineux
- Les DL seront placés à une hauteur de 2 mètres 25 du sol dans l’ensemble des volumes du sanitaire, situé le
plus proche de l’amphithéâtre au rez-de-chaussée, afin que le signal d’évacuation et l’éclat lumineux soit
perceptible de tout point du sanitaire.
Nota : Les implantations de ces équipements sont représentées à titre indicatif sur les plans d’implantations
joints au CCTP.
3.4.2.7
Autres éléments du CMSI
Arrêt technique
- Les arrêts techniques seront télécommandés par contact sec normalement fermé (sécurité positive) dont le
pouvoir de coupure n’excédera pas 50V/300mA. Les arrêts techniques seront associés aux fonctions de mise
en sécurité correspondante.
3.4.2.8 Exploitation du CMSI
Page 21 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
- L’exploitation du CMSI telle que définie ci-après devra être conforme à la norme NFS 61 931 et respecter les
niveaux d’accès prévus par le texte.
Pour chaque commande de mise en sécurité, le CMSI devra permettre les signalisations lumineuses et sonores
suivantes :
Commande Automatique provenant d’une Zone de Détection Automatique :
Voyant rouge « commande manuelle » s’allume en fixe.
Voyant rouge « synthèse sécurité » s’allume en fixe avec buzzer sur l’USG
Voyant rouge « alarme » s’allume en fixe sur la console d’exploitation générale.
Voyant rouge « commande » s’allume en fixe sur la console d’exploitation
générale.
Voyant rouge « sécurité » de la facette concernée s’allume en fixe sur la console.
Voyant rouge « sécurité » de la facette concernée allumé en fixe indique que les
DAS de la fonction sont en position de sécurité.
Voyant rouge « sécurité » reste clignotant avec buzzer intermittent signale qu’au
moins un DAS commandé n’est pas en position de sécurité (ce DAS est alors
identifié en clair sur l’afficheur).
Commande provenant d’une action manuelle sur l’US-UCMC :
Voyant rouge « commande manuelle » s’allume en fixe.
Voyant rouge « synthèse sécurité » s’allume en fixe avec buzzer sur l’USG.
Voyant rouge « alarme » s’allume en fixe sur la console d’exploitation générale.
Voyant rouge « commande » s’allume en fixe sur la console d’exploitation générale.
Voyant rouge « sécurité » de la facette concernée s’allume en fixe sur la console.
Voyant rouge « sécurité » de la facette concernée allumé en fixe indique que les
DAS de la fonction sont en position de sécurité.
- Voyant rouge « sécurité » reste clignotant avec buzzer intermittent signale qu’au moins un DAS commandé
n’est pas en position de sécurité (ce DAS est alors identifié en clair sur l’afficheur).
3.5
CABLAGE ET MODES DE TRANSMISSION
- Les sections et les natures des câbles sont donnés à titre indicatif, il est nécessaire de tenir compte de leur
longueur, de la puissance installée et de leurs implantations (traversées de locaux à risques par exemple),
Éléments commandés
Modes de
transmission
Types de câbles
230 v
Tension permanente
C2 (U1000 R2V)
3 G 1,5²
NON
MATERIEL PERIPHERIQUE
Détecteur automatique
24 vcc
Tension permanente
CR1 (Résistant au feu)
1 p 8/10
OUI
Déclencheur manuel
24 vcc
Tension permanente
CR1 (Résistant au feu)
1 p 8/10
OUI
SIGNALISATION D’ALARME
Diffuseur sonore / Flash
24 vcc
Émission de tension
CR1 (Résistant au feu)
2 x 1,5²
OUI
Arrêt ventilation mécanique
24 ou 48 vcc
Émission de tension
CR1 (Résistant au feu)
2 x 1,5²
NON
Commande issue de secours
24 ou 48 vcc
Manque tension
C2 (U1000 RO2V)
2 x 1,5²
NON
MATERIEL CENTRAL
Équipement de contrôle et de
signalisation et centralisateur
de mise en sécurité
Tension
Page 22 sur 26
Sections
Supervisée
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
* NORME NF S 61.932
Les lignes de commandes par émission de tension et les lignes de contrôle doivent être réalisées, soit en câble
de la catégorie CR 1 (au sens de la norme NF S 32-070), soit en câble de la catégorie C 2 (au sens de la norme
NF S 32-070) placés dans des cheminements techniques protégés. Toutefois, elles peuvent être réalisées en
câble de la catégorie C 2 et sans protection dés qu’elles pénètrent dans la Zone de Mise en Sécurité
correspondant aux DAS qu’elles desservent.
3.6
RECEPTION ET MISE EN SERVICE
- Dossiers d'Identité des Systèmes de Sécurité Incendie : En cours de chantier, avant la réception,
l'entreprise devra fournir les pièces nécessaires à la constitution, par le coordinateur SSI, du Dossier d'Identité
de SSI.
Scénario de sécurité fourni par le coordinateur SSI :- Liste des Zones de Détection (ZD).- Liste des Zones de
mise en Sécurité (ZS, ZC) avec identification des Dispositifs Actionnés de Sécurité (DAS) et des arrêts
d'équipements associés.- Liste des Zones de diffusion d'Alarme (ZA),- Corrélations entre ZD et ZS.
Documents de réalisation à la charge de l'installateur :- Liste des matériels fournis et documents donnant leurs
caractéristiques.- Schéma(s) de principe de l'installation.- Liste des plans.- Plans de recollement et de câblage
détaillés et carnets de câbles.
Le fabricant fournira les pièces suivantes :- Certificats de conformité aux normes et Procès-verbaux d'essais.
L’entreprise et ses sous traitants devront également fournir les fiches d’autocontrôles de tous les matériels
installés conformément à la NFS 61 970.
- Documents attestant de la compatibilité des matériels entre eux.- Notices d'exploitation et de maintenance du
SSI.- Instructions de manœuvre. Logiciel de programmation (avec accès sans restriction) ainsi que tout matériel
de dialogue (cartes de communication et interface de connexion) et code d’accès des matériels centraux.
- Tous ces documents devront être fournis au fur et à mesure de l’avancement du chantier. Il ne sera pas
accepté tous les documents en une seule fois en fin de chantier.
Essai et réception de l’installation
- L’installation du SSI devra faire l’objet de réception, en fin de chaque tranche de travaux, en présence de
l’utilisateur et ou le maître d’ouvrage ou son représentant, de l’installateur et de l’entreprise qui a réalisé la mise
en service si elle est différente, du coordinateur S.S.I. à savoir :
Les procès verbaux de réception comprendront les résultats des essais réalisés par les installateurs ou
les constructeurs de chacun des sous-systèmes du SSI, ainsi que le résultat de l'analyse du dossier
d'identité.
Les matériels centraux, les détecteurs et déclencheurs manuels et les organes intermédiaires éventuels
devront faire l’objet d’essais de fonctionnement conformes aux prescriptions du fascicule n°5655
paragraphe 7.3. Ils seront réalisés à l’aide des moyens définis par le constructeur du matériel.
Les installations de détection automatique d’incendie devront également faire l’objet d’essais d’efficacité
conformes aux prescriptions du fascicule n°5655 paragraphe 7.4. Ils seront réalisés à l’aide de foyers
de contrôle d’efficacité (FCE) adaptés à la nature du risque (Générateur de fumée reconnue par le
CNPP et vérification d’étalonnage à jour pour les détecteurs de fumée et bac à alcool pour les
détecteurs de chaleur). Le choix et le lieu des types de foyer seront définis par le coordinateur SSI.
Les entreprises devront assister à ces essais afin de remédier dans les plus courts délais aux défauts
qui pourraient apparaître sur la partie d’installation dont il est responsable.
L’entreprise devra fournir tout le personnel et le matériel nécessaire à la mise en œuvre des essais
précités (appareils de mesures, matériels consommable de rechange, générateur de fumée, bac à
alcool, etc.).
Formation du personnel
- La mise en service sera ponctuée par la formation à l’utilisation et à l’exploitation du système de sécurité
incendie de l’ensemble du personnel chargé de la surveillance de l’établissement.
- Cette formation fera l’objet d’un compte rendu accompagné d'une feuille d’émargement des personnes
présentes et d’une trame de formation. Ces informations devront être jointes au registre.
Page 23 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
3.7
RESPONSABILITES et CERTIFICATION de L’INSTALLATEUR - GARANTIE et
CERTIFICATION du MATERIEL
Responsabilités et certification
- Le présent CCTP définit un marché de type MOR (marché à obligation de résultat), concernant l'étude et la
réalisation du Système de Sécurité Incendie. A ce titre, les types, caractéristiques, fonctions, quantitatifs et
implantations des divers constituants de l'installation donnés dans le descriptif et ses annexes éventuelles n'ont
qu'une valeur indicative. Le titulaire du marché reste entièrement responsable du résultat qui sera sanctionné
lors de la visite de réception, en conformité par rapport aux règlements et normes en vigueur, aux
fonctionnalités décrites dans le présent CCTP et en performances par rapport aux différents essais de
l'installation.
L'entreprise remet lors de l'appel d'offres l'attestation d’assurance couvrant les risques liés à son activité ainsi
que ses qualifications professionnelles I7 de l’APSAD et CF1 pour les SSI.
Garantie et certification du matériel
- L’ensemble du matériel du SSI, devra être garanti par le ou les constructeurs pendant un an à la date de
réception de l’installation par le maître d’ouvrage, les constituants du SSI devront rester disponibles par le
constructeur pendant une période de 15 ans.
- Cette garantie comprendra les pièces, la main-d’œuvre et les déplacements.
- Les matériels du SSI devront être admis à la marque NF et/ou CE et être estampillés comme tels, ou faire
l’objet de toute autre certification de qualité en vigueur dans un État-membre de la Communauté économique
européenne.
- Les matériels couverts ou non couverts par les normes, devront toujours faire l’objet d’une associativité
précisée dans le certificat du matériel avec lequel il est utilisé.
3.8
CONTRAT D’ENTRETIEN
- L’entreprise devra être titulaire de la qualification CF1 du QUALIFELEC et avoir une attestation d’assurance
qui le couvre pour réaliser la maintenance des SSI de catégorie A en milieu EHPAD ou F7 de l’APSAD et
fournir un projet de contrat d’entretien, comprenant les prestations suivantes :
PENDANT LA PERIODE DE GARANTIE DE 1 AN
Visites périodiques
- Une visite annuelle avec tests et essais fonctionnels du matériel central du SSI, des détecteurs automatiques,
des indicateurs d’action, déclencheurs manuels, des signaux sonores et reports d’alarme, etc., avec remise
d’un document d’intervention daté, signé avec le nom de l’intervenant et le détail des essais réalisés compris un
compte rendu des anomalies
Prestation
- Les interventions en cas de panne pendant les jours ouverts au public seront dans la journée (4 heures
maximums).
- Astreinte téléphonique entre 18 heures et 8 heures ainsi que les week-end et jours fériés.
Page 24 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
4
4.1
DEPOSE ANCIENNE INSTALLATION
DÉPOSE ET REMANIEMENT DES INSTALLATIONS EXISTANTES
- Le titulaire du présent lot doit la mise hors tension et la dépose des anciennes installations SSI existantes,
après réception de la nouvelle installation par le coordinateur SSI.
- Il sera réalisé toutes les alimentations provisoires nécessaires en fonction du phasage des travaux établi par le
Maître d’ouvrage et le maître d’œuvre.
- Le titulaire du présent lot devra donc impérativement effectuer in situ tous les relevés nécessaires pour
évaluer ces prestations.
- Les coupures pour le basculement des alimentations ou autres travaux seront réalisées en accord avec le
Maître d’Ouvrage et les exploitants.
- Le titulaire du présent lot devra la dépose de l’ancien système SSI dans sa totalité. Le rebouchage des trous
des matériels de l’ancienne installation se fera par Plâtre, afin de rétablir le degré coupe feu.
- Le titulaire du présent lot devra les raccords de peinture après dépose des anciens matériels et
cheminements.
- Tous les équipements, à l’exception des détecteurs à source radioactive qui seront pris en charge par
l’entreprise pour destruction, en état de fonctionnement et non réutilisés seront laissés à la disposition du maître
d’ouvrage.
- Les circuits électriques non réutilisés seront déposés. Dans le cas ou la dépose serait impossible ils seront
soigneusement isolés et repérés.
- Le matériel inutilisable sera évacué à la décharge à la charge du présent lot, après accord signé du Maître
d'Ouvrage.
Page 25 sur 26
REMPLACEMENT DU SSI EXISTANT
CNRS « Maison des SUDS »
OCTOBRE 2015
5
D.P.G.F.
Cf Annexe Excel jointe
Page 26 sur 26

Documents pareils

CAHIER DES CHARGES SSI

CAHIER DES CHARGES SSI ♦ vérifie le bon fonctionnement de l’installation et procède aux essais de réception en liaison avec le coordinateur SSI,

Plus en détail