JOURNAL 4 .indd - pierre

Commentaires

Transcription

JOURNAL 4 .indd - pierre
UNE VERITABLE EQUIPE
UN VERITABLE TRAVAIL
UN VERITABLE PROJET
Une Equipe, un Projet
Nous vous avons présenté il y a quelques jours notre
équipe, puis notre projet. Ce dernier s’appuie sur une
analyse, une méthode de fonctionnement,
un mode de gestion et des propositions concrètes,
précises, chiffrées. Nous prenons l’engagement de
le réaliser.
Face aux deux candidats sortants
Face aux deux candidats sortants, dont l’un et l’autre
sont responsables du bilan, il est nécessaire de dire que
l’un et l’autre n’ont pas tenu leurs engagements pris lors
du dernier mandat : un centre aquatique, conserver et
améliorer le camping municipal, une piscine, maîtriser le budget, la rénovation des tennis, la conservation
et l’entretien du patrimoine, ne pas aggraver la dette.
De ce fait il est difficile de croire, même si maintenant ils font des promesses séparément, qu’ils
tiendront, l’un ou l’autre leurs engagements cette
fois encore. La pire des promesses qu’ils n’ont pas
tenue, lors de leur dernier mandat, est de ne pas
avoir maîtrisé le budget pour arriver à une dette record, dont ils sont l’un et l’autre responsables.
Après avoir tout voté ensemble, il faut leur reconnaître aujourd’hui une différence : l’un essaie de
défendre son bilan catastrophique et l’autre tente
de faire croire qu’il n’y est pour rien.
Devant ce bilan inacceptable Mr le maire sortant,
avec suffisance, essaie de nier l’évidence, invente
des chiffres, noie le poisson et lance de fausses affirmations dont certaines relèvent de l’incompétence et d’autres de la supercherie pure et dure !
A deux jours d’un rendez-vous capital pour notre
commune, il est nécessaire de rétablir les vérités et
démasquer les inadmissibles manipulations et supercheries que Mr Bibey essaie de faire passer dans
son journal de campagne.
Le bilan en trompe l’oeil
Pour faire le bilan de ses 19 années de mandat, il
s’attribue des réalisations qui étaient là bien avant
lui comme la salle de sport, le lotissement lancé par Mr David et d’autres qui n’ont pas été réalisées par la commune comme l’EHPAD. Il alimente
son bilan en parlant plusieurs fois d’un même sujet et en y ajoutant des détails qui n’ont rien à faire
dans un bilan d’investissement: gyrobroyage, réparation abribus, peinture…..Tout cela pour donner
l’illusion d’une longue liste. Au passage il a oublié
de parler de la grange du patrimoine, ce que l’on
peut comprendre vu le fiasco de cet équipement,
véritable jouet du maire sortant mais jouet qui a
coûté 1.150 000 euros à notre collectivité !
14 millions de dette ! C’est incontestable.
Le montant de la dette est bien de 14 millions d’Euros.
Nous ne faisons là que reprendre les chiffres du document que Mr le Maire sortant a été obligé de nous transmettre (disponible sur notre site www.pierre-bournel.
fr). Soit 12,5 millions d’euros en 2012, que l’on retrouve
dans les comptes administratifs auxquels il faut ajouter le million d’emprunt supplémentaire et intérêts,
annoncés dans le dernier bulletin municipal de décembre
2013 n° 73 page 15 ligne 59. Au total on arrive bien à 14
millions d’euros. 14 millions de dette après les ventes de
5 tranches du lotissement de Montalivet, du camping, de
nombreuses coupes de pins… ! Résultat : dette record et
réalisation décevante.
Des anomalies dans les comptes communaux
Quant au contrôle de la chambre régionale des comptes,
Mr le Maire et les conseillers sortants oublient de nous
dire, qu’elle a porté un regard sévère et qu’elle a relevé
des anomalies, en particulier sur les comptes d’investissement et ce depuis longtemps.
5400 habitants à Vendays-Montalivet ?
Une supercherie, une manipulation !
Monsieur le Maire sortant annonce que la dette est à partager par 5400 habitants! Au bout de 19 ans de mandat
on se voit obligé de rappeler à Mr le maire sortant, qu’en
comptabilité publique la dette par habitant se calcule sur
l’indice INSEE. Soyons précis : le nombre d’habitants
de Vendays Montalivet est de 2480 (source INSEE), le
nombre de foyers fiscaux est de 1580. C’est sur ceux-là,
et uniquement ceux-là, c’est-à-dire les contribuables
de la commune, que reposent la dette et la menace
d’augmentation d’impôts que fait peser la gestion Bibey.
Résultat incontestable : La dette par habitant :
plus de 5500 € !
Il faut être clair et précis lorsque l’on divise les 14 millions
de dette par les 2480 habitants cela nous donne une dette
par habitant de 5545 €.Ce qui fait pour un couple avec
2 enfants : plus de 22 000 €.
Le camping municipal est bel et bien vendu !
Monsieur le Maire ne veut pas l’avouer mais il a vendu le
camping. Il est vrai qu’il joue sur une ambiguïté car plus
exactement c’est le fonds de commerce qui est vendu.
Il ne s’agit pas d’une simple location puisque Campéole
a imposé un droit d’éviction dans le bail commercial :
cela veut dire que si la municipalité veut récupérer l’exploitation du camping il lui faudra le racheter plus de
8 millions d’euros !
Autant dire la vérité : plus jamais ce camping ne redeviendra municipal.
Tout ceci démontre que nous ne sommes pas devant une
simple location, contrairement à ce que Mr Bibey a voulu
faire croire. Il faut lui reconnaître un esprit de persuasion,
puisqu’il a réussi à convaincre ses colistiers qui croient
encore que la commune reste propriétaire du camping !
Il est vrai que le terrain reste la propriété de la municipalité ce qui a pour conséquence de mettre l’assainissement
et les travaux de mise aux normes à la charge de la commune : 220 000 € par an de remboursement d’emprunts
pour le moment ! (source Mr le maire sortant)
Rappelons que les mobil-homes à eux seuls rapportaient
prés de 700 000€ par an. Et qu’à cela s’ajoutaient le camping et le caravaning.
Dire que ce n’est pas le rôle de la commune de gérer un
camping est une affirmation inacceptable. Les communes
voisines de Grayan, Vensac, Naujac, Soulac et on pourrait
en citer bien d’autres, gèrent leur camping municipal. Au
vu de ce que cela leur rapporte, elles ne sont pas prêtes à
les vendre. Il est vrai qu’elles n’ont pas à leur tête, elles, des
élus partisans du moindre effort !
Présentation des comptes tronquée !
Mr le maire ne met en avant qu’une partie des comptes.
Faut-il là encore lui rappeler, après 19 ans de mandat,
qu’en comptabilité publique il faut considérer le budget
consolidé (Budget Primitif et budget annexe) intégrant
section fonctionnement, section investissement et emprunts.
Il se trouve dans la situation de quelqu’un qui aurait
un gros découvert à la banque mais qui dirait que
tout va bien parce qu’il a encore quelques pièces dans
son porte monnaie.
Joinville Le Pont: incompétence ou dissimulation ?
Monsieur le Maire sortant et ses conseillers sont-ils les
seuls à ne pas savoir que la valeur du foncier dépend
du droit à construire! Mr le maire sortant nous fait part
de l’évaluation des domaines pour l’ex-colonie Joinville,
mais il oublie de dire que depuis cette évaluation il a révisé le POS et que cela a changé fondamentalement la
valeur du terrain. Pourquoi cette omission qui lèse les
comptes communaux ?
Le gaspillage des marchés publics
Il fallait faire le restaurant scolaire, nous l’avions annoncé,
mais programmé à 700 000€ il a coûté en fait 1,4 million
d’euros. Deux fois plus. Pour information c’est presque
trois fois le prix du restaurant scolaire de Grayan, inauguré quelques jours avant celui de Vendays-Montalivet.
Pourquoi de tels écarts et une telle différence ?
Un poste de secours qui est la risée de tous les spécialistes, le GIP littoral aquitain déconseille fortement la réalisation de bâtiments en dur : je cite « la fonctionnalité
des postes de secours imposent une localisation au plus près
de la zone de baignade » « il convient dès lors d’opter pour
une modularité afin de suivre le trait de côte ». C’est pour
cela que le GIP littoral aquitain propose un poste de secours mobile validé par des professionnels, tout équipé, à
160 000 € subventionné à 70 % ! Ce qui laisse à la charge
de la commune un peu moins de 40 000€. Nous avons
payé le nôtre 355 000€ !
Conséquence : 315 000€ jetés à la poubelle ! Voté à
l’unanimité !
Il est tout aussi ridicule de vouloir démontrer que la réalisation de ce poste permet une économie, c’est l’inverse
qui se produit car le personnel dans ce poste de secours
ne peut pas participer à la surveillance.
La maison du patrimoine ! Ce choix catastrophique
pour notre commune a coûté 1.150 000 euros. On peut
s’étonner du coût astronomique, pour un bâtiment qui
existait déjà !
La commune paie le prix fort également, pour tous les
travaux des routes. Idem pour l’assainissement dont nous
sommes obligés de finir sans aide. En effet ces travaux
n’ont pas été réalisés dans les temps afin de bénéficier
d’importantes subventions liées à cet investissement. Encore une mauvaise programmation coûteuse.
Le remboursement annuel par habitant :
une manipulation de plus.
Parler du remboursement annuel de la dette par habitant
quand on ne parle pas de la durée des emprunts c’est encore une manipulation indigne d’un premier magistrat.
Monsieur le maire sortant et ses colistiers préfèrent oublier qu’ils ont contracté bon nombre d’emprunts à 50 ans.
Ils pourraient même faire baisser cet indice de presque de
moitié avec des emprunts à 100 ans !
Vent d’Est : plus d’un million de recettes en
moins dans les caisses de la commune !
Mr le maire a cru bon de revenir sur l’affaire « vent d’est ».
Rappelons le calcul, mis à jour:
Vent d’est paie 1 500€ de loyer par an au lieu des 25 000€
proposé pour une colonie juste à côté et plus petite.
Le manque à gagner pour la commune est donc de
23 500€ par an soit depuis 15 ans 335 000€ ; même
calcul pour Vent d’est 2 et 3 depuis 10 ans = 470 000€.
Il paie bien 3% du chiffre d’affaire sur Vent d’est, mais
il oublie de déclarer le chiffre d’affaire de la Pinède,
dont l’activité se déroule dans les locaux municipaux,
ce qui donne un manque à gagner pour la commune
de 18 000€ par an, soit sur 15 ans : 270 000€ ,on passe
sur les comptes d’Éva soleil dont le chiffre d’affaire n’est
également pas déclaré, et on se retrouve avec plus d’un
million d’euros de manque à gagner pour la commune.
Petit cadeau de Mr le Maire sortant fait à sa colistière
et à son mari mais sur notre dos à tous. C’est cela le
système Bibey !
Dernière minute : Une deuxième affaire Vent d’Est !
Lors du dernier conseil municipal, l’adjoint à l’urbanisme a remis en cause la présence de 20 chalets
réalisés par Vent d’est sur les terrains municipaux.
Il a dénoncé la construction puisque le permis de
construire avait été refusé. Mr le maire a fini par avouer
qu’il avait signé un deuxième permis de construire
dont personne à la mairie, à part lui, n’avait eu conaissance. Il s’agit de 20 chalets, une Paille!!
Et un deuxième scandale pour une seule association
tenue par des très proches de Mr le Maire sortant.
Les petits arrangements entre amis continuent.
LA VERITE SUR NOS IMPOTS
Mr le maire sortant se vante de ne pas avoir augmenté les impôts. Pur mensonge car il ne parle que des deux dernières années, mais il oublie de parler de l’intégralité de son mandat et là les hausses sont spectaculaires ! Nous
avons repris les chiffres et les graphiques officiels, commentés par les spécialistes. Cela se passe de nos commentaires, nous n’avons pas besoin d’en rajouter !
A chaque fois on peut constater que les 3 ou 4 années qui suivent les élections il y a des augmentations spectaculaires, allant jusqu’à doubler lorsqu’il s’agit de l’impôt foncier sur le bâti passant de 7 % à 14 % la part communale
entre 2000 et 2011.
Là aussi le masque tombe mais on est prévenu lors d’un journal municipal il a annoncé qu’il pensait avoir des
marges de manœuvre sur les impôts locaux. Eh oui Mr le maire sortant il faut assumer son bilan et ses annonces !
IMPOTS LOCAUX
A Vendays-Montalivet, les impôts locaux par habitant ont augmenté
de 74.5 % entre 2000 et 2012.
Pendant la même période, les communes françaises similaires à Vendays-Montalivet, ont vu leurs impôts locaux par habitant augmenter
de 41.74 % en moyenne entre 2000 et 2012.
A Vendays-Montalivet, en 2012 les impôts locaux par habitant sont
donc plus élevés de 77.55 % que pour des communes similaires.
IMPOTS FONCIERS SUR LE NON BATI
A Vendays-Montalivet, le taux de taxe foncière sur le non bâti a augmenté de 91.52 % entre 2000 et 2012.
Pendant la même période, les communes françaises similaires à Vendays-Montalivet, ont vu leur taux de taxe foncière sur le non bâti augmenter de 57.17 % en moyenne entre 2000 et 2012.
Depuis 2000, la commune de Vendays-Montalivet a donc plus augmenté son taux de taxe foncière sur le non bâti que les communes
françaises similaires.
IMPOTS FONCIERS SUR LE BATI
A Vendays-Montalivet, le taux de taxe foncière sur le bâti a augmenté
de 99.72 % entre 2000 et 2012.
Pendant la même période, les communes françaises similaires à Vendays-Montalivet, ont vu leur taux de taxe foncière sur le bâti augmenter de 66.51 % en moyenne entre 2000 et 2012.
Depuis 2000, la commune de Vendays-Montalivet a donc plus augmenté son taux de taxe foncière sur le bâti que les communes françaises similaires.
www.pierre-bournel.fr